Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

I. Des logiques d’appropriation des technologies de l’information et de la communication

Des logiciels libres pour le Maghreb ?

Des opportunités théoriques aux réalités empiriques

Marie Coris

Texte intégral

1Les pays du Maghreb ont récemment pris une double orientation en faveur de la diffusion des technologies de l’information et de la communication (Tic) : il s’agit, d’un côté, d’encourager leur usage par les acteurs privés et publics et, de l’autre côté, de positionner ces économies au sein d’industries à plus forte valeur ajoutée, parmi lesquelles se situent les secteurs liés aux Tic. Dans ce cadre, la question des opportunités portées par les logiciels libres peut se poser aux deux niveaux liés de l’adoption des technologies dans le processus d’informatisation des pays et des orientations du système productif dans la constitution d’une industrie Tic.

  • 1 Le code-source est la version d’un logiciel écrite en langage de programmation sur laquelle l’huma (...)

2Tels Linux, Apache, Sendmail ou OpenOffice, les logiciels libres désignent les logiciels généralement produits par les communautés de développeurs bénévoles et protégés par la licence Gpl (General Public License), principale licence de logiciel libre qui accorde les quatre droits illimités d’utilisation, de copie, de modification (pour cela, le logiciel est fourni sous forme de code-source)1 et de redistribution des modifications, à la condition que la version modifiée reste protégée par la même licence (éviter l’appropriation par un tiers). À l’inverse, les logiciels propriétaires, produits par les acteurs marchands (les éditeurs de logiciels comme Microsoft) sont protégés par des licences conférant un simple droit d’utilisation moyennant le paiement de royalties. En raison du modèle de propriété intellectuelle des logiciels libres et de leur mode de développement communautaire permettant leur test et leur amélioration par un très grand nombre de participants, il est souvent reconnu aux logiciels libres un certain nombre d’avantages technico-économiques : la réduction du coût, la fiabilité du logiciel (qualité et sécurité) et l’adaptabilité aux besoins des utilisateurs (liée à la liberté d’action sur le code-source). Ces avantages seraient à la base de la réputation des logiciels libres et expliqueraient leur adoption tant par les acteurs du secteur privé que par ceux du secteur public (Floss, 2002 ; Ida, 2001).

3Issus de la sphère de production non marchande des communautés, les logiciels libres parviennent à se diffuser et à concurrencer leurs équivalents propriétaires issus de la sphère marchande : en 2004, Linux détiendrait plus de 25 % de parts de marché sur le marché des systèmes d’exploitation pour serveurs, Apache, lui, près de 70 % sur celui des serveurs Web. Outre la diffusion non négligeable de certains d’entre eux, ils s’inscrivent désormais dans les stratégies de nombre de grands industriels de l’informatique (Ibm, Sun, Dell, Oracle, etc.) comme dans les politiques publiques d’informatisation. Les logiciels libres paraissent ainsi offrir un certain nombre d’opportunités dont se saisissent les acteurs, marchands et décideurs publics. Si le phénomène s’observe en premier lieu au sein des économies développées, il s’envisagerait avec d’autant plus de force dans le cas des économies du Sud.

4Du côté de l’utilisation, la question de l’adoption des principaux logiciels libres se pose dans le cas des pays où l’argument de la faiblesse des coûts de licence permettrait de penser l’information en dehors du piratage. Une action publique en faveur de leur adoption généralisée serait alors souhaitable. Du côté du système productif, il s’agit d’abord de considérer les avantages technico-économiques liés aux droits de modification et de redistribution du code-source concédés par les licences. Ayant permis la création d’activités marchandes au niveau international, cette caractéristique pourrait permettre au tissu industriel local des économies du Sud d’accompagner le mouvement d’adoption. Il ressort cependant que ces opportunités sont autant d’hypothèses à envisager en fonction des spécificités propres aux différents pays concernés. Dans le cas du Maghreb, la question des logiciels libres se pose en particulier pour le Maroc et la Tunisie où est affirmée la volonté d’y favoriser l’insertion des Tic et d’y constituer une industrie informatique. Après avoir rappelé les principales opportunités a priori portées par les logiciels libres pour les économies du Sud (M. Coris, 2005), nous les discuterons, sur la base des résultats d’une enquête de terrain réalisée auprès de différents acteurs privés et publics, tunisiens et marocains, afin de comprendre si et dans quelle mesure les logiciels libres peuvent être une option crédible pour les pays du Maghreb.

Des opportunités théoriques pour les pays du Maghreb : des hypothèses à tester

5Parce qu’ils semblent porteurs d’un certain nombre d’opportunités, théoriques ou génériques, la question de l’adoption des logiciels libres se pose aux deux types d’acteurs privés et publics. Il convient de les exposer en les considérant du côté de l’adoption puis de celui du système productif.

Les logiciels libres pour permettre l’informatisation sans le piratage : la nécessité d’une action publique

6L’informatisation se traduit a minima par l’utilisation d’un ordinateur équipé des principaux outils logiciels que sont le système d’exploitation, la suite bureautique, voire un navigateur Web et un outil de messagerie électronique. Dans le cas des solutions propriétaires, celles de Microsoft – Windows pour le système d’exploitation et Office pour la suite bureautique (incluant les outils Internet) – dominent le marché à l’international (tab. 1).

Tableau n° 1. Parts de marché (en %) de Microsoft à l’international (ordinateurs personnels)

Tableau n° 1. Parts de marché (en %) de Microsoft à l’international (ordinateurs personnels)

Source : élaboration d’après la presse, dont http://www.journaldunet.com/​chiffres-cles.shtml.

7La politique tarifaire de la firme se traduisant par un prix de vente unique, les coûts de licence de ces logiciels sont les mêmes quelle que soit la localisation des utilisateurs. Rapportés au Pib/hab. (tab. 2), ils peuvent expliquer le fort taux de piratage observable dans les pays du Maghreb (tab. 3), supérieur à 70 % au Maroc, à 80 % en Algérie et en Tunisie, quand il se limite à 35 % en moyenne dans l’ensemble du monde et à près de 20 % pour l’Amérique du Nord. Pour cohérentes qu’elles puissent paraître, il faut tout de même manier ces données avec prudence car elles ne sont que des estimations (réalisées par les éditeurs de logiciels). L’avantage en terme de coût des logiciels libres s’envisage d’abord comme un moyen de lutter contre le piratage.

Tableau n° 2. Coût de licence Microsoft comparé au PIB/hab. (2004)

Tableau n° 2. Coût de licence Microsoft comparé au PIB/hab. (2004)

Source : Banque mondiale, http://devdata.worldbank.org.

Tableau n° 3. Taux de piratage de logiciels

Tableau n° 3. Taux de piratage de logiciels

Source : Données issues du rapport de la Business Software Alliance (Bsa), www.bsa.org.

La prégnance de l’argument du coût

8Librement reproductibles, les logiciels libres ont un avantage indéniable face aux logiciels propriétaires puisque les coûts de licence associés sont nuls. Lorsque l’on considère ensuite le Tco (Total Cost Ownership), incluant en sus des seuls coûts de licence, le coût du matériel associé, les coûts de changement éventuels et les coûts des maintenances évolutive et corrective, certaines solutions à base de logiciels libres semblent toujours plus avantageuses que leurs équivalents propriétaires. Notamment, si les coûts des matériels sont sensiblement les mêmes, les coûts des maintenances corrective et évolutive sont moins élevés dans le cas de la solution libre puisqu’ils sont mutualisés au sein des communautés de développeurs en charge de l’évolution de ces logiciels (C. Genthon et D. Phan, 1999). Toutefois, cet argumentaire n’est valable que dans le cas d’une utilisation domestique. Dans le cadre d’une utilisation professionnelle (secteurs privé et public), le déploiement de solutions logicielles nécessite en général la mise en place d’un contrat de services incluant, a minima, la garantie, l’installation, la maintenance et le support, voire la formation des usagers à ces technologies. Il est alors nécessaire que des prestataires servent de relais commercial aux communautés dans la sphère marchande. Au niveau international, outre les sociétés spécialistes de ces logiciels, ce sont désormais une majorité de sociétés de services en ingénierie informatique (Ssii) traditionnelles et de nombreux acteurs généralistes de l’informatique (Sun, Ibm, Hp, Bull, etc.) qui intègrent les principaux logiciels libres dans leur offre commerciale.

  • 2 Ayant fait réaliser une étude comparative entre les deux solutions, “libre” et “propriétaire”, la (...)

9Non généralisable à l’ensemble des logiciels libres produits par les communautés, ce raisonnement concernerait en particulier le couple système d’exploitation (Linux à la place de Windows) et suite bureautique (OpenOffice à la place de la suite Office de Microsoft)2. Ce couple semble une option crédible pour penser, en dehors du piratage, l’informatisation des économies du Sud qui ont la possibilité d’accéder à des logiciels de haute qualité technique à un coût minimal. Cependant, une adoption généralisée de ces logiciels libres ne saurait être envisageable sans une action de la part des pouvoirs publics.

La nécessité de l’intervention publique pour favoriser l’adoption des logiciels libres

10Le particulier en tant qu’utilisateur ne se pose pas la question de la légalité et il n’a a priori aucune raison de changer de solution logicielle. Compte tenu des caractéristiques de bien en réseau du logiciel, ce n’est pas seulement une situation de monopole que Microsoft détient mais une situation de verrouillage de la base installée des utilisateurs. Ici, jouent principalement les effets d’apprentissage par l’usage – plus on utilise un logiciel, plus on le maîtrise et plus il devient performant – et d’aversion au risque – conduisant ceux qui seraient susceptibles de l’adopter à se rallier à la solution dominante (parce qu’elle est dominante) et à ne pas prendre le risque de retenir une solution moins diffusée (B. Arthur, 1989 ; D. Foray, 1989).

  • 3 En Ukraine, par exemple, où le taux de piratage des logiciels commerciaux est estimé à 91 %, l’ins (...)

11D’un côté, la migration vers un autre logiciel implique un coût de changement indirect lié à la perte d’apprentissage et à la nécessité de se former à la nouvelle technologie (C. Shapiro et R. Varian, 1999). Parce qu’il les pirate, les logiciels de Microsoft sont gratuits pour l’utilisateur final qui ne voit plus un avantage mais un inconvénient à adopter les logiciels libres. Afin de pallier ces coûts de changement, les pouvoirs publics, dans leur volonté de favoriser l’informatisation du système scolaire, pourraient pousser à l’adoption des logiciels libres dans les écoles, dans un but d’apprentissage. D’un autre côté, l’aversion au risque se traduit par le phénomène de backward induction selon lequel chacun attend que les autres se décident à adopter une nouvelle technologie avant de le faire (J. Farell et G. Solaner, 1986). L’adoption de ces logiciels libres par le secteur public semblerait alors doublement souhaitable. D’une part, elle pourrait avoir un effet d’entraînement sur le secteur privé et les particuliers. Ainsi, cette reconnaissance officielle les crédibiliserait auprès de l’ensemble des adopteurs potentiels. D’autre part, les pouvoirs publics peuvent être encouragés à adopter les logiciels libres dès lors que le piratage ne concerne pas seulement les particuliers mais l’ensemble du système économique, au premier rang duquel le secteur public lui-même3.

Du choix économique au choix politique : l’argument de l’indépendance technologique

  • 4 Le portail de l’Ida (Interchange of Data between Administrations) recense les rapports rendus publ (...)

12Au cours des dernières années, de nombreux organismes publics ont fait réaliser des rapports4 dont l’objectif partagé est de « tenter de mieux comprendre les logiciels libres et les enjeux qui s’y rattachent, en vue de guider l’élaboration des politiques publiques, les politiques en matière d’approvisionnement, ainsi que le développement et l’utilisation de logiciels libres par les gouvernements » (Can, 2003, 43). Les pouvoirs publics y sont considérés en tant qu’institutions politiques, dont le rôle consiste, dans la définition des politiques relatives aux technologies de l’information et de la communication à garantir un libre accès à l’information publique, à maintenir la permanence des données, à assurer la sécurité des données publiques fournies par les citoyens et à éviter les dépenses publiques inutiles (Floss, 2002). À ce titre, il ressort de certaines des études menées que les caractéristiques des logiciels libres sont porteuses de trois enjeux majeurs, non plus seulement technico-économiques, mais aussi politiques.

13C’est d’abord l’argument du coût qui devient d’autant plus décisif qu’il s’agit d’investir l’argent public (Ida, 2001). C’est ensuite l’argument de la transparence qui est avancé : l’ouverture du code-source est un moyen de garantir la transparence du traitement des données publiques (le logiciel n’est plus une “boîte noire” pour l’administration utilisatrice) et fait aussi figure de gage de sécurité (les logiciels dont le code-source est ouvert, sont réputés pour leur moindre vulnérabilité aux attaques virales) (Floss, 2002). Enfin, le principal argument politique d’une adoption des logiciels libres est celui de l’indépendance technologique vis-à-vis des éditeurs (Ida, 2001). L’indépendance revêt une dimension politique car la dépendance est directement liée au niveau de contrôle que les acteurs marchands peuvent exercer sur les solutions logicielles et, par là, sur le système d’information. Les droits de propriété étant mutualisés, ils ne peuvent être revendiqués par aucun acteur en particulier. La disponibilité du code-source garantit la pérennité des logiciels utilisés par les administrations puisqu’ils ne dépendent plus de la survie de l’acteur marchand. De plus, elle permet aux institutions publiques de réaliser ou de faire réaliser les adaptations qu’elles souhaitent sans dépendre de la volonté et des tarifs d’un éditeur en particulier, c’est-à-dire de prendre en main les évolutions du système d’information (Floss, 2002).

14De nature plus politique, ces arguments sont souvent exposés et pris en compte dans les décisions publiques d’adoption des logiciels libres par les pouvoirs publics. Cependant, la grande majorité des rapports et études remis aux autorités font le constat d’une diffusion sous-optimale des logiciels libres. Dans le cas des économies développées, le degré de verrouillage autour des solutions de Microsoft augmenterait considérablement les coûts de l’adoption des logiciels libres en raison notamment des coûts de changement liés à l’apprentissage. Dans les économies du Sud en revanche, les avantages théoriques des logiciels libres devraient prendre d’autant plus de poids que le champ des possibles est encore largement ouvert, le processus d’informatisation étant à peine enclenché. Plus encore, l’argument de l’indépendance technologique ne se considère pas seulement du point de vue de l’État, mais également de celui des industriels de l’informatique. Les opportunités des logiciels libres pour le système productif sont à considérer, notamment dans les pays où l’industrie du logiciel est soit en émergence, soit largement dominée par les industriels occidentaux.

Les opportunités des logiciels libres dans la constitution d’une industrie TIC : la prégnance de l’argument de l’indépendance technologique

15Il ne s’agit pas ici d’envisager la question de la production de logiciels libres par les entreprises mais celle de leur utilisation en tant que support des activités informatiques, telle leur intégration dans les offres commerciales des firmes ou leur développement à partir d’outils de programmation en Gpl. De ce point de vue, leurs enjeux pour le système productif des pays du Sud concernent d’abord la création d’activités marchandes qui accompagnerait le processus d’adoption. Ensuite, la participation à leur développement, c’est-à-dire la participation des entreprises et des individus aux communautés de développeurs, serait porteuse d’opportunités, qui sont à différencier selon le niveau de maîtrise de l’informatique : elle ferait figure de vecteur, d’une part, de rattrapage technologique et, d’autre part, de passage d’une logique d’exécution à une logique de conception pour les économies qui disposent d’une industrie du logiciel.

Vers la création d’activités marchandes

16Produits par les communautés de développeurs, les logiciels libres sont disponibles sous forme de code-source brut s’adressant aux experts de l’informatique. Ils ne sont pas commercialisables en l’état. L’objet des sociétés de distribution de Linux (RedHat, Mandrake, SuSE, Caldera, etc.) est de vendre les services nécessaires au passage d’un produit communautaire à un produit commercial (F. Horn, 2001), c’est-à-dire de fournir un logiciel prêt à l’emploi, répondant aux besoins des utilisateurs, dans les fonctionnalités et la facilité d’utilisation du logiciel, mais aussi par la fourniture des services de garantie et de maintenance (J. Lerner et J. Tirole, 2002). En jouant de l’adaptabilité permise par l’ouverture du code-source, chaque société propose différentes versions du système d’exploitation Linux, sortes de packages comprenant le noyau et différents utilitaires ainsi qu’un certain nombre de services, le contenu des packages étant différencié selon les segments de marchés auxquels elle s’adresse. Le mode de développement communautaire de Linux est plus encore à l’origine de l’émergence de ces sociétés : la répartition des coûts fixes de développement sur les membres des communautés abaisse les barrières à l’entrée pour ces entreprises qui n’ont plus à respecter le seuil de rentabilité devant couvrir les coûts fixes de développement (C. Genthon et D. Phan, 1999).

  • 5 Le choix a été fait de retenir la version Freedows de Linux développée par la Banque fédérale du B (...)

17Outre la lutte contre le piratage, une adoption généralisée de Linux de la part des pays du Sud pourrait ainsi leur offrir de nouvelles opportunités : il est possible de profiter de l’ouverture du code-source pour adapter le système d’exploitation en favorisant l’industrie nationale plutôt qu’en dépendant des éditeurs occidentaux (indépendance technologique). L’adaptation au marché local – linguistique, culturelle ou fonctionnelle – peut être réalisée “sur mesure” par des acteurs implantés sur le territoire national, l’ensemble des services nécessaires de garantie, de maintenance, d’expertise ou de formation générant des sources de profitabilité et de rentabilité pour les acteurs marchands. Ainsi, au Brésil, l’entreprise Connectiva propose, depuis 1995, une version brésilienne de Linux et, depuis fin 2003, le gouvernement s’est véritablement rallié au logiciel libre5.

  • 6 L’enquête du projet Floss est, aujourd’hui, la plus importante réalisée auprès des membres des com (...)
  • 7 Les taux sont exprimés en pourcentages représentant le nombre de répondants du pays, rapporté au n (...)

18La création de ces activités marchandes suppose cependant de disposer des compétences de logiciels libres sur le territoire national. Or, d’après les données d’enquêtes disponibles, il apparaît que les économies du Sud ne participeraient encore que faiblement à leur développement. Selon l’enquête Floss6, seuls certains de ces pays afficheraient une participation non nulle : 0,72 % pour le Brésil, 1,9 % pour l’Inde. Mais elle est nulle pour l’Algérie, le Maroc et la Tunisie7. Ce constat renforce l’idée qu’une action publique sur le système de formation est nécessaire dans le cas où ces pays souhaiteraient s’engager dans une politique d’adoption des logiciels libres. Par ailleurs, la participation au développement des logiciels peut s’envisager comme une voie possible de rattrapage technologique (R. A. Gosh, 2004).

La participation au développement des logiciels libres pour combler le retard technologique

19Les projets logiciels des communautés constituent une sorte d’université universelle et gratuite de la programmation. Tout d’abord, le simple fait d’avoir accès au code-source des logiciels permet d’en étudier la structure et de comprendre comment ils fonctionnent : les informaticiens peuvent s’en servir comme autant de cas pratiques, sorte d’exercices de programmation. Ensuite, la participation aux mailing-lists et aux forums de discussion associés à ces projets leur permet de suivre l’évolution d’un programme, notamment dans le processus de sélection des différentes propositions d’amélioration ou de modification. Cette forme d’apprentissage est facilitée par le fait que la conception des logiciels libres mobilise une base de connaissances relativement étroite (M. Coris et Y. Lung, 2004). En effet, les compétences nécessaires à la programmation, si remarquables qu’elles puissent être, sont peu diversifiées. D’après l’enquête Floss, trois principaux langages de programmation (C, Html et Unix), figurant en tête des langages de programmation les plus connus, seraient particulièrement utilisés et partagés par les membres des communautés du libre (respectivement par 86,5 %, 84,8 % et 77, 9 % d’entre eux). Enfin, la participation active aux projets de ces mêmes communautés est source d’apprentissage par la pratique qui découle de la participation à un effort collectif et d’apprentissage par l’interaction qui résulte de la confrontation des développeurs avec un code-source provenant de multiples contributions et cumulant donc de nombreux savoirs (J.-B. Zimmermann, 2003).

20La participation au développement de logiciels libres ne s’appréhende pas seulement comme une voie possible d’apprentissage de la programmation. Pour quelques pays, elle peut devenir, dans une certaine mesure, source d’indépendance technologique de l’industrie informatique.

Le passage d’une logique d’exécution à une logique de conception

21Les opportunités des logiciels libres, pour l’industrie du logiciel des économies du Sud, trouvent à s’exprimer à travers l’exemple suivi par la zone Asie (Chine, Japon et Corée du Sud). Initiée en 2003, l’initiative Asianux – projet de développement d’une version asiatique de Linux réunissant les autorités chinoises, japonaises et sud-coréennes – témoigne ainsi d’une volonté forte de se rallier au logiciel libre non seulement pour pallier le problème du piratage (supérieur à 90 % dans le cas de la Chine) mais aussi pour s’affranchir de la domination occidentale. L’enjeu serait double pour ces trois pays dont le domaine de spécialisation informatique se situe historiquement au niveau des composants électroniques et se diversifie aujourd’hui par le développement d’une industrie du logiciel.

22D’un côté, les géants asiatiques de l’électronique (Nec, Sony, Matsushita) – spécialistes des Smart Devices (appareils électroniques grand public de type assistants personnels numériques) – devant être équipés d’un système d’exploitation à part entière, se saisissent des opportunités de Linux pour les systèmes embarqués. L’argument de Linux, dans ce cas, est le même que celui qui, dès le début des années 2000, a joué en faveur de la mise en compatibilité avec Linux des produits de firmes comme Sun, Dell, Hp, Oracle et Ibm. Favoriser la standardisation autour du système d’exploitation permet, parce qu’il est libre, un recentrage de la firme sur son cœur de métier sans qu’elle ait à choisir entre la dépendance au fournisseur du système d’exploitation et le développement en interne d’un système d’exploitation parfaitement interopérable avec ses propres produits (Floss, 2002).

  • 8 Pour illustrer ce propos avec le cas de la Chine, nous pouvons citer la récente insertion dans le (...)

23D’un autre côté, la zone asiatique cherche à développer une industrie domestique du logiciel pour s’affranchir d’un rapport de domination. En effet, les économies du sud sont en général réduites à sous-traiter les projets des multinationales et Ssii européennes et nord-américaines. Ces firmes cherchent avant tout à profiter d’une main-d’œuvre de qualité à moindre coût, qu’elles trouvent par exemple en Chine et en Inde (B. Kogut et A. Metiu, 2001). Si les opportunités du offshore restent partiellement discutables au sens où toutes les activités ne sont pas délocalisables (M. Lacity, L. P. Wilcocks et D. F. Feeny, 1996), elles sont bien réelles pour ce qui est, notamment, des activités de développement. En effet, seules les activités d’exécution seraient délocalisées, comme dans le cas récent du Maghreb, ainsi qu’en Europe de l’Est et en Russie. Or, lorsqu’une firme délocalise la réalisation d’un logiciel, elle reste propriétaire des droits de propriété intellectuelle et de tous les bénéfices de son exploitation. Elle ne fait ainsi que vendre du temps de programmation, indépendamment des profits que généreront les logiciels réalisés. Le modèle de propriété intellectuelle proposé par le logiciel libre pourrait, en étant adapté, permettre de repenser la répartition des profits, voire de passer d’une logique d’exploitation à une logique de partenariat8. Les hypothèses qui viennent d’être posées sont résumées dans le tableau n° 4.

Tester ces hypothèses dans le cas des pays du Maghreb : la mise en place d’une enquête de terrain

Tableau n° 4. Les opportunités théoriques des logiciels libres en forme d’hypothèses

Tableau n° 4. Les opportunités théoriques des logiciels libres en forme d’hypothèses

Source : élaboration M. Coris.

24Que l’on considère la seule question de l’adoption ou que l’on prenne en compte les enjeux liés au système productif de l’industrie Tic des économies considérées, deux dimensions complémentaires sont au cœur de la dynamique : le rôle des pouvoirs publics et celui du système de formation. Ces deux pôles apparaissent ainsi au cœur de la grille d’analyse schématisée par la figure n° 1, résumant les principales hypothèses posées et synthétisant les différentes interactions et rétroactions à considérer. Ainsi, la place centrale occupée par la sphère publique ne s’explique pas seulement par les effets directs des décisions de politique publique (sur l’adoption des logiciels libres par les acteurs publics et sur l’intégration de ces logiciels dans le système de formation) mais surtout par les effets d’entraînement qu’elle pourrait avoir en “annihilant”, du moins pour partie, les facteurs de blocage à l’adoption des acteurs privés (firmes et particuliers). Il convient par ailleurs de noter l’importance que pourrait prendre la rétroaction positive entre adoption par les acteurs publics (puis par les acteurs privés) et développement de prestataires spécialisés : nous avons vu que, dès lors qu’elle concerne une utilisation professionnelle, l’adoption de logiciels ne peut se faire sans la fourniture d’un ensemble de prestations de services et, réciproquement, l’existence d’une offre de prestations crédibilisent ces logiciels et encouragent par là leur adoption. Il semble évident que le développement des prestations de logiciels libres ne dépend pas seulement de la prise de décision publique concernant l’adoption de ces technologies mais qu’il doit aussi reposer sur le développement de ces compétences, notamment par le biais du système éducatif et de formation. Sans reprendre l’ensemble des arguments développés plus haut, il convient de souligner l’interdépendance entre les différentes hypothèses.

Figure n° 1. Récapitulatif des hypothèses à tester et leurs interactions

Figure n° 1. Récapitulatif des hypothèses à tester et leurs interactions

Source : élaboration M. Coris.

  • 9 Au total, nous avons pu mener une trentaine d’entretiens.

25Poser ces hypothèses permet de clarifier les opportunités qu’offrent les logiciels libres pour les économies du Sud. Cependant, cette clarification supposerait de raisonner toutes choses égales par ailleurs, c’est-à-dire en considérant ces économies comme un ensemble homogène et en isolant la question des logiciels libres. Or, celle-ci ne peut se poser sans tenir compte des spécificités locales et politiques. Aussi nos hypothèses doivent-elles être testées et discutées en fonction des différents contextes envisagés. Pour ce faire, nous avons mis en place une analyse empirique portant sur le cas particulier de la Tunisie et du Maroc, pour lesquels peu d’études ou de données consacrées à la diffusion des logiciels libres sont actuellement disponibles (M. Baccouche, H. Gmiha et N. Haouel, 2004). Seules les associations tunisiennes et marocaines de promotion des logiciels libres diffusent des informations concernant leurs opportunités supposées. Afin de comprendre si et dans quelle mesure ils peuvent être une option crédible, nous avons procédé à une enquête qualitative qui permet d’identifier les facteurs explicatifs d’un encouragement à leur utilisation, le cas échéant, ou, dans le cas contraire, ce qui justifie les réticences ou les blocages. Nous avons eu recours à une méthodologie d’enquête par entretiens semi-directifs, qui permet de confronter les témoignages des acteurs, entre eux et par rapport aux autres sources d’information, c’est-à-dire d’effectuer un travail de déconstruction/reconstruction des discours, comme de les comparer aux hypothèses posées au niveau théorique. Cela supposait également d’examiner les différents points de vue des pouvoirs publics et des acteurs impliqués (privés et associatifs). Ainsi différents acteurs ont été rencontrés dans le cadre de deux séries d’entretiens menés au Maroc (mars 2005) et en Tunisie (avril 2005) : institutionnels en charge des politiques d’informatisation du pays ; certains représentants d’institutions ou d’entreprises publiques ; associations « Logiciels libres » ; responsables de sociétés informatiques se positionnant vis-à-vis des logiciels libres ou les intégrant au sein d’une gamme d’activités plus vaste ; responsables de systèmes de formation publics et privés9.

Des opportunités théoriques aux réalités empiriques : tester les hypothèses posées dans le cas des pays du Maghreb

26Les résultats de l’enquête de terrain montrent qu’il existe un très fort contraste entre le Maroc et la Tunisie dans leur positionnement quant au logiciel libre. Pris séparément et considérés dans leur opposition, ces deux cas de figure nous permettent de discuter les hypothèses posées et leurs interactions supposées.

Les logiciels libres au Maroc et en Tunisie : deux situations diamétralement opposées

27En Tunisie, une volonté politique forte d’encourager l’utilisation des logiciels libres semble contrariée par la lenteur de la concrétisation de cette politique et par le manque de relais au niveau micro-économique. Au Maroc en revanche, la situation paraît inversée dans la mesure où il peut être fait état d’un certain dynamisme, au niveau micro-économique, qui entre en contradiction avec l’absence d’une prise en considération des pouvoirs publics.

En Tunisie : de l’affichage d’un plan d’action à sa concrétisation

28Dès 1999, est mis en place un atelier de réflexion sur les opportunités qu’offrent les logiciels libres et, en juillet 2001, un conseil des ministres consacré au secteur informatique, en général, définit un programme national d’action, voulant inciter les entreprises à : 1) passer des logiciels propriétaires aux logiciels libres ; 2) généraliser leur enseignement dans les différents cycles scolaires et universitaires ; 3) aider les petites entreprises de ce secteur ; 4) diffuser la culture des logiciels libres à travers l’organisation de séminaires (E. Nciri, 2002). Le secrétaire d’État chargé de l’Informatique et de l’Internet est tenu de veiller à la réalisation de ce programme.

  • 10 On notera la tentative de mise en place d’une formation aux logiciels libres des formateurs au sei (...)

29Des séminaires de sensibilisation aux logiciels libres sont organisés, courant 2001, par le ministère des Technologies de la Communication en partenariat avec l’association Atu2l, où est évoquée la réalisation de projets d’informatisation des administrations publiques sous logiciels libres. Toutefois, seules quelques actions relativement isolées semblent avoir été effectivement menées10. En 2003, le plan d’action est mis en œuvre par la création d’une unité de gestion par objectifs dans le domaine des logiciels libres, constituée par le décret n° 2003-1249. Le secrétariat d’État auprès du ministère des Technologies de la Communication devient « chargé de l’Informatique, de l’Internet et des Logiciels libres ». Le plan d’action se concrétise, à partir de 2004, en précisant ses trois objectifs principaux : a) diffuser la culture des logiciels libres au sein des différents organismes publics ; b) faire migrer des applicatifs et réaliser des solutions basées sur des logiciels libres au sein des organismes publics ; c) introduire des logiciels libres au sein du système éducatif.

30Pour le premier objectif, le secrétariat d’État organise ou soutient des séminaires et autres manifestations sur la thématique des logiciels libres. Les appels d’offre se multiplient pour la formation des cadres d’entreprises et d’administrations tunisiennes aux logiciels libres : 210 cadres auraient été certifiés Linux en 2004 et autant en 2005. La multiplication des appels d’offre publics se traduirait par une augmentation sensible de la demande de formation aux logiciels libres enregistrée par le Centre national de l’informatique (Cni). En outre, l’action de sensibilisation des administrations et des entreprises publiques (sous la forme d’un séminaire interne) a concerné dix entreprises publiques en 2004, treize en 2005. Ici le politique cherche moins à imposer l’utilisation exclusive des logiciels libres (il n’existe pas de directives réglementaires allant dans ce sens) qu’à encourager leur adoption.

31Pour le deuxième objectif, le département « Logiciels libres », créé en 2004 au sein du Cni, est chargé de réaliser une étude portant sur la migration des applications nationales sous logiciels libres. Ce projet devrait se traduire par la publication d’un Guide de migration technique, migration prévue à l’horizon 2009. Cette étude est volontairement centrée sur les questions techniques, afin de ne pas biaiser la concurrence entre logiciels libres et logiciels propriétaires. Du côté des réalisations logicielles, la quasi-totalité des dix projets « e-administration » aujourd’hui opérants et des cinquante devant l’être avant la fin 2006 sont basés sur des logiciels libres. Parmi ces entreprises publiques, quatre dont le Cni et Tunisie Telecom sont fréquemment mises en avant, notamment dans la presse : pour elles, le logiciel libre devrait être utilisé autant que possible. Bien que la mise en avant de ces initiatives au sein des entreprises publiques garde un caractère officiel, l’identification de l’orientation “logiciels libres” à la volonté présidentielle peut avoir un certain effet d’entraînement au sein des entreprises publiques tunisiennes.

32Le troisième objectif, quant à lui, tend à renforcer l’enseignement de l’informatique et à introduire celui des logiciels libres aux différents niveaux de la formation initiale et de la formation professionnelle. Dans le cadre du Lmd, la Tunisie participe à la création du master européen commun d’informatique spécialisé en logiciels libres. Leur introduction dans différents masters est actuellement en discussion. Dans le premier cycle universitaire, une tentative de réforme du module d’informatique, obligatoire et commun à l’ensemble des filières, est en cours, visant à introduire ce type d’enseignement à côté de celui des principaux outils logiciels propriétaires. Des réformes devraient être engagées dans le même sens au sein des établissements délivrant un diplôme en informatique ou en multimédia. Enfin, dans le cas de l’introduction de l’enseignement de l’informatique au sein de l’école primaire, la question des logiciels libres est également soulevée.

33Avec la mise en œuvre du Plan d’action national en matière de logiciels libres, la Tunisie présente un cas de figure où les pouvoirs publics impulsent une dynamique en jouant, à la fois, sur l’effet d’entraînement lié à l’adoption par la sphère publique et sur le rôle primordial du système de formation. Cependant, cette volonté politique tend à manquer de relais, et la dynamique ne semble pas s’enclencher. Par exemple, on ne dénombre que peu d’entreprises spécialisées en ce domaine. Bien que l’élargissement de l’enseignement de l’informatique au “libre” soit en cours de négociation, rares sont encore les écoles d’ingénieurs ou les universités qui proposent une formation spécifique. Lorsque c’est le cas, peu d’heures leur sont réservées. Parmi les trois principales associations « Logiciels libres » tunisiennes, l’une est virtuelle au sens où elle n’a pas de structure juridique et a pour finalité d’être un portail d’information, la deuxième et principale association n’a pas de site Web en activité. La plus active est certainement le club LibertySoft des étudiants de l’Insat qui pourtant dispose de peu de moyens. Enfin, il faut noter que les entreprises publiques ne s’orientent pas toutes vers l’adoption des logiciels libres.

34Ces éléments contrastent avec l’affichage et la persistance à vouloir encourager leur utilisation. Est-ce la lenteur de la mise en œuvre du plan national d’action, encore en phase de démarrage, ou est-ce d’autres facteurs de blocage qui rendent cette politique partiellement inopérante ? Avant d’en discuter, il convient de comparer la situation du Maroc à celle de la Tunisie.

Au Maroc : une absence de volonté politique malgré une dynamique individuelle

  • 11 Elles organisent fréquemment des rencontres, séminaires et ateliers sur les logiciels libres, comm (...)
  • 12 Le dossier de demande de création déposé par le Maroc (piloté par l’université Mohammedia) a été r (...)
  • 13 Cf. « Ncd, la petite société marocaine qui suscite l’intérêt de Microsoft », Les Échos, 4 janvier (...)

35On dénombre au Maroc un nombre plus important qu’en Tunisie, bien que limité, de sociétés informatiques affichant un positionnement “logiciels libres”. Surtout, nombreuses sont les associations promouvant le logiciel libre qui diffusent une abondante information11. Dans le cadre de l’appel d’offre lancé fin 2004 par l’Agence universitaire de la francophonie pour la création de centres C3ld (Centre Linux et logiciels libres pour le développement) – dont l’objectif est, sur une période de deux ans, de proposer des séminaires de sensibilisation, des sessions de formation et des projets de développement12. La micro-entreprise marocaine Ncd a récemment fait l’objet de plusieurs articles dans la presse française13 concernant la réalisation d’une solution de bureau virtuelle sur clef Usb, basée sur une vingtaine de logiciels libres. La société aurait d’ailleurs été démarchée par de nombreuses sociétés internationales et elle envisagerait, à l’heure actuelle, une coopération avec une entreprise française afin de commercialiser le produit. En parallèle, la presse marocaine s’est fait l’écho du projet Trios, une distribution marocaine de Linux adapté au marché local, développé au sein d’une autre petite société marocaine spécialisée dans le logiciel libre, Osmium Work.

36Le Maroc paraît donc emprunt d’un grand dynamisme en faveur des logiciels libres alors qu’aucune orientation gouvernementale spécifique n’est publiquement affichée. Cependant, un secrétariat d’État de la Poste, des Télécommunications et des Technologies de l’Information (Septi) a été créé en 1997 avec pour principale mission de mettre en œuvre une stratégie nationale globale permettant l’entrée du Maroc dans la société de l’information. Dans le cadre d’un plan quinquennal, les objectifs étaient de : 1) réaliser le développement d’un réseau inter-administrations ; 2) favoriser l’émergence d’un secteur Tic ; 3) développer la formation (publique et privée) ; et 4) généraliser l’utilisation à ces technologies. La question des logiciels libres aurait pu être posée. Or elle n’apparaît pas réellement en dehors de la campagne internationale contre le piratage des logiciels, récemment lancée et soutenue par le gouvernement marocain. Les pouvoirs publics n’émettent pourtant pas d’opposition à l’utilisation des logiciels libres. On le voit en particulier dans la réforme des appels d’offre publics : alors qu’auparavant les marques de logiciels pouvaient y figurer, ils sont désormais neutres, le choix devant s’effectuer selon la règle du mieux-disant et non en fonction du type de logiciel proposé. Cependant, le gouvernement refuse de se prononcer en faveur d’une adoption des logiciels libres dans la mesure où aucun intérêt ne viendrait justifier leur promotion. Pour lui, l’édiction de directives ou de recommandations signifierait “déclarer la guerre” aux éditeurs de logiciels propriétaires. Ceci entrerait en contradiction avec la volonté d’encourager l’implantation des éditeurs étrangers de logiciels sur le territoire dans le cadre de la sous-traitance.

37Le dynamisme des associations promouvant le logiciel libre, ainsi que le phénomène de création de toutes petites sociétés spécialisées en ce domaine, peuvent se lire en opposition au choix gouvernemental. Il existe un mouvement militant relativement important en faveur du logiciel libre. Les différents acteurs rencontrés (gérants de sociétés ou membres d’associa-tions) affichent une attitude quasi radicale. Pour certains, le logiciel libre devrait, à terme, s’imposer car il serait la meilleure voie possible pour l’informatisation du pays. Les associations défendent le point de vue selon lequel les logiciels libres sont un moyen de réduire la fracture numérique en permettant l’appropriation des technologies. Il existe aussi une forte contestation de la politique actuellement menée dans le secteur des Tic qui, selon eux, réduirait l’avenir du Maroc à celui d’une zone de sous-traitance pour l’Europe, voire pour les États-Unis. L’action militante (menée dans le cadre des associations) se double d’une démarche plus pragmatique visant à démontrer les avantages des logiciels libres à l’intérieur des entreprises privées au sein desquels les membres des associations travaillent. Cependant, l’activité des sociétés spécialisées peine à décoller et les actions sur le système de formation restent encore assez limitées, les logiciels libres n’étant que très rarement intégrés dans les programmes de formation.

38Les deux cas du Maroc et de la Tunisie apparaissent très largement contrastés. Quelles que soient les opportunités supposées des logiciels libres pour les économies du sud, ce constat confirme qu’il serait vain de raisonner, toutes choses étant égales par ailleurs, sans tenir compte des spécificités des différents pays, notamment des intérêts croisés entre gouvernements et éditeurs de logiciels des pays développés.

Retour sur les hypothèses de départ

39Parce qu’ils sont largement antithétiques, les cas marocain et tunisien permettent de tester nos hypothèses, telles que schématisées dans leurs interactions par la figure n° 1. Du côté de l’adoption, il est possible de valider deux hypothèses combinées, celle de l’insuffisance de l’argument du piratage (H1) et celle de la nécessité d’une volonté politique forte (H2). Cependant, la persistance des facteurs de blocage, y compris dans le cas de la Tunisie, permet de montrer que la volonté politique seule n’est pas suffisante pour enclencher la dynamique d’adoption identifiée plus haut.

L’insuffisance des arguments économiques vers la remise en cause de H2

40L’argument du coût de licence est certes primordial pour envisager l’adoption des logiciels libres, mais il est loin d’être suffisant. Il ne saurait susciter un comportement d’adoption de la part des acteurs privés (entreprises et particuliers) marocains et tunisiens. Au Maroc comme en Tunisie, le piratage de logiciels est très répandu (tab. 3). On peut émettre l’hypothèse qu’en l’absence d’une alternative aux logiciels propriétaires et qu’en fonction de la politique tarifaire de prix unique appliquée par la firme Microsoft, il n’est pas d’autre choix que le piratage pour avoir accès à l’informatique. Toutefois, l’existence de logiciels libres comme Linux, Apache ou Open Office, ne remet pas en question les comportements individuels de piratage. Ainsi, la question se pose de savoir si l’enjeu du piratage ne pourrait pas plutôt susciter la réaction des pouvoirs publics. H1 et H2 seraient vérifiées. Or, les deux études de cas confirment que le seul argument du coût ne saurait être suffisant dans la mesure où l’éventualité d’une adoption des logiciels libres par le secteur public fait peser une sérieuse menace sur la firme Microsoft.

  • 14 Selon un mémo interne du responsable des ventes s’adressant à ses commerciaux, révélé par l’Intern (...)
  • 15 Le patron de Microsoft Europe a confirmé l’existence de ce budget. « Braderie anti-Linux toute l’a (...)
  • 16 « Microsoft s’emploie à bouter Linux hors des Administrations », 01 Informatique, 11 juillet 2003.
  • 17 « Chez Microsoft, c’est Paris à tout prix », Libération, 28 juin 2004.

41La politique de riposte de Microsoft menée au niveau international, conjuguée aux actions de la firme spécifiquement dirigées vers les économies du Sud, semblent en mesure de relativiser l’opportunité du coût lié aux logiciels libres. La firme Microsoft a récemment mis en place une politique commerciale à destination du secteur public visant à ne « perdre à aucun prix de parts de marché face à Linux »14, c’est-à-dire à accorder des remises exceptionnelles financées par le déblocage d’un budget de 180 millions de dollars annuels15. La réduction des tarifs ne fait pas encore l’objet d’une politique commerciale affichée mais, négociée au cas par cas, elle se généralise à la suite de l’initiative de la municipalité de Munich, décision qui aurait été prise malgré la proposition d’une remise sur tarif de 90 %16. Microsoft aurait aussi proposé une remise de 60 % du coût total de licence à la ville de Paris en juin 200417. De semblables mesures auraient par ailleurs permis à la firme d’empêcher la migration vers Linux des villes de Francfort (Allemagne), de Riga (Lettonie) et de Turku (Finlande). Surtout, Microsoft envisagerait désormais d’établir une politique tarifaire par pays ou par région, afin de concurrencer Linux et d’enrayer le piratage de ses logiciels.

42Dans le cas des économies du sud, la politique tarifaire de la firme se double de l’accord de partenariat signé le 17 novembre 2004 entre Microsoft et l’Unesco. Microsoft a ainsi rejoint la coalition des grands partenaires du secteur privé qui soutient la stratégie de l’Unesco visant à favoriser l’utilisation des Tic pour améliorer l’éducation et le développement social et économique de ces pays. Outre le don de progiciels, l’accord conclu avec la firme se donne notamment pour objectif de « développer un programme de formation des enseignants sur la façon d’intégrer les Tic dans les salles de classe ». Alors que nous avons souligné, à plusieurs reprises, le rôle clef du système de formation, l’accord de partenariat permet justement à Microsoft d’agir sur le système scolaire pour favoriser le verrouillage des utilisateurs sur ses produits. Il facilite, pour ceux qui choisiront de travailler dans le secteur de l’informatique, le développement des compétences autour des produits propriétaires de Microsoft.

43La seule prise en considération des arguments de nature économique (le lien entre coûts de licence et piratage) n’a aucune raison de susciter une réaction des pouvoirs publics et, par là, d’impulser une dynamique d’adoption généralisée, comme en témoigne le cas du Maroc où la “menace” des logiciels libres n’est utilisée qu’en vue d’obtenir des réductions tarifaires auprès des éditeurs internationaux. La politique tarifaire de la firme y est dénoncée, sur laquelle le gouvernement marocain souhaite faire pression. Deux exemples permettent d’illustrer le recours aux logiciels libres en tant que moyen de pression. Lors de la négociation de l’accord entre Microsoft et le ministère de l’Éducation nationale dans le cadre de la mise à niveau du système d’enseignement marocain en matière de Tic, l’hypothèse d’un recours aux logiciels libres aurait été évoqué pour obtenir de sensibles réductions tarifaires. Par ailleurs, une étude comparative entre logiciels libres et logiciels propriétaires, réalisée par l’association Osim pour le compte du ministère de la Justice, aurait servi de moyen de pression auprès de Microsoft Afrique pour obtenir une remise de 70 %. La stratégie de la firme Microsoft et les offres commerciales qu’elle semble en mesure de proposer confirment l’idée répandue que la concurrence exercée par les logiciels libres devrait faire baisser le prix des licences propriétaires. Plus qu’une réelle éventualité, annoncer une adoption des logiciels libres devient un argument de négociation.

44Ainsi, le cas du Maroc relativise H2 – ce ne sont pas des arguments économiques qui peuvent susciter la volonté publique d’encourager l’adoption des logiciels libres – qu’il convient alors de transformer en H2’ : l’adoption des logiciels libres est plus une décision de nature politique qu’économique. Le cas de la Tunisie confirme la transformation de H2 en H2’ dans la mesure où l’argument de la lutte contre le piratage, s’il est prégnant, s’accompagne d’une réelle prise en considération des enjeux politiques d’une adoption généralisée des logiciels libres. Ce serait l’ensemble des enjeux technico-économiques et politiques, tels qu’ils sont exposés dans le rapport présenté par E. Nciri (2002) à Genève lors de la Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement (Cnuced) de 2002, qui aurait été considéré et qui expliquerait la persistance de la volonté politique.

45Toutefois, si H1 et H2 se confirment en partie, c’est la dynamique même d’adoption qui semble discutable. Dans le cas de la Tunisie où l’action publique est en effet prégnante, la dynamique attendue, telle que mise en évidence dans la figure n° 1, ne paraît pas se produire. Ce constat relativiserait la capacité des pouvoirs publics à enclencher l’effet d’entraînement identifié au niveau théorique. L’on peut alors se demander si ce constat ne proviendrait pas plus de l’importance des facteurs de blocage à l’adoption des logiciels libres, en mesure de contrarier la dynamique mise en évidence, y compris au sein du secteur public lui-même, que du temps nécessaire à la réalisation des objectifs visés par le plan d’action.

La persistance des facteurs de blocage : de l’adoption des logiciels libres

46Alors que l’informatisation a été récemment engagée dans les pays du Maghreb, laissant ainsi supposer que le choix des technologies logicielles à adopter serait encore assez largement ouvert, la situation semble déjà “verrouillée” par les solutions des éditeurs de logiciels propriétaires. Les deux facteurs de l’apprentissage par l’usage et de l’aversion au risque semblent en mesure de bloquer l’enclenchement d’une dynamique d’adoption des logiciels libres, que ce soit dans le cas du Maroc où l’impulsion viendrait “d’en bas”, ou dans celui de la Tunisie où l’effet d’entraînement serait initié dans une optique descendante.

47Au Maroc comme en Tunisie, le principal facteur de refus d’une utilisation des logiciels libres – ou d’une migration des logiciels propriétaires vers les logiciels libres – serait lié à la prise de responsabilité qu’elle implique. Adopter les solutions commerciales les plus répandues constitue de ce point de vue une sorte de garantie, en raison de l’étendue de la base d’utilisateurs. On retrouve ainsi l’aversion au risque qui conduit les adopteurs potentiels à se rallier à la solution dominante (B. Arthur, 1989). En théorie, nous avons vu que ce facteur se traduisait par le phénomène de backward induction où chacun attend que les autres se décident à adopter une nouvelle technologie avant de le faire. En outre, l’implantation des logiciels libres se heurte à d’importantes difficultés par méconnaissance de ces technologies. En effet, le facteur de l’apprentissage par l’usage jouerait très fortement en faveur de Windows ou d’Office par exemple, quand la méconnaissance des logiciels libres rendrait les responsables informatiques encore plus adverses au risque, renforçant ainsi le premier facteur de blocage.

48D’une part, le cas du Maroc confirme que la réalisation de H3 (relative aux opportunités que les logiciels libres pourraient présenter pour l’industrie des Tic des économies du Sud) ne peut s’envisager sans une action des pouvoirs publics visant à impulser la dynamique d’adoption. C’est la première déclinaison de H3 qui est ici à envisager dans la mesure où la question du rattrapage technologique (deuxième déclinaison) ne se poserait pas dans le cas du Maghreb, le Maroc et la Tunisie étant reconnus pour la qualité de formation de la main-d’œuvre en informatique. Mais, aujourd’hui, les pays du Maghreb, notamment le Maroc, cherchent plus à s’inscrire dans le jeu de la sous-traitance internationale, dans le secteur des logiciels et services informatiques, qu’ils ne recherchent l’indépendance technologique de leurs économies par la voie des logiciels libres (la troisième déclinaison de H3 est rejetée). Les partenariats souhaités avec les grands éditeurs internationaux dans le cadre de la sous-traitance pourraient être fortement contrariés par un choix politique au détriment des solutions logicielles développées par ces mêmes acteurs. Le constat est de nature à remettre globalement en cause le schéma théorique proposé dès que l’on envisage les opportunités des logiciels libres non plus en les isolant mais en les considérant au regard de l’ensemble des questions liées à l’informatisation et au développement d’une industrie Tic dans les économies du Sud.

49D’autre part, le cas diamétralement opposé de la Tunisie où il existe une volonté politique affichée en faveur des logiciels libres, semble remettre aussi en question la dynamique des interactions entre acteurs publics et acteurs privés, ainsi qu’entre l’utilisation des logiciels libres et leur enjeux de support à l’industrie Tic. La dynamique ne serait pas en mesure de s’initier réellement. Le comportement de “suiveur” supposé par le phénomène de backward induction aurait pu s’enclencher : leur adoption par toute ou partie des administrations et des entreprises publiques aurait dû avoir un effet d’entraînement sur l’ensemble du secteur public, du secteur privé, ainsi que sur les particuliers. Or, il apparaît que la mise en œuvre du plan d’action tunisien ne parvient pas à enclencher cette dynamique. Ceci tiendrait à deux raisons liées. Il faut d’abord souligner que le plan d’action ne prévoit pas l’édiction de lois ou de réglementations visant à imposer l’utilisation des logiciels libres. Celle-ci est simplement encouragée : une fois informés, les responsables demeurent libres de choisir les logiciels qu’ils souhaitent utiliser. Il en résulte qu’en dehors des entités où les responsables informatiques sont personnellement convaincus de la nécessité de les adopter, la majorité des entreprises publiques et des administrations hésite à envisager une migration vers les logiciels libres. Ensuite, le plan d’action vise surtout une réduction de l’aversion au risque : à partir du moment où le décideur suit la recommandation qui lui est donnée, la responsabilité du choix ne lui incombe plus. Un autre argument vient appuyer l’opposition à l’utilisation des logiciels libres, celui du manque de prestataires qualifiés, et surtout du manque de références de ces prestataires. En Tunisie, nous n’avons pu dénombrer que quatre sociétés affichant un positionnement « logiciels libres », dont deux font face à d’importantes difficultés. Rares sont les entreprises et les administrations prêtes à leur accorder leur confiance. Du point de vue de ces sociétés et des défenseurs des logiciels libres, un cercle vicieux serait en train de s’enclencher : si personne ne leur confie d’importants projets, elles ne parviendront jamais à avoir les références nécessaires à l’obtention de contrats futurs. Seule, la volonté politique est insuffisante en ce qu’elle n’encourage pas suffisamment le développement des activités commerciales liées aux logiciels libres et qui sont nécessaires pour accompagner leur adoption. Le cas de la Tunisie montre ainsi dans quelle mesure une action politique d’accompagnement sur le système productif serait nécessaire. La mise en œuvre du plan d’action étant encore relativement récente, des mesures de ce type pourraient être envisagées. Cependant, alors que les grands noms de l’informatique comme Sun, Ibm et Hp crédibilisent les logiciels libres sur la scène internationale en les intégrant dans leur offre commerciale, leurs filiales marocaines et tunisiennes ne proposent ni ne communiquent sur ces logiciels.

50Deuxième pilier au cœur de la dynamique d’interactions identifiée dans la figure n° 1, le rôle central de la formation, semble confirmé. L’un des objectifs du plan d’action tunisien et des associations marocaines est justement de multiplier les séminaires et les manifestations visant à promouvoir l’utilisation des logiciels libres. Cependant, leur adoption suppose que ceux-ci soient maîtrisés par les prestataires et que les ingénieurs et les techniciens sachent les utiliser. Nous soulignons encore une fois la nécessité d’une action sur le système de formation qui, lorsqu’elle est envisagée, ne va pas sans se heurter à de nombreuses difficultés : en Tunisie, les négociations durent et ne voient pas arriver leur résolution dans un sens favorable à une véritable intégration des logiciels libres au sein des différents systèmes, initiaux et continus, de formation. Il semble peu probable que l’enseignement des logiciels libres se généralise à l’ensemble du système scolaire et universitaire tunisien. Mais, compte tenu de la faiblesse des retombées de l’action des pouvoirs publics, telles qu’elles sont actuellement observables, il y a fort à douter qu’une intégration de ce type d’enseignement dans les programmes scolaires soit suffisante pour enclencher une réelle dynamique d’adoption de ces logiciels.

Conclusion

51Les facteurs de blocage identifiés dans les cas marocain et tunisien démontrent la nécessité d’une intervention publique forte pour que l’utilisation des logiciels libres soit un vecteur d’informatisation sans piratage et d’indépendance technologique des économies maghrébines. Ils montrent aussi que l’implication politique demeure insuffisante tant que leur adoption reste simplement suggérée et que cette implication ne s’accompagne pas de mesures concrètes sur le système de formation et sur le système productif. D’après l’étude empirique que nous avons pu mener, il apparaît que la question des logiciels libres ne peut se poser qu’en référence à la situation de domination des éditeurs de logiciels propriétaires et, parmi eux, à celle de la firme Microsoft. Aussi les opportunités offertes par les logiciels libres sont-elles à relativiser en fonction des rapports que nouent les économies du Sud avec ces éditeurs et de la stratégie commerciale, voire des actions de lobbying, de Microsoft. Il ressort surtout de l’analyse que, si certaines des opportunités sont bien réelles, elles ne se posent pas de manière homogène pour l’ensemble des économies du Sud. Les contextes institutionnels et industriels au sein desquels se pose la question de l’insertion des logiciels libres diffèrent d’une zone géographique à l’autre et au sein d’une zone, d’un pays à l’autre, comme en témoigne le contraste entre le Maroc et la Tunisie. Force est alors de constater que l’existence même des opportunités théoriquement supposées des logiciels libres semble discutable. Notamment, il convient de ne pas isoler cette question, et de l’insérer dans un ensemble plus vaste de questionnements et d’orientations en cours concernant l’informatisation et la constitution d’une industrie Tic au Maghreb. Que signifierait l’adoption des logiciels libres au détriment de ceux des éditeurs avec qui des partenariats semblent actuellement souhaités ? L’adoption des logiciels libres par les économies du Sud ne serait-elle pas synonyme de marginalisation dans un contexte international où, si la question de sa généralisation est fréquemment évoquée par certains gouvernements européens, aucune décision ne semble encore aller véritablement dans ce sens ? Aussi convient-il de considérer le phénomène de backward induction non pas au niveau des différents types d’acteurs au sein d’un même pays, mais au niveau des pays eux-mêmes, en fonction de l’effet d’entraînement que pourraient avoir les économies développées sur celles du Sud.

Bibliographie

Bibliographie

Arthur Brian W., 1989, “Competing technologies, increasing returns, and lock-in by historical events”, The Economic Journal, n° 99, 116-131.

Baccouche Mehdi, Gmiha Hajer et Haouel Nadia, 2004, Les logiciels libres en Tunisie, rapport d’études, Tunis, Insat.

Can, 2003, Open Source Software in Canada, Rapport pour le gouvernement canadien, http://www.e-cology.ca/canfloss/report.

Coris Marie, 2004, Le logiciel libre : émergence et hybridation d’une alternative productive, thèse en sciences économiques, Université Montesquieu-Bordeaux IV.

Coris Marie, 2005, « Enjeux et opportunités des logiciels libres pour l’informatisation des pays du Sud », Cahier du Gres, n° 3, document de travail du Groupement de recherches économiques et sociales, Université Montesquieu-Bordeaux IV (Ifrede) : Université de Sciences Sociales, Toulouse I (Lereps), 14 p. beagle.u-bordeaux4.fr/portailgres.

Coris Marie et Lung Yannick, 2005, « Les communautés virtuelles : la coordination sans la proximité ? Réflexion sur les fondements de la coopération au sein des communautés du logiciel libre », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 3, 397-420.

Farrell Joseph et Saloner Garth, 1986, “Installed base and compatibility: innovation, product preannoucements and predation”, The American Economic Review, vol. 76, n° 5, 940-955.

Floss, 2002, Free/Libre and Open Source Software: Survey and Study, http://www.infonomics.nl/FLoss/report.

Foray Dominique, 1989, « Les modèles de compétition technologique, une revue de la littérature », Revue d’économie industrielle, n° 48, 2e trim., Paris, Éditions techniques et économiques, 16-34.

Genthon Christian et Phan Denis, 1999, « Les logiciels libres : un nouveau modèle ? », Terminal, n° 80-81, automne-hiver, Paris, L’Harmattan, 167-188.

Ghosh Rishab Aiyer, 2004, “The economics of free software – and why it matters for developing countries”, communication présentée à Usuaria 2004 – Software Libre Conference, Buenos Aires, 27-29 mai.

Horn François, 2001, « La diversité de l’économie du logiciel : pluralité et dynamique de quatre “Mondes de production” », Revue d’économie industrielle, n° 95, Paris, Éditions techniques et économiques, 37-60.

Ida, 2001, Study into the Use of Open Source Software in the Public Sector. http://europa.eu.int/ISPO/ida/jsps/index.jsp?fuseAction=showDocument&documentID=333&parent=chapter&preChapterID=0-17-134.

Kogut Bruce et Metiu Anca, 2001, Distributed Knowledge and the Global Organization of Software Development, document de travail, http://opensource.http://mit.edu/papers/kogut1.pdf.

Lacity Mary, Willcoks Leslie P. et Feeny David F., 1996, “The value of selective outsourcing”, Sloan Management Review, printemps, 13-25.

Lerner Josh et Tirole Jean, 2002, “Some simple economics of open source”, Journal of Industrial Economics, vol. 50, n° 2, 197-234.

Nciri Ezzeddine, 2002, « Open Source Software : enjeux et perspectives à travers l’analyse de l’expérience tunisienne », communication présentée à la Cnuced, Genève, 10-12 juillet.

Shapiro Carl et Varian Hal R., 1999, Économie de l’information. Guide stratégique de l’économie des réseaux, Paris, De Boeck Université.

Zimmermann Jean-Benoît, 2003, « Logiciel libre et marchandisation : un problème d’incitation pour les développeurs », communication présentée aux Rencontres « Autour du Libre » 2003, Paris, 21-23 mai.

Notes

1 Le code-source est la version d’un logiciel écrite en langage de programmation sur laquelle l’humain peut intervenir. Traduit en langage machine, il devient le code-objet, exécutable par l’ordinateur mais incompréhensible par l’humain.

2 Ayant fait réaliser une étude comparative entre les deux solutions, “libre” et “propriétaire”, la ville de Munich a décidé, en mai 2003, de retenir la solution libre pour équiper les 14 000 postes de travail de la municipalité. Suite à cette initiative, des projets similaires de migration de l’ensemble du parc informatique sous Linux/OpenOffice sont à l’étude dans les municipalités de Vienne et de Paris.

3 En Ukraine, par exemple, où le taux de piratage des logiciels commerciaux est estimé à 91 %, l’institution de raids policiers dans les entreprises utilisant des copies pirates de progiciels a entraîné une adoption en masse des logiciels libres. Sachant que 90 % des logiciels utilisés par les administrations publiques sont de même piratés, le gouvernement a édicté une loi imposant que les systèmes informatiques de l’État et des organisations publiques doivent fonctionner sur des logiciels libres. Des lois de même teneur ont été adoptées en 2002 au Pérou et au Venezuela et sont actuellement à l’étude en Argentine et au Brésil.

4 Le portail de l’Ida (Interchange of Data between Administrations) recense les rapports rendus publics : http://europa.eu.int/ida/en/chapter/452.

5 Le choix a été fait de retenir la version Freedows de Linux développée par la Banque fédérale du Brésil et la suite bureautique OpenOffice, afin de remplacer Windows et Microsoft Office sur les 300 000 postes de l’administration brésilienne. Pour réaliser ce programme de déploiement de logiciels libres, le Brésil a engagé un partenariat avec Ibm et de nombreuses Pme nationales.

6 L’enquête du projet Floss est, aujourd’hui, la plus importante réalisée auprès des membres des communautés du libre. Les données sont disponibles sur le site du projet, http://www.infonomics.nl/FLOSS/floss1.

7 Les taux sont exprimés en pourcentages représentant le nombre de répondants du pays, rapporté au nombre total de répondants.

8 Pour illustrer ce propos avec le cas de la Chine, nous pouvons citer la récente insertion dans le consortium ObjectWeb du centre de recherche chinois sur le middleware de Guangzhou (Grmc). Cette insertion a pour vocation de promouvoir l’utilisation des projets du consortium auprès des universités, des organisations gouvernementales et des sociétés technologiques chinoises. À défaut de détenir l’exclusivité des droits de propriété intellectuelle sur leurs développements, les firmes chinoises qui participeront aux réalisations du consortium ne seront plus réduites à une simple activité d’exécution.

9 Au total, nous avons pu mener une trentaine d’entretiens.

10 On notera la tentative de mise en place d’une formation aux logiciels libres des formateurs au sein des Instituts supérieurs des études technologiques (Iset), un recours aux logiciels libres dans les institutions d’enseignement, à l’université comme dans certains Iset, à l’Institut supérieur d’informatique (Isi), à l’École supérieure des technologies de l’informatique (Esti), à l’École nationale des sciences de l’informatique (Ensi), ou encore la formation en logiciel libre des demandeurs d’emplois titulaires d’une maîtrise, dans le cadre du Programme 21/21.

11 Elles organisent fréquemment des rencontres, séminaires et ateliers sur les logiciels libres, comme les Casablanca Linux Days, organisées chaque année depuis 2002 par l’association Gnu/Linux Maroc ou les Linux Last Saturdays organisés par l’association Osim.

12 Le dossier de demande de création déposé par le Maroc (piloté par l’université Mohammedia) a été retenu alors que celui déposé par la Tunisie s’est vu rejeté.

13 Cf. « Ncd, la petite société marocaine qui suscite l’intérêt de Microsoft », Les Échos, 4 janvier 2005, 19 ; « Des clefs pour faire tenir son ordinateur dans la poche », id., 16 mars 2005, 27.

14 Selon un mémo interne du responsable des ventes s’adressant à ses commerciaux, révélé par l’International Herald Tribune, 14 mai 2003 : “For Microsoft, market dominance doesn’t seem enough”.

15 Le patron de Microsoft Europe a confirmé l’existence de ce budget. « Braderie anti-Linux toute l’année chez Microsoft », ZDNet, 16 mai 2003.

16 « Microsoft s’emploie à bouter Linux hors des Administrations », 01 Informatique, 11 juillet 2003.

17 « Chez Microsoft, c’est Paris à tout prix », Libération, 28 juin 2004.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Parts de marché (en %) de Microsoft à l’international (ordinateurs personnels)
Légende Source : élaboration d’après la presse, dont http://www.journaldunet.com/​chiffres-cles.shtml.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau n° 2. Coût de licence Microsoft comparé au PIB/hab. (2004)
Légende Source : Banque mondiale, http://devdata.worldbank.org.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau n° 3. Taux de piratage de logiciels
Légende Source : Données issues du rapport de la Business Software Alliance (Bsa), www.bsa.org.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau n° 4. Les opportunités théoriques des logiciels libres en forme d’hypothèses
Légende Source : élaboration M. Coris.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure n° 1. Récapitulatif des hypothèses à tester et leurs interactions
Légende Source : élaboration M. Coris.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable