Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain dans le monde musulman de Méditerranée

 | 
Jean-Luc Arnaud

Introduction

Jean-Luc Arnaud

Texte intégral

  • 1 Ces chercheurs étaient alors réunis à l’Iremam d’Aix-en-Provence. Il s’agit de Jean-Luc Arnaud, Je (...)

1Depuis la période médiévale, le monde arabe et musulman compte de nombreuses villes, d’importance variable en fonction des périodes et des lieux. D’abondants travaux ont ces villes pour cadre. L’urbain dans le monde musulman de Méditerranée a pour origine la réaction d’un groupe de chercheurs1 à la multiplication des recherches qualifiées d’urbaines et une volonté de contribuer à en renouveler le point de vue dominant. Aussi bien en ce qui concerne les terrains que les disciplines, la plus grande part des recherches affectées au domaine des études urbaines dans le monde musulman de Méditerranée considère la ville comme une toile de fond uniforme et sans qualification, comme un simple lieu privilégié d’observation à la faveur de la masse de populations qu’elle regroupe. Pour évaluer les limites de cette posture et des approches monographiques qui s’en suivent, nous avons proposé aux chercheurs spécialistes des villes et aussi à ceux qui les croisent dans leurs travaux ressortissant à divers domaines, périodes ou approches, de réfléchir à la manière dont l’urbain se manifeste, comment et où ils le rencontrent et, éventuellement, suivant quelle modalité.

2Ces questions, relatives à la nature du phénomène urbain, ont pour objectif de tester en quoi il est envisageable de définir la ville comme un objet de recherche à part entière. Cela, dans une conjoncture – un intérêt croissant pour les multiples dimensions de l’urbain – qui semble favorable, en proposant de poser aux villes de la rive sud de la Méditerranée des questions qui le sont à celles du nord depuis quelques décennies. Ces interrogations rejoignent aussi celles actuellement portées sur le monde contemporain, pas seulement arabe et musulman, et qui concernent notamment le pouvoir sur et dans la ville (sa nature, ses acteurs, ses formes et ses dispositifs), les territoires (leurs organisations relatives, leurs relations à l’intérieur de la ville et avec l’extérieur, leurs divers rythmes) et la notion de patrimoine matériel et immatériel.

3Pour rompre avec l’aspect monographique de la plupart des travaux, deux changements d’échelle d’observation ont été proposés aux auteurs de ce livre. Un élargissement du point de vue tout d’abord qui suggère d’observer la ville d’en haut et d’évaluer ce qui la différencie des milieux non urbains. Il ne s’agit pas de rechercher une différence binaire mais de comparer des organisations, des diversités et des interpénétrations éventuelles entre les deux mondes. D’autre part, à une échelle plus fine, on a proposé de conduire des investigations sur la manière dont les différences intra-urbaines sont organisées, comment la densité et la masse des composants (attributs, fonctions et populations), qui caractérisent la ville, déterminent les modalités de leur coexistence.

Éléments pour une définition

4Qu’entendons-nous au juste par « manifestations de l’urbain ». On peut y répondre de manière laconique : les manifestations de l’urbain sont les expressions ou les émanations, concrètes ou abstraites, dans les faits ou dans les représentations, du phénomène urbain. Mais, cette définition déplace la question vers une autre : qu’est-ce que le phénomène urbain. Les propositions formulées à cet égard à l’occasion d’une première rencontre entre les auteurs de ce livre ont été multiples ; leur abondance a surtout témoigné de la difficulté à formuler une définition.

5Même si on s’en tient au minimum, à un niveau susceptible d’établir le consensus le plus large, les définitions envisageables sont nombreuses. La multiplicité inhérente à l’objet en fournit une explication. Le phénomène urbain varie avec le temps et en fonction des lieux dans lesquels il se développe ; ainsi, une définition est valable pour un contexte : une période donnée, un lieu ou un espace culturel donné. Ce livre, limité aux villes du monde musulman méditerranéen, a été construit sur la base de l’hypothèse que ce monde, malgré ses différences internes, présente une homogénéité relative.

6Il apparaît aussi que la multiplicité des définitions envisageables ressortit à celle des chercheurs. C’est tout d’abord sur la base de la discipline des auteurs que le phénomène urbain est analysé suivant des points de vue différents. Par exemple, les historiens des trente dernières années ont plutôt privilégié une approche économique – selon eux, la ville est tout d’abord un marché, un lieu d’échanges –, les sociologues ont pour leur part retenu la pluralité des composantes de la population urbaine et ses modes de coexistence tandis que pour les géographes et les urbanistes la ville serait caractérisée par une forme particulière d’organisation de l’espace. La position des auteurs dans l’espace et l’échelle suivant laquelle ils analysent le phénomène urbain constitue aussi une source de variation des définitions. Pour les uns la ville est d’abord le lieu de maîtrise d’un territoire ou de réseaux qui la dépassent. Pour d’autres, c’est un lieu de concentration de population ou d’activités.

  • 2 C. Topalov, 1997, « Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d’histoire sociale de (...)
  • 3 P.-H. Derycke et al., 1996, Penser la ville, Paris, Economica.

7Enfin, la posture scientifique des auteurs intervient également dans les définitions. Le phénomène urbain n’est pas un objet qui se livre d’emblée à l’investigation. Au contraire, c’est une construction du chercheur qui s’inscrit dans des échanges scientifiques et dans une interaction avec les intérêts du personnel politique et des praticiens de l’urbanisme2. Ainsi, les définitions envisageables sont-elles soumises à des changements indépendants de ceux de l’objet. Les divergences entre les points de vue sont parfois très sensibles ; les nombreux travaux sur la question de la délimitation des villes, des seuils et de leur pertinence, témoignent des controverses relatives à l’intégration de certains objets « partagés » dans le champ de l’urbain3.

8À la lumière de cette multiplicité, toute tentative de définition de l’urbain semble vouée à l’échec ou, du moins, excessivement restrictive. Le foisonnement exprimé dans cet ouvrage l’illustre. Si certains thèmes sont plus abordés que d’autres, ils expriment peut-être seulement l’état des forces vives et la convergence des problématiques développées par les uns et les autres en ce début de xxie siècle.

État de la question

  • 4 J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot, 1963, Traité de géographie urbaine, Paris ; J. Beaujeu-Garnier, 1 (...)
  • 5 H. Lefebvre, 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.
  • 6 M. Castells et F. Godard, 1974, Monopolville, Paris, La Haye, Mouton.
  • 7 Histoire et urbanisation, Aesc, numéro spécial, juillet-août 1970.
  • 8 Cependant, les comptes rendus de L. Valensi, d’ouvrages alors récents qui traitent des villes du m (...)
  • 9 J.-C. Perrot, 1975, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris, La Haye, Mouton, 7- (...)
  • 10 M. Roncayolo, 1989, « Histoire et géographie, les fondements d’une complémentarité », Aesc, 1427-1 (...)
  • 11 J.-P. Bardet et al., 1977 « “Une nouvelle histoire des villes”, note critique sur Genèse d’une vil (...)
  • 12 B. Lepetit, 1997, « La ville : cadre, objet, sujet. Vingt ans de recherches françaises en histoire (...)

9L’état des connaissances présente une forte disparité géographique. On note un important décalage entre les travaux qui portent sur les villes occidentales et ceux qui traitent du monde musulman méditerranéen. Pour les premières, c’est au cours des années 1960 et au début de la décennie suivante que la question est posée pour la première fois. À ce moment-là, la ville devient un objet d’interrogation à part entière dans plusieurs disciplines. Ce sont tout d’abord les géographes, autour de G. Chabot puis de J. Beaujeu-Garnier qui se demandent ce qui constitue la réalité urbaine4. Quelques années plus tard, le philosophe H. Lefebvre consacre le second chapitre de son droit à la ville aux « spécificités de la ville »5. Dans un contexte de crise de l’urbanisation, il y dénonce l’organicisme qui préside alors aux définitions. Il est suivi de près par l’équipe constituée autour de M. Castells à l’École pratique des hautes études. Le Monopolville qu’il cosigne avec F. Godard en 1974 informe, dès ses premières lignes, des réflexions relatives à la complexité du phénomène urbain et à ses multiples dimensions6. Les historiens ne sont pas en reste ; en 1970, un numéro spécial des Annales ESC est consacré à « histoire et urbanisation »7. Les éditeurs s’attachent de manière explicite à « bousculer les modèles et les catégories » en ouvrant les colonnes de la revue à de multiples exemples non européens (dont pas un seul sur le monde arabe)8. Quelques années plus tard, J.-C. Perrot publie sa thèse sur Caen au xviiie siècle. D’entrée de jeu, il pose la question de la construction de la ville comme objet de recherche et y revient à plusieurs reprises9. Le débat qu’il suscite intéresse à la fois les historiens et les géographes. M. Roncayolo dont l’efficacité de la posture quant aux études urbaines – à cheval entre l’histoire et la géographie – n’est plus à démontrer10, y prend une part active11. Plus récemment, B. Lepetit n’a pas jugé inutile de dresser le bilan de vingt ans de travaux en histoire urbaine en France autour de la même question12.

  • 13 D. Pumain et T. Saint-Julien, 1978, Les dimensions du changement urbain, Paris, Cnrs ; P. Claval, (...)
  • 14 Je pense en particulier à Les raisons de l’urbain, 1988, Rennes, Paris, LERES, Plan urbain ; B. Le (...)
  • 15 M. Agier, 1999, L’invention de la ville. Banlieue, townships, invasions et favelas, Paris, Eac.

10Ce tableau omet plus d’exemples qu’il n’en cite, les géographes, autour de D. Pumain et de P. Claval ou encore les sociologues, avec I. Joseph et Y. Grafmeyer, ont continué à produire des réflexions fécondes sur la question du phénomène urbain13. Plus récemment, des programmes pluridisciplinaires, tout en témoignant eux aussi de la difficulté à définir leur champ de recherche, ont apporté leur contribution aux questionnements sur le fait urbain14. Enfin, dans un ouvrage récent, M. Agier réagit au discours dominant relatif aux agglomérations contemporaines et selon lequel la ville aurait disparu au profit de voies de communications qui déterminent les flux de biens et de personnes. Suivant une piste de réflexion suggérée par M. de Certeau, il propose de regarder ces villes, stigmatisées par les professionnels et les membres de la classe politique, d’en bas. Il opère un changement d’échelle d’observation et adopte une méthode qui lui permettent de s’affranchir de l’organisation matérielle et des institutions pour porter un regard renouvelé sur la ville et les pratiques des citadins15.

Premier débat

11Pour le monde musulman méditerranéen, les travaux relatifs à la construction de la ville comme objet de recherche sont plus rares, plus ponctuels et plus dispersés. Cependant, deux textes maintenant anciens posent les termes d’un débat toujours d’actualité qui cherche à définir la ville à travers les relations entre milieu urbain et milieu rural.

  • 16 J. Weulersse, 1946, Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, Gallimard, 85 sq.
  • 17 I.-M. Lapidus, 1969, « Muslim cities and Islamic societies », in I.-M. Lapidus (éd.), Middle Easte (...)

12Le premier, du géographe J. Weulersse16, propose un modèle opposé à celui dominant en Europe qu’il qualifie d’intégré. Selon lui, « en Orient, la ville apparaît comme un corps étranger “enkysté” dans le pays, comme une création imposée à la campagne qu’elle domine et exploite ». Dans ce contexte, la ville est « sans racines humaines dans le pays qui la porte et dont elle vit » puisque, grâce à l’usure et à l’appropriation des terres, elle prend à la campagne beaucoup plus qu’elle ne lui donne. Suivant ce modèle, les communautés urbaines sont reliées entre elles et constituent un corps social réparti entre diverses villes. I.-M. Lapidus17, historien de la période médiévale, propose un autre modèle. Selon lui, l’Orient ne comportait pas de ville musulmane en soi (sauf d’un point de vue physique), mais des établissements humains habités par une société musulmane. Cette population était organisée en groupes qui constituaient des sous-communautés au sein des espaces urbains et en sur-communautés, religieuses ou étatiques, qui s’étendaient à travers plusieurs espaces urbanisés ou non. Suivant ce point de vue, les villes étaient simplement les lieux géographiques de groupes dont les relations et les activités étaient d’une part plus étroites et d’autre part plus larges qu’eux.

  • 18 A. Adbel Nour, 1982, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane (xvie-xviiie siècles), (...)
  • 19 M. Seurat, 1985, « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban), étude d’une ‘assabiyya urbaine », (...)
  • 20 A. Raymond, 1987, « Les rapports villes-campagnes dans les pays arabes à l’époque ottomane (xvie-x (...)

13J. Weulersse, conformément aux paradigmes fondateurs de sa discipline, privilégie une approche par les territoires (c’est-à-dire par la qualification et l’appropriation de l’espace) ; pour sa part, I.-M. Lapidus entre dans la société par ses réseaux, indépendamment de leur inscription dans l’espace. Ces deux textes, séparés d’un quart de siècle, ont été mis en vis-à-vis la première fois par A. Abdel Nour au début des années 198018. L’auteur oppose au modèle de J. Weulerse les importants mouvements migratoires qui, durant la période ottomane, entraînent de nombreux ruraux vers les villes. Cependant, s’il relève aussi le caractère excessif de la formulation de I.-M. Lapidus, il reconnaît l’intérêt de ces modèles pour évaluer les relations entre ville et campagne dans la Syrie ottomane. Ce débat a d’abord été repris par M. Seurat19 puis, plus récemment, par A. Raymond20. Le premier, sociologue, se demandant si la ville peut constituer une unité pertinente d’étude, met les deux modèles à l’épreuve de l’organisation sociale d’un quartier de Tripoli durant la guerre du Liban. Pour cette période, où la population de l’agglomération compte à la fois d’anciens citadins et de nombreux migrants d’origine rurale, il montre que les deux modèles coexistent. Pour sa part, A. Raymond analyse en détail les relations entre milieu urbain et milieu rural en termes d’échanges de biens et de services et aussi de migrations. Pour la période ottomane, il relève le caractère trop dichotomique de l’image d’une ville dominante sans retour, telle qu’elle a été élaborée par J. Weulersse, pour rendre compte de l’ensemble des relations entre les deux milieux en question. Ces textes posent clairement les termes du débat, mais ils couvrent des champs géographiques et historiques très vastes (sauf celui de M. Seurat). Des travaux plus récents, à partir d’études de cas plus circonstanciées, suggèrent d’autres réflexions.

Travaux plus récents

  • 21 J.-C. Garcin, 1991, « Le Caire et l’évolution urbaine des pays musulmans à l’époque médiévale », A (...)

14Si la période médiévale, considérée dans son ensemble, correspond au modèle élaboré par I.-M. Lapidus en ce qui concerne la structure sociale et communautaire, J.-C. Garcin, qui s’est plus intéressé aux modes d’exercice du pouvoir et à l’organisation de l’espace, identifie durant la même époque trois formes successives de villes, correspondant à autant de modes de relation avec la non-ville21. La ville gentilice, du ixe siècle au xiie siècle, est d’abord organisée autour du lieu d’exercice de l’autorité : le palais ; les activités économiques et les édifices dans lesquels elles s’exercent sont plutôt localisés le long des voies d’accès aux palais et des grandes routes caravanières. Ensuite, avec le système mamelouk, apparaît la ville des cavaliers qui atteint son apogée au cours du xive siècle. Elle est caractérisée par l’installation de vastes hippodromes, par la construction de citadelles en dehors de la ville indigène (les Mamelouks sont d’origine exogène) et par l’établissement des activités économiques dans le centre de ces villes. À partir du début du xve siècle, la récession démographique et la recomposition des routes du grand commerce entraînent un repli des agglomérations sur elles-mêmes. C’est à ce moment-là que se constitue la ville musulmane traditionnelle, bien plus dense que les précédentes.

  • 22 J.-L. Arnaud, 1999, « Topographie sociale et limites. Le Caire à la fin du xixe siècle », Annales (...)

15Ensuite, au cours de la période ottomane, ce repli se poursuit et les espaces non construits disparaissent progressivement à l’intérieur des enceintes. Les villes deviennent alors très denses et, même lorsqu’elles sont dépourvues de fortifications, elles présentent à leurs environs des façades aveugles qui témoignent bien d’une coupure entre le monde urbain et le milieu rural. Cette densité trouve son terme au cours du xixe siècle avec les réformes administratives (tanzimat) et l’abandon des enceintes. À partir de ce moment-là, la ville moderne qui se met en place est caractérisée par un étalement dans l’espace – la surface construite croît plus rapidement que la population – et par une accélération du rythme des migrations de la campagne vers les zones urbanisées. La ville devient plus poreuse que jamais, il se dessine un centre et des périphéries ; une grande part de la population des zones agglomérées présente des caractéristiques peu différentes de celles qui prévalent en milieu rural22.

  • 23 J.-C. Depaule, 1990, « Le Caire : emplois du temps, emplois de l’espace », Monde arabe-Maghreb-Mac (...)
  • 24 M. Lussaud et P. Signoles (dir.), 1996, La citadinité en questions, Tours, Urbama ; E. Denis et F. (...)

16Pour la période contemporaine, J.-C. Depaule23, qui travaille aux échelles intra-urbaines les plus fines, a montré que les perceptions du Caire contemporain sont multiples. Il identifie trois modèles qui renvoient chacun à une relation particulière entre les quartiers et l’ensemble de l’agglomération. En outre, en fonction des échelles d’observation, il note que les lignes de césure entre les populations se déplacent. Enfin, les travaux récents du laboratoire Urbama (Tours), de l’Observatoire urbain du Caire et de l’Observatoire de Beyrouth24 traitent de manière privilégiée les nouveaux espaces urbains dont l’étalement échappe aux méthodes habituelles de délimitation. Ils montrent que la reconnaissance de formes d’urbanité passe au moins autant par une inscription dans des réseaux que dans des appropriations territoriales.

17Malgré ces travaux, la bibliographie sur les villes occidentales indique une abondance de références et d’approches qui fait défaut à l’égard des villes du monde musulman pour lesquelles le paradigme de la ville-toile de fond uniforme reste très prégnant. Trois caractéristiques témoignent de ce point de vue. Elles représentent une tendance générale qui n’est cependant pas sans exceptions.

  1. Les sources – qu’il s’agisse des informateurs, des données statistiques, de la littérature ou (et surtout) des archives – président plus souvent que les problématiques à la construction des thèmes de recherche. Les difficultés inhérentes à la langue arabe (ses multiples niveaux), au déchiffrement des archives, l’abondance de la documentation (pour la période ottomane en particulier) et l’avancement général de l’archivistique ne sont pas étrangers à cette situation. Bien moins qu’en Occident les recherches sur les villes du monde musulman de Méditerranée en croisent les données et construisent leurs objets en puisant dans chaque fonds documentaire celles qui sont nécessaires.
  2. En liaison avec la pesanteur des sources et la difficulté à constituer des corpus, les travaux qui traitent des villes ou qui les croisent définissent le plus souvent leurs objets à des échelles qui correspondent mal à celles des villes : soit dans des réseaux qui les dépassent et dont elles constituent seulement les points de rencontre (les travaux des économistes en particulier), soit dans des objets restreints qui en sont seulement des parties (les études des anthropologues et des ethnologues notamment).
  3. L’uniformité dont est qualifiée la ville-toile de fond en fait un espace neutre, sans incidence sur le déroulement du temps et des activités. Ce postulat sur l’espace urbain élimine d’entrée de jeu les questionnements relatifs à sa construction et, surtout, ceux sur sa capacité à informer les pratiques. Il élimine aussi la question des échelles spatiales d’observations et leur pertinence. Lorsque ses mutations sont l’objet d’études, on note une forte tendance à privilégier le cadre bâti plutôt que le vide qui en résulte. Il est remarquable à cet égard que les travaux sur l’espace public urbain soient récents, le modèle classique de la ville arabe ne lui permettant pas d’être un objet d’étude25. En outre, la dichotomie ville/campagne, qui fonde implicitement la plus grande part des études, n’est pas toujours la plus pertinente pour rendre compte de réalités construites à la fois en termes de territoires et de réseaux.
  • 26 Tout d’abord, l’école des Annales a montré l’intérêt de la multiplication et du croisement des sou (...)
  • 27 R. Ilbert, 1990, Alexandrie espace et société 1830-1930, thèse, Paris, Ehess.
  • 28 J.-C. Perrot, 1975, op. cit. ; J.-P. Bardet, 1983, Rouen aux xviie et xviie siècles, les mutations (...)

18Ces trois caractéristiques ne sont pas favorables à l’élaboration de la ville du monde musulman de Méditerranée en objet de recherche. Cependant, pour chacune, les réflexions déjà anciennes sur les villes d’Occident suggèrent qu’il est possible d’y échapper26. Ce tableau n’a pas pour objectif de stigmatiser un retard ; les restrictions imposées par l’accès aux sources restent d’actualité : la dernière thèse d’état en histoire sur une ville du monde arabe – monographie d’Alexandrie durant la période contemporaine27 – met en jeu un volume de sources infiniment moindre que celles de J.-C. Perrot, J.- P. Bardet ou M. Garden qui traitent de Caen, Rouen et Lyon à la fin de la période moderne28.

Un monde particulier ?

  • 29 J.-C. Garcin, 1974, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale : Qûs, Le Caire, Ifao.
  • 30 Au sujet de ce modèle, M.-C. Robic, 2001, « Walter Chistaller et la théorie des “lieux centraux” : (...)

19On peut se demander si les manifestations de l’urbain dans le monde musulman de Méditerranée présentent des particularités inhérentes à ce monde. Un des éléments de réponse se trouve dans la géographie. Du Maghreb au Machrek, l’espace est surtout occupé par des zones désertiques. Dans ce contexte, les franges maritimes, les zones de montagne et les vallées qui regroupent la plus grande part de la population et des villes constituent des exceptions, comme des îles bordées tantôt par la mer, tantôt par le désert. Le continuum territorial qui, malgré les chaînes et les massifs montagneux, caractérise de manière générale l’organisation géographique de l’Europe est exceptionnel dans le monde arabe. Ainsi, alors qu’en Europe, les villes sont organisées dans ce continuum suivant des réseaux fortement maillés et aux potentialités multiples, celles du monde arabe suivent un autre mode de relation. L’exemple de l’Égypte est à cet égard caricatural, Le Caire « tient » l’ensemble de la vallée du Nil ; pour sa part, Damas, qui est située à la frange de la steppe et commande la route de Beyrouth, occupe une position similaire en Syrie. Il existe bien des voies du désert qui peuvent contribuer à atténuer ce déterminisme géographique (Qus durant la période mamelouke29) mais ces voies sont seulement au long cours, au contraire de celles qui organisent un territoire maillé dont les relations vont, du plus local à l’international suivant une infinité d’échelles. Ainsi, ces voies constituent-elles plutôt des contraintes – lieux et points de passage obligés – alors que les réseaux d’Europe sont plutôt des opportunités. Sans qu’il soit nécessaire de souscrire au modèle de W. Christaller30, il apparaît évident que le réseau urbain du monde musulman de Méditerranée est bien moins isotrope que celui de l’Europe. En ce sens, les recompositions des hiérarchies urbaines sont sans doute moins fréquentes et moins aisées à mettre en œuvre qu’en Europe mais elles peuvent avoir des effets plus forts et plus durables.

Approches

20La transversalité disciplinaire est souvent motivée par les difficultés avec lesquelles les sciences sociales abordent leurs objets ; les études urbaines n’échappent pas à cette règle. Cependant, les manifestations de l’urbain sont tout d’abord exprimées par des données matérielles et à travers des représentations. Ces deux modes d’expression ne sont pas sans influence l’un sur l’autre : les exemples de travaux d’édilité dont l’objectif est de donner un caractère urbain à des établissements humains qui en sont dépourvus ne manquent pas. À l’inverse, si les représentations relèvent pour une grande part de l’imaginaire, elles ne s’élaborent pas sans références factuelles. Ensuite, la manifestation matérielle de l’urbain – celle qui se donne à voir d’emblée – est une forme d’occupation du sol qui définit la ville comme un espace densément construit et habité. Cette définition minimale n’est pas aberrante, mais elle fait peu de cas d’une des caractéristiques principales de la ville : l’espace n’y est pas isotrope, ni dans son substrat, ni dans la manière dont il est occupé. Il est constitué de territoires qui sont différents par leurs formes, par ce que l’on y fait et par la manière dont ils sont l’objet, ou non, d’appropriations. Ces territoires portent des noms qui expriment ces différences, voire les construisent. Mais, si la toponymie rend compte de la multiplicité des lieux, et parfois de leurs formes par les désignations communes (un boulevard n’est pas une avenue, on a des différences du même ordre en arabe), elle ne dit rien de leurs relations spatiales. Or, elles ne sont pas aléatoires, s’exprimant en termes de centralité, de contiguïté ou encore d’éloignement, elles obéissent à des règles. Enfin, la topographie, dont ces notions semblent relever, n’est pas toujours à même de rendre compte de la perception qu’en ont les usagers tant elle peut être infléchie par les représentations. En d’autres termes, la distance sociale a une forte tendance à brouiller l’appréciation de la distance spatiale ; l’inverse peut aussi être vrai.

21Dans ce contexte, d’interférences permanentes entre des faits et des images qui s’inscrivent dans l’espace suivant des règles et se transforment suivant des temporalités différentes (le cadre bâti peut se renouveler plus vite que les pratiques de l’espace), il nous a semblé nécessaire d’appréhender les manifestations de l’urbain suivant plusieurs disciplines dès les premières rencontres. Les contributions réunies dans ce livre présentent des points de vue très divers ; en ce sens, sans prétendre à l’exhaustivité, ils témoignent de la multiplicité des approches envisageables. Elles sont regroupées en trois parties.

22Dans la première, les auteurs examinent la ville d’en haut, ils se demandent où commence l’urbain et quelles sont ses caractéristiques. Isabelle Grangaud, historienne, traite de la relation entre la ville de Constantine et ses environs ruraux au xviiie siècle. Elle montre que le fait de résider en ville revêt un caractère valorisant pour les femmes, qui, quelle que soit leur origine (rurale ou urbaine), expriment dans leurs contrats de mariage le souhait de ne pas travailler à la campagne et celui de ne pas y résider. Pour leur part, ces contrats obligent les hommes, que leurs affaires conduisent souvent dans les environs de la ville, à de fréquents déplacements entre leur lieu d’activité et celui de la résidence de leurs épouses. La ville est perçue comme un lieu de promotion sociale, mais ce sont surtout les femmes qui semblent en tirer profit. Jean-Luc Arnaud travaille aussi en histoire ; il propose de classer les villes d’Égypte à la fin du xixe siècle à partir de données démographiques. Au-delà d’une correspondance générale entre la taille des agglomérations et la diversité de leur population, il note que les exceptions sont nombreuses et qu’elles obéissent à des déterminants très divers. Aussi bien en haut de l’échelle (Le Caire, Alexandrie et Port-Saïd), qu’en bas (des centaines de villages), l’Égypte présente tout d’abord une image de diversité. Cependant, entre la vallée du Nil, organisée comme un itinéraire où les villes sont de simples lieux de passage, et le Delta dont le maillage du réseau de circulation en fait plutôt des carrefours, les critères de définition de l’urbain sont sensiblement différents. Enfin, Olivier Pliez, géographe, traite des nouvelles implantations humaines dans la région du Fezzan libyen. Il montre que le mode d’urbanisation, perçu comme négatif par des observateurs extérieurs (à cause de son uniformité en particulier), n’est pas du tout vécu comme tel. Pour les habitants qui ont abandonné les qsar-s, les maisons sont tout d’abord synonymes de confort. Leur conception de l’urbain part donc du bas, de l’unité de résidence. À une échelle supérieure, la petite taille des agglomérations et leur faible densité ne constituent pas un obstacle à la densité des échanges, ces deux handicaps sont compensés par la qualité du réseau de circulation. Dans cette situation, les principaux lieux de sociabilité sont regroupés le long des routes, ils sont l’objet d’appropriations micro-régionales. L’auteur conclut en notant que cette organisation n’est pas synonyme de la mort de l’urbain mais qu’elle témoigne au contraire d’un renouvellement de son mode d’organisation.

23La seconde partie est consacrée à la question des espaces publics et à la construction des centralités qu’ils permettent de développer. Franck Mermier, anthropologue, dresse un bilan des multiples approches et définitions du souk dans les villes arabes. Suivant trois points de vue – le souk comme une forme urbaine, comme espace public et comme institution –, il examine les invariants et les particularités locales. Tout en mettant en exergue des éléments communs à l’organisation des souks des différentes villes, il attire l’attention sur la diversité des situations et met en garde contre des généralisations construites à partir de trop peu d’exemples. Enfin, il montre que malgré toutes les différences – dans l’espace et dans le temps – qui caractérisent le souk, il constitue un élément central de l’organisation urbaine dans la mesure où, dans toutes les villes, il semble avoir « fonctionné comme un des principaux vecteurs de l’intégration socio-économique à la société urbaine ». Françoise Navez-Bouchanine, sociologue, examine les multiples formes d’appropriation des nouveaux espaces publics des villes du Maghreb. À partir d’observations approfondies et suivant une approche croisée, elle analyse les transformations concomitantes des espaces publics et privés et les évolutions récentes des relations entre ces deux domaines. Elle note en particulier que les espaces publics offrent l’opportunité de multiples ressources en matière d’intégration à la ville de populations d’origines et de conditions très différentes. Les espaces publics sont d’abord des lieux où il est envisageable d’échapper au contrôle social et familial des quartiers résidentiels. En ce sens, ils sont très convoités et deviennent l’objet d’une sorte de droit à la ville qui contraint les autorités publiques et les pouvoirs locaux à tolérer des pratiques telles que les appropriations illégales consécutives à l’émergence de centralités périphériques informelles. Les expressions de ce droit témoignent d’une nouvelle « conception de l’intérêt général et d’une forme de démocratisation ». Pour Marie-Carmen Smyrnelis, historienne de Smyrne du xviie siècle au xixe siècle, la centralité urbaine se construit d’abord sur une base économique : le port, la rue des Francs et le bazar en constituent les pôles principaux durant les trois siècles étudiés malgré les profondes mutations qui touchent la ville au xixe siècle. Durant cette période, marquée par une recomposition des zones de résidence suivant des critères plus économiques que religieux, la population ottomane se disperse dans l’ensemble du tissu urbain tandis que les Européens les plus nantis quittent le centre des affaires pour s’installer dans plusieurs villages des environs de la ville à la faveur des nouveaux moyens de transport. En échappant au quartier qui leur était réservé, ces Européens deviennent des « citadins à part entière » alors même qu’ils résident dans des villages. Le paradoxe de cette situation témoigne de la multiplicité des formes de citadinité.

24La troisième et dernière partie de ce livre est consacrée à la diversité des populations urbaines et à sa capacité à faire de la ville un lieu d’élaboration de compétences à la coexistence, suivant de fortes proximités spatiales, entre des populations d’origine, de culture et de statut très différents. Christine Delpal, anthropologue, s’intéresse aux multiples pratiques qui animent la corniche de Beyrouth. Elle note tout d’abord qu’il s’agit d’un haut lieu de centralité dans la ville de l’après-guerre. Cette corniche constitue à la fois un lieu où fuir son quartier, ses proximités et sa densité, un lieu où l’on se donne à voir mais aussi où, comme dans un miroir de la ville, le spectacle des autres est permanent. Sa variété témoigne de celle des citadins ; la corniche est rarement désertée mais, en fonction des moments de la journée (depuis l’aurore jusqu’à tard dans la nuit), des jours de la semaine et du calendrier festif (durant le ramadan en particulier), les usagers sont différents ; ils ne montrent pas les mêmes choses et ne viennent pas participer à la même « célébration ». L’auteur relève aussi que ce lieu de libertés apparentes n’offre pas les mêmes opportunités à tout le monde ; pour certaines populations (les femmes, les Syriens…) la Corniche n’est pas aussi « ouverte » que pour d’autres. Jean-François Pérouse, géographe, étudie un quartier périphérique d’Istanbul de fondation récente. Il en propose deux observations, suivant des échelles différentes. De l’extérieur d’abord, la méconnaissance du quartier – par l’autorité publique comme par les Stambouliotes –, ouvre les portes à des représentations très dévalorisantes. Les habitants du quartier sont doublement stigmatisés comme Kurdes et comme pauvres. Dans une approche plus détaillée, l’auteur note que la pauvreté n’est pas partagée de la même manière entre tous les habitants. Il montre aussi que la distinction Kurde / Turc n’est pas pertinente et qu’au contraire, une unité, construite sur une base religieuse, marque fortement le quartier. À l’intérieur de cet ensemble, les différences opératoires sont celles de l’origine géographique et de l’appartenance politique. Alors que le quartier apparaît de l’extérieur comme un bloc, l’analyse en termes de micro-territorialités montre des différences internes en ce qui concerne les revenus, les origines ethniques et les modalités de construction des appartenances qui témoignent tout d’abord d’une grande diversité. Catherine Miller, linguiste, se demande, à partir de l’exemple de l’Égypte, si la ville est un lieu spécifique en matière de langue. Elle montre que la diversité des origines de la population urbaine fait de la ville un lieu d’élaboration et d’innovations linguistiques qui se diffusent ensuite au-delà de ses limites. Cependant, les citadins sont pris dans un jeu dialectique entre homogénéisation et distinction qui leur permet de gérer les différences d’identité. L’auteur relève aussi l’importance du rôle joué par l’école dans la diffusion du parlé du Caire. Mais l’authenticité du statut de la langue sa‘îdî et, pour ceux qui sont passés par les pays du Golfe, la connotation positive des caractéristiques bédouines, ont tendance à brouiller le classement des valeurs. Ainsi, le passage à la ville n’est pas un processus linéaire, les parlers restent un vecteur de cristallisation des identités. Enfin, Nicolas Puig, anthropologue, s’intéresse aussi à l’Égypte, plus particulièrement aux chanteurs cairotes et à leur production. Après avoir examiné les incidences de la variété des sociétés urbaines sur leur comportement et leur capacité à interagir, l’auteur s’intéresse à la manière dont les chansons contribuent à construire une image de la ville entre son centre – wast al-balad –, lieu d’anonymat, de plaisir mais aussi de danger et les lieux plus communautaires que sont les cafés et les hara-s. Les paroles contribuent aussi à construire une représentation des comportements. Le thème du côtoiement et de l’interaction est récurrent. En rappelant les places respectives des uns et des autres, les chansons témoignent du degré élevé de hiérarchisation de la société cairote. Cependant, malgré les différences, malgré des appréhensions partielles, l’auteur note aussi que les citadins du Caire ont une perception d’ensemble de leur ville.

25Cette répartition des contributions en trois parties est sans doute discutable, d’autres modes d’organisation sont envisageables dans la mesure où les rapprochements possibles entre des textes sont nombreux. Ainsi, les exemples de F. Navez-Bouchanine quant à la manière dont les espaces publics éloignés des zones de résidence permettent de s’affranchir du poids du voisinage, ne sont pas sans rapport avec les remarques d’O. Pliez sur le rôle de la voiture, comme moyen d’échapper à ce poids et de rejoindre des lieux, nouvelles formes d’espaces publics, dont la pratique est souvent liée à des interdits. Pour sa part, N. Puig note que le centre-ville du Caire, considéré comme un lieu de passage, constitue aussi un espace de libertés qu’il oppose à la hara, lieu, par excellence, de l’interconnaissance et du contrôle social. À l’égard des espaces publics encore, plusieurs auteurs, qui traitent de plusieurs villes, notent la manière dont ils présentent une forte capacité à opacifier les identités : loin de chez soi, on peut faire illusion, on peut aussi se laisser aller. La gamme des pratiques envisageables atteint, en ces lieux, sa plus large étendue. Suivant un point de vue, qui privilégie les comportements, la figure du Sa‘îdî égyptien, stigmatisée d’un côté par ses origines, valorisée de l’autre pour son authenticité, et dont traitent suivant deux approches C. Miller et N. Puig, n’est peut-être pas très différente de celle de l’Anatolien (forcément Kurde et pauvre) que J.-F. Pérouse a étudié dans un quartier récent d’Istanbul. On peut aussi proposer des rapprochements entre des périodes différentes. Par exemple, les chrétiens nantis de Smyrne (M.-C. Smyrnelis) qui, à la fin du xixe siècle, choisissent de résider dans les villages environnants à la faveur des nouveaux moyens de transport, alors qu’ils continuent d’exercer les activités professionnelles dans le quartier central de la ville n’est pas sans écho avec les pratiques récentes des Libyens du Fezzan (O. Pliez).

26Malgré la diversité des formes de citadinité (relevée par la plupart des auteurs), les échos, voire les similitudes, entre les lieux et les périodes, sont nombreux. Ainsi, s’il était nécessaire de conclure en esquissant un modèle, on pourrait sans doute avancer que la principale manifestation de l’urbain est sa diversité, aussi bien en termes de cultures urbaines qu’en termes d’organisations spatiales.

Notes

1 Ces chercheurs étaient alors réunis à l’Iremam d’Aix-en-Provence. Il s’agit de Jean-Luc Arnaud, Jean-Charles Depaule et de Jean-Claude Garcin. Cette introduction est redevable, à la fois, aux premiers textes corédigés par les fondateurs du groupe, aux discussions entre les participants à deux tables rondes organisées à Aix-en-Provence en janvier 2000 et mars 2001 et aux invités à ces rencontres : J.-S. Bordreuil, sociologue, B. Hourcade, géographe et A. Raymond, historien, dont les contributions ont été particulièrement constructives.

2 C. Topalov, 1997, « Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d’histoire sociale des sciences sociales », Ahss, 1057-1084.

3 P.-H. Derycke et al., 1996, Penser la ville, Paris, Economica.

4 J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot, 1963, Traité de géographie urbaine, Paris ; J. Beaujeu-Garnier, 1980, Géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

5 H. Lefebvre, 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

6 M. Castells et F. Godard, 1974, Monopolville, Paris, La Haye, Mouton.

7 Histoire et urbanisation, Aesc, numéro spécial, juillet-août 1970.

8 Cependant, les comptes rendus de L. Valensi, d’ouvrages alors récents qui traitent des villes du monde musulman méditerranéen, témoignent des mêmes préoccupations. Par exemple, au sujet d’un texte de I.-M. Lapidus sur les villes musulmanes du Moyen Âge, elle se demande « quel élément fait, d’une juxtaposition de quartiers, un ensemble intégré et cohérent ? », Histoire et urbanisation, 1970, 916.

9 J.-C. Perrot, 1975, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris, La Haye, Mouton, 7-8, 440, 553-554.

10 M. Roncayolo, 1989, « Histoire et géographie, les fondements d’une complémentarité », Aesc, 1427-1434. On consultera aussi le premier chapitre de sa thèse, soutenue en 1981 : « Le thème et le champ conceptuel », Les grammaires d’une ville, Paris, Ehess, 1996, 19-59.

11 J.-P. Bardet et al., 1977 « “Une nouvelle histoire des villes”, note critique sur Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle de J.-C. Perrot », AESC, 1237-1254.

12 B. Lepetit, 1997, « La ville : cadre, objet, sujet. Vingt ans de recherches françaises en histoire urbaine », Enquête, n° 4, 11-34.

13 D. Pumain et T. Saint-Julien, 1978, Les dimensions du changement urbain, Paris, Cnrs ; P. Claval, 1981, La logique des villes - Essai d’urbanologie, Paris, Litec ; Y. Grafmeyer et I. Joseph (traduction et présentation), 1979, L’école de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions du Champ urbain.

14 Je pense en particulier à Les raisons de l’urbain, 1988, Rennes, Paris, LERES, Plan urbain ; B. Lepetit et D. Pumain (coord.), 1993, Temporalités urbaines, Paris, Anthropos ; C. Ghorra-Gobin (dir.), 1994, Penser la ville de demain. Qu’est-ce qui institue la ville ?, Paris, L’Harmattan. Pour les villes de Méditerranée, depuis Carthage punique jusqu’à Athènes contemporaine en passant par Naples moderne, le programme de recherche initié par C. Nicolet au milieu des années 1990 sur la définition des très grandes villes – les mégapoles – constitue une expérience sans précédent de comparaison entre les deux rives de la Méditerranée. J.-C. Depaule, R. Ilbert et C. Nicolet (dir.), 2000, Mégapoles méditerranéennes, Paris, Maisonneuve & Larose.

15 M. Agier, 1999, L’invention de la ville. Banlieue, townships, invasions et favelas, Paris, Eac.

16 J. Weulersse, 1946, Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, Gallimard, 85 sq.

17 I.-M. Lapidus, 1969, « Muslim cities and Islamic societies », in I.-M. Lapidus (éd.), Middle Eastern Cities, Berkeley, University of California Press, 47-79.

18 A. Adbel Nour, 1982, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane (xvie-xviiie siècles), Beyrouth, Université libanaise, 367 sq.

19 M. Seurat, 1985, « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban), étude d’une ‘assabiyya urbaine », in (coll.), Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, Beyrouth, Cermoc, 45-86.

20 A. Raymond, 1987, « Les rapports villes-campagnes dans les pays arabes à l’époque ottomane (xvie-xviiie siècles) », in (coll.), Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, 19-58. On consultera également L. Fawaz, 1983, Merchants and Migrants in Nineteenth Century Beirut, Londres, Cambridge, Harvard University Press.

21 J.-C. Garcin, 1991, « Le Caire et l’évolution urbaine des pays musulmans à l’époque médiévale », Ai, n° XXV, 289-304.

22 J.-L. Arnaud, 1999, « Topographie sociale et limites. Le Caire à la fin du xixe siècle », Annales de géographie de Lyon, Géocarrefour, n° 73, 203-215.

23 J.-C. Depaule, 1990, « Le Caire : emplois du temps, emplois de l’espace », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 127, 121-133.

24 M. Lussaud et P. Signoles (dir.), 1996, La citadinité en questions, Tours, Urbama ; E. Denis et F. Moriconi (dir.), 1995, « Géographies de l’Égypte », Égypte/Monde arabe, n° 22, 7-155 et n° 23, 7-191 ; J.-L. Arnaud (dir.), 1998, Beyrouth, Grand-Beyrouth, Beyrouth, Cermoc.

25 N. Beyhum et J.-C. David (dir.), 1993, Espaces publics dans les villes arabes, Lyon, Gremmo.

26 Tout d’abord, l’école des Annales a montré l’intérêt de la multiplication et du croisement des sources en histoire urbaine comme en témoigne le numéro de la revue consacré à ces questions paru il y a plus de vingt ans. Ensuite, depuis le livre de M. Halbwachs sur les expropriations et le prix des terrains à Paris, on sait que la ville ne résulte pas seulement de l’addition de ses composantes mais aussi de l’effet de masse et des relations qui les unissent. Elles déterminent des pratiques qui échappent aux explications fonctionnalistes. Enfin, à partir de la thèse de J.-C. Perrot sur Caen et, plus récemment, sur la base des travaux de B. Lepetit, contre l’opinion exprimée depuis plus de trente ans par M. H. Frisch, la ville a été élaborée en objet de recherche à part entière et a acquis une autonomie qui n’est pas remise en cause. M. Halbwachs, 1909, Les expropriations et les prix des terrains à Paris (1860-1900), Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition. M.-H. Frish, 1970, « L’histoire urbaine américaine : réflexions sur les tendances récentes », Aesc, 880-896.

27 R. Ilbert, 1990, Alexandrie espace et société 1830-1930, thèse, Paris, Ehess.

28 J.-C. Perrot, 1975, op. cit. ; J.-P. Bardet, 1983, Rouen aux xviie et xviie siècles, les mutations d’un espace social, Paris, Sedes ; M. Garden, 1970, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres.

29 J.-C. Garcin, 1974, Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale : Qûs, Le Caire, Ifao.

30 Au sujet de ce modèle, M.-C. Robic, 2001, « Walter Chistaller et la théorie des “lieux centraux” : Die zentralen Orte in Süddeutschland (1933) », in B. Lepetit et C. Topalov (dir.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 151-189.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable