Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

II. Le temps de la figure du cheikh et du pouvoir suzerain

L’affaire ‘Alî al-Qarqânî (Tripoli, 1872)

Nora Lafi

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de la ville de Tripoli de Barbarie, capitale de l’actuelle Libye, ancienne province otto (...)
  • 2 Nous pourrions traduire shaykh al-bilâd par « maire » ou « bourgmestre ». Le mot bilâd, qui désign (...)
  • 3 Ce document rédigé en arabe, extrait du Basbakanlik Arçiv d’Istanbul (D. 61, n° 2004), n’est malhe (...)
  • 4 La famille Qaramanli a régné à Tripoli, de manière quasi autonome, de 1711 à 1835, tout en continu (...)

1Un conflit ne se résume pas aux simples événements ou à la description, si fine soit-elle, de ses opposants et de leurs arguments. Il s’enracine dans des situations complexes dont l’étude révèle le plus souvent l’arbre qui cachait la forêt. Lorsqu’une population urbaine s’oppose à un édile, c’est une société tout entière qui s’offre à l’analyse de l’historien : sa structure, ses mécanismes et ses transformations ; ce qui fait, en somme, d’un corps social un organisme en perpétuel équilibre, toujours susceptible de se rompre. De 1854 à 1872, la ville de Tripoli1 est le théâtre d’un tel conflit avec, pour point d’orgue, la rédaction en 1871 d’une « pétition » émanant d’une grande partie des notables citadins : porté devant le pouvoir central à Istanbul, ce texte dénonce les agissements du shaykh al-bilâd2 en fonction. Le document, retrouvé au Basbakanlik Arçiv d’Istanbul3, nous permet d’étudier la vie politique et sociale d’une province ottomane où, depuis plus de vingt ans, la Porte a effacé toute trace de la dynastie locale des Qaramanli4.

  • 5 Nous nous sommes référée au fonds « Correspondance politique » du ministère français des Affaires (...)
  • 6 Le principal fonds exploité dans les Archives nationales libyennes à Tripoli est le dossier « bala (...)

2Par sa nature même, cette pétition, qui n’expose que le point de vue de l’une des parties, reste sujette à caution quant à l’importance qui peut lui être accordée dans le cadre du conflit, et quant à la fiabilité des informations qui y sont exposées : aussi les avons-nous recoupées avec des indications rapportées par les voyageurs ayant visité la ville à cette époque, et avec d’autres documents issus de différents fonds conservés par le ministère français des Affaires étrangères (Amae5) et par les Archives nationales de Tripoli, Dâr al-Mahfûzâ (Dmt6).

Une ville en colère

  • 7 Nous savons que « par décret du gouverneur général de Tripoli de Barbarie, Ali Kerkerni est arrêté (...)

3Quels sont, en 1871, les griefs nourris par la population de Tripoli à l’encontre de son ra’îs al-bilâd ? Pourquoi semble-t-elle excédée par les agissements d’un magistrat provincial au point de rédiger, à l’attention des autorités d’Istanbul, une longue accusation paraphée par 413 signatures ? Composé de vingt-huit articles plus ou moins longs, ce réquisitoire ne s’apparente pas à de simples doléances, même si sa conclusion précise, sous forme de supplique : « Ne nous le renvoyez pas ! ». Dans l’esprit de ses rédacteurs, il s’agit bien d’obtenir la destitution effective de ‘Alî al-Qarqânî, dont le procès est en cours d’instruction au moment où est rédigée la pétition7.

4Au-delà des accusations dirigées contre le fonctionnaire de l’État central – confirmées, pour la plupart, par d’autres sources –, c’est d’abord le procès d’un homme que l’on tente d’instruire : la figure d’al-Qarqânî est la cible des attaques. Cependant, ne serait-ce pas aussi le procès de celui qui a investi la fonction de shaykh al-bilâd, ou encore le procès de la fonction elle-même ? Il apparaît tout d’abord que l’ensemble de l’affaire s’organise autour de la stigmatisation d’un personnage. En effet, plusieurs de ses contemporains attestent que sa forte personnalité serait apte à susciter la plupart des griefs ad hominem portés à son encontre.

Un ra’îs brigand honni par les siens

  • 8 Nous utilisons « tripolin » pour désigner les habitants de la ville de Tripoli, par opposition à l (...)
  • 9 O. Juhaidar, 1991, 202. Hajj Muhammad al-Sharîf est décédé le jeudi 24 sha‘bân 1271/1854.
  • 10 Cité par O. Juhaidar, 1991, 202, n. 31.
  • 11 Cet auteur fut un proche de ‘Alî al-Qarqânî pour lequel il composa d’ailleurs une élégie, ainsi, i (...)

5‘Alî Bin Hajj Muhammad al-Qarqânî est un Tripolin8 issu d’une famille originaire d’Andalousie installée aux îles Kerkena, en Tunisie, comme le nom de Qarqânî le suggère. Il est né à Tripoli et y a vécu au sein d’une famille de notables. Nommé shaykh al-bilâd en remplacement du hajj Muhammad al-Sharîf, décédé en 18549, il se maintient en fonction jusqu’en 1279/1862, date à laquelle il est destitué10. Le registre de Ahmad al-Faqîh Hassan11, son contemporain, parle de cette première destitution mais n’en précise pas les raisons. Dès 1863, on le retrouve à nouveau shaykh al-bilâd, jusqu’à sa nomination en qualité de ra’îs al-baladiya ou chef de la municipalité institutionnalisée en 1869. Il demeure à ce dernier poste jusqu’en octobre 1871 : il doit alors s’exiler à Istanbul, où il meurt peu après. Muhammad al-Qarqânî est, à l’évidence, un personnage controversé dont la mauvaise réputation serait moins due à la nature même de ses fonctions qu’à la manière dont il les exerçait.

6Certains voyageurs ayant fait escale dans la cité ont pu le côtoyer. Leurs témoignages sont d’autant plus précieux qu’ils livrent une description à la fois physique et psychologique du magistrat ; parfois caricaturaux, ces différents portraits ne semblent pourtant pas hors de toute réalité. Nous retiendrons celui qu’en a brossé Gustave Nachtigal. Cet Allemand, qui parcourt la Tripolitaine de 1869 à 1873, a écrit à propos d’al-Qarqânî :

  • 12 Cette assertion erronée permet de voir que G. Nachtigal se permettait parfois de faire des remarqu (...)
  • 13 Il s’agit bien entendu de ‘Alî al-Qarqânî, qui était à cette date ra’îs al-baladiya. Nachtigal a t (...)
  • 14 [Nachtigal], s. d., 29-30.

Parmi les favoris du vâli figurait le bourgmestre de Tripoli (cheikh el-beled) Ali el-Kerkeni, natif de l’île tunisienne de Kerkena12. Je lui rendis aussi ma visite. Ses longues rapines avaient fait de lui l’homme le plus puissant et le plus riche du pays ; tous les fonctionnaires rampaient devant lui ; tous les habitants le redoutaient autant qu’ils le haïssaient. La cour de justice était remplie de ses créatures ; toutes les autorités administratives de la ville des provinces étaient à sa solde, et tous les impôts passaient par ses mains, qui ne manquaient pas d’en retenir une grosse part. Ces visites purement officielles n’eurent pas beaucoup d’intérêt pour moi (...) et la conversation prit son cours, en français chez le gouverneur, en langue arabe chez le bourgmestre. (...) Le bourgmestre13, lui, avait une figure ronde et blanche, avec une sorte de teint de cire, une barbe noire qu’il portait tout entière, des traits réguliers, des yeux bruns d’éclat étrange, et une belle stature de moyenne grandeur. L’entretien avec lui fut contraint, borné à des banalités d’étiquette relatives à Malte, à la traversée, au temps et à la politique européenne. Il était visible que le redouté fonctionnaire se méfiait de M. Rossi et de moi. Bref, ces deux dignitaires m’intéressent peu, leur type était de ceux que ne m’avait que trop rendu familiersmon expérience acquise en Tunisie. À Tunis, le système de brigandage est grandiose ; mais aussi la contrée est riche ; dans la Tripolitaine, il est en proportion des ressources du pays, ce qui ne veut pas dire qu’il soit moins éhonté. Une chose étonne, c’est qu’avec de tels organes de gouvernement et la moralité des hauts fonctionnaires, on peut induire naturellement le niveau de probité des petits.14

  • 15 Ouvrage publié à titre posthume par A. Bernard en 1927, à partir du manuscrit original. Il s’agit (...)
  • 16 En effet, en novembre 1862, soit quelques années avant les propos de Nachtigal et quelques mois ap (...)

7Cette description tranchée du fonctionnaire est peu amène. Toutefois, quelques notes des Annales tripolitaines de Charles Féraud (192715, 418), consul de France à Tripoli quelques années plus tard (1878-1885), rapportent des traits plus élogieux16, contrebalançant ainsi l’impression négative transmise par Nachtigal sur le personnage. De fait, nous tenterons de mieux connaître al-Qarqânî par les traces plus formelles qu’il a laissées de ses activités et de ses fonctions.

  • 17 Après cet incendie, « des pièces de monnaie Bechlik ou celles de vingt paras devaient être changée (...)

8Seul magistrat nommé par le gouverneur général de Tripoli, le ra’îs se trouve en position d’intermédiation entre le pouvoir ottoman et la population de la ville. Il doit s’occuper à la fois de l’aménagement urbain, des affaires sociales et commerciales. Il a donc en charge la restauration, la construction et l’aménagement technique de la cité. D’un point de vue social, il est le garant des bonnes mœurs et de la paix civile lorsqu’il s’emploie à assurer un climat de tranquillité, outre la propreté de la ville. Il règle certains litiges, essentiellement commerciaux, qui peuvent survenir entre les habitants. À l’occasion, son rôle s’élargit à des fonctions économiques plus générales : il lui est demandé, par exemple, de détruire la fausse monnaie en circulation17.

  • 18 Je dis « officiellement » car le tribunal de commerce a été institutionnalisé dans le cadre des ré (...)
  • 19 DMT, document extrait du Mallaf baladiya, n° 8, daté de 1869 (en arabe).
  • 20 Lettre de M. Vitas Serusi de Tripoli, rédigée en italien le 24 août 1858 de Benghazi. Amae 12.
  • 21 Nous projetons de publier une étude spécifique de ce rôle économique joué par le shaykh al-bilâd, (...)

9L’autorité du ra’îs dans la sphère commerciale est d’autant plus importante qu’il a en charge de surveiller les poids et mesures sur les marchés urbains : il devient officiellement président du tribunal de commerce, dans la deuxième moitié du xixe siècle18. Cette attribution – éminemment stratégique pour le négoce qu’il pratique pour son compte et pour celui du gouverneur – le met en relation avec les Tripolins autochtones et avec les étrangers. D’un point de vue administratif, il est ainsi le garant des transactions entre marchands ou sociétés commerciales. Si un litige est jugé au tribunal de commerce, il revient au shaykh al-bilâd d’informer les différentes parties : il doit rendre compte au tribunal des biens, des propriétés des débiteurs, pour qu’elles soient saisies au besoin19. Une activité financière, et d’un rapport fructueux, lui est encore impartie : la rédaction des lettres de change pour les transactions internationales20. En somme, sa place de médiateur économique est assurément une source de pouvoir et d’enrichissement non négligeable par la rétribution de services divers ou de pots-de-vin. De lui dépend l’attribution de certains marchés – notamment avec les sociétés européennes – dont il ne manque pas d’accaparer les plus rémunérateurs. L’affaire du fermage des éponges en Tripolitaine vient confirmer son rôle incontournable dans le développement des activités locales21.

  • 22 Ccc 41, n° 201, 28 avril 1869, 211.
  • 23 Le litige avec cette société concernait des dettes dont il devait s’acquitter. Amae 23, n° 389 du (...)

10La richesse d’al-Qarqânî est réputée22, ses revenus provenant en partie de son activité de commerçant. Il navigue tout d’abord, avec ses frères, pour un négoce qui lui aurait assuré une réelle prospérité. Puis, en 1281/1864, il aurait acheté un premier bateau de fabrication anglaise, connu sous le nom de babûr al-shaykh (le bateau du shaykh). Il entre en possession d’un autre bateau à voile, mais aussi de maisons et de jardins. En outre, il détient, à titre personnel, des parts commerciales dans des sociétés étrangères installées à Tripoli : celle, notamment, de Lion fils (commission, exportation, transit), de Marseille, avec laquelle il est en litige en 187123.

  • 24 Affaire Arbata Arbib, Amae 12, lettre du 6 octobre 1871 (en italien).

11Sa richesse est également constituée, pour une bonne part, des biens qu’il a extorqués à diverses personnes. Plusieurs plaintes se sont élevées à son encontre. Il aurait ainsi perçu une location, indûment et en toute impunité, pendant douze ans, en dépit des réclamations réitérées des propriétaires du lieu. Les arguments exposés dans le dossier constitué au consulat de France à ce sujet permettent de mesurer la ruse et l’âpreté que le shaykh al-bilâd est capable de déployer dans la négociation24. Homme influent, avisé et avide, il suscite assurément l’envie de ses concurrents et la colère de la population. Le conflit politique ainsi engendré aura donc provoqué sa destitution.

Portrait au noir du shaykh al-bilâd

12Dans la pétition de 1871, le shaykh al-bilâd est mis en accusation pour des faits qui relèvent à la fois de la loi, de la religion et de la morale. Une approche culturelle, de type anthropologique, pourrait donc permettre d’analyser ce document. Il nous semble pourtant que l’on s’épuiserait vite à déchiffrer la loi, au détriment des motifs plus profonds que l’on peut mettre en évidence. Par cet angle d’attaque différent, nous voulons privilégier une lecture plus dynamique du conflit. De fait, nous avons tenté de départager les divers méfaits reprochés au cheikh, selon que ces derniers affectent les individus, la société tripoline ou l’autorité du pouvoir central. Bien sûr, chacun de ces méfaits concerne ces trois catégories d’analyse, dans la mesure où le fonctionnaire est chargé d’assurer la liaison entre différentes instances publiques et la population.

13Deux remarques préliminaires s’imposent quant aux caractéristiques propres de la pétition. Il s’agit tout d’abord d’un rapport qui accuse un homme, qui en dresse évidemment un portrait négatif : ses sentiments, ses attitudes, ses agissements le font apparaître sous le jour le plus sombre, et doté d’une psychologie atypique. Quand bien même nous attachons-nous à étudier la structure du conflit, nous ne négligeons pas cette dimension : le conflit met en scène un individu à une place singulière. La deuxième remarque concerne la construction même du document, le poids de certains articles par rapport à d’autres, leur succession et leur forme : il semble qu’on puisse en tirer un certain nombre d’informations complémentaires. On retiendra cependant qu’une adresse au pouvoir central infléchit nécessairement la rédaction d’une pétition, les plaignants insistant sur les arguments à même d’émouvoir et de retenir l’attention d’une instance extérieure au pays. Le rôle des notables dans la rédaction sera analysé par la suite, lorsqu’il s’agira de mettre en évidence le processus de résolution du conflit et la part prépondérante qu’ils y prirent.

  • 25 Dans cet article, il est accusé d’avoir saisi des biens volés après l’arrestation du premier coupa (...)
  • 26 Ceci est recoupé par deux documents (Mae, 1er mars et 10 novembre 1854, Nantes, Aqc, Ccc 41, conse (...)

14La première grande catégorie de méfaits reprochés à ‘Alî al-Qarqânî concerne ceux subis par les particuliers. Ils relèvent donc de ce que l’on nommerait aujourd’hui le droit commun. Certaines victimes y sont nommées lorsque cela est possible ; mais nombreuses sont les accusations qui ne sont appuyées par aucun cas concret, soit parce que la liste en serait trop importante, soit, le plus souvent, par souci d’anonymat : les raisons peuvent tenir à la fois à la respectabilité des citadins concernés et à la crainte manifeste d’une vengeance du ra’îs al-bilâd. Celui-ci est accusé, tour à tour, d’être un voleur (art. 425, 9 et 15), un violeur de prostituées (art. 16) mais aussi de femmes mariées et, surtout, de veuves (art. 22). Il aurait pratiqué l’esclavagisme, même envers des esclaves libérés (art. 21). Violent, il aurait frappé un chaouch (art. 1) et des prisonniers (art. 15). Autres pratiques qui lui sont reprochées : l’incarcération abusive (art. 15, 24 et 27), la captation d’héritage de veuves et d’orphelins (art. 6) ou encore de commerçants (art. 9). Il est qualifié d’escroc (art. 17) et de brigand (art. 15) parce qu’il use de la calomnie (art. 16 et 17), de la menace, de l’intimidation (art. 22), voire de la terreur (art. 19 et 27) envers ceux qui s’opposent à lui en affaires ou osent le poursuivre en justice (art. 6, 10 et 28). Dans ce dernier cas, il peut provoquer la ruine des plaignants (art. 24) en suscitant de faux témoignages ou en récusant témoins et victimes (art. 22 et 28). En outre, il s’immisce dans des affaires judiciaires qui ne le concernent pas afin d’en tirer profit (art. 13), accapare des biens privés (art. 12 et 24), extorque des fonds (art. 19) et pratique le racket sur des biens consommables (art. 25). Au total, il aurait provoqué la fuite et l’exil de commerçants (art. 19). D’une avidité sans bornes (art. 5 et 726) et dépourvu de morale (art. 9), al-Qarqânî « pleure les morts et dépouille leurs héritiers » ! Il serait capable de renier sa parole (art. 9 et 28) et de faire obstacle aux réclamations des particuliers devant la justice ou devant le gouverneur (art. 22 et 27). Véritable « chef de bande », il n’agirait qu’en fonction de ses intérêts propres et de ceux de ses proches, dont son frère (art. 24), et dirigerait un réseau d’hommes de main agissant sur ses ordres ou en son nom (art. 1, 2, 10, 15 et 19).

15À la lecture de ce tableau édifiant, la question est bien de savoir pourquoi une telle somme d’actes délictueux – perpétrés durant dix-huit ans – n’a pas suscité plus tôt des poursuites ou, au moins, une mise en accusation. Plusieurs réponses sont suggérées par le document même. La première réside dans le fait que les particuliers restent démunis face à l’autorité de cet homme puissant. Certains, voleurs ou prostituées, se trouvent eux-mêmes en faute vis-à-vis de la loi ; d’autres, veuves et orphelins, sont affaiblis par la marginalisation sociale ; pour la plupart, les personnes spoliées doivent affronter un individu qui, grâce à des hommes de main, bloque les voies de recours au tribunal pénal et au tribunal de commerce dont il est le président. Cet adversaire est d’autant plus redoutable qu’il figure au nombre des personnalités les mieux introduites auprès du gouvernement central. Une autre raison de l’impuissance des plaignants est liée au caractère de ce véritable tyran, qui n’hésite pas à utiliser la force (publique ou non) pour s’imposer : il terrorise littéralement la population. Enfin, la troisième raison réside dans son apparente impunité. Celle-ci pourrait avoir agi comme obstacle virtuel à sa mise en accusation. Attaquer un homme jouissant d’une telle protection peut effectivement apparaître comme une entreprise vouée au désastre. Et la longue liste des griefs passés (certains concernant des personnes décédées) vient en confirmer l’inefficacité. De fait, aucune plainte n’est mentionnée, qui aurait pu aboutir à le faire condamner. Doit-on pour autant en conclure que ces actions malfaisantes ou délictueuses ne sont exposées que dans le seul souci de l’accabler, par un effet d’accumulation des charges ? Toutes celles qui sont rapportées sont, en quelque sorte, des faits nouveaux au regard de la justice.

  • 27 Une question reste en suspens, celle de savoir si une seule de ces accusations aurait pu suffire à (...)

16Si l’on cherche les griefs susceptibles d’obtenir une condamnation de la part de l’autorité centrale, on les trouve dans les articles de la pétition qui ont trait à l’ordre social. Nous les avons regroupés en deux catégories : ceux qui déstabilisent la société tripoline et ceux qui mettent en cause le pouvoir ottoman. En effet, les accusations énoncées par des individus relèvent plutôt d’un tribunal pénal. Elles ne se justifient que pour souligner l’impunité d’un agent de l’État qui viole la règle d’impartialité requise : il ne s’agit donc pas seulement de dénoncer un homme, mais encore les modalités d’exercice de la charge dont il est investi. L’essence même du conflit ne résiderait-elle paslà27 ?

  • 28 A. al-Qarqânî était chargé de prélever les recettes des waqf des murs de la ville. Il en profita, (...)

17La société tripoline se pose en victime lorsque l’un de ses membres subit les agissements du shaykh al-bilâd. Mais c’est aussi l’ensemble du corps social qui est la victime lorsque l’on s’attaque au « bien public » : corrompu (art. 10 et 20), al-Qarqânî est accusé de paralyser l’administration (art. 2) quand il exerce un droit de préemption abusif (art. 8), reçoit des pots-de-vin et pratique le trafic d’influence (art. 24 et 26) ; quand, surtout, il détourne les fonds publics (art. 1228 et 23) ou maquille les budgets municipaux à son profit (art. 1). C’est encore à la société citadine qu’il s’attaque quand il noyaute les conseils de la wilâya et les autres administrations publiques (art. 20). Il va jusqu’à dépouiller les plus riches citadins, la nuit venue (art. 15), calomnier les notables (art. 17) et entraver leurs activités marchandes (art. 19, 24 et 25). Ce dont le cheikh est accusé est bien de briser les règles du jeu social (art. 27) en profitant de son statut et de ses appuis à la seule fin de s’enrichir (art. 6).

  • 29 Basbakanlik Arçiv, D 61, n° 2004, art. 28.
  • 30 L’assemblée des notables de la ville, que préside le shaykh al-bilâd.

18La question revient à savoir comment un tel dirigeant a pu durer dans de telles conditions. Une connivence avec le gouverneur – que ne dénonce pas explicitement le document mais qui est suggérée par l’article 28 et confirmée par d’autres sources29 – n’explique pas, à elle seule, ce paradoxe. Al-Qarqânî est lui-même un notable, membre de la jamâ‘at al-bilâd30, avant et probablement durant sa « législature ». On peut également extrapoler : il n’aurait pas fait que des malheureux au sein de l’assemblée ; ou encore, l’idée de sa « trahison » aurait mis du temps à être admise au sein de son groupe d’élection. En dernière hypothèse, on peut penser qu’en qualité de premier représentant de la société tripoline, bien que désigné par le gouverneur, il reste un interlocuteur valable pour l’autorité centrale, tant que la population ne réagit pas. Les arguments qui mettent indirectement en garde Istanbul contre le désordre social que suscitent ses agissements, semblent avoir pesé lourd dans la décision de le destituer.

19Probablement la Porte est-elle tout aussi sensible au fait d’apprendre que le shaykh al-bilâd de Tripoli vole dans ses stocks de la marchandise soumise au monopole d’État (vol de poudre et de tabac, art. 1) ; par ailleurs, il impose à son profit et indûment les fonctionnaires placés sous son autorité (art. 2), certains d’entre eux lui ayant par ailleurs payé des pots-de-vin pour obtenir leur poste (art. 14) ; il détourne les fonds publics en prélevant pour lui-même les taxes locales et en dressant de faux bilans municipaux (art. 12 et 23) ; il cause des déficits dans les comptes municipaux (art. 24) ; il pratique la dissimulation en matière d’impôts et d’adjudications (art. 24) et entrave les services publics (art. 27) quand il ne les utilise pas à son profit (art. 6) ; il serait donc à l’origine de la désorganisation dans la wilâya (art. 18 et 20) parce qu’il bafoue la justice (art. 27 et 28), fait obstruction aux relations entre le peuple et le gouverneur (art. 27). À l’encontre de ce dernier, il n’aurait pas hésité, enfin, à lancer des accusations mensongères (art. 28). Ce cheikh a bien cherché à usurper un pouvoir. Localement, il a mis effectivement en cause l’organisation administrative et l’autorité du gouvernement qui l’a mis en place et maintenu en fonction. Mais il a surtout réussi à mystifier l’autorité du pouvoir central, à le mettre en péril en agissant pour son compte et en abusant de la légitimité institutionnelle qui lui a été accordée.

  • 31 Voir la liste des gouverneurs ottomans à Tripoli (1835-1911) dressée par E. Rossi, 1968, 351-352.
  • 32 On doit s’interroger, en effet, sur le réel « aveuglement » de la Sublime Porte, qui aurait pu com (...)
  • 33 Cf. supra. Un rapport du gérant du consulat, E. Wiet, insiste cependant, à l’époque, sur le fait q (...)
  • 34 Choisi parmi ses pairs de la jamâ‘a, élu en quelque sorte, le cheikh avait, avant 1869, pour princ (...)

20Au-delà des explications avancées par les plaignants, il reste à s’interroger sur les mécanismes qui ont rendu possible, et aussi longtemps, cette situation. À la décharge de l’autorité centrale, il convient de rappeler que la province a été dirigée par sept gouverneurs différents au cours des dix-sept années de mashiakha de ‘Alî al-Qarqânî31. De ce fait, la Porte a pu recevoir de la province des informations parcellaires, superficielles, voire erronées ou mensongères, sans avoir les moyens de les vérifier. Cependant, il paraît difficile de concevoir qu’un personnage suscitant autant d’animosité n’ait pas été dénoncé auparavant, ne serait-ce que par ses adversaires commerciaux. L’hypothèse déjà formulée d’une connivence pourrait expliquer cet aveuglement32. La pétition précise que le shaykh al-bilâd intrigue auprès du gouverneur – sans que celui-ci soit formellement nommé ou accusé d’intéressement – et qu’il empêche les gens de le voir directement (art. 27). Il y est dit également – assez naïvement, ou peut-être par habileté diplomatique – qu’al-Qarqânî ment lorsqu’il accuse le gouverneur de lui vouloir du mal : « En vérité, depuis son arrivée, il est gentil avec lui, il l’aide, le traite avec bienveillance et complaisamment. » (art. 28). Une collusion entre le wâlî (gouverneur) et le cheikh se dessine entre les lignes, que dénoncent des sources françaises33. Par ailleurs, l’origine sociale du shaykh al-bilâd, issu des rangs de la notabilité locale, laisse supposer un partage d’intérêts. Ainsi, un équilibre a pu s’installer entre les trois instances politiques représentées (wâlî, shaykh, jamâ‘at al-bilâd), générant divers types d’alliance. Et le conflit aura éclaté quand l’une des parties a été lésée, en l’occurrence les notables représentés au sein de la jamâ‘at al-bilâd34.

  • 35 Une requête (ressemblant fortement à notre document) adressée à la Porte avait été paraphée, quelq (...)

21Que reproche-t-on, finalement, au shaykh al-bilâd ? Il s’agirait moins de mauvaise gestion, de malversations ou d’autoritarisme que de la trahison des intérêts communs des Tripolins, habitués à gérer seuls leurs affaires : il est accusé par ceux-là mêmes qu’il est chargé de représenter administrativement et qu’il devrait favoriser ou protéger face à un pouvoir dont l’extériorité représente une véritable agression. Néanmoins, cette domination directe des Turcs a pu aussi bien être perçue comme un moindre mal à une époque où les pays voisins subissent une dépendance économique accrue, voire une colonisation européenne. Les dénonciations réitérées de ses acolytes, hommes de paille ou hommes de main, permettent de comprendre qu’une partie des notables tripolins l’a suivi, bon gré mal gré, dans sa quête de profits et de pouvoir. On rapportera donc plutôt la rédaction de cette pétition à un conflit au sein du corps de l’élite citadine. Mais que représente cette entité multiforme composée, en 1871, d’au moins 413 personnes35 ? Suffisamment unies pour avoir rédigé en commun l’accusation du fonctionnaire, assez puissantes pour demander sa mise à l’écart, ces élites citadines apparaissent toutefois faibles vis-à-vis du pouvoir suprême, dans la mesure où elles craignent ouvertement de n’être pas entendues.

Portrait en creux des plaignants

  • 36 Art. 9, 22 et 24. L’un d’entre eux au moins est décédé. Parmi ces victimes identifiées se trouve u (...)

22Les pétitionnaires représentent la partie réactive du conflit, celle par qui le problème arrive sur la place publique et qui lui trouve une formulation : ce groupe délimite les parties opposantes et provoque le basculement de la crise vers son dénouement. En s’adressant directement au pouvoir central, les plaignants reconnaissent à Istanbul une place de juge et non de partie. Ce sont, d’abord, les victimes des agissements du shaykh al-bilâd, au premier rang desquelles on trouve quatre individus nommément cités36. Leur poids reste faible dans l’énumération des griefs, notamment parce que les méfaits qu’ils reprochent au cheikh sont d’ordre commercial ou moral, ce qui ne constitue pas, selon nous, le fond de l’affaire. Cependant, leurs noms sont avancés pour accréditer le sérieux des accusations, pour rappeler qu’elles sont basées sur des cas concrets. Toutes les autres affaires qui mettent en scène des particuliers demeurent anonymes, pour les raisons évoquées plus haut. Mais comment expliquer, alors, que plusieurs centaines de personnes n’hésitent pas à contresigner le texte ?

23Une première hypothèse est de considérer qu’il s’agit d’un ensemble hétéroclite d’individus ayant eu à subir les exactions du shaykh al-bilâd, réunis pour la première fois à la suite d’un mouvement de protestation spontané. Mais la nature politique du document vient infirmer cette hypothèse, le déroulement de l’affaire également.

  • 37 Cette version se résume à ceci. Cinq Arabes des oasis avaient été mandatés pour se plaindre direct (...)
  • 38 La Menchié (Menchiya) est la proche région de Tripoli, à vocation essentiellement agricole.

24Le gérant du consulat de France à Tripoli a donné sa version des faits37 : pour Émile Wiet, il s’agirait de « trois ou quatre cents Arabes de la Menchié38 et du Sahel ». Serions-nous en présence d’un conflit opposant des Arabes de l’extérieur de la ville au « maire » et au gouverneur ottoman ? L’hypothèse est peu fiable et, en partie au moins, erronée. Elle est néanmoins séduisante dans la mesure où elle décrit une partition de l’espace social.

  • 39 Dans les articles 27 et 28, la version des plaignants diffère légèrement de celle donnée par Wiet  (...)
  • 40 Dans la « Liste de consuls de France à Tripoli de 1630 à 1919 », E. Wiet apparaît en 1869 comme le (...)

25Doit-on y déceler une division entre citadins et ruraux, entre propriétaires fonciers et commerçants ? Ou encore, entre Arabes et Turcs, c’est-à-dire entre administrés locaux et administrateurs étrangers ? Nous avons pu montrer par d’autres travaux que cela est vraisemblable. Toutefois, plusieurs éléments autorisent à penser que cette information, à l’instar d’autres données inclues dans le rapport39, est sujette à caution. En effet, le gérant Wiet, qui vient de prendre ses fonctions, ne détient pas une connaissance suffisante du terrain, et encore moins de l’affaire. Par ailleurs, il aurait été lui-même soucieux de ne pas être impliqué dans certains événements40.

  • 41 Dans le texte cité précédemment et reproduit par Féraud, les Arabes prêts à se révolter sont effec (...)
  • 42 Les entrepôts des tabacs et de la poudre qui ont été pillés sont probablement proches de la ville, (...)

26S’il est vrai qu’une opposition s’est toujours fait sentir entre les citadins et les populations de la Menchiya, lieu traditionnel de toutes les révoltes41, une première incohérence réside dans le fait que ces ruraux ont décidé de s’en prendre au shaykh al-bilâd. E. Wiet reconnaît que cela est pour le moins surprenant : « Le Cheik-el-Beled […] n’a aucune juridiction en dehors de l’enceinte de la ville, bien que son influence soit considérable dans tout le vilaïet. » Si un article de la pétition fait bien mention de l’extérieur de la ville, c’est pour déplorer que le shaykh al-bilâd y ait fait construire des boutiques, des routes, deux dépôts, deux moulins, un four et un café (art. 6), signes de sa puissance et de sa richesse. Pour le reste, les faits décrits par les plaignants se situent, le plus souvent, à l’intérieur de l’enceinte urbaine42.

  • 43 Son évidence s’est révélée à moi après quatre ans de recherches sur l’histoire sociale de la ville (...)

27Autre hypothèse, celle d’une action menée par la jamâ‘at al-bilâd ou par certains membres de l’assemblée. Cette dénomination, qui peut être traduite par « assemblée citadine » ou quelque chose d’approchant, désigne une entité difficilement visible pour l’historien mais dont la réalité finit par s’imposer à lui, au détour des documents43. Son existence est attestée par diverses déclarations (bayân), pétitions et autres suppliques paraphées, ici encore, par des centaines de signatures individuelles ou familiales. Leur cumul oblige à considérer qu’il s’agit bien de l’expression d’une collectivité. Les signataires de la pétition se font d’ailleurs explicitement le porte-parole de la « population » (ahl al-bilâd). Ils se définissent comme une émanation représentative de celle-ci.

28C’est donc à travers des actions et des documents, similaires mais antérieurs, par déduction en quelque sorte, que nous y repérons l’entité sociale en question et, à travers elle, une « société civile » active.

  • 44 Nous ne savons pas si le futur ra’îs al-bilâd, remplaçant de A. al-Qarqânî, figure parmi les signa (...)

29Il s’agit des notables de la ville. Dans une première étape, leur plainte a trouvé un écho auprès de l’autorité centrale puisque le pacha a démis l’enquêteur revenu à Istanbul et convoqué le shaykh al-bilâd pour qu’il s’explique. Dans un second temps, l’envoi de la pétition semble avoir entériné la destitution du cheikh44 : ce dernier devait mourir à Istanbul en 1874 sans avoir pu retourner à Tripoli.

30Il apparaît en conclusion, d’après le degré d’efficacité de la démarche entreprise à Tripoli en 1871, qu’une réunion de « notables » peut parfois constituer un contre-pouvoir vis-à-vis de l’administration ottomane. S’il est possible, a contrario, d’interpréter cette procédure de recours comme un signe d’impuissance de la société tripoline dans la maîtrise de ses propres affaires, il est tout aussi possible de juger de la faiblesse d’une gestion centralisée, de son incapacité à administrer correctement la province, au vu d’indices tels que la corruption et la prévarication. Dans ces conditions, la recherche d’un nouvel équilibre entre des pouvoirs dont les intérêts sont divergents permet de résoudre la crise par un mécanisme original : une relative flexibilité existe donc dans le système de gouvernement régional qui accepte le remplacement des administrateurs en poste comme solution ultime aux problèmes soulevés.

  • 45 La requête serait alors interprétée comme un signe de résistance au changement, comme le refus de (...)

31Un tel conflit, révélateur de crise, est justiciable de diverses lectures. En tant qu’objet d’étude, il ouvre des pistes qui ont autant de ramifications dans les différents registres de l’analyse sociale et politique, ainsi que nous avons essayé de le montrer. Mais nous aurions pu privilégier une approche « girardienne » de l’affaire en avançant l’idée que le shaykh al-bilâd aurait servi de bouc émissaire et qu’il aurait été « sacrifié » dans la recherche d’un nouvel équilibre politique, social et économique (Girard, 1986). Dans cette optique, al-Qarqânî ne serait plus l’odieux personnage que dénoncent les citadins, mais une victime expiatoire chargée de tous les péchés. Une mutation sociale est annoncée par ce conflit. Mais vers quel modèle de société oriente-t-il le pays ? Est-ce le changement politique, administratif et social que prônent les réformateurs ottomans, empreints de l’idéal de « modernité45 » ? Ne serait-ce pas plutôt une réémergence de l’ordre tripolitain, entrée en opposition « constructive » avec un pouvoir central éloigné des préoccupations régionales ?

Bibliographie

Bibliographie

Faqîh Hassan A. al-, 1984, Al-yawmiyât al-lîbiyya, 958-1248/1551-1832, Mansûrât jam‘ al-Fâtah, Tripoli.

Faqîh Hassan A. al-, 1988, « Ahmad al-Faqîh Hassan al-Jadd, 1843-1886 », Textes et archives (publication du Markaz Jihâd - Tripoli), n° 7.

Féraud C., 1927, Les Annales tripolitaines, éd., par A. Bernard, Paris/Tunis, Librairie Vuibert/Librairie Tournier.

Féraud C., 2005, Les Annales tripolitaines, éd., par N. Lafi, Paris, Bouchène.

Girard R., 1986, Le bouc émissaire, Paris, Grasset.

Juhaidar O., 1991, Âfâq wa wathâ’iq, Tripoli, al-Dâr al-‘arabiyya li-l-Kitâb.

Lafi N., 2002, Une ville du Maghreb entre Ancien Régime et réformes ottomanes. Tripoli de Barbarie, 1795-1911, Paris, L’Harmattan.

[Nachtigal G.], s. d., Le voyage de Nachtigal au Ouadai, trad. J. Van Vollen-Hoven, Paris, Comité de l’Afrique française. Publié dans sa version originale allemande en 1879.

Rossi E., 1968, Storia di Tripoli e della Tripolitania, Rome.

Notes

1 Il s’agit de la ville de Tripoli de Barbarie, capitale de l’actuelle Libye, ancienne province ottomane de l’Afrique septentrionale.

2 Nous pourrions traduire shaykh al-bilâd par « maire » ou « bourgmestre ». Le mot bilâd, qui désigne la cité, est un idiotisme tripolin : on le retrouve sous la forme balad dans d’autres villes arabes. Pour une histoire de Tripoli, cf. N. Lafi, 2002.

3 Ce document rédigé en arabe, extrait du Basbakanlik Arçiv d’Istanbul (D. 61, n° 2004), n’est malheureusement pas daté. Toutefois, il fait partie d’un dossier concernant l’affaire, daté de 1863 à 1872 (en osmanli et en arabe). L’examen des différentes pièces de ce dossier permet de suggérer une date approximative : 1871.

4 La famille Qaramanli a régné à Tripoli, de manière quasi autonome, de 1711 à 1835, tout en continuant à faire allégeance au pouvoir ottoman. Le retour à une administration directe de la Sublime Porte en Tripolitaine a pris effet en 1835 et s’est prolongé jusqu’à l’arrivée des Italiens en 1911. En restaurant l’autorité de gouverneurs venus d’autres parties de l’Empire, la politique impériale visait, d’une part, à administrer le pays pour en gérer directement les ressources et, d’autre part, à contrôler l’une des deux provinces d’Afrique septentrionale encore sous son autorité, après la prise d’Alger.

5 Nous nous sommes référée au fonds « Correspondance politique » du ministère français des Affaires étrangères. Par ailleurs, la plupart des documents consultés au Centre des Archives diplomatiques de Nantes sont extraits des dossiers dits « affaires locales ». Dans ces dossiers, nous avons pu retenir tout ce qui concernait ‘Alî al-Qarqânî, le shaykh al-bilâd de Tripoli, qui a vécu durant la deuxième moitié du xixe siècle.

6 Le principal fonds exploité dans les Archives nationales libyennes à Tripoli est le dossier « baladiya » c’est-à-dire celui de la municipalité (mallaf baladiya).

7 Nous savons que « par décret du gouverneur général de Tripoli de Barbarie, Ali Kerkerni est arrêté juste un peu avant octobre 1871 ». Amae 23, n° 389 du registre d’ordre, lettre du 6 octobre 1871. La date de rédaction du document se situerait donc entre octobre 1871 et 1872, date inscrite sur le registre d’Istanbul.

8 Nous utilisons « tripolin » pour désigner les habitants de la ville de Tripoli, par opposition à l’adjectif « tripolitain » qui qualifie les habitants de la région tripolitaine, selon l’usage de l’époque.

9 O. Juhaidar, 1991, 202. Hajj Muhammad al-Sharîf est décédé le jeudi 24 sha‘bân 1271/1854.

10 Cité par O. Juhaidar, 1991, 202, n. 31.

11 Cet auteur fut un proche de ‘Alî al-Qarqânî pour lequel il composa d’ailleurs une élégie, ainsi, il est vrai, qu’il le fit pour d’autres notables tripolins. Il est en outre lui-même le fils du remarquable chroniqueur tripolin du début du xixe siècle, Hassan al-Faqîh Hassan. Cf. A. al-Faqîh Hassan, 1988, 160.

12 Cette assertion erronée permet de voir que G. Nachtigal se permettait parfois de faire des remarques non fondées. Elle relativise quelque peu son propos.

13 Il s’agit bien entendu de ‘Alî al-Qarqânî, qui était à cette date ra’îs al-baladiya. Nachtigal a traduit l’expression par « bourgmestre » car c’était ce qui existait à cette époque dans les villes allemandes, alors qu’il aurait pu traduire par maire, préposé urbain ou même prévôt des marchands, comme cela a été traduit dans les archives consulaires françaises.

14 [Nachtigal], s. d., 29-30.

15 Ouvrage publié à titre posthume par A. Bernard en 1927, à partir du manuscrit original. Il s’agit d’un essai d’histoire de la Tripolitaine à partir de l’arrivée des Arabes, en 642. Une réédition, par mes soins, est parue en 2005 chez Bouchène.

16 En effet, en novembre 1862, soit quelques années avant les propos de Nachtigal et quelques mois après la première destitution, Mahmûd Pacha ayant dû se rendre à Benghazi, une partie du château de Tripoli fut incendiée en son absence. Le feu prit dans la partie où se trouvaient le trésor et les registres de l’administration. Aucune pompe à eau de l’arsenal n’était en état de fonctionnement et, au lieu de porter secours, les officiers restaient à contempler l’incendie : « Le seul homme qui montra de la présence d’esprit fut l’ancien cheikh el-bled, Ali-Kerkenni, qui, enfonçant les portes, sauva une partie des papiers et des registres au péril de sa vie. » (Féraud, 1927, 418).

17 Après cet incendie, « des pièces de monnaie Bechlik ou celles de vingt paras devaient être changées au Kasné contre des monnaies non touchées par le feu. L’avis a été donné en même temps que le shaykh el-bled a reçu l’ordre de détruire toutes les monnaies fausses qu’il trouvera dans le pays ». Selon l’avis (i‘lân) arrivé à la chancellerie du consulat général de France, le 10 février 1863. Amae 70 (en arabe et en français).

18 Je dis « officiellement » car le tribunal de commerce a été institutionnalisé dans le cadre des réformes ottomanes, mais on sait que les shaykh-s al-bilâd précédents, au premier rang desquels ‘Alî al-Qarqânî, n’en n’exerçaient pas moins la même fonction auparavant.

19 DMT, document extrait du Mallaf baladiya, n° 8, daté de 1869 (en arabe).

20 Lettre de M. Vitas Serusi de Tripoli, rédigée en italien le 24 août 1858 de Benghazi. Amae 12.

21 Nous projetons de publier une étude spécifique de ce rôle économique joué par le shaykh al-bilâd, notamment à partir d’un dossier d’archives concernant cette affaire. « Depuis longtemps le maire de Tripoli, qui a l’entreprise de toutes les fournitures du gouvernement, était en possession du monopole de la pêche. » Ccc 41, n° 201, 28 avril 1869, 211.

22 Ccc 41, n° 201, 28 avril 1869, 211.

23 Le litige avec cette société concernait des dettes dont il devait s’acquitter. Amae 23, n° 389 du registre d’ordre, lettre du 6 octobre 1871.

24 Affaire Arbata Arbib, Amae 12, lettre du 6 octobre 1871 (en italien).

25 Dans cet article, il est accusé d’avoir saisi des biens volés après l’arrestation du premier coupable et de n’avoir rien rendu aux victimes.

26 Ceci est recoupé par deux documents (Mae, 1er mars et 10 novembre 1854, Nantes, Aqc, Ccc 41, conservé à Paris), qui font état de la protestation de commerçants français au sujet des marchés de céréales. Le shaykh al-bilâd y est accusé, de concert avec le pacha, de pratiquer la spéculation, selon la « rumeur publique ».

27 Une question reste en suspens, celle de savoir si une seule de ces accusations aurait pu suffire à le faire destituer. L’impunité du shaykh al-bilâd n’est-elle due qu’à l’absence – même sous la contrainte – de plaintes en bonne et due forme ? Ou s’agit-il de faits trop mineurs pour pouvoir remettre en cause un agent de l’État ? En d’autres termes, doit-on y voir une illustration de l’exercice du pouvoir et des « facilités » que celui-ci peut procurer en sein du système gouvernemental ottoman ?

28 A. al-Qarqânî était chargé de prélever les recettes des waqf des murs de la ville. Il en profita, semblet-il, pour détourner certains de ces fonds, comme le montre l’exemple des quatre boutiques (des biens waqf, d’après le document) qu’ « il a retenues pour lui » (al-mawqûfa li-nafsihi), art. 12 du document.

29 Basbakanlik Arçiv, D 61, n° 2004, art. 28.

30 L’assemblée des notables de la ville, que préside le shaykh al-bilâd.

31 Voir la liste des gouverneurs ottomans à Tripoli (1835-1911) dressée par E. Rossi, 1968, 351-352.

32 On doit s’interroger, en effet, sur le réel « aveuglement » de la Sublime Porte, qui aurait pu commander cette pétition afin de destituer un fonctionnaire peut-être trop lié à des affaires politiques gênantes. Cette hypothèse reste à vérifier par l’étude d’autres documents d’archives.

33 Cf. supra. Un rapport du gérant du consulat, E. Wiet, insiste cependant, à l’époque, sur le fait que « Ali Riza Pacha était gouverneur durant la première requête auprès de la Porte » (art. 28) et que c’était « un très brave homme ». Féraud (1927, 423) indique, dans le même sens, que « Ali Riza Pacha avait pu manquer quelquefois d’énergie pour réprimer certains abus commis par ses subordonnés très avides d’argent, mais, de tous les gouverneurs qui avaient successivement administré la Tripolitaine, il fut le seul qui partit sans avoir réalisé fortune, et cela seul suffit à son éloge ». Il est vrai que celui-ci était francophile, formé pendant huit années en France, qu’il parlait le français, apparaissait comme un réformateur, un moderniste ; on comprend qu’il ait suscité un portrait plus avenant que ceux de ses prédécesseurs et successeurs. Il serait même l’inspirateur direct du rapport de Wiet sur l’affaire. Il n’en demeure pas moins que ce gouverneur fut relevé de ses fonctions en mars 1870, date du rapport élogieux de Wiet. Ce dernier n’avait pas vu venir sa destitution, augurant au contraire de la condamnation des fauteurs de troubles (« à douze ans de travaux forcés », précise-t-il).

34 Choisi parmi ses pairs de la jamâ‘a, élu en quelque sorte, le cheikh avait, avant 1869, pour principale fonction de représenter la population auprès du pacha (ce qui explique sa désignation hors du cercle des proches, des familiers et des fonctionnaires de carrière, mais parmi les notables les plus influents) ; désigné par le pouvoir central ou par le gouverneur, sa légitimité venant désormais « d’en haut », rien ne pouvait plus l’empêcher de se comporter, envers la population, à la manière d’un roitelet. Peut-être doit-on donc voir ici un conflit avec la Porte sur le mode de désignation du représentant de la population, ainsi que sur la délimitation de ses droits et devoirs envers elle. L’institutionnalisation de la charge, en autorisant une disproportion en faveur des droits au détriment des devoirs, a rompu l’équilibre social qui prévalait auparavant. La population aurait donc souffert de perdre sa seule représentation officielle vis-à-vis des Ottomans et de devoir supporter, à nouveau, un administrateur corrompu.

35 Une requête (ressemblant fortement à notre document) adressée à la Porte avait été paraphée, quelques années plutôt, par un millier de signatures. Ici encore, une étude comparative sigillographique des deux documents apporterait d’autres éléments d’information sur la partie plaignante. Dans l’affaire de 1851, des notables de Tripoli se rendent auprès des consuls français, anglais et espagnol pour que ces derniers consentent à adresser leurs réclamations au sultan à Istanbul : « La ville était en émoi, car on savait que plus de dix mille Arabes armés n’attendaient qu’un signal pour soutenir les réclamations de leurs délégués. » Les notables avaient alors rédigé une requête portant, d’après Féraud (1927, 397), un millier de signatures, que les consuls s’engagèrent à faire remettre à la Porte par leurs ambassadeurs. La requête faisait suite à une manifestation au mois de septembre 1851. Il y avait « deux mille indigènes demandant à grands cris justice contre les prétentions arbitraires de l’autorité locale. » (Féraud, 1927, 396).

36 Art. 9, 22 et 24. L’un d’entre eux au moins est décédé. Parmi ces victimes identifiées se trouve un juif. Nous n’avons cependant pas la certitude que ce soit la même personne qui ait apposé le seul sceau en caractères hébraïque au bas du document.

37 Cette version se résume à ceci. Cinq Arabes des oasis avaient été mandatés pour se plaindre directement à Istanbul du shaykh al-bilâd et du gouverneur. De retour à Tripoli, en février 1870, accompagnés d’un enquêteur du ministère de l’Intérieur, ils furent immédiatement arrêtés « au motif que leur supplique était un faux grossier laissant apparaître des cachets de personnes décédées ou absentes ». C’est alors que « trois à quatre cent Arabes » vinrent réclamer leur libération. Le pacha refusa de les recevoir et trente d’entre eux furent aussi arrêtés. Ils traversèrent la ville, provoquant au passage la panique chez « les Maltais et les Israélites », et demandèrent audience aux divers consulats européens. Malgré le renvoi poli de ceux-ci par les consuls (français, italien et britannique), ils s’installèrent quinze jours durant devant chacun des consulats. Puis, de guerre lasse, ils décampèrent. Suivent ensuite des considérations sur l’origine et le bien-fondé de la démarche de ces personnes.

38 La Menchié (Menchiya) est la proche région de Tripoli, à vocation essentiellement agricole.

39 Dans les articles 27 et 28, la version des plaignants diffère légèrement de celle donnée par Wiet : en particulier, un délit de faussaire aurait déclenché l’affaire ; mais le rapport de Wiet le suggérait déjà, qui tenait ses renseignements de « bonne source », c’est-à-dire du gouverneur en personne : en effet, on ne voit pas pourquoi ils auraient préféré faire un faux, quand un vrai document aurait été facile à produire. Quant à la conclusion de l’histoire, les manifestants ne se seraient pas dispersé purement et simplement, mais auraient demandé asile… aux prêtres de la Mission.

40 Dans la « Liste de consuls de France à Tripoli de 1630 à 1919 », E. Wiet apparaît en 1869 comme le gérant du consulat (Féraud, 1927, 451).

41 Dans le texte cité précédemment et reproduit par Féraud, les Arabes prêts à se révolter sont effectivement chefs de tribus extérieures. Féraud, 1927, 397 ou supra.

42 Les entrepôts des tabacs et de la poudre qui ont été pillés sont probablement proches de la ville, sous la surveillance de la garnison (art. 1) ; il est question d’un vol au château (art. 4) ; il spécule sur les marchés (art. 9) ; il intrigue auprès des fonctionnaires du château (art. 10) ; il se sert, sur les revenus des waqf, « des murs de la ville » (art. 12), etc.

43 Son évidence s’est révélée à moi après quatre ans de recherches sur l’histoire sociale de la ville de Tripoli, dans les « Chroniques libyennes » de H. al-Faqîh Hassan rédigées au début du xixe siècle. Elle y est mentionnée directement une cinquantaine de fois, de la manière la plus anodine et la plus naturelle qui soit, l’auteur participant à ses réunions « informelles » dans le café tenu par… le shaykh al-bilâd. Cf. H. al-Faqîh Hassan, 1984.

44 Nous ne savons pas si le futur ra’îs al-bilâd, remplaçant de A. al-Qarqânî, figure parmi les signataires. Si cela se vérifiait, cette information donnerait un indice de cette efficacité et un parfum de complot politique à l’action des notables.

45 La requête serait alors interprétée comme un signe de résistance au changement, comme le refus de voir les attributions de shaykh al-bilâd se transformer en celles du ra’îs al-bilâd.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540