Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

III. Le temps des notables-caïds et du pouvoir souverain

Thami al-Glaoui ou l’émergence d’un pouvoir parallèle fort au Maroc (fin xixe-milieu xxe siècle)

Yvonne Samama

Texte intégral

  • 1 Victime de la première révolution industrielle apparue sur le vieux continent et de tous les progr (...)

1Profitant des difficultés économiques dont souffrait le Maroc, la France signait, en 1912, le traité de Fès, garant de sa politique de protectorat mais aussi de la restauration de l’économie défaillante et des disparités politiques du royaume1. Largement fragilisée, déjà, au xviiie siècle, la monarchie connaissait de graves difficultés. Le déficit du Trésor était aggravé par les harka (campagnes militaires) que le makhzen livrait aux tribus, lesquelles, ne reconnaissant pas l’autorité du sultan, refusaient de s’acquitter de l’impôt.

2En prêtant main-forte soit au makhzen menacé, soit aux dissidents qui voulaient s’imposer, des notables locaux ont trouvé une formidable occasion de s’affirmer et de s’ériger en chefs puissants. Par exemple, grâce à leur concours, Hassan Ier a confirmé son pouvoir au xixe siècle et Moulay Hafid a détrôné son frère ‘Abd al-‘Azîz, jugé inapte face à la politique impérialiste des Français. Loin d’être les défenseurs inconditionnels de l’intégrité politique marocaine parmi ceux qui avaient autrefois défendu la monarchie contre l’envahisseur, certains pouvaient se retourner contre elle et épouser la cause ennemie pour préserver ou développer leur autorité. Ainsi, le 11 octobre 1912, la Résidence française, incarnée par le maréchal Lyautey, avait obtenu la collaboration des caïds de l’Atlas, qui obtinrent des pouvoirs qu’ils n’avaient jamais eus jusque-là. En échange de leur domination, ils devaient assurer au protectorat la pacification des tribus hostiles au gouvernement central (bilâd al-sîba) et la collecte des impôts.

  • 2 Madani et son frère Thami, unis pour la cause à leurs principaux rivaux, Mtougi et Goundafi, ont p (...)

3Symbole de cette forme d’émergence notabiliaire, la famille Glaoui s’est affirmée dans la première moitié du xxe siècle pour atteindre le sommet de sa gloire à travers la personnalité de Thami2. Une question se pose : comment cet homme, né à Télouet dans un milieu rural modeste, a-t-il pu se hisser au rang des plus grands, au point de menacer le sultan Mohammed V et de représenter officiellement le Maroc sur la scène internationale ?

Télouet, un site stratégique habilement exploité

L’exploitation de Télouet par la communauté locale

4Situé dans le Haut-Atlas marocain, entre Marrakech et Ouarzazate, Télouet désigne aujourd’hui une commune rurale regroupant plusieurs douars autrefois ennemis. Imaounine, qui était sans doute la Télouet initiale, en est aujourd’hui le chef-lieu. Depuis des temps reculés, Télouet et sa région ont connu une fréquentation importante et diversifiée. Ici, le Haut-Atlas est traversé par plusieurs cols. D’ouest en est, certains de ces cols – Tizi n’Masho, Tizi n’Tichka, Tizi n’Test et Tizi n’Tlouet – le rendent praticable. Le col de Télouet, situé à environ 2 400 m d’altitude et dont l’accès est facilité par l’asif n’Aït Reba supérieur (rivière de Aït Reba), qui coule dans une large vallée, véritable plaine à 2 000 m d’altitude (Célérier, 1927, 479), « [...] correspond à un abaissement très marqué de l’axe de la montagne entre la muraille cristalline et volcanique du centre et l’élargissement de la chaîne dans la région de Demnat » (Célérier, 1924, 194).

  • 3 Y siégeaient « les grands marabouts nasirya, chefs d’une des confréries les plus actives du Maroc (...)
  • 4 Voir : Célérier, 1927, 479, pour plus de détails sur les itinéraires empruntés.
  • 5 Par Sidjilmassa, depuis une époque très ancienne, transitaient « les caravanes qui se rendaient au (...)

5Déjà à l’époque phénicienne et punique, au-delà du Maghreb, nœud essentiel de communication, le col de Télouet était connu des géographes et des voyageurs (commerçants et pèlerins) sous le nom de « porte de Deren (porte de l’Atlas) » (Delafosse, 1924, 153 ; Célérier, 1920, 479). Toute caravane qui voulait le franchir devait au préalable passer par Imaounine qui désigne, selon l’étymologie populaire, « ces bouches [ici : portes] là-bas ». Le col de Télouet permettait en premier lieu de gagner, à l’ouest, les régions riches et peuplées du Maroc (la vallée du Sous), puis le coude du Drâ vers la zaouïa de Tamgrout3 et enfin le Tafilelt par le Dadès et la région du Todgha4. C’était, depuis des temps reculés, « la route la plus fréquentée vers le pays des ‘nègres’« , via Sidjilmassa, « dont le nom a disparu de la mémoire des indigènes », qui fut la « capitale d’un État prospère » et « s’enrichit du trafic transsaharien5 ». Les caravanes qui passaient par là allaient approvisionner le souk de Fès et celui de Marrakech, vers lesquels convergeait le réseau des voies de montagne. Il profitait également au pays Glaoua, qui comptait de nombreux marchés, comme celui de Télouet, installé par Ahmad Amazwar, caïd du village, et celui de Taznaght, noté par Charles de Foucault (1888, 109) dans la deuxième moitié du xixe siècle. Une fois par semaine s’y échangeaient notamment de l’huile du Sous, des dattes du Drâ, des grains et du bétail des montagnes.

6Compte tenu de l’altitude (1 850 m) du col de Télouet, les pistes enneigées ne permettaient pas toujours aux nombreux pèlerins et aux caravanes de repartir. Et il n’est pas interdit de penser que certains d’entre eux ont songé à s’y installer, d’autant que les nappes phréatiques y sont importantes.

  • 6 D’ailleurs, témoigne de l’existence du courant religieux ancien dans la région le grand nombre de (...)
  • 7 « … L’une des principales branches berbères constituant la branche des Baranis. Les Masmouda posti (...)

7Comme l’atteste la présence des nombreuses tombes maraboutiques6, le site de Télouet a été probablement tôt peuplé. D’ailleurs, l’historien al-Bekri au xie siècle, puis Ibn Khaldoun au xive, évoquaient à leur époque la présence de Masmouda7 dans la région, alors qu’aujourd’hui, les villageois descendent des Sanhaja. Ceci suppose que Télouet et ses environs ont été le théâtre de conquêtes et de migrations successives, entraînant sans aucun doute des bouleversements politiques et humains importants.

8Lorsque la communauté a été jugée suffisamment importante, l’exploitation topographique de la région a pu nécessiter une protection des pistes et des cols à rentabiliser. En échange de leur sécurité, les voyageurs acceptaient d’acquitter les taxes imposées par la tribu Glaoua. Aussi l’aire de Télouet a-t-elle probablement bénéficié assez tôt d’un rayonnement économique dépassant le cadre régional et celui du royaume. S’y rencontraient quotidiennement les paysans musulmans et les artisans et commerçants juifs qui, en principe, privés du droit de possession foncière, effectuaient de longs périples et attiraient beaucoup de passage, engendrant ipso facto un dynamisme économique important.

9Si leur statut de dhimmi (« protégés ») ne leur permettait pas de se mêler physiquement au combat, ils y participaient largement par leur artisanat et leur assistance technique. Ils fabriquaient des selles, des armes, des greniers fortifiés. Ils accompagnaient l’armée en vue de réparer le matériel détérioré. Se priver d’eux revenait à se priver d’équipement, mais aussi d’argent puisqu’ils étaient également usuriers.

L’exploitation de Télouet par le makhzen

  • 8 « Sous Hassan Ier, Mohamed al-Goundafi est un influent cheikh du Haut-Atlas ». Laroui, 1993, 159.

10Dans ce Maroc peu peuplé, les disparités étaient grandes. Confrontés à des exigences financières de plus en plus lourdes, les sultans multipliaient des harka coûteuses contre les tribus qui refusaient de payer l’impôt. Éprouvant des difficultés à gouverner, ils avaient besoin d’alliés puissants pour se maintenir ou s’imposer. Exploitant l’ardeur des ambitieux, le roi, s’il ne voulait pas voir sa situation compromise par un chef devenu plus puissant que lui, devait, par un jeu subtil, veiller à entretenir les rivalités. Aussi, au même titre que l’ascension des Mtougi et Goundafi8, celle du Glaoui a-t-elle sans doute été largement encouragée par le makhzen, contraint de nommer caïds et gouverneurs représentants son autorité (Laroui, 1993, 159).

11On peut aisément imaginer que la communauté qui vivait à Télouet, forte de la topographie du site qu’elle occupait jalousement, a dû choisir parmi les siens un interlocuteur compétent, capable de négocier avec le makhzen et partageant les vues des notables locaux. Ainsi, au début du xxe siècle, en choisissant Ahmed al-Glaoui puis son fils Madani pour assumer la charge de caïd, le sultan Moulay Hassan Ier confirmait directement le choix de la communauté berbère.

12Les grands seigneurs qui dominaient respectivement les cols de la région – Tizi n’Tanout, Tizi n’Test, Tizi n’Tlouet et Tizi n’Tichka – contrôlaient les principales voies de communication sillonnant le Haut-Atlas et reliant de nombreuses régions du Maroc. Le médiateur notabiliaire choisi était chargé de représenter au mieux les intérêts économiques et de préserver l’identité institutionnelle et culturelle du groupe, auquel il garantissait une légitimité et une forme d’autonomie. Par ce biais, il protégeait le pouvoir central de la dissidence. En échange des impôts et des taxes perçues aux cols, les coutumes et les assemblées locales étaient respectées.

  • 9 Hamou était le gendre de Madani, Brahim le fils de Thami.

13Dès la fin du xixe siècle à Télouet, par l’intermédiaire du Glaoui, les notables locaux devenaient, à leur niveau, des représentants du pouvoir central au service de leur communauté. Ils cumulaient souvent les fonctions de propriétaires terriens, d’éleveurs et de commerçants. Il leur fallait être riches, puisque leur hospitalité était source d’information : « [...] au courant de tout, des affaires de tous, [...] naturellement désigné(s) ou accepté(s) comme membres de la djema‘a de [leur] douar ou de [leur] fraction » (Leveau, 1985, 242-245), ils constituaient une administration hiérarchisée. Désigné par le Glaoui, le khalifa s’adressait au cheikh qui, à un niveau inférieur, se renseignait auprès du muqaddim, en rapport constant avec la population d’un douar. En outre, dans chaque tribu soumise était construite une casbah au sein de laquelle l’administration, chargée d’observer la région, rendait des comptes au caïd des caïds (Hamou puis Brahim9) de Télouet. Ces derniers organisaient régulièrement des réunions. Avec une harka, ils mataient les révoltes et prélevaient les impôts au nom du makhzen et pour eux.

  • 10 « Des dynasties successives de sultans ont enrichi Marrakech des plus beaux spécimens d’architectu (...)
  • 11 Selon toute vraisemblance, le toponyme de Télouet semble avoir également désigné, par le passé, le (...)

14Le sultan ne pouvait que se satisfaire des conquêtes de ses représentants officiels. Toutefois, il devait accepter de voir se développer un champ économique et politique parallèle au sien, susceptible de menacer son autorité. Dans ce cadre, l’épanouissement de Télouet était une arme à double tranchant. Son rayonnement était indispensable au développement des villes impériales comme Fès et Marrakech, également rivales10, mais Télouet leur portait également atteinte. Sa force militaire garantissait le ravitaillement de ces cités qui, dans le même temps, n’étaient plus les principaux fondouks du Maroc. La localité d’Imaounine11 (douar de Télouet), située dans le premier petit bassin que toute caravane devait franchir pour poursuivre sa route, est, à ce titre, devenue rapidement un poste de surveillance d’une très grande importance. Dès 1870, elle était dominée par une casbah, château, base militaire et vaste résidence de l’amghar, chef tribal, et de ses clients (Julien, 1978, 224). Dès le xxe siècle, désireuse de réunir toutes les fonctions, Télouet est devenue le pôle économique, humain, politique et religieux de la tribu des Glaoua, alors dominée par la famille Glaoui, en principe au service du sultan.

Naissance d’une notabilité

  • 12 « Ce wâlî serait le descendant de Mohamed Salah, cheikh d’Asni. » Voir : Pascon (1977, 59) pour de (...)

15Au début du xixe siècle, le territoire Glaoua était placé – au même titre que ceux de Ghoujdama, Fetouaka, Demnate, Zemrane, Sraghana, notamment – sous l’autorité d’un caïd arabe de la plaine, Hachmi Zemrani (Pascon, 1977, 305). D’après la tradition orale, c’est à cette époque qu’est né le mythe, religieux et militaire, de la famille Glaoui, exploité par le makhzen, d’une part, et plus tard par le Protectorat français à travers la personne de Thami, qui lui a fait allégeance. C’est dans ce champ temporel précis, au xixe siècle, que Ahmed Amazwar, le premier des Glaoui installé dans la région, serait venu par le chemin des caravanes. Sa mère, une ancienne esclave noire de Doukkala descendant d’une famille maraboutique, l’aurait accompagné et lui aurait transmis sa baraka (bénédiction divine). Héritant également de la baraka du wâlî vivant, Abdsadakr12, auprès duquel il s’est installé, il est devenu amghar de Télouet, a épousé la fille de Hajj Mohamed de Tarhennoust et a accédé à la fonction de cheikh. En bon musulman, il connaît le Coran et possède un pouvoir d’arbitrage important, d’autant que le mythe fondateur de Télouet s’appuie sur l’arrivée de quatre marabouts ayant acheté le site.

  • 13 Temjoujt est aujourd’hui un douar de Télouet, mais les gens d’Imaounine affirment que « les gens d (...)
  • 14 Voir, pour plus de détails : Pascon, 1977, 306-310. Selon une deuxième version qui rappelle la lég (...)

16Après de sérieux démêlés avec son beau-frère, inquiet de son pouvoir grandissant, Ahmed Amazwar dut se réfugier dans la tribu voisine des Aït Ounila, ennemis héréditaires des Aït Télouet, où il mourut. Son fils Mohamed, surnommé Tbibt (tbibt : passereau), remarqué en 1856 par le makhzen pour sa victoire sur le clan qui avait autrefois rejeté son père, se vit confier l’administration des Aït Télouet, des Aït Ounila et des Aït Tamanat (Aït Temjoujt13) qui s’étaient alliés à eux lors de la dernière bataille (Pascon, 1977, 305). Ses différentes expéditions guerrières et sa victoire sur les Aït Ouaouzguit lui avaient permis de nouer des alliances politiques intéressantes et de devenir légitimement le plus grand seigneur de l’Atlas14.

  • 15 Cette nouvelle acquisition, à l’origine de la formidable expansion de la puissance Glaoui, est cep (...)

17Motivé par l’affirmation du pouvoir et aidé par une opportunité inespérée, Madani al-Glaoui, fils de Tbibt, avait très rapidement affirmé sa domination militaire sur ses voisins. Ainsi, en 1894, le roi Moulay Hassan Ier, harassé et revenant d’une expédition au Tafilelt, se vit bloqué dans l’Atlas par une tempête de neige alors qu’il tentait d’emprunter le col de Télouet pour se rendre à Marrakech. Informé du péril, Madani sut tirer profit de la situation en réservant au Sultan un accueil exceptionnel. La reconnaissance du Sultan lui valut d’être nommé par lui khalifa pour tout le Sud (Todgha, Tafilelt et Feija) dans l’espoir, sans doute, de mater ceux dont il n’avait pu venir à bout (Julien, 1978, 312-313). Il reçut également de sa part un canon Krupp, des obus et des fusils modernes15. L’armement servit à de nouvelles conquêtes et permit à Madani d’élargir le contrôle Glaoui sur les voies terrestres et sur les échanges. Ainsi, déjà maître de la meilleure route vers le Haouz de Marrakech, le plus grand seigneur de l’Atlas étendit sa domination sur tout le bassin supérieur du Drâ et sur celui du Sous. Avec la défaite des Aït Ouaouzguit en 1913, « [...] le Glaoui voyait s’ouvrir devant lui un double horizon grâce à la voie longitudinale du sud : c’était à l’est les oasis et le Tafilelt, la route légendaire des caravanes à travers le désert, c’était à l’ouest les riches cultures du Sous surpeuplé et la mer [...] » (Célérier, 1924, 97). Maîtres du passage, les caïds Madani et, plus tard, Thami étaient les « portiers » du Haut-Atlas. Ils pouvaient ouvrir ou fermer aux pèlerins un axe commercial essentiel.

Des acteurs politiques sur une scène internationale

18Si l’importance de la famille Glaoui n’a cessé de croître au service du sultanat, au cours du xixe siècle, c’est véritablement à l’époque de Thami al-Glaoui qu’elle a atteint son sommet. Dès la fin de la première moitié du xxe siècle, un concours d’éléments endogènes et exogènes imbriqués a été à l’origine de l’affirmation soudaine de la notoriété de Thami, qui allait désormais être politiquement impliqué à un niveau mondial.

  • 16 Discours des habitants de Télouet en 1998.

19D’une part, Madani, le chef de la tribu Glaoua du Sud, venait de mourir. Thami, qui possédait déjà le pachalik de Marrakech, s’est vu également attribuer par la Résidence la charge de son frère. Le cumul des deux fonctions lui donnait une puissance démesurée, faisant de lui le « deuxième sultan du Maroc ». D’ailleurs, on disait à l’époque : « De Rabat, le sultan gouverne le Nord. De Marrakech, le Glaoui gouverne le Sud »16. En outre, « le caïd savait fort bien que sa situation comme second sultan dans le Sud dépendait des Français, et il savait aussi que les Français n’avaient pas d’autre choix que de dépendre entièrement de lui » (Maxwell, 1966, 141). De plus, à une époque où le phénomène urbain n’était pas très développé, Télouet, eu égard à son rayonnement, était devenue la capitale du Glaoua sud et il fallait compter avec elle.

  • 17 Forts de leur nouvelle place dans le monde, passant outre leur politique extérieure, les deux gran (...)

20D’autre part, si la conjoncture marocaine avait permis l’émergence d’une figure comme celle de Thami, le contexte politique international avait joué dans le même sens. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’équilibre des grandes puissances s’était modifié, les rapports de domination et les enjeux avaient changé, l’Europe avait perdu sa souveraineté et l’image de la France s’était ternie aux yeux de ceux qu’elle avait soumis. Le mouvement de décolonisation, grandement encouragé par les États-Unis et l’Urss, permettait d’affaiblir économiquement l’Europe, jusque-là trop puissante à leurs yeux17.

21Le maréchal Juin qui, dans les derniers moments du Protectorat, incarnait la Résidence française au Maroc, semble avoir repris à son compte la blessure de la France. Bafouant les termes du traité de Fès, il imposait une autorité abusive au sultan Mohammed V, qu’il traitait comme son sujet et privait ouvertement d’une partie de ses pouvoirs sans tenir compte des ordres de la métropole. Dès 1950, le roi abusé avait réclamé la stricte application du traité, donc le droit « naturel de désigner librement ses représentants à l’intérieur de son pays tels que les pachas, caïds et cadis » (Julien, 1978, 232).

  • 18 Les officiers nationalistes qui avaient chassé le roi Farouk d’Égypte proclamaient la République e (...)
  • 19 Les Cahiers de la République, n° 6.

22La France s’accrochait désespérément à ses possessions territoriales, qui devaient l’aider à préserver son honneur et à redresser son économie défaillante. Entraînée malgré elle dans la spirale géopolitique mondiale, elle luttait à contre-courant. Déjà en 1944, à Brazzaville (Congo), le général de Gaulle avait soulevé la question de l’autonomie des colonies. À partir de 1950, les premiers peuples émancipés soutenaient les mouvements de libération. Aidée, en 1952, par l’indépendance totale de l’Égypte18, État arabe, la cause marocaine, devenue internationale, bénéficiait d’un service de propagande très efficace, surtout au Caire, aux États-Unis et, en France, chez les intellectuels de gauche. « Le thème essentiel de cette propagande était que seul le sultan, en sa qualité de chef spirituel de son peuple, avait le droit de parler au nom de son pays » (Maxwell, 1966, 181-182). Le 4 octobre 1951, le groupe arabe demandait que le problème marocain fût présenté à l’assemblée des Nations Unies. Le 18 novembre 1951, le sultan, dans son discours du Trône, déclarait qu’il souhaitait voir s’établir de nouveaux rapports avec la France, sur la base d’une complète souveraineté nationale (Maxwell, 1966, 185). Et en 1952, les États-Unis votaient, à l’Onu, l’inscription du problème marocain à l’ordre du jour de la 7e section19.

23Abandonnée par la communauté internationale, la France était affaiblie par un schisme politique opposant métropole et Résidence, laquelle, pour ne pas perdre la face, utilisait l’appétit des plus puissants (caïds et chefs religieux) pour imposer sa volonté. Déterminé à exploiter les rivalités internes et les rapports de domination pour arriver à ses fins, le maréchal Juin pratiquait la politique du pire. Il avait choisi de mettre entre les mains de Thami al-Glaoui un pouvoir démesuré, susceptible de lui échapper mais capable de le soustraire aux ordres officiels de la métropole.

24Les motivations des adversaires du sultan, qu’elles aient été, à la base, idéologiques, mercenaires ou influencées par la politique mondiale, étaient fortement imprégnées d’animosité individuelle. Le frère cadet de Kittani, ‘Abd al-Hay, avait juré de tirer vengeance de la dynastie des Alaouites et de tout sultan alaouite qui monterait sur le trône (Maxwell, 1966, 94). En 1909, Mohamed al-Kittani, le chef de la secte des Kittaniyyîn, un jeune sharif descendant du Prophète, avait été tué sous les ordres du sultan Moulay Hafid.

  • 20 « Il débuta sous la forme d’un petit nombre de groupes éparpillés qui, par la suite, s’unirent sou (...)

25Quant à Thami al-Glaoui, rongé par la rancœur, « [il] avait juré de déposer le sultan et de l’humilier comme il l’avait été lui-même [...] » (Maxwell, 1966, 187). Il ne pouvait oublier les déboires qu’avait subis toute la famille Glaoui après que son frère Madani (dont il était pourtant le rival) eut été destitué de son poste de grand vizir par Moulay Hafid en 1911 (Julien, 1978, 235), alors qu’il avait porté ce dernier au pouvoir avec l’aide de deux autres seigneurs de l’Atlas, Mtougi et Goundafi. Conjointement aux animosités individuelles, d’autres menaces pesaient sur le makhzen. Les notables ruraux les plus puissants ressentaient en majorité le nationalisme comme une menace latente à l’encontre d’un système qui leur aurait permis de transformer leur statut en richesse foncière. Pour être conservée, cette richesse avait besoin de l’appui de la bureaucratie française, menacée également par les revendications du parti nationaliste, qui avaient commencé dès 192620 alors que Moulay Youssef était encore sultan. Fondé en 1944, le parti demandait « l’indépendance du Maroc dans son intégralité nationale sous l’égide de Mohammed V [...] et l’intervention d’un gouvernement démocratique [...] définissant les droits de chacun, fondant l’attachement à l’Islam, à la langue arabe et à la fidélité au trône » (Julien, 1978, 190). La sympathie obligée de Mohamed V pour le parti de l’Istiqlal – il voyait dans cette situation le moyen d’être reconnu et légitimé par le sultan « dans la mesure où cela était compatible avec sa parole jurée d’aider les Français jusqu’à leur victoire sur l’Allemagne » (Maxwell, 1966, 176) – ne pouvait jouer en sa défaveur aux yeux du monde puisqu’elle ne remettait pas en cause les termes du traité de Fès. Toutefois, les orientations politiques du sultan ne répondaient pas non plus aux aspirations de ses sujets. Pour certains d’entre eux, l’Istiqlal symbolisait la bourgeoisie des villes, qui méprisait le monde rural, comme l’exprime d’ailleurs clairement le docteur Linarès lorsqu’il écrit, à propos de l’« amazighaphobie » (haine des Berbères) du makhzen et des Fasis : « Le sentiment n’est pas seulement le fait de crainte et de rancune, il est nourri par la pitié méprisante qu’éprouvent les hommes d’esprit à l’égard des ignorants, par la réprobation que sentent de pieux croyants envers des gens qui connaissent mal les préceptes du Livre Saint et les transgressent sans cesse » (Le Tourneau, 1987, 207). Les tensions étaient d’autant plus vives que les Alaouites avaient pris le parti d’associer les Fasis au gouvernement en recrutant parmi eux des vizirs et des personnages importants.

  • 21 « Hafid [...] prit pour première épouse Rabiaa, fille de Madani, et celui-ci épousa à son tour une (...)
  • 22 Le Glaoui a publiquement affirmé : « Ma famille est venue d’un village non loin de La Mecque. Notr (...)

26En la personne de Thami al-Glaoui, lié à la maison royale par voie de mariage21, le Protectorat avait trouvé un fervent rival du sultan. Toutefois, l’image de la piété (Mohamed Amazwar, grand-père paternel de Thami) et de l’invincibilité Glaoui (Madani, son frère aîné, était devenu le chef de toute la tribu Glaoua sud), qui avait jadis servi le makhzen fragilisé, ne suffisait plus pour faire de Thami le représentant de la France sur la scène internationale. Il fallait la magnifier pour l’adapter aux valeurs occidentales dont dépendaient les ambitions politiques du gouvernement français, qui ne pouvait se contenter de l’ascendant d’un simple amghar devenu cheikh au xixe siècle. À celui qui allait devenir membre de l’Académie française (Thami), il fallait donner une lignée généalogique22 digne du sultan – voire supérieure à la sienne –, dont il était officiellement le rival (Julien, 1978, 291).

27La renommée religieuse des Glaoui, qui n’a eu qu’un médiocre écho au Maroc, a pourtant constitué un élément essentiel de la crédibilité de Thami aux yeux des Français. C’est pourquoi, dans une lettre de protestation datée du 24 novembre 1933, il a prié le sultan Mohamed V de confirmer l’ascendance chérifienne mise en doute par le journaliste G. Babin et à laquelle il prétendait.

28Reconnu par les siens, mais aussi par la communauté internationale, Thami al-Glaoui devait vivre comme un Grand et se montrer généreux avec les gens de sa tribu, mais aussi avec ses hôtes, ce qui justifiait la richesse de ses palais, le nombre de ses esclaves et de ses concubines ainsi que son train de vie en général. D’ailleurs, « [...] pour faire face à ses prodigalités, le Glaoui disposait d’immenses ressources, d’abord en terres : la plus grande concentration foncière connue au Maroc, et de loin, distançait largement la propriété du souverain durant le Protectorat (plus de 25 000 ha) » (Julien, 1978, 225).

29De son côté, récupérant à son profit la cause des tribus opprimées par les puissants seigneurs ainsi que l’affaiblissement de l’Europe et le mouvement général de décolonisation, le sultan Mohammed V avait sans doute compris que le moment était venu pour lui de se dégager du traité de Fès signé en 1912. Face au nouvel équilibre international, on peut penser qu’il a vu enfin le moyen de rendre à son royaume autonomie et dignité. Bien que n’ayant pas signé les différents traités qu’avaient autrefois contractés ses prédécesseurs, il en était pourtant jugé responsable par ses sujets en tant qu’héritier du trône.

30Face au sultan qui refusait d’avaliser les réformes proposées par la Résidence, Juin usa de la force militaire des seigneurs ralliés à sa cause. Aussi, le 23 février 1951, les caïds du Sud marchèrent-ils sur Rabat avec le Glaoui et 10 000 cavaliers, malgré l’interdiction de Robert Schuman, alors ministre des Affaires étrangères, de déposer le sultan par la force. Le 20 mars 1953, le Glaoui tentait un nouveau coup de force en faisant signer à vingt caïds une pétition demandant la déposition de Mohammed V.

31Profitant des abus politiques du Protectorat et de sa mauvaise presse sur la scène internationale, Mohammed V pointait l’incohérence et l’incurie de la politique française, d’autant que le traité de Fès avait pris « l’engagement de prêter un constant appui à sa majesté chérifienne contre tout danger qui menacerait sa personne ou son trône ou qui compromettrait la tranquillité de ses États » (Julien, 1978, 235).

32Déposé, le sultan est contraint de quitter son pays avec ses deux fils dans la nuit du 20 août 1953. La proclamation de Ben Arafa (cousin du sultan) comme vice-roi, sur les conseils de Thami, révèlent la cohésion du peuple marocain et du mouvement nationaliste. Jamais, semble-t-il, la monarchie, présentée comme martyre et idéalisée par la population, n’a été aussi forte. En refusant de se soumettre à la France, Mohamed V a fait montre de courage et de fermeté, contrairement au sultan ‘Abd al-‘Azîz, qui avait accepté le statut de protégé, et à Moulay Hafid, contraint d’abdiquer. Il y a gagné en prestige.

  • 23 Entendu ici comme étant la présomption d’un pouvoir surnaturel. Cf. Laroui, 1993, 128.
  • 24 « La bay‘a est une institution d’origine coranique. Elle exprime l’idée de serment et de contact : (...)

33L’impact de la baraka23 et celui de la bay‘a24 justifient sans doute pour une grande part l’attentat contre Ben Arafa et le Glaoui. Face aux envahisseurs et à leurs exécutants nationaux, le clivage ruralité/citadinité avait disparu. Il ne s’agissait plus de s’affronter pour des raisons économiques et ethniques, mais de lutter ensemble pour chasser l’imposteur, ennemi commun, et ses représentants qui pillaient le pays. Le Protectorat déchu entraînait dans sa chute le Glaoui, soudain conscient d’avoir été manipulé et impuissant face à la nouvelle situation.

34Si, après le deuxième conflit mondial, le général de Gaulle avait compris qu’il fallait rendre leur liberté aux pays soumis, nombreux étaient les Français qui soutenaient la Résidence, soucieuse de conserver ses acquis économiques. Face au mouvement de décolonisation mondial encouragé par l’Onu, la France, qui en faisait partie, ne pouvait contraindre ceux qui s’étaient battus à ses côtés. Pour ne pas affronter la communauté internationale et la France mise en porte-à-faux, le maréchal Juin a tenté d’exploiter à son profit les rivalités et les tensions du royaume.

35Une épreuve de force s’était engagée entre le Protectorat humilié et le makhzen, désireux de reprendre sa liberté. Le sultan Mohammed V et le Protectorat français ont choisi de régler leur conflit, une sorte de guerre froide, par personne interposée. Exploitant la soif de pouvoir d’un homme et son inexpérience en matière de politique extérieure, ils ont trouvé un médiateur commun dont ils avaient forgé et encouragé la notoriété, mythifiée pour la cause.

36Qui, mieux que Thami al-Glaoui, aurait pu s’imposer sur la scène politique et devenir le rival officiel du sultan Mohammed V ? Ayant servi le makhzen par le passé, le Glaoui, allié à la maison royale par voie de mariage, était l’homme idéal. Devenu le propriétaire terrien le plus riche du Maroc depuis la mort de son frère Madani, Thami tenait sous sa coupe la moitié du royaume soumis à la politique de Marrakech et de Télouet.

37Pourtant, la chute de Thami al-Glaoui a été aussi spectaculaire que son ascension. Et l’on peut se demander si le sultan, conscient que l’indépendance de son pays devait passer par l’affirmation d’une autre puissance que la sienne, n’a pas participé sciemment à la fragilisation apparente de son pouvoir. Associé malgré lui à la politique du Protectorat français, Mohammed V n’a-t-il pas vu en Thami al-Glaoui le bouc émissaire rêvé, ayant assez de carrure et de prestige pour endosser à sa place le fardeau des traités ?

38Quoi qu’il en soit, le roi est sorti grandi de la crise franco-marocaine. Il a réussi à unifier le peuple marocain et à redonner à son royaume l’autonomie jusque-là perdue. Les attentats perpétrés à l’encontre de Thami et du vice-roi Mohamed Ben Arafa, le retrait des troupes françaises et les excuses de tous ceux qui l’avaient trahi – Thami en poupe, baisant ses babouches, front à terre – en sont le plus grand témoignage. Le nouvel équilibre provoqué par la Deuxième Guerre mondiale avait, certes, rendu au Maroc sa liberté. Toutefois, il le privait soudain d’une grande partie de sa dynamique économique. La proclamation de l’État d’Israël en 1948 a entraîné le départ en masse des membres de la communauté juive, malgré les discours réitérés du sultan en sa faveur.

Bibliographie

Bibliographie

Babin G., 1932, Maroc sans masques, t. 1 : Son Excellence, Paris, Ficker.

Brignon J., 1967, Histoire du Maroc, Paris, Hatier.

Célérier J., 1920, « Ce que nous savons de la géographie marocaine », Bulletin de l’Institut des hautes études marocaines, Paris, décembre.

Célérier J., 1924, « La position de Télouet et la politique glaoua », Bulletin de la société de géographie, t. 4, fasc. 3, 3e et 4e trim.

Célérier J., 1927, « L’Atlas et la circulation au Maroc », Hesperis Tamuda, n° 7.

Delafosse M., 1924, « Les relations du Maroc avec le Soudan à travers les âges », Hesperis Tamuda, n° 4.

Doutté E., 1914, Mission au Maroc. En tribu, Paris, Geuthner.

Foucault C. de, 1888, Reconnaissance au Maroc, Paris, Challamel et Cie.

Julien C.-A., 1978, Le Maroc face aux impérialismes, 1415-1956, Paris, Édition Jeune Afrique.

Laroui A., 1993, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain (1830-1912), Casablanca, Éditions du Centre culturel arabe.

Le Tourneau R., 1987, Fès avant le Protectorat, étude économique et sociale d’une ville de l’Occident musulman, Rabat, Laporte.

Leveau R., 1985, Le fellah marocain, défenseur du trône, Paris, Presses de Science Po.

Maxwell G., 1966, El Glaoui, dernier seigneur de l’Atlas (1893-1956), trad. de l’anglais par Jacques Papy, Paris, Fayard.

Montagne R., 1989, Les Berbères et le makhzen dans le sud marocain, Casablanca, Afrique-Orient, (réimpression d’après l’édition de Paris, 1930).

Pascon P., 1977, Le Haouz de Marrakech, Rabat, Editions marocaines et internationales, 2 vol.

Pellat C. (éd. et trad.), 1950, [Muqaddasi al-], « Description de l’Orient musulman au vie siècle (xe siècle de notre ère) », Baf, Alger, vol. IX.

Notes

1 Victime de la première révolution industrielle apparue sur le vieux continent et de tous les progrès scientifiques et techniques encouragés par le capitalisme naissant, le Maroc n’a pu se protéger de l’appétence des puissances européennes, que la concurrence poussait à trouver matières premières et nouveaux marchés. Après une longue série d’accords signés avec les autres puissances coloniales dès la fin du xixe siècle, la France a reçu des droits sur le Maroc alors qu’elle occupait déjà l’Algérie et la Tunisie. En contrepartie, la Grande-Bretagne avait carte blanche en Égypte, l’Italie en Tripolitaine et l’Espagne dans certaines régions marocaines servies par des ports méditerranéens (Maxwell, 1966, 78).

2 Madani et son frère Thami, unis pour la cause à leurs principaux rivaux, Mtougi et Goundafi, ont porté au trône Moulay Hafid, qui a usurpé la place de son frère Moulay ‘Abd al-‘Azîz, jugé trop faible. À eux trois, ils contrôlaient tous les cols de la région par lesquels s’établissaient les échanges commerciaux et humains. Récompensé par le nouveau sultan, « Madani [...] fut nommé ministre de la Guerre et ensuite grand vizir. Ce dernier titre faisait de lui un véritable dictateur administratif qui gouvernait tout le Maroc au nom du nouveau sultan Moulay Hafid. Il s’empressa de pourvoir tous les postes de caïds du sud avec des membres de sa famille [...] ». Maxwell, 1966, 78. C’est ainsi que son gendre Hamou, puis Brahim ont occupé l’un après l’autre la fonction de caïd de Télouet (caïd de tous les caïds de la région).

3 Y siégeaient « les grands marabouts nasirya, chefs d’une des confréries les plus actives du Maroc et dont le prestige religieux s’exer[çait] jusque dans les cantons les plus reculés ». Montagne, 1989, 141.

4 Voir : Célérier, 1927, 479, pour plus de détails sur les itinéraires empruntés.

5 Par Sidjilmassa, depuis une époque très ancienne, transitaient « les caravanes qui se rendaient au Iguinaoun [des Noirs] pour s’y procurer des esclaves et de la poudre d’or en échange de tissus, de verroterie et de baguettes de cuivre ». Delafosse, 1924, 28. Cette capitale, « grenier au milieu des sables », était cosmopolite et largement fréquentée. Al-Muqaddasi, au xe siècle, la décrit ainsi : « Cette ville [est] riche en dattes, en raisin frais et sec, en fruits, en céréales, en grenades et en produits agricoles divers ; elle plaît aux étrangers qui, de toutes parts, viennent en grand nombre... Le canton possède des mines d’or et d’argent ». Pellat (trad.), 1950, 150, cité par Brignon, 1967, 83.

6 D’ailleurs, témoigne de l’existence du courant religieux ancien dans la région le grand nombre de tombes maraboutiques (plus de vingt-deux) qui se trouvent dans le village et dans ses environs immédiats, et qui font encore l’objet de pèlerinages réguliers : Lalla Sfia Ali, Sidi Lahcen, Lalla m’Layd, Sidi Dawd, Sidi Abdul Bari, Sidi Ghit, Sidi M’Walghal, Sidi Wisaaden, Sidi Ahmed Waysa, Lalla Tabannajit, Sidi Mansur Uhamd, Sidi Hkim, Lalla Tambarkt, Sidi Ali Burish, Sidi M’Hamd u M’Bark, Sidi Bwifadden, Sidi Safadden, Sidi Safraren, Sidi Mimun, Sidi Sakri, Sidi Lahsen u Lhadj, Sidi Makhluf.

7 « … L’une des principales branches berbères constituant la branche des Baranis. Les Masmouda postislamiques paraissent avoir habité exclusivement l’extrémité occidentale du Maghreb. Et on les voit constituer avec les Sanhaja, autres Berbères Baranis, le fond du peuplement berbère de ce pays (le Maroc). Selon Ibn Khaldoun, les Masmouda étaient tous sédentaires ». Tiré de « Masmouda », Encyclopédie de l’Islam. Doutté (1914, 71) indique que les Masmouda « ont occupé depuis des temps reculés la chaîne du Haut-Atlas et les contrées voisines au nord et au sud ».

8 « Sous Hassan Ier, Mohamed al-Goundafi est un influent cheikh du Haut-Atlas ». Laroui, 1993, 159.

9 Hamou était le gendre de Madani, Brahim le fils de Thami.

10 « Des dynasties successives de sultans ont enrichi Marrakech des plus beaux spécimens d’architecture de leur temps, elle est devenue une cité royale, la capitale du sud et plusieurs souverains ont préféré les palais qu’ils y possédaient à ceux de Fès. En outre, au viiie siècle, les Idrissides ont fondé Fès, qu’ils choisirent comme capitale impériale, et elle demeura longtemps la seule ville importante du Maroc. Plus tard, sur la grande plaine fertile du Haouz, à quelque 500 m au-dessus du niveau de la mer et à 60 km environ du Haut-Atlas, naissait Marrakech. Sa position lui valut d’être le grand marché non seulement du Haouz mais de tout le territoire entre le Haut-Atlas et le Sahara, le comptoir de caravanes de chameaux venues des lointaines oasis du Sud ». Le Tourneau, 1987, 149.

11 Selon toute vraisemblance, le toponyme de Télouet semble avoir également désigné, par le passé, le douar d’Imaounine. D’ailleurs, encore aujourd’hui, on dit parfois « Télouet » pour désigner Imaounine.

12 « Ce wâlî serait le descendant de Mohamed Salah, cheikh d’Asni. » Voir : Pascon (1977, 59) pour des précisions bibliographiques.

13 Temjoujt est aujourd’hui un douar de Télouet, mais les gens d’Imaounine affirment que « les gens de Temjoujt sont durs ». Est-ce en souvenir des rivalités passées ?

14 Voir, pour plus de détails : Pascon, 1977, 306-310. Selon une deuxième version qui rappelle la légende de la Kahena des Aurès, à l’époque d’Amazwar, « la tribu des Glaoua, branche insignifiante d’une tribu beaucoup plus importante occupant un territoire dans le sud, avait été gouvernée par une femme » qui, selon la tradition orale du village, pourrait bien s’être appelée Télouet. Au milieu du xixe siècle, « Mohamed Ben Hamou (Tbibt) avait essayé de rassembler sous son pouvoir personnel les Glaoua éparpillés et d’autres tribus apparentées [...] ; mais il avait échoué de façon si éclatante qu’il avait dû chercher asile dans un lieu saint pour échapper à l’assassinat. Une fois dans ce refuge, il s’était mis à élaborer une longue intrigue au terme de laquelle il avait été nommé officiellement caïd de la région en 1859 [...]. Son fils aîné étant mort jeune, il eut pour successeurs Madani et Thami, nés à treize ans d’intervalle ». Maxwell, 1966, 37.

15 Cette nouvelle acquisition, à l’origine de la formidable expansion de la puissance Glaoui, est cependant sujette à discussion. Selon Montagne (1930), « Moulay el Hassan [...] lui [Madani] laiss[a] surtout un précieux témoignage de sa confiance. » Pascon, se fondant sur les observations d’un responsable de la mission militaire française qui se trouvait à Sidi Rahhal au moment de l’arrivée de Moulay Hassan, indique à propos du sultan : « [...] il nous semble que s’il a laissé cet armement, c’est qu’il n’avait pu passer l’Atlas avec, et si quelques caisses avaient manqué à l’arrivée, il ne pouvait en accuser un homme comme Madani, qui l’avait reçu avec tant de déférence. » Quoi qu’il en soit, Moulay Hassan mourut quelque six mois plus tard, et l’armement ne fut jamais restitué.

16 Discours des habitants de Télouet en 1998.

17 Forts de leur nouvelle place dans le monde, passant outre leur politique extérieure, les deux grands dénonçaient le colonialisme européen comme l’expression de l’oppression et de l’impérialisme. Dans un contexte aussi favorable, le moment était venu pour les pays dominés – dont le Maroc, notamment – de faire entendre leur voix. Eux qui avaient participé à la guerre pouvaient légitimement demander reconnaissance et indépendance, d’autant qu’avec l’appui des deux superpuissances, l’Onu avait inscrit dans sa charte fondatrice l’égalité des peuples et leur droit à disposer d’eux-mêmes. Bien que signataire des traités onusiens, la France, jalouse de la suprématie américaine, refusait de reconnaître l’indépendance de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc.

18 Les officiers nationalistes qui avaient chassé le roi Farouk d’Égypte proclamaient la République et, en 1956, le colonel Nasser en devenait le président et encourageait la lutte en Afrique du Nord.

19 Les Cahiers de la République, n° 6.

20 « Il débuta sous la forme d’un petit nombre de groupes éparpillés qui, par la suite, s’unirent sous un seul nom : Istiqlal (Indépendance). Au début, ses membres ne demandèrent pas l’expulsion totale des Français du Maroc, mais simplement que la France reconnût une fois pour toutes les différences entre un Protectorat et la colonie que le Maroc était devenu ». Maxwell, 1966, 160.

21 « Hafid [...] prit pour première épouse Rabiaa, fille de Madani, et celui-ci épousa à son tour une des filles du souverain ». Maxwell, 1966, 93.

22 Le Glaoui a publiquement affirmé : « Ma famille est venue d’un village non loin de La Mecque. Notre patriarche est Omar Ben Abd el Aziz, qui était le contemporain de Haroun el Rachid. Je tiens notre généalogie à votre disposition. Lisez d’ailleurs Ibn Khaldoun, vous serez documenté. Cette famille vint ensuite au Maroc et collabora avec tous les sultans jusqu’à la dynastie des Alaouites. Ensuite, vint du Tafilel Moulay Rachid qui fut sultan. Moulay Ismaïl est un grand aïeul ; ma signature est el Hadj Thami el Mezouari. Vous voyez ! Nous venons de loin dans le passé et nous avons toujours été des chefs ». Babin, 1932, 23.

23 Entendu ici comme étant la présomption d’un pouvoir surnaturel. Cf. Laroui, 1993, 128.

24 « La bay‘a est une institution d’origine coranique. Elle exprime l’idée de serment et de contact : ceux qui te prêtent serment d’allégeance prêtent serment d’allégeance à Allah » (Coran, 48 : 10). Cf. Laroui, 1993, 71.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540