Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

I. Formes élitaires pré-étatiques

Le patronat des cités dans les provinces romaines d’Afrique

Expression de l’allégeance et facteurs de la territorialisation1

Houcine Jaïdi

Texte intégral

  • 1 Ce texte été rédigé en 1998 en tant que contribution au programme de recherche Villes et territoir (...)
  • 1 Cf. L. Harmand, 1957. Cette étude, maintenant obsolète, se voulait exhaustive mais n’a accordé, en (...)

1Le patronat exercé sur les cités était, à l’époque romaine, une pratique très largement diffusée1. Il avait des dimensions institutionnelles et sociales complexes dont les aspects ne peuvent pas être examinés en détail dans le cadre d’une communication brève. En accord avec le thème du programme, je considérerai surtout les médiations recherchées par les cités en m’attachant particulièrement à montrer en quoi ces médiations reflétaient une allégeance au contenu bien précis, et dans quelle mesure le patronat était territorialisé. Cette démarche veillera à mettre en valeur les intérêts en jeu dans la relation établie entre une cité et son patron. Un exemple de patronat sera présenté au début et servira de point de départ à une série de remarques. Mais avant d’aborder cet exemple, rappelons rapidement les particularités du patronat exercé sur les cités.

  • 2 Sur le patronat judiciaire et individuel à la fin de l’époque républicaine et sous l’Empire, voir (...)

2Le patron d’une cité était, à l’époque romaine, un personnage d’un rang social plus ou moins élevé, choisi par la cité pour défendre ses intérêts devant les autorités provinciales ou centrales et bénéficier, le cas échéant, de ses générosités. Une cité pouvait coopter un patron aussi bien pour les services rendus et les largesses dont elle avait déjà profité, que pour des libéralités ou des appuis escomptés. Cette pratique, attestée dans toutes les régions de l’Empire romain, s’explique autant par l’importance de l’évergétisme dans la vie des cités que par la nature des rapports entretenus par les collectivités locales avec leur environnement. L’Empire romain regroupait, tout autour de la Méditerranée, des centaines de cités aux statuts divers (cités pérégrines, municipes, colonies déduites ou honoraires) qui jouissaient d’une très large autonomie pour la gestion des affaires locales mais qui étaient en même temps soumises, en de nombreux domaines, à la législation et à l’autorité impériales. Il suffit, à cet égard, de rappeler la dépendance des cités en matière de justice et de fiscalité. Par ailleurs, les cités ayant, en principe, un territoire bien défini se trouvaient parfois mêlées à des conflits de limites territoriales qui les opposaient aux cités voisines. Ces données relatives aux rapports entretenus par les cités avec les autorités de tutelle et les communautés voisines justifiaient largement le recours aux services de patrons, dont on espérait des interventions efficaces en cas de besoin. Le recours était d’autant plus courant que, d’une manière générale, la recommandation (commendatio) était une pratique très courante dans le monde romain2.

  • 3 Les témoignages épigraphiques concernant les patronats individuels attestés dans les cités africai (...)

3Ce qui nous intéressera surtout ici, c’est l’intervention des patrons au profit de la cité, c’est-à-dire l’ensemble de la communauté civique. En cela, le patronat des cités se distingue nettement du patronat personnel qui liait deux individus3. Cette distinction est essentielle, mais elle ne doit pas nous faire oublier qu’un même personnage pouvait exercer à la fois le patronat sur une cité (en tant que collectivité locale) et un patronat individuel sur un certain nombre d’individus appartenant à la même cité ou à des cités différentes.

  • 4 Dans un article de 1988 (201, n. 3), J. Nicols estime à plus de 1 200 les patronats des cités data (...)

4Les patrons des cités sont attestés surtout par les inscriptions qui figurent sur les bases de statues offertes en leur honneur. Près de 1 400 textes épigraphiques de ce genre ont été découverts dans les différentes provinces de l’Occident romain4. Environ trois cents parmi eux se rapportent aux cités africaines. Nous y voyons les cités rendre hommage à leurs patrons et exprimer, souvent, leur reconnaissance pour les libéralités et les services dont elles ont bénéficié, même si les actes d’évergétisme et les interventions du patron ne sont que très rarement évoqués en termes précis. Mais l’allégeance des cités envers leurs patrons s’exprime surtout à travers les tablettes de patronat (tabulae patronatus, tabulae hospitales) ou tessères d’hospitalité (tesserae hospitalis) sur lesquelles étaient gravés les textes des contrats de patronat qui liaient les cités aux patrons.

  • 5 Les modalités du choix d’un patron étaient très comparables à celles qui concernaient la décision (...)

5Le choix d’un patron était discuté au sein de la curie et donnait lieu à un vote qui pouvait être précédé ou suivi d’une consultation des citoyens5. C’était également la curie qui discutait et adoptait le texte du contrat de patronat. Suivait alors la confection des tablettes de bronze, dont un exemplaire était remis au patron et l’autre conservé par la cité intéressée. Ces tablettes ne nous sont parvenues qu’en petit nombre : quelques dizaines pour l’ensemble de l’Empire, dont une dizaine intéresse des cité africaines.

  • 6 Cil, VI, 1687 (= Ils, 6111). Il s’agit du contrat conclu avec le gouverneur de Byzacène, appelé, d (...)

6La tablette qui reproduit le contrat de patronat d’Hadrumetum (Sousse) au début du ive siècle reproduit le texte suivant6 :

Populonii/Dd(ominis) nn(ostris) Crispo et Constantino iun(iore) nobb (ilissimis) / Caess(aribus) iterum, IlIidus mar(tias), conss(ulibus), /coloni coloniae Concordiae Vlpiae Traianae /Augustae Frugiferae Hadrumetinae / Q. Aradium Valerium Proculum v(irum) c(larissimum), praesidem provinc(iae) Val(eriae) Byzacenae, liberos posterosque eius, / sibi liberis posterisque suis patronum coopta / uerunt ; Q. Aradius Valerius Proculus v(ir) c(larissimus), praeses / provinc(iae) Val(eriae) Byzacenae, colonos coloniae Com / cordiae (sic) Vlpiae Traianae Augustae Frugiferae / Hadrumetinae liberos posterosque eorum in [f]idem clientelamque suam liberorum /posterumque suorum recepit.
(CIL, VI, 1687 = ILS, 6111)

7(Tablette) de Populonius

Sous le second consulat de nos seigneurs Crispus et Constantin Junior, très nobles Césars, le trois des ides de mars, les colons de la colonie Concordia Ulpia Traiana Augusta Frugifera Hadrumetum ont coopté comme patron pour eux-mêmes, leurs enfants et leurs descendants Quintus Aradius Valerius Proculus, homme clarissime, gouverneur de la province Valeria de Byzacène, ses enfants et ses descendants.
Quintus Aradius Valerius Proculus, homme clarissime, gouverneur de la province Valeria de Byzacène, a reçu dans sa bonne foi et sa clientèle, celle de ses enfants et de ses descendants, les colons de la colonie Concordia Ulpia Traiana Augusta Frugifera Hadrumetum, leurs enfants et leurs descendants.

  • 7 Sur l’archaïsme du langage utilisé dans ce texte, voir : C. Lepelley, 1981, 264 et 289. Pour un te (...)
  • 8 Cf. infra, le commentaire consacré aux ambassades adressées au gouverneur de Byzacène par les cité (...)

8Cette inscription, qui date du 13 mars 321 apr. J.-C., appelle quelques remarques au plan de la forme. Relevons d’abord le style formaliste et quelque peu archaïque adopté pour la rédaction du contrat7. Il s’agit d’un style qui visait surtout la mise en relief de l’engagement explicite des deux parties contractantes. Remarquons aussi le caractère officiel de l’accord qui se dégage, entre autres aspects, à travers les titres officiels des deux parties : Hadrumetum est qualifiée de « colonie Concordia Ulpia Traiana Augusta Frugifera » et le patron d’« homme clarissime, gouverneur de la province Valeria de Byzacène ». Notons enfin que ce texte ne comprend pas tous les éléments qui figurent dans d’autres tablettes faisant état de contrats de patronat conclus par d’autres cités avec le même personnage. Ainsi, dans le texte relatif à Hadrumète, il n’est question ni de l’envoi ni de la constitution de l’ambassade qui se rendait généralement chez le patron pour échanger avec lui la tablette de patronat8.

  • 9 J. Gascou, 1972 (15, 17 et 67-75) et 1982 (16).
  • 10 Pour la réorganisation administrative des provinces africaines, R. Cagnat (1909, 68) a proposé les (...)
  • 11 À propos du développement de la ville et de ses activités à partir du iie siècle, voir : L. Fouche (...)

9Hadrumète était une très vieille fondation phénicienne qui était passée, pense-t-on, sous l’autorité de Carthage dès le ve siècle av. J.-C. Déclarée ville libre à la chute de Carthage, et jouissant de l’immunité fiscale probablement depuis 146 av. J.-C., elle a été le siège d’un conventus civium Romanorum avant le débarquement de César en Afrique. Après avoir évolué en tant que cité pérégrine dans le cadre de la première province d’Afrique puis de la Proconsulaire, elle fut promue au rang de colonie honoraire par Trajan sans être passée, apparemment, par le rang de municipe9. La réorganisation administrative de la Proconsulaire à la fin du règne de Dioclétien entraîna la répartition de son territoire entre trois provinces : la Proconsulaire (ou Zeugitane) au nord, la Tripolitaine au sud et la Byzacène au centre10. Dès sa création, la province de Byzacène eut pour capitale Hadrumète. Cette dernière était tout indiquée pour jouer ce rôle administratif provincial, vu son haut degré de romanisation, l’essor de son urbanisme et son épanouissement économique qui lui a permis, dès le iie siècle apr. J.-C., d’assumer le rôle de capitale régionale, siège d’une grande circonscription de domaines impériaux11. À la date où elle conclut un contrat de patronat avec Quintus Aradius Valerius Proculus, Hadrumète pouvait donc s’enorgueillir, depuis une vingtaine d’années, de son rôle de capitale provinciale, lequel ajoutait à son prestige séculaire.

  • 12 Le patron d’Hadrumète est également qualifié de gouverneur de Byzacène dans les tablettes de patro (...)
  • 13 Cf. A. Chastagnol, 1967, 123-124 (= 1987, 167-168) et Plre, I, 749.
  • 14 Au ive siècle, les Aradii constituaient avec les Valerii – de vieille souche patricienne - et les (...)
  • 15 Cf. A. Chastagnol, 1962, 59-62, et Plre, I, 775.
  • 16 A. Chastagnol, 1962, 62 et Plre, I, 775, où le degré de parenté proposé par A. Chastagnol n’est pa (...)
  • 17 A. Chastagnol, 1962, 96-102 et Plre, I, 747-749. L. Aradius Proculus a dû succéder à son frère Qui (...)
  • 18 Cf. Plre, I, 745. C’est pendant le proconsulat de Proculus que se situerait la fonction de son frè (...)
  • 19 À propos de cette paternité, les auteurs de la Plre, I (745) sont moins affirmatifs que A. Chastag (...)

10Le patron que se sont choisi les Hadrumétains en 321 était loin d’être un personnage obscur. À la date où la tablette lui a été dédiée par Hadrumète, il était gouverneur de la Byzacène, comme cela est mentionné dans l’inscription12. Notre texte évoque également la dignité sénatoriale du personnage, condition sine qua non, à cette date-là, pour briguer le gouvernement de la Byzacène. Cette dernière, après avoir été administrée par un praeses perfectissime sous le règne de Dioclétien, eut, dès le règne de Constantin, un praeses clarissime avant d’avoir à sa tête un consularis, probablement dès la fin des années 320. Quintus Aradius Valerius Proculus est le troisième des gouverneurs de la Byzacène attestés par les sources et le deuxième des clarissimes parmi eux. Son gouvernement en Byzacène est attesté par des inscriptions du 13 mars au 28 août 32113. Le clarissimat sous-entendait généralement la richesse et la noblesse de la naissance. Mais il faut noter que le patron choisi par les Hadrumétains appartenait à l’élite de la noblesse sénatoriale. La famille des Aradii était originaire de Bulla Regia et avait des représentants au Sénat romain dès le début du iiie siècle au plus tard. La mention des Valerii dans le nom du personnage reflète une alliance matrimoniale qui associa les Aradii à la plus vieille et la plus puissante des familles sénatoriales du Bas-Empire14. Parmi les personnages les plus illustres de la famille des Aradii, on peut citer (Q. ?) Aradius Rufinus, qui fut préfet de la Ville trois fois, en 304-305, en 312 et enfin en 312-313, et qui a peut-être été proconsul d’Afrique avant 290 ou dans les années 306-30815. Il est généralement admis qu’il était le père du gouverneur de la Byzacène en 32116. Notons aussi qu’un frère cadet de Quintus Aradius Valerius, Lucius Aradius Valerius Proculus signo Populonius, fut probablement, en 318-320, légat du proconsul d’Afrique pour la Numidie proconsulaire avant d’être chargé du gouvernement de la Byzacène en 322-324. Il poursuivit sa brillante carrière sénatoriale en gérant notamment le proconsulat d’Afrique, attesté du 1er juillet 331 au 18 avril 333 (tout en assumant, pour les provinces africaines, les fonctions de préfet du prétoire) et, à deux reprises, la préfecture de la Ville, attestée du10 mars 337 au 13 janvier 338 et du 18 décembre 351 au 9 septembre 35217. Il n’est pas exclu que l’un et l’autre des deux personnages aient été les frères de Proculus, proconsul d’Afrique en 319-32018. Un quatrième Proculus, qui était probablement le fils de Lucius Aradius Valerius Proculus19, est attesté comme proconsul d’Afrique en 340. Ainsi, en nous en tenant aux seules fonctions attestées de manière sûre pour les Aradii Valerii au cours de la première moitié du ive siècle, le gouverneur patron d’Hadrumète se révèle appartenir à une véritable dynastie de gouverneurs de provinces africaines, dont certains membres ont géré le proconsulat d’Afrique et la préfecture de la Ville.

  • 20 Respectivement Cil, VI, 1684, datée du 29 août 321 ; Cil, VI, 1685 (= Ils 6111a), datée du 11 avri (...)

11Outre la tessère d’Hadrumète, des tablettes de bronze attestent le patronat exercé par Quintus Aradius Valerius sur cinq autres cités africaines : le municipium Chlulitanum, Thaenae, Zama Regia, la civitas Faustianensis et Mididi20. Ces tablettes qui reproduisent les six contrats de patronat conclus par le brillant sénateur en l’espace d’une année ont été retrouvées à Rome, dans les ruines de la maison familiale qui lui a appartenu avant d’échoir à son frère Lucius.

  • 21 Pour l’archaïsme du style adopté dans la rédaction du contrat, y compris pour la désignation des c (...)
  • 22 Les recherches de F. Jacques (1984, 379-425, en partic. 423-425) ont souligné le fait que l’associ (...)
  • 23 Sur la tablette de patronat de Thaenae (Cil, VI ; Ils, 6111a), il est question des decuriones et c (...)
  • 24 Pour un exemple non africain d’association des incolae aux coloni dans une inscription qui honore (...)
  • 25 Sur cette ambassade exceptionnelle, cf. F. Jacques, 1990, 162. C. Lepelley (1981, 284) pense que l (...)

12Le patronat sollicité et obtenu par les Hadrumétains est présenté comme une décision de l’ensemble des citoyens de la colonie (coloni coloniae)21. Cette formulation que nous rencontrons dans les tablettes de patronat d’Hadrumetum et de Zama Regia ne doit pas faire oublier que la cooptation d’un patron était avant tout une prérogative de la curie, ce qui n’excluait pas une intervention du populus, probablement sous forme d’acclamation22. Le rôle de l’ordo est d’ailleurs évoqué dans deux des six tablettes trouvées dans la domus urbaine du gouverneur de la Byzacène23. Notons aussi que, dans tous les cas, il n’est question que des citoyens dans les contrats de patronat. Les incolae (pérégrins d’origine locale ou étrangers) pouvaient être associés aux hommages rendus aux patrons24, mais il n’étaient jamais concernés par l’établissement d’un contrat de patronat, qui était un acte de politique locale, privilège des citoyens. La primauté de l’ordo et particulièrement de son élite dans ce genre de démarche est reflétée par la composition des ambassades évoquées par les tablettes de Zama Regia et du municipium Chlulitanum. Il s’agissait, dans les deux cas, d’ambassades constituées de dix notables locaux : magistrats de l’année et flamines perpétuels pour le municipium Chlulitanum, honorati pour Zama Regia. L’ambassade proprement dite du municipium Chlulitanum, qui s’est rendue chez le gouverneur de la Byzacène pour lui remettre la tablette de patronat était, d’après le texte de la tablette, accompagnée par l’ensemble des membres de l’ordo. Le geste était d’autant plus spectaculaire qu’il a été entrepris aux frais des intéressés25.

  • 26 L’érection des statues en l’honneur des empereurs, des gouverneurs (avec, en principe, l’autorisat (...)

13Outre l’obligation légale qui pesait sur les décurions en matière d’ambassades, il n’y a pas de doute que les contacts avec un patron nécessitaient un rang social élevé. Il faut rappeler, à ce propos, les frais souvent occasionnés par les ambassades. Les liens établis entre une cité et son patron étaient avant tout l’œuvre de l’élite municipale qui se faisait le porte-parole du reste des citoyens et son représentant légal. Cette représentation élitiste et, par conséquent, censitaire se retrouve à l’occasion des hommages rendus aux patrons : la décision de dédier une statue à un patron, au nom de la cité, était toujours prise sous la forme d’un décret des décurions. L’association du populus qui est mentionnée dans certaines inscriptions figurant sur les bases des statues dédiées aux patrons ne devait pas avoir plus de signification que lors de la cooptation26.

  • 27 Cil, VIII, 2403 (col. 1, 3-7 et 16). Pour la datation de l’album, cf. A. Chastagnol, 1978, 40-48.

14Quintus Aradius Valerius est présenté dans le texte comme un patron héréditaire, les citoyens d’Hadrumète l’ayant choisi « pour eux-mêmes, leurs enfants et leurs descendants ». De son côté, le patron s’engage, pour lui-même et pour ses enfants, à garder les Hadrumétains dans la clientèle de sa famille. Mais il suffit, par ailleurs, de considérer la documentation épigraphique disponible pour se rendre compte que la pérennité affichée des liens ne signifiait nullement leur exclusivité. Pour de nombreuses cités africaines, nous disposons de témoignages qui attestent la multiplicité des patrons à la même date. Le meilleur exemple, à cet égard, est celui de Timgad dont l’album municipal faisait état, dans la première moitié de l’année 363, de l’existence de six patrons, dont cinq de rang sénatorial27. On peut penser que ce genre de situation traduisait à la fois le souci de la cité de s’illustrer par rapport aux cités voisines, et son désir de bénéficier de plusieurs patronats rivalisant de sollicitude pour elle et étant à même d’intervenir à différents niveaux. La multiplicité des patrons s’expliquait peut-être aussi par les choix des différents clans au sein de la curie. Ces clans rivaux pouvaient trouver auprès des patrons pour le choix desquels ils avaient œuvré un appui qui renforçait leur position locale.

  • 28 Augustin, Contra Academicos, I, 2 (R. Jolivet éd., Bibliothèque augustinienne, t. 4, 16-19 ; trad. (...)

15Nous avons vu plus haut que Quintus Aradius Valerius avait conclu, à des dates rapprochées, des contrats de patronat avec six cités africaines. L’accumulation des patronats par le brillant sénateur ne doit pas être comprise seulement comme une simple réponse à des sollicitations insistantes. Elle signifiait à coup sûr la recherche d’un éclat qui, au-delà de la personne de l’intéressé, rejaillissait sur ses descendants et l’ensemble de sa famille. Le fait même que les tablettes attestant les patronats de Quintus Aradius Valerius aient été retrouvées parmi les vestiges de la domus familiale illustre bien l’attachement des membres des ordres supérieurs à conserver les témoignages de leur rayonnement social. Rappelons aussi que les patrons de cités se voyaient très souvent honorés par des statues accompagnées d’inscriptions hautement laudatives. Augustin nous a décrit, dans le Contra Academicos rédigé en 386, la satisfaction qu’avait tirée un grand notable de Thagaste des manifestations publiques de reconnaissance des bénéficiaires de ses prodigalités et des cités entrées dans sa clientèle28 :

Quand tu offrais à nos compatriotes des jeux où figuraient des ours et des spectacles jamais vus ici, quand tu recevais au théâtre les applaudissements les plus chaleureux, quand tu étais porté aux nues par les clameurs des hommes stupides dont la foule est immense, quand personne n’osait se déclarer ton ennemi, quand des tablettes municipales te déclaraient dans le bronze le patron, non seulement de tes concitoyens mais aussi des voisins, quand des statues t’étaient élevées, quand de magnifiques tables étaient dressées pour des festins quotidiens où chacun pouvait demander et obtenir ce qui était nécessaire et aussi ce que désirait sa soif de délices [...], quand ton patrimoine, habilement et fidèlement administré par tes gens, se montrait toujours propre à supporter de telles dépenses, quand, pendant ce temps, tu vivais dans des édifices vastes et luxueux, tu disposais de bains magnifiques, tu possédais des mosaïques que l’honnêteté ne réprouvait pas, tu jouissais de chasses, de festins, quand, par la bouche de tes clients, par la bouche de tes concitoyens, en bref par la bouche des foules, on proclamait que tu étais le plus bienveillant, le plus généreux, le plus honnête et le plus fortuné des hommes, qui donc, je te le demande, Romanianus, eût osé te parler d’un autre bonheur, qui est le seul vrai bonheur ?

16Mais ces considérations, qui peuvent être évoquées d’une manière générale pour les patrons de cités, se trouvent parfois renforcées par des motivations particulières.

  • 29 Cf. La vie de sainte Mélanie, chap. 11 et 20 (D. Gorce éd., Paris, 1962), 146-147 et 168-169. Sur (...)
  • 30 En cela, le comportement des Aradii Valerii a dû être comparable à celui des Caeionii qui ont accu (...)
  • 31 Cf. C. Lepelley, 1981, 207 et 213-216. L’auteur démontre que l’association plus ou moins large des (...)
  • 32 C. Lepelley, 1981, 214 et 233-234. Plusieurs indications, dans les sources littéraires et juridiqu (...)
  • 33 A. M’charek (1995, 392) suppose que le patronat exercé par l’ex-gouverneur de la Byzacène en 322 p (...)

17L’appartenance de Quintus Aradius Valerius, par alliance, à la famille des Valerii en faisait très probablement l’un des grands propriétaires fonciers d’Afrique sous l’Empire tardif. Au tout début du ve siècle, l’un des derniers représentants des Aradii Valerii était Valerius Pinianus, le petit-fils de Proculus, qui a géré le proconsulat d’Afrique en 340. Avec son épouse Valeria Melania, il possédait de vastes domaines et un grand nombre d’esclaves en Proconsulaire, en Numidie et en Maurétanie Césarienne29. Ces biens ne constituaient, en fait, qu’une partie de leurs immenses propriétés foncières situées en de nombreuses régions de l’Empire. Ils étaient sans aucun doute le produit d’une accumulation qui a été l’œuvre de plusieurs générations. Les hautes fonctions administratives occupées par les membres des deux familles alliées ont dû leur permettre de suivre de près la gestion du patrimoine familial et de l’étoffer chaque fois que l’occasion s’en présentait30. Dans cette perspective, les liens noués par les Aradii Valerii, propriétaires fonciers, avec les notables des cités africaines, par l’intermédiaire du patronat, pouvaient se révéler bien utiles. Les responsabilités exercées par les curies en matière d’impôt foncier se sont trouvées alourdies au Bas-Empire, mais elle comportaient une marge de manœuvre au niveau de la répartition des montants dus par les différents propriétaires31. Des témoignages concordants nous révèlent les exactions fiscales commises dans les cités : les notables les plus puissants pouvaient opprimer les décurions les moins fortunés et, d’une manière globale, l’ordre des décurions accablait la plèbe, en particulier dans sa composante rurale32. Rien n’interdit de penser que les patrons grands propriétaires fonciers tels que les Aradii Valerii espéraient, à travers leur patronat, ménager leurs intérêts matériels et, particulièrement, fiscaux33.

  • 34 Cf. supra. C. Lepelley (1981, 180) pense qu’il est « plus que probable que [Romanianus] avait reçu (...)
  • 35 Selon A. Chastagnol (1962, 96), le gouverneur de la Byzacène, en 321, a dû décéder assez jeune, pe (...)

18Dans le texte d’Augustin évoqué plus haut, le futur évêque d’Hippone s’adressait au patron de Thagaste et de plusieurs autres cités en lui rappelant que « personne n’osait se déclarer [son] ennemi34 ». Cette crainte, qui ne devait pas épargner les notables chargés de la répartition et de la levée des impôts, était inspirée tout autant par la puissance du patron que par les bienfaits dont il inondait ses nombreux clients. Quintus Aradius Valerius devait probablement penser, en 321-322, que son gouvernement de la Byzacène n’était pas sa dernière fonction africaine. Il était en droit d’espérer- comme cela allait être le cas de son frère cadet, parmi tant d’autres exemples – le proconsulat d’Afrique, qui serait suivi de la préfecture de la Ville35. Dans une telle stratégie de carrière, tous les liens susceptibles d’être noués avec les élites des cités africaines pouvaient être profitables.

19Ainsi, l’allégeance d’une cité à son patron était une relation entre une collectivité et un dignitaire, motivée par des intérêts réciproques. Elle était exprimée par la cité qui, dans le cadre des structures de l’Empire, cherchait à défendre au mieux ses intérêts en recourant aux médiations d’un dignitaire jouissant d’un rang social aussi élevé que possible et, souvent, de fonctions officielles rassurantes. Le fait même qu’un dignitaire fût détenteur d’une autorité officielle qui lui permettait d’agir ou d’intervenir auprès des personnes idoines augmentait ses chances de se voir coopter comme patron. Ainsi pouvons-nous constater toute la différence existant entre le patronat des cités à l’époque impériale et le clientélisme qui a nourri les guerres civiles de la fin de la République romaine.

  • 36 Cf. supra.

20Du fait que les cités de l’Empire romain avaient, en principe, des territoires aux limites bien définies, le patronat sur les collectivités était censé s’exercer dans un cadre géographique précis. Selon le témoignage des inscriptions africaines, le patronat des notables locaux, considérés individuel­lement, ne débordait pas, en général, du cadre d’une seule cité. Mais nous avons vu plus haut que, d’après un texte littéraire précieux, Romanianus, le riche bienfaiteur d’Augustin, était, dans les années 370-385, le patron de Thagaste et d’autres cités de son voisinage36. Dans ce cas, il s’agit de plusieurs patronats exercés par un même personnage sur des cités qui n’étaient séparées que par de faibles distances. Nul doute que la grande richesse de Romanianus et sa notoriété lui ont permis d’avoir un rayonnement qui dépassait le cadre de sa propre cité. Ainsi, l’aire dans laquelle s’exerçait le patronat d’un grand notable local se composait de la somme des territoires de cités voisines entrées dans sa clientèle. Dans ces limites s’exprimait l’allégeance des cités attestée, le plus souvent, par les dédicaces des statues mais aussi par les tablettes de patronat et quelques rares textes littéraires.

  • 37 Citons, à titre d’exemple, le cas de Q. Paccius Candidianus, qui nous est connu par une inscriptio (...)
  • 38 Certaines situations devaient faire que le principe de la neutralité administrative n’était pas ap (...)

21Les patrons de cités qui appartenaient aux ordres équestre et sénatorial avaient, de par leur poids social et l’étendue de leurs relations, potentiellement plus de chances de voir de nombreuses cités solliciter leur patronat. Si les exemples de patronat exercé sur une seule cité ne manquent pas pour les membres de l’ordre équestre et de l’ordre sénatorial non intégrés à l’appareil militaire et administratif de l’Empire37, la multiplicité des patronats est surtout attestée pour les membres des ordres supérieurs qui ont été associés à la gestion des affaires publiques. Pour les cités africaines, les meilleurs exemples sont ceux des gouverneurs des provinces. Du début de l’ère impériale jusqu’aux derniers temps de l’administration romaine, les cités africaines de rangs juridiques différents ont coopté comme patrons les gouverneurs de rang équestre ou sénatorial qui géraient les provinces pendant une année ou davantage. Dans la province d’Afrique proconsulaire, les légats du proconsul ont souvent été choisis comme patrons. L’empressement de nombreuses cités à coopter comme patrons des gouverneurs avec lesquels elles n’avaient pas, le plus souvent, de liens préexistants et qui n’étaient à la tête des provinces que pour une courte période devait s’expliquer par plusieurs considérations. Légalement, les gouverneurs et les légats du proconsul ne pouvaient exercer leur patronat de manière effective qu’après avoir quitté leur charge. C’était là un principe élémentaire de la neutralité administrative38. Mais les cités concernées devaient espérer une certaine sollicitude de la part du gouverneur et/ou du légat coopté comme patron et qui, en tant que représentant de l’autorité impériale, exerçait sur elles une tutelle dans des domaines essentiels comme la justice et la fiscalité. Au-delà des éventuels intérêts immédiats qui étaient en rapport avec la fonction de gouverneur ou de légat, les cités cherchaient surtout à nouer des liens avec des responsables de haut rang qui seraient disposés, après leur passage en Afrique, à veiller sur les intérêts des collectivités locales entrées dans leur clientèle.

  • 39 L’un des exemples les plus célèbres et les mieux éclairés par la documentation littéraire est celu (...)

22Il ne fait pas de doute que les gouverneurs qui accumulaient les contrats de patronat avec les cités dont ils assuraient le contrôle administratif trouvaient dans cette pratique l’occasion de pérenniser le souvenir de leur administration et de renforcer leur dignitas. L’autorité impériale s’est accommodée de l’ambiguïté de la situation des officiels qui avaient dans leur clientèle des collectivités non soumises à leur autorité et qui attendaient d’eux des faveurs basées aussi bien sur leur position sociale que sur leur participation au pouvoir39.

  • 40 Crai, 1948, 558-559 et Irt, 342.
  • 41 Cil, VIII, 4589 (Diana Veteranorum) et Cil, VIII, 17865 (Thamugadi), datées de 162 ; Cil, VIII, 42 (...)
  • 42 Le fait que les gouverneurs des provinces africaines en exercice n’étaient, en règle générale, coo (...)

23Les considérations qui précèdent expliquent le fait que de nombreux gouverneurs de provinces africaines soient attestés comme patrons de plusieurs cités à la fois. Le cas de Quintus Aradius Valerius nous offre un bel exemple de concentration de patronats sous le règne de Constantin. D’autres gouverneurs de provinces africaines ont exercé des patronats multiples sous le Haut-Empire. Ainsi en est-il de C. Paccius Africanus, attesté en 77-78 comme patron dans deux cités importantes, Hippo Regius et Lepcis Magna, situées aux extrémités de la Proconsulaire40. Il en était de même aussi pour plusieurs légats de la IIIe légion Auguste qui, à partir de Lambèse, leur résidence, dirigeaient la quasi-province de Numidie avant que celle-ci ne fût érigée en province prétorienne au tournant du iie siècle. Ainsi, le légat D. Fonteius Frontinianus, qui fut en poste à Lambèse de 160 à 162, a été coopté patron de Timgad, de Verecunda et de Diana Veteranorum41. Pour ces gouverneurs, le territoire dans le cadre duquel s’exerçait leur patronat sur les cités pouvait, selon le témoignage des inscriptions, s’étendre à de nombreuses collectivités réparties dans les provinces qu’ils avaient gouvernées42.

  • 43 Tel a été le cas, par exemple, des légats du diocèse de Carthage, Q. Egrilius Plarianus (Cil, VIII, (...)
  • 44 Une attaque lancée par les Austuriens contre Lepcis Magna entre 355 et 363 a été suivie, dans les (...)
  • 45 Irt, 526, pour le proconsul et Irt, 475, pour le vicaire.
  • 46 Irt, 526. C. Lepelley (1981, 343-346 et 362) fait remarquer que la grande majorité des gouverneurs (...)
  • 47 Irt, 558. C. Lepelley (1981, 345 et 367) a proposé, avec prudence, de voir en ce patron anonyme le (...)
  • 48 C. Lepelley (1981, 367) pense qu’il est probable que le vicaire Caecilius Severus signo Elpidius, (...)

24L’équivalence entre les limites du territoire sur lequel s’exerçait l’autorité des gouverneurs des provinces africaines et celles de l’espace où ils étaient cooptés en tant que tels comme patrons est corroborée par ce que nous savons du patronat d’autres responsables. Au Haut-Empire comme au Bas-Empire, les légats du proconsul n’ont, en règle générale, exercé le patronat sur les cités que dans les limites des diocèses qu’ils avaient administrés, sous l’autorité du proconsul43. Le vicaire d’Afrique dont l’autorité coiffait, au Bas-Empire, celle de tous les gouverneurs de son diocèse, à l’exception du proconsul, n’est pas attesté comme patron de cité en Proconsulaire. Cette absence de témoignage a peu de chance d’être due au hasard des découvertes épigraphiques ; elle est en conformité avec l’indépendance totale du proconsul par rapport au vicaire et à sa toute-puissance dans la province dont il avait la charge. En dehors de la Proconsulaire, les deux seuls cas de vicaires cooptés comme patrons concernent Lepcis Magna et s’inscrivent dans un contexte particulier où les titulaires du diocèse d’Afrique se sont distingués par des prises de position qui leur ont valu la reconnaissance des Lepcitains. Le premier témoignage concerne le vicaire Nicomaque Flavien, qui était en poste en 377. En cette année, un procès ordonné par l’empereur Gratien et jugé par Nicomaque Flavien et le proconsul d’Afrique Decimius Hilarianus Hesperius a réhabilité les Tripolitains, victimes depuis de longues années de l’hostilité du comte Romanus, qu’ils avaient accusé de prévarication et de cupidité à la suite d’une attaque menée par la tribu des Austuriani contre la capitale de la Tripolitaine44. À la suite du procès, la reconnaissance des Lepcitains s’est traduite, en 377, par la cooptation des deux juges comme patrons et par l’élévation de deux statues en leur honneur45. Dans le rôle joué par le proconsul au cours du procès et dans sa cooptation comme patron de la capitale de la Tripolitaine, nous avons un double témoignage sur l’importance de ses prérogatives judiciaires et de son rang, qui rivalisaient avec ceux du vicaire. Au mois de mai de l’année 378, le gouverneur de la Tripolitaine, Flavius Vivius Benedictus, fut honoré par une statue après avoir été coopté comme patron. L’inscription qui figure sur la base de la statue fait allusion à l’aide apportée par le gouverneur aux victimes du comte Romanus46 ; il y a peut-être là une manière de remercier le récipiendaire pour le rôle qu’il aurait joué dans l’instruction du procès de 377. Le deuxième témoignage lepcitain concerne le patronat d’un vicaire anonyme qui semble avoir administré le diocèse d’Afrique immédiatement après Nicomaque Flavien47. Ainsi, la cooptation de ce patron anonyme serait, de la part des Lepcitains, un gage de reconnaissance pour un administrateur sensible à leurs déboires récents48.

  • 49 L’institution des vicaires d’Afrique et l’évolution de leur fonction, voir W. Seston, 1946, 336-33 (...)

25Mis à part le cas particulier de Lepcis Magna, dans le dernier quart du ive siècle, les cités africaines devaient voir dans les vicaires une autorité lointaine qui ne les touchait pas aussi directement que les gouverneurs. Le rang prestigieux des vicaires et l’autorité qu’ils exerçaient à la tête du diocèse d’Afrique49 ne pouvaient justifier, à eux seuls, leur cooptation comme patrons de cités. Il manquait à ces haut responsables régionaux une intervention directe dans la vie des cités, qui fût comparable à celle des gouverneurs et des légats du proconsul et qui eût offert aux collectivités locales l’occasion d’apprécier de près la qualité de leur gestion. En cela, la situation des vicaires est comparable à celle de deux autres hauts responsables régionaux du Bas-Empire, le préfet de l’annone d’Afrique et le comte d’Afrique, pour lesquels aucun patronat sur les cités n’est attesté.

  • 50 Sur les rapports des légats de Numidie avec les cités qui étaient sous leur tutelle, nous disposon (...)
  • 51 A Lambèse, le patronat du légat de Numidie n’est pas attesté au IIe siècle, mais les nombreuses in (...)
  • 52 Irt, 570 et Pbsr, 23, 1955, 130-131 = Ae, 1957, 236. Sur ce personnage, voir : Plre, I, 962 et C. (...)
  • 53 Irt, 529 nous apprend que Flavius Macedonius Patricius, qui portait le titre de comes et dux p(rov (...)

26L’absence totale de patronats exercés par les comtes d’Afrique malgré les hautes charges qu’ils assumaient tranche nettement avec les nombreux hommage rendus, au iie siècle, par des cités-clientes de Numidie aux légats de la IIIe légion Auguste50. Mais il n’y a aucun mystère à cela : alors que le comte d’Afrique était cantonné dans des tâches qui ne débordaient que très rarement le domaine militaire, le légat de la IIIe légion se comportait, au cours du siècle qui a précédé la constitution de la Numidie en province, comme un quasi-gouverneur, avec tout ce que cela supposait comme rapports avec les cités de la région51. Il est significatif que les Lepcitains réhabilités par le procès de 377 n’aient coopté comme patrons que le vicaire, le proconsul et le gouverneur de Tripolitaine. Flavius Victorianus, le comte d’Afrique en 375­378 qui, après avoir succédé à Romanus, avait contribué à leur faire obtenir gain de cause, s’est vu seulement offrir une statue à Lepcis Magna ; il n’a pas été coopté comme patron52. Quant aux patronats exercés en Tripolitaine par des personnages qui assumaient, au Bas-Empire, des responsabilités militaires, ils devaient s’expliquer par des considérations particulières : soit il était question de prérogatives exclusivement militaires ne dépassant pas les limites de la province, soit il s’agissait d’un cumul des pouvoirs civil et militaire53.

27Pour le patronat de ceux qui n’exerçaient qu’un commandement militaire, comme pour les fluctuations de l’organisation des pouvoirs civil et militaire en Tripolitaine, il faut certainement considérer le danger que les Austuriens ont fait peser sur la province au cours de la deuxième moitié du ive siècle et au début du ve siècle. Les détenteurs de l’autorité militaire, qu’ils fussent ou non gouverneurs civils, avaient nécessairement, en tant que premiers responsables de la protection des personnes et des biens, des rapports étroits avec les cités de Tripolitaine, peu nombreuses et particulièrement soucieuses de gagner leurs faveurs dans un contexte marqué par de lourdes menaces extérieures.

28L’expression de l’allégeance dont on a vu, ci-dessus, certaines manifestations est restée, dans tous les cas, inscrite dans les limites des cités concernées. Aucun témoignage ne nous fait connaître une allégeance exprimée en commun par deux ou plusieurs cités vis-à-vis d’un même patron. Par ailleurs, les patronats exercés par un même personnage sur deux ou plusieurs cités nous sont connus, à part quelques rares exceptions, par des documents distincts. Ainsi, les cités qui pouvaient être au courant des liens qu’avaient leurs patrons avec d’autres cités n’étaient généralement pas tentées de le faire savoir ; de leur côté, les patrons se contentaient, dans les contrats de patronat, de l’affichage des liens bilatéraux. Dans les deux bords, le discours qui sous-entendait l’exclusivité pouvait cacher des réalités variées.

  • 54 Les cas particuliers où il est question d’hommages rendus à plus d’un patron dans une même inscrip (...)

29C’est seulement dans le cadre de l’album municipal que les cités affichaient officiellement tous les patrons qu’elle pouvaient avoir à la même date. Mais cet affichage n’avait pas pour objet d’honorer les membres de la curie ou les patrons de la cité. L’album de Timgad évoqué plus haut nous montre que la multiplicité des patrons attestée à Canusium en 223 reflétait une pratique qui s’est maintenue à l’époque romaine tardive. Assurément, les hommages rendus, dans l’une et l’autre des deux cités, à chacun des patrons concomitants devaient être, en principe, individuels, comme la quasi-totalité de ceux qui nous sont parvenus54.

30De ce qui précède, on remarque que l’allégeance exprimée par les cités africaines envers leurs patrons à l’époque romaine s’accommodait parfaitement de leur intégration à l’Empire. La nature des fonctions occupées par les dignitaires de rang social élevé jouait un rôle important dans leur cooptation comme patrons. Ainsi, les représentants de l’autorité impériale étaient, lorsque leur autorité touchait directement la vie des cités, parti­culièrement recherchés comme patrons. Dans cette logique, l’importance du rang social conjuguée avec l’exercice de l’autorité publique faisait des gouverneurs des provinces et des légats du proconsul d’Afrique les personnages les plus indiqués pour la cooptation en tant que patrons de cités. L’impact réel de leur autorité administrative judiciaire ou militaire dans la vie des cités faisait d’eux les personnages les plus souvent sollicités par les collectivités locales lorsqu’elles décidaient de conclure des contrats de patronat avec des membres de la noblesse équestre ou sénatoriale. Cette propension ne pouvait être que renforcée par les intérêts locaux qu’avaient les gouverneurs ou les légats dans les cités relevant de leur autorité. L’incompatibilité légale entre la gestion des charges officielles et l’exercice effectif du patronat n’a nullement entravé la démarche des cités, car la brièveté des mandats des hauts responsables provinciaux laissait espérer une jouissance proche des bienfaits du patronat. À un rang inférieur, les notables locaux de rang sénatorial ou équestre et ceux qui n’ont pas été au-delà des honneurs municipaux pouvaient, en plus de leurs générosités passées ou escomptées, servir, en tant que patrons de cités, de courroie de transmission aux dignitaires d’un rang social plus élevé ou aux représentants de l’autorité romaine.

31Le territoire dans lequel s’exprimait l’allégeance aux patrons des cités était plus ou moins étendu, selon le rang social du patron et les fonctions qu’il exerçait. Si la grande majorité des patrons choisis parmi les dignitaires locaux n’exerçaient leur patronat que sur une seule cité – qui n’était pas forcément la leur-, certains notables qui, en ayant accédé aux ordres supérieurs, n’ont pas assumé de fonctions impériales, pouvaient, par leurs patronats multiples, rayonner sur plusieurs cités voisines. À un niveau supérieur, les hautes charges administratives – et, accessoirement, militaires – qui supposaient, en règle générale, un rang social élevé, donnaient lieu à une accumulation de patronats éparpillés dans un territoire qui s’étendait à l’échelle d’une province et même au-delà, dans certains cas particuliers. La territorialisation du patronat ne se soumettait pas, alors, aux limites officielles du territoire d’une cité ; elle s’inscrivait dans des limites administratives beaucoup plus larges – celles d’une province, le plus souvent, mais aussi, dans certains cas exceptionnels, celle du diocèse. La nature des fonctions importait beaucoup. Nous avons pu constater que lorsque les cités concluaient des contrats de patronat avec des membres de la noblesse équestre ou sénatoriale qui assumaient des responsabilités provinciales ou régionales, elles se dirigeaient naturellement vers les responsables dont l’autorité avait un impact réel sur la vie de la cité. De ce point de vue, le patronat traduisait parfaitement la nature des cités : autonomie locale et dépendance vis-à-vis de l’autorité impériale et de ses représentants.

Abréviations usuelles des titres de périodiques et de recueils épigraphiques

32Ae : (L’)Année Epigraphique

33Anrw : Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt

34Ant. Afr. : Antiquités Africaines

35Bcths : Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques

36Cil : Corpus Inscriptionum Latinarum

37Crai : Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

38Ilafr : Inscriptions Latines d’Afrique

39Ilalg : Inscriptions Latines de l’Algérie

40Ils : Inscriptiones Latinae Selectae

41Irt : Inscriptions of Roman Tripolitania

42Pbsr: Papers of the British School of Rome

43Plre: The Prosopography of the Later Roman Empire

44Pls : Patrologiae Latinae Supplementum

45Rhdfe : Revue historique de droit français et étranger

46Zpe : Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik

Bibliographie

Bibliographie

Cagnat R., 1909, « La réorganisation de l’Afrique sous Dioclétien », Mélanges Louis Havet, Paris, 65-75.

Chastagnol A., 1962, Les fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris.

Chastagnol A., 1966, « Les consulaires de Numidie », Mélanges Jérôme Carcopino, Paris, 215-228, (= L’Italie et l’Afrique. Scripta varia, Lille, 1987, 149-162).

Chastagnol A., 1967/1987, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », Ant. Afr., t. I, 119-134 (= L’Italie et l’Afrique. Scriptavaria, Lille, 1987, 163-178).

Chastagnol A., 1978, L’album municipal de Timgad, Bonn.

Chastagnol A., 1992, Le Sénat romain à l’époque impériale. Recherches sur la composition de l’Assemblée et le statut de ses membres, Paris.

Chastagnol A., 1996, « Coloni et incolae. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des colonies romaines de peuplement dans les provinces de l’occident (ier siècle av. J.-C./ier siècle apr. J.-C.) », in Splendissima civitas. Etudes d’histoire romaine en hommage à F. Jacques, Paris, 13-25.

Christol M., 1983, « Hommages publics à Lepcis Magna à l’époque de Dioclétien : choix du vocabulaire et qualité du destinataire », Rhdfe, LXI, 331-343.

Coltelloni-Trannoy M., 1997, « Les liens de clientèle en Afrique du Nord, du iie siècle av. J.-C. jusqu’au début du Principat », Bcths, nouv. série, Afrique du Nord, fasc. 24, 59-82.

Corbier M., 1982, « Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire (ier-iiie siècle), Tituli, 5 (Epigrafia e ordine senatorio, 2), Rome, 685-754.

David J.-M., 1992, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Rome.

Deniaux E., 1993, Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron, Rome.

Di Vita-Evrard G., 1984, « L. Volusius Bassus Ceralis, légat du proconsul d’Afrique, T. Claudius Aurelius Aristobulus et la création de la province de Tripolitaine », L’Africa romana 2, 149-177.

Di Vita-Evrard G., 1985, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique proconsulaire », L’Africa romana 3, 31-58.

Duthoy R., 1984a, « Sens et fonction du patron at municipal durant le Principat », L’Antiquité classique, LIII, 145-156.

Duthoy R., 1984b, « Le profil social des patrons municipaux en Italie sous le Haut-Empire », Ancient Society, XV-XVII, 121-154.

Foucher L., 1964, Hadrumetum, Tunis-Paris.

Gascou J., 1972, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome.

Gascou J., 1982, « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord. I. De la mort d’Auguste au début du iiie siècle », Anrw, Berlin, New York, II, t. 10, fasc. 2, 136-229.

Harmand L., 1957, Un aspect social et politique du monde romain : le patronat sur les collectivités publiques, des origines au Bas-Empire, Paris.

Jacques F., 1983, Les curateurs de l’Occident romain de Trajan à Gallien, Paris.

Jacques F., 1984, Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cité de l’Occident romain [161-244], Rome.

Jacques F., 1986, « L’ordine senatorio attraverso la crisi del III secolo », in A. Giardina (éd.), società romana e impero tardoantico, t. I, Rome, 1986, 80-255 et 650-654.

Jacques F., 1990, Les cités de l’Occident romain, Paris.

Krause J.-U., 1987, « Das spätantike Städtpatronat », Chiron 17, 1-80.

Le Bohec Y., 1989, La troisième légion Auguste, Paris.

Lepelley C., 1979, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. I, Paris.

Lepelley C., 1981, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. II, Paris.

Lepelley C., 1994, « La création des cités nouvelles en Afrique du Bas-Empire : le cas de la civitas Faustianensis », in L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de M. Leglay (rassemblés avec la collab. d’anciens élèves par Y. Lebohec), Bruxelles (coll. Latomus, 226), 288-299, (=Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, 2001, 125-134).

Lepelley C., 1997, « Evergétisme et épigraphie dans l’Antiquité tardive », Actes du congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes [Paris], 335-352,

Mahjoubi A., 1978, Recherches d’histoire et d’archéologie à Henchir el-Faouar (Tunisie). La cité des Belalitani Maiores, Tunis.

M’charek A., 1995, « Zama Regia, cité de la Proconsulaire », Actes du VIe colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Pau, 1993, 381-394 [Paris, Cths].

Nicols J., 1980, « Pliny and the patronage of communities », Hermès 108, 365-385.

Nicols J., 1988, « Prefects patronage and the administration of justice », Zpe 72, 201-216.

Panciera S., 1985, « Due familie senatorie di origine africana e una di origine italica : Aradii, Calpurnii e Suetrii alla luce di una nuova iscrizione urbana », L’Africa romana 3, 251-262.

Romanelli P., 1959, Storia delle province romane dell’Africa, Rome.

Rouland N., 1979, Pouvoir politique et dépendance personnelle dans l’Antiquité romaine. Genèse et rôle des rapports de clientèle, Bruxelles.

Saller R. P., 1982, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge.

Seston W., 1946, Dioclétien et la Tétrarchie, Paris.

Warmington B. H., 1954, « The municipal patrons of Roman North Africa », Pbsr 22, 39-55.

Notes

1 Cf. L. Harmand, 1957. Cette étude, maintenant obsolète, se voulait exhaustive mais n’a accordé, en fait, que peu de place aux réalités régionales. Une profonde rénovation de l’étude du patronat des cités en Italie sous le Haut-Empire a été entreprise, au cours des années 1980, notamment par R. Duthoy, dans le cadre de plusieurs articles, dont 1984a et 1984b. Pour les provinces africaines, la seule publication d’ensemble est l’aperçu rapide de B. H. Warmington, 1954. Des commentaires importants ont été consacrés aux patrons des cités africaines dans les travaux de C. Lepelley et de F. Jacques qui seront cités ci-dessous.

2 Sur le patronat judiciaire et individuel à la fin de l’époque républicaine et sous l’Empire, voir notamment : N. Rouland, 1979 ; R. P. Saller, 1982 ; J.-M. David, 1992 ; E. Deniaux, 1993 ; M. Coltelloni-Trannoy, 1997.

3 Les témoignages épigraphiques concernant les patronats individuels attestés dans les cités africaines pour le Haut-Empire ont été recensés par R.-P. Saller, 1982, 194 sq.

4 Dans un article de 1988 (201, n. 3), J. Nicols estime à plus de 1 200 les patronats des cités datables de la période 70-300 apr. J.-C. Pour le Bas-Empire, J.-U. Krause (1987) a recensé 179 patronats datables entre le dernier quart du iiie siècle et les premières années du ve siècle.

5 Les modalités du choix d’un patron étaient très comparables à celles qui concernaient la décision de lui offrir une statue. Voir, infra, les commentaires que nous leur consacrons.

6 Cil, VI, 1687 (= Ils, 6111). Il s’agit du contrat conclu avec le gouverneur de Byzacène, appelé, dans la tablette de patronat, Q. Aradius Valerius Proculus signo Populonius. Dans la tablette qui reproduit le texte du contrat conclu avec le municipium Chlulitanum (Cil, VI, 1684), le nom donné au gouverneur de Byzacène est Q. Aradius Rufinus Valerius Proculus signo Populonius.

7 Sur l’archaïsme du langage utilisé dans ce texte, voir : C. Lepelley, 1981, 264 et 289. Pour un texte similaire (Cil, VI, 1686 ; Ils, 6111c), tablette de patronat datée de 322 et attestant le patronat de Q. Aradius Valerius Proculus sur Zama Regia, voir : F. Jacques, 1990, 163 ; cf. aussi, pour l’archaïsme des inscriptions tardives, d’une manière générale, C. Lepelley, 1997, 338-339.

8 Cf. infra, le commentaire consacré aux ambassades adressées au gouverneur de Byzacène par les cités qui l’ont coopté comme patron.

9 J. Gascou, 1972 (15, 17 et 67-75) et 1982 (16).

10 Pour la réorganisation administrative des provinces africaines, R. Cagnat (1909, 68) a proposé les années 294-305. Dans son ouvrage Dioclétien et la Tétrarchie (Paris, 1946), W. Seston a privilégié la période 294-298 en penchant particulièrement pour les années 297-298, dans lesquelles s’inscrit le séjour de Maximien en Afrique. Les conclusions de W. Seston ont été suivies par P. Romanelli (1959, 511-519), A. Chastagnol (1967, 119-122 [1987, 163-166]), C. Lepelley (1979, 262 et n. 13) et M. Christol (1983, 342). En dernier lieu, G. Di Vita-Evrard (1984, 162-175) a défendu une datation plus tardive qu’elle situe, avec une forte probabilité, en 303, avant le 30 novembre. L’auteur admet que la documentation disponible, tant pour l’Afrique que pour la réorganisation générale de l’Empire, ne fournit pas de preuves irréfutables pour la datation qu’elle propose.

11 À propos du développement de la ville et de ses activités à partir du iie siècle, voir : L. Foucher, 1964, 139-169, 211-216 et 313-326 ; C. Lepelley (1981, 261-264) est moins affirmatif que L. Foucher en ce qui concerne le ralentissement de l’activité portuaire d’Hadrumète entre la révolte de Thysdrus et la fin du ive siècle.

12 Le patron d’Hadrumète est également qualifié de gouverneur de Byzacène dans les tablettes de patronat de Mididi, de Thaenae et de la civitas Faustianensis datées respectivement du 3 avril ou 3 septembre 321, du 11 avril 321 et du 22 avril 321. Il ne l’est pas dans les tablettes du municipium Chlulitanum et de Zama Regia, datées respectivement du 29 août 321 et du 31 mars 322. L’absence du titre de praesesdans ces documents ne doit pas faire songer seulement à une omission du lapicide ou à une variante de rédaction ; il peut aussi signifier que le patron était alors sorti de charge. Voir à ce propos : A. Chastagnol, 1967, 124 (= 1987, 168).

13 Cf. A. Chastagnol, 1967, 123-124 (= 1987, 167-168) et Plre, I, 749.

14 Au ive siècle, les Aradii constituaient avec les Valerii – de vieille souche patricienne - et les Anicii –d’origine africaine – l’élite du Sénat romain. Une fusion eut lieu entre les Aradii et les Valerii dans les dernières années du iiie siècle ou les toutes premières années du ive grâce au mariage de Q. Aradius Rufinus avec une Valeria. Pour l’origo des Aradii et la documentation qui les évoque au iiie siècle, voir surtout les mises au point de : M. Corbier, 1982, 689-695 et 712-713 ; F. Jacques, 1986, 159-161 ; S. Panciera, 1985, 251-253. L’évolution des Aradii au Bas-Empire a été analysée par A. Chastagnol, 1962, 62 et stemma, 295 ; du même auteur, 1992, 314-315.

15 Cf. A. Chastagnol, 1962, 59-62, et Plre, I, 775.

16 A. Chastagnol, 1962, 62 et Plre, I, 775, où le degré de parenté proposé par A. Chastagnol n’est pas tenu pour sûr.

17 A. Chastagnol, 1962, 96-102 et Plre, I, 747-749. L. Aradius Proculus a dû succéder à son frère Quintus comme praeses de Byzacène.

18 Cf. Plre, I, 745. C’est pendant le proconsulat de Proculus que se situerait la fonction de son frère présumé, Lucius Aradius Valerius Proculus Pomponius, en tant que légat du proconsul pour la Numidie proconsulaire. Pour cette dernière indication, voir aussi : A. Chastagnol, 1962, 98.

19 À propos de cette paternité, les auteurs de la Plre, I (745) sont moins affirmatifs que A. Chastagnol (1962, 102).

20 Respectivement Cil, VI, 1684, datée du 29 août 321 ; Cil, VI, 1685 (= Ils 6111a), datée du 11 avril 321 ; Cil, VI, 1686 (= Ils, 6111c), datée du 31 mars 322 ; Cil, VI, 1688 (= Ils 6111b), datée du 22 avril 321 et Cil, VI, 1689, datée du 3 avril ou du 3 septembre 321. Si l’appartenance d’Hadrumète, de Mididi et de Thaenae à la province de Byzacène ne fait aucun doute, il n’en est pas de même pour les trois autres cités-clientes de Q. Aradius Valerius. Aucune localisation précise n’a été proposée jusqu’ici pour la civitas Faustianensis, qui n’est évoquée que dans la tablette de patronat offerte au gouverneur de la Byzacène. Pour cette cité, voir l’étude de : C. Lepelley, 1994, 288-299, en partic. 294 et 296-297 (= 2001, 125-134, en partic. 129-131 et 134-135). Dans cette étude, la civitas Faustianensis est située en Byzacène, sans autre précision. L’auteur attribue la fondation de cette petite cité à des emphytéotes installés sur un domaine impérial qui a dû appartenir auparavant à un certain Faustianus. S’agissant d’une municipalisation postérieure au nivellement des statuts municipaux, le terme civitas pouvait recouvrir un statut ou un autre. L’identification du municipium Chlulitanum, dès la fin du siècle dernier, à la Cululis de Procope (Aïn Jeloula, à 27 km au N.-O. de Kairouan) n’a cessé, depuis, d’avoir l’adhésion des savants ; voir à ce propos, en dernier lieu : C. Lepelley, 1994, 290. Une identification de Zama Regia à Henchir Jama est aujourd’hui admise comme une très forte probabilité. D’une inscription découverte récemment dans le champ de ruines du Vicus Maracitanus et datée du proconsulat de Symmaque (373-374), A. M’charek (1995) a déduit l’appartenance de Zama Regia à l’Afrique proconsulaire du Bas-Empire.

21 Pour l’archaïsme du style adopté dans la rédaction du contrat, y compris pour la désignation des citoyens d’Hadrumète, voir supra.

22 Les recherches de F. Jacques (1984, 379-425, en partic. 423-425) ont souligné le fait que l’association du populus aux décisions qui engageaient la vie des cités est essentiellement reflétée par les décisions prises par les décurions et les écrits des juristes. Quoique difficile à cerner, l’association du populus n’en était pas moins réelle aux iie et iiie siècles, même si les décisions finales revenaient de droit aux notables qui siégeaient dans les curies. C. Lepelley (1979, 140-149) a abouti à des constatations similaires pour l’époque romaine tardive. L’auteur a montré que jusqu’au début du ve siècle, la disparition des curies dans certaines cités africaines et le déclin total de leur rôle électoral n’a pas supprimé l’intervention du populus, qui devait consister surtout en acclamations dans les lieux de spectacles. La pratique est attestée aussi bien pour l’élection des magistrats (C. Theod, XII, 5, 1 de 325) que pour le choix des percepteurs des impôts (C. Theod., XI, 7, 20 de 412 et Augustin, Sermo « Morin », 1, Miscellanea Agostiniana, I, Sermones post Maurinos reperti, 591-593 (= Pls, II, 657-660).

23 Sur la tablette de patronat de Thaenae (Cil, VI ; Ils, 6111a), il est question des decuriones et coloni coloniae ; sur celle du municipium Chlulitanum (Cil, VI, 1684) sont mentionnés les municipes municipii de la cité ; dans le cas de la civitas Faustianensis (Cil, VI ; Ils, 6111b), le contrat est présenté comme étant conclu avec le patron par les Faustianenses ; à Mididi (Cil, VI, 1689) comme à Tipasa (Cil, II, 2210 ; Ils, 6116), c’est l’ordo qui est présenté comme la partie contractante au nom de la cité.

24 Pour un exemple non africain d’association des incolae aux coloni dans une inscription qui honore un patron de cité, voir : A. Chastagnol, 1996, 17.

25 Sur cette ambassade exceptionnelle, cf. F. Jacques, 1990, 162. C. Lepelley (1981, 284) pense que l’ordo du municipium Chlulitanum ne s’est pas rendu chez le gouverneur de la Byzacène et que son rôle a dû se limiter à mandater les dix ambassadeurs mentionnés nommément dans l’inscription. Il est à noter que dans les textes reproduits sur les tablettes de patronat de la civitas Faustianensis et de Thaenae, les ambassades sont mentionnées mais leur composition n’est pas révélée. Si l’installation du gouverneur à Hadrumète peut expliquer le fait que les Hadrumétains n’aient pas eu besoin de lui adresser une ambassade, le cas de Mididi, dont la tablette de patronat ne fait pas état de l’envoi d’une ambassade, est énigmatique. Pour la réglementation des ambassades dont les déplacements pouvaient être financés soit par la cité, soit par les ambassadeurs, cf. F. Jacques, 1984, 323-324.

26 L’érection des statues en l’honneur des empereurs, des gouverneurs (avec, en principe, l’autorisation de l’empereur), des bienfaiteurs et des patrons était une prérogative des curies bien attestée par les inscriptions africaines du Bas-Empire. Voir, à ce propos : C. Lepelley, 1981, 199. La formule qui exprimait le plus couramment l’initiative de la curie est d(ecreto) d(ecurionum), mais plusieurs inscriptions de Lepcis Magna font état d’un suffrage du peuple qui s’associait à l’ordo decurionum dans la décision d’offrir une statue à un patron. Ainsi en est-il dans Irt, 566 (... ordo splendidissimae civitatis Lepcimagnensis decreto suo et populi suffragiis...). C. Lepelley a fait remarquer (1979, 148-149 et 1981, 339, n. 20) que l’indication explicite du suffrage du peuple à Lepcis Magna témoignait, au Bas-Empire, d’un conservatisme attesté, dans cette cité, par de nombreux textes.

27 Cil, VIII, 2403 (col. 1, 3-7 et 16). Pour la datation de l’album, cf. A. Chastagnol, 1978, 40-48.

28 Augustin, Contra Academicos, I, 2 (R. Jolivet éd., Bibliothèque augustinienne, t. 4, 16-19 ; trad. revue par C. Lepelley, 1981, 179-180).

29 Cf. La vie de sainte Mélanie, chap. 11 et 20 (D. Gorce éd., Paris, 1962), 146-147 et 168-169. Sur cette immense fortune constituée de vastes domaines situés, en partie, hors de l’Afrique, d’un très grand nombre d’esclaves et de demeures somptueuses, voir le commentaire : d’A. Chastagnol, 1992, 329-331.

30 En cela, le comportement des Aradii Valerii a dû être comparable à celui des Caeionii qui ont accumulé en Numidie, au cours de la même période, la possession de grands domaines, le gouvernement de la province et les liens de clientèle. Les rapports des Caeionii avec la Numidie au cours de la première moitié du ive siècle ont été bien mis en relief par A. Chastagnol, 1966, 219 (= Scripta varia, 1987, 153).

31 Cf. C. Lepelley, 1981, 207 et 213-216. L’auteur démontre que l’association plus ou moins large des fonctionnaires à la levée des impôts entre 364 et 386 n’a été qu’un intermède suivi du rétablissement du rôle exclusif des décurions.

32 C. Lepelley, 1981, 214 et 233-234. Plusieurs indications, dans les sources littéraires et juridiques, mettent en lumière la pression fiscale exercée par des susceptores et des exactores, choisis parmi les curiales, à l’encontre des pauvres, et la pratique des pots-de-vin.

33 A. M’charek (1995, 392) suppose que le patronat exercé par l’ex-gouverneur de la Byzacène en 322 pouvait s’expliquer par le fait que les Aradii Valerii étaient originaires du diocèse de la Numidie proconsulaire, auquel appartenait Zama Regia, ainsi que par la gratitude qu’auraient manifesté les Zamenses envers un personnage soucieux des intérêts qui étaient les leurs dans certaines cités du nord de la Byzacène. A ces hypothèses, on peut ajouter l’éventualité d’attaches personnelles que le patron a pu avoir à Zama Regia même. Une partie du patrimoine foncier des Aradii Valerii attesté en Proconsulaire était peut-être situé dans le territoire de Zama Regia, qui semble avoir été fort vaste.

34 Cf. supra. C. Lepelley (1981, 180) pense qu’il est « plus que probable que [Romanianus] avait reçu, à l’issue de sa carrière municipale, un titre de la noblesse impériale, c’est-à-dire, à cette époque, le clarissimat ».

35 Selon A. Chastagnol (1962, 96), le gouverneur de la Byzacène, en 321, a dû décéder assez jeune, peu de temps après son gouvernement africain. Cela expliquerait le fait que la demeure familiale romaine ait fini par échoir à son frère cadet Lucius, le proconsul d’Afrique, de 331 à 333.

36 Cf. supra.

37 Citons, à titre d’exemple, le cas de Q. Paccius Candidianus, qui nous est connu par une inscription de Furnos Minus (Cil, VIII, 25808b). Il s’agit d’un chevalier romain qui était citoyen de Carthage et de Furnos Minus. L’inscription gravée sur la base de la statue qui lui a été dédiée par les Furnitains fait état de la prêtrise des Cérérès et du flaminat de Sévère divinisé dont il s’est chargé à Carthage. Sa curatelle et sa cooptation comme patron à Furnos Minus devaient s’expliquer par les attaches particulières qu’il avait dans la cité-cliente. F. Jacques (1983, 361-363) fait remarquer que, comme beaucoup de notables carthaginois attestés dans la pertica de la métropole africaine, Candidianus pouvait posséder des biens dans la cité qui l’avait choisi comme curateur et patron. Le même auteur estime que la date de l’inscription qui nous fait connaître la curatelle et le patronat de Candidianus à Furnos Minus, remonte « après 238 ou sous le règne de Maximin ».

38 Certaines situations devaient faire que le principe de la neutralité administrative n’était pas appliqué de manière rigoureuse. À ce propos, il faut penser au cas des légats du proconsul d’Afrique qui, après avoir géré leur charge, pouvaient revenir quelques années plus tard dans la même province, en tant que proconsuls. Ceux, parmi eux, qui avaient été cooptés comme patrons du temps de leur légation avaient, en principe, à assumer leur patronat au cours de leur proconsulat. Pour ce genre de situations équivoques, nous pouvons citer l’exemple de Gazeus Largus Maternianus, légat de Carthage et patron de la colonie de Belalis Maior entre 326 et 333 (CL, VIII, 14436 ; Ils, 5518), puis proconsul d’Afrique et patron de Madauros (Ilalg., I, 4012 = 2116 ; 2163 ; 2159 bis ; 2164 ; 2169), probablement entre 341 et 350 après avoir été consularis de Byzacène entre 328 et 450. Sur ce personnage, voir Plre, I, 567 ; A. Chastagnol, 1967, 124-125 (= Scripta varia, 1987, 168-169) ; A. Mahjoubi, 1978, 150 et 152-153 ; C. Lepelley, 1981, 79 et 134.

39 L’un des exemples les plus célèbres et les mieux éclairés par la documentation littéraire est celui du patronat de Pline le Jeune sur Tifernum Tiberinum. Voir à ce propos : J. Nicols, 1980, 368-377.

40 Crai, 1948, 558-559 et Irt, 342.

41 Cil, VIII, 4589 (Diana Veteranorum) et Cil, VIII, 17865 (Thamugadi), datées de 162 ; Cil, VIII, 4232 (Verecunda), datée de 163.

42 Le fait que les gouverneurs des provinces africaines en exercice n’étaient, en règle générale, cooptés comme patrons, en Afrique, que par les cités qui relevaient de leur ressort administratif incite à penser que la civitas Faustianensis devait appartenir à la Byzacène. Des six tablettes attestant les patronats de Q. Aradius Valerius en Afrique, il n’y a que celles du municipium Chlulitanum et de Zama Regia qui ne comprennent pas le titre de praeses. Dans ces deux cas, les tablettes sont datées après le terminus post quem proposé pour le gouvernement de Quintus Aradius Valerius. Sur cette datation, voir supra.

43 Tel a été le cas, par exemple, des légats du diocèse de Carthage, Q. Egrilius Plarianus (Cil, VIII, 11026) et Gezeus Largus Maternianus (Cil, VIII, 14436 ; Ils, 5518) qui ont été honorés respectivement à Gightis en 159 et à Belalis Maior en 326-333. À Thibursicum Bure, un légat de Carthage, Naevius Balbinus Aquilinus, est qualifié, dans une inscription datée de 262-264 (Ilafr., 506 = AE, 1913, 80), de patronus publicis. G. Di Vita-Evrard (1985, 36-37) a montré que ce légat portait, dans l’inscription, le titre de patron comme son père, le proconsul et son frère, le légat d’Hippone, dont le nom devait figurer dans la partie non retrouvée de la pierre. La présence du légat de Carthage à Thibursicum Bure, qui faisait partie du diocèse d’Hippone, ne devait s’expliquer que par sa qualité de patron.

44 Une attaque lancée par les Austuriens contre Lepcis Magna entre 355 et 363 a été suivie, dans les années 363-367, de trois expéditions qui ont ravagé le territoire de la capitale de la Tripolitaine et causé de grandes destructions à Sabratha. Sollicité par les Lepcitains, le comte Romanus a exigé 4 000 chameaux et le ravitaillement de ses troupes. Ces conditions ont été refusées par les Lepcitains, qui ont fini par s’adresser à la chancellerie impériale pour se plaindre du chantage auquel ils avaient été soumis de la part du commandant en chef des troupes d’Afrique. Les deux ambassades adressées par les Tripolitains auprès de Valentinien Ier ont entraîné, en 367-368, une enquête officielle qui a disculpé le comte Romanus tout en condamnant les ambassadeurs et le gouverneur de Tripolitaine en 370. Sur ces événements, voir le récit détaillé : d’Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 1-30 et l’analyse que lui a consacré C. Lepelley, 1979, 38-39 et surtout 1981, 354-361.

45 Irt, 526, pour le proconsul et Irt, 475, pour le vicaire.

46 Irt, 526. C. Lepelley (1981, 343-346 et 362) fait remarquer que la grande majorité des gouverneurs de Tripolitaine que nous fait connaître la documentation épigraphique de Lepcis Magna ont été cooptés comme patrons par la capitale provinciale.

47 Irt, 558. C. Lepelley (1981, 345 et 367) a proposé, avec prudence, de voir en ce patron anonyme le vicaire Faltonius Probus Alypius qui a succédé à Nicomaque Flavien en 378. Cette hypothèse repose sur « l’allusion à la modération des iudices et surtout la mention des nombreuses tempestates dont les [Lepcitains] furent victimes ».

48 C. Lepelley (1981, 367) pense qu’il est probable que le vicaire Caecilius Severus signo Elpidius, dont la charge ne peut être datée d’avant 340, ait été mentionné comme patron de Lepcis Magna dans la partie manquante de l’inscription qui nous le fait connaître. Voir, sur ce personnage, Plre, I, 835.

49 L’institution des vicaires d’Afrique et l’évolution de leur fonction, voir W. Seston, 1946, 336-338, et A. Chastagnol, 1966, 221-223 (= Scripta varia, 1987, 155-157). Contrairement à ces deux auteurs, qui situent la création du diocèse d’Afrique vers 297-298, G. Di Vita-Evrard (1984, 172-173) opte pour l’année 303, qu’elle propose également pour la création des nouvelles provinces d’Afrique (voir supra, n. 10). La fonction de vicaire d’Afrique avait pour objectif de coiffer l’autorité des gouverneurs des provinces africaines, à l’exception de la Maurétanie ringitane rattachée au diocèse des Espagnes et de la Proconsulaire qui, tout en faisant partie du diocèse d’Afrique, était directement rattachée à la chancellerie impériale. Jusqu’à une date située entre 316 et 320, le vicaire d’Afrique était un perfectissime ; il accéda au rang sénatorial dans la seconde moitié du règne de Constantin. À partir de 381, le vicariat donnait droit au titre de vir spectabilis. Outre le contrôle administratif général qu’il exerçait sur les provinces sous sa tutelle, le vicaire jouissait d’une juridiction d’appel qui était également accordée au proconsul d’Afrique. Les prérogatives militaires des premières années du vicariat ont disparu dès la création de la fonction de comte d’Afrique par Constantin.

50 Sur les rapports des légats de Numidie avec les cités qui étaient sous leur tutelle, nous disposons, pour le IIe siècle et la première moitié du iiie siècle, de l’analyse très nuancée de F. Jacques, 1984, 677-686.

51 A Lambèse, le patronat du légat de Numidie n’est pas attesté au IIe siècle, mais les nombreuses interventions du légat dans la vie de la cité a amené F. Jacques (1984, 681) à constater que « dans cette ville, la vie municipale semble complètement étouffée par la présence du légat et de la légion ».

52 Irt, 570 et Pbsr, 23, 1955, 130-131 = Ae, 1957, 236. Sur ce personnage, voir : Plre, I, 962 et C. Lepelley, 1981, 360.

53 Irt, 529 nous apprend que Flavius Macedonius Patricius, qui portait le titre de comes et dux p(rovinciae) T(ripolitanae), était patron de Lepcis Magna. L’inscription est datée, par C. Lepelley (1981, 345), « de l’extrême fin du ive siècle ou du premier tiers du ve siècle ». A. Chastagnol (1967, 128 = Scripta varia, 1987, 172) a montré qu’à partir de 406 au plus tard, l’autorité militaire en Tripolitaine était soustraite, comme en témoigne le Code théodosien (XVI, 36, 33), au comes Africae et confiée à un comes et dux provinciae Tripolitanae. Entre 355 et 360, Flavius Archontius Nilus a été honoré comme patron à Lepcis Magna (Irt, 562 et peut-être aussi Irt, 563, d’après une restitution des éditeurs) alors qu’il portait le titre de comes et praeses. Le même personnage a été honoré en tant que patron par l’ordo et le populus de Gigthis (Cil, VIII, 11031) qui le désignent, dans le même texte, comme praeses et comes de la province de Tripolitaine. En plus de ses prérogatives de gouverneur, Flavius Archontius Nilus n’exerçait son commandement militaire que dans le cadre de la province, à une période où le comes Africae n’avait plus d’autorité sur le limes de Tripolitaine. Pour l’évolution des compétences civiles et militaires en Tripolitaine, voir A. Chastagnol, 1967, 126-130 (= Scripta varia, 1987, 170-174). En dehors de la Tripolitaine, nous pouvons relever quelques cas de patronats exercés par des responsables militaires. Ainsi, une inscription reproduite sur une tablette de patronat, trouvée à Cordoue et datée de la fin du ve siècle (Cil, II, 2210 et Ils, 6116) nous apprend que le comes et praeses de Maurétanie césarienne, Flavius Hyginius, a été coopté comme patron par l’ordo de Tipasa. Voir pour ce personnage Plre, I, 446 et C. Lepelley, 1981, 344. Vers 258, M. Cornelius Octavianus, chevalier perfectissime, a été honoré comme patron par le municipe de Bisica (Cil, VIII, 12296). Il exerçait alors la fonction de dux per Africam Numidiam Mauretaniamque. Ce commandement extraordinaire était en rapport avec une révolte des tribus de la Maurétanie césarienne et se trouvait doublé de pouvoirs civils. M. Cornelius Octavianus avait été gouverneur de la Maurétanie Césarienne avant d’assumer le commandement des troupes prises dans trois provinces. Sur ce personnage, cf. Y. Le Bohec, 1989, 144, 468, 470 et 473.

54 Les cas particuliers où il est question d’hommages rendus à plus d’un patron dans une même inscription africaine se rapportent soit à un proconsul et à son légat (voir supra), soit à des personnages appartenant à la même famille. Ainsi, par exemple, à Uzappa, où le jeune patron Sextus Anicius Paulinus est honoré, vers le milieu du iiie siècle, par une dédicace (Cil, VIII, 1933) qui le présente comme le fils d’un patron. À Utique, le patronat de Lucius Accius Iulianus Asclepianus, de sa femme et de ses deux filles est évoqué dans une dédicace commune (Cil, VIII, 1181) datée du iiie siècle.

Notes de fin

1 Ce texte été rédigé en 1998 en tant que contribution au programme de recherche Villes et territoires au Maghreb : modes d’articulation et formes de représentation.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540