Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans l’économie numérique

 | 
Mihoub Mezouaghi

I. Des logiques d’appropriation des technologies de l’information et de la communication

Internet au Maghreb et au Machrek

De la « Recherche et Développement » à l’appropriation sociale

Pascal Renaud

Texte intégral

1Les rythmes d’appropriation des technologies, les étapes qui mènent des laboratoires de « Recherche et Développement » (R&D) vers l’usage grand public sont révélateurs des potentialités de développement comme des résistances aux transformations. Dans cet article, nous tenterons d’observer les rythmes et les étapes d’appropriation d’Internet dans les pays arabes riverains de la Méditerranée. Nous remonterons la courte histoire d’Internet qui commence avec les premières expériences menées par les laboratoires et les universités à la fin des années 1980. Nous essayerons de comprendre pourquoi certains pays ont pris de l’avance. Nous observerons leur évolution et nous tenterons d’évaluer dans quelle mesure les pays les mieux placés ont tiré ou non parti de leur avance technologique.

  • 1 Because It’s Time for NETworking (le Bit est l’unité d’information binaire de l’ordinateur).

2Cette approche repose sur une double constatation. La première est le caractère précoce de la connexion de certains pays arabes au « Réseau des réseaux ». En Tunisie notamment, l’Institut régional des sciences informatiques et des télécommunications (Irsit) expérimente dès 1987 son interconnexion aux réseaux internationaux de chercheurs, se situant dans les vingt premiers pays du monde à se connecter. La Carte de la connectivité internationale établie en 1991 par Larry H. Landweber, co-fondateur de l’Internet Society avec Vin Cerf, distingue trois catégories (fig. 1) : les pays pleinement connectés, les pays ayant un accès Bitnet1 et ceux qui n’ont accès qu’au messagerie électronique. La Tunisie est, en 1991, le seul pays du continent considéré comme étant pleinement connecté. La seconde constatation porte sur les faibles résultats à terme de cette avance technologique. Vingt ans plus tard, celle-ci n’est plus véritablement perceptible en termes d’insertion dans l’économie numérique.

3Cette contradiction entre une insertion précoce dans l’Internet des chercheurs et une position relativement médiocre dans l’Internet sociétal, conduit à des interrogations sur la singularité de la relation entre innovation et développement économique dans le domaine des TIC. Après un rappel des conditions historiques de la performance des Tunisiens, auquel il convient d’ajouter celle des Égyptiens, nous reviendrons sur les caractéristiques du “phénomène Internet” et, notamment, des relations spécifiques entre les développeurs et les utilisateurs. Nous relierons ensuite, à la lumière de cette analyse, les étapes d’insertion d’Internet dans les pays étudiés. Enfin, nous nous interrogerons sur la fiabilité des données disponibles. Quel degré de confiance pouvons-nous accorder aux indicateurs publiés par les organismes internationaux ?

Figure n° 1. Carte de la connectivité internationale (1991)

Figure n° 1. Carte de la connectivité internationale (1991)

Source: ftp://ftp.cs.wisc.edu/​connectivity_table/​version_2.

Le succès des pionniers : un essai non transformé

  • 2 European Academic Research Network.
  • 3 Ordinateur central, ce concept rassurant est encore utilisé dans les banques et les autres établis (...)
  • 4 On appelle « protocole de télécommunication » la méthode utilisée pour échanger des données. Par e (...)
  • 5 Logiciels développés sur des fonds publics américains, librement copiables et modifiables. On ne p (...)
  • 6 Unix to Unix Copy Program. Ce logiciel permet d’échanger des fichiers et des messages électronique (...)
  • 7 Internet Protocole. Il a donné son nom au réseau qui repose principalement sur cette technologie.
  • 8 Les industriels européens avaient misé sur la technologie Iso/Osi et tentaient de l’imposer de man (...)

4En 1987, le mot Internet est encore inconnu du grand public et de la très grande majorité des informaticiens. Cependant, une communauté de chercheurs et d’ingénieurs en informatique et télécommunication s’évertue à faire communiquer des ordinateurs sur de très grandes distances. Ils tentent de mettre en place un service gratuit de messagerie électronique et d’échange de données entre laboratoires de recherche. Peu nombreux, ils sont cependant bien structurés et ont des correspondants dans tous les pays industrialisés. Plusieurs réseaux sont en compétition. Le groupe formé par Bitnet en Amérique du Nord et Earn2 en Europe est le plus important. Il repose sur des logiciels mis au point par Ibm, encore leader de l’informatique. Ce réseau relie les grands centres de calcul universitaires équipés de mainframes3. Un autre modèle de réseau progresse rapidement, il évoluera vers l’Internet que nous connaissons aujourd’hui. Il relie, de proche en proche, des petits ordinateurs ayant en commun l’utilisation du système Unix, aujourd’hui plus connu pour sa version libre Linux. Il repose sur des protocoles4 du domaine public5 tels que Uucp6 et Ip7 et relie principalement des petites structures (équipes, laboratoires). En 1987 également, la National Science Fondation (Nfs), l’administration de la recherche américaine, a choisi le modèle Ip pour relier les grandes universités des États-Unis. Le réseau s’appellera Nfsnet. Le succès de ce projet encouragera les organismes occidentaux à copier cette initiative malgré la réticence de la Commission européenne et celles des industriels qui misaient sur une autre technologie8. On peut donc considérer 1987 comme l’année de naissance de l’Internet mondial tel que nous le connaissons aujourd’hui.

  • 9 Norme X25 du Ccitt.

5Dans ce contexte et en cette même année 1987, la Tunisie expérimente sa première liaison avec les réseaux de la recherche. L’expérience, réalisée sur une simple ligne téléphonique, relie l’Irsit au Centre national universitaire Sud de calcul (Cnusc), centre de calcul universitaire situé à Montpellier (K. Sellami, 1995). Puis, dès la mise en service du réseau Tunipac en 1989, l’Irsit établit une liaison permanente avec le réseau Earn. Cette première connexion officielle de l’Afrique et du Monde arabe aux réseaux de la recherche apporte aussi une innovation purement technique. Elle constitue la première interconnexion Earn/Bitnet effectuée sur un réseau à commutation de paquets9 (N. Abida, 1991) (tab. 1). Poursuivant son action de veille technologique, l’Irsit réalise avec l’Institut national de la recherche en informatique et automatique (Inria, France) une autre interconnexion, basée cette fois sur le protocole IP. Elle fait ensuite enregistrer son code-pays « .tn », le 17 mai 1991 (Ripe, 2004). L’Égypte devait emprunter une voie similaire : en 1989, l’université du Caire établit une première liaison avec Earn en s’appuyant, comme les Tunisiens, sur l’infrastructure technique offerte par le Cnusc de Montpellier. En 1992, les Égyptiens constituent le consortium Ritsec (Centre régional d’ingénierie logiciel des technologies de l’information) avec l’appui du Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud) et du Fond arabe pour le développement économique et social. Sa mission est d’aider au développement des technologies de l’information et de l’industrie du logiciel dans la région arabe. Ritsec est notamment chargé d’apporter son expertise pour la mise en œuvre de serveurs et d’accès à l’Internet (tab. 2). En Tunisie et en Égypte comme ailleurs, l’Internet une fois installé est réclamé par de nombreux chercheurs qui souhaitent ainsi collaborer plus étroitement avec leurs collègues du Nord. Cependant, les établissements qui maîtrisent la technologie et qui ont installé les premiers nœuds du réseau, tels l’Irsit ou l’université du Caire, mais aussi l’Inria ou le Cnusc en France, ne peuvent pas assurer à eux seuls le financement du réseau. Ils sont amenés à en limiter l’utilisation en attendant des décisions qui relèvent des autorités.

Tableau n° 1. Introduction d’Internet au sud du bassin méditerranéen (1986-1999)

Tableau n° 1. Introduction d’Internet au sud du bassin méditerranéen (1986-1999)

Sources : A. Bennani et R. Mrabet, 2001 ; Ercim, 1995 ; T. Kamel et A. Nashwa, 1995 ; N. Abida, 1991 ; L. Landweber, 1991.

  • * Les États-Unis et le Canada utilisent des noms de domaines génériques (com ; org ; net ; edu ; gov (...)

Tableau n° 2. Domaines-pays déclarés en janvier 1992* (pays classés par nombre décroissant de serveurs enregistrés)

Tableau n° 2. Domaines-pays déclarés en janvier 1992* (pays classés par nombre décroissant de serveurs enregistrés)

Source : Ripe, Nombre de serveurs actifs par domaine-pays en janvier 1992 (www.ripe.net)

  • 10 Egyptian University Network.
  • 11 Réseau national pour la technologie, l’enseignement et la recherche (Renater) créé en janvier 1993 (...)

6Dans la plupart des pays, des consortiums ont été créés sous la tutelle du ministère de la Recherche avec l’accord des très puissants ministères des Postes et Télécommunications. Il faut non seulement réunir des moyens pour payer les coûts d’infrastructure mais aussi obtenir une révision de la réglementation pour autoriser les chercheurs à gérer un réseau de transmission de données. Ainsi, la Tunisie et l’Égypte créeront leur réseau national la même année que la France et avant bien d’autres pays européens. Dès 1993, l’Irsit est chargé de piloter le déploiement du Réseau national de la recherche et de la technologie (Rnrt). Cet organisme fournira l’accès à l’Internet dans la communauté scientifique et auprès de certains établissements publics (M. Ben Henda, 1995). En Égypte, Ritsec et l’Académie du Caire devaient assurer le déploiement du Réseau national des universités (Eun)10, auquel seront associés des établissements gouvernementaux et quelques entreprises. En France, le groupement d’intérêt public Renater11 vient alors d’être constitué.

7Après la création du Rnrt, le développement de l’Internet semble cependant stagner. Les décisions budgétaires ont-elles été prises assez rapidement ? Est-ce que le Rnrt disposait des moyens suffisants pour faire face au rythme de progression de la demande qui est proche de 100 % par an en Europe ? Toujours est-il qu’en 1994, l’Égypte ne compte encore que deux mille utilisateurs de la messagerie électronique, la Tunisie moins de mille utilisateurs. Ce chiffre très supérieur à celui de l’Algérie où soixante-dix utilisateurs sont alors inscrits au Cerist, ne marque pas pour autant une avancée significative. C’est à partir de 1995 que le marché s’accroît de manière exponentielle. Un sommet du G7 se tient à Bruxelles sur le thème de la Société de l’information (A. Eble et C. Vuillemin, 1996). Il sera suivi d’une réunion à Midrand en Afrique du Sud, orientée vers les pays en développement. Internet est définitivement consacré comme norme mondiale. En Europe, les fournisseurs d’accès Internet se multiplient. Des équipes de chercheurs s’engagent dans la création de start-ups. Mais, en Tunisie et en Égypte, le marché de l’Internet ne décolle pas. Quelques années plus tard, les deux leaders arabes des technologies de l’information devaient être rattrapés puis dépassés par les nouveaux arrivants : la Jordanie et le Liban (tab. 3).

Tableau n° 3. Host Count ou comptage des serveurs actifs (1992-2003)

Tableau n° 3. Host Count ou comptage des serveurs actifs (1992-2003)

* Chiffre de février de la même année.
** Données inexistantes pour l’ensemble de l’année.
Source : Ripe, Nombre de serveurs actifs enregistrés en janvier de chaque année (www.ripe. net).

8Le comptage (ou Host Count) réalisé par Ripe, l’organisme européen de coordination de l’Internet, montre, à la fois, l’avance de la Tunisie dont l’activité est enregistrée dès 1992 et une progression aussi lente qu’erratique. Un premier maximum est atteint en février 1996 (84 serveurs) puis la courbe redescend jusqu’en octobre 1997 pour remonter et atteindre un second maximum en août 1998 (108 serveurs). Elle rechute à nouveau entre novembre 1998 et janvier 1999. Le nombre de serveurs actifs du domaine « .tn » reste ensuite très bas (autour de 20 serveurs) jusqu’en janvier 2001. Or, la date de la première baisse (début 1996) correspond à celle de la création de l’Agence tunisienne d’Internet (Ati) qui a probablement eu pour effet de concentrer l’activité autour d’un plus petit nombre de serveurs. La reprise coïncide avec l’apparition des deux premiers fournisseurs d’accès grand public en 1997. Enfin, en 2001, six autres fournisseurs d’accès privés régionaux entrent en service à Sfax, Sousse, Béjà, Kairouan, Gafsa et Médenine.

9Un autre indicateur du développement d’Internet, fourni par l’Union internationale des télécommunications (Uit) depuis 1997, est le taux de connectivité, c’est-à-dire le nombre d’internautes pour 1 000 habitants. Il confirme le décollage tardif de la Tunisie par rapport à la Jordanie et au Liban qui pourtant n’ont réussi leurs premières connexions à l’Internet qu’en 1995 (fig. 2). Il convient donc de s’interroger sur ces deux phases du développement de l’Internet. Quelles sont les raisons de la performance tunisienne à la fin des années 1980 ? Et comment expliquer qu’elle n’ait pas conservé sa place de leader dans la période d’extension du réseau puis de généralisation de son usage ?

Figure n° 2. Taux de connectivité, 1997-2004 (en %)

Figure n° 2. Taux de connectivité, 1997-2004 (en %)

Source : à partir des données de l’Union internationale des télécommunications (Uit).

Internet : un processus complexe piloté par les utilisateurs

10Revenons tout d’abord sur le “phénomène Internet” et notamment sur la dynamique sociale qui lui est associée. La particularité – et le succès – de l’Internet ne sont pas à rechercher dans la technique elle-même, une technologie-réseau parmi d’autres, mais dans le rôle très important que jouent les utilisateurs qui, depuis le début, ne sont pas tant des clients que des partenaires, chercheurs et promoteurs de son développement. Les médias ont retenu que l’invention a été financée par l’armée américaine et que le réseau était capable de résister à une attaque nucléaire. Mais la majorité des projets américains de recherche dans les domaines de haute technologie étaient et sont encore financés directement ou indirectement par le secrétariat d’État américain à la Défense. Tandis que la fable du « réseau résistant aux attaques nucléaires », n’est qu’un argument de circonstance utilisé durant la Guerre froide. La particularité d’Internet est ailleurs. La révolution technologique du Net est avant tout dans le pilotage de la « Recherche et Développement » par les utilisateurs.

11Rappelons tout d’abord que l’Internet n’est pas un standard de fait qui se serait imposé sur le marché de l’informatique comme le système Windows ou le moteur Google. Ces deux technologies ont été développées et diffusées par des industriels dans le cadre classique de l’économie capitaliste avec, comme objectif, la recherche du profit et la conquête de nouveaux marchés. L’Internet est issu d’un processus radicalement différent. Il n’a pas été conçu par une entreprise (ou un ensemble d’entreprises) et son développement n’a pas été financé par des investissements privés. Le protocole Ip est un standard élaboré et géré par une communauté d’utilisateurs, et qui est devenu la norme internationale pour le transport d’information numérique. Sur cette base, d’autres standards ont été établis, dans un processus similaire, pour le développement d’applications.

Des normes et des standards établis par consensus

  • 12 Cf. http://www.ietf.org.
  • 13 Ce consortium réunit des chercheurs et des industriels, il est co-dirigé par le Massachuset It (Bo (...)

12Le dispositif mis en place par les fondateurs de l’Internet s’inspire des procédures de validation des articles scientifiques dans les revues à comité de lecture. Les propositions – request for comments (Rfc) – sont débattues par une communauté de chercheurs qui s’intéresse au sujet, quelques dizaines au début, quelques milliers aujourd’hui. Elles sont adoptées par consensus et acquièrent ensuite force de loi dans la communauté des ingénieurs qui mettent en œuvre le réseau et s’imposent à tous les utilisateurs (C. Huitema, 1995). Cette méthode de définition des standards mobilise un grand nombre de personnes assurant une qualité de décision difficilement égalable dans un processus industriel, même lorsqu’il est régi par les normes de qualité les plus rigoureuses. Il s’apparente à ce que Pierre Lévy (1997) appelle « l’intelligence collective ». Les industriels ne sont pas nécessairement absents de ce processus, mais ils n’interviennent pas au titre de leur entreprise. Ils ne peuvent s’exprimer que par l’entremise des salariés membres de la communauté des spécialistes. Ce n’est pas le chiffre d’affaires ou la valorisation boursière des entreprises qui donne du poids à leurs collaborateurs mais leur notoriété scientifique et technique. Ce mode de validation, construit en marge des organismes officiels de normalisation et notamment l’International Standard Organisation (Iso), a constamment heurté les stratégies des grands industriels. Et, contre toute attente, la communauté des internautes s’est montrée très résistante, s’affermissant au cours du temps. Les petits groupes de travail pionniers sont devenus de véritables institutions internationales dont les plus connues sont l’Internet Engineering Task Force (Ietf)12 et le World Wide Web Consortium (W3C)13. Le premier définit les normes du réseau, le second celui des applications et notamment celles des navigateurs Web

Des innovations initiées par les Internautes

  • 14 Réseau national américain pour la recherche scientifique (cf. supra).

13De même que les normes du réseau sont le résultat d’un processus public de consultation d’une communauté d’utilisateurs éclairés, l’innovation – processus qui se situe en amont de la standardisation – est le résultat d’une action des utilisateurs mais sur une échelle plus large. Dans le domaine des Tic en général, et de l’Internet en particulier, l’innovation prend naissance « dans les pratiques et usages » (D. Cardon, 2005). Toutes les grandes innovations de l’Internet ont été initiées ou imposées par les utilisateurs. C’est le cas de la première d’entre elles, la messagerie électronique, imposée par les usagers du réseau Nfsnet14, alors que celui-ci avait été déployé pour partager des supercalculateurs et encourager les travaux de modélisation. C’est notamment le cas du World Wide Web qui a été mis au point par les ingénieurs du Centre d’étude et de recherche nucléaire (Cern, Genève) pour régler un problème posé par la communauté internationale des physiciens : consulter toutes les bases de données avec une même interface. Le Cern n’est en aucun cas un opérateur du monde de l’informatique ou des télécommunications mais bien un établissement utilisateur disposant de hautes compétences. C’est la raison pour laquelle il n’a pas souhaité poursuivre les travaux de Recherche et Développement engagés avec le Web et a confié cette tâche au World Wide Web Consortium (W3C) qu’il a créé avec L’Inria et dans lequel il n’a gardé qu’une place modeste. Aujourd’hui encore, les nouvelles technologies du Net, portées par les utilisateurs, s’appellent Peer to Peer et Wifi. Elles suscitent de nombreuses interrogations de la part des opérateurs comme des autorités et bousculent, une fois encore, les règles du jeu. Il convient donc de s’interroger sur le rôle dévolu aux utilisateurs à chaque étape du développement de l’Internet dans les pays considérés.

Le facteur « Recherche et Développement »

14L’Égypte et la Tunisie sont en tête du monde arabe pour les sciences de l’ordinateur, selon le classement de la production scientifique établi par l’Institut Thomson (tab. 4). De plus, on note un pic de l’indicateur de qualité des publications (nombre de citations-papier) pendant la période 1995-1999 (tab. 5). Ces bons résultats sont confirmés par une étude menée en 1997 par l’European Research Consortium for Informatics and Mathematics (Ercim), organisme d’expertise qui regroupe les grands instituts de recherche en informatique de l’Union européenne. Ercim évaluait à trois cents le nombre total de chercheurs en informatique et télécommunication, concluant que la « qualité de la recherche tunisienne se situe au niveau des standards européens ». Elle soulignait que « la plupart des chercheurs tunisiens [avaient été] formés à l’étranger, dans les meilleurs laboratoires européens et américains et qu’ils [avaient] su maintenir des relations scientifiques avec eux » (Ercim, 1997).

Tableau n° 4. Rang mondial pour les publications des pays arabes en sciences de l’ordinateur (1995-2005)

Tableau n° 4. Rang mondial pour les publications des pays arabes en sciences de l’ordinateur (1995-2005)

Source: ISI Web of Knowledge - The Thomson Corporation.

Tableau n° 5. Publications tunisiennes en sciences de l’ordinateur (1995-2005)

Tableau n° 5. Publications tunisiennes en sciences de l’ordinateur (1995-2005)

Source: ISI Web of Knowledge - The Thomson Corporation.

15Dans le cas de l’Égypte, il apparaît que le service informatique de l’université du Caire fonctionnait à la manière du Cnusc de Montpellier, comme un laboratoire de veille technologique et de R&D. L’expérience acquise avec Earn est valorisée à travers la création de Ritsec en 1992, puis de l’Institut des technologies de l’information15 en 1993. De même, la Tunisie possède un bon dispositif de « Recherche et Développement », des chercheurs et ingénieurs d’excellent niveau, développant des contacts internationaux. Des liens anciens et stables sont établis entres institutions. Les nombreux colloques et séminaires organisés dans le pays entretiennent et favorisent ces relations scientifiques qui participent à l’intégration de la Tunisie dans l’espace de recherche européen. Son excellente intégration dans les réseaux scientifiques internationaux explique, pour une large part, sa participation précoce aux réseaux de la recherche. Le premier objectif des chercheurs de l’Irsit était de devenir des utilisateurs du Net. Leur première action a consisté à ouvrir le service de messagerie électronique à leurs collègues et, de proche en proche, à toute la communauté scientifique. L’essai de l’expérimentation ayant été transformé, dès 1993, par la création du Rnrt, les experts considèrent alors que « la Tunisie est prête à jouer un rôle central dans le domaine de la communication et des réseaux en Afrique du Nord, grâce à son infrastructure fiable, la compétence de ses techniciens et la qualité des services mis en place » (T. Kamel et A. Nashwa, 1995). On pouvait donc s’attendre à un développement du nombre d’internautes, proche des autres pays pionniers tels que la Hongrie ou la Bulgarie. Cependant, les chiffres publiés par l’Uit en 2004 sont sans ambiguïté. Avec 8, 40 internautes pour 100 habitants, la Tunisie est trois fois moins connectée que la Hongrie ou la Bulgarie, tandis que le Moyen-Orient connaît une croissance notable avec 10, 69 utilisateurs pour 100 habitants en Jordanie et 16, 90 au Liban.

Le facteur réglementaire

16Parmi les freins au développement du réseau, beaucoup d’économistes évoqueront les retards dans la mise en place des réformes, c’est-à-dire le maintien du monopole sur certains services de télécommunication. Le tableau n° 6, établi à partir des données de l’Uit, permet une première comparaison des cadres réglementaires. Il apparaît sans conteste que la Jordanie dispose d’un dispositif plus libéral que la plupart de ses voisins. L’autorité de régulation, mise en place dès 1995, est un organisme collégial, formé de cinq membres et financé par les licences qu’il accorde. Le téléphone fixe et Internet y sont totalement libéralisés. Cette libéralisation complète est la seule du panel des pays étudiés. En revanche, le Liban présente un profil exactement inverse. Il n’a toujours pas de régulateur, le monopole du téléphone fixe est conservé et Internet n’est libéralisé qu’au niveau des accès locaux. Le raccordement international est encore assuré par l’opérateur historique. Ces deux pays au profil si opposés sont les deux leaders de l’accès à l’Internet depuis plusieurs années, avec un net avantage pour le Liban si peu dérégulé.

Tableau n° 6. Le niveau de dérégulation dans sept pays arabes (2005)

Tableau n° 6. Le niveau de dérégulation dans sept pays arabes (2005)

Source : Union internationale des télécommunications (Uit), 2005.
http://www.Itu.int/​ITU-D/​treg/​profiles/​guide.asp?lang=fr

Retour critique sur la qualité des données

17Un des constats de la première étape du Sommet mondial de la Société de l’information (Smsi) qui s’est tenu à Genève en décembre 2003, a été l’insuffisance de statistiques permettant de saisir les progrès en ce domaine et de comparer les pays. En réponse, les principales organisations internationales impliquées dans le Smsi ont créé un groupe de travail et rédigé un premier rapport (Unctad, 2005) qui fait le point sur l’état réel des données à même de fournir des indicateurs. Ce rapport constate tout d’abord qu’en dehors des pays de l’Ocde, peu de données sont collectées de manière systématique. Pour l’Afrique du Nord, il mentionne la Tunisie qui mène des enquêtes régulières sur l’équipement informatique des entreprises et des ménages, et le Maroc qui a récemment collecté des données relatives aux Tic dans l’éducation et dans l’administration. Mais aucune enquête systématique n’est répertoriée concernant le nombre d’utilisateurs d’Internet, qui permettrait des comparaisons entre les pays.

Le taux de connectivité

18Le nombre d’utilisateurs est cependant publié par l’Union internationale des télécommunications. L’agence onusienne a intégré, depuis 1997, cet indicateur à sa publication annuelle (Uit, 2005) (tab. 7). Le taux de connectivité alimente de nombreuses analyses et sert de base aux chiffres publiés par la Banque mondiale et d’autres grandes agences intergouvernementales. Mais ce n’est pas parce qu’ils font autorité que ces chiffres ne peuvent être soumis à l’analyse, voire à la critique.

Tableau n° 7. Nombre d’internautes dans sept pays arabes (2004)

Tableau n° 7. Nombre d’internautes dans sept pays arabes (2004)

Source : Union internationale des télécommunications (Uit), 2005.

19On doit tout d’abord noter que les données de l’Uit sont obtenues par les enquêtes que mènent régulièrement cette institution auprès de ses membres : opérateurs de télécommunication et gouvernements. Malgré tout le soin qu’accorde l’Uit à ce travail, les données récoltées en matière d’Internet sont difficiles à contrôler et ont tendance à être acceptées dans la seule mesure où elles ne sont pas incohérentes. De plus, la vague de privatisation des opérateurs a eu pour conséquence de disperser les données et de fragiliser les services chargés des statistiques au sein des opérateurs historiques et de l’administration. Il est en tout cas surprenant de constater que ce nombre d’utilisateurs est très souvent exprimé en dizaines voire en centaines de milliers d’individus. Mais une fois traduit en taux, c’est-à-dire divisé par le nombre précis d’habitants, le même chiffre prend une allure plus crédible. Ainsi la Jordanie annonce 600 000 utilisateurs en 2004 ce qui donne un taux de connectivité de 10, 69. Même si l’Iut reconnaît que le nombre d’utilisateurs est obtenu en appliquant des coefficients aux abonnements dûment enregistrés par les fournisseurs d’accès et par les cybercafés, quelle crédibilité accorder à des chiffres dont l’ordre de grandeur même peut être mis en doute ? Malgré cette marge d’incertitude, les chiffres de l’Iut sont acceptés par les pays membres et considérés, faute de mieux, par les organismes internationaux comme comparables entre eux.

Le comptage des serveurs (Host Count)

  • 16 Country Code-Top Level Domain (Cc-Tld).
  • 17 Par exemple, « tunisie.com » n’est pas compté comme site tunisien… et le domaine « .fr » ne couvre (...)

20Deuxième source utilisée dans cette étude, le Host Count (Hc) est le comptage des serveurs par domaine-pays16. Il est publié par Ripe (Réseau Ip européens), l’organisme officiel de coordination de l’Internet européen. Il assure notamment la distribution des numéros Ip en Europe et dans le bassin méditerranéen. Ce comptage est effectué chaque mois depuis octobre 1990. Le Hc est parmi les plus anciennes séries statistiques disponibles sur Internet. Il indique le nombre réel de serveurs actifs dans le domaine considéré. Les ordinateurs sont identifiés par leur numéro Ip et leur adresse Internet. Il s’agit d’un chiffre brut issu d’un processus automatique qui ne subit aucune correction manuelle. Il constitue donc une donnée objective et incontestable. Mais que représente-t-elle ? Le comptage est effectué par domaine. Les ordinateurs qui affichent l’adresse d’un domaine générique (c’est-à-dire finissant par « .com », « .org » ou « .net ») ne sont pas comptés dans le pays de résidence de l’utilisateur17. Le Host Count exprime surtout la vitalité du domaine d’adressage ou de l’organisme qui en assure la gestion. De plus, il n’y a pas de relation simple entre le nombre de serveurs et le nombre d’utilisateurs d’un domaine. Un même serveur peut être partagé par de nombreux utilisateurs ou réservé à un seul usage. Toutefois, le Host Count reste un indicateur impartial de l’activité du réseau. On constate que le Liban et la Jordanie sont aussi, et dans le même ordre, en tête pour leur Host Count et leur taux de connectivité. Pour surmonter cette difficulté d’ordre statistique, nous avons utilisé deux sources indépendantes, la première émanant de l’Uit et provenant des autorités des pays membres ; la seconde étant fournie par Ripe. Ces deux instances sont effectivement indépendantes, tant du point de vue de la méthode d’enquête que des acteurs impliqués dans la collecte des données. Force est de constater que ces deux sources d’information confirment notre analyse : la Tunisie et, dans une moindre mesure l’Égypte, qui étaient parmi les acteurs les mieux placés pour jouer un rôle de leaders régionaux de l’Internet en 1990, se retrouvent en sous performance quinze ans plus tard.

Conclusion

21Dans sa définition de la société en réseau, Manuel Castells (1998) souligne « la logique de réseau de tout système ou groupe de relations utilisant les nouvelles technologies de l’information ». Nous pouvons inverser la proposition et dire que, sans logique de réseau, il ne peut exister de développement des Tic. Ce sont, comme nous l’avons montré, les réseaux de chercheurs en informatique qui ont choisi et promu la technologie du Net. Son développement a ensuite suivi les chemins de leurs réseaux, passant rapidement de la petite communauté des informaticiens à celle, plus étendue, des physiciens, progressant d’un pays voire d’un continent à l’autre, se jouant des distances mais s’attardant quelque temps devant les frontières disciplinaires, plus difficiles à franchir pour les scientifiques que les limites géopolitiques.

22L’insertion des Tunisiens et des Égyptiens dans la communauté scientifique des chercheurs en sciences de l’ordinateur explique les performances de ces pays. Devons-nous conclure de la relative stagnation du développement du Net en Tunisie après 1993 qu’au-delà des milieux académiques, la société tunisienne est moins réticulée et se présente de manière plus hiérarchique ? C’est une des conclusions de Hocine Khelfaoui (2005) sur l’Algérie qui n’hésite pas à affirmer que « Intranet et Extranet sont […] inconciliables avec le phénomène, bien ancré dans les mœurs organisationnelles algériennes, de la rétention de l’information ». Quant à la Jordanie et au Liban, une étude récente de Michael Blakemore et de Roderic Dutton (2003) sur la stratégie jordanienne en matière de Tic, incite à penser qu’une société en réseau serait aussi en développement.

23Cependant, il se joue actuellement un nouvel enjeu sur le Net, celle du Peer to Peer. Tout comme la messagerie électronique et plus que le Web, le Peer to Peer est une technologie promue par les utilisateurs et diffusée à travers leurs réseaux. Autour de cette technologie, de nombreuses innovations devraient se développer, mais personne ne peut dire lesquelles. Pour autant, il ne fait aucun doute que la maîtrise de ces nouvelles technologies par les sociétés en transition sera décisive pour accélérer leur insertion dans la Société de l’information et de la connaissance.

Bibliographie

Bibliographie

Abida Nejib, 1991, “A Tunesian Earn Node Through a Public X25 Switched Packet Network”, communication présentée à L’Ifip TC6/Iccc, 3e Conference on Computer Communications Africom/Ccdc’91, Tunis, 21-23 mai 1991. http://elsevier.net/wps/find/bookdescription.

Ben Henda Mokhtar, 1995, « La communication de l’information scientifique et technique dans l’enseignement supérieur et la recherche : l’effet Renater/ Internet », in Les Inforoutes, objectif ou tremplin pour le développement, lecture dans le contexte tunisien, Bordeaux, 16, 17 et 18 mars 1995, université de Bordeaux III, Centre d’étude des médias, http://www.chez.com/benhenda/publicat/em_gresc.htm.

Bennani Abdelfadil et Mrabet Radouane, 2001, « La situation des technologies de l’information et de la communication dans le monde arabe. Étude réalisée pour l’Isesco », http://www.isesco.org.ma/tic/NTICAR..

Blakemore Michael et Dutton Roderic, 2003, “E-government, e-society and Jordan: strategy, theory, practice, and assessment”, First Monday, vol. 8, n° 11. http://firstmonday.org/issues/issue8_11/lakemore/index.html.

Cardon Dominique, 2005, « Innovation par l’usage », in V. Peugeot (éd.), Enjeux de mots, regards multiculturel sur les Sociétés de l’information, Caen, C&F Éditions, 309-342.

Castells Manuel, 1998, La société en réseaux, Paris, Fayard, 3 vol., 87.

Eble Amélie et Vuillemin Caroline, 1996, « Le G7 de Bruxelles sur les Autoroutes de l’information ». http://sung7.univ-lyon2.fr/ETU/bruxe.html.

Ercim, 1995, « Le développement d’Internet dans les pays méditerranéens et la coopération avec l’Union européenne : une étude menée pour la Commission européenne », http://www.ercim.org/publication/policy/Internet-med.pdf.

Ercim, 1997, “Evaluation of the tunisian research: a study carried out for the European Commission in agreement with the Tunisian ‘Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la Technologie’ (Serst)”, http://www.ercim.org/publication/policy/tunisia/tunisia.pdf.

Huitema Christian, 1995, Et Dieu créa l’Internet, Paris, Eyrolles.

Kamel Tarek et Nashwa Abdel Baki, 1995, “The communication infrastructure and the Internet services as a base for a regional Information Highway” communication présentée à Inet’95, http://www.isoc.org/HMP/PAPER/006/abst.html.

Khelfaoui Hocine, 2005, « Les Tic dans le système algérien d’enseignement et derecherche », Tic et développement, vol. 2, http://www.tic.ird.fr.

Landweber Larry, 1991, “Connectivity table”, Madison. ftp://ftp.cs.wisc.edu/connectivity_table/version_2.

Lévy Pierre, 1997, L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace. Paris, La Découverte.

Ripe, 2004, “Host Count”, http://www.ripe.net/info/stats/hostcount/index.html.

Sellami Khaled, 1995, “Networking efforts in the Maghreb region of Northern Africa” communication présentée à Inet’95 Proceedings, Honolulu, http://www.isoc.org/HMP/PAPER/207/txt/paper.txt.

Uit, 2005, “The world telecommunication indicators”, http://www.itu.int/ITUD/ict/publications/orld/world.html.

Unctad, 2005, “Measuring Ict: the global status of Ict indicators, partnership on measuring ICT for development”, éd. par Uit Force, Genève, Cnuced: Unesco: Itu: Bm.

Annexes

Annexes

Tableau n° 1. Introduction d’Internet au sud du bassin méditerranéen (1986-1999)

Tableau n° 1. Introduction d’Internet au sud du bassin méditerranéen (1986-1999)

Sources : A. Bennani et R. Mrabet, 2001 ; Ercim, 1995 ; T. Kamel et A. Nashwa, 1995 ; N. Abida, 1991 ; L. Landweber, 1991.

Tableau n° 2. Domaines-pays déclarés en janvier 1992* (pays classés par nombre décroissant de serveurs enregistrés)

Tableau n° 2. Domaines-pays déclarés en janvier 1992* (pays classés par nombre décroissant de serveurs enregistrés)

Source : Ripe, Nombre de serveurs actifs par domaine-pays en janvier 1992 (www.ripe.net).

Notes

1 Because It’s Time for NETworking (le Bit est l’unité d’information binaire de l’ordinateur).

2 European Academic Research Network.

3 Ordinateur central, ce concept rassurant est encore utilisé dans les banques et les autres établissements financiers.

4 On appelle « protocole de télécommunication » la méthode utilisée pour échanger des données. Par extension, ce terme désigne aussi le logiciel qui met cette méthode en œuvre.

5 Logiciels développés sur des fonds publics américains, librement copiables et modifiables. On ne parlait pas encore de « logiciel libre ».

6 Unix to Unix Copy Program. Ce logiciel permet d’échanger des fichiers et des messages électroniques d’une machine à l’autre et, de proche en proche, sur un réseau.

7 Internet Protocole. Il a donné son nom au réseau qui repose principalement sur cette technologie.

8 Les industriels européens avaient misé sur la technologie Iso/Osi et tentaient de l’imposer de manière bureaucratique.

9 Norme X25 du Ccitt.

10 Egyptian University Network.

11 Réseau national pour la technologie, l’enseignement et la recherche (Renater) créé en janvier 1993, http://www.renater.fr/GIPRenater/historique.htm.

12 Cf. http://www.ietf.org.

13 Ce consortium réunit des chercheurs et des industriels, il est co-dirigé par le Massachuset It (Boston) et l’Inria (Rocquencourt, France).

14 Réseau national américain pour la recherche scientifique (cf. supra).

15 Information Technology Institute, http://www.mcit.gov.eg/app.asp?article_no=637.

16 Country Code-Top Level Domain (Cc-Tld).

17 Par exemple, « tunisie.com » n’est pas compté comme site tunisien… et le domaine « .fr » ne couvre que 10 % à 20 % des serveurs installés en France.

Notes de fin

* Les États-Unis et le Canada utilisent des noms de domaines génériques (com ; org ; net ; edu ; gov ; mil).

* Les États-Unis et le Canada utilisent des noms de domaines génériques (com ; org ; net ; edu ; gov ; mil).

Table des illustrations

Titre Figure n° 1. Carte de la connectivité internationale (1991)
Légende Source: ftp://ftp.cs.wisc.edu/​connectivity_table/​version_2.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau n° 1. Introduction d’Internet au sud du bassin méditerranéen (1986-1999)
Légende Sources : A. Bennani et R. Mrabet, 2001 ; Ercim, 1995 ; T. Kamel et A. Nashwa, 1995 ; N. Abida, 1991 ; L. Landweber, 1991.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Tableau n° 2. Domaines-pays déclarés en janvier 1992* (pays classés par nombre décroissant de serveurs enregistrés)
Légende Source : Ripe, Nombre de serveurs actifs par domaine-pays en janvier 1992 (www.ripe.net)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau n° 3. Host Count ou comptage des serveurs actifs (1992-2003)
Légende * Chiffre de février de la même année.** Données inexistantes pour l’ensemble de l’année.Source : Ripe, Nombre de serveurs actifs enregistrés en janvier de chaque année (www.ripe. net).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure n° 2. Taux de connectivité, 1997-2004 (en %)
Légende Source : à partir des données de l’Union internationale des télécommunications (Uit).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau n° 4. Rang mondial pour les publications des pays arabes en sciences de l’ordinateur (1995-2005)
Légende Source: ISI Web of Knowledge - The Thomson Corporation.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau n° 5. Publications tunisiennes en sciences de l’ordinateur (1995-2005)
Légende Source: ISI Web of Knowledge - The Thomson Corporation.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau n° 6. Le niveau de dérégulation dans sept pays arabes (2005)
Légende Source : Union internationale des télécommunications (Uit), 2005.http://www.Itu.int/​ITU-D/​treg/​profiles/​guide.asp?lang=fr
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau n° 7. Nombre d’internautes dans sept pays arabes (2004)
Légende Source : Union internationale des télécommunications (Uit), 2005.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau n° 1. Introduction d’Internet au sud du bassin méditerranéen (1986-1999)
Légende Sources : A. Bennani et R. Mrabet, 2001 ; Ercim, 1995 ; T. Kamel et A. Nashwa, 1995 ; N. Abida, 1991 ; L. Landweber, 1991.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tableau n° 2. Domaines-pays déclarés en janvier 1992* (pays classés par nombre décroissant de serveurs enregistrés)
Légende Source : Ripe, Nombre de serveurs actifs par domaine-pays en janvier 1992 (www.ripe.net).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/374/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable