Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

III. Le temps des notables-caïds et du pouvoir souverain

L’accession de Mohammed Bel Ouaer au caïdat

Un cas de compétition politique chez les Oulad Saïd (1855-1862)1

Mahmoud Ettayeb

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une version légèrement remaniée du chapitre VII de notre thèse (2002), Les Oulad Saïd (...)
  • 1 Cf. la littérature de l’école segmentaire, et en particulier : Gellner, 1969a et 1969b ; Valensi, (...)
  • 2 Pour Lucette Valensi (1977, 68), il ne pouvait y avoir d’individualité dans la société tunisienne (...)

1L’activité politique au sein des communautés tribales a souvent été envisagée sous un angle réducteur aboutissant la plupart du temps à la confiner, sans raison valable, dans une logique parentale « dévastatrice 1 ». Selon les travaux les plus réputés, les pratiques tribales seraient dénuées de tout rationalisme. Elles se limiteraient essentiellement à un « jeu » entretenu par des oppositions structurelles entre les éléments d’une tribu ou entre des confédérations plus larges. Lorsque des alliances se nouent entre les « factions » d’une même communauté, elles cèderaient rapidement le terrain à des luttes fratricides. Cela expliquerait que de longues périodes de conflit succèdent à de courtes phases de paix (Gellner, 1969a et 1969b). L’état de « guerre généralisée » qui sévit dans la tribu serait incompatible avec l’éclosion d’une action collective « constructive ». De plus, les liens agnatiques régissant les structures sociales de la tribu empêcheraient toute organisation de nature différente. Il paraît donc normal que le rôle politique proprement dit ne puisse être joué que par des éléments étrangers à ces entités tribales, à savoir un saint ou un pouvoir étatique2. Au premier, reviendrait la tâche d’arbitrer ; au second, celle d’assurer la sujétion. En l’absence de ces deux intervenants extérieurs, la vie tribale ne connaîtrait qu’anarchie ou marginalité.

2Vu sous cet angle, le comportement politique des tribus serait « subversif » dans son essence et entaché de toutes les suspicions. Il se limiterait souvent à des révoltes cycliques semant la panique et l’insécurité, l’État intervenant alors pour rétablir la paix et réprimer les bédouins insoumis. Pour E. Gellner (1969b, 3), la tribu n’existerait que par sa marginalisation politique et spatiale. L’approche d’Evans-Pritchard (1994, 147) va dans le même sens lorsqu’il écrit : « En vérité, l’hostilité permanente est une caractéristique de l’organisation tribale ». À cause de leurs luttes fratricides et du fait de leurs fréquentes révoltes, il serait donc difficile aux tribus d’enfanter une élite capable d’assurer une activité politique indépendante des liens agnatiques et agissant hors des frontières locales (Martel, 1992, 199).

  • 3 Nous nous sommes inspirés de l’article de Tudesq, 1993. Sur la notion de compétence, voir les trav (...)

3Pour revisiter cette approche du monde tribal, nous proposons d’analyser l’émergence d’un type de notabilité locale dans la Tunisie du xixe siècle : entre 1855 et 1862, en effet, Mohammed Bel Ouaer accède au poste de caïd des Oulad Saïd. L’appréhension de cette première manifestation de visibilité politique ne peut être réalisée qu’à partir d’une étude minutieuse du personnage, prenant en considération les actions et compétences qu’il a su mettre en œuvre et la façon dont il les a exploitées. Il nous a semblé utile, également, de mettre au jour les mécanismes qui se dégagent de son ascension politique et sociale, ainsi que les différentes étapes (compétition, conflit, médiation et négociation) de sa trajectoire3. Nous commencerons par une étude des ressources dont a pu disposer Mohammed Bel Ouaer, puis nous suivrons les étapes de l’affermissement de son autorité, jusqu’à la consécration de son ascension : sa « prise de pouvoir » caïdale.

Les fondements d’une notabilité tribale

  • 4 Un village porte actuellement le nom de Dar Bel Ouaer à l’emplacement de la maison familiale.

4La famille des Bel Ouaer nous est inconnue jusqu’au milieu du xixe siècle. Faut-il imputer cette absence de mémoire sociale au fait que Mohammed Bel Ouaer a été le premier membre de la famille à laisser son empreinte sur l’histoire de sa communauté4 ? C’est bien à partir de lui que commence le « temps » familial des Bel Ouaer. Mais la notoriété du personnage repose sur quatre assises qui peuvent expliquer une nouvelle visibilité publique et sociale au sein de la tribu des Oulad Saïd.

Le poids démographique non négligeable d’une fraction tribale

  • 5 Voir, respectivement : Tlili, 2000 ; Ettayeb, 1997 ; Mejri, 2000 ; Kraïem, 1976-1977.

5M. Bel Ouaer relève de la catégorie des notables « makhzéniens » comme plusieurs autres serviteurs de l’État de la même génération, issus du même milieu tribal : Ahmed Ben Youssef (Hamâma), Fredj Ben Dahr (Oulad Riah), Hadj Harrath (Frachich), Gaddoum Ben Mohammed (Majer), Ali Ben Khélifa (Neffat)5. Tous ont occupé, durant la même période, des postes administratifs locaux au sein de leur communauté ou dans leur région. Toutefois, contrairement à ses homologues, M. Bel Ouaer appartient à une fraction de tribu dont le poids démographique semble relativement faible : les frada Oulad Ahmed ne représentent que 6,4 % de la totalité des contribuables des Oulad Saïd. Fredj Ben Dahr, en revanche, profiterait d’une base plus solide, car les Drouo représentent environ 15,45 % de la population des Oulad Riah (Ettayeb, 1997). Quant à Ali Ben Khélifa, il s’appuie sur une fraction qui représente le quart des Neffat (Kraïem, 1976-1977, 73).

6La position des frada Oulad Ahmed serait médiane en quelque sorte, inférieure à celui des Oulad Abderrahman (14,61 %), mais supérieure à bien d’autres petites fractions. M. Bel Ouaer peut donc mettre à profit cette place médiane pour faire fructifier sa position au sein de la tribu des Oulad Saïd : il peut facilement faire passer ses ambitions sans rencontrer d’opposition farouche de la part de ses rivaux ; il peut prétendre à un rôle d’arbitrage et de conciliation lors des conflits majeurs opposant les différentes parties de la communauté ; enfin, la dispersion géographique des Oulad Saïd le long des côtes orientales de la Tunisie peut, le cas échéant, lui donner l’occasion d’établir un réseau de solidarités qui dépasse les frontières du caïdat de sa tribu.

Liens de sang et alliances au service d’un pouvoir économique

  • 6 Archives nationales de Tunisie (désormais : Ant), Série historique (Sh), C 36, dossier 421, docume (...)

7La notabilité du personnage repose aussi sur l’appui précieux que lui procurent les membres de sa famille. Les liens du sang sont mis au service d’une carrière de leader. Ses frères (Salah et Romdhan) et ses nombreux fils participent de façon active à la gestion du patrimoine familial et l’aident dans l’administration de ses fonctions au service du makhzen. Si M. Bel Ouaer laisse à ses fils une grande marge de manœuvre, il reste le premier responsable du devenir familial. Un pouvoir personnel et paternaliste est le trait principal de sa prééminence. L’intérêt qu’il porte à l’éducation de ses fils traduit non seulement une quête de distinction sociale, mais aussi un sens aigu de l’importance de l’écriture, perçue comme un moyen de médiation avec les différents cercles de pouvoir et comme un vecteur de transmission des aspirations du groupe. De plus, M. Bel Ouaer noue des alliances avec un notable appartenant à l’une des fractions des Zlass, les Mekhalif6, et qui sera pour lui, en 1864, un précieux informateur dans le Kairouanais, l’un des centres de commandement de l’insurrection.

  • 7 Ant, registres fonciers et administratifs, registre n° 1418, 17.
  • 8 Ibid., et Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43925, 1276/1860 (31 mars).

8Une importante fortune, également, est à la base de l’influence exercée par M. Bel Ouaer. Et il sut la faire fructifier tout au long de son ascension sociale et politique, faisant montre, en ce domaine, d’une indéniable maîtrise et d’un sens aigu des affaires. En particulier, il fut chargé de prendre en charge la gestion des intérêts fonciers et agricoles de plusieurs dignitaires beylicaux, ceux de Mohammed Baccouche par exemple7. Cette fortune lui permit de consolider sa position parmi les Oulad Saïd, et de tisser des liens d’amitié avec des personnages haut placés dans les sphères du pouvoir, du négoce et de la finance. Aussi sera-t-il l’un des maillons d’un réseau politico-économique englobant différents commerçants, dignitaires et rentiers, autochtones ou étrangers de diverses confessions, musulmans, chrétiens et juifs.8

Une aptitude aux médiations sociopolitiques

  • 9 Comme d’ailleurs beaucoup d’autres notables de l’époque voir : Chater, 1993.
  • 10 Ant, Sh, C 36 ; voir en particulier les dossiers 421 et 422.

9La place de M. Bel Ouaer a largement dépendu des rapports qu’il sut entretenir avec l’État beylical, à son époque9. Plusieurs aspects sur lesquelles reposaient sa notabilité, sa visibilité et son autorité étaient intimement liés aux charges « makhzéniennes » dont il avait la responsabilité. Dans l’exercice de ses fonctions, il entretenait des contacts réguliers avec diverses personnalités, aux différents échelons administratifs. Le volume de sa correspondance10 traduit bien ces échanges, faisant parfois apparaître des relations plus personnelles avec de hauts dignitaires.

10La gestion du patrimoine privé de nombreux membres de la cour beylicale, ainsi que la collecte des produits céréaliers provenant des loyers du domaine agricole public (dont l’hanshîr Enfida) lui ont également permis de tisser des liens très divers avec des partenaires influents. Népotisme, clientélisme, amitié, entraide et association sont autant de facettes enchevêtrées de ces relations. Enfin, il n’est pas exclu que sa participation à la gestion du circuit céréalier (secteur très prisé à l’époque) lui ait valu une influence qui dépassait largement les limites de son territoire tribal ou même régional. M. Bel Ouaer se présentait – ou se représentait – comme un personnage jouant plusieurs rôles grâce au maillage multiforme qui l’enserrait, lui ouvrant de larges perspectives.

11Une telle ambivalence n’est pas sans rapport avec son rôle de médiateur. Son rayon d’action traversa plusieurs secteurs d’activité et engloba différentes régions, de telle sorte qu’il put apparaître comme le maillon indispensable d’un réseau complexe de hiérarchies et d’enjeux.

Maîtrise de l’écriture et emblèmes onomastiques

12La maîtrise de l’écriture, bien que relative chez Mohammed Bel Ouaer, fut un signe de distinction sociale, une condition primordiale pour aspirer aux charges « makhzéniennes » et, par la suite, les exercer. Elle devient même une exigence lorsqu’il s’agit d’entretenir l’important flux d’informations échangées au sein des différents réseaux. Le rôle culturel du notable comporte, de fait, une fonction de communication complexe : chargé de répondre aux impératifs de divers centres de décision, il exprime aussi les besoins locaux. Cette tâche n’était pas sans provoquer des ambiguïtés dont attestent les registres de langue utilisés par M. Bel Ouaer dans ses messages et dans ses lettres.

13Autre capital symbolique, son prénom – Mohammed –, comme ceux de ses fils – Hussein, Belgacem, Omar, Ahmed, Sliman – sont riches en connotations historiques et religieuses. Ils laissent entendre une inscription de la famille dans la tradition de l’islam naissant et traduisent une proximité avec les pères fondateurs de l’islam : le Prophète (Mohammed, Ahmed), son fils (Belgacem), son neveu (Hussein), l’un de ses premiers compagnons (Omar, le deuxième calife de l’État arabe). Quant au prénom de Soliman (celui d’un prophète juif reconnu par le Coran), il permet d’insister sur l’ancrage de la famille dans la tradition monothéiste orientale. Par ailleurs, M. Bel Ouaer s’est donné – ou peut-être lui a-t-on attribué – le nom de Hadj (hajj : pèlerin), qualité du musulman pratiquant et assidu qui a effectué le pèlerinage. Il bénéficie donc d’une aura religieuse dont tous les musulmans ne peuvent se prévaloir, et profite d’une distinction sociale hautement honorifique à l’époque. Il essaie de transmettre cette aura à son fils aîné, qui portera désormais le prénom de Hadj M. Bel Ouaer.

14Une dernière interprétation onomastique est relative au nom de la famille, al-Ouaer, qui indique à la fois l’opiniâtreté, la force de caractère et le courage. Il suscite aussi la crainte et laisse présager des dangers pour ses adversaires potentiels. Cette « texture onomastique » suggère donc une volonté de distinction, et une tentative délibérée d’inscrire la famille dans la lignée du Prophète, de sa sainte famille et de ses proches compagnons. Ce capital culturel s’ajoute aux autres piliers pour lui conférer un statut de médiateur incontournable. Cependant ces appuis suffisent-ils, à eux seuls, pour lui permettre d’accéder au poste de caïd ? Ne faut-il pas faire montre au préalable de qualités politiques indispensables dans la compétition avec les autres protagonistes ? Ne lui faut-il pas mettre en œuvre ses compétences personnelles et utiliser ses relations pour pouvoir surmonter les différents obstacles qui jalonnent son ascension politique ? L’examen des étapes successives de la montée en puissance de M. Bel Ouaer permet de déceler la stratégie employée pour la réaliser.

Les étapes de l’affermissement d’un leadership

15La carrière politique de M. Bel Ouaer commença en 1855, avec la nomination d’un nouveau caïd, Mustapha Bunbachi, à la tête de la tribu des Oulad Saïd. Cette nomination met fin aux services d’al-Aroussi Ben Hmida, issu d’une famille qui avait monopolisé ce poste de 1839 à 1854 (Ettayeb, 2002, 103-104). Parallèlement à l’éviction de cette famille originaire du lieu, une compétition farouche s’enclencha pour occuper la charge caïdale. La désignation de Mustapha Bunbachi, non originaire de la tribu, ne fit qu’aviver une lutte qui devait durer presque sept ans (1854-1861) : ce fut le temps que mit M. Bel Ouaer pour accéder au caïdat. L’affermissement de la position de Bel Ouaer, au sein de sa communauté comme auprès du pouvoir central, s’effectua donc progressivement : il débuta par un arbitrage et se termina par la victoire du notable sur ses adversaires.

16Cette phase de transition mit en présence, outre Bel Ouaer, quatre acteurs principaux dans l’arène politique locale : l’assemblée des grands dignitaires (mi‘âd), le conseil judiciaire local, dhabtia, les jeunes cavaliers en service ou spahis, enfin la famille notable de Ahmed Ben Abid qui appartenait à la fraction la plus puissante en hommes, celle des Oulad Abderrahman.

La médiation entre le mi‘âd et le beylik

  • 11 Cet impôt fut institué entre 1855 et 1856 sous le règne de Mohammed Bey. Voir : Chater, 1984 ; voi (...)
  • 12 Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43880, automne 1856.

17Dans l’exercice de ses fonctions, le nouveau caïd Mustapha Bunbachi fut confronté à des difficultés croissantes qui traduisaient, directement ou indirectement, la rivalité opposant les prétendants au poste. Ils tentèrent de le discréditer, en exploitant le moindre faux pas, notamment lorsqu’il dût appliquer les mesures relatives à l’institution du nouvel impôt personnel (i‘âna ou capitation)11. Le mécontentement fut général. Pétitions et doléances furent envoyées aux autorités centrales. L’opposition au caïd fut telle qu’une députation de notables fut chargée de s’adresser directement au bey12.

  • 13 Un des grands ministres du bey ; il supervisait la gestion des domaines beylicaux dans le pays.
  • 14 Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43891, 1273/1857 (avril).
  • 15 Ant, Sh, C 36, D 421, documents n° 43915 et 43916, 1274/1858 (juin).
  • 16 Ant, Sh, C 16, D 160, document n° 12830, mars 1858.

18Au début du mouvement, M. Bel Ouaer, auparavant quasi invisible, se rangea dans le camp des fractions hostiles au caïd (quatre contre dix), la fraction des Oulad Abderrahman ayant choisi de soutenir ce dernier. Comment expliquer la position de Bel Ouaer ? Serait-ce l’expression d’une opposition systématique destinée à contrer la famille rivale, les Ahmed Ben Abid ? Faut-il n’y voir qu’un ralliement au choix de sa propre fraction, les Frada Oulad Ahmed ? N’existerait-il pas d’autres mobiles ? La position du notable recouvrait peut-être un caractère « légaliste ». En effet, dans une lettre adressée aux autorités centrales, il tenta de donner une image négative des principaux acteurs de la contestation, dénonçant leur fasâd (turbulence) et leur manque de loyalisme envers leurs « devoirs fiscaux ». Ensuite, il insista auprès d’Ismaïl Essounni13 sur la gravité de la situation, dans sa région, en raison de l’absence prolongée du caïd qui ne faisait, estimait-il, qu’aggraver les troubles et l’instabilité au sein de sa communauté14. Enfin, il intervint auprès de la députation du mi‘âd et réussit à convaincre ses membres de renoncer à gagner Tunis pour présenter leurs doléances au beylik. Par ce geste, Bel Ouaer démontra son pouvoir de médiation et son aptitude à « éteindre les incendies », du moins à les circonscrire dans des limites acceptables par le pouvoir central. Sans doute l’administration beylicale apprécia-t-elle le rôle de Bel Ouaer dans cette affaire : elle le chargea, à la mort du caïd, d’inventorier le patrimoine du défunt15, une tâche délicate qui montre la confiance que lui accordait le beylik. En même temps, il fut chargé de collecter les revenus de la location des terres domaniales dans la région.16

Du soutien à l’adversité

  • 17 Ant, Sh, C 36, D 411, document n° 43935, 1277/1860 (15 octobre).

19En 1858, commença un deuxième moment de l’ascension politique de M. Bel Ouaer : le caïd Miftah Ben Kilani, en prenant la succession de Mustapha Bunbachi, trouva un grand appui auprès de Bel Ouaer et dix fractions contre trois exprimèrent leur satisfaction envers cet administrateur. Ce soutien pourrait avoir été dicté, cette fois, par le fait que les deux notables étaient chargés d’une mission comparable : celle de gérer le domaine beylical, l’un sur le territoire des Oulad Riah, l’autre sur celui des Oulad Saïd17. Or, ces deux territoires étaient géographiquement voisins et unis par une généalogie lointaine, selon les traditions arabes du Moyen Âge (Ibn Khaldoun, 1958, t. 6, 69).

  • 18 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43923, 1275/1858 (2 novembre).
  • 19 Il est important de noter que les deux principales familles de la tribu (les Abid et les Bel Ouaer (...)

20Sans nier l’importance de cette première explication, il nous a paru plus fructueux d’en rechercher d’autres. Entre Bel Ouaer et M. B. Kilani, en effet, les correspondances caïdales révèlent une sorte de transaction dont une des clauses engage le caïd à remplacer son adjoint (qui appartient aux Oulad Abderrahman) et à maintenir en poste le cheikh des frada18 (qui appartient à la famille Bel Ouaer)19… Il semble que ces engagements n’aient pas été respectés, l’adjoint du caïd (nommé peu après) ayant profité de sa fonction officielle pour nuire au cheikh des frada tout en essayant de le discréditer (Ettayeb, 2002).

  • 20 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43922, 1275/1859 (11 avril).

21Les relations entre le caïd Ben Kilani et M. Bel Ouaer ne cessèrent, dès lors, de se détériorer : le premier se rangea de plus en plus dans le camp des adversaires du second, lesquels se recrutaient essentiellement dans la fraction des Oulad Abderrahman. Cela ne put que contrarier les ambitions du notable. La mésentente entre ces deux serviteurs régionaux de l’État beylical finit par s’envenimer, malgré les appels des autorités centrales à la coopération 20.

  • 21 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43946, 1278/1861 (décembre) et n° 43950, 1278/1861 (19 décembre (...)
  • 22 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43946.

22Au lendemain des réformes (1855-1861), le paysage politique local connut des transformations accélérées. Le conseil de police local, récemment institué, prit de l’envergure. Le mi‘âd revint en force. Les jeunes spahis profitèrent de l’occasion pour se manifester. Émanant du mouvement de mécontentement, deux pétitions contre le caïd furent envoyées au beylik21. Mais un fait nouveau irrita M. Bel Ouaer : son rival, Ahmed Ben Abid, était proposé par le mi‘âd comme candidat possible au poste caïdal.22

La prise du pouvoir caïdal

23Le déclenchement de la crise provoqua, localement, un repositionnement qui devait déboucher sur l’accession au poste de caïd. Dans cette nouvelle compétition, M. Bel Ouaer semblait avoir plus de chances qu’auparavant, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Ahmed Ben Abid, malgré le poids démographique sa fraction, n’avait pas l’expérience requise pour cette fonction : encore jeune, il n’avait occupé, jusque-là, aucune charge administrative. De plus, il n’affichait pas une grande ambition : sa candidature n’étant pas mise en relief, il resta en retrait tout au long du conflit qui opposait les notables au caïd Ben Kilani. En revanche, M. Bel Ouaer s’impliqua dans toutes les étapes du même conflit, en essayant de jouer un rôle médiateur entre l’administration locale et les principales figures de la communauté tribale : il s’appliqua à éteindre les « incendies » et à prévenir le pouvoir central des dangers d’un éventuel dérapage.

  • 23 Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43958, novembre-décembre 1862.

24Plusieurs autres points peuvent expliquer le succès de sa candidature. L’ancienneté de ses services « makhzéniens » et l’expérience administrative qu’il avait acquise firent de lui l’un des notables les plus en vue dans les hautes sphères d’influence. On a vu qu’il avait réussi à obtenir leur confiance en gérant leurs intérêts dans la région d’Enfida. Mohammed Bel Ouaer se fit donc admettre comme la meilleure alternative possible, tant pour la tribu que pour l’autorité centrale. Sa nomination comme représentant du beylik, fin 186223, consacra sa notabilité, et il conserva sa fonction antérieure de gérant du domaine d’Enfida.

25Il est significatif que le renforcement du pouvoir régional de Bel Ouaer fût un choix délibéré de la part de l’instance centrale, dans la mesure où le beylik commençait à redouter les signes avant-coureurs d’un mécontentement généralisé. Ce mouvement devait se radicaliser dans la régence, dès la fin de l’année 1862.

26En conclusion, l’ascension politique de Mohammed Bel Ouaer entre 1855 et 1862 a bien été « calculée », progressive et étroitement liée au contexte réformateur. La nomination de ce notable au poste de caïd des Oulad Saïd illustre, en quelque sorte, un croisement d’intérêts entre les hautes sphères du pouvoir beylical et les cercles de notables locaux. Cependant, il importe de souligner que cette montée en puissance n’aurait pu advenir sans les efforts personnels fournis par Bel Ouaer tout au long de cette compétition. À cet égard, il fit preuve d’une multitude de compétences politiques, morales et intellectuelles qui se révélèrent précieuses dans son parcours.

27En effet, M. Bel Ouaer sut utiliser différentes stratégies et organiser une mise en scène efficace pour atteindre son but. Il noua des alliances tout en les modifiant selon les circonstances. En d’autres occasions, il passa des compromis avec ses adversaires pour mieux les neutraliser. De même, il profita de ses nombreuses relations pour assurer ses arrières ou faire fructifier ses ambitions. En somme, il réussit à se rendre indispensable dans un moment grave de l’histoire de la régence de Tunis. Une autre question est de savoir dans quelle mesure ses talents et ses compétences l’aidèrent à affronter la révolte qui devait ébranler l’organisation politique du pays entre 1864 et 1868.

Bibliographie

Bibliographie

Boltanski L., 1990, L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié.

Chater K., 1984, Mutation et dépendances précoloniales : la régence de Tunis de 1815 à 1857, Tunis, Publications de l’université de Tunis.

Chater K., 1993, « Les élites du pouvoir et de l’argent : le cas de la Tunisie aux xixe-xxe siècles », Cahiers de la Méditerranée, n° 46-47, juin-décembre, 155-172.

Ettayeb M., 1997 « Fredj Ben Dahr et l’insurrection de 1864 », Cahiers de Tunisie, n° 177 (1re partie) et n° 178 (2e partie), 1997, 67-96 et 41-64, (en arabe).

Ettayeb M., 2002, Les Oulad Saïd entre 1864 et 1881 : loyalisme et résistance ; l’exemple de la famille des Bel Ouaer, Thèse en histoire, université de Tunis, (en arabe).

Evans-Pritchard E., 1994, Les Nuer : description des modes de vie et des institutions politiques d’un peuple nilote, trad. de l’anglais par Louis Évrard, Paris, Gallimard.

Gellner E., 1969a, Saints of Atlas, Londres, Weidenfeld and Nicolson.

Gellner E., 1969b, « Système tribal et changement social en Afrique du Nord », Annales marocaines de sociologie, 3-19.

Hénia A., 1980, Le Jérid : ses rapports avec le beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, École normale supérieure.

Ibn Khaldoun A., 1958, L’Histoire, t. vi, Beyrouth, (en arabe), 7 vol. 

Kraïem A., 1976-1977, La nature du pouvoir local en Tunisie au xixe siècle : l’exemple de Ali Ben Khalifa et la tribu des Neffat, Tunis, (texte ronéotypé en arabe).

Martel A., 1992, « Pouvoirs étatiques et société bédouine : l’équilibre des çoff et la non-émergence des élites tribales dans le Maghreb oriental au xixe siècle », Cahiers du Ceres, « Élites et pouvoir dans le monde arabe pendant la période moderne et contemporaine », Tunis, CERES, 197-205, (série Histoire n° 5).

Mejri L., 2000, « Les Gadhoum : une famille de notables chez les Frechiche aux xviiie et xixe siècles », in A. Hénia (éd.), Villes et territoires au Maghreb : itinéraire d’une recherche, Tunis, IRMC, 98-100.

Tlili M., 2000, « Ahmed Ben Youssef, notable puissant des Hamâma au cours de la seconde moitié du xixe siècle », in A. Hénia (éd.), Villes et territoires au Maghreb : itinéraire d’une recherche, Tunis, IRMC, 107-110.

Tudesq A.-J., 1993, « Le concept de notable et les différentes dimensions de l’étude des notables », Cahiers de la Méditerranée, n° 47, 1993, 1-12.

Valensi L., 1977, Fellahs tunisiens, l’économie rurale et la vie des campagnes aux xviiie et xixe siècles, Paris, La Haye, Mouton.

Notes

1 Cf. la littérature de l’école segmentaire, et en particulier : Gellner, 1969a et 1969b ; Valensi, 1977.

2 Pour Lucette Valensi (1977, 68), il ne pouvait y avoir d’individualité dans la société tunisienne à cause de sa « structure segmentaire ».

3 Nous nous sommes inspirés de l’article de Tudesq, 1993. Sur la notion de compétence, voir les travaux de Boltanski, 1990.

4 Un village porte actuellement le nom de Dar Bel Ouaer à l’emplacement de la maison familiale.

5 Voir, respectivement : Tlili, 2000 ; Ettayeb, 1997 ; Mejri, 2000 ; Kraïem, 1976-1977.

6 Archives nationales de Tunisie (désormais : Ant), Série historique (Sh), C 36, dossier 421, document n° 43927, 1276/1860 (14 avril).

7 Ant, registres fonciers et administratifs, registre n° 1418, 17.

8 Ibid., et Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43925, 1276/1860 (31 mars).

9 Comme d’ailleurs beaucoup d’autres notables de l’époque voir : Chater, 1993.

10 Ant, Sh, C 36 ; voir en particulier les dossiers 421 et 422.

11 Cet impôt fut institué entre 1855 et 1856 sous le règne de Mohammed Bey. Voir : Chater, 1984 ; voir aussi : Hénia, 1980.

12 Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43880, automne 1856.

13 Un des grands ministres du bey ; il supervisait la gestion des domaines beylicaux dans le pays.

14 Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43891, 1273/1857 (avril).

15 Ant, Sh, C 36, D 421, documents n° 43915 et 43916, 1274/1858 (juin).

16 Ant, Sh, C 16, D 160, document n° 12830, mars 1858.

17 Ant, Sh, C 36, D 411, document n° 43935, 1277/1860 (15 octobre).

18 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43923, 1275/1858 (2 novembre).

19 Il est important de noter que les deux principales familles de la tribu (les Abid et les Bel Ouaer) se trouvent en position de rivalité lors des conflits internes ou lors de l’occupation française de la Tunisie. Cf. Ettayeb, 2002, chap. 12.

20 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43922, 1275/1859 (11 avril).

21 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43946, 1278/1861 (décembre) et n° 43950, 1278/1861 (19 décembre).

22 Ant, Sh, C 136, D 421, document n° 43946.

23 Ant, Sh, C 36, D 421, document n° 43958, novembre-décembre 1862.

Notes de fin

1 Ce texte est une version légèrement remaniée du chapitre VII de notre thèse (2002), Les Oulad Saïd entre 1864 et 1881 : loyalisme et résistance ; l’exemple de la famille des Bel Ouaer.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540