Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

I. Des logiques d’appropriation des technologies de l’information et de la communication

Introduction et utilisation des TIC dans les PME tunisiennes

Biens de consomations ou outils de création de la valeur ?

Jamil Chaabouni et Riadh Zghal

Texte intégral

1Les technologies de l’information et de la communication (Tic) sont présentées par de nombreux auteurs comme une opportunité qui permettrait aux entreprises de l’« ancienne économie » (old economy) d’accroître leur efficacité et leur efficience. Le concept de « nouvelle économie » (new economy) dont l’origine est boursière, se base en partie sur une croissance forte de la productivité et des profits (P. Löpfe, 2001). R. Ergenzinger et J. S. Krulis-Randa (2001, 88) relèvent que old economy et new economy s’imbriquent l’une dans l’autre et ne sont que des parties d’une même économie puisque elles ont pour objectif de créer de la valeur et d’être utile aux stackeholders ; la « nouvelle économie » s’infiltrerait dans l’« ancienne » du fait que les Tic y sont de plus en plus utilisées et que toutes les deux affichent des gains de productivité. Les auteurs déduisent que les nouvelles structures et les changements offrent des chances pour les entreprises de l’« ancienne économie », de réaliser des augmentations de productivité et d’efficience en recourant aux Tic, surtout si elles bénéficient d’une assise financière solide. Toutefois, l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise issue de l’introduction des Tic est aussi en rapport étroit avec les usages qui en sont faits, et qui relèvent notamment des caractéristiques de son organisation, de sa stratégie et de la motivation des hommes qui y travaillent (R. Boyer, 2001).

2Selon S. Amabile et M. Gadille (2002, 119), « les modalités d’utilisation du système d’information et de communication sont dépendantes des capacités organisationnelles et collectives d’appropriation des technologies (M. Gadille et A. d’Iribarne, 2000) qui sont elles-mêmes transformées dans le temps par les interactions entre différentes stratégies d’usage et de développement d’applications dont une part relève de résultats non intentionnels ». La perspective interactionniste met l’accent sur les rapports entre organisation et Tic et insiste sur le fait que les usages des Tic et leurs impacts émergent d’interactions sociales complexes, de manière imprévisible (P.-J. Benghozi, 1999 ; P. Gilbert, 2001-2002). Si les Tic peuvent façonner le fonctionnement et les structures des entreprises, les motivations, les attentes relatives à leur introduction, les stratégies de leur adoption, voire leur dissémination, ne sont pas sans conséquence sur la façon dont évoluent leurs usages par la direction de l’entreprise comme par ses employés.

3Comme les technologies sont transversales, elles ouvrent de nouvelles perspectives organisationnelles (insertion dans des réseaux, commerce électronique, etc.), des possibilités d’innovation (création de nouvelles prestations informationnelles, etc.) (M.-C. Monnoyer-Longé, 2002) et des possibilités de gestion des connaissances. Le développement et l’amélioration de la compétitivité qu’elles rendent possibles supposent donc l’existence d’un contexte organisationnel et d’actions qui orientent l’usage des Tic, en plus des facteurs contextuels qui poussent vers leur introduction.

4Le présent papier se propose d’identifier les facteurs qui poussent les Pme à adopter les Tic et ceux qui orientent leur usage. Le schéma d’analyse est appliqué à un échantillon de Pme tunisiennes pour tenter de reconnaître des éléments de pronostic – à partir des usages actuels – sur les possibilités et les chances d’usage pour le développement de réseaux, d’innovation et de gestion des connaissances.

Les facteurs pull et les facteurs push de l’introduction des TIC

5L’introduction des Tic peut être considérée comme une innovation technologique pour les Pme qui n’en disposent pas. Or la diffusion d’une innovation dépend, selon E. M. Rogers (1995), de ses caractéristiques et de celles des individus qui l’adoptent et des moyens d’information et de persuasion utilisés par l’entreprise. Si l’on considère que l’introduction des Tic, comme toute innovation, est un processus qui commence par la recherche d’idées jusqu’à leur mise en œuvre, alors la diffusion des Tic peut être influencée par un ensemble de facteurs. Nous avons classé ces facteurs en deux catégories : les facteurs push et les facteurs pull.

Les facteurs push

6Dans cette première catégorie de facteurs, nous avons considéré la pression provenant des partenaires, l’appartenance à un groupe, le contexte sectoriel et l’autorité publique.

  • 1 Les fonctions assignées aux Tic dans les discours recueillis auprès des entreprises sont : fabriqu (...)
  • 2 Les « intégrées » se caractérisent par l’intégration des Tic dans la stratégie et l’organisation ((...)

7La pression des partenaires, clients et fournisseurs, a été déjà reconnue par G. P. Premkumar et M. Roberts (1999) comme un facteur qui incite les entreprises à adopter les Tic. Béatrice Vacher (2002) a élaboré une typologie des Pme selon les fonctions assignées aux Tic et classe les entreprises de ce type dans la catégorie des « sous-pression »1. Leurs choix sont déterminés par les contraintes des clients et des fournisseurs. Elles n’ont pas de projet particulier, l’exploitation des Tic reste locale et l’usage qu’elles en font diffère de celui des « intégrées »2 qui, elles, « ont une vision à long terme cohérente entre les Tic, l’organisation et la stratégie sans pour autant opérer de réalignement stratégique » (id., 2002, 54).

8L’appartenance à un groupe. À l’instar des Pme dites « sous-pression », Odile Rocher (2003) précise que « les progiciels de gestion nouvelle génération sont, notamment, l’occasion de renforcer une relation de dépendance […]. Ces progiciels permettent d’unifier les modes de reporting ». Face à cette diminution d’autonomie générée par l’utilisation des logiciels intégrés, en l’absence de concertation au sein du groupe, les acteurs internes, gardant toujours une marge de manœuvre, peuvent détourner l’usage des nouveaux outils en générant des systèmes d’information parallèles sur support papier ou en utilisant les outils informatiques classiques qu’ils maîtrisent. De plus, en fonction des choix effectués par la direction en rapport avec le modèle de gestion adopté, des composantes de ces outils peuvent être éliminées, des limitations d’accès à l’information, décrétées et un renforcement du contrôle et de la prise de décision, exercé.

  • 3 Ce sont les entreprises dont les responsables ont relevé un double effet positif de l’usage de l’I (...)

9Le contexte sectoriel. Les résultats de recherche relatifs à l’influence des secteurs d’activité sur l’adoption des Tic sont controversés. S. Amabile et M. Gadille (2002, 122) relèvent, dans une étude portant sur 183 Pme « Net valorisantes »3 et 174 Pme « Net indifférentes », que « l’appartenance sectorielle ne peut pas constituer une base unique et solide d’explication des différences de valorisation de l’Internet entre les deux sous-populations ». Par contre, F. Arcangeli et C. Genthon (1997), cités par M.-C. Monnoyer-Longé (2002, 19), trouvent une influence des secteurs d’activité sur la diffusion des Tic. Les observations de cette dernière, plus nuancées, ont permis de reconnaître que « les modes de communication intrasectorielle influent sur la diffusion des Tic, mais que le comportement des donneurs d’ordre importants peut faire obstacle aux modes de fonctionnements sectoriels. De même, la dynamique de certains dirigeants peut contraster avec les habitudes du secteur ».

10L’autorité publique. L’intervention de l’autorité publique se situe à deux niveaux pour pousser les entreprises d’une façon générale, et les Pme en particulier, à adopter les Tic. D’une part, le développement d’une infrastructure technologique et de communication permet aux entreprises de se connecter. D’autre part, dans le contexte d’un pays émergent, l’accès aux Tic suppose qu’elles soient disponibles sur le marché, au niveau hard et soft, du fait qu’elles proviennent essentiellement de pays industrialisés. L’existence de sociétés de services et d’ingénierie informatique – assurant au moins un approvisionnement régulier en matériel et logiciel, une assistance et maintenance fiables – diminue les risques encourus par l’adoption des Tic et ce, d’autant plus lorsque la PME ne peut disposer d’une équipe technique propre pouvant prendre en charge le fonctionnement des systèmes d’information mis en place.

11L’octroi d’aides publiques aux Pme, et autres mesures financières, pour investir dans les Tic est à considérer d’une façon nuancée : dans la mesure où l’assise financière de certaines Pme est fragile, un soutien de l’autorité publique peut avoir un effet qui stimule l’investissement dans ces technologies. Patrice Ouellet (2001, cité par B. Vacher, 2002, 39), à partir d’une étude sur l’usage des Tic par les Pme québécoises, insiste sur le fait qu’une « aide indifférenciée sur les Tic pour les Pme est tout à fait inutile, que ces entreprises ont des besoins spécifiques, plus axés sur les questions organisationnelles que techniques ».

Les facteurs pull

12À partir d’une revue de la littérature, nous avons retenu trois facteurs pull : la motivation et le soutien de la direction, le modèle de gestion et l’expérience des équipes techniques en matière de Tic et leur qualification.

  • 4 La terminologie utilisée entre guillemets est empruntée aux auteurs cités en référence.
  • 5 Exception faite des entreprises qui se créent dans le secteur des Tic.

13La motivation et le soutien de la direction. Pour l’introduction des Tic, le soutien de la direction est reconnu comme un facteur important, bien que les raisons puissent être très différentes. Dans le cas des PME étudiées par S. Amabile et M. Gadille (2000), celles-ci se connecteraient à Internet essentiellement « pour voir », « par contrainte » ou « dans le cadre d’un projet d’applications précises »4. Ce dernier motif prédomine dans les entreprises qui déclarent valoriser les Tic, alors que le premier est prépondérant pour celles qui déclarent ne pas les valoriser. La décision d’investir dans les Tic ne relève pas, dans la majorité des cas5, du champ des compétences techniques du dirigeant (M.-C. Monnoyer-Longé, 2002, 14) qui peut être influencé par son environnement externe ou par l’encadrement. Les motifs des dirigeants ne proviennent pas toujours d’une réflexion rationnelle intégrée dans une stratégie d’entreprise. La volonté d’afficher une image de modernité et les signaux émis par l’espace informationnel dans lequel ils évoluent, peuvent aussi les inciter à introduire cette innovation. Ils vont s’impliquer et en soutenir la diffusion, selon des attentes relatives à l’apport de ces technologies dans l’amélioration de la compétitivité de leurs entreprises.

14Le modèle de gestion. Les Pme se caractérisent souvent par l’aspect intuitif de la stratégie à suivre, le peu de différenciation entre les services, une centralisation forte, des réactions rapides et une gestion de l’information plutôt informelle (R. Gélinas et alii, 1997 ; B. Vacher, 2002, 40). Ces spécificités ne sont pas sans incidence sur l’usage des Tic. Certes, ces dernières peuvent créer de nouvelles possibilités (insertion dans des réseaux, gestion des connaissances, etc.), mais leur mise en œuvre n’induit pas inéluctablement un changement d’organisation. Pour S. Mabile et M. Gadille (2000), les entreprises qui déclarent valoriser les Tic auraient remis en cause leur fonctionnement global d’une part, et leur organisation du travail d’autre part.

15Par ailleurs, les Tic peuvent représenter un vecteur de développement de nouvelles formes d’organisation en réseau offrant aux acteurs des fonctionnalités d’interactions et d’échanges de représentations. Analysant les rapports entre Tic et processus de décision dans les Pme-Pmi en adoptant une perspective de dynamique organisationnelle, R. Meissonier (1999, 23) conclut « que c’est peut-être dans une perspective de décentralisation que réside une contribution des Tic auprès des Pme-Pmi. En effet, le dirigeant y joue souvent le rôle d’un centralisateur qui prend la plupart des décisions et risque de ne pas percevoir la profondeur de certains changements externes… ». Ce rôle centralisateur combiné avec le souci de maintenir le pouvoir et l’existence de frontières fonctionnelles ou hiérarchiques peut handicaper le partage de l’information et du savoir. Les Tic qui ne constituent qu’un élément de la gestion des connaissances (M. Beisel, 2004), seraient alors insuffisantes, à elles seules, pour mettre en œuvre un système de knowledge management.

16L’expérience des équipes techniques en Tic et leur qualification. L’expérience accumulée par les équipes techniques en ce domaine peut être à l’origine de la construction de compétences d’usage, de maintenance et de développement de ces technologies. G. P. Premkumars et M. Roberts (1999) ont relevé que l’expertise en Tic est positivement corrélée avec leur adoption. Les équipes techniques peuvent assurer une veille technologique en reconnaissant de nouvelles potentialités techniques et d’usage ; ainsi, elles peuvent jouer un rôle dans les décisions relatives à l’investissement dans les Tic. Toutefois, « la qualification des équipes ne semble pas constituer une condition suffisante pour la mise en œuvre d’applications des Tic. L’intuition du dirigeant et sa sensibilité aux évolutions nous semblent influencer fortement sa démarche stratégique, quels que soient les moyens humains dont il dispose » (M.-C. Monnoyer-Longé, 2002, 21). Les représentations du dirigeant des usages actuels et des usages potentiels futurs des Tic semblent être une variable déterminante des choix dans le domaine. Comme le constate à nouveau M.-C. Monnoyer-Longé (id., 22), « c’est le caractère proactif et stratège du dirigeant qui le pousse à la veille informationnelle et à l’implantation de nouvelles solutions, plus que son niveau de formation ou sa spécialisation initiale ».

PME tunisiennes et appropriation des TIC

17Avant de présenter l’enquête que nous avons menée auprès d’un échantillon d’entreprises, il nous semble utile de rendre compte de la place de la technologie dans l’environnement de l’entreprise et de la pénétration des Tic en Tunisie.

Une politique gouvernementale orientée vers l’appropriation des nouvelles technologies

  • 6 Pour être éligible, l’entreprise industrielle ou assurant une activité connexe à l’industrie doit (...)

18Depuis le Premier plan de développement, l’État tunisien a impulsé les créations d’entreprises et, dès le milieu des années 1990, leur modernisation. L’adhésion de la Tunisie à l’Organisation mondiale du commerce (Omc) et la signature des accords de création d’une zone de libre échange avec l’Union européenne (1995) ont stimulé la conscience de l’enjeu de la concurrence internationale et celle de la nécessité d’agir pour assurer la survie des entreprises face à cette concurrence. L’État est intervenu en mettant en place un dispositif d’accompagnement, appelé Programme national de mise à niveau (Pnma). Ce programme encourage les entreprises “éligibles” (selon des critères définis par son comité de pilotage6) à investir dans les nouvelles technologies et à améliorer leur processus de gestion. L’objectif ultime est d’assurer la compétivité des entreprises sur le marché national et international. Grâce à ce dispositif, les entreprises bénéficient d’une aide financière pour diagnostiquer leur système de gestion, relever leur taux d’encadrement, acquérir de nouvelles technologies et développer les qualifications de leur personnel.

19En parallèle, l’État a affiché une politique ferme en faveur de l’introduction et de la diffusion des Tic dans le pays, à l’échelle institutionnelle et du grand public. En témoignent plusieurs faits marquants. Dès 1991, la Tunisie a été le premier pays arabe et africain connecté à Internet à travers l’Institut régional des sciences informatiques (Irsit). Internet a été accessible au grand public et aux entreprises à partir de 1996, l’usage en étant jusque là réservé aux chercheurs. Actuellement, la Tunisie compte 700 000 internautes pour une population de 10 millions d’habitants soit 7 % de la population, l’objectif annoncé par le Xe Plan de développement national étant d’atteindre les deux millions d’utilisateurs avant la fin 2006. La Tunisie a accueilli, du 16 au 18 novembre 2005, le Sommet mondial sur la société de l’information, organisé par la conférence des pays membres de l’Union internationale des télécommunications (Uit). Au-delà de la politique volontariste de l’État, et lorsqu’il s’agit de la technologie, il importe de considérer son appropriation, la capacité d’exploiter ses avantages de manière optimale. Cela dépend évidemment des choix et des comportements des personnes concernées.

  • 7 L’enquête a été conduite sur la base d’un questionnaire (quarante-trois questions combinant la for (...)

20L’enquête que nous avons menée en Tunisie au printemps 2004, a été effectuée auprès de trente-quatre petites et moyennes entreprises (Pme)7, le choix des Pme se justifiant par le fait qu’elles constituent l’essentiel du tissu économique du pays. La modernisation et la compétitivité de ce tissu passent donc nécessairement par celles des Pme. À travers cette enquête, nous avons cherché principalement à identifier les facteurs pull et les facteurs push favorisant l’adoption des Tic, les produits technologiques de l’information et de la communication acquis, le taux de pénétration des Tic dans les entreprises, les attentes et les effets organisationnels de cette introduction, enfin l’effet de spill over sur les entreprises environnantes.

21L’échantillon a été établi de manière aléatoire (donc sans objectif de représentativité), mais le choix des entreprises était conditionné par deux contraintes : l’acceptation par les directeurs de se soumettre à l’enquête et l’introduction et l’usage effectif des Tic.

22Nous avons pu constater, tout d’abord, une répartition sur huit gouvernorats, mais avec une forte concentration régionale, vingt-trois entreprises sur trente-quatre étant installées dans le gouvernorat de Sfax, soit 64,70 %. Près de 65 % des entreprises de l’échantillon sont familiales et, pour un tiers, elles ont une ancienneté de quatre ans au moins. Il s’agit, pour l’essentiel, d’entreprises moyennes puisque 35 % des établissements enquêtés sont de très petites entreprises employant moins de cinquante personnes, et seuls quatre emploient cent personnes ou plus. Dans l’ensemble, leurs activités sont très diversifiées et appartiennent au secteur de l’industrie manufacturière (53 % du total) et au secteur des services (47 % du total). Par ailleurs, les deux tiers fonctionnent sur un seul site et, pour plus d’un tiers, elles appartiennent à un groupe. Nous avons pu remarquer, en effet, une forte proportion d’entreprises ayant une activité exportatrice, soit les deux tiers des entreprises. En somme, si ces observations, issues d’un échantillon, ne peuvent être extrapolées au risque d’introduire des biais d’interprétation, elles présentent néanmoins des traits caractéristiques du tissu des PME. Or près des deux tiers également (soit 21 entreprises sur 34) emploient au moins un cadre spécialisé en informatique, mais seules treize d’entre elles emploient des cadres de maîtrise spécialisés en ce domaine.

Un environnement pauvre en facteurs pull et push vers les TIC

23La référence à la littérature suggère que l’adoption des Tic subit l’effet de contraintes dues aux partenaires de l’entreprise (G. P. Premkumar et M. Roberts, 1999 ; B. Vacher, 2002), à son personnel ou encore aux choix stratégiques dont la concrétisation serait renforcée par l’exploitation des Tic. Selon les résultats de notre enquête, la contrainte émanant des partenaires serait relativement faible. Il en serait de même des attentes relatives à l’utilité des Tic.

  • 8 Cette dernière entreprise qui exerce dans le domaine de la congélation, emploie cinq cents personn (...)

24Concernant les employés, nous avons souligné la faible présence de cadres spécialisés en informatique. Sur les trente-quatre entreprises de l’échantillon, treize ne disposent d’aucun cadre informaticien, treize autres d’un seul informaticien et une seule de plus de quatre cadres de cette spécialité8.Toutefois, le croisement des données montre qu’il n’existe pas de corrélation entre le nombre de cadres informaticiens et la taille ou la branche d’activité. Le nombre de cadres de maîtrise informaticiens est encore plus rare : vingt entreprises sur les trente-quatre n’en disposent pas. Si les personnels ne semblent pas exercer de pression sur la direction pour introduire les Tic, ils manifestent une curiosité et expriment leur désir de disposer de telles technologies : seules deux réponses sur trente-quatre montrent de l’indifférence envers l’introduction des Tic. Quant à la pression émanant des clients et des fournisseurs, elle serait plutôt embryonnaire et dispersée (fig. 1). La pression émanant des concurrents est également relativement faible puisqu’à peine le tiers des personnes interrogées jugent que les Tic sont introduites chez les concurrents.

Figure n° 1. Acteurs influençant l’adoption de TIC

Figure n° 1. Acteurs influençant l’adoption de TIC

Source : enquête Pme, 2004.

Les attentes et la perception de l’utilité des TIC

25À la faiblesse des facteurs push s’ajoute une égale faiblesse des facteurs pull attirant vers les Tic. En effet, l’intérêt de ces technologies est faiblement perçu : vingt-trois entreprises jugent que l’avantage procuré est nul, faible ou moyen. Néanmoins, pour vingt et une autres, soit les deux tiers des réponses, leur introduction est jugée nécessaire. C’est surtout la rapidité du traitement des données qui est alors recherchée (28 réponses soit 82,4 % des répondants). Plus de 40 % des répondants considèrent que l’introduction des Tic n’a pas d’effet sur la réduction des coûts des produits. Par contre, nous relevons une corrélation entre l’existence d’une activité d’exportation dans l’entreprise et la recherche d’une amélioration de la compétitivité grâce à l’usage de ces technologies (18 entreprises sur 26).

26Les logiciels achetés, par ordre de fréquence, sont ceux de la comptabilité (91,9 %), de la gestion commerciale (76,5 %), de la gestion financière (70,6 %), de la gestion des ressources humaines (61,8 %) et de la gestion de la production (58,8 %). Ces fréquences reflètent une hiérarchisation des fonctions au sein des Pme. La comptabilité, le commerce et la finance sont privilégiés, comparés à la gestion des ressources humaines et à la gestion de la production. Ainsi, presque la totalité des entreprises disposent de logiciels de comptabilité car ils ont été les premiers à être introduits sur le marché tunisien, par suite de l’obligation de tenir une comptabilité. En revanche, l’achat de logiciels de gestion serait plus lié à des choix qu’à des contraintes légales. Nous avons croisé des variables pour identifier les facteurs favorisant cet achat. Les caractéristiques de l’entreprise (taille, activité, ancienneté) ne semblent pas avoir d’effet déterminant. Il en est de même de la dépendance du fournisseur : les fréquences d’achat de logiciels chez un même fournisseur (quinze réponses) ou chez plusieurs d’entre eux (dix-huit réponses) sont rapprochées. Il apparaît plutôt que la mise en place d’un Enterprise Resource Planning (ERP) implique l’usage de logiciels intéressant toutes les fonctions de l’entreprise. Les entreprises ayant introduit l’ERP disposent sans exception de logiciels de gestion des ressources humaines et de la production, alors qu’ils sont les moins diffusés parmi les entreprises de l’échantillon (tab. 1 à 4). L’Erp a été introduit dans huit de ces entreprises, mais les applications de type groupware et workflow ne concernent cependant que quatre d’entres elles. La technologie utilisée est principalement Internet (32 entreprises sur 34). Seules neuf entreprises disposent d’un réseau Intranet.

Tableau n° 1. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion des ressources humaines (GRH)

Tableau n° 1. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion des ressources humaines (GRH)

Source : enquête Pme, 2004.

Tableau n° 2. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion de production (GP)

Tableau n° 2. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion de production (GP)

Source : enquête Pme, 2004.

Tableau n° 3. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion commerciale (GC)

Tableau n° 3. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion commerciale (GC)

Source : enquête Pme, 2004.

Tableau n° 4. Introduction de l’ERP : logiciel de comptabilité

Tableau n° 4. Introduction de l’ERP : logiciel de comptabilité

Source : enquête Pme, 2004.

27Outre les entreprises qui ont mis en place un système Erp, il semble que l’introduction et l’usage des Tic ne s’intègrent ni dans une stratégie d’achat ni dans une stratégie pour établir un système d’information intégré. Ce constat tend à confirmer les résultats de C. Carrier et L. Raymond (2002, 154) :

Les recherches sur l’utilisation des technologies de l’information par les Pme ont démontré que plusieurs n’utilisent pas ces technologies pour intégrer la chaîne de valeur de l’entreprise (production, marketing et ventes, logistique amont et aval, etc.). En outre, les systèmes qu’elles ont tendance à utiliser le sont pour des fins plutôt administratives que stratégiques.

Le taux de pénétration des TIC

  • 9 Ce nombre correspond à celui des entreprises qui disposent d’un réseau Intranet.

28L’Internet étant la technologie la plus utilisée, elle nous a servi pour apprécier le taux de pénétration des Tic au niveau des différents postes de l’entreprise. Trois possibilités d’utilisation ont été envisagées : par le premier responsable, par les cadres et par l’ensemble du personnel administratif. Sur l’ensemble de l’échantillon, seuls deux directeurs les utilisent. L’usage n’est étendu à tout le personnel administratif que dans trois cas, il n’est généralisé à tous les cadres que dans neuf cas, soit à peine le quart (dont sept entreprises employant vingt personnes et plus)9. Plus de la moitié d’entre elles autorisent l’usage des Tic à certains cadres seulement. Il est clair que le taux de pénétration des Tic est faible. Le manque d’initiation des dirigeants d’entreprises, donc l’absence de prédisposition à en reconnaître l’intérêt, est sans conteste un facteur favorisant un tel résultat. D’ailleurs, à la question de savoir si l’introduction des Tic est à conseiller aux entreprises, la plupart des dirigeants répondent : « très modérément » ; et ceux qui conseilleraient fortement une adoption des Tic sont une minorité (fig. 2).

Figure n° 2. Conseiller l’adoption de TIC aux autres entreprises

Figure n° 2. Conseiller l’adoption de TIC aux autres entreprises

Source : enquête Pme, 2004.

Conclusion

29Au vu des résultats de cette enquête préliminaire, nous constatons que l’introduction et l’utilisation des Tic dans les Pme tunisiennes est un processus au stade de l’enclenchement plus que de l’expansion. Il ne s’intègre pas réellement dans une stratégie de création de la valeur, mais s’inscrit plutôt dans une logique de facilitation du traitement des données. L’environnement, à la fois, interne et externe de l’entreprise exerce peu de pression afin que l’usage des Tic soit renforcé. Les signaux émanant de la politique volontariste de l’État pour diffuser ces technologies, ainsi que la présence de fournisseurs de matériel sur le marché, continuent de jouer un rôle moteur pour leur introduction dans les entreprises. Le poids du personnel en la matière reste faible pour deux raisons au moins : le nombre réduit de personnels qualifiés en Tic présents dans l’entreprise ; et la centralisation du pouvoir de décision au niveau de la direction le plus souvent peu familiarisée avec ces technologies. Une exploitation optimale de ces dernières entraînerait, sans aucun doute, des changements organisationnels ; or c’est à ce niveau que l’on observe le plus d’inerties.

30D’autres recherches conduites dans des organisations tunisiennes corroborent ces observations : l’implémentation de la liasse unique dans la gestion des opérations de commerce extérieur montre que ce produit (Tradenet) permettant l’échange de documents informatisés entre les divers intervenants « s’infiltre progressivement dans l’organisation » sans produire réellement des changements organisationnels (F. Bouaziz et J. Chaabouni, 2004). L’usage d’Intranet dans les entreprises a amélioré la circulation des flux d’information et réduit le temps de réponse aux demandes des clients sans produire d’effet significatif sur le processus de prise de décision (W. Bradaï et J. Chaabouni, 2004).

31À ce stade de la place faite aux Tic dans les entreprises, nous pouvons conclure que ces technologies sont perçues comme un produit de consommation utilitaire pour la réduction des coûts, plutôt que comme un véritable instrument de développement, de gestion, de changement organisationnel et de production de valeur ajoutée.

Bibliographie

Bibliographie

Amabile Serge et Gadille Martine, 2000, « Les Ntic dans les Pme : stratégies, capacités organisationnelles et performances différenciées », intervention faite à la 5e conférence de l’Aim, Montpellier, 8-10 novembre.

Amabile Serge et Gadille Martine, 2002, « Internet facteur de gain de productivité et de diversification dans les Pme : caractérisation des contextes d’usage », Revue internationale Pme, vol. 15, n° 3-4, 115-137.

Amabile Serge, Gadille Martine et Meissonier Régis, 2000, « Information, organisation, décision : étude empirique sur les apports des Ntic dans les PME “Internautes” », Systèmes d’information et Management, n° 1, vol. 5, 41-59.

Arcangeli Fabio et Genthon Christian, 1997, « Diffusion des nouveaux outils de communication : une comparaison France Italie », Sim, n° 3, 7-22.

Beisel Monika, 2004, “Wissensmanagement: Erfolgasfaktor für den Mittelstand?”, Rkw-Fachtagung. Informations systeme für den Mittelstand, Mainz, 17 juin.

Benghozi Pierre-Jean et Cohendet Patrick, 1999, « L’organisation de la production et de la décision face aux Tic », in Éric Brousseau et Alain Rallet (dir.), Technologies de l’information. Organisation et performances économiques, Paris, Commissariat général du plan, septembre. http://panoramix.univparis1.fr/ATOM/pdf/tic/ ticopechap2.pdf. Consulté en février 2002.

Bouaziz Fatma et Chaabouni Jamil, 2004, « Réseau public et changements organisationnels dans l’administration publique, les entreprises et les banques : quelles premières leçons tirées du réseau Tradenet ? », intervention faite au 9e colloque de l’Aim, Systèmes d’information : perspectives critiques, (Évry, France, 26, 27 et 28 mai 2004), 10 p.

Boyer Robert, 2001, « La diversité des institutions d’une croissance tirée par l’information ou la connaissance », in Centre Saint-Gobain pour la recherche économique (éd.), Institutions et croissance, Paris, Albin Michel, 327-398.

Bradaï Wafa et Chaabouni Jamil, 2004, « Changement organisationnel et Intranet. Cas du secteur de leasing en Tunisie », intervention faite au 9e colloque de l’Aim, Systèmes d’information. Perspectives critiques, (Évry, France, 26, 27 et 28 mai 2004).

Carrier Camille et Raymond Louis, 2002, « Le cyberentrepreneuriat : une étude exploratoire », Revue internationale Pme, vol. 15, n° 3-4, 139-162.

Ergenzinger Rudolf et Krulis-Randa Jan S., 2001, “Managementkonzept für die Unternehmungs-strategie in der Neuen Wirtschaft mit E-Business”, in R. Berndt (dir.), E-Business-Management, printemps, 81-105.

Gadille Martine et Iribarne Alain (d’), 2000, « La diffusion d’Internet dans les PME. Motifs d’adoption dans les réseaux et ressources mobilisées », Réseaux, n° 104, Paris, Éditions Hermès, 60-92.

Gélinas René, Halley Alain, Jacob Réal et Drolet Jocelyn, 1996, « Les caractéristiques et les spécificités de la PME : favorables ou défavorables au juste à temps ? », Revue internationale Pme, vol. 9, n° 2, 81-101.

Gilbert Patrick, 2001-2002, « (N) Tic et changement organisationnel », Gregor Working Papers, http://panoramix.univ-paris.fr/GREGOR.

Löpfe Philipp, 2000, “Die neue Sachlichkeit”, Tages-Anzeiger, n° 25, septembre.

Meissonier Régis, 1999, « Ntic et processus de décision dans les réseaux Pme-Pmi », rapport de recherche de l’Institut d’administration des entreprises, Université de droit, d’économie et des sciences, Aix-Marseille III, 30 p. http://www.univ-lille1.fr/bustl-grisemine/pdf/rapports/LP370-1999-561.pdf.

Monnoyer-Longé Marie-Christine, 2002, « Pme et technologies de l’information : de la prise de décision à la mise en œuvre », Revue internationale Pme, vol. 15, n° 3-4, 11-36.

Ouellet Patrice, 2001, Les affaires électroniques. Tendances et enjeux pour les PME québécoises, Montréal, Observatoire de développement économique.

Premkumar G. Prem et Roberts Margaret, 1999, “Adoption of new information technologies in rural small business”, Omega, International Journal of Management Science, vol. 27, 467-484.

Rocher Odile, 2003, « TIC, transformation de l’entreprise et conduite du changement », Actes du colloque Dares (Paris, 26 mars 2003), Paris, Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité.

Rogers Everett M., 1995, Diffusion of innovation, New-York, The Free Press.

Vacher Béatrice, 2002, « Dans quelle mesure les Tic jouent-elles un rôle stratégique pour les Pme », Revue internationale Pme, vol. 15, n° 3-4, 37-61.

Notes

1 Les fonctions assignées aux Tic dans les discours recueillis auprès des entreprises sont : fabriquer, montrer, socialiser et rassurer. Les entreprises ont été classées en cinq catégories : celles qui ne présentent qu’une fonction appelées « borgnes », celles qui se limitent aux deux fonctions fabriquer et montrer (les « sous pression »), celles qui combinent fabriquer et rassurer (les « fébriles »), celles qui présentent les deux fonctions fabriquer et socialiser (les « hyper actives ») et, enfin, celles où trois ou quatre fonctions sont assurées (les « intégrées »). Les « sous pression » sont poussées par leur environnement pour introduire les Tic (B. Vacher, 2002).

2 Les « intégrées » se caractérisent par l’intégration des Tic dans la stratégie et l’organisation (id., 2002).

3 Ce sont les entreprises dont les responsables ont relevé un double effet positif de l’usage de l’Internet sur les gains de productivité et la diversification (S. Amabile et M. Gadille, 2002, 121).

4 La terminologie utilisée entre guillemets est empruntée aux auteurs cités en référence.

5 Exception faite des entreprises qui se créent dans le secteur des Tic.

6 Pour être éligible, l’entreprise industrielle ou assurant une activité connexe à l’industrie doit disposer d’un fort potentiel de croissance, d’un marché porteur, être en activité depuis au moins deux ans et ne pas être en difficulté économique. Source : http://www.tunisieindustrie.nat.tn.

7 L’enquête a été conduite sur la base d’un questionnaire (quarante-trois questions combinant la forme ouverte et fermée) adressé aux chefs d’entreprises. Sur quarante questionnaires remis, trente-quatre seulement se sont avérés utilisables.

8 Cette dernière entreprise qui exerce dans le domaine de la congélation, emploie cinq cents personnes et dix cadres informaticiens.

9 Ce nombre correspond à celui des entreprises qui disposent d’un réseau Intranet.

Table des illustrations

Titre Figure n° 1. Acteurs influençant l’adoption de TIC
Légende Source : enquête Pme, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau n° 1. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion des ressources humaines (GRH)
Légende Source : enquête Pme, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau n° 2. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion de production (GP)
Légende Source : enquête Pme, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau n° 3. Introduction de l’ERP : logiciel de gestion commerciale (GC)
Légende Source : enquête Pme, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau n° 4. Introduction de l’ERP : logiciel de comptabilité
Légende Source : enquête Pme, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure n° 2. Conseiller l’adoption de TIC aux autres entreprises
Légende Source : enquête Pme, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable