Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire un monde ?

 | 
Pierre Robert Baduel

III. Pluralisme et universalisme au temps de la mondialisation libérale

Pluralisme, multilatéralisme et universalisme dans l’analyse économique de la mondialisation

Wladimir Andreff

Texte intégral

  • 1 Globalisation étant un anglicisme – puisque globalization signifie exactement mondialisation en an (...)

1Pluralisme, multilatéralisme et universalisme ne font pas partie des catégories (concepts) les plus présentes dans les discours des économistes, d’autant moins qu’avec la formalisation et la modélisation croissantes de la science économique, celle-ci semble devenir de moins en moins plurale, multilatérale et universelle dans ses échanges et son dialogue avec les autres sciences sociales. Cependant, les deux premiers concepts peuvent être repérés dans la littérature économique, le troisième plus rarement mais c’est parfois au sujet de la mondialisation (ou globalisation1) de l’économie. L’usage de pluralisme est fréquent pour désigner la pluralité des paradigmes qui, aujourd’hui, coexistent en science économique, bien que l’un d’entre eux soit dominant (mainstream). L’analyse économique de la mondialisation n’échappe pas à ce pluralisme paradigmatique. Nous suggérons une autre utilisation pertinente possible de ce terme au sujet des diverses formes que prend la mondialisation économique de nos jours.

2Le multilatéralisme est un concept fréquent en économie internationale ; la multilatéralisation des échanges désigne les modalités modernes des échanges commerciaux internationaux, un objectif essentiel de l’Organisation mondiale du commerce (Omc) et un progrès pour les pays autrefois socialistes et certains pays en développement protectionnistes recherchant des équilibres bilatéraux dans leur commerce extérieur, à l’aide des échanges compensés et des règlements en compte de clearing. Une tentative avortée de multilatéralisation des investissements directs étrangers (Ide), qui sont au cœur de la mondialisation économique, n’empêche pas – et ne peut masquer – l’universalisme des politiques d’attractivité adoptées par quasiment tous les pays du monde pour attirer des Ide sur leurs territoires.

3L’universalisme est une dimension inhérente à la notion même de mondialisation. Si les phénomènes économiques qui entraînent le développement de la mondialisation n’étaient pas universels, s’ils se cantonnaient à quelques pays (économies nationales) du monde, on parlerait d’internationalisation du capital (de l’économie) comme dans les années 1970 et 1980. Le commerce étant mondial depuis plusieurs décennies, ce sont d’autres phénomènes qui caractérisent la phase actuelle dite de mondialisation : il s’agit de ce que les économistes ont nommé la globalisation financière d’une part, et d’autre part de la mondialisation de la production sous l’effet des Ide réalisés par des firmes transnationales ou multinationales (Fmn). La globalisation financière remonte au début des années 1980 et son ubiquité (et son universalité) s’est rapidement réalisée grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) permettant à tous les marchés financiers du monde de fonctionner en temps réel, 24 heures sur 24. En revanche, la mondialisation de la production a longtemps laissé à l’écart la plupart des pays en développement et les pays autrefois socialistes, ceux-ci n’attirant au départ que peu d’Ide entrant sur leurs territoires. A fortiori, ces pays ne réalisaient pas d’Ide sortant à l’étranger. Ce sont ces deux constats qui ont commencé à se modifier pendant les années 1990 et 2000 et qui pourraient pousser la mondialisation en direction de l’universalisme, que cette tendance soit bénéfique ou non. Sur ce dernier point, la réponse dépend des économistes que l’on interroge au sujet de la mondialisation, ce qui est le meilleur moyen de revenir au pluralisme.

1. Le pluralisme dans l’analyse économique de la mondialisation

1.1. Le pluralisme des paradigmes dans l’analyse de la mondialisation

4Le pluralisme en économie renvoie avant tout à l’état actuel de la science économique dans laquelle coexistent et se confrontent plusieurs paradigmes fondateurs de l’analyse économique. Le paradigme néoclassique dominant est à l’arrière-plan du libéralisme économique et des recommandations de politique économique libérales. Aujourd’hui minoritaires, voire marginales pour certaines d’entre elles, les analyses économiques dites hétérodoxes se réfèrent, dans le désordre et sans convergence (W. Andreff, 1996), soit au paradigme postkeynésien, soit au marxisme (de moins en moins), soit à l’institutionnalisme, soit à l’évolutionnisme, soit à la théorie de la régulation. Ce pluralisme paradigmatique trouve à se manifester dans chaque domaine de spécialité de la science économique, comme on peut aisément le montrer dans le cas de l’analyse des économies en transition postcommuniste (W. Andreff, 2002a) ou par la multiplicité des théories cherchant à expliquer l’expansion des FMN (W. Andreff, 2003a, chap. 6). L’économie internationale, la spécialité dans laquelle on trouve les économistes s’intéressant plus particulièrement aux phénomènes de mondialisation de l’économie, n’échappe pas davantage à ces clivages paradigmatiques, ce qu’on va illustrer dans un instant. Notons auparavant que le mainstream d’inspiration néoclassique et libérale s’étend de plus en plus sur la science économique, utilisant à son avantage, plus que les courants hétérodoxes, la formalisation mathématique des questions économiques (la modélisation) et l’usage de techniques quantitatives sophistiquées (et aujourd’hui informatisées) de vérification empirique de ses propositions. Cela ne facilite pas toujours le dialogue avec les autres sciences sociales, mais contribue fortement à une homogénéisation de la science économique et, par ce biais, à une certaine convergence des points de vue entre économistes, sous dominante néoclassique et libérale. Il s’ensuit que la vision économique initiale de la mondialisation est assez largement inspirée par la pensée économique libérale.

  • 2 Ce qui n’est pas totalement faux, car il est vérifié statistiquement que les salaires versés par l (...)
  • 3 Les plus farouches partisans de la mondialisation libérale vont jusqu’à soutenir que la mondialisa (...)
  • 4 Visant à reléguer les analyses de Keynes dans l’histoire de la pensée économique et surtout les po (...)

5La mondialisation libérale part de l’impératif du libre-échange dans le commerce international, condition supposée d’une allocation optimale des facteurs de production dans le monde (et dans chaque pays) ainsi que de la bonne spécialisation internationale de chaque pays. L’ide et la multiplication du nombre des Fmn sont analysés comme des facteurs de progrès économique transférant les technologies, les goûts des consommateurs, les méthodes de production et les produits pour les satisfaire, des pays d’origine (développés) vers les pays d’accueil (moins développés). La mondialisation est donc favorable à la croissance économique et à la richesse (D. Dollar et A. Kraay, 2002) et, par voie de conséquence, elle crée des emplois, réduit les inégalités, met à la disposition des consommateurs des produits moins chers (spécialisation et importation) et peut même pousser dans certains cas à la réforme des régimes politiques corrompus ou autoritaires. Elle serait un moyen efficace pour faire reculer la corruption (F. Bonaglia et al., 2001) et améliorerait la gouvernance dans ces pays. Les Ide tendent à égaliser les salaires entre les différents marchés du travail (sous-entendu augmentent ceux des pays en développement2) et à améliorer les conditions de travail là où elles sont les plus insupportables3. Ils sont porteurs d’une concurrence accrue partout dans le monde où ils font de la recherche de compétitivité le déterminant de toute activité économique. L’Ide est enfin un moyen pour les Fmn de contourner les barrières protectionnistes (tarifaires et non tarifaires) érigées par des États-nations, qualifiés de « frileux », voulant faire jouer leurs préférences nationales (pour leurs produits, leur culture, etc.). Quant à la globalisation financière, en levant tout obstacle aux mouvements internationaux de capitaux à court terme, elle permet à quiconque d’aller placer ses capitaux (prêts) ou de les investir (investissement de portefeuille dans des obligations et actions à l’étranger) là où le rendement financier est le plus élevé. Par ces déplacements, les capitaux tendent à égaliser les taux d’intérêt dans le monde, donc les conditions de financement des activités économiques, y compris celles des Fmn. Dans la pratique, c’est plutôt une norme mondiale de rendement du capital financier qui s’est imposée (cf. 1.2 infra) à l’issue des politiques de déréglementation des opérations financières inspirées par cette vision libérale de la mondialisation. Enfin, du point de vue des politiques économiques recommandées aux divers États du monde, notamment par le Fmn et la Banque mondiale, à la fin des années 1980 s’est imposé4, au nom de ce paradigme, ledit consensus de Washington (J. Williamson, 1993) en faveur de la stabilisation macro-économique, de la libéralisation des prix et des transactions (i.e. la dérégulation), de la privatisation des entreprises et de l’ouverture sans restriction des économies nationales au commerce extérieur, à l’Ide et aux flux financiers internationaux. Parfois qualifié de version néolibérale du paradigme économique dominant, ce « consensus » (commun à une majorité d’économistes) repose sur la conviction que les lois de la science économique sont universelles et scientifiques (quasiment au même sens expérimental que dans les sciences exactes). C’est cette prétention à l’universalisme du paradigme dominant qui fait craindre pour le pluralisme existant. Cependant, le fait que des politiques économiques soient toujours nécessaires pour imposer à différents pays la discipline du marché démontre bien que l’idée d’un marché mondial autorégulateur imaginé par les tenants de la mondialisation libérale est de l’ordre du mythe ou de l’utopie plutôt que de la réalité. Car ces politiques économiques n’ont pas empêché les crises financières mexicaine, asiatique, russe, etc. – certains suggèrent même qu’elles les ont provoquées (J. E. Stiglitz, 2002).

  • 5 Il existe quelques tentatives d’intégrer les Fmn dans la nouvelle théorie de l’économie internatio (...)

6La « nouvelle théorie de l’économie internationale », qui fait suite au travail initial de E. Helpman et P. Krugman (1985), a quelque peu amendé le paradigme libéral initial, en introduisant dans le modèle de base la concurrence imparfaite, les monopoles, les économies d’échelle et la différenciation des produits. Au centre de son analyse, elle place l’étude des échanges croisés entre pays des mêmes produits (commerce intrabranche) qui, représentant les deux tiers du commerce mondial, sont, bien plus que les échanges Nord-Sud ou Est-Ouest de produits différents, caractéristiques de la mondialisation actuelle. Il en résulte une analyse du commerce mondial dans laquelle le protectionnisme et une politique industrielle nationale peuvent se justifier dans certaines circonstances. Cependant, en n’intégrant pas vraiment les Fmn5 et la finance internationale, ce nouveau paradigme ne bouleverse pas profondément la vision orthodoxe de la mondialisation, tout en atténuant sa conviction libérale et en se démarquant de ses recommandations néolibérales.

  • 6 Beaucoup d’entre eux s’appuient sur l’évidence empirique selon laquelle, dans nombre de pays en dé (...)
  • 7 « La mondialisation n’est pas un raccourci vers le développement », comme l’indique Dani Rodrik (2 (...)

7On donne ci-après un panorama non exhaustif des analyses de la mondialisation par des économistes plus hétérodoxes6. Après avoir été économiste en chef de la Banque mondiale, Joseph Stiglitz (2002), tout en reconnaissant qu’elle a des effets économiques positifs, a mis l’accent sur les impacts négatifs de la mondialisation, occultés par le paradigme dominant. La libéralisation n’a pas apporté la croissance promise mais a accru la misère7 ; elle a produit près de 100 millions de pauvres de plus. La mondialisation et l’introduction de l’économie de marché en Russie et dans les autres pays en transition ne leur ont pas apporté l’opulence promise, ni même une amélioration du bien-être pour la majorité de la population (la dure loi du marché !). Les bénéfices de la mondialisation reviennent de manière disproportionnée aux pays occidentaux aux dépens du monde en développement. Les mouvements de capitaux spéculatifs ont propagé les crises financières dans les pays en développement et en transition, la libéralisation des marchés financiers ayant contribué à l’instabilité économique mondiale. La conditionnalité du Fmi et de la Banque mondiale – i.e. mettre en place les politiques économiques du consensus de Washington pour obtenir l’aide financière de ces organisations – a régulièrement bafoué la souveraineté (économique et politique) nationale. Ces organisations ont été détournées de leurs buts initiaux pour devenir de nouvelles institutions missionnaires chargées d’imposer la mondialisation libérale aux pays pauvres réticents et de se substituer provisoirement à leurs États interventionnistes. Le tout guidé par un fanatisme du marché et même des « bolcheviks du marché » en Russie et dans les pays en transition. Pour Stiglitz, finalement, la mondialisation est une « gestion mondiale sans gouvernement mondial » de l’économie laissée aux intérêts commerciaux et financiers privés. À partir de là, Stiglitz se livre à une critique en règle des politiques de privatisation, de libéralisation, d’ouverture systématique au commerce et à l’Ide et se prononce pour une intervention forte de l’État, rejoignant par là le paradigme postkeynésien. La mondialisation a renforcé le besoin d’une action collective mondiale et l’importance des biens publics mondiaux. Il faut changer son mode de gouvernement et créer des institutions publiques mondiales (sous-entendu différentes du Fmi et de la Banque mondiale, lesquelles sont à réformer) pour parvenir à une « mondialisation à visage humain ».

8Une des premières conceptions économiques non libérales de la mondialisation (J. Adda, 1996) est inspirée par les travaux des historiens Fernand Braudel et Immanuel Wallerstein (1985). C’est la thèse de l’économie-monde. Cette dernière est apparue avec la naissance du capitalisme dès le xive siècle. Elle a précédé la formation des États-nations dont l’un est toujours, depuis lors, celui de l’économie hégémonique, successivement les Provinces Unies (xviie siècle), le Royaume Uni (xixe siècle) et les États-Unis (milieu du xxe siècle). Les périphéries de l’économie-monde sont sous l’emprise commerciale de la puissance hégémonique, mais aussi soumises à sa domination diplomatique et militaire. Les bases de l’expansion de l’économie-monde ont été les grandes villes portuaires comme Venise, Amsterdam, Londres, Lübeck, etc. À partir de ces villes, des marchands ne craignant pas le risque économique se sont aventurés dans le commerce lointain, étant ainsi à l’origine du commerce mondial. C’est l’apparition des États-nations enclins à appliquer des politiques commerciales protectionnistes et mercantilistes qui a porté un coup de frein à ce premier essor de la mondialisation. Cette conception de la mondialisation reste assez marginale chez les économistes. Seul Stephen Hymer (1972) a beaucoup insisté sur le fait que les Fmn avaient tendance à se concentrer dans les métropoles centrales, délaissant les périphéries économiques, tout en associant cette réalité à l’internationalisation du capital (première phase de l’actuelle mondialisation). Plus récemment, cette idée a été reprise par l’économie géographique, en s’appuyant sur des modèles de gravité, pour vérifier que des effets d’agglomération attiraient les Ide et les Fmn vers des zones urbaines ou des régions particulières au sein des économies nationales (K. Head et al., 1995 ; T. Mayer et J.-L. Mucchielli, 1999). Mais ce type de travaux ne se situe pas systématiquement dans une problématique de mondialisation.

9L’analyse d’inspiration marxiste est sous-tendue par le concept d’impérialisme, avec des variantes dues à Lénine, Rosa Luxembourg, Nicolas Boukharine et Karl Kautzky. Elle ne traite pas encore vraiment de la mondialisation, malgré l’appellation de stade suprême du capitalisme, car il s’agit plutôt d’un stade infantile de la mondialisation, parfois nommé phase d’internationalisation du capital, car les exportations de capitaux (financiers) étaient au coeur de l’analyse. Il faut cependant reconnaître à Lénine d’avoir identifié en 1916 plusieurs firmes que l’on qualifierait à présent de Fmn. Nicolas Boukharine (1917) en a fait un recensement plus vaste, confirmé ultérieurement par des compilations historiques (M. Wilkins, 1970 ; W. Andreff, 1976), ce qui fait probablement de cet auteur le plus vénérable ancêtre non libéral de l’approche moderne de la mondialisation. En restant dans une perspective marxiste, des travaux plus récents (F. Chesnais, 1994) présentent la mondialisation du capital comme une phase spécifique du processus d’internationalisation du capital résultant d’une période longue d’accumulation d’une part et du mouvement de libéralisation, de privatisation, de déréglementation et de démantèlement des conquêtes sociales. La concurrence exacerbée entre les Fmn conduit à une concentration transfrontière du capital (les fusions entre les Fmn) et à la formation d’un oligopole mondial dans l’espace économique de la Triade (Amérique du Nord, Europe, Japon). Les délocalisations sont une stratégie souvent utilisée par les concurrents d’une branche (industrie) de l’oligopole mondial. Les principaux déterminants de la mondialisation sont l’Ide, en particulier dans les services, et la globalisation financière (cf. 1.2 infra). La mondialisation crée peu à peu sa civilisation, celle du « bazar culturel mondialisé » et du « centre commercial mondialisé » (global shopping mall). De tout ceci résulte une crise du système de régulation du fait de la dislocation des formes institutionnelles de l’économie et de l’État-nation face à la mondialisation du capital. Par exemple, la mobilité du capital permet aux Fmn de contraindre les pays à aligner leurs législations du travail et de la protection sociale sur celles des États dont les lois leur sont les plus favorables. En même temps, la mondialisation a contribué au rétablissement de la rentabilité des investissements (contrariant la baisse tendancielle du taux de profit chère à la théorie marxiste).

  • 8 La Cnuced dénombrait 63 312 sociétés mères de Fmn dans le monde en 2000 (ayant 821 818 filiales ét (...)

10Dans une approche considérant que les marchés du « capitalisme réel » ne conduisent pas à l’équilibre (comme dans le modèle libéral), quelques économistes proposent une analyse de la mondialisation inégale de l’économie (C. A. Michalet, 2002). L’économie mondiale est mue par une concurrence monopoliste ou oligopoliste entre un petit nombre de groupes industriels et financiers – les Fmn8 – qui a affaibli la capacité de régulation des États. Sans véritables contre-pouvoirs économiques, les groupes industriels et financiers multinationaux prospèrent, mais renforcent les inégalités de développement : les riches deviennent de plus en plus riches et les très pauvres deviennent de plus en plus pauvres. La formule s’applique autant aux pays (inégalités entre les économies du Nord et du Sud) qu’aux individus (inégalités à l’intérieur des économies nationales, tant au Nord qu’au Sud). La place et le poids des firmes indépendantes des firmes mononationales diminuent considérablement, une part croissante des échanges mondiaux se fait hors marché (à l’intérieur des Fmn et de leurs réseaux) ou entre des Fmn ayant passé des alliances stratégiques entre elles (qui déterminent entre alliés les transactions et les prix en lieu et place du marché). L’actionnaire (de la Fmn) devient la figure de proue et le bénéficiaire privilégié de la mondialisation. La création de valeur et une norme mondiale de rendement du capital sont nécessaires pour satisfaire les actionnaires (épargnants individuels et investisseurs institutionnels principalement) que la valorisation du capital soit obtenue par la voie d’opérations productives ou de spéculations et de placements financiers avantageux (M. Aglietta et A. Rebérioux, 2004). La logique financière s’étend ainsi à la gestion des activités industrielles et explique l’engouement pour les fusions et les acquisitions d’entreprises.

11L’altermondialisme est le dernier paradigme dans lequel se reconnaissent des économistes hétérodoxes (ceux du mouvement Attac par exemple). La mondialisation est tenue pour responsable du sous-emploi et du chômage dans les pays à partir desquels les Fmn délocalisent leurs activités. Ensuite, lorsque, en raison de progrès techniques, les Fmn relocalisent leur activité dans leur pays d’origine ou les déplacent vers un pays tiers, ce sont les anciens pays d’accueil de leurs délocalisations qui souffrent de fermetures d’usines, de licenciements et de chômage. La mondialisation est une menace, partout dans le monde, pour les couches de travailleurs non qualifiés menacés d’exclusion, en même temps qu’elle accroît les inégalités de revenus en faveur des travailleurs qualifiés et de ceux qui n’ont pas besoin de leur travail pour vivre. Elle risque de produire un nivellement par les bas (race to the bottom) des salaires, des conditions de travail, des normes de pollution et d’environnement. L’extrême mobilité internationale des capitaux à court terme peut être déstabilisante à tout moment pour telle ou telle économie nationale (les crises financières mexicaine, tchèque, asiatique, russe se succèdent). La multiplication des activités financières spéculatives et des scandales financiers frappant la gestion de grandes Fmn (Enron, World Com, Vivendi Universal, etc.), déjà soulignée par l’approche de la mondialisation inégale et par Stiglitz, conduit à une critique d’incivisme des milieux d’affaires les plus actifs dans la mondialisation de l’économie. Celle-ci n’est plus associée à la diffusion du bien-être économique dans le monde (modèle libéral), mais plutôt à un processus de contournement ou de non-respect des règles, dans le capitalisme, et à l’absence de futur (en particulier si on inclut les critiques altermondialistes à l’encontre des dégradations écologiques provoquées par l’activité de certaines Fmn).

12Les approches non libérales de la mondialisation débouchent naturellement sur la recommandation suivante : une régulation de la mondialisation est devenue nécessaire. Il y a plusieurs variantes dépendant de l’aspect de la mondialisation prise en considération. Pour ce qui est de la mondialisation financière, la taxe Tobin (J. Tobin, 1978) visant à freiner les mouvements internationaux à court terme des capitaux financiers a fait l’objet de nombreux débats et du soutien des partisans de l’altermondialisation. Une version douce de cette taxe est aujourd’hui recommandée dans certains milieux officiels, y compris la présidence de la République en France. Elle a des domaines potentiels d’application très variés, tel que par exemple la régulation des transferts internationaux d’athlètes des pays en développement vers les championnats sportifs professionnels des pays développés, notamment au sujet des joueurs mineurs de 18 ans, à l’aide d’une taxe « Coubertobin » (W. Andreff, 2004a).

13D’autres soutiennent le renforcement des agences nationales de régulation pour modérer les effets négatifs de la mondialisation sur les télécommunications, la distribution de l’électricité, les marchés financiers, la concurrence, etc. Ou encore, il est recommandé de développer la compétence mondiale des agences techniques d’autorégulation (C.-A. Michalet, 2002) telles que la commission Cooke à la Bri (domaine bancaire), la société Iso 9 000 (homologation de la qualité des produits industriels) ou l’Impi (organisation internationale gérant les noms des domaines sur Internet). Des tentatives de superviser, plutôt que vraiment réguler, les activités des Fmn ont vu le jour depuis des années tels que les codes de conduite de l’Ocde, de la Chambre de commerce internationale, de l’Oit ou le Guidelines on the Treatment of Foreign Direct Investment de la Banque mondiale, adopté en 1992. Mais tous ces accords sont des gentlemen’s agreement, dont la mise en œuvre par les Fmn est volontaire, non pas obligatoire.

14La question pertinente, et fort débattue, est de savoir si le pluralisme paradigmatique n’est pas de plus en plus menacé par l’évolution actuelle de la science économique vers un soutien analytique fréquent à la mondialisation libérale. Si peu à peu cette vision de la mondialisation s’imposait à tous les économistes, ceci ferait coïncider une sorte d’universalisme (certains diraient d’impérialisme) de la science économique avec l’universalisme de certains phénomènes économiques associés à la mondialisation (cf. 3 infra). Pour l’heure, on n’en est pas là, on l’a vu, puisque des paradigmes pluriels sous-tendent les approches de la mondialisation soutenues par des économistes standard (ou orthodoxes) et celles développées par des économistes dits hétérodoxes.

15D’autres approches de la mondialisation sont à la frontière de la science économique. Ainsi, l’économie politique internationale voit la mondialisation comme un état du monde fondé sur des réseaux d’interdépendance s’étendant sur des distances intercontinentales (R. O. Keohane et J. S. Nye, 2000). Ces réseaux sont liés par des flux de biens et de capitaux, mais aussi par des influences passant par l’information et les idées, la population et la force, et les substances affectant l’environnement et la biologie. Définition très (trop) vaste pour être pleinement prise en charge par l’analyse des seuls économistes.

1.2. Le pluralisme des formes de la mondialisation économique

16On peut également utiliser le concept de pluralisme pour désigner la pluralité des formes que prend la mondialisation contemporaine. Pratiquement tous les pays du monde, sauf la Corée du Nord, participent aujourd’hui pleinement au commerce mondial de marchandises, bien que de manière inégale en fonction de leurs niveaux de développement économique et de leurs politiques commerciales, plutôt libérales ou plutôt protectionnistes. Les Fmn prennent une part très active à cette forme de la mondialisation puisque si l’on additionne le commerce international qui se réalise au sein des Fmn (entre sociétés mères et filiales étrangères) et le commerce international réalisé entre les Fmn et des firmes (mononationales), on obtient une part importante du commerce extérieur, dans tous les pays du monde. Elle est de 75 % aux États-Unis, 80 % au Royaume-Uni, 90 % à Singapour, 40 % au Brésil.

17À cette forme commerciale de la mondialisation vient s’articuler la mondialisation de la production. L’intégration mondiale de la production se réalise au moyen de l’Ide, de fusions et d’acquisitions transnationales (d’une firme d’un pays par une firme d’un autre pays), d’alliances stratégiques entre les Fmn, par des flux internationaux de technologie mis en mouvement par les Fmn et par l’internationalisation de la recherche dans les laboratoires appartenant à celles-ci (W. Andreff, 2003a). La part de la production mondialisée, approximée par l’agrégat des activités des Fmn dans leur pays d’origine et des ventes de leurs filiales étrangères, atteignait déjà en 1989 32 % du Pib aux États-Unis, 24 % au Japon et 42 % aux Pays-Bas. Ces pourcentages ont certainement augmenté depuis lors si l’on compare les taux de croissance du Pib mondial et de l’Ide (tab. 1). Elle donne corps à la notion d’économie mondialisée (R. Reich, 1993) fondée sur un réseau mondial d’activités capable de fournir une production personnalisée en tout pays.

18La troisième forme de la mondialisation est financière. Elle résulte des opérations financières internationales réalisées par les banques multinationales et les Fmn sur des marchés financiers de plus en plus intégrés en un seul marché mondial des capitaux. Les valeurs unitaires des transactions et les masses financières impliquées sont énormes. Les transactions annuelles sur les marchés internationaux de produits financiers dérivés – qui n’est qu’un segment, certes le plus dynamique, du marché mondial des capitaux – ont dépassé 60 000 milliards de dollars par an en 2000, soit deux fois la valeur du PIB mondial (tab. 1). La valeur des transactions sur le marché mondial des devises est de plus de 2 000 milliards de dollars par jour. La formation de ce marché financier global est largement due à la déréglementation des opérations sur les marchés financiers nationaux depuis les années 1980 qui a été accompagnée et a été soutenue par le paradigme économique de la mondialisation libérale.

19La mondialisation est donc caractérisée par sa multidimensionnalité, selon un spécialiste du sujet (C.-A. Michalet, 2002). Cette multidimensionnalité concerne évidemment la dimension des échanges de biens et services, celle des Ide et celle de la circulation des capitaux financiers. Michalet propose de distinguer la « configuration internationale » de la mondialisation qui se réfère à la dimension des échanges de biens et de services entre les pays. Elle repose sur un principe de spécialisation internationale. La « configuration multinationale » a pour dimension prédominante la mobilité de la production des biens et services, dont le vecteur est l’Ide des Fmn. Sa logique est celle de la compétitivité et de la concurrence oligopolistique entre les plus grandes Fmn de chaque secteur de l’économie mondiale. Une « configuration globale » est caractérisée par la dimension financière de la mondialisation. Sa logique est celle de la rentabilité financière mesurée par le Roe (return on equity), i.e. le rendement des capitaux investis, la norme mondiale étant aujourd’hui de 15 %. La circulation des capitaux financiers est de plus en plus déconnectée des besoins d’investissement dans l’économie réelle ; elle utilise les possibilités d’arbitrage entre les taux d’intérêt sur les marchés financiers internationaux et d’arbitrage entre les taux de change sur les marchés des changes des différentes monnaies convertibles. Les progrès des Ntic, ainsi que la dérégulation des marchés financiers, ont décuplé la vitesse des mouvements de capitaux financiers par rapport à celle des mouvements des biens dans le commerce mondial et à celle de l’Ide.

Tableau n° 1. Dynamique de l’Ide et des capitaux financiers dans l’économie mondiale

Tableau n° 1. Dynamique de l’Ide et des capitaux financiers dans l’économie mondiale

*Transactions internationales sur les marchés organisés et les marchés de gré à gré. Ife/stock d’Ide sortant : 106 % en 1982, 1587 % en 2000.
Sources : Unctad et Banques des Règlements Internationaux.

20Bien que Michalet n’y insiste pas, une quatrième dimension est la mondialisation des services qui s’accélère ces dernières années. Avec le développement des Ntic, une proportion croissante des Ide industriels exige d’être complétée par des services fournis à l’étranger – informatisation, finance, publicité, communication – et les Fmn offrent des complexes de biens et services liés (ordinateur, imprimante, logiciel, banque de données, courrier électronique, moteur de recherche sur Internet, etc.). Il se forme un complexe tertiaro-industriel global. Ceci d’autant plus que 60 % de tous les Ide sont effectués dans le secteur tertiaire aujourd’hui (31 % dans l’industrie, 9 % dans le secteur primaire), contre 32 % en 1970 (alors 45 % dans l’industrie et 23 % dans le primaire). Pour l’essentiel, ce sont des Fmn industrielles qui réalisent des IDE dans les services. Il s’ensuit une interdépendance entre la mondialisation de la production des biens et celle des services. Cette remarque vaut bien sûr pour les services offerts aux firmes elles-mêmes, mais aussi pour les services offerts aux ménages, tels que le transport aérien, l’assurance, les médias, les télécommunications et surtout les services ciblés sur notre temps libre et nos loisirs (tourisme, sports, spectacles, etc.). Ainsi, « l’industrie du sport », où la part des services est prépondérante, est sujette à une véritable mondialisation depuis 1984, qu’il s’agisse de la multiplication des compétitions sportives mondiales, de la mondialisation du spectacle sportif télévisé, du commerce mondial des articles de sport ou de la délocalisation de leur production dans les pays en développement (W. Andreff et S. Szymanski, 2005 ; J.-F. Bourg et J.-J. Gouguet, 2005). Qu’il s’agisse d’une forme de la mondialisation dont le poids s’affirme ces dernières années, est confirmé par le thème privilégié dans le dernier rapport annuel de la Cnuced (Unctad, 2004) : The shift of Fdi towards services (le déplacement de l’Ide vers les services).

2. Le multilatéralisme : la mondialisation du commerce et des investissements étrangers

21Le multilatéralisme évoque pour les économistes la multilatéralisation des relations économiques internationales (commerce, mouvements des capitaux, Ide). Les vingt dernières années ont vu la multilatéralisation progresser très rapidement. Dans le domaine commercial, elle est liée à la libéralisation des échanges promue par des organisations internationales, en premier lieu par l’Omc, mais aussi le Fmi, la Banque mondiale et l’Ocde. Dans le domaine des Ide, malgré l’échec de l’Accord multilatéral sur l’investissement (Ami), la multilatéralisation progresse par d’autres moyens. En particulier, la surenchère actuelle des incitations qu’offrent les États pour attirer les Ide sur leurs territoires va au-delà du multilatéralisme et tend à universaliser une politique économique facilitant énormément la mondialisation. Par des politiques d’attractivité de plus en plus libérales, les États deviennent « mondialisateurs » et contribuent très directement à l’avancée de la mondialisation (W. Andreff, 2003b).

2.1. Vers la multilatéralisation généralisée des échanges commerciaux

22On oppose parfois le libre-échange (free trade), i.e. plus de mondialisation commerciale, et le commerce équitable ou concurrence loyale (fair trade), i.e. une mondialisation plus restreinte et régulée. D’autres voient là un faux dilemme en estimant que le commerce et l’investissement continueront de toute façon à être gérés par les États (P. Brown et B. Schweke, 2001). Sans doute un peu optimiste, le problème étant de savoir comment les États gèrent la mondialisation, comme on va le voir (cf. 2.2 infra).

23La finalité du Gatt (General Agreement on Tariffs and Trade), ancêtre de l’Omc, n’était justement pas d’établir le libre-échange à l’échelle mondiale mais, plus modestement, de faciliter l’organisation des échanges sur une base multilatérale et non pas bilatérale. Il y a là un souci de rompre avec le bilatéralisme de l’avant-guerre (lié à la crise des années 1930), a fortiori avec celui des pays socialistes au sein du Caem, et même avec le mercantilisme des siècles précédents. L’écart est donc notoire entre les principes du multilatéralisme (la clause de la nation la plus favorisée) et l’universalisme des intégristes du libre-échange et de la mondialisation libérale. Les différents cycles de négociations multilatérales (rounds) du Gatt, à partir de 1947, ont eu pour objectif majeur l’abaissement des tarifs douaniers, puis ils ont visé à combattre les autres entraves aux échanges : subventions aux exportations, restrictions quantitatives (quotas) sur les importations, normes administratives (protégeant le marché intérieur), les Trims (Trade Related Investment Measures), i.e. les normes de contenu local, d’équilibrage du commerce extérieur et de performances minimales à l’exportation imposées par certains pays aux Fmn qu’ils accueillent, et enfin le dumping. L’objectif était d’éliminer les principales sources de concurrence déloyale (unfair trade) et non d’atteindre une liberté totale des échanges (free trade). En outre, le Gatt admettait des dérogations à l’application de ses principes, ce qui éloigne d’autant plus du libre-échange : clauses de sauvegarde, protection des industries naissantes, non-obligation de réciprocité (système de préférences généralisé) pour les pays en développement. Au total, chaque pays, tout en respectant les principes du Gatt, pouvait mener une politique commerciale ou industrielle, incompatible avec le libre-échange absolu et le paradigme de la mondialisation libérale.

24L’Omc est créée en 1995, pour remplacer le Gatt, au moment où le refus de la mondialisation se manifeste dans l’opinion publique, et la première réunion interministérielle de l’Omc, tenue en décembre 1999 à Seattle, fut marquée par de violentes manifestations antimondialisation. Pourtant, l’Omc se situe exactement dans le prolongement du Gatt comme promoteur des échanges multilatéraux et réducteur du protectionnisme, non comme organe d’un libre-échange universel. Mais, étant cantonné au commerce, l’Omc ne peut prendre en compte le pluralisme (la multidimensionnalité) de la mondialisation, dont l’Ide et les Fmi qui participent aux deux tiers du commerce mondial. Il n’est pas certain que les altermondialistes ne se trompent pas d’adversaire principal en s’attaquant à l’Omc (Stiglitz, par exemple, soutient que le rôle du Fmi et de la Banque mondiale dans les années 1990 déclenchait plus d’aspects négatifs de la mondialisation que le Gatt ou l’Omc). De plus, l’Omc met en place un embryon de régulation. Il s’agit de l’organe de règlement des différends commerciaux (Ord) qui peut être saisi par des États membres ou des entreprises lésés par des pratiques protectionnistes contraires aux principes (du Gatt) de l’Omc, par exemple le dumping. En voulant s’en prendre à l’universalisme libéral, au travers de leurs critiques de l’Omc, les altermondialistes prennent en fait pour cible le multilatéralisme des échanges, alors que le vrai problème est le libre-échange poussé à l’extrême. Ce dernier a éventuellement facilité la mondialisation du commerce, absolument pas la globalisation financière ni le noyau dur de la mondialisation, i.e. le développement des Fmn et de leurs Ide. L’Omc n’est même pas en charge de supprimer toutes les mesures protectionnistes, puisque la protection commerciale réalisée par sous-évaluation du taux de change (cas du dollar américain et du yuan chinois actuellement) lui échappe et relève en principe du Fmi, en fait de la puissance respective des États-Unis et de la Chine. De même, l’éventuelle introduction d’une clause sociale – qui conduirait à imposer un minimum de règles sociales pour niveler les conditions de la concurrence internationale – n’est pas exclusivement du ressort de l’Omc, mais en partie de celui de l’Organisation internationale du travail (et du Bit). Si l’Omc disparaissait du jour au lendemain et que des États renforçaient leur protectionnisme, la mondialisation du commerce serait sans doute momentanément freinée, mais certainement pas le mouvement global de la mondialisation, car rien n’empêcherait que les IDE continuent leur expansion et que la volatilité internationale des capitaux financiers se poursuive.

2.2. De l’échec de l’Accord multilatéral sur l’investissement aux succès des « États mondialisateurs »

25Contrairement à l’adjectif figurant dans son intitulé, l’Ami est plus une tentative d’universaliser, plutôt que de multilatéraliser, des bonnes conduites à l’égard des Fmn. Proposé par l’Ocde, cet accord devait verrouiller institutionnellement les politiques libérales d’attractivité de l’Ide dans un cadre global (T. L. Brewer et S. Young, 1996). Son objectif était de supprimer toute discrimination entre les investisseurs étrangers et autochtones, d’imposer partout la discipline du marché et de créer la base durable d’une confiance mutuelle entre les Fmn et les États (W. H. Witherell, 1995). Il prévoyait la libéralisation des régimes d’investissement et une protection accrue de l’Ide contre l’expropriation ainsi que des garanties d’indemnisation et de transfert des fonds. Il devait s’appliquer à tout secteur des pays signataires de l’Ami et généraliser l’obligation de transparence des politiques nationales d’attractivité de l’Ide. Cet accord aurait obligé les pays signataires à respecter l’irréversibilité (standstill) d’un niveau minimum de libéralisation et à éliminer totalement (roll-back) les exceptions aux obligations de libéralisation. Complété par des procédures de règlement des litiges liés à l’Ide, il prévoyait l’embauche sans restriction du personnel expatrié (dans les filiales étrangères des Fmn), le traitement national (à égalité avec les firmes locales) des investisseurs étrangers dans les programmes de privatisation, de régulation des monopoles et dans l’application des contraintes de performance et les incitations à l’investissement. Ouvert à la signature des pays membres de l’Ocde, mais aussi des non-membres (d’où sa prétention mondiale ou universelle), il aurait été obligatoire pour les pays signataires.

26Les Fmn ont exprimé un fort soutien à l’Ami, notamment dans le cadre du Biac (Business and Industry Advisory Committee) de l’Ocde. L’Ami était bien … celui des Fmn. L’exclusion des pays non membres de l’Ocde de la préparation de l’Ami leur a fait craindre que leurs intérêts de pays d’accueil de l’Ide ne soient pas suffisamment pris en compte. Des pays en développement auraient préféré un cadre multilatéral (plutôt qu’universel) visant plutôt à contenir les effets indésirables de l’activité des Fmn dans les pays hôtes. La négociation de l’Ami a été mise en sommeil en décembre 1998 quand la France a fait connaître son opposition. D’autres positions hostiles en Europe et aux États-Unis craignaient aussi pour l’indépendance nationale. L’Ami aurait facilité les stratégies globales (W. Andreff, 2003a) des Fmn et la surenchère des politiques d’attractivité (cf. infra). Mais, la plupart des clauses de l’Ami sont déjà appliquées de facto par de nombreux pays (C.-A. Michalet, 1999). Le slogan de l’Ami d’égaliser les règles du jeu (level off the playing field) visait à créer une réalité proche de l’idéal de la mondialisation libérale, un monde institutionnellement lisse. Si l’Ami avait été adopté, il y a de fortes chances qu’il eût contribué à renforcer la concentration de l’Ide sur quelques pays et sites privilégiés.

27L’échec de l’Ami a-t-il de quelque façon freiné la mondialisation de la production et l’expansion des Fmn ? Aucunement. Car cet accord, au fond, ne faisait rien d’autre qu’entériner les politiques étatiques spécifiques, ayant pour vocation d’attirer les Fmn sur un territoire national, qui s’étaient propagées à la plupart des pays du monde depuis le milieu des années 1980. Depuis lors, on assiste à une véritable surenchère de ces politiques d’attractivité (W. Andreff, 1999), chaque pays espérant ainsi être l’un des « mieux offrants » de conditions favorables à l’implantation des Ide sur son territoire. Et ceci bien que de telles politiques comportent un coût (des incitations fiscales et financières aux Ide), d’ailleurs réprouvé dans un rapport de l’Ocde (Oman, 2000) qui recommande aux États et aux autorités régionales d’offrir sur leurs territoires des avantages moins coûteux et plus efficaces, tels qu’une bonne gouvernance, des infrastructures adaptées, un bon niveau de qualification de la main-d’œuvre et un système juridique clair et stable. Comme le notait déjà la Cnuced en 1994, on est en présence d’un processus mondial de libéralisation des politiques d’accueil de l’Ide défini comme « un processus incluant la suppression des mesures discriminatoires à l’égard de l’Ide qui distordent le marché, l’atténuation ou l’élimination des restrictions, ainsi que des incitations spéciales à l’Ide par les gouvernements, l’établissement de règles favorables de traitement et de protection des filiales étrangères, et l’introduction de certains contrôles et de règles prudentielles pour assurer un bon fonctionnement du marché » (Unctad, 1994), soit une combinaison de marchés libres et de surenchère dans la concurrence entre les États pour offrir aux Fmn des avantages de localisation. Ainsi, de 1960 à 1976, 1 369 filiales étrangères de Fmn furent nationalisées dans les pays en développement, seulement 47 de 1976 à 1979 et 15 de 1980 à 1985. Depuis lors, les Fmn participent aux programmes de privatisation des pays en développement et en transition. Cette mesure n’est que la plus symbolique de l’inversion des politiques étatiques à l’égard de l’Ide (largement décrites dans C.-A. Michalet, 1999 ; W. Andreff, 1999 et 2003a).

28Cependant, s’il est établi que des mesures incitatives sont sans cesse réclamées à l’État du pays hôte par les investisseurs étrangers, toutes les études économiques montrent que ces incitations ne figurent pas au premier rang des facteurs influençant la décision d’investir à l’étranger. Le nombre même des mesures d’incitation à l’Ide dilue leur effet apparent tel qu’il est perçu par les Fmn. Mais surtout, avec la globalisation des stratégies des Fmn, ce n’est pas tant la présence d’incitations dans la politique d’attractivité d’un pays que leur absence qui importe. Puisque la plupart des pays du monde ont mis en place des politiques d’attractivité libérales, l’arbitrage effectué entre eux par les Fmn se résume souvent à l’évaluation des avantages comparés des localisations. En revanche, l’absence de mesures incitatives dans un pays dissuade les Fmn d’y investir et les détourne vers les pays qui disposent de telles mesures. Ceci conduit à la marginalisation (par rapport à l’Ide et à la mondialisation productive) des pays sans incitation à l’Ide et à la convergence des politiques d’attractivité des pays qui ont adopté des incitations. Un pays envisageant de promouvoir l’Ide entrant sur son territoire s’adresse en général au Fias (Foreign Investment Advisory Service) de la Banque mondiale, où il se voit recommander la même politique d’attractivité – aux adaptations locales près – que les pays qui l’ont précédé et que ceux qui le suivront dans leur demande d’assistance au Fias : pas de restriction à l’Ide, libéralisation du commerce, protection de la propriété et privatisation.

29La vision des relations entre les États et les Fmn s’en trouve bouleversée. Pour Michalet (1999), « les firmes et les gouvernements jouent conjointement la logique de la globalisation ». La mondialisation transforme en profondeur le statut de l’État-nation qui ne peut plus être placé au centre du système de l’économie mondiale : son dépérissement est en cours, il est inéluctable (C.-A. Michalet, 2003). La mondialisation provoquerait l’agonie de l’État et le transfert de ses fonctions à des agents privés : les Fmn. Pour d’autres, la mondialisation n’est pas une destinée, elle est bel et bien choisie par les États-nations et leurs politiques d’attractivité sont exemplaires de ce choix (M. Wolf, 2001). Nous avons développé à ce sujet la thèse de l’État « mondialisateur » (W. Andreff, 2003b).

30L’analyse des politiques d’attractivité de l’Ide montre en effet que, depuis près de vingt ans, dans la plupart des pays du monde, l’État est pour le moins un « facilitateur » de l’Ide entrant sur son territoire national, et souvent il en est même véritablement le promoteur. À la fois parce qu’il attend de l’Ide entrant des retombées positives en termes d’emploi, de productivité, de développement régional, de restructuration industrielle, mais plus encore parce qu’il entend que son territoire national ne soit pas évincé de la concurrence entre États par des territoires plus attractifs pour l’Ide. D’autre part, les États hôtes des Fmn ne sont pas faibles, affaiblis ou en train de dépérir, car ils n’ont pas renoncé à exercer les fonctions étatiques : au contraire. Ils en usent pour attirer les Fmn. Celles-ci sont surtout attirées vers les pays développés et moins vers les pays en développement et en transition, notamment quand l’État y est déstructuré ou considéré comme « peu fiable » par les investisseurs étrangers (Russie, Ukraine,…). Dans les pays développés, l’appareil de l’État (hôte) tend à ne plus couvrir qu’une surface réduite, sous l’effet des politiques libérales, tout en fournissant les services et les biens publics attendus par les Fmn, si possible au moindre coût. En revanche, là où l’État est soit tentaculaire, soit en déshérence (ex-Urss), mais inefficace et peu capable d’assurer toutes les fonctions étatiques dans des conditions de coût satisfaisantes pour les Fmn, les pays restent des marginaux de l’Ide et de la mondialisation.

31L’État qui intervient systématiquement en faveur de l’Ide entrant et de la mondialisation est un État « mondialisateur ». Ceci est d’autant plus vérifié que dans les pays développés, émergents, en transition et même en développement, l’État est à la fois celui d’un pays d’origine de l’Ide sortant et d’un pays hôte de l’Ide entrant (cf. 3 infra) ; ceci le conduit à favoriser l’entrée des Fmn étrangères ne serait-ce que pour obtenir, par réciprocité, un traitement aussi favorable ou non discriminatoire de ses propres investisseurs à l’étranger (E. A. Safarian, 1999). En contrepartie d’un traitement par l’État hôte désormais égal, les filiales étrangères des Fmn se comportent de plus en plus d’une façon similaire aux firmes locales. Le dernier argument en faveur de l’hypothèse de l’État « mondialisateur » tient dans les programmes de promotion de l’Ide recommandés aux pays hôtes (H. Lowendahl, 2001), à savoir : créer une agence de promotion de l’Ide ; améliorer l’image du territoire national au sein de la communauté des investisseurs internationaux ; fournir des services et des capacités d’accueil aux investisseurs étrangers ; leur offrir des incitations financières.

3. Une tendance nouvelle vers l’universalisme : la généralisation des investissements directs étrangers entrants et sortants

32L’universalisme est une dimension inhérente à la notion même de mondialisation. Toutefois, il est en partie contredit par la concentration des deux tiers du commerce mondial sur les seuls pays développés et des trois quarts des Ide sur les pays de la Triade. Néanmoins, la mondialisation se développe selon une tendance à devenir universelle par la propagation de l’Ide dans toute l’économie mondiale. Par delà une concentration sur les pays développés – qui s’explique économiquement par une variable de niveau de développement –, les Ide tendent à se généraliser au monde entier, ce qui montre que l’essence de ce phénomène économique s’universalise. Non seulement presque tous les pays du monde, dont du Tiers monde (même la Corée du Nord et Cuba ne font pas exception), accueillent des Ide entrants, mais encore aujourd’hui un nombre croissant de ces derniers deviennent des pays d’origine significatifs de l’Ide sortant. C’est nettement le cas des pays émergents (que l’on classait autrefois dans le Tiers monde, ce qui est à présent non pertinent pour la Corée du Sud, Taïwan, etc.) et des pays en transition, dont les Fmn croissent et embellissent depuis 1995. C’est aussi, bien que moins nettement, le cas d’un grand nombre de pays en développement (moins développés que les pays émergents).

3.1. L’attraction des multinationales dans les pays en transition et en développement…

  • 9 En France, 1 400 des 6 682 groupes (firmes avec filiales) présents en 1995 étaient des groupes pri (...)

33En 1914, les pays en développement accueillaient 63 % du stock d’Ide entrant dans le monde et encore 33 % en 1960 (W. Andreff, 2003a). En 2003, cette proportion n’est plus que de 27,7 %. Quant aux pays en transition, lorsqu’ils étaient en régime communiste, ils n’étaient pas ouverts à l’Ide entrant, sauf dans les toutes dernières années avant la transition. Partant pratiquement de zéro, ils sont devenus des pays hôtes de plus en plus significatifs après 1993 et détiennent 3,2 % du stock mondial d’Ide entrant en 2003. En Hongrie, le pays en transition le plus pénétré par l’Ide entrant, 47 % de tous les capitaux investis dans l’industrie sont à présent en propriété étrangère9, à l’issue des privatisations.

34Les pays en développement et les pays en transition participent ainsi au noyau dur de la mondialisation, celle de l’investissement et de la production. Cependant la nature de cette participation appelle trois séries de commentaires.

35Tout d’abord, étant donné leur nombre, les pays émergents, en développement et en transition ont une participation d’une certaine façon marginale à la mondialisation de la production, près des trois quarts de l’Ide entrant se concentrant dans les pays développés de la Triade (W. Andreff, 2003a). Au sein même de l’ensemble de ces pays, la répartition du stock d’Ide entrant est inégale et concentrée sur quelques grands pays (Chine, Inde) ou sur des pays émergents déjà fortement industrialisés (Corée du Sud, Singapour, Brésil, Mexique). En revanche, l’Afrique subsaharienne est totalement marginalisée, attirant très peu d’Ide. On notera la faiblesse relative de l’Ide entrant dans les pays du Maghreb : leur stock d’IDE entrant est nettement inférieur à présent à celui de pays en transition tels que la Hongrie, la Pologne, la Russie et la Tchéquie qui se rapprochent davantage des pays émergents. En stock d’Ide entrant, en 2003, la Tunisie devance le Maroc et l’Algérie. Les outils des économistes permettent de fournir une explication de cette répartition inégale de l’Ide entrant. Il est vérifié économétriquement qu’elle est largement liée au niveau inégal de développement des pays hôtes (W. Andreff, 2001b). La mondialisation intègre les pays en développement et en transition selon une « loi » connue du développement économique capitaliste, dite loi du développement inégal, qui s’applique aussi bien au niveau des pays qu’à celui de l’attraction des Fmn.

36En effet, dans la plupart des vérifications économétriques cherchant à expliciter quelles sont les variables déterminant l’entrée des Ide dans les pays en développement et en transition (nos propres tests dans M. et W. W. Andreff, 1997, 2002 et 2004), la variable qui apparaît régulièrement comme la plus significative (ayant le plus fort pouvoir explicatif) est le Produit intérieur brut (Pib) par habitant. Cette variable est habituellement considérée par les économistes comme la variable synthétique approximant le niveau de développement d’un pays ou d’un marché. Ce n’est pas en général la seule variable explicative significative. Nous avons testé avec succès que, pour l’Ide dans les pays en transition, les variables suivantes étaient significatives :

  1. La taille du pays d’accueil, mesurée par sa population ou son Pib, influencent positivement l’Ide entrant (tout comme le Pib par habitant l’influence positivement).
  2. Le coût unitaire du travail influence négativement l’Ide entrant (plus il est élevé, moins le pays attire d’Ide), mais cette variable n’est pas souvent significative dans les tests économétriques.
  3. La fiscalité du pays d’accueil influence négativement l’Ide : une fiscalité plus faible attire l’Ide, une fiscalité plus lourde dissuade son entrée dans le pays, et cette variable est significative.
  4. L’Ide entrant est lié au taux de croissance du Pib, bien que la relation ne soit pas toujours significative dans les tests économétriques. Cette relation économétrique montre une corrélation entre les deux variables, mais n’en indique pas le sens de causalité. Les partisans de la mondialisation libérale y verront une confirmation que l’Ide détermine la croissance des pays d’accueil. Une autre lecture, plus fréquente dans l’analyse dite des déterminants de l’Ide, y voit plutôt qu’une forte croissance de son Pib rend un pays attractif pour l’Ide entrant.

37Le dernier commentaire est que quasiment tous les pays du monde accueillent des Ide à présent, ce qui n’était pas le cas, par exemple, dans les années 1960 et 1970. Ils sont pratiquement tous intégrés à la mondialisation par la voie de l’Ide des Fmn. En 2003, tel est le cas, bien sûr, des 26 pays développés d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord, d’Océanie et du Japon. C’est la situation de 47 pays en Afrique (y compris l’Afrique du Nord), de 40 pays d’Amérique latine (y compris les Caraïbes), de 57 pays d’Asie (y compris les 8 pays d’Asie centrale issus de l’ex-Urss) et du Pacifique, et des 19 pays en transition d’Europe centrale et orientale. Si on fixe arbitrairement à 100 millions de dollars de stock d’Ide entrant en 2003 le seuil d’intégration forte à la mondialisation, peu de pays ne l’atteignent pas : le Burundi, les Comores, Djibouti, la Guinée-Bissau, le Sierra Leone, la Somalie, Cuba, l’Afghanistan, le Bhoutan, et évidemment les très petits pays (Sao Tomé et Principe, Montserrat, Kiribati, Samoa, Tonga et Tuvalu).

38La plupart sont géographiquement localisés en Afrique. Même la Corée du Nord accueille un stock d’Ide de 1 022 millions de dollars en 2003. La mondialisation de l’économie par l’Ide et les Fmn est devenue quasiment universelle, même si des pays restent beaucoup plus marginaux que d’autres dans ce mouvement.

3.2 … fut précurseur du développement des multinationales originaires de ces mêmes pays

39La conclusion précédente serait encore plus complète si tous les pays du monde participaient à la sortie de l’Ide vers l’étranger, c’est-à-dire étaient tous des pays d’origine des Fmn. L’évocation même d’une telle hypothèse était inimaginable en 1960 puisque ni la quasi-totalité des pays en développement, ni les pays socialistes n’étaient le siège de Fmn, à de rares exceptions près. Les pays en développement, du moins les plus développés d’entre eux (les pays émergents) sont devenus la base d’Ide sortants dès la fin des années 1970, le mouvement s’étendant ensuite à des pays de moindre développement. Apparu dans les années 1980, pendant la fin des régimes communistes, l’Ide sortant des pays en transition s’est surtout accéléré à partir de 1995, lorsque ces pays sont sortis de la récession initiale de la période de transition. En 2003, sur le stock mondial des Ide sortants, les pays en développement en détiennent 10,5 % et les pays en transition 0,8 %. Ce qui signifie que les pays développés sont à l’origine de 88,7 % de tous les Ide sortants dans le monde. Néanmoins, le fait même que l’Ide sortant se soit généralisé aux autres pays concrétise l’universalité de la mondialisation par l’existence de Fmn ou d’investisseurs étrangers originaires des pays du Tiers monde et des économies en transition.

  • 10 Voir : W. Andreff, 2002b, 2003d et 2004b ; A. S. Bulatov, 1998 ; A. Jaklic et M. Svetlicic, 2001 ; (...)

40L’analyse de l’expansion des Fmn originaires des pays en transition est dans l’enfance10 et la comparaison entre celles-ci et celles du Tiers monde, étudiées depuis la fin des années 1970, en est à ses premiers balbutiements (W. Andreff, 2003c). Néanmoins, il apparaît de nombreuses similitudes entre les Fmn des pays en transition depuis 1995 et les Fmn des pays en développement lorsqu’elles commençaient à investir à l’étranger (années 1980). La propriété du capital n’est pas automatiquement privée ou bien la firme a été privatisée récemment. Le pays d’origine cherche à exercer quelque contrôle sur la stratégie des Fmn et de l’Ide sortant. La taille de ces Fmn est modeste comparée à celle des Fmn des pays développés. Le marché du pays d’origine est soit petit, soit pauvre, comparé à celui des Fmn des pays développés. La localisation des filiales étrangères se concentre dans les pays géographiquement voisins, au plus loin dans la même région de l’économie mondiale (les Fmn des pays en transition investissent d’abord dans les autres pays en transition). Le nombre des pays d’accueil investis par les Fmn originaires du Tiers monde et des pays en transition est limité. La qualité de leurs produits et la rentabilité de ces Fmn sont inférieures à celles des Fmn des pays développés.

Tableau n°3. Investissements directs étrangers sortant des pays en développement et en transition (en millions de dollars)

Tableau n°3. Investissements directs étrangers sortant des pays en développement et en transition (en millions de dollars)

* Y compris Hong Kong.
** Les pays d’Asie centrale et du Caucase sont comptabilisés dans les pays en développement
Source : Unctad, 2004.

41On en déduit qu’une théorie explicative de l’Ide sortant des pays en développement serait intéressante à vérifier aussi dans le cas des pays en transition. Or une théorie synthétique expliquant l’Ide par le niveau de développement des pays d’origine a été mise au point par John H. Dunning (1981 et 1986 ; J. H. Dunning et R. Narula, 1998). Elle est connue comme étant le modèle Idp (Investment Development Path) de chemin de développement de l’Ide. En bref, dans ce modèle, l’Ide entrant et sortant est fonction du niveau de développement du pays d’origine. Dans une phase 1, l’Ide entrant et sortant est négligeable, le pays est pauvre et sous-développé. Dans une phase 2, quand le pays en développement commence à s’industrialiser, son marché intérieur croît et attire l’Ide entrant ; les premiers projets d’Ide sortant apparaissent, mais la balance (Ide sortant moins Ide entrant) est largement négative. Dans une phase 3, le niveau technologique du pays et la qualité de ses produits augmentent et le pays (alors émergent) attire beaucoup d’Ide entrant et son Ide sortant devient non négligeable ; cependant sa balance de l’Ide reste négative. Dans une phase 4, l’Ide sortant devient plus important que l’Ide entrant (c’est le cas aujourd’hui de la Corée du Sud et de Taïwan) lorsque le pays rejoint le groupe des pays développés. Dans une phase 5, ne concernant que les pays les plus avancés, l’Ide entrant et l’Ide sortant deviennent extrêmement importants en volume et s’équilibrent à peu près.

42Nous avons testé économétriquement le modèle Idp pour ce qui est de l’Ide sortant sur un échantillon de 176 pays (W. Andreff, 2003c). Le Pib par habitant explique le stock d’Ide sortant de la manière la plus significative possible (seuil d’erreur de 0 %). Une autre variable est très explicative, la répartition sectorielle du Pib entre l’agriculture, les industries primaires (énergie, ressources naturelles), l’industrie manufacturière et les services, c’est-à-dire une variable qui désigne un aspect plus qualitatif du développement économique que son simple niveau. En revanche, le niveau technologique des pays d’origine n’apparaît pas significatif, comme on aurait pu s’y attendre. La conclusion est claire : passé un certain stade de développement (phase 2 d’industrialisation et surtout phase 3 de pays émergent), les économies nationales s’intègrent fortement à la mondialisation parce que leurs entreprises investissent à l’étranger et deviennent des Fmn. Si ce mouvement se poursuivait toutes les économies de la planète deviendraient mondialisées. On n’en est pas encore là, mais une tendance à l’universalisme de la mondialisation productive, à la fois par l’Ide entrant et sortant, peut néanmoins être décelée.

43Si l’on fixe un seuil, tout aussi arbitraire, de 100 millions de dollars de stock d’Ide sortant investi à l’étranger en 2003 pour qu’un pays soit pleinement intégré à la mondialisation, bien évidemment les 26 pays développés satisfont ce critère. C’est aussi la situation récente de plusieurs pays en transition, mais pas encore de l’Albanie, de la Biélorussie, de la Bosnie, de la Moldavie, de la Macédoine, et des pays d’Asie centrale (sauf l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan qui investissent déjà substantiellement à l’étranger). C’est le cas de nombreux pays d’Asie et du Pacifique à l’exception du Bangladesh, de la Jordanie, de la Mongolie, du Myanmar, d’Oman et du Yémen (et des petits pays : Fiji, Kiribati, Samoa, Tonga). Les pays d’Amérique latine ont en général investi plus de 100 millions de dollars à l’étranger, sauf la Bolivie, le Guatemala, la Guyana, la République dominicaine, Haïti et le Nicaragua (et des petits pays : Aruba, Barbade, Belize, Grenade, Antilles néerlandaises).

44L’Afrique est pour l’heure la zone la moins intégrée à la mondialisation par l’Ide sortant. Tous les pays d’Afrique du Nord sont au-dessus du seuil de 100 millions de dollars, sauf la Tunisie (44 millions de dollars en 2003). En Afrique subsaharienne, la règle est plutôt d’être situé en dessous de ce seuil ; les exceptions (plus de 100 millions de dollars) sont le Botswana, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Libéria, le Mali, l’île Maurice, le Niger, le Nigeria, l’Ouganda, le Sénégal, les Seychelles, le Togo, le Zimbabwe, et bien sûr l’Afrique du Sud, déjà tous intégrés à la mondialisation. On notera enfin que pas un seul pays d’Afrique n’a aucun Ide sortant. Les pays africains les moins intégrés à la mondialisation, avec 1 million de dollars de stock d’Ide sortant, sont le Lesotho et le Mozambique, puis avec 2 millions de dollars le Burundi et les Comores, avec 3 millions la Guinée équatoriale et la Mauritanie, avec 4 millions Madagascar et avec 5 millions le Ruanda. Même les pays les plus marginalisés de la mondialisation n’en sont plus totalement absents. La tendance semble bien être à l’universalisme de la mondialisation de l’investissement et de la production.

Conclusion

45La réponse de l’économiste est donc que le pluralisme, le multilatéralisme et l’universalisme sont des concepts qui font sens dans l’analyse économique de la mondialisation. Le pluralisme renvoie aux clivages entre les paradigmes concurrents pour essayer d’interpréter (et/ou guider) le mouvement de mondialisation de l’économie. Il fait sens également pour exposer la diversité des formes et des secteurs que prend la dynamique de la mondialisation. Le multilatéralisme désigne directement l’évolution des échanges commerciaux dans le monde depuis un demi-siècle et se différencie de l’universalisme du libre-échange prôné par les partisans de la mondialisation libérale. En revanche, dans le domaine de l’Ide et du développement des Fmn, on relève une forte tendance en direction de l’universalisme que des États de plus en plus « mondialisateurs » encouragent et stimulent bien plus qu’ils ne tentent de la contrôler.

Bibliographie

Bibliographie

Adda J., 1996, La mondialisation de l’économie, Paris, La Découverte.

Aglietta M. et Rebérioux A., 2004, Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Andreff M. et Andreff W., 1997, « L’investissement direct étranger en Russie et dans les pays de la Communauté des États Indépendants : emploi et attractivité », in J. de Melo et P. Guillaumont (dir.), Commerce Nord-Sud, migration et délocalisation : conséquences pour les salaires et l’emploi, Paris, Économica, 363-392.

Andreff M. et Andreff W., 2002, « L’attractivité comparée des pays d’Europe centrale et orientale et du Maghreb pour les firmes françaises », in Territoires en mutation, 10, novembre, Paris, CNRS-Éditions, 13-32.

Andreff M. et Andreff W., 2004, « La competencia por la inversion extranjera directa en la Union Europea ampliada », Informacion Comercial Espanola, n° 818, octobre-novembre.

Andreff W., 1976, Profits et structures du capitalisme mondial, Paris, Calmann-Lévy.

Andreff W., 1996, « Hétérodoxie ou critique en économie ? », Économies et Sociétés, Cahiers de l’Ismea, série D, n° 2, septembre, 239-252.

Andreff W., 1999, « Peut-on empêcher la surenchère des politiques d’attractivité à l’égard des multinationales ? », in A. Bouët et J. Le Cacheux (dir.), Globalisation et politiques économiques : les marges de manœuvre, Paris, Économica, 401-423.

Andreff W., 2001a, “The correlation between economic underdevelopment and sport”, European Sport Management Quarterly, vol. 1, n° 4, 251-279.

Andreff W., 2001b, « L’investissement direct étranger dans le développement inégal des pays en transition », Nouveaux Cahiers de l’Iued (Genève), n° 12 (« Du socialisme à l’économie de marché »), 127-152.

Andreff W., 2002a, « Le pluralisme des analyses économiques de la transition », in W. Andreff (dir.), Analyses économiques de la transition, Paris, La Découverte.

Andreff W., 2002b, “The new multinational corporations from transition countries”, in Economic Systems, vol. 25, n° 4, déc., 371-379.

Andreff W., 2003a, Les multinationales globales, Paris, La Découverte, 2e édition (1re édition : 1996)

Andreff W., 2003b, « La restructuration stratégique des firmes multinationales et l’État “mondialisateur” », in J. Laroche (dir.), Mondialisation et gouvernance mondiale, Paris, Puf.

Andreff W., 2003c, “The newly emerging Tncs from economies in transition: a comparison with Third World outward Fdi”, Transnational Corporations, vol. 12, n° 2.

Andreff W., 2003d, « Las empresas multinacionales rusas. Inversion directa de Rusia en el exterior », Informacion Comercial Espanola, n° 805, mars, 97-115.

Andreff W., 2004a, “The taxation of player moves from developing countries”, in R. Fort & J. Fizel (eds.), International Sports Economics Comparisons, Westport, Praeger, 87-103.

Pluralisme, multilatéralisme et universalisme dans l’analyse économique ....

Andreff W., 2004b, « Les nouvelles multinationales : l’investissement direct étranger sortant des économies en transition postcommuniste », in G. Poulalion (dir.), L’ouverture de l’Europe vers l’Est, Tours, Presses universitaires François Rabelais.

Andreff W. et Szymanski S., 2005, The Handbook on the Economics of Sports, Cheltenham, Edward Elgar.

Bhagwati J., 2002, “Coping with globalization. A trilogy of discontents”, Foreign Affairs, vol. 81, n° 1.

Bonaglia F., Braga de Macedo J. et M. Bussolo, 2001, “How globalization improves governance”, Technical papers, Centre de développement de l’Ocde n° 181, november.

Boukharine N., 1928, L’économie mondiale et l’impérialisme. Esquisse économique, Éditions sociales internationales, Paris (édition russe originale : 1917).

Bourg J.-F. et J.-J. Gouguet, 2005, Économie du sport, Paris, La Découverte, 2e édition (1re édition : 2001).

Brewer T. L. et Young S., 1996, “Investment policies in multilateral and regional agreements: acomparative analysis”, Transnational Corporations, vol. 5, n° 1.

Brown P. et Schweke B., 2001, Globalization: an Examination of the Pros and Cons, Corporation Washington, DC, Corporation for Enterprise Development, September.

Bulatov A. S., 1998, “Russian direct investment abroad: main motivations in the post-Soviet period”, Transnational Corporations, vol. 7, n° 1, 69-82.

Chesnais F., 1994, La mondialisation du capital, Paris, Syros.

CGP, 2004, Mondialisation et recomposition du capital des entreprises européennes, Rapport du groupe de travail présidé par Michel Dietsch, Commissariat général du Plan Paris, La Documentation française.

Dollar D. et Kraay A., 2002, “Spreading the wealth”, Foreign Affairs, vol. 81, n° 1, 120-133.

Dunning J. H., 1981, “Explaining the international direct investment position of countries: towards a dynamic or development approach”, Weltwirtschaftliches Archiv, vol. 117, n° 1, 30-64.

Dunning J. H., 1986, “The investment development cycle revisited”, Weltwirtschaftliches Archiv.

Dunning J. H. et Narula R., 1996, “The investment development path revisited: some emerging issues”, in J. H. Dunning et R. Narula R. (eds.), Foreign Direct Investment and Governments. Catalysts for Economic Restructuring, London, Routledge 1-41 (reprint. in Foreign Direct Investment and Technological Change, John Cantwell (ed.), Edward Elgar, Cheltenham, 1998, 350-390.

Head K., Ries J. et Swenson J., 1995, “Agglomeration benefits and location choice. Evidence from Japanese manufacturing investment in the United States”, Journal of International Economics, n° 38.

Helpman E. et Krugman P., 1985, Market Structure and Foreign Trade, Cambridge (Mas.), The Mit Press.

Hymer S., 1972, “The multinational corporation and the law of uneven development”, in J. Bhagwati (ed.), Economics and World Order from the 1970s to the 1990s, London, Collier-Macmillan.

Jaklic A. et Svetlicic M., 2001, “Does transition matter? Fdi from the Czech Republic, Hungary and Slovenia”, Transnational Corporations, vol. 10, n° 2.

Keohane R.O. et Nye J. S. Jr., 2000, “Introduction”, in J. S. Nye et J. D. Donahue (eds.), Governance in a Globalizing World, Brookings Institute.

Lowendahl H., 2001, “A framework for FDI promotion”, Transnational Corporations, vol. 10, n° 1.

Mayer T. et J.-L. Mucchielli, 1999, « La localisation à l’étranger des entreprises multinationales. Une approche d’économie géographique hiérarchisée appliquée aux entreprises japonaises en Europe », Économie et Statistique.

Michalet C.-A., 1999, La séduction des nations ou Comment attirer les investissements, Paris, Économica.

Michalet C.-A., 2002, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte.

Michalet C.-A., 2003, « Souveraineté nationale et mondialisation », in J. Laroche (dir.), Mondialisation et gouvernance mondiale, Paris, Puf.

Oman C., 2000, Policy Competition and Foreign Direct Investment. A Study of Competition Among Governments to Attract Fdi, Paris, Ocde.

Rainelli M., 1996, « La firme multinationale dans la nouvelle économie industrielle internationale », Économie rurale, janv.-fév., 5-11.

Reich R., 1993, L’économie mondialisée, Paris, Dunod.

Rodrik D., 2001, “Trading in illusions”, Foreign Policy, mars-avril.

Safarian E. A., 1999, “Host country policies towards inward foreign direct investment in the 1950s and 1990s”, Transnational Corporations, vol. 8, n° 2, 93- 112.

Stiglitz J. E., 2002, Globalization and Its Discontents, New-York, Norton (traduction française sous le titre La grande désillusion, Paris, Fayard).

Svetlicic M. et Rojec M. (eds.), 2003, Facilitating transition by internationalization. Outward direct investment from Central European Economies in Transition, Aldershot, Ashgate.

Taylor L., 2000, “The consequences of capital liberalization”, Challenge, vol. 43, n° 6, 38-57.

Tobin J., 1978, “A proposal for international monetary reform”, Eastern Economic Journal, 153-159.

United Nations Conference on Trade and Development (Unctad), 1994, World Invesment Report. Transnational Corporations, Employment and the Workplace, New-York & Genève, Unctad.

United Nations Conference on Trade and Development (Unctad), 2004, World Investment Report: The Shift Towards Services, United Nations Conference on Trade and Development, New-York & Geneva.

Wallerstein I., 1985, Le capitalisme historique, Paris, La Découverte.

Williamson J., 1993, “Democracy and the Washington consensus”, World Developement, vol. 21, n° 8, 1329-1336.

Wilkins M., 1970, The Emergence of Multinational Enterprise, Cambridge (Mas.), Harvard University Press.

Witherell W. H., 1995, “The Oecd multilateral agreement on investment”, Transnational Corporations, vol. 4, n° 2, 8-15.

Wolf M., 2001, “Will the Nation-State survive globalization?”, Foreign Affairs, vol. 80, n° 1, 178-190.

Wu H.-L. et Chen C.-H., 2001, “An assessment of outward foreign direct investment from China’s transitional economy”, Europe-Asia Studies, vol. 53, n° 8, décembre.

Zhan J. X., 1995, “Transnationalization and outward investment: the case of Chinese firms”, Transnational Corporations, vol. 4, n° 3, 67-100.

Notes

1 Globalisation étant un anglicisme – puisque globalization signifie exactement mondialisation en anglais –, nous retiendrons plutôt mondialisation dans la suite du texte.

2 Ce qui n’est pas totalement faux, car il est vérifié statistiquement que les salaires versés par les FMN dans les pays en développement sont toujours, en moyenne, plus élevés que les salaires versés par les firmes locales. La contrepartie normale de salaires qui s’élèvent dans les pays en développement, si la tendance à l’égalisation des salaires jouait, serait la baisse des salaires en moyenne dans les pays développés. Les forces sociales, syndicales, etc., de ces pays s’y opposent, mais on perçoit de temps à autre la tendance à l’égalisation, notamment lorsque des Fmn délocalisent leurs activités vers des pays à coût du travail plus faible ou menacent de le faire pour contrer toute hausse salariale dans leur pays d’origine.

3 Les plus farouches partisans de la mondialisation libérale vont jusqu’à soutenir que la mondialisation (l’Ide des Fmn) n’est pas la cause, mais peut être la solution au problème du travail des enfants dans les pays pauvres (J. Bhagwati, 2002). Pour un point de vue contraire dans le cas de la production des articles de sport dans le Tiers monde, par les sous-traitants de Nike, Reebok, etc. (W. Andreff, 2001).

4 Visant à reléguer les analyses de Keynes dans l’histoire de la pensée économique et surtout les politiques (de relance économique) keynésiennes au musée des outils hors d’usage.

5 Il existe quelques tentatives d’intégrer les Fmn dans la nouvelle théorie de l’économie internationale, voir par exemple, M. Rainelli, 1996.

6 Beaucoup d’entre eux s’appuient sur l’évidence empirique selon laquelle, dans nombre de pays en développement, la mondialisation n’a pas déclenché une croissance économique supérieure ni d’importants gains de productivité, a plutôt creusé les inégalités et conduit à la réduction des dépenses sociales. C’est le cas en particulier des économistes postkeynésiens développant une approche structuraliste du développement, tel Lance Taylor (2000), qui reprochent en outre aux politiques économiques du consensus de Washington de ne s’intéresser qu’aux variables d’offre et non à la demande effective (comme le suggérait Keynes).

7 « La mondialisation n’est pas un raccourci vers le développement », comme l’indique Dani Rodrik (2001), un autre économiste mainstream ayant pris conscience de ce que l’orthodoxie de la mondialisation libérale propose un monde « trop beau pour être vrai ». Rodrik soutient à présent que les racines profondes de la croissance économique se trouvent dans l’économie intérieure et ne sont pas transmises par la mondialisation.

8 La Cnuced dénombrait 63 312 sociétés mères de Fmn dans le monde en 2000 (ayant 821 818 filiales étrangères de par le monde) contre 11 000 en 1977 (avec 82 000 filiales étrangères).

9 En France, 1 400 des 6 682 groupes (firmes avec filiales) présents en 1995 étaient des groupes privés étrangers, contrôlant 6 444 filiales localisées en France et 1,1 million d’emplois dans ce pays (CGP, 2004).

10 Voir : W. Andreff, 2002b, 2003d et 2004b ; A. S. Bulatov, 1998 ; A. Jaklic et M. Svetlicic, 2001 ; M. Svetlicic et M. Rojec, 2003 ; H.-L. Wu et C.-H. Chen, 2001 ; J. X. Zhan, 1995.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Dynamique de l’Ide et des capitaux financiers dans l’économie mondiale
Légende *Transactions internationales sur les marchés organisés et les marchés de gré à gré. Ife/stock d’Ide sortant : 106 % en 1982, 1587 % en 2000.Sources : Unctad et Banques des Règlements Internationaux.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Tableau n°3. Investissements directs étrangers sortant des pays en développement et en transition (en millions de dollars)
Légende * Y compris Hong Kong.** Les pays d’Asie centrale et du Caucase sont comptabilisés dans les pays en développementSource : Unctad, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable