Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

I. Formes élitaires pré-étatiques

Libyens et Italiens en Tripolitaine (1911-1928)

Quels territoires d’allégeance politique ?

Mouldi Lahmar

Texte intégral

  • 1 Voir, à titre d’exemple : P. R. Baduel et A. Arif (dir.), 1985.
  • 2 C’est l’une des hypothèses de travail formulées par le groupe de recherche sur le thème « Villes e (...)

1Le thème des villes, communautés locales et territoires est l’un de ceux qui ont nourri la réflexion des historiens, des anthropologues, des sociologues et, surtout, des géographes sur la société maghrébine1. Les rapports entre les éléments de ce thème étaient et sont encore étudiés à différents niveaux. Dans certains cas, l’analyse des aspects politiques de ces rapports privilégie des notions comme celle d’allégeance politique qui, combinée avec celle de territoire, donne lieu à de multiples hypothèses, dont celle-ci : la relation d’allégeance politique prendrait généralement une forme territoriale. On parle alors de territoire d’allégeance politique2.

2Nous discuterons ici cette hypothèse à la lumière des travaux disponibles sur les expériences socio-historiques des Maghrébins, et sur la base d’une étude portant sur les stratégies d’allégeance politique suivies par les Italiens et les Libyens au moment de l’occupation coloniale de la Tripolitaine : nous verrons aussi quelles en ont été les implications sur le découpage politique de l’espace dans le Jebel et la Guibla entre 1911 et 1928.

3Dans un premier temps, nous exposerons la problématique générale constituant le cadre dans lequel nous situons l’expérience politique et historique des populations du Jebel et de la Guibla. Ensuite, nous présenterons les populations de cette région et les événements qu’elles ont connus durant cette période, matière de notre réflexion et de nos interrogations. Enfin, nous discuterons la validité de la notion de territoire d’allégeance politique en relation avec ses présupposés idéologiques.

L’équation « allégeance politique/territoire » : une hypothèse à explorer

4L’une des questions soulevées par le débat sur les rapports entre villes et communautés locales au Maghreb est celle de la territorialisation de ces rapports à l’époque moderne. Plus exactement, dans l’étude des multiples liens s’établissant entre les villes et ce qu’on a appelé les communautés locales, une hypothèse de travail a été privilégiée, selon laquelle la ville « territorialiserait » ses rapports avec les communautés rurales. Autrement dit, les liens socio-économiques et politico-culturels entre les villes et les campagnes se traduiraient généralement par une sorte de découpage de l’espace sous forme de sphères de domination économique, d’influence culturelle, d’allégeance politique, etc. Les notables seraient l’un des agents actifs de cette territorialisation.

  • 3 L’existence d’un pouvoir central suppose la revendication ou l’existence effective d’un territoire (...)

5Dans cette étude, nous chercherons à vérifier l’équation allégeance politique/territoire comme hypothèse pouvant éclairer certains aspects des phénomènes politiques au Maghreb. Nous laisserons provisoirement de côté les problèmes relatifs aux notions d’allégeance et de territoire et nous nous situerons au niveau du sens général de l’équation. Si l’on admet la proposition générale selon laquelle l’allégeance politique se traduit par une territorialisation de l’espace, voire des communautés, il faut comprendre que la relation d’allégeance qui s’établit entre un pouvoir central et des ruraux doit prendre une expression territoriale3 ; autrement dit, l’alignement politique en faveur d’un pouvoir, central ou local, ou sa reconnaissance en tant que tel, se traduit par un découpage de l’espace sous forme d’unités socio-spatiales homogènes d’allégeance politique.

6Une telle conception, touchant l’un des aspects du phénomène politique, soulève maintes questions, dont l’une est celle des liens entre l’individu et la société dans le monde rural. En effet, si l’on part de l’idée implicite selon laquelle l’esprit et la démarche communautaires ou collectifs sont – jusqu’à la période coloniale au moins – le fondement principal de l’activité politique dans le monde rural, on verra dans l’allégeance politique, et ce, de façon quasi automatique, une territorialisation de l’espace social dans sa forme communautaire. Ainsi l’allégeance politique ne saurait être, dans le monde rural, que communautaire et, par là même, territoriale, de sorte qu’elle adopte une expression spatiale avec des frontières relativement définies. Dans certains travaux, une telle hypothèse donne lieu à des notions comme celles de terres makhzen et de terres sîba, dont le contenu confond allégeance et souveraineté. Toutefois, une lecture moins holistique de l’expérience politico-historique de certaines populations rurales montre la complexité de l’équation allégeance-territoire, au Maghreb.

  • 4 Elle a déjà fait l’objet de quatre livres et de plusieurs autres paragraphes et chapitres dans div (...)

7L’exemple sur lequel nous fondons notre interrogation est celui de l’histoire coloniale des populations du Jebel et de la Guibla en Tripolitaine (1911-1928)4. Pour la clarté de l’exposé, nous commencerons par donner des informations brèves sur la population du Jebel et de la Guibla au début du xxe siècle. Ensuite, nous exposerons les événements politiques les plus significatifs – par rapport à la problématique discutée – et pouvant servir de support empirique à la discussion.

La population du Jebel et de la Guibla au début du xxe siècle

8Géographiquement parlant, le Jebel et la Guibla de la Tripolitaine se composent de trois parties ayant chacune ses caractéristiques géomorphologiques :

  • le Jebel Nefoussa, au sud de Tripoli (à une distance d’environ 80 km), chaîne de petites montagnes ne dépassant pas les 700 m d’altitude et qui s’étend d’ouest en est depuis les frontières tunisiennes, au niveau de Matmata, jusqu’aux environs de Tarhouna. De par sa structure géomorphologique, il constitue une barrière naturelle s’interposant entre, d’un côté, la bande côtière méditerranéenne (de Zouara à Tripoli), et de l’autre côté le désert. L’une de ses caractéristiques principales est l’aspect remarquablement abrupt de son versant nord, ce qui rend son accès très difficile pour tous ceux qui s’y rendraient en partant de Tripoli ou des villes voisines ;
  • le versant sud du Jebel Nefoussa, qui se termine par des collines et de nombreux cours d’eau asséchés dont les lieux d’épandage forment de riches zones de pâturage convoitées par les tribus voisines ;
  • la gigantesque et terrible Hamada al-Hamra, plateau de terre rougeâtre quasi dépourvu d’habitants, d’eau et de pâturages, qui s’étend d’est en ouest – du sud-est de Mizda au sud de Sinaoun, près des frontières tunisiennes – puis descend vers le sud jusqu’à Derj, à 100 km de Ghadamès. Elle constitue aussi la frontière nord de l’oued Châti, dans le Fezzan, et arrive à l’est jusqu’aux environs des oasis de la Jofra (Soukna-Houn et Ouedden, au centre du pays.
  • 5 Les Kouloughli sont des descendants de fonctionnaires et de soldats turcs et de femmes autochtones
  • 6 Certains d’entre eux ont quelques maisons fixes qu’ils quittent périodiquement pour suivre le trou (...)
  • 7 D’autres Mhamid se trouvent non loin de Zaouïa et Sorman.

9Dans le Jebel Nefoussa proprement dit se situent les gros villages de Gharian, Jadou (Fassatou), Yefren et Nalout, d’implantation ancienne. Les habitants de ces villages sont considérés comme majoritairement berbères, bien que le Jebel ait toujours été un lieu de brassage ethnique : autochtones, réfugiés divers venant d’autres régions, groupes religieux descendant de saints venus d’ailleurs, groupes issus du brassage entre Arabes et Berbères, kouloughli5, etc. Autour de ces villages et un peu partout dans le Jebel, on trouve divers groupes tribaux semi-nomades6. Les plus connus sont les Riaïna, certains Rojbene et Zentane, dont le campement se trouve d’habitude entre Jadou et Yefren, les Mhamid non loin de Nalout7, les Asabaâ près de Gharian, les Rhibat au sud de Jadou.

10Dans la Guibla, on rencontre aussi quelques groupements villageois, moins importants toutefois que ceux du Jebel : Mizda (où se trouve la plus importante zaouïa sanûsiyya de la région), Tabka (où se trouve une autre zaouïa sanûsiyya), al-Qairat et al-Chouiref, en pleine Hamada al-Hamra et, plus à l’est, Derj (à 100 km de Ghadamès). Dans ces petits villages vit également une population très hétérogène. Mais la Guibla est surtout peuplée de tribus semi-nomades : les Ouled Bouseif, les Mechaï, une grande partie des Zentane et des Rojbane ainsi que d’autres groupes bédouins.

  • 8 Voir : E. Di Agostini, 1917.

11Du point de vue religieux, la population du Jebel et de la Guibla se compose de musulmans ibadites, nombreux parmi les Berbères du Jebel, de sunnites ainsi que de juifs (environ 300 au début du xxe siècle8). Par ailleurs, on trouve, parmi cette population, des groupes ayant un statut religieux (famille maraboutique), tandis que d’autres se considèrent comme des shurafâ’). Dans le même temps, beaucoup de ces groupes se rattachent à l’une des tarîqa islamiques comme la Sanûsiyya.

Carte 1. Le Jebel et la Guibla en Tripolitaine

Carte 1. Le Jebel et la Guibla en Tripolitaine

Source : Croquis de l’auteur.

12Sur le plan démographique, les habitants de la région se présentent généralement comme des groupes de parenté distincts dont l’importance numérique est très inégale : les Ouled Belhoul et les Ouled Belgacem, par exemple, constituent deux branches principales appartenant aux Zentane.

13Or, tandis que les premiers sont 1 700 au début du xxe siècle, les seconds ne comptent que 800 âmes. Les « alliés » de cette tribu présentent les mêmes caractéristiques : si les Gdirat sont au nombre de 450, les Mnakhat ne comptent à la même époque que 50 personnes (Di Agostini, 1917).

  • 9 C’est le cas, par exemple, de certains Mhamid, Nouaïl et Ourcheffana dans la plaine de la Jefara.

14Enfin, dans l’histoire des liens politiques entre le pouvoir ottoman de Tripoli et les habitants de la région, il ne semble pas que se soient constituées ce que l’anthropologie classique du Maghreb appelle des « tribus makhzen », car l’allégeance au profit du pouvoir central n’engagent pas des tribus mais des groupes plus réduits, des lignages influents ou certains chefs de familles prestigieuses, sans que cet engagement soit inconditionnel ou qu’il implique l’ensemble des membres de la tribu9.

15Les activités principales des habitants sont l’arboriculture et l’élevage extensif, surtout caprin et ovin pour les sédentaires de la montagne, et l’élevage du mouton et du chameau pour les semi-nomades occupant le reste du Jebel et la Guibla. La céréaliculture n’est pas absente, chez les uns comme chez les autres, mais elle a toujours été fragile et incertaine. Ainsi, la rareté des terres fertiles et de l’eau, d’un côté, et la fragilité des pâturages, de l’autre, ont déterminé, à la fois, la production et le déplacement de la population dans l’espace. Mais dans certains villages du Jebel, comme à Gharian, vivent aussi des artisans dont la plupart sont juifs.

  • 10 Voir, sur la dépendance des nomades par rapport au monde extérieur : A. Khazanov, 1984.

16Cependant, les habitants du Jebel et de la Guibla ne vivent pas dans une autarcie économique ou culturelle qui les aurait isolés du reste du pays. Au contraire, ce sont les positions géographiques stratégiques qu’occupent ces habitants, d’une part, et la spécialisation économique poussée des bédouins10 vivant presque exclusivement de l’élevage, d’autre part, qui favorisent leur ouverture sur l’extérieur. En effet, le Jebel est un passage obligé entre le Sud et le Nord, et pour les marchands et pour les armées, tandis que les oasis du Fezzan représentent pour les bédouins de la Guibla le grenier du désert, d’où viennent surtout les dattes. Quant à Tripoli, elle constitue pour les habitants aussi bien un marché de luxe que le siège du pouvoir central avec lequel on négocie devoirs et privilèges.

Enjeux de l’extension de la souveraineté de l’État colonial

17En 1911, la société du Jebel et de la Guibla connaît l’épreuve de la colonisation quant la Libye (Tripolitaine et Cyrénaïque) fait l’objet d’une intervention italienne. La guerre devait durer environ vingt ans et toucher l’ensemble du pays. Toute la population essaie de résister à l’occupation. En Tripolitaine, c’est dans le Jebel et la Guibla que la résistance et son échec sont les plus chargés de sens, aussi bien pour les occupants que pour les résistants. C’est là aussi que les événements sont particulièrement complexes et dramatiques. D’abord, parce que le Jebel est la zone la plus peuplée et la plus difficile d’accès dans toute la Tripolitaine ; ensuite, parce qu’il était traditionnellement un foyer de révolte et d’insoumission contre Tripoli ; en troisième lieu, parce qu’au moment de la résistance, une guerre civile atroce s’y déroule ; enfin, parce que le Jebel ouvre directement sur la Guibla, qui mène vers les oasis du Sud du pays.

  • 11 L’accord reconnaît toutefois l’autorité morale et religieuse du khalifa ottoman sur les musulmans (...)
  • 12 Nous laissons pour le moment de côté la question des mobiles non déclarés de ces divergences parmi (...)

18Après avoir occupé les villes côtières de la Libye, les Italiens contraignent le pouvoir ottoman, affaibli par ses guerres en Europe centrale et ailleurs, à conclure avec eux un accord de paix (1912) selon lequel il abandonne toute revendication de souveraineté politique sur ce pays11. Mais dans l’ancienne wilâya ottomane, cet accord provoque un clivage politique entre les résistants. Certains chefs, réalisant qu’ils ont définitivement perdu tout soutien politique crédible de la part de la Sublime Porte agonisante, voient dans cet accord une plate-forme qui leur permet de négocier l’autonomie, voire l’indépendance du pays. Aussi acceptent-ils de cesser les hostilités militaires. Quelques-uns vont même devenir conseillers du gouvernement italien à Tripoli (notamment A. Mraïedh de Tarhouna, R. Souihli de Missrata et A. Ben Kheir de Beni Oulid). En revanche, d’autres refusent cet accord, qu’ils considèrent comme une reconnaissance de l’occupation italienne de leur pays, et appellent la population à continuer la lutte armée12. Dans le Jebel et la Guibla, les représentants les plus connus de ces deux clans sont d’un côté : H. Kaabar (Gharian), Y. Kherbich (Jadou), M. Fekkini (Rojben), favorables à l’accord de paix de 1912 ; de l’autre, S. Barouni (Jadou), S. Mahmoudi (Mhamid), M. Ben A. Bouseifi (Ouled Bouseif), S. Ben A. Zentani (Zentane) et M. al-Mahdi Sounni, petit-fils de Abdallah Sounni, fondateur de la zaouïa sanûsiyya à Mizda, opposés à l’accord. Profitant de ces divisions au sein des résistants, les Italiens, qui ont réussi à isoler militairement leurs adversaires en occupant pacifiquement Gharian (avec l’aide de H. Kaabar), parviennent également à chasser Suleiman Barouni et les autres membres de son clan du Jebel en les forçant, après la bataille de Jendouba (1913), à s’expatrier en Orient. Cette action leur permettra ensuite d’occuper le reste du Jebel, la Guibla, le Fezzan et tout le Sud, jusqu’à Ghat, sans grandes difficultés.

  • 13 Voir : G. R. Grazziani, 1993, chap. 2.

19Parvenu à ce stade, le lecteur est en droit de s’interroger sur la relation que nous établissons entre ces faits et la problématique de la territorialisation de l’allégeance politique. C’est que durant ces événements, la question qui préoccupait constamment les Italiens était de savoir si l’occupation militaire du Jebel et de la Guibla signifiait une extension territoriale réelle de leur souveraineté, et si l’allégeance politique que certains chefs manifestaient à leur égard pouvait avoir une expression spatiale, sous forme de territoires où leur autorité et la présence de leur armée ne seraient pas contestées13.

20Les événements à venir devaient montrer non seulement que l’idée de territoire d’allégeance peut être illusoire, mais aussi qu’il est difficile de penser le phénomène politique en terme d’allégeance territorialisée.

21En effet, peu de temps après l’occupation de la Tripolitaine avec le concours de certains de ses habitants (A. Ben Kheir, par exemple, accompagne comme conseiller l’armée italienne dans sa conquête du Sud), les Italiens découvrent que les allégeances politiques en leur faveur, qu’ils ont tenté d’asseoir ici et là dans le Jebel et la Guibla, n’engagent pas des unités sociales larges comme les tribus, les ‘arch ou les çoff, telles que les a définies l’anthropologie coloniale classique du Maghreb. Au contraire, les allégeances ne concernent que des unités politiques conjoncturelles et fragiles ne représentant pas des unités socio-spatiales homogènes et relativement précises.

  • 14 Mohamed al-Mahdi Sounni est le petit-fils de A. B. Sounni, fondateur de la zaouïa sanûsiyya à Mizd (...)

22La désillusion commence en 1914, lorsqu’une foule de résistants originaires de différentes tribus du Jebel, de la Guibla et du Fezzan, et agissant sous l’autorité religieuse et politique d’un chef sanûsi (Mohamed al-Mahdi Sounni14), attaque la forteresse de Sabha et la détruit. Aussitôt, toutes les armées italiennes, dans la Tripolitaine intérieure, se trouvent isolées les unes des autres par la perte spectaculaire du soutien que leur assuraient certains chefs indigènes ayant reconnu l’autorité de l’Italie sur le pays. Ces événements ont un grand retentissement dans toute la Tripolitaine. D’abord à Tripoli, où quelques-uns des membres du clan favorable à l’accord de 1912 rejoignent le clan adverse (notamment Mraiedh, Souihli et Ben Kheir). Ensuite, le calme qui a régné un moment dans le Jebel et la Guibla est rompu. En effet, l’armée italienne est attaquée à Nalout et à Kabaou et, peu après, le Jebel et la Guibla sont évacués. Dans le même temps, les soldats de la garnison de Ghadamès doivent se réfugier en Tunisie.

23Ainsi, tous les arrangements politiques et les accords de reconnaissance de l’autorité italienne conclus entre le gouvernement et une partie des chefs du Jebel et de la Guibla volent en éclats. L’année 1915 va plus encore dissiper, chez les Italiens, la grande illusion sur laquelle s’appuyait jusque-là leur politique coloniale. Ils croyaient, en effet, que les chefs indigènes étaient les porte-parole d’unités sociales stables et homogènes, formant des « blocs » ou des « ligues » sur lesquelles ils avaient, en tant que chefs locaux, une autorité politique correspondant aux liens d’allégeance qui les unissaient aux membres de ces unités sociales.

  • 15 Il s’agit de la bataille de Gordhabiyya, où les chefs indigènes qui, antérieurement, étaient favor (...)
  • 16 Après le retrait des Italiens du Fezzan à la suite de la bataille de Sebha (1914), puis de toute l (...)

24La suite des événements consolide cette désillusion. En 1915-1916, c’est-à-dire immédiatement après la retentissante défaite de l’armée italienne à Syrte15, le Jebel et la Guibla connaissent des événements qui attirent l’attention des Italiens sur trois points : les limites de l’autorité des chefs indigènes sur la population, l’aspect artificiel et conjoncturel des unités sociales agissant dans cette zone et la difficulté de traduire l’allégeance politique en territoire d’allégeance. En effet, une guerre civile des plus atroces éclate dans le Jebel, brouillant l’ancienne ligne de démarcation entre les partisans de l’accord de 1912 et ses adversaires. Les incidents débutent quand les représentants de ces derniers tentent, de retour au Jebel après leur exil en Orient16, de destituer de leurs postes administratifs ceux qui, parmi les notables indigènes, y ont accédé avec l’aide du gouvernement italien.

25C’est le cas de Mohamed Fekkini qui était directeur administratif à Fassatou avant d’être remplacé, sous la pression de certains habitants influents de ce village, par Youssef Kherbich, un allié inconditionnel des Italiens dans le Jebel. Les enjeux des conflits opposant ces acteurs ne sont pas seulement d’ordre politique, mais aussi d’ordre individuel, familial, ethnique et religieux.

26L’aspect individuel de ces conflits se manifeste dans la lutte sourde que se livrent entre eux les chefs du Jebel et de la Guibla au sujet des postes vacants ou à récupérer aux dépens de leurs adversaires. Car l’occupation d’un poste administratif facilite l’accès aux ressources économiques (réalisation de contrats commerciaux et autres, impôts collectés pour le jihâd, etc.). Ce type de privilège est aussi recherché par toutes les familles prestigieuses de la région pour pouvoir reproduire l’une des bases de la notabilité. Ainsi, Suleiman Barouni est un farouche adversaire de Youssef Kherbich car celui-ci cherche, en devenant chef de Fassatou avec l’aide des Italiens, à réduire le poids de Barouni et de sa famille dans leur propre village. Dans le même temps, les acteurs greffent ces conflits politiques, familiaux et individuels sur des oppositions d’ordre ethnique qu’ils manipulent ou même inventent. [Par exemple, Youssef Kherbich – considéré comme Berbère –, transforme sa rivalité politique avec Mohamed Fekkini – originaire des Rojbene, considérés comme Arabes –, en conflit inter-ethnique, obligeant ainsi Suleiman Barouni (lequel n’était pas considéré comme Berbère mais comme chef religieux des ibadites, nombreux parmi les Berbères du Jebel) et K. Ben Askar (Berbère), qui sont ses adversaires les plus obstinés à cause de ses liens étroits avec les Italiens, à s’aligner confusément sur sa position]. Ainsi, la guerre civile qui éclate dans le Jebel, au début pour des raisons politiques concernant la position à prendre face aux Italiens, débouche sur une guerre ethnique, voire religieuse, où les chefs de la résistance n’ont en réalité servi que les intérêts des occupants.

  • 17 Elle avait un comité de direction composé de quatre personnes : R. Souihli (Missrata) ; A. Mraiedh (...)

27De 1916 à 1921, l’État italien, affaibli par la guerre mondiale et par ses défaites de 1914-1915, mais agissant aussi sous l’influence de la gauche, alors puissante en Italie, continue à tenter d’asseoir sa souveraineté en Libye sur l’allégeance politique des notables indigènes. C’est alors qu’est adoptée la décision de négocier avec les chefs de guerre qui ont fondé, en 1918, la République tripolitaine17, sorte de gouvernement autonome indigène.

28Mais dans le Jebel et la Guibla, ce gouvernement ne réussit pas à résoudre les problèmes que posent les conséquences de la guerre civile de 1915-1916 : il s’agit des conflits individuels et familiaux opposant les chefs de guerre entre eux, et de l’absence d’une autorité locale capable de réaliser l’unification politique.

  • 18 Suleiman Barouni était soupçonné de vouloir fonder une principauté berbéro-ibadite dans le Jebel a (...)

29D’abord, ceux qui ont été chassés du Jebel vers Zouara, sur la côte, ne peuvent pas revenir dans leurs villages de montagne, ce qui rapproche d’anciens adversaires politiques comme S. Barouni, K. Ben Askar et Y. Kherbich, confusément considérés par leurs adversaires comme des Jebaliyya – terme signifiant localement à la fois montagnards, Berbères et ibadites. Ensuite, la lutte contre ceux qui utilisent l’élément italien dans la conduite de leurs conflits avec leurs adversaires débouche sur des résultats contraires à ceux qui étaient prévus. Car, d’un côté, l’aspect ethnique et religieux pris par le conflit éloignent des hommes connus par leur fermeté contre la colonisation italienne, comme S. Barouni et Ben Askar, membres de l’ancien clan des opposants à l’accord de 1912, lesquels sont originaires de tribus se disant arabes et agissant en partie sous l’influence de la Sanûsiyya (malékite). D’un autre côté, le rapprochement entre S. Barouni et des hommes de collaboration comme Y. Kherbich a été interprété, par les adversaires de ce dernier, comme une tentative d’alliance avec les Italiens, c’est-à-dire à son seul profit personnel et familial et, peut-être, au profit des Berbères et des ibadites en général18. Ceci leur fournit un prétexte pour établir des contacts avec les Italiens et être à leur tour objet de soupçons concernant leurs véritables intentions politiques : c’est le cas de M. Fekkini (Rojbene) et de Ali Chanta (Zentane). Enfin, la tentative des chefs de la Tripolitaine pour se mettre d’accord sur la présentation de la bay‘a à Idriss Sanûsi, chef de la Sanûsiyya (qui a pris la tête de la tarîqa après le départ définitif de A. Chérif en Orient) et futur roi de la Libye, ne bénéficie pas de l’aval du savant ibadite S. Barouni.

30Ainsi, plus les événements se succèdent et plus les Italiens réalisent que la faiblesse politique des chefs de la Tripolitaine leur pose un sérieux problème politique : l’extension territoriale de la souveraineté italienne sur la Tripolitaine peut-elle se réaliser à travers l’allégeance politique de ces chefs ? En d’autres termes, ces derniers bénéficient-ils réellement, en tant que chefs locaux ayant manifesté leur allégeance au pouvoir italien, de liens d’allégeance solides avec leur entourage, pouvant alors faciliter l’extension territoriale de la souveraineté de l’État italien sur la Tripolitaine ?

  • 19 Ce programme a été lancé par Volpi, le gouverneur suprême italien en Libye en 1922.

31En 1922, avec la montée du fascisme en Italie, la réponse des Italiens à cette question sera la suivante : « ni avec les chefs, ni contre les chefs, mais sans les chefs19 ». La signification première de ce programme est que l’extension de la souveraineté de l’État ne passerait plus par l’intermédiaire des chefs indigènes, les derniers événements ayant montré la fragilité, voire l’instabilité des bases sur lesquelles ils ont bâti leur statut.

  • 20 Le projet de pénétration politique du Jebel par la Sanûsiyya a rencontré beaucoup de difficultés m (...)

32En somme, la politique de reconquête de la Tripolitaine, fermement engagée par les Italiens à partir de cette date, allait mettre à nu l’aspect social fondamentalement éclectique de la résistance : les troupes des chefs de la résistance ne représentent pas des unités socio-spatiales et tribales précises, ou des entités sociales assez larges dont les membres sont soudés par des liens de dépendance durables et solides ; et l’aspect religieux de cette résistance n’est ni produit ni conduit par une institution religieuse unique20.

33De façon paradoxale, ce fait est à l’origine de la faible capacité de lutte anti-coloniale des chefs (malgré leurs prouesses dans le domaine militaire) et des difficultés rencontrées par les Italiens dans leur projet de soumettre politiquement la population à travers ses liens d’allégeance envers les chefs. Le même fait expliquerait la grande mobilité (nous dirions liberté) dont ont joui les chefs de la résistance dans la gestion de leurs rapports politiques avec l’occupant (alternance de résistance et de collaboration).

34En effet, dans aucun lieu ni aucun groupe de population une position politique unie et dominante, celle qu’aurait représentée un chef, n’a émergé et ne s’est imposée comme un choix unique pour tous. Au contraire, dans chaque village, dans chaque groupe et parfois au sein d’une même famille, des positions divergentes ont pu être observées, de sorte que le choix de s’aligner, du côté de l’occupant ou de celui de la résistance n’a jamais engagé la totalité du groupe. Par ailleurs, durant la guerre de reconquête italienne de la région, on assiste à un mouvement continu de constitution et de reconstitution de groupes de population autour de tel ou tel chef, selon les circonstances et les intérêts des acteurs individuels ou collectifs en présence, si bien qu’il est difficile de considérer telle ou telle zone comme territoire d’allégeance ou territoire belliqueux.

35Voici, à titre d’illustration, l’expérience complexe d’un chef de la Guibla qui a plusieurs fois changé de position politique, durant cette guerre coloniale, face aux Italiens et à ses concurrents indigènes. Son itinéraire montre, à la fois, la fragilité des bases de son statut de chef et l’aspect éclectique et instable du groupe social qu’il conduisait. Aussi son expérience éclaire-t-elle l’origine des difficultés des Italiens à asseoir leur souveraineté sur le pays et dévoile-t-elle l’idée illusoire de « territoires d’allégeance ».

  • 21 Les Ouled Bouseif prétendent être les descendants d’un saint qui s’était installé dans le Jebel au (...)

36Mohamed Ben Hadj Hassen est le héros de cette expérience. Il est d’origine Mechaï, un groupe tribal habitant la Guibla et habituellement classé comme allié de la tribu religieuse des Ouled Bouseif21. En 1911, il participe à la résistance contre les occupants italiens. Mais, jusqu’à 1915, c’est un homme peu connu : il ne semble pas avoir joué un rôle important dans les événements qui suivent l’accord de paix de 1912, ni dans ceux de Sabha en 1914. Par ailleurs, les années qui succèdent à la grande débâcle militaire des Italiens à Syrte, en 1915, et durant lesquelles les négociations avec les chefs indigènes remplacent la guerre, ne donnent pas à Mohamed Ben Hadj Hassen l’occasion d’émerger comme un chef, car la Guibla est restée en retrait relatif par rapport à ces négociations.

  • 22 Il s’agit ici d’un seul groupe Mechaï et non de tous les Mechaï.

37C’est la deuxième guerre civile dans le Jebel, en 1920-1921, qui permet à cet homme d’acquérir une renommée incontestable dans la région. En effet, lorsqu’éclate cette guerre, Suleiman Barouni, chef influent dans la région à l’époque, tente de constituer une ligue militaire contre ses adversaires. Grâce à une habile manipulation politique des conflits anciens entre, d’un côté, certains Ouled Bouseif et Mechaï et, de l’autre, certains Zentane et Rojbene (les quatre tribus ont des rapports étroits avec le Jebel), il réussit à gagner à sa cause un certain Mohamed Ben Maatoug, l’un des chefs Mechaï dont l’un des compagnons est justement Mohamed Ben Hadj Hassen. Lorsque, à la fin des combats, M. Ben Maatoug est tué et que S. Barouni, battu, doit quitter le Jebel définitivement, M. Ben Hadj Hassen prend la relève comme chef du groupe Mechaï22. Il fait alors son premier contact avec les Italiens – à travers leur allié dans le Jebel, Y. Kherbich. Ceux-ci le nomment mudîr, c’est-à-dire leader, de tous les Mechaï.

  • 23 Dans son livre sur la Guibla, A. Belardinelli (1935) fait la remarque suivante : durant les combat (...)

38Avec M. Ben Hadj Hassen se trouvent des combattants d’origines diverses qui donnent à leur combat plusieurs significations : certains, parmi eux, sont des parents proches. D’autres sont venus le soutenir pour se venger de leurs adversaires. Mais les combattants qui sont venus s’agglutiner autour de ce chef cherchent aussi la protection et l’occasion de réaliser des razzias pour reconstituer leurs richesses perdues lors de la guerre. Dans le même temps, des pauvres et des marginaux aspirent à profiter de l’aide italienne accordée à Ben Hadj Hassen en devenant de simples mercenaires à son service23.

39Ainsi, jusqu’en 1925, M. Ben Hadj Hassen rend maints services aux Italiens dans la Guibla, où il forme et dissous plusieurs clans et noue autant d’intrigues contre ses ennemis ou ses concurrents. Durant sa carrière, il va réunir des individus et des groupes appartenant à des tribus diverses, qu’on croyait séparés par les distances géographiques (Jebel-Guibla-Fezzan), par leurs origines ethniques (Berbères-Arabes), par leur fidélité à telle ou telle zaouïa (z. sanûsiyya à Mizda et à Tabka, z. Ouled Bouseif dans le Jebel), par leur appartenance à des ligues adverses soi-disant classiques (Ouled Bouseif-Mechaï contre Zentane-Rojbene), etc. Son terrain d’action s’étend ainsi du Jebel au Fezzan sans jamais constituer un noyau politique ayant une expression territoriale précise.

  • 24 Ils ont nommé à sa place son concurrent, Masaoud Chouichin, à la tête des Mechaï. Il faut remarque (...)

40L’importance de M. Ben Hadj Hassen devait régresser après 1915. En effet, avec l’occupation de Gharian (1923) et de Mizda (1923-1924), l’État italien réussit militairement – essentiellement en désarmant la population – à imposer par la force sa souveraineté sur le Jebel et sur une partie de la Guibla. En conséquence, les chefs indigènes subissent des sorts différents. Certains perdent les structures de leur autonomie politique et acceptent donc de collaborer avec l’administration italienne. D’autres doivent quitter la région parce qu’ils sont vaincus, ou sont purement et simplement exécutés. En retour, cette situation permet aux Italiens de mener leur nouvelle politique envers M. Ben Hadj Hassen, qu’ils ne reconnaissent plus comme chef des Mechaï24 et auquel ils n’accordent plus aucune aide matérielle.

41Les conséquences de cette politique sur l’avenir du chef combattant sont multiples. En premier lieu, il ne représente plus, aux yeux des membres de son groupe armé, une source matérielle vitale en ce temps de guerre et de disette et, partant, certains préfèrent le quitter. Ensuite, la dégradation de son rang politique compromet ses chances de garder son statut de chef respectable et protégé contre ses ennemis. La solution adoptée par M. Ben Hadj Hassen est de se retourner contre les Italiens et de rejoindre, au nom du jihâd, le camp des résistants conduit dans le Fezzan par Ahmed Sounni, qu’il avait paradoxalement combattu sous le drapeau italien. L’effritement de sa base sociale comme chef a été rapide et a surtout profité aux Italiens, de façon contradictoire. D’une part, certains de ceux qui l’avaient suivi ont rejoint l’un des chefs religieux des Ouled Bouseif, Ahmed Gorsa (non sanûsi), lequel a présenté à ce moment même sa soumission aux autorités coloniales, ce qui, en retour, a affaibli Ahmed Bedoui, l’un des chefs religieux sanûsi des Zentane. D’autre part, les autres membres de ses troupes sont devenus de farouches adversaires de l’Italie, allant jusqu’à renforcer les troupes sanûsiyya dans le Fezzan, également composées de combattants d’origines diverses.

  • 25 Sur l’expérience de ces deux hommes, voir : E. Subtil, 1844.

42L’exemple de M. Ben Hadj Hassen n’est ni unique ni propre au contexte colonial. Ses éléments principaux se retrouvent non seulement dans la quasi-totalité des expériences des chefs du Jebel et de la Guibla, voire de la Libye coloniale dans son ensemble, mais aussi dans l’histoire de certains chefs politiques précoloniaux, comme celle de Abdeljelil Seif Ennasr, tué par les Turcs en 1842, et de Ghouma Mahmoudi, tué lui aussi par le pacha de Tripoli en 1858. Ils avaient tous deux servi et combattu les Turcs, avaient connu de multiples volte-face politiques, qu’ils avaient provoquées ou subies ; tous deux, enfin, avaient des troupes éclectiques25, ne formant aucune unité territoriale homogène d’allégeance politique.

Valeur heuristique et présupposés idéologiques du concept de « territoire d’allégeance »

43Quelles remarques sociologiques pouvons-nous formuler au sujet de l’équation allégeance politique/territoire observée à la lumière de l’expérience historique des populations du Jebel et de la Guibla en Tripolitaine ? Trois d’entre elles, à notre avis, peuvent être retenues. La première est relative à la remarquable fragilité du statut de chef politique chez ces populations. En effet, ce qui frappe, ici, c’est la faiblesse des moyens que possède un chef politique, religieux ou non, pour retenir autour de lui les membres du groupe qu’il prétend contrôler. Paradoxalement, c’est cette fragilité même qui est à la base de sa mobilité.

44La deuxième concerne la difficulté de trouver, dans cette expérience sociale intensive – ce qui fait d’elle, d’ailleurs, un moment privilégié d’observation sociologique – une correspondance solide entre, d’un côté, une unité territoriale et socio-spatiale précise et, de l’autre, une unité politique d’allégeance à un acteur local (chef de guerre, saint ou autre) ou à des agents du pouvoir central.

45La troisième remarque mérite qu’on s’y arrête un peu plus, car elle est en rapport avec les notions mêmes d’allégeance politique, de territoire et de souveraineté, qui représentent, selon nous, les éléments essentiels de la problématique étudiée. En effet, la notion de territoire d’allégeance semble confondre trois éléments distincts :

  • le premier est celui d’allégeance26 politique, notion qui renvoie à un type de relation liant deux parties, groupes et/ou individus, où existe à la fois le sens de la soumission, supposant dépendance et position inférieure de l’une des deux parties par rapport à l’autre, et celui d’alliance, supposant l’autonomie qui donne à chacune des deux parties une marge de liberté de choix, non seulement concernant l’orientation de son comportement politique vis-à-vis de celui qui reçoit l’allégeance, mais concernant la légitimité d’un tel rapport avec celui-ci ;
  • le second est celui de territoire qui, s’il peut représenter une unité spatiale, géographique, administrative, sociale ou tout cela à la fois, ne représente pas obligatoirement une unité homogène d’allégeance politique ;
  • le troisième est celui de souveraineté, qui suppose la reconnaissance à une institution politique centrale, par tous les membres d’une population vivant dans un espace physique déterminé, de la légitimité d’exercer le droit dans cet espace, lequel devient par là même son territoire de souveraineté, sans que cette reconnaissance ait le sens d’une allégeance politique aux représentants de cette institution.

46Les combinaisons qu’on pourrait effectuer avec tous ces éléments soulèvent beaucoup de problèmes sur la validité de l’hypothèse relative à la territorialisation de l’allégeance politique et à sa valeur heuristique, tout en dévoilant ses présupposés idéologiques. L’un de ces problèmes est le suivant : une des caractéristiques des chefs de guerre dans le Jebel et la Guibla au début du xxe siècle est la fragilité de leur statut de chefs politiques. Observé à travers l’hypothèse-concept de « territoire d’allégeance », ce phénomène soulève une double question : la première est relative aux implications de ce fait sur l’allégeance politique considérée comme ayant une expression territoriale dont on peut dessiner les contours. La seconde concerne les éléments de la structure sociale à la base de ce phénomène.

  • 27 Voir surtout : A. Belardinelli, 1935, et G. R. Grazziani, 1993 ; A. Cauneille, 1994 ; J. Despois, (...)

47Pour répondre à ces deux questions, il faut revenir un moment à la société du Jebel et la Guibla au début du xxe siècle27. Dans ce que nous avons rapporté plus haut sur cette structure, nous avons omis, à dessein, de soulever la question de la notabilité et des bases sociales sur lesquelles se construit le statut de chef politique, cela afin de mettre au devant de la scène les événements de la guerre, le cadre social global dans lequel ils ont eu lieu et les questions qu’ils posent sur le comportement politique des chefs de la résistance. Le temps est venu maintenant de jeter davantage de lumière sur ce point, ce qui nous permettra de mieux saisir les problèmes que pose l’hypothèse de la territorialisation de l’allégeance politique.

  • 28 Voir la critique de A. Hammoudi (1974) et celle de D. Eikelman (1976) adressée à Gellner et aux th (...)

48Il n’est pas question, ici, de revenir sur le débat qui a eu pour objet la structure tribale de la société rurale dans le Maghreb précapitaliste, entamé dès les premiers écrits coloniaux au xixe siècle et qui se poursuit encore. Disons néanmoins brièvement que la notion de tribu, utilisée dans les premiers travaux de l’époque coloniale et même postcoloniale, s’est révélée, depuis les années 1950, peu opératoire ; que l’approche segmentaire a été, elle aussi, très sévèrement critiquée pour sa marginalisation de l’individu et son oubli de l’histoire ; et, enfin, que l’anthropologie marxiste n’a pas réussi à résoudre le problème des classes sociales, toujours brouillées, dans le Maghreb rural, par ce qu’on appelle, avec beaucoup d’ambiguïté, la structure tribale28.

49En ce qui nous concerne, ce qui forme l’élément essentiel de ce qu’on appelle « société tribale » dans le Jebel et la Guibla n’est pas la tribu. Car les événements historiques, aussi bien ceux du xixe que ceux du xxe siècle, ont montré le caractère illusoire de son unité sociopolitique. Ainsi, les éléments essentiels de cette structure, ceux qui représentent à nos yeux les unités pertinentes d’observation, sont plutôt ce que nous appelons les ‘ayla-duwwâr (lignages-douars) et les individus. Les premiers sont des unités socio-économiques distinctes et relativement autonomes, les seconds, des acteurs politiques qui créent ces ‘ayla-duwwâr tout en étant leur créature. Ils forment ainsi, en quelque sorte, les maillons les plus sensibles liant les unités entre elles.

  • 29 Plus l’unité ‘ayla-duwwâr est puissante, plus elle s’éloigne du modèle théorique de l’unité généal (...)

50L’interdépendance des membres de ces unités qui se créent par – et donnent lieu à – de multiples pratiques sociales ne repose pas sur une endogamie exclusive. Autrement dit, les ‘ayla-duwwâr n’excluent pas l’existence, parmi elles, d’unités domestiques généalogiquement étrangères au groupe. Ces étrangers sont souvent des bergers, d’anciens esclaves, des réfugiés ou des clients pauvres29.

  • 30 Chez les sédentaires villageois, surtout dans le Jebel, l’unité domestique au sein de la ‘ayla-duw (...)

51À l’intérieur de chaque ‘ayla-duwwâr existe presque toujours un noyau domestique distinct. Il s’agit en général de familles plus puissantes que les autres et qui, de ce fait, condensent en elles – à un moment donné de leur évolution – les éléments essentiels des « lignages-douars » auxquels elles appartiennent. C’est généralement à leurs chefs qu’on s’adresse en premier lorsqu’on vient de l’extérieur pour prendre contact, d’une façon officielle, avec les ‘ayla-duwwâr30.

52Les liens entre l’ensemble de ces unités « lignage-douar » sont l’œuvre d’individus membres de cette société qui, par leurs diverses activités, leur manipulation et même leur création de cette structure complexe, confectionnent et déconstruisent les grands ensembles politiques du Jebel et de la Guibla. Ils le font en fonction de leur usage des valeurs de la société (Bourdieu, 1980), de leur puissance politique (qui, dans certains cas, implique leurs relations avec le pouvoir central), de leurs desseins personnels et des stratégies des concurrents et des adversaires.

  • 31 Sagesse et habileté remarquable dans la gestion des conflits, qualité guerrière distinguée, hautes (...)
  • 32 Origine familiale prestigieuse, richesse familiale imposante selon les critères locaux, puissance (...)

53Qui sont ces individus ? On peut dire que ceux-ci sont les chefs des familles dominantes dans les ‘ayla-duwwâr. Ils forment en quelque sorte les notables du Jebel et de la Guibla. Mais ces notables ne sont pas des chefs politiques possédant les qualités nécessaires leur permettant d’être reconnus en tant que tels au sein d’une population plus large que celle de leur propres unités ‘ayla-duwwâr. Car, de même que l’unité ‘ayla-duwwâr est une fine construction sociale et économique (stratégie de mariage, d’éducation, d’accumulation de richesse, etc.) où l’habileté du chef joue un rôle important, la confection d’une unité politique plus large est une entreprise complexe et délicate. Et c’est selon les caractéristiques individuelles31 et les éléments sociaux32 sur lesquels repose la puissance du chef que celui-ci essaie de former l’unité politique plus large qu’il prétend diriger.

  • 33 Les relations de dépendance ne garantissent pas l’allégeance politique mais peuvent être son suppo (...)
  • 34 C’est le cas, par exemple, des relations entre les Ouled Bouseif et les Mechaï, où les premiers pr (...)

54Cependant, la caractéristique générale des chefs, dans le Jebel et la Guibla, est la faiblesse de leur autorité politique sur les groupes qu’ils prétendent contrôler. En effet, la structure de l’activité pastorale des bédouins ne permet pas (hormis à un nombre limité de bergers) d’établir des relations de dépendance à sens unique entre des possédants et des démunis, pas plus que l’arboriculture au Jebel, fragmentée, orientée vers la consommation familiale et constamment menacée par le climat et les razzias bédouines, ne favorise une extension significative des relations d’exploitation, d’association et de domination politique33 ; enfin, le caractère armé de toute la population ne permet pas davantage l’émergence de guerriers monopolisant les armes et le droit d’en user. Les relations clientélistes existant par ailleurs dans le Jebel et la Guibla ne changent pas significativement cette situation, non seulement parce que l’allégeance politique suppose toujours une marge de liberté de choix et de calcul, mais aussi parce que ce type de relation, tel qu’il était pratiqué par les populations de la région, n’annule pas l’autonomie socio-économique et politique des unités ‘ayla-duwwâr34.

55Enfin, les échanges matrimoniaux exogènes, pratiqués d’habitude par les chefs, ne garantissent en rien l’allégeance politique entre des partenaires dont le statut dépend de leur capacité à conserver l’autonomie de leurs unités ‘ayla-duwwâr et à les faire participer à la construction du phénomène politique sous cette identité (ce qui, en retour, favorise leur propre liberté politique).

56Lorsqu’on cherche maintenant, dans le Jebel et la Guibla, une expression territoriale précise au phénomène de l’allégeance comme relation politique liant les chefs à la population locale, ou ceux-ci aux agents du pouvoir central (précolonial et colonial), on trouve plutôt des espaces sociopolitiques éclatés, géographiquement mobiles et socialement brouillés. Dans de tels espaces, les acteurs possèdent toujours la marge d’autonomie nécessaire pour donner à leurs positions politiques un caractère souple et en continuelle révision. Par là même, ils rendent illusoire l’idée de « territoire d’allégeance ».

  • 35 Du point de vue organisationnel, la construction de l’État moderne au Maghreb selon le modèle occi (...)
  • 36 La majorité des participants au colloque sur l’individualisme au Maghreb se sont opposés à toute a (...)

57Ces remarques nous conduisent à nous interroger, sur les présupposés même de cette notion. Mais notre réponse ne pourra être formulée, pour l’instant, que sous la forme d’une nouvelle hypothèse : ce sont les catégories de pensée de l’anthropologie et de la sociologie maghrébines (surtout issues de la pensée durkheimienne et marxiste) pensant la société en termes holistes (tribus, çoff, sîba, makhzen, classe, etc.) et le processus contradictoire du développement de l’État moderne au Maghreb35 qui en constituent la matrice idéologique cachée. En effet, la théorie politique qui a oublié, au Maghreb, l’individu et professé l’anonymat des groupes comme fondement social du fait politique36, d’un côté, et, de l’autre, l’idéologie nationaliste – confondant l’affirmation territoriale de la souveraineté de l’État national émergeant avec l’allégeance politique aux dirigeants du mouvement national – ont réussi à privilégier la conception des liens d’allégeance politique en termes de territoires et de territorialisation. D’où l’illusion que constitue la notion de « territoires d’allégeance politique ».

Bibliographie

Bibliographie

Abdeljalil T., 1969, La société libyenne. Étude sociologique et anthropologique, Beyrouth (en arabe).

Baduel P. R. et Arif A. (dir.), 1985, États, territoires et terroirs au Maghreb, Paris, Editions du Cnrs.

Belardinelli A., 1935, La Ghibla, Tripoli, Tipolitografia della Tripolitania, (texte traduit en arabe, non publié).

Berque J., 1974, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine », Maghreb, histoire et société, Alger, Sned.

Bourdieu P., 1980, « Les usages sociaux de la parenté », in P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit.

Cauneille A., 1994, « Le nomadisme des Mgherha (Fezzan) », Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, vol. 12.

Cerm, 1969, Sur le féodalisme, Paris, Éditions Sociales.

Davis J., 1990, Le système libyen, les tribus et la révolution, Paris, Puf.

Despois J., 1935, Le Djebel Nefousa (Tripolitaine). Étude géographique, Paris, Larose.

Di Agostini E., 1917, Le populazioni della Tripolitania, Tripoli, Uficcio politico militare, (traduit en arabe).

Eikelman D., 1976, Moroccan Islam, Austin/Londres, University of Texas Press (trad. en arabe, 1991).

Evans-Pritchard E., 1945, The Sanusi of Cyrenaica, Londres.

Féraud C., 1927, Annales tripolitaines, éd. posthume par A. Bernard, Paris/Tunis.

Grazziani G. R., 1993, La Reconquista del Fezzan, trad. en arabe sous le titre : I‘âda ihtilâl Fezzân, Tripoli, Éditions du Centre du jihad libyen pour les études historiques.

Hammoudi A., 1974, « Segmentarité, stratification sociale, pouvoir politique et sainteté. Réflexions sur les thèses de Gellner », Hespéris Tamuda, 147-179.

Hermassi A., 1975, État et société au Maghreb, étude comparative, Paris, Anthropos. L’individu au Maghreb, actes du colloque international de Carthage, 31 octobre - 2 novembre 1991, préf. de Mohamed Arkoun, Tunis, Éditions T.S., 1993.

Khazanov A., 1984, Nomads and the Outside World, Londres, Cambridge University Press.

Peters E.-L., 1977, « Patronage in Cyrenaica », in E. Gellner and J. Waterbury (éd.), Patrons and Clients, Londres, 275-290.

Peters E.-L., 1990, The Bedouin of Cyrenaica, Cambridge, Cambridge University Press.

Subtil E., 1844, « Histoire d’Abdeljalil, sultan du Fezzan », Revue de l’Orient.

Notes

1 Voir, à titre d’exemple : P. R. Baduel et A. Arif (dir.), 1985.

2 C’est l’une des hypothèses de travail formulées par le groupe de recherche sur le thème « Villes et territoires au Maghreb », Irmc, Tunis, 1997-1998.

3 L’existence d’un pouvoir central suppose la revendication ou l’existence effective d’un territoire où ledit pouvoir revendique l’exercice de – ou exerce effectivement, seul – la souveraineté. Cela dit, il faut se garder ici de confondre allégeance politique et souveraineté effective ou revendiquée. On y reviendra.

4 Elle a déjà fait l’objet de quatre livres et de plusieurs autres paragraphes et chapitres dans divers ouvrages et articles. Voir notamment : A. Belardinelli, 1935 (texte traduit en arabe, non publié).

5 Les Kouloughli sont des descendants de fonctionnaires et de soldats turcs et de femmes autochtones.

6 Certains d’entre eux ont quelques maisons fixes qu’ils quittent périodiquement pour suivre le troupeau dans la Guibla ou vers la côte.

7 D’autres Mhamid se trouvent non loin de Zaouïa et Sorman.

8 Voir : E. Di Agostini, 1917.

9 C’est le cas, par exemple, de certains Mhamid, Nouaïl et Ourcheffana dans la plaine de la Jefara.

10 Voir, sur la dépendance des nomades par rapport au monde extérieur : A. Khazanov, 1984.

11 L’accord reconnaît toutefois l’autorité morale et religieuse du khalifa ottoman sur les musulmans de Libye.

12 Nous laissons pour le moment de côté la question des mobiles non déclarés de ces divergences parmi les chefs de la résistance.

13 Voir : G. R. Grazziani, 1993, chap. 2.

14 Mohamed al-Mahdi Sounni est le petit-fils de A. B. Sounni, fondateur de la zaouïa sanûsiyya à Mizda. Il agissait sous les ordres de Abed Sanûsi, qui agissait à son tour sous les ordres de son frère Ahmed Chérif, chef suprême de la Sanûsiyya à cette époque et dont le quartier général se trouvait à Kofra, au sud-est du pays.

15 Il s’agit de la bataille de Gordhabiyya, où les chefs indigènes qui, antérieurement, étaient favorables à l’accord de 1912, ont opéré au dernier moment, sur le champ de la bataille, une volte-face militaire contre l’armée italienne, qu’ils accompagnaient jusque-là en tant qu’« alliés » vers cette région.

16 Après le retrait des Italiens du Fezzan à la suite de la bataille de Sebha (1914), puis de toute la Libye intérieure après la bataille de Syrte (1915), certains dirigeants en exil sont revenus au pays. Certains sont également rentrés lorsque la Turquie, en guerre avec l’Italie, a tenté un retour en Afrique du Nord.

17 Elle avait un comité de direction composé de quatre personnes : R. Souihli (Missrata) ; A. Mraiedh (Tarhouna) ; A. Ben Kheir (Ourfella-Beni Oulid) ; S. Barouni (Jadou-Fassatou). L’Italie n’a jamais reconnu explicitement cette entité politique.

18 Suleiman Barouni était soupçonné de vouloir fonder une principauté berbéro-ibadite dans le Jebel avec l’aide des Italiens.

19 Ce programme a été lancé par Volpi, le gouverneur suprême italien en Libye en 1922.

20 Le projet de pénétration politique du Jebel par la Sanûsiyya a rencontré beaucoup de difficultés malgré l’existence, dans la Guibla, de deux importantes zaouïas sanûsiyya.

21 Les Ouled Bouseif prétendent être les descendants d’un saint qui s’était installé dans le Jebel au xvie siècle, où il a construit la zaouïa d’Abou Madhi à Kekla. Les Mechaï, eux, se considèrent comme les descendants de l’un des serviteurs de ce saint. Mais au début du xxe siècle, les deux groupes habitent la Guibla près de Mizda.

22 Il s’agit ici d’un seul groupe Mechaï et non de tous les Mechaï.

23 Dans son livre sur la Guibla, A. Belardinelli (1935) fait la remarque suivante : durant les combats pour soumettre la Guibla, les Riah, groupe démographiquement faible, ont été chassés de Soukna par le chef local, Seif Ennasr, parce qu’ils avaient soutenu par le passé son adversaire, nommé par les Italiens chef de l’oasis mentionné. Conséquence de cet événement, les Riah se divisent en trois groupes : les uns deviennent des mercenaires au service des chefs indigènes qui se sont ralliés à la colonisation, les autres passent au Fezzan non encore occupé, d’autres encore passent à Mizda où ils deviennent les plus pauvres de la région pour avoir voulu rester neutres. Par ailleurs, dans son livre sur le Jebel, G. R. Grazziani (1993) rapporte le fait suivant : Ahmed Ayyat (Ouled Bouseif), qui était venu lui rendre visite, lui avait demandé, avant de sortir de son QG, de lui donner des caisses vides (faute de les avoir remplies) pour faire croire aux membres de son groupe armé qu’il avait de quoi les retenir.

24 Ils ont nommé à sa place son concurrent, Masaoud Chouichin, à la tête des Mechaï. Il faut remarquer ici que ces nominations n’étaient pas reconnues par les résistants, ainsi leur poids et signification changeaient-ils selon les rapports de force avec les autorités coloniales.

25 Sur l’expérience de ces deux hommes, voir : E. Subtil, 1844.

26 Le contenu de la notion d’allégeance est relativement vaste. Ici, nous nous en tenons uniquement à sa dimension politique.

27 Voir surtout : A. Belardinelli, 1935, et G. R. Grazziani, 1993 ; A. Cauneille, 1994 ; J. Despois, 1935 ; T. Abdeljal, 1969 (en arabe).

28 Voir la critique de A. Hammoudi (1974) et celle de D. Eikelman (1976) adressée à Gellner et aux thèses de l’approche segmentaire. Pour le débat chez les marxistes, voir Cerm, 1969.

29 Plus l’unité ‘ayla-duwwâr est puissante, plus elle s’éloigne du modèle théorique de l’unité généalogique segmentaire « pure ».

30 Chez les sédentaires villageois, surtout dans le Jebel, l’unité domestique au sein de la ‘ayla-duwwâr semble beaucoup plus autonome, en raison du régime foncier qui admet la propriété privée de la terre et autorise l’activité arboricole. L’unité ‘ayla-duwwâr devient alors une unité politique potentielle, mais non une unité de production. Or, ceci n’est pas le cas chez les bédouins : au début du xxe siècle, les Ouled Bouseif, bédouins de la Guibla, ont refusé un double projet, ottoman puis italien, de plantation d’arbres.

31 Sagesse et habileté remarquable dans la gestion des conflits, qualité guerrière distinguée, hautes qualités morales (générosité, etc.), possession d’un savoir non ordinaire (éducation de haut niveau), sainteté, poste de haut fonctionnaire, etc. Dans la pratique, aucun chef ne peut rassembler toutes ces qualités.

32 Origine familiale prestigieuse, richesse familiale imposante selon les critères locaux, puissance démographique de la ‘ayla-duwwâr dont il est originaire, caractère religieux de la famille, etc.

33 Les relations de dépendance ne garantissent pas l’allégeance politique mais peuvent être son support.

34 C’est le cas, par exemple, des relations entre les Ouled Bouseif et les Mechaï, où les premiers prenaient souvent leurs bergers parmi les seconds. Cependant, cette relation clientéliste ne s’était pas traduite par un alignent politique collectif favorable aux Ouled Bouseif qui avaient, de surcroît, un statut religieux. Voir aussi sur ce point l’étude de Emrys Loyed Peters (1977) sur les bédouins de Cyrénaïque, où les relations clientélistes entre les Hurr (patron) et les Mrabtin (clients) ne conduisent pas obligatoirement à l’alignement politique des seconds derrière les premiers. Voir également : E.-L. Peters, 1990.

35 Du point de vue organisationnel, la construction de l’État moderne au Maghreb selon le modèle occidental est largement avancée. Cependant, l’État de droit, caractéristique principale de l’État moderne, est encore faiblement développé. Voir à ce sujet : A. Hermassi, 1975.

36 La majorité des participants au colloque sur l’individualisme au Maghreb se sont opposés à toute approche individualiste de la société maghrébine. Voir : L’individu au Maghreb, 1993.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Le Jebel et la Guibla en Tripolitaine
Légende Source : Croquis de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540