Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

IV. Les nouvelles figures notabiliaires des périodes coloniale et post-coloniale

Stratégies notabiliaires et recomposition du paysage urbain de Casablanca

Raffaele Cattedra et Myriam Catusse

Texte intégral

Images et communication d’une élite économique

  • 1 Cet article reprend et développe une première communication donnée lors des journées organisées le (...)

1Combinant deux approches (politologique et géographique), cet article invite à réfléchir au rôle de certains acteurs privés sur la scène urbaine, acteurs a priori externes au projet urbanistique et à la gestion de la ville. Les grands entrepreneurs opérant à Casablanca nous apparaissent actuellement impliqués dans les modes de régulation urbaine et dans l’évolution de la ville, métropole et poumon économique du pays. Ils participeraient à la recomposition de son paysage public dans un contexte où, depuis 1983, la mise en œuvre du Programme d’ajustement structurel, sous la houlette de la Banque mondiale et du Fmi, s’accompagne d’appels ostentatoires à l’entreprise privée1.

2Ni directement partie prenante, ni – jusqu’à présent – concertés de manière officielle, en tant que catégorie explicitement reconnue, dans la conception de l’aménagement, les grands groupes économiques de Casablanca pourraient être considérés comme les acteurs privés de la recomposition de l’espace urbain. Néanmoins, ils semblent mettre en œuvre des stratégies d’intervention fondées sur des logiques d’action ne contredisant pas nécessairement la politique publique en matière d’aménagement et d’urbanisme, mais qui peuvent, ne s’y intégrant pas formellement, générer des conflits d’occupation de l’espace.

  • 2 À titre d’exemple, la Sonadac (Société nationale d’aménagement communal) s’est vu confier, à Casab (...)

3Le système de gestion de la ville, organisé par les lignes directrices du « projet urbain » ratifié au cours des années 1980 (le schéma directeur date de 1984, les plans d’aménagement communaux de 1989), qui fait suite aux émeutes urbaines de 1981, a mis notamment en place une série de dispositifs de contrôle et de balisage du territoire, laissant apparaître, à côté des aspects concernant directement la gestion du développement de la métropole, des stratégies de politique urbaine axées sur des critères d’ordre sécuritaire. En effet, parallèlement à l’inauguration en 1984 de l’Agence urbaine de Casablanca (organisme de contrôle, de gestion et de planification urbaine, placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, et dont le modèle a été par la suite exporté dans d’autres grandes villes du Maroc), se sont multipliés les sièges des préfectures (l’espace casablancais se divisait en quatre préfectures en 1981, cinq en 1985, sept en 1990, huit en 1997 jusqu’à la mise en œuvre de la nouvelle Charte communale en septembre 2003), les commissariats et les bureaux d’arrondissements, ou encore des institutions créées ad hoc afin de prendre en charge la réalisation de certains projets2.

4Dans ce contexte, par le biais de l’édification de sièges sociaux d’entreprises, de sociétés ou de banques, l’élite économique casablancaise non seulement signifierait sa présence effective, mais mettrait en place une stratégie d’image(s), de figuration et de médiatisation propre à territorialiser certains lieux, axes de circulation ou quartiers de l’espace urbain de Casablanca.

  • 3 Cf. Kaioua, 1986, 178 : « Nous définissons donc le pouvoir de commandement comme celui exercé à pa (...)

5Les projets architecturaux de cette élite tendent à engendrer une délocalisation et une déconcentration à différentes échelles des pôles d’activité, d’ordre fonctionnel ou d’ordre symbolique (affaires, services, commerces, industrie), presque à l’image d’une diversification et d’une multiplication (plus ou moins évidente) des « sources de commandement3 ». Autrement dit, l’élite économique s’afficherait comme un acteur à part entière dans la constitution et l’évolution de l’espace urbain, capable d’y défendre et faire prévaloir ses propres intérêts.

6On pourrait toutefois considérer ce processus, à caractère privé, comme le produit d’une insertion de ces élites économiques dans un espace public au sein duquel elles seraient en mesure non seulement de produire des « pratiques de sociabilité » – jusqu’à présent inédites –, mais de faire reconnaître la spécificité de leurs intérêts et de leurs opinions dans un contexte où est ostensiblement théâtralisée l’émergence de nouveaux registres d’action et de nouvelles compétences.

  • 4 Cf. Grafmeyer (1994) qui utilise, dans une perspective fonctionnaliste, la distinction formalisée (...)

7En d’autres termes, agents de transformation de l’espace urbain de Casablanca, agissant sur le paysage du bâti urbain (en édifiant les sièges sociaux de leurs sociétés), ces élites semblent également s’instituer peu à peu comme acteurs de la ville4.

  • 5 Nous nous sommes donc concentrés sur les procédures d’écriture visuelle (i. e. de mise en visibili (...)

8Méthodologiquement, nous nous proposons d’analyser les ressorts et les enjeux de l’émergence d’une gestion (privatisée ?) de la ville de Casablanca, sur la base d’une approche articulant l’observation de terrain, des entretiens avec différents acteurs de cette dynamique de transformation (entrepreneurs et gestionnaires de la ville), un travail de dépouillement et d’analyse de la presse marocaine, ainsi que des encarts et campagnes publicitaires5.

9Il s’agira ici d’esquisser des stratégies d’action à caractère notabiliaire, notamment par rapport à leur inscription territoriale, en prenant en compte deux exemples : la campagne de publicité de l’opération immobilière « Casablanca Twin Center » (désormais : Ctc) ; l’institutionnalisation du rôle du patronat dans le processus de privatisation de la gestion des services d’eau, d’électricité et d’assainissement à Casablanca.

10En considérant comme point discriminant les jeux d’images et de communication de ces élites et les systèmes de représentation sur lesquels ils reposent, les retombées territoriales de ces stratégies se traduisent dans deux registres complémentaires : dans le paysage urbain, par l’émergence d’un nouveau système symbolique articulé autour d’un transfert ou d’un dédoublement des centralités urbaines ; politiquement, par la « prise de parole » de ces acteurs dans l’économie de la gestion de la ville. C’est en tant que « nouveaux » notables de la métropole que semblent s’inscrire les élites économiques casablancaises dans l’espace public de la ville ; notables non pas par leur statut ou leurs fonctions, mais du fait des ressorts de légitimation dont ils usent.

Stratégies notabiliaires dans l’espace urbain : notables et représentations du projet urbain

11Sans forcer le trait, interrogeons ce paradoxe : des entrepreneurs, malgré le caractère individuel, voire « égoïste » – au sens des économistes libéraux du xixe siècle –, de leurs actions, guidés par des aspirations capitalistes classiques, semblent participer à une réorganisation du lien social et civique dans la ville. Édicteurs de mythologies collectives (en l’occurrence par la mise en scène de la construction, par un groupe privé, de deux tours jumelles, le Ctc), promoteurs d’effigies publicitaires, ils participent, sur le mode individuel ou par une mobilisation corporative, notamment par l’affirmation à l’échelle urbaine du rôle de la Confédération générale des entrepreneurs marocains (Cgem), à l’émergence d’espaces publics combinant stratégie de communication et intervention dans la « politique urbaine ».

  • 6 Cf. Catusse, 1999b ; pour une étude plus fine de ces processus, nous nous permettons de renvoyer à (...)

12Pourraient être distinguées différentes formes d’intervention publique sur la scène urbaine de la part des élites économiques : d’une part, l’investissement dans le domaine traditionnel de la bienfaisance, notamment dans ses manifestations évergétiques ; d’autre part, par le biais de lieux « périphériques » du politique comme les associations où les élites économiques se joignent à d’autres acteurs afin, de mener des projets plus ou moins formalisés pouvant « se justifier » sur le registre de l’intérêt général et solliciter, sur des bases civiques, plus de participation aux affaires de la cité6.

  • 7 À cet égard, plusieurs travaux ont montré l'étroitesse des relations entre le développement de la (...)

13Parallèlement se développe une « pratique institutionnelle » des élites économiques en matière de gestion, reconnue par les autres institutions impliquées. Si l’on en retrouve aisément des modalités d’action antécédentes depuis l’origine de la moderne Casablanca au début du Protectorat, notamment au sein des chambres de commerce7, cette pratique, toutefois, semble s’expliciter actuellement dans de nouveaux répertoires de rapport au politique.

Mécénat et évergétisme

14Parmi les pratiques récurrentes des notables locaux, le mécénat architectural (et/ou en matière d’infrastructures ou de services collectifs) est courant au Maroc, et s’exerce par diverses formes de prise en charge de la vie pratique de la collectivité en général ou de communautés en particulier. Les membres de l’élite économique manifestent leur présence par toute une série d’actions de bienfaisance par lesquelles ils consacrent et réaffirment, souvent de façon ostentatoire, leur statut de notables. Autrement dit, dans ce cas de figure, c’est par des pratiques sociales et économiques inscrites localement – et dans un système de valeurs à référence traditionnelle et religieuse – qu’ils assoient la légitimité de leur statut politique et social et qu’ils peuvent alors prétendre à un rôle de médiation et d’articulation avec des structures plus englobantes de la société.

15C’est également le moyen de renouveler et d’entretenir ces « liens d’obligation et de solidarité » qui organisent leurs relations sociales et politiques (Leveau, 1976, 88).

  • 8 Le dahir concernant la construction des édifices religieux (n° 1-84-150) impose que pour la constr (...)
  • 9 Dans sa thèse sur l’élite fassie à Casablanca, A. Benhaddou (1990) a particulièrement bien rendu c (...)
  • 10 À titre de comparaison et pour développer l’analyse, cf. Jaffrelot, 1994.

16À titre d’exemple, et outre le « sponsoring » de clubs de sport, il faudrait mentionner l’édification de mosquées ou même de centres commerciaux, associés à celui qui a bien voulu financer leur construction8. De la même façon, les banques, publiques ou privées, financent des fondations culturelles sur un modèle mécène (comme, en 1996, la création du « Nouveau Musée privé » de Marrakech ou encore les activités des Fondations Ona ou Banque populaire l’éducation et la culture, etc.9). Cette forme d’intervention publique à dimension évergétique, trait caractéristique des postures publiques des bourgeoisies locales10, se développe également dans les régions d’origine de ces entrepreneurs, dont les familles ont souvent migré à Casablanca. À Fès, par exemple, des représentants de grandes familles de la ville, en collaboration avec l’association régionale « Fès-Sais », ont soutenu financièrement les travaux de réhabilitation de demeures et de médersas de la médina, classée « patrimoine mondial » par l’Unesco.

Lieux périphériques du politique

  • 11 Par exemple, El-Aoufi, 1992. Pour une discussion du processus, cf. Catusse, 2002.

17Quant à l’investissement, par les entrepreneurs, de structures associatives, il procède d’un phénomène plus vaste, qualifié par ses promoteurs, comme par certains analystes, de « développement de la société civile11 ». Malgré l’usage souvent hyperbolique qui en est fait, on soulignera que cette dernière a souvent été associée (notamment sous l’influence d’organismes internationaux comme la Banque mondiale ou l’Union européenne) au libéralisme économique. C’était d’ailleurs le propos de S. Tangeaoui (1993) de montrer que le processus de constitution de nouvelles élites commerçantes et industrielles a mis en jeu, du point de vue de la catégorie « entrepreneurs », « l’acquisition d’un statut social indépendant et l’exercice d’un pouvoir d’influence sur la cité ».

  • 12 Selon Hegel, « la société civile est une sphère de la vie éthique située entre le mode simple de l (...)
  • 13 Cf. Catusse, 1997, 12-15. Plus récemment, voir : Catusse, 2002.

18Si l’on cède à l’idée que le phénomène s’inscrit, tel qu’il apparaît au Maroc, dans la tradition hégélienne12, on soulignera, avec K. Alioua (1997, 7), que « la société civile est consubstantielle à l’apparition de nouvelle formes d’intermédiation sociale, culturelle et surtout politique ». Autrement dit, en matière de gestion urbaine comme dans d’autres domaines, elle supposerait la prise en considération publique d’une série d’intérêts privés, d’une part, et d’autre part la prise en charge d’intérêts publics par des structures privées, des « réponses privées à des problèmes publics13 ».

  • 14 « L’espace urbain monumentalisé, scénographié, patrimonialisé ne répond plus alors qu’à une unique (...)

19Néanmoins, ces formes d’intervention publique des élites économiques sur la scène urbaine s’accompagnent de mises en représentation de l’image de soi au sein de la ville. Représentants du libéralisme et du capitalisme, les grands groupes privés semblent cependant participer à la constitution de matrices collectives de représentations urbaines : notamment en associant à leurs gestes architecturaux des référents « patrimoniaux » ou, au contraire, en dotant leur projet de connotations résolument modernistes14.

Stratégies privées et recompositions territoriales de l’espace urbain

20Tandis qu’on peut mettre en évidence toute une série de dispositifs, d’acteurs et d’institutions participant à l’aménagement urbain de la ville, notre hypothèse de départ consiste à postuler l’émergence d’un système symbolique requalifiant l’espace urbain de Casablanca, lié à la construction de nouveaux sièges sociaux à dominante privée, à connotation à la fois monumentale et économique. Banques, entreprises, centres commerciaux et financiers se multiplient. Ils redessinent les contours de certains quartiers et transforment le paysage urbain.

21Il s’agirait d’appréhender ces espaces dans leurs éventuels agencements avec les diverses orientations du projet urbain, gérées par toute une série d’organismes, tout en tenant compte du fait qu’à Casablanca, un vaste projet a été mis en œuvre autour de l’édification de la mosquée Hassan II et du tracé de l’avenue Royale, entendant requalifier l’image de la métropole et impliquant une structuration globale de sa centralité.

  • 15 La rivalité entre Casablanca et Rabat, capitale politique et administrative du pays depuis le prot (...)
  • 16 À titre d’exemple, le méchouar de Casablanca a une position décalée par rapport à la ville et à sa (...)

22Cette dynamique, soutenue par les actions architecturales – mais, de fait, accidentellement urbanistiques – promues par le secteur privé, s’expliciterait, d’une part, sur le plan territorial et au niveau du paysage urbain, et d’autre part, sur celui des images et des (auto)représentations produites par des entrepreneurs privés. Individuellement ou collectivement, ces derniers font ainsi preuve de leurs capacités et de leurs compétences à édicter certains marquages collectifs de normalisation (de « mise à la norme territoriale » de leur fonction d’acteurs urbains) en affichant leur « raison sociale ». Autrement dit, une dynamique qui pourrait renvoyer à une notabilisation, s’affirmant dans une ville qui s’est développée depuis la fin du xixe siècle, par et pour l’activité commerciale et économique. Tandis que Casablanca atteint le statut de « capitale économique » du Maroc15, sur le terrain, les éléments de représentation et de connotation du pouvoir politique y sont manifestement mis en marge16.

  • 17 Sur le caractère monumental des édifices considérés et sur ses conséquences sociales et culturelle (...)

23Autour de réalisations monumentales17, médiatisées, publicisées – l’édification, dans le quartier désormais central du Maârif, de deux tours jumelles surplombant la ville, celles du Ctc, dont le promoteur principal est le plus important groupe économique du pays, l’Omnium Nord Africain (Ona), le déplacement de la Bourse de Casablanca vers de nouveaux locaux, sur l’avenue des Forces armées royales, ou encore d’autres réalisations du même ordre –, nous nous sommes interrogés sur une dynamique récemment à l’œuvre de recomposition des espaces physiques et symboliques, qui serait en train de se dégager en tant que produit d’interactions mais aussi de compétitions entre de multiples protagonistes.

Casablanca Twin Center : de l’opération immobilière au projet urbain maïeutique. Lecture d’une campagne de publicité

  • 18 « Casablanca Twin Center : une autre dimension », dossier élaboré pour la presse par l’agence Mosa (...)

Le Casablanca Twin Center est né de la volonté de doter la capitale économique d’un véritable centre d’affaires et de commerce aux standards internationaux. Repère urbain monumental et symbole, à la veille du xxie siècle, des potentialités du Royaume, il marque la porte du nouveau Casablanca de l’ouest, du Casablanca des échanges et du mieux vivre.
Novateur dans son concept, dans ses dimensions et dans son design, signé par un des grands architectes contemporains, le Catalan Ricardo Bofill, le Casablanca Twin Center s’impose comme la nouvelle référence de l’immobilier d’affaires et comme une adresse de grand prestige. Implanté au croisement stratégique des boulevards Zerktouni et Al Massira Al Khadra, il se dresse à l’épicentre des quartiers en devenir : Racine, Maârif, Gauthier, Zerktouni.18

24Plusieurs exemples auraient pu servir de base à notre réflexion, mais celui du Ctc nous a paru le plus intéressant : d’une part, du fait de son caractère monumental (les deux tours dominent effectivement Casablanca, et peuvent par là même s’inscrire dans la mémoire collective urbaine) et, d’autre part, parce qu’il a été présenté comme la vitrine de l’Ona.

  • 19 Le montage financier du projet s’élève, selon ses promoteurs, à environ un milliard de Dirhams, ré (...)
  • 20 Fouad Filali est le fils de l’ex-premier ministre Abdellatif Filali (ministre, depuis 1983, de la (...)
  • 21 Ce groupe a été constitué après le rachat, en grande partie par le palais, des avoirs de la Banque (...)

25Présenté, par une importante campagne publicitaire, comme le plus grand building jamais construit au Maroc (110 m de hauteur pour vingt-neuf étages), le Ctc a vu lancer sa commercialisation, en plein chantier, le 26 novembre 199619, en présence de ses deux architectes, Ricardo Bofill et Elie Mouyal (originaire de Marrakech). À cette opération médiatique de grande envergure ont participé Fouad Filali, alors Pdg de l’Ona20, un parterre important d’hommes d’affaires (en particulier du groupe Ona) et de représentants des médias, invités à une conférence de presse, tandis que deux posters géants étaient déroulés le long des tours, représentant un homme et une femme, images évocatrices des ambitions économiques et commerciales du bâtiment. Si l’immeuble est présenté comme la « vitrine », en termes de communication, du groupe privé Ona, fer de lance de l’économie du pays, il n’en constituera pas le siège social. En effet, ce groupe, détenu en grande partie par le souverain lui-même21, restera dans de discrets locaux accolés au siège social de la Bcm, banque du groupe.

  • 22 Selon J.-M. Zurfluh, suite à la conférence de presse du 26 novembre 1996 : « Opérationnel en juill (...)
  • 23 A. El Azizi, « Jumelles élancées », Maroc-Hebdo, 30 novembre 1996.

26Une gigantesque scénographie de l’immeuble est ainsi mise en place, à l’attention des habitants de la ville et des opérateurs internationaux, lui conférant un caractère tant monumental que narratif. Ses locaux, dominant l’ensemble de la ville depuis le quartier du Maârif, serviront non seulement de bureaux d’affaires, mais aussi de centre commercial. À cet effet, précisent les communiqués de presse qui reprennent le dossier envoyé à la presse par l’agence de communication Mosaïk, chargée de la campagne, L. Smith, « expert international des centres commerciaux et leader américain en la matière22 », a été consulté. « Le Casablanca Twin Center est un centre d’affaires qui a l’ambition de devenir le véritable centre d’affaires et de commerce conforme aux standards internationaux »23.

27Outre une connotation moderniste adressée de manière ostentatoire au monde des affaires, national et international, et qui semble être le principal message porté par la campagne de publicité, la stratégie médiatique choisie par ses promoteurs s’articule autour de deux autres registres symboliques, tout aussi référencés. Les communications publicitaires et le contenu de la conférence de presse mentionnent explicitement d’abord la volonté affichée des initiateurs du projet de doter Casablanca d’un « nouveau centre » qui s’ajouterait, par addition, au précédent, complexifiant par là la trame urbaine de la métropole.

  • 24 M. Ameskane, « Casablanca World Trade Center. La conquête des cieux », La Gazette de l’urbanisme e (...)

Une ville moderne a plusieurs centres, administratif, culturel, d’affaires […] La centralité à Casablanca était toujours située entre les deux places historiques, place Mohamed V et place des Nations Unies, et le quartier commercial européen limitrophe. Depuis quelques années, on assiste à une sorte d’immigration vers les quartiers de Gauthier et Maârif. Le boulevard Mohamed V, la rue piétonne Moulay Abdallah ont l’air de perdre et leurs commerces de prestige et leur clientèle. Avec ses commerces de luxe, ses centres, ses galeries, restaurants […], le Maârif est en train de concentrer et centraliser les activités commerciales, culturelles et de loisir de Casablanca. C’est ce quartier moderne qu’ont choisi les décideurs du World Trade Center pour s’implanter.24

  • 25 Affiche publicitaire insérée dans un publi-reportage conçu par l’agence publicitaire Mosaïk de Cas (...)

28L’emploi réitéré de qualificatifs axés sur la sémantique de la « nouveauté » semble de fait marquer le souci d’afficher une rupture dans l’ordre symbolique antérieur de la métropole (« Avec deux gigantesques tours de bureaux vouées aux entreprises et un centre commercial pour un nouveau style de commandement, le Ctc impose sa nouvelle dimension25 »). Tout en s’inscrivant dans une longue « tradition de modernité » par laquelle Casablanca a été représentée dès les années 1910, le recours à L. Smith serait la garantie d’accès à « un nouveau style de commerce haut de gamme ». L’effort publicitaire lui-même, véhiculé en grande partie par l’ensemble des organes de presse et de communication du groupe Ona (à l’instar du magazine mensuel Maisons du Maroc), est présenté comme novateur et fondateur. Les deux affiches géantes descendant le long des tours durant la construction de celles-ci inaugureraient une nouvelle ère de communication et de publicisation, initiée par le principal groupe économique privé du royaume et expérimentée pour la première fois à Casablanca.

  • 26 « Passé récent » dont il reste à faire l’histoire, puisque la métropole de Casablanca, à l’opposé (...)
  • 27 « Le nouveau Twin Center sera le plus grand immeuble du Maroc », La Vie économique, 29 novembre 19 (...)

29Enfin, un troisième registre symbolique est exploité par la campagne publicitaire, dont les promoteurs revendiquent le caractère rationnel et extrêmement construit : la capacité de l’édifice à réunir, dans une sorte de syncrétisme architectural, tradition et modernité. En ce sens, dans la logique des inventaires rhétoriques, la monumentalité des deux tours trouverait logiquement sa place dans l’histoire de la ville, liant son passé26 à l’ère moderne. Selon son architecte lui-même, Ricardo Bofill, le Ctc symbolise « la porte urbaine et le signal du nouveau Casa, la ville des échanges. Cette architecture de tours reprend les proportions de la grande tradition arabe27 ». Et les références aux modèles de l’architecture almohade (les minarets de la Giralda de Séville, la Tour Hassan de Rabat ou la Koutoubia de Marrakech) sont avancées comme des référents légitimant la cohérence et l’authenticité de la construction, tout en faisant recours aux mêmes registres d’ordre patrimonial et aux images de la modernité mobilisés lors de l’inauguration de la mosquée Hassan II, en août 1994.

30L’affiche dessinée par l’architecte pour présenter le projet aux médias reprend effectivement cette idée d’inscription dans une tradition architecturale. Dans cette perspective, l’histoire de la nomination officielle des tours est décrite par le directeur général de l’Ona-immobilier, et reprise par la presse en ces termes :

  • 28 Ibid.

World Trade Center, Tours Meffre, Tours jumelles…, autant de dénominations qui ont longtemps désigné, officieusement, les deux tours en construction des boulevards Zerktouni et El Massira El Khadra. Pour choisir une dénomination, nous sommes partis des mots arabes Tniné et Tawm avant de passer aux mots anglais et français, Twin et Jumelles. Une étude de mémorisation nous a poussé à opter pour le mot Twin.28

  • 29 Quoi qu’il faut souligner, à l’inverse de ce que peut sous-entendre l’extrait de l’interview de R. (...)

31Émergeant face à la mosquée Hassan II, phare de la métamorphose urbaine et parabole spirituelle de la métropole du xxe siècle, le Ctc serait en passe de devenir, aux dires de ses promoteurs, le véhicule de l’image du « Maroc de demain », tout en soulignant de façon ambiguë la confirmation du caractère arabo-musulman29 de la ville, souvent mis en question. L’axe du pouvoir se dessine à Casablanca, entre son bras religieux et charismatique (le minaret de la mosquée Hassan II) et son bras économique (les deux tours), visibles de loin, depuis les périphéries de l’agglomération.

32Par là même est mis explicitement en place un système de références symbolique fort, non seulement de fait, par le caractère monumental du bâtiment, mais conçu, imaginé et rendu public (publicisé) par un groupe privé souvent taxé d’opacité. L’Ona affiche l’ambition de s’inscrire dans l’espace urbain, jouant de la plasticité de celui-ci et se proposant de contribuer à l’émergence de nouvelles pratiques. L’accent est mis sur l’espace non couvert situé entre les deux tours, sorte d’esplanade présentée comme lieu public de convivialité – par opposition aux bureaux privés qui occuperont les étages de deux tours – où se trouveront cafés, centres commerciaux, restaurants et auditorium.

  • 30 Notamment le propriétaire d’un centre commercial voisin.

33En termes de mémoire collective et d’identification à rebours, peut-être faudrait-il revenir également sur une autre facette inhérente à la construction du Ctc. Souvent sans citer le nom du principal promoteur des tours, d’autres médias ont produit une sorte de « mémoire subversive » de l’édifice : tandis que les premières fondations de l’immeuble étaient coulées, une vague de protestations était menée, par la presse d’opposition principalement, et par d’autres propriétaires alentour30, mettant en cause à la fois le plan d’aménagement de la commune et l’absence de précautions prises pour la construction de l’édifice : hormis les nombreuses nuisances provoquées par le chantier lui-même, les caves du quartier furent inondées, etc. La nature des protestations et l’identité de ceux qui les conduisirent illustrent, s’il en était besoin, les enjeux, économiques mais aussi sociaux et politiques, dont relèvent de telles réalisations.

  • 31 Nous ne nous sommes pas attachés, ici, à démonter les opérations immobilières en cause dans la con (...)

34Toute l’ambiguïté des processus à l’œuvre est peut-être synthétisée dans cette disjonction plus qu’apparente qui combine domaine privé et insertion publique de l’Ona. Ce groupe économique, en construisant le Ctc, non seulement réalise une importante opération immobilière, mais retravaille sa propre image sans pour autant impliquer dans ce projet le lieu véritable de son centre de décision31.

  • 32 Mosaïk, « R. Bofill, le taller de arquitectura », dossier de presse, 9.

35Le message publicitaire semble conférer très explicitement à ce projet architectural une dimension maïeutique, d’ « orthopédie » de la ville en quelque sorte, soulignée lors de la présentation de l’équipe d’architecture de R. Bofill, « le taller de arquitectura », et du rappel de leur précédentes réalisations, inscrites dans l’« urban design », où il s’agit de « penser, dessiner et construire un morceau de ville32 ». En d’autres termes, son vocabulaire architectural redéterminerait la syntaxe urbanistique sans pour autant s’inscrire préalablement dans la conception de son plan. C’est la monumentalité du pôle économique privé qui s’impose de fait sur les dessins publics de la ville.

Recompositions territoriales. Affirmation de nouveaux repères urbains et multiplication des « pôles de commandement » : vers de nouvelles polarités ?

36Au-delà du complexe religieux et culturel de la mosquée Hassan II qui, par sa localisation et son emprise monumentale, intervient directement dans la recomposition de la centralité de Casablanca, de nouveaux repères urbains privés, comme le CTC, se sont imposés (Cattedra, 1995 et 1996). Les effets de ce qu’on pourrait appréhender en tant que stratégie d’images des élites économiques (stratégie de notabilisation ?) engendrent une dynamique de recomposition de lieux et d’espaces symboliques. Elle s’articulerait, à notre sens, selon deux modalités principales :

371 – Par l’affirmation de pôles, relativement nouveaux et émergents, connotés par des valeurs de centralité (à la fois d’ordre géographique, fonctionnel, économique et/ou symbolique), plus marqués ou diffus selon les cas, en résonance par rapport à d’autres édifices « publics ».

  • 33 Ces locaux, loués à l’Ona-Immobilier qui en faisait auparavant son siège, abritent également depui (...)
  • 34 Ces derniers font également partie du groupe Ona.

38Avec le Ctc, on pourrait considérer la production de sites tels que l’Espace Porte d’Anfa, inauguré à la fin des années 1990 sur l’axe menant vers le prestigieux quartier résidentiel qui porte son nom, le nouveau siège de la Bourse, déplacé en 1996 dans des locaux bâtis sur l’avenue des Affaires33, ou encore le nouveau siège de la douane, érigé le long de la route de l’aéroport, non loin du siège social de l’Ocp, près d’un nouveau pôle commercial et résidentiel inauguré il y a quelques années par l’ouverture des deux grandes surfaces de la ville (Makro et Marjane34).

392 – En tant que prolongement géographique, ou sur le mode d’une reconnotation et d’une requalification d’axes urbains déjà profondément marqués sur le plan territorial et « historique », comme « pôles de commandement » de l’agglomération.

  • 35 Le cas est d’autant plus intéressant qu’avec l’édification du Ctc, l’histoire semble se répéter. I (...)

40Au cours des années 1980, des opérations immobilières privées, outre le développement de l’axe de l’avenue Hassan II, avaient déjà participé à la configuration urbaine de la métropole. Il faudrait prêter attention, en particulier, à la construction du Centre Ben Omar au Maârif35, ainsi qu’à la Tour Habous sur l’avenue des Forces armées royales.

41Les recompositions territoriales autour de symboles économiques historiquement et fortement connotés peuvent par ailleurs s’inscrire explicitement comme prolongement géographique de nœuds ou d’axes urbains déjà profondément marqués en tant que « pôles de commandement de la ville », pour reprendre l’expression de A. Kaioua : soit dans une logique de réaffirmation de leur signification (économique, financière et symbolique au sens large), soit, au contraire, comme lieux de rupture entre l’ancien système des affaires et un pôle en constitution, dont les deux tours seraient les éléments les plus saillants.

  • 36 Qui symboliserait l’activité tertiaire de la ville, avec la concentration d’hôtels, de sièges de b (...)

42Pour ce qui concerne la confirmation d’axes anciens, prolongés ou réinvestis, l’avenue des Forces armées royales36 semble constituer un cas exemplaire avec le déplacement du siège de la Bourse de Casablanca, antérieurement située sur l’avenue Mohamed V (ainsi que la chambre de commerce de Casablanca) depuis sa création sous le Protectorat. De ce fait, la Bourse s’inscrit désormais comme élément d’un triptyque paradigmatique : dans les anciens locaux de l’Ona-Immobilier et, au rez-de-chaussée des nouveaux locaux de la Cgem face à l’immeuble de l’Union marocaine des travailleurs (Umt), le syndicat le plus ancien et celui qui, dans le cadre des négociations de dialogue social par exemple, tient les positions les plus fermes vis-à-vis du patronat. Il participe ainsi à un dispositif réunissant les symboles du monde économique marocain contemporain dans une sorte de monumentale parabole. Les locaux modernes et vitrés de la Bourse s’affichent comme leitmotiv dans la campagne de publicité accompagnant le déplacement des locaux. Ils sont devenus l’image du nouvel environnement boursier marocain, une sorte de fer de lance de la modernisation du secteur privé.

43La métaphore est d’autant plus éloquente que la Bourse – avec elle la cotation en Bourse des entreprises – s’opposerait, dans les discours dominants, aux pratiques opaques « traditionnelles » des chefs d’entreprise. Elle serait le lieu de la transparence économique par essence. Face à eux, l’immeuble de l’Umt donne paradoxalement une impression de conservatisme, de rigidité et d’archaïsme. Ce motif, dont on ne peut ignorer la part de hasard, évoque, du point de vue de la lecture du paysage urbain et de l’évolution du champ politique, la centralité de la Bourse modernisée, à laquelle est associée le patronat et qui se dresse dans un immeuble aux façades de verre, face à l’ancien immeuble syndical à l’aspect rigide.

  • 37 Sur ce sujet, Troin et Kaioua ont largement analysé les processus historiques et géographiques de (...)

44Un deuxième axe, l’avenue Hassan II, et son prolongement sur le boulevard Abdelmoumen, après l’intersection du boulevard circulaire Zerktouni, qui se pare, aux côtés des sièges relativement anciens (datant des années 1980), de nouveaux sièges sociaux de banques et de compagnies d’assurance, publiques ou privées, représente, en quelque sorte, le corollaire naturel de cette typologie de reconnotations symboliques d’axes historiques. Toutefois, l’origine de leur mode de qualification fonctionnelle et symbolique est différente et ne remonte pas à la même période37.

Élite économique et gestion institutionnelle de la ville

45D’aucun ont eu tendance à opposer la « société civile », dont le développement célébrerait l’émergence de nouveaux représentants de l’intérêt public, aux organisations corporatistes, suspectées de dérives oligarchiques. L’exemple de l’évolution des fonctions des structures représentatives du patronat marocain, dont on a vu l’étalage symbolique du siège sur l’avenue des Forces armées royales, illustre cependant la nécessité de prendre en considération d’autres types de modalités de concertation sociale, c’est-à-dire d’envisager la transformation des modes de négociation comme l’implication négociée d’acteurs sociaux, distincts de l’État, dans la conduite des affaires de la cité.

46Suggérée par le paradigme architectural présenté plus haut, on avancera l’hypothèse d’une institutionnalisation de la présence des entrepreneurs privés (par le biais de leurs représentants) dans la gestion de l’espace urbain et, plus largement, dans l’espace public, moins visible et spectaculaire, cette fois, que dans les registres de la construction des sièges sociaux. Au message latent transmis par l’image et la publicité se greffent des revendications plus explicites de demandes de participation. Dès lors, l’espace urbain, investi par des acteurs privés aux intérêts spécifiques mais pouvant dénoter des lignes convergentes, prend le visage d’un « espace public » dont il s’agirait de négocier normes et frontières.

  • 38 Les termes de « gestion déléguée » ont remplacé (sans que cela n’ait de réelles conséquences jurid (...)
  • 39 Attitude particulièrement critiquée, dans un premier temps, par les députés et représentants de l’(...)
  • 40 En 1985, le ministère de l’Intérieur a intégré les services de l’urbanisme, de l’aménagement du te (...)
  • 41 Cgem Cedies Information, 11 janvier 1997.
  • 42 F. Yata, « Rad-Lyonnaise : les dessous d’un contrat mirifique », La Nouvelle Tribune, 6 février 19 (...)

47Un élément frappant de ce processus s’est observé lorsqu’en avril 1997, un contrat de « gestion déléguée38 » des services de la Rad, Régie autonome des distributions (eau potable, électricité et assainissement), a été signé entre la Lyonnaise des eaux, société française, et la communauté urbaine de Casablanca, au terme de deux années de négociation. Si, juridiquement, la communauté urbaine de Casablanca était l’interlocuteur désigné des négociations, d’autres acteurs se sont imposés sur un dossier pour lequel le ministre de l’Intérieur s’était directement impliqué39, faisant alors valoir sa compétence de ministre de tutelle40. Les élus locaux, notamment ceux de l’Union socialiste des forces populaires (Usfp), ont fait campagne contre la concession, ce qui, a priori, entrait directement dans leurs attributions. Mais la Cgem fut aussi un adversaire du contrat. Les résultats d’une étude menée pour la Confédération sur la base des termes du document, en particulier sur des projections concernant les tarifications, furent publiés dans le bulletin d’information de cette dernière41. L’hebdomadaire La Nouvelle Tribune a repris cet argumentaire dans un article qui rapportait les inquiétudes des patrons, s’interrogeant sur le bien-fondé de la hausse prévisionnelle des prix42.

  • 43 Outre la récusation des arguments présentés par le projet de la Lyonnaise en faveur d’une hausse d (...)

48Ainsi, que l’offre de la Lyonnaise des eaux ait été critiquée dans sa totalité ou en partie, la Cgem semble avoir influé pour modifier les dispositions de l’accord. Intervenant en tant que représentant des usagers (en l’occurrence, l’éventail industriel de Casablanca), elle fut néanmoins associée aux dernières discussions (entre janvier et avril 1997) en tant que « conseiller technique ». Si, finalement, la Lyonnaise des eaux s’est vu confier, par un contrat d’une durée de trente ans, la gestion des eaux, de l’électricité et de l’assainissement de Casablanca, et ceci en des termes quasiment analogues à sa proposition initiale, le patronat se targue toutefois d’avoir pu en améliorer certaines dispositions43.

  • 44 Cf., par exemple, l’échange de lettres entre le président de la Cgem et le représentant au Maroc d (...)

49Cet épisode de la politique « locale » de la gestion urbaine de Casablanca peut être appréhendé dans une perspective où le grand patronat marocain (essentiellement casablancais), par la voie de la Cgem, se pose en interlocuteur dans la politique publique et affiche ses capacités d’intermédiation politique et sociale. Partant de préoccupations corporatistes, la structure s’inscrit progressivement mais significativement dans des négociations et des débats collectifs44 concernant l’ensemble de la communauté – en l’occurrence, de la communauté urbaine.

  • 45 Voir par exemple : M. M., « Un statut spécial pour le poumon économique du Royaume », La Vie écono (...)

50Ainsi, c’est au nom d’intérêts privés qu’elle s’engage et demande à être entendue dans le cadre de pourparlers pour le devenir d’un service public local. Ce faisant, la Cgem a rendu publics les termes et certains enjeux de la négociation et a verbalisé sa présence dans l’« espace public » de la ville. On en veut pour preuve l’annonce de son association aux discussions avec le gouvernement français pour la construction d’un métro à Casablanca, voire (sans que cela soit véritablement explicite) sa participation à une convention de partenariat entre le gouvernement, les élus et députés de la métropole et les « forces vives de la société civile », au sein d’une sorte de « conseil économique et social45 » de la ville, ou encore son intervention plus récente dans la signature du contrat de concession de la gestion des eaux, de l’électricité et de l’assainissement de Rabat-Salé.

  • 46 Sur ce point, voir le récit de l’urbaniste Écochard (1955), qui fait état de la cabale menée contr (...)

51Loin d’être seulement de l’ordre du symbolique ou du monumental, l’insertion des agents économiques privés dans la réorganisation de l’espace urbain de Casablanca prend la forme d’une amplification de leur prétention à s’emparer, collectivement et en tant que promoteurs économiques urbains, de certains pans de la gestion publique de la ville. Pour être particulièrement significative dans la perspective qui nous occupe, cette attitude s’inscrit néanmoins dans une « tradition », comme on l’a vu, selon laquelle, au cours du xxe siècle, le patronat s’est à plusieurs reprises « préoccupé » des politiques d’aménagement de cette ville, où s’est développé le tissu industriel du pays46. Les interventions précédentes, datant du Protectorat, étaient cependant le fait des chambres professionnelles et non de la Cgem.

52Si le terme de « notable » est polysémique et fortement connoté historiquement, il permet néanmoins de qualifier le mode de présence publique d’une série d’acteurs privés situés à l’articulation du local et du global.

53En ce sens, l’exemple du Ctc est à la fois représentatif et atypique du procès d’inscription de l’acteur économique privé dans un espace public, au sein duquel il s’accaparerait des attributs notabiliaires. Représentatif du fait de son outrance monumentale, de son emphase urbaine, le Ctc serait le sommet d’une dynamique hyperbolique mais aussi, et par conséquent, atypique au sens où, dans le cas d’espèce, c’est une figure impersonnelle qui émerge des deux tours. Alors que la majorité des grands groupes économiques marocains sont associés à un personnage ou à une famille, l’Ona, au contraire, a vu différentes personnalités à sa tête.

54Si l’on considère que le modèle notabiliaire est intrinsèquement lié à l’identification à un nom, le cas de l’édification du Ctc relève d’un registre légèrement différent. D’une part, on peut considérer que se serait, métaphoriquement, la figure générique du capitalisme marocain qui serait en train de surgir au sein du système symbolique casablancais ; un capitalisme impersonnel, à l’image de la vocation qu’on lui a conférée d’être le « centre d’affaires » (« World Trade Center ») de la métropole, réunissant tous les acteurs économiques du pays. D’autre part, tout au contraire, on peut rappeler que si l’Ona n’est pas formellement et historiquement un groupe détenu par une famille, il est néanmoins associé, dans l’imaginaire collectif et du fait des actions qu’il détient effectivement, à la figure du roi.

55Représentants du libéralisme et du capitalisme, les membres de l’élite économique à Casablanca semblent néanmoins participer à la constitution de matrices collectives de représentations urbaines. Ils associent notamment à leurs gestes architecturaux et urbanistiques des référents « patrimoniaux » ou, au contraire, dotent leur projet de connotations résolument modernistes (Genestier, 1997).

56Ainsi, la sphère urbaine, les projets architecturaux et urbanistiques dont elle fait l’objet, par le biais de la publicisation qui en est faite, deviennent objets collectifs et éléments de l’espace public. Médiatisation et intermédiation (via la presse, les agences de communication ou la Cgem) constituent dans ce cas des modes de relation et d’articulation strictement liés, entre un champ qui relève de la décision institutionnelle (le projet urbain) et un champ d’acteurs sociaux « ordinaires » ou « extra-ordinaires » (les notables économiques).

  • 47 Pour une analyse des pratiques privées de l’espace public, Lofland, 1985.
  • 48 L’expression est de Sylvia Ostrowetsky, 1983.

57Dès lors se dessine sous nos yeux une sorte de paradoxe que l’on pourrait qualifier de « privatisation de l’espace public », dans un contexte où ce dernier était jusqu’à présent essentiellement encadré par des acteurs étatiques47, et dans la mesure où s’en approprient des acteurs privés à des fins privées, mais dans un processus de publicisation, de médiatisation et de mise en concurrence d’images pour la production de symboles et de représentations urbaines (Matossian, 1996). En d’autres termes, l’enjeu réside dans l’équilibre instable entre la vision bureaucratique et décisionniste de l’État et « l’imaginaire bâtisseur48 » des acteurs économiques privés qui pourraient investir dans le projet : en l’absence d’un espace public de discussion du projet de la cité, le statut « public » du sol serait ainsi « privatisé ». En termes politiques et sociologiques, peut-être pourrait-on parler de notabilisation de cette élite (arrivée souvent récemment dans la métropole), par territorialisation de ses propres intérêts économiques et corporatistes.

58Sans histoire longue, relativement vierge de souvenirs et de référents, Casablanca reste encore à écrire. Lieu d’écriture, elle reste un espace à conquérir pour quantité d’acteurs en quête d’inscription dans l’espace collectif.

Bibliographie

Bibliographie

Adam A., 1968, Histoire de Casablanca : des origines à 1914, Paris, Orphys.

Alioua K., 1997, « Société civile et modernité au Maroc », Zellige, juin.

Benhaddou A., 1990, Migration et réussite sociale. Étude sur la formation des élites dirigeantes marocaines. Le cas de la bourgeoisie de Fès, doctorat de sociologie, Aix-en-Provence, université d’Aix-Marseille.

Boudon R., 1979, La logique du social, Paris, Hachette.

Cattedra R., 1992, Les transformations récentes des lieux symboliques de l’islam à Casablanca, Tours, Dea.

Cattedra R., 1995, « Riconversione simbolica di una città araba occidentale », in R. Cattedra et M. Memoli (éd.), La città ineguale. Pratiche culturali e organizzazione della marginalità in Africa et America Latina, Milan, Unicopoli.

Cattedra R., 1996, La Metropoli virtuale. Immagine urbana e dinamiche territoriali a Casablanca, thèse de doctorat, Naples, Instituto universitario orientale.

Cattedra R. et Catusse M., 1998, « Stratégies de communication et espace public. État et acteurs privés face à la ville : quelques remarques à propos de Casablanca », Repères universitaires (faculté de droit de Mohammedia), n° 1, janvier, 65-94.

Catusse M., 1997, « Réponses privées à des problèmes publics », Zellige, juin, 12-15.

Catusse M., 1999a, L’entrée en politique des entrepreneurs marocains. Libéralisation économique et réforme de l’ordre politique, thèse de sciences politiques, Université de droit, d’économie et de sciences sociales d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence, Iep.

Catusse M., 1999b, « Acteurs privés, action publique. Patronat et champ politique au Maroc », Les cahiers de l’Orient, n° 55, 3e trimestre, 13-37.

Catusse M., 2002, « Les charmes discrets de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc ajusté », Revue internationale de politique comparée, n° 2, 297-318.

Dewitte J., 1992, « Architecture monumentale et régime démocratique », Les Temps modernes, n° 557, 91-137.

Diouri M., 1992, À qui appartient le Maroc ?, Paris, L’Harmattan, 1992.

Écochard M., 1955, Casablanca, le roman d’une ville, Paris, Éditions de Paris.

El-Aoufi N., (dir.), 1992, La société civile. Approches, Rabat, Smer.

Étienne B. et Tozy M., 1983, « Le glissement des obligations islamiques vers le phénomène associatif à Casablanca », Le Maghreb musulman en 1979, Paris, Cnrs Éditions, 235-260.

Gallissot R., 1990, Le patronat européen au Maroc (1931-1942), Casablanca, Eddif (1re éd., Paris, 1964).

Genestier P., 1997, « Ville culturelle et espace public touristique : sur quelques logiques de réification à l’œuvre dans l’économie post-industrielle », L’Espace public dans la ville méditerranéenne, Montpellier, Éditions de l’Espérou, École d’Architecture de Montpellier.

Grafmeyer Y., 1994, Sociologie urbaine, Paris, Nathan.

Jaffrelot C., 1994, « Œuvres pies et rationalités économiques en Inde », in J.-F. Bayard (éd.), La réinvention du capitalisme, Paris, Karthala, 145-172.

Jampaglia C., 1997, L’acqua e la città. Politiche e logiche di sviluppo in Morocco a partire dai progetti della Banco mundiale, Tesi di Laurea, Facoltà di Scienze Politiche, université de Milan.

Kaioua A., 1986a, « Casablanca : gestion économique et polarisation de l’espace. Essai d’analyse du pouvoir de commandement », Bulletin de la société languedocienne de géographie (Montpellier), n° 20.

Kaioua A., 1986b, L’espace industriel marocain de Kénitra à Casablanca, Tours, URBAMA.

Kaioua A., 1997, Casablanca, l’industrie et la ville, 2 vol. , Tours, Urbama.

Leveau R., 1976, Le fellah marocain défenseur du trône, Paris, Puf.

Lofland L., 1985, « Privatizing public space. Symbolic transformation », in L. Lofland (dir.), A World of Strangers. Order and Action in Urban Public Space, Prospects Heights Illinois, Waveland Press, (1973).

Lussault M., 1993, Tours : images de la ville et politique urbaine, Tours, Maison des sciences de la ville (« Sciences de la ville » ; 3).

Lynch K., 1970, L’image de la cité, Paris, Dunod.

Matossian C., 1996, Espace Public et représentation, Paris, Éditions de l’Œil.

Miège J.-L., 1953, « Les origines du développement de Casablanca au xixe siècle », Hesperis.

Ostrowetsky S., 1983, L’imaginaire bâtisseur, Paris, Librairie des Méridiens.

Rachik A., 1995, Ville et Pouvoirs au Maroc, Casablanca, Afrique Orient.

Riegl A., 1984, Le culte moderne des monuments. Sa nature, son origine, (traduit et présenté par J. Boulet), In extenso (Paris), n° 3.

Saïdi S., 1989, Les Groupes financiers au Maroc, Rabat, Okad.

Tangeaoui S., 1993, Les entrepreneurs marocains. Pouvoirs, société et modernité, Paris, Karthala.

Touchard J., 1975, Histoire des idées politiques, Paris, Puf.

Troin J.-F., 1986, « Le centre des affaires de Casablanca : extension et démultiplication », Bulletin de la société languedocienne de géographie (Montpellier), n° 20, 285-296.

Notes

1 Cet article reprend et développe une première communication donnée lors des journées organisées le 14 avril 1997 par la faculté de droit de Mohammedia sur le thème « Communication et collectivités locales » : Cattedra et Catusse, 1998.

2 À titre d’exemple, la Sonadac (Société nationale d’aménagement communal) s’est vu confier, à Casablanca, la gestion et la mise en œuvre de grandes opérations comme la « nouvelle Corniche », l’« avenue Royale » ou la « Cité Nassim ».

3 Cf. Kaioua, 1986, 178 : « Nous définissons donc le pouvoir de commandement comme celui exercé à partir des sièges sociaux casablancais […] sur les seules unités dans les autres villes du Maroc. » L’auteur souligne plus loin que ce qui lui importe est moins le nombre de ces sièges que leur caractère symbolique.

4 Cf. Grafmeyer (1994) qui utilise, dans une perspective fonctionnaliste, la distinction formalisée notamment par Boudon (1979) pour considérer les « transformations des espaces urbains de la ville » : « On réservera le terme d’acteurs aux cas où la personne est engagée dans des relations de rôles avec un ou plusieurs autres protagonistes. On parlera d’agents dans les autres cas. » Il propose une typologie autour de trois pôles qui concourent à la production des espaces urbains : les « agents privés », les « pouvoirs publics » et les « métiers de la ville ».

5 Nous nous sommes donc concentrés sur les procédures d’écriture visuelle (i. e. de mise en visibilité) en faisant l’hypothèse, suggérée par Panese (1997), que les images sont avant tout à traiter en tant que dispositifs d’intelligibilité dont il faudrait par ailleurs interroger le caractère performatif. De même, Stafford (1996) a montré que tout discours visuel a une histoire au croisement de discours (dans le cas qui nous intéresse, un discours valorisant l’initiative privée, les valeurs libérales), de techniques (les années 1990, au Maroc, connaissent effectivement un développement remarquable des agences de publicité et des organes de presse) et de réalités institutionnelles (en l’occurrence, un plan d’aménagement du territoire, une agence urbaine, des schémas directeurs, etc.). De ce fait, nous avons considéré, en nous inspirant de leurs travaux, les images produites (images publicitaires, images monumentales) à la fois comme terroir des dispositifs de construction de l’intelligibilité de la réalité, et comme outil qui structure et rend intelligible une référence. Voir en particulier : Lussault, 1993.

6 Cf. Catusse, 1999b ; pour une étude plus fine de ces processus, nous nous permettons de renvoyer à Catusse, 1999a.

7 À cet égard, plusieurs travaux ont montré l'étroitesse des relations entre le développement de la ville et l'arrivée des commerçants et industriels étrangers et nationaux (notamment fassis), au cours du xxe siècle. Peut-être faudrait-il revenir plus précisément sur l'articulation entre ces acteurs, la gestion et le développement urbanistique de la ville. Cf. Miège, 1953 ; Benhaddou, 1990 ; sur l'élite industrielle, cf. Kaioua, 1986 et 1997 ; Troin, 1986. Analysant l'évolution du rôle du patronat européen au Maroc entre 1931 et 1942 en tant « qu'élément dominant du protectorat », Gallissot (1990, 3 et 49) affirme : « Le patronat de Casablanca n'est certes pas tout le patronat européen, mais il s'impose auprès de la Résidence, et même les membres des autres chambres de commerce ne font, bien souvent, que suivre la chambre de Casablanca, à l'exception de la chambre de Rabat ».

8 Le dahir concernant la construction des édifices religieux (n° 1-84-150) impose que pour la construction d’une mosquée soient légués des biens habous. Ce qui se traduit, entre autres, par la construction de hammams, de magasins, de fours, etc., qui renforcent et confortent le prestige de leur muhsin. Cf. Étienne et Tozy, 1983 ; Cattedra, 1992.

9 Dans sa thèse sur l’élite fassie à Casablanca, A. Benhaddou (1990) a particulièrement bien rendu compte des mécanismes de ces pratiques.

10 À titre de comparaison et pour développer l’analyse, cf. Jaffrelot, 1994.

11 Par exemple, El-Aoufi, 1992. Pour une discussion du processus, cf. Catusse, 2002.

12 Selon Hegel, « la société civile est une sphère de la vie éthique située entre le mode simple de la famille patriarcale et l’État, animé de l’éthique universelle. La société civile est composée d’une mosaïque d’individus privés, de classes sociales, de corporations et d’institutions fonctionnant selon la loi civile » ; d’une certaine manière, elle est intimement liée à l’État, qui assure son autonomie et la reconnaissance des intérêts privés qu’elle représente. Cf. Touchard, 1975, 507.

13 Cf. Catusse, 1997, 12-15. Plus récemment, voir : Catusse, 2002.

14 « L’espace urbain monumentalisé, scénographié, patrimonialisé ne répond plus alors qu’à une unique finalité : servir de cadre à la commercialisation de la culture et de la marchandise à une économie postindustrielle à ce point aliénante qu’elle est perçue comme légitime et désirable », Genestier, 1997.

15 La rivalité entre Casablanca et Rabat, capitale politique et administrative du pays depuis le protectorat, s’articule notamment autour de la hiérarchisation entre activités politiques et activités économiques (publiques et privées ?). Ainsi, lorsque que Rabat fut désignée comme capitale (lieu de résidence du représentant français) par Lyautey (1912), un Comité de défense de Casablanca se constitua et s’exprima en ces termes par la voix de son président, P. Layolle : « La place du représentant des Français doit être au milieu du plus grand nombre des Français, industriels, commerçants et colons, au milieu de sa terre, non dans un château lointain, fût-il historique ». C. Houel, Mes aventures marocaines, (239), cité in Adam, 1968, 163-164.

16 À titre d’exemple, le méchouar de Casablanca a une position décalée par rapport à la ville et à sa centralité. Le Parlement et le siège du gouvernement se trouvent à Rabat. Seuls les sièges des préfectures, monumentaux, manifestent de façon ostentatoire, depuis le début des années 1980, la présence officielle du politique dans la ville. Significativement, le siège de la communauté urbaine, collectivité locale dont les représentants sont élus au suffrage universel, est couramment appelée wilaya, étant de fait aussi le siège du gouverneur (« wâlî du Grand Casablanca »).

17 Sur le caractère monumental des édifices considérés et sur ses conséquences sociales et culturelles, nous nous sommes appuyés sur les perspectives ouvertes par Riegl, 1984. Notamment, en revenant sur le lien intrinsèque qu’il rappelle entre le monument et la mémoire collective, fondatrice d’une communauté : « Un monument, au sens originel du terme, désigne une œuvre érigée avec l’intention précise de maintenir à jamais présents dans la conscience des générations futures des événements ou des faits particuliers (ou un ensemble des uns et des autres) » (37). C’est la capacité du monument à susciter un imaginaire qui constitue le point de départ de cette réflexion : cf. Lynch, 1970. Voir aussi : Dewitte, 1992.

18 « Casablanca Twin Center : une autre dimension », dossier élaboré pour la presse par l’agence Mosaïk, novembre 1996, 2 (c’est nous qui soulignons).

19 Le montage financier du projet s’élève, selon ses promoteurs, à environ un milliard de Dirhams, réunis au sein de la Société centrale d’investissements immobiliers (Scii) par le groupe Ona (40 %), General Mediterranean Holding (Gmh), représentant des capitaux arabes (30 %), ainsi que le groupe libyen Lafico (30 %), qui aurait acheté d’ores et déjà la tour ouest de l’édifice.

20 Fouad Filali est le fils de l’ex-premier ministre Abdellatif Filali (ministre, depuis 1983, de la Communication puis des Affaires étrangères). Il a épousé la fille aînée du roi en septembre 1984 et s’en séparera quelques années plus tard.

21 Ce groupe a été constitué après le rachat, en grande partie par le palais, des avoirs de la Banque de Paris et des Pays Bas, qui demeuraient au Maroc après la marocanisation : cf. Saïdi, 1989, Diouri, 1992 et « Qui possède le Maroc ? », Le Monde diplomatique, août 1991.

22 Selon J.-M. Zurfluh, suite à la conférence de presse du 26 novembre 1996 : « Opérationnel en juillet 1998 », Le Temps du Maroc, 26 novembre 1996, 48 (c’est nous qui soulignons).

23 A. El Azizi, « Jumelles élancées », Maroc-Hebdo, 30 novembre 1996.

24 M. Ameskane, « Casablanca World Trade Center. La conquête des cieux », La Gazette de l’urbanisme et de l’immobilier, n° 11, 1er août 1995, 2.

25 Affiche publicitaire insérée dans un publi-reportage conçu par l’agence publicitaire Mosaïk de Casablanca, Maisons du Maroc, 1er trimestre 1997.

26 « Passé récent » dont il reste à faire l’histoire, puisque la métropole de Casablanca, à l’opposé des métropoles anciennes comme Fès ou Marrakech, ne s’est réellement développée qu’au cours du xxe siècle, par la volonté initiale de Lyautey de doter le Protectorat français d’un port important (presque le plus grand port d’Afrique) et d’un centre économique.

27 « Le nouveau Twin Center sera le plus grand immeuble du Maroc », La Vie économique, 29 novembre 1996 ; repris également dans « Ricardo Bofill : “Le Ctc est la porte urbaine du nouveau Casablanca” », La Nouvelle Tribune, 5 décembre 1996, 25.

28 Ibid.

29 Quoi qu’il faut souligner, à l’inverse de ce que peut sous-entendre l’extrait de l’interview de R. Bofill, que la dynastie Almohade est une dynastie berbère et non arabe.

30 Notamment le propriétaire d’un centre commercial voisin.

31 Nous ne nous sommes pas attachés, ici, à démonter les opérations immobilières en cause dans la construction de cet édifice, lesquelles, du strict point de vue de la « rationalité économique », sont sous-jacentes aux dynamiques que nous observons.

32 Mosaïk, « R. Bofill, le taller de arquitectura », dossier de presse, 9.

33 Ces locaux, loués à l’Ona-Immobilier qui en faisait auparavant son siège, abritent également depuis 1995, dans les étages supérieurs, la Confédération générale des entreprises marocaines.

34 Ces derniers font également partie du groupe Ona.

35 Le cas est d’autant plus intéressant qu’avec l’édification du Ctc, l’histoire semble se répéter. Il y a quelques années, la rue du Jura, dans le Maârif, était l’une des plus commerçantes, animée par des cinémas, des cafés, des boutiques ; son activité a connu un revers certain lorsque, du fait d’une décision communale, la rue est devenue piétonne. Au contraire, le centre commercial Ben Omar (du nom de son promoteur, commerçant dans le textile), nouvellement inauguré quelques rues à côté, devenait le nouveau pôle du quartier. Aujourd’hui, tandis que s’élèvent les Tours du Ctc, à quelques mètres de la galerie, M. Ben Omar aurait demandé à la commune, en vain jusqu’à présent, de pouvoir creuser sous le marché central avoisinant un parking, proposant même d’entretenir à côté un jardin public afin de parer la désaffection de sa clientèle.

36 Qui symboliserait l’activité tertiaire de la ville, avec la concentration d’hôtels, de sièges de banques, etc. Cf. Troin, 1986.

37 Sur ce sujet, Troin et Kaioua ont largement analysé les processus historiques et géographiques de l’implantation industrielle et des sociétés tertiaires à Casablanca.

38 Les termes de « gestion déléguée » ont remplacé (sans que cela n’ait de réelles conséquences juridiques) celui, initial, de « concession », critiqué en particulier par l’Usfp qui considérait, par « déontologie », qu’il n’y avait aucun intérêt, pour la communauté urbaine de Casablanca, à signer la concession d’un service public, encore moins à une entreprise étrangère. Sur cette question, cf. Jampaglia, 1997 (en particulier le chapitre VII, « Cronaca di una privatizzazione annunciata »).

39 Attitude particulièrement critiquée, dans un premier temps, par les députés et représentants de l’Usfp, s’appuyant sur les termes de l’article 30 de la charte communale.

40 En 1985, le ministère de l’Intérieur a intégré les services de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’environnement (le ministère de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire devient alors ministère de l’Habitat). Depuis 1984, les agences urbaines sont sous sa tutelle.

41 Cgem Cedies Information, 11 janvier 1997.

42 F. Yata, « Rad-Lyonnaise : les dessous d’un contrat mirifique », La Nouvelle Tribune, 6 février 1997.

43 Outre la récusation des arguments présentés par le projet de la Lyonnaise en faveur d’une hausse des prix de l’eau et de l’électricité, l’étude faisait apparaître une augmentation de charges non justifiée, l’omission de certaines recettes et la facturation d’une assistance technique surévaluée.

44 Cf., par exemple, l’échange de lettres entre le président de la Cgem et le représentant au Maroc de la Lyonnaise des eaux, publié dans Cedies information, 22 février 1997.

45 Voir par exemple : M. M., « Un statut spécial pour le poumon économique du Royaume », La Vie économique, 24 janvier 1997.

46 Sur ce point, voir le récit de l’urbaniste Écochard (1955), qui fait état de la cabale menée contre lui par les spéculateurs de la ville. Pour une relecture critique, cf. Rachik (1995, 44-45), notamment, sur le rôle du patronat contre le plan d’aménagement d’Écochard pour les espaces industriels de la ville (1947), en particulier de la chambre de commerce de Casablanca, de la chambre d’agriculture, de la chambre espagnole de commerce, de la chambre syndicale des propriétaires immobiliers de Casablanca et de la région, de la Fédération des industriels métallurgiques du Maroc. Voir aussi : Kaioua, 1997.

47 Pour une analyse des pratiques privées de l’espace public, Lofland, 1985.

48 L’expression est de Sylvia Ostrowetsky, 1983.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable