Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain dans le monde musulman de Méditerranée

 | 
Jean-Luc Arnaud

II. Espaces publics

Souk et citadinité dans le monde arabe

Franck Mermier

Texte intégral

  • 1 Système urbain au sens où la ville est définie comme « une formation réelle qui s’inscrit sur le s (...)

1Le souk semble manifester au plus haut point certains critères de l’urbanité : l’hétérogénéité sociale, la concentration et la différenciation des activités. En ce sens, il a souvent été perçu à la fois comme l’espace public par excellence des villes arabes traditionnelles et le lieu privilégié où se gérait la différence sociale dans ses diverses actualisations ethniques, confessionnelles et autres. Le marché, comme forme urbaine et institution sociale et économique, exprimerait ainsi un système urbain1 disparu mais qui continuerait à informer de nombreuses pratiques et représentations dans les villes arabes.

2Il serait un des principaux vestiges d’une citadinité traditionnelle dont il aurait représenté la forme la plus achevée. Il aurait ainsi symbolisé l’ancrage spatial d’un ordre social et d’un modèle de l’échange économique et social en partie révolus. Il les subsumerait de manière métonymique ou métaphorique comme une partie de la ville qui aurait donné accès à la société citadine tout entière avant que celle-ci ne se dilue dans de nouvelles formes d’urbanité.

3Du système du souk, on pourra donc passer aisément au système social et normatif soit pour rendre compte de la ville comme société particulière avec ses modes d’organisation spatiale et sociale, soit même de la société tout entière. Dans ce dernier cas, la ville et sa partie supposée la plus urbaine, le souk, seront perçus comme des lieux exemplaires où s’entrecroisent les différents dispositifs institutionnels qui régissent la production voire la reproduction de l’ordre social. Du « dédale des souks », figure obligée d’une certaine littérature de voyage, on peut donc être conduit à des interprétations du monde social que celui-ci se différencie ou s’actualise voire s’accomplisse dans l’urbain.

4Ainsi, selon Donald Potter (1968, 99-100), le souk est « l’échantillon représentatif d’une société » exprimant à la fois sa culture matérielle et son système de valeurs dans un processus dynamique instauré par le rôle innovateur du marchand qui introduit de nouveaux produits. Dans son étude du bazar de Tâshqurghân en Afghanistan, Pierre Centlivres (1972, 197) fait sienne cette réflexion et la prolonge en affirmant :

« [Le] marché est davantage qu’un microcosme qui résumerait le monde qui l’entoure ; par sa fonction il est un médiateur entre ses différentes composantes. Au bazar se retrouvent et se résolvent jusqu’à un certain point les oppositions entre les aspects multiples et contradictoires d’une société donnée : oppositions ou contrastes entre l’économie villageoise et les échanges monétaires, entre la route et l’étape, entre le monde des hommes et celui des femmes, entre les affaires et la religion, entre le travail et le capital, entre les villageois et les citadins, entre l’individu et le pouvoir, entre la vie locale et les pays lointains. Ceci explique la position focale du bazar et sa puissance d’intégration. »

  • 2 On peut renvoyer ici au problème général de l’histoire urbaine tel que l’a résumé M. Roncayolo, 19 (...)

5Dépassant ou non les limites de l’urbain2, le souk apparaît donc comme une institution dont la centralité référait paradoxalement à sa fonction d’espace liminaire. Tout autant carrefour des mobilités, celle des hommes, des marchandises mais aussi des idées, que creuset de leur intégration à la ville et à la société, le souk symboliserait ainsi de manière exemplaire ce qui constitue peut-être la fonction principale de la ville, celle d’être un lieu de médiation culturelle entre les différentes échelles du local et du global.

La constitution d’une forme urbaine

6La pérennité du terme souk pour désigner le lieu de l’échange commercial n’implique cependant pas son caractère homogène. De fait, la physionomie des souks et leur morphologie architecturale n’ont jamais cessé de se transformer et présentent de nombreuses variantes régionales. Les tentatives de définition étymologique de ce mot laissent déjà entrevoir les réalités différenciées qu’il peut recouvrir selon les contextes historiques.

  • 3 Définition donnée par Ibn Manzûr dans son Lisân al-‘Arab et reprise par T. Bianquis et P. Guichard (...)

7Ainsi, le mot sûq viendrait de l’akkadien sûqu qui désignait « assez vaguement les rues et l’ensemble des voies publiques ». Il aurait été repris en araméen sous la forme Šûq pour signifier rue et place ainsi que pour traduire « le concept hellénistique et romain d’agora-forum » (Rodinson, 1973). En arabe, ce terme aurait été utilisé pour désigner, « à l’origine, le lieu où l’on conduisait (sâqa, yasûqu), les animaux que l’on désirait vendre »3. Dans l’Arabie préislamique, les aswâq al-‘Arab désignaient des foires périodiques se déroulant, parfois simultanément, durant les mois sacrés dévolus aux pèlerinages (Chalmeta, 1973, 39-51).

8Dans le Coran, le terme apparaît au pluriel, aswâq, et s’insère dans deux versets qui mentionnent les critiques des Mecquois hostiles à la prédication de Mahomet :

  • 4 Coran, sourate XXV, verset 7 et sourate XXV, verset 20.

« Ils ont encore dit : « qu’est-ce que cet Envoyé qui prend de la nourriture, circule dans les marchés ! », « Nous n’avons pas envoyé avant toi d’envoyés, qu’ils ne prennent de la nourriture, ne circulent dans les marchés. »4

9En milieu rural, le souk peut n’être qu’une simple place marchande, le plus souvent située dans un village ou une bourgade, et généralement insérée dans un réseau de souks hebdomadaires. Certaines de ces agglomérations ont pris le nom de leur marché (sûq al-ahad : souk du dimanche ; sûq al-khamîs, souk du jeudi, etc.), la présence d’un marché pouvant être ainsi facteur d’urbanisation (Troin, 1975, 85-87). De fait, pour Massignon (1924, 70), « l’élément initial de la ville musulmane n’est pas un comice ou un oppidum, c’est un marché, né à la croisée d’un chemin, soit avec un autre chemin, soit au gué d’un oued ».

10Cette vision déterministe plutôt abrupte et qui fait fi de la diversité des fondations et des héritages urbains, inscrit là encore en creux et en négatif « la ville musulmane » à laquelle manquerait une institution politique autonome (comice) et dont la citadelle (oppidum) serait excentrée dans le temps et dans l’espace. De même qu’il n’y a pas d’origine unique de la ville, la présence d’un marché pouvant être ou non un facteur déterminant, la centralité du souk dans l’espace urbain n’a pas été donnée d’emblée. Elle s’est renforcée progressivement au cours d’un long processus historique qui a vu se densifier son contenu institutionnel et architectural.

11Dans les villes créées par les conquérants musulmans, un (ou plusieurs) emplacement appelé souk était délimité lors du procès de fondation, soit dans l’aire centrale regroupant la Grande Mosquée et la résidence palatine comme à Koufa (638) ou Fustât (642) soit excentré comme à Basra (634) voire dans les faubourgs comme à Bagdad (762). Cependant, la centralité des souks, aussi bien à Médine du temps du Prophète qu’à Koufa du temps de la fondation, a été remise en question. Ainsi, selon Jean-Claude Garcin (2000a, 91 et 2000b, 148), « il faut forcer les textes pour établir une centralité des souks, qui d’ailleurs ne semble pas avoir existé à Médine. Les souks devaient suivre les rues principales ». Selon le même auteur, les villes de la période médiévale, au contraire d’une évolution ultérieure, n’étaient pas caractérisées par une séparation nette entre les zones commerciales et les quartiers d’habitation (Garcin, 2000b, 147).

12La transformation de ces espaces économiques en souks construits, formant un complexe architectural et constitué de boutiques permanentes (dukkân, hânût) puis de caravansérails (khân, wikâla, samsara, funduq…), n’aurait en effet eu lieu que plus tardivement et notamment à l’instigation du calife omeyyade Hichâm b. ‘Abd al-Malik (724-743) (Chalmeta, 1973, 141-146). Le souk devint donc le quartier central des activités économiques, possédant généralement une unité architecturale constituée par des ruelles bordées d’échoppes et de caravansérails et associant le commerce de gros et le commerce de détail (Wirth, 1974, 251). Il se différenciait en outre des quartiers d’habitation par la présence fréquente d’artères relativement larges menant aux portes de la ville et permettant le passage des marchandises et des montures (Raymond, 1989, 195).

13Désignant dans la ville le complexe topographique où sont concentrées les activités artisanales et commerciales, le terme souk sert aussi à dénommer, au sein de celui-ci, la ou les ruelles où sont regroupés les ateliers ou boutiques d’un même métier (souk des menuisiers : sûq al-najjârîn ; souk aux étoffes : sûq al-bazz, etc.) et, à l’extérieur, les différents marchés, notamment alimentaires, situés dans les quartiers ou les faubourgs. De fait, l’identification toponymique de chaque souk pouvait ainsi renvoyer au milieu social particulier formé par chaque corps de métier :

« … Chaque métier occupant une rue particulière, le nom d’un métier désignait trois réalités d’ailleurs complémentaires : le marché où étaient réunis les artisans et les commerçants exerçant cette activité ; la corporation professionnelle qui les regroupait, et qui avait pour centre ce point géographique ; enfin, le lieu lui-même auquel le nom finissait par s’attacher, le toponyme cessant d’avoir une quelconque signification technique… »
(Raymond, 1985, 241-242).

14Dans de nombreuses villes, et ce dès avant le xe siècle selon les témoignages de géographes musulmans : « À la limite, le marché devient cité dans la cité, avec ses caravansérails, ses portes fermées à la nuit, son lacis de rues et ses accès propres, en forme de galeries ouvertes » (Miquel, 1988, 239). On pourrait en trouver un exemple significatif dans la dénomination à Alep du centre commercial ancien où se concentrent les souks et les caravansérails et qui est appelé mdîné (de madîna : ville) (Hreitani et David, 1984, 2). Le voyageur andalou Ibn Jubayr en donne au xiie siècle la description suivante :

« La ville jouit d’un site grandiose, d’un plan merveilleux et d’une beauté rare. Elle a de vastes et grands marchés qui se touchent, les uns les autres, sur toute la longueur ; ils sont réservés, chacun, à un corps de métier : on sort de l’un pour entrer dans l’autre en épuisant tous les métiers citadins. Tous les marchés sont recouverts de bois, aussi les chalands jouissent-ils d’une ombre épaisse. Ces marchés retiennent le regard par leur beauté et arrêtent l’homme pressé tant il est émerveillé. »
(Voyageurs arabe..., 276-277).

15Cependant, dans les métropoles où coexistaient plusieurs espaces commerciaux, l’espace du souk le plus important est désigné par un toponyme renvoyant soit à un monument remarquable associé au nom de son fondateur soit à un anthroponyme, référant comme dans le premier cas, à l’autorité politique. Cette forme de dénomination pourrait aussi être perçue comme un indicateur de centralité du fait que sa fonction de repérage se conjugue avec l’expression d’une valeur hiérarchique conférée à l’espace ainsi nommé. Au Caire, le mot souk désigne généralement le marché alimentaire de proximité tandis que « le plus fameux centre de commerce » de la ville est appelé Khân al-Khalîlî du nom d’un caravansérail construit avant 1389 à l’instigation de l’émir mamelouk Gahârkas al-Khalîl al-Yalbughâwî (Raymond, 1993, 147). À Damas, le souk central est appelé Souk al-Hamîdiyyé (du nom des deux sultans ottomans Abd al-Hamîd I et II) pour le distinguer d’autres espaces commerciaux traditionnels (Al-Shihâbî, 1990, 61-70).

16Devenu un complexe architectural bien repérable et au caractère monumental plus ou moins marqué selon les régions, le souk peut ainsi être perçu comme un indicateur d’urbanité dans la hiérarchisation du système urbain. Le rayonnement économique d’une ville que signale le degré de concentration et de différenciation des activités de son ou de ses marchés, allait souvent de pair avec une emprise politique et culturelle qui s’exerçait sur des territoires plus ou moins lointains.

  • 5 Pour une critique du modèle orientaliste de la « ville islamique », voir entre autres : R. Ilbert, (...)

17Le souk aurait été aussi un critère différentiel et caractéristique du fait urbain dans le monde arabe (voire au-delà). Ainsi, en contraste et en réaction au schéma orientaliste de la « ville islamique » qui suppose l’influence prépondérante de la religion dans sa structuration spatiale et sociale5, certains auteurs ont pu dénier toute valeur à cette assertion en plaçant l’institution du souk hors de la sphère religieuse. Selon Dalton Potter (1968, 101), « le souk est, de manière caractéristique, la seule institution séculière du Moyen-Orient. La dynamique du marché est telle que les facteurs religieux ont peu d’influence sur sa structure sociale ». On trouve un écho de cette affirmation dans cette conclusion du géographe Eugen Wirth :

« …Le sûq est la seule innovation de l’époque islamique. Mais le bazar en tant que centre de commerce fonctionnant suivant des principes économiques rationnels est, parmi toutes les institutions des villes du Moyen-Orient, celle qui a le moins de rapport avec l’islam en tant que religion. »
(Wirth, 1982, 198).

Le souk, espace public

  • 6 Expression utilisée par A. Raymond (1989, 194-201 ; 1995, 325) pour désigner les villes arabes ent (...)

18La centralité économique mais aussi symbolique du souk, dans « la ville arabe traditionnelle »6, était d’autant plus grande qu’il incluait souvent dans son périmètre la Grande Mosquée et des établissements d’enseignement religieux tels que les madrasa :

  • 7 A. Raymond (1985, 184 ; 1989, 194 ; 1995, 326).

« À défaut d’un monument public (palais communal, palazzo publico) ou d’une place principale marquant avec précision le centre urbain, comme c’était le cas dans les villes occidentales médiévales et modernes, le réseau des souks spécialisés définissait le cœur des villes arabes. Enserrées dans les marchés (Tunis, Alep) ou adossées à eux (Alger, Le Caire, Damas), les grandes mosquées offraient leurs cours ouvertes ou leurs salles de prière comme lieux de rencontre pour la population de la ville. C’est en effet là que se préparèrent et prirent naissance bien des mouvements collectifs. »7

19Les souks formaient cependant, au contraire de la mosquée accessible aux seuls musulmans, un espace public ouvert à tous, hommes et femmes, musulmans et non-musulmans. Le caractère presque exclusivement masculin de la population des souks, mais non de sa clientèle, l’absence ou le marquage réduit de la fonction résidentielle, à l’exception notable du Caire, ainsi que la gestion directe de cet espace par l’autorité publique et la nature de son réseau viaire, ont été les principaux critères qui ont sous-tendu le statut particulier de cet espace dans la ville et formé les constituants de sa centralité.

  • 8 Traitant des métropoles médiévales, J.-C. Garcin (2000b, 311) note ainsi « Comme le remarque A.-M. (...)

20Pour le droit musulman, du moins dans certaines de ses dispositions, la définition du souk stipulait que l’autorité publique était tenue pour responsable de ce qui se passait dans cette zone centrale de la ville (ou sur les grandes artères et au voisinage des grandes mosquées) alors qu’aux membres du quartier était laissé le règlement des droits mutuels sur l’espace et son usage (Johansen, 1980, 65-66). Cependant le postulat de la centralité du souk se dessine souvent en négatif par rapport à la ville occidentale : le pôle souk-Grande Mosquée se suppléerait ainsi à l’absence d’un lieu central d’irradiation politique et communale8.

  • 9 Voir notamment N. Élisséef, 1978, 1043-1049.
  • 10 Selon le titre de l’article de D. Vidal (1996, 45-56). Pour N. Beyhum et J.-C. David (1992-1993, 1 (...)
  • 11 N. Beyhum et J.-C. David, 1997, 195-197 et A. Raymond, 1989, 194-201. Voir aussi l’analyse de la d (...)

21La situation des souks « au cœur de la ville » mais aussi à ses limites pourrait trouver une traduction spatiale dans la localisation progressive de la majeure partie des caravansérails au sein de la zone des souks centraux9. Ceux-ci, outre leur fonction d’entrepôt des produits importés et de centres de distribution commerciale, servaient aussi de lieux de résidence pour les commerçants étrangers à la ville. Le séjour en ville de ces hommes célibataires souvent répartis dans des caravansérails regroupant des personnes de même origine ethnique ou confessionnelle, était en quelque sorte contrôlé par cette forme de confinement spatial qui neutralisait l’intrusion de l’élément étranger, potentiellement dangereux, et faisait du souk le territoire réglementé de l’altérité en ville10. Dans les villes de l’Orient arabe, aussi bien au Caire qu’à Bagdad, Damas, Alep ou Beyrouth, la forte mixité confessionnelle et ethnique des espaces commerciaux aurait ainsi contrasté avec la tendance plus ou moins forte au regroupement communautaire dans les quartiers11.

22La conception du souk comme espace public central de la ville arabe traditionnelle ressortit ainsi, pour nombre d’auteurs, à sa fonction d’espace de rencontre intercommunautaire :

« Le souk par exemple est, plus qu’un espace, un système de pratiques commerciales et sociales spécifiques, un lieu de rencontre neutre, non communautaire, lieu de négociation des différences dans la “pudeur des communautés”, un espace public par excellence qui peut fonctionner, presque indifféremment, sous les voûtes “médiévales” et dans les architectures modernes “occidentales”. »
(Beyhum et David, 1997, 196).

  • 12 Voir N. Beyhum et J.-C. David, 1992-1993.

23Ce statut d’espace neutre ou neutralisé, le souk le devrait au fait que son espace était partagé et non approprié. À Djerba, le marché aurait représenté « le lieu des contacts les plus fréquents et les plus divers entre juifs et musulmans, il est par conséquent l’espace où se définissent et se jouent bien des aspects de l’identité de chacun des groupes et de leurs perceptions réciproques » (Valensi et Udovitch, 1984, 105). Dans le Beyrouth d’avant-guerre (1975-1990), les nécessités de la transaction auraient modulé les rapports des communautés entre elles sur la base d’une complémentarité des spécialisations professionnelles distribuées selon les différents réseaux communautaires même si le monopole d’un groupe ethnique ou confessionnel sur une spécialisation professionnelle n’a jamais été absolue12.

24Pour Beyhum, cependant, la citadinité s’inscrit non seulement au centre, c’est-à-dire aussi au souk, mais se réduit, pour cette ville, au rapport entre les deux communautés citadines « originelles » de Beyrouth, les sunnites et les grecs orthodoxes. Quoi qu’il en soit de cette dernière assertion qui fait la part belle à une représentation de la société citadine largement partagée mais quelque peu essentialiste, c’est aussi le mode de relation sociale propre au souk, le modèle du négoce, qui caractérise cette citadinité (Beyhum, 1989, 185).

25La généralisation de ce modèle aux villes moyen-orientales fait ainsi du souk le point focal de l’analyse du mode de fonctionnement des sociétés urbaines. Selon Mohamed Naciri (1997, 136-137), « c’est au niveau de l’espace des échanges, le centre de la ville et ses souks, que s’établissent les rapports entre les communautés… Dans la citadinité ottomane, le centre-ville n’est pas uniquement un espace stratégique dont l’accès est vital pour chaque communauté, il est le lieu par excellence de la citadinité ». La « ville-mosaïque » moyen-orientale, à la différence des villes maghrébines et de celles du golfe Arabique, trouverait donc son expression la plus accomplie dans le souk, à la fois trame des liens fondateurs de la coexistence communautaire et miroir de celle-ci.

  • 13 Pour une analyse récente de l’idéal-type weberien, voir H. Bruhns, 2001, 47-78.

26On peut cependant s’interroger sur la pertinence des modèles de citadinité ottomane, andalouse et khalijite (du Golfe) isolés par Naciri (1997) dont l’élaboration s’apparente à la méthode de l’idéal-type weberien13. M. Naciri classe ainsi sous la catégorie « citadinité ottomane » des villes aussi différentes que Sanaa, Aden, Le Caire, Beyrouth, Alep, Damas, Bagdad alors que les deux premières, par exemple, n’ont pas été façonnées « par la culture multicommunautaire de l’Empire ottoman ». La population de Sanaa, sous les deux occupations ottomanes (1538-1636 et 1870-1918), était constituée essentiellement d’une majorité musulmane essentiellement zaydite et d’une minorité juive tandis que « le pluralisme communautaire » ou l’éphémère parfum cosmopolite d’Aden ne peut être assimilé à cet « ordre urbain né d’une Méditerranée à la fois ottomane et coloniale » qui aurait caractérisé le chapelet de villes-ports s’étendant d’Alger à Alexandrie (Ilbert, 1991a). Ils sont la conséquence de l’occupation britannique (1839-1967) qui attira une forte immigration indienne, africaine et nord-yéménite et l’installation d’une petite minorité européenne.

  • 14 I. Joseph, 1998, 14. La notion d’espace commun réfère pour R. Ilbert (1991b, 105) aux places des q (...)
  • 15 Voir le titre de l’article de N. Beyhum et J.-C. David, 1997 ; J. Habermas, 1978. En anglais, la n (...)

27De fait, la prise de distance avec le modèle orientaliste qui niait tout à la fois « l’orgueil municipal » et la présence d’institutions municipales, a informé un temps la recherche sur les espaces publics dans les villes arabes. Il faut cependant rester prudent sur l’utilisation du concept d’espace public pour définir le souk et se garder d’un usage trop métaphorique (Depaule, 1995, 55) voire idéologique de cette notion. Celle-ci recouvre certes les notions connexes d’accessibilité et d’espace commun qui renverraient au langage du politique, mais il convient d’éviter la confusion entre urbanité et citoyenneté ou entre civilité et civisme14. On peut ainsi passer allégrement de l’espace urbain au discours rationnel en utilisant de manière indifférenciée la notion d’espace public en jouant sur la confusion que la traduction en français du titre du livre d’Habermas a suscitée15.

28Pour cela, réifier le souk en « marché des identités » (Métral, 1995, 267) sans en étudier les formes et les manifestations concrètes dans la ville, qui peuvent être plus ou moins marginales ou centrales, en tous les cas soumis à une hiérarchie urbaine et sociale propre au contexte et évolutive, c’est en faire une institution désincarnée presque sans ancrage spatial, une sorte de tapis volant qui flotterait d’une ville à l’autre pour étendre ses motifs aussi bien sur les vieux souks traditionnels que sur les boutiques du centre-ville moderne, sur le port et la Bourse d’Alexandrie, autant que sur les petites échoppes du souk populaire.

29C’est finalement en filigrane ce qui ressort de cette conclusion de Clifford Geertz (1979, 143), l’inspirateur de ce modèle, lorsqu’il écrit :

« Le caractère mosaïque de la société marocaine et, au-delà de la civilisation moyen-orientale, pénètre non seulement le souk mais y trouve peut-être son expression la plus articulée et la plus puissante, sa forme paradigmatique. »

  • 16 La remarque suivante d’A. Bensa (1996, 59) peut aussi se lire comme une critique de la méthode de (...)
  • 17 Pour une approche comparative du pluralisme communautaire à l’échelle du Moyen-Orient et du Maghre (...)

30Il n’est pas de mon propos ici de discuter la pertinence de l’argument métonymique de Geertz16 lorsque s’élevant de Séfrou, il en vient à caractériser la société marocaine tout entière puis l’ensemble des sociétés moyen-orientales (au sens anglo-saxon). L’usage de la métaphore de la mosaïque avec la part de fixité intemporelle et culturaliste qu’elle charrie, s’apparenterait trop à une « généralisation interprétative » (Sperber, 1982, 37-41) pour pouvoir être pertinente, et ce d’autant plus qu’elle n’est pas explicitée17.

  • 18 En outre, pour Geertz (1979, 179), le souk marocain, qu’il soit urbain ou rural, est la même insti (...)

31De la recherche d’un modèle d’urbanité propre à une aire culturelle qui n’est d’ailleurs pas le propos de Geertz (1986, 83-87), on en arrive ainsi à celle d’un modèle social dont le souk serait le reflet exemplaire18. Il n’est cependant pas certain que l’organisation du souk puisse être expliquée, en dernier recours, en n’isolant que les deux axes de la division sociale des métiers et du mode d’attribution identitaire par la nisba (nom de relation). Cet auteur voit en effet dans ce second phénomène un niveau ultime de structuration :

« Comme tout système social, le souk de Séfrou n’est que partiellement ordonné mais le degré auquel il l’est, résulte pour une grande part de la coutume de nommer les gens d’après leurs origines. »
(Geertz, 1979, 149-150).

32Il reste donc à examiner les différentes facettes de l’édifice social, économique et politique du souk qui, parallèlement à son armature spatiale et architecturale, participeraient de sa valeur institutionnelle.

Le souk comme institution

  • 19 P. Chalmeta, 1973, 52-57 ; T. Bianquis et P. Guichard, 1998, 821.

33L’importance du souk comme institution urbaine directement liée au pouvoir politique peut déjà être repérée dans cet acte inaugural de Mahomet qui, vers 623 à Médine, aurait ordonné la création d’un souk pour les musulmans et y nomma une femme pour occuper la fonction de ‘âmil ‘alâl-sûq, responsable du marché19. Cet exemple à valeur surtout emblématique voire anecdotique, introduit au fait que le statut central du souk dans la ville peut aussi être perçu à travers le dispositif institutionnel qui administrait la zone du marché. L’organisation administrative des corps de métiers des villes arabes traditionnelles peut certes présenter des caractéristiques communes mais cela ne doit pas faire oublier que, pour chaque ville, celle-ci a été façonnée et s’est transformée selon l’état du rapport de force ayant existé entre le pouvoir politique, la société citadine et son environnement proche ou lointain.

  • 20 Pour les premiers siècles de l’islam, voir C. Cahen, 1977.
  • 21 Voir notamment dans des contextes aussi différents que la ville marocaine de Séfrou dans les année (...)
  • 22 Voir l’étude historique de G. Baer (1970) portant sur les corps de métiers de Syrie, d’Égypte et d (...)

34Il convient donc de prendre en compte la diversité des formes d’organisation professionnelle à différentes époques et en différents lieux. Il faut en outre se garder d’assimiler les corps de métiers des villes arabes aux corporations européennes20 et de confondre leurs fonctions avec celles des confréries religieuses même si celles-ci pouvaient avoir une forte implantation dans les milieux professionnels de certaines villes21. Les quelques traits de l’organisation professionnelle qui, dans certaines villes, pourraient évoquer ceux d’un régime corporatif, auraient commencé à s’étioler à partir du xviie siècle en Égypte, furent observés sous forme de survivances à Damas à la fin du xixe siècle et n’étaient plus qu’un souvenir d’érudit à la fin du xxe siècle22.

  • 23 Voir l’étude classique de R. Brunschvig, 1962.

35Il apparaît aussi que la hiérarchie des métiers avait moins à voir avec les notions de pur et d’impur qu’avec la composition sociale de chaque milieu professionnel et de la position statutaire de ses pratiquants dans la hiérarchie sociale propre à chaque ville et à chaque contexte historique23. Les tisserands affectés d’un statut inférieur à Sanaa comme pratiquants de métiers décriés, ne l’étaient pas à Fès et à Tunis où ils faisaient partie de l’élite citadine. De même, les tanneurs dans ces deux dernières villes étaient loin d’être stigmatisés socialement comme à Sanaa.

  • 24 Je me permets de renvoyer à mon étude des différentes dimensions de l’organisation édilitaire de S (...)
  • 25 Se référant à l’acception que donne R. E. Park de ce terme, « un sens qui n’a pas grand-chose à vo (...)

36La trame institutionnelle des souks dans la gestion édilitaire n’avait donc rien de figé et a pu servir, à des degrés variables selon les villes, de cadre administratif du contrôle étatique, de cadre sécuritaire pour la défense de la ville et d’instrument de l’autonomisme urbain24. Il reste qu’en deçà des modalités particulières de fonctionnement et d’évolution de cette administration urbaine des souks, on peut inférer d’un premier niveau institutionnel de définition des corps de métier et du marché comme espace réglementé où s’exprime une éthique sociale et religieuse qui semble l’assimiler à une région morale25.

37La structuration administrative des corps de métiers et le contrôle de l’activité économique étaient indissociables d’une organisation édilitaire traditionnelle qui manifestait le caractère intrinsèque de la relation unissant l’urbanité et la présence du pouvoir étatique. Chaque corps de métier était ainsi placé sous la responsabilité d’un cheikh (ou amîn, ‘âqil…) et l’ensemble des souks sous la responsabilité d’un cheikh suprême (le shaykh al-mashâyikh, le shaykh al-balad ou le shaykh al-madîna selon les différentes titulatures) et, dans certaines villes, d’un muhtasib. Ces représentants de l’autorité publique devaient à la fois surveiller les poids et mesures, punir les fraudes et régler les litiges mais aussi veiller à la moralité des marchés et, dans certaines villes, à l’entretien des rues et à la bonne circulation des voies. Selon les pays et les périodes, les prérogatives et la titulature de cette fonction étaient variables et susceptibles de se transformer au cours des siècles.

  • 26 Voir, par exemple, pour l’Égypte du xiie siècle, l’ouvrage d’al-Shayzarî (1981) qui a servi de mod (...)
  • 27 Dont le territoire pouvait inclure des terres agricoles adjacentes. Il est ainsi intéressant de co (...)

38La fonction du responsable du marché (sâhib al-sûq ou ‘âmil al-sûq) des premiers siècles de l’islam aurait ainsi laissé place, durant la période abbasside et dans certaines villes de l’Orient arabe, du Maghreb et de l’Andalousie, au muhtasib. Sa fonction était caractérisée par « l’intégration de sa tâche de contrôle du marché dans un devoir plus large, à base religieuse, de maintien de la bonne tenue sociale » (Cahen et Talbi, 1990, 504). On en trouve une formalisation dans les traités de hisba qui réglementaient les activités des corps de métiers urbains, enclos ou non dans l’espace du marché, mais aussi l’accès, la tenue et le comportement des femmes et des non-musulmans dans les lieux publics26. Cette fonction édilitaire émanait ainsi du souk mais la débordait tant au niveau de ses attributions que des limites de sa juridiction qui couvraient l’ensemble de l’espace urbain27.

  • 28 Sur le shaykh al-layl de Sanaa, voir F. Mermier, 1997, 61-64 ; sur le mezwâr, voir T. Shuval, 1998 (...)
  • 29 Sans pour autant confondre appartenance citadine et appartenance à l’élite comme le fait implicite (...)

39La mention de ces représentants d’une administration urbaine aujourd’hui disparue ou qui n’existe plus qu’à l’état de survivance, auxquels il faudrait ajouter les responsables de la garde nocturne des souks (le shaykh al-layl de Sanaa jusqu’à nos jours, le shaykh al-shurta, le mezwâr d’Alger à l’époque ottomane…)28, sert aussi à souligner combien le statut des souks dans la ville était lié à leur fonction de zone frontière. Relais entre la ville et le monde rural, entre la ville et l’étranger proche ou lointain, les souks ont ainsi pu être qualifiés de « porte de la ville » (Beyhum, 1989, 182-186 ; Mermier, 1989, 171-176). Ils étaient aussi un avant-poste de la cité, un espace liminaire où la mixité sociale, communautaire et sexuelle commandait à la fois les tentatives de réglementation morale, économique et sécuritaire ainsi que le mode de gouvernance urbaine. Dans le même temps, le souk était le lieu central de la citadinité du fait des liens qui l’unissaient aux notables citadins dont les attributs sociaux et culturels distinctifs participaient aussi de la personnalité de chaque ville29. Cette élite citadine, qui sera massivement représentée dans les premières municipalités de la période ottomane, manifestait le lien organique existant entre les souks et le pouvoir urbain, entre le commerce et la cité. Dans plusieurs villes, les noms de certaines de ces grandes familles de marchands se retrouvaient ainsi dans la toponymie des souks figurant des blasons onomastiques imprimés sur les lieux de commerce, caravansérails ou marchés.

  • 30 « Aussi iconoclaste que peut paraître la formule, la transaction marchande n’est donc pour l’ethno (...)

40Si l’on s’en tient à une définition large de la notion d’institution qui « se reporte à cette forme de l’organisation sociale qui lie des valeurs, des normes, des rôles, des modèles de relation et de conduite » (Balandier, 1999, 17), le souk renvoie, comme nous l’avons déjà signalé, à plusieurs ordres de réalité qui ne peuvent cependant être dissociés du lieu même à partir duquel ils se structurent. Ainsi, le souk réfère autant à un modèle de l’échange économique et à un mode d’organisation socioprofessionnelle qu’à un espace urbain qui a été configuré autant par les formes et les rituels de la transaction30 que par les termes historiquement déterminés de l’échange et de la production. Son contenu institutionnel n’est certes pas figé et peut varier en fonction « des formes de dépendances réciproques qui sont la matrice du jeu social » (Revel, 1995, 81). Il n’en reste pas moins que l’institution du souk peut aussi être analysée comme un système socio-économique dont les traits structurants présentent une forte récurrence nonobstant les modalités particulières des expressions sociales et politiques de l’urbanité dans le monde arabe.

41Ainsi, la structuration spatiale du souk est directement liée aux éléments de son organisation sociale et économique qui restent à la base du fonctionnement des souks jusqu’à nos jours : une division du travail très poussée ; une localisation très marquée des marchés ; l’hétérogénéité des produits et un marchandage intensif des prix ; une fractionnalisation extrême des transactions ; des liens stables entre vendeurs et acheteurs ; le commerce itinérant (Geertz, 1979, 125). Il faudrait aussi ajouter à ces traits l’importance des relations de parenté dans le recrutement professionnel qui peut se redoubler, dans certains souks, par des spécialisations par métiers sur la base d’origines communautaires et/ou confessionnelles.

42De fait, la pratique du marchandage, que l’on a pu définir comme « un mode particulier de recherche de l’information » dans le système de communication très déficient du souk instaure un type de relation personnalisée entre le client et le vendeur (Geertz, 1979, 221). Il permet aussi, dans le souk traditionnel, de rompre l’indifférenciation apparente des échoppes spécialisées dans un même type de produits et réunies dans un même espace. Cette pratique serait donc liée à la tendance à la concentration professionnelle mais celle-ci ressortit aussi à d’autres facteurs.

  • 31 Voir S. Denoix, 2000, 932-933 ; N. Beyhum et J.-C. David, 1992-1993, 192-194. Sur l’importance du (...)
  • 32 Une des raisons invoquées pour expliquer cette institution est d’ordre historique. Il s’agissait d (...)

43Le regroupement des pratiquants d’un même métier sur un même espace a certes pu obéir parfois à une injonction administrative d’ordre fiscal permettant de faciliter la levée des taxes. Mais au-delà de cette raison d’ordre externe et souvent conjoncturelle, on pourrait aussi y lire la conséquence spatiale d’un mode de propriété, de l’importance des liens de parenté dans le recrutement professionnel voire de la tendance à la transmission héréditaire du métier. De fait, si l’importance des waqf-s dans les souks a été souvent relevée et a même pu être comparée à une forme d’évergétisme urbain31, l’institution du waqf familial32 a pu constituer une forme de propriété courante pour les échoppes des souks.

  • 33 T. Shuval (1998, 145) fait cependant remarquer : « Il semble néanmoins que malgré la rigidité du s (...)

44Elle pourrait être directement reliée au phénomène de la transmission héréditaire du métier du fait que l’identité du régisseur du bien waqf, au sein de la famille, coïnciderait souvent avec la personne désignée pour assurer la succession de l’activité professionnelle. On ne peut certes établir une corrélation absolue entre ces deux phénomènes et celle-ci reste de l’ordre d’une hypothèse partiellement vérifiée dans le cadre de notre recherche sur le marché de Sanaa (Mermier, 1997, 135-145). Il reste que la question de la transmission héréditaire du métier comme mode de reproduction professionnelle privilégiée sans être pour autant unique, a cependant pu être soulignée aussi bien dans Le Caire du xviiie siècle (Raymond, 1974, 378-380) qu’à Alger à l’époque ottomane33 ou à Sanaa au xxe siècle.

  • 34 Je traduis ici par structure le terme anglais framework.

45Maints observateurs ont cependant constaté que l’organisation professionnelle du souk semble dépourvue d’une forte cohésion collective. Ainsi, Massignon (1924, 90) mentionne un « rudiment de vie corporative » pour Fès dans les premières décennies du xxe siècle et qui consistait essentiellement en une contribution commune de chaque souk pour l’entretien de la garde et le nettoyage des ruelles, ce qui était peu différent de Sanaa, tandis que Le Tourneau (1949, 295) s’étonnait que la corporation fassie ait « si peu de cohésion, si peu d’efficience ». Brown (1976, 139)34 constatait dans la ville marocaine de Salé que « la structure du corps de métier était extrêmement lâche comme les autres structures dans lesquelles les citadins se mouvaient et se reliaient les uns aux autres ». De même à Séfrou, Geertz (1979, 149 et 190) observait que « le souk manque d’une organisation collective de quelque type que ce soit » et que c’était un mode d’association contractuelle plus ou moins stable mais peu formalisé qui le caractérisait plutôt que le mode de relation employeur-employé selon des « règles collectivement définies ».

46Dans le même temps, Le Tourneau (1949, 297-298) liait « la stabilité des corporations de Fès » au mode familial de recrutement professionnel alors que, pour la même ville, Berque et Bousquet (1940, 19) évoquaient la « communauté, jemâ’a du Souk où règne un jaloux égalitarisme ». À Sanaa, l’expression d’ahl al-sûq (« les gens du souk », la première acception du terme ahl renvoyant à la notion de famille), désigne une appartenance sociale se rapportant soit à un souk particulier soit à l’ensemble des souks et identifie un ethos citadin différencié de l’ethos tribal.

47Pierre Centlivres (1972, 33), dans le contexte d’un bazar afghan étudié à la fin des années 1960, faisait cette constatation :

« Dans un espace hiérarchisé et fonctionnel, il est normal que ceux qui ont un même statut et une même activité coexistent. Les charges collectives, le groupement corporatif, les relations de parenté parfois font de chaque profession un tout à la fois spatial et social. »

  • 35 Selon l’expression utilisée par H. Geertz, 1979.
  • 36 Je reprends ici le terme de physionomie utilisée par M. Mauss (1993, 404) dans son étude sur les s (...)

48Cette constatation possède une portée générale du fait que l’identification sociale de chaque corps de métier découle en grande partie de l’appartenance de ses membres à certaines « associations patronymiques »35, au partage d’un même statut hiérarchique que recoupe parfois une division ethnique ou confessionnelle du travail, ce qui constitue les éléments essentiels de la physionomie sociale de chaque corps de métier36. Le souk a ainsi été à la fois un espace de socialisation et un territoire de sociabilité qui a fonctionné comme un des principaux vecteurs de l’intégration socioéconomique à la société urbaine avant que sa centralité économique, politique et sociale dans la ville ne perde une partie de ses attributs.

  • 37 Expression empruntée à A. Raulin, 1987.

49Dans la ville contemporaine, les souks jouent souvent un rôle complémentaire à celui des espaces commerciaux modernes situés dans les nouveaux quartiers. Ils sont parfois devenus des conservatoires des produits traditionnels nécessaires à la pratique des rituels sociaux, des lieux de production et/ou de commercialisation des produits bon marché dont la clientèle se recrute bien au-delà de la population des vieilles villes, parfois paupérisée. Le souk est ainsi devenu un ancrage patrimonial de la ville à la fois comme « lieu de mémoire » en tant qu’espace architectural historique et comme « lieu où s’approvisionne la culture »37 en tant que support spatial de modes de consommation socioculturelle.

  • 38 Cela expliquerait en partie la persistance du terme souk pour désigner des espaces commerciaux qui (...)

50Il peut aussi être considéré comme une forme culturelle de l’échange dont l’importance socio-économique ne peut cependant se mesurer simplement à l’aune de la marginalisation ou de la centralité plus ou moins grande du souk traditionnel dans l’espace urbain contemporain. Car si « la ville ne dissocie pas mais fait converger dans un même temps les fragments d’espace et les habitudes venues de moments différents du passé » (Lepetit, 1993, 290), le souk en exportant des modèles de négoce et de sociabilité hors de son périmètre d’origine38, participe de l’élaboration d’une nouvelle urbanité qui, elle-même, reconfigure la valeur symbolique de ses espaces et de ses pratiques.

Bibliographie

Références

Abu-Lughod J., 1987, « The islamic city. Historic myth, islamic essence, and contemporary relevance », IJMES, n° 19, 155-176.

Alleaume G. et Fargues P., 1998, « Voisinage et frontière : résider au Caire en 1846 », in J. Dakhlia (éd.), Urbanité arabe, Arles, Actes Sud, 77-112.

Al-Shayzarî, 1981, Nihâyat al-rutba fî talab al-hisba, édité par al-Sayyid al-Bâz al‘Arînî, Beyrouth, dâr al-Thaqâfa (1re édition Le Caire, 1946).

Baer G., 1964, Egyptian Guilds in Modern Time, Jérusalem, Israel Oriental Society.

Baer G., 1970, « Guilds in middle eastern history », in M. A. Cook (éd.), Studies in the Economic History of the Middle East, from the Rise of Islam to the Present Day, Londres, Oxford University Press, 11-30.

Balandier G., 1999, « Préface », in M. Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte/Mauss.

Ben Achour M. El.-A., 1988, « Autorités urbaines de l’économie et du commerce de Tunis au xixe siècle », Ibla, t. 51, n° 162, 243-262.

Bensa A., 1996, « De la micro-histoire vers une anthropologie critique », in J. Revel (éd.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil (Hautes Études), 37-70.

Berque J. et Bousquet G.-H., 1940, « La criée publique à Fès. Étude concrète d’un marché », Revue d’Économie politique, n° 3, 320-345 (repris in J. Berque, 2001, Opera minora, II, Histoire et anthropologie du Maghreb, Paris, Éditions Bouchene, 17-35).

Berque J., 1974, Maghreb. Histoire et sociétés, Belgique, Duculot/Alger, sned.

Beyhum N., 1989, « Du centre aux territoires : la centralité urbaine à Beyrouth », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 123, 177-190.

Beyhum N. et David J.-C., 1992-1993, « Les espaces du public et du négoce à Alep et à Beyrouth », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, 190-205.

Beyhum N. et David J.-C., 1997, « Du souk à la place, du citadin au citoyen. Espaces publics dans les villes arabes du Moyen-Orient », in M. Naciri et A. Raymond (éd.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, Fondation Ibn Saoud, 193-202.

Bianquis T., 1986, « La famille arabe en Islam », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (éd.), Histoire de la famille, Paris, Armand Colin, t. 1, 557-601.

Bianquis T. et Guichard P., 1998, « Sûq », Encyclopédie de l’Islam 2, Leyde, Brill, n° IX, 820-823.

Brown K., 1976, People of Salé. Tradition and Change in a Moroccan City 18301930, Cambridge, Harvard University Press.

Bruhns H., 2001, « La ville bourgeoise et l’émergence du capitalisme moderne. Max Weber : Die Stadt (1913/1914-21) », in B. Lepetit et C. Topalov (éd.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 47-78.

Brunschvig R., 1962, « Métiers vils en Islam », Studia Islamica, XVI, 41-60.

Cahen C., 1977, « Y a-t-il eu des corporations professionnelles dans le monde musulman classique ? Quelques notes et réflexions », in C. Cahen, Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, IFD, 307-321.

Cahen C. et Talbi M., 1990, « Hisba », Encyclopédie de l’Islam 2, Leyde, Brill, n° III, 503-505.

Cefaï D.,2003, « Le souk de Sefrou. Analyse culturelle d’une forme sociale », in C. Geertz, Le Souk de Sefrou. Sur l’économie de bazar, Paris, Éditions Bouchene, 7-53.

Centlivres P., 1972, Un bazar d’Asie centrale. Forme et organisation du bazar de Tâshqurghân, Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag.

Chalmeta P., 1973, El señor del zoco en España, Madrid, Instituto hispano-arabe de cultura.

Chevalier B., 1982, Les bonnes villes de France du xive siècle au xvie siècle, Paris, Aubier.

Denoix S., 2000, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à l’époque médiévale », in C. Nicolet, R. Ilbert, J.-C. Depaule (éd.), Mégapoles méditerranéennes, Paris, Maisonneuve & Larose-Mmsh, 912-937.

Depaule J.-C., 1995, « L’anthropologie de l’espace », in J. Castex, J.-L. Cohen et J.-C. Depaule, Histoire urbaine et anthropologie de l’espace, Paris, CNRS Éditions, 17-73.

Elisséef N., 1978, « Khân », Encyclopédie de l’Islam 2, Leyde, Brill, n° IV, 10431049.

Garcin J.-C., 2000a, « Le moment islamique (viie-xviiie siècles) », in C. Nicolet, R. Ilbert et J.-C. Depaule (éd.), Mégapoles méditerranéennes, Paris, Maisonneuve & Larose, 90-103.

Garcin J.-C. (éd.), 2000b, Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, École française de Rome (Collection de l’efr, 269).

Geertz C., 1979, « Suq : the bazaar economy in Sefrou », in C. Geertz, H. Geertz et L. Rosen, Meaning and Order in a Moroccan Society, Cambridge, Cambridge University Press, 123-313.

Geertz C., 1986, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, Puf.

Geertz H., 1979, « The meaning of family ties » in C. Geertz, H. Geertz et L. Rosen, Meaning and Order in a Moroccan Society, Cambridge, Cambridge University Press, 123-313.

Habermas J., 1978, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Hreitani M. et David J.-C., 1984, « Souks traditionnels et centre moderne : espaces et pratiques à Alep (1930-1980) », Beo, n° XXXVI, 1-78.

Ilbert R., 1982, « Ville islamique : réalité ou abstraction », Les Cahiers de la recherche architecturale : espaces et formes de l’Orient arabe, n° 10/11, 6-13.

Ilbert R., 1991a, « De Beyrouth à Alger. La fin d’un ordre urbain », Vingtième siècle, n° 32, 15-24.

Ilbert R., 1991b, « Le miroir des notables », in L’espace du public. Les compétences du citadin, Paris, Plan Urbain, 104-107.

Johansen B., 1980, « The claims of men and the claims of God : the limits of government authority in Hanafite Law », Pluriformiteit en verdeling van de macht in het midden-osten, moi-publicatie 4, Nijmegen, januari, 60-104.

Joseph I., 1998, La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Kerrou M., 2002, « Le mezwâr ou le censeur des mœurs au Maghreb », in M. Kerrou (dir.), Public et privé en Islam, Paris, Maisonneuve & Larose, 313-343.

Lepetit B., 1993, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? », in B.Lepetit et D. Pumain (éd.), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 287-299.

Lepetit B., 1996, « La ville : cadre, objet, sujet », Enquête, La ville des sciences sociales, n° 4, 11-34.

Le Tourneau R., 1949, Fès avant le Protectorat, Rabat, Institut des hautes études marocaines.

Lévi-Provençal E., 2001, Séville musulmane au début du xiie siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers, Paris, Maisonneuve & Larose.

Massignon L., 1924, « Enquête sur les corporations musulmanes d’artisans et de commerçants du Maroc (1923-1924) », Revue du monde musulman, n° 58, 1-250.

Mauss M., 1993, Sociologie et anthropologie, Paris, puf (1re éd. 1950).

Mermier F., 1989, « Le marché de Sanaa : porte intérieure de la ville », Monde arabe-Maghreb-Machrek, « Espaces et sociétés du monde arabe », n° 123, 171-176.

Mermier F., 1997, Le cheikh de la nuit. Sanaa : organisation des souks et société citadine, Arles, Actes Sud.

Métral J., 1995, « Ordres urbains et cosmopolitismes en Méditerranée orientale », in I. Joseph (éd.), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Éditions Recherches-Plan Urbain, 261-271.

Miquel A., 1988, La géographie humaine du monde musulman, t. 4, Paris, Ehess.

Naciri M., 1997, « Le rôle de la citadinité dans l’évolution des villes araboislamiques », in M. Naciri et A. Raymond (éd.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, Fondation Ibn Saoud, 131-148.

Peraldi M., 2001, « Introduction », in M. Peraldi (éd.), Cabas et containers. Activités marchandes et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose, 7-30.

Potter D., 1968, « The bazaar merchant », in S. N. Fisher (éd.), Social Forces in the Middle East, New York, Greenwood Press, 99-115.

Qoudsi E., 1885, « Notice sur les corporations de Damas », in Actes du VIe congrès international des Orientalistes, Leyde, second part, n° VI, 7-34.

Raulin A., 1987, « Où s’approvisionne la culture ? », in J. Gutwirth et C. Pétonnet (éd.), Chemins de la ville. Enquêtes ethnologiques, Paris, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 103-121.

Raymond A., 1974, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Damas, Ifead.

Raymond A., 1985, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad.

Raymond A., 1989, « Espaces publics et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 123, 194-201.

Raymond A., 1993, Le Caire, Paris, Fayard.

Raymond A., 1995, « Ville musulmane, ville arabe : mythes orientalistes et recherches récentes », in J.-L. Biget et J.-C. Hervé (éd.), Panoramas urbains. Situations de l’histoire des villes, Fontenay/Saint-Cloud, ENS Éditions, 309-336.

Rémy J. et Voyé L., 1981, Ville, ordre et violence, Paris, puf.

Revel J., 1995, « L’institution et le social », in B. Lepetit (éd.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 63-84.

Rodinson M., 1966, Islam et capitalisme, Paris, Le Seuil.

Rodinson M., 1973, « Préface », in P. Chalmeta, El señor del zoco en España, Madrid, Instituto hispano-arabe de cultura, XV-LXIX.

Roncayolo M., 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

Shihâbî Q. al-, 1990, Aswâq Dimashq al-qadîma wa mushayyadâti-hâ al-târîkhiyya (Les vieux souks de Damas et leurs monuments historiques), Damas, ministère de la Culture.

Shuval T., 1998, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle, Paris, CNRS Éditions.

Sperber D., 1982, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann.

Troin J.-F., 1975, Les souks marocains. Marchés ruraux et organisation de l’espace dans la moitié nord du Maroc, 2 vol., Aix-en-Provence, Édisud.

Valensi L. et Udovitch A., 1984, Juifs en terre d’Islam. Les communautés de Djerba, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Valensi L., 1986, « La tour de Babel : groupes et relations ethniques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », Aesc, 817-838.

Valensi L., 2000, « La mosaïque tunisienne : fragments retrouvés », in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque. Diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 23-29.

Vidal D., 1996, « Le territoire de l’altérité », in S. Ostrowetsky (éd.), Sociologues en ville, Paris, L’Harmattan, 45-56.

Voyageurs arabes, Ibn Fadlân, Ibn Battûta et un auteur anonyme, textes traduits, présentés et annotés par P. Charles-Dominique, Paris, Gallimard, 1995.

Weber F., 2000, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, n° 41, 85-107.

Wirth E., 1974, « Zum Problem des Bazars (suq, çarsi). Versuch einer Begriffsbestimmung und Theorie des Traditionellen Wirtschaftszentrums der orientalisch-islamischen Stadt », Der Islam, n° 51-2, 203-260.

Wirth E., 1982, « Villes islamiques, villes arabes, villes orientales ? Une problématique face au changement », in A. Boudhiba et D. Chevallier (éd.), La ville arabe dans l’Islam, Tunis-Paris, Ceres-Cnrs, 193-225.

Notes

1 Système urbain au sens où la ville est définie comme « une formation réelle qui s’inscrit sur le sol dans une topographie particulière, qui s’imprime dans une société structurée, qui s’exprime par des institutions et se traduit par un genre de vie et une culture », B. Chevalier, 1982, 11. Cité par B. Lepetit, 1996.

2 On peut renvoyer ici au problème général de l’histoire urbaine tel que l’a résumé M. Roncayolo, 1990, 146 : « La difficulté est de saisir l’imbrication entre des courants qui tiennent à la structure sociale globale et, ce qui dépend de la vie urbaine, des formes et des degrés de l’urbanisation ou de la composition territoriale spécifique ».

3 Définition donnée par Ibn Manzûr dans son Lisân al-‘Arab et reprise par T. Bianquis et P. Guichard, 1998, 820.

4 Coran, sourate XXV, verset 7 et sourate XXV, verset 20.

5 Pour une critique du modèle orientaliste de la « ville islamique », voir entre autres : R. Ilbert, 1982, J. Abu-Lughod, 1987, A. Raymond, 1995, S. Denoix, 2000.

6 Expression utilisée par A. Raymond (1989, 194-201 ; 1995, 325) pour désigner les villes arabes entre le xvie siècle et le xixe siècle.

7 A. Raymond (1985, 184 ; 1989, 194 ; 1995, 326).

8 Traitant des métropoles médiévales, J.-C. Garcin (2000b, 311) note ainsi « Comme le remarque A.-M. Eddé, l’historien occidentaliste sera ici frappé par l’absence de places publiques où la population pourrait se retrouver pour discuter des affaires municipales, les places n’étant dans les villes musulmanes, le plus souvent, que des lieux d’ostentation du pouvoir. Mais il devra se souvenir également de ce que le rôle des places peut être tenu dans les villes musulmanes par l’espace des mosquées, lieu de pouvoir aussi sans doute, puisque la prière du vendredi y est accomplie au nom du prince, mais lieu qui n’a cessé de garder (jusqu’à nos jours) le souvenir d’une époque ancienne où la communauté musulmane naissante se réunissait, parfois dans le tumulte, pour exprimer ses choix politiques ». Sur les enjeux liés à la définition de la centralité dans la ville européenne, voir J. Rémy et L. Voyé, 1981, 86.

9 Voir notamment N. Élisséef, 1978, 1043-1049.

10 Selon le titre de l’article de D. Vidal (1996, 45-56). Pour N. Beyhum et J.-C. David (1992-1993, 194), « les équipements commerciaux du centre-ville fonctionnent un peu comme des zones franches où les commerçants, les négociants locaux et étrangers, les marchandises, sont isolés des espaces domestiques et communautaires ».

11 N. Beyhum et J.-C. David, 1997, 195-197 et A. Raymond, 1989, 194-201. Voir aussi l’analyse de la distribution spatiale de la population du Caire en 1846 faite par G. Alleaume et P. Fargues, 1998.

12 Voir N. Beyhum et J.-C. David, 1992-1993.

13 Pour une analyse récente de l’idéal-type weberien, voir H. Bruhns, 2001, 47-78.

14 I. Joseph, 1998, 14. La notion d’espace commun réfère pour R. Ilbert (1991b, 105) aux places des quartiers qui, dans la ville arabe traditionnelle, « sont des lieux semi-privés à usage récréatif ou cérémoniel ». Elle est aussi utilisée par L. Valensi (2000, 27) pour qualifier le souk à Tunis dans la période coloniale : « La division ethnique et religieuse des rôles est une des modalités d’organisation du dessin d’ensemble, je n’y reviendrai pas. Elle va de pair avec le partage d’un espace commun, celui du marché. Là les hommes échangent paroles, produits et services. Ils se réfèrent aux mêmes usages ; aux mêmes instruments de poids et mesures, de comptabilité et de crédit ; aux mêmes méthodes d’association et de collaboration ».

15 Voir le titre de l’article de N. Beyhum et J.-C. David, 1997 ; J. Habermas, 1978. En anglais, la notion de public sphere désigne l’espace public habermassien.

16 La remarque suivante d’A. Bensa (1996, 59) peut aussi se lire comme une critique de la méthode de Geertz : « Résolument métonymique, l’argument qui assimile sans ambages la partie au tout n’introduit pas à une réflexion sur les incidences empiriques et théoriques des variations d’échelles. L’anthropologie a, le plus souvent, décrit indifféremment les sociétés sans évaluer en quoi les cadres d’observation très divers d’un “terrain” à l’autre déterminent la construction du modèle présenté et la problématique retenue ».

17 Pour une approche comparative du pluralisme communautaire à l’échelle du Moyen-Orient et du Maghreb, voir L. Valensi, 1986.

18 En outre, pour Geertz (1979, 179), le souk marocain, qu’il soit urbain ou rural, est la même institution, la différenciation entre souks ne résultant que du type de population (« suwwaqs ») qui les fréquentent. Pour une analyse détaillée de l’approche anthropologique de Geertz, voir D. Cefaï, 2003, 7-53.

19 P. Chalmeta, 1973, 52-57 ; T. Bianquis et P. Guichard, 1998, 821.

20 Pour les premiers siècles de l’islam, voir C. Cahen, 1977.

21 Voir notamment dans des contextes aussi différents que la ville marocaine de Séfrou dans les années 1970 et Le Caire à l’époque ottomane, C. Geertz (1979, 154-164) et G. Baer (1964, 124-126) qui mettent en garde contre cette confusion.

22 Voir l’étude historique de G. Baer (1970) portant sur les corps de métiers de Syrie, d’Égypte et de Turquie, la monographie du même (1964) sur les corps de métiers du Caire et, pour Damas, E. Qoudsi, 1885.

23 Voir l’étude classique de R. Brunschvig, 1962.

24 Je me permets de renvoyer à mon étude des différentes dimensions de l’organisation édilitaire de Sanaa. F. Mermier, 1997.

25 Se référant à l’acception que donne R. E. Park de ce terme, « un sens qui n’a pas grand-chose à voir avec la morale », M. Peraldi (2001, 18-19) lui emprunte la notion d’ “aire morale” pour qualifier le bazar qui, pour lui, est une forme d’économie urbaine qui n’est pas spécifiquement rattachée aux « villes orientales ». Pour ma part, j’utilise la notion de région morale pour signifier le statut particulier du souk dans l’espace urbain en relation avec la production de normes et avec la combinaison de différentes fonctions de contrôle social dont le souk est le support.

26 Voir, par exemple, pour l’Égypte du xiie siècle, l’ouvrage d’al-Shayzarî (1981) qui a servi de modèle pour des traités postérieurs écrits en Orient, et pour l’Andalousie de la même période : E. Lévi-Provençal, 2001.

27 Dont le territoire pouvait inclure des terres agricoles adjacentes. Il est ainsi intéressant de constater l’existence d’amîn-s de l’agriculture recrutés au sein de familles citadines dans le Tunis du xixe siècle, voir M. El.-A. Ben Achour, 1988. A. Raymond (1974, 592-596) note que les attributions du muhtasib du Caire au xviiie siècle ne concernaient plus qu’exceptionnellement les problèmes d’urbanisme et qu’elles s’exerçaient sur une partie des marchés du Caire.

28 Sur le shaykh al-layl de Sanaa, voir F. Mermier, 1997, 61-64 ; sur le mezwâr, voir T. Shuval, 1998, 173 et M. Kerrou, 2002, 313-343.

29 Sans pour autant confondre appartenance citadine et appartenance à l’élite comme le fait implicitement J. Berque (1974, 129) lorsqu’il écrit : « Une famille est citadine dans la mesure où elle est représentée dans les trois activités de la cité », c’est-à-dire : l’artisanat, le commerce et l’étude.

30 « Aussi iconoclaste que peut paraître la formule, la transaction marchande n’est donc pour l’ethnographe qu’une forme particulière d’échange rituel… », F. Weber, 2000, 106.

31 Voir S. Denoix, 2000, 932-933 ; N. Beyhum et J.-C. David, 1992-1993, 192-194. Sur l’importance du habous (équivalent maghrébin du waqf) dans le souk de Séfrou, voir C. Geertz, 1979, 151-154.

32 Une des raisons invoquées pour expliquer cette institution est d’ordre historique. Il s’agissait de préserver les biens acquis d’une éventuelle spoliation de la part des gouvernants en les instituant biens de mainmorte. Ce point de vue est exposée par T. Bianquis (1986, 598) pour qui le waqf familial constitue « une rente pour les générations à venir » et, avant lui, par M. Rodinson (1966, 279, note 102) selon lequel « […] l’Islam classique invente d’ailleurs la formule du waqf (fondation pieuse de mainmorte) familial (ahlî) qui permet de maintenir légalement une fortune indivise sous le masque tout à fait fictif d’une intention pieuse… ».

33 T. Shuval (1998, 145) fait cependant remarquer : « Il semble néanmoins que malgré la rigidité du système, une certaine mobilité était toujours possible aussi bien vis-à-vis de l’occupation familiale, qu’entre les différentes corporations de métiers. L’hérédité que nous avons mentionnée plus haut ne jouerait que dans le cadre de l’appartenance à une couche sociale et non pas dans celui du rattachement à une profession déterminée ».

34 Je traduis ici par structure le terme anglais framework.

35 Selon l’expression utilisée par H. Geertz, 1979.

36 Je reprends ici le terme de physionomie utilisée par M. Mauss (1993, 404) dans son étude sur les sociétés eskimos : « Il y a ensuite un usage régulier de donner le nom du dernier mort au premier-né de l’établissement ; l’enfant est réputé le mort réincarné et, ainsi, chaque localité se trouve posséder un nombre déterminé de noms propres qui constituent, par conséquent, un élément de sa physionomie. »

37 Expression empruntée à A. Raulin, 1987.

38 Cela expliquerait en partie la persistance du terme souk pour désigner des espaces commerciaux qui ne s’enclosent pas dans le périmètre des souks traditionnels et le fait que d’autres termes empruntés à l’anglais comme shopping mall ou directement traduits de langues européennes comme markaz tijârî (centre commercial) lui soient substitués pour nommer des formes commerciales directement inspirées de modèles occidentaux.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable