Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

II. Le temps de la figure du cheikh et du pouvoir suzerain

La famille maraboutique de Sidi Ahmad Tlili

Un exemple d’alliances matrimoniales de notables

Adel Ltifi

Texte intégral

1Quelle place occupent les alliances matrimoniales dans les stratégies notabiliaires ? Y a-t-il des liens entre stratégies matrimoniales et stratégies de territorialisation ? Quel rôle remplissent les femmes dans les négociations des rapports ou des frontières entre les entités territoriales ? La réponse à ces questions suppose que l’on s’entende sur un certain nombre de postulats et sur un minimum de conventions concernant les principaux concepts.

2Quelques données simples s’imposent dès qu’on aborde de tels rapports. A priori, rien ne contredit l’énoncé selon lequel, dans une société où dominent les valeurs de la virilité, l’exercice de la notabilité est l’affaire exclusive des hommes. En d’autres termes, les clivages sociopolitiques entre les sexes sont l’une des conditions primordiales pour assurer le monopole masculin sur la notabilité. C’est l’exclusion des valeurs féminines qui justifie l’étude des rapports entre circulation des femmes et stratégies notabiliaires. Traiter de la notabilité, c’est évoquer les dimensions hiérarchiques de l’organisation sociale qui s’articule au détriment des femmes, lesquelles reproduisent pourtant cette hiérarchie. Le premier point de jonction entre fait matrimonial et notabilité est donc le principe hiérarchique de l’organisation sociale. La relation entre hiérarchie statutaire et choix matrimoniaux est d’ordre structurel. En effet, les alliances matrimoniales représentent une pratique sociale différemment conçue selon le statut des familles ou des individus directement impliqués. Ceux qui se distinguent par le rang supérieur qu’ils occupent dans la structure sociale manifestent cette distinction par des alliances qui renforcent leurs assises territoriales, politiques, économiques et symboliques au sein de la localité. Ces alliances assurent aussi leur intégration dans des systèmes socio-spatiaux plus vastes. Si la notabilité est une production de l’ordre social, les alliances matrimoniales sont l’un des agents révélateurs et reproducteurs de cet ordre.

3Le notable doit son influence et son rayonnement surtout à ses ressources de pouvoir. Celles-ci lui permettent, d’une part, d’exercer une autorité sur un territoire bien identifié et, d’autre part, de le représenter lors de négociations avec le pouvoir central. Aussi le pouvoir politique des notables, leurs ressources et surtout leur rôle médiateur sont-ils des conditions essentielles d’existence de la notabilité. Toutefois, ces dimensions ne sont-elles pas contenues dans les alliances matrimoniales ? Les stratégies matrimoniales, entendues en termes d’échange, impliquent des notions telles que réseaux, patrimoine ou pouvoir politique, toutes liées au statut des groupes impliqués dans l’échange. Les femmes, en tant que produit d’échange sur le marché matrimonial, véhiculent, lors de leur circulation, des valeurs économiques mais surtout symboliques. Les notables tirent profit de ces valeurs à l’occasion de la négociation du pouvoir, tant au sein de la communauté locale qu’avec des partenaires extérieurs. Le droit des notables sur les femmes du groupe est l’une des vertus du jâh (influence). La notabilité apparaît comme un statut, une image, en définitive une identité relative au statut du groupe. La femme symbolise et véhicule cette identité à travers l’idéologie de l’honneur qui incarne la virilité de l’ordre social.

4La structuration d’une entité locale et la médiation avec les espaces englobants se réalisent grâce à la mobilisation de tout un potentiel économique, politique, matrimonial et symbolique. La circulation des femmes est l’une des pratiques qui révèlent la négociation des positions sociales et qui édifient le champ relationnel avec ses différentes étendues spatiales.

5L’identité du groupe ne se définit pas uniquement dans le cadre de ses rapports avec d’autres groupes. Elle dépend aussi des liens qu’il entretient avec l’espace géographique. Dans ce contexte, on distingue deux dimensions : un territoire local et un autre global. Le local correspond à l’espace géographique qui circonscrit l’usage quotidien du champ relationnel. Cet usage quotidien engendre par conséquent un esprit d’appropriation et d’identification. Nous référant à P. Bourdieu (1980) dans son utilisation de l’expression « parenté pratique » pour désigner les relations parentales les plus manifestes dans la vie courante, nous dirons que le local est un espace pratique quotidiennement utilisé. Quant au global, il est plus diffus et plus varié en ce qui concerne l’étendue spatiale et relationnelle. Sur le plan fonctionnel, et quoique ses manifestations soient occasionnelles, le global évoque souvent la centralisation et l’influence.

6L’étude des structures et des fonctions des alliances matrimoniales dans le monde arabe dévoile l’inadéquation du principe d’échange avec des types d’alliances comme le mariage arabe ou l’endogamie en général (Bonte, 1991). On peut parler d’échange, mais pas forcément dans le sens de la réciprocité. Les pratiques endogames ne sont pas des traits exclusifs de la structure, mais plutôt l’une des stratégies possibles qui dépendent de la conjoncture et du statut des unités impliquées. Elles ne peuvent être appréciées que dans leur rapport avec d’autres pratiques exogames. La combinaison entre l’orientation endogène et celle exogène, surtout chez les notables qui possèdent les moyens de la réaliser, engendre la structuration interne de l’entité locale et son ancrage avec les espaces extérieurs.

7Nous illustrerons ces propos en étudiant le mode de fonctionnement des alliances matrimoniales d’une famille, en tant que pratique productrice de la cohésion du groupe et moyen articulatoire avec les espaces englobants. Nous ne prétendons pas, bien sûr, aborder toutes les implications des alliances de ce lignage maraboutique.

  • 1 Archives du gouvernement français, fonds de la Résidence générale de France à Tunis, carton 95, do (...)

8Nous avons choisi comme champ de référence le lignage maraboutique Tlili de Fériana. Ce lignage se compose des descendants de Ahmad Tlili, un saint très vénéré dans la région du Centre-Ouest de la Tunisie. Il est décédé en 1767 à Fériana, où il a fondé l’actuelle zaouïa qui jouit, depuis sa fondation, d’un rayonnement considérable1. Sidi Ahmad Tlili est lui-même descendant de Sidi Tlil, ancêtre fondateur de la tribu des Awlâd Tlil qui vit aux alentours de Fériana (fig. 1). Le lignage Tlili, appelé dâr zâwiya (famille maraboutique), s’est établi dans la localité depuis la fin du xviiie siècle, à proximité des Fériani, anciens habitants du village d’où ils tirent leur nom. Les Fériani sont un agrégat de familles sans origine géographique précise et sans ancêtre connu. Ils se divisent en trois sous-groupes patronymiques : les Saadaoui, les Hermassi et les Ajlani. La répartition spatiale de ces groupes est à l’image du découpage identitaire. Le voisinage résidentiel fonde la proximité politique entre ses différents partenaires. En effet, ces trois sous-groupes occupent la basse dashra (hameau) alors que les Tlili sont isolés dans la haute dashra, près de quelques groupes minoritaires comme les Jouabeur.

Figure 1. Position du lignage Tlili au sein de la tribu

Figure 1. Position du lignage Tlili au sein de la tribu

Source : schéma de l’auteur.

  • 2 A. Tlili, Manâqib (Mémoires du saint). Manuscrit hagiographique inédit conservé à la zaouïa du sai (...)

9Le choix du lignage Tlili répond aux exigences de l’étude des faits de notabilité. En effet, ce lignage a bénéficié, dès son apparition, d’un pouvoir politique important. Les Tlili ont monopolisé le commandement de toute la tribu, y compris les Fériani, au début de la colonisation. Le rôle médiateur est un fait marquant de l’histoire du lignage. Sidi Ahmad Tlili a même été sollicité par les fils de Hussein Ben Ali lors de la discorde entre Béchia et Husseinia, pour intervenir auprès de la population afin de soutenir leur cause2. Cette position de commandement de la tribu et de médiation avec le pouvoir central s’est perpétuée chez ses descendants, mais a connu un fléchissement relatif au cours de la période coloniale pour disparaître ensuite sous l’État national.

10Concernant les ressources du lignage, condition essentielle du statut de notabilité, il faut signaler la diversité de l’assise matérielle du groupe. Les Tlili possèdent des terres irriguées à Fériana, à Kasserine et même au Jérid et au Kef. Ajoutons à ce patrimoine foncier un grand troupeau bovin et ovin à Fériana et ses environs. Une grande partie de cette richesse provient des dons des membres de la tribu et des fidèles qui croient en le charisme du saint. Ces derniers se rassemblent chaque année lors du pèlerinage ou zarda. Notons, toutefois, que le pouvoir politique, la médiation et la richesse sont monopolisés par quelques individus qui ont réussi, par leur dynamisme, à s’accaparer les vertus du groupe. Notre analyse prendra donc en compte deux dimensions : la dimension individuelle, qui concerne des personnages influents, et la dimension collective, liée à la stratégie du groupe.

11L’analyse du cas des Tlili de Fériana révèle l’importance de deux pratiques matrimoniales : l’endogamie lignagère et les mariages de prestige avec des partenaires lointains. L’endogamie s’inscrit dans le cadre de la reproduction de la cohésion du groupe à la lumière de ses rapports spécifiques avec ses voisins. C’est une stratégie collective qui implique tous les membres du lignage sans qu’interviennent les clivages sociaux entre les familles ; alors que les mariages extérieurs, et surtout les mariages de prestige, sont l’œuvre d’une élite restreinte qui, à travers ces orientations exogènes, reproduit sa supériorité hiérarchique et consolide ses liens avec les champs englobants.

12Notons cependant que, par endogamie, nous désignons toutes les alliances réalisées au sein du lignage. C’est une endogamie pratique qui se réalise dans le champ de la parenté pratique (Bourdieu, 1980, 201) et non dans celui de la parenté idéologique, qui implique toute la tribu. Nous nous référons ici à la définition des acteurs sociaux eux-mêmes.

13Comment peut-on, à partir de ces principes, expliquer l’endogamie comme pratique qui renforce le groupe identitaire et qui contribue à la structuration de la communauté locale ? Comment se réalise l’articulation entre le système local et les systèmes extérieurs par les alliances matrimoniales ? Enfin, quels sont les traits de continuité et les traits de rupture entre les anciennes structures matrimoniales et celles de la Tunisie indépendante ?

Les alliances matrimoniales et la consolidation de l’assise locale du groupe

L’endogamie et les limites de la réciprocité

14Pour élaborer une vision globale de l’évolution des alliances matrimoniales du lignage Tlili, nous avons procédé à une classification sur la base de leur orientation socio-géographique. Cinq catégories (fig. 2) ont pu être repérées : l’endogamie lignagère, l’endogamie tribale, des alliances locales réalisées avec des partenaires de Fériana, des alliances régionales réalisées aux alentours de Fériana, comme Kasserine et Gafsa, et enfin, des alliances globales réalisées avec des partenaires originaires d’autres villes ou de l’étranger. Le graphique montre que l’endogamie lignagère ne constitue pas un trait structurel de l’organisation sociale du groupe. La primauté de l’alliance interne correspond à des phases particulières de l’histoire du lignage. Elle doit donc être analysée dans le cadre du dispositif stratégique des alliances à chaque phase.

Figure 2. Bilan des alliances Tlili

Figure 2. Bilan des alliances Tlili

Source : graphique élaboré par l’auteur.

15Sur une période qui dépasse les deux siècles de la vie du lignage, nous avons recensé 349 mariages et un taux d’endogamie lignagère de 36,5 %. Ce chiffre, comparé à ceux observés lors de recherches effectuées dans divers pays arabes, donne bien l’image d’un groupe endogame. Le taux d’endogamie, dans ces derniers cas, était toujours supérieur à 30 % comme chez les Kurdes d’Irak, les Palestiniens (Ben Salem, 1992) ou le Jbel Ansarine en Tunisie (Cuisenier, 1975). Cependant, la comparaison entre les différentes phases historiques montre que le recours à cette pratique, comme premier choix dicté par la structure de l’organisation du groupe, n’était ni automatique ni évident.

  • 3 Témoignage de Salah Ben Hammouda, l’un des hommes âgés du lignage Tlili.
  • 4 Un document officiel établi à l’occasion de la dissolution du habous (legs religieux, bien de main (...)

16La première période, qui s’étale entre 1737 – date du premier mariage du fondateur du lignage – et la troisième décennie du xixe siècle, montre que l’endogamie n’était qu’une alternative parmi d’autres. Le lignage était ouvert à d’autres groupes de la tribu et de la région. Nous pouvons qualifier cette période de phase de fondation du groupe. La diversification des possibilités matrimoniales et la capitalisation des alliés multiplient les chances de conquête du territoire de Fériana, où le groupe venait de s’installer. La phase de la fondation du lignage Tlili donne une idée de la dialectique existant entre stratégies matrimoniales et territorialisation. Toutefois, il faut relativiser les résultats qui se rapportent à cette période. Notre connaissance concernant le nombre exact des mariages et leurs trajectoires est incertaine, de telles informations échappant à la mémoire de nos informateurs3. Quant aux sources écrites, elles sont imprécises4.

17L’endogamie ne s’est affirmée comme primauté dans les choix matrimoniaux que pendant la deuxième moitié du xixe siècle et pendant la période coloniale. Le taux d’endogamie lignagère dépassait alors les 55 %. Cette période correspond à l’affirmation de la position du lignage dans la localité de Fériana en tant que groupe influent par sa « sainteté », l’importance de son assise économique et son pouvoir politique. Ce changement ne fait pas exception dans la société arabe, surtout chez les groupes qui jouissent d’un statut social élevé. C’est le cas des grandes ‘aylât de Tunis : chez ces familles, la confirmation de la position du groupe dans la mosaïque sociale locale correspond souvent, sur le plan des échanges matrimoniaux, à une fermeture vis-à-vis de l’extérieur tout en favorisant l’orientation interne des alliances (Ferchiou, 1992). Comment expliquer cette pratique ? Est-elle commandée par le souci d’éviter l’effritement du patrimoine familial ? Est-elle gérée par les lois de la préférence ? Certes, ces données expliquent en partie le phénomène des mariages endogames, mais notre compréhension de cette pratique reste incomplète si nous nous en tenons à ces seuls éléments.

18En effet, l’endogamie est déterminée par le statut du groupe en question, qui est le produit de son histoire. Les Tlili de Fériana s’identifient comme un groupe maraboutique saint issu de Sidi Tlil, un ancêtre reconnu. Cette distinction sociale repose sur le monopole de la gestion du sacré, dont le principe lignager assure la continuité et la reproduction. Les alliances répétées au sein du lignage renforcent les liens biologiques et sociaux entre ses unités constitutives. Elles renforcent aussi les frontières qui séparent le lignage des autres entités voisines. Cette démarcation matrimoniale représente, en même temps, une forme de production de la distinction sociale par rapport aux autres groupes laïcs locaux. La pratique endogame doit être analysée dans le cadre d’un dispositif identitaire qui combine, entre autres, statut social et territoire. Le mariage dans le groupe garantit la continuité de la résidence patrilocale autour de la zaouïa et, par conséquent, renforce l’utilisation quotidienne de l’espace résidentiel des Tlili. Cette pratique favorise donc la territorialisation et consolide l’intégration du groupe dans le territoire local. L’endogamie lignagère n’établit pas uniquement des rapports entre les hommes, mais aussi entre ces derniers et l’espace. C’est dans cette mesure qu’elle représente une forme de territorialisation du local.

19L’endogamie doit être aussi analysée du point de vue des rapports hiérarchiques au sein du groupe. La distinction entre les sexes fournit à cet ordre hiérarchique un principe de construction idéologique et un mode d’expression. La pratique endogame renforce la masculinité du groupe à travers l’affirmation de la filiation patrilinéaire. Même s’ils impliquent les hommes et les femmes du lignage, les mariages au sein du groupe restent l’un des moteurs d’exclusion des valeurs féminines en faveur de la suprématie masculine. La pratique collective de l’endogamie permet de parler d’un certain « conformisme matrimonial » qui vise à la cohésion du groupe sous l’égide des hommes, candidats potentiels à la notabilité. La mainmise des hommes sur les femmes du groupe est une condition essentielle au jeu de la notabilité.

20Le souci de se distinguer au niveau des pratiques matrimoniales marque encore sa présence dans le discours des hommes âgés du lignage. Ces derniers justifient l’endogamie par la peur d’être mélangés avec d’autres groupes et de perdre leur homogénéité biologique. Mais derrière ce discours, qui valorise les rapports de sang, se cache un souci de préserver le patrimoine et le statut social du lignage. Le mariage endogame, en associant proximité consanguine et statutaire, se pose comme l’idéal des alliances matrimoniales des notables. Il répond à un idéal idéologique justifié par la cohésion du groupe, œuvre exclusive des hommes.

Les Tlili et leur entourage à Fériana : les alliances racontent l’histoire

21À quels partenaires de Fériana les Tlili étaient-ils ouverts ? La répartition socio-spatiale des alliances réalisées par le dâr zâwiya montre que l’ouverture vers d’autres fractions de Ouled Tlil est le deuxième terme de l’alternative, après l’endogamie. Ces rapports matrimoniaux diffèrent selon le statut des partenaires. Avec les Abbassi (23,46 % des alliances réalisées à Fériana durant plus de deux siècles), les alliances sont régies par le principe de l’échange réciproque. Ces échanges ont augmenté pendant la période pré-coloniale et coloniale. En fait, la réciprocité est tolérée tant qu’elle ne présente aucun risque pour le statut du lignage. Les Abbassi sont les descendants de Sidi Abbès (fig. 1), autre saint personnage qui a une coupole à Fériana, au voisinage de celle de son petit-fils Ahmad Tlili. On parle, dans ce cas, d’une proximité consanguine, résidentielle, mais surtout statutaire, définie par le partage du même champ de sainteté. Sur le plan économique, plusieurs familles Abbassi gèrent un patrimoine considérable au voisinage des domaines des Tlili de la zaouïa. Ces remarques valent également pour les alliances avec les M’barki, qui possèdent des terres vastes et fertiles au sud de la localité.

22Quant aux alliances avec les autres fractions des Awlâd Tlil (11,17 % des différentes alliances du lignage), on constate que le lignage saint en a réalisé huit avec les Kilani (des Tlili nouvellement installés à Fériana). Dans tous les cas, les Kilani étaient donneurs de femmes. Il en est de même pour les minorités du village comme les Zidi, les Jabri et autres (dix-neuf alliances). Les enjeux sont différents. Si les groupes donneurs de femmes visaient l’intégration dans la sphère d’influence des Tlili de Fériana, ces derniers, au contraire, voulaient s’affirmer et se distinguer comme « capteurs de femmes ». Cette pratique de captation doit se comprendre dans la logique de l’idéologie de l’honneur qui, dans les valeurs de la société, s’acquiert par les hommes et se perd par les femmes. On assiste donc à une accentuation de la féminisation des alliés locaux. Cette clientélisation matrimoniale est l’un des fondements de la soumission politique de ces groupes.

23Les « privilèges matrimoniaux » du lignage saint se confirment encore si l’on examine ses rapports avec les Marzougui (fig. 1). On assiste à l’absence de tout échange entre les deux groupes jusqu’aux années 1960. Les Marzougui sont connus comme les descendants de Marzoug, un serviteur de Sidi Tlil. C’est une expression métamorphique de l’infériorité statutaire de ce groupe. Les Tlili, dont l’origine sainte garantit et codifie leur supériorité hiérarchique, n’ont aucun intérêt à s’allier avec ce groupe, de même qu’avec les R’himi ou d’autres fractions. Les alliances des Tlili de Fériana avec ces pasteurs représentent aussi une forme de consolidation des rapports entre les sédentaires, centre de décision de la tribu, et les semi-nomades, assise démographique du pouvoir du lignage saint et source importante de dons.

  • 5 Archives du gouvernement français, fond de la Résidence générale, carton 95, dossier 2, f°1 à 11.
  • 6 Archives du gouvernement français, fond de la Résidence générale, carton 94, dossier 5, f°110.

24Ce qui est le plus significatif dans les alliances du dâr zâwiya, c’est la rareté des mariages contractés avec des partenaires Fériani et surtout avec les Saadaoui. Pendant plus de deux siècles de voisinage géographique, aucune alliance matrimoniale n’a vu le jour entre les deux groupes identitaires. Les Tlili justifiaient leur refus de s’allier aux Fériani par l’incertitude qui pesait sur l’origine de ces derniers (min ghayr açl), dont les femmes auraient eu une conduite sociale douteuse. Pour eux, la bonne conduite des femmes et la préservation de l’honneur de la famille ne sont garanties que par la référence à un ancêtre connu et reconnu. Ce discours idéologique dévalorisant voile la réalité des rivalités qui ont marqué les rapports des deux groupes durant deux siècles. Les principaux enjeux de cette concurrence étaient les eaux de l’unique source qui alimente le village, ainsi que le commandement de la localité depuis la création d’un seul caïdat en 18825. Le partage des eaux a été partiellement résolu en 1903 par l’administration française (Monchicourt, 1906), sans toutefois mettre un terme définitif aux litiges. La réunion des deux groupes identitaires en un seul caïdat a favorisé des luttes politiques qui ont parfois dépassé le cadre de la localité. Ce fut le cas en 1884 entre Si Belgaçem Essassi Tlili et Si Brahim ben Mohamed al-Feriani, qui se disputaient le nouveau poste de caïd de Fériana et des Awlâd Sidi Tlil6. Le candidat Tlili a été écarté de ce poste à la demande de Si Brahim, qui a profité du départ en pèlerinage, non autorisé, de son rival. La rivalité politique entre les deux clans se poursuit encore de nos jours à l’occasion des élections des cellules du parti au pouvoir ou lors des élections du conseil municipal.

25Les alliances matrimoniales des Tlili fonctionnaient donc dans le sens de la consolidation des rapports de sang par l’endogamie, pratique qui retrace les frontières biologiques du groupe face aux groupes voisins. Ces derniers, en donnant leurs femmes, visaient à être reconnus par les Tlili comme étant une des constituantes de leur sphère d’influence. Ainsi apparaît la double fonction d’une alliance : pour les Tlili « capteurs de femmes », c’est une supériorité que l’on concrétise, alors que pour les groupes féminisés, c’est l’intégration dans la sphère d’influence d’un puissant lignage que l’on réalise, fût-ce avec un statut de dépendants.

26L’étude des trajectoires des alliances selon les catégories sexuelles montre qu’il existe un certain partage des rôles dans les stratégies matrimoniales du groupe. Dans toutes les sociétés patriarcales, les hommes sont distingués par des privilèges économiques, politiques mais aussi matrimoniaux. Dans le cas des Tlili, la distinction, au niveau des fonctions matrimoniales, entre hommes et femmes est très nette. La circulation des femmes Tlili révèle que, jusqu’au début des années 1960, ces dernières échappaient rarement à l’endogamie lignagère, ou bien elles étaient vouées au célibat. Nous avons constaté qu’un nombre relativement important de femmes étaient décédées sans avoir pu se marier, tandis que d’autres étaient encore célibataires à plus de 40 ans. En revanche, les hommes Tlili avaient davantage de choix dans un champ matrimonial plus vaste. Ils se mariaient au sein du groupe, mais souvent aussi, et parallèlement, en dehors. Ainsi étaient-ils responsables de l’équilibre entre la cohésion interne du groupe et ses rapports avec l’extérieur. Ce sont là des fonctions politiques remplies par le biais de pratiques matrimoniales spécifiques. Un trait significatif des pratiques matrimoniales masculines est représenté par l’importance de la capitalisation des femmes. Nombre de Tlili ont réalisé plus de deux alliances, concrétisant, par cette polygamie, l’importance de leur statut au sein du groupe. Dans certains cas, ces hommes échappaient même au conformisme du groupe en épousant davantage de femmes hors du lignage. C’est le cas de Hajj Touhami Ben Rabah, un riche Tlili qui possédait un domaine loin du quartier de la zaouïa. Ce personnage a épousé trois femmes vers la fin de la période coloniale : la première était sa cousine parallèle patrilinéaire, les deux autres des femmes Mejri de Sbeitla. Avant son décès, Si Touhami avait désigné comme héritiers les descendants de l’une de ses épouses Mejri, s’opposant ainsi aux règles du groupe.

27Si l’on examine le rôle respectif des deux sexes, on peut dire que les femmes sont associées à la consolidation interne du groupe par l’endogamie, pratique génératrice de conformité. Par opposition, les hommes – à part ce même rôle – assuraient l’ouverture vers l’extérieur. Le partage des fonctions entre les catégories sexuelles et entre les catégories sociales dans le champ matrimonial reflète le dynamisme des stratégies de pouvoir des Tlili, dont les notables sont les vrais moteurs. Ces personnages concrétisent aussi leur supériorité statutaire personnelle et celle du groupe lors de mariages de prestige réalisés avec des partenaires lointains.

Alliances de prestige et articulation avec l’extérieur

28Les vraies vertus de la famille maraboutique Tlili sont le rayonnement, produit du monopole de la gestion du sacré, le pouvoir politique et la richesse économique. Ces vertus sont prises en considération lors des alliances. Les mariages de prestige permettent la diffusion de ce rayonnement et la reproduction de la richesse économique par la création de réseaux de relations.

29Les mariages de prestige contractés par des individus influents avec des partenaires jouissant d’importants statuts, dans la région ou à l’extérieur, sont souvent des mariages politiques (Bourdieu, 1980, 272). Le champ socio-spatial de ces alliances et les fonctions qu’elles remplissent sont indissociables des stratégies politiques du groupe. C’est comme moyen politique que les alliances extra-ordinaires sont un des révélateurs de la notabilité.

30Les enjeux des mariages de prestige sont toujours d’ordre économique ou politique. Ces alliances ont joué un rôle important dans l’affirmation de la distinction statutaire du groupe Tlili et de ses notables et dans la diffusion du nom de la zaouïa. L’affirmation de sa position dans la communauté locale et de son rayonnement sont les conditions de son rôle médiateur avec l’extérieur. Le souci de sauvegarder et de reproduire le système est l’un des repères qui orientent les alliances exogames du lignage Tlili.

  • 7 A. Tlili, Manâqib, op. cit.

31Les mariages de prestige remontent à l’époque du fondateur du lignage, Ahmad Tlili. Le saint raconte, dans sa biographie7, l’affaire de son mariage avec une fille de la famille Kamerji, des Turcs de Gafsa. Pour convaincre son entourage, il évoque la richesse de ses alliés comme l’un des atouts de cette alliance. Selon les dires des Tlili d’aujourd’hui, elle aurait été l’épouse d’un bey. Ahmad Tlili, qui s’était distingué par son savoir et son charisme et qui construisait son personnage de saint, cherchait à se démarquer de sa tribu semi-nomade et à sortir de l’enclave bédouine. L’alliance avec une femme Kamerji entre dans une stratégie de rupture avec le mode de vie semi-nomade de la tribu et d’installation à Fériana, cadre de sédentarité prometteur. Une telle alliance renforce les liens avec la ville de Gafsa, qui domine toutes les localités de la région. Elle permet aussi à Ahmad Tlili de se rapprocher du pouvoir central à travers cette ville très liée à Tunis, et lui procure le financement nécessaire pour construire la zaouïa. En même temps, le saint a épousé une cousine parallèle patrilinéaire, donnant ainsi l’exemple de la complémentarité entre endogamie et mariages extra-ordinaires. Cette stratégie matrimoniale est devenue une tradition chez les descendants du cheikh.

32Les sources orales citent d’autres alliances de ce genre. Le petit-fils du saint a épousé la fille d’un « bey de l’Ouest » (Algérie) au début du xixe siècle. Il a organisé une cérémonie fastueuse en partie financée – et de manière illicite – grâce aux revenus de la zaouïa. Selon les mêmes sources, le bey de Tunis serait intervenu pour rembourser une part de ces dépenses. Bien qu’imprécise sur le plan chronologique, cette histoire n’en est pas moins bien entretenue par la mémoire familiale, témoignant de la fierté du groupe à travers ses alliances prestigieuses. Belgaçem Essassi, un autre descendant du saint occupant le poste de caïd-commandant de Fériana et des Awlâd Tlil jusqu’à 1884, a épousé quatre femmes dont l’une venait de la famille Hamzaoui de Nouba (à l’est de Kasserine). Cette famille était connue par ses juges et notaires, qui ont occupé ces fonctions dans les hautes steppes au cours du xxe siècle. Beaucoup d’entre eux ont commencé leurs études à la zaouïa de Fériana. Ahmad Chedly a reproduit lui aussi le même type d’alliances que son père, donnant une dimension stratégique aux rapports entre les deux familles. Selon les témoins, ce mariage lui aurait apporté une véritable fortune. Quant à Ali Ben al-Abed, un riche notable Tlili, il a réalisé quatre alliances, dont l’une avec la fille d’un caïd de Kasserine.

33La famille de Si Hattab, l’une des riches familles du lignage, a noué des alliances répétées avec la famille maraboutique Sahraoui de Bakaria, à la frontière tuniso-algérienne. Si Hattab a épousé successivement deux sœurs Sahraoui, et son frère Rabah, deux autres femmes de cette même famille. Les alliances avec ce lignage ont favorisé l’intégration de la zaouïa de Fériana dans l’aire géographique du maraboutisme, stratégie qui a consolidé le statut symbolique du lignage Tlili, surtout avec la féminisation des Sahraoui donneurs de femmes.

34Les espaces englobants avec lesquels les Tlili tentent de s’articuler par le biais d’alliances de prestige sont diversifiés. Ils vont de l’économique au politique en passant par l’administratif, le judiciaire et le symbolique. Les alliances extra-ordinaires donnent une dimension stratégique aux alliances politiques du lignage. Elles révèlent aussi que les auteurs de cette articulation sont des personnages qui se distinguent par leur situation symbolique, culturelle (savoir) ou administrative (directeur de la zaouïa, notaire…) et qui visent l’intégration dans des systèmes plus vastes. Par sa participation à l’endogamie, cette catégorie assure sa conformité avec le groupe qu’elle utilise comme tremplin pour ses rapports avec l’extérieur. Les notables Tlili prouvent le dynamisme de leurs stratégies politiques à travers ce va-et-vient entre endogamie lignagère et mariages extérieurs. Ils diversifient les orientations de leurs mariages dans le but de réaliser un équilibre entre ressources matrimoniales locales et externes. Le caractère répétitif de leurs alliances de prestige, leur concentration dans une catégorie de personnages et les dépenses considérables qu’elles engendrent portent à croire en une certaine institutionnalisation de ces mariages extra-ordinaires et à une stabilité des stratégies matrimoniales.

35Notons cependant que, ni la mainmise du bey sur les campagnes et l’affirmation de l’État souverain, au cours du xixe siècle, ni l’annulation des privilèges fiscaux sous l’État colonial n’ont sérieusement affecté la position du lignage. En effet, une grande partie de la richesse économique des Tlili de Fériana provient des dons et des offrandes des membres de la tribu et des fidèles, surtout à l’occasion de la fête maraboutique.

36Si, pendant l’époque contemporaine, les Tlili ont beaucoup tiré parti de leur pouvoir symbolique et de leur rayonnement pour contrôler leurs alliances, les changements survenus avec la mise en place de l’État national ont renversé les principes des choix matrimoniaux du lignage. Ainsi a-t-on assisté à un net recul de la position du lignage sur le marché matrimonial.

La crise du maraboutisme et les alliances du lignage Tlili

37Les alliances réalisées après les années 1950 montrent une nouvelle répartition des fonctions en ce qui concerne les catégories sexuelles, sociales et aussi les espaces géographiques. Ces changements, latents vers la fin de la période coloniale, se confirment comme nouvelle orientation pour les trois dernières générations. Avec les nouvelles générations, et surtout la dernière, les Tlili tendent à s’ouvrir à de nouveaux horizons matrimoniaux. Les acteurs de cette ouverture ne sont plus exclusivement des hommes. Les nouvelles réalités socio-économiques de la Tunisie indépendante ont préparé la sortie des femmes du cadre restreint du choix endogame pour devenir de nouveaux agents d’ouverture. Sur l’ensemble des mariages réalisés avec des partenaires extérieurs (qualifiés de mariages globaux dans la fig. 2, par les deux dernières générations Tlili, 56,42 % ont été réalisés par des femmes.

38Dans cette nouvelle phase, l’ouverture des Tlili s’est orientée d’abord vers des groupes de la tribu Ouled Tlil. Un peu plus du tiers (36,4 %) de l’ensemble des alliances des quatre dernières décennies s’est réalisé avec des membres de la tribu. Le trait nouveau de ces alliances réside dans le fait qu’elles se sont réalisées dans le cadre d’échanges réciproques. Cette réciprocité manifeste un certain recul de la position statutaire du lignage saint dans une société en évolution. Parallèlement, les Tlili de Fériana se sont tournés vers les grandes villes, notamment Tunis, Sfax et Sousse. Plus du tiers (34,8 %) des alliances a été réalisé depuis les années 1950, et sur 112 alliances, 13 l’ont été avec des étrangères ou même des étrangers.

39À l’échelle locale, l’ouverture des Tlili était très contrôlée. Elle s’est orientée vers les groupes minoritaires comme les Zidi ou les Jabri (15 alliances sur 112). Toutefois, le nombre d’alliances avec les deux rivaux historiques, les Saadaoui et les Hermassi, est resté insignifiant (5 alliances durant plus de deux siècles). On peut en déduire que les Tlili de Fériana ont cherché un remède aux nouvelles réalités socio-économiques loin du cadre local de cette partie de la Tunisie intérieure, affaibli par la « globalisation » et une forte centralisation.

40Les nouvelles stratégies d’ouverture vers les grandes villes ou vers l’étranger se réalisent souvent dans le cadre de la famille restreinte : frères et sœurs d’une même fratrie s’installent définitivement dans les grandes cités. Cette ouverture fait de l’institution familiale un acteur de cette stratégie. On peut voir dans l’affirmation du rôle de cette institution un révélateur de l’atomisation de la société, due au fléchissement du principe d’appartenance au groupe, ou plutôt, au changement des fonctions remplies par l’idéologie de la parenté. On citera, dans ce cadre, le cas de Ahmad Tlili Ben Abbassi, installé à Sousse après que ses deux filles ont épousé des fonctionnaires de cette ville. Ses fils, quant à eux, se sont mariés avec des Européennes. On peut encore citer le cas de la famille Abdelaziz Ben Ahmad Ben Mustapha, instituteur installé à Tunis, où ses fils et filles ont épousé des Tunisoises et Tunisois. Le cas de Limam Snoussi est lui aussi révélateur des changements de choix matrimoniaux des Tlili. Limam, descendant du célèbre Belgaçem Essassi et délégué (mu‘tamad) pendant les années 1970, avait marié l’une de ses filles à un enseignant sfaxien, alors que ses trois fils, qui avaient suivi leurs études en Europe, ont épousé des Européennes. Ces alliances montrent une orientation vers la classe moyenne des villes, que le lignage n’a pas pu réaliser en raison de difficultés d’adaptation aux changements de la société.

41Les alliances avec des partenaires citadins deviennent de nouveaux signes de réussite et d’intégration sociale des individus. Prises en termes de relation articulatoire, les alliances avec l’extérieur fonctionnent comme une forme de médiation entre la localité de Fériana et l’espace citadin qui l’englobe. Cette médiation se manifeste surtout à l’occasion du règlement d’affaires administratives, judiciaires ou sanitaires : les relations des parents qui habitent la ville sont alors très utiles. Comment expliquer les nouvelles orientations des alliances du lignage saint ? La société de la Tunisie indépendante offre de nouveaux champs de concurrence. Désormais, la terre n’est plus l’unique source de prestige et de richesse économique. La privatisation des terres collectives et la dissolution des terres habous sous l’effet des nouvelles législations foncières (Attia, 1977) ont joué un rôle déterminant dans l’affaiblissement de l’infrastructure matérielle du système lignager. L’effritement de la propriété a accéléré l’atomisation des intérêts et, par conséquent, l’éclatement du système économique collectif. En même temps, on assiste à l’émergence de nouvelles valeurs de distinction sociale telles que le salariat, les fonctions administratives et les postes au sein du parti unique. Tous ces domaines sont conditionnés par l’éducation, qui devient un nouveau champ d’investissement pour les familles. Par ailleurs, on assiste, avec l’indépendance, à l’émergence d’un nouveau discours officiel basé sur les notions de nation et de citoyenneté. Ce discours implique de nouveaux rapports entre l’individu et l’État et offre de nouveaux repères à l’identité du groupe et de l’individu. La tribu, la tarîqa (voie soufie) et la zaouïa ne sont plus les seuls cadres de référence de cette identité en raison des limites de leur adaptation aux nouvelles conditions.

42Toutefois, ce schéma de décadence n’est pas applicable à toutes les catégories sociales du lignage Tlili. Les personnages qui se distinguaient auparavant par leur position statutaire (cheikh, caïd, notaire, chef de la zaouïa) ont pu convertir leur ancien potentiel dans la scolarisation de leurs enfants. Ces derniers, devenus cadres, se sont installés dans les grandes villes ou à l’étranger, où ils ont établi des alliances dans leur entourage professionnel. Ainsi quelques anciens notables ont montré une relative faculté d’adaptation aux nouvelles conditions sociales en s’engageant dans des stratégies d’intégration au sein de systèmes englobants et plus dynamiques (pouvoir central, classe moyenne, citadinité…). Par opposition à cette catégorie, les familles Tlili pauvres n’ont pas réussi à s’adapter aux nouveaux circuits économiques comme le commerce ou la contrebande (à la frontière tuniso-algérienne), ni à l’expansion urbaine de Fériana, qui les a poussées à vendre une grande partie de leurs terres. Ces changements manifestent quelques aspects de la dislocation du local sous l’effet d’une forte centralisation politique et économique.

43La crise du lignage maraboutique se traduit encore par le recul du principe d’appartenance au lignage. Le discours identitaire des Tlili tend à valoriser de plus en plus la filiation à la tribu plutôt qu’au lignage, comme le voulait la tradition depuis deux siècles. L’élargissement du champ de la parenté apparaît nettement à l’occasion des manifestations politiques comme le renouvellement des cellules du parti ou du conseil municipal. L’organisation technique de ces élections fait de l’assise démographique des groupes un des facteurs déterminants de l’essor des candidats. La référence à l’identité de cette institution et de ce groupe n’est fonctionnelle que durant ces rendez-vous politiques. Ces changements au niveau du discours parental des marabouts reflètent la crise de l’institution de la zaouïa, qui lui donne légitimité et autorité (Bourdieu, 1980, 272). Le groupe entame une nouvelle phase où l’individu n’est plus défini dans le cadre du lignage, mais plutôt selon ses capacités et intérêts individuels.

44L’étude du cas du lignage Tlili montre que les alliances matrimoniales des notables ont une double fonction. D’une part, elles assurent la cohésion du groupe par l’endogamie, pratique génératrice de la conformité sociale. D’autre part, les personnages privilégiés assurent l’articulation entre le groupe et les espaces englobants par la voie des mariages de prestige qui les distinguent des autres membres du groupe. Sur un autre plan, les alliances locales, y compris l’endogamie lignagère, ont un rapport étroit avec les processus de territorialisation. Par les intérêts qu’elles engendrent, ces alliances participent à l’actualisation quotidienne de l’usage de l’espace local. Ce mécanisme consolide chez les acteurs sociaux le sentiment d’appartenance et d’identification au territoire local. Cependant, l’identification au territoire est limitée par le souci de préserver le trait distinctif du lignage saint. Dans cet esprit, les Tlili refusent le principe de la réciprocité avec des groupes féminisés pour marquer leur allégeance. Ils refusent aussi toute forme d’échange matrimonial avec les rivaux locaux. C’est en tant que révélatrices et reproductrices des rapports sociaux que les alliances matrimoniales remplissent leur fonction politique. Aussi les rapports conflictuels entre les Fériani et les Tlili se manifestent-ils dans la quasi-absence d’échanges matrimoniaux entre les deux entités.

45Sous l’État national, les mécanismes de ce système n’ont pas pu s’adapter parfaitement à la complexité des relations de la nouvelle société. Le lignage a perdu l’assise économique de son existence et sa cohésion sociale. Les nouveaux rapports sociaux ont accéléré le processus de dislocation du local à travers l’atomisation des intérêts, qui a engendré l’affaiblissement du principe lignager. La forte centralisation politique et économique après l’indépendance a joué un rôle dans ce sens. Les alliances matrimoniales ont répondu à ces changements par l’expansion des mariages dans des champs sociaux et géographiques plus vastes.

Bibliographie

Bibliographie

Attia H., 1977, Les Hautes steppes tunisiennes de la société pastorale à la société paysanne, thèse de Doctorat d’État, université de Paris VII.

Ben Salem L., 1992, « Introduction à l’analyse de la parenté et de l’alliance dans les sociétés arabo-musulmanes », in S. Ferchiou (dir.), Haçab wa naçab. Parenté, alliance et patrimoine en Tunisie, Paris, Cnrs Éditions, 79-104.

Bonte P., 1991, « Alliance et rang dans la société maure : les fonctions du mariage arabe », in les complexités de l’alliance, vol. 2 textes choisis par Françoise

Héritier et Elisabeth Copet, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Bourdieu P., 1980, Le Sens pratique, Paris, Minuit.

Cuisenier J., 1975, Économie et parenté : leur affinité de structure dans le domaine turc et dans le domaine arabe ; vol. 2 : Le domaine arabe, Paris, La Haye, Mouton.

Ferchiou S., 1992, « Structures de parenté et d’alliance d’une société arabe : les Aylats de Tunis », in S. Ferchiou (dir.), Haçab wa naçab. Parenté, alliance et patrimoine en Tunisie, Paris, Cnrs Éditions, 137-166.

Monchicourt C., 1906, La steppe tunisienne chez les Frechichs et les Medjeurs, Tunis, Imprimerie moderne.

Notes

1 Archives du gouvernement français, fonds de la Résidence générale de France à Tunis, carton 95, dossier 2, f°1 à 11.

2 A. Tlili, Manâqib (Mémoires du saint). Manuscrit hagiographique inédit conservé à la zaouïa du saint.

3 Témoignage de Salah Ben Hammouda, l’un des hommes âgés du lignage Tlili.

4 Un document officiel établi à l’occasion de la dissolution du habous (legs religieux, bien de mainmorte) de la zaouïa retrace l’arbre généalogique du lignage Tlili.

5 Archives du gouvernement français, fond de la Résidence générale, carton 95, dossier 2, f°1 à 11.

6 Archives du gouvernement français, fond de la Résidence générale, carton 94, dossier 5, f°110.

7 A. Tlili, Manâqib, op. cit.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Position du lignage Tlili au sein de la tribu
Légende Source : schéma de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2. Bilan des alliances Tlili
Légende Source : graphique élaboré par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540