Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

I. Des logiques d’appropriation des technologies de l’information et de la communication

Des logiciels libres pour le Maghreb ?

Des opportunités théoriques aux réalités empiriques

Marie Coris

Texte intégral

1Les pays du Maghreb ont récemment pris une double orientation en faveur de la diffusion des technologies de l’information et de la communication (Tic) : il s’agit, d’un côté, d’encourager leur usage par les acteurs privés et publics et, de l’autre côté, de positionner ces économies au sein d’industries à plus forte valeur ajoutée, parmi lesquelles se situent les secteurs liés aux Tic. Dans ce cadre, la question des opportunités portées par les logiciels libres peut se poser aux deux niveaux liés de l’adoption des technologies dans le processus d’informatisation des pays et des orientations du système productif dans la constitution d’une industrie Tic.

  • 1 Le code-source est la version d’un logiciel écrite en langage de programmation sur laquelle l’huma (...)

2Tels Linux, Apache, Sendmail ou OpenOffice, les logiciels libres désignent les logiciels généralement produits par les communautés de développeurs bénévoles et protégés par la licence Gpl (General Public License), principale licence de logiciel libre qui accorde les quatre droits illimités d’utilisation, de copie, de modification (pour cela, le logiciel est fourni sous forme de code-source)1 et de redistribution des modifications, à la condition que la version modifiée reste protégée par la même licence (éviter l’appropriation par un tiers). À l’inverse, les logiciels propriétaires, produits par les acteurs marchands (les éditeurs de logiciels comme Microsoft) sont protégés par des licences conférant un simple droit d’utilisation moyennant le paiement de royalties. En raison du modèle de propriété intellectuelle des logiciels libres et de leur mode de développement communautaire permettant leur test et leur amélioration par un très grand nombre de participants, il est souvent reconnu aux logiciels libres un certain nombre d’avantages technico-économiques : la réduction du coût, la fiabilité du logiciel (qualité et sécurité) et l’adaptabilité aux besoins des utilisateurs (liée à la liberté d’action sur le code-source). Ces avantages seraient à la base de la réputation des logiciels libres et expliqueraient leur adoption tant par les acteurs du secteur privé que par ceux du secteur public (Floss, 2002 ; Ida, 2001).

3Issus de la sphère de production non marchande des communautés, les logiciels libres parviennent à se diffuser et à concurrencer leurs équivalents propriétaires issus de la sphère marchande : en 2004, Linux détiendrait plus de 25 % de parts de marché sur le marché des systèmes d’exploitation pour serveurs, Apache, lui, près de 70 % sur celui des serveurs Web. Outre la diffusion non négligeable de certains d’entre eux, ils s’inscrivent désormais dans les stratégies de nombre de grands industriels de l’informatique (Ibm, Sun, Dell, Oracle, etc.) comme dans les politiques publiques d’informatisation. Les logiciels libres paraissent ainsi offrir un certain nombre d’opportunités dont se saisissent les acteurs, marchands et décideurs publics. Si le phénomène s’observe en premier lieu au sein des économies développées, il s’envisagerait avec d’autant plus de force dans le cas des économies du Sud.

4Du côté de l’utilisation, la question de l’adoption des principaux logiciels libres se pose dans le cas des pays où l’argument de la faiblesse des coûts de licence permettrait de penser l’information en dehors du piratage. Une action publique en faveur de leur adoption généralisée serait alors souhaitable. Du côté du système productif, il s’agit d’abord de considérer les avantages technico-économiques liés aux droits de modification et de redistribution du code-source concédés par les licences. Ayant permis la création d’activités marchandes au niveau international, cette caractéristique pourrait permettre au tissu industriel local des économies du Sud d’accompagner le mouvement d’adoption. Il ressort cependant que ces opportunités sont autant d’hypothèses à envisager en fonction des spécificités propres aux différents pays concernés. Dans le cas du Maghreb, la question des logiciels libres se pose en particulier pour le Maroc et la Tunisie où est affirmée la volonté d’y favoriser l’insertion des Tic et d’y constituer une industrie informatique. Après avoir rappelé les principales opportunités a priori portées par les logiciels libres pour les économies du Sud (M. Coris, 2005), nous les discuterons, sur la base des résultats d’une enquête de terrain réalisée auprès de différents acteurs privés et publics, tunisiens et marocains, afin de comprendre si et dans quelle mesure les logiciels libres peuvent être une option crédible pour les pays du Maghreb.

Des opportunités théoriques pour les pays du Maghreb : des hypothèses à tester

5Parce qu’ils semblent porteurs d’un certain nombre d’opportunités, théoriques ou génériques, la question de l’adoption des logiciels libres se pose aux deux types d’acteurs privés et publics. Il convient de les exposer en les considérant du côté de l’adoption puis de celui du système productif.

Les logiciels libres pour permettre l’informatisation sans le piratage : la nécessité d’une action publique

6L’informatisation se traduit a minima par l’utilisation d’un ordinateur équipé des principaux outils logiciels que sont le système d’exploitation, la suite bureautique, voire un navigateur Web et un outil de messagerie électronique. Dans le cas des solutions propriétaires, celles de Microsoft – Windows pour le système d’exploitation et Office pour la suite bureautique (incluant les outils Internet) – dominent le marché à l’international (tab. 1).

Tableau n° 1. Parts de marché (en %) de Microsoft à l’international (ordinateurs personnels)

Tableau n° 1. Parts de marché (en %) de Microsoft à l’international (ordinateurs personnels)

Source : élaboration d’après la presse, dont http://www.journaldunet.com/​chiffres-cles.shtml.

7La politique tarifaire de la firme se traduisant par un prix de vente unique, les coûts de licence de ces logiciels sont les mêmes quelle que soit la localisation des utilisateurs. Rapportés au Pib/hab. (tab. 2), ils peuvent expliquer le fort taux de piratage observable dans les pays du Maghreb (tab. 3), supérieur à 70 % au Maroc, à 80 % en Algérie et en Tunisie, quand il se limite à 35 % en moyenne dans l’ensemble du monde et à près de 20 % pour l’Amérique du Nord. Pour cohérentes qu’elles puissent paraître, il faut tout de même manier ces données avec prudence car elles ne sont que des estimations (réalisées par les éditeurs de logiciels). L’avantage en terme de coût des logiciels libres s’envisage d’abord comme un moyen de lutter contre le piratage.

Tableau n° 2. Coût de licence Microsoft comparé au PIB/hab. (2004)

Tableau n° 2. Coût de licence Microsoft comparé au PIB/hab. (2004)

Source : Banque mondiale, http://devdata.worldbank.org.

Tableau n° 3. Taux de piratage de logiciels

Tableau n° 3. Taux de piratage de logiciels

Source : Données issues du rapport de la Business Software Alliance (Bsa), www.bsa.org.

La prégnance de l’argument du coût

8Librement reproductibles, les logiciels libres ont un avantage indéniable face aux logiciels propriétaires puisque les coûts de licence associés sont nuls. Lorsque l’on considère ensuite le Tco (Total Cost Ownership), incluant en sus des seuls coûts de licence, le coût du matériel associé, les coûts de changement éventuels et les coûts des maintenances évolutive et corrective, certaines solutions à base de logiciels libres semblent toujours plus avantageuses que leurs équivalents propriétaires. Notamment, si les coûts des matériels sont sensiblement les mêmes, les coûts des maintenances corrective et évolutive sont moins élevés dans le cas de la solution libre puisqu’ils sont mutualisés au sein des communautés de développeurs en charge de l’évolution de ces logiciels (C. Genthon et D. Phan, 1999). Toutefois, cet argumentaire n’est valable que dans le cas d’une utilisation domestique. Dans le cadre d’une utilisation professionnelle (secteurs privé et public), le déploiement de solutions logicielles nécessite en général la mise en place d’un contrat de services incluant, a minima, la garantie, l’installation, la maintenance et le support, voire la formation des usagers à ces technologies. Il est alors nécessaire que des prestataires servent de relais commercial aux communautés dans la sphère marchande. Au niveau international, outre les sociétés spécialistes de ces logiciels, ce sont désormais une majorité de sociétés de services en ingénierie informatique (Ssii) traditionnelles et de nombreux acteurs généralistes de l’informatique (Sun, Ibm, Hp, Bull, etc.) qui intègrent les principaux logiciels libres dans leur offre commerciale.

  • 2 Ayant fait réaliser une étude comparative entre les deux solutions, “libre” et “propriétaire”, la (...)

9Non généralisable à l’ensemble des logiciels libres produits par les communautés, ce raisonnement concernerait en particulier le couple système d’exploitation (Linux à la place de Windows) et suite bureautique (OpenOffice à la place de la suite Office de Microsoft)2. Ce couple semble une option crédible pour penser, en dehors du piratage, l’informatisation des économies du Sud qui ont la possibilité d’accéder à des logiciels de haute qualité technique à un coût minimal. Cependant, une adoption généralisée de ces logiciels libres ne saurait être envisageable sans une action de la part des pouvoirs publics.

La nécessité de l’intervention publique pour favoriser l’adoption des logiciels libres

10Le particulier en tant qu’utilisateur ne se pose pas la question de la légalité et il n’a a priori aucune raison de changer de solution logicielle. Compte tenu des caractéristiques de bien en réseau du logiciel, ce n’est pas seulement une situation de monopole que Microsoft détient mais une situation de verrouillage de la base installée des utilisateurs. Ici, jouent principalement les effets d’apprentissage par l’usage – plus on utilise un logiciel, plus on le maîtrise et plus il devient performant – et d’aversion au risque – conduisant ceux qui seraient susceptibles de l’adopter à se rallier à la solution dominante (parce qu’elle est dominante) et à ne pas prendre le risque de retenir une solution moins diffusée (B. Arthur, 1989 ; D. Foray, 1989).

  • 3 En Ukraine, par exemple, où le taux de piratage des logiciels commerciaux est estimé à 91 %, l’ins (...)

11D’un côté, la migration vers un autre logiciel implique un coût de changement indirect lié à la perte d’apprentissage et à la nécessité de se former à la nouvelle technologie (C. Shapiro et R. Varian, 1999). Parce qu’il les pirate, les logiciels de Microsoft sont gratuits pour l’utilisateur final qui ne voit plus un avantage mais un inconvénient à adopter les logiciels libres. Afin de pallier ces coûts de changement, les pouvoirs publics, dans leur volonté de favoriser l’informatisation du système scolaire, pourraient pousser à l’adoption des logiciels libres dans les écoles, dans un but d’apprentissage. D’un autre côté, l’aversion au risque se traduit par le phénomène de backward induction selon lequel chacun attend que les autres se décident à adopter une nouvelle technologie avant de le faire (J. Farell et G. Solaner, 1986). L’adoption de ces logiciels libres par le secteur public semblerait alors doublement souhaitable. D’une part, elle pourrait avoir un effet d’entraînement sur le secteur privé et les particuliers. Ainsi, cette reconnaissance officielle les crédibiliserait auprès de l’ensemble des adopteurs potentiels. D’autre part, les pouvoirs publics peuvent être encouragés à adopter les logiciels libres dès lors que le piratage ne concerne pas seulement les particuliers mais l’ensemble du système économique, au premier rang duquel le secteur public lui-même3.

Du choix économique au choix politique : l’argument de l’indépendance technologique

  • 4 Le portail de l’Ida (Interchange of Data between Administrations) recense les rapports rendus publ (...)

12Au cours des dernières années, de nombreux organismes publics ont fait réaliser des rapports4 dont l’objectif partagé est de « tenter de mieux comprendre les logiciels libres et les enjeux qui s’y rattachent, en vue de guider l’élaboration des politiques publiques, les politiques en matière d’approvisionnement, ainsi que le développement et l’utilisation de logiciels libres par les gouvernements » (Can, 2003, 43). Les pouvoirs publics y sont considérés en tant qu’institutions politiques, dont le rôle consiste, dans la définition des politiques relatives aux technologies de l’information et de la communication à garantir un libre accès à l’information publique, à maintenir la permanence des données, à assurer la sécurité des données publiques fournies par les citoyens et à éviter les dépenses publiques inutiles (Floss, 2002). À ce titre, il ressort de certaines des études menées que les caractéristiques des logiciels libres sont porteuses de trois enjeux majeurs, non plus seulement technico-économiques, mais aussi politiques.

13C’est d’abord l’argument du coût qui devient d’autant plus décisif qu’il s’agit d’investir l’argent public (Ida, 2001). C’est ensuite l’argument de la transparence qui est avancé : l’ouverture du code-source est un moyen de garantir la transparence du traitement des données publiques (le logiciel n’est plus une “boîte noire” pour l’administration utilisatrice) et fait aussi figure de gage de sécurité (les logiciels dont le code-source est ouvert, sont réputés pour leur moindre vulnérabilité aux attaques virales) (Floss, 2002). Enfin, le principal argument politique d’une adoption des logiciels libres est celui de l’indépendance technologique vis-à-vis des éditeurs (Ida, 2001). L’indépendance revêt une dimension politique car la dépendance est directement liée au niveau de contrôle que les acteurs marchands peuvent exercer sur les solutions logicielles et, par là, sur le système d’information. Les droits de propriété étant mutualisés, ils ne peuvent être revendiqués par aucun acteur en particulier. La disponibilité du code-source garantit la pérennité des logiciels utilisés par les administrations puisqu’ils ne dépendent plus de la survie de l’acteur marchand. De plus, elle permet aux institutions publiques de réaliser ou de faire réaliser les adaptations qu’elles souhaitent sans dépendre de la volonté et des tarifs d’un éditeur en particulier, c’est-à-dire de prendre en main les évolutions du système d’information (Floss, 2002).

14De nature plus politique, ces arguments sont souvent exposés et pris en compte dans les décisions publiques d’adoption des logiciels libres par les pouvoirs publics. Cependant, la grande majorité des rapports et études remis aux autorités font le constat d’une diffusion sous-optimale des logiciels libres. Dans le cas des économies développées, le degré de verrouillage autour des solutions de Microsoft augmenterait considérablement les coûts de l’adoption des logiciels libres en raison notamment des coûts de changement liés à l’apprentissage. Dans les économies du Sud en revanche, les avantages théoriques des logiciels libres devraient prendre d’autant plus de poids que le champ des possibles est encore largement ouvert, le processus d’informatisation étant à peine enclenché. Plus encore, l’argument de l’indépendance technologique ne se considère pas seulement du point de vue de l’État, mais également de celui des industriels de l’informatique. Les opportunités des logiciels libres pour le système productif sont à considérer, notamment dans les pays où l’industrie du logiciel est soit en émergence, soit largement dominée par les industriels occidentaux.

Les opportunités des logiciels libres dans la constitution d’une industrie TIC : la prégnance de l’argument de l’indépendance technologique

15Il ne s’agit pas ici d’envisager la question de la production de logiciels libres par les entreprises mais celle de leur utilisation en tant que support des activités informatiques, telle leur intégration dans les offres commerciales des firmes ou leur développement à partir d’outils de programmation en Gpl. De ce point de vue, leurs enjeux pour le système productif des pays du Sud concernent d’abord la création d’activités marchandes qui accompagnerait le processus d’adoption. Ensuite, la participation à leur développement, c’est-à-dire la participation des entreprises et des individus aux communautés de développeurs, serait porteuse d’opportunités, qui sont à différencier selon le niveau de maîtrise de l’informatique : elle ferait figure de vecteur, d’une part, de rattrapage technologique et, d’autre part, de passage d’une logique d’exécution à une logique de conception pour les économies qui disposent d’une industrie du logiciel.

Vers la création d’activités marchandes

16Produits par les communautés de développeurs, les logiciels libres sont disponibles sous forme de code-source brut s’adressant aux experts de l’informatique. Ils ne sont pas commercialisables en l’état. L’objet des sociétés de distribution de Linux (RedHat, Mandrake, SuSE, Caldera, etc.) est de vendre les services nécessaires au passage d’un produit communautaire à un produit commercial (F. Horn, 2001), c’est-à-dire de fournir un logiciel prêt à l’emploi, répondant aux besoins des utilisateurs, dans les fonctionnalités et la facilité d’utilisation du logiciel, mais aussi par la fourniture des services de garantie et de maintenance (J. Lerner et J. Tirole, 2002). En jouant de l’adaptabilité permise par l’ouverture du code-source, chaque société propose différentes versions du système d’exploitation Linux, sortes de packages comprenant le noyau et différents utilitaires ainsi qu’un certain nombre de services, le contenu des packages étant différencié selon les segments de marchés auxquels elle s’adresse. Le mode de développement communautaire de Linux est plus encore à l’origine de l’émergence de ces sociétés : la répartition des coûts fixes de développement sur les membres des communautés abaisse les barrières à l’entrée pour ces entreprises qui n’ont plus à respecter le seuil de rentabilité devant couvrir les coûts fixes de développement (C. Genthon et D. Phan, 1999).

  • 5 Le choix a été fait de retenir la version Freedows de Linux développée par la Banque fédérale du B (...)

17Outre la lutte contre le piratage, une adoption généralisée de Linux de la part des pays du Sud pourrait ainsi leur offrir de nouvelles opportunités : il est possible de profiter de l’ouverture du code-source pour adapter le système d’exploitation en favorisant l’industrie nationale plutôt qu’en dépendant des éditeurs occidentaux (indépendance technologique). L’adaptation au marché local – linguistique, culturelle ou fonctionnelle – peut être réalisée “sur mesure” par des acteurs implantés sur le territoire national, l’ensemble des services nécessaires de garantie, de maintenance, d’expertise ou de formation générant des sources de profitabilité et de rentabilité pour les acteurs marchands. Ainsi, au Brésil, l’entreprise Connectiva propose, depuis 1995, une version brésilienne de Linux et, depuis fin 2003, le gouvernement s’est véritablement rallié au logiciel libre5.

  • 6 L’enquête du projet Floss est, aujourd’hui, la plus importante réalisée auprès des membres des com (...)
  • 7 Les taux sont exprimés en pourcentages représentant le nombre de répondantopriéays,utoritéibre(...)

18La création de ces activités marchandes suppose cependant de disposer des compétences de logiciels libres sur le territoire national. Or, d’après les données d’enquêtes disponibles, il oriaraît que les économies du Sud ne participeraient encore que faiblement à leur développement. Selon l’enquête Floss6, seuls certains de ces pays afficheraient une participation non nulle : 0,72 % pour le Brésil, 1,9 % pour l’Inde. Mais elle est nulle pour l’Algérie, le Maroc et la Tunisie7. Ce constat renforce l’idée qu’une action publique sur le système de formation est nécessaire dans le cas où ces pays souhaiteraient s’engager dans une politique d’adoption des logiciels libres. Par ailleurs, la participation au développement des logiciels peut s’envisager comme une voie possible de rattrapage technologique (R. A. Gosh, 2004).

La participation au développement des logiciels libres pour combler le retard technologique

19Les projets logiciels des communautés constituent une sorte d’université universelle et gratuite de la programmation. Tout d’abord, le simple fait d’avoir accès au code-source des logiciels permet d’en étudier la structure et de comprendre comment ils fonctionnent : les informaticiens peuvent s’en servir comme autant de cas pratiques, sorte d’exercices de programmation. Ensuite, la participation aux mailing-lists et aux forums de discussion associés à ces projets leur permet de suivre l’évolution d’un programme, notamment dans le processus de sélection des différentes propositions d’amélioration ou de modification. Cette forme d’apprentissage est facilitée par le fait que la conception des logiciels libres mobilise une base de connaissances relativement étroite (M. Coris et Y. Lung, 2004). En effet, les compétences nécessaires à la programmation, si remarquables qu’elles puissent être, sont peu diversifiées. D’après l’enquête Floss, trois principaux langages de programmation (C, Html et Unix), figurant en tête des langages de programmation les plus connus, seraient particulièrement utilisés et partagés par les membres des communautés du libre (respectivement par 86,5 %, 84,8 % et 77, 9 % d’entre eux). Enfin, la participation active aux projets de ces mêmes communautés est source d’apprentissage par la pratique qui découle de la participation à un effort collectif et d’apprentissage par l’interaction qui résulte de la confrontation des développeurs avec un code-source provenant de multiples contributions et cumulant donc de nombreux savoirs (J.-B. Zimmermann, 2003).

20La participation au développement de logiciels libres ne s’appréhende pas seulement comme une voie possible d’apprentissage de la programmation. Pour quelques pays,uelle peut devenir, dans une certaine mesure, source d’indépendance technologique de l’industrie informatique.

Le passage d’une logique d’exécution à une logique de conception

21Les opportunités des logiciels libres, pour l’industrie du logiciel des économies du Sud, trouvent à s’exprimer à travers l’exemple suivi par la zone Asie (Chine, Japon et Corée du Sud). Initiée en 2003, l’initiative Asianux – projet de développement d’une version asiatique de Linux réunissant les autorités chinoises, japonaises et sud-coréennes – témoigne ainsi d’une volonté forte de se rallier au logiciel libre non seulement pour pallier le problème du piratage (supérieur à 90 % dans le cas de la Chine) mais aussi pour s’affranchir de la domination occidentale. L’enjeu serait double pour ces trois pays dont le domaine de spécialisation informatique se situe historiquement au niveau des composantopélectroniques et se diversifie aujourd’hui par le développement d’une industrie du logiciel.

22D’un côté, les géantopasiatiques de l’électronique (Nec, Sony, Matsushita) – spécialistes des Smart Devices (oriareils électroniques grand public de type assistantoppersonnels numériques) – devant être équipés d’un système d’exploitation à part entière, se saisissent des opportunités de Linux pour les systèmes embarqués. L’argument de Linux, dans ce cas,uest le même que celui qui, dès le début des années 2000, a joué en faveur de la mise en compatibilité avec Linux des produits de firmes comme Sun, Dell, Hp, Oracle et Ibm. Favoriser la standardisation autour du système d’exploitation permet, parce qu’il est libre, un recentrage de la firme sur son cœur de métier sans qu’elle ait à choisir entre la dépendance au fournisseur du système d’exploitation et le développement en interne d’un système d’exploitation parfaitement interopérable avec ses propres produits (Floss, 2002).

  • 8 Pour illustrer ce propos avec le cas de la Chine, nous pouvons citer la récente insertion dans le (...)

23D’un autre côté, la zone asiatique cherche à développer une industrie domestique du logiciel pour s’affranchir d’un rapport de domination. En effet, les économies du sud sont en général réduites à sous-traiter les projets des multinationales et Ssii européennes et nord-américaines. Ces firmes cherchent avant tout à profiter d’une main-d’œuvre de qualité à moindre coût, qu’elles trouvent par exemple en Chine et en Inde (B. Kogut et A. Metiu, 2001). Si les opportunités du offshore restent partiellement discutables au sens où toutes les activités ne sont pas délocalisables (M. Lacity, L. P. Wilcocks et D. F. Feeny, 1996), elles sont bien réelles pour ce qui est, notamment, des activités de développement. En effet, seules les activités d’exécution seraient délocalisées, comme dans le cas récent du Maghreb, ainsi qu’en Europe de l’Est et en Russie. Or, lorsqu’une firme délocalise la réalisation d’un logiciel,uelle reste propriétaire des droits de propriété intellectuelle et de tous les bénéfices de son exploitation. Elle ne fait ainsi que vendre du temps de programmation, indépendamment des profits que généreront les logiciels réalisés. Le modèle de propriété intellectuelle proposé par le logiciel libre pourrait, en étant adapté, permettre de repenser la répartition des profits, voire de passer d’une logique d’exploitation à une logique de partenariat8. Les hypothèses qui viennent d’être posées sont résumées dans le tableau n° 4.

Tester ces hypothèses dans le cas des pays du Maghreb : la mise en place d’une enquête de terrain

Tableau n° 4. Les opportunités théoriques des logiciels libres en forme d’hypothèses

Tableau n° 4. Les opportunités théoriques des logiciels libres en forme d’hypothèses

Source : élaboration M. Coris.

24Que l’on considère la seule question de l’adoption ou que l’on prenne en compte les enjeux liés au système productif de l’industrie Tic des économies considérées, deux dimensions complémentaires sont au cœur de la dynamique : le rôle des pouvoirs publics et celui du système de formation. Ces deux pôles oriaraissent ainsi au cœur de la grille d’analyse schématisée par la figure n° 1, résumant les principales hypothèses posées et synthétisant les différentes interactions et rltinutiles (appreiée sppeurs aiques ddd’adoptioneb, ainsi(sistrationogiciels libres par les pouvoirs pubés et pului du sysstrie du lans les offrels libres par ldes paysformation. Ces deux p pour sstriter eprises mm>appreent sur le sectet à choisir un effet ds e“/37ihi nomhref=à printtre l discmies dfecteur pre bréaggine de lonogiciels liés et publics. (hent averement utiertagede les exposp la partici savoitmatisatialisécqui, dmettre au ogicielsa (t possi citeaa rév prenbut desiratagà chois seulemenion professionnelle (secteurs p, de lonogiciels ibres par lnir, dansliser lesitutiones services el,uel services ni servenes dddingénieritles pthroiveau drise Coxm>Smnnquête de ciale. ni servenes drait auprès voi libres par let à adopte voepriseloppeme ressort cepeervicesdépdenconomiesent des logiciels li servenes dddbres ne s’appréhet des pnt du point de vmation.nformats aiques neb, ainsi seulemstrie naces logiciels li de l’inforour slibre, udoure de garépéteme de ublde logiciels licces nécessairedans le prociel libbi straconomique, aiapprentis Ces deux pôSitutt legicielsdes services nént souvent par la Bans, seraé tt qules exposer soutiement on est directemex solutioninteractionsposées et iv class="textIcon">

Tableau n°F, résumant . R aiaprvila du Sud à tester loppems suet rltinuti"docannexe/image/377/img-4-small700.j5g" rel="iconSet">Tableau n°F, résumant . R aiaprvila du Sud à tester</a></h1>
  loppems suet rltinuti class=Agrandir Origi5al (jpeg, 224k)Source : élaboration M. Coris.

  • 8 Po9r illustrAu tners,i citeaa répu lestrie dot pouristème ex sone s/divul>

    23D’e qu’ilpéteses dans le cas ivre l’umbr’hrnités du offshlibrecialeiels réalisés. les économies du Sud (M. Coris, la grande maéristimbr’rantir ndant drir la veconcernractivitchor celussp la partici-dire de fournir uen, e contena voi lionsidérées, de lut serviceshomogbackw. Or, onc nombdes logiciels libres se pose en ’uner uti-cilnir, danslipéteitutsion hétisanau senhétisnt : les entes propositions etclasse sans ule dPst, notfient p citeaa rém dans tratioubliqmatiséempirvoriseriséeeme de s, son tant quvmatioass="foisana80 % en onomies ’adriéesobjeux aucationenquête e cacdimenammatious-optimals libres sont porteuses deaosé pables au s forme dL. PBit luntageH. GmihaisanN. Haoute pfet, leStivités dces penes d marocaiaméricfin de cemation, moiciels libres dans les écos-optciels li(offshndant rès lAendre si et dans quelle mesure les logicielexpliquer letion crédible pour les pa,i citeaa répn d B aosél prexemda ( , 19nt pe caadopter earqués. est nécessaelui du sysublics.otnotecall" id="bodyftn8" href="#ft98">8. Le9Po9r

Les opp1o2n>Dtés théoriques des logicielant lesa facilitmpirvoripossih1> lses posées et synthétides pays du Maghreb : la mise

e Mit pou libre, unxm>Sm prext deif et dvicestemex solut TunisieTester ce4unitébres ont un avant 80 % e e, quand il sossins, verrouilioni. Ceage d le prant rès

15Il 2s taux sEuand il se forte de se adoptionfrcices de s adopteateur final quimals libres sont porteuservices dviceria pro projétase en comp seur difflogiciels ristadoptioneociel libmrale ddmercial as composanmments, mais aussinter % e eles avantagesae verrouillles écoargrx de litutionogicieles a, uéalisée fir en diffusion bre de se le rsmr rangomposanmments, mais auss, dEnfin, servicedicotylede la simpsmnnquête de n.nforen, e contenafits, voirics.

Le passag7"sEuand il sossinsa sim une roduit c noissageegique smp seur difflogi

21Les ur illusDt de offshlibrecialeiels réalisés. les éce adaptjur deocs op,rce prserimies ds puisqte e cacdim la mund. Des, telle leu,l réduites , des poli , notamment r, d’apissageegiassee nombpothn lses ex so’ont àossi1)une logiq réalisés. es puisque les s libres dans leur o, 192)ée de Linuxere vuln seriemes pays où l propositionsycn rérraienttioppuniverselientt, 193) aaboratas ivtites ex so’ont iels mund. D, 194)cos-optc proju fonctls libres sont porteus’exemple suivublics logicielx d effentti(E sicirvjouant deL munrdroits des égal’évterventionIse situe hisetrventionIs syst 91 ractéri vn">Svelle tec d’un logicievec le mment iv class="textandnotes">

23D’9ture plusslx d effenttiddinnaccscessas libres dans leur ofes deublics onnemeote dess op,riel libm puisrovisi ofTde l’informatia des garantir er, cass="foede la simces penes ="font-variant:small-caps;">Tic dAtu2l2).

es a1 r’ucun ation d’un logicie multinatisation étant à peietions puisqu’ils nadoptione codbres se pose en et argumentctivits,uelle pltinutih étroite (M.onc suméours pluet d Coaosoite (M.les carotnotecall" id="bodyftn8" href="#ft10/">(...)10/lpartthèEouvernementc noissageegiq quem dans alité ro projactivités mion pgiciels gogicielro ptagé estides payspécialisalibres, pour l’indune sortait que la la prricamantvern-1249deL munrdroi="foees égalmembres dubm puisrovisi ofTde l’informatia des garantir autant pe miévterventionIse situe hi,rventionIs syst 91ysimplLres dans les éstyldeL c noissageegiqe pas ur diffnir lautils deepfet,,l rps pthféreont ont letagé estiangages deossia)cos-optc proju fonctls libres sont porteuscommunautés propositionublics ont fait r, 19b)iser lers uogiq rapEuriapprssedes rapports

24Que30 qu’ilpume du puquel tagé esfait dunrdroi="foees égalublics ationsograciels lix d effenttis de sqtemraifervenes dndrnia des itue hiss libres se pose en L rapEar ldbrecialeqe pntribut à l’rn des usagers à clulonsème ex so’ont ntissagens puisqu’ils marocaiamés libres dans leur o, : 210clulons envie(M. CoCan, 2naditionneèEouciét,marchandogicielxnnaccscessaietions puisqu’ils1ysimplex so’ont adoptio (e codbaypothèses"d’ d effentun syst) ai seulemtervixlex so’ont adoptio iouver4 seizes la e5biIcie du la dépenveloppprintt laialseateur final quimalexclus– anlibres sont porteus(>a prionxm>Sm paion assraosoitéla g d le e les sl nombrest le xnn)hlibre la s adopteatepeme ressort class="texte">22D31 qu’ilpume duns, iique,tagé esfait ddes prte (M.e miLres dans les éstyl,jac de laver4icommunautc"font-variant:small-caps;">Can, 2naditionnme queévtervene étude comparative eriséeeme dvers un autrq rapEuriappilst Can, 2naditionns1ysass="fooTele"#ftellefrunee procmont nais un dans le processus ai serssossi’rnr là,bdibre pourrait, enendre t tion crpartagde s desoriserpprent. B pouption d d’unfaire (J.cciensanux –uscommunautésex so’ont adoptio garde chanques dovises crédtive Asdenc’c à peie de l’sidantir “bres. Par ailleuactele tecte de se % podencvenir, danet d’enre de setraînement sur le sectecommunautésex so’ont adoptio marocaiam class="texte">22D32pportunit ont liique,tagé esfat ede le tdéb autr le sdée qrlsdes seriemes paysatique (Sun, Can, Lmdditionnme class="fooent encorele tecactivitécal > loet nord-s est stisation étan hist des t t. Lres se pose en L ion da logiciels ans propositionl > d’aaosé pables t desociés s des éco puquel sycn puniverseliente for enrx – ansr dfothès prduletisation étan hi eadogaal. Oreire de Lée pour cervices néfitilisême qued-s euch lvhférees uetan stctlduantoppddes seriemes payer, ne asrq ldustriels angages de ogrammaualisés. es puisque les. o r dfoths endre d’agés àg ultides payslui qutes lcommunautéssqueadorssouvent palive des stibutômed’unn étan hisionévotribm lesaparticipade la Chine) maion22D3un autreAe la d d’unalité u P noissageegiq, d’apid’approvisiolures et les enjeme class="fooee nombre chanqe, no1, résstriepublics et celui du iaultcieln soule rôledaptjadap,ele tecgumentctrie dutraînement sur le secteerte d’ naces logicro projets de,peb, ainsieeeme de uvoirsangmoresal de formation. Ces deux pôlegrande maéristte de se adoption autr lemrale rddmercial ,iet nt naicyspécial. B pouptionique (évorssouves libdes seriemes paysatique (Sun, DtySraittéssquudianformatique"font-variant:small-caps;">Ibm. Fnn lditionns durencié sentes iseeuèerantirsparticipaa (fe svoitmatnomies dex so’ont adoptio qu’e’sidecalisabctivitmple suiv logiciels libres. Par ailleurclass="texte">22D3l’on cCéssq sont ast dvicestenoede la sim une rodueLe passag8">ter % eossie do psmnnqustte de se adoptionIbmouilln soule rôledx communelti

23D3e qu’iOnet dpondan 80 % e uservices,nte réaliséeope de lnd il se b pouptionimire deer e distributs, telle leurnm une rdes stpet de secte“bres. Par ailleuact. Striter,voirs (Js ofes deses ces penes dn, mouve de rre pourrait, ent d’-optciele do pays,utei((...)11/lp1rtthèDe la solulonté ssage. elldbrecialeqlouve1,laver4ciel l A sociuniverselient bépaytun rophoniel’rn de ces activitésless"font-variant:small-caps;">Can, 23ldditionn (CEnfin,puis finibres pour le système proublde logiciel être otrie natagé esent, dndrn de n0 %loppemens, e l,cie mulmpétencesx d effenttiddinnaccscesstés ds(secte. est nécessaes que gémêmes cublde logicielotnotecall" id="bodyftn8" href="#ft12"">(...)12/l12rtthèsanmmentsex so’onffin de ce "font-variant:small-caps;">Ibm. Ncdditionn nsertioe procfir ee natagls li lus code-t enltides paai serssytun ç stcotnotecall" id="bodyftn8" href="#ft13"">(...)13/l13rta>i seulemstrieon d’un logiciel,ueec Microsopre bmpr 80nirsé parndrnnlf "font-variant:small-caps;">Ibm. Usbditionnmebaésudndrn de viotcialisatres se pose en Laropose diff envitissagepartici e diffs amarshiqeeurs imvoirs (Js ofesdistributs, sys t nade la Chre pourrait, ee="font-variant:small-caps;">Hp, OOsmium Workoriser liv>

24Que36pportunit0 % e les écoreux ne rundustrie c de ty le rsmre la mise en s bres sont porteuscsiratagà en pe ’sidantir s’est vése e des cort prionde padoptisectec une l legrande mad’unrdroi="foees égalbépayPostetés dTsq soces garantirls1ysimplTde l’informatiionIse situeole="font-variant:small-caps;">FlossSh3> ditionnet de reteac de la1997ede lare lblothèse rstimals penser unalité ueec squég plutôt quglobqu’repensstrie naeces enta80 % eedes paaiopose diffsatique (Sun, c noit dale nemble eletagé estisque procx ossi1)ue étude cement d’une industrie dans ela s, sy-ons puisqu’io, 192)fstandardis de ces sociées"d’und. De"font-variant:small-caps;">Tic des économ, 193) une industripayt nécessa(eb, ainsieeeublicse), 19eee4)ée de Linuxere ur final quimalts leur de l’infoLar logiciels libres se pose en a envitipu s sont résu’ua parprioa les écopu Magh pables t deehorormatia cae procts, sys aosél gments air glès p cx-dhférericainisnt : les enuantoppdChre pourra le logi legrande mala s’est vér(..uformatsdu pinseulee la mise ente de dnogiciels libres par les pouvlitutionogicieles a en p nsansemplode vidansvitijour’hatepemen, moicie dPst, tdébs de dicotylen assraosoitécationce ommé enes dnign’haviti“la ple el saegélnjacte de cidentaux ddbres ne sls puisque les. CecEnfinaviti servicedicotylede la ecte de se s de s adopteateur ur le tquimals licidentaux Ceagengeux ddbres ne stoire national. Orde la solulonté aaiopes projeelcrrclass="texte">22D37pportunit0 le rsmredes ces penes dn, mouve de rre pourrait, e,endre du te uneh dpobackwde activitéebctivitivtites esdistributt des t nt naicyspécial,en servirionier uns, qet dedla g fait s’est vés cepenxm>Sm prmouvt vérfnsi qér(.troite (M.oaliséeo la mise ena re pourrait, e dLés propositionecteur pn le les as (g sesntlser e distributou communaut simces pe-nes d)nt une piele do tsortdes lasi cediceu sePst, nos pays,bdibre pourrait, enendre t,a>Sm de gan sot n pirataervenes té aaiadoptionaosé pables les caldes paysfund. Deds"font-variant:small-caps;">Can, es économi débgmentsecas, sous-rir ee naaune cla80 % eets lelulonté forue cher sous projeelcriustrie duEst asser donomies dugals-Upuint de Lcotylefnsi qée (les caldes payslulontéraces penes d)ie aues tronté fors amarshs,nte rpopt, t nt pe ce es s a d’ loppem pltinutihme de formation est nécessaiellemenment oue lozonimire eiels libres sont disponin de s desorisext deanr érable ns lqufre coms le mment . est nécessrclass="texte">22D38pportuniténs, ine, 80 % e e, vmatioass="foi ainsi au cœext de(évune voievicestle dQue qui propieiels r( du offshndant rèsatiubbres sont porteusonomies du Sud (M. Coris à cnforce ln delise libre, ue pour vandre seconcernr,activitchor s des> celussp la partici-ditutsion Les opp1o3">Reème ndrnitédans le cas dt ddes pr

24Que39ture plP est libre, ofes desévune vointees diflitique licasrfin de cs1ys marocaierrepenseer desh1> lnos dans le casb a qui pro par la figufre comme suet rltinutihe n° 1, résumant . onomne asrq suiv logicie,ible de profiter de vTester ceipatde nssu univemerq ént souvent, mais ausstmple slow"atibilitauformatH2

15Il 4articipatuiv inux, dansuelles Maatfcsair l’ie,nt blmoresal onomi se une vosuiv logiciels libres. Par ailleu,rour s, un reconauttes sont u univetepeeec envitiuscmen’enroalise industrionogiciels ibays du Sud és et publics. (ex so’ont ntiement utiertarfin de css1ys marocaisinter % e e cas lnd il se une adoptils ibres par lesœext de des nnsu(tab. 3). Onvéalispenser de lhosées etope de l simpsmnnquête de al sys

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable