Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

III. Émergence de pôles de production numérique

Les territoires de l’innovation technologique

Quelle pertinence du modèle technopolitain ?

Mihoub Mezouaghi et Jacques Perrat

Texte intégral

1L’insertion dans l’économie numérique, outre qu’elle découle d’une large diffusion et des pratiques d’usage des technologies de l’information et de la communication, suppose le développement d’une offre de services dans les secteurs de l’informatique et des télécommunications. L’essaimage de technopôles vise précisément à faire face à cet enjeu industriel, en créant des espaces à forte densité technologique susceptibles de permettre un ancrage territorial d’activités à forte valeur ajoutée, à travers une articulation localisée des acteurs de la production, de la recherche et de la formation. Si le modèle technopolitain veut contribuer de manière volontariste à la polarisation d’un tissu productif à contenu technologique, les dynamiques technopolitaines se révèlent, quant à elles, plus complexes. En effet, la territorialisation d’activités productives résulte moins d’une co-localisation géographique des acteurs (publics et privés) que de leur mise en cohérence institutionnelle qui détermine leur capacité à produire des effets de complémentarité et des externalités. En ce sens, les processus d’appropriation et d’innovation technologique se construisent à travers la valorisation collective de ces gains.

2Cette démarche s’inscrit pleinement dans une problématique qui établit un lien entre développement local et dynamiques technologiques, le territoire étant, à la fois, un cadre de formalisation de politiques publiques et une ressource pour le renforcement des capacités d’innovation technologique. Les pays du Maghreb s’étant engagés, depuis la fin des années 1990, dans une politique de technopôles pour impulser de nouvelles dynamiques productives – qui, dans une large mesure, s’inspire de l’expérience française –, nous analyserons les conditions d’enclenchement et de développement d’une dynamique technopolitaine, à partir du cas du technopôle numérique de Tunis. Il s’agira de questionner la pertinence du modèle technopolitain, au regard des logiques observées d’acteurs publics et privés, et plus globalement, au regard des dynamiques territoriales associées aux pôles d’innovation technologique, pour enfin dégager des enseignements sur les perspectives de développement des technopôles du Maghreb.

Stratégies de développement local et modèle technopolitain

3Le modèle technopolitain tend à occuper une place centrale dans les stratégies de développement local des pays émergents depuis les années1990, visant à favoriser l’émergence de territoires de l’innovation technologique. Toutefois, l’observation et l’analyse de l’expérience tunisienne montre la complexité de la territorialisation d’activités productives à contenu technologique.

Développement local et dynamiques d’innovation technologique

4L’analyse des phénomènes d’agglomération des activités de production et d’innovation technologique a contribué au renouvellement des théories du développement local, en même temps qu’elle a révélé des modes originaux d’industrialisation.

Les territoires de l’innovation : un objet d’analyse complexe

5La littérature sur la territorialisation des systèmes productifs, abondante en sciences économiques et sociales, a introduit des concepts référentiels : districts industriels, milieux innovateurs, technopôles, systèmes productifs locaux, bassins industriels, etc. Bien que ces concepts mettent en commun l’accent sur les complémentarités et les interrelations existant entre les acteurs locaux, les formes d’organisation productive mises en évidence recouvrent des réalités différentes et autorisent une lecture singulière de la relation entre territoire et production (encadré 1).

Encadré n° 1. La reconnaissance de la dimension territoriale des systèmes productifs
Déjà au début du siècle dernier, l’intuition marshallienne reconnaissait le rôle de la proximité géographique dans l’efficacité productive, à travers des modalités de sous-traitance plus flexibles que celles qui sont traditionnellement en vigueur dans les systèmes dominés par la grande entreprise. Cette intuition, longtemps restée ignorée, est au centre de travaux qui ont mis en évidence, à partir des années 1980, la résistance (à la crise), l’adaptation et la compétitivité d’un tissu productif localisé.
Les travaux précurseurs de chercheurs italiens, insistant sur le caractère socialement endogène du marché, ont montré l’efficacité de districts industriels regroupant des petites entreprises spécialisées dans un secteur donné, dans un contexte qui, pourtant, devait favoriser les organisations de type fordiste (G. Garofoli, 1992). Cette industrialisation diffuse a joué un rôle déterminant dans la création d’emplois et le volume de production de l’économie italienne.
De la même manière, des chercheurs observent la formation de systèmes productifs localisés dans certaines régions françaises. Pour autant, deux spécificités caractérisent leur approche : d’une part, les effets de proximité marqués par des jeux de concurrence-coopération entre des Pme-Pmi, parfois encadrés par des instances locales de régulation, s’inscrivent dans des contextes spatiaux aux identités socioculturelles marquées ; d’autre part, ces entreprises ne participent pas nécessairement aux multiples étapes d’un processus dédié à la production d’un bien industriel mais peuvent exercer leur activité dans des secteurs distincts.
Ces approches ont fait l’objet d’applications dans le cas des pays en développement pour montrer l’existence de régimes de production fondés sur des spécialisations flexibles dans les industries traditionnelles et les activités artisanales.

6Ces nouvelles formes d’articulation du local au global se révèlent être, de prime abord, des réponses à la globalisation qui, cependant, sont induites par des spécificités territoriales. Celles-ci s’expriment par une plus forte aptitude des entreprises agglomérées à entretenir des relations non exclusivement marchandes où se mêlent concurrence et coopération, où s’élaborent des dispositifs complexes de régulation, d’apprentissage, de coordination entre établissements industriels au sein d’aires géographiques relativement restreintes. Il ne s’agit pas là d’un simple changement d’échelles mais plutôt d’une prise en compte de l’enchevêtrement des recompositions des systèmes productifs à des échelles locale, nationale et internationale.

7Les dynamiques de territorialisation des systèmes productifs dans les secteurs d’activité à fort contenu technologique, moins explorées, relèvent de ce même triptyque industrie-proximité-institutions auquel s’ajoute une variable clé : la connaissance. En effet, la localisation des activités productives, dont la dimension immatérielle tend à s’accroître, suppose l’accès à un potentiel de savoirs susceptibles d’être mobilisés pour résoudre les problèmes productifs rencontrés. Si l’on considère les connaissances au contenu tacite, celles qui sont fortement attachées à un individu ou à une organisation, leur appropriabilité et leur transfert résultent davantage d’une mise en cohérence localisée de plusieurs dimensions institutionnelles dont laco-évolution détermine des formes d’apprentissage collectif (D. C. North, 1990 ; C. Edquist, 1997 ; D. Foray, 2000). En ce sens, les externalités technologiques seront d’autant plus localisées que les connaissances sont tacites et que les modalités de leur diffusion reposent sur un ensemble d’interactions non marchandes. Ces mécanismes d’auto-renforcement, en contribuant à une concentration spatiale des ressources productives et technologiques, fournissent une explication à la formation de territoires de l’innovation.

8L’analyse de la polarisation des activités de production et d’innovation technologique conduit à prendre en compte la manière avec laquelle le contexte socio-institutionnel détermine les modes de coordination des acteurs dans les processus de création et de diffusion des savoirs. Les institutions exercent une fonction cognitive et de mémorisation dans la mesure où, en stabilisant les représentations communes des acteurs, elles guident l’accumulation de connaissances codifiées et tacites à travers une réduction des incertitudes et une régulation des coopérations et des conflits (B. Johnson, 1992). Cette approche s’attache à déterminer le caractère spécifique de ces arrangements institutionnels pour mieux appréhender la complexité et la diversité des processus d’innovation technologique.

9Dans cette perspective, le système productif local offre aux acteurs qui y participent, des avantages en termes de proximité, avantages propices à l’échange de connaissances tacites et à l’innovation. Grâce à des réseaux de relations formelles et informelles, engendrant des économies externes positives aussi bien technologiques (reposant sur des savoir-faire et des compétences individuelles) que pécuniaires (réduction des coûts de transaction, etc.), le système productif localisé apparaît comme un lieu de création de ressources et de diffusion de l’innovation. Il se caractérise par des complémentarités locales (technologiques et industrielles) génératrices de coopérations entre les acteurs, ainsi que par des règles ou conventions qui canalisent leurs comportements vers une dynamique productive collective. Aussi les territoires de l’innovation technologique peuvent-ils être analysés comme des espaces complexes de coordination des acteurs industriels, scientifiques et technologiques. Plus précisément, ils peuvent être définis comme une forme spécifique de densification de l’espace induite par la conjonction de différentes formes de proximité qui, parce qu’elles sont susceptibles de générer différents types d’externalités, s’inscrivent dans la durée en référant aux notions d’apprentissage et de mémoire.

10La différenciation des formes de proximité se décline en proximités géographique (qui exprime la co-localisation des acteurs), organisationnelle et institutionnelle. La proximité organisationnelle est ici définie par la capacité des acteurs – à l’intérieur des organisations ou entre des organisations– à coopérer et à mettre en œuvre des projets communs dès lors qu’ils disposent d’actifs complémentaires participant à une activité finalisée, qu’ils appartiennent à un même espace de rapports (un groupe et ses filiales, un réseau d’acteurs) et/ou qu’ils partagent un cadre cognitif commun. Par ailleurs, elle se construit sur une proximité institutionnelle, favorisant l’adhésion des acteurs à des règles d’action et à un système commun de représentations qui orientent les comportements collectifs (J.-P. Gilly et A. Torre, 2000).

11Ces différentes formes de proximité mobilisées ne structurent un territoire que si elles contribuent à générer une dynamique créatrice d’externalités qui s’expriment en termes d’efficacité organisationnelle et d’appartenance aux valeurs partagées par les acteurs (J. Perrat, 2001). Ces dernières apparaissent comme fondamentales pour structurer, dans la durée, le processus de territorialisation des activités de production et d’innovation technologique. En ce sens, la dynamique d’un tissu productif local et son efficacité économique supposent que les acteurs qui le composent construisent des compromis institutionnels favorisant et orientant leurs modes de coordination. Ces compromis fondent les régularités socio-économiques des territoires à travers une mise en cohérence complexe des acteurs, historiquement, institutionnellement et localement situés.

12Une telle démarche analytique s’oppose à la théorie standard de l’économie selon laquelle la mondialisation entraînerait, à terme, tous les espaces (locaux, régionaux, nationaux) vers un système économique unique, dès lors que tous les acteurs sont soumis aux mêmes forces d’évolution. La mondialisation tend, au contraire, à provoquer un éclatement des logiques de développement local, qui caractérise de manière spécifique et différenciée des trajectoires territoriales (P. Boyer et M. Freyssenet, 2002).

Polarisation des activités d’innovation technologique et technopôles : enseignements méthodologiques

13Les technopôles constituent probablement la forme la plus courante des territoires de densification scientifique et technologique ; pour le moins, ils renvoient à un modèle de développement des capacités d’innovation technologique largement emprunté par les économies émergentes au cours des années 1990. La formation de clusters dans des activités de production fortement consommatrices de connaissances scientifiques et technologiques révèle, à bien des égards, les nouvelles dynamiques productives qui caractérisent des phénomènes de transition industrielle (Brésil, Inde, Malaisie, etc.).

  • 1 On peut distinguer deux types d’acteurs : d’une part, les acteurs clés du technopôle qui appartien (...)

14Dans une acception commune, un technopôle est défini comme un espace précis et identifiable dans lequel sont concentrées des entreprises innovantes et un ensemble d’acteurs1 participant à la réalisation et à la promotion de l’innovation technologique. Lorsque la logique technopolitaine associe ces mêmes acteurs à l’échelle d’une ville ou d’une métropole, il convient de parler d’une technopole. Au-delà de cette précision terminologique, quelle que soit l’échelle considérée, il importe de saisir la contribution du territoire aux processus d’innovation techno-productive, afin de mieux saisir l’impact des dynamiques technopolitaines en matière de développement d’une agglomération, d’une région ou d’un pays (J. Perrat, 1994). Pour autant, la nature des acteurs (publics et privés) concernés et la spécificité même de leurs comportements dans un environnement institutionnel donné conduisent à prendre également en compte la diversité des modèles technopolitains (encadré 2).

15De fait, la qualification d’une dynamique technopolitaine, qui ne peut se réduire à de simples relations de proximité géographique, nécessite une capacité collective des acteurs à interagir pour produire des effets de synergie devant déboucher sur la production d’avancées scientifiques et/ou technologiques (brevets, nouveaux procédés, nouveaux produits, etc.), sur des transferts de technologies et/ou la création de nouvelles entreprises dans des activités à fort contenu de connaissances. La définition d’intérêts communs, des pratiques partagées d’échanges et de coordinations et une complémentarité organisationnelle sont alors indispensables pour permettre aux acteurs de valoriser les potentialités de la proximité et de susciter la production d’externalités.

Encadré n° 2. La diversité des modèles technopolitains
Dans les économies émergentes, les modèles technopolitains sont étroitement liés aux modèles nationaux de développement. Cette adéquation peut être mise en évidence à travers trois expériences référentielles : en Corée du Sud, celles de la Science Town (Taedak) et de la Media Valley (Inchon) qui ont largement contribué à une transition industrielle, des secteurs d’activité traditionnelle vers des secteurs d’activité à contenu technologique (micro-informatique, logiciels) ; en Inde, celles des Software Technology Parks de Bangalore et de Kerala qui sont devenus des plates-formes d’exportation de services, représentant près des deux tiers des exportations des services de télécommunication et d’ingénierie informatique du pays ; et en Israël, celles du Silicon Wadi de Tel Aviv et du Tefen Park de Haïfa qui ont constitué des pôles majeurs d’incubation d’entreprises innovantes dans les technologies de pointe.
Dans chaque cas, une politique nationale d’innovation technologique explique en grande partie la spécificité des logiques technopolitaines, dont les principaux déterminants ont porté sur : 1) le rôle des grands groupes industriels nationaux, un financement actif de la recherche industrielle et une politique volontariste de mobilisation des compétences expatriées en Corée du Sud ; 2) le soutien public durable de l’industrie informatique, un surplus d’offre de compétences et la libéralisation économique à partir de la fin des années 1980 en Inde ; 3) le poids de la recherche militaire, la performance du système financier et l’excellence du système de recherche scientifique en Israël.
Outre ces expériences référentielles, il convient de montrer comment les dynamiques d’innovation technologique et les dynamiques socio-économiques se combinent de manière spécifique dans l’espace et dans le temps, produisant une diversité de configurations technopolitaines.
Dans le cas d’expériences plus récentes, bien que les logiques technopolitaines ne soient pas stabilisées, des modes de fonctionnement se dessinent sous l’influence des choix publics, des stratégies des firmes multinationales et des contraintes locales d’intégration technologique.
Dans la région euroméditerranéenne, 258 pôles technologiques (incluant les technopôles, les parcs scientifiques, les pépinières et les incubateurs) ont été identifiés dans dix-huit pays (dont près de 66 % sont localisés dans l’Union européenne : France, Espagne, Italie, Grèce et Portugal). Comparativement aux pôles technologiques de la rive Nord de la Méditerranée, ceux de la rive Sud (à l’exception d’Israël) présentent quatre caractéristiques : le secteur des technologies de l’information et de la communication constitue un domaine de spécialisation dominant ; le financement public y est prégnant, ce qui peut être analysé, à la fois, comme une conséquence et une cause de la faible capacité d’autofinancement ; les dispositifs d’incubation mis en œuvre donnent lieu à un mouvement limité de création d’entreprises en raison, notamment, d’un faible accès au financement ; et le recours aux capitaux étrangers y est relativement plus important soit à travers des filiales, des prises de participation dans les entreprises locales ou des actions de coopération technologique (Anima, 2005).

16En effet, la localisation à proximité d’acteurs de l’innovation technologique ne présuppose pas la performance des technopôles. Et cela, pour le moins, parce que les dynamiques technopolitaines sont largement sensibles à trois effets qui définissent des conditions nécessaires à l’articulation et la mise en cohérence des acteurs qui y sont localisés : a) un effet de taille critique qui découle d’une présence suffisante d’acteurs de l’innovation sur laquelle se construit un potentiel techno-productif ; b) un effet de temps qui sous-entend un apprentissage et une expérimentation de la coordination dans la durée ; c) un effet de proximité institutionnelle et organisationnelle qui se traduit par un partage de pratiques, de règles et de normes de production et de coopération. Ces considérations indiquent que l’analyse des dynamiques technopolitaines est d’autant plus délicate qu’il s’agit de mettre les modes de coordination des acteurs au centre des processus de territorialisation des activités de production et d’innovation technologique.

  • 2 L’appréciation du potentiel local d’innovation technologique (décomposé ici à travers le potentiel (...)

17Dans cette perspective, nos travaux récents ont proposé une grille d’observation et d’analyse des technopôles dans le contexte des pays émergents (Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006). La démarche vise à distinguer ce qui relève du potentiel d’innovation technologique2, mis au jour par les performances des acteurs localisés, ou de l’impact du technopôle sur ces performances, renvoyant aux externalités générées par l’action collective.

18Cette démarche repose principalement sur deux enseignements d’ordre méthodologique : d’une part, l’observation d’une endogénéisation de l’innovation technologique découle d’une interdépendance des acteurs localisés qui fonde la dynamique technopolitaine ; d’autre part, l’adoption d’une approche qualitative permet de dégager les logiques institutionnelles qui structurent et gouvernent les relations entre les acteurs de ce processus, pour les inscrire, à la fois, dans son contexte socio-économique, dans la genèse du technopôle et dans sa trajectoire de développement (fig. 1)

Figure n° 1. Les facteurs de la dynamique technopolitaine

Figure n° 1. Les facteurs de la dynamique technopolitaine

Source : Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006, 24.

19Un lien peut être établi entre les dynamiques technopolitaines et quatre facteurs structurants : l’ancrage local (qui produit une prédisposition territoriale à l’innovation technologique à travers l’existence préalable, sur un territoire donné, de ressources scientifiques et technologiques) ; l’ancrage global (qui suppose l’intégration des acteurs locaux aux réseaux internationaux de l’innovation technologique et de la production) ; l’attractivité (qui détermine les conditions de localisation des acteurs, définies par les qualités intrinsèques du territoire ou par une action volontariste des politiques publiques ou des gestionnaires du technopôle) ; enfin, la proximité (qui contribue à la mise en place d’interactions auto-organisées à travers des mécanismes de coordination et de partenariat entre acteurs). Or l’influence croisée de ces quatre facteurs structurants dégage une matrice d’identification des canaux de diffusion des externalités (pécuniaires et technologiques) qui montre, non seulement la manière par laquelle les interdépendances entre acteurs sont impulsées, mais aussi la façon dont celles-ci se recomposent pour influencer les activités d’innovation.

L’expérience du Maghreb : le déterminisme du modèle technopolitain

  • 3 Dans le cas particulier de ces économies, des travaux ont montré les défaillances du système natio (...)

20Les économies du Maghreb continuent à être dominées par des activités de production primaire (extraction et transformation des matières premières) et de production manufacturière intensive en facteur travail. Ce modèle productif a présenté, dans le passé, deux types de fragilités consubstantielles : une extraversion et une permanence sectorielle. Les spécialisations industrielles fondées sur des avantages comparatifs acquis ont peu évolué, indiquant une rigidité des structures productives et une défaillance des systèmes nationaux d’innovation3. Pour autant, des observations récentes montrent la mise en place de nouvelles dynamiques productives qui résultent autant de nouvelles conditions institutionnelles (libéralisation des économies, relance de politiques publiques volontaristes) que des forces structurantes de la globalisation, conduisant à une forte mobilité des activités industrielles. Cela se traduit par des mouvements significatifs de localisation au Maghreb d’activités productives dans des secteurs non traditionnels (automobile, aéronautique, télécommunication, informatique), qui participent de la formation de pôles de production et d’innovation technologique en milieu urbain, notamment sous la forme de technopôles.

  • 4 Cf. les travaux qui ont mis en évidence l’autonomisation des acteurs de l’innovation technologique (...)

21Le choix du modèle technopolitain relève d’une double logique : d’une part, la volonté de concentrer les ressources scientifiques et technologiques rares, afin d’en optimiser la production et l’utilisation ; d’autre part, la mise en œuvre de conditions favorables à l’attractivité d’investissements directs étrangers (Ide) dans des secteurs à contenu technologique. Les technopôles visent alors à reconstituer et à valoriser sur une base locale les liens entre science et industrie, plutôt inopérants sur une base nationale4.

  • 5 Le plan tunisien de développement prévoit, à l’horizon 2009, la création d’un technopôle ou au moi (...)
  • 6 Pour plus de détails, cf. Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006.

22Le cas tunisien présente au moins deux particularités : la mise en œuvre d’une politique ambitieuse d’essaimage de technopôles sur l’ensemble du territoire ; et le choix d’un positionnement sur des technologies clés devant permettre de consolider ou de construire des spécialisations, industrielles et technologiques5. Cette politique a été engagée depuis 1999, avec la création de la Cité technologique El-Ghazala, spécialisée dans les services d’ingénierie dans le secteur des Tic (informatique et télécommunication), une orientation marquant bien la priorité donnée aux activités émergentes à forte valeur ajoutée, dans le cadre d’une stratégie nationale de développement. Cependant, une monographie de ce pôle numérique qui s’est attachée à identifier les caractéristiques de sa trajectoire de développement (entre 1999 et 2005), met aussi en évidence les contraintes auxquelles se heurte une intégration techno-industrielle. La faiblesse observée de la dynamique technopolitaine de la Cité technologique El-Ghazala peut être analysée et expliquée à trois niveaux6.

  • 7 Pour bon nombre d’entreprises, en particulier pour les firmes multinationales, l’État – gestionnai (...)
  • 8 De façon exacerbée, cette visibilité peut se traduire par trois types d’externalité négative : un (...)

23En premier lieu, il convient de relativiser le lien existant entre la réalisation d’infrastructures de formation, de recherche et de communication, et la localisation d’acteurs clés du secteur des services informatiques et de télécommunication. Même si elle contribue à la constitution d’un potentiel d’innovation, la concentration de ces acteurs n’est pas nécessairement l’expression d’une attractivité territoriale, parce que les choix de localisation, dont ceux des firmes multinationales, se sont davantage inscrits dans des logiques commerciales (proximité du marché7, recherche d’une visibilité locale ou internationale8) et, dans une moindre mesure, dans une logique d’accès aux ressources locales. Ces choix semblent plus influencés par un positionnement concurrentiel sur le marché local que par des facteurs d’attractivité territoriale.

  • 9 Les applications technologiques (qui résultent davantage d’une adaptation technologique ou d’une a (...)

24En deuxième lieu, la relation entre la performance des acteurs et leur localisation dans le technopôle se révèle peu évidente. Les performances des entreprises sont restées, en grande partie, déterminées par des capacités internes d’innovation et ne résultent que faiblement, voire nullement, d’une action collective ou rétroactive de l’environnement9. La densification du technopôle peine à se traduire par une dynamique partenariale. La mise en œuvre de relations inter-entreprises est restée marginale et la coopération entre les entreprises et les établissements de formation et de recherche n’a conduit qu’à une relative valorisation des compétences locales (soit à travers des recrutements, soit le plus souvent à travers des stages de courte durée).

  • 10 L’adoption d’une loi, en juin 2006, vise à infléchir cette orientation interventionniste en introd (...)

25En troisième et dernier lieu, le volontarisme public s’est confondu avec une démarche interventionniste qui s’est traduite par des pratiques de gestion administrée et fortement encadrée du technopôle. En devenant davantage un outil de promotion de la politique nationale de développement, le technopôle n’a été qu’insuffisamment doté de mécanismes incitatifs spécifiques et décentralisés. La surdétermination de la décision et des choix publics a orienté la nature des relations entre les acteurs publics et privés, tout en entravant les initiatives individuelles10.

26En somme, les résultats de nos observations convergent dans le sens d’une faible et lente territorialisation des activités d’innovation technologique au sein d’un espace enclavé et créé ex-nihilo. Dans le cas du technopôle El-Ghazala, ce processus est d’autant plus fragilisé que la politique publique instrumentaliste repose sur une seule mise à disposition de ressources, foncières, infrastructurelles et humaines. L’absence de relations auto constituées résulte, à l’évidence, d’une faible proximité institutionnelle et organisationnelle, qui est expliquée aussi bien par des orientations stratégiques peu tournées vers la recherche de complémentarités locales, que par la mise en cohérence des acteurs caractérisée par un manque de maturité.

27Certes, le modèle technopolitain doit être perçu comme étant, à la fois, un espace expérimental de nouvelles formes d’organisation industrielle et un révélateur de l’efficacité des politiques publiques mises en œuvre. Mais, il peut également se révéler inefficient lorsqu’il ne s’inscrit pas dans une politique régionale cohérente de promotion de l’innovation technologique (Ocde, 2005) ou lorsqu’il relève de comportements de mimétisme institutionnel. En effet, au moment où les politiques locales de développement font l’objet d’une profonde redéfinition, ce modèle soulève au moins deux questions : peut-on durablement réduire les frontières géographiques des activités d’innovation (et d’appropriation) technologique à un espace enclavé ? De même, l’absence d’une politique locale et sectorielle de développement permet-elle une régulation efficace des territoires ? Ces interrogations suggèrent un dépassement des modèles technopolitains inscrits dans des zones circonscrites pour les inscrire dans des dynamiques territoriales plus diffuses. L’expérience française peut ici contribuer à définir les termes de la pertinence du modèle technopolitain, et ses limites.

La pertinence relative du modèle technopolitain

28En général, la logique technopolitaine renvoie à une forme d’organisation capable de créer des interrelations entre acteurs différents mais co-localisés, et de générer des innovations productives et organisationnelles. Elle peut cependant se décliner de plusieurs façons dont dépend, pour une bonne part, l’appréhension de sa pertinence, et du maintien de cette pertinence au fil du temps.

Vers une recomposition territoriale des pôles d’innovation technologique

29Les pôles d’innovation technologique tendent à s’inscrire dans de nouvelles logiques spatiales, qui articulent les acteurs sur des espaces géographiques plus diffus.

Du technopôle à la technopole : la redéfinition des frontières géographiques du modèle technopolitain

30En France, la création des technopôles visait à impulser, de façon volontariste, des synergies entre la recherche, la formation et la production, sur des sites de dimensions restreintes, tout en laissant ouverts des champs d’innovation à même de nourrir, sur le long terme, les dynamiques industrielles. Les acteurs clés de ces initiatives étaient essentiellement publics. Quelle a été la portée de cette expérience déjà ancienne, Sophia Antipolis et la Zone d’innovation et de recherche scientifique et technique de Meylan datant du début des années 1970 ? Nous constatons, s’agissant des technopôles en tant que tels, qu’ils n’ont pas eu – sauf exception – grand succès, devant être perpétuellement relancés par les autorités nationales ou locales ou se transformant, le plus souvent, en simple parcs où cohabitent sans réelles interrelations des activités industrielles et scientifiques. En revanche, la dynamique technopolitaine, considérée à l’échelle de certaines agglomérations (Paris, Toulouse, Grenoble, etc.) et selon une articulation variable avec les opérations « Technopôles », ne s’est pas démentie. Dans certains cas et à certains moments, la création d’un site spécifique a pu s’avérer utile pour amorcer une dynamique d’innovation localisée. Dans d’autres cas et à d’autres moments, une articulation dialectique entre un site et cette dynamique à l’échelle d’une agglomération a pu fonctionner de façon opérationnelle. Parfois, également, une dynamique véritablement technopolitaine a pu se développer sur l’ensemble d’une agglomération ou d’une région sans que des sites particuliers soient (ou restent) nécessaires. Les agglomérations de Toulouse (M. Grossetti, 1995) et de Grenoble en fournissent des exemples : comme l’ont montré des travaux successifs réalisés par M. de Bernardy et P. Boisgontier (1988 et 1996), la zone pionnière de Meylan n’est plus, aujourd’hui, qu’un élément parmi d’autres de la dynamique technopolitaine grenobloise.

31Il convient toutefois de s’interroger sur les raisons de l’échec relatif des technopôles français. La plus importante, sans aucun doute, est que le besoin de proximité ne se décrète pas et qu’il évolue dans le temps, au cours des processus d’innovation : dans les phases initiales des mécanismes de transfert et d’appropriation des technologies, la proximité immédiate apparaît nécessaire, alors que la forme de réseau à distance peut fonctionner tout aussi efficacement en dehors de ces moments critiques, la localisation à proximité des partenaires étant souvent moins déterminante que les conditions d’accès immédiat à des infrastructures efficaces de transport et de communication. Par ailleurs, les activités localisées d’innovation technologique se fondent sur une articulation difficile entre les réseaux auto-constitués par des acteurs locaux voulant mener à bien leurs projets économiques et des réseaux institutionnels mis en place par les pouvoirs publics afin d’améliorer, de façon volontariste, les dynamiques d’innovation et de développement. Une approche selon des phases différentes est, là aussi, nécessaire : les réseaux institutionnels s’avèrent décisifs dans des phases d’émergence d’innovation et/ou de création de nouvelles entreprises ; mais ils tendent à s’effacer devant des réseaux auto-constitués dans les phases d’innovations plus incrémentales et/ou de gestion plus routinière. Enfin, avec la progression de la mondialisation, il paraît de moins en moins pertinent de rechercher des solutions dans son entourage immédiat, et indispensable d’être bien connecté aux lieux aptes à favoriser la résolution des problèmes, où qu’ils se trouvent dans le monde.

32Pour toutes ces raisons, nous pensons qu’une dynamique d’agglomération est plus performante qu’une dynamique de site : elle introduit plus de variété dans les activités (et autant de possibilités de “fertilisations croisées”), un élargissement du potentiel local de solutions à des problèmes productifs et, surtout, un potentiel plus développé de branchements sur les lieux de résolution à distance de ces problèmes. Cela ne signifie pas qu’une implantation volontariste de sites spécifiques soit à rejeter – encore une fois, elle peut s’avérer décisive pour l’amorçage des dynamiques recherchées –, mais que les décideurs de telles initiatives ne sauraient s’affranchir d’interventions visant à prolonger dans la durée les synergies, les inter-relations, les “nœuds” ou les “greffes” propices au développement des activités d’innovation, sur une base économiquement et territorialement large (agglomération, région, etc.).

Pôles de compétitivité : les leçons d’un changement de logiques

  • 11 D’une part, beaucoup de ces entreprises trouvent l’État encore trop présent. D’autre part, dans pl (...)

33La politique française des Pôles de compétitivité, mise en œuvre à partir de 2004, s’inscrit dans une nouvelle logique d’articulation entre dynamiques de l’innovation et dynamiques territoriales. Mais elle renseigne également, d’une certaine façon, sur les atouts et limites des expériences antérieures. Dans les années 1990, la Datar avait soutenu les Systèmes productifs locaux (Spl) et les Districts industriels. Pour accélérer la spécialisation industrielle des territoires locaux et leur ouverture sur des stratégies de mondialisation, l’idée était de prendre appui sur un modèle de structuration tacite des acteurs privés, autrefois performant mais ayant perdu de son dynamisme. Ces expériences, qui se poursuivent, tentent de dépasser les limites du dispositif des technopôles, dans le sens d’un élargissement du territoire et des activités concernées, comme d’une prise de relais plus active, par les partenaires privés, des interventions institutionnelles. Il apparaît également que la promotion des Pôles de compétitivité referme l’éventail des activités, des acteurs et des zones territoriales concernées. Implicitement, elle fait appel à la notion de « technopôle », en tablant sur des synergies recherche-formation production, mais recentre le champ de l’innovation sur des cibles très sélectives et sur le plus court terme. Explicitement, elle privilégie le rôle des acteurs industriels dans le pilotage des opérations. De fait, même si les choses sont loin d’être aussi tranchées11, ce sont de grandes entreprises françaises ou étrangères qui se retrouvent en position dominante dans les principaux pôles retenus.

34Ainsi, ces évolutions pointent sur l’un des principaux enjeux de l’articulation entre un potentiel scientifique et un territoire innovant : soit on en reste à des montages temporaires qui peuvent s’avérer efficaces pour franchir certains seuils d’innovation, mais qui risquent de s’épuiser très vite de par les limites du modèle technopôle ; soit on vise la mise en œuvre d’une véritable logique technopolitaine, assurant de façon plus large et permanente des branchements entre acteurs de la production, de la recherche et de la formation.

Vers une recomposition fonctionnelle des pôles d’innovation technologique

35Ces nouvelles logiques spatiales s’imbriquent dans de nouvelles logiques organisationnelles qui conduisent inéluctablement à une modification des stratégies des acteurs et à une réorientation des dynamiques technopolitaines.

Hyperspécialisation temporaire ou développement pérenne ?

36L’efficacité des futurs dispositifs devrait être évaluée, en termes de durabilité des effets obtenus comme en termes de degré de diffusion. L’expérience française des Pôles de compétitivité montre en effet que les grands projets (ceux des pôles dits « mondiaux » ou « à vocation mondiale »), mis en œuvre de façon ponctuelle, sont essentiellement valorisés à des niveaux nationaux, voire mondiaux. En revanche, les projets d’un certain nombre de pôles dits « nationaux », davantage en phase avec un potentiel productif territorialisé, pourraient générer des innovations diffusant beaucoup plus largement sur les tissus socio-économiques environnants. Une analyse aussi schématique ne correspond pas, à l’évidence, à tous les cas étudiés. Dans celui de Grenoble qui a servi de modèle aux pouvoirs publics pour la création des pôles de productivité, de grandes firmes multinationales (STMicroelectronics, Motorola, Philips) s’étaient étroitement associées, depuis plusieurs années, avec des laboratoires publics (Leti/Cea, Cnrs, etc.) pour franchir des étapes décisives en matière de micro-gravure électronique et affronter la rupture que devaient provoquer les nanotechnologies. Or, à l’expérience, cette opération s’avère très ambivalente. D’une part, elle vise un objectif de compétitivité des pôles en orientant les recherches publiques vers des domaines encore plus spécialisés, assujettis aux choix à court et moyen termes des grandes entreprises multinationales. D’autre part, elle résulte d’une stratégie de développement technopolitain qui caractérise l’agglomération grenobloise, et alimente un tissu de Pme innovantes et de start-up : par exemple, en matière de développement d’un procédé d’impression de puces électroniques sur des supports souples, textile ou papier. Ce pôle, « Minalogic », pourrait donc s’avérer un facteur décisif de recomposition des ressources productives, au sein d’une agglomération susceptible d’engager une phase de développement portée par de nouvelles générations d’activités.

37Les évolutions étant indéterminées, le degré de diffusion d’un dispositif dépend largement de la capacité des acteurs à nourrir une articulation harmonieuse entre impulsions externes au territoire (en particulier par la politique publique) et dynamique endogène. C’est en ces termes que s’interroge le Club des districts industriels français, qui regroupe une grande partie des responsables de Spl : « Comment établir un équilibre entre des réseaux qui font le maillage et les emplois d’un territoire et les technostructures ? » ; théoriquement, les deux sont complémentaires : « aux pôles, le maillage industrie/recherche et développement/formation sur des projets de rupture ou d’innovation majeure à moyen ou long terme, aux Spl, le maillage des Pme et Tpe dans un but plus opérationnel et de court terme » (L’Usine Nouvelle, 23 février 2006). Mais la réalité est plus complexe et l’impact des politiques publiques est à mesurer à l’aune des logiques qui orientent la valorisation des innovations attendues. Les choses sont, en effet, différentes selon que prédomine la volonté d’irriguer, dans la durée, le tissu productif existant ou celle d’alimenter la stratégie productive, voire financière, d’un groupe faisant de l’innovation une source de profit comme une autre, à gérer sélectivement dans le temps et sur un espace mondialisé.

38Exprimé en termes de dynamique territoriale, cela signifie que, soit on continue à viser une structuration en termes de système productif (national, régional ou local) dans lequel s’articulent différentes filières d’activité, soit on s’oriente vers un écrémage ponctuel des ressources jugées dignes d’être fertilisées par l’innovation et on fait le choix d’îlots de développement, mis en concurrence avec leurs équivalents mondiaux.

39Selon Jean-Louis Gaffard (2005), dans les Pôles de compétitivité, la décision sur le produit final doit rester aux firmes, contrairement à ce qu’impliquaient les interventions des années 1950-1960. À la différence du soutien antérieur aux Spl et Di, il ne s’agit donc plus de favoriser « les rendements croissants associés à la spécialisation locale » mais de favoriser la production « de manière récurrente de produits nouveaux », de rechercher des rendements croissants dans « une fréquence accrue de l’innovation », « l’enjeu principal des coopérations mises en place [en particulier la création de plateformes scientifiques et technologiques communes] étant d’aider à construire des marchés dont l’existence justifie les engagements de Recherche et Développement ».

40Pour les territoires des pays développés, les enjeux s’en trouvent ainsi précisés, avec le risque d’une dichotomie de plus en plus marquée entre des territoires hyperspécialisés (le discours dominant en France étant que la spécialisation sur des créneaux porteurs est insuffisante) et ceux qui seront des lieux producteurs de variété (J.-L. Gaffard, 2005), mais avec l’objectif d’ouvrir aux grandes firmes des niches stratégiques toujours nouvelles. Nous savons pourtant que nombre d’innovations naissent aux intersections d’activités différentes, qu’elles soient “traditionnelles” ou plus récentes ; une telle dichotomie ne saurait donc être appropriée pour un développement territorial cohérent et pérenne.

41Notons enfin que ces affrontements de logiques s’expriment également concernant la façon de valoriser le potentiel de “ressources humaines” existant. Ainsi, un des enjeux actuels des Pôles de compétitivité concerne les décisions à prendre en matière de formation professionnelle. Une tendance, particulièrement pour les pôles “mondiaux” et “à vocation mondiale”, est de privilégier la formation des plus hautes qualifications, par exemple à travers l’embauche de stagiaires ou de doctorants qui seront intégrés à un projet de recherche labellisé par le pôle, quitte à redéfinir le contenu des formations délivrées avec leur université ou grande école d’origine. Or, nombre de projets en cours devant déboucher sur des transformations importantes des produits, des procédés et des organisations productives, cela nécessiterait, au contraire, de s’engager dans des opérations de formation visant un public beaucoup plus large.

Les stratégies des firmes multinationales, facteurs clés de ces choix d’orientation

42L’orientation vers l’une ou l’autre de ces logiques ne dépend évidemment pas que des acteurs locaux, voire nationaux. Elle dépend très largement de la façon dont les redéploiements stratégiques des multinationales articulent valorisation des ressources territorialisées et mise en concurrence constante de ces ressources dans l’espace (mondial) et dans le temps, ce qui définit pour nous « la globalisation ». Pour résumer un ensemble de travaux sur ces questions (J. Perrat, 2006), nous pouvons dire que trois tendances marquent ces redéploiements. Deux sont de plus en plus évidentes puisqu’il s’agit de l’externalisation d’une part, de la délocalisation d’autre part, concernant les activités que ces firmes jugent plus rentable de transférer pour des raisons de flexibilité et, surtout, de coût (coût du travail, report des risques financiers, captation des aides publiques aux Pme, etc.). La troisième tendance est plus difficile à identifier : elle se manifeste en interne et concerne la mise au point de nouvelles méthodes de production pour les activités qui définissent leurs “cœurs de métiers”.

43Les grandes firmes de l’automobile constituent un exemple-type de cette stratégie : Psa, par exemple, se recentre sur la conception et l’assemblage de véhicules en délégant à l’extérieur la fabrication de “modules” qui sont autant de sous-ensembles complets (à charge pour les fournisseurs d’en proposer la version la plus innovante, d’en assumer les risques financiers et productifs, et de les livrer au lieu et moment voulus par le constructeur) ; par ailleurs, l’assemblage lui-même est flexibilisé à l’extrême, la politique de “plate-forme” combinant production de masse (le nombre de véhicules par jour augmente régulièrement) et grande variété des modèles produits (une même ligne permet d’assembler toutes les versions composant une famille de véhicule : trois ou cinq portes, berline, break, cabriolet). L’automatisation et l’informatisation permettent cette flexibilité, mais c’est la main-d’œuvre qui en est la variable d’ajustement (modulation du temps de travail et/ou recours à l’intérim selon les variations du marché). Avec une gestion du travail qui combine assujettissement et autonomie, montée en compétences et non-reconnaissance des qualifications, individualisation et travail en équipe, etc.

44Il est également intéressant de constater que d’autres secteurs d’activités tendent à se rapprocher de ce modèle, alors qu’ils ont des caractéristiques différentes. Dans la fabrication de bogies pour véhicules ferroviaires par exemple, alors que les conditions de production se distinguent largement de celles de l’automobile (rapport différent au marché, séries plus courtes, automatisation moindre et degré supérieur de qualification), nous retrouvons la même tentative de combiner les exigences en termes de volumes et en termes de variété. Chez Bombardier Transport (dans le Nord-Pas-de-Calais), en particulier, une nouvelle ligne est mise en place où l’on peut assembler tous les types de bogies, grâce à l’adaptation organisationnelle des approvisionnements et à une nouvelle organisation du travail par équipe d’opérateurs polyvalents et très qualifiés (avec réunion journalière pour évaluer le respect des critères de sécurité, la qualité, la productivité, les coûts et délais et la mise en œuvre de méthodes de résolutions des problèmes).

45Cette contradiction entre les volumes nécessaires à la rentabilité et la variété nécessaire à la captation de “niches de clientèle” sans cesse nouvelles est sans doute, aussi, à la base de la nouvelle division du travail en cours de généralisation – qui se manifeste notamment par la tendance à privilégier un découpage de la chaîne de valeurs non plus en segments mais en modules (sous-ensembles complexes remplissant chacun une fonction particulière : éclairage, freinage, etc.). C’est alors aux fournisseurs de s’organiser pour livrer les variantes (chacune en série relativement courte) demandées par les constructeurs tout en maintenant leur rentabilité : de fait, même si la parade consiste souvent en une livraison à plusieurs constructeurs, il faut constater qu’à peu près tous les grands équipementiers de l’automobile sont dans une situation financière précaire. Mais derrière cette production de modules par des entreprises relativement importantes, c’est tout un tissu d’autres entreprises, et donc tout un ensemble de ressources territoriales, qui doit être mobilisé, porté et maintenu au niveau nécessaire. D’où, en quelque sorte, une quasi-intégration du territoire et de ses acteurs à cette logique modulaire.

46Enfin, chez les grands constructeurs, organisation modulaire et nouvelles organisations productives internes s’articulent étroitement, les mêmes critères de mobilisation des ressources y étant mis en œuvre. Ces firmes peuvent ainsi moduler la proportion d’activités à externaliser, délocaliser et conserver, selon un rapport avantages/coûts dont l’évaluation laisse la porte ouverte à plusieurs choix stratégiques possibles : cela nous semble important à souligner pour sortir d’une vision souvent par trop fataliste de la globalisation.

Conclusion : quels enseignements pour les pôles d’innovation technologique au Maghreb ?

47L’orientation des pays du Maghreb vers la création et le développement de pôles d’innovation technologique visant l’ancrage territorial d’activités de production, en particulier dans le secteur des Tic, a emprunté le modèle technopolitain. Bien que l’expérience des technopôles y soit encore récente, des enseignements préliminaires peuvent être tirés, quant à leurs perspectives de développement.

48Premièrement, les technopôles contribuent à la valorisation de ressources scientifiques et technologiques en même temps qu’ils peuvent entraîner leur altération. Pour les territoires des pays développés comme pour ceux des pays en développement, ce mouvement contradictoire peut se traduire, à la fois, par des opportunités de développement, par des exigences à remplir en termes de niveaux productif, organisationnel et institutionnel comme en termes d’adaptation permanente, et par des risques : ces derniers renvoyant à la précarisation possible des efforts effectués et à l’exclusion des ressources non sélectionnées ou ne pouvant se maintenir au niveau voulu. L’implantation de technopôles visant un développement “hors-sol” par rapport aux compétences locales peut favoriser cette précarisation, voire cette exclusion, de ressources. Il est donc nécessaire d’ancrer l’expérience technopolitaine dans les savoir-faire existants, autant que de dépasser la polarisation sur quelques activités branchées sur les réseaux de la globalisation.

  • 12 Voir l’article de Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi publié dans le présent ouvrage.

49Deuxièmement, la pérennité des dynamiques technopolitaines dépend de la diffusion territoriale en matière de développement socio-économique. Il s’agit ici de dépasser les montages temporaires, même s’ils s’avèrent efficaces pour franchir certains seuils d’innovation, et d’être capable de mettre en œuvre une véritable logique technopolitaine, assurant de façon pérenne des branchements entre acteurs de la production, de la recherche et de la formation. En outre, l’efficacité de tels branchements ne s’évalue pas seulement en termes de durabilité des effets obtenus mais aussi en termes de diffusion. À cet égard, il faut noter qu’au Maghreb, les technopôles ont, dans une large mesure, était conçus et développés comme des espaces devant évoluer selon une dynamique auto-centrée, ce qui ne peut produire que de faibles effets diffusants. Or la réalité montre qu’à côté de ces pôles constitués (et institués) se créent d’autres pôles d’agglomération d’entreprises en milieu urbain12. Aussi serait-il opportun de formuler plus clairement une politique de développement qui ferait fonctionner l’ensemble de ces pôles, institués ou non, dans une logique réticulaire de diffusion socio-économique et de cohérence régionale et nationale.

50Troisièmement, lorsque l’on envisage les technopôles dans le contexte des pays en développement, il convient de s’interroger sur la transférabilité des modèles. La transposition de modèles “importés” peut paraître d’autant moins efficace que ceux-ci semblent trouver leur limite dans les pays industrialisés et sont supplantés par d’autres formes d’intervention, comme les Pôles de compétitivité en France. Nous avons montré que ces derniers renvoyaient aux exigences de nouvelles organisations productives et de nouvelles logiques d’insertion dans la mondialisation. En particulier, la promotion de ce type de clusters technologiques s’inscrit dans une organisation modulaire des compétences territorialisées permettant leur valorisation sélective et momentanée selon les besoins sans cesse changeants des marchés et des grandes firmes.

51En somme, tout en s’inspirant des modèles technopolitains dans leurs aspects les plus pertinents, les pays du Maghreb devraient s’attacher, en priorité, à identifier les critères d’intervention (normes conditionnant le soutien public à des engagements des firmes concernées, par exemple) qui privilégient des montages à portée durable, plus diffusante et qui limitent les effets d’une insertion non maîtrisée dans ces dynamiques sélectives et précarisantes. Mais cela implique également d’articuler une politique sectorielle à une politique de développement local.

Bibliographie

Bibliographie

Abdelmalki Lahsen et Courlet Claude, 1996, Les nouvelles logiques de développement, Paris, L’Harmattan.

Anima, 2005, « Innovation, pôles technologiques et attraction de l’investissement : la Méditerranée intelligente », Notes et documents, n° 9, avril, Marseille Innovation/Anima.

Aubert Jean-Éric et Reiffers Jean-Louis, 2003, Knowledge economies in the middle East and North Africa: toward new development strategies, Washington, Banque mondiale, (Wbi Learning Resources Series).

Aydalot Philippe (dir.), 1986, Milieux innovateurs en Europe, Paris, Gremi.

Bernardy Michel de et Boisgontier Pierre, 1988, Grains de technopole, Grenoble, Pug.

Bernardy Michel de et Boisgontier Pierre, 1996, La Technopole, Paris, L’Harmattan.

Bes Marie-Pierre, 1996, « Les systèmes nationaux d’innovation des pays en développement dans la globalisation technologique », in Lahsen Abdelmalki et Claude Courlet (dir.), Les nouvelles logiques du développement, Paris, L’Harmattan, 73-86.

Boyer Robert et Freyssenet Michel, 2002, Les modèles productifs, Paris, La Découverte.

Courlet Claude, 1997, « Espace et Districts industriels », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, 834-850.

Courlet Claude, 2001, Étude sur les conditions de développement des Systèmes productifs localisés au Maroc, Rabat, Ministère de l’aménagement du territoire, de l’environnement, de l’urbanisme et de l’habitat.

Courlet Claude et Pecqueur Bernard, 1992, « Les Systèmes industriels localisés en France : un nouveau modèle de développement » in Georges Benko et Alain Lipietz, Les régions qui gagnent, Paris, Puf, 81-102.

Edquist Charles, 1997, Systems of innovation: Technologies, institutions and organisations, Londres, Pinter.

Ferguene Améziane, 2004, Gouvernance locale et développement territorial : le cas des pays du Sud, Paris, L’Harmattan.

Foray Dominique, 2000, L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte.

Gaffard, Jean-Louis, 2005, « Vers une nouvelle politique industrielle », La Lettre de l’Ofce, n° 269, 13 décembre.

Garofoli Giacchino, 1992, « Les systèmes de petites entreprises : un cas paradigmatique du développement endogène », in Georges Benko et Alain Lipietz, Les régions qui gagnent, Paris, Puf, 57-80.

Gilly Jean-Pierre et Torre André, 2000, Dynamiques de proximité, Paris, L’Harmattan.

Grossetti Michel, 1995, Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Johnson Bob, 1992, « Institutionnal learning », in Bengt Ake Lundvall, National Systems of Innovation: Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning, Londres, Pinter, 23-44.

Maillat Denis, 1992, « Milieux et dynamique territoriale de l’innovation », Revue canadienne des sciences régionales, vol. 15, 199-218.

Mathlouthi Yamina, Mezouaghi Mihoub et Perrat Jacques, 2006, « Dynamiques technopolitaines et développement : cas du parc des communications El-Ghazala en Tunisie », in Hocine Khelfaoui (dir.), L’intégration de la science et de l’innovation au développement : l’expérience maghrébine, Paris, Publisud, 11-40.

Mezouaghi Mihoub, 2002a, « Les enseignements des approches de système national d’innovation : les économies semi-industrialisées », Revue Tiers-Monde, n° 169, janvier-mars, 189-212.

Mezouaghi Mihoub, 2002b, « L’émergence de technopoles dans les pays du Maghreb : facteur d’insertion des technologies de l’information et de la communication ou mimétisme institutionnel ? », Revue Mondes en Développement, t. 30, n° 118, 65-78.

North Douglass C., 1990, Institutions, Institutionnal Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Ocde, 2005, Building Competitive Regions. Strategies and governance, Paris, Ocde.

Perrat Jacques, 1994, Technopôles et pôles d’innovation en Rhône-Alpes, dynamique interne et effets d’entraînement, Lyon, Adees Rhône-Alpes, juin.

Perrat Jacques, 2001, « Districts industriels et territorialisation du rapport salarial : un éclairage à partir des réalités vénétiennes », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 4, 641-664.

Perrat Jacques, 2006, « Nouvelle division spatiale du travail et nouvelles organisations productives : des territoires “segments” aux territoires “modules” ? », Innovations, Cahiers d’économie de l’innovation, n° 24, Paris, L’Harmattan : Innoval.

Notes

1 On peut distinguer deux types d’acteurs : d’une part, les acteurs clés du technopôle qui appartiennent au triptyque industrie-recherche-formation et qui sont engagés dans la production et la diffusion de connaissances scientifiques, technologiques et industrielles ; d’autre part, une seconde catégorie d’acteurs s’intercale dans ce triptyque pour soutenir leurs activités et développer des actions collectives. L’État (administrations centrales et collectivités territoriales), la structure de gestion du technopôle (constituée dans la plupart des cas sous la forme d’une société, d’une administration publique ou privée), des associations scientifiques et professionnelles, des institutions de financement, des agences de promotion de l’industrie et de l’innovation technologique et des organisations de coopération internationale participent tous au développement du technopôle, notamment en matière de modernisation et de gestion des infrastructures, de promotion et de soutien des activités ou encore de mise en réseau (local et international) des acteurs.

2 L’appréciation du potentiel local d’innovation technologique (décomposé ici à travers le potentiel dégagé par le tissu productif, les capacités de recherche et le dispositif de formation) conduit à analyser la capacité de production, de valorisation et de diffusion des compétences industrielles, scientifiques et technologiques. En d’autres termes, ce niveau d’analyse concourt à appréhender le degré d’émergence des capacités d’innovation au sein d’un technopôle au regard de l’étendue de la base de compétences constituée localement.

3 Dans le cas particulier de ces économies, des travaux ont montré les défaillances du système national d’innovation. Les observations convergent pour relever cinq types de contraintes pouvant expliquer des situations de blocage des dynamiques d’innovation technologique : un système financier peu porté sur la promotion de l’entreprenariat, le manque d’investissement des activités de recherche et développement, une taille de marché réduite, des capacités scientifiques et technologiques insuffisantes et un dispositif réglementaire non incitatif (J.-E. Aubert et J.-L. Reiffers, 2003).

4 Cf. les travaux qui ont mis en évidence l’autonomisation des acteurs de l’innovation technologique dans le contexte des pays en développement (M.-P. Bes, 1996 ; M. Mezouaghi, 2002). Il en découle, entre ceux qui produisent des connaissances et les utilisateurs, une déconnection qui brise la chaîne de diffusion des externalités technologiques.

5 Le plan tunisien de développement prévoit, à l’horizon 2009, la création d’un technopôle ou au moins d’une pépinière, par gouvernorat. Ainsi, une dizaine de technopôles devrait être créée, dont six devaient être opérationnels en 2006, en plus de la Cité technologique El-Ghazala : ceux de Borj Cédria (technologies de l’énergie, de l’eau et de l’environnement), Sidi Thabet (biotechnologies et industrie pharmaceutique), Sousse (industrie mécanique et électrique), Sfax (industrie informatique et du multimédia), Monastir (industrie textile/habillement) et Bizerte (industrie agroalimentaire).

6 Pour plus de détails, cf. Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006.

7 Pour bon nombre d’entreprises, en particulier pour les firmes multinationales, l’État – gestionnaire du technopôle et principal donneur d’ordre en matière de services télécommunication et informatique – représente une part importante du marché local (notamment à travers la demande exprimée par l’opérateur public Tunisie Telecom et le ministère des Communications et du Transport).

8 De façon exacerbée, cette visibilité peut se traduire par trois types d’externalité négative : un effet de relocalisation en dehors du technopôle (les entreprises surexposées considèrent que les avantages dont elles bénéficient sont largement inférieurs aux coûts de transaction et d’opportunité qu’elles supportent), des comportements de captation de rente de localisation (les entreprises étroitement associées à l’image du technopôle peuvent être tentées de négocier des avantages spécifiques) et une mise en concurrence excessive des entreprises pouvant entraîner des comportements non coopératifs.

9 Les applications technologiques (qui résultent davantage d’une adaptation technologique ou d’une application technologique spécifique) ont notamment porté sur des systèmes de cryptage et de décryptage sécurisé, un moteur de recherche arabe/latin, des dispositifs de télé-enseignement, des applications basées sur les Sms et les Mms, la conception de système Gps ou encore sur l’adaptation de systèmes de transmission de données.

10 L’adoption d’une loi, en juin 2006, vise à infléchir cette orientation interventionniste en introduisant de nouveaux mécanismes autorisant le secteur privé à contribuer à la gestion des technopôles.

11 D’une part, beaucoup de ces entreprises trouvent l’État encore trop présent. D’autre part, dans plus d’un pôle, ce sont les acteurs institutionnels (État, collectivités, Cci, agences de développement, etc.) qui sont les véritables “moteurs”.

12 Voir l’article de Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi publié dans le présent ouvrage.

Table des illustrations

Titre Figure n° 1. Les facteurs de la dynamique technopolitaine
Légende Source : Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006, 24.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable