Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

III. Émergence de pôles de production numérique

L’émergence de SSII en Tunisie

Des contraintes de transition industrielle

Yamina Mathlouthi et Mihoub Mezouaghi

Texte intégral

  • 1 Cette enquête a bénéficié du soutien financier de l’Agence française de développement (Afd), Paris

1La littérature récente consacrée à l’économie du développement a montré l’importance croissante prise par les connaissances dans la transformation des systèmes productifs et l’introduction de nouvelles formes d’internationalisation de la production. Pour autant, le lien entre la globalisation, le développement de l’immatérialité et l’émergence de nouvelles formes d’accumulation des richesses n’est pas aussi clairement établi. L’objet de cette étude propose plus précisément d’analyser, sur la base d’une enquête de terrain1, les conditions d’émergence d’activités de services d’ingénierie informatique en Tunisie. Dans un contexte marqué par les débats sur« l’après-textile », la Tunisie s’est engagée dans une recherche de nouveaux relais de la croissance économique en favorisant une diversification du tissu productif qui s’appuie, notamment, sur le développement d’une offre de services à forte valeur ajoutée. Le positionnement dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (Tic), en particulier dans les services d’ingénierie (intégration de systèmes, conception de logiciels, administration des réseaux) témoigne de cette volonté politique. Les politiques publiques mises en œuvre se sont attachées à stimuler le marché domestique et à proposer un ensemble d’incitations fiscales à la création d’emplois (qualifiés), à l’investissement et à la création d’entreprises. Ce dispositif vient à l’appui de mesures structurelles (offre d’une formation spécifique, promotion de la recherche, accès au financement) qui visent à créer un environnement favorable à la formation et au développement d’un tissu productif.

2Les services d’ingénierie informatique constituent un secteur pertinent d’observation et d’analyse du processus d’émergence industrielle dans un contexte dominé par une inertie des structures productives. Ce choix peut être motivé, pour le moins, par trois raisons : tout d’abord, le développement de cette offre de services teste la capacité de l’économie tunisienne à s’orienter vers des activités à contenu technologique ; ensuite, des efforts continus dans le domaine informatique depuis la fin des années 1980 ont permis la constitution de capacités locales d’ingénierie, condition préalable au développement d’une activité de service à valeur ajoutée ; enfin, une analyse des dynamiques productives permet d’appréhender l’impact des mesures incitatives et structurelles qui sont constitutives d’une politique sectorielle volontariste, conformément aux orientations des deux derniers Plans quinquennaux de développement (1997-2001 et 2002-2006). À travers une analyse du secteur des services d’ingénierie informatique, nous proposons de questionner les conditions de son émergence afin d’établir un lien entre les performances des entreprises et la cohérence de l’environnement institutionnel, tel qu’il est structuré par les politiques publiques, comme de repérer la nature des contraintes de transition industrielle. Après avoir resitué les Tic dans la problématique de la transition industrielle, nous mettrons en perspective les principales mesures de politique publique qui procèdent d’un ciblage sectoriel. Puis, sur la base de données d’enquête, nous analyserons les performances sectorielles et mettrons en évidence les contraintes d’émergence du secteur des services d’ingénierie informatique dans le contexte tunisien.

Les conditions d’émergence d’une industrie TIC en Tunisie

3L’émergence d’un tissu productif dans l’industrie des télécommunications et de l’informatique peut être analysée à l’interface des dynamiques institutionnelles et des dynamiques d’innovation technologique. En Tunisie, les politiques publiques ont visé à orienter cette double dynamique pour impulser une transition industrielle.

Transition industrielle et technologies de l’information et de la communication

4Compte tenu du rôle fondamental des externalités de connaissances dans les modèles de croissance économique, l’investissement immatériel (recherche et développement, éducation et formation) associé à la diffusion et à la production des Tic tend à occuper une place centrale dans les politiques économiques. En effet, la part des connaissances-inputs dans la production de biens et services s’est fortement accrue en même temps que l’immatérialité des systèmes productifs devenait plus prégnante. Dans le cadre de modèles multisectoriels, cette évolution se traduit par un accroissement de la contribution des secteurs producteurs de connaissances à la production globale et par une utilisation plus intensive du stock des connaissances dans les processus productifs (D. Foray, 2000 ; D. Guellec et P. Ralle, 2001 ; D. H. Chen et C. J. Dahlman, 2004).

  • 2 L’ensemble de ces secteurs représente entre 8 % et 10 % du Pib dans les pays de l’Ocde.

5Les Tic, en tant que technologies imparfaitement génériques (T. F. Bresnahan et M. Trajtenberg, 1995), sont une composante importante de ces mutations industrielles. Comme le rappelle D. Archibugie et J. Michie (1997), la « révolution numérique » est portée par de nouvelles technologies susceptibles, à la fois, d’accroître la diffusion de connaissances valables et fiables et de réduire considérablement les coûts de coordination des acteurs. Ces technologies contribuent ainsi à améliorer la productivité des facteurs de production à travers une dématérialisation des systèmes d’échange et d’information, modifiant les frontières spatiales et temporelles de l’activité de production. Par ailleurs, la diffusion rapide des Tic s’est accompagnée de l’émergence de nouveaux pans industriels, sous l’impulsion de l’industrie des télécommunications, de l’informatique, de l’électronique et de l’audiovisuel2.

  • 3 Selon la loi de Metcalfe, la valeur d’un réseau croît avec le carré du nombre de ses utilisateurs, (...)

6Dans cette optique, la question se pose du choix de devenir seulement un utilisateur ou un producteur de Tic pour s’en assurer une appropriation suffisante par le système productif. Les arguments en faveur de leur appropriation par l’usage portent sur le potentiel de dynamisation et de rationalisation de la coordination entre acteurs économiques. Leur usage généralisé, seul, permettrait des gains de productivité en termes de réduction des coûts de transaction et de génération d’externalités (effets de réseaux3 et économies d’échelle) (D. Cohen et M. Debonneuil, 1998), tout en faisant l’économie des dépenses de conception et de développement. Par ailleurs, en participant à une codification et à un transfert de connaissances à moindre coût, les Tic sont de nature à entraîner une dispersion internationale des activités de production pouvant être coordonnées à distance (notamment pour les activités de service). Ainsi, dans un contexte de forte externalisation des activités productives, les pays insérés dans les réseaux numériques et montrant une utilisation efficace de ces technologies seront plus à même de s’inscrire dans de nouvelles relations de sous-traitance grâce à l’optimisation des relations avec la clientèle, les fournisseurs ou les donneurs d’ordre. Ceci sous réserve que des changements organisationnels s’opèrent – au sein des firmes et plus globalement au sein des économies –, condition sine qua non à leur utilisation efficace.

7D’autres arguments considèrent que l’utilisation des Tic, aussi efficace soit-elle, peut limiter les conditions de leur appropriation. En premier lieu, une augmentation du coût relatif d’usage peut découler de l’inapplicabilité des innovations technologiques diffusées au fur et à mesure qu’elles répondent aux besoins spécifiques des utilisateurs des pays dans lesquels elles sont produites. En deuxième lieu, c’est surtout en se confrontant à la production et à l’adaptation des TIC, que peut être impulsée une dynamique de capitalisation des savoirs et des compétences nécessaires à leur développement mais aussi à leur pleine utilisation. Enfin, seuls les pays qui participent à leur conception et à leur production peuvent bénéficier de rentes – durant le temps où elles sont faiblement partagées – qui, une fois investies dans une activité de recherche et développement, leur permettent de maintenir, voire de creuser, leur avance technologique sur les pays utilisateurs.

  • 4 Alors que les investissements dans les équipements informatiques n’avaient pas produit d’effets si (...)

8Dans cette double compréhension, R. Boyer (2001) considère que ces technologies, bien qu’ayant introduit des modalités originales de production et d’organisation des firmes dès les années 1980, sont à partir des années1990 à l’origine d’un changement de paradigme productif4 qui se traduit par l’affirmation de nouveaux principes organisationnels : la formation de réseaux de firmes, la différenciation de la production par l’innovation, la recherche de la complémentarité des compétences et la flexibilité du travail. En raison de leur faculté à réduire les coûts de transaction et à mobiliser (et à traiter) un contenu informationnel considérable, les Tic se révèlent un vecteur important de ces transformations structurelles et organisationnelles.

  • 5 Les institutions sont ici entendues au sens large, faisant référence à l’ensemble des règles, des (...)

9Les théories du système d’innovation, d’inspiration néo-schumpétérienne, ont largement mis l’accent sur l’importance du contexte institutionnel pour comprendre ces évolutions de long terme. Les changements structurels se réalisent lorsque des adaptations – voire, dans certains cas, des ruptures –institutionnelles s’opèrent5. Ainsi, le nouveau contexte institutionnel tend à modifier les comportements d’innovation ou d’appropriation technologique des acteurs économiques qui, à leur tour, rétroagissent sur le contexte institutionnel. Cette co-évolution des pratiques technologiques et des règles formelles et informelles qui les orientent et les encadrent est constitutive de la formation de nouvelles conditions organisationnelles des firmes et des économies. Pour mieux saisir ces dynamiques structurelles et institutionnelles, l’approche des Systèmes nationaux d’innovation a dégagé un cadre d’analyse des relations entre innovation et performance économique. On peut ici mettre l’accent sur trois enseignements de ces théories.

  • 6 Le volontarisme public, le plus souvent à l’origine d’une politique efficace de soutien aux indust (...)

10Premièrement, ces travaux se fondent sur une conception de l’innovation qui implique une dynamique d’interactions entre acteurs (les firmes, les laboratoires, les universités, etc.) insérés dans différents réseaux institutionnels. Ces réseaux sont composés d’entreprises, d’universités et de centres de recherche publics/privés associées à travers des relations horizontales de partenariat industriel et technologique. Plus globalement, ces réseaux découlent d’un contexte institutionnel qui détermine la nature, l’intensité et la qualité de la coordination entre les acteurs. L’inscription des acteurs dans ces réseaux permet d’endogénéiser les externalités propres aux activités d’innovation. Deuxièmement, ces arrangements institutionnels se forment de manière différenciée selon la trajectoire historique et la spécialisation économique propres à chaque pays. Cette appréhension de la diversité et de la spécificité des systèmes économiques est parfois expliquée par la mise en évidence de complémentarités institutionnelles, notamment dans les domaines de l’organisation industrielle, de la recherche scientifique et technologique, de la formation, des modes de financement et des relations salariales (B. Amable, R. Barré et R. Boyer, 1997 ; B. Amable, 2000 ; P. M. Aoki, 2001). La complémentarité signifie que chaque configuration institutionnelle au sein d’un même domaine peut être performante dès lorsqu’elle est renforcée par celle d’un autre domaine, expliquant par ailleurs que des formes d’organisation bien que différentes peuvent se montrer performantes et que certaines, a contrario, bien que partageant des similitudes dans certains domaines, ne sont pas aussi performantes que les premières. Cette lecture macro-économique et institutionnaliste permet d’expliciter les performances de long terme d’un système économique au regard de ses cohérences organisationnelles. Troisièmement, l’État, et plus précisément les politiques publiques, reprennent une place fondamentale dans les processus d’appropriation et d’innovation technologique et ce, pour trois raisons au moins : 1) le rendement social de la recherche et de l’innovation se révèle supérieur à son rendement privé dès lors que l’on considère que ces activités dégagent des externalités positives ; 2) l’inégalité d’accès au financement de l’innovation entrave le développement de Pme-Pmi et, plus encore, la création d’entreprises high-tech ; 3) l’aversion au risque des agents économiques suppose une intervention publique visant à sécuriser et à inciter les investissements (R. Boyer et M. Didier, 1998). En ce sens, l’action publique doit porter sur le renforcement des liens entre la science et l’industrie, la législation de la protection des droits intellectuels, la formation et la mobilité des compétences, ainsi que sur le développement d’outils spécifiques de financement et l’amélioration de l’environnement économique et social6.C’est dans ce cadre que l’analyse de l’émergence de secteurs d’activité à contenu technologique peut trouver une certaine pertinence, en excluant a priori une analyse normative et en tentant une identification des déterminants spécifiques d’un processus de transition industrielle.

11Dans les pays en développement, la question de l’émergence d’activités à valeur ajoutée doit être resituée dans un contexte économique dominé par des spécialisations industrielles largement fondées sur un positionnement dans des segments à faible technicité dans des industries matures, des marchés du travail flexible permettant de mobiliser une main-d’œuvre peu qualifiée, et une intégration en aval des réseaux internationaux de production. Le modèle productif dans lequel la Tunisie est inscrite présente, en particulier, ces caractéristiques.

La politique publique tunisienne en faveur du secteur TIC : une démarche volontariste ?

12Dans une proche perspective d’ouverture de la zone de libre échange entre la Tunisie et l’Union européenne, qui se traduira par une baisse des recettes budgétaires et une intensification de la concurrence sur le marché national, il est devenu vital de renforcer la croissance économique et dynamiser les capacités de création d’emplois, notamment en donnant une priorité au développement de l’infrastructure, à la généralisation de l’enseignement de l’informatique, à la promotion de la recherche scientifique et technologique et à la promotion de la création d’entreprises.

La recherche d’un nouveau positionnement industriel

13Les politiques de réformes adoptées en Tunisie ont été souvent liées aux exigences macro-économiques, la question lancinante du service de la dette ayant conduit les institutions de Washington à recommander aux pays en développement l’abandon des modèles protectionnistes pour favoriser la croissance des exportations. Ainsi, à partir des années 1970, une politique d’ouverture libérale a marqué les orientations de la stratégie de développement et a conduit à définir les termes de l’insertion de l’économie tunisienne dans la division internationale du travail. Si on se réfère aux études de la Cnuced (2002 et 2004), on peut distinguer trois processus de spécialisation (sous-traitance locale, délocalisation, exploitation des ressources naturelles), obéissant chacune à une certaine logique de régionalisation (tab. 1).

Tableau n° 1. Les processus de spécialisation industrielle

Tableau n° 1. Les processus de spécialisation industrielle

Source : Cnuced, 2004.

14Pour des raisons complexes et spécifiques au contexte historique, le modèle d’accumulation tunisien s’est inscrit dans le deuxième type de spécialisation basé sur une logique d’ancrage à l’Union européenne. Il apparaît clairement que le secteur « textile et habillement » a été une des modalités d’intégration à l’économie mondiale, et qu’il reste aujourd’hui une caractéristique du modèle productif tunisien. Les exportations de vêtements représentent près de la moitié des exportations totales de la Tunisie vers l’Europe et comptent pour plus de la moitié de ses avantages comparatifs. Dans un pays maîtrisant peu son processus de reproduction de capital, ce modèle productif présente l’intérêt d’être simple puisqu’il implique initialement de faibles flux de capitaux en provenance des donneurs d’ordre (européens). La remontée en amont de la filière textile, qui témoigne d’un processus d’accumulation technologique et de transformation du système productif, suppose également la fabrication locale de produits intermédiaires. Or la Tunisie, à l’instar des pays engagés dans une logique d’intégration internationale (hormis l’Égypte), continue d’importer massivement des biens intermédiaires, creusant son déficit commercial en matière de produits à forte ou moyenne valeur ajoutée.

  • 7 Ce secteur contribue pour 30 % de la valeur ajoutée manufacturière et pour près de 10 % de l’emplo (...)

15Ainsi, des effets d’inertie et de rigidité productive ont maintenu le tissu productif dans des segments industriels à faible valeur ajoutée et à faible potentiel de croissance (70 % des entreprises du secteur textile réalisant près de 80 % des exportations du secteur sont des façonniers). Ce tissu étant faiblement consommateur de qualifications, le taux de croissance de la valeur ajoutée a diminué de 8 % à 2 % au cours des deux dernières décennies, ce quine couvre qu’une part relativement marginale du coût de production (M. Chaffai, P. Plane et D. Triki, 2005). En maintenant une forte spécialisation dans le secteur « textile et habillement »7, ce modèle productif se révèle fragile et peu enclin à générer une croissance à long terme, comme en témoigne la quasi-stagnation de la productivité totale des facteurs de production (fig. 1).

16D’un point de vue qualitatif, ce positionnement en bout de chaîne de l’industrie textile dégage un potentiel concurrentiel réduit aux seuls coûts du facteur travail (faiblement qualifié) et constitue une source de vulnérabilité aux chocs externes. Le démantèlement des accords multifibres en janvier2005 expose, sans doute plus durement, l’industrie tunisienne à la concurrence internationale, imposant une restructuration sectorielle à travers une montée en gamme de la production locale et une modernisation des entreprises pour optimiser l’avantage de proximité géographique et générer des gains de productivité. Les orientations stratégiques des politiques publiques s’attachent à réduire la dépendance du modèle productif à l’égard des secteurs à faible productivité et favoriser l’orientation progressive vers des secteurs à productivité plus élevée.

Figure n° 1. Productivité totale des facteurs par travailleur

Figure n° 1. Productivité totale des facteurs par travailleur

Source : L. Cecchini et C. Lai Tong, 2004.

17Les changements structurels qui ont été introduits au début des années1990 ont été accompagnés par des Programmes de mise à niveau (Pmn). Bien que ces derniers aient été inscrits dans le cadre de relations de sous-traitance internationale, une diversification industrielle a été impulsée vers de nouveaux segments manufacturiers (automobile, électrique, électronique) dont les effets structurants sont potentiellement importants. Par exemple, l’implantation de firmes multinationales dans l’industrie électronique tend à intégrer la Tunisie dans une stratégie à la fois régionale et globale de production afin de valoriser des avantages comparatifs en termes de coûts de production (salariaux) et en termes de proximité et de compétences (à travers notamment la création de centres locaux de recherche). Bien qu’encore relativement réduite, l’exportation de composants électroniques a connu une croissance significative au cours des dernières années : en 2002, elle a franchi le seuil de 500 millions de dollars, avec un taux de croissance annuel de 22 % (Cnuced, 2004). Plus récemment, d’autres activités sont également privilégiées pour tenter de construire de nouvelles spécialisations sectorielles, notamment dans les activités de service. C’est le cas du secteur de la santé et, plus encore, celui des Tic.

Un soutien sectoriel ciblé

  • 8 En mai 2002, un deuxième opérateur, Tunisiana (groupe Orascom), a acquis une licence d’exploitatio (...)
  • 9 En 1995, une première restructuration s’est produite avec la création d’une Société nationale des (...)

18Le Dixième Plan quinquennal de développement (2002-2006), « Gagner le défi de l’emploi, asseoir l’économie du savoir et consolider la compétitivité », est principalement orienté vers l’édification de la “société du savoir”, le renforcement de la compétitivité de l’économie et l’amélioration de l’efficience du secteur privé. Ce plan de développement doit notamment favoriser l’émergence d’activités liées aux Tic et maintenir un effort soutenu dans l’enseignement supérieur et la formation. Considéré ainsi comme prioritaire, le secteur des Tic a bénéficié d’un important programme d’investissement devant permettre la réalisation de plusieurs projets dans les domaines de l’informatique et des télécommunications. Les investissements publics prévus sont estimés à 487 millions de dinars tunisiens (Mdt) pour l’informatique et à 1 740 Mdt pour les télécommunications, l’essentiel étant consacré à la modernisation des infrastructures (élargissement des réseaux nationaux de transmission, amélioration de la densité téléphonique et extension du réseau de téléphonie mobile pour favoriser les investissements privés). Des progrès en matière d’accès aux services des télécommunications ont été enregistrés, à partir de 2001, à la suite de la libéralisation progressive des activités de production et de fourniture des services (ouverture à la concurrence de la téléphonie mobile8 et des services de communication par satellite Vsat, restructuration et privatisation partielle de l’opérateur historique Tunisie Telecom9). Cette réforme, si elle s’est accompagnée par un ensemble de défaillances du mode de régulation (M. Mezouaghi, 2005), aimpulsé un mouvement de modernisation du secteur des télécommunications et a entraîné une forte croissance pour certains segments du marché : en particulier, la télédensité est passée de 7,1 % en 1997 à 68,8 %en 2005. Au-delà de l’accès aux réseaux de téléphonie mobile, l’étendue de l’accès aux réseaux numériques est encore difficilement observable. Il peut néanmoins être approché, de façon approximative, par le stock de capital productif des ordinateurs. Sur le plan quantitatif, ce stock n’a cessé de croître, comme le montre les données du tableau n° 2, et bien que le degré d’intégration socio-économique reste peu élevé, cette évolution témoigne pour le moins d’un dynamisme du secteur informatique.

Tableau n° 2. Indicateurs TIC (1997-2005)

Tableau n° 2. Indicateurs TIC (1997-2005)

Source : ministère des Technologies de la Communication, secrétariat d’État à l’Informatique, à l’Internet et aux Logiciels libres, Tunis, Institut national de la statistique (Ins), 2006.

19Le dynamisme du marché informatique tunisien a reposé sur un soutien actif de l’État et une large ouverture aux produits importés :

  • un marché fortement soutenu par l’investissement public ; l’investissement public en faveur du secteur des Tic, et des activités immatérielles en particulier, est conséquent et croissant ; en effet, le budget de l’État consacré au hardware, au software et aux services Tic devait passer de 912,2 Mdt (soit 664,6 millions de dollars) pour la période 1997-2001, à 1,779 milliards de dinars tunisiens (soit 1,3 milliards de dollars) pour la période 2002-2006 ; le dernier Plan quinquennal de développement a prévu de consacrer une priorité aux services Ti et à l’activité des logiciels, dont le budget devait s’accroître de 18,6 % par an, contre 12,3 % pour le hardware (République Tunisienne, 2001) ;
  • un marché ouvert à l’importation ; compte tenu des capacités limitées de l’offre locale, le marché de l’informatique reste largement satisfait par l’importation de biens et de services ; la réglementation fiscale a prévu en effet que les composants informatiques soient exonérés de droits de douane et que la Tva soit fixée à 10 % pour le matériel informatique, les pièces et les supports magnétiques ; la balance commerciale est globalement déficitaire, les importations ont quasiment doublé entre 2001 et 2005, pour atteindre près de 351 Mdt, constituées pour l’essentiel de biens manufacturés10.
  • 11 Celles-ci sont définies par R. Hall et C. Jones (1999) comme étant “the institutions and governmen (...)

20Le ciblage sectoriel, en plus de stimuler la demande de biens et services informatiques, vise également à encourager la formation d’une offre de services informatiques. Ce dispositif s’appuie principalement sur trois axes. Le premier s’attache à développer une capacité locale d’ingénierie. Conformément aux enseignements des théories de l’accumulation (N. Kaldor, 1963), les capacités d’absorption et d’appropriation technologiques dépendent des modalités d’articulation du capital humain au capital physique disponible. Dans une économie ouverte, R. Barro, G. Mankiw et X. Sala-i-Marten (1995) ont montré que la croissance de l’investissement dans le capital physique est tributaire de l’investissement dans le capital humain. Le processus d’accumulation dans le capital humain rend compte, la plupart du temps, de l’efficacité des infrastructures sociales11 des pays. En Tunisie, l’option retenue depuis les années 1960 de démocratiser tous les niveaux d’enseignement et la transition démographique ont permis une accumulation significative du capital humain. Si l’on considère la part des dépenses du système éducatif par rapport au budget de l’État (ou au Pib), la Tunisie figure parmi les pays ayant enregistré d’importants progrès. Il n’en demeure pas moins que certains problèmes persistent en vue d’une meilleure qualification du capital humain. En effet, avec l’explosion des effectifs des étudiants qui passeraient à près de 500 000à l’horizon 2011, l’État se trouve confronté à un dilemme car la satisfaction d’une forte demande d’enseignement supérieur se fait au détriment d’un enseignement de qualité. Le problème se pose avec plus d’acuité dans les filières des Tic. Alors que les effectifs d’étudiants ont été multipliés environ par trois entre 1997 et 2006, les inscrits dans ces filières ont quasiment décuplé sous l’impulsion de la création de plusieurs cycles de formation, majoritairement courts selon un rapport du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur (2005). En matière de formation d’ingénieurs, le nombre d’étudiants a triplé entre 1996 et 2005, passant de 3 500 inscrits à près de 10 300. Celui des diplômés a suivi la même progression durant cette période, passant de 800 à près de 2 400. Les perspectives tablent sur près de3 000 diplômés issus des filières d’ingénieurs à l’horizon 2011.

  • 12 Et plus particulièrement du décret n° 94-493 du 28 février 1994 relatif à la détermination des act (...)
  • 13 Code d’incitation aux investissements (dispositions particulières aux activités informatiques) pro (...)
  • 14 Le Famex est un programme mis en place en Tunisie par le ministère du Commerce et la Banque mondia (...)

21Le deuxième axe porte sur l’accès des entreprises aux capitaux. Tout d’abord, le champ des politiques de renforcement ou d’incitation à l’investissement mises en œuvre depuis les années 1990 s’est élargi au fur et à mesure au secteur des Tic : réforme du Code d’incitation aux investissements12, Programme de mise à niveau13 mis en place en 1995 et subventionné par l’Union européenne, Fonds de développement de la compétitivité industrielle (Fodec) couvrant jusqu’à 70 % des prestations immatérielles sans limite de plafonds, et Fonds national de promotion de l’artisanat et des petits métiers (Fonapra) lancé en 1981. En matière de financement des entreprises, le cadre juridique tunisien a également fait l’objet de mesures spécifiques qui ont consisté à développer des outils de financement orientés vers les secteurs porteurs et innovants. En ce qui concerne les fonds spécifiques exclusivement orientés vers le secteur des Tic, deux instruments de financement ont été ensuite mis en œuvre. D’une part, la loi de finances de 1999 a inscrit la création d’un Fonds pour l’innovation des technologies d’information (Fiti) qui offre un cadre d’aide à la création d’entreprises innovantes à forte valeur ajoutée. D’autre part, le Régime d’incitation à l’innovation dans le domaine des technologies de l’information (Riti) propose un soutien aux porteurs de projets dont le coût ne dépasse pas 500 000 DT pour la création ou l’extension d’une activité innovante – la participation de ce fonds pouvant atteindre 49 % du capital avec un apport minimum du promoteur. D’autres dispositifs ont été orientés vers la promotion des activités exportatrices avec, en particulier, le Fonds d’accès aux marchés extérieurs (Famex14) et le Fonds de développement de la compétitivité industrielle (Forpodex) qui encourage des entreprises nationales à exporter en accordant des subventions pour les actions de prospection de marchés extérieurs (pouvant représenter de 15 % à 50 % du coût). Par ailleurs, des mécanismes spécifiques de prise de risque ont été créés afin de soutenir les firmes les plus innovantes, sous l’impulsion de la loi n° 2000-98 encourageant les sociétés d’investissement à capital-risque (private equity) (Sicar) à investir dans le secteur de la technologie, grâce à un assouplissement des conditions de placement de leurs fonds. En matière de fiscalité, un ensemble d’incitations a également encouragé l’investissement : adoption d’une législation spécifique aux stocks options, avec un dégrèvement fiscal de 50 % pour les investissements faits dans le secteur des Tic ; exonération de l’impôt sur le revenu pour les entreprises totalement exportatrices pouvant porter sur une période de dix ans ; exonération de la Tva pour la formation dans les entreprises du secteur. En outre, en 2005, la Banque centrale a décidé de supprimer le plafond des frais de déplacement à l’étranger déductibles du montant de la masse salariale soumise à la cotisation sociale, afin de faciliter la mobilité des compétences.

22L’impératif de soutenir la densification du tissu productif, à travers un programme ambitieux d’essaimage d’une dizaine de technopôles spécialisés dans l’ensemble du territoire, structure le troisième axe. Or deux de ces technopôles sont dédiés aux services liés aux Tic. Ces espaces sont conçus pour accueillir des activités de formation, de recherche et de production scientifique et technologique afin d’améliorer l’attractivité territoriale de la Tunisie pour de nouvelles activités à valeur ajoutée, et mobiliser des investissements directs étrangers technologiques. Toutefois, la concentration des infrastructures modernes et la mise en place de dispositifs de soutien à l’innovation technologique (incubation des entreprises, services d’assistance et d’appui, conseils) au service des acteurs locaux ne déterminent pas, de manière systématique, la performance des technopôles. Les dynamiques technopolitaines semblent être largement sensibles à trois effets : celui de la taille critique (présence suffisante d’acteurs clés), celui du temps (apprentissage et expérimentation de la coordination dans la durée) et celui de la proximité institutionnelle et organisationnelle (partage de pratiques, de règles et de normes de production et de coopération) (Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006). En somme, ce dispositif procède de mesures ciblées dont l’impact doit être appréhendé au regard des dynamiques productives observées.

Performances sectorielles et contraintes d’émergence

23Les performances sectorielles enregistrées au cours des dernières années conduisent à des observations mitigées, voire contradictoires. Si l’on peut observer le développement d’une offre de services d’ingénierie informatique, notamment à travers la création d’entreprises et d’emplois (qualifiés), on doit néanmoins relever des éléments de fragilités sectorielles révélant de fortes contraintes d’émergence.

Encadré n° 1. Définition et identification des Ssii
La définition d’une société de service et d’ingénierie informatique (Ssii) est problématique en raison, non seulement de l’évolution permanente (et rapide) des supports technologiques, mais également de l’élargissement croissant de son champ d’intervention.
Une Ssii est, dans son acception la plus large, définie comme une société spécialisée dans la prestation de services informatiques. Si, dans les années 1970, l’activité « études et conseils » a fortement contribué au développement des Ssii, à partir des années 1980 et1990 les besoins d’intégration aux réseaux (convergents) informatiques et de télécommunication ont conduit à structurer plus précisément leurs principaux domaines de compétences autour des métiers de l’ingénierie. Parmi les principales activités d’une Ssii, on peut citer : la planification stratégique en système d’information ; le conseil (diagnostic, modélisation, reengineering, études) ; l’ingénierie de réseaux et de logiciels ; l’intégration de systèmes d’information ; le développement de services multimédia ; la gestion de services distants de base de données ou applicatifs. En outre, les évolutions technologiques (et celles des métiers) ont contribué à modifier la spécification sectorielle en raison, non seulement de l’extension du spectre des domaines d’application (l’ingénierie informatique et l’ingénierie en télécommunication pouvant désormais difficilement être différenciées), mais aussi de la forte croissance de la demande sociale.
Ces services ont rencontré une forte demande dans trois secteurs particuliers qui ont joué un rôle moteur dans le développement de l’offre : le secteur public (administrations et entreprises publiques), le secteur financier (banques et assurances) et le secteur des télécommunications. Pour le premier, la demande a reposé en grande partie sur le processus de rationalisation des services collectifs (impôts, douane, services de santé, sécurité sociale, etc.) et la mise en place d’une administration électronique. Pour les deux autres, la déréglementation (dans les années 1980 et 1990) conjuguée à un cycle d’innovations technologiques ont accéléré les profondes mutations de l’offre de services qui, dans une large mesure, ont fait du développement des réseaux numériques un déterminant clé de l’efficacité sectorielle.
Plus récemment, les besoins croissants d’informatisation ont élargi la demande de services informatiques à l’ensemble de l’économie et à l’ensemble des entreprises tous secteurs confondus. Les besoins d’informatisation, de modernisation et de mise à niveau des entreprises portent autant sur le perfectionnement de leurs fonctions de production (gestion des ressources humaines, Erp, Gpao, Gmao, gestion commerciale, gestion financière, etc.) que sur leur capacité à évoluer dans un environnement plus instable et incertain (intelligence économique, coordination à distance, etc.). Les nouveaux applicatifs (e-commerce, e-formation, etc.) incarnent ces nouveaux besoins socioéconomiques.
D’un point de vue opérationnel, une Ssii peut être définie par l’ensemble des activités exercées, qui peuvent être décomposées en neuf catégories : études et conseils ; progiciels ; ingénierie de systèmes ; intégration de systèmes ; assistance technique ; services et réseaux à valeur ajoutée ; infogérance ; distribution, maintenance et évolution des matériels et des réseaux ; formation. Outre les limites de spécification précédemment soulignées, cette décomposition, proposées par le Syntec, Chambre professionnelle des Ssii en France, présente l’intérêt de fournir un critère objectif d’identification.
Sur cette base, nous avons procédé à un recensement des Ssii dans l’ensemble du territoire tunisien, en adoptant deux précautions d’ordre méthodologique. Tout d’abord, nous avons vérifié à travers une pré-enquête que les entreprises retenues exercent (ou déclarent exercer) l’une des activités identifiées. Ensuite, pour éviter toute classification abusive, nous avons exclu par convention de notre population les entreprises exerçant exclusivement une activité d’assistance technique, de distribution, de maintenance ou de formation.

Une densification relative du tissu productif

  • 15 Selon différentes sources (secrétariat d’État à l’Informatique, Chambre syndicale des Ssii, Cnuced(...)

24Le secteur des services d’ingénierie informatique est dominé par une faible lisibilité, comme peut le montrer les approximations faites à propos du nombre d’entreprises présentes sur le marché tunisien15. Cela démontre une connaissance très imparfaite du secteur lié, en partie seulement, au caractère récent de ce type d’activité. Contrairement aux industries traditionnelles, les outils d’évaluation sectorielle, insuffisants, ne permettent pas leur suivi opérationnel, au moins pour trois raisons : 1) un recensement imprécis des Ssii, l’exhaustivité et l’actualisation faisant défaut ; 2) les critères d’identification des Ssii utilisés sont approximatifs en l’absence d’une définition clairement admise (encadré 1) ; 3) une forte mobilité géographique des entreprises (et particulièrement celle des micro-entreprises), la faible visibilité des entreprises nouvellement créées et leur courte durée de vie, constituent d’autres contraintes au suivi sectoriel.

Carte n° 1. Localisation des Ssii en Tunisie

Carte n° 1. Localisation des Ssii en Tunisie
  • 16 Les deux cartes ont été réalisées par les auteurs avec la collaboration de Mathieu Coulon, cartogr (...)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 200416.

  • 17 Une diversité de logiques productives coexiste dans l’industrie Tic, remettant en cause la définit (...)
  • 18 Regroupant les gouvernorats de Tunis, de l’Ariana et de Ben Arous.
  • 19 Surdéterminée ici statistiquement.

25En l’absence d’un recensement longitudinal d’une part, et de données statistiques fiables d’autre part, une enquête a été réalisée auprès d’un large échantillon d’entreprises (124 Ssii) du secteur des services d’ingénierie informatique et d’entretiens avec des acteurs publics et privés. Elle a eu pour objet de tester l’hypothèse de l’émergence d’une activité à valeur ajoutée dans le secteur des Tic17. Le tissu de Ssii sur le territoire tunisien est évalué, fin 2004, à 310 entreprises (carte 1). La représentation cartographique de leur localisation fait apparaître une forte concentration spatiale, puisque près de 56 % d’entre elles sont situés à Tunis et 82,9 %, dans le Grand Tunis (carte 2)18. On notera également la présence (moins évidente) de Ssii dans les zones industrielles côtières. De fait, leur localisation dans des espaces industriels constitués – Tunis, Sfax, Sousse, Monastir et, dans une moindre mesure, Nabeul, Bizerte et Gafsa19 – est déterminée par la polarisation du système productif tunisien : ces zones industrielles concentrent la plus grande partie du tissu productif, notamment dans les secteurs manufacturiers (textile, mécanique, électrique, chimique) et de services sur lesquels tend à se greffer l’offre des Ssii.

Carte n° 2. Localisation des SSII dans le Grand Tunis

Carte n° 2. Localisation des SSII dans le Grand Tunis

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

  • 20 Pour une analyse monographique de ce technopôle, cf. Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 200 (...)

26Quant à la répartition spatiale dans le Grand Tunis, elle montre des logiques productives localisées qui se caractérisent par une agglomération des entreprises dans des zones infra-urbaines privilégiées. Ces zones peuvent être des espaces de localisation des Ssii fortement institutionnalisés et encadrés par les politiques publiques (Technopôle El-Ghazala à l’Ariana20) ou, au contraire, non initialement dédiés à la localisation de Ssii (nouveau quartier d’affaires des Berges du Lac).

27Ainsi, l’offre de services d’ingénierie informatique est bien dans une phase de développement – si l’on considère le nombre croissant d’entreprises opérant dans ce secteur – qui peut être décomposée entre trois périodes :

  • entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, un mouvement d’externalisation locale explique la genèse du secteur en Tunisie. Les premières Ssii ont essentiellement été créées par des groupes industriels (privés et publics) et bancaires pour prendre en charge le développement de leur réseau informatique et l’intégration de systèmes d’information modernes ; ce facteur structurant devait déterminer la spécificité de la dynamique sectorielle ;
  • dans la première moitié de la décennie 1990, le développement du marché national, en grande partie sous l’impulsion de la demande publique, et la modernisation des réseaux de télécommunication ont produit une autre impulsion du développement sectoriel, qui se caractérise par l’implantation d’entreprises étrangères et par le positionnement d’entreprises locales dans des activités d’intégration et d’ingénierie de système ;
  • depuis la deuxième moitié de la décennie 1990, des mesures sectorielles incitatives accompagnent l’accélération de la création d’entreprises ; ces dernières, plutôt de petite taille, proposent essentiellement une offre dans les services de conseil, de services réseaux à valeur ajoutée et de conception de logiciels ; cette phase cruciale est marquée par l’entrée significative de nouveaux producteurs qui contribuent a priori à une densification sectorielle.

28Au regard des données de l’échantillon, la dynamique de création de Ssii montre le caractère récent du développement sectoriel (fig. 2). Près de 63 % de ces entreprises ont été créées entre 1997 et 2003. Ce mouvement qui est porté, dans une large mesure, par de jeunes entrepreneurs, se produit sous l’impulsion des Neuvième et, plus encore, Dixième Plans quinquennaux de développement.

  • 21 Le marché des Ssii a été évalué à 63 millions d’euros en 2004, dont seulement 10 % à l’exportation (...)
  • 22 Les autres secteurs industriels devant enregistrer une croissance annuelle moyenne de 5,7 %, ce qu (...)

29Cette densification sectorielle semble, en première lecture, traduire une croissance des capacités de production. En fait, cette dynamique de création d’entreprises tend à se découpler avec l’évolution de la production : l’augmentation du nombre de Ssii ne s’accompagne pas d’une croissance significative du chiffre d’affaires réalisé. En effet, si la production de services d’ingénierie informatique a quasiment triplé entre 1997 à 1999, passant de 33,1 Mdt à 97 Mdt, depuis 2000 elle connaît une tendance à la baisse (moins de 80 Mdt en 2004)21, selon le secrétariat d’État à l’Informatique. Ces performances sectorielles restent en deçà des projections officielles. Le Dixième Plan quinquennal de développement prévoyait une progression de la production de services logiciels et services liés aux technologies de l’information de 80 Mdt (soit 58,3 millions de dollars) en 2002 à 655 Mdt (soit 477,2 millions de dollars) en 2006, c’est-à-dire une croissance annuelle de 42 % durant la période concernée22.

Figure n° 2. Dynamique de création de SSII en Tunisie (1975-2003)

Figure n° 2. Dynamique de création de SSII en Tunisie (1975-2003)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

  • 23 Le chiffre d’affaires des entreprises de la branche informatique a connu une croissance significat (...)
  • 24 Cette structure des dépenses informatiques est similaire à celle observée dans les autres pays du (...)

30L’évolution de la production des Ssii en Tunisie présente trois caractéristiques majeures. En premier lieu, la faiblesse de l’offre de services d’ingénierie informatique découle plus globalement de celle de la branche informatique. Un rapport sectoriel de la Banque mondiale (2002) et une étude de l’Agence de promotion des investissements (Api) (2003) avaient déjà pointé les défaillances des entreprises de production informatique, qu’elles soient spécialisées dans le hardware ou dans le software23. Le net ralentissement de la croissance sectorielle sur la période 2000-2004 a traduit, au-delà de la dégradation de la conjoncture internationale, une incapacité des structures productives à croître, à s’adapter et à développer de nouveaux métiers. En deuxième lieu, ce tassement est lié, de manière significative, au ralentissement du marché domestique qui impose aux entreprises une forte flexibilité productive. Le marché est dominé par l’administration publique –qui représenterait près de 80 % de la demande intérieure, les 20 % restant étant essentiellement composés par le secteur financier (banques et assurances) et le secteur manufacturier (Api, 2003). Or la contraction des marchés publics, au cours des dernières années, et plus encore les nombreux reports d’appels d’offre enregistrés, ont entraîné une importante contraction du marché domestique. En troisième lieu, au-delà de la taille du marché, sa structure même produit des effets limités d’entraînement pour l’activité des Ssii. Entre 2000 et 2003, la demande en équipements et matériels a représenté près des deux tiers du marché, contre près d’un tiers pour la demande en logiciels et services connexes24. Le coût élevé des licences et le recours systématique au piratage expliquent, dans une large mesure, cette structure du marché. De façon plus générale, la demande en services informatiques sophistiqués n’est pas encore mature.

31Cependant, ce découplage entre densification (relative) du tissu productif et stagnation de la production révèle un autre phénomène : la concentration des capacités de production.

  • 25 Soit approximativement 125 000 euros.

32La figure n° 3 montre, qu’en dépit d’une augmentation de la taille moyenne des entreprises, bon nombre d’entre elles réalisent un chiffre d’affaires limité, si l’on considère la répartition des entreprises par tranche de chiffres d’affaires (Ca). Ainsi, en 2003 près de 62 % des entreprises déclaraient réaliser un Ca inférieur à 200 000 Dt25 (et moins de 50 % en2004 sur la base du Ca prévisionnel) alors que 15 % réalisaient un Ca de plus d’un million de dinars (16 % en 2004). Par déduction, on peut considérer que seulement 30 % environ des entreprises réalisent près des deux tiers de la production nationale. Cette structuration de l’offre de services d’ingénierie informatique ne s’explique qu’en partie par le caractère récent des entreprises. Les limites de la taille du marché local ne peuvent occulter d’autres contraintes qui agissent sur la capacité de croissance des entreprises.

Figure n° 3. Répartition des entreprises par tranche de chiffres d’affaires (CA) en 2002-2004 et à la création (en %)

Figure n° 3. Répartition des entreprises par tranche de chiffres d’affaires (CA) en 2002-2004 et à la création (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

Un potentiel de création d’emploi circonscrit

  • 26 Cet avantage est d’autant plus déterminant que le coût du travail représente, selon les estimation (...)

33Cette structuration du tissu productif conduit à des implications en termes d’emplois. Là encore, les objectifs du Dixième Plan quinquennal de développement prévoyaient une création croissante et importante de l’emploi dans le secteur des Tic. Ces objectifs reposaient sur un double avantage concurrentiel : la disponibilité de compétences locales issues des universités et des grandes écoles tunisiennes et la compétitivité coût de ces compétences. Comme nous l’avons précédemment souligné, la Tunisie présente un niveau relativement élevé d’éducation dans l’enseignement supérieur, corroboré par de nombreuses études s’appuyant sur des comparaisons internationales (S. Ben sedrine et V. Geisser, 2001 ; É. Gobe, dir., 2004). En 2005, la Tunisie comptait près de 30 000 étudiants inscrits dans les filières du secteur des Tic et formait 5 000 diplômés, contre 1 900 en 2002, selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Cette disponibilité de ressources humaines qualifiées se caractérise par de faibles niveaux salariaux26. À titre de comparaison, le coût d’un ingénieur tunisien est approximativement trois fois moins élevé que celui d’un ingénieur français et cinq fois moins qu’un ingénieur anglais. En revanche, le Maroc, la Roumanie et la Hongrie exercent une forte concurrence notamment pour les primo-entrants (fig. 4).

Figure n° 4. Coût salarial mensuel des ingénieurs informaticiens (en euros)

Figure n° 4. Coût salarial mensuel des ingénieurs informaticiens (en euros)

Source : Idate (2005).

  • 27 La branche informatique comptait 4 377 emplois en 1997, 7 412 en 2001 et 6 124 emplois en 2002, se (...)

34En dépit de ces deux avantages clés, la capacité de création d’emplois dans la branche informatique ne s’est pas encore révélée significative. Selon les données officielles, l’emploi qui avait presque doublé entre 1997 et 2001,a enregistré par la suite une baisse27, qui peut être expliquée par le processus de consolidation opéré à travers la disparition d’entreprises du marché (Cnuced, 2004) et, plus encore, à travers le recours systématique à un emploi précaire et non permanent (étudiants stagiaires). Ces évolutions posent la question de la capacité du système productif à absorber à l’avenir les 10 000nouveaux diplômés par an du secteur des Tic, qui se présentent sur le marché du travail depuis 2006. De manière concomitante, se pose la question de la capacité de la Tunisie à limiter, dans un contexte de forte mobilité de la main d’œuvre qualifiée, la “fuite” de compétences. Sur ce point, les données d’enquête montrent une double évolution dans l’activité d’ingénierie informatique. On constate, d’une part, une croissance significative du nombre d’emplois – il a presque quadruplé entre 1998 et 2004 – dont la courbe met en évidence un point d’inflexion en 2001 (et, dans une moindre mesure, en 2003) qui correspond en partie à une phase d’accélération de la création de Ssii. Néanmoins, cette tendance doit être relativisée en raison du faible niveau d’emploi initial et, surtout, de son modeste poids dans l’emploi national, soit approximativement 1 % alors que l’emploi dans la branche informatique ne représente que 2 %.

Figure n° 5. Évolution de l’emploi des Ssii en Tunisie (1998-2004)

Figure n° 5. Évolution de l’emploi des Ssii en Tunisie (1998-2004)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

35D’autre part, si le mouvement de création d’emplois a bien découlé du mouvement de création d’entreprises, toutefois il a été le fait d’un nombre réduit d’entreprises. On observe une tendance à l’augmentation de la taille moyenne des SSII au cours de ces dernières années, et une sur représentation relative des entreprises de taille moyenne (entre 10 et 49 salariés) qui représente près de 30 % de l’échantillon et celle des entreprises de plus de dix salariés, près de 37 %. En revanche, les entreprises de moins de dix salariés qui représentent près des deux tiers (63 %) du secteur d’activité ne représentent que 12,9 % de l’emploi total (fig. 6). En ce sens, le potentiel de création d’emplois ne semble être révélé que pour une part réduite d’entreprises. Seules quelques Ssii sont parvenus à se développer, notamment en mettant en place des plateformes de conception et de production essentiellement dans les domaines de l’ingénierie du software et de l’intégration de système. Ainsi, l’industrialisation de ce type d’activité resterait un phénomène marginal qui indique les difficultés des petites entreprises à créer des emplois et à accroître leur capacité de production.

Figures n° 6. Répartition des entreprises selon la taille et le nombre d’emplois (en %)

Figures n° 6. Répartition des entreprises selon la taille et le nombre d’emplois (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

Une internationalisation réduite du tissu productif

  • 28 Api, 2003 ; Cnuced, 2005 ; Idate, 2005.

36De prime abord, le tissu des Ssii paraît fortement déconnecté de l’industrie mondiale des services d’ingénierie informatique. Cette déconnexion apparaît au regard de la faible présence des entreprises tunisiennes sur les marchés internationaux. Selon les données du ministère tunisien des Finances, les exportations de services ont connu une première phase de croissance à partir de 1997, notamment entre 1999 et 2000, période pendant laquelle elles ont doublé pour atteindre près de 40 Mdt (dont près de 25 Mdt en logiciels), profitant d’une forte demande internationale en services informatiques pour assurer le passage à l’an 2000. À partir de 2001, la valeur des exportations de services d’ingénierie informatique a eu tendance à diminuer (25 Mdt en2001 ; 36 Mdt en 2002, et peut être estimée à moins de 30 Mdt en 2005). Les études convergent pour considérer que près d’un tiers de la production est exporté28. La valeur absolue des exportations en est d’autant plus modeste, indiquant une faible capacité de pénétration des marchés internationaux.

37Selon les données de l’enquête, on relève également une forte concentration de la capacité exportatrice (fig. 7 et 8). Ces données montrent en effet une faible intégration des Ssii tunisiennes aux réseaux internationaux de production et une forte orientation de leur production sur le marché domestique. Si près de 40 % des entreprises ont une activité exportatrice, seulement 14,5 % réalisent plus de la moitié de leur chiffre d’affaires à l’exportation (et près de 7 % sont totalement exportatrices).

Figure n° 7. Orientations nationale/internationale de la production des SSII (en %)

Figure n° 7. Orientations nationale/internationale de la production des SSII (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

Figure n° 8. Les marchés d’exportation des SSII (en %)

Figure n° 8. Les marchés d’exportation des SSII (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

38En matière commerciale, les difficultés des entreprises tunisiennes à s’affirmer sur les marchés d’exportation sont principalement de trois types : une mauvaise connaissance des marchés, le coût élevé de la prospection d’une clientèle et la protection insuffisante des transactions commerciales. En raison d’une faible compétitivité, les Ssii tunisiennes font difficilement face à la forte concurrence des pays d’Asie et d’Europe de l’Est sur les marchés des pays développés et à celle des firmes européennes sur les marchés africains et arabes (notamment dans les pays à pouvoir d’achat élevé). L’étude de la Cnuced (2004) a établi une relation entre l’orientation géographique des exportations et la performance des entreprises à l’exportation : plus la part des exportations dans le chiffre d’affaires est élevée, plus l’entreprise serait orientée vers les pays d’Europe de l’Ouest ; cela indique aussi que la présence des entreprises sur ces marchés susciterait de plus forts effets d’entraînement. De fait, selon les données d’enquête, les exportations sont principalement orientées vers les marchés européens puisque plus de 70 % des entreprises exportatrices fournissent des services principalement à destination de la France, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Selon l’étude de la Cnuced, la taille des entreprises constitue un facteur additionnel de la performance à l’exportation sur ces marchés, puisque leur position concurrentielle repose principalement sur le potentiel d’économies d’échelle et la compétitivité des prix. Au contraire, les entreprises exportatrices de petite taille trouvent plus facilement des débouchés sur les marchés régionaux (pays de l’Afrique sub-saharienne, pays arabes), les marchés étant de moindre importance et moins concurrentiels.

39Ainsi, l’offre de services vers les marchés développés aurait une moindre valeur ajoutée lorsqu’elle s’inscrit dans un processus d’insertion traditionnelle dans la division internationale du travail. Il s’agirait alors de services dont la compétitivité repose en grande partie sur de faibles coûts salariaux et une moindre technicité (sous-traitance d’applications standardisées). Pour autant, si c’est le cas de certains flux d’exportation, d’autres, en nombres ignificatif, concernent des services à forte valeur ajoutée : conception de produits innovants dans le domaine de la finance ou co-assistance technique dans les services mobiles. Ces offres de services, pour la plupart, sont le fait d’entreprises inscrites dans des relations de co-traitance à travers soit des relations de filialisation, soit de partenariat – pour l’essentiel construites sur la base de l’appartenance à des réseaux individuels. Bien que plus résiduels, des flux similaires existent à destination des marchés d’Amérique du Nord (États-Unis et Canada).

40Il convient également de noter une présence croissante des entreprises tunisiennes sur les marchés régionaux, et plus précisément sur ceux du monde arabe (Algérie, Libye, Émirats Arabes Unis, Oman) et de l’Afrique subsaharienne (Mauritanie, Mali, Rwanda, Cameroun). Dans ce cas, l’offre de services tend à être plus intégrée – associant une assistance technique à la fourniture de services qui n’ont pas un contenu technologique nécessairement élevé –, dans la mesure où ces pays ne présentent pas une réelle capacité d’offre locale.

41Dans le cas tunisien, le contenu technologique des services exportés n’est pas clairement tributaire du marché d’exportation. Si des orientations tendent à se mettre en place, il est prématuré de tirer des enseignements fermes sur la nature de l’insertion internationale de la Tunisie dans ce secteur d’activité (autant que l’on puisse envisager la significativité de cette insertion).Toutefois, il apparaît déjà clairement que la dépendance du tissu productif à la demande intérieure explique cette faible présence sur les marchés internationaux. Plus de 85 % des entreprises réalisent au moins la moitié de leur chiffre d’affaire sur le marché national (et près de 60 % d’entre elles sont totalement orientées sur le marché national). Cette forte dépendance du secteur à la demande nationale découle d’une dépendance envers la demande publique qui représente près de 80 % du marché national (Api, 2003).

  • 29 Le rapport sur l’investissement de la Cnuced (2005) montre que les pays du Sud de la Méditerranée (...)
  • 30 Employant plus de 500 personnes pour un investissement total de seulement de 9 Mdt (soit moins de (...)

42Cette présence insuffisante sur les marchés internationaux a pour corollaire une faible intégration aux réseaux internationaux de production, qui s’exprime par une réception réduite d’investissements directs étrangers (Ide) (fig. 9). Cette faible attractivité aux capitaux étrangers concerne l’ensemble des activités de service (hors tourisme et finance) et des activités à contenu technologique29. La valeur des Ide dans le secteur des Tic est évaluée à 12 % du total en 2005 (télécommunications inclues). En 2003, la Tunisie accueillait seulement quarante-sept entreprises à participation étrangère dans le secteur des services informatiques30. Bien que croissant, ces flux sont modestes et restent largement en deçà des investissements enregistrés dans les secteurs d’activité manufacturière. Il convient néanmoins de noter que ce capital étranger provient, en grande partie, d’Europe, et de France à hauteur de la moitié.

Figure n° 9. Appartenance à un groupe (a) et participation de capitaux étrangers (b)

Figure n° 9. Appartenance à un groupe (a) et participation de capitaux étrangers (b)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

43Les données d’enquête confirment cette faible internationalisation du secteur tunisien des services d’ingénierie informatique. Seulement 18 % des entreprises sont ouverts sur le capital étranger. Si l’on excepte les filiales d’équipementiers de télécommunications, pour lesquelles l’activité d’ingénierie est secondaire par rapport à l’activité commerciale (accès au marché local), les relations d’intégration industrielle dans le cadre de stratégies globales/régionales de production restent marginales (notamment dans le cas des activités de développement et de maintenance de logiciels). À défaut de relations de sous-traitance internationale, les entreprises tunisiennes sont davantage inscrites dans des relations de sous-traitance nationale. Cela s’explique en grande partie par un mouvement d’externalisation/filialisation des services informatiques sur une base domestique.

Une sous-valorisation des capacités technologiques

44En Tunisie, les pouvoirs publics se sont montrés particulièrement volontaristes dans la formation en ingénierie. Les Ssii disposent ainsi localement d’un potentiel de compétences à un coût compétitif. Le niveau moyen de qualification du personnel employé est relativement élevé, lequel est affecté de manière significative à des activités de « Recherche et Développement » (R&D) (fig. 10 et 11).

45Toutefois, cette observation doit être relativisée en raison de la faible valorisation de ces compétences, due à leur dispersion et à leur mobilité au sein des entreprises, comme à la faible production technologique.

Figure n° 10. Occupation du personnel de recherche (en %)

Figure n° 10. Occupation du personnel de recherche (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

Figure n° 11. Répartition des entreprises selon le potentiel d’ingénierie (en %)

Figure n° 11. Répartition des entreprises selon le potentiel d’ingénierie (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

  • 31 L’activité principale suppose ici que la moitié au moins du chiffre d’affaires soit réalisée dans (...)

46Une forte dispersion des compétences. L’analyse de la spécialisation sectorielle fait ressortir les domaines de compétences sur lesquels tendent à se construire les capacités technologiques locales. Ainsi, la conception de logiciels constitue un positionnement sectoriel pour nombre d’entreprises tunisiennes : plus de 30 % d’entre elles en font leur activité principale31 et plus de la moitié exercent cette activité. En même temps, on remarque une forte étendue sectorielle. Les entreprises sont en effet faiblement spécialisées et ceci peut être expliqué de deux manières : d’abord et surtout, du point de vue de la demande, l’incertitude et la volatilité du marché local impose aux entreprises une grande flexibilité productive qui se traduit par une diversification (et par une dispersion) de leur capacité de production (fig. 12) ; ensuite, du côté de l’offre, les entreprises éprouvent d’importantes difficultés à préserver et à capitaliser des compétences spécifiques.

Figure n° 12. Répartition des SSII par types d’activité

Figure n° 12. Répartition des SSII par types d’activité

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

47Une forte mobilité des compétences. Les performances enregistrées par certaines entreprises participent de la constitution d’un potentiel productif dans un secteur d’activité émergent. Cependant, la forte mobilité des compétences observée au sein de ces entreprises est de nature à limiter les phénomènes de capitalisation endogène des savoirs et d’adaptation aux évolutions des métiers. En outre, dans le cas d’une expatriation de compétences, elle risque, à l’inverse, d’entraver la diffusion des externalités produites. Une telle anticipation peut conduire les entreprises à réduire les investissements immatériels.

48Une faible production technologique. Les Ssii emploient une main-d’œuvre qualifiée puisque plus de 60 % d’entre elles déclarent employer un personnel dans des activités de recherche et développement, toutefois plus de 40 % de l’échantillon ne réalisent aucune activité de ce type (fig. 13). La disponibilité d’une compétence locale et son emploi dans les Ssii ne semblent pas se traduire par une production significative à fort contenu technologique. En effet, si les Ssii ont recruté un personnel impliqué dans des activités de recherche et développement, peu d’entre elles ont été en mesure de déposer des brevets ou des licences. La taille des entreprises et la nature des activités, précédemment soulignées, mais aussi les insuffisances du cadre de protection et d’incitation à l’innovation technologique constituent des facteurs explicatifs.

49En somme, ces indicateurs montrent que les Ssii seraient davantage impliquées dans des opérations d’adaptation des technologies aux conditions locales, opérations que ces mêmes indicateurs ne permettent de saisir clairement.

Figure n° 13. La production technologique (en %)

Figure n° 13. La production technologique (en %)

Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.

Conclusion. Les défaillances des conditions d’émergence des SSII

50L’enquête de terrain a mis en évidence des indicateurs d’émergence de ce secteur d’activité en Tunisie, notamment en termes de déploiement d’une offre de production de services d’ingénierie informatique et de création d’emplois (qualifiés). Il apparaît que les entreprises étudiées ont mis en place des plateformes de conception et de production dans les domaines de l’ingénierie du logiciel et de l’intégration de système. Une densification relative de leurs capacités de production s’est en effet produite à partir de 1998-1999, période de mise en œuvre d’un dispositif public d’incitation et de soutien aux Ssii. Pour autant, la volonté politique n’est pas en adéquation avec les résultats enregistrés, alors même que des éléments de fragilités sectorielles révèlent quelles ont été les contraintes d’émergence de ces Ssii. De l’enquête, nous retiendrons trois constats principaux :

  1. une faible internationalisation du secteur et une dépendance de la demande publique ; le faible niveau d’internationalisation est observé tant du point de vue de la capacité exportatrice des entreprises que de leur intégration aux réseaux internationaux de production (au regard notamment d’une faible attractivité aux capitaux étrangers) ; le tissu productif reste largement orienté vers le marché intérieur et, plus précisément, fortement dépendant de la demande publique (qui continue d’en constituer près des trois-quarts) ; or l’essoufflement de la demande publique et l’absence de prise de relais par la demande privée tendent à limiter d’autant plus les perspectives de développement des entreprises ;
  2. une démographie productive déformée et un effet d’éviction des entreprises entrantes ; bien que nombre d’entreprises de petite taille aient été créées au cours des dernières années et bien qu’elles constituent la plus grande partie du tissu productif, il convient de souligner la sur représentation d’entreprises de taille moyenne qui représentent près du tiers de l’échantillon mais qui réalisent près des deux tiers de la production ; cet écart découle de la coexistence d’entreprises de taille moyenne relativement performantes –qui bénéficient, pour la plupart, des mesures de soutien de la politique sectorielle – et de petites entreprises nouvellement créées, dont la viabilité peut être remise en cause par, entre autres, un faible accès au financement, une exclusion des marchés publics, des déficiences de leurs capacités managériales ;
  3. un potentiel d’ingénierie et une faible production technologique :a priori, la conception de logiciels et l’ingénierie de système semble constituer un positionnement sectoriel fort ; pourtant, les entreprises se révèlent faiblement spécialisées en raison, notamment, d’une forte incertitude et de la volatilité du marché local qui leur imposent une forte flexibilité, celle-ci se traduisant par une dispersion (et une faible capitalisation)des ressources productives ; en dépit d’un potentiel d’ingénierie notable dans les institutions de formation, la disponibilité d’une compétence locale ne semble pas se traduire par une production à fort contenu technologique.

51Ces fragilités sectorielles contrarient fortement le développement du secteur des services d’ingénierie informatique, et peuvent être expliquées par une série de contraintes institutionnelles qui mettent en particulier en évidence des défaillances de politique sectorielle. Nous insisterons sur quatre types de contraintes que résume l’encadré n° 2 (M. Mathlouthi et M. Mezouaghi, 2006). Outre le nécessaire renforcement de la politique sectorielle, il apparaît également que l’absence de formulation d’une politique locale de développement constitue une limite d’action forte et une entrave au passage d’une densification productive (évidente) à une réelle dynamique de cluster technologique.

Encadré n° 2. Les principales contraintes d’émergence des SSII en Tunisie

Encadré n° 2. Les principales contraintes d’émergence des SSII en Tunisie

Source : Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi, 2006.

Bibliographie

Bibliographie

Agence de promotion des investissements, 2003, Étude de positionnement de la branche informatique, Tunis, Api.

Aghion Philippe et Howitt Peter, 1992, “A model of growth through creative destruction”, Econometrica, n° 60, 323-351.

Amable Bruno, 2000, “Institutional complementarity and diversity of social systems of innovation and production”, Review of International Political Economy, vol. 7, n° 4, 645-687.

Amable Bruno, Barré Remi et Boyer Robert, 1997, Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Économica.

Aoki Paul M., 2001, Toward a Comparative Institutional Analysis, Cambridge, Mit Press.

Archibugie Daniele et Michie Jonathan, 1997, Technology, Globalisation and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Banque Mondiale, 2002, Technologies de l’information et de la communication en Tunisie : création d’emploi et croissance économique, rapport, Washington, Banque mondiale.

Barro Robert J., 1991, “Economic growth in a cross-section of countries”, Quarterly Journal of Economics, vol. 106, n° 2, 407-443.

Barro Robert J., Mankiw Gregory, Sala-i-Martin Xavier, 1995, “Capital mobility in neoclassical models of growth”, American Review, vol. 85, n° 1, 103-115.

Beffa Jean-Louis, 2005, Pour une nouvelle politique industrielle, Paris, La documentation française.

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 2001, Le retour des diplômés. Enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger. Europe, Amérique et monde arabe, Tunis, Cpu.

Berges Suzanne S. et Dore Ronald R., 1996, National Diversity and Global Capitalism, Ithaca (Ny), Cornell University Press.

Boyer Robert, 2001, « La diversité des institutions d’une croissance tirée par l’information ou la connaissance », in Centre Saint-Gobain pour la recherche économique (éd.), Institutions et croissance, Paris, Albin Michel, 327-398.

Boyer Robert, 2002, « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », L’Année de la régulation, n° 6, 125-193.

Boyer Robert et Didier Michel, 1998, Innovation et croissance, Paris, La documentation française.

Boyer Robert et Freyssenet Michel, 2000, Les modèles productifs, Paris, La Découverte.

Breschi Stefano et Malerba Franco, 1997, “Sectoral systems of innovation: technological regimes, Schumpeterian dynamics and spatial boundaries” in Charles Edquist (ed.), Systems of Innovation, Londres, Pinter.

Bresnahan Timothy F. et Trajtenberg Manuel, 1995, “General purpose technologies: engines of growth?”, Journal of Econometrics, n° 65, 83-108.

Cecchini Laurence, 2004, Les effets des investissements directs étrangers sur la productivité des pays méditerranéens, rapport de recherche, avec la collaboration de C. Lai Tong, Femise 2, Aix-en-Provence, Centre d’économie et de finances internationales (Cefi).

Chaffaï Mohamed, Plane Patrick et Triki Dora, 2005, “Tfp within Tunisian manufacturing sectors : convergence or catch-up with Oecd members ?”, Actes des Journées de l’Association française de science économique (Afse), Clermont-Ferrand, 19-20 mai.

Chen Derek H. et Dahlman Carl J., 2004, “Knowledge and development, a cross-section approach”, World Bank Policy Research Working Paper, n° 3366.

Cnuced, 2004, Rapport sur le commerce et le développement, New-York, Onu.

Cnuced, 2005, E-commerce and Development Report, New-York, Onu.

Cohen Daniel et Debonneuil Michèle, 1998, Nouvelle économie, La documentation française, Paris.

Cohen Daniel et Soto Marcelo, 2001, “Growth and human capital : good data, good results”, Technical Papers, n° 179, Paris, Centre du développement de l’Ocde, septembre.

Edquist Charles (ed.), 1997, Systems of Innovation. Technologies, Institutions and Organisations, Londres, Pinter.

Foray Dominique, 2000, L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte.

Geisser Vincent (dir.), 2000, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, Cnrs Éditions.

Genthon Christian, 1995, Croissance et crise de l’industrie informatique, Paris, Syros.

Gobe Éric (dir.), 2004, L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose.

Guellec Dominique et Rallé Pierre, 2001, Les nouvelles théories de la croissance, Paris, La Découverte.

Hall Robert E. et Jones Charles I., 1999, “Why do some countries produce so much more ouput per? worker than others?”, Quarterly Journal of Economics, vol. 114, n° 1, 83-116.

Heeks Richard et Nicholson Brian, 2002, “Software Export success factors and strategies in developing and transitional economies”, Development Informatics, Working Paper Series, n° 12.

Idc, 2003, Central and Eastern Europe and the Middle East and Africa report, International Data Corporation, http://www.idc-cema.com/index.php?nd= Research.

Idom, 2002, Étude comparative de compétitivité par produit, étude réalisée par Ingeniería y Consultoría Sa, en association avec Buck Consultants International (Bci), non publiée.

Institut de l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe (Idate), 2005, Rapport sur le développement des entreprises Tic en Tunisie, http://it.utica.org.tn.

Kaldor Nicholas, 1963, “Capital accumulation and economic growth”, in Friedrich A. Lutz et Douglas C. Hague (eds), The Theory of Capital. Proceedings of a conference held by the International Economics Association, Londres, McMillan, 177-222.

Nelson Richard R. (ed.), 1993, National Innovation Systems. A Comparative Analysis, Oxford, Oxford University Press.

Mathlouthi Yamina et Mezouaghi Mihoub, 2006, Le secteur des Ssii en Tunisie : rapport d’enquête, Tunis, Irmc, non publié.

Mathlouthi Yamina, Mezouaghi Mihoub et Perrat Jacques, 2006, « Dynamiques technopolitaines et développement : cas du parc des communications El-Ghazala en Tunisie », in H. Khelfaoui (dir.), L’intégration de la science et de l’innovation au développement : l’expérience maghrébine, Paris, Publisud, 11-40.

Mezouaghi Mihoub, 2005, « La réforme des télécommunications au Maghreb : transition institutionnelle et performances », Notes et Documents, n° 23, Paris, Agence française de développement.

Mouhoud El-Mouhoud, 2002, « Division internationale du travail et économie du savoir », in Carlo Vercellone (dir.), Sommes-nous sortis du capitalisme industriel ?, Paris, Éditions La Dispute, 121-136.

Ocde, 2002, Measuring the Information Economy, rapport, Paris, Éditions de l’Ocde.

Ocde, 2005, Perspectives des technologies de l’information, rapport, Paris, Éditions de l’Ocde.

Oliner Stephen et Sichel Daniel, 2000, “The resurgence of growth in the late 1990s.: is information technology the story?”, Journal of Economic Perspectives, vol. 14, n° 4, 3-48.

République Tunisienne, 2001, Dixième Plan quinquennal de développement (2002-2006), Tunis, ministère du Développement économique et social, (Documents officiels).

Notes

1 Cette enquête a bénéficié du soutien financier de l’Agence française de développement (Afd), Paris.

2 L’ensemble de ces secteurs représente entre 8 % et 10 % du Pib dans les pays de l’Ocde.

3 Selon la loi de Metcalfe, la valeur d’un réseau croît avec le carré du nombre de ses utilisateurs, ce qui signifie qu’une fois l’infrastructure établie, le nombre d’utilisateurs n’accroît que marginalement le coût d’exploitation des réseaux.

4 Alors que les investissements dans les équipements informatiques n’avaient pas produit d’effets significatifs sur la croissance dans les années 1980 (paradoxe de Solow), ceux-ci seraient à l’origine de substantiels gains de productivité dans les années 1990 (expliquant notamment le cycle de croissance économique soutenue observé aux États-Unis). Des travaux ont notamment montré que ce n’est qu’après une modification conséquente de la composition des qualifications de la main-d'œuvre que des gains de productivité apparaissent dans les secteurs concernés puis se généralisent à toute l’économie (P. Aghion et P. Howitt, 1992).

5 Les institutions sont ici entendues au sens large, faisant référence à l’ensemble des règles, des valeurs ou des normes qui orientent les comportements des agents économiques et leurs modes de coordination.

6 Le volontarisme public, le plus souvent à l’origine d’une politique efficace de soutien aux industries de haute technologie, peut prendre différentes formes : à travers des agences étatiques de financement de la recherche des entreprises notamment dans les technologies de pointe (États-Unis), à travers une politique sectorielle visant à l’orientation et à la coordination des efforts d’innovation des entreprises (Japon) ou encore à travers des programmes de soutien sectoriel fondés sur le triptyque recherche publique/entreprise publique/commande publique (France) (J.-L. Beffa, 2005).

7 Ce secteur contribue pour 30 % de la valeur ajoutée manufacturière et pour près de 10 % de l’emploi total.

8 En mai 2002, un deuxième opérateur, Tunisiana (groupe Orascom), a acquis une licence d’exploitation du réseau public de téléphonie cellulaire de norme Gsm.

9 En 1995, une première restructuration s’est produite avec la création d’une Société nationale des télécommunications. En avril 2006, 35 % du capital de Tunisie-Télécom a été cédé à Tecom Dig.

10 L’importation de biens d’équipements détermine une importation de services liés en matière d’acquisition et de maintenance des logiciels, mais aussi le recours systématique à des prestataires internationaux en matière informatique pour les “grands comptes”.

11 Celles-ci sont définies par R. Hall et C. Jones (1999) comme étant “the institutions and government policies that determine the economic environment within which individuals accumulate skills, and firms accumulate capital and produce output”.

12 Et plus particulièrement du décret n° 94-493 du 28 février 1994 relatif à la détermination des activités bénéficiant des encouragements prévus par le code des investissements.

13 Code d’incitation aux investissements (dispositions particulières aux activités informatiques) promulgué par la loi n° 93-120 du 27 décembre 1993.

14 Le Famex est un programme mis en place en Tunisie par le ministère du Commerce et la Banque mondiale. Il est confié au Centre de promotion des exportations (Cepex) et sa mission consiste à aider pendant cinq ans (2000-2005) les entreprises privées offrant des produits exportables.

15 Selon différentes sources (secrétariat d’État à l’Informatique, Chambre syndicale des Ssii, Cnuced, Idate), l’évaluation du nombre de Ssii varierait de 150 à 350.

16 Les deux cartes ont été réalisées par les auteurs avec la collaboration de Mathieu Coulon, cartographe à l’Irmc, à partir d’un fonds de carte établi en 2004 par l’Agence d’urbanisme du Grand Tunis.

17 Une diversité de logiques productives coexiste dans l’industrie Tic, remettant en cause la définition proposée par l’Ocde qui retient, dans le secteur des Tic, l’ensemble des activités manufacturières (production d’ordinateurs, de composants électroniques, assemblage, etc.), des activités de services (télécommunication, informatique, commerce) et des activités de contenu (production audiovisuelle, édition, information, etc.).

18 Regroupant les gouvernorats de Tunis, de l’Ariana et de Ben Arous.

19 Surdéterminée ici statistiquement.

20 Pour une analyse monographique de ce technopôle, cf. Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2006.

21 Le marché des Ssii a été évalué à 63 millions d’euros en 2004, dont seulement 10 % à l’exportation par le cabinet Pierre Audoin Consultants (Pac).

22 Les autres secteurs industriels devant enregistrer une croissance annuelle moyenne de 5,7 %, ce qui aurait dû conférer au secteur des technologies de l’information et de la communication un rôle moteur dans la croissance économique. La part de ce secteur dans le Pib passera de 0,27 % en 2002 à 1,6 % en 2006 (Banque mondiale, 2002).

23 Le chiffre d’affaires des entreprises de la branche informatique a connu une croissance significative, entre 1997 et 1999, de 130,24 Mdt à 238,6 Mdt. Mais, à partir de 2000, on observe une baisse tendancielle du chiffre d’affaires (ministère des Finances ; Api).

24 Cette structure des dépenses informatiques est similaire à celle observée dans les autres pays du monde arabe (et plus généralement des pays en développement), à la différence des pays développés qui consacrent près de 90 % des dépenses informatiques à l’acquisition de logiciels et services connexes (Idc, 2003).

25 Soit approximativement 125 000 euros.

26 Cet avantage est d’autant plus déterminant que le coût du travail représente, selon les estimations, entre 60 % et 80 % du coût d’une unité de production d’une activité de conception de logiciels (Idom, 2002).

27 La branche informatique comptait 4 377 emplois en 1997, 7 412 en 2001 et 6 124 emplois en 2002, selon la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss, Tunis). Près de la moitié de ces emplois est occupée dans les Ssii, le reste principalement dans les entreprises publiques, l’administration publique, les centres de recherche et le secteur manufacturier (hardware).

28 Api, 2003 ; Cnuced, 2005 ; Idate, 2005.

29 Le rapport sur l’investissement de la Cnuced (2005) montre que les pays du Sud de la Méditerranée représentent moins de 2 % des Ide technologiques.

30 Employant plus de 500 personnes pour un investissement total de seulement de 9 Mdt (soit moins de 6 millions d’euros) (Fipa).

31 L’activité principale suppose ici que la moitié au moins du chiffre d’affaires soit réalisée dans cette activité.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Les processus de spécialisation industrielle
Légende Source : Cnuced, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure n° 1. Productivité totale des facteurs par travailleur
Légende Source : L. Cecchini et C. Lai Tong, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau n° 2. Indicateurs TIC (1997-2005)
Légende Source : ministère des Technologies de la Communication, secrétariat d’État à l’Informatique, à l’Internet et aux Logiciels libres, Tunis, Institut national de la statistique (Ins), 2006.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Carte n° 1. Localisation des Ssii en Tunisie
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 200416.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Carte n° 2. Localisation des SSII dans le Grand Tunis
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure n° 2. Dynamique de création de SSII en Tunisie (1975-2003)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure n° 3. Répartition des entreprises par tranche de chiffres d’affaires (CA) en 2002-2004 et à la création (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure n° 4. Coût salarial mensuel des ingénieurs informaticiens (en euros)
Légende Source : Idate (2005).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure n° 5. Évolution de l’emploi des Ssii en Tunisie (1998-2004)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figures n° 6. Répartition des entreprises selon la taille et le nombre d’emplois (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure n° 7. Orientations nationale/internationale de la production des SSII (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure n° 8. Les marchés d’exportation des SSII (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure n° 9. Appartenance à un groupe (a) et participation de capitaux étrangers (b)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure n° 10. Occupation du personnel de recherche (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure n° 11. Répartition des entreprises selon le potentiel d’ingénierie (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure n° 12. Répartition des SSII par types d’activité
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure n° 13. La production technologique (en %)
Légende Source : données de l’enquête réalisée par Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi en 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Encadré n° 2. Les principales contraintes d’émergence des SSII en Tunisie
Légende Source : Y. Mathlouthi et M. Mezouaghi, 2006.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/397/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable