Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

IV. Les nouvelles figures notabiliaires des périodes coloniale et post-coloniale

Pouvoir local, pouvoir sur le local en Tunisie

Les agents du parti entre État et territoires

Olivier Feneyrol

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du Rassemblement constitutionnel démocratique (Rcd), dénommé Parti libéral constitutionn (...)

1Dans le contexte de la Tunisie indépendante, marquée par de profondes transformations sociales et par l’édification d’un État bureaucratique et centralisé, organiquement relié à un parti assuré du monopole de la vie politique et de l’exercice du pouvoir1, est-il encore légitime de qualifier de « notables » les détenteurs du pouvoir local, qu’il s’agisse d’élus, de cadres territoriaux ou de dirigeants destouriens ? Quels rôles et quels statuts traditionnellement reconnus aux notables ces nouvelles élites conservent-elles ? Et quelles sont, désormais, les ressources, les pratiques et les stratégies des acteurs qui incarnent le pouvoir local ?

  • 2 Voir notamment dans Les Cahiers de la Méditerranée : Ben Achour, 1992 ; Chater, 1992 ; Nouschi, 19 (...)

2L’on pourrait s’étonner que l’ensemble de ces questions demeure à ce jour sans réponse : mieux, qu’elles n’aient jamais véritablement fait l’objet d’investigations empiriques et théoriques. Certes, le débat sur la nature des catégories dirigeantes de la société tunisienne contemporaine n’est pas nouveau. Force est cependant de constater qu’il n’a pas permis, pour l’heure, de dépasser le stade d’une querelle sémantique opposant les notions d’élite et de notable, ni de poser les jalons d’une véritable problématique du pouvoir local. En tant que catégorie descriptive des sciences sociales, la notion de notable ne recouvre toujours pas de réalités sociales bien définies, et ce malgré les travaux qui lui ont été consacrés2. Aucune définition commune et généralisable n’a pu être établie, alors qu’un usage spontané s’est quant à lui développé, faisant du notable une catégorie immuable, figée dans l’histoire et les représentations. Ce terme, en somme, n’a pu jusqu’ici se défaire de son parfum d’archaïsme. Pour de nombreux analystes en Tunisie, il n’aurait d’autre utilité que de désigner les autorités traditionnelles de la période coloniale et « pré-coloniale », par opposition aux élites « modernes », les élites proprement dites, porteuses du projet développementaliste de l’Étatnation (Bchir, 1978). Dans ces conditions, le qualificatif de notable nous renverra le plus souvent soit à un statut ancien et aux ingrédients historiques de la notoriété, soit à des fonctions traditionnelles de médiation et d’articulation entre communautés locales et pouvoir central, soit à un mode de domination considéré comme révolu ou archaïque.

3Notables hier, élites aujourd’hui : ne faudrait-il pas abandonner cette approche dichotomique et partir au contraire de l’idée que toute société peut produire des notables et des élites à différentes périodes de son évolution, même si les critères de la notabilité sont appelés à varier d’une époque à l’autre, d’une configuration socioculturelle à l’autre, d’un contexte politique à l’autre ? Suivant cette perspective, l’enjeu de toute recherche sur les notables ne se rapporterait plus à l’étude d’un mode de domination traditionnel mais renverrait, plus largement, à un ensemble de questionnements sur les conditions de réalisation de la notoriété et de la représentativité, ainsi que sur les dynamiques du politique et de sa territorialisation.

Notables d’hier, notables d’aujourd’hui

  • 3 Sur la notion de transfiguration, voir : Alliès, 1991.

4Afin de sortir de la controverse « notables/élites », quelque peu stérile dès lors qu’on se contente de constater la disparition d’un ordre ancien sans pour autant se donner les moyens d’évaluer concrètement les changements intervenus dans les modalités de la relation politique, l’historien Abdelhamid Hénia (1997), a proposé une grille de lecture alternative. À l’époque moderne, principalement à partir du milieu du xixe siècle, l’action de centralisation et de territorialisation du pouvoir ottoman aurait provoqué, nous dit-il, à la fois une perte d’autonomie des communautés locales et la déchéance de leurs notabilités traditionnelles (a‘yân), membres de l’aristocratie dominante (khassa). Dès le début du xxe siècle, en raison des conditions créées par le colonialisme, l’émergence d’une élite moderniste et nationaliste (nukhba), hostile à l’univers idéologique et aux privilèges de la khassa, serait venue entériner ce processus de déclin et aurait assuré l’avènement à l’échelle locale d’une nouvelle catégorie d’acteurs, hommes d’influence et de pouvoir, que l’on aurait pris l’habitude de désigner sous le nom de « personnalités » (shakhsiyyât). Capables de conquérir le pouvoir « en procédant à une territorialisation du local et en usant des pratiques propres à la logique notabiliaire » (Hénia, 1997, 99), ces personnalités se seraient imposées en lieu et place des anciens notables sans pour autant adopter l’ethos ou les traits caractéristiques des anciennes couches dominantes de la société « pré-coloniale » (vieilles familles citadines, lignages maraboutiques, élite makhzénienne, etc). Ainsi, avec l’évolution de l’État dynastique vers une structure d’État national, le couple ‘a‘yân/khassa aurait fait place au binôme shakhsiyya/nukhba, ce phénomène attestant non pas de la disparition des notables, mais de leur transfiguration3.

  • 4 En Tunisie, mais aussi en France et, de manière générale, en ce qui concerne l’ensemble des pays d (...)

5Si l’hypothèse avancée par A. Hénia apparaît stimulante à bien des égards, elle souffre toutefois, pour l’heure, d’une absence de travaux empiriques sur lesquels s’appuyer pour en infirmer ou en confirmer le contenu. Il reste en effet à démontrer non seulement que les logiques notabiliaires observées durant la période moderne n’ont pas complètement disparu, mais également que la conquête, l’exercice et la conservation de positions de pouvoir à l’échelle de territoires locaux relèvent encore aujourd’hui de stratégies et de pratiques justiciables d’une analyse en terme de notabilité. Or, pour entreprendre de telles investigations, il apparaît nécessaire de se doter au préalable d’une définition dynamique et non ontologique de la notabilité, capable de recouvrir des réalités distinctes tout en cernant les contours d’une même relation sociale. À cette fin, je propose pour ma part d’identifier comme figure notabiliaire toute personne dont l’autorité s’exercerait dans les affaires publiques d’une collectivité locale à partir de positions sociales particulières, garantes à la fois d’une notoriété individuelle et d’un ancrage territorial. En ce sens, il convient d’insister sur le fait que le notable n’est pas forcément un acteur politique à part entière, mais qu’il est porté à s’ériger en homme de pouvoir et d’influence de par sa notoriété, laquelle repose sur une combinaison de ressources hétérogènes valorisées en un lieu et à une époque donnés. En outre, la notabilité se construit toujours par rapport à un territoire, entendons un espace structuré et délimité institutionnellement par des normes juridiques et des pratiques socio-spatiales, inséré dans une configuration territoriale plus vaste et qualifié par un groupe ou une formation sociale qui s’y identifie. Le notable est donc toujours l’homme d’une unité territoriale et se doit d’être à même de représenter ce lieu vis-à-vis de l’extérieur, tout comme il lui faut apparaître comme un symbole de ce lieu aux yeux de tous ceux qui en sont ; d’où le rôle de médiateur entre groupe territorial et pouvoir central auquel a jusqu’ici été assimilée l’activité notabiliaire dans l’ensemble des systèmes étatiques où la domination politique opère depuis le centre et cherche à s’exercer sur ses périphéries4.

6À ce stade de la définition, il importe, me semble-t-il, de considérer que pour les candidats à la notabilité, les chances d’endosser ce rôle de représentant et de médiateur dépendent largement du mode d’organisation politique dans lequel ils s’inscrivent, et tout particulièrement du statut réservé aux espaces locaux dans la configuration des pouvoirs. C’est pourquoi, pour en revenir à la Tunisie contemporaine, il me paraît nécessaire de contextualiser le phénomène de la notabilité en tenant compte du cadre politique général mis en place depuis l’indépendance et, plus précisément, du statut réservé par les nouvelles élites dirigeantes aux divers pouvoirs locaux.

Pouvoirs locaux, espace du politique

7Comprendre en quoi les figures actuelles du pouvoir local peuvent ou non s’apparenter à de nouvelles formes de notabilité revient à établir à quelles conditions et suivant quels mécanismes informels ou institutionnels se construisent des positions de pouvoir au niveau local. Dans cette perspective, deux traits généraux du système politique tunisien me semblent devoir être tout particulièrement pris en compte, en raison de leur incidence sur les conditions de gestion et de représentation des sociétés locales. Il s’agit :

  • d’une part, de l’extrême centralisation institutionnelle de ce système, renforcée par la concentration du pouvoir politique entre les mains d’une bureaucratie d’État qui se confond largement avec le personnel dirigeant du parti gouvernemental, conformément à un schéma d’organisation comparable à celui des pays socialistes dotés de partis uniques5 ;
  • d’autre part, de la très forte territorialisation de l’État-parti, lequel, bien que réservant aux espaces locaux un statut subordonné, base en grande partie sa stabilité et son efficacité sur la capacité de mobilisation et d’encadrement des instances administratives et politiques locales.

Le poids de la centralisation et du parti au pouvoir

  • 6 Cf. Charrad-Rouissi, 1977.

8L’édification du « nouvel État » tunisien a rapidement pris le tour d’une entreprise centralisatrice et hégémonique, reposant sur la mise en place d’une nouvelle armature institutionnelle et sur l’identité croissante du parti dominant et de la bureaucratie étatique, à tous les niveaux du système. Prôné par la nouvelle élite dirigeante, pour qui l’intégration nationale et la concentration des pouvoirs passaient pour les meilleurs moyens de consolider l’État moderne et de promouvoir le développement, l’effort de centralisation s’est révélé multiforme : développement des appareils centraux de gouvernement, extension des investissements publics de l’État sur la totalité du territoire, concentration du système économique et planification des actions de développement, nationalisation des médias afin de renforcer la culture nationale et la diffusion du discours officiel... Si un tel processus correspond globalement à ce que l’on a pu observer dans d’autres pays du Maghreb ou du pourtour méditerranéen, la spécificité de la Tunisie tient néanmoins au fait que cette évolution s’est accompagnée d’une institutionnalisation croissante du parti au pouvoir en tant que « moteur » ou colonne vertébrale de la structure étatique6.

  • 7 À propos de « responsabilités jumelées », il en est ainsi de l’assimilation des responsabilités pa (...)

9L’espace légitime du politique a d’abord été réduit suite à l’interdiction des formations d’opposition, de 1963 à 1983, puis circonscrit à un champ extrêmement balisé et institutionnalisé, contrôlé de manière étroite par les autorités centrales au moyen de « relais » locaux et régionaux intégrés dans une double hiérarchie administrative et partisane. Un tel processus a suivi plusieurs étapes : coexistence au niveau régional (gouvernorat) de deux autorités directement nommées par le pouvoir d’État : l’une administrative, le gouverneur, l’autre partisane, le délégué-commissaire politique (de 1959 à 1963) ; puis, devant les dysfonctionnements et les rivalités nés de cette juxtaposition des pouvoirs, unification des deux fonctions de représentant régional du parti et de l’État au profit du gouverneur, institué président du comité de coordination, nouvelle instance collégiale du parti à l’échelle du gouvernorat (de 1963 à 1971) ; enfin, depuis 1971, retour à une séparation formelle des pouvoirs avec l’intronisation d’un secrétaire général à la tête du comité de coordination, accompagnée d’une intégration et d’une harmonisation croissante des appareils du parti, de l’administration territoriale et des organisations nationales (Unft, Utica, Ugtt) par le jeu des responsabilités « jumelées » (Charrad-Rouissi, 1977, 40-45)7.

Les territoires du politique

10L’octroi au parti d’une « vocation de droit au pouvoir » et l’officialisation de sa mission gouvernementale en tant que promoteur et régulateur du fonctionnement de l’administration ont bien entendu largement pesé sur la mise en place d’un nouveau schéma d’articulation entre la base et le sommet du système politique. Ainsi, une pyramide très hiérarchisée d’organes politiques et administratifs constitue aujourd’hui l’environnement institutionnel dans lequel émerge le pouvoir local, dominé, comme l’ensemble de la société, par le rôle hégémonique que joue le parti au pouvoir. Il importe par conséquent de bien prendre conscience de cet état de fait, consacré juridiquement ou établi de manière informelle, si l’on veut comprendre les modalités actuelles d’acquisition du pouvoir local et les limites imposées à celui-ci par un ensemble de mécanismes de tutelle, d’affiliation et de subordination qui orientent les comportements des acteurs et influent aussi bien sur la nature des ressources valorisées que sur leurs modes de mobilisation.

11Si ce contexte environnemental marque concrètement les limites de l’extension du pouvoir local en tant que pratique, l’on peut dire également qu’il le définit en tant qu’objet de recherche. La notion de pouvoir local n’a de sens, en effet, qu’à travers la référence implicite au cadre global dans lequel ce pouvoir s’insère : une réalité territoriale et politique supérieure au sein de laquelle s’exercent d’autres formes de pouvoir. Certes, le pouvoir local se définit « par le lieu où il est exercé, reconnu et auquel il est circonscrit » (Maresca, 1984, 449). Mais il n’apparaît comme local que dans la mesure où il relie « son » territoire à d’autres territoires et, d’abord, à un pouvoir surplombant vis-à-vis duquel il agit, à la fois, comme relais et comme filtre des normes descendantes et des demandes sociales ascendantes. L’intégration territoriale recherchée par les élites prônant l’édification d’un État-nation ne vise donc pas à nier l’existence des sociétés locales, mais à les investir et à les contrôler en y implantant des institutions capables de maintenir l’ordre, de légitimer l’intervention de l’État et d’assurer la stabilité du régime en place. Dans le cas tunisien, le processus d’intégration institutionnelle du territoire national s’est développé en fonction de trois logiques politiques principales : assurer la prédominance et la longévité du noyau dirigeant ayant conquis les rênes du pouvoir d’État (logique de domination) ; améliorer l’efficacité de l’action administrative et étendre à l’ensemble du territoire un réseau de contrôle discipliné (logique de surveillance et de pénétration) ; construire un consensus élargi autour des objectifs ou des décisions définis par le pouvoir central, en maintenant une dynamique de soutien et de participation grâce à des structures d’encadrement sociopolitique et à la constitution de filières électives (logique de mobilisation).

  • 8 Données tirées d’une recherche en cours sur le mode de fonctionnement sociopolitique de cet espace

12En Tunisie, le résultat de cette stratégie du pouvoir central présente aujourd’hui la forme d’un quadrillage territorial complexe. Ce réseau de pouvoirs locaux et régionaux repose d’abord sur l’imbrication hiérarchique de trois types d’entité administrative : al-‘imâda (pl. al-‘imâdât), ou « secteur » à l’échelon infralocal ; al-mu‘tamadiya (pl. al-mu‘tamadiyât), ou « délégation » à l’échelon local ; al-wilâya (pl. al-wilâyât) ou « gouvernorat » à l’échelle régionale, imbrication à laquelle se superpose un découpage communal instaurant l’autorité de conseils municipaux élus au suffrage universel direct, tandis que l’unité de l’ensemble se trouve renforcée par une pyramide d’organes partisans : al-shu‘ab (sing. al-shu‘ba), ou « cellules », structure de base du parti rassemblant les adhérents sur la base de l’habitat (à l’échelle des secteurs) ou de la profession ; al-jawâmi‘ (sing. jamâ‘a), ou « fédérations », structures de coordination opérant à l’échelle des délégations et veillant à la complémentarité de l’action des cellules, des organisations professionnelles et des diverses institutions locales ; lijân al-tansîq (sing. lajnat al-tansîq), ou « comités de coordination », véritables organes de transmission chargés de concrétiser le programme du parti, de superviser l’action et le fonctionnement des structures de base et d’animer l’action politique et administrative dans le gouvernorat. Tout récemment, l’institutionnalisation des comités de quartier, impulsée par le pouvoir d’État et organisée localement par les ‘umda (chefs de secteurs), les comités de cellule et les conseillers municipaux, est venue compléter cet étroit maillage en affinant l’aire de la territorialisation. Pour ne citer que l’exemple d’un espace local situé au cœur de la capitale, le faubourg de Bab Souika, lequel correspond à la fois au territoire d’une délégation, d’un arrondissement municipal et d’une fédération du parti, j’ai pour ma part constaté que pas moins d’une quarantaine de comités y avaient été implantés depuis 1993, alors que cet espace se divisait jusqu’ici en onze secteurs et dix cellules destouriennes en activité8.

Le statut des pouvoirs locaux

  • 9 Pour plus d’information sur les attributions et compétences des institutions locales, cf. Kherfi, (...)

13L’articulation des réseaux de pouvoirs que je viens de citer – pouvoirs dans la mesure « où ils contrôlent la production des normes éprouvées comme manifestation de pouvoir par ceux qui la subissent et où ils participent à l’édiction des normes » (Mabileau, 1985, 574) – constitue à l’heure actuelle l’armature du contrôle politique et social et du gouvernement local en Tunisie. L’important pour mon propos n’est pas d’entrer dans le détail du partage des compétences entre ces diverses institutions ou entre celles-ci et les instances centrales, mais d’insister sur deux observations9.

14En premier lieu, il apparaît clairement aujourd’hui que le fonctionnement d’un tel système a consacré une importante perte d’autonomie pour les collectivités locales en instaurant une étroite tutelle des pouvoirs régionaux sur les institutions locales, d’autant que cette tutelle s’est accompagnée d’un contrôle direct du pouvoir central sur les pouvoirs régionaux par le jeu des désignations et des destitutions. En l’occurrence, ce contrôle est exercé par le président de la République, lequel nomme les gouverneurs, et par le bureau politique du parti, présidé par le chef de l’État en tant que président du parti, qui désigne quant à lui les secrétaires généraux de comités de coordination et soumet l’ensemble des militants destouriens au respect du règlement intérieur de leur formation politique. Toutefois, l’on peut considérer qu’en Tunisie, le statut du local ne se réduit pas à celui d’un simple échelon terminal de l’action gouvernementale ; un lieu qui serait susceptible de receler des formes de particularisme et d’archaïsme que les idéologues de l’État moderne voudraient réduire et éradiquer (Baduel, 1994, 48). L’élite dirigeante a en effet donné, depuis 1956, la preuve qu’elle tenait à préserver les traits structurants des sociétés locales dans la mesure où il lui était possible d’en instrumentaliser certaines ressources, à savoir les identités collectives et les relations d’interconnaissance ou de proximité. Cette volonté s’est manifestée au moins de deux façons : d’une part, à travers la double mission confiée au parti de représenter le peuple et de servir d’intermédiaire privilégié entre l’administration et ses administrés, mission que cette organisation ne pouvait assumer qu’en s’établissant durablement dans des espaces locaux, contribuant de fait à les pérenniser et à les structurer ; d’autre part, par le biais des rapprochements opérés entre les centres de décision gouvernementaux et la base militante, suite à l’instauration de mécanismes de consultation ou de participation au sein des instances locales et régionales du parti.

15Le fait que le parti ait ainsi continué, bien après la période de lutte pour l’indépendance, à prôner le contact direct et permanent avec les masses dans le cadre de structures territoriales et professionnelles lui a permis, faut-il le préciser, de s’introduire dans tous les compartiments de la société tunisienne et de s’implanter au cœur des plus petites unités de la vie publique : les quartiers, les entreprises, les fractions tribales, etc. Le choix des découpages territoriaux a également contribué à prolonger l’identité traditionnelle des espaces locaux. Par exemple, à la base du circuit institutionnel reliant les périphéries au centre politique, l’aire dévolue aux cellules a correspondu aux anciens shaykât, dénommés « secteurs » depuis qu’en 1969, l’institution du cheikh, qui avait autrefois pour mission essentielle d’assurer la représentation de la population d’une localité ou d’un groupe tribal, a été supprimée et remplacée par le ‘umda, ou chef de secteur (Tekari, 1981). Cette reconduction des limites spatiales traditionnelles a joué dans certains cas comme un facteur de permanence et de préservation des structures sociales et des imaginaires locaux, dans la mesure où un grand nombre de territoires ont pu ainsi garder leur singularité et leur unité.

  • 10 À l’échelle locale, une personne « introduite » dans les réseaux du pouvoir peut être un simple ad (...)
  • 11 En pratique, il s’avère que le ‘umda n’est pas nécessairement récruté parmi les membres du comité (...)
  • 12 C’est en fait hors de l’espace de mobilisation partisane que se sont développées les critiques et (...)
  • 13 Rudebeck, 1967, 133, cité par Charrad-Rouissi, 1976-1977, 53.

16J’en viens ici à ma deuxième observation, qui porte sur les conséquences de l’hégémonie étatique et partisane à l’égard des conditions d’accès aux diverses formes de pouvoir local. L’étendue du contrôle exercé par le biais du parti, de l’administration et des organisations nationales sur la société rend aujourd’hui quasi inexistants les cas d’intervention dans les affaires publiques de personnalités non introduites dans les cercles institutionnels du pouvoir10. L’on peut ajouter que la domination absolue exercée par le parti sur la scène politique fait de l’adhésion à ce dernier le passage obligé de tout candidat à un poste politique électif, ce dont atteste la composition des conseils municipaux, puisque aucun conseiller municipal issu de l’opposition n’a jamais été élu depuis 1963. En fait, vu du local, l’unité du système politique semble reposer non seulement sur la centralité de l’État mais, plus encore, sur le tissu de relations de pouvoir établies dans le cadre du parti dominant. Le contrôle social opéré de manière multiforme par les pouvoirs locaux sur les populations est un bon exemple de cette intégration des agents du parti et de l’État : les responsables destouriens opèrent dans ce domaine en tandem avec les chefs de secteurs et les conseillers municipaux, tous issus des rangs des cellules du parti11. En ce qui concerne l’intégration verticale du système, son efficacité doit également beaucoup au développement de relations personnelles entre membres des élites locales ou régionales et représentants de l’élite dirigeante, ainsi qu’à des mécanismes de sélection politique qui autorisent certaines personnalités à circuler entre les diverses structures partisanes et à cumuler des positions de pouvoir à différentes échelles. Grâce au vecteur monopartisan et à sa structure hiérarchique, la participation politique des masses a pu être ainsi encouragée sans crainte de voir surgir des mouvements de contestation radicaux ou des formes d’expression incontrôlées12. Quant à la dissémination des cellules sur l’ensemble du territoire national, elle a eu pour effet de placer les comités de cellules, élus par les adhérents et composés de membres de la localité, « au cœur du système politique tunisien en ce sens qu’aucune articulation ou agrégation des intérêts (locaux) ne peut intervenir sans leur participation13 ». Cette « centralité » des cellules a compensé de la sorte les tendances « naturelles » aux comportements locaux d’opposition au pouvoir central, gardant les élites locales dans le giron du régime et développant, parmi les populations, des réflexes clientélistes à l’égard des responsables destouriens.

17Un tel constat soulève plusieurs questions à propos des conditions de réalisation de la notabilité telle que définie précédemment. Les formes de territorialisation du pouvoir propres au régime politique actuel autorisent-elles, dans les faits, le développement de stratégies notabiliaires portées à l’émancipation vis-à-vis de la discipline partisane et à la construction d’une relation d’allégeance – et non de simple dépendance – à l’égard du pouvoir d’État ? Peut-on concevoir des notabilités politiques qui n’aient pas les moyens de s’opposer ou de se soustraire à la volonté de l’État central ? Entre État et territoires, comment se construisent dans ces conditions l’ancrage et la notoriété de ces « personnalités » dont parle A. Hénia : comment accèdent-elles aux positions de pouvoir qui sont les leurs ? En quoi leurs manières d’être et de faire participent-elles d’un mode de régulation politique propre à la Tunisie d’aujourd’hui ? Que nous révèlent-elles de l’architecture et des dynamiques qui caractérisent le fonctionnement de cette société ? Telles sont les interrogations que j’ai souhaité confronter avec l’observation d’un espace politique local particulier, sans autre ambition, à ce stade de mes investigations, que de placer quelques jalons pour une recherche plus ambitieuse, associant enquêtes de terrain et analyse comparative.

Quelques figures politiques locales

18Bab Souika est un vaste quartier populaire de la ville de Tunis, couvrant une superficie de près de 75 ha pour une population de 45 000 habitants environ. Il s’agit d’un des deux faubourgs de la vieille ville de Tunis, le faubourg Nord, connu pour son activité artisanale et commerciale et son animation durant le mois de Ramadan, et réputé également pour avoir été le théâtre et le foyer, durant les années 1930-1940, de l’élite artistique et culturelle de la Tunisie. Les noms de Bab Souika et du quartier traditionnel de Halfaouine, situé au cœur du faubourg, évoquent en outre les grandes heures de la lutte pour l’indépendance nationale, la « région » de Bab Souika bénéficiant d’ailleurs du label officiel de « bastion du mouvement national » et de « fief du Néo-Destour ». De fait, nous sommes ici en présence d’un lieu de mémoire tout à fait exceptionnel, support et objet d’une dynamique identitaire complexe dans son énonciation comme dans ses rapports avec le politique.

  • 14 Cette place constitue la principale entrée du faubourg et a fait l’objet d’une vaste opération de (...)
  • 15 Figurant au nombre des cinq comités de coordination implantés sur le territoire du Grand Tunis (Tu (...)

19Sur le plan institutionnel, ce territoire correspond, comme je l’ai déjà signalé, à une délégation, à un arrondissement municipal (dayra) et au champ d’action d’une fédération territoriale du parti. La délégation compte onze secteurs portant les noms des principaux quartiers traditionnellement reconnus par la population citadine à l’intérieur du faubourg. La fédération, quant à elle, regroupe dix cellules destouriennes, également dénommées par référence aux vieux quartiers où elles sont implantées. Les plus importantes par la réputation et le passé militant sont les cellules d’al-Halfaouine, de Tronja, de Sidi Jbali, de Bab Saadoun, de Bab al-Khadra et de Bab Souika. Enfin, l’organisation politique du territoire se singularise, depuis 1988, par l’installation, sur la place Bab Souika14, du siège du comité de coordination de Tunis-Médina, autrefois situé dans le quartier de la Casbah15. Cette nouvelle localisation a quelque peu modifié le fonctionnement de l’espace politique de Bab Souika en renforçant sa centralité et en rapprochant un peu plus l’activité des institutions locales de celle du comité de coordination.

20Bien que je n’aie pu constater l’existence de « personnalités » dont l’emprise sur les affaires de la localité aurait été telle qu’il me serait apparu impossible de traiter du pouvoir local sans leur consacrer cette étude de manière exclusive, il m’a semblé tout de même intéressant de m’arrêter, même brièvement, sur quelques personnages qui se sont distingués dans le domaine politique dans les années 1990. Plutôt que de proposer de véritables portraits de ces personnalités, j’opérerai ici quelques coups de projecteurs sur leurs profils et leurs parcours, et m’appuierai sur ces observations pour établir les traits caractéristiques des cinq figures du pouvoir local qui me semblent incarner les personnalités en question, étant entendu qu’il ne s’agit là que d’un essai de catégorisation empirique et non d’une construction typologique au sens le plus rigoureux du terme. Par ordre d’apparition, ces cinq figures seront celles du « dignitaire politique », de « l’activiste-entrepreneur », de « l’affilié », de « l’héritier » et du « militant qui se voulait édile ».

Le dignitaire politique

21La première figure, celle du dignitaire politique, recouvre une catégorie de dirigeants dont le propre est de posséder une notoriété tenant d’abord à un statut politique et/ou professionnel reconnu à une échelle nationale et, dans une moindre mesure seulement, à la qualité de leur ancrage dans un champ social et politique territorial.

22Il faut d’ailleurs nuancer l’emploi de ce terme d’ancrage lorsque l’on évoque les liens tissés entre un « dignitaire politique » et son territoire d’élection – ou de référence. En effet, dans ses fondements comme dans sa fonction, cet enracinement dans le local a des chances de n’être que superficiel, car il ne prend tout son sens que resitué dans le cadre d’une stratégie politique visant, avant toute chose, à maintenir une position de pouvoir dans les hautes sphères de l’État. Cette stratégie s’appuie sur l’utilisation de ressources symboliques et politiques tirées de la possession d’un poste de direction à la tête d’un comité de coordination, d’une fédération ou d’une cellule, notamment lorsque celle-ci se trouve dotée d’un certain prestige sur les plans régional et national.

23Le dignitaire politique est un homme de carrière : carrière dans le parti, marquée par une succession de responsabilités et une ascension dans la hiérarchie partisane ; carrière professionnelle – dans la haute fonction publique, de préférence – avec des passages aux postes de délégué, de gouverneur et d’ambassadeur pour ceux qui ne visent pas des fonctions précises dans un champ professionnel particulier ; carrière politique hors de l’appareil du parti, par le biais de mandats municipaux, législatifs ou, titre suprême, par la conquête d’un poste ministériel au sein du gouvernement.

24Et le local dans tout cela ? Il s’agit avant tout pour le dignitaire d’un espace stratégique à investir et à exploiter, dans l’optique d’une promotion à un poste politique ou administratif préalablement convoité. Dans cette perspective, la conquête d’une position de pouvoir local s’appuie sur le prestige dont bénéficie ce personnage au regard de plusieurs systèmes de valeurs : des valeurs partagées par les membres de la base partisane, de par leur appartenance au parti mais aussi en fonction des rapports qu’entretient la base locale avec les instances supérieures de l’État-parti (avec lesquelles le « dignitaire » peut faire office de trait d’union) ; des valeurs partagées par les membres du groupe territorial que la cellule destourienne et ses dirigeants sont censés représenter, et dont sont issus les adhérents, les militants et les cadres de la base ; enfin, des valeurs sur lesquelles se basent les hauts dirigeants du parti pour évaluer les candidats au pouvoir local et les appuyer dans le jeu politique.

25En fait, ce prestige repose principalement sur deux types d’attentes. Tout d’abord, celles dont fait l’objet, « en bas » de la hiérarchie sociopolitique, une personnalité déjà bien placée dans le « système » et capable, par conséquent, de mettre en jeu – et en scène – des réseaux d’influence et/ou une autorité personnelle afin de résoudre des problèmes qui se posent à des groupes ou à des particuliers, ou encore qui relèvent d’enjeux politiques locaux et infrapartisans. La population qui manifeste ces attentes est composée d’individus appartenant soit à la catégorie des simples gouvernés, soit à celle des petits adhérents ou militants de base, ou encore à celle des responsables locaux et des dirigeants de modeste ou de moyenne envergure, dont l’horizon politique dépasse rarement les limites de la fédération, voire du comité de coordination.

26Viennent ensuite les attentes que formulent, à titre général ou à titre personnel, les membres des plus hautes instances de l’État et du parti à l’égard de ce « chef » qui représente localement leurs intérêts et ceux des institutions auxquelles ils appartiennent. Il faut savoir, à ce propos, que le « centre », si l’on peut encore se permettre d’utiliser cette représentation fort schématisante, s’inquiète surtout de pouvoir garder le contrôle des localités et de les maintenir dans le calme ; par ailleurs, tout dignitaire joue sur plusieurs tableaux de carrière à la fois, donc s’inscrit dans des sous-champs distincts à l’intérieur de la structure dominante, si bien que les enjeux au nom desquels il est sollicité ont tendance à se croiser et à se combiner.

27Le prestige du dignitaire occupant une position de pouvoir local se mesure par conséquent au degré de satisfaction qu’il apporte aux uns et aux autres sur le front de ces attentes. Les satisfactions qu’il prodiguera lui vaudront de conserver ou d’élargir les soutiens dont il dispose et de renforcer par là même son assise ; car, de manière générale, la combinaison profil de dignitaire/poste de direction locale ou régionale (présidence de cellule, secrétaire général de fédération ou de comité de coordination) ouvre la porte à de nouveaux succès, est source de nouvelles ressources mobilisables en de multiples situations (entrée au comité central, cooptation sur les listes du parti aux élections municipales ou législatives, amélioration de la situation professionnelle, nomination à des postes gouvernementaux, etc.). Le dignitaire peut donc bénéficier d’une certaine popularité sur le plan local, s’il est reconnu comme « travaillant » pour le quartier et que nombre d’individus ou de groupes comptent sur lui pour les aider à résoudre leurs problèmes ou à atteindre leurs objectifs. Toutefois, il existe parmi les dignitaires certains individus – leur nombre ne me paraît pas négligeable – qui ne se soucient pas vraiment de se constituer une véritable base de soutien dans le champ territorial et se contentent de susciter des attentes pour capter, à des moments stratégiques, l’intérêt d’une minorité active de militants.

  • 16 Instance émanant des congrès nationaux dont les délégués élisent parmi eux les membres du comité c (...)
  • 17 Il me faut ici préciser que la plupart de ces mandats ont été obtenus après que notre dignitaire p (...)

28Le quartier de Bab Souika fournit ainsi l’exemple d’un dignitaire dont la longévité politique, tout à fait remarquable, a longtemps dissimulé l’absence d’une réelle popularité. Peu aimé par la population locale dont il s’évertuait à demeurer à distance et dont il n’a jamais cherché à se faire le porte-parole, vigoureusement contesté par une frange importante de la base militante locale, ce personnage habile a tout de même su, durant une quinzaine d’années, se maintenir à la tête d’une des plus importantes cellules du quartier. Dans un contexte de faible concurrence à l’échelle locale, ce haut-fonctionnaire sexagénaire, vieux militant du mouvement national, ancien membre de l’Assemblée constituante, plusieurs fois ambassadeur, ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, directeur du cabinet présidentiel sous le règne de Habib Bourguiba et élu à plusieurs reprises membre du comité central du parti16, maire et député17, n’a eu aucun mal à jouer de son image de dignitaire pour s’attacher les services d’un petit noyau de fidèles, eux-mêmes capables de mobiliser leurs propres réseaux de soutien pour assurer la réélection de leur leader. En outre, il convient de souligner le poids déterminant, dans cet itinéraire, des appuis dont il a pu disposer au sommet de la hiérarchie partisane et gouvernementale, et des avantages que lui réservait sa position de dirigeant local, notamment en ce qui concerne la préparation et le déroulement des joutes électorales (distribution des cartes d’adhérent, composition des listes de candidats, contrôle des opérations de vote, etc.) ; le tout avec l’assentiment ou la bienveillante neutralité des autorités hiérarchiques, il s’entend.

29Est-ce à dire qu’un dignitaire, en raison de son envergure nationale et de son assise institutionnelle, peut considérer comme totalement inutile ou superflue la nécessité de faire la preuve de son enracinement dans le territoire politique où il prétend s’implanter ? Rien n’est moins vrai, y compris dans le cas qui vient d’être présenté. Car la référence au territoire et les sentiments d’appartenance au quartier constituent le principal idiome traduisant la reconnaissance par les gouvernés et les membres de l’élite locale du capital politique et symbolique dont peut jouir ce type de personnage. Sans cette forme d’accréditation, la légitimité du dignitaire politique ne peut que demeurer incomplète et sa position plus fragile. On pourrait même dire que la contestation de son identité territoriale constitue pour lui le premier signe d’un affaiblissement de son autorité personnelle ; le moyen également, pour ses concurrents, de donner de l’ampleur à un mécontentement naissant.

30Il s’avère ainsi que les principales critiques adressées au dignitaire en question par les militants comme par les habitants du quartier se sont déclinées sur ce mode territorial : « il n’est pas vraiment de chez nous » ; « il ne se comporte pas comme un fils du quartier » ; « il ne fait pas honneur au quartier » ; « il n’a rien fait pour le quartier » ; « il ne vient pratiquement plus par ici » ; « il dédaigne ses racines populaires », etc. D’origine modeste mais issu d’une famille intégrée et respectée dans le faubourg, le personnage en question partait pourtant, à l’origine, avec un certain avantage symbolique. Son origine populaire, associée au prestige que lui valait le fait d’avoir accompli des études supérieures, de s’être illustré comme combattant et d’avoir accompli une carrière gouvernementale, en faisait, aux yeux des habitants, une source d’identification et de promotion pour l’ensemble du groupe territorial. Venu pour relancer sa carrière politique en s’appuyant sur le prestige traditionnel – bien que déclinant – de la cellule de Halfaouine, le personnage passait pour pouvoir beaucoup apporter à la base militante et à la population. Sa carte de visite possédait néanmoins un « défaut » singulier : celui d’être lié par son lieu de naissance à un autre quartier que celui auquel s’identifiait la cellule ; un quartier voisin, « rival » bien qu’appartenant lui aussi au faubourg de Bab Souika. En outre, le dignitaire n’habitait plus le faubourg depuis des années. Il vivait désormais dans la banlieue huppée de Tunis, à l’instar de l’élite sociale et politique de la capitale et du pays. Occultées par les militants pour les besoins de la cause, celle du redressement de la cellule et du rétablissement de son poids politique, ces deux caractéristiques ont fait l’objet d’une manipulation stigmatisante dès que ses adversaires et une partie de la population ont voulu mettre en cause son peu d’engagement en faveur des « intérêts du quartier ». À cela se sont ajoutés les effets désastreux de la morgue affectée par le dignitaire à l’égard des petites gens du faubourg, dont il aspirait à se différencier. Soucieux d’apparaître désormais comme un membre à part entière de la classe dominante, notre dignitaire souhaitait manifestement faire oublier l’humilité de ses propres ascendances sociales, ainsi que certains traits ethniques jugés dévalorisants. En décalage complet avec l’ethos du quartier et avec le modèle partisan du « contact direct », tant prôné en son temps par Bourguiba, il est ainsi devenu impopulaire pour avoir refusé d’incarner le rôle auquel le prédestinaient ceux qui avaient encouragé localement son implantation. Même si ce mode de délégitimation n’a pas directement entraîné sa chute politique, il a tout de même largement contribué à l’érosion de son capital symbolique et au développement de factions hostiles, jusqu’à ce que, alertées par ces signes d’instabilité, les autorités hiérarchiques interviennent pour mettre de l’ordre dans le local et lui imposent de se retirer. Même réduits à la production de quelques symboles, il apparaît donc que certains mécanismes de territorialisation se sont avérés nécessaires pour asseoir le pouvoir du dignitaire, de même que l’échec de cette territorialisation a pesé, en définitive, sur l’issue de sa carrière politique.

L’activiste-entrepreneur

31Toujours en partant d’un cas concret, j’ai pu envisager une seconde figure du pouvoir local : celle de l’activiste-entrepreneur. La mention de la qualité d’activiste renvoie au goût prononcé de certains agents locaux du parti pour les luttes d’influence au sein de l’appareil et pour les petites et les grandes manœuvres dont dépend souvent l’issue des compétitions infrapartisanes, lorsqu’elles ne sont pas directement soumises à la volonté des plus hautes instances. Lors des congrès pluriannuels des cellules ou des fédérations, des bureaux composés de responsables (de sept à onze membres par bureau) sont élus par les adhérents (cellule) ou par un collège de représentants (fédération). Ces échéances sont l’occasion de joutes féroces dans le cadre desquelles s’affrontent des équipes composées généralement autour d’un ou deux leaders, et « patronnées » par des personnalités qui concourent, quant à elles, à un échelon supérieur de l’appareil politique (à un niveau régional, celui du comité de coordination ; national, pour l’entrée au comité central ; ou encore sur d’autres plans : batailles pour la nomination sur les listes municipales et, surtout, législatives).

  • 18 On parle en Tunisie de tcambin (sing. tcombina) à propos de ces tactiques.
  • 19 Je pense ici non seulement à des groupes de jeunes réunis en association sportive, ou dans des org (...)

32On parlera ici d’activistes pour dénommer ceux qui, parmi les militants de base, manifestent d’indéniables talents pour « travailler » sur le terrain, rallier parmi la population des adhérents les soutiens mobilisables le jour « J », préparer les mots d’ordre orientant les votes, « combiner18 » les alliances de circonstance et les pièges politiques qui permettront de remporter la victoire, tout ceci pour le compte d’un leader ou d’une équipe et, indirectement, pour son propre compte. En revanche, le terme d’entrepreneur sera réservé à ceux qui mettent au point une stratégie à moyen ou long terme pour se bâtir une carrière politique en conjuguant des ressources multiples et en fédérant autour d’eux – et principalement au-dessous d’eux – des individus qui œuvreront à leur succès tout en poursuivant des intérêts personnels. Tirant les ficelles dans l’ombre ou se portant ostensiblement à la tête d’une équipe, les entrepreneurs, aux niveaux local et régional, différeront des activistes par leur visée comme par la nature de leur action : ils investiront des cercles relationnels déjà bien intégrés aux sphères du pouvoir plutôt que de s’évertuer à manipuler des hommes de main ou à « travailler » la masse des électeurs potentiels. Il existe pourtant des profils d’activistes-entrepreneurs que l’on peut envisager soit comme des individus dont l’insertion dans le champ politique territorial s’est faite à l’origine par l’activisme, puis qui se sont découvert une ambition et une étoffe d’entrepreneurs, soit comme des entrepreneurs que leur penchant pour la « combine » ainsi que l’entretien de liens solides avec des populations habituellement peu en contact direct avec les leaders poussent à s’investir plus que de coutume dans les activités de terrain19.

  • 20 Structures dont il ne faut jamais oublier qu’elles sont autant – sinon plus – des espaces de socia (...)

33La particularité de l’entrepreneur local, qu’il soit ou non activiste, est de soigner son ancrage territorial et de tirer parti de tout le capital de reconnaissance symbolique et de pouvoir social que peut contenir la relation entre, d’une part, un « fils » de quartier participant à l’appareil gouvernemental, d’autre part, l’ensemble des enfants du quartier qui forment la masse des gouvernés. On peut envisager que l’appartenance à une famille du cru, aristocrate ou pas, puisse constituer une ressource importante pour la construction d’une notoriété territoriale, du moins si l’individu-entrepreneur sait entretenir sur son compte la réputation dont bénéficie sa famille. Dans le cas d’un vieux quartier comme Bab Souika, la fréquentation assidue de lieux de sociabilité majeurs, tels que le café, le souk, la rue, les boutiques, les gargotes ou le hammam, est un élément capital dans la stratégie d’un entrepreneur soucieux de prendre durablement le contrôle de ces lieux de pouvoir que sont les structures de base du parti20. Être au fait des histoires locales, s’illustrer dans la vie quotidienne, garder le contact avec les autres acteurs de la vie politique, ne serait-ce que pour ne pas risquer d’être montré du doigt pour son éloignement ou pour être en mesure de réagir rapidement aux développements de l’actualité locale. Pour parler comme Michel Foucault, l’ancrage dans cet espace de nexus socioculturel que constitue le quartier, à travers l’entrecroisement de ces micro-territoires, de ses groupes et de leurs mémoires, apparaît indispensable au succès de l’entrepreneur local, à la différence du dignitaire qui compte moins sur sa popularité et ses assises locales pour acquérir la notoriété d’une personnalité de poids dans la sphère des dirigeants locaux.

  • 21 Comme le faisait remarquer Bourdieu (1990, 89) à propos des agents de l’État en général, le monopo (...)

34Toutefois, cela ne signifie pas que la figure de l’entrepreneur n’évoque que de petits dirigeants qui n’auraient pas les moyens de jouer dans la cour des grands ; de même, on ne saurait ignorer le fait que tout bouleversement au sommet de la hiérarchie stato-partisane a toujours entraîné, en Tunisie, des secousses de grande ampleur à une échelle subalterne, secousses dont certains entrepreneurs locaux peuvent avoir du mal à se remettre. L’insertion des espaces politiques locaux dans la globalité du système et le poids de l’État bureaucratique sont tels que des positions de pouvoir ne sauraient se concevoir localement sans recours à des ressources venues du centre. L’une des manières de tirer profit de ces ressources consiste à jouer un rôle de courtier entre l’institution partisane, ou un compartiment de l’État, et des individus ou des groupes sociaux qui pourraient bénéficier de l’allocation de biens et de valeurs d’usage distribués localement par les structures de l’État-parti. Le contrôle de l’action d’assistance sociale, des permis de bâtir, des licences d’exploitation de commerces peuvent ainsi devenir des enjeux stratégiques. À l’inverse, la maîtrise des formes de sanction que prévoit l’État à l’encontre des « citoyens » qui ne respecteraient pas les normes fixées par la loi peuvent également devenir des moyens d’accaparer la reconnaissance de ceux que l’on fait profiter de passe-droits. D’où l’intérêt de « collectionner » des postes de pouvoir comme ceux de président de cellule et de président d’arrondissement ou de conseiller municipal, bien que les responsables courent le risque de ne pouvoir satisfaire des intérêts contradictoires et, parfois, de se retrouver en porte-àfaux face aux attentes, aux anticipations et aux troubles causés par une population habituée aux arrangements et autres accommodements avec le règlement21.

  • 22 Cette date représente le principal symbole de l’avènement d’un nouveau régime, celui du « changeme (...)

35Bab Souika offre également un exemple de cette mise en relation, par le jeu de stratégies purement individuelles, de ressources puisées du centre et d’attentes situées à la périphérie. Cet exemple est celui d’un courtier très habile, proche aujourd’hui d’une cinquantaine d’années, devenu après le « 7 novembre22 » secrétaire général d’une des cinq plus importantes cellules du quartier avant de conquérir un poste de conseiller municipal puis le titre prestigieux de secrétaire général du comité de coordination de Tunis-Médina. D’origine modeste, fils d’un simple artisan, ce personnage pouvait néanmoins se prévaloir dès le départ d’une longue ancienneté familiale. Lui-même a su s’intégrer, dès son plus jeune âge, dans la vie sociale du quartier. N’ayant pas poursuivi ses études au-delà du cycle secondaire, il est devenu employé de l’administration à l’époque même où débuta son activité militante dans la cellule qu’il devait par la suite diriger.

36Dans le contexte des années 1970 marquées par de nombreuses luttes d’influence dans l’entourage du président de la République et par l’émergence d’un courant libéral et contestataire au sein du parti, la région de Tunis se trouve tout particulièrement prise dans la tourmente. À la suite des deux congrès de Monastir en 1971 et 1974, des leaders d’envergure nationale ont été exclus du parti. Or il s’agit, dans une très large majorité, de représentants de l’élite tunisoise, par opposition aux piliers du régime qui, eux, appartiennent à l’élite sahélienne. Aussi le jeune homme milite-t-il à l’échelle régionale dans un groupe de jeunes réformateurs proches de la mouvance tunisoise. Peu à son aise dans le débat d’idées, il va en revanche s’imposer comme un homme de terrain très efficace, un « activiste » dont les méthodes conviennent à la donne politique locale. Ses qualités tacticiennes tout comme son sens de l’encadrement et de la mobilisation se forgent d’abord dans le cadre des activités de la cellule et de la fédération. Puis son autorité à l’égard des jeunes du quartier connaît un nouvel essor lorsqu’il fonde le comité national des supporters de l’Espérance sportive de Tunis, l’un des quatre clubs omnisports les plus importants du pays, dont le fief historique et symbolique n’est autre que... le faubourg de Bab Souika. Son style viril, son art du commandement et de la manipulation, sa maîtrise des mécanismes de redistribution des ressources, sa connaissance intime du quartier, de ses formes de sociabilité traditionnelles mais aussi de ses catégories les plus marginales (jeunes délinquants, familles nécessiteuses, nouveaux arrivants d’origine rurale) en font rapidement un élément moteur de la vie politique locale.

  • 23 Ktef (l’épaule) est le terme utilisé en Tunisie pour désigner l’équivalent de ce qu’en France nous (...)

37Après avoir connu des succès notoires au début des années 1980, il fait les frais, après les « émeutes du pain » de 1984, de la chute du ministre de l’Intérieur de l’époque et de la dissolution du comité de coordination de Tunis. Une « traversée du désert » commence, qui le prive de participation à la vie politique durant près de quatre années. Cette période lui impose de redéployer ses activités sociales et économiques. Il noue alors de nouveaux liens, grâce notamment à son investissement dans les affaires et le football, avec des individus ambitieux auxquels les événements politiques vont bientôt sourire. Avec la clôture du règne de Bourguiba, lorsque les circonstances l’autorisent enfin à réintégrer le jeu politique, il n’a aucune peine, ayant reconstitué en coulisses son capital politique, à prendre le contrôle de « sa » cellule d’appartenance, cellule dont il tient solidement les rênes jusqu’à ce jour. Le point qui m’intéresse tout particulièrement ici et qui illustre mon précédent propos concerne alors la manière dont il a su durer et élargir son influence depuis 1987. Sa stratégie a été en effet la suivante : demeurer dans l’ombre – tout en restant le véritable maître à bord – et « inviter » des personnalités d’envergure nationale en leur proposant d’occuper la présidence de « sa » cellule dans le cadre d’un « contrat » fructueux pour les deux parties. Les personnes auxquelles il s’adresse sont toujours des cadres supérieurs de l’administration et dirigent d’importants établissements étatiques. Il ne s’agit pas là de cadres de l’organisation partisane mais de bureaucrates à la recherche d’une meilleure intégration dans les réseaux du parti. En tant que « fils du quartier », notre homme n’a rien à craindre dans le jeu politique local de ces « parachutés » dont le seul lien avec la base militante et le territoire passe précisément par lui. Dans le cadre de leur accord, il s’engage à faire jouer ses hautes relations et sa fine connaissance des rouages partisans pour proposer ces personnalités à des postes honorifiques (au comité central notamment) et pour les « épauler23 », l’acquisition de ce capital politique représentant à leurs yeux un moyen important d’asseoir leur position au sein de l’élite dirigeante. En contrepartie, les PDG permettent eux aussi à l’homme fort de la cellule d’enrichir son carnet d’adresses et de bénéficier d’avantages personnels. Surtout, ils acceptent successivement de jouer le rôle d’hommes-ressources en lui offrant, sur le plan local, la possibilité de distribuer auprès de sa clientèle des emplois, des services et autres contributions financières ou matérielles, tirées des personnes elles-mêmes ou des établissements publics qu’ils dirigent. Ces contributions sont notamment allouées lors de manifestations de solidarité et d’assistance sociale organisées par le parti à l’occasion des fêtes religieuses et des journées officielles. Ainsi peut-on concevoir, à travers les termes de cet accord, quelle importance revêtent, dans la spécification des rapports entre le local et le central, des considérations proprement stratégiques, faisant intervenir des relations personnelles entre individus des deux pôles, les liens particuliers entre acteurs semblant jouer autant, sinon plus, que les logiques institutionnelles sur les formes d’intervention du centre ou sur la construction du local.

L’affilié

38La fonction de courtier, le monopole du règlement, le régime des passe-droits ou encore la capacité à multiplier, en faveur des administrés en prise avec une bureaucratie peu conciliante, les interventions les plus honorables auprès de l’administration ne sont pas les seuls exemples de mise à profit, sur un plan territorial, de ressources venues du centre. La figure de l’affilié en est une autre illustration.

39Dans la terminologie politique française, l’affilié est celui qui fait action de s’affilier à un organisme, à une organisation ou à groupement. L’on dit ainsi d’un adhérent qu’il s’est affilié à un parti, en d’autres termes qu’il appartient à ce parti. Resituée dans le contexte politique tunisien, la notion d’affiliation prend un sens sensiblement différent puisqu’elle peut renvoyer non seulement à l’appartenance d’un individu à une organisation partisane, mais encore au rattachement, dans le cadre de cette organisation, d’un individu à un autre individu, plus puissant et généralement mieux placé que lui dans la hiérarchie de l’appareil. L’idée que des individus « appartiennent » à d’autres individus est une représentation fort répandue dans les milieux politiques en Tunisie, dans les rangs du parti comme dans ceux de l’opposition. Dire d’une personne qu’elle est mtaa fulen (à quelqu’un) sous-entend que sa conduite dans le jeu politique est dictée par les directives données par celui auquel elle appartient, et qu’une relation de protection et de dépendance existe entre les deux parties. Être mtaa fulen signifie que l’on est entré (provisoirement ou durablement) dans le giron d’une personne relativement influente et que, en échange des appuis ou des services qu’elle accorde, on lui apporte son soutien dans le cadre des luttes souterraines et des batailles électorales qui rythment la compétition politique.

40Entre le « pion » (bidaq) et le « fils » (weld), il y a cependant toute une gamme d’appartenance (d’affiliation) qui dénote l’étendue des liens pouvant rattacher un patron ou un leader – parfois un maître (sahab) – à ses proches, ses protégés, sa clientèle ou simplement à ses mercenaires (murtaziq, sing. murtazqa). Le terme péjoratif de bidaq, par exemple, désigne exclusivement les « clients » des autres et jamais les siens. Il se rapporte à des individus de faible envergure, prêts à se laisser manipuler par ceux qui tirent les ficelles dans l’espoir de retirer un quelconque avantage du succès de leurs manœuvres. À l’inverse, le statut de « fils », lui, n’est pas dévalorisant dans la mesure où la référence à la filiation dans l’affiliation réintroduit, à l’intérieur de cette relation, les nobles valeurs de famille, de fidélité, de solidarité, d’attachement et de confiance réciproques. On se vante d’être le fils d’un aîné (kbar) ou d’un protecteur et l’on gratifie ses proches, lorsque l’on est soi-même considéré comme un tuteur ou un leader, en les qualifiant de « fils » (weldi : « mon fils »). Quant à l’affiliation du mercenaire, elle est toujours provisoire, versatile et repose exclusivement sur une logique pragmatique et contractuelle, basée généralement sur l’échange de dons et d’argent contre une participation ponctuelle à une échéance électorale, sous forme de vote ou d’actions liées à la préparation de l’élection. Le statut de mercenaire n’est en aucune manière valorisant. Il dénote au contraire une profonde dose d’opportunisme ou d’individualisme qui suscite la méfiance, la haine et le rejet, y compris parfois dans le camp pourtant rallié par le mercenaire.

41La relation qui lie sur la longue durée un puissant personnage à d’autres personnalités de moindre importance, intégrées dans son entourage au même titre que certains membres de sa famille, est d’une toute autre nature que ce vulgaire rapport de « mercenariat ». Le type de liens dont il s’agit joue un rôle considérable dans l’articulation des territoires et dans le fonctionnement des structures politiques et administratives ; un rôle que les approches strictement juridiques ou institutionnelles ne peuvent saisir et que d’ailleurs elles occultent systématiquement. Ainsi, le fait que des hommes politiques de statures généralement inégales aient l’habitude de partager le footing du matin, de se recevoir en privé pour des visites ou des dîners et d’encourager leurs épouses à se fréquenter, n’a rien d’anecdotique et préfigure, au contraire, bien des développements politiques. Il s’agit là de formes d’alliance, certes moins solennelles que les relations matrimoniales, mais néanmoins fortement structurantes dans le domaine des rapports politiques. Partant, l’accès de certaines personnalités à des positions de pouvoir, au niveau gouvernemental comme à celui des structures locales ou régionales, peut dépendre essentiellement de l’influence exercée sur les instances dirigeantes du parti et de l’État par d’autres personnalités plus prestigieuses au moment où se décident les nominations ou les investitures.

42L’arrivée à la tête du comité de coordination de Tunis-Médina, en août 1996, d’un personnage relativement peu en vue jusqu’à cette date sur la scène politique tunisoise ressortit, à mon sens, de ce cas de figure où la conquête du pouvoir, dans un champ territorial donné, repose plus sur un profil de « bon militant », un ancrage symbolique dans le territoire et surtout l’appui d’un « patron » influent, que sur la construction d’un réseau relationnel étendu, le contrôle d’une forte base de soutien ou la possession d’un statut emblématique. Dire que le nouveau secrétaire général a été un personnage peu en vue sur le plan politique avant sa désignation ne signifie pas que nous ayons affaire à un parfait inconnu, mais tout simplement que l’homme n’avait encore jamais tenu le haut de l’affiche. En outre, rien ne le distinguait particulièrement jusqu’ici, sur les plans social et professionnel, de la plupart des autres cadres de l’organisation partisane, si ce n’est un parcours politique marqué par une longue éclipse suivie d’un retour d’abord discret, puis retentissant.

43Approchant de la cinquantaine au moment de sa désignation, le nouveau secrétaire général présente à l’époque le profil assez ordinaire d’un honnête cadre supérieur et d’un militant fidèle. Parallèlement à une carrière administrative au ministère de l’Information puis au ministère des Transports, il a commencé par se faire un nom dans les cercles locaux et régionaux du parti en militant, à partir de 1968, à l’Organisation des étudiants destouriens, puis en intégrant une cellule territoriale dans le centre de la Médina, dont il est originaire. À l’instar du personnage que j’évoquais précédemment, il participe, au milieu des années 1970, à la constitution du groupe des jeunes « libéraux » de Tunis et compte même, en 1980, parmi les trois membres de ce groupe à intégrer le nouveau comité de coordination. Sans jouer les premiers rôles, il fera à cette occasion son apprentissage de l’exercice du pouvoir politique avant de subir le contrecoup de la chute du ministre de l’Intérieur de l’époque.

44Son inactivité politique dure jusqu’au début des années 1990, sans qu’en l’état actuel de mes recherches je puisse préciser si elle est due à sa mise au ban du PSD ou si elle traduit une position personnelle, motivée par des raisons politiques, des rancunes ou des considérations stratégiques. Il refait progressivement son apparition dans des réunions politiques, à l’échelle de sa cellule d’appartenance puis dans le cadre des activités de la fédération et du comité de coordination. Sa réintégration est définitivement consommée lors de son investiture sur la liste du parti aux municipales de 1995, suivie de sa nomination au poste de chef d’arrondissement de la Médina. Cette double sélection peut d’ailleurs être interprétée comme une forme de reconnaissance, par les instances supérieures du parti, de son loyalisme et de sa « représentativité ». Notre homme tente en effet d’incarner, à travers son discours et ses prises de positions officielles, les préoccupations et les attentes des Tunisois de souche (les beldi) en matière de sauvegarde du patrimoine urbain et de réhabilitation de l’image de la Médina. Fils d’un commerçant connu (donc reconnu) dans les souks de la vieille ville, il appartient aux couches moyennes de la cité et revendique à ce titre l’étiquette de beldi, d’autant qu’il fréquente assidûment le milieu des anciennes familles tunisoises (‘aylât) et entretient d’excellentes relations avec certaines grandes figures politiques de la bourgeoisie locale.

45Toutefois, son discours localiste ne sort du cadre délimité par la doxa officielle que dans l’intimité et la sécurité d’une conversation privée. En public, ou dans le cadre de ses fonctions, il prétend ne concevoir son rôle de conseiller municipal que par référence aux engagements les plus généraux du président de la République, se présentant lui-même comme un simple relais de l’élan réformiste impulsé depuis les sommets de l’État. Quand bien même cette attitude « militante » et disciplinée lui servirait avant tout de couverture pour une action plus personnalisée, n’est-elle pas révélatrice, au demeurant, du degré de dépendance que peut ressentir un responsable local à l’égard de l’appareil auquel il doit aussi bien sa charge institutionnelle que le prestige qui l’accompagne ?

46Sa longue affiliation au parti comme sa représentativité aux yeux des instances supérieures ne sont pourtant pas, à mon sens, les seules clés permettant de comprendre la réussite politique de ce personnage. Plusieurs indices incitent en fait à penser que l’appui personnalisé d’un patron politique s’est révélé décisif dans sa trajectoire. Examinons, par exemple, les circonstances et les modalités de sa nomination au poste de secrétaire général du comité de coordination ; autrement dit, prêtons attention au déroulement même de la procédure. Il apparaît tout d’abord que cette désignation est intervenue dans le cadre d’un important mouvement de renouvellement au sein du corps des secrétaires généraux, faisant suite à la nomination d’un nouveau secrétaire général du parti. Le nouveau secrétaire général n’étant pas originaire de Tunis, c’est à l’issue des consultations entreprises auprès d’un aréopage de personnalités politiques et administratives de la région que ce dernier décide de nommer notre homme, en lieu et place d’un proche du précédent secrétaire général du parti.

  • 24 Jusqu’au début des années 1980, prévalait le principe de l’élection indirecte des membres du comit (...)

47Justifiée par le souci des dirigeants nationaux de ne pas susciter de discordes à l’échelon inférieur, et de ne pas heurter les sensibilités locales, en élevant à la dignité de secrétaire général du comité de coordination un homme qui ne bénéficierait pas de l’aval des principaux leaders régionaux ou des autorités territoriales, la procédure de consultation constitue en outre un moyen d’identifier des cadres régionaux jusqu’ici peu connus des instances nationales du parti24. Traditionnellement, le gouverneur et, dans une moindre mesure, le maire de Tunis sont invités à proposer des noms pour aider les dirigeants du parti à désigner la personne adéquate. Mais ce sont généralement les voix des « aînés » (kbar) ou des « tuteurs » de la région politique qui pèsent le plus dans ce concert d’avis et de suggestions. L’ancienneté et le palmarès politique distinguent ces dignitaires de haut rang, parmi lesquels comptent les principaux députés, certains membres du comité central et, le cas échéant, les ministres ou anciens ministres ainsi que les membres en activité du bureau politique. Il est dès lors aisé d’imaginer le rôle joué par les affinités interindividuelles et les considérations stratégiques dans le cadre d’une procédure basée sur des concertations privées et des engagements personnels.

  • 25 Le premier est né en 1936, le second en 1933.

48Dans le cas qui nous intéresse, ce sont apparemment les relations étroites entretenues par le nouveau secrétaire général du parti avec l’un des hommes forts de la région de Tunis qui ont déterminé la sélection du responsable du comité de coordination. Anciens du collège Sadiki, juristes de formation ayant tous deux fait leurs études supérieures en France, plusieurs fois ministres de Bourguiba dans les mêmes gouvernements entre 1973 et 1987, les deux hommes appartiennent à la même génération25 et se connaissent de longue date. Le second nommé a certes connu une période délicate sur le plan politique, de 1988 à 1995, mais il a fait depuis un retour en force sur la scène politique nationale. Déjà maire de Carthage, la ville qui abrite le palais présidentiel, il se trouve investi par le parti en juin 1995 pour des élections législatives partielles dans la circonscription de Tunis I (Médina), qu’il remporte triomphalement, avant d’être élu président de la Chambre des députés, en octobre 1997, ce qui lui vaut d’entrer au bureau politique du Rcd. Il est donc probable qu’en juillet 1996, lors des consultations conduites par le nouveau secrétaire général, il ait joué de toute son influence pour obtenir la nomination d’un de ses proches, « un homme à lui », dirait-on dans le milieu politique, autrement dit un homme capable de relayer sa propre autorité aux échelons local et régional de l’appareil partisan et, le cas échéant, de lui servir d’appui lors de futures échéances politiques.

49De nombreux signes attestent de sa relation de patronage/affiliation avec le nouveau secrétaire général du comité de coordination, à commencer par la reconnaissance de cette relation par les cadres et militants de la Médina et de Bab Souika eux-mêmes. Leurs liens semblent remonter au passage de l’ancien ministre à la tête du ministère de l’Information, entre 1979 et 1981, époque à laquelle notre affilié fut l’un de ses assistants ; à moins qu’ils ne datent des premières années de militantisme du groupe des jeunes « libéraux », lequel bénéficiait du concours discret de ce « protecteur », alors ministre de la Jeunesse et des Sports et membre du bureau politique. En juin 1995, durant la campagne qu’il mène à l’occasion de législatives partielles à Tunis, la presse nationale couvre l’événement et diffuse des photographies sur lesquelles notre homme apparaît régulièrement aux côtés du futur député, en général légèrement en retrait. Mais le meilleur indice de cette affiliation ne tient-il pas, en définitive, à sa nomination, en février 1998, comme chargé de mission auprès du cabinet du président de la Chambre des députés, en l’occurrence l’ancien ministre en question, sept mois après avoir dû abandonner le poste de secrétaire général du comité de coordination de Tunis ? Le président de la Chambre des députés aura d’ailleurs à l’égard de son protégé ce mot fort révélateur : « Je n’abandonne jamais mes enfants ! ».

L’héritier

50Si les termes de notable et de pouvoir local recouvrent deux notions appartenant à un même champ sémantique, il en est un troisième qui revient régulièrement aux côtés des deux premiers dans les études consacrées, en France du moins, à la vie politique locale : celui de dynastie. Impossible, en effet, d’évoquer le pouvoir dans les campagnes, voire même dans les grandes villes, sans envisager « la transmission continue des responsabilités publiques à l’intérieur d’une même parentèle » (Abelès, 1986, 253). Cette image toute patrimoniale du pouvoir local fait intervenir la figure de l’héritier, celui dont un ou plusieurs ascendants ont déjà accédé aux responsabilités locales et qui hérite tout à la fois d’un nom, d’une légitimité historique et d’un réseau d’alliances et de soutiens plus ou moins fermes et stables dans le temps. Si sa notoriété est appelée à reposer en premier lieu sur ce patrimoine symbolique et/ou matériel, voire idéologique, ses qualités personnelles n’en sont pas moins indispensables à la construction de son autorité. À lui, notamment, de faire la preuve de ses capacités en jouant avec les signes de la mémoire collective et en activant l’ensemble des ressources liées à son statut d’héritier. À lui, en d’autres termes, d’actualiser son capital politique et de mettre en scène son capital symbolique. Cette figure de l’héritier, repérable en d’autres lieux et à d’autres époques, est-on amené à la rencontrer lorsqu’on se penche sur le fonctionnement sociopolitique d’un espace local comme celui de Bab Souika ?

51À dire vrai, depuis l’indépendance, il n’est nulle trace dans l’histoire politique du faubourg de la moindre lignée ou du moindre pouvoir familial, entendons un pouvoir qui se serait matérialisé par la monopolisation de certaines responsabilités ou par l’emprise exercée par une parentèle ou un groupement tribal sur l’un des territoires politiques de Bab Souika. Ainsi, à regarder de plus près les noms des présidents de cellule d’hier et d’aujourd’hui, ceux des secrétaires généraux de la fédération ou du comité de coordination, ceux également des conseillers municipaux ou des députés, il est clair que Bab Souika n’a connu depuis l’indépendance le règne d’aucune dynastie, pas même la succession à une position de pouvoir d’un individu qui soit un très proche parent du précédent responsable : un fils, un frère, un neveu. Tel n’est pas le cas, en revanche, dans le domaine de la respectabilité religieuse ou de l’excellence professionnelle, des familles qui ont su conserver en leur sein, avant l’indépendance et encore quelque temps après, les charges de maître de confrérie (shaykh al-tarîqa) ou de chef de corporation (amîn). Mais il faut préciser que la puissance et l’influence de ces notabilités traditionnelles se sont rapidement et considérablement amoindries avec l’implantation du parti unique, l’institutionnalisation croissante du pouvoir local et les bouleversements démographiques liés à l’arrivée en masse d’immigrants venus de province parallèlement au départ d’un grand nombre d’anciennes familles à destination des nouvelles zones résidentielles.

52Cette éclipse des anciennes familles dominantes, qu’il s’agisse de familles fortunées ou de familles dont le renom venait essentiellement du niveau d’instruction de leurs membres, de leur éducation religieuse ou de leur intégrité morale, n’a pas été compensée par une stratégie collective d’investissement dans les nouvelles structures du pouvoir politique et de l’administration. L’on ne trouve pas trace, par exemple, parmi les principaux responsables destouriens à s’être succédé dans le périmètre de Bab Souika depuis 1970, de leaders issus des familles qui tenaient autrefois le haut du pavé dans le faubourg. Une très large majorité de ces dirigeants appartient certes à des familles de souche. Mais les plus grands noms du territoire ont soit boudé le nouveau pouvoir, surtout après les premiers signes d’autoritarisme manifestés par l’État et le parti à la fin des années 1950 et surtout au milieu des années 1960, soit ont quitté progressivement les lieux en raison de la dégradation des conditions de vie et de l’attrait exercé par l’habitat et le confort modernes. Ce n’est donc pas parmi ces familles de la bourgeoisie locale, mais dans les rangs de la petite bourgeoisie (artisans, commerçants, fonctionnaires) et du menu peuple, qu’il faudrait rechercher d’éventuelles lignées de responsables destouriens, les seuls de nos jours à être en mesure d’exercer un pouvoir institutionnalisé. Pourtant, le seul héritier que j’ai pour ma part réussi à identifier à ce jour appartient à l’élite sociale traditionnelle du faubourg et n’est entré en politique qu’à l’occasion des municipales de 1995. Une génération entière le sépare de son illustre ascendant, un oncle dont il porte le nom et le prénom, docteur émérite et célèbre militant nationaliste aujourd’hui disparu. Bien qu’il n’ait pas exercé de responsabilités politiques locales après 1956, la mémoire de ce dernier est restée fort présente dans les cercles destouriens, associée aux grandes heures de la lutte pour l’indépendance. C’est à ce titre, me semble-t-il, que l’on peut parler du prestige hérité par son neveu, lequel a lui aussi embrassé une carrière de médecin.

53À Bab Souika, ce personnage est l’un des rares responsables politiques locaux, élus et principaux dirigeants destouriens confondus, à exercer une autre profession que celle de fonctionnaire. Il est également le seul à ne pas avoir suivi un cursus de militant depuis son plus jeune âge. Ce profil atypique est peut-être significatif d’une tendance récente, en Tunisie, au renouvellement des élites et au recrutement massif de ce que le discours officiel nomme ici des « compétences », à savoir des individus disposant d’un capital culturel et professionnel les rendant théoriquement aptes à la gestion des affaires publiques. Il est attendu de ces « compétences » que leur ralliement vienne renforcer l’image de marque et la supériorité du parti au pouvoir, au service duquel il leur est demandé de mettre leurs connaissances, leur statut d’élite et leur dynamisme. La démarche participe donc, à la fois, d’une stratégie de mobilisation et de circulation des élites et révèle un changement en cours dans la représentation du dirigeant politique idéal. L’ancienneté de l’engagement cède ainsi le pas à la valorisation d’un savoir technique et d’une autorité professionnelle, dans un contexte où le culte de la rationnalisation, de l’efficience et de l’esprit d’entreprise imprègne peu à peu toutes les références du discours officiel et affecte, dans des proportions qu’il ne faudrait pas cependant surévaluer, les critères de la sélection politique au sein des structures partisanes.

54En suivant en détail le parcours politique de cet unique spécimen d’héritier sur la place de Bab Souika, l’on pourrait tirer certains enseignements cadrant pleinement avec mon propos. L’on verrait ainsi comment un individu dont l’oncle paternel, mais aussi l’oncle maternel, bien que dans une moindre mesure, ont été des dirigeants destouriens d’envergure, s’est investi au nom de cette généalogie dans la politique territoriale, alors qu’un grand nombre de ses confrères optaient dans le même temps pour les structures partisanes professionnelles. Mais ce n’est pas la reconnaissance spontanée par la base militante de cette légitimité historique, ni même le vote des citadins attachés à la mémoire des familles bourgeoises, qui ont sanctionné son entrée en scène. Au contraire, comme bien souvent, c’est dans les coulisses de l’appareil partisan que s’est décidé le succès politique de ce nouveau candidat au pouvoir local.

Le militant qui se voulait édile

55La cinquième et dernière figure que j’examinerai ici s’est trouvée incarnée dans la réalité par un personnage qui m’a paru tout à fait unique dans le paysage politique local mais qui – il s’agit là d’une intuition toute personnelle – n’est probablement pas un responsable complètement hors du commun. Peut-être devrait-il être tenu, bien au contraire, comme le représentant d’une partie, certes minoritaire, de l’élite intermédiaire, dont le rôle est toutefois capital dans la stratégie de légitimation du régime et dans l’assurance d’une certaine cohésion du corps social ; une élite qui demeure prisonnière d’un ensemble de contradictions et compromet, de ce fait, ses chances de dynamiser et de transformer le système politique.

  • 26 Il obtient une dérogation pour occuper, malgré sa nationalité tunisienne, les fonctions de membre (...)
  • 27 Le Congrès de Monastir de 1971 est à l’origine de l’exclusion politique d’Ahmed Mestiri, leader de (...)

56Le militant qui se voulait édile est donc d’abord un militant : une adhésion précoce au Néo-Destour, une fidélité constante au PSD puis au Rcd et, au fil de ce parcours, de multiples expériences à divers postes de responsabilité dans les structures locales et régionales du parti, dans des organisations affiliées (la Jeunesse scolaire, la Jeunesse destourienne) et au sein du conseil municipal de la ville de Tunis. À côté de ce profil d’éternel destourien, un passage, lors d’un séjour de sept années en France, aux « Francs et franches camarades », organisme affilié au Parti communiste français26, puis une formation politique à Paris auprès de la Fédération Léo-Lagrange, l’organisme de la jeunesse socialiste, complètent son parcours initiatique. Enfin, le personnage se caractérise également par une propension à s’investir dans les espaces de la vie associative qui sont liés à ses territoires de référence : le faubourg de Bab Souika et la Médina de Tunis (Association musicale de la Rachidia, Association sportive d’al-Hilal, Comité culturel de Bab Souika). En fait, ce profil de militant ne s’arrête pas aux formes les plus visibles de son engagement politique ou associatif. Plus qu’un statut acquis dans la durée, il s’agit d’un état d’esprit inculqué pendant l’adolescence dans le cadre d’une longue phase de formation idéologique et d’apprentissage de la passion politique ; une phase qui aurait pris fin, selon les témoins de l’époque, avec la déroute de l’aile libérale du parti à l’issue du congrès de Monastir de 197127.

57En quoi un tel profil peut-il avoir affecté le rapport instauré par l’homme politique local avec son territoire ? Je dirais tout d’abord que, contrairement à grand nombre de ses pairs, ce responsable (mas’ûl) présente la particularité d’entretenir un attachement pour son quartier et une présence territoriale sans commune mesure avec les fonctions qu’il y exerce. Autrefois membre d’un bureau de cellule, puis victime de l’activisme ambiant malgré sa très forte popularité dans le quartier, il n’occupe depuis près de vingt ans aucun poste de direction à l’échelle locale ou régionale. Mais il a le statut de cadre du parti à part entière et fait sans aucun doute partie de l’intelligentsia de la région « Tunis-Médina ». En fait, il semble pour l’heure dans l’impossibilité de gravir de nouveaux échelons dans la hiérarchie politique et d’atteindre les leviers de pouvoir auxquels il aspire. Il y a là un paradoxe qui ne peut être dépassé que si l’on prend toute la mesure de la spécificité du personnage et de sa réputation, et que l’on tente, notamment, de saisir comment cet homme politique local se situe, à travers ses manières de dire et de faire, par rapport aux deux fonctions caractéristiques de la notabilité : les fonctions de médiation et de représentation.

58Revenons donc à ce statut de militant dont je crois qu’il le qualifie à plus d’un titre. Contrairement aux personnalités dont j’ai examiné précédemment le profil et la trajectoire, celui-ci me semble avoir voulu donner à son itinéraire et à son action un sens profondément politique en se référant à un ensemble de valeurs, d’opinions et de représentations qu’il a souhaité incarner et à partir desquelles il a toujours cherché à se construire une légitimité propre, distincte de celle mi-institutionnelle, mi-idéologique du parti au pouvoir. Ses discours, comme certains de ses actes – que ceux-ci se rapportent à ses activités de conseiller municipal, de dirigeant local ou de responsable gouvernemental – m’ont semblé en effet totalement imprégnés d’un esprit missionnaire, comme si cet homme était avant tout animé par le souci de servir une cause, d’œuvrer à la réalisation de certains principes, de s’inscrire dans un projet général dépassant les simples considérations tactiques et surclassant les intérêts particuliers.

  • 28 Du terme « Policeystaat ». Cf. Bayart, 1985, 348.

59L’on pourrait bien entendu discuter de la pertinence et de la portée de tels discours, et principalement des contradictions qu’ils révèlent chez leur locuteur, partagé entre, d’un côté, une vision du monde prônant la démocratie et le pluralisme, de l’autre, une fidélité constamment proclamée et renouvelée au régime en place, dont on sait bien qu’il repose depuis la fin des années 1960 sur l’illusion du consensus et les démonstrations de force d’un « État bien policé28 ». Cependant l’important, pour la compréhension du pouvoir local, me semble résider ailleurs. En effet, le discours militant de ce personnage s’avère avoir ceci de tout à fait spécifique, inhérent me semble-t-il au style d’autorité propre du notable, qu’il articule sans cesse la vision du monde que je viens de décrire avec des références territoriales précises, comme s’il s’agissait pour lui d’établir des éléments de lignage entre le passé et le présent du territoire et de sa collectivité : des éléments lui permettant de se recommander, à la fois, d’une appartenance politique (le parti), d’une visée idéologique et missionnaire (faire valoir les droits individuels élémentaires et œuvrer à la préservation du patrimoine collectif) et d’une inscription locale (l’identité du faubourg). Or, au cœur de cette équation, de manière implicite ou explicite, apparaît la figure de l’édile, point d’équilibre de l’ensemble, assurant l’ordonnancement harmonieux de ces relations et le recoupement de toutes ces filiations institutionnelles, idéologiques ou imaginaires qui dessinent les contours et les propriétés de la société locale.

60À Rome, l’édile est celui qui agence les flux des dons et des contre-dons et qui gère les mémoires bâties puisqu’il est en charge de la police, de la gestion des bâtiments publics, de la distribution des approvisionnements et de l’organisation des festivités collectives (Gaudin, 1986, 27). Le terme a été remis à l’honneur en France au xixe siècle pour désigner les magistrats municipaux, à qui il revenait également, d’une part, de gérer « des matérialités monumentales qui forment repères » dans la mémoire de la collectivité locale, d’autre part, de régler la circulation et la redistribution des richesses à l’échelle de la vie communale en veillant notamment au développement d’entreprises publiques locales et à l’aménagement des interventions étatiques (aides, subventions, fiscalité redistributive, réglementation du travail et du droit social, etc.). D’une époque à l’autre, de nombreuses transformations sont intervenues dans les pratiques édilitaires et dans les statuts des magistrats, mais, comme le fait remarquer le politologue Jean-Pierre Gaudin (1986), on peut observer que, par-delà les éléments de périodisation, le rôle des édiles dans la gestion des affaires locales a continué de s’articuler autour de trois activités principales : le marquage des territoires locaux (« l’identification d’une mémoire à un territoire donné » ; « l’investissement imaginaire mis dans les bâtiments publics et les équipements collectifs ou, plus encore, le statut emblématique des réseaux d’infrastructure ») ; l’affichage d’une véritable filiation territoriale légitimant l’autorité du notable et sa « capacité à bien s’occuper des affaires locales » ; la gestion des « régimes d’obligations réciproques » (gestion du champ de la production, du patrimoine foncier, des libertés publiques, des formes de la solidarité économique et sociale). Plus encore, on peut se rendre compte que la figure de l’édile s’est également distinguée à travers le temps par ce même souci des magistrats de voir leur œuvre au profit de la collectivité louée et personnalisée, comme si leur première récompense n’était pas la jouissance directe du pouvoir de commander ni les profits économiques et financiers tirés de leur domination, mais le sentiment de supériorité, d’excellence et d’éternité qu’accordent à ceux qui gouvernent les paroles et les regards reconnaissant de ceux qui sont gouvernés.

61Pour illustrer brièvement en quoi la conduite générale de ce militant me semble correspondre à une vocation édilitaire, et en quoi celle-ci se trouve contrariée par le contexte politique et institutionnel actuel, je ne m’attacherai qu’à un seul exemple : le réaménagement avorté de la place Bab Souika. Dans cette opération, son rôle se situe à mi-chemin entre celui d’un simple relais du pouvoir central, « soldat » du parti et soutien de l’administration territoriale, et celui d’un représentant des intérêts de la population, garant d’une identité locale et animé par le désir d’entrer dans l’histoire des lieux, de figurer au Panthéon des grands noms du quartier. Nous sommes en 1983 et notre personnage cumule à l’époque les charges de conseiller municipal et de responsable de la cellule de Halfaouine. Le projet de rénovation désiré par le président Bourguiba prévoit la démolition des deux tiers de la zone centrale de Bab Souika-Halfaouine, cœur symbolique du faubourg et haut lieu de la mémoire citadine. Les différents segments de la population concernée – commerçants, artisans, habitants, habitués des marchés et des cafés du coin, etc. – se révèlent dans l’ensemble largement hostiles au projet, craignant de perdre leurs repères et leurs habitudes, mais aussi leurs biens immobiliers, voire la possibilité de se loger et de vivre dans le quartier. Mais, face au mécontentement populaire, l’autorité en charge de l’opération n’est autre que le ministre de l’Équipement, M. Sayah, bras droit du président, ancien directeur du parti et chef de file historique de son aile conservatrice. La détermination du pouvoir central et son emprise sur le projet apparaissent donc inébranlables : aucune voix autonome ne semble en mesure d’en contester la réalisation, puisque seules les structures du parti demeurent habilitées à sonder l’opinion publique et à médiatiser les attentes et les doléances de la population. Pour s’assurer de la pleine coopération de ces structures et des administrations gouvernorale et municipale, le ministre met alors en place un dispositif de concertation et de commissions techniques auxquelles élus, dirigeants destouriens, fonctionnaires et techniciens sont invités à participer. Notre personnage rapporte qu’à l’origine, il a souhaité rester en dehors de cette affaire de peur de se trouver compromis dans une opération qui risquait de ruiner l’identité du quartier :

  • 29 Entretien avec l’auteur de ce récit.

Mais j’ai fait un rêve, ajoute-t-il, dans lequel un vieil homme portant une longue barbe blanche m’implorait de défendre Bab Souika. Cet homme, j’en ai eu la conviction, c’était Sidi Mehrez. Il m’a confié pour mission d’assumer une partie de son héritage.29

62Il faut préciser que Sidi Mehrez n’est autre que le saint patron de Tunis, considéré comme le grand fondateur des quartiers de la Hara et de Bab Souika. Homme d’épée et de pouvoir de son vivant, il a été élevé au rang d’homme saint plusieurs décennies après sa mort et son tombeau, situé à quelques mètres de la place Bab Souika, est devenu un lieu sacré, vénéré et fréquenté par la population locale jusqu’à nos jours. L’évocation de la figure médiatrice du saint homme n’a donc rien de fortuit en la circonstance, d’autant que le militant de Halfaouine appartient à une vieille famille de souche citadine dont plusieurs ancêtres ont été des serviteurs de la religion savante ou populaire, recourant à l’intermédiation des saints pour influer sur le cours de la vie locale et prodiguer des bienfaits. Cette évocation établit effectivement une filiation familiale et culturelle avec les origines du territoire, par rapport auquel notre personnage se pose en symbole d’une continuité historique et morale :

Après cette vision, j’ai décidé de m’investir complètement dans ce projet. Il fallait limiter les dégâts, sauver les boutiques et les maisons des démolitions. En échange des transformations que l’État voulait apporter, il fallait aussi obtenir un « plus » pour le quartier : des équipements collectifs, des infrastructures, l’embellissement des façades, un nouveau projet économique et culturel, parce que vraiment l’image du quartier devait être réhabilitée.

63Il prétend alors avoir « joué de toutes (s)es cartes : la municipalité, la cellule, l’administration, les filières régionales, la presse ! » et « tout fait pour faire échouer la stratégie de Sayah » :

Sayah comptait sur les cellules pour le contact direct avec la population et pour l’informer de la température. C’était à nous de faire accepter le projet. Mais il n’y a pas beaucoup de militants qui ont osé plaider pour le quartier et qui ont ouvert leur gueule... Moi, je voyais avec les techniciens quels arguments on pouvait opposer au ministre, et puis j’allais soulever les problèmes. On ne pouvait pas lutter de front, alors il fallait le gêner, ne pas lui laisser libre cours [...], de temps en temps lui donner de bonnes nouvelles [...]. J’ai joué sur la méfiance qu’il avait pour Halfaouine, parce qu’il sait qu’il y a toujours eu de grandes gueules chez nous, que, depuis Charles Quint et Barberousse, le pouvoir a toujours dû compter avec la population, jusqu’à Bourguiba qui a trouvé Halfaouine sur sa route, à plusieurs reprises, avec de grands leaders qui ont su être aimés du peuple et ne pas être dans sa main, ni dans celle d’un autre [...]. Eh bien, au bout du compte, le périmètre des démolitions a été réduit de moitié et si les cellules avaient tenu bon, si elles avaient poussé l’État à réaliser l’intégralité de son programme, on n’aurait pas le désastre d’aujourd’hui ! Mais je n’étais plus là pour mettre mon nez dans ce dossier, parce qu’en 1986, ils ont manipulé pour me faire « foutre perdre »... Et aujourd’hui, c’estle contraire. L’État voudrait bien régler les problèmes, mais plus personne n’a le courage de les soulever et d’affronter la tempête, les discussions avec la population, les engueulades, les réunions, etc. Ils ont surtout peur de faire la démonstration de leur incompétence !

64Dans les faits, avérés par le recoupement d’une pluralité de témoignages, il apparaît bien qu’en intervenant directement dans la résolution d’un conflit entre l’État et les bouchers de Halfaouine, et en participant à une commission administrative chargée d’évaluer le montant des indemnisations accordées aux habitants et commerçants expropriés ou déplacés, notre homme a beaucoup fait pour sa réputation et sa popularité, accréditant l’idée qu’il était bien « un vrai fils de Halfaouine » et qu’il « travaillait pour le quartier » :

Les gens venaient me voir parce qu’ils savaient que j’appartenais à la cellule et à la baladiya (municipalité), mais je crois surtout qu’ils savaient que j’étais là pour les arranger. D’ailleurs, ils ont continué de venir, alors que je n’avais plus aucune responsabilité nulle part ! Je tournais les dossiers dans tous les sens pour trouver la meilleure solution possible, je leur donnais des conseils, j’essayais d’accélérer les procédures, sans jamais rien promettre et surtout, sans leur faire sentir qu’ils me devaient quoi que ce soit. Car je sais que les gens s’adressent à moi parce qu’ils s’attendent à ce que j’agisse comme le faisaient mes ancêtres, honnêtement, et c’est pour ça que l’on me demande de tout : des autorisations, des interventions auprès des autorités, des conseils pour la vie intime, pour la paix des ménages et des voisins !

65Ce qu’a tenté de me cacher mon interlocuteur et informateur privilégié, et qu’il ne pouvait pourtant ignorer, c’est l’opprobre particulière qui continue de le frapper dans son propre milieu d’origine, à l’instar de tous les fils de bonne famille qui n’ont pas hésité à intégrer, lors des trente dernières années, les rangs du parti au pouvoir ou des appareils coercitifs d’État (la police, les douanes, etc.). Par delà le prestige lié à leur appartenance à l’oligarchie partisane ou bureaucratique – un prestige fait de crainte et d’intérêt, faut-il le préciser –, l’autorité et la respectabilité de ces « gens du gouvernement » (nâss elli tab‘at al-hakem) semblent circonstancielles et entrent en concurrence avec des hiérarchies socioculturelles déjà anciennes, désavouant l’affiliation au pouvoir d’État et instituant une séparation nette entre pouvoir social et pouvoir institutionnel. Or, comment se démarquer ostensiblement de l’appareil étatique sans perdre toute possibilité d’accéder aux leviers du pouvoir local ? Et comment se prévaloir d’une légitimité politique territoriale sans se donner les moyens de nourrir un mouvement d’adhésion librement consenti et ouvertement exprimé par des citoyens parlant au nom de la communauté politique ? Confronté à son destin et fidèle à ses engagements passés, ce militant qui voulait être édile continue pourtant de nourrir des projets et de croire dans les chances d’une réforme progressive des règles du jeu politique. Mais il a bien conscience de déranger un grand nombre de ses pairs et craint parfois de n’avoir pas les moyens de sa politique, quand bien même il accéderait à de plus hauts postes de responsabilité. Jouant de plusieurs registres, à l’adresse du local ou à celle des instances dirigeantes, il s’efforce d’entretenir son statut de magistrat municipal et de leader politique, se projetant vers l’avenir tout en s’enracinant dans son territoire d’appartenance :

Pour moi, le troisième millénaire qui s’annonce doit être lié au renouveau de notre quartier. L’entrée dans le deuxième millénaire s’est faite avec Sidi Mehrez, le fondateur de Bab Souika. Plus tard est venu Youssef Saheb al-Tabba, qui a façonné le destin de Halfaouine ; puis les grands militants qui ont triomphé du colonialisme ; et tous ses enfants qui ont fait connaître notre quartier dans toute la Tunisie, dans tous les domaines. Aujourd’hui, c’est à notre génération d’assurer cette succession, de se montrer digne des héritiers de Sidi Mehrez. À nous de réussir la transition vers ce nouveau millénaire et de faire de nouveau de ce quartier l’avant-garde du progrès en Tunisie !

La parole aux notables ?

66« Ce sont souvent les hommes les plus populaires qui s’imposent comme interlocuteurs, lorsque l’ethnologue commence son travail de terrain », faisait remarquer à juste titre Marc Abelès (1990, 2) lors d’un colloque tenu sur le thème de la popularité politique. Des interlocuteurs qui lèvent le voile sur des réalités cachées ou inaccessibles au simple étranger, mais qui médiatisent également le territoire que le chercheur tente d’approcher, l’enveloppant d’une « gangue de mots » et de représentations qui se présentent comme la réalité et fonctionnent, en fait, « comme des vêtements qui, à la fois, se donnent à voir et servent de masque, protègent de la vue ». Cette double fonction de médiation et d’occultation constitue, selon de nombreux auteurs, le propre des figures notabiliaires qui contribuent ainsi à faire coexister des regards contigus et parfois divergents sur le territoire : les regards des vieux et des plus jeunes, des petites gens et des grandes familles, de l’esthète et du chercheur, du touriste et, inévitablement, de l’État, etc. Pour valoriser le local, mais aussi pour le préserver des agressions, le notable participe de la sorte à la construction incessante du territoire : à son adaptation aux changements sociaux et institutionnels qui l’entourent, à la transformation de son image à l’extérieur, au renforcement des sentiments d’attachement éprouvés à son égard à l’intérieur. En ce sens, le pouvoir du notable est d’abord le pouvoir de territorialiser, c’est-à-dire d’entretenir l’idée et la forme du territoire, sa cohésion et son esprit : le pouvoir de le désigner, de le distinguer, de produire du sens, pour mobiliser des forces endogènes autour d’un même sentiment d’appartenance ; pour attirer, aussi, des acteurs extérieurs aux yeux desquels il s’agira de « monumentaliser » le territoire afin de les amener à reconnaître son identité, à respecter sa spécificité, à croire également en sa force et en ses valeurs.

  • 30 Que cette domination s’exerce dans les secteurs de l’économie, de la religion ou de l’administrati (...)

67Bien entendu, il n’y a pas que les notables pour territorialiser, dynamiser des logiques locales et les articuler aux mouvements de la société englobante. Seulement, nous avons vu que la particularité du notable provenait de sa propension à représenter la société locale en tant qu’unité politique autonome. En ce sens, le propre du notable est d’influer sur la gestion des affaires internes ou externes de la collectivité et de peser sur sa destinée, en participant notamment à la prise de décision politique et à l’aménagement des règles édictées par l’État central. Autrefois réservé à des individus dont le statut et l’autorité se fondaient essentiellement sur la réputation personnelle, l’ascendance familiale et l’appartenance aux couches dominantes de la société traditionnelle30, l’exercice de ce rôle notabiliaire est devenu l’apanage, dans le contexte politique issu de l’indépendance, des agents locaux du parti : des « personnalités » ayant un accès privilégié à l’administration et aux fonctions électives parce que disposant de la légitimité que confère à leurs interventions leur allégeance proclamée au régime politique en place. Dans les représentations populaires, l’évolution des règles déterminant les conditions d’accès aux formes institutionnalisées du pouvoir local n’a cependant pas effacé l’image traditionnelle de la notabilité. Or, celle-ci, on l’a vu, ne « colle » pas avec le statut d’agent de l’État que doivent endosser les dirigeants destouriens investis par le pouvoir central d’une mission de contrôle, d’écoute et d’animation. Dans ces conditions, pour qu’émergent et puissent être reconnues comme telles de nouvelles formes de notabilité, exerçant sur les sociétés locales une emprise durable et suffisamment indépendante des ressources coercitives ou distributives mises à leur disposition par les appareils de l’État-parti, n’est-il pas nécessaire que les nouveaux détenteurs du pouvoir local apportent la preuve de leur capacité à s’autonomiser de cette double tutelle ou, dans une moindre mesure, apprennent à vaincre la profonde suspicion qui les entoure en tant qu’agents du « Pouvoir », en parvenant notamment à concilier efficacement les registres de la représentation territoriale et ceux de l’appartenance partisane ?

68Redevenir des contre-pouvoirs, regagner leur indépendance pour mieux renégocier leur allégeance, réapprendre à être des points de jonction entre État et société civile plutôt que rester des courroies de transmission, des points d’ancrage de la domination partisane... La voie de la notabilisation paraît toute tracée pour ceux qui en auraient l’ambition et le courage, même si l’on mesure combien la stratégie pourrait s’avérer périlleuse et les obstacles à sa réussite considérables. Quoiqu’il en soit, n’est-il pas temps de prendre conscience, du côté des acteurs comme du côté des chercheurs, que les chances d’une réelle démocratisation du système politique tunisien dépendent aujourd’hui, dans des proportions qui restent à évaluer, de la réaffirmation du rôle des notables dans l’ordre des rapports État-société ?

Bibliographie

Bibliographie

Abelès M., 1986, « Le degré zéro de la politique », Études rurales, janvier-juin, n° 101-102.

Abelès M., 1990, « La popularité politique : une approche anthropologique », in « La popularité politique », colloque de l’Association française de science politique, 17-18-19 octobre.

Alliès P., 1991, « Que sont nos notables devenus ? », in « Faire la politique », revue Autrement, n° 122, mai, 108-119.

Baduel P. R., 1985, « La production de l’espace national au Maghreb », in P. R. Baduel (dir.), États, territoires et terroirs au Maghreb, Paris, Cnrs Éditions, 3-47.

Baduel P. R., 1994, « Approches sociopolitiques du local », Espaces et pouvoirs locaux, cycle doctoral « Contacts et échanges culturels en Méditerranée », Aix-en-Provence, université de Provence, Communauté des universités méditerranéennes.

Bayart J.-F., 1985, « L’énonciation du politique », Revue française de sciences politiques.

B’Chir B., 1978, « Réflexion sur le concept d’élite chez le sociologue arabe », Revue tunisienne des sciences sociales, n° 53, 1978, 41-58.

Ben Achour M. el-A., 1989, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xixe siècle, préf. de Dominique Chevalier, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art.

Ben Achour M. el-A., 1992, « Les signes extérieurs de la notabilité citadine au début du siècle à Tunis », in « Bourgeoisie et notables dans le monde arabe (xixe et xxe siècles) », actes du colloque, Grasse, mai 1991, université de Nice - Sophia-Antipolis, Les Cahiers de la Méditerranée, n° 45, décembre, 105-116.

Bourdieu P., 1990, « Droit et passe-droit : le champ des pouvoirs territoriaux et la mise en œuvre des règlements », Actes de la recherches en sciences sociales, n° 81-82, mars.

Charrad-Rouissi H., 1976-1977, « L’institutionnalisation du Parti socialiste destourien à l’échelon régional et local », Servir, n° 19-20, 37-54.

Chater K., 1992, « Les notables citadins en Tunisie au cours de l’ère coloniale : le concept de beldisme et ses mutations », in « Bourgeoisie et notables dans le monde arabe (xixe et xxe siècles) », actes du colloque, Grasse, mai 1991, université de Nice - Sophia-Antipolis, Les Cahiers de la Méditerranée, n° 45, décembre, 117-127.

Feneyrol O., 1997, « L’État à l’épreuve du local. Le réaménagement du quartier Bab Souika-Halfaouine à Tunis (1983-1992) », Monde arabe-Maghreb-Machrek, spécial Tunisie, n° 157, juillet-septembre, 58-68.

Gaudin J.-P., 1986, « Pouvoirs locaux et territoires », Études rurales, janvier-juin, n° 101-102.

Hénia A., 1997, « Le pouvoir entre notables et élites : les cycles de la notabilité », Monde arabe-Maghreb-Machrek, spécial « Tunisie », n° 157, juillet-septembre, 90-100.

Kherfi H., Sedjari A., Bocar C. et Labidi M., (dir.), 1989, L’administration territoriale au Maghreb (Algérie, Maroc, Mauritanie, Tunisie), Alger, Cmera.

Mabileau A., 1985, « Les institutions locales et les relations centre-périphérie », in M. Grawitz et J. Leca, (dir.), Traité de science politique, t. 2, « Les régimes politiques contemporains ».

Maresca S., 1984, « Le territoire politique », Revue française de sciences politiques, vol. XXXIV, n° 3.

Nouschi A., 1992, « Qu’est-ce qu’un bourgeois, qu’est-ce qu’un notable ? », in « Bourgeoisie et notables dans le monde arabe (xixe et xxe siècles) », actes du colloque, Grasse, mai 1991, université de Nice - Sophia-Antipolis, Les Cahiers de la Méditerranée, n° 45, décembre, 229-247.

Rudebeck, 1967, Party and People. A Study of Political Change in Tunisia, Stockholm.

Tekari B., 1981, Du cheikh à l’omda. Institution locale traditionnelle et intégration partisane, Tunis, Cerp.

Tudesq A.-J., 1993, « Le concept de notable et les différentes dimensions de l’étude des notables », in « Bourgeoisie et notables en Méditerranée (xviie et xxe siècles) », actes du colloque, Grasse, mai 1992, université de Nice Sophia-Antipolis, Les Cahiers de la Méditerranée, n° 46-47, juin-décembre, 1-12.

Notes

1 Il s’agit du Rassemblement constitutionnel démocratique (Rcd), dénommé Parti libéral constitutionnel (Néo-Destour) de 1934 à 1964, puis Parti socialiste destourien (Psd), de 1964 à 1988.

2 Voir notamment dans Les Cahiers de la Méditerranée : Ben Achour, 1992 ; Chater, 1992 ; Nouschi, 1992 ; Tudesq, 1993.

3 Sur la notion de transfiguration, voir : Alliès, 1991.

4 En Tunisie, mais aussi en France et, de manière générale, en ce qui concerne l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen. Pour le Maghreb, voir : Baduel, 1985.

5 Notons qu’aucune disposition constitutionnelle n’interdit en Tunisie la pluralité des partis politiques.

6 Cf. Charrad-Rouissi, 1977.

7 À propos de « responsabilités jumelées », il en est ainsi de l’assimilation des responsabilités partisanes et administratives dans le cadre du conseil de gouvernorat, des commissions régionales du Plan ou encore des conseils municipaux.

8 Données tirées d’une recherche en cours sur le mode de fonctionnement sociopolitique de cet espace.

9 Pour plus d’information sur les attributions et compétences des institutions locales, cf. Kherfi, Sedjari, Bocar et Labidi, (dir.), 1989.

10 À l’échelle locale, une personne « introduite » dans les réseaux du pouvoir peut être un simple adhérent ou, mieux, un militant du parti, voire un proche des responsables destouriens en activité ou des représentants de l’État en poste dans l’administration territoriale (gouverneur, délégués, techniciens).

11 En pratique, il s’avère que le ‘umda n’est pas nécessairement récruté parmi les membres du comité de cellule, comme l’a prévu le décret du 24 juin 1969. Mais il est généralement adhérent à cette cellule.

12 C’est en fait hors de l’espace de mobilisation partisane que se sont développées les critiques et les oppositions les plus importantes, exception faite de la contradiction apportée lors du congrès de Monastir en 1971 par un courant dit libéral dont les leaders ont finalement été exclus du parti avant de fonder, sept ans plus tard, le Mouvement des démocrates socialistes.

13 Rudebeck, 1967, 133, cité par Charrad-Rouissi, 1976-1977, 53.

14 Cette place constitue la principale entrée du faubourg et a fait l’objet d’une vaste opération de réaménagement urbain et de marquage politique décidée par le président Bourguiba en personne. Voir sur ce projet : Feneyrol, 1997.

15 Figurant au nombre des cinq comités de coordination implantés sur le territoire du Grand Tunis (Tunis-Médina, le Bardo, al-Ouardia, La Marsa et al-Menzah), ce comité supervise l’action des cellules regroupées au sein de trois fédérations territoriales (dont celle de Bab Souika) et de deux fédérations professionnelles.

16 Instance émanant des congrès nationaux dont les délégués élisent parmi eux les membres du comité central.

17 Il me faut ici préciser que la plupart de ces mandats ont été obtenus après que notre dignitaire pris le commandement de la cellule du quartier. Le titre de président de cette illustre cellule, la visibilité et les liens que ce poste lui a valu de développer ou d’activer comptent donc pour une large part dans sa réussite politique et justifient a posteriori le choix stratégique de prendre le contrôle de ce lieu.

18 On parle en Tunisie de tcambin (sing. tcombina) à propos de ces tactiques.

19 Je pense ici non seulement à des groupes de jeunes réunis en association sportive, ou dans des organisations comme celle des scouts tunisiens ou dans des bandes de quartier, mais encore à des populations particulières : des groupes de commerçants répartis à l’intérieur d’un souk ; les familles dites nécessiteuses dont la mobilisation est facilitée par l’aide matérielle que fournissent le parti et l’État aux plus démunis ; les femmes qui s’occupent souvent, dans les ménages, de trouver les moyens de bénéficier de certaines formes d’assistance. Plus généralement, toutes les formes de manipulation ou d’exploitation des relations sociales tissées dans le cadre du quartier entre responsables politiques et entre ceux-ci et la population entrent dans le cadre de ce que j’appelle ici l’activisme.

20 Structures dont il ne faut jamais oublier qu’elles sont autant – sinon plus – des espaces de sociabilité politique inscrits dans des territoires locaux que les instruments d’un appareil centralisé de domination.

21 Comme le faisait remarquer Bourdieu (1990, 89) à propos des agents de l’État en général, le monopole de la mise en œuvre du règlement ne procure de notoriété et n’assure de reconnaissance symbolique que dans la mesure où les personnes concernées ne se comportent pas en simples agents d’exécution et font, au contraire, le choix « d’ouvrir la possibilité d’une exception à la règle », accédant ainsi à « cette forme particulière de charisme bureaucratique qui s’acquiert en prenant ses distances à l’égard de la définition bureaucratique de la fonction ».

22 Cette date représente le principal symbole de l’avènement d’un nouveau régime, celui du « changement » et de « l’ère nouvelle », intervenu le 7 novembre 1987 à la suite de la déposition du président Bourguiba et de la prise du pouvoir par l’actuel président Ben Ali.

23 Ktef (l’épaule) est le terme utilisé en Tunisie pour désigner l’équivalent de ce qu’en France nous dénommons le « piston ».

24 Jusqu’au début des années 1980, prévalait le principe de l’élection indirecte des membres du comité de coordination par la base militante, le secrétaire général du comité devant être désigné par la direction du parti parmi les membres élus de ce comité.

25 Le premier est né en 1936, le second en 1933.

26 Il obtient une dérogation pour occuper, malgré sa nationalité tunisienne, les fonctions de membre du comité directeur régional de Franche-Comté des « Francs et franches camarades », en tant que délégué à la formation des cadres et à la propagande.

27 Le Congrès de Monastir de 1971 est à l’origine de l’exclusion politique d’Ahmed Mestiri, leader de l’aile libérale du parti et figure emblématique des destouriens de Tunis. Il fondera en 1978 un parti d’opposition, légalisé en 1983 : le Mouvement des démocrates socialistes (Mds).

28 Du terme « Policeystaat ». Cf. Bayart, 1985, 348.

29 Entretien avec l’auteur de ce récit.

30 Que cette domination s’exerce dans les secteurs de l’économie, de la religion ou de l’administration makhzénienne. Cf. Ben Achour, 1989.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540