Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire un monde ?

 | 
Pierre Robert Baduel

III. Pluralisme et universalisme au temps de la mondialisation libérale

Puissance et démocratie dans L’Impuissance de la puissance de Bertrand Badie

Slim Laghmani

Texte intégral

1Discuter la thèse centrale de L’Impuissance de la puissance de Bertrand Badie reviendrait, a priori, à lui répliquer : « La puissance est quand même puissante ! », mais de cela, Bertrand Badie convient volontiers et le montre amplement dans son ouvrage. La puissance est encore puissante, et, en un certain sens du mot puissance, elle l’est même plus que jamais.

2En vérité, la thèse véritable de Bertrand Badie, c’est la dernière phrase de son ouvrage qui nous la livre, non son titre. Cet essai nous « annonce… l’impuissance de la puissance » plutôt qu’il ne l’autopsie. L’auteur y voit la tendance forte de l’évolution en cours des relations internationales plutôt que sa réalité accomplie. La puissance est en train de devenir impuissante, mais le Gladiateur a encore de « mauvais » jours devant lui.

3Car le Gladiateur est encore là, l’arène aussi, mais le jeu n’entraîne plus la foule, il ne la passionne plus, il ne l’amuse même plus. On le conçoit : le Gladiateur n’est plus confronté à ses semblables, mais à de pauvres malheureux, des martyrs. La foule murmure, réprouve. Autrefois, elle jetait des fleurs à l’un ou à l’autre des protagonistes, elle s’identifiait à l’un ou à l’autre des champions, la voilà aujourd’hui qui conspue, qui conspire. Le Gladiateur, fier de ses victoires passées et de sa solitude présente, ne comprend pas, il s’offusque, il gesticule, il brandit son glaive, bombe le torse, il menace. Les yeux se détournent, les têtes se baissent, les plus proches hochent la tête en signe de soumission. Mais on n’en pense pas moins : le ressentiment s’installe, la haine grandit, la rancœur enfle. À peine notre Gladiateur a-t-il le dos tourné que les plus hardis des anciens supporters se mettent à siffler et que les plus fous des contestataires jettent les premières pierres, les plus timorés sourient de satisfaction. Égratigné, ivre de rage, notre Gladiateur fonce dans le tas, mais il n’écrase que les plus faibles ou ceux que la peur a tétanisés ; les autres, frêles mais agiles, fuient en courant, se retournent pour s’assurer de ce que la distance gagnée assure leur sécurité, et, dans un même mouvement, raillent cette puissance qui alourdit notre gladiateur, ces « ailes de géant qui l’empêchent de marcher », et lui lancent des insultes fort recherchées. Voilà ce que notre Gladiateur est devenu, il a quitté l’arène pour les bancs des spectateurs, la scène est vide, le cirque va bientôt fermer : The game is over.

4Sur cette thèse, que dire d’autre, sinon broder ? On peut s’en étonner : n’ai-je pas dénoncé l’empire et son droit impérial, certes, mais outre la conjoncture qui explique l’emportement, je ne vois pas de contradiction majeure. Le Gladiateur solitaire a naturellement une tentation impériale, mais ce livre montre les limites d’une telle tentation. Il a de surcroît le mérite de poser la vraie question : celle de l’intégration sociale internationale et de pas adorer de nouveaux dieux. Le multilatéralisme, les Ong, l’opinion publique ne sont pas sanctifiés. Le multilatéralisme peut être « autoritaire », masquer l’hégémonie ou nommer le directoire d’un autre nom, plus seyant. L’opinion publique peut être manipulée, quant à l’opinion publique réellement internationale, elle en est encore à ses balbutiements. Les raisonnements de Bertrand Badie sont tout en nuances. Le mouvement observé est toujours rendu dans sa réalité dialectique.

5J’interrogerai cependant la thèse de Bertrand Badie sur deux points. Le premier a trait au concept même de puissance, le second à la démocratie.

6Bertrand Badie intitule son essai L’Impuissance de la puissance, ce titre n’est significatif que dans la mesure où l’on attribue des sens différents au mot puissance. L’impuissance serait une incapacité de faire ce que l’on veut et la puissance signifierait la force. L’impuissance de la force est donc l’interprétation la plus raisonnable du titre de l’ouvrage. Pourtant, dans le texte, Bertrand Badie part d’une définition wébérienne de la puissance, entendue comme « la chance d’imposer sa volonté quel que fût le moyen utilisé à cette fin ». Celle-ci ne le satisfait point, mais je n’ai pas vu qu’il en ait proposé une autre et je suis enclin à croire que, tout au long de l’ouvrage, c’est cette définition qu’il a utilisée. Pour ma part, je m’y tiens et je relève avec Bertrand Badie qu’elle ne se confond pas avec la force, c’est-à-dire avec les ressources, notamment militaires, de la puissance. Mais je relève aussi que la perception de la puissance est par nature subjective puisqu’elle a trait à la volonté de sorte qu’une même entité peut-être considérée comme puissante ou impuissante selon la volonté qu’on lui attribue. Plus clairement, si la volonté de notre anonyme Gladiateur est d’éradiquer le terrorisme, alors il a piteusement échoué ; si sa volonté est de remodeler le paysage politique du Moyen-Orient, il faudrait encore attendre quelque temps avant de se prononcer ; mais si sa volonté est de briser les résistances régionales à son hégémonie et de garantir la suprématie d’Israël dans la région, il a réussi. Alors est-il puissant ou impuissant ? La réponse est : cela dépend !

7Par ailleurs, est-il vrai que notre gladiateur trébuche sur les effets de la mondialisation ? Je n’en suis pas certain. On peut même se demander si la mondialisation a transformé la vie des Américains. Je ne pense pas, parce que les États-Unis étaient déjà un monde. Il y a eu Oklahoma City avant le 11 septembre. Quel effet a la mondialisation sur l’État américain en termes de perte de puissance ? Peu de chose me semble-t-il. Le dollar est américain. Les sociétés transnationales d’origine américaine sont d’une remarquable docilité dès qu’il s’agit d’appliquer les sanctions décidées par l’État américain. Les Ong sont depuis peu placées sous haute surveillance. Cnn peut être censuré. Le libre-échange est renié dès qu’il dessert les intérêts américains…

8Ma deuxième question a trait à un quasi-absent : la démocratie. Je ne sais si c’est un effet de la thèse de l’auteur sur l’échec de l’importation de l’État, thèse à laquelle, d’ici, je ne peux souscrire, mais le fait est que le mouvement est amorcé. Seuls les « jihadistes » autodestructeurs y résistent sur le plan du principe. On peut raisonnablement considérer que de sa réussite ainsi que de celle de l’intégration sociale dont Bertrand Badie traite si bien, dépend l’institution d’un multilatéralisme véritable. Seule la démocratie réalise les peuples et, face aux peuples, le Gladiateur n’est qu’… « un tigre en papier ».

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable