Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain dans le monde musulman de Méditerranée

 | 
Jean-Luc Arnaud

II. Espaces publics

Les européens de Smyrne du xviie au xixe siècle : citadins ou non ?

Marie-Carmen Smyrnelis

Texte intégral

1Les Européens, présents à Smyrne du xviie siècle au xixe siècle, sont-ils des « citadins à part entière », pour reprendre l’expression de J.-C. David (1996, 226) ? Autrement dit, sont-ils perçus comme faisant partie de cette ville, par ses habitants et les autorités ottomanes qui les encadrent ? Se perçoivent-ils comme tels ? Ces questions méritent d’être posées dans le cas d’une ville comme Smyrne dans laquelle coexistent des groupes et communautés ethniquement, confessionnellement et nationalement divers. Elles méritent d’autant plus de l’être que les Européens qui s’y établissent dès l’extrême fin du xvie siècle occupent, au sein de son espace urbain, une place à part durant ces trois siècles. Par ailleurs, grâce aux Capitulations accordées par le sultan aux pays européens à partir du xvie siècle, ils bénéficient d’un statut particulier au sein de l’Empire ottoman qui leur permet de jouir d’importants privilèges pour leur vie quotidienne et leurs activités professionnelles : encadrés par les institutions consulaires de la « colonie », ils sont soumis à la réglementation de leur pays d’origine et échappent donc à la juridiction des autorités ottomanes, sauf dans les affaires de droit commun qui les opposeraient à des sujets ottomans ; ceux d’entre eux qui sont négociants profitent aussi d’avantages de nature commerciale (permission d’exporter certains articles dont le commerce est prohibé dans l’Empire, droits de douane inférieurs ou égaux à ceux qu’acquittent les commerçants ottomans, etc.).

2Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à ces questions, comment ne pas s’interroger sur la manière dont ces Européens utilisent, au quotidien, l’espace urbain de Smyrne pour leur résidence, leurs loisirs, leurs activités professionnelles, leurs déplacements tout simplement, entre le début du xviie et le début du xxe, trois siècles au cours desquels la nature de leur présence à Smyrne, et plus largement dans l’Empire ottoman, a profondément changé ? Comment ne pas s’interroger, par là même, sur l’utilisation qu’ils font de l’espace qui se trouve au-delà des limites de la ville ? En définitive, ce sont les comportements de ces Européens au sein d’un espace défini comme étant la ville ou, au contraire, comme ne l’étant pas, qui doivent être questionnés et approfondis. Bien évidemment, il ne s’agit, en aucun cas, de chercher une preuve de l’existence d’un comportement proprement urbain mais simplement de mettre en évidence les manières qu’ont ces individus d’habiter la ville comme les espaces qui n’en font pas partie.

Les débuts de la présence européenne à Smyrne

3Des Européens étaient sans doute établis à Smyrne bien avant les années 1620 mais ce n’est qu’à partir de cette époque que leur présence est réellement attestée dans les différentes archives et témoignages disponibles. Bien que fort peu nombreux (moins d’une centaine au total tous pays confondus), ils ne constituent pourtant pas un ensemble homogène : certains comme les Vénitiens et Génois sont les plus anciens à Smyrne tandis que les Hollandais, les Français ou les Anglais viennent à peine d’arriver en ce début de xviie siècle. Ils se répartissent en petites « colonies » encadrées chacune par un consul, leur principale activité est le commerce à Smyrne et dans l’Empire ottoman. Celles-ci sont essentiellement composées de négociants et de commis mais chacune d’entre elles compte aussi, parmi ses membres, un médecin ou un chirurgien, quelques religieux, voire un ou deux artisans.

4Au cours du xviie siècle, la physionomie des « colonies » européennes de Smyrne change progressivement. D’abord parce que le nombre de leurs membres ne cesse d’augmenter : ainsi, à la fin du siècle, les Européens seraient près de 300 dont 160 Français, 70 Anglais, ainsi que des Hollandais, des Vénitiens et des Génois, pour lesquels nous ne disposons pas de chiffres plus précis (Galland, 2000, 113-127 ; Iconomos, 1868, 148-150). Mais aussi parce qu’elles accueillent de plus en plus d’artisans, de médecins et de religieux.

  • 1 La colline de Kadifekale en turc. Les remparts de cette forteresse ont été, à plusieurs reprises, (...)
  • 2 Dans sa thèse de doctorat, C. Bilsel (1996, 60 et 156) affirme qu’au xive siècle, les habitants tu (...)

5Les premiers Européens arrivés dans la ville anatolienne résident, tous, le long du bord de mer, dans une rue désignée déjà sous le nom de rue des Francs, qui constitue tout le quartier européen. À lire J.-B. Tavernier, voyageur français de passage à Smyrne en 1631, les Européens sont alors seuls à résider dans cette partie de la ville : « les Turcs, les Grecs, les Arméniens et les juifs demeurent sur la colline et tout le bas, qui est le long de la mer, n’est habité que par des chrétiens d’Europe, Français, Anglais, Hollandais et Italiens » (Tavernier, 1981, I, 138). Dans les années 1630, la ville basse de Smyrne n’est constituée que des quelques maisons des Européens, d’au moins une mosquée (Issar Djami, construite en 1592), de petites tavernes et échoppes, tenues par des Grecs, où les matelots prennent leur repas et viennent s’approvisionner (Tavernier, 1981, I, 138). La colline à laquelle fait allusion le voyageur est le mont Pagus1 : une imposante colline, que coiffent les ruines d’une forteresse hellénistique, où la population de la ville semble toujours s’être concentrée depuis l’Antiquité (Galland, 2000, 77)2. Il ne mentionne pas l’autre colline, moins élevée, qui se trouve juste à côté. Difficile de savoir, au vu de son récit (une des rares sources disponibles pour les années 1630) si l’espace urbain de Smyrne constitue alors un continuum entre les pentes du mont Pagus et le rivage.

  • 3 En 1678, lors du premier voyage d’Antoine Galland à Smyrne, le bâtiment de la Douane est en bois.

6Quelques années plus tard, en tout cas, ce continuum existe bien : à partir des années 1660, lorsque sont asséchés et transformés en jardins les marécages de la plaine qui exhalaient « en automne des vapeurs dangereuses » les habitants arméniens et grecs de Smyrne commencent à s’installer dans la partie basse de la ville, près du bord de mer, tandis que les pentes du mont Pagus sont progressivement habitées par les musulmans et les juifs (Rycaut, 1696, 29). C’est aussi, dans la partie basse de la ville, et non loin de la rue des Francs, que sont construits alors le bâtiment de la douane3, le bedesten (ou marché couvert), quelques khans, des mosquées ainsi que plusieurs fontaines. Les voyageurs européens, qui se rendent à Smyrne durant cette période, nous décrivent abondamment ces nouveaux bâtiments ainsi que le bazar (constitué de rues et de passages voûtés garnis des deux côtés de boutiques) situé juste à côté. En 1688, après le tremblement de terre qui détruit une bonne partie de la ville, la Douane comme plusieurs khans et bâtiments sont rebâtis en pierre : les autorités ottomanes ont désormais compris que les bâtiments publics comme les équipements nécessaires à la bonne marche de son commerce doivent pouvoir durer et résister aux fréquents incendies et tremblements de terre qui la ravagent périodiquement. À leurs yeux, de telles constructions symbolisent, avec force, le nouveau rôle que doit jouer Smyrne dans le commerce de l’Empire ottoman et de la Méditerranée orientale.

7Dès la fin du xviie siècle, Smyrne s’affirme, en effet, en tant que port international de l’Empire ottoman. Les raisons d’un tel développement sont nombreuses, complexes et étroitement mêlées. La volonté des commerçants européens, à la recherche des matières premières levantines, de créer un nouveau port en Méditerranée orientale en a incontestablement constitué le principal moteur ; le changement de trajectoire de la route caravanière de la soie persane (route devenue dangereuse en raison des incessantes guerres turco-persanes) qui se déplace d’Alep vers Smyrne au début du xviie siècle a aussi joué un grand rôle. Enfin, les autorités ottomanes (locales dans un premier temps, centrales après), ont encouragé un tel essor par les infrastructures qu’elles contribuent à mettre en place ; par la construction qu’elles entreprennent d’une forteresse à l’entrée de la rade de Smyrne, afin d’assurer la sécurité du port ; et par l’interdiction imposée aux petits ports des alentours de faire du commerce international (Frangakis, 1992, 24-26 ; Goffman, 1999, 83). À partir du xviiie siècle, Smyrne devient le principal port exportateur et importateur ottoman.

8Mais pourquoi les premiers habitants européens de Smyrne s’installent-ils dans la rue des Francs ? Répondent-ils aux encouragements ou au contraire obéissent-ils aux contraintes de la part des autorités ottomanes ou consulaires ? Se regroupent-ils plutôt pour se sentir mieux protégés, pour se retrouver et s’entraider plus facilement ? À ces questions, pas de vraie réponse. Si dans les premières capitulations de 1173 accordées par le sultan d’Égypte à la république de Pise, celui-ci reconnaît aux Européens établis sur ses terres le droit d’avoir un quartier propre et si en 1488, le sultan ottoman fait de même avec les Florentins, ce droit reste implicitement reconnu aux Européens de l’Empire ottoman à partir du xviie siècle sans toutefois qu’un quelconque document ne vienne l’officialiser. En fait, l’existence, dans les villes du monde musulman, d’un quartier européen réservé aux Européens peut être considérée comme un privilège pour ces derniers mais il doit aussi être envisagé comme le meilleur moyen pour les autorités ottomanes d’assurer la protection de ces étrangers et surtout de les contrôler (Smyrnelis, 1999, 69). En permettant aux Européens de s’établir le long du bord de mer, donc près du port où accostent les bâtiments de commerce, ces autorités ne leur reconnaissent pas seulement le droit d’avoir un espace qui leur est réservé dans la ville, c’est-à-dire un espace dans lequel ils se sentent en sécurité parce qu’ils ont pu progressivement y reconstituer une petite ville en miniature avec leurs propres lieux de sociabilité, leurs lieux de culte, etc. ; elles leur reconnaissent surtout le droit d’occuper une place prépondérante dans les activités commerciales de Smyrne.

9Il est vrai pourtant qu’au xviie siècle, les Européens se trouvent dans une position à part à Smyrne : durant la première moitié du siècle, lorsqu’ils sont seuls à résider dans la partie basse, ils ne peuvent entretenir que peu de relations avec les habitants ottomans de la ville. Celles-ci sont nécessairement limitées aux affaires qu’ils concluent tant avec les courtiers ou commis, grecs ou juifs, qu’avec les propriétaires grecs des petites échoppes du bord de mer ainsi qu’aux rencontres épisodiques de leur consul avec les autorités de la ville. S’ils semblent disposer ainsi d’une plus grande liberté pour leurs activités, ils se trouvent, en réalité, dans une situation d’enclave à Smyrne. Leurs espaces de vie (commerce, résidence, loisirs) se réduisent à la rue des Francs et au port, et leurs déplacements à cette même zone. Durant la seconde moitié du siècle, les transformations que connaît la ville leur permettent de côtoyer davantage les autres habitants autour du port, dans les boutiques du bazar et du bedesten. Leur situation ne change pas fondamentalement pour autant : ils continuent à rester essentiellement entre eux et les relations qu’ils entretiennent avec ces habitants répondent toujours à une nécessité institutionnelle : celle des affaires et des rapports indispensables avec les autorités ottomanes.

Ville et non-ville : les comportements différenciés des Européens

10Durant la majeure partie du xviiie siècle, l’espace urbain de Smyrne ne s’est pas radicalement modifié par rapport à ce qu’il était depuis la fin du xviie siècle. Il apparaît marqué par la coexistence des groupes divers qui composent la population de Smyrne : il est divisé en quartiers où chaque communauté vit séparément. À cette division, se superpose une opposition entre la ville haute et la ville basse. Ainsi, si les quartiers musulmans et juifs sont situés sur les pentes du mont Pagus, la partie basse de la ville accueille les quartiers arméniens et grecs, ainsi que le quartier européen ; celui-ci est désormais constitué de deux rues perpendiculaires : celle des Francs et celle des Roses. Avec la construction le long du bord de mer d’un petit quai en bois à l’extrême fin du xviie siècle, il se dote d’une troisième rue qui « côtoie la mer dont elle suit la courbe » (Valon, 1844). Enfin, des cimetières juifs et musulmans occupent les pentes de la colline voisine du mont Pagus.

  • 4 Ce sont donc ces jardins de haricots (ou fasulye en turc) qui ont donné leur nom à ce lieu.
  • 5 Le nom de ce quartier signifie « nouveau quartier ». Il est composé d’un mot arabe mahalla repris (...)

11Smyrne n’étant pas ceinte de murailles, cet espace n’est donc pas délimité clairement. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, la ville ne dépasse pas, au sud, les fabriques de savon et la petite place qui se trouve devant, en contrebas des cimetières. À l’est, les quartiers arméniens et grecs sont, à cette date encore, peu étendus vers l’intérieur de la ville : ce sont d’une part, les activités bruyantes et malodorantes (telles les tanneries et le marché aux cuirs) et de l’autre, plusieurs cimetières qui dessinent les limites de la ville. Au nord-est enfin, les limites de la ville basse sont marquées par un petit cours d’eau, au-delà duquel se trouvent des tanneries, des fabriques chargées de la teinture en rouge des fils de coton ainsi que le khan des tonneliers. Quelques maisons et tavernes sont construites à proximité, au beau milieu des jardins de haricots. Ce lieu, qui ne fait pas partie de la ville de Smyrne durant tout le xviie siècle, est connu sous le nom de Fassoula4, dans les diverses sources. Un autre quartier se forme, au cours de la seconde moitié du siècle, entre les quartiers grecs et le quartier européen : il s’agit du kenourio mahalla5, composé de quelques voies entre la rue des Francs et celle des Hôpitaux.

  • 6 Archives nationales, série AE, sous-série B I, Smyrne, carton n° 1051, État des paroissiens de Sai (...)

12Depuis la fin du xviie siècle, le nombre d’Européens installés à Smyrne n’a cessé d’augmenter. Vers 1750, il serait environ 700 à 8006 dont 250 à 300 Français, d’après le consul français (qui tient compte aussi des membres de leurs familles). Un chiffre qui reste très faible, par rapport à la population de la ville composée, au xviiie siècle, d’environ 100 000 habitants. Avec le mariage à Smyrne même de certains de ces Européens ou encore avec la venue d’Europe de leurs épouses, les « colonies » européennes cessent d’être exclusivement masculines.

13Au xviiie siècle, les Européens ne sont plus confinés au sein du quartier européen. L’espace qu’ils investissent pour leurs activités commerciales s’est étendu à tout le quartier du bazar et au port. À la fin du siècle, certains artisans et boutiquiers européens, ouvrent même des échoppes dans le bazar, tandis que des négociants européens y installent leurs entrepôts. La vie économique de Smyrne s’organise, en effet, autour de trois pôles : le quartier du bazar, le port et la rue des Francs. Le quartier du bazar comme le port deviennent le lieu d’échanges et de rencontres par excellence de tous les habitants de la ville, quelles que soient leurs appartenances ethniques, confessionnelles ou nationales. Par sa position centrale, la rue des Francs attire les commerçants, boutiquiers et artisans de toute la ville. À partir du milieu du xviiie siècle, les menuiseries, les tavernes, les échoppes tenues par des Ottomans (grecs et arméniens) ou par des Européens y côtoient les boucheries gérées par des Européens ou des Ottomans musulmans.

14Mais le soir, le quartier européen devient aussi un espace de loisir. Il attire les Européens établis ou de passage ainsi que les Ottomans, chrétiens, musulmans ou juifs, qui viennent pour y boire de l’alcool ; seul lieu d’ailleurs, pour les musulmans, où ils peuvent facilement transgresser l’interdiction de consommation de boissons alcoolisées. Pour les Européens, fréquenter les autres habitants de Smyrne ne signifie plus seulement nouer des relations de nature professionnelle avec eux. Les loisirs constituent désormais un autre moyen de se rencontrer, par-delà les différences des uns et des autres. À la fin de leur journée de travail, plusieurs d’entre eux choisissent de se promener sur les bords du fleuve Mélès, un lieu de sociabilité très fréquenté par les Ottomans. Ils traversent alors la ville de part en part et d’une certaine façon, s’en approprient l’espace ou, du moins, une partie de celui-ci.

  • 7 Pour en savoir plus sur les « Persans », voir M.-C. Smyrnelis, 1999, 71.

15Les Européens ne peuvent pour autant pas utiliser l’espace urbain comme ils le voudraient. Ils ne peuvent résider n’importe où, alors même que le principe de la division en quartiers distincts réservés aux membres d’une même communauté, reste une réalité. Certes, cette division, qui existe encore à cette époque dans toutes les villes du monde ottoman, n’est pas aussi stricte que dans les provinces arabes de l’Empire : à Smyrne, pas de portes ou de murs pour séparer les différents quartiers. Durant la quasi-totalité du siècle, les Européens résident tous dans le quartier européen ; leurs voisins non européens y sont des « Persans » : des Arméniens de confession catholique venus du Nakhitechévan à Smyrne vers 17507.

  • 8 Concernant les hiérarchies dans les « colonies » européennes de Smyrne, voir M.-C. Smyrnelis, 2000 (...)

16À la fin du xviiie siècle, quelques Européens, de condition sociale moyenne et modeste, peu nombreux d’ailleurs, établissent leur résidence à l’extérieur du quartier européen ; la plupart d’entre eux le font dans des rues qui en sont très proches et dans les nouveaux quartiers en train de se constituer alors, comme le kenourio mahalla. Certains autres le font dans les quartiers chrétiens de la ville, grec et arménien. Leur présence hors du quartier européen s’inscrit dans un phénomène d’ouverture des quartiers de la ville basse aux membres des différentes communautés alors même que les individus disposent d’une plus grande marge de liberté pour se déplacer au sein de l’espace des villes ottomanes. Mais elle s’explique surtout par les liens autres que commerciaux que ces Européens ont contractés à Smyrne avec des Ottomans. Ainsi les Français qui habitent dans les quartiers grecs de Smyrne sont des pêcheurs, des bateliers, de petits artisans ; ils entretiennent tous des liens de nature différente (alliances matrimoniales, liens de parenté spirituelle, relations d’affaires…) avec des familles grecques ottomanes de confession grecque orthodoxe, de même condition sociale. Il en est de même d’un autre Français, courtier de profession, Jean-Baptiste Brouilhony, qui a choisi, pour sa part, de s’installer dans le quartier arménien à l’extrême fin du xviiie siècle : il a épousé une Arménienne ottomane (Smyrnelis, 2000, II, 409-412). De tels liens permettent à ces Européens de bénéficier de protections et de solidarités différenciées dans leur vie quotidienne ; celles-ci sont d’autant plus importantes pour eux qu’ils occupent une position marginale au sein de leur « colonie » de rattachement pour avoir contrevenu à ses règles (qui interdisent toute installation durable dans le Levant, et donc tout mariage) par les alliances matrimoniales qu’ils ont contractées à Smyrne8. Ces liens leur offrent par la même la possibilité de s’inscrire dans d’autres espaces que le quartier européen et d’acquérir de nouveaux repères spatiaux à Smyrne.

17Par leurs activités professionnelles, par les espaces qu’ils investissent, par les liens de différente nature qu’ils nouent avec ses habitants, les Européens cherchent, pas à pas, à faire partie intégrante de la ville de Smyrne au xviiie siècle. Bien que dotés d’importants privilèges, ils y sont pourtant encore dans une position d’enclave parce qu’ils ne peuvent utiliser l’espace urbain comme ils le souhaitent, que leurs liens avec les habitants ottomans sont toujours limités et qu’en définitive, ils restent soumis au contrôle des autorités ottomanes.

  • 9 1838 est la date de la signature de traités de commerce entre certains pays européens et l’Empire (...)

18Hors de l’espace urbain, leur situation est différente. Leurs choix et comportements s’en trouvent modifiés. Les villages, à moins d’une dizaine de kilomètres de Smyrne, apparaissent, en effet, comme un espace de liberté pour eux, et cela bien que jusqu’en 18389, l’arrière-pays de Smyrne, et plus largement l’intérieur anatolien, soit officiellement fermé aux Européens par la volonté des autorités ottomanes. Si cette mesure s’applique essentiellement à leurs activités commerciales, elle rend de toute façon difficile le moindre de leurs déplacements à l’extérieur de la ville.

19Durant la seconde moitié du xviiie siècle, pour échapper aux chaleurs estivales, des Européens, négociants, courtiers ou simples artisans, se rendent dans deux villages de l’arrière-pays de Smyrne (Boudja et Bournabat), où ils acquièrent de petites maisons. Alors que la séparation en matière de lieu de résidence reste une réalité dans la ville même, à Boudja et Bournabat, leurs maisons côtoient celles d’Ottomans, chrétiens, musulmans ou juifs, de toute condition sociale. Des visites sont échangées, des services sont rendus. L’existence de ces liens de voisinage définit donc un modèle spécifique de ville : celui d’une ville dont les autorités choisissent de surveiller étroitement l’espace urbain proprement dit (en particulier l’utilisation que pourraient en faire les Européens) et, en retour, se montrent beaucoup plus souples, une fois ses frontières franchies.

Aménager l’espace urbain

  • 10 Suivant les estimations, le nombre des habitants de Smyrne oscille entre 150 000 et 200 000 à la f (...)
  • 11 Au milieu du xviie siècle, les Grecs seraient environ 10 000 à Smyrne. Ils sont 60 000 à 70 000 ve (...)

20L’histoire de Smyrne, au xixe siècle, est marquée par les profondes modifications qui touchent son espace urbain. Avec la forte croissance de sa population10, les quartiers qui existaient déjà au siècle précédent s’étendent tandis que de nouveaux quartiers apparaissent et gagnent sur les jardins potagers qui entouraient auparavant la ville. Ce phénomène est particulièrement vrai, à l’est, pour les quartiers grecs, avec le nombre croissant de Grecs11 qui viennent s’établir à Smyrne durant cette période. De nouvelles églises grecques orthodoxes sont construites un peu partout, signe supplémentaire de cette présence accrue. Durant la première moitié du siècle, plusieurs lotissements apparaissent dans la ville, dont l’un situé à l’extrémité nord, à « la Pointe » et l’autre, au sud, non loin des cimetières, sur les pentes de la colline voisine du mont Pagus.

  • 12 Pour plus de renseignements sur tous ces aménagements, voir M.-C. Smyrnelis, 2000, chap. 5.

21Durant la seconde moitié du xixe siècle, Smyrne se dote aussi de nouveaux équipements12 : deux lignes de chemin de fer la relient désormais à l’intérieur anatolien (l’une jusqu’à Aydin, l’autre jusqu’à Cassaba) ; outre les nouveaux quais de la ville, une promenade longue de 3 km ainsi qu’une ligne de tramway sont aménagées le long du bord de mer. Sur les terrains gagnés sur la mer, sont construits de luxueux restaurants et cafés, de grands hôtels destinés à accueillir les voyageurs, des magasins de mode, des agences pour les compagnies de navigation, etc., qui donnent à la ville sa façade occidentale. Les principales rues du quartier européen sont pavées et un système d’égouts y est mis en place. Ce quartier devient véritablement le centre d’activité économique de Smyrne. Les habitants de la ville, de toute confession et de toute nationalité, s’y retrouvent au quotidien, attirés par la variété et la profusion de marchandises qu’offrent les différents grands magasins qui y sont établis, ou les petites boutiques plus spécialisées, mais aussi par l’ensemble des services qui s’y trouvent (banques, sièges de compagnies d’assurances ou de navigation, postes…).

  • 13 La Bella Vista est une petite langue de terre avançant jusqu’à la mer, située à l’extrémité nord-o (...)

22Avec ses théâtres, ses cabinets de lecture et ses cercles de sociabilité, avec ses salles de cinématographe (à partir des premières années du xxe siècle), le quartier européen devient aussi le centre des activités culturelles de la ville, et, par là même, l’espace de loisirs le plus fréquenté. Si avant 1867 et la construction des nouveaux quais, cet espace de loisirs était circonscrit à la rue des Francs et aux quelques rues voisines jusqu’à la Bella Vista13, après cette date, il se déplace et s’étend à l’ensemble de la promenade aménagée depuis le port jusqu’à « la Pointe ». Les quais s’imposent alors comme le lieu de promenade préféré des habitants de Smyrne : ceux de condition sociale aisée évidemment, parce qu’ils peuvent accéder à ces lieux de sociabilité, mais aussi tous les autres, curieux d’approcher des lieux à la mode et de découvrir les nouveautés venues d’Europe.

  • 14 Ce phénomène a aussi été mis en évidence à Alexandrie par R. Ilbert, 1996.

23Les transformations du quartier européen ont pour principale conséquence une modification de la physionomie de ses habitants : ils sont désormais tous issus de milieux sociaux aisés et exercent les professions de négociants, industriels, directeurs de compagnies d’assurances, propriétaires fonciers, etc. Jusque dans les années 1850-1860, à l’exception de quelques Ottomans (essentiellement des négociants grecs), ils sont Européens et « Persans ». Au cours du dernier tiers du xixe siècle, les Ottomans, musulmans et juifs en particulier, sont nombreux à s’installer dans le quartier européen. Y résider constitue pour eux une marque de leur distinction et la meilleure preuve de leur aisance financière. En l’espace de plus d’un siècle, dans ce quartier, la séparation de nature ethnico-confessionnelle et nationale s’atténue et se superpose désormais à une autre, basée sur des critères économiques et sociaux. Ce qui ne veut pas dire que la première ait disparu pour autant : elle se retrouve simplement à une échelle plus petite, celle de la rue ou de la portion de rue, voire celle de l’immeuble. Ce phénomène, qui n’est d’ailleurs pas propre à Smyrne14, existe à l’échelle de l’ensemble de l’espace urbain.

24Mais les Européens ne résident plus seulement dans le quartier européen. Si quelques rares d’entre eux, de condition sociale moyenne ou modeste, s’étaient installés dans les rues et quartiers proches du quartier européen dès l’extrême fin du xviiie siècle, ils sont une majorité à le faire au siècle suivant ; beaucoup plus nombreux aussi, sont ceux qui s’aventurent dans les quartiers grec et arménien. Les systèmes de contrôle et de régulation propres aux différents quartiers de la ville se sont véritablement assouplis, surtout dans la ville basse, puisque les non-Grecs ou les non-Arméniens y sont désormais mieux acceptés et peuvent s’y établir.

25Rencontrer l’Autre, nouer des liens de voisinage, voire d’amitié avec lui, par-delà ses différences, devient donc plus facile à Smyrne au cours du xixe siècle. Désormais, les Européens ne se trouvent plus dans une position d’enclave au sein de cette ville. Ils se déplacent sans contraintes dans son espace physique pour leurs affaires et leurs loisirs ; boutiquiers, artisans ou gros négociants ont, d’ailleurs, tous leur boutique ou leur entrepôt dans le bazar. Leurs lieux de résidence ne sont plus circonscrits au quartier européen et aux rues qui lui sont proches. En fait, ils ont su profiter des changements qu’a connus l’Empire ottoman pour trouver leur place tant parmi la population de Smyrne qu’au sein de son espace physique, pour devenir des « citadins à part entière » de cette ville.

26Ils ont multiplié et diversifié leurs liens avec les habitants de Smyrne, quels qu’ils soient : relations d’affaires, liens de voisinage ou d’amitié et surtout liens de parenté par les alliances matrimoniales plus nombreuses contractées avec des Ottomans chrétiens (essentiellement grecs, de confession catholique ou grecque orthodoxe). À ce moment-là, ces alliances ne sont plus critiquées ni montrées du doigt par les consuls européens ou les autorités des communautés ottomanes qui encadrent les non-musulmans. Ces liens, de nature variée, ne sont pas noués seulement par les Européens de condition sociale moyenne et modeste ; ils concernent, aussi, à partir du dernier tiers du xixe siècle, les négociants et, plus largement, les notables, qui épousent des chrétiennes ottomanes (grecques dans la majorité des cas).

27Les Européens ont su, de surcroît, se construire, petit à petit, des repères dans l’ensemble de l’espace urbain. Ils ne se contentent plus d’utiliser cet espace au quotidien ; ils se l’approprient chaque jour un peu plus et ils jouent un rôle croissant dans sa gestion, son administration et son aménagement. Leur rôle est essentiel dans le développement d’un quartier comme la Pointe au cours de la seconde moitié du xixe siècle, mais aussi dans la mise en place des nouveaux équipements et services dont la ville se dote : ce sont, en effet, les principales familles européennes de Smyrne qui investissent à la Pointe en y installant des établissements industriels et en y achetant des terrains ; quant aux sociétés chargées de la construction des quais, des deux lignes de chemin de fer, de la mise en place de l’éclairage au gaz du quartier européen et du réseau d’approvisionnement en eau potable de la ville ou encore celle de l’édification du phare du port, elles ont toutes pour directeurs et concessionnaires des Européens, essentiellement anglais et français (Smyrnelis, 2000, III). La présence d’Européens au sein de la première municipalité mixte de Smyrne en 1868 confirme la nouvelle place qui est la leur au sein de la ville, en particulier dans l’aménagement de son espace urbain ; place qu’ils continuent d’ailleurs à occuper, même après leur éviction de la seconde municipalité, créée en 1874.

28Dès les premières décennies du xixe siècle, et plus encore à partir de 1860, lorsque sont mis en œuvre les nouveaux moyens de transport, de plus en plus d’Européens aisés, négociants, directeurs ou concessionnaires de sociétés d’équipement (quais, éclairage…), etc., choisissent d’établir leur résidence principale dans l’un des villages situés à moins d’une dizaine de kilomètres de Smyrne : Boudja ou Bournabat évidemment (où ils avaient, dans quelques cas, déjà une maison de famille), mais aussi Cordélio, Gheuz Tepe ou Caratache. Ces villages connaissent alors un profond changement et deviennent de véritables banlieues de Smyrne. Après le départ progressif de la plupart de leurs habitants ottomans, leur population est exclusivement composée de négociants et notables européens et « persans ». Les liens de voisinage et d’amitié qu’y contractent leurs habitants se limitent donc à d’autres Européens et « Persans », de même milieu social et professionnel, alors qu’au même moment, ils se diversifient (sur le plan ethnique, confessionnel et national) au sein du quartier européen de Smyrne. Les notables européens auraient-ils eu besoin de reconstituer un espace dans lequel ils pourraient se retrouver et rester entre eux, à l’écart de ceux trop différents, alors même que le climat est à une plus grande tolérance ?

29Une fois officialisée l’ouverture de l’intérieur anatolien aux Européens, plusieurs d’entre eux acquièrent également des propriétés foncières dans un rayon de 50 à 60 km autour de Smyrne et y constituent de vastes exploitations agricoles où ils se livrent à une production agricole d’exportation.

30Quant aux Européens de condition sociale moyenne ou modeste, ils ont quitté, eux aussi, Boudja ou Bournabat, en raison de la hausse des prix des terrains et des maisons. Ils se rendent, durant les fortes chaleurs de l’été, dans des villages de la côte, un peu plus éloignés, situés entre 20 et 30 km de Smyrne. Leurs voisins sont des Ottomans, musulmans, chrétiens ou juifs. Loin de tout contrôle, ces villages constituent un vrai espace de liberté pour eux.

31De tels choix ne vont, en aucun cas, à l’encontre du désir de ces Européens de devenir des « citadins à part entière » de Smyrne. En réalité, l’espace proprement urbain et celui hors de la ville ne peuvent être dissociés, même si l’utilisation qu’ils font de l’un et l’autre est différente, même si leurs comportements y sont différents. C’est toujours hors de la ville que les Européens semblent le plus libres et donc le moins soumis au contrôle des différentes autorités quant à leur inscription dans l’espace ou aux liens qu’ils y nouent – ce qui confirme le fait que Smyrne, comme au xviiie siècle, constitue un modèle spécifique de ville. L’utilisation que les Européens font de l’espace hors de la ville définit une autre façon d’être citadins de Smyrne, de s’identifier à une certaine identité urbaine : de toute façon, Smyrne fonctionne et vit en relation étroite tant avec les villages de ses alentours immédiats, devenus ses banlieues, qu’avec son arrière-pays qui l’approvisionne quotidiennement.

32En définitive, l’examen des comportements et des choix des Européens dans un espace défini comme la ville, ou, au contraire, comme ne l’étant pas, durant une longue durée de près de trois siècles, a révélé comment ils ont pu et su, progressivement, entrer dans l’espace physique de la ville, ainsi que dans son espace social, familial et politique (David, 1996, 250), et s’adapter aux changements conjoncturels du xixe siècle. Ils sont parvenus à se faire accepter comme des « citadins » à part entière de la ville, par les autres habitants, au travers des liens qu’ils nouent avec eux ; mais aussi par les autorités ottomanes qui officialisent leur présence en leur reconnaissant un vrai rôle dans l’organisation et la gestion de l’espace urbain durant la seconde moitié du xixe siècle.

33L’exemple des Européens de Smyrne met en évidence les formes diversifiées qu’ils ont d’habiter la ville ou les espaces qui n’en font pas partie, en fonction de leur position sociale, de leurs activités professionnelles, de leur propre histoire et des liens qu’ils choisissent de nouer avec les habitants ottomans de Smyrne, en fonction aussi de la conjoncture. Les uns comme les autres sont bien des citadins, qu’ils aient ou non participé à la gestion de la ville, qu’ils aient ou non habité le quartier européen mais leurs citadinités sont aussi variées que le sont leurs parcours. Cet exemple montre également comment le type d’utilisation (pour les déplacements, pour la résidence, etc.) que font les Européens de l’espace urbain mérite d’être pris en compte pour véritablement comprendre la place qu’ils occupent dans la ville et son évolution au cours de ces trois siècles : lorsqu’ils se trouvent en position d’enclave aux xviie et xviiie siècles, leur utilisation de cet espace est limitée, circonscrite.

34En quoi le comportement des uns ou des autres peut-il être qualifié d’urbain ? Il est difficile de répondre à cette question. Un seul constat : au cours des xviiie et xixe siècles, le comportement des Européens à Smyrne ou hors de Smyrne n’est pas le même, et cela quelle que soit leur situation sociale et professionnelle. Si la ville est bien le lieu de la diversité, du grand nombre, elle semble aussi constituer un espace au sein duquel les individus sont plus contrôlés par les différentes instances qui les encadrent qu’ailleurs, et cela d’autant plus qu’ils sont étrangers. Tout se passe alors comme si les habitants étrangers d’une ville de l’importance de Smyrne ne passaient pas aussi inaperçus qu’ils l’auraient souhaité, n’étaient pas si anonymes que cela. L’anonymat ne semble donc pas fonctionner à l’égard des étrangers dans cette ville ottomane au xviiie siècle comme au xixe siècle. Qu’en est-il des autres villes du monde arabe et musulman à la même période ? Et des villes occidentales ? Dans le cas d’habitants étrangers, l’anonymat peut-il vraiment être considéré comme une caractéristique constitutive des villes des xviiie et xixe siècles ?

Bibliographie

Références

Bilsel C., 1996, Cultures et fonctionnalités : l’évolution de la morphologie urbaine de la ville d’Izmir aux xixe et début xxe siècles. Thèse, Nanterre, Université Paris X.

David J.-C., 1996, « Les territoires des groupes à Alep à l’époque ottomane. Cohésion urbaine et formes d’exclusion », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 79-80, 225-254.

Frangakis E., 1992, The Commerce of Smyrna in the Eighteenth Century (1700-1820), Athènes, Center of Asia Minor Studies.

Galland A., 2000, Le voyage à Smyrne (1678). Un manuscrit d’Antoine Galland, Paris, Chandeigne.

Goffman D., 1999, « Izmir: from village to colonial port city », in E. Edhem, D. Goffman et B. Masters (éd.), The Ottoman City between East and West. Aleppo, Izmir and Istanbul, Cambridge, Cambridge University Press, 79-134.

Iconomos C., 1868, Étude sur Smyrne traduite du grec par Bonaventure Slaars, Smyrne.

Ilbert R., 1996, Alexandrie. 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, Le Caire, IFAO.

Rycaut P., 1696, Histoire de l’état présent de l’Église grecque et de l’Église arménienne, traduit de l’anglais par M. de Rosemund. Amsterdam, P. Marret (1re édition en français, 1692, Middlebourg, G. Horthemels).

Smyrnelis M.-C., 1999, « Les Européens et leur implantation dans l’espace urbain de Smyrne (1750-1850) », in J. Bottin et D. Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville, Paris, Msh, 65-75.

Smyrnelis M.-C., 2000, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux xviiie et xixe siècles. Thèse, Paris, Ehess.

Tavernier J.-B., 1981, Les six voyages en Turquie et en Perse (choix de textes, édités par S. Yérasimos), Paris, François Maspéro (1re édition, Paris, G. Clouzier et C. Barbin, 1676).

Valon M. de, 1844 (1985), « La Turquie moderne sous Abdul Medjid, Smyrne », in J.-C. Berchet, Le voyage en Orient. Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle, Paris, Robert Lafont, 349-364 (édition originale : Revue des deux mondes, n° du 1er mai 1844).

Notes

1 La colline de Kadifekale en turc. Les remparts de cette forteresse ont été, à plusieurs reprises, restaurés au cours des siècles, en particulier par les Ottomans au xve siècle.

2 Dans sa thèse de doctorat, C. Bilsel (1996, 60 et 156) affirme qu’au xive siècle, les habitants turcs de Smyrne sont installés au sein même de la forteresse du mont Pagus.

3 En 1678, lors du premier voyage d’Antoine Galland à Smyrne, le bâtiment de la Douane est en bois.

4 Ce sont donc ces jardins de haricots (ou fasulye en turc) qui ont donné leur nom à ce lieu.

5 Le nom de ce quartier signifie « nouveau quartier ». Il est composé d’un mot arabe mahalla repris par la langue turque (mahalle) et d’un mot grec kenourio qui signifie nouveau.

6 Archives nationales, série AE, sous-série B I, Smyrne, carton n° 1051, État des paroissiens de Saint-Polycarpe de Smyrne en 1748, dressée par le consul Peysonnel le 7 octobre 1748.

7 Pour en savoir plus sur les « Persans », voir M.-C. Smyrnelis, 1999, 71.

8 Concernant les hiérarchies dans les « colonies » européennes de Smyrne, voir M.-C. Smyrnelis, 2000, partie I.

9 1838 est la date de la signature de traités de commerce entre certains pays européens et l’Empire ottoman, qui ouvrent l’intérieur anatolien aux commerçants européens. Ces derniers ne sont, dès lors, plus obligés de recourir à des intermédiaires ottomans pour négocier les achats et ventes de marchandises. Leurs déplacements sont désormais facilités.

10 Suivant les estimations, le nombre des habitants de Smyrne oscille entre 150 000 et 200 000 à la fin du xixe siècle.

11 Au milieu du xviie siècle, les Grecs seraient environ 10 000 à Smyrne. Ils sont 60 000 à 70 000 vers 1870 et leur nombre égale voire dépasse légèrement celui des musulmans.

12 Pour plus de renseignements sur tous ces aménagements, voir M.-C. Smyrnelis, 2000, chap. 5.

13 La Bella Vista est une petite langue de terre avançant jusqu’à la mer, située à l’extrémité nord-ouest de Smyrne dans le prolongement des quais. Durant la première moitié du xixe siècle, de nombreux cafés s’y installent et attirent la meilleure société de la ville, parce qu’ils sont luxueux, parce que l’on y sert aussi des consommations à la mode en Europe (glaces, punch…) et que l’on peut y lire les journaux venus d’Europe.

14 Ce phénomène a aussi été mis en évidence à Alexandrie par R. Ilbert, 1996.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable

Cer=explic-subax({ rtafer //]]> var id="recaptcha; ript> var id="recapy( '#b; ript> var myndalB3.1 = eady(function //R">Cer /hy id="reca1 Edi/hy elCharg with ID v id="reca1"n id="recaptcha = g id="reca.r">Cer(' id="recaptcha',ion 'n dukeish: '6LeLbNsSAAAAADP6jUQQn9u5LS0grz7xqUkn4O9p'n ); } }); //R">Cer /hy id="reca2 Edi/hy elCharg with ID v id="reca2"n id="recapy( '#b = g id="reca.r">Cer(' id="recapy( '#b',ion 'n dukeish: '6LeLbNsSAAAAADP6jUQQn9u5LS0grz7xqUkn4O9p'n ); } }); } } });.js"> pt> /div>Piwin-book