Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

I. Des logiques d’appropriation des technologies de l’information et de la communication

Stratégies individuelles et collectives d’intégration des TIC en Algérie

Hocine Khelfaoui

Texte intégral

  • 1 L’expression générique « Tic » recouvre ici, à la fois, les équipements informatiques (l’ordinateu (...)

1Par certains accents, l’actuel discours médiatique qui accompagne l’intégration des Tic1 rappelle celui qui a accompagné les politiques d’industrialisation des années 1970 et 1980 – à cette différence notable qu’il provient non plus de l’État mais de certaines catégories socio-professionnelles et d’entrepreneurs privés. Les Tic y sont présentées comme une révolution technologique impliquant une rupture avec les pratiques actuelles de gestion et de gouvernement. Ce discours rend compte et génère, à la fois, un ensemble d’initiatives et d’actions qui, aussi peu consensuelles soient-elles, tendent à constituer ce qu’on pourrait appeler une démarche nationale d’intégration des Tic.

  • 2 Ce travail a bénéficié du soutien financier de Aire-Développement.

2Les initiatives observées2 montrent que cette démarche se différencie sur plusieurs autres points de celle qui a soutenu la politique industrielle antérieure. Contrairement à cette dernière qui relevait d’une action étatique centralisée et dirigiste, l’intégration des Tic se fait essentiellement sous l’impulsion d’acteurs locaux individuels, les institutions et l’État n’ayant fait que s’inscrire dans le mouvement. Les pouvoirs publics en la matière se contentent souvent de suivre, parfois avec un certain retard, la dynamique sociale. Ce fait constitue une nouveauté et rend compte des changements intervenus durant la dernière décennie dans le paysage sociopolitique algérien. Nous pourrions presque parler d’inversion des rôles : au cours des années 1970 et 1980, les entrepreneurs, en nombre insuffisant et sous-qualifiés, avaient peine à suivre le rythme des initiatives étatiques ; en revanche, au cours des années 1990 et 2000 marquées par la diffusion des Tic, des initiatives foisonnantes et multiformes sont confrontées à l’absence d’une politique de régulation et de vision globale venant de l’État, ainsi qu’à l’insuffisance d’une infrastructure de base nécessaire à leur utilisation.

3Notre étude qui présente un bilan des stratégies individuelles et collectives d’intégration des Tic en Algérie, s’organise en trois parties. Après une mise en perspective historique, nous analyserons le cadre institutionnel et la dynamique sociale qui sous-tendent cette démarche nationale ; puis nous dresserons un tableau de l’expérience en cours en évaluant l’apport des Tic à la refondation des liens sociaux et institutionnels.

L’émergence de la problématique TIC

  • 3 Le Cni a été créé par ordonnance n° 69-101 du 26 décembre 1969 et placé sous tutelle du ministère (...)
  • 4 Décret n° 82-434 du 4 décembre 1982.

4La préoccupation d’informatisation remonte à 1969, date à laquelle est créé le Commissariat national à l’informatique (Cni)3. L’accès à cette nouvelle technologie est d’abord perçu sous l’angle des activités de recherche et développement puisque la première structure opérationnelle dédiée à l’informatique est le Centre d’études et de recherche en informatique (Ceri). En 1982 cependant, en raison d’un manque de personnel qualifié, le Ceri est converti en un Institut national de formation en informatique (Ini) qui aura longtemps pour mission de former des ingénieurs4. De fait, les premiers ingénieurs informaticiens mis sur le marché du travail, pour l’Algérie et pour plusieurs pays africains, sont issus de cet institut, l’un des rares établissements ne dépendant pas du ministère de l’Enseignement supérieur. Ses diplômés bénéficient aujourd’hui encore d’une bonne image de marque auprès des entreprises et d’un statut social qui surclasse la plupart des écoles d’ingénieurs créées au lendemain de l’indépendance. Comme tous les établissements d’enseignement supérieur, l’Ini développera par la suite, en collaboration avec des entreprises et des institutions scientifiques algériennes et étrangères, des programmes de recherche qui aboutiront souvent à des colloques conjoints ou à des publications, mais qui produiront rarement des innovations technologiques.

5Si l’on considère le nombre d’entreprises publiques et privées qui constituent aujourd’hui la branche électronique et télécommunications, un développement sectoriel semble s’être opéré. Selon le ministère de l’industrie, il aurait existé en 2004 vingt-sept entreprises publiques rattachées au holding « Électrique, Électronique, Informatique et Télécommunication », sans compter le nombre grandissant de Pme privées qui investissaient depuis peu le créneau de l’assemblage de micro-ordinateurs et de la fourniture de services d’accès à Internet.

6En dépit d’une expérience de plus de trente ans, le secteur informatique est cependant resté en marge de l’activité industrielle. Si l’introduction de l’ordinateur et sa généralisation dans les grandes entreprises datent des années 1980, son usage s’est longtemps limité à une simple fonction de traitement de texte. Placé dans les secrétariats de direction, il conservait le plus souvent un usage strictement administratif (H. Khelfaoui, 1998). En effet, le gel des investissements publics intervenu à la fin des années 1970 et la déstabilisation du tissu industriel avaient interrompu le processus en cours d’apprentissage technologique. Préoccupés par des restructurations à répétition (organique, financière, territoriale, etc.), décideurs et acteurs de cette politique occultaient, voire ignoraient, les exigences de mise à niveau technologique des entreprises publiques. L’entreprise privée, encore balbutiante, cherchait à exploiter les importants gisements de rendement que permettait un secteur informel tentaculaire, essentiellement spéculatif, alimenté par la redistribution d’une partie de la rente pétrolière.

  • 5 Entretien avec M. Saïdi, directeur de Big Informatique, une entreprise privée.
  • 6 Entretien avec Y. Grar, directeur de Gecos : « Le prix moyen d’un Pc est de 50 000 dinars algérien (...)

7L’Association algérienne des fournisseurs de services Internet, un regroupement d’entrepreneurs privés qui milite pour la promotion des Tic, a récemment rappelé que les freins au développement de l’informatique en Algérie remonteraient vers la fin des années 1980, à la restructuration des entreprises publiques qui constituaient alors l’essentiel du tissu industriel algérien. En réduisant la taille de ces entreprises, la restructuration aurait en même temps freiné leur dotation en informatique et dispersé leurs moyens. Des acteurs privés estiment que « l’informatique ne représente, aujourd’hui, que 0,1 % à 0,2 % du budget des entreprises algériennes »5, alors que le coût d’un micro-ordinateur continue à le maintenir hors de portée des particuliers6.

  • 7 Cette fonction est définie comme suit : « Constitution de réseau d’information, développement d’ou (...)
  • 8 « Observer l’évolution de la technologie de l’information, distinguer les systèmes obsolescents de (...)

8Toutefois, quelques tentatives, éphémères, d’appropriation des Tic ont eu lieu au début des années 1990, l’une au niveau des entreprises, l’autre relevant plutôt de démarches individuelles. Dans le premier cas, nous prendrons pour exemple l’expérience menée par un consortium d’entreprises publiques et privées du Nord-Est algérien. En 1994, vingt entreprises dont cinq grandes entreprises publiques (Sider, Asmidal, Coprosid, Enip et l’Isga) ont créé un organisme commun, l’Observatoire régional économique de l’Est (Orée). Cet organisme auquel était assigné essentiellement une mission de veille technologique, devait mettre en place un réseau d’informations entre les entreprises membres et entre celles-ci et leur environnement économique national et international. S’appuyant sur les Tic, l’Orée devait assurer deux fonctions, la collecte de l’information aussi bien scientifique et technique que commerciale7, et l’analyse des données recueillies. Durant la même période, l’Entreprise nationale des systèmes informatiques (Ensi)8 s’efforçait de développer des outils liés à l’usage des Tic. Nous pourrions citer de nombreux autres cas d’entreprises qui tentèrent une expérience similaire.

  • 9 À l’instar des cadres du secteur public, ceux de l’Orée sont, pour la plupart, devenus consultants (...)

9En dépit de la persévérance de leurs initiateurs, ces actions furent souvent neutralisées par des pesanteurs liées aux anciens modes d’organisation et de gestion et aux conceptions du travail qui en étaient le corollaire. Ces initiatives avaient été prises à un moment où l’organisation du secteur industriel public faisait l’objet d’une forte déstabilisation. Découragés, la plupart des cadres de l’Orée se sont convertis dans le secteur privé à titre de consultants, ou ont émigré9. Plus récemment, une étude effectuée sur un échantillon de cinquante-sept entreprises de l’Ouest algérien conclut que l’entreprise algérienne serait toujours au « stade de l’introduction des Tic ». Elle met en évidence l’obstacle que constitue le paradigme organisationnel dominant pour une intégration performante des Tic (A. Benhabib et A. Djennas, 2003).

10La deuxième tentative d’appropriation créatrice des Tic est le fait de quelques individualités, généralement des ingénieurs essayant, en l’absence d’une stratégie collective au niveau des entreprises et des universités qui les emploient, de percer en solitaire. Bien que minoritaires et en situation de marginalisation au sein de leur propre institution, ces « développeurs », comme ils se font appeler, se lancent dans la conception de diverses applications (logiciels et programmation informatique), motivés par la volonté de relever les défis techniques, mais aussi par l’espoir d’une possible commercialisation. Ils croient trouver dans l’informatique et l’ordinateur des technologies à usage individuel qui leur permettent de déployer, en solitaire, leur inventivité et leur besoin d’expression technique. Ce comportement, observé lors de nos enquêtes sur les ingénieurs durant les années 1980 et 1990, a bien été rendu possible par cette capacité qu’a l’informatique de permettre l’accès individuel aux technologies (H. Khelfaoui, 2000 et 2001). Contrairement aux industries traditionnelles (métallurgiques, mécaniques, etc.) dont l’usage est nécessairement sous-tendu par une organisation, l’informatique donne l’illusion à l’individu, parce qu’elle lui permet de travailler seul face à son ordinateur, de mettre la technologie à sa portée et, surtout, de le rendre indépendant de contraintes d’ordre collectif. Cependant, arrivés au stade de la commercialisation, leurs produits (logiciels de gestion des ressources humaines, de gestion administrative, etc.) sont en bute à la méfiance des utilisateurs et sont confrontés à la concurrence du marché international dans la mesure où ils seraient moins performants que des logiciels standardisés, piratés à partir de copies importées et disponibles sur le marché algérien à moindre coût.

11L’introduction d’Internet, vers le milieu des années 1990, donne un nouveau souffle à l’activité informatique en ouvrant la voie à de nouvelles utilisations. Selon le Cerist, organisme ayant détenu le monopole en matière de fourniture d’accès à Internet, les premières connexions au réseau remonteraient à 1994. Alors que l’informatique et l’ordinateur avaient d’abord été adoptés par le secteur industriel, le réseau internet devait l’être principalement dans le secteur de l’enseignement universitaire et de la recherche, avant d’être élargi au reste de la société par le biais des cybercafés (H. Khelfaoui et H. Ouchalal, 2006). Cette vision est confortée par l’entreprise privée Gecos, deuxième fournisseur d’accès à Internet dans le pays, qui décrit l’extension du réseau comme une réponse à une revendication d’abord universitaire, avant de devenir celle de larges fractions de la société.

  • 10 L’infrastructure nationale d’accès à Internet consiste en 22 Pop (points of presence) situés dans (...)

12Dans les faits, Internet n’est introduit dans les organisations professionnelles qu’entre 1998 et 2001, d’abord dans les universités puis dans quelques grandes entreprises. Parce qu’il est perçu, avant tout, comme un instrument de communication et de savoir, ses fonctions économiques sont encore presque totalement ignorées et ni les entreprises, ni les banques n’exploitent alors ses potentialités. Dans le secteur de la recherche scientifique, comme plus tard dans l’industrie, l’ouverture aux Tic se limite surtout à permettre l’accès à internet dont l’utilisation sera longtemps réduite, dans la plupart des cas, au courrier électronique. Les adresses électroniques que les organisations, universités ou entreprises mettent à la disposition de leurs employés sont incertaines, peu fiables, et elles obligent ces derniers à recourir aux offres gratuites de sites commerciaux (Hotmail, Yahoo, Caramail, etc.). Entre temps, le processus de connexion des universités, centres de recherche et entreprises s’accélère. Les uns après les autres, ces divers établissements accèdent au réseau à haut débit, ouvrent des adresses plus stables et plus fonctionnelles et se dotent de sites Web10. Stimulés par les nouvelles applications, l’euphorie qui entoure internet a dépassé en intensité celle que l’informatique a générée dans les années 1980.

13L’intérêt suscité par internet est tel qu’il ne fait l’objet d’aucune objection, y compris de la part des pouvoirs publics qui ont tenté pourtant, un moment, d’en contrôler l’accès par le monopole. Entretenue principalement par les médias privés, cette euphorie interdisait pratiquement à quiconque de critiquer ou de formuler des réserves sur la pertinence du « Réseau des réseaux ». Ce mythe, lié pour certains à son potentiel supposé de connaissances, pour d’autres à ses divers contenus et outils, contribue à assurer la grande popularité d’internet, popularité dans laquelle les cybercafés jouent, de manière concrète, un rôle indéniable.

Les TIC : une revendication sociale

14L’observation des modalités d’acquisition des Tic, sur près de quarante ans, révèle d’emblée le changement intervenu dans le jeu des acteurs institutionnels et sociaux. Pour la première fois, une initiative majeure de développement échappe à l’État, faisant que les processus de professionnalisation et de socialisation précèdent largement l’encadrement institutionnel. il s’agit là d’une transformation aussi importante que brusque, ayant pris de court entreprises et administrations publiques. Elle ne s’inscrit que partiellement dans la logique du retrait de l’État des investissements économiques, décidé dès la fin des années 1970, dans la mesure où ce retrait ne s’était pas accompagné de l’abandon du contrôle que l’État exerçait sur le fonctionnement des institutions économiques et sociales. Ce contrôle s’étant au contraire renforcé, l’État continua de ce fait pendant longtemps à exercer un effet inhibiteur et dissuasif sur toute initiative pouvant avoir un impact public majeur. Les institutions naissaient sous la férule d’un État monopolisant l’initiative, encadrant les pratiques socioprofessionnelles au point où celles-ci s’inscrivaient davantage dans des logiques politico-administratives que techniques.

  • 11 « C’est autour de la société civile que se développera la Société de l’information en Algérie », a (...)

15À l’opposé, la démarche d’intégration des Tic paraît être, depuis le début des années 1990, avant tout le résultat d’initiatives et de pratiques qui, dans l’ensemble, échappent au contrôle des pouvoirs publics11. Ce n’est que dans un second temps, à la demande insistante des acteurs privés eux-mêmes, que les créations institutionnelles rattraperont et encadreront les avancées réalisées par des individus et des groupes qui se sont investis dans les Tic déjà depuis la fin des années 1980. Il est possible que l’État, mobilisé par les conflits sociopolitiques multiformes des années 1990, ait laissé faire, mais cette hypothèse paraît peu vraisemblable lorsque l’on sait toute la détermination avec laquelle il a réduit certains groupes professionnels (managers, scientifiques, ingénieurs, journalistes, etc.) ayant manifesté des velléités d’autonomie professionnelle.

16C’est en effet à des catégories aussi hétérogènes que celles des entrepreneurs, des universitaires et des jeunes, agissant en dehors de tout cadre institutionnel, mais puissamment soutenus par l’action des médias, que l’on doit, pour l’essentiel, l’intégration et la diffusion des Tic. Face à l’indifférence du secteur économique public (enlisé dans des problèmes d’ordre financier) et à la méfiance des pouvoirs politiques, ces catégories sociales ou professionnelles se sont saisies des nouvelles technologies pour en faire autant d’outils d’information, de démocratisation, d’ouverture politique, de création d’entreprises ou, plus simplement, d’insertion dans le marché du travail. Conscients de l’enjeu qu’elles représentent et soumis à de fortes pressions sociales et médiatiques, les pouvoirs publics ont vite réagi : les premières initiatives gouvernementales se sont tournées vers la création institutionnelle. Une panoplie de mesures, concentrées essentiellement dans le secteur des télécommunications et accessoirement dans celui de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, est mise en place dans un laps de temps relativement court.

17Parce qu’elles sont d’abord perçues comme des outils de communication, les Tic ont été structurées non pas au sein du secteur de l’industrie, mais de celui des postes et télécommunications. Cette administration, l’une des plus anciennes et des plus stables du pays, a été profondément réformée dans la perspective de préparer l’encadrement institutionnel des Tic. Parmi les mesures prises, la loi 2000-03 – présentée comme une condition de l’intégration de l’Algérie au marché international (adhésion à l’Omc, association avec l’union européenne, etc.) – supprime l’ancien organigramme du ministère des Postes et Télécommunications. Elle crée de nouvelles structures et instances qui distinguent formellement les fonctions politiques de celles d’exploitation, de production et de régulation. Surtout, elle ouvre pour la première fois le secteur des télécommunications aux capitaux privés. Une nouvelle division du travail dans le domaine de la politique d’intégration des Tic est introduite, distribuant les tâches entre des acteurs et des institutions préalablement identifiés.

  • 12 Les structures de recherche concernées par les Tic sont le Centre de développement des technologie (...)
  • 13 Le projet du cyber-parc de Sidi Abdallah a été lancé en 2001. il consiste à regrouper dans un parc (...)
  • 14 Cette autorité veille à l’application des dispositifs juridiques et réglementaires liés aux activi (...)

18Le schéma global est le suivant : le nouveau ministère des Postes et des Technologies de l’Information et des Communications (Mptic) conçoit la politique nationale d’intégration des Tic et s’occupe d’en mettre en place l’infrastructure. Les entreprises, publiques et privées, se chargent des aspects relevant de l’exploitation, tandis que l’innovation et la production des Tic doivent être le résultat d’une collaboration entre le système de recherche12 et les entreprises. Les domaines de recherche qui leur sont directement ou indirectement associés (technologies de l’information, informatique, mathématiques appliquées, télécommunications) sont érigés en Programmes prioritaires de recherche dont le financement incombe à l’État. Dans la foulée de ces mesures, les pouvoirs publics lancent, en 2001, un projet de cyber-parc à l’ouest d’Alger13. L’arbitrage entre les différents acteurs du secteur est attribué à une Agence de régulation de la poste et des télécommunications (Arpt)14, censée être indépendante de “tous les pouvoirs”. Enfin, une Agence nationale des fréquences et une Agence spatiale algérienne sont créées dans ce sillage. Telles sont les principales mesures prises pour acquérir, intégrer et encadrer les Tic.

  • 15 Pratiquement vierge et extrêmement porteur, ce secteur a permis à certains opérateurs privés étran (...)

19Cette réforme bénéficie principalement au secteur de la téléphonie mobile. La libéralisation du marché, la plus importante mesure de la réforme de par son impact réel, permet l’arrivée de quelques entreprises étrangères, mais celles-ci se concentrent uniquement dans les services de télécommunication et la commercialisation de téléphones cellulaires15, laissant toutes les autres activités liées à l’informatique et à Internet aux opérateurs locaux, privés et publics. Si le nombre d’Algériens possédant un téléphone cellulaire a atteint, en quelques années, plus de dix millions d’abonnés (sur une population de trente-trois millions d’habitants), la diffusion d’Internet, qui a préexisté à la téléphonie mobile, s’est faite lentement et n’a attiré que quelques entreprises privées, nées d’initiatives individuelles, dont les deux plus importantes sont Gécos et Eepad. Aussi, deux années après sa mise en place, ce dispositif institutionnel suscite-t-il plus de scepticisme que d’enthousiasme parmi les opérateurs nationaux, qui ont pourtant réclamé de l’État sa mise en place. Ils lui reprochent d’être un dispositif en quelque sorte virtuel, faute d’avoir été accompagné de mesures concrètes permettant aux stratégies sectorielles, entrepreneuriales ou individuelles de s’y insérer.

  • 16 Des pressions similaires, exercées par la communauté scientifique durant les années 1990 en faveur (...)

20Toutefois, par sa seule existence, ce dispositif a le mérite de susciter le débat. il donne également l’occasion aux acteurs du secteur de voir ce qui, selon eux, permettrait un développement intégré des Tic, à savoir une infrastructure technologique, un cadre de coordination et de communication intersectorielles et un dispositif de régulation qui dépasse la seule Arpt, cette agence se limitant à l’arbitrage des conflits. Ainsi, la réforme a non seulement avivé, mais aussi précisé la nature des demandes jusqu’alors adressées tacitement et isolément aux pouvoirs publics. Avec la multiplicité des rencontres (forums, symposiums, colloques, etc.) regroupant divers intervenants plus ou moins organisés, une véritable pression sociale s’exerce sur les pouvoirs publics. Les revendications sont centrées sur la mise en place d’une infrastructure technologique, sur la formulation d’une « stratégie » ou d’une « vision globale », pour employer leurs propres termes, et la promulgation d’un ensemble de lois précisant les conditions d’accès et d’utilisation des Tic16. Émanant de diverses catégories sociales et puissamment relayées par les médias, ces revendications portent sur l’instauration d’un cadre concret de valorisation des institutions mises en place par la réforme.

21Il faut noter qu’avant même la mobilisation de ces acteurs, l’accès aux Tic était déjà devenu une large revendication sociale, à l’exemple d’Internet, même si l’accès à l’ordinateur et à ses différents usages avait fait l’objet, en son temps, d’un certain engouement. D’abord limité aux fractions instruites recherchant une ouverture sur le monde, l’usage d’Internet s’est rapidement étendu, notamment auprès des jeunes qui constituent l’écrasante majorité de la population, faisant dire à certains observateurs qu’il « est devenu un problème national au même titre que le logement et le transport ». Dans les faits, c’est sous la pression des utilisateurs d’Internet que les pouvoirs publics ont procédé à la modernisation de l’ancien réseau téléphonique, basé sur l’analogique, peu compatible avec les technologies de l’information et de la communication, pour la remplacer progressivement par le numérique. installé durant les années 1970, le réseau analogique qui avait fait de l’Algérie un pays alors relativement avancé en matière de téléphonie, était devenu un obstacle à l’intégration des Tic, en raison de son inadaptation et des coûts élevés de son remplacement. Il constitue un des facteurs ayant retardé l’accès de l’Algérie à ces technologies par rapport aux pays qui ont investi directement dans la technologie numérique, comme la Tunisie, le Maroc, ou encore certains pays de l’Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Côte d’ivoire).

22Quant aux opérateurs, ils se plaignent, non seulement de la faiblesse des infrastructures, mais aussi de l’opacité de la politique officielle relative aux Tic, à laquelle ils reprochent le manque d’orientations claires et l’inadaptation du dispositif de régulation. D’emblée, il faut relever la contribution modeste, voire quasi-absente, du secteur économique public et privé. La plupart des grandes entreprises industrielles ont considéré les Tic comme des produits destinés à la consommation, devant servir davantage à soigner leurs look que leur compétitivité. De ce fait, la dynamique d’intégration des Tic est pour l’essentiel l’œuvre d’acteurs nouveaux dans le paysage socio-économique algérien, plutôt que d’entrepreneurs ayant déjà pignon sur rue. La catégorie des opérateurs recouvre ici de nouveaux entrepreneurs et créateurs d’entreprises cherchant à investir dans Internet et dans la téléphonie mobile. ils convergent autour de trois revendications adressées directement aux pouvoirs : « une vision globale », « une contribution à la mise en place d’une infrastructure technologique adéquate » et « une révision de la politique en matière de coûts ». Robert Boyer (1995, 127) rappelle que, pour être efficaces, « les stratégies des entreprises supposent des infrastructures publiques et des règles du jeu qui soient cohérentes avec le système productif en vigueur ». Paralysés par la crainte de paraître à nouveau dans un rôle interventionniste, les pouvoirs publics gardent le silence face à ces revendications et prennent peu d’initiatives concrètes. C’est pourquoi leur inaction relève d’un mélange de dogme, alimenté par l’idéologie néo-libérale, et de traumatisme lié aux échecs des expériences passées en matière de politiques publiques.

23Les initiatives privées butent ainsi sur les lenteurs de l’action des pouvoirs publics. Dans leurs revendications, les entrepreneurs ne manquent pas une occasion de dénoncer cette inaction qu’ils présentent, sans ambages, comme un frein à leurs ambitions. Les entreprises, affirment-ils, sont souvent créées dans des conditions marquées par un déficit, à la fois, d’infrastructure technologique et de dispositions juridiques. L’un d’entre eux décrit les conditions dans lesquelles il a créé son entreprise :

Nous voulions devenir fournisseur d’accès à Internet, mais cela nécessitait une plate-forme, des équipements et des serveurs. Nous ne pouvions importer ce matériel qui risquait par la suite de devenir non conforme aux réglementations ultérieures. Nous avons donc lancé, dans un premier temps, des activités à moindre risque qui étaient la conception et l’hébergement de sites Web.

24Ou encore :

  • 17 Interview du directeur de l’entreprise Gecos dans L’interface économique, repris dans le site Web (...)

Le succès des services internet était alors étroitement lié à la bonne qualité de l’infrastructure de base des télécommunications, à la vulgarisation d’internet, à la légalisation des activités liées au commerce électronique, à la téléphonie sur internet, et à la lutte contre le piratage.17

  • 18 Par exemple, l’entreprise canadienne Excendia, basée à Montréal, à l’origine de nombreuses innovat (...)

25D’autres entrepreneurs vont plus loin dans leurs revendications. Dépassant le cadre infrastructurel et juridique, ils tendent à englober le contexte social et éducatif. Évoquant la cybercriminalité lors d’une réunion tenue le 10 janvier 2004 à Alger, les fournisseurs d’accès à Internet insistent sur l’importance d’une action publique de sensibilisation sociale aux problèmes des Tic dans les écoles, les médias, les entreprises, les universités et les associations. ils posent aussi le problème de la compétence des services publics, notamment celle des services de sécurité, des juges et des avocats, dans le domaine des savoirs liés à la Société de l’information, faisant des Tic un facteur de changement autant technique que social et culturel. Ajoutons que les Tic ont donné l’occasion à certains entrepreneurs de la “diaspora” de participer aux débats et de tester les capacités du dispositif institutionnel mis en place, ainsi que ses objectifs et sa fiabilité. Ils ont été unanimes à souligner le rôle primordial de la politique publique dans l’expansion des Tic, se référant en cela à l’exemple de leurs pays d’accueil. Certains d’entre eux commencent à envisager des investissements et des partenariats avec des entreprises locales18.

26De leur côté, les gestionnaires des institutions scientifiques ne sont pas en reste. ils participent également à cette pression sociale sur les instances gouvernementales. Quelques directeurs de centres publics de recherche se posent en porte-parole des créateurs d’entreprises, et proclament que « sans le coup de pouce des pouvoirs publics, aucune industrie de logiciels n’a de chance de prospérer ». Ils suggèrent, par exemple, que « le Mptic mette à la disposition des jeunes investisseurs des pépinières, qu’il les aide à accéder au financement de leur projet [...] ». Enfin, cette revendication populaire et entrepreneuriale est puissamment relayée par les médias qui jouent un rôle important en tant que promoteurs et utilisateurs des Tic, notamment d’Internet. Les entrepreneurs du secteur ne cessent d’ailleurs de mettre en valeur la contribution des médias à la vulgarisation et à la diffusion des Tic. On peut aussi relever que presque tous les colloques et symposiums portant sur une thématique industrielle ou scientifique se terminent par des appels en faveur d’une plus grande implication étatiques dans les domaines de l’infrastructure, de la stratégie et de la régulation.

  • 19 Les États-Unis ont été les premiers à se doter d’une véritable politique nationale d’intégration d (...)

27En dépit de ces pressions, aucune stratégie ou vision globale d’intégration des Tic n’est pourtant perceptible. Certes, les pouvoirs publics répondent à ces appels, mais leurs réponses consistent le plus souvent en des actions isolées, sectorielles et non coordonnées. Lorsque l’on compare la politique américaine (M. Catinat, 1999 ; U. Muldur, 1997) ou québécoise (J.-G. Lacroix, G. Tremblay et G. Pronovost, 1993) d’intégration des Tic, nous constatons que les États y jouent un rôle bien plus prépondérant qu’en Algérie où, pourtant, un secteur privé susceptible de prendre la relève des actions publiques est encore très peu développé. Ainsi, il existe peu d’éléments d’une stratégie d’ensemble, agençant les actions des pouvoirs publics avec celles des producteurs et des utilisateurs, comme c’est le cas dans la plupart des pays développés ou émergents. En Europe et en Amérique du Nord, l’informatisation et le passage des technologies mécaniques aux technologies numériques (M. McLuhan, 1964) ont été précédés et accompagnés d’une politique étatique puissante, soutenus par d’importants financements publics, et largement orientée vers le secteur industriel19.

  • 20 Rapporté par le quotidien El Watan du 17 mai 2003, Alger.

28En Algérie, nous constatons qu’une multitude de projets ont bien été initiés dans différents secteurs, notamment depuis 2002. Toutefois, ces initiatives restent confinées à des secteurs et ne « s’inscrivent pas dans une approche stratégique globale », comme le remarque le Département des technologies de l’information et de la communication globale d’une institution telle que la Banque mondiale20. Ainsi, dans le domaine des Tic, abonde ce qui relève de l’initiative privée, des particuliers ou des entreprises (ordinateurs personnels et leurs divers périphériques, logiciels et progiciels qui les accompagnent, accès à internet, messagerie électronique, plates-formes Web, outils Ftp, etc.). En revanche, ce qui relève de l’État ou nécessite son intervention (réseaux à hauts débits, réseaux téléphoniques, réseaux à fibre optique, réseaux par satellites, dispositifs de régulation, etc.) suit avec lenteur, fait parfois défaut et tend à susciter des goulots d’étranglement.

Apprentissage individuel et appropriation sociale

29La dynamique sociale apparaît également au niveau de l’apprentissage des Tic. Tout comme durant l’industrialisation des années 1970 et 1980, il y eut là aussi une période d’apprentissage technologique assez intense. Mais les deux périodes ont leurs particularités : en premier lieu, et comme nous l’avons souligné, l’accès aux Tic est pour l’essentiel le résultat d’initiatives entrepreneuriales et individuelles plutôt qu’étatiques et collectives ; en deuxième lieu, l’apprentissage a souvent précédé l’acquisition ou l’accès aux Tic, ce qui constitue une démarche différente de celle adoptée durant la première période. Auparavant, le volontarisme de l’État expliquait que l’acquisition des technologies avait précédé son apprentissage, les actions de formation ayant été mises en place parallèlement ou après l’achat des usines “clés en main” ou “produits en main”. À l’inverse, la démarche d’accès aux Tic est le résultat, non d’une stratégie étatique, mais du fait accompli imposé par l’irruption de ces technologies dans l’univers des Algériens, et surtout par une demande pressante venant de certains groupes sociaux.

  • 21 Étudiant la télévision, G. Lochard (2002) distingue quatre périodes ayant marqué son processus d’i (...)

30Les Tic, surtout Internet avec ses différents usages, sont vite entrés dans les mœurs des jeunes, des cadres et des couches éduquées ou moyennement aisées, même si leur généralisation à l’ensemble de la société avance plutôt lentement, sauf pour le téléphone mobile. Pendant les dix ans qui recouvrent la période de l’informatisation et de l’introduction d’Internet (1985-1995), les Tic ont été surtout portées par la volonté d’individus. Petits entrepreneurs, passionnés d’informatique ou simples bricoleurs se sont acharnés à les intégrer à leurs pratiques et à en maîtriser les usages : d’abord l’ordinateur avec ses différents développements, ensuite internet et ses diverses utilisations. cette vague de curiosité scientifique, technique et entrepreneuriale a été puissamment relayée, il est vrai, par la presse qui n’a cessé de glorifier les Tic et de les associer à la modernisation. En ce sens, on peut vraiment caractériser la montée des Tic par « l’enchantement originel » et « la militance journalistique » (G. Lochard, 2002) qu’elles ont suscités21.

  • 22 Un grand nombre de cadres supérieurs des grandes entreprises publiques et des administrations cent (...)
  • 23 Parmi ces nombreux colloques, nous mentionnerons : La mondialisation, la communication et les Ntic(...)
  • 24 Cette interrogation rend compte de la prééminence du discours sur les faits, et exprime l’incrédul (...)

31Cet apprentissage s’effectue néanmoins à des niveaux qui diffèrent selon les catégories sociales : la coopération internationale pour les cadres, les cybercafés pour les jeunes et une bonne partie des cadres et des universitaires, comprenant ceux qui n’ont pas accès aux premières ressources. En effet, on observe depuis près d’une décennie un nombre exceptionnellement élevé de rencontres nationales et internationales consacrés aux Tic, lesquelles sont devenues un marché si important qu’une partie des cadres du secteur public s’est convertie en prestataires de service dans ce domaine22. En plus des nombreux symposiums internationaux organisés par des bureaux de consultants et par le Mptic, la plupart des universités ont tenu au moins un ou plusieurs colloques internationaux sur des thèmes variés23 tels que l’apport de ces technologies pour l’enseignement et la recherche, ou encore pour l’industrie qui fait face à de graves difficultés de mise à niveau technologique. Parmi les problèmes les plus souvent débattus, figurent le télé-enseignement, l’accès et la gestion des bases de données, le génie logiciel, l’interface homme/machine, les multimédias et l’imagerie, etc. Si les participants eux-mêmes s’interrogent sur les retombées et la portée réelle de ces manifestations24, celles-ci n’en ressortissent pas moins de l’apprentissage.

  • 25 Sans préjuger de ses résultats intrinsèques, cette action qui vise en particulier à promouvoir la (...)

32La coopération internationale y joue également un rôle important dans la mesure où les Tic mobilisent aussi bien l’intérêt que des financements extérieurs. De part et d’autre des frontières, toute intervention de cette coopération rencontre l’enthousiasme des États comme celui des entreprises, administrations, universités et centres de recherche. Son volume est consi-dérable si l’on en juge par le nombre de contrats de partenariat et d’expertise signés ces dernières années. Même les collaborations qui ne portent pas spécifiquement sur les Tic intègrent systématiquement un volet ayant trait à ces technologies ou à leurs impacts possibles sur l’objet du débat. Par exemple, les propositions suscitées par l’Initiative Eumedis (Euro Mediterranean information Society) sont révélatrices des attentes placées dans la coopération internationale pour accéder à ces technologies25. Mais les plus importantes écoles de formation aux Tic pourraient bien être les cybercafés. Le mode d’apprentissage qui s’y rattache, empirique et sur le tas, touche largement les jeunes, les diplômés au chômage et les cadres plus ou moins marginalisés des entreprises et des administrations. Le cybercafé n’est pas un simple lieu d’accès au réseau internet. il est le lieu où les jeunes s’initient à l’usage de l’ordinateur, peu répandu dans la société algérienne, où d’autres s’informent et communiquent avec l’étranger, apprennent à ouvrir des pages et des sites Web, etc. Le cybercafé était et reste, dans beaucoup de cas, le lieu où des professeurs, des chercheurs, des cadres de l’industrie s’informent, échangent avec leurs homologues étrangers, envoient et reçoivent leur courrier professionnel. Toutes ces catégories professionnelles ont pratiquement découvert, appris et pratiqué les Tic dans les cybercafés : ces derniers leur ont permis de contourner la connexion tardive des institutions et des entreprises, le contrôle bureaucratique qui y est exercé, et ils leur ont donné l’occasion d’utiliser le Web bien avant que leurs employeurs ne le leur rendent accessible.

33L’engouement des jeunes pour le réseau Internet, et pour les Tic plus globalement, est tel que le besoin d’apprentissage qu’ils ont créé a pris de vitesse la mise en place d’un dispositif de formation, et s’est effectué en dehors de tout cadre institutionnel. Aussi les offres de formation pour l’utilisation des logiciels, pour la navigation sur le Net, pour la création de pages et de sites Web trouvent-elles peu de candidats qui acceptent d’y investir de l’argent. Nombre de cybercafés ont ouvert des sessions d’apprentissage aux multimédias, mais leur clientèle est restée limitée. En règle générale, internet a été pratiqué et maîtrisé empiriquement.

34Nous retrouvons ici un comportement similaire à celui qui s’est produit au début de la vague informaticienne des années 1980, lorsque beaucoup de jeunes ingénieurs ou de simples amateurs se sont investis, avec un succès technique certain, dans la programmation, sans aucune formation de base. Avant d’être un lieu d’apprentissage, les cybercafés furent et restent aussi le débouché de nombreux ingénieurs au chômage, qui y trouvent souvent un espace où ils peuvent donner libre cours à leur créativité et à leur sens de l’entrepreneuriat, loin des contrôles bureaucratiques. Cependant, le succès de l’apprentissage individuel contraste avec l’absence de perspectives pour une réelle appropriation sociale de ces nouvelles technologies, intégrant innovation et usage (S. Proulx, 2001). Celle-ci suppose, comme le fait remarquer cet auteur, une « maîtrise cognitive minimale », une « intégration sociale significative », et « la possibilité qu’un geste de création soit rendu possible par la technologie ».

35Cela étant, l’euphorie suscitée par les Tic correspond davantage à une boulimie consumériste qu’à une volonté de maîtrise sociale de ces nouvelles technologies. Les perspectives de leur appropriation collective ne se dessinent guère dans le tissu social et industriel algérien. Les entreprises se disputent le marché existant, qui a déjà atteint sa maturité ; et les valeurs sociales dominantes sont foncièrement orientées vers la consommation et non vers l’innovation. Les possibilités d’une appropriation innovante des Tic, qui représente tout leur intérêt commercial et leur valeur compétitive, s’en trouvent pratiquement annihilées. Comme lors de la période dite d’industrialisation, les entreprises se contentent d’acheter, de consommer ou de commercialiser des technologies importées. Le processus de création, de production ou de valorisation, est rarement envisagé. C’est en ayant fait ce constat que les entrepreneurs de la “diaspora” ont appelé les pouvoirs publics à changer de stratégie et à investir dans des programmes d’innovation (dont le Programme national de développement de logiciels) qui cibleraient des besoins futurs plutôt qu’actuels, déjà pris en charge par le marché international (B. Halimi, 2006).

36Faute d’avoir pu intégrer à temps de nouvelles technologies, les équipements industriels sont tombés dans une quasi-obsolescence. L’infrastructure technologique des entreprises est même devenue un obstacle à leur intégration tant elle nécessiterait un changement radical, n’étant plus susceptible de recevoir des améliorations techniques incrémentales. Certes, depuis la fin des années 1980, les pouvoirs publics présentent les nombreuses restructurations qu’ils entreprennent comme autant de tentatives pour revitaliser le secteur industriel public. Toutefois, ces opérations se réduisent, dans les faits, à des aménagements touchant les organigrammes ou, au plus, les aspects financiers : elles ignorent toute dimension technologique. initiées et conduites par des mandataires désignés par le gouvernement et imposés au management local, elles sont guidées par des motivations politiques à court terme, par des luttes de pouvoir entre la bureaucratie d’État et les forces émergentes liées au marché international (souvent organisées en sociétés d’importation), plus que par les enjeux technologiques du temps présent.

37Même les actions de “mise à niveau”, imposées de façon répétées au cours des années 1980 et 1990 aux entreprises publiques, ont consisté en de multiples tentatives pour parvenir à des équilibres budgétaires, partant de l’idée que le désendettement pouvait en soi suffire à rendre ces entreprises viables, voire compétitives. Or, non seulement elles ont ignoré les transformations majeures apportées par les Tic dans l’environnement technologique international, mais elles ont aussi perdu la plupart des compétences et des expériences technologiques accumulées. En somme, elles ont raté la transition de l’époque métallurgique et mécanique à l’époque électronique et numérique, que les pays avancés préparaient depuis le début des années 1960.

38Par ailleurs, l’intégration des Tic ne fait pas l’objet d’une attention égale dans tous les secteurs d’activité. La banque, vitale pour son effet d’entraînement, est restée relativement en marge du mouvement : jusqu’en 2005, il n’y a pas eu de transaction financière via Internet, ni commerce électronique, même les guichets automatiques étant peu répandus. À défaut d’une stratégie d’intégration globale, le sous-développement d’un secteur ou d’une simple activité devient vite un frein à l’expansion des autres, car les Tic sont des technologies fondamentalement transversales. Par exemple, l’absence de services bancaires de paiement électronique rend inutile leur usage dans la plupart des activités commerciales et industrielles.

39L’immobilisme dans le domaine managérial est un autre obstacle à l’appropriation sociale des Tic. L’opposition est radicale entre le modèle organisationnel porté par les Tic et celui qui a cours en Algérie. Pyramidal et centralisé, le deuxième se heurte au premier, au contraire horizontal et décentralisé. Les tensions bien connues qui peuvent apparaître entre des systèmes techniques importés et des configurations sociales locales (inadaptation au contexte social et environnemental) est évidente. Durant les années 1970, les Algériens ne disposaient pas de traditions propres dans le domaine du management ; ils importaient les techniques de gestion, qui ont depuis fait la preuve de leur inefficacité dans le contexte algérien. De nos jours, ils importent les technologies et les calquent sur ces mêmes modèles organisationnels, devenus par ailleurs obsolètes, ayant été conçus dans leur contexte initial pour une production industrielle de masse plutôt que pour une innovation technologique de pointe. Ils ne cherchent à modifier ni le système technique importé, ni le système socio-organisationnel qui le reçoit en greffe. Or, comme le note M. Castells (2000, 17): “A social structure is transformed when there is simultaneous and symetric transformation of relationships of production/consumption, power, and experience, ultimately leading to a transformation of culture”. La remarque de G. Canguilhem (1965, 135) signifiant que « tout homme veut être sujet de ses normes » met aussi en évidence cette dimension sociale de l’appropriation technologique.

40Le modèle d’administration et de gestion établi depuis les années 1970, et autour duquel se sont tissés des intérêts de nature rentière, continue de figer les relations sociales. Face à ce modèle qui ne peut générer une dynamique collective basée sur l’interaction et la communication au sens d’échanges négociés, les usages des Tic se sont dissous dans des approches individuelles. Cette dérive individualiste est aussi facilitée par la nature même des Tic : les possibilités d’usages individuels qu’offrent, par exemple, Internet ou l’ordinateur peuvent occulter le fait que leur efficacité sociale dépend d’une action collective, et donc du modèle socio-organisationnel dans lequel ils sont insérés. Comme les technologies plus anciennes, la rentabilité des Tic dépend moins de leur maîtrise individuelle que de leur maîtrise sociale. C’est pour cela que, paradoxalement, le plus difficile en Algérie est l’accès à l’information locale. Le partage de connaissances qui est, comme l’énonce Manuel Castells (1998) à la base de la culture internet, est la chose la moins pratiquée. L’information est toujours perçue dans son seul rôle d’instrument de pouvoir, et fait plus que jamais l’objet de rétention de la part de ceux qui la détiennent.

Conclusion

41Nous avons pu voir que la démarche actuelle d’intégration des Tic se présente différemment de celle qui a marqué l’industrialisation des décennies 1970 et 1980. Alors que, par leur action, les pouvoirs publics précédaient toujours les autres acteurs sociaux, ils se trouvent désormais en situation de retrait. Les Tic auraient été acceptées par le pouvoir politique algérien de la même manière qu’elles se sont imposées au corps professoral des universités par le biais de leurs jeunes assistants, et aux parents, par celui des enfants. En effet, ces technologies n’ont guère laissé le choix de leur adoption : elles ont eu raison de toutes les résistances. Chacun a été contraint de les accepter, à défaut de les choisir. Au-delà de cet effet quasi transcendantal qui tient, à la fois, de la force du marché international et de la volonté d’ouverture des Algériens, la plupart des initiatives d’intégration et de maîtrise des Tic seraient plutôt l’émanation de la « société civile ». Mais alors que les décideurs politiques sont perçus, du fait de leur indécision ou de leurs tergiversations, comme réfractaires, les opérateurs privés revendiquent une action publique forte, indispensable, selon eux, à la responsabilisation des différents intervenants et à la cohésion des actions dans leur ensemble. Cette contradiction apparente dans le jeu de ces acteurs tient à la distinction tacite entre un pouvoir politique très présent, mais contesté, et un pouvoir public absent, mais appelé à jouer un rôle économique (mise en place des infrastructures) et de régulation (mise en place d’un dispositif réglementant le monde des Tic).

42D’une part, les agents politiques, méfiants, ont accepté les Tic plus qu’ils ne les ont adoptées : ils ne savent pas à quoi s’en tenir et hésitent à y investir de façon délibérée. D’autre part, les institutions algériennes, minées par les interventions politiques (aussi impromptues que répétées) et par des stratégies individuelles exacerbées (qu’elles contribuent elles-mêmes à alimenter), sont devenues des lieux de production et de reproduction de conflits et non des lieux où se tissent les liens sociaux. Ce système politico-institutionnel abandonne les Tic aux individus, leur laissant toute possibilité d’y accéder, mais leur refusant les conditions d’une appropriation collective. Confrontées à l’absence d’inscription sociale, confinées au niveau des individus et de certains secteurs économiques, ces technologies sont réduites à la dimension de simples outils informationnels, au service d’ambitions personnelles.

43Avec les Tic, le système politico-institutionnel algérien est passé de la rétention de l’information à la rétention de la communication. Fondé, du sommet à la base, sur la négation des activités de groupes et en réseaux qui peuvent régénérer le lien social, il continue de marquer le fonctionnement des organisations et les relations de travail. Comme lors des politiques passées d’industrialisation, ni les institutions ni les organisations n’ont pu, parce tel n’est pas l’objectif qui leur est assigné, produire, canaliser et mobiliser des synergies sociales. Dominées par des stratégies de pouvoir, institutions et organisations deviennent des lieux de désintégration plutôt que d’intégration, des incubateurs de tensions plutôt que des créateurs de liens collectifs. Toute leur action consiste à greffer les technologies sur une organisation sociale préexistante, sans que celle-ci ait à subir de changements. Aussi l’apport essentiel des Tic (circulation de l’information, communication, échange, synergie, mise en réseau) intervient-il peu dans la refondation des rapports collectifs et dans la constitution de liens sociaux appropriés aux nouvelles formes d’organisation du travail et de pratiques professionnelles requises par toute innovation technologique ou sociale.

Bibliographie

Bibliographie

Ansart Pierre, 2002, « Les utopies de la communication », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 112, 17-43.

Boyer Robert, 1995, « Formation et emploi dans les nouveaux modèles de production », Science, Technologie, Industrie, n° 15, Paris, Ocde, 119-147.

Breton Philippe, 1990, La tribu informatique. Enquête sur une passion moderne, Paris, Métailié.

Canguilhem Georges, 1947, « Milieu et normes de l’homme au travail », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 3, 120-136.

Castells Manuel, 1998, La société en réseaux, Paris, Fayard.

Castells Manuel, 2000, “Matérials for an exploratory theory of the network society”, British Journal of Sociology, vol. 51, n° 1, 5-24.

Castells Manuel, 2001, La galaxie Internet, Paris, Fayard.

Catinat Michel, 1999, « Entrer dans la Société de l’information. L’enseignement américain », Futuribles, n° 242, mai, 19-40.

Chambat Pierre, 1994, « Usages des Tic : évolution des problématiques », Technologies de l’information et société, vol. 6, n° 3, 249-270.

Fortin André et Sanderson Duncan, 2004, Espaces et identités en construction, le Web et les régions du Québec, Québec, Nota bene.

Fraisse Geneviève, 2000, Les deux gouvernements. La famille et la cité, Paris, Gallimard.

Ghouati Ahmed, 2005, « Tice et formation à distance en Algérie : quel encadrement et quelle pédagogie ? », Cahiers du Cread, n° 71, Alger, Cread, 101-116.

Khelfaoui Hocine, 1999, Nouveaux modes d’acquisition des savoirs. Où en est l’entreprise algérienne ? », in Yassine Essid (dir.), Nouveaux modes d’acquisition des savoirs et travail humain, Sfax, Ceretim, 81-94.

Khelfaoui Hocine, 2000, Les ingénieurs dans le système éducatif : l’aventure des instituts technologiques algériens, Paris, Publisud.

Khelfaoui Hocine, 2001, « Évolution du profil de l’ingénieur algérien : du “technicien” au “développeur” ? », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation : filières coloniales et pratiques professionnelles, Tunis, Irmc, 197-211.

Khelfaoui Hocine, 2003, « Le champ universitaire entre pouvoirs politiques et champ économique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, 34-46.

Khelfaoui Hocine, 2004, “Scientific research in Algeria: institutionalization vs professionalization”, Science, Technology and Society, vol. 9, n° 1, 75-101.

Khelfaoui Hocine et Ouchalal Houria, 2006, « L’usage des Tic dans les universités algériennes, réseaux techniques et réseaux sociaux », in Hocine Khelfaoui (dir.), L’intégration de la science au développement : expériences maghrébines, Paris, Publisud, 228-246.

Lacroix Jean-Guy, Tremblay Gaëtan et Pronovost Gilles, 1993, « La mise en place de l’offre de formation des usages des Ntic. Le cas de Vidéoway et de Télétel », Cahiers de la recherche sociologique, vol. 21, 79-122.

Lochard Guy, 2002, « La recherche française sur le média et les discours télévisuels. Éléments pour un bilan prospectif », Actes du colloque franco-mexicain, Mexico, 8-10 avril 2002. http://archive-edutice.ccsd.cnrs.fr/docs/00/00/15/76/PDF/recherche_francaise.pdf.

Mc Luhan Marshall, 1964, The Gutenberg galaxy: the Making of Typographic Man, Toronto, University of Toronto press.

Miège Bernard, 1997, La société conquise par la communication2. La communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, Pug.

Miège Bernard et Tremblay Gaëtan, 1999, Pour une grille de lecture du développement des techniques de l’information et de la communication, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Muldur Ugur, 1997, « La politique américaine des sciences et des technologies », Futuribles, n° 220, 33-63.

Proulx Serge, 2001, « Les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une société du savoir », Actes du colloque Corevi. http://grm.uqam.ca/activites/corevi_2001/corevi_proulx.htm.

Schneider Bertrand, 2002, La civilisation Internet Entreprise. Éducation. Gouvernance, Paris, Économica.

Wolton Dominique, 2001, « La communication, un enjeu scientifique et politique majeur du xxie siècle », L’Année sociologique, vol. 51, n° 2, 309-326.

Documents

Alimazighi Kamel, 2002, « Les Tic et l’enseignement supérieur », communication présentée au symposium international Les Tic et la Société de l’information, Alger, 9-11 décembre.

Banque mondiale, 2003, E-Government at the Crossroads, Department of Economic and Social Affairs, World Public Sector Report, New-York, Onu.

Benhabib Abderrazak et Djennas Aoun, 2003, « Économie de l’information : enjeux et conséquences des systèmes d’information et du commerce électronique », communication présentée au colloque international Gouvernance et développement de la Pme, organisé par le Cread, Alger, 23-24-25 juin.

Benhamadi Moussa, 2002, « Les actions relatives aux Ntic dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique », communication présentée au symposium Les Tic et la Société de l’information, Alger, 9-11 décembre.

Conseil de la science et de la technologie, 1994, Miser sur le savoir, les nouvelles technologies de l’information, rapport de conjoncture, vol. 2, Québec, Cst.

Conseil de la science et de la technologie, 1995, Inforoute Québec, plan d’action du Comité consultatif pour la mise en œuvre de l’Inforoute de l’information, Québec, Cst.

Gouvernement du Québec, 1998, Agir autrement. La politique québécoise de l’Inforoute de l’information, Québec, Sai.

Gouvernement du Québec, secrétariat de l’Autoroute de l’information, 1996, Pour une stratégie de mise en œuvre de l’Autoroute de l’information au Québec, Québec, Sai.

Groupe de recherche en arts médiatiques, 1996, Dictionnaire des arts médiatiques, Montréal, Uqam.

Halimi Bachir, 2006, « La diaspora algérienne au service du développement des Ntic en Algérie », intervention aux journées d’étude de l’Eepad, cité par La dépêche de Kabylie, 1er juin 2006.

Interface économique (l’), repris dans le site Internet http://www.gecos.org (consulté le 28 mai 2004).

Journées d’informatique pour l’entreprise, 2002, organisées par l’Université Saad Dahlab, Faculté des sciences, département d’Informatique, Blida, 4, 5 et 6

juin 2002.

Sitic’ 03, 2003, Actes du Symposium sur les technologies de l’information et de la communication, Alger, 29-30 septembre.

Notes

1 L’expression générique « Tic » recouvre ici, à la fois, les équipements informatiques (l’ordinateur connecté ou non et ses différentes fonctions : logiciels, progiciels) et les outils de télécommunications comme le réseau Intranet, les collecticiels et les groupwares. Nous n’insisterons pas sur le cas de la téléphonie fixe et mobile, même si elle a connu une très grande expansion au cours de ces dernières années. À part quelques renvois comparatifs, elle ne sera pas traitée dans ce papier.

2 Ce travail a bénéficié du soutien financier de Aire-Développement.

3 Le Cni a été créé par ordonnance n° 69-101 du 26 décembre 1969 et placé sous tutelle du ministère de la Planification et de l’Aménagement du Territoire.

4 Décret n° 82-434 du 4 décembre 1982.

5 Entretien avec M. Saïdi, directeur de Big Informatique, une entreprise privée.

6 Entretien avec Y. Grar, directeur de Gecos : « Le prix moyen d’un Pc est de 50 000 dinars algériens, soit cinq fois le salaire national minimum garanti (Snmg) d’un Algérien, contre 500 euros en Europe (équivalant à la moitié du Snmg).

7 Cette fonction est définie comme suit : « Constitution de réseau d’information, développement d’outils d’accès à l’information, développement et gestion des bases de données, développement des produits de première catégorie... ».

8 « Observer l’évolution de la technologie de l’information, distinguer les systèmes obsolescents des systèmes fiables, aider à la bonne visibilité des perspectives de l’entreprise en matière de développement technologique à moyen et long termes, s’imprégner des mouvances générales de la branche, reconnaître les technologies prioritaires parmi les techniques émergentes. » (Ensi).

9 À l’instar des cadres du secteur public, ceux de l’Orée sont, pour la plupart, devenus consultants privés.

10 L’infrastructure nationale d’accès à Internet consiste en 22 Pop (points of presence) situés dans les grandes villes et raccordés à un site central à Alger et trois sites régionaux, pour l’Est, l’Ouest et le Sud du pays. La liaison internationale actuelle est une liaison satellitaire à 26 Mbit/s sur les États-Unis et 36 Mbit/s sur le Canada (Mptic).

11 « C’est autour de la société civile que se développera la Société de l’information en Algérie », a d’ailleurs vite observé Javier De Mugica, un des animateurs du projet d’appui au développement de la Société de l’information en Algérie piloté par l’Union européenne.

12 Les structures de recherche concernées par les Tic sont le Centre de développement des technologies avancées (Cdta), le Centre d’étude et de recherche sur l’information scientifique et technique (Cerist), le centre national des techniques spatiales (Cnts), le centre d’étude et de recherche en télécommunications (Cert), ainsi que les départements « Informatique » des différentes universités.

13 Le projet du cyber-parc de Sidi Abdallah a été lancé en 2001. il consiste à regrouper dans un parc technologique des activités de création d’entreprises (start-up), des pépinières de projets de télécommunications, de développement de logiciels et de télétravail, ainsi que des activités de développement de services multimédia. Mais ce projet tarde à voir le jour, bien que sa réalisation ait impliqué successivement la Banque mondiale et l’Agence américaine du développement et du commerce (Tda-Usa) et, plus récemment, la Corée du Sud.

14 Cette autorité veille à l’application des dispositifs juridiques et réglementaires liés aux activités de la Poste et des Télécommunications, afin de leur permettre de s’exercer conformément à la loi. Elle a aussi un rôle consultatif dans la conception des lois et règlements portant sur le secteur. Elle instruit les demandes de licences d’établissement et d’exploitation de réseaux postaux ou de télécommunication ouverts au public, encadre les tarifs, etc. L’Artp s’est fait connaître du grand public lors de l’arbitrage du différend ayant opposé l’opérateur public à un concurrent privé, concernant la taxe d’interconnexion de mobile à mobile.

15 Pratiquement vierge et extrêmement porteur, ce secteur a permis à certains opérateurs privés étrangers de générer d’importants revenus en très peu de temps.

16 Des pressions similaires, exercées par la communauté scientifique durant les années 1990 en faveur d’une prise en charge des activités de recherche scientifique, ont abouti à la promulgation de la loi de développement quinquennal de la recherche scientifique (1998-2002).

17 Interview du directeur de l’entreprise Gecos dans L’interface économique, repris dans le site Web http://www.gecos.org (consulté le 28 mai 2004).

18 Par exemple, l’entreprise canadienne Excendia, basée à Montréal, à l’origine de nombreuses innovations dans les Tic, dont le président et principal actionnaire est d’origine algérienne, a tenté un partenariat avec un fournisseur d’accès à internet.

19 Les États-Unis ont été les premiers à se doter d’une véritable politique nationale d’intégration des Tic, dont l’objectif était de lui redonner son hégémonie technologique perdue, au cours des années 1980, au profit du Japon et de l’Europe. Cette politique repose sur l’action puissante des pouvoirs publics, conjuguée à celle de l’industrie, organisée au sein d’un véritable lobby appelé Computer Systems Policy Project. L’alliance d’intérêts entre le gouvernement et l’industrie a été telle que le Congrès a voté toutes les lois et tous les budgets qui lui ont été proposés à cet effet. Cf. U. Muldur, 1997 ; M. Catinat, 1999.

20 Rapporté par le quotidien El Watan du 17 mai 2003, Alger.

21 Étudiant la télévision, G. Lochard (2002) distingue quatre périodes ayant marqué son processus d’intégration : 1) l’enchantement originel, correspondant à la phase expérimentale du média ; 2) la militance journalistique et intellectuelle, engagement de journalistes et d’intellectuels en faveur du média ; 3) la défiance critique qui intervient dans la phase où le média abandonne la posture éducative, caractéristique des premiers temps, pour s’affirmer comme un média voué surtout à la distraction ; 4) la normalisation académique.

22 Un grand nombre de cadres supérieurs des grandes entreprises publiques et des administrations centrales ont quitté leurs postes pour créer des bureaux d’études et de conseil. Leurs principales activités consistent à organiser des séminaires d’apprentissage destinés aux cadres du secteur économique et des administrations. Cette activité est devenue un secteur si florissant que nombre de grands instituts de formation en management, publics et privés, s’y sont investis.

23 Parmi ces nombreux colloques, nous mentionnerons : La mondialisation, la communication et les Ntic, Université Es-Senia, Oran, 7 mai 2003 ; le deuxième Colloque international sur l’université virtuelle, Université de la Formation continue, organisé avec le soutien scientifique et technique du Mit, Alger, 15, 16 et 17 mai 2002 ; les deuxièmes Journées d’informatiques pour l’entreprise, Université de Blida, Faculté des sciences, Blida, 4, 5 et 6 mars 2002 ; la Journée d’étude et de réflexion sur l’impact des Tic sur la formation et la recherche en Algérie, université Badji Mokhtar, Annaba, 26 et 27 mai 2003.

24 Cette interrogation rend compte de la prééminence du discours sur les faits, et exprime l’incrédulité des intervenants face à la finalité proclamée des débats scientifiques d’intérêt public.

25 Sans préjuger de ses résultats intrinsèques, cette action qui vise en particulier à promouvoir la communauté scientifique euroméditerranéenne et à moderniser les infrastructures des télécommunications locales, a reçu trente-neuf propositions algériennes relevant de divers secteurs. L’évaluation de ce programme a révélé que vingt des consortiums mis en place comprennent une participation algérienne.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable