Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

IV. Les nouvelles figures notabiliaires des périodes coloniale et post-coloniale

Les notables de Taliouine (Maroc) et leur rôle dans la gestion territoriale

Abdelghani Abouhani

Texte intégral

1Taliouine est un petit centre urbain de 3 000 habitants situé dans une minuscule vallée de l’immense chaîne de l’Atlas. Malgré sa taille réduite, il a joué un rôle important dans l’histoire administrative du pays en raison de sa position sur l’axe stratégique Taroudant-Ouarzazate. Le pacha Glaoui y avait d’ailleurs construit une grande casbah qui, jusqu’en 1956, servait de siège à son commandement dans le secteur.

2Comment fonctionne la médiation notabiliaire dans cette petite localité de Taliouine ? Comment s’articule-t-elle au centre, et quels sont ses rapports à l’autorité locale et, notamment, au caïd ? Comment les partis politiques arrivent-ils à pénétrer dans ces zones montagneuses ? Enfin, quel profil peut-on dresser des notables locaux ? Telles sont les questions auxquelles j’ai tenté de répondre lorsque j’ai travaillé sur Taliouine à la fin des années 1980.

3À Taliouine, l’espace ethnique est relativement homogène. Les lignages composant les différents douars appartiennent à la même tribu. Malgré cette communauté d’origine, l’espace tribal est fortement fragmenté. La tribu est divisée en plusieurs douars et chaque douar dispose de sa djema‘a. Loin de vivre isolés les uns des autres, les différents douars entretiennent au contraire des relations de rivalité. Les conflits se manifestent plus particulièrement au sujet de la répartition de l’eau, de la terre, de la gestion du souk et de la commune. Les oppositions portant sur le foncier sont les plus importantes.

Le système agro-foncier : le poids des notables

4Dans les huit douars de Taliouine, le melk individuel et familial est le statut prédominant, notamment en terre irriguée. Le habous est rare : on ne le trouve que dans trois douars, surtout autour de la zaouïa de Taguergoust. Quant aux terres collectives, on ne les rencontre qu’à Timlit et Builga, et exclusivement dans le bûr (lande, terre en friche). Dans l’économie oasienne, la terre n’a de valeur que lorsqu’elle est irriguée. Aussi les différents douars attachent-ils à la gestion de l’eau une importance particulière.

5S’agissant des ressources en eau, Taliouine est alimentée par quatre seguias qui desservent les douars du centre. L’eau n’est pas commercialisée, elle accompagne la terre. Sa répartition se fait par douar, et par lignage à l’intérieur de chaque douar. L’étendue des droits d’eau est fonction de l’importance de l’exploitation. C’est pourquoi la répartition est très inégale. La casbah, par exemple, qui contrôle 44 % des terres irriguées, dispose de l’eau de quatre seguias. La répartition de l’eau est également très inégale à l’intérieur d’un même lignage. Au douar Dou Ouzrou notamment, trois lignages sur vingt-trois accaparent six parts un quart sur les huits attribuées à l’ensemble du douar.

  • 1 À l’exception des douars d’Assoul et Dou Ouzrou, qui n’autorisent le parcours qu’aux membres de le (...)
  • 2 Les petits exploitants vendent, certes, une partie de la récolte, mais le plus souvent, ils rachèt (...)

6En terre irriguée, le pacage est interdit. Par contre, sur les champs bûr, il est permis pour tous les douars1. Les terres irriguées représentent 64,45 % de l’ensemble des terres agricoles. La micro-exploitation agricole prédomine : il en résulte une production en céréales et légumes relativement faible, qui ne couvre pas les besoins du centre. Pour satisfaire leurs besoins en produits de base, les familles procèdent à la vente d’une partie des récoltes en olives et amandes. Seules les grandes familles, qui accaparent l’essentiel des terres irriguées, dégagent d’importants surplus2.

7En effet, à Taliouine, la terre est très inégalement répartie. Quinze familles accaparent la quasi-totalité des terres cultivables. Le tableau 1 (infra) indique le patrimoine foncier de certaines d’entre elles. Certes, les domaines fonciers des notables sont relativement réduits et ne dépassent guère les 50 hectares dans les cas extrêmes. Mais n’oublions pas que nous sommes dans une économie oasienne, où la terre est extrêmement rare. Et c’est précisément cette rareté qui rend assez fréquents les conflits relatifs au sol.

Tableau 1. Patrimoine foncier des notables de Taliouine

Tableau 1. Patrimoine foncier des notables de Taliouine

Source : enquêtes de l’auteur.

Contentieux fonciers et conflits entre notables

8La carte foncière de Taliouine a été profondément bouleversée par le pacha Glaoui, qui a dépossédé certaines familles. À partir de 1956, les familles spoliées retournent à Taliouine et revendiquent leur patrimoine. Mais en 1958, le domaine foncier du pacha à Taliouine est séquestré, intégré au domaine de l’État et distribué à soixante-deux familles d’anciens esclaves résidant toujours dans la casbah du pacha. Ces mesures sont contestées par la famille Id..., dont le père a été assassiné par le pacha et dont certains membres faisaient partie de l’armée de libération : les terres distribuées aux masâkîn (miséreux), lui auraient appartenu. Cette famille doit donc être rétablie dans ses droits. Le conflit est porté devant la justice et, par décision du tribunal de première instance de Taroudant, la famille Id... obtient la restitution des terres distribuées à quarante-deux familles d’anciens esclaves. Cette décision provoque une forte indignation dans le village, chez les petits propriétaires comme chez les notables. Les personnes interrogées mettent en cause les titres de propriété de cette même famille. Elles trouvent l’arrêt d’expulsion incompréhensible et particulièrement inéquitable. Que deviendront en effet ces quarante-deux familles dans une localité où le produit de l’agriculture n’arrive pas à nourrir les petits propriétaires eux-mêmes ?

  • 3 Assemblée provinciale de Taroudant, session ordinaire d’avril 1986.
  • 4 « Après l’exposé présenté par M. le Président du conseil, l’ensemble des élus du conseil ont appuy (...)

9Ce sont probablement les remous suscités par la décision du tribunal qui ont motivé, en 1986, le remplacement du « super caïd » de Taliouine. De même, au cours d’une réunion de l’assemblée provinciale de Taroudant, le gouverneur a informé les élus de Taliouine que l’administration des Domaines était intervenue auprès du tribunal pour exprimer son opposition à l’arrêt rendu. Le gouverneur a alors demandé aux familles expulsées de s’adresser à la justice et les a assurées que toutes les facilités leur seraient accordées pour défendre leurs droits3. Ces propos ont été rapportés par le président du conseil communal de Taliouine et exposés devant les élus du village. À l’issue du débat, l’ensemble du conseil a appuyé la proposition du gouverneur, considérant que la voie judiciaire permettrait de rétablir dans leur droit les familles expulsées4.

10La condamnation unanime, par les notables de Taliouine, de l’arrêt d’expulsion est aisément compréhensible. En agrandissant le domaine foncier des Id..., qui deviennent ainsi la première puissance foncière du village, la décision de justice risque de compromettre à long terme l’équilibre des forces entre les différents lignages. D’autant qu’une vive rivalité oppose les Id... aux Aït Lah..., dont l’un des membres préside le conseil communal.

  • 5 En effet, à peine élu président du conseil communal, l’un des membres de la famille Aït Lah... a d (...)

11Tout oppose les deux familles. Toutes deux convoitaient le domaine foncier distribué aux masâkîn. Les Aït Lah... ont tenté en vain de les spolier et d’intégrer leur domaine à celui de la commune qu’ils président. Ce n’est que lorsque les Id... les ont dépossédés par voie de justice que les Aït Lah... ont pris la défense des masâkîn5.

12Leur histoire est également fort contrastée. Si les Id... ont combattu le pacha, les Aït Lah..., en revanche, ont réussi à maintenir des liens politiques équilibrés, à la fois avec le pacha de Marrakech et avec le mouvement national. Leur alliance matrimoniale avec la famille des shurafâ’ al-Ya‘qubiyîn explique en partie pourquoi cette famille a traversé cette période trouble sans susciter les représailles du pacha ni celles de l’armée de libération. De même, après l’indépendance, les Id... ont choisi l’aile gauche du mouvement national (Unep puis Usef), alors que les Aït Lah... ont montré une grande souplesse dans leurs choix politiques, évoluant tantôt au sein de l’Istiqlal, tantôt au sein du Mouvement populaire, tantôt au sein de l’Union constitutionnelle.

13Enfin, les deux familles s’opposent sur la manière d’envisager le devenir de Taliouine. Si les Id... restent liés à l’ancien noyau de Taliouine articulé autour du souk Ltnine, le président du conseil communal veut déplacer le centre de Taliouine vers l’axe routier Taroudant-Ouarzazate et transformer le village en agglomération routière.

14Ce conflit de centralité recouvre un sérieux antagonisme d’intérêts. Créé par le pacha auprès de la casbah où il séjournait, le souk Ltnine est le plus important foyer d’échange du bourg. C’est là où on écoule le surplus agricole ; c’est là également que la population effectue l’essentiel de ses achats en produits artisanaux et équipements domestiques (tab. 2).

Tableau 2. Les activités du souk Ltnine

Tableau 2. Les activités du souk Ltnine

Source : enquêtes de l’auteur.

  • 6 Le souk Ltnine présente un profil très spécifique. En effet, à côté de sa fonction de marché hebdo (...)

15Celui qui contrôle la casbah contrôle le souk ; et tenir le souk, c’est contrôler une grande partie des échanges locaux. Or les Id... non seulement résident dans la casbah, mais possèdent de nombreuses boutiques au souk Ltnine6, alors que la commune n’y compte que quatre boutiques. En outre, la famille Id... possède au souk de gros dépôts de blé et contrôle tout le marché local du blé tendre.

16Déplacer le souk à proximité de l’axe routier aurait pour conséquence non seulement d’affaiblir économiquement la famille Id... en lui ôtant le contrôle du principal lieu d’échange, mais aussi et surtout, de faire bénéficier des effets du souk les deux douars qui soutiennent le président du conseil communal : Tabia et Taguergoust. D’ailleurs, en attendant le transfert du souk et pour mieux amoindrir son importance, le président du conseil communal a déjà favorisé l’installation, au bord de l’axe routier, de boutiques d’alimentation générale, de services et de cafés. En outre, le président a également interdit aux camions et aux autocars de se diriger vers le souk en dehors du lundi, jour du marché hebdomadaire, et les a obligés à stationner près du centre administratif.

17Cette volonté de promouvoir le nouveau centre a conduit à concentrer la plupart des équipements modernes (poste, lycée, siège du caïdat et de la commune), dans les deux douars – Tabia et Taguergoust – soit à proximité de l’axe routier. La commune encourage la construction et ne cesse d’envoyer aux propriétaires des terrains nus des avertissements pour les inciter à construire, cela dans l’objectif de remplir le plus rapidement possible les deux bords de cet axe.

18La stratégie du président du conseil communal, qui vise à réduire le poids du souk pour limiter l’influence des Id..., est appuyée par l’autorité locale, qui considère que Taliouine n’aura pas d’avenir si elle reste repliée dans sa vallée. C’est pourquoi l’un des objectifs principaux du plan d’aménagement en cours d’élaboration est de renforcer l’axe routier par une zone d’habitat à plusieurs niveaux, avec des commerces au rez-de-chaussée, ce qui permettra d’animer le nouveau centre et de réduire l’importance du souk. Le président du conseil communal justifie son projet en ces termes : il doit remplir ses engagements envers ses électeurs. S’il a été soutenu par Tabia et Taguergoust, c’est bien pour renforcer le nouveau centre, déplacer le souk, faciliter l’octroi des permis de construire et revendiquer le statut de centre autonome, ce qui permet à Taliouine-centre d’échapper à la pression des douars périphériques.

Instabilité des alliances politiques et permanence du pouvoir notabiliaire

19Les allégeances politiques sont extrêmement difficiles à entretenir à Taliouine. Certes, le Mouvement populaire et l’Union constitutionnelle prédominent. Mais, sous les mêmes couleurs politiques, peuvent s’affronter les notables des différents douars. Malgré l’existence d’une majorité confortable d’élus du Mouvement populaire à Taliouine-centre, il a fallu enfermer les membres du conseil communal pendant vingt jours pour qu’ils choisissent ceux qui siégeraient au bureau du conseil. Quand l’accord est intervenu, la majorité du conseil a regagné la ville de Rabat sur convocation de M. Aherdane, secrétaire général du parti. On s’est alors réuni au siège du ministère des Postes et Télécommunications, et c’est là que l’actuel président du conseil communal de Taliouine a été élu. Du reste, le président doit souvent négocier les majorités en faveur de ses décisions, et il est assez fréquent qu’il soit désavoué par sa propre majorité. Combien de fois, en effet, sur des questions aussi importantes que le souk, le président n’a-t-il pas été contesté par les élus de son parti !

20En fait, la présence des partis politiques à Taliouine est très informelle. Le Mouvement populaire, par exemple, qui ne dispose d’aucun bureau au niveau du centre, s’appuie sur pas moins de quatorze familles qui lui assurent le lien avec la population et organisent le flux des demandes et des réponses.

21C’est la famille Dah… – laquelle contrôle le conseil communal d’Ighiloughou, commune voisine de Taliouine – qui a introduit le Mouvement populaire dans cette localité. Grand propriétaire foncier, commerçant à Casablanca et à Rabat, Dah..., à l’approche des élections de 1976, s’est réinstallé à Ighiloughou, sa commune d’origine. Il a alors reçu la visite d’Aherdane qui, par la même occasion, a inauguré un bureau de poste. Ses agents électoraux n’ont alors cessé de répandre l’idée que l’homme qui avait fait venir un ministre était capable de « réaliser des miracles au niveau de sa commune ». Certes, la famille Dah... ne pouvait avoir de concurrent sérieux dans cette localité, dont elle possédait une grande partie des terres cultivables. Son influence était si considérable que Dah… pouvait – comme on ne cessait de le répéter à Taliouine – réunir l’ensemble des chefs de famille en leur envoyant un simple messager. Et depuis plus de dix ans, cette famille dominait sans conteste le conseil communal d’Ighiloughou et assurait au Mouvement populaire une influence continue.

22Mais au niveau de Taliouine, le Mouvement populaire est sérieusement concurrencé par l’Union constitutionnelle, qui a mobilisé des moyens largement supérieurs. Le député local se comporte comme une structure administrative parallèle qui tente de suppléer aux carences de celle qui existe. C’est lui qui a distribué les bons de blé tendre lors de la grande sécheresse du début des années quatre-vingt, reconstruit le pont lorsqu’il a été emporté par les eaux de l’oued Zagmouzen, financé l’énergie solaire pour le lycée et construit son mur de clôture ; lui également qui a refait la route menant au souk et promis à la population de Taliouine l’installation de câbles électriques en 1989. Homme riche, grand entrepreneur et promoteur immobilier, il dispose, à Taliouine, d’un simple débit de tabac qui lui sert de structure d’écoute des besoins locaux. Et l’on raconte que c’est une délégation de notables qui lui a demandé de se présenter à la députation et de représenter la localité au Parlement. En réalité, pour s’introduire à Taliouine, ce membre de l’Union constitutionnelle a mis à profit les années de sécheresse et, juste avant les élections de 1984, a envoyé ses partisans distribuer blé et semences dans la région et demander aux notables d’aller le solliciter pour se présenter aux élections…

23Quoi qu’il en soit, nous avons là affaire à un mode particulier de pénétration des partis politiques. Aucun parti ne dispose de structures organisationnelles telles qu’on les retrouve dans les grandes villes et les villes moyennes (bureau, responsable local, militant affilié, section, fédération, etc.). Les organisations politiques n’ont aucune implantation déclarée. Pour s’introduire dans ces localités, le parti politique doit utiliser comme support une grande famille capable de mobiliser en sa faveur le consensus local et d’entrer dans une économie de distribution. Le parti n’a pas de rapports directs avec la population. Il ne peut l’atteindre que par l’intermédiaire du notable. De sorte que le vote populaire ne sanctionne pas le parti mais consacre l’influence du notable.

  • 7 À partir de 1986, le Mouvement populaire va changer de président. Aherdane a été renversé et le pa (...)

24Par le biais du parti, le notable cherche à doter sa localité d’un certain nombre de services et d’équipements que l’administration locale ne peut normalement lui procurer. Et lorsque les capacités distributives du parti viennent à tarir, le notable s’en détourne facilement. À Taliouine, les alliances politiques sont très instables. De l’Istiqlal, le centre est passé au Mouvement populaire, et de celui-ci à l’Union constitutionnelle (tab. 3). Voici le profil de l’élu idéal que dresse un responsable local : il doit être riche, grand propriétaire foncier, avoir du prestige et… être doté d’un sens très relatif de l’engagement politique ! Dès qu’apparaît un parti doté de moyens dépassant ceux des autres, les familles n’hésitent pas à changer d’alliance. Ainsi, depuis les derniers événements qui ont ébranlé le Mouvement populaire7, une grande fraction du réseau des notables locaux l’avait déjà abandonné pour intégrer l’Union constitutionnelle.

25Si les alliances politiques sont instables, le pouvoir notabiliaire se distingue par sa permanence. La famille des Aït Lah... assure avec une continuité remarquable les fonctions d’arbitrage, d’intermédiation entre douars et de contrôle du conseil communal. C’est à elle qu’on a confié les terres du frère de Dah... lorsqu’il était poursuivi par l’armée de libération, et c’est encore elle qui s’est chargée de payer une rançon pour empêcher son exécution. Entretenant de bonnes relations tant avec les partisans du pacha qu’avec le Mouvement national, la famille des Aït Lah... a pu s’interposer avec succès entre les clans rivaux.

26Avec l’indépendance, la famille s’est engagée dans le parti de l’Istiqlal et reçoit à maintes reprises la visite de dirigeants nationalistes, notamment du plus illustre d’entre eux, Allal al-Fassi. Elle a trouvé dans la nouvelle organisation communale, instaurée en 1960, le moyen de consacrer son influence locale. Ses membres ont alors exercé de père en fils la fonction de représentation de leur douar et celle de président du conseil communal. La famille a plusieurs fois ajusté ses alliances politiques pour s’adapter à l’évolution du contexte national et aux exigences de l’administration, mais sans que cela n’altère l’exercice continu de sa fonction représentative.

27Pour cette famille, le recours aux partis politiques n’est rien d’autre qu’un moyen de se désenclaver localement, de se connecter aux circuits décisionnels centraux et d’obtenir la satisfaction de demandes d’équipements que la modestie des ressources locales ne permet guère de satisfaire. Aussi s’allie-t-elle à un parti au pouvoir et qui a les préférences de l’administration.

Tableau 3. Composition politique du conseil communal de Taliouine

Tableau 3. Composition politique du conseil communal de Taliouine

Source : enquêtes de l’auteur.

Les rapports à l’autorité locale

28Les interventions des autorités locales, multiples et variées, embrassent tous les aspects de la vie locale. Mais on peut y distinguer deux cercles (ou zones) de déploiement qui se chevauchent, se recoupent et s’interpénètrent.

29Le premier recouvre les rapports entre l’autorité locale et chaque douar. À ce niveau, c’est la djema‘a qui sert de support et de point d’appui aux interventions administratives. Les rapports sont directs et sans médiation du conseil communal. Le mode de gestion des conflits internes au douar est essentiellement consensuel. Les litiges portent le plus souvent sur les limites des terres de parcours collectif, sur la répartition des tours d’eau ou sur la gestion de la mosquée. Tous ces domaines relèvent normalement du ressort de la djema‘a. Ce n’est que lorsque son arbitrage échoue que l’autorité locale intervient pour soutenir le point de vue qui semble dominant ou apaiser les tensions et les contenir dans des limites raisonnables, quand il s’avère que les parties en conflit n’ont pu se mettre d’accord sur un compromis.

  • 8 Formules qui reviennent souvent dans les procès-verbaux des sessions du conseil communal.

30Le deuxième cercle d’intervention et le plus important recouvre les rapports de l’autorité locale avec le conseil communal. C’est à ce niveau que sont réglés les conflits entre douars. L’autorité locale suit de très près les travaux du conseil communal. Elle assiste à toutes les séances et participe à la direction des débats. Les propos du président du conseil sont souvent relayés par le caïd qui les précise, les explique, montre leur « intérêt pour la commune et son développement8 ». Lorsque le président du conseil soulève des questions faisant l’objet de conflits entre douars, l’autorité tempère l’attitude des uns et des autres, et si aucun accord ne semble se dégager, elle renvoie la question à des séances ultérieures.

31La similitude des points de vue de l’autorité locale et de ceux du président du conseil communal est remarquable. Sur tous les points qui touchent à l’avenir de Taliouine, tels le transfert du souk ou le changement du centre du village, il y a identité d’objectifs, et le conseil semble amplifier les stratégies de l’administration.

32Mais il ne faut pas réduire cette situation à une simple concordance de points de vue, ou y voir la manipulation du président par le caïd. En fait, il y a convergence d’intérêts. Comme le président du conseil – mais pas pour les mêmes raisons –, l’autorité locale veut réorganiser le centre de Taliouine selon l’axe routier. Si l’objectif du président est d’affaiblir le clan rival des Id..., les motivations de l’autorité locale sont avant tout sécuritaires. Un centre organisé autour de l’axe routier sera plus transparent, plus facile à gérer que l’ancienne agglomération, enfouie dans la vallée et d’accès difficile. De même, les activités du souk seront plus facilement contrôlables s’il est situé à proximité de la RP 32, alors que son emplacement actuel se trouve de l’autre côté de la vallée, sur des terrains fortement accidentés.

33Ainsi, depuis sa nomination en 1986, la nouvelle administration s’active à déplacer le centre de Taliouine de la vallée vers l’axe routier. En deux ans, les constructions ont commencé à s’élever sur les deux rives de la RP 23 et, à côté des maisons d’habitation, au rez-de-chaussée, garages, boutiques et cafés se multiplient à une cadence accélérée, aidés en cela par la création de stations de bus et la construction, de part et d’autre de l’axe routier, du siège du caïdat et de celui du conseil communal.

34Il apparaît en définitive que la similitude des stratégies de l’autorité locale et du président du conseil trouve son fondement dans la complémentarité de leurs intérêts et non dans une quelconque manipulation.

De la représentativité des notables

35Dans la science politique marocaine, la thèse de la manipulation des élites locales par le pouvoir central et ses représentants locaux est solidement établie. Le notable apparaît comme une pure création administrative, dépouillée de toute autonomie. Cette thèse est non seulement erronée, mais profondément nuisible au développement de la sociologie politique locale.

36Elle est erronée, tout d’abord, parce qu’elle ignore les ressorts profonds de l’action notabiliaire. Un réseau de notables ne se crée pas comme une structure administrative. On ne parachute pas un notable comme on le fait d’un technicien ou d’un agent d’autorité. Le propre du notable est d’émerger de son milieu, de cristalliser en lui un ensemble d’intérêts, de les représenter et de négocier leur défense avec l’administration. Un notable ne peut être un agent d’intégration de l’administration dans son milieu que s’il est représentatif d’une catégorie de population ou d’intérêts. Sa représentativité ne doit pas être entendue uniquement dans le sens électif. Elle signifie avant tout convergence d’intérêts entre lui et ceux qu’il défend. Cette situation qui fait du notable le point d’articulation d’un groupe d’intérêts est le résultat d’une lente maturation sociale. La formation d’un notable est le produit de plusieurs générations. Aussi cet office est-il le plus souvent héréditaire.

37L’enracinement sociologique du notable, sa représentativité impliquent son autonomie. Le notable est dans une position d’extériorité non seulement par rapport à l’administration, mais aussi et surtout par rapport aux stratégies bureaucratiques. C’est cette autonomie qui rend possible une négociation. Et tout le jeu politique local a pour but, d’une part, que l’administration obtienne du notable une action objectivement intégrative et, d’autre part, que l’action administrative amplifie le pouvoir notabiliaire.

38En effet, c’est par nécessité que l’administration, en raison de la rigidité de ses règles de fonctionnement et de son faible niveau d’intégration, recourt à la médiation notabiliaire. Dès lors, l’application de normes centrales, avec leur jeu du licite et de l’illicite, se trouve atténuée, voire, dans certains cas, écartée. La négociation se déroule alors dans le contexte local, l’accent est désormais mis sur l’intérêt local et la recherche du consensus extra-réglementaire prend le pas sur l’application des normes centrales. Par ce moyen, l’administration sacrifie la réglementation au bénéfice d’un meilleur ajustement et d’une intégration plus profonde à son milieu.

39De même le notable, en obtenant des infléchissements ou des dérogations aux règles centrales, voit son image renforcée et étendue. Il devient alors le point de raccordement de l’administration à la société civile, le lieu où le centre se rattache à la périphérie, mais en dehors des mécanismes et contraintes réglementaires. Lorsque le notable est totalement subordonné à l’administration, il devient inefficace. La perte de l’autonomie signifie la fin du notable ou sa fonctionnarisation. C’est là où la thèse de la manipulation révèle son caractère erroné.

40Enfin, cette thèse qui postule la production de notables par l’administration, rend vaine toute recherche sur les modes de formation des systèmes notabiliaires, dans la mesure où seule la connaissance de l’administration suffirait et où tout pouvoir prendrait racine et s’épuiserait dans les sphères bureaucratiques. Dès lors, cette thèse fonctionne comme une barrière qui empêche le développement de la sociologie politique locale.

41Prenons l’exemple de la sociologie électorale. Cette branche de la science politique n’a pu se développer au Maroc parce qu’on a hâtivement postulé, par affirmations successives et sans aucune démonstration, que l’administration maîtrisait totalement le processus électoral, que la carte électorale était confectionnée au ministère de l’Intérieur et que l’administration répartissait les élus comme elle répartit les agents d’autorité ou les différents corps de fonctionnaires. Or, si cela était vrai, on ne comprendrait pas pourquoi de nombreux élus se donnent tant de peine pour renforcer leur image et leur prestige local. De toute façon, nous n’avons pu trouver aucun élément qui confirme cette thèse, ni à Salé ni à Taliouine. Bien au contraire, nous avons pu constater que les élus de ces localités appartiennent à des familles bien ancrées dans leur milieu et qui ont tissé autour d’elles tout un faisceau de relations sociales. Le maintien de leur rang exige d’elles qu’elles agissent non pas en tant que commis de l’administration mais en tant que défenseurs des intérêts qu’elles représentent.

42À supposer même que leur représentativité électorale soit tronquée, cela n’est guère déterminant. Car ce qui compte du point de vue de la science politique, ce n’est pas tant de savoir si le mandat électif est vrai ou faux, que de vérifier la réalité de l’influence sociologique. L’aspect formel compte peu. C’est un phénomène second. C’est le contenu de la médiation notabiliaire qui doit constituer l’objet de la recherche sociologique.

Notes

1 À l’exception des douars d’Assoul et Dou Ouzrou, qui n’autorisent le parcours qu’aux membres de leur douar. Observons également que les douars Qaçbah et Taguergoust n’ont pas de terrains de parcours. Les familles pratiquent l’élevage dans les étables.

2 Les petits exploitants vendent, certes, une partie de la récolte, mais le plus souvent, ils rachètent les mêmes produits en cours d’année.

3 Assemblée provinciale de Taroudant, session ordinaire d’avril 1986.

4 « Après l’exposé présenté par M. le Président du conseil, l’ensemble des élus du conseil ont appuyé l’idée que les familles qui ont subi un préjudice devaient s’adresser à la justice pour défendre leurs intérêts et obtenir la restitution de leurs droits sur les terres que les pouvoirs publics leur ont distribuées. » Procès-verbal de la session du conseil communal de Taliouine, avril 1986, f° 5.

5 En effet, à peine élu président du conseil communal, l’un des membres de la famille Aït Lah... a demandé la réintégration au domaine foncier communal des terres distribuées aux masâkîn. Ainsi, au cours de la session d’avril 1984, « le président du conseil a montré que la commune avait vivement besoin des terres du pacha distribuées aux masâkîn pour accroître ses recettes et disposer d’un plus grand nombre de terres pour qu’elle les exploite dans le futur » (procès-verbal de la session d’avril 1984, 5.). Les élus dans leur ensemble étaient d’accord avec cette proposition. Déposséder les petits propriétaires, les masâkîn, semble être le dessein de tous les grands notables de cette région. Ainsi, le président du conseil communal d’Ighiloughou, commune voisine de Taliouine, qui possédait une grande partie des terres de sa commune, a lui aussi intenté un procès pour déposséder les masâkîn, auxquels avaient été distribuées les terres séquestrées au pacha. Comme la famille Id…, il a prétendu que les terres distribuées lui appartenaient. L’introduction de cette requête auprès du tribunal a soulevé contre ce notable la colère de la population d’Ighiloughou. Sa popularité s’est considérablement affaiblie. Il semble que l’histoire foncière de cette localité ne se soit pas encore stabilisée.

6 Le souk Ltnine présente un profil très spécifique. En effet, à côté de sa fonction de marché hebdomadaire, il englobe également des maisons d’habitation et des boutiques fixes qui ouvrent leurs portes toute la semaine.

7 À partir de 1986, le Mouvement populaire va changer de président. Aherdane a été renversé et le parti accusé de détournement de fonds publics. Certains hauts fonctionnaires du ministère des Postes et Télécommunications ont été interpellés par la police... Tous ces remous ont provoqué de profondes incertitudes chez les notables locaux.

8 Formules qui reviennent souvent dans les procès-verbaux des sessions du conseil communal.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Patrimoine foncier des notables de Taliouine
Légende Source : enquêtes de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 2. Les activités du souk Ltnine
Légende Source : enquêtes de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 3. Composition politique du conseil communal de Taliouine
Légende Source : enquêtes de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540