Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

III. Émergence de pôles de production numérique

Rôle et place des TIC dans une économie fondée sur la connaissance

Abdelkader Djeflat

Texte intégral

  • 1 Dans les économies les plus avancées, l’investissement dans le savoir représente 8 % du Pib.
  • 2 Dans les travaux publiés, les deux notions sont utilisées sans distinction aucune, ceci inclut les (...)

1Des mutations profondes de l’économie sont en cours dans le monde, qui marquent d’une manière irréversible le passage à une nouvelle ère de l’immatériel, l’investissement dans le savoir dépassant celui réalisé dans l’équipement. Les ressources investies dans la production et la diffusion des connaissances (recherche et développement, éducation, formation), ainsi que dans les technologies de l’information et de la communication (Tic) sont en augmentation constante1. Bien que faisant l’objet de débats controversés, une économie fondée sur la connaissance (Efc)2, autrement appelée « économie de la connaissance » (Ec), tend à prendre place, offrant des perspectives de développement aux pays du Sud.

2La connaissance comme l’information constituent désormais les principales sources de productivité, de croissance et de compétitivité, même si elles ont toujours joué ce rôle à des degrés divers par le passé. La nouveauté réside dans la diffusion massive des technologies de l’information à l’ensemble du système socio-économique et, surtout, dans la prise de conscience plus forte que l’éducation, la formation et l’innovation aident à la croissance des économies dans un contexte de mondialisation. De fait, cette nouvelle forme d’économie se caractérise par une accélération du rythme des innovations, par une production de savoirs de plus en plus collective et par une croissance massive des externalités, notamment grâce à un usage intensif des Tic.

3Aussi bien aux échelles macro-économiques que micro-économiques, les Tic constituent un élément central de cette dynamique dans la mesure où elles modifient les formes de mobilisation et de diffusion des connaissances, remettant en cause les schémas anciens : l’organisation taylorienne est transformée progressivement par de nouveaux leviers tels que le système d’information, l’intelligence économique, la qualité de la relation au client, l’apparition de nouveaux métiers fondés sur l’immatériel. La gestion des connaissances devient incontournable car il importe de relier les visions classiques des métiers de base avec de nouvelles exigences. La cohérence s’organise autour du « patrimoine de connaissances » d’une entreprise, d’une économie, auquel tous les acteurs clés doivent contribuer et au travers duquel ils coopèrent.

4En ce sens, cependant, la répartition internationale des richesses – dont les modes traditionnels de valorisation n’ont pas toujours répondu au besoin de développement – est de plus en plus déterminée par un accès inégal à la connaissance : si sa mobilisation se fait à des coûts relativement plus bas et nécessite des investissements moindres, les coûts de reproduction et d’acquisition restent relativement élevés, notamment les coûts de codification, d’apprentissage et de diffusion.

5Les économies des pays du Maghreb sont particulièrement interpellées par l’Ec du fait des potentialités humaines qu’ils ont souvent peu ou pas reconnues, peu mobilisées, laissées en friche et cédées à des pays tiers, en particulier ceux de l’Ocde (France, Canada, USA, etc.). Ils y sont contraints, non seulement par l’ouverture aménagée par divers accords internationaux (Omc, zone de libre-échange euro-méditerranéenne, etc.), mais aussi par des performances macro et micro-économiques bien en deçà de ce que leur potentiel leur permettrait de réaliser. Bien sûr, la rupture avec d’anciennes pratiques productives va de pair avec un apprentissage intensif des outils que sont les Tic, et une capacité à les adapter, à les reproduire et à innover. Mais si l’Ec ne peut se concevoir sans un usage explicite et organisé des Tic, des performances souvent exceptionnelles en matière d’usage ne sauraient constituer une condition suffisante à l’insertion d’un pays dans ce type d’économie.

6Dans ce papier, nous examinerons la notion d’Ec dans un contexte de diffusion croissante des Tic. Un certain nombre de questions se posent : quelle est la place et l’importance des Tic dans l’Ec ? Quels sont les enjeux relatifs à cette insertion des Tic ? Quels en sont notamment les apports et les limites ? Une première section élucidera la notion de « connaissance » et ses relations avec le savoir et l’information. Une seconde section examinera la notion d’« économie de la connaissance » en tant que nouveau paradigme ; la troisième section placera les Tic dans l’Ec et montrera la relation organique qu’ils peuvent entretenir avec cette économie, tout en soulignant les apports et les limites de cette relation.

Les fondements de la connaissance : entre savoir et information

Connaissance, savoir et information

7Il est maintenant largement admis que la connaissance est une ressource particulière, un actif productif d’un nouveau genre en dépit de son existence séculaire, un gisement de création de richesses qui se traduit par de la croissance et du développement au plan macro-économique et de la productivité au niveau de l’entreprise. Dans la perspective de l’examen des Tic qui sont fortement centrées autour de l’information, il importe de distinguer la « connaissance » de l’« information », tant au niveau des concepts qu’au niveau des outils.

Connaissance et savoir

8La connaissance est basée sur une information assimilée et utilisée pour aboutir à une action. Elle implique l’homme, selon trois modalités : elle s’intègre dans son système personnel de représentation ; elle peut être activée par rapport à une finalité, une intention, un projet ; elle est une pulsion cognitive de l’homme (T. Durand, 2000, 84-102) :

La connaissance correspond à l’ensemble structuré des informations assimilées et intégrées dans des cadres de référence, qui permet à l’entreprise de conduire ses activités et d’opérer dans un contexte spécifique en mobilisant des interprétations différentes, partielles et contradictoires.

9La connaissance peut donc changer de forme d’une part, et créer de nouveaux savoirs d’autre part. Elle joue un rôle important dans la mesure où elle donne à son détenteur la capacité de sélectionner l’information pertinente. De ce fait, elle est à distinguer du terme anglais knowledge qui couvre des réalités quelque peu différentes. Résultant, soit de l’apprentissage, de l’expérience et de la perception des choses, soit d’un certain raisonnement, elle n’est pas une simple connaissance objective des faits. Si les Anglo-Saxons ont résolu la question en utilisant un seul et unique mot, en langue française, les choses diffèrent.

  • 3 Lire, à ce propos, le travail d’Anne Versailles (2002).

10Le mot « connaissances », au pluriel, est utilisé pour tout ce qui a trait au savoir objectivé, matérialisé et transporté sur un support. Il est ainsi possible de parler de connaissances mathématiques, linguistiques, philosophiques, etc. Le savoir ou plutôt « les savoirs », restent dans les sphères immatérielles et non inscriptibles : on ne sait pas tout ce que l’on sait. Savoirs et savoir-faire s’acquièrent par transmission, par contagion (c’est-à-dire la diffusion de plus en plus large à un public acquis à la cause et son adhésion), et par fertilisation (en d’autres termes, l’exploitation et le développement)3. Le savoir est social et culturel et, du fait de son statut éthéré et immatériel, il n’est pas un actif à lui tout seul. Les « connaissances », quant à elles, sont objectivables, quantifiables et donc négociables en tant qu’actif à part entière. Elles sont donc des biens parfaitement échangeables au même titre que les biens conventionnels, subissant les lois de la rareté et de la concurrence (la raréfaction d’une connaissance se reflète à travers sa brevetabilité ou son appropriation en tant que bien intellectuel).

Connaissance et information

11Au cours de ces dernières années, de nombreuses études tendent à différencier « information » et « connaissance » pour mieux comprendre et expliquer les mutations économiques des sociétés. Le fait d’assimiler ces deux notions conduit à confondre deux types de diffusion de la connaissance : le premier concerne l’information sur les résultats des activités de recherche et développement dont la diffusion se fait à faible coût ; le second consiste à transformer cette information en connaissance opérationnelle, ce qui suppose la mise en œuvre d’un processus plus complexe. Le fait de distinguer la « connaissance » de l’« information » permet de mettre en évidence la spécificité des problèmes économiques relatifs à chaque notion. En effet, la principale difficulté associée à la connaissance est celle de sa reproduction qui, même sous forme de codification, passe par un processus d’apprentissage. Par ailleurs, le problème économique posé par l’information est celui de sa révélation et de sa production, de son accès qui pose parfois des problèmes de “passager clandestin” relevant de la sphère des biens publics.

12Si l’analyse économique a longtemps assimilé et « connaissance » et « information », les deux notions ont des frontières distinctes. L’information est le processus de sélection, de traitement et d’interprétation des messages reçus, alors que la connaissance est basée sur une information assimilée et utilisée pour aboutir à une action. Ainsi, l’information fait partie de la connaissance mais ne peut être assimilée à elle, en d’autres termes, elle en constitue l’étape préalable. Certains auteurs – comme Kenneth J. Arrow (2000) qui est à l’origine d’une première conception économique de la connaissance – ont pourtant assimilé la notion « économie de la connaissance » à celle de l’information. Il définit trois propriétés de la connaissance comme bien économique, tant dans son usage que dans sa production. Premièrement, la connaissance assimilée à l’information est difficilement contrôlable. En effet, elle tend à se diffuser et à être utilisée par des agents qui n’ont pas forcément assuré sa production. En ce sens, elle est génératrice d’externalités positives et prend la configuration d’un bien public. Deuxièmement, la connaissance est un bien non rival qui ne se détruit pas au fur et à mesure qu’on l’utilise et son prix ne peut pas être fixé par rapport à d’autres biens. Troisièmement, la connaissance est cumulative, c’est-à-dire que la production de savoirs nouveaux est la conséquence immédiate des savoirs déjà existants. C’est ainsi qu’on peut observer une progression rapide de la diffusion de la connaissance.

13Par ailleurs, la reproduction de la connaissance et la reproduction de l’information sont des phénomènes différents. Quand la reproduction de l’information ne coûte que le prix de la copie (une simple photocopieuse permet de reproduire une information), la reproduction de la connaissance coûte beaucoup plus, puisque ce qui doit être reproduit est une capacité cognitive, difficile à expliciter et à transférer d’un individu à un autre : « On sait plus qu’on ne peut dire » (M. Polanyi, 1996). En outre, l’information accentue la culture de réseaux en ouvrant des possibilités de maillage avec des sources lointaines d’information et d’expertise en temps réel. On peut ainsi accéder, de la même façon, aux avancées les plus récentes de la science et aux connaissances de base. Mais l’accès à l’information a un double coût, culturel (tout le monde n’a pas les connaissances pour accéder aux nouvelles technologies) et financier (lié aux investissements futurs et à l’accès aux réseaux). Aussi est-ce la distinction entre la connaissance et l’information qui conduit à différencier les formes de connaissance : connaissance explicite/ connaissance tacite.

14Dominique Foray (2000) souligne l’apport essentiel de Fritz Machlup (1984) qui a intégré dans « l’économie de la connaissance » l’analyse des secteurs et des industries d’information, l’examen des activités de production de nouvelles connaissances et l’étude des mécanismes d’acquisition et de transfert des savoirs. Le même auteur intègre également le domaine de la théorie économique des choix et des anticipations dans les situations d’information incertaine et incomplète. La décision humaine est au cœur de la science économique et la présence (ou l’absence) de connaissances et d’informations détermine, de manière cruciale, les conditions dans lesquelles sont prises les décisions (F. Machlup, 1984).

15La connaissance renvoie à la capacité qu’elle donne à engendrer, extrapoler et inférer de nouvelles connaissances. En ce sens, elle est fondamentalement une disposition d’apprentissage et une aptitude cognitive et elle est intimement liée au processus d’apprentissage, d’éducation, de recherche et d’utilisation des compétences. En revanche, l’information demeure un ensemble de données formatées et structurées, d’une certaine façon inactives, ne pouvant pas, par elle-même, engendrer de nouvelles informations. Fritz Machlup (1984) décrit l’économie comme une « économie de l’information » à distinguer d’une économie fondée sur la connaissance. L’information est foncièrement un bien qui coûte moins cher et se révèle facilement transférable. En d’autres termes, il y a échange d’informations si ceux qui les envoient et les reçoivent ont la même capacité d’en comprendre les contenus. La diffusion de la connaissance, voire un changement d’état de cette connaissance, implique des procédures plus coûteuses et plus complexes. Ikujiro Nonaka (1994) considère que l’information est un flux de messages, alors que la connaissance est créée et organisée par un flux d’informations codées et qu’elle s’enracine dans le système de valeurs de l’individu. Il s’avère donc que ce n’est pas l’opposition sémantique entre l’information et la connaissance qui importe, mais la compréhension des procédures mises en œuvre en vue de les transformer.

Connaissances tacites et connaissances codifiées

16La connaissance et les qualifications acquises par les individus sont, pour l’essentiel, plutôt tacites que codifiées et donc plus la connaissance est tacite, plus elle est difficile à transmettre et à partager, comme le relève D. Foray (2000, 12) :

Traditionnellement, les connaissances et les savoirs ont une dimension tacite importante qui rend les opérations de recherche et d’accès, de transport, de stockage, d’échange et de transaction difficiles parfois même impossibles à réaliser.

17Les connaissances tacites ne peuvent s’exprimer en dehors de l’action de celui qui les détient ; elles correspondent à la connaissance que possède un individu et qui n’est pas formalisée : compétences, expériences, intuitions ou encore secrets de métiers qu’il a acquis et échangés lors de ses relations internes et externes avec l’entreprise. C’est précisément cette dimension de la connaissance qui permet de faire la distinction entre « économie de la connaissance » et « économie de l’information » et qui modifie sensiblement les conditions de la concurrence et de la croissance économique. L’échange, la diffusion et l’apprentissage de connaissances tacites supposent la mobilité et la démonstration volontaire des personnes qui les détiennent. Leur stockage et leur mémorisation sont conditionnés par un renouvellement, de génération en génération, de leurs détenteurs. Elles ne peuvent être ni classées ni répertoriées systématiquement. On retrouve cette distinction au niveau de l’entreprise (I. Nonaka et I. Takeuchi, 1995). En somme, la connaissance tacite est la plus importante non seulement parce qu’elle initie un processus de création de nouvelles connaissances mais aussi parce qu’elle est, par son lien étroit avec l’action, au cœur du processus d’innovation.

18Ce type de connaissance possède deux dimensions, l’une technique, l’autre cognitive. La dimension technique concerne le savoir-faire, la pratique : il s’agit de l’expérience et de l’expertise acquises sans forcément connaître les théories sous-tendues. Quant à la dimension cognitive, elle concerne les connaissances permettant de mettre en action des objets : modèles mentaux, croyances et perceptions.

19Contrairement à la première forme, la connaissance explicite ou codifiée se définit comme étant formalisée et transmissible sous forme de documents matérialisés. Il s’agit, dans l’entreprise, de toutes les informations qui concernent les processus, les projets, les clients, les fournisseurs, etc., autrement dit, de tout document pouvant être collecté et partagé par un système d’information. Ces documents, écrits pour la plupart, se retrouvent sous la forme d’études, de bilans, de rapports, de journaux ou encore de questionnaires concernant la satisfaction de la clientèle.

20La connaissance est donc créée à partir des différentes interactions entre connaissances tacites et explicites : une connaissance codifiée est virtuellement partagée, alors que la connaissance non codifiée reste individuelle jusqu’à ce qu’elle soit acquise par un échange direct avec son détenteur. En effet, une connaissance tacite (qui n’est pas capturée dans un document) peut néanmoins se transférer grâce à un processus de socialisation : une fois rendue explicite par une capture, d’autres individus peuvent plus facilement se l’approprier. La connaissance peut ainsi être disséminée de façon à atteindre un grand nombre de personnes-cibles.

21Dans le processus de production, la connaissance tacite reste dominante : alors que 80 % des connaissances utilisées ne sont pas transcrites, il est urgent de les codifier face aux multiples risques de perte. La connaissance tacite, ainsi codifiée, c’est-à-dire explicitée et articulée peut être exprimée selon un certain langage. Avec l’apparition de la codification, on produit des programmes d’apprentissage qui permettent de remplacer partiellement celui qui détient la connaissance et l’enseigne. Par exemple, ce qui est exprimé et inscrit dans un manuel n’est pas la connaissance complète, c’est un programme qui permet de réduire le coût de reproduction de la connaissance. Dans certains cas, cette reproduction peut être immédiate si les caractéristiques d’une connaissance se rapprochent de celles d’une reproduction d’information, la reproduction de la connaissance passant alors par l’entraînement, l’exercice et la simulation des situations. La codification peut ainsi multiplier la création d’externalités positives susceptibles d’accroître la capacité de production de richesse d’une économie. La connaissance codifiée accroît sa capacité à être échangée et, de ce fait, approfondit le phénomène de marché. Le processus de création de la connaissance se joue dans les différentes circulations entre l’individu et le collectif, entre savoir tacite et savoir explicite.

Tableau n° 1. Les dilemmes de la connaissance

Tableau n° 1. Les dilemmes de la connaissance

Source : A. Djeflat, 2006.

  • 4 Sur le lieu du travail, l’apprentissage se fait par contact direct avec l’expert, par observation, (...)

22Des modes complexes d’interrelations entre les deux formes de connaissance ont été mis en évidence au sein d’une institution : la socialisation (interaction entre savoirs tacites)4, l’articulation (passage du savoir tacite au savoir explicite), l’intériorisation (conversion du savoir explicite en savoir tacite), enfin la combinaison (entre savoirs explicites) (I. Nonaka et I. Takeuchi, 1995).

« L’économie de la connaissance » : un faisceau de relations cognitives

23La compétitivité des entreprises dépend pour une large partie de leur capacité à mobiliser les connaissances, constituant un actif immatériel et la principale source de création de richesses. Les travaux des vingt dernières années en « économie de l’innovation » ont mis en évidence les limites d’une conception qui restreindrait l’Ec à un secteur d’activité donné. En effet, dans cette nouvelle économie dominée par les échanges de savoirs, la production de connaissances et le capital immatériel, le capital devient un capital de savoirs et de savoir-faire, un capital de connaissances. Sa gestion devient un enjeu majeur pour toute organisation, aux plans opérationnel et stratégique. Mais la difficulté réside dans la définition même de la connaissance au sein d’une firme et, de ce fait, « l’économie de la connaissance » prend un sens différent selon les travaux.

24Selon Kenneth J. Arrow (1962), l’activité d’innovation est séparée des activités de production classique. La connaissance est produite dans un secteur spécifique à partir de la combinaison de deux facteurs de production que sont le travail qualifié et le capital. L’output de ce secteur consiste en de l’information échangée sur un marché. Dans la même perspective, l’Ocde (1996) définit les économies fondées sur la connaissance comme « celles qui sont directement fondées sur la production, la distribution et l’utilisation de la connaissance et de l’information ». Cette conception a suscité de nombreux travaux empiriques dans lesquels un secteur spécialisé dans la production de connaissance est isolé. Fritz Machlup (1962) regroupait dans ce secteur l’éducation, les activités de communication, les équipements de traitement de l’information, les services d’information et les autres activités associées à l’information. Si l’on adopte cette conception, l’expansion de l’économie fondée sur la connaissance ne fait aucun doute et se mesure par la croissance de la part de la valeur ajoutée de ces activités.

25De nombreux travaux montrent que des secteurs se spécialisent dans la production de la connaissance (éducation, recherche), alors que l’Ec est présente dans les différents domaines de l’activité économique : production, technologie, organisation et management, marketing et finances. Trois de ses caractéristiques peuvent être soulignées : une accélération du rythme de l’innovation, un accroissement de la production collective de connaissances et une augmentation massive de l’usage des Tic. Elle insuffle un nouveau “régime de croissance”. L’Institut de la Banque mondiale a développé un canevas que nous examinerons par la suite pour caractériser cette économie. Il se compose de quatre éléments dans sa forme originale (K. Dahlman, 2003), les « quatre piliers » de l’Ec : un régime institutionnel et des incitations économiques qui poussent à l’usage des connaissances existantes et à la création de nouvelles connaissances ; des individus éduqués, qualifiés et créatifs ; une infrastructure de communication dynamique ; et un système national d’innovation (Sni) efficace et performant. Ce canevas qui fait lui-même l’objet de débats, évolue dans le temps selon la situation et le degré de sophistication des indicateurs. Il est nécessaire de préciser que l’existence des « quatre piliers » pris séparément, ne peut constituer en soi la mise en place de l’Ec. Le degré d’interpénétration et d’intégration entre les différents pôles est fondamental dans le fonctionnement de cette économie.

26À titre d’exemple, l’éducation et la formation peuvent bénéficier directement du dynamisme des trois autres composantes. En adoptant massivement l’usage des Tic, elles pourraient améliorer la diffusion des connaissances par différents moyens : méthodes pédagogiques actualisées, accès aux bibliothèques virtuelles, formation à distance, etc. Parallèlement, elles se doivent d’être innovantes, faire preuve de créativité en permanence, ce qui implique une remise en cause permanente des anciennes pratiques. Cela nécessite bien entendu que le secteur productif, et en l’occurrence celui des biens d’équipements, soit en mesure de leur fournir les outils et les services dont elles ont besoin et qu’ils soient eux-mêmes capables d’innover pour répondre à leurs propres besoins. Dans cette perspective, il nous paraît nécessaire que les institutions du secteur de l’éducation et de la formation s’adaptent à ces nouvelles exigences, que les textes législatifs et règlementaires soient revus pour intégrer la nouvelle donne. Il conviendrait enfin que les conditions de travail et de vie des enseignants soient adaptées (formation permanente, mise à niveau des connaissances), de telle sorte qu’ils soient incités à améliorer, plus encore, la qualité de l’enseignement, à adopter d’une manière prépondérante les Tic dans les méthodes pédagogiques utilisées, comme à faire preuve de créativité dans leur fonction.

  • 5 Nous avons eu, par ailleurs, l’occasion de souligner toute la dimension sociale et le rôle des act (...)

27Ce raisonnement peut être étendu à tous les autres « piliers » : nous assistons donc à la constitution d’un véritable faisceau de relations cognitives, et pas seulement à des échanges bilatéraux entre « piliers ». Cette dimension constitue, à notre sens, le fondement même de l’existence de l’Ec. Ceci permet de relativiser l’insertion poussée et volontariste des Tic dans une économie donnée5, souvent assimilée à tort à « l’économie de la connaissance ».

28L’Ec a également une forte empreinte au niveau micro-économique. Au sein de l’entreprise, les nouvelles manières de travailler rendent inévitable, aujourd’hui, l’adoption des Tic. Le développement et le renouveau de ces technologies, ces dernières années, influencent considérablement la gestion des connaissances. Dans les systèmes d’information classiques (bases de données, banques de données, etc.), les fonctionnalités sont bien établies. En effet, l’informatique fournit des techniques de traitement, de stockage et de mise à disposition de l’information. Les technologies de la communication avaient classiquement la fonctionnalité de transmettre les données par le biais des réseaux informatiques. Avec l’avènement de ces nouveaux outils que l’on a regroupés sous l’appellation de Tic, les fonctionnalités se mélangent et deviennent plus complexes. Il faut souligner qu’elles doivent aussi être appréhendées sous l’angle des services particuliers qu’elles sont en mesure de fournir, et qui justifient leur utilisation dans des politiques de gestion des connaissances, essentiellement de travail coopératif.

29Les services attachés aux Tic sont de quatre sortes : communication, coordination, partage de ressources et partage d’informations. Parmi ces services, on distingue, d’une part, les services de bases qui se limitent aux logiciels pour la communication (communication et coordination) et, d’autre part, les services à forte valeur ajoutée, fondés sur les systèmes d’information de l’entreprise. Mais en dépit de cette distinction, leur définition n’en reste pas moins floue. En effet, partant de l’exemple des messages électroniques, on peut dire qu’ils sont utilisés comme une base d’information ; cependant cette dernière peut être assujettie à des outils de communication, par un site Web entre autres.

30L’ensemble de ces services fait que ces technologies permettent aux collaborateurs d’une entreprise de partager des connaissances et de travailler de manière coopérative, notamment à travers des communautés de savoir. Pourtant, si la production de données à travers les Tic est très importante, elle est très peu standardisée. Les principales technologies liées à la gestion des connaissances sont les suivantes : les portails d’entreprise et de gestion de contenus, les bases de connaissances et la gestion électronique documentaire, les collaborations, le e-learning et l’Intranet, la gestion électronique des documents, les moteurs de recherche, la veille technologique et concurrentielle, le business intelligence, le data et text mining, ainsi que les outils de représentation visuelle.

31Les organisations découvrent peu à peu que gérer la connaissance peut créer de la valeur en augmentant la productivité, l’efficacité interne, et en favorisant l’innovation, et que cela lui permet d’atteindre plus rapidement ses objectifs stratégiques. Les connaissances mises en œuvre dans l’entreprise ou l’institution constituent un patrimoine géré collectivement. Elle nécessite donc, de la part de ses membres, des compétences en matière de gestion individuelle des connaissances, ainsi que des notions relatives à la nature, à l’organisation, à la distribution et à la localisation du patrimoine technologique commun.

32Sur un plan empirique, l’industrie de la connaissance représentait 29 % du Pib des États-Unis en 1958, d’après l’étude de Fritz Machlup (1962), et 34 % en 1980, d’après celle de Michaël Rubin et Mary Taylor-Huber (1986). Ces travaux devaient être approfondis par l’Ocde (1999) qui regroupe, à l’intérieur des industries fondées sur le savoir, les industries manufacturières de haute et de moyenne technologies et deux catégories de services : les services fournis à la collectivité, sociaux et personnels, et les activités de banque et d’assurance et autres services aux entreprises. À la fin de la décennie 1990, les industries de la connaissance représentaient plus de la moitié du Pib de l’ensemble de la zone Ocde (contre 45 % en 1985) et connaissaient une croissance supérieure au Pib dans la plupart des pays.

33Un double phénomène, selon D. Foray (2000), semble être à l’origine de cette entrée dans « l’économie de la connaissance » : l’augmentation des ressources consacrées à la production et à la transmission des connaissances (« Recherche et Développement », formation, éducation) d’un côté ; et, de l’autre, l’intensification de l’usage des Tic en tant que technologies génériques.

Éducation et formation

34Les investissements élevés dans l’éducation de ces dernières décennies ont entraîné une hausse générale du niveau d’études de la population active. En moyenne, 28,2 % des salariés des pays de l’Ocde (2003) sont diplômés de l’enseignement supérieur. Les États-Unis (36,8 %) et le Japon (36,5 %) sont très en avance sur l’Union européenne (24 %) qui affiche par ailleurs d’importants écarts nationaux. La croissance de l’emploi de ces diplômés a oscillé entre 2 % et 6 % par an au cours de la période 1997-2001, ce qui constitue une progression nettement plus rapide que celle de l’emploi en général. Même s’ils sont plus élevés pour les femmes que pour les hommes, les taux de chômage de ces mêmes diplômés sont habituellement très inférieurs à ceux de la population globale. Les professionnels et techniciens représentent entre 20 % et 35 % de l’emploi total dans la plupart des pays de l’Ocde, et plus de 35 % en Suède, en Suisse, en Australie et au Danemark. La part des femmes dans ces professions est supérieure à 60 % en Hongrie et en Pologne. Au cours de la période 1995-2002, le nombre de ces emplois a crû beaucoup plus rapidement que l’emploi global. La hausse s’est avérée particulièrement rapide parmi les travailleurs très qualifiés dans le secteur des Tic : 5 % de taux de croissance aux États-Unis, et plus de 10 % dans l’Union européenne.

« Recherche et Développement » (R&D)

35Les données de R&D constituent l’un des principaux indicateurs de « l’économie de la connaissance ». En effet, le rôle croissant du savoir transparaît dans les performances économiques. Les échanges de biens de haute technologie (avions, ordinateurs, produits pharmaceutiques, instruments scientifiques notamment) ont représenté plus de 25 % du commerce mondial en 2000 et 2001, contre moins de 20 % au début des années 1990. Plus de 40 000 familles de brevets ont été déposés en 1998 dans la zone de l’Ocde, soit une hausse de 32 % par rapport à 1991 (Ocde, 2003). Les États-Unis représentent environ 36 % de ce résultat, suivis de l’Union européenne (33 %) et du Japon (25 %).

  • 6 Europa, 2002, Vers un marché des connaissances, Recherche européenne. http://europa.eu.int/comm/ r (...)

36Les biotechnologies et les Tic ont été parmi les domaines les plus dynamiques. En moyenne, le nombre de brevets de biotechnologie déposés auprès de l’Office européen des brevets (Oeb) a augmenté de 9,9 % par an, contre 6,7 % pour l’ensemble des brevets. Sur la même période, les demandes de brevets concernant les Tic ont progressé de 8,9 % par an. Au cours des années 1990, la part de l’Union européenne dans l’ensemble des familles de brevets a convergé vers celle des États-Unis, tandis que celle du Japon déclinait de 4 %. Avec plus de 20 %, c’est la Corée qui a affiché la plus forte hausse annuelle du nombre de familles de brevets. Mais si l’on prend la population en compte, ce sont la Suisse et la Suède au sein de l’Ocde qui ont la plus forte propension à en déposer. Le temps où, traditionnellement, les savoirs acquis dans l’espace scientifique académique constituaient un patrimoine ouvert, mis à la disposition de tous, semble révolu. Dans le champ des connaissances, production rime aujourd’hui avec protection et exploitation. La Commission européenne, qui encourage clairement la protection des résultats de la recherche dans ses programmes-cadres de R&D, réfléchit désormais aux moyens à mettre en œuvre, afin de faciliter la tâche des scientifiques. La Commission s’est par ailleurs récemment attelée à un projet ambitieux, la création d’un brevet communautaire qui permettrait la protection unitaire d’inventions à l’échelle de l’Union, avec un coût plus faible et une sécurité juridique plus élevée que ne le permet le brevet européen depuis 19786.

La diffusion des TIC

37D’un point de vue empirique, toutes les études témoignent de la forte diffusion des Tic dans les pays avancés. Plus de 6 % du Pib sont investis dans ces technologies : l’Ocde représente plus de 90 % des accès Internet dans le monde et la croissance annuelle du marché des Tic est de 9 %. En conséquence, la croissance des industries du secteur des télécommunications et de l’informatique est considérable. Les résultats des recherches dans le domaine des Tic sont brevetés au même titre que les résultats de l’industrie classique. En effet, le développement de logiciels peut être considéré comme une activité de R&D s’il « repose sur le développement d’une avancée scientifique et/ou technologique et que l’objectif du projet est la résolution d’une incertitude scientifique et/ou technologique sur une base systématique » (Ocde, 1994).

Les TIC dans « l’économie de la connaissance » : apports et limites

38Au plan théorique, la distinction que nous avons faite entre information et connaissance situe la place des Tic dans « l’économie de la connaissance ». Un système d’information peut transmettre des connaissances, mais il ne les considérera pas comme telles et les traitera de la même manière que l’information. Dans le cadre de sa fonction quotidienne, un individu a besoin de posséder des connaissances mais il a tout autant besoin d’informations. Il ne pourra pas remplir sa tâche tant qu’il n’utilisera pas simultanément ces deux ressources. Ceci montre qu’un système d’information relativement développé constitue une condition d’insertion à l’Ec. Les Tic sont par conséquent l’épine dorsale de l’Ec, de par leurs multiples apports. Cependant, elles rencontrent également différentes limites.

Les apports des TIC dans la dynamique de l’EC

39Dans toutes les approches de l’Ec, les Tic jouent un rôle fondamental. Elles sont intégrées comme l’un des « quatre piliers » qui englobent, nous l’avons vu, l’éducation, la formation et l’apprentissage, le système national d’innovation et le cadre institutionnel et incitatif (K. Dahlman, 2003). L’usage intensif des Tic est considéré ici comme un élément essentiel et dynamisant. Comment expliquer cette fonction déterminante ? Certaines caractéristiques du processus de création de la connaissance et celles des Tic permettent de fournir des éléments de réponse, de nature aussi bien organique que fonctionnelle. Si l’on examine les différentes configurations de la connaissance, les Tic apparaissent comme un élément majeur d’accélération et de consolidation des fonctions créatrices de valeur.

40Au plan théorique, il est clair que les Tic contribuent, de manière significative, aux propriétés de la connaissance décrite précédemment en tant que bien économique. La diffusion de la connaissance à travers les moyens les plus rapides, notamment Internet, devient difficilement contrôlable du fait de l’accès mondialisé au savoir et ce, malgré tous les progrès faits en termes de protection, traçabilité, pénalité, etc. Si son caractère de bien privé monnayable sur le marché est réduit, la propension à créer des externalités en est accentuée, en particulier pour les agents des économies du Sud dont les moyens, aussi bien financiers que techniques, restent relativement faibles. La liaison entre l’usage des Tic et les externalités est évidente. D’une manière analogue, le caractère de non-rivalité est accentué à travers les capacités de reproduction qui sont décuplées par l’usage de l’informatique au niveau de la rapidité exceptionnelle de duplication et des capacités phénoménales de stockage. Les effets sur le transfert d’informations en sont tout à fait évidents, ce qui n’est pas le cas pour le transfert de connaissances dont le caractère spécifique dépendra largement du degré de codification de ces connaissances.

Favoriser la codification des connaissances

41Il paraît logique que des outils tels que les bases de données informatisées et des outils collaboratifs permettent de mettre en œuvre le processus d’explicitation et de dissémination des connaissances. Le rôle des Tic est primordial dans leur codification. Ceux-ci transforment une masse croissante de connaissances en information, les rendant donc immédiatement accessibles à un nombre croissant d’individus. La capacité de diffusion extrêmement rapide, la possibilité d’envoi de fichiers accompagnés de supports visuels photos ou vidéo, la mise en réseaux et la possibilité de constituer des collectifs d’apprentissage et le partage de l’expérience, participent à cette codification en temps réel et à la transformation de la connaissance en information. Cette démarche facilite leur diffusion parce qu’ils la rendent moins coûteuse et plus rapide, en particulier pour les entreprises. La codification peut ainsi multiplier la création d’externalités positives susceptibles de développer la capacité de production de richesses. Par ailleurs, la connaissance codifiée accroît sa capacité à être commercialisée et, de ce fait, approfondit le phénomène de marché. Il est en effet plus facile et moins coûteux d’échanger des supports portant des connaissances codifiées (mode d’emploi, spécifications, composition de produits, etc.) que des connaissances portées essentiellement par les hommes. Il est clair que cette logique de marché est fortement entravée par les restrictions multiples liées aux phénomènes de droit de propriété, secret de fabrication, clauses de confidentialité et restrictions commerciales.

Soutenir le processus d’innovation

42La création de connaissances a été consacrée, dans la pensée évolutionniste, comme un acte collectif et interactif. L’interaction entre les différents acteurs en constitue la base fondamentale. La communication devient ainsi un élément important de l’échange et du partage de l’information (H. Khelfaoui, 2003), de l’échange du savoir, surtout lorsqu’il s’agit du savoir technologique dont la production et l’appropriation sont d’essence davantage sociales qu’individuelles. Si les Tic, et Internet en particulier, ont bouleversé le paradigme de la « communication scientifique », ce n’est pas tant en ouvrant de nouvelles formes de communication, qu’en densifiant les canaux et en éliminant les contraintes de temps et d’espace. Cependant, la gestion coopérative des connaissances est surtout un problème d’organisation et de méthode. Les Tic tiennent donc une place centrale dans l’Ec. Elles sont produites dans un secteur où l’activité d’innovation est intense et contribuent à l’innovation dans tous les autres secteurs, aussi bien les innovations de procédés que les innovations de produits.

  • 7 À titre d’exemple, la compagnie américaine Chevron gagne 150 millions de dollars Us rien que par l (...)

43Aussi les Tic développent-elles et renforcent-elles la mise en réseau des acteurs, en accentuant leur aptitude à interagir en continu sur un espace géographiquement éclaté. Cette interaction est à l’origine de la production de connaissances et de solutions innovantes : elle ne peut être seulement considérée comme révélant un stock de connaissances accumulées au niveau de chacune des parties car elle conduit également à leur articulation et mise en cohérence pour créer de nouvelles ressources cognitives. Ces processus collectifs résultent, dans une large mesure, d’avantages comparatifs cognitifs qui permettent d’asseoir la base de l’échange. Cela explique en partie la marginalisation des pays en développement et des entreprises des réseaux mondiaux du fait des faibles avantages comparatifs cognitifs (voire de leur absence), tout au moins reconnus. En ce sens, M. Mezouaghi (2004) a insisté sur le rôle des Tic dans l’intégration des entreprises des pays en développement dans les réseaux nationaux et internationaux de production, par le biais des activités de sous-traitance susceptibles de permettre une réduction des coûts de production, le dégagement d’externalités positives et une meilleure adaptation aux fluctuations du marché. L’économie de certaines dépenses de recherche à travers une mutualisation, un partage des bases de la connaissance, ainsi que l’accès privilégié à la connaissance mondialisée et à des pôles de savoir-faire et de compétences, tendent à renforcer à moindre coût les capacités des pays du Sud7.

Renforcer les capacités éducatives, de formation et d’apprentissage

44Les technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement (Tice) investissent fortement le monde de l’éducation et de la formation en restructurant les méthodes pédagogiques, les outils méthodologiques, ainsi que les interfaces traditionnelles en situation d’apprentissage. Alors, le face-à-face classique du maître et de l’élève, si précieux dans les conditions conventionnelles d’apprentissage, ne devient plus nécessaire. Éducation et formation à distance deviennent des facteurs, à la fois, de complémentarité et de substitution dans des situations particulières d’indisponibilité du maître, mais également pour des raisons de réduction des coûts d’apprentissage. Le perfectionnement des capacités d’apprentissage de l’entreprise et l’amélioration du niveau de qualification sont autant de gains que permettent les Tice pour optimiser l’outil de production. Les Tice offrent l’accès à des données, textes et ouvrages à caractère éducatif par le biais de bibliothèques virtuelles, l’échange d’informations et de travaux. Enfin, l’apprentissage pris dans son acception la plus large autorise la création de « communautés d’apprentissage ». Dans une récente étude, Khadidja Benallou (2005) montre que, dans certaines de ces communautés, l’usage des outils Tice pour des besoins de formation en ligne est dominant (62 %), alors que la conduite de projet vient en seconde position (25 %), ne laissant qu’un temps résiduel pour les autres types d’usage. Seulement, l’acquisition de compétences techniques, aussi bien en matière d’utilisation des Tice qu’en matière d’utilisation de plateformes et de logiciels, est nécessaire à la création de produits pédagogiques et à la mise en œuvre de projets de e-formation. Ce qui suppose un accès relativement rapide aux sources d’expertise, pôles de formation et pôles d’excellence pour un renouvellement et une mise à niveau continue des connaissances.

Améliorer le cadre institutionnel et incitatif

  • 8 Inter-American Development Bank (Iadb).

45De plus en plus, les Tic pénètrent les modes de gestion et d’organisation des institutions. La e-administration et la e-gouvernance sont désormais des fonctions qui restructurent fondamentalement les pratiques, les instruments mais également les rapports entre, d’une part, les administrations, autorités et pouvoirs publics et, d’autre part, les usagers, administrés et citoyens. Cette fonction de restructuration tend à faciliter des démarches et des processus que les modes conventionnels ont rendus parfois ingérables. Les externalités négatives qui en résultaient et les coûts de transaction qui se démultipliaient avec la complexification des procédures, constituaient de véritables freins aux trajectoires de croissance des différents pays. À titre d’illustration, en Grande-Bretagne, une étude a montré qu’en 1999, seuls 2 % des firmes croyaient à la concurrence par Internet, ce qui alerta les pouvoirs publics qui se fixèrent comme objectif de connecter, à l’horizon 2005, tous les services de l’État britannique et tous les citoyens intéressés. Une évaluation à mi-parcours de ce programme a constaté une avancée fulgurante en ce sens. Dès 2002, 54 % de tous les services de l’État se faisaient par Internet ; plus d’un million de citoyens avaient le haut débit (broadband connections) ; et plus de la moitié des achats se faisaient électroniquement, le e-commerce dépassant les dix-huit milliards de livres : dix millions de Britanniques faisaient leur banking à travers le Web et les foyers passaient en moyenne vingt jours par an en connexion8.

Les limites de l’insertion des TIC dans l’EC

46Si l’on saisit aisément les apports des Tic à « l’économie de la connaissance », il est plus délicat d’en mesurer les limites, entre autre du fait de leur pénétration massive et récente dans la sphère du savoir. Cependant, la gestion des connaissances est confrontée à plusieurs problèmes dont celui de la conservation du savoir. En effet, une personne qui quitte son poste, emporte avec elle ses connaissances et son savoir-faire. Aussi la gestion des connaissances, au sein d’une entreprise, apparaît-elle comme le moyen de conserver les connaissances et les savoir-faire des collaborateurs, d’atteindre en somme des objectifs concrets ayant un lien direct avec l’activité de l’entreprise.

47À l’inverse, les Tic agissent peu ou pas sur les obstacles sociaux de la communication, et lorsque ceux-ci ne sont pas levés, leur apport se trouve réduit à celui de pourvoyeurs de données, à la qualité et aux sources souvent douteuses d’ailleurs, sans impact sur l’action sociale (H. Khelfaoui, 2003). Lorsque l’on sait que les connaissances tacites sont estimées à 80 % des connaissances utilisées dans les entreprises, on mesure l’ampleur de ces limites. En outre, l’obligation de présence de l’agent porteur de connaissances en réduit autant la diffusion que le stockage au sein de l’entreprise. Cette limite est accentuée dans le cas des pays où le taux d’analphabétisme est élevé et ne permet pas aisément la codification.

Conclusion

48Certes, l’avènement des Tic donne toutes ses chances à l’émergence de « l’économie de la connaissance », dans la mesure où ils constituent l’élément central de ce processus. Du fait de la dimension tangible et de la quasi-immédiateté de leurs effets, les pays en développement ont un intérêt certain de les adopter massivement pour bénéficier des gains potentiels. Ces technologies qui ne posent que peu de problèmes d’acceptation, d’adoption et d’adaptation en ce qui concerne leur usage notamment, ouvrent de nouvelles perspectives pour une insertion dans l’économie immatérielle. Ce phénomène est accéléré par la forte composante de jeunes qui caractérise ces pays. Cependant, la participation encore relativement modeste dans l’offre mondialisée des Tic, montre les difficultés encore importantes que ces pays rencontrent.

49Si « l’économie de la connaissance » attire de plus en plus de décideurs publics, de sérieuses limites entravent encore l’émergence de ce type d’économie. La première concerne le rythme relativement lent de codification des savoirs tacites, notamment dans les pays où les coûts de codification restent élevés et ne figurent pas dans les priorités des programmes de développement. La deuxième limite est relative aux risques importants de confusion entre intensification de l’usage des Tic et insertion dans l’Ec. L’expérience des pays du Maghreb montre cette forte tendance à privilégier l’usage au détriment de la production et de l’innovation dans le secteur des Tic, le plus souvent reléguées au second plan, aussi bien par les décideurs que par les opérateurs. Cette limite a pour conséquence de rendre peu visibles et par suite moins urgentes les politiques concernant les autres composantes de l’Ec : l’innovation, le système éducatif et de formation, et la transformation du cadre institutionnel. Le rythme des réformes économiques et politiques, supposées préparer un cadre institutionnel adéquat pour l’avènement de l’Ec, reste encore en deçà des normes et des pratiques des pays les plus performants dans ce type d’économie. Les urgences du développement et de la compétitivité ont tendance à restreindre la perception de l’Ec à celui de l’intensification de l’usage des Tic.

Bibliographie

Bibliographie

Arrow Kenneth J., 1962, “The economic implications of learning by doing”, Review of Economic Studies, vol. 29, juin, 155-173.

Arrow Kenneth J., 2000, Théorie de l’information et des organisations, Paris, Dunod.

Benallou Khadidja, 2005, « Tic et communautés d’apprentissage », communication faite à la conférence internationale Maghtech 2005, Université de Biskra (Algérie), novembre, http://www.umkbiskra.net/.

Dahlman Karl, 2003, “Knowledge products and strategies : emerging lessons”, World Bank Institute Publication, Washington, Banque mondiale.

Djeflat Abdelkader, 2006, L’économie fondée sur la connaissance : état des lieux et perspectives pour l’Algérie, Oran, Dar El-Adib, (Maghtech), 151 p.

Djeflat Abdelkader et Driouchi Ahmed, 2004, « Le Maroc dans l’Ec : enjeux et perspectives », Revue of The Institute of Economic Analysis and Prospective Studies, Ifrane (Maroc), université d’Al-Akhawayn, 74 p.

Durand Thomas, 2000, « L’alchimie de la compétence », Revue française de gestion, n° 127, 84-102.

Foray Dominique, 2000, L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte.

Khelfaoui Hocine, 2003, « Les Tic dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Tic & Développement. Études et recherches, vol. 2, 18 p.

Machlup Fritz, 1962, The Production and Distribution of Knowledge in the United States, Princeton, Princeton University Press.

Machlup Fritz, 1984, Knowledge, its Creation, Distribution and Economic Significance, Princeton, Princeton University Press.

Mezouaghi Mihoub, 2004, « Tic et globalisation : les enjeux industriels pour les pays en développement », in Annie Cheneau-Loquay (dir.), Mondialisation et technologies de la communication en Afrique, Paris, Karthala : Msha, 25-40.

Nonaka Ikujiro, 1994, “A dynamic theory of organizational knowledge creation”, Organization Science, vol. 5, n° 1, février, 14-37.

Nonaka Ikujiro et Takeuchi Irokata, 1995, The Knowledge-Creating Company. How Japanese Companies Create the Dynamics of Innovation, Oxford, Oxford University Press.

Ocde, 1994, The Measurement of Scientific and Technological Activities. Proposed Standard Practice for Surveys of Research and Experimental Development, Paris, Publications de l’Ocde.

Ocde, 1996, L’économie fondée sur le savoir, Paris, Publications de l’Ocde.

Ocde, 1999, Mesurer les économies fondées sur le savoir, Paris, Publications de l’Ocde.

Ocde, 2003, Tableau de bord de l’Ocde de la science, de la technologie et de l’industrie, Paris, Publications de l’Ocde.

Polanyi Michaël, 1996, The Tacit Dimension, New-York, Anchor Day.

Rubin Michaël Rogers et Taylor-Huber Mary (avec Lloyd-Taylor Elisabeth), 1986, The Knowledge Industry in the United States : 1960-1980, Princeton, Princeton University Press.

Versailles Anne, 2002, « Éducation comme levier de compréhension et de contagion du développement durable », Vetig O, revue des sciences de l’environnement sur le Web, vol. 3, n° 3, décembre, http/www.vertigo.uqam.ca/vol3no3/art6vol3n3/anne_versailles%20.html.

Notes

1 Dans les économies les plus avancées, l’investissement dans le savoir représente 8 % du Pib.

2 Dans les travaux publiés, les deux notions sont utilisées sans distinction aucune, ceci inclut les travaux de l’Ocde et ceux de la Banque mondiale. Toutefois, ces notions ne doivent pas être confondues avec « l’économie de l’innovation » ou avec « l’économie de l’information ».

3 Lire, à ce propos, le travail d’Anne Versailles (2002).

4 Sur le lieu du travail, l’apprentissage se fait par contact direct avec l’expert, par observation, par imprégnation.

5 Nous avons eu, par ailleurs, l’occasion de souligner toute la dimension sociale et le rôle des acteurs de l’Ec. Cf. A. Djeflat et A. Driouchi (2004).

6 Europa, 2002, Vers un marché des connaissances, Recherche européenne. http://europa.eu.int/comm/ research/news-centre/fr.

7 À titre d’exemple, la compagnie américaine Chevron gagne 150 millions de dollars Us rien que par l’échange de bonnes pratiques au sein de son réseau.

8 Inter-American Development Bank (Iadb).

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Les dilemmes de la connaissance
Légende Source : A. Djeflat, 2006.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable