Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

IV. Les nouvelles figures notabiliaires des périodes coloniale et post-coloniale

Une famille d’entrepreneurs originaires de Boumerdès

Système notabiliaire et changements sociaux dans les petites villes du Sahel tunisien

Ahmed Khouaja

Texte intégral

  • 1 Mendras (1983, 32-35) définit le notable comme étant le médiateur qui participe à la fois à la col (...)

1Au cours de l’histoire, les rapports ville/campagne ou bien encore localité/globalité ont été tantôt adverses, tantôt complémentaires. Ils s’inséraient, de ce fait, dans une sorte d’intégration conflictuelle. Le rôle des notables des communautés locales consistait à gérer ces zones de tensions et de conflits ; acteurs disposant d’une certaine marge de liberté et d’action de par la « disponibilité » – au sens webérien du terme (Weber, 1971, 378-380) –, l’estime, la compétence, la richesse économique dont ils jouissaient, les notables étaient en mesure, à titre de profession secondaire, de diriger et d’administrer effectivement, de façon continue, un groupe quelconque en vertu de l’autorité sociale qu’ils exerçaient auprès de leurs concitoyens. Ils étaient généralement rentiers, médecins, chefs d’exploitations agricoles ou d’entreprises commerciales, instituteurs..., etc. Jadis, le notable était l’interlocuteur de sa communauté face à la société englobante (qu’elle fût la ville, l’État ou encore l’économie urbaine, capitaliste et industrielle1).

2Dans la Tunisie d’aujourd’hui, avec l’élargissement du pouvoir de l’État-Nation et l’expansion de la bureaucratie étatique et para-étatique, ce rapport a changé de forme et s’est inversé : c’est l’administration régionale qui détient le rôle d’articulation, dispose du monopole de la décision, introduit les innovations et se représente comme la source du pouvoir. Le découpage administratif, parfois abusif et arbitraire, est une des affirmations de l’emprise qu’exerce une élite de fonctionnaires, de technocrates, de bureaucrates et de cadres dirigeants.

  • 2 Balandier (1970, 23) résume cette idée en disant : « Dans l’ordre des phénomènes sociaux, la trans (...)

3Un postulat, en sociologie, corrobore l’idée que tout moment de rupture, d’uniformité et de discontinuité avec une organisation traditionnelle quelconque (famille élargie, tribu, corporation, notabilité locale) s’accompagne nécessairement de logiques de diversité, de maintien et de continuité, ainsi que de stratégies de confrontation2. Ainsi, il nous a paru intéressant, à la lumière du cas d’un petit village du Sahel méridionnal célèbre par ses vieilles citées littorales et sa densité démographiques, de tester un certain nombre d’hypothèses relatives à la problématique de la notabilité comme relais entre pouvoir extérieur et pouvoir local.

4Peut-on dire que le système notabiliaire a changé de forme, d’acteurs et de finalité en interaction avec les mutations qu’a subies l’espace local en Tunisie ? Assiste-t-on à l’émergence d’un « nouveau » notable ? Ce dernier incarne-t-il la volonté de modernisation de l’État ? Est-il resté le défenseur de sa communauté ? Et si, au contraire, on assiste à une démobilisation du notable, quel est le nouvel acteur qui, en principe, devrait concilier rationalité locale et rationalité centrale ?

5Pour vérifier ces hypothèses, nous nous proposons d’examiner le cas d’une famille d’entrepreneurs de Boumerdès qui se sont manifestés, ces dernières années, par des pratiques novatrices en faveur de leur « fief » d’origine.

6Le dynamisme local des membres de cette famille s’explique-t-il par le contexte politique de désengagement de l’État et la nouvelle conjoncture d’ajustement structurel favorable au développement de la libre entreprise et de l’initiative privée et locale ? Ou bien tire-t-il ses racines d’une logique de la territorialité ?

Une solidarité villageoise d’agriculteurs et d’artisans

  • 3 Dans le même contexte, Ganiage (1964, 164-165) recense, d’après les registres fiscaux de 1860, soi (...)

7Situé à 35 km de Mahdia, Boumerdès était encore, en 1980, un village sahélien de 1 700 habitants tourné exclusivement vers l’agriculture et le tissage de la laine. En 1857, d’après l’Atlas de Sousse, Monastir et Mahdia réalisé à l’École militaire du Bardo, l’agglomération ne comptait que seize maisons3 regroupées autour de la zaouïa de Sidi Boumerdès, dont les habitants se revendiquent les descendants. En conséquence, les Merdessi semblent ne former qu’une lignée divisée en trois grandes familles : Hadj Abdallah, Hadj Mabrouk et Hadj Ahmed (carte 1).

8Le village se caractérisait essentiellement par la solidarité communautaire qui unit ses habitants, lesquels avaient en partage une mémoire commune. La population de Boumerdès se définissait également par une faible différenciation sociale.

  • 4 Le climat de Boumerdès est semi-aride : la moyenne annuelle de pluviométrie se situe aux alentours (...)

9Face à l’hostilité du milieu naturel4 et à la crainte des razzias des tribus nomades – notamment les Methelith –, les Merdessi ont dû s’unir et entretenir des liens de parenté et d’endogamie très solides. Par ailleurs le village, à vocation agricole, a été soumis à l’emprise foncière des propriétaires mahdois, surtout après confirmation de l’autorité administrative de Mahdia en 1885. Plus tard, le décret du 17 juillet 1941, selon la monographie de Masmoudi (1984, 75-77) a permis à ces propriétaires absentéistes de s’installer sur l’immense habous public d’Aziza Othmana. Cette mesure leur a permis de mettre en valeur d’autres terres cultivables de Boumerdès. Leur emprise s’étendait sur tout le Sahel, méridional, jusqu’à Souassi.

Carte 1. Boumerdès vers 1857 : une petite agglomération de seize maisons

Carte 1. Boumerdès vers 1857 : une petite agglomération de seize maisons

Source : extrait de l’Atlas de Sousse, Monastir et Mahdia, 1857.

10Dans les années 1950, si l’on en croit J. Despois (1955, 330), Boumerdès avait encore un aspect misérable avec ses maisons de tûb (argile) dont la moitié étaient endommagées. Nombre de pauvres de Boumerdès émigraient régulièrement vers Mahdia, cherchant un travail saisonnier pendant la saison des sardines ou lors de la cueillette des olives. L’émigration vers l’Europe drainait aussi jeunes et moins jeunes, aiguillonnés par des rêves de stabilité et d’aisance matérielle. Actuellement, d’après les statistiques locales, Boumerdès compterait six cents personnes installées en Europe.

11La famille Ben Abdallah, les témoignages recueillis démontrent (en dépit de leur dimension subjective) le prestige et l’estime dont elle jouissait auprès des autres habitants. Lettrés et riches oléiculteurs, les membres de cette famille avaient toute la « disponibilité » pour occuper des postes importants au sein de l’administration régionale et exercer ainsi une « autorité sociale » à l’égard de leurs concitoyens. Fils du khalifa (équivalent de préfet) d’El-Djem pendant les années 1940, Ahmed, notaire de métier, avait été nommé kahia (équivalent de sous-préfet) à Moknine dès 1930. Le père des entrepreneurs actuels, Hassine, était le premier instituteur du village à avoir exercé ce noble métier aux quatre coins de la Tunisie : Jemmal, Meknassy, Karker, Ksibet al-Mediouni... Leur fidélité au pouvoir beylical et colonial n’avait pas empêché l’oncle des frères Ben Abdallah de participer discrètement à la lutte nationaliste pour l’indépendance du pays aux côtés des personnalités du Néo-Destour.

12Cette famille détenait donc vraisemblablement une place de choix au sein de sa communauté d’origine. Est-ce à dire que les frères Ben Abdallah – les entrepreneurs d’aujourd’hui, dont nous allons dès à présent suivre les trajectoires professionnelles et matrimoniales – appartenaient, de par leur origine, à une famille de notables ? Cela constitue à notre sens un atout de taille qui expliquerait leur réussite économique et sociale.

La trajectoire de cinq frères entrepreneurs d’industrie

13Devenue chef-lieu de délégation en 1973, Boumerdès devait connaître une urbanisation rapide reflétant, entre autres, son dynamisme économique. En 1969, Mohsen Ben Abdallah, élu en 1987 meilleur entrepreneur d’Afrique, quitte la fonction publique – plus précisement la société Sogitex – pour entrer dans le secteur privé. Il achète une usine de confection en difficulté, la Sogimo, installée à Djemmal. Son frère aîné, Abdelkrim, promoteur de l’imprimerie Cotip, lui apporte une aide financière lors du transfert de la Sogimo à Djebel Djloud.

14Durant les années 1970, les frères Ben Abdallah (Mohsen, feu Ahmed, Abdelkrim, Taoufik et Khaled) enregistrent des performances satisfaisantes tout en enrichissant leur capital relationnel. Après le succès remporté à Tunis par le groupe Bacosport, les Ben Abdallah décident d’implanter diverses unités de confection et de tricot à Boumerdès. En 1982, Mohsen lance Socobou et Bacotex. Parallèlement, deux de ses frères, Abdelkrim et Khaled, créent une briqueterie à Karkar et une fabrique de meubles à Boumerdès.

15À partir de 1987, Mohsen décide de s’aventurer dans de grands projets susceptibles d’attirer les capitaux. Une fois obtenu le financement des banques, il fait démarrer deux usines de filature, Bacofil I et Bacofil II, qui vont permettre d’alimenter Socobou en matières premières. En 1989, une deuxième entreprise de confection voit le jour, induite par Bacosport : Mohsen lance Bacomail, qui travaille en sous-traitance pour les grandes marques étrangères Adidas, Éminence, Lee Cooper, Athena, etc.

16En 1991, Boumerdès accueille une troisième usine de filature, Bacofil III. Au total, ce sont donc – selon les données de l’Agence de promotion de l’industrie (API) – 93 millions de dinars qui ont été investis, et quelque 1 200 emplois créés (Savey, et alii, 1992, 1179). Parallèlement, une trentaine de petites entreprises de confection, tricot, chemiserie et bonneterie employant au maximum vingt ouvriers et travaillant pour la plupart avec un support familial, ont été induites par Bacofil et Bacomail. La majorité de ces unités est développée par des promoteurs autodidactes originaires du village qui, soit ont obtenu une qualification « sur le tas » dans les usines de Mohsen Ben Abdallah, soit ont reçu de la famille Ben Abdallah une aide morale ou financière pour démarrer. En aval de ces entreprises, une foule d’autres unités familiales travaillent dans une quasi-clandestinité et de manière informelle après avoir acheté un ou deux métiers Jacquard.

17Aussi Boumerdès est-elle devenue, en l’espace d’une décennie et grâce à l’initiative des Ben Abdallah, un pôle industriel régional, en mesure de concurrencer Ksar Hellal, l’ancien centre textile du Sahel.

18Cependant, les effets de cette mutation sur les équipements urbains, l’habitat et le niveau de vie des Merdessi ne tardent pas à se manifester. Plusieurs indicateurs concourent à révéler cette dynamique porteuse de progrès. Au dernier recensement de 1994, Boumerdès comptait, dans ses limites communales, quelque 3 648 individus et 941 logements. De plus, le nombre des permis de bâtir n’a cessé d’augmenter depuis 1987.

Tableau 1. Progression du nombre des permis de construction délivrés à Boumerdès

Tableau 1. Progression du nombre des permis de construction délivrés à Boumerdès

Source : Archives municipales de Boumerdès.

19La construction de plus de cent logements par la Société nationale immobilière de Tunisie (Snit) et de quatorze villas jumelées par un promoteur privé, pour accueillir à Boumerdès les nouveaux émigrés, témoigne de l’évolution de cette petite ville, que ses habitants fuyaient et qui est devenue lieu d’attraction et de polarisation. Elle attire même des cadres mahdois (autrefois méprisants à l’égard des Merdessi) qui se déplacent quotidiennement pour travailler dans les usines de confection et de filature. Peut-on considérer ce phénomène comme une revanche de la campagne sur la ville ?

20Autre indice, la somme forfaitaire revenant à la municipalité pour la consommation d’électricité, au sein du périmètre communal, a connu une montée vertigineuse : de 470 dinars en 1986, elle a atteint, en 1995, 53 000 dinars.

Carte 2. L’extension du bâti à Boumerdès vers 1992

Carte 2. L’extension du bâti à Boumerdès vers 1992

Source : extrait du plan d’aménagement de la ville.

21Par ailleurs, on assiste, depuis 1987, à la prolifération des équipements socio-collectifs, à l’amélioration de la voirie et à l’extension du bâti (carte 2). De plus, l’urbanisation de Boumerdès s’est accompagnée d’une affirmation des secteurs secondaire et tertiaire aux dépens de l’agriculture. Par ailleurs, nous avons constaté l’émergence, chez les Merdessi, d’une tendance à l’apparat et à la consommation ostentatoire, attestée par les voitures luxueuses et les façades des villas de haut standing.

22Il convient ici, de s’interroger sur le profil des Ben Abdallah qui ont investi massivement l’espace du village et qui sont à l’origine de ce choc salutaire, qui ne dissimule pourtant guère des effets pervers.

Être maître chez soi tout en restant ouvert sur l’extérieur

  • 5 Notion empruntée à Bourdieu, 1986.

23Héritiers d’un patrimoine familial prestigieux, détenteurs d’un capital social5 sous forme de relations durables d’interconnaissance et d’inter-reconnaissance aux yeux de l’administration régionale et des habitants de leur ville, les frères Ben Abdallah semblent former un noyau solidaire de « nouveaux » notables. En effet, leur désir de contrôler et superviser les affaires de la ville dans ses rapports avec l’extérieur, leur volonté d’introduire et diffuser des pratiques novatrices (mécanisation poussée, mode de gestion moderne, capital international), confirment leur rôle d’agents de médiation entre les Merdessi et les instances centrales.

24L’emprise sociale des frères Ben Abdallah s’exerce principalement par le biais de la municipalité, avec laquelle ils s’associent de façon générale, en désignant l’un d’eux ou un membre de la famille proche pour veiller au destin du village. À chaque mandat, on trouve un des frères Ben Abdallah au sein du conseil, occupant un poste clé. L’un d’entre eux occupa le poste de vice-président de la municipalité qui fut créée en 1960, durant deux mandats successifs (1960-1963 ; 1963-1966). Deux autres membres de la même famille ont respectivement occupé le poste de président et de vice-président pendant les deux mandats suivants (1966-1969 et 1969-1972). Jusqu’au dernier mandat 1995-2000, un membre de la famille a toujours siégé dans le conseil municipal de Bourmerdès.

25En outre, les Ben Abdallah n’hésitent pas à remplir des fonctions au sein de l’équipe sportive locale, des cellules locales du parti au pouvoir ou encore des fédérations et associations à caractère économique. Ainsi, Moncef est l’un des fondateurs de la jeune chambre économique de Mahdia, Abdelkrim a été élu vice-président de la chambre d’industrie et de commerce de Sousse, et Mohsen préside actuellement la fédération textile relevant de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica).

26Leur ouverture sur l’extérieur se manifeste également par les liens permanents qu’ils entretiennent avec l’étranger, en Europe essentiellement. Ils s’approvisionnent régulièrement d’Italie, de France, d’Allemagne et de Belgique en matières premières, machines, ingénieurs et techniciens. Récemment, Mohsen a contribué à installer à Boumerdès une filiale de la célèbre firme américaine de sous-vêtements féminins Krs, ce qui a généré 158 emplois dont 141 tenus par des femmes. De même, une société suédoise a récupéré les machines de la fabrique de meubles appartenant à Abdelkrim pour en installer une autre, Conirox, créant 85 emplois supplémentaires.

27Un autre indicateur pourrait valider cette ouverture économique stratégique : celui se rapportant au choix du conjoint et aux alliances matrimoniales en général. Celles-ci sont depuis toujours un enjeu important pour l’identité sociale de la famille et représentent l’un des mécanismes de transmission et de transformation du patrimoine familial et des statuts sociaux.

28On observe, chez les frères Ben Abdallah, une tendance nette à l’exogamie. En effet, en dépit de leur appartenance à une terre connue pour la permanence des mariages endogamiques et internes, tous ont épousé des femmes vivant en dehors de Boumerdès mais appartenant à des familles d’hommes d’affaires, de commerçants, d’entrepreneurs ou de hauts cadres de la justice, résidant à Sousse, Tunis, Djerba, Djemmal, etc.

29En outre, pour une question de commodité et de style de vie, les frères Ben Abdallah, bien que possédant des résidences secondaires à Boumerdès, ont préféré élire domicile dans de grandes villes comme Tunis et Sousse.

Une double logique familiale : territorialité et intérêt

30Le cas des frères Ben Abdallah, bien qu’il soit hasardeux de le généraliser à toutes les petites villes du Sahel tunisien, illustre bien le fait que le système notabiliaire exerce encore un attrait sur les communautés locales en dépit des mutations induites par l’urbanisation rapide des campagnes tunisiennes. Il perpétue la fonction et la tâche de relier celles-ci à la société englobante tout en veillant à entretenir une zone ou plutôt une marge d’initiative et d’action aux acteurs locaux. Aussi les frères Ben Abdallah ont-ils pu investir à Boumerdès leur esprit entrepreneurial et leur attachement à leur terroir pour, d’une part, servir leurs concitoyens et, d’autre part, faire fructifier leurs ressources matérielles et morales. À cet égard, le « nouveau » notable devient l’acteur qui, en vertu de ses qualités et de ses compétences, se montre capable de jouer sur l’appartenance locale ou régionale pour mobiliser les ressources de l’État (aides, subventions, modèles de développement, facilités et dégrèvements fiscaux) en faveur de sa région d’origine.

  • 6 Voir d’autres types ou profils d’entrepreneurs dans : Denieuil, 1992 ; Béraud et Perrault, 1994.

31Pour Boumerdès, le rôle de ce « nouveau » notable a été rempli par le profil de l’entrepreneur « innovateur6 » qui gère ses projets en association familiale et introduit une technologie hautement qualifiée. Cependant, afin d’avoir l’appui de l’État et d’assumer parfaitement son rôle de relais, il se nourrit de la logique de l’identité territoriale. Dans d’autres localités, ce rôle pourrait être tenu par des médecins, des instituteurs, des cadres dirigeants, d’anciens militants, d’autres hommes d’affaires, etc.

32Pour bien gérer leur terroir, les frères Ben Abdallah ont tissé des réseaux de clientèle partout où ils avaient des intérêts à défendre, et se sont installés dans les points forts que sont la municipalité, les cellules du parti au pouvoir et le syndicat du patronat tunisien. Ils illustrent bien la catégorie de notables qui, selon la définition de Max Weber (1971, 379) seraient des acteurs vivant pour la politique mais sans devoir réellement vivre d’elle. En effet, aucun des frères Ben Abdallah, malgré son capital social, l’estime et la loyauté des Merdessi, n’a été tenté d’exercer des fonctions de député, gouverneur ou ministre.

Bibliographie

Bibliographie

Balandier G., (dir.), 1970, Sociologie des mutations, Paris, Anthropos.

Béraud P. et Perrault J.-L. 1994, Entrepreneurs du Tiers-Monde, Paris, Maisonneuve & Larose.

Bourdieu P., 1986, « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 31, janvier.

Denieuil P.-N., 1992, Les entrepreneurs de développement ; l’ethno-industrialisation en Tunisie : la dynamique de Sfax, Paris, L’Harmattan.

Despois J., 1955, La Tunisie orientale : Sahel et basses steppes, Paris, Puf.

Ganiage J., 1964, « La population de la Tunisie vers 1860 d’après les registres fiscaux », in Études maghrébines, Paris, Puf, 164-165.

Masmoudi A., 1984, Mahdia. Étude de géographie urbaine, Tunis, université de Tunis, (2e série : Géographie).

Mendras H., 1983, Le changement social, Paris, Armand Colin.

Savey S., et alii, 1992, « Pme et développement régional en Tunisie : le cas de Boumerdès », Bulletin de la société languedocienne de géographie, « Dynamiques sociales et développement local dans les régions des petites villes en Tunisie », n° 117, janvier-juin.

Weber M., 1971, Économie et société. 1 : les catégories de la sociologie, trad. J. Freund, Paris, Plon.

Notes

1 Mendras (1983, 32-35) définit le notable comme étant le médiateur qui participe à la fois à la collectivité locale et à la société englobante et qui dispose de pouvoir et de liberté à l’égard de la tradition. Il peut introduire une innovation technique, l’acclimater et la diffuser dans la société traditionnelle.

2 Balandier (1970, 23) résume cette idée en disant : « Dans l’ordre des phénomènes sociaux, la transformation n’est ni secondaire, ni totale, ni créatrice d’une coupure immédiatement apparente et consciente. Elle est la résultante de plusieurs processus cumulant leurs effets, elle affecte de manière variable les diverses instances de la société... ».

3 Dans le même contexte, Ganiage (1964, 164-165) recense, d’après les registres fiscaux de 1860, soixante-dix mâles pubères ayant payé à Boumerdès la taxe de la mejba (impôt institué par Mohamed Bey, 1855-1859), exigible de toute personne mâle et pubère hormis les agents du bey, le cheikh, les dignitaires religieux. Cette taxe prenait la forme d’une capitation annuelle de 36 piastres payables mensuellement.

4 Le climat de Boumerdès est semi-aride : la moyenne annuelle de pluviométrie se situe aux alentours de 250 mm/an, une nappe phréatique pauvre et saumâtre et un relief valonné aggravant les risques d’érosion des terres cultivables.

5 Notion empruntée à Bourdieu, 1986.

6 Voir d’autres types ou profils d’entrepreneurs dans : Denieuil, 1992 ; Béraud et Perrault, 1994.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Boumerdès vers 1857 : une petite agglomération de seize maisons
Légende Source : extrait de l’Atlas de Sousse, Monastir et Mahdia, 1857.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 1. Progression du nombre des permis de construction délivrés à Boumerdès
Légende Source : Archives municipales de Boumerdès.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Carte 2. L’extension du bâti à Boumerdès vers 1992
Légende Source : extrait du plan d’aménagement de la ville.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable