Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte parmi les saints

 | 
Katia Boissevain

Annexes

Texte intégral

I. Chants des hommes

1. Louanges pour la Mannûbiya

1Ô, chevalier, je te donne une lettre
Que tu feras parvenir à Mannûbiya

2Ô, chevalier, presse-toi mais prends garde
Et que ta foulée soit rapide

3Dis-lui que ton fils l’attend
Et que les larmes couvrent ses joues

4Dis-lui que mon Salut ne doit pas la rendre fière
Elle, maîtresse des mers agitées

5Au nom des meilleures créatures
Mohammed la meilleure créature

6Dis-lui que son fils est dans un état pitoyable
Et qu’il pleure à chaudes larmes

7Celui que tu possèdes et les témoins en font foi
C’est une honte que de le laisser tomber

8Dis-lui de venir à notre rescousse
C’est honteux que de nous laisser tomber

9Nous voulons visiter la médina
Et la voir avant notre départ (notre mort)

10Dis-lui que l’absence est longue
Et nos larmes inondent notre visage

11Tout amoureux peut en vouloir à sa bien-aimée
Quand elle l’abandonne sans raison

12Dis-lui que son éloignement a trop duré
S’il te plaît, cherche, amène-moi un remède pour me guérir
Par Dieu, Bien-Aimé, et arrête les flots de mes larmes

13Chez toi (dans ton mausolée), je brandirai ton étendard
Brillante lune qui éclaire mes nuits sombres

14Beya, promets-moi de libérer les chaînes à mes pieds

15Chez toi se sont dévoilés les secrets
Et les parfums exquis ont tout embaumé

16Ton absence me pèse et j’en larmoie
En guettant tous les chemins qui peuvent te ramener à moi

17J’attends ton apparition sur toutes les routes
En espérant toujours retrouver celle qui m’appartient

18Intéresse-toi à moi et ramène-moi le remède
Vois un peu ce qui m’arrive

19Ô fidèles, Ô seigneurs, priez pour l’élu serein

20Ô saintes gens, honorables seigneurs, priez pour la meilleure créature (Mohammed)
Guide du droit chemin, pour celui qui nous vient en aide le jour du jugement
Et qui nous sauve de l’enfer

21Et citez (dans vos prières) les notables Aboubaker et Othman

22Gens honnêtes et de confiance qui occupent pour Dieu les meilleures places

23Et n’oubliez pas Omar (Ibn el-Hattab) et Alî, hommes de respect

24Que Dieu punisse les mécréants
Et ceux qui n’ont abouti que grâce aux efforts des autres !

2. Louanges pour la Mannûbiya

25Il n’y a de Dieu que Dieu, Mohammed est son prophète

26Mohammed le plus beau et le plus pur nous a rapporté ces quelques mots,
Celui qui s’y tient mieux se portera

27Écoute-moi, toi le croyant (murîd) en l’unicité de Dieu
Sache que Dieu est unique mais qu’il n’est ni dirigeant ni conseiller

28Pour cette nuit, écoute mes paroles de louanges qui disent la luminosité flamboyante du tout puissant
Bien plus éclatante que la lune qui scintille au loin

29Par cette nuit, le charme de la plus belle des créatures s’est révélé
Et Dieu l’omniprésent a toujours su la guider

30Par cette nuit, ô chers messieurs, elle est apparue au rendez-vous
Elle m’a avoué une douce nouvelle qui n’arrive qu’en une heure propice

31Par cette nuit, ô chers frères, j’ai vu la belle de mes propres yeux
Elle comprenait le contenu du Livre, en appliquant et en explicitant la religion musulmane

32Par cette nuit, ô cher ami (murîd), nous avons reçu un nouveau secret
Un secret indéfinissable et énorme, c’est le secret de la Beya (belle)

33Écoute, si tu comprends ces vers, celle qui a lu sur les écriteaux de bois
La Torah, le Coran et l’Évangile

34Celle qui détient tous les savoirs pour l’amour du vivant
Égarée dans l’amour seul de Dieu, Dieu son unique amour

35Pour Dieu elle a traversé toutes les mers secrètes et endormies
Celui qui lui rend service est fort bien protégé, elle le tirera même du fond du puits

36Toutes les nuits, je songe à la belle qui apparaît dans mes rêves
Elle me dit : « Tu es un enfant que j’ai élevé très jeune »

37Je lui répondis que j’étais perdu et que je ne dormais plus
Elle me dit que ces jours ne dureront plus et que celui qui patiente vient à bout de tout

38Je lui déclarais alors ma flamme et lui décris tout l’amour que je lui porte
Elle me répondit que j’avais ma place au sein de tout son espace (à l’intérieur des murailles)

39Je lui dis alors toute la frustration que j’avais dans le cœur
Et elle comprit parfaitement mon malheur
Notre rival étant écarté, il n’y a plus de soucis à éprouver

40Je lui dis que je n’étais pas dupe et que mon cœur n’accepte plus le doute
Tout comme le pigeon privé de ses plumes et de ses ailes qui ne pourra jamais plus s’envoler

41Je lui dis : que je me croyais dans des eaux profondes et que je n’ai plus - depuis la nuit des temps - d’amis
C’est pour cela que je l’appelle en cette saison grave et cruelle

42Je lui dis : « À quoi bon que je me pose encore autant de questions
Si je ne peux pas affronter pour autant tous les mécréants »

43Elle me conseilla de tendre mes bras vers le créateur, le seul qui puisse m’aider
Le seul qui soulage de plusieurs drames à la fois

44Excusez-moi mes très chers de louer ainsi celle qui m’est proche
Je remercie Dieu de m’en donner la force et l’énergie

45Que ceux qui s’opposent se repentissent ou alors qu’ils ne s’interposent pas
Parce que mes mots ne sont ni appris ni achetés pour des dinars

46Priez tous, vous qui êtes présents pour le Prophète qui nous a illuminés
De sa lumière a jailli l’encens qui parfumera toutes nos vies.

3. Louanges pour la Mannûbiya

47Nous sommes venus te voir Toi l’universelle, avec franchise et bonne conscience

48Nous sommes venus te voir femme équitable, cherchant auprès de toi notre tour
Pour que désormais tu t’intéresses à nous

49C’est le cas pour tous ceux qui se trouvent dans l’embarras
Ils appellent la justicière que tu es

50Nous sommes venus pour Toi bien-aimée, cherchant auprès de toi notre « nouba »

51D’abord le pèlerinage puis le repentir, et maintenant la visite de Sîdî Regaïa

52Nous sommes venus te voir pour que tu ne nous abandonnes pas, s’il te plaît !

53Chère dame, abreuve-nous du vin divin de l’ivresse divine

54Nous sommes venus à la recherche de tes secrets, aie pitié de tes visiteurs angoissés

55Tu es connue pour la protection de ton voisinage et notre offrande est déjà faite

56Nous sommes venus te voir femme de grande notoriété
Femme dont le visage est partout ancré dans les esprits

57Ta place scintille de luminosité, elle brille telle une étoile.

4. Louanges pour la Mannûbiya

58Visiteurs de la Mannûbiya, visitez-la, et votre besogne sera accomplie
Visitez la charmante bien-aimée de tous les hommes
Celui qui s’absente, elle ira le voir chez lui et le retrouvera par tous les chemins

59Visitez-la, elle qui console tous ceux qui viennent se plaindre de leurs douleurs
Implorant intensément tous les gens pieux

60Visitez celle qu’on aime bien, auprès de qui vous trouverez du travail
Lui faire des incantations, c’est les faire à Dieu
Oh combien utiles sont ces implorations à Sîdî Bel Hassen el-Shâdhilî

61Toi qui participes à cette fête tu seras bénie déjà de ton vivant, comme après ta mort
Et tu trouveras lors de ton embarras un secours auprès des soufis

62El-Shâdhilî qui s’occupe de tous rend des services innombrables
Être un saint et appartenir à une filiation des plus renommées, atteste de son rang le plus élevé

63Que la paix et la miséricorde de Dieu soient sur son élu, sa famille, ses compagnons ainsi que ses descendants !

64Que le salut soit encore sur toutes les épouses (du Prophète), pures
De même que sur tous les membres de sa famille
Sans oublier ceux qui ont embrassé la religion musulmane !

II. Chants des femmes

1. Louanges pour Sayyda Mannûbiya

65Protectrice, Ô sainte

66Protectrice, Ô sainte

67Protectrice, Ô sainte

68Donne-nous le conseil, Ô sainte

69Bien-aimée, mère des présents

70Présente, je t’ai demandé le hajjet j’ai changé

71Lalla, maîtresse du machmûm, je te reproche et je te gronde

72Ô el-Beya, Ô el-Beya, que Dieu fasse ce que tu demandes !

73Je veux que Lalla me guérisse, Ô Sayyda

74Lalla au bendîr, et Lalla au sifsâri de soie

75Ô el-Beya, Ô el-Beya, que Dieu fasse ce que tu demandes !

76Guéris-moi, Ô Sayyda

77Lalla maîtresse de la preuve, toi le médecin légitime

78Ô el-Beya, Ô el-Beya

79Protectrice, Ô sainte

80Protectrice, Ô sainte

81Protectrice, Ô sainte.

2. Louanges pour Sayyda Mannûbiya

82Mon cœur s’enflamme à la vue des visiteurs, mère du voile

83Le sommeil nocturne ne m’est pas doux. Elle se lève dès que pointe l’aube

84À la porte de Gorjâni, elle reste un long moment à adorer Dieu

85Les gens libres de La Manouba, les vieux et les jeunes, ont dit à son père

86Qu’est-ce qu’il a maudit sa fille ! parce qu’elle nous a fait honte, ‘Aïsha mère du voile

87Contrôle ta fille ! Empêche-la ! Quand est venu son père, fâché et perplexe

88Elle lui dit : « Papa informe-moi ». Il lui dit : « Reste à la maison », ‘Aïsha mère du voile

89Ta honte est sur mon visage. Elle a compris à l’instant même :

90« Donne-moi ton taureau que je joue avec »

91Elle le prit et elle alla chercher le boucher, ‘Aïsha mère du voile

92Elle le sacrifia et le partagea de maison en maison

93Des petits os me sont revenus, qu’elle a mis dans la peau, ouvertement

94‘Aïsha mère du voile. Dedans, sa tête et ses pattes

95Elle demanda au Cher Puissant de redonner vie à celui qu’il a tué.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540