Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain dans le monde musulman de Méditerranée

 | 
Jean-Luc Arnaud

III. Diversité et interaction

Sur la corniche de Beyrouth, fuir la ville ou marcher à sa rencontre

Christine Delpal

Texte intégral

1Si l’on considère la ville, ainsi que de nombreux travaux l’ont mis en évidence, comme métaphore, mais aussi expérience, du dépassement des liens primaires ou de la communauté, c’est pour lui reconnaître un rôle dans la formation de la sensibilité et de la conscience de l’autre. Pour autant, ceci ne peut nous conduire à établir une séparation entre l’univers domestique, communautaire, ethnique... et l’urbain. L’observation nous amène plutôt à considérer la ville comme facteur de construction de frontières collectives dans un contexte de pluralité, de compétition et de hiérarchie entre ces diverses dimensions. En effet, la diversité des situations urbaines offre au citadin toute une gradation d’espaces communs, plus ou moins publics, ségrégatifs ou réservés où il peut vivre l’expérience des autres mondes en confrontant ses propres valeurs, ses règles d’échanges et ses codes de conduite à ceux des autres. L’espace urbain en tant qu’espace social se nourrit donc de la négociation en des moments et des lieux à l’interface de multiples territoires qu’il fait voisiner, parfois se superposer ou se neutraliser. D’autre part, il est courant d’admettre que l’expérience qui lie l’univers du chez-soi et de l’interconnaissance à celui de la rencontre avec l’autre (le différent, l’inconnu…) se manifeste de façon aiguë dans l’accès aux lieux publics. Leur émergence aujourd’hui à Beyrouth induit et révèle des dynamiques propres à des portions de ville ou de rues (centre-ville, rue Monot, Verdun, Hamra, corniche maritime) qui s’inscrivent également dans une redéfinition plus globale de la ville et de son rôle dans la région ainsi que des rapports entre les divers groupes en scène (acteurs institutionnels, opérateurs privés, passants, résidents…).

2Mais les lieux publics se fabriquent, s’affichent, se distinguent, s’identifient tout autant par une gestuelle faite de clivages, de distances, de densités, de temps d’occupation différenciés formés par les multiples interactions entre les passants qui y prennent place. Cette chorégraphie urbaine articule des identités qui gèrent leur multiplicité par l’évitement, la ségrégation, l’observation mutuelle, la réserve... Ces interactions entre les citadins, et avec les espaces de la ville d’aujourd’hui, expriment des logiques de contact ou d’évitement entre les Beyrouthins par des formes de sociabilités dont les codes d’accès et les modalités de communication restent à analyser (Althabe, 1990).

3À partir du contexte actuel de Beyrouth et de l’émergence de la corniche comme lieu de promenade ouvert à des populations et à des activités très différenciées, nous tenterons d’approcher ce génie de la ville qui ne cesse de fabriquer les conditions de production d’une confrontation à la différence, même s’il engendre des crises et des tentations de repli identitaire qui aboutissent à figer dans l’absolu des identités, pourtant relatives et inconstantes.

Expérience de la ville et manifestation de l’autre

  • 1 Voir à ce sujet : N. Beyhum et J.-C. David, 1994 ; J.-C. David et N. Beyhum, 1993 ; M. Naciri, 199 (...)

4Plus de dix ans après la fin des combats (1974-1990), la période actuelle fait suite à un morcellement de la ville en territoires divisés selon une logique de spatialisation des identités confessionnelles. Le système des milices, comme principal opérateur des échanges, a conduit au partage de Beyrouth par une ligne de démarcation entre l’est et l’ouest installée dès les premiers combats au cœur du centre-ville (Tabet, 1986). Elle annonçait d’autres divisions entraînant la suppression de la plupart des espaces du centre-ville (Beyhum, 1991a). Jusqu’alors, lieux de concentration et de convergence des activités économiques, sociales et politiques (souk, cafés, gare routière, lieux de loisirs, banques, commerces), ils étaient considérés comme les lieux de l’échange et de la rencontre entre les différentes composantes de la société, possédant par la sorte, les vertus supposées de l’espace public urbain recouvrant alors la notion de centralité (Beyhum, 1991b). L’éclatement du centre-ville, que l’on a défini comme le cœur de la « citadinité traditionnelle », selon le modèle du souk comme ordre social négocié1, nous oblige aujourd’hui à repenser les lieux et les modalités des échanges dans les lieux publics urbains, si l’on veut dépasser une analyse qui se présente parfois dans les seuls termes de la perte d’un équilibre perdu, déjà annoncé par « l’intrusion » de la modernité.

  • 2 Société foncière privée en charge de la reconstruction du centre-ville (qui s’étend sur 180 ha) et (...)

5Les différents épisodes de la guerre ainsi que les transformations dues à d’autres facteurs (nouvelle division du travail au niveau mondial, rôle de Beyrouth dans l’ensemble régional, effets de la reconstruction) ont modifié les espaces, les mobilités et les formes d’échange dans la ville, ainsi que les caractéristiques sociales de ceux qui l’habitent. Aujourd’hui, des espaces de mixité (sociale, confessionnelle, sexuelle) apparaissent de façon plus ou moins stable, nées des pratiques ordinaires de la ville, d’autres sont le résultat d’un urbanisme programmé par des opérateurs publics et/ou privés. Les lieux de sortie et de loisirs redessinent ou confirment des dynamiques territoriales (mobilité, spécialisation, centralité) et s’ouvrent avec divers degrés d’accessibilité, à la fréquentation du public. Des dizaines de pubs prennent place rue Monot, fréquentés exclusivement par une classe jeune, aisée et pluriconfessionnelle. Les quelques jardins sont à nouveaux visités, surtout par des familles, dans un contexte de proximité résidentielle, d’autres sont en cours d’aménagement. Le centre-ville en partie reconstruit par la société Solidere2, et partiellement transformé en espace piétonnier a vu l’installation en un an de plus de quarante restaurants-terrasse. En cinq ans, plus d’une vingtaine de centres commerciaux rivalisant d’éclats se sont implantés dans les quartiers secondaires ou en sortie de ville où consommation et sociabilités se mêlent, Les marinas, les plages, ou les country-club récemment aménagés transforment les rapports entre l’espace de la ville et sa sortie, la ville et ses limites... Le Bois des Pins, poumon vert de 7 hectares, situé sur l’ancienne ligne de démarcation, qui a fait l’objet d’un aménagement paysagé sophistiqué ne réussit pas à ouvrir ses portes. Le rendre accessible à tous reste une problématique et un enjeu pour l’instant insurmontable dans un contexte où la municipalité, et d’autres acteurs affiliés semblent s’entendre pour le maintenir dans son statut d’espace interdit au public, alors que l’ensemble de l’agglomération souffre d’une rareté extrême d’espaces verts.

6Ces pratiques sont à considérer à la fois comme des usages et des opérations sur la ville qui créent chaque jour des manières de faire et d’être dans Beyrouth qui redéfinissent les qualités spécifiques, la valeur et les enjeux des lieux publics urbains. Qu’ils soient émergents ou hérités, mixtes, plus ou moins réservés ou communautaires, nous faisons l’hypothèse que ces lieux dessinent une nouvelle géographie sociale et symbolique de la ville où le temps libre et ses diverses pratiques participent à la construction des identités citadines. Dans le cadre de cette contribution, nous centrerons nos observations sur les logiques d’usages et de requalification de la corniche du front de mer, comme analyseur de dynamiques sociales et urbaines qui se jouent à diverses échelles.

La corniche, limite et miroir de la ville

7Accueillant jour et nuit une foule multiple de passants, la corniche apparaît aujourd’hui comme un lieu majeur de promenade où il est possible de voir, comme nulle part dans la ville, se croiser et se succéder les formes les plus diverses d’activités et de présentation de soi : passants occasionnels, joggers, familles en balade, pécheurs à la ligne, résidents des quartiers voisins, groupes de jeunes badauds, flâneurs solitaires...

  • 3 D’abord chemin de liaison entre le port et le phare, la corniche se développe en axe de circulatio (...)

8La promenade évoque une forme urbaine aux caractéristiques spatiales spécifiques3 et une action, celle de se promener, qui met en relation des individus et des groupes sous une forme d’échanges et de communication qui a ses propres règles. En effet, l’engagement de soi, bien que déterminé par le caractère public du lieu ne procède pas des mêmes modalités que dans un jardin, un souk ou un centre commercial. Les formes de coprésence que nous proposons de caractériser agissent de façon déterminante dans le processus de catégorisation d’autrui. Et cette dynamique de définition des autres semble intimement liée à une représentation de la corniche comme haut lieu de cet apprentissage où l’expression de soi (des individus, des groupes), par des jeux d’imitation ou de distinction, ne peut se passer du mouvement perpétuel qui en dessine les frontières avec l’autre.

9La promenade longe le bord de mer dans la partie ouest de la ville et se prolonge vers le sud. Située dans le prolongement du centre-ville et débutant avec la zone des grands hôtels, elle borde plusieurs quartiers de Ras Beyrouth. Les formes imposées de la promenade et le répertoire scénographique témoignent d’une volonté fondatrice et d’une forme urbaine reconnaissable devenue un attribut de la ville maritime. Plusieurs paliers s’articulent et forment l’espace de la promenade : une avenue automobile dont le terre-plein est planté de palmiers ceinture la façade urbaine, un large trottoir côté mer et des espaces naturels, ou plus ou moins construits en contrebas. Malgré les modifications du cadre bâti, elle atteste la permanence d’un contexte spatial : celui où la ville rencontre la mer.

10Lieu d’une certaine sociabilité cosmopolite avant-guerre (Al-Jisr, 1991) préservée des destructions de la guerre, la corniche renvoie donc à des continuités. Cependant elles se réfèrent moins à une histoire qu’à des mémoires de la ville, c’est-à-dire à un jeu de superpositions et de réinterprétations collectives qui prennent sens face aux nécessités du présent. Dans le contexte de l’après-guerre, la corniche est réinvestie en repère symbolique urbain où sont condensées à la fois des valeurs qui puisent leur légitimité dans l’appropriation sociale de l’espace (mixité, tolérance, accessibilité, mobilité) et dans des valeurs patrimoniales, y compris au sens premier, se transformant en dispositif d’actions à visée touristique ou immobilière qui prennent en compte les nouvelles pratiques de sociabilités et de consommation.

  • 4 « Avant-guerre, chacun de nous va se promener sur la Corniche comme s’il était chez lui et s’il vo (...)

11Durant les quinze années de guerre, à la fois proche et éloignée des combats du fait qu’elle ne représente pas un objectif à viser, elle accueille l’afflux massif des habitants de Beyrouth ouest dès qu’une accalmie est pressentie et devient un espace continu de promenade de Ayn Mreissé au Luna Park. Les premiers combats au centre-ville et au sud isolent Beyrouth ouest de ses deux issues. La Corniche devient alors le seul débouché pour les habitants de cette partie de la ville. Ils s’y rendent par milliers pour échapper à l’enfermement du quartier, de la maison et de l’abri. Des habitudes de fréquentation transforment peu à peu le lieu et les façons de l’« habiter » (Delpal, 2002). Marqué par l’afflux des déplacés et des réfugiés du sud, les populations anciennes et celles nouvellement arrivées se mêlent dans une mixité où les identifications et les modes de reconnaissances habituelles et locales ne sont plus opérants4. Depuis le retour de la paix, un nouvel ordre urbain en a réglementé les usages, bien que la mémoire des modes de fréquentation et d’appropriations antérieures marque les pratiques de certains citadins. Désormais ouverte à la ville dans son ensemble, la promenade articule les échelles du quartier, de la ville et de la mer.

12Jouxtant le périmètre de reconstruction du centre-ville, et, sans doute dans un proche avenir, située en continuité avec sa marina ouest et le quartier des grands hôtels reconstruit, la corniche occupe une position de centralité dans les nouvelles recompositions urbaines, renforcée par sa proximité à Hamra qui retrouve des fonctions centrales importantes (Boudisseau, 1997). De plus une requalification des façades maritimes est déjà amorcée à l’échelle du pays par des aménagements très interventionnistes faisant monnaie courante de la privatisation du domaine maritime.

13Jusqu’avant guerre, le bord de mer restait redouté pour la résidence et peu fréquenté en espace de loisir. Aujourd’hui, les nouvelles ambitions redéfinissent la corniche en vitrine d’un destin touristique. Des équipements et des lieux de commerce et de loisir jalonnent l’une ou l’autre de ses rives composant un espace aux fonctions multiples : un pôle hôtelier de catégorie luxe rénové et en pleine expansion, la mosquée de Ayn Mreissé, Mc Donald’s, Hard Rock Café, l’Université américaine de Beyrouth (AUB), des cafés, des glaciers, des restaurants, des bains de mer et des activités de pêche en restructuration. Plusieurs opérations immobilières confirment la valeur foncière de ce secteur comme étant la plus élevée de la ville. Ces installations structurent les parcours qui se combinent à la promenade et induisent des clientèles et des modes d’accès d’une grande diversité.

14Si pour beaucoup de passants, l’habitude de venir ici a été prise pendant la guerre, pour d’autres, c’est la fin des combats et « l’oubli de la ligne » (Huybrechts et Douhayi, 1999) qui a permis d’accéder à la ville dans sa partie ouest. Ceux-ci viennent alors du sud de la ville ou de l’est, depuis quelques années seulement et ils y sont inégalement représentés. Pour ces derniers, la congestion urbaine favorise des stratégies de recentrage sur les possibilités de la ville, plutôt qu’une sortie sur l’axe nord-est saturé par le trafic automobile où se sont pourtant développées pendant les années de guerre des fonctions de loisirs à dominante communautaire (chrétienne). De plus, du fait de sa position périphérique, de nombreuses lignes de bus, rapprochent le bord de mer des différents quartiers de la ville et de la banlieue sud. Cette dernière est habitée par le tiers de la population du Grand-Beyrouth, soit près de 500 000 personnes. Communément appelée « Dahiya », le terme concentre, pour l’opinion qui ignore la multitude des composantes socio-économiques de ces quartiers, plusieurs connotations : celle d’un « espace illégal, composé de squatters, pauvres, chiites, ruraux, affiliés au Hezbollah » (Harb el-Kak, 1997). Si ces stéréotypes renvoient à des positions idéologiques, il reste à prendre en compte qu’il s’agit généralement d’un espace très dense, où les équipements urbains et les services de l’État sont rares. Les espaces de sortie ou récréatifs sont quasiment inexistants dans ces quartiers. « Où voulez-vous qu’on aille ? [...] c’est le seul endroit qu’il nous reste ! [...] » soutiennent alors la plupart des promeneurs. Ils évoquent la destruction du centre-ville, sa reconstruction destinée au tourisme et au luxe, la rareté d’autres espaces publics ou piétonniers, la densité de l’habitat, du trafic aux sorties de la ville, le bord de mer ailleurs privatisé ou inaccessible et... le manque d’air. Ainsi l’absence d’alternatives combinée à divers dysfonctionnements urbains, concourent à une mixité tantôt recherchée, tantôt subie.

Temporalités et régulation des côtoiements

  • 5 Nous avons utilisé une méthode de comptage des passants caractérisés par des variables définies à (...)

15Un calendrier propre au lieu orchestre les clivages entre des populations qui vivent, par ailleurs, dans des espaces plus étanches les uns aux autres. Ces temporalités structurent les conditions de la mixité par des regroupements ou des stratégies d’évitement qui induisent des codes de conduites et des modes de communication entre promeneurs. Si ces variables temporelles apparaissent à l’observateur5, elles sont aussi mobilisées par les usagers de la promenade, concourant à ces savoirs implicites, ces « arts de faire » du citadin, qui s’actualisent en situation, et sont sans cesse réinterprétées comme instrument de fabrication et de reconnaissance d’une identité urbaine.

16Le moment et la fréquence de venue, la durée passée sur place composent un paysage choisi, spécifique fait d’un ensemble de règles (présentation de soi, contrôle du regard, composition des groupes) qui instituent le caractère public du lieu dans un rapport à l’échange, à l’anonymat et au contrôle. Ces variables temporelles agissent comme normes centrales d’évaluation et de distinction des publics de la corniche en connotant symboliquement les temps sociaux et les activités qui trouvent à s’y accomplir. Il m’a été souvent dit : « vous devriez venir le matin, il y a des gens bien, des sportifs ». Ainsi, que les promeneurs aient parcouru la corniche à différentes occasions, ou qu’ils restent « cloisonnés » dans leur créneau temporel, ils ont pour beaucoup une idée « typifiée » (Schutz, 1987), des autres groupes et usages du temps. Ainsi, j’ai noté : « Vous trouvez ici le matin les gens respectables, l’après-midi les dragueurs et le soir les voyous » ou bien « le dimanche, ce n’est plus Ras Beyrouth, d’ailleurs on n’y vient jamais, les gens se comportent comme au village, ils sont assis partout, jettent des graines par terre, on peut plus circuler ».

Des rendez-vous implicites

17Deux temps forts voient l’afflux massif de promeneurs : au soleil levant et au couchant. La majorité, en tenue de sport, court, marche ou se promène. Très tôt l’allure sportive prédomine. Il est cinq heures du matin, après la prière, des groupes d’hommes se retrouvent régulièrement face à la mosquée, entre amis pour prendre le petit-déjeuner ou un manouché, s’installant côté mer. Moment intense de sociabilités masculines avant le travail, parfois juste le temps d’un café. Mais aussi temps individuel destiné à l’entretien de sa santé, avec un leitmotiv : maigrir et lutter contre le cholestérol, ils viennent pratiquer un sport (marcher, nager, courir, faire des exercices de gymnastique). Retraités ou actifs, ils quittent ensuite la corniche pour rejoindre leur travail.

18Au soleil couchant, minijupes, costumes de ville, shorts, voiles, jeans et baskets se mêlent et parfois se superposent dessinant le temps de la plus grande mixité sociale (milieux, confessions, âges, sexes). C’est également le moment où l’on voit le plus de groupes mixtes hors groupes familiaux et le plus de femmes seules, et de femmes portant le foulard qui marchent seules. Au cours des autres périodes, les groupes sont majoritairement formés de personnes de même sexe. La fréquentation masculine est en plus grand nombre, notamment d’hommes seuls. La mobilité est moins importante (station sur la barrière, pêche à la ligne, pause-café), les personnes ont le pas plus lent, les vêtements de sport se mêlent aux tenues de ville.

19Le soir, les groupes d’hommes, jeunes ou plus âgés, et quelques familles s’installent sur des pliants, autour d’un banc, reconstituent un salon, un cercle, autour d’un narghilé. Certains à même le sol, sur des cartons ou des tapis, jouent au trictrac. Des jeunes, venus du sud ou des quartiers ouest avoisinants, ou des camps palestiniens, emportent parfois un instrument à percussion, un Ghetto Blaster. S’ils ont une voiture, ils profitent, portes ouvertes, de la sonorisation. Certains dansent, chantent autour, accompagnant quelquefois leur soirée de la consommation d’alcool vendus dans l’un des cafés d’en face. Aux heures avancées de la nuit, ils partagent la Corniche avec des couples venus faire quelques pas, prendre l’air, la voiture stationnée à proximité. Parfois la vitre ouverte suffit. D’autres descendent sur les rochers face à la mer.

20À 4 heures du matin, les patrouilles des Forces de sécurité intérieure (FSI) feront place nette avant que la prière ne commence et que les premiers sportifs réinvestissent les lieux. La police des mœurs interpellée par les FSI, pour toute situation d’alerte qui concerne la moralité publique, fait également la chasse aux « couples illégitimes » et aux homosexuels.

21Les qualités d’appropriation de l’espace varient également avec l’alternance de la semaine et du week-end. Le début de soirée (20 h - 22 h) du vendredi et du samedi reçoit une foule beaucoup plus nombreuse de promeneurs. C’est le moment où l’on remarque le plus de couples mais aussi de familles, de groupes mixtes de jeunes, et peu de personnes seules. Les gens se sont « habillés », les femmes davantage maquillées. La promenade se combine avec une visite chez un glacier, dans un restaurant ou un snack. Les journées de week-end, sur un fond de marcheurs, de coureurs, de rollers toujours présents le matin, apparaissent les familles en plus grand nombre. En milieu de matinée, on remarque une proportion notable de pères seuls accompagnés de leurs enfants qui ont emporté vélos, motos électriques et divers accessoires de jeux. C’est aussi le moment le plus intense pour la pêche amateur.

22La diversité des contextes spatiaux permet aux différentes composantes du groupe familial de prendre plaisir à être là, en exerçant une activité spécifique. Par exemple, les hommes pêchent à la ligne, les femmes sont assises sur les bancs et les enfants font du vélo. Les familles de l’ouest, résidentes des quartiers proches, côtoient alors celles venues des quartiers populaires du sud de la ville. Dans l’après-midi, ces dernières seront représentées en grande majorité. Elles viennent alors en groupes plus importants, incluant plusieurs générations et elles ont revêtu leurs plus beaux habits. Les femmes sont nombreuses, la majorité porte le foulard, et elles sont souvent maquillées. Rares sont celles qui se promènent seules ; cependant, le groupe se déplace souvent selon des rythmes ou des regroupements différents par âge ou par sexe. Ou bien, si la famille a élu domicile sur un banc, on peut voir des groupes de jeunes filles se séparer, s’émanciper du groupe familial et faire un tour entre elles.

23Les parcours prennent ces dimanches après-midi plutôt l’allure de la déambulation, et le regard s’autorise davantage l’exploration et le commentaire des apparences d’autrui. Les mouvements du regard apparaissent plus vagabonds, dans ces temps de plus grande homogénéité sociale et confessionnelle, et qui sont davantage soumis aux codes familiaux, comparés aux temps plus mixtes réglés sur un code de conduite emprunté à l’allure sportive, qui manifeste une retenue et une distance plus affichées. Ces regards dont la trajectoire rappelle l’exploration et la découverte sont tout autant le fait des femmes qui s’examinent entre elles. En effet, les formes d’engagement de soi sur la Corniche, en d’autres moments, apparaissent plus individualisées, même si elles s’élaborent toujours en référence à un code de l’honneur, qui institue un jeu où doit se résoudre la tension entre réserve et affichage.

Le temps comme durée

24La longueur du temps passé sur place est plus ou moins prédéfinie ou élastique. Pour certains usagers, le temps est chronométré, calibré. Il représente, par exemple, un repère de performances pour les sportifs : « le temps de deux allers-retours », « le temps de faire 6 km en 42 minutes ». Pour d’autres, il est circonstancié et s’inscrit dans une disponibilité à l’événement qui participe au plaisir de la promenade, à moins qu’il ne s’agisse tout simplement de le passer.

25Occasion d’un bref arrêt, d’une pause, en voiture ou à pied, pour prendre un café, ou occasion de s’installer dans la durée d’une après-midi entière, ou d’une soirée. Pour certains ce « formatage » de la durée sert de distinction par rapport à ceux qui n’ont qu’à laisser le temps s’écouler : les oisifs, les désœuvrés, c’est-à-dire « ceux qui n’ont pas d’autres endroits où aller ». Pour ceux qui s’en distinguent, s’ils viennent sur le bord de mer, c’est pour faire du sport. Et pour beaucoup de ceux qui ne fréquentent pas la Corniche, le lieu est associé à ceux qui « traînent » et qui laissent donc aussi leur regard traîner. Ainsi, les logiques de différenciation se nourrissent d’un jeu où les interactions entre gestion du temps et contrôle du regard construisent une catégorie déterminante de jugement d’autrui :

– « Moi, si je vais ici, c’est pour le sport, je marche très vite d’ici jusqu’au Bain Militaire, avec ma mère. Nous, c’est vraiment pour le sport, si on va, c’est pour marcher. »
– Et quand tu marches, qu’est-ce que tu vois ?
– Moi, je regarde mes chaussures, j’avance. C’est différent si on va pour se promener, c’est-à-dire juste pour regarder, pas pour marcher. C’est-à-dire comme on a vécu ailleurs (au Canada), on a d’autres mentalités, ça nous a changés. Si je vais sur la Corniche c’est pour moi. On est moins “voir et être vus”.
– Alors si tu veux te promener, c’est pas ici ?
– Si, ça m’est arrivé, le soir avant de rentrer, on fait un petit tour, quand tu es allée en boîte, vous allez prendre l’air, vous promener un peu, pas plus que vingt minutes, sinon c’est ridicule. Pas des allers-retours toute la soirée. »
(Entretien avec H. Khoury, 26 ans, qui vit à Achrafieh et travaille dans le domaine des relations publiques).

Le temps comme fréquence

26La fréquence désigne la régularité, l’occasion, ou l’exceptionnalité de la venue des promeneurs sur la corniche. Ici, une foule d’habitués se reconnaît, sans pour autant se connaître. Des figures, des personnages peu à peu émergent, sont remarqués sous des formes de reconnaissance diverses : le vêtement, l’allure, la constance, la performance... Pour ceux-là, une familiarité au lieu, aux visages croisés s’institue par la répétition, la régularité de leur apparition. Une fréquentation quotidienne leur fait dire que ce lieu s’inscrit dans leur vie comme une nécessité qui relève de l’accoutumance. Un jeu d’attentes et de confirmations provoque un véritable attachement à la promenade qui constitue un espace social à part, dans un anonymat relatif.

N. Waddah, 50 ans, vient chaque jour avec un ami, toujours le même, courir les six kilomètres aller-retour, en fin d’après midi :
« Il y a 150 personnes que je file, qui sont des personnes que nous avons surnommées. Il y a l’impératrice, un autre qui est large de 1 m, 1,5 m, et qui est toujours en débardeur avec un walkman dans les oreilles ; il y a aussi le baroudeur, il a des mâchoires carnassières et un regard toujours extatique. Il y a des femmes remarquables, à l’allure adéquate, certainement très travaillée [...]. Nous discutons presque tout le temps. Nos propos sont comme encadrés. C’est comme un repérage à l’intérieur duquel nous avançons. C’est un peu un filtre qui permet de freiner cette mobilité, la parole fait un contrepoids à la vitesse soutenue par la répétition des visages. »

27D’autres y passent ou y séjournent, parfois, selon l’occasion. La corniche est une étape presque obligée des étrangers en visite. Elle est un lieu duquel se découvre la ville. En effet, le dessin de sa courbe offre une perspective unique où la montagne libanaise vers l’est et les sommets enneigés du mont Sanine se conjuguent à la ville et à la mer Méditerranée. Beyrouth se donne ici à voir dans une image synthétique de ce que seraient les éléments constitutifs de « l’identité libanaise ». Pour certains la corniche est associée à un autre temps exceptionnel : celui du Ramadan. Dans les années 1985-1989, un grand nombre de familles chiites commencent à venir la nuit en famille, célébrant l’iftar dans des tentes appelées « tentes du bonheur ». Dressées avec des moyens de fortune, elles proposaient alors des repas, s’animant d’orchestre jusqu’à trois heures du matin.

28Ainsi, les pratiques concourent à une urbanité en invention où les logiques individuelles, communautaires et familiales coexistent dans un rapport de tension. Et même si la promenade fait l’objet d’occupations par des groupes qui marquent le lieu de leurs références, elles doivent supporter la réalisation simultanée ou successive d’autres pratiques.

Pratiques en scène

29La corniche recèle des qualités « dramatiques » par le fait qu’elle rend visibles, qu’elle expose, et donc rend susceptibles d’être jugées les différences qui s’y côtoient. Elles sont affichées, hétérogènes et légitimes comparativement à d’autres lieux de loisir où les modes de consommation sont premiers et imposent des modèles unifiants d’être ensemble.

30Ainsi, à l’heure du soleil couchant, il semble bien qu’une foule de visages se soit donnée rendez-vous pour participer à la promenade vespérale, pratique familière que l’on nomme paseo ou passegiata en d’autres lieux de la Méditerranée.

31Cette sorte de rite déambulatoire paraît se suffire à lui-même. Une habitude, réglée par la régularité semble constituer à elle seule son propre objet d’attraction. Cette pratique assidue, constante, évoque une performance qui serait vouée à la démonstration. Elle montre, tel un rituel, un défilé ou même une procession, le groupe dans une mise en mouvement symbolique qui se manifeste en déambulation dans l’espace public. Et selon l’échelle d’observation, il peut aussi suggérer un groupe social coagulé en un corps physiquement réuni et repérable.

32Cependant, les expressions, et le jeu des différences qui s’y exposent, réalisent un des plaisirs de cette sortie en public. Et elles se manifestent dans une forme d’échange placée sous l’ordre de la visibilité, l’œil, le regard étant le principal opérateur de communication. Cette qualité renvoie à la scène, au plaisir partagé de participer à la foule, au spectacle du public : « on vient voir les visages, les différences, chacun, ici, a ses propres croyances, ça se voit, et nous on aime voir ça ». Or le spectacle de la ville prend toute sa valeur par le rôle que les citadins tiennent dans l’expérience de la situation, donc par la façon dont ils se donnent à voir au public : vêtements, visibilité, angle de vue, proximité, surface de la scène, ampleur des déplacements, jeu d’affichage ou de réserve...

33Les lieux recèlent différentes « prises offertes par l’espace urbain » (Joseph, 1997) selon leur degré d’ouverture, d’accessibilité et leur qualité de mise en visibilité et permettent de ménager également tout un éventail de gradations entre le dedans et le dehors, le protégé et l’exposé, la discrétion et l’ostentation. Ainsi diverses variations spatiales ménagent plus ou moins des niches à l’abri des regards, permettent d’investir un espace et d’en disposer en le faisant sien. Le mobilier composé des rochers, des barrières, des bancs, de l’ombre d’un palmier, de la protection et de la sono de sa voiture, ou d’un mobilier emporté avec soi, offrent mille ruses pour habiter, « domestiquer » le temps de son passage un espace commun pourtant susceptibles d’appro­priations plurielles.

34Cette complexité de contextes spatiaux est favorable à la production de lieux plus ou moins qualifiés de façon stable ou circonstanciée : individuels, familiaux, masculins, féminins, mixtes, jeunes... Flâner, passer, courir, s’installer pour un pique-nique, draguer, se grouper autour d’un narghilé, s’isoler et s’abandonner à la contemplation de la mer, observer ses semblables... seul(e), en famille, en groupe... L’activité exercée, le lieu, la temporalité, et la nature des liens qui unissent aux personnes avec qui l’on est, fixent des frontières plus ou moins matérielles ou informelles entre ces territoires. Le choix de tel emplacement ou telle conduite n’étant pas fortuit, il traduit d’incessantes adaptations entre distance sociale et distance spatiale, en somme tout un jeu de civilités qui constitue en lui-même l’un des plaisirs de l’espace public.

35Le sentiment jubilatoire d’être là avec la ville, perçue pourtant si lointaine par la vertu de la mer, crée des proximités et des espacements particuliers entre les citadins, mais aussi entre des attentes et des horizons possibles. Tandis que certaines proximités immédiates sont suspendues dans le lointain, une somme de possibles apparaît plus proche :

« C’est un endroit qui peut faire changer. Ici, c’est un endroit de liberté, ici c’est ouvert, les grandes décisions ne se prennent pas ici, mais ici on sent que les choses sont possibles. »
« ... La mer est, à la fois, un don et une malédiction. C’est un don car elle me fait oublier les problèmes. Mais c’est une malédiction car elle m’éloigne aussi des gens, du travail et je continue à être chômeur. Mais je viens quand même tous les jours. Une heure, une heure et demi suffisent pour gagner de la force et combattre la ville à nouveau. »
(Entretien avec Raymond, pêcheur amateur, célibataire, 40 ans, vivant à Hamra).

36Cette échelle de la mer, dont nous ne percevons pas la finitude, en quelque sorte recompose le rapport entre le proche et le lointain, le construit et l’indéterminé. Ainsi, paradoxalement, la promenade sur la corniche fonctionne comme fuite de la ville (de sa densité, de son enfermement, de ses dysfonctionnements) tout autant que comme rencontre avec elle (par la foule et la diversité des références).

Extraterritorialité et individuation

37La corniche est un espace limite. À la fois dans la ville et hors la ville, ses codes d’accès et ses règles d’usage échappent en partie aux déterminants des appartenances territoriales. Cette recomposition de soi rendue possible opère essentiellement dans ce que Simmel (1981) nomme une certaine « opacité » des rapports sociaux. Non pas qu’il soit totalement possible d’être un autre ici, mais des règles tacites permettent la suspension de comportements répertoriés et modifient les formes de reconnaissance. Cette capacité performative de la Corniche engage des comportements rendus impossibles dans un espace de l’entre soi, où les identifications sont globalisantes, surdéterminées par les variables unifiantes de l’identité.

38Dans cet espace où l’on n’est chez personne et où chacun a le droit d’être, certains se présentent en conservant des modes de sociabilité du quartier. D’autres, dans un mouvement de découverte et d’exploration, semblent en situation d’apprentissage d’autres règles du jeu et expriment une volonté d’anonymat ou d’identification à d’autres référents identitaires. Cet espace permet donc diverses stratégies de prise de distance par rapport à ses appartenances : « il y en a qui marchent en groupe comme au village, c’est ridicule, moi je viens à deux ou trois au plus » ou « oui, nous on préfère parler le français quand on vient ici, on n’est pas compris par tous ».

39L’observation des vêtements fournit également une foule d’indices sur le sens de ce lieu pour chacun. Certains de milieu aisé affichent une apparente détente des convenances, maintenant cependant une élégance décontractée. « Ici, on s’en fout, on peut être soi-même, on n’a pas besoin de s’habiller, il n’y a pas de public » ou bien : « on peut pas venir habillés chic ici, on est sur un trottoir ! » C’est-à-dire qu’ils semblent soustraits à ce qu’à Beyrouth, on appelle « la société » qui s’apparente à un espace d’interconnaissance. Pour d’autres, la venue sur la Corniche représente une sortie :

« Chez nous, tout est serré, la maison est petite, le balcon est étroit. Tous les jours, on attend ce moment, quand on va venir ici ; ici, tout est beau, alors nous aussi on s’habille bien. »

40Être là, pour certains, c’est affirmer son appartenance à la ville et participer à un lieu de valeur. Les formes de coprésence sur la corniche permettent de recomposer autrement des normes de contact qui ont cours ailleurs. Il est souvent revenu lors des entretiens avec des personnes de milieux modestes qu’« ici, il vient souvent des gens qui ont des fonctions importantes, des ministres, des hommes d’affaire connus ». Même si les situations d’interactions sont des relations fugitives, l’œil, le regard, le vêtement, les attitudes corporelles, et même les paroles captées furtivement (notamment par l’usage différencié des langues arabe, française ou anglaise), sont des actes d’énonciation et reconfigurent ce jeu spécifique à l’espace public où s’ajustent les frontières entre soi et les autres. En effet, les relations en public mobilisent tout un ensemble de compétences, de modes d’actions qui prennent appui sur la visibilité (Goffman, 1973). Et dans la recomposition des espaces de promenade à Beyrouth, de « sortie » dans la ville, s’inscrivent aussi les transformations des modes de reconnaissance et de représentation sociale.

41Le sport, et surtout le jogging, qui revêt véritablement un caractère collectif et massif à certaines heures de la journée, permettant toutefois une pratique individuelle, brouille les identités. Cette pratique est vécue, pour un certain nombre comme « un temps pour soi ». Et c’est cette possibilité d’être seul et d’échapper aux déterminismes d’autres liens sociaux qui lui donne sa valeur. Il sert pour beaucoup, notamment pour les femmes, de caution légitime à leur présence : « moi, je viens ici, je ne regarde pas les autres, ils me sont indifférents, je suis là pour faire du sport ». Cette forme de sociabilité mobile, fluide, versatile, permet d’être un habitué sans devoir entretenir des liens avec les membres du lieu. Ainsi de nouveaux rapports se dessinent entre la personne et la communauté qui l’entoure. La personne qui s’individualise se trouve au centre d’un réseau et met en relation des espaces qu’elle configure elle-même. D’autre part, le sport fonctionne comme un modèle qui absorbe et tend à uniformiser les différences. Le vêtement de jogging unisexe et les attitudes communes et standardisées que la pratique de la marche rapide impose, rassemblent, sous des références plus globalisantes et qui leur sont extérieures, des mondes sociaux différenciés. Un travail de figuration montre qu’il y a plusieurs manières de se faire connaître et la manière de se vêtir est le moyen le plus évident d’imiter ceux qui occupent une position dans la hiérarchie urbaine des statuts.

42Le port du vêtement griffé de type sportswear, très répandu, sert de reconnaissance sociale mais aussi de masque. Il n’empêche que les promeneurs prennent mutuellement la mesure de leur sophistication. Et tout objet annexé au corps sert aussi de manœuvre pour introduire des informations personnelles sur ses autres engagements sociaux. Ces rencontres, bien que minimales, modifient en permanence un jeu de représentations de soi et de l’autre. En effet, l’idée que se fait un individu de son identité, même si elle n’est pas entièrement déterminée par ses contacts avec les autres, naît dans des interactions et se développe avec elles. Même si c’est une réalité muette et constante, elle s’aiguise dans certaines conditions. Ulf Hannerz a montré qu’une de ces conditions est « le contraste, né de la diversité de la vie urbaine qui offre une multiplicité de perspectives, de constats d’expériences différentes, de modèles de vie alternatifs, qui sont autant de matériaux pour la construction du soi ». Ces situations contrastent avec des relations qui « ont une telle teneur en contrôles normatifs qu’elles offrent peu d’ouverture à l’information personnelle » (Hannerz, 1980, 285).

43Cet espace de la corniche, puisqu’il est limité, autorise donc le contact avec tout un jeu de différences, à la fois dérangeantes et stimulantes, à commencer par le face à face entre hommes et femmes. Les différences les plus apparentes concernent pourtant les femmes entre elles. Beaucoup, parmi celles qui portent le foulard ou même la abaya se sentent jugées et regardées par les autres femmes, mais elles affirment leur légitimité à être présentes sur cet espace, et à pratiquer le sport :

« [...] Cet endroit, il est à tout le monde qui veut faire du sport. Il faut sortir de son environnement. Chez nous, au Liban, il y a beaucoup de fanatisme religieux. Quand quelqu’un nous voit, les gens pensent qu’on vit dans un milieu clos, alors que nos familles nous donnent des libertés, il y a des bains réservés pour les femmes [...] L’extérieur ne nous est pas ouvert alors que nous, nous sommes vraiment ouvertes. Certains que l’on croise doivent dire que ce n’est pas notre place. Nous, on essaye de voir l’autre. Juste après la guerre, c’était mal vu de venir ici, c’étaient les milices, qui étaient ici. Maintenant, on a un État fort, toutes les confessions se mélangent. »
(Entretien avec Mona, 35 ans, vivant à Haret Hayek).

44Et, justement parce que cet espace est moins marqué territorialement que d’autres quartiers intérieurs à la ville, il peut fonctionner comme un seuil sur lequel il est possible de s’observer et de voir ce qu’il y a d’unique dans sa propre situation mais aussi de se pénétrer de l’expérience d’autrui. Une personne chrétienne de Furn ech-Chebbak nous racontait être venue ici, en période de ramadan. Dans sa voiture restée stationnée, elle observait : « j’aime bien voir comment les musulmans font leur fête, c’était beau à regarder. Il y a une foule de familles et les enfants ont de très beaux habits. »

45Enfin, des jeux de transgression sont ici permis : beaucoup de jeunes garçons viennent la nuit, consomment de l’alcool, s’installent avec de la musique, parfois à découvert, ou plus ou moins cachés à l’intérieur des automobiles occupant par groupes des portions du trottoir. Ceux qui ont des scooters se lancent des défis de courses, en roues arrière, frôlent les passants, interpellent les filles. « Ils viennent se défouler, dans leur quartier, ils ne peuvent pas hurler, chanter, faire du bruit comme ici, ils n’ont pas d’autres endroits où aller. »

Une forme ritualisée de ségrégation et de contrôle

  • 6 Que l’on peut définir avec Hannerz (1983) comme « la capacité à créer des liens là où il n’en exis (...)
  • 7 J.-C. Depaule (1987 et 1990) rappelle que l’on peut n’avoir accès qu’à un seuil, et ne jamais le f (...)

46Cependant si la dynamique des échanges sur la corniche favorise l’intégration6, elle exerce aussi diverses formes de ségrégation voire de rejet et d’exclusion. L’hospitalité de la corniche agit en fait comme une transition qui régule l’accès à divers temps et lieux de la citadinité7. Elle peut être comprise à partir des diverses expressions et activités qui sont toujours contenues dans les limites d’un ordre public. Celui-ci est contrôlé par les patrouilles fréquentes des FSI mais, comme ailleurs, cet ordre traduit d’abord une norme socialement sanctionnée. La définition de cette norme renvoie également à la nature du contrôle exercé sur l’espace. De nature sexuée, masculine, il exclut les femmes de nombreux lieux (la baignade dans la mer est exclusivement masculine). Ce contrôle s’exprime par des attitudes de drague qui engagent essentiellement le regard et quelques apostrophes sous la forme de compliments.

  • 8 Par exemple : « Est-ce que vous avez déjà vu la lune se promener sur la corniche ? » ou encore : « (...)

47Sur la corniche, il est remarquable que les femmes n’ont pas à subir des invectives ou bien des paroles méprisantes, ni des contacts corporels mais plutôt des remarques qui visent à la flatterie8. Si, pour certaines, elles ne représentent pas une gêne, leur répétition génère toutefois une contrainte pour d’autres. Cependant, nombreuses, et parfois de milieux conservateurs, les femmes viennent s’y promener. Elles développent alors des stratégies d’accès où se combinent des choix de temporalités qui en évitent d’autres (l’après-midi), des attitudes vestimentaires, des alibis d’usage (faire du sport), ainsi que tout un répertoire corporel d’évitement, de signifiés qui constituent des pare engagements (Goffman, 1974). Elles ont, par exemple, à négocier leur trajectoire visuelle, ainsi que celle de leurs déplacements dans un parcours en couloir qui ne les approche pas trop près des barrières où les hommes sont assis, ni trop près de la chaussée où elles peuvent être interpellées par les automobilistes. Le menton haut, elles stabilisent leur regard assuré vers le lointain. On peut noter la panoplie dont elles se parent aux heures de moins grande affluence : jogging, baskets, visière, lunettes, walkman sur les oreilles, téléphone mobile à la main sont autant d’objets, de procédés qui redéfinissent les limites entre la sphère privée et l’espace accessible à l’autre. Le walkman est cité comme un moyen de se protéger de l’intrusion des paroles des hommes. Ce dispositif d’ensemble, qui autorise et légitime la promenade sur la corniche puisqu’elle accompagne le sport et la quête de santé, permet d’accueillir une grande proportion de femmes qui se promènent seules.

48Certains hommes disent éviter de venir avec leur fiancée ou leur femme afin de ne pas avoir à répondre de leur honneur face aux regards appuyés des autres hommes. Ces intrusions du regard représentent pour eux une infraction aux règles de la coprésence. « Je ne peux pas venir ici avec des filles, ou alors ça demande d’être aveugle ! Quand je vois tous ces mecs, je me dis : mais comment ces mecs, ils n’ont pas de sœurs ? » (Samir, 23 ans, vient presque tous les jours courir avec ses copains).

49Sous l’argument de l’honneur et de la pudeur, se révèlent aussi des discours qui prennent à partie « les étrangers » qui se trouvent sur la corniche. Cette catégorie revêt alors de façon répétée la figure du Syrien. La menace du désordre dont cet « autre » est potentiellement porteur s’appuie sur l’instabilité du contrôle qu’il est possible d’exercer sur lui. Puisqu’il n’est pas « chez lui », il n’est plus soumis au contrôle social, à la nécessité de respect des conventions qui le lient à un ensemble de droits et de devoirs envers les siens. Cet être désolidarisé de son corps social, serait sans face, totalement anonyme (au premier sens du terme : sans nom), donc menaçant pour l’ordre public et social. Non pas, qu’en lui-même ou par son appartenance, il soit fondamentalement différent, mais c’est l’arrachement à un contrôle basé sur la connaissance du nom et des statuts et rôles que ce nom engage dans sa société d’appartenance, qui l’expose à la transgression des conventions sociales.

50On nomme les Syriens « les Suisses » et ils sont accusés d’encombrer le trottoir de la corniche et de disqualifier le lieu, par leur comportement et leurs activités de vente ambulante jugées extensives. Pour comprendre ces discours récurrents, peut-être faut-il les situer dans cette période de paix officielle, où la fin des affrontements en 1990 fut obtenue avec le concours et l’imposition de l’État syrien. Certains débats sur la présence, parfois contestée, de l’État voisin, sont publiquement censurés. D’autre part, plusieurs dizaines de milliers de travailleurs syriens occupent des emplois peu rémunérés, notamment dans le secteur du bâtiment. Le rejet, pour certains, de cette présence de la tutelle de l’État syrien et des travailleurs immigrés, s’exprime alors dans la sphère privée invoquant l’honneur et l’inconduite. La corniche est en effet le dimanche ou dans les temps d’inoccupation en attente d’un travail journalier, un des rares lieux accessibles de promenade pour les migrants ayant peu de moyens.

51Les plus exposés à la critique sont les ouvriers en attente d’embauche et qui sont alors représentés dans le contexte de la corniche comme « des célibataires », c’est-à-dire soustraits au seul contrôle reconnu, celui du groupe familial. D’autres populations ont une accessibilité limitée à la corniche du fait de l’emprise extensive des lieux de consommation dont l’accès suppose le règlement d’un droit de passage ou l’appartenance à un groupe d’ayants droit. La baignade libre dans la mer à proximité de ces lieux réservés, ainsi que les plongeons depuis la promenade donnant lieu à de vrais défis entre jeunes garçons des quartiers avoisinants et de la banlieue sud, sont régulièrement réprimés.

52Ainsi, au-delà des changements du tissu urbain, de nouveaux comportements ont fait irruption dans la ville, qu’ils soient le fait de néo-urbains, de l’importation de comportements du fait de l’émigration, ou de la mondialisation des échanges. Dans un même lieu, diverses normes d’usages s’appliquent, à l’articulation de plusieurs systèmes de valeurs. Il apparaît que même si le contrôle sur ce bord de mer est exercé par l’autorité publique, il s’appuie sur des dispositions, un ensemble de codes et de valeurs qui fixent les limites de l’admis, de la norme d’usage. Mais il semble que ce qui est en jeu, dans le contexte de la corniche, ce n’est finalement pas l’autorité de la norme, ce sont avant tout ses formes d’expression, la façon d’en rendre compte, en somme sa visibilité. D’abord fondée sur les apparences, elle oblige les promeneurs à produire des conventions conformes, à configurer leurs comportements en correspondance avec la catégorie « d’apparences normales sur la Corniche ».

53Si des règles existent, elles résident dans les pratiques des acteurs qui agissent en tant que ressources disponibles et répertoire normatif qui doivent leur existence à des pratiques antérieures. Mais cette sédimentation, plus qu’un acte d’héritage, est une pratique complexe d’appropriation et de réinterprétation, fondatrice de vérités nouvelles, où la négociation et l’apprentissage de l’autre fonde le rapport symbolique qui rassemble les personnes en présence. Ainsi, les logiques individuelles, communautaires et familiales ne sont pas exclusives l’une de l’autre, mais coexistent sur la corniche dans un rapport de tension. La dynamique, au cœur de cette tension, compose les références d’un système de valeur constamment en cours de codification où se construisent les rapports mobiles à l’altérité révélant toute la vulnérabilité mais aussi les ressources d’un tel lieu et de l’urbain en général.

Bibliographie

Références

Al-Jisr B., 1991, « Les plages de Beyrouth : privatisation et communautarisation d’espaces publics », in N. Beyhun (dir.), Reconstruire Beyrouth, les paris sur le possible, Lyon, MOM, 75-82.

Althabe G., 1990, « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain », Terrain, n° 14, 126-131.

Beyhum N., 1991a, Espaces éclatés, espaces dominés. Étude sur la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 1975 à 1990. Thèse, Lyon, Université de Lyon II.

Beyhum N., 1991b, « Crise urbaine de Beyrouth, crise de citadinité », Espace et Société, n° 65, 39-59.

Beyhum N. et David J.-C., 1994, « Pour une problématique de l’espace public dans les villes du Moyen-Orient », in Du privé au public : espaces et valeurs du politique au Proche-Orient, Beyrouth, Cermoc, 161-171.

Boudisseau G., 1997, « Hamra, un nouveau centre ancien », in J.-L. Arnaud (dir.), Beyrouth, Grand-Beyrouth, Beyrouth, CERMOC, 67-80.

David J.-C. et Beyhum N., 1993, « Les espaces du public et du négoce à Alep et à Beyrouth », Les annales de la recherche urbaine, n° 57-58, « Espaces publics en ville », 190-205.

DELPAL C., 1999, Recomposition des espaces et des formes de sociabilités sur la corniche du front de mer à Beyrouth. DEA, Lyon, Université Lyon II Lumière.

Delpal C., 2002, « Un nouvel espace public », Les annales de la recherche urbaine, n° 91, « Villes et guerres », 74-82.

Depaule J.-C., 1987, « Espaces habités de l’Orient arabe », Les cahiers de la recherche architecturale, n° 20/21, 8-21

Depaule J.-C., 1990, « Diwan, mafraj. Le lieu de la vie sociale masculine dans les maisons tours de Sanaa », AI, n° 25.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Les relations en public, t. 2, Paris, Minuit. Goffman E., 1974, Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Hannerz U., 1983, Explorer la ville (traduit et présenté par I. Joseph), Paris, Minuit. Huybrechts E. et Douhayi C. (dir.), 1999, Reconstruction et réconciliation au Liban, Beyrouth, Cermoc.

Harb El Kak M., 1997, « L’espace dans les discours sur l’aménagement de la banlieue sud : le projet Elyssar », in J.-L. Arnaud (dir.), Beyrouth, Grand Beyrouth, Beyrouth, Cermoc, 191-207.

Joseph I., 1997, « Prises, réserves, épreuves », L’hospitalité. Communications, n° 65, 131-142.

Mermier F., 1997, Le cheikh de la nuit, Arles, Actes Sud.

Naciri M., 1997, « Le rôle de la citadinité dans l’évolution des villes araboislamiques », in M. Naciri et A. Raymond (dir.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz Al Saoud, 131-147.

Simmel G., 1979, « Métropoles et mentalités », in L’école de Chicago, naissance de l’écologie urbaine (textes traduits et présentés par Y. Grafmeyer et I. Joseph), Paris, Aubier, 61-78.

Simmel G., 1981, Sociologie et épistémologie, Paris, PUF.

Schutz A., 1987, Le chercheur et le quotidien, Bruxelles, Méridien-Klincksieck.

Tabet J., 1986, « Beyrouth et la guerre urbaine : la ville et le vide », Peuples méditerranéens, n° 3, 85-120.

Notes

1 Voir à ce sujet : N. Beyhum et J.-C. David, 1994 ; J.-C. David et N. Beyhum, 1993 ; M. Naciri, 1997 ; F. Mermier, 1997.

2 Société foncière privée en charge de la reconstruction du centre-ville (qui s’étend sur 180 ha) et dont le capital est constitué par des actions équivalentes aux indemnités des anciens propriétaires et ayants droits expropriés et par les apports de puissants groupes d’investissements.

3 D’abord chemin de liaison entre le port et le phare, la corniche se développe en axe de circulation et devient fréquentée ponctuellement à partir des années 1920. Avec l’avancée de la ville vers l’ouest par des fronts pionniers : l’Université américaine, les premiers bains de mer, les cafés sur pilotis, les quartiers de Hamra et de Raouché. Les conditions de sa formation (acteurs, temporalités) lors des diverses étapes qui ont contribué à son intégration à la ville sont à comprendre et à situer dans l’économie de leur contexte territorial et normatif (voir C. Delpal, 1999).

4 « Avant-guerre, chacun de nous va se promener sur la Corniche comme s’il était chez lui et s’il voit quelqu’un à distance de 200 m, il va le reconnaître tout de suite, qui c’est, quelle est sa famille, et pourquoi il est là, tandis que maintenant lakad ikhtalata el habelbil nabel [tout est mélangé on ne comprend plus rien] les cafés, les étrangers, les promeneurs, ceux qui sont armés, les soldats, les amoureux... » (Entretien avec un ancien habitant de Ayn Mreissé).

5 Nous avons utilisé une méthode de comptage des passants caractérisés par des variables définies à partir de critères d’apparences (sexe- composition des groupes : nombre, mixité- vêtements- activité). Nous les avons croisées entre elles en fonction de cinq tranches horaires.

6 Que l’on peut définir avec Hannerz (1983) comme « la capacité à créer des liens là où il n’en existait pas et par le fait que nous pouvons reconnaître des visages qui nous sont inconnus ».

7 J.-C. Depaule (1987 et 1990) rappelle que l’on peut n’avoir accès qu’à un seuil, et ne jamais le franchir.

8 Par exemple : « Est-ce que vous avez déjà vu la lune se promener sur la corniche ? » ou encore : « Est-ce que vous avez déjà vu des fruits hors saison ? »

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable