Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte parmi les saints

 | 
Katia Boissevain

Note sur la transcription et les citations

Texte intégral

1Pour la transcription des mots arabes, j’ai choisi une orthographe simplifiée, afin de faciliter la lecture des non-arabisants. Ainsi, un accent circonflexe distingue les voyelles longues (â, î, û), des voyelles brèves. Les lettres emphatiques ne sont pas signalées. J’ai formé les pluriels, qu’ils soient réguliers ou non, à partir des mots arabes au singulier, accolés à la terminaison -s. Par exemple, on lira zâwiya-s plutôt que zawâya, et jinn-s plutôt que jnûn. Les termes arabes passés dans la langue française, tels que cheikh ou souk, suivront l’orthographe française. En Tunisie, le qâf est prononcé par les Tunisois et les milieux éduqués, ainsi que par tous lorsqu’ils citent des textes religieux. En revanche, dans les régions et les campagnes cette lettre se transforme en g. De même, le jîm est parfois changé en z, comme dans le prénom Jezia, qui devient alors Zezia. La lettre hamza est transcrite par un ’, la lettre ‘ain par un ‘. Pourtant, cette dernière ne sera pas toujours signalée : j’écris Abdel, plutôt que ‘Abd el, suivant la transcription couramment admise au Maghreb. L’article défini est toujours transcrit el même devant les lettres solaires, à l’exception du quartier Ettadhamen, pour lequel je respecte la graphie francophone en cours à Tunis.

2Les « guillemets français » indiquent une citation ou la traduction en français d’un terme utilisé par les gens auprès desquels j’ai enquêté. En revanche, j’ai réservé les “guillemets anglais” aux notions et concepts que j’utilise moi-même.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable