Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Public et privé en Islam

 | 
Mohamed Kerrou

II. Espaces publics et espaces privés en Islam

L’espace limitrophe

Pratiques habitantes et représentations territoriales

Mohamed Ghomari

Texte intégral

1La présente contribution s’intéresse aux aspects de la territorialité, des représentations et de la symbolique dont l’espace public limitrophe est porteur. Celui-ci semble être au cœur des rapports conflictuels, d’interpénétration ou d’interférence qui le lient à l’espace public et à l’espace privé. Il est en fait le théâtre d’un ensemble de comportements, d’usages et de marquages qui témoignent d’une volonté délibérée ou contenue afin d’organiser, de tempérer et de hiérarchiser la relation entre une sphère intimement privée et une autre ouvertement publique. Les logiques qui relèvent des registres relatifs à la typomorphologie des espaces considérés, à la manière dont ils sont perçus par les habitants, aux pratiques et activités qu’ils accueillent, et à la gestion dont ils font l’objet, interviennent d’une façon différenciée et variée pour permettre l’expression des phénomènes d’appropriation qui demeurent en fait et avant tout des manifestations particulièrement sociales.

La territorialité entre régulation et appropriation

2L’hypothèse de départ consiste à dire que l’avènement des phénomènes d’appropriation de l’espace limitrophe et les différentes formes qu’ils peuvent prendre relèvent tous d’une même logique d’émergence, qui doit contribuer à instaurer un espace régulateur entre un domaine intimement privé et un autre public. En fait, l’activité de jardinage d’un espace attenant au logement du rez-de-chaussée ou l’obstruction d’une loggia de cuisine pour y déposer quelques objets encombrants ou encore l’interdiction tacite pour un regroupement de jeunes sous une fenêtre cacheraient d’autres aspirations. Celles-ci seraient liées à une volonté de rétablissement, de renforcement ou de déplacement de frontière entre le territoire privé et le domaine public, instaurant ainsi un sentiment d’identification territoriale inhérente à des référents socioculturels. La différence ne s’établit plus entre un espace juridiquement qualifié de privé et de public, mais entre deux territoires identifiés différemment. Dans ce contexte, « le territoire résume bien une sorte d’interaction entre divers ordres, la façon dont un petit espace urbain se distingue du grand par son échelle et son découpage mais aussi par les multiples liens que les habitants établissent avec lui et par le pouvoir qu’ils exercent » (Depaule, 1985 : 111). La notion d’appropriation de l’espace limitrophe variable dans sa définition et sa taille, dans sa permanence, par les groupes ou individus qu’elle concerne, implique une pratique du territoire différenciée. Cependant, si les réponses sont différentes, la volonté de décomposer et de recomposer la limite est toujours un acte omniprésent.

L’espace public limitrophe : concept et définition

3Le concept de l’espace public limitrophe est un concept particulièrement difficile à cerner puisque il regroupe trois éléments qui, s’ils sont pris individuellement, sont déjà fort complexes. Ainsi, l’espace qui reste très incertain rassemble en fait des lieux d’intervention libres et des lieux construits (bâtis et non bâtis). Le public peut signifier, à la fois ou séparément, la propriété publique, le lieu d’intervention publique ou bien encore l’usage public. Le limitrophe fait référence à la notion de limite, de frontière dans laquelle l’espace en question serait circonscrit.

L’espace, du lieu à l’espace anonyme

4Une lecture rapide des éléments du cadre bâti dans les anciens établissements humains nous renseigne que les espaces étaient désignés par les activités qui s’y déroulaient. La construction mentale du lieu prévalait largement lorsqu’on usait d’un qualificatif bien précis. « Le lieu se définissait par le nom qu’il portait. Le lieu est un symbole dans la mesure où il veut instruire en montrant. Le lieu est un espace élu comme exemplaire, parce que considéré comme plein. Ici ont eu lieu des événements qui se sont cristallisés dans un espace pour en faire un lieu ; lequel lieu, à son tour, devient emblématique pour l’espace environnant. Il l’organise et le pérennise. Il le soustrait à l’étendue anonyme pour en faire un territoire (re)connu » (Moussaoui, 1997 : 10). La ville médiévale a gardé en quelque sorte cette volonté à caractériser les lieux. Les rues ont longtemps gardé le nom des corporations qu’elles accueillaient jadis. Progressivement, ces qualificatifs ont relativement été abandonnés pour laisser la place au seul qualificatif qui est l’espace. Ce sont les espaces non construits qui ont le plus souffert de la disparition de la notion de lieu. Si le lieu suscite en lui-même une activité, l’espace est le vide qui demande à être occupé. L’espace dans la ville fonctionnaliste est devenu universel, toute société devait s’y adapter. C’est au cours de l’avènement du mouvement moderne que la notion de lieu a été progressivement remplacée par celle de l’espace. Monofonctionnels, les espaces subissaient les aléas d’un découpage en zones fonctionnelles (habiter, travailler, se recréer, circuler). À la vue de la variété des espaces nouvellement générés par les différents mouvements d’architecture et d’urbanisme, les espaces produits, qu’ils soient construits ou non, seront qualifiés d’extérieurs et d’intérieurs, de privés et de publics, de transitionnels, etc.

La limite, variabilité dans la définition, la perception et la représentation

5Elle se caractérise à la fois par la variabilité de la définition, de la perception et de la représentation. La pratique de l’espace à travers l’histoire urbaine et architecturale des établissements humains nous apprend que le fait de définir les espaces ouverts au public permet d’instaurer et de mettre en place des limites entre des espaces qualifiés différemment. La ville grecque était conçue selon le principe de la polarité espace fixe et espace étendu, qui fait référence à la polarité espace privé et espace public. En effet l’agora, espace étendu, s’opposait aux maisons privées considérées comme espace fixe. Pour la ville romaine, le forum était lui aussi considéré comme centralité qui s’attachait à un espace libre. Exprimé par le croisement des deux rues principales de la cité, le forum était le centre de la cité. Lieu d’activité et d’usage multiple, il reçoit de ce fait des édifices de plus en plus nombreux qui lui ôtent à la fin ce caractère de lieu libre et ouvert. On y voit ainsi s’ériger des temples, des autels, des cours de justice. La notion d’espace public à l’intérieur de la cité romaine change de signification : d’un espace libre sans limite, il devient le support d’activités diverses qui définissent les limites des espaces nouvellement conçus.

6Cette dialectique entre deux espaces confie à la limite deux rôles de dépendance, celui de la séparation et/ou de la liaison. Ainsi, nous assistons à des mécanismes de différenciation ou de continuité entre deux espaces qui aménagent, selon l’effet recherché, soit des espaces frontières soit des espaces de transition, ou bien encore des passages contrôlés. Dans son organisation spatiale, la cité ancienne était fortifiée contre les éventuels envahisseurs par des dispositions de protection et de contrôle de l’espace intérieur. La muraille, ultime frontière avec le monde extérieur, exprimait l’aspect sécuritaire qu’elle devait remplir. La disparition progressive des structures anciennes contenues dans la cité fortifiée d’une part et le changement de l’unité vitale qui dorénavant est représentée par l’unité d’habitation d’autre part, ont conduit au déplacement de la frontière matérielle vers l’espace strictement privé. Ce changement dans l’appréhension de la frontière entre l’espace privé et l’espace public devait s’accompagner de dispositions physiques entièrement nouvelles afin de permettre l’articulation et de préserver l’intimité. S’agissant de la ville médiévale, l’espace public s’est développé autour du parvis des églises et du marché. Ainsi, la place de la cathédrale et la place du marché représentaient le double caractère de la cité médiévale. La rue, figure d’un autre type d’espace public, était considérée comme un prolongement d’un domicile souvent exigu et composé d’une pièce unique et polyvalente. Les abords immédiats au logement devenaient ainsi des lieux d’activité domestique quotidienne des habitants. En contrepartie, le logement (exception faite pour les demeures des riches) recevait des activités de production qui assuraient aux familles des rentrées d’argent. Sur le plan de la sociabilité publique, l’usage de la maison comme espace de travail renforce cet envahissement du dedans par le dehors (Korosec-Serfaty, 1991 : 44).

7Si, actuellement, l’unité de base de l’espace privé est formée par le logement, il n’en était pas de même jusqu’au xviie siècle (Pellegrino, Lambart & Jacot, 1991 : 11). L’espace habité de la période médiévale était marqué par une polyvalence des activités et une absence d’intimité. La maison des couches populaires, ou la grande maison, n’était formée que d’une seule pièce. La spécialisation des espaces était inexistante. Les fonctions privées se mêlaient à des tâches professionnelles qui garantissaient des apports financiers à la famille. Inversement, l’espace public extérieur faisait office de support aux pratiques domestiques journalières.

8Au cours du xviie du siècle, l’ordre médiéval, considéré comme désuet, laisse la place à un ordre nouveau. Sur le plan urbanistique, une vision rationnelle de la ville sera au cœur des nouvelles extensions urbaines. C’est l’apparition du tracé baroque qui relègue la représentation symbolique des espaces publics au second degré. Ces derniers seront conçus et constitués sur la base d’une pensée hygiéniste. Ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle que la rupture entre la vie mondaine et la vie professionnelle apparaîtra dans les nouvelles conceptions des maisons. L’unique grande pièce laissera la place à une spécialisation des espaces intérieurs du logement. Le lieu de travail jadis confondu avec le lieu d’habitation occupera son propre espace. Les activités de vente et de production seront rigoureusement dissociées du logement. « La séparation de la vie mondaine de la vie professionnelle et de la vie privée aboutit à un rejet de la vie professionnelle hors du logement et à la territorialisation de chacune des activités à l’intérieur du logement lui-même » (Rémy & Voyé, 1991 : 103) lui procurant ainsi des espaces intérieurs différenciés sur le plan de l’intimité. L’instauration d’une frontière de plus en plus rigide entre les espaces publics et privés et les rapports qu’ils doivent entretenir entre eux sont désormais au cœur de toutes les réflexions sur la ville européenne de cette période. Désormais, la maison espace identifié s’oppose à la rue considérée comme espace anonyme.

9L’urbanisme contemporain, avec l’avènement de la Charte d’Athènes, constitue quant à lui une étape nouvelle dans l’appréhension de l’espace extérieur. La fonction habiter est dorénavant prolongée au-dehors par divers espaces qui accueillent des fonctions de délassement, de promenade et de rencontre des habitants. L’espace libre répond à deux fonctions fondamentales à l’intérieur de la cité : espace de récréation et espace de circulation. Ainsi, le choix résolu pour un urbanisme de zoning s’est imposé contre la promiscuité des rues, pour lui substituer de nouvelles zones d’habitat où l’espace public s’efface lentement et où le logement se voit frappé de nouvelles normes sociales d’intimité, d’hygiène et de repli sur soi. Dans ces nouveaux ensembles de logement, la confrontation de l’espace privé à l’espace public se manifeste par l’absence d’espace de transition entre les deux sphères. La disparition de ces dispositions spatiales suggère des variations d’interprétation, de perception et d’identification de l’espace public pour chaque utilisateur. Un certain nombre de dispositifs architecturaux (vestibules, cours intérieures, entrées d’immeubles, jardins, etc.) qui avait pour rôle de tempérer l’opposition entre le dedans et le dehors, disparaissait pour céder cette vocation à d’autres types de systèmes (fenêtres, balcons, terrasses, rebords, etc.) qui n’en possédaient pas les qualificatifs.

10Désormais, c’est la façade, avec ses fenêtres, ses loggias, ses coursives, qui est le seul prolongement du logement vers l’extérieur. Les concepteurs ont souvent relégué au second plan l’aspect des espaces graduels afin de se consacrer à des notions purement esthétiques pour enfin produire un gabarit aux allures lisses qui tranche brutalement avec l’espace intérieur du logement. Face à cet état de fait, « on ne peut que déplorer le manque d’attention accordé par les architectes à ces interfaces dans la conception des immeubles modernes. Obnubilés par la performance technique que représente un mur de faible épaisseur, ou séduits par la rigueur formelle d’une façade lisse avec des fenêtres aux nues extérieures, ils suppriment ces espaces de rencontre entre le dedans et le dehors, ou réduisant les zones de contacts à des limites tranchantes » (Bonetti, 1994 : 208).

11Les différents dispositifs de filtrage social qui prévalaient dans les conceptions antérieures à la période moderne, et qui se constituaient d’un ensemble d’espaces de transition et de médiation entre l’intérieur et l’extérieur tels que les vestibules, le porche, la cour intérieure, etc. disparaissaient pour laisser aux seules ouvertures de l’espace privé (portes, fenêtres, balcons) ce rôle de régulation sociale. N’étant considérés que comme des compléments d’un système complexe fonctionnant selon « la dialectique de séparation/mise en relation du dedans et du dehors » (Bonetti, 1994 : 198), ces éléments deviennent l’unique opérateur des échanges sociaux.

12Cette configuration est plus accentuée dans les habitations de type collectif où les loggias, les fenêtres ou les balcons sont dorénavant les seules possibilités d’ouverture sur l’espace extérieur. De ce fait, nous conviendrons que ce nouvel urbanisme qui a largement participé au développement de l’individualisme et à l’atomisation sociale, a fait éclater les mécanismes d’interpénétration du privé et du public qui prédominaient dans la ville traditionnelle. Nous assistons, à travers cette période, à une volonté de confiner et d’envelopper une série d’espaces publics qui, précédemment, faisaient partie intégrante de la structure urbaine de la ville ancienne. Sans vouloir verser dans la nostalgie, nous estimons que le changement des fonctions de l’espace public d’un lieu de rencontre, d’échange et de développement des relations sociales, à un espace support de valeurs essentiellement d’ordre économique, a contribué progressivement à évacuer les valeurs intrinsèques contenues dans l’espace public traditionnel, à savoir qu’il était principalement un endroit de régulation des relations sociales. Ainsi, le comportement de consommation l’emporte sur celui d’une volonté à vouloir tisser dans ces lieux des relations purement sociales. Devant le repli des fonctions privées dans l’espace familial (logement) frappé par le syndrome du cocooning (Bernard, 1993 : 370) chez-soi, et devant le confinement des grands espaces publics spécialisés (supermarchés, galeries marchandes, salles de spectacles, etc.), les grands espaces extérieurs que nous retrouvons dans les projets d’habitat collectifs deviennent de plus en plus anonymes. Un semblant d’aménagement de places, de squares ou d’espaces verts, dans un espoir de rendre aux quartiers une vie urbaine, s’estompe face à la non-identification des habitants par rapport à ces espaces extérieurs qu’ils ne peuvent s’approprier. De la sorte, « la petite placette réalisée au centre de la cité n’a jamais servi de lieu de rencontre. Elle est restée un lieu de passage sans aucune animation » (Lévy & Segaud, 1983 : 98). Dans ces ensembles urbains modernes, il apparaît que ce n’est pas l’habitation qui commande l’espace extérieur, mais c’est en fait le contraire qui se produit. Dans un souci de vouloir délimiter, quadriller, et découper l’espace pour le contenir, le circonscrire et le dénommer, l’espace public est devenu anonyme par opposition à l’espace privé identifié comme lieu de refuge de la personne. Dans cette configuration de l’espace urbain, il apparaît que le seul moyen d’accéder à un lieu, c’est de franchir physiquement cette limite ou cette barrière qui n’est pas nécessairement matérialisée.

13La notion de limite s’accompagne toujours d’une autre notion relative à son mode de franchissement, sachant qu’en fait « aucune limite territoriale n’échappe à la question du franchissement, aucun territoire ne peut se clore entièrement. Toute limite, aussi puissante soit-elle, peut céder, et toute limite doit ménager, réserver un lieu pour son franchissement » (Lévy & Segaud, 1983 : 29). Ainsi, la vision, l’ouïe ou l’odorat sont autant d’outils et de sens permettant le franchissement de la limite sans qu’elle soit pour autant effective (Korosec-Serfaty, 1991 : 51). Interpréter la limite sous la dimension uniquement spatiale révèle donc des incompréhensions lorsqu’il s’agit de faire intervenir d’autres dimensions relatives à son franchissement. L’autre aspect rentrant dans la définition de la notion de limite, c’est celui qui considère que les acquis socio-culturels sont autant de facteurs déterminants dans la construction, la perception et la pratique de la limite qui se cristallise dans des systèmes de territorialisation. À ce propos, E. Hall (1971) note que la constitution territoriale d’un individu intègre les différents sens de l’être humain comme support de la communication et comme composante de son identité.

14La limite, selon les acquis culturels et identitaires des sociétés concernées, ne peut être définie d’une façon univoque. « L’homme n’est jamais sûr de ses propres limites, un certain flou l’entoure, la barrière entre le moi et le non-moi reste fragile, poreuse, toujours à redéfinir et consolider » (Bonetti, 1994 : 211). Cette variation dans la définition de la limite, qui n’est pas nécessairement matérielle, est notable non seulement entre deux groupes sociaux différents mais aussi au sein d’une même entité sociale. En effet, selon des critères temporels ou d’usage quotidien, la limite entre l’espace privé et l’espace public est continuellement redéfinie. Cette redéfinition est toujours accompagnée, d’une manière explicite ou sous-entendue, de la notion d’interdiction ou de contrôle sélectif à son franchissement. Depaule (1985) note que les dispositions spatiales (ses dimensions, ses formes, ses articulations, la succession de ses gabarits et les changements de direction) ne sont pas les seuls éléments rentrant dans la perception de l’espace mais que la notion de territoire implique une dimension d’appartenance et d’identification qui s’exprime à travers le pouvoir qu’ont les habitants sur ces espaces, en les soumettant à des détournements d’usage et de sens. Dans les cités à caractère urbain traditionnel, la hiérarchisation à laquelle sont soumis les espaces à travers un circuit commençant de l’artère principale et aboutissant en cul-de-sac, en passant par la rue, la ruelle, les rétrécissements, les ramifications, la rareté des commerces et des ateliers, expriment des paliers de passage qui définissent des limites variables selon le statut social des individus empruntant ces espaces. Nous sommes donc en présence de niveaux de frontières qui combinent des conditions matérielles relatives au cadre bâti et des comportements et usages sociaux. Ainsi, la notion de limite véhiculée par le souci d’une séparation du privé et du public fait appel, à chaque période de l’histoire des hommes, à l’ensemble de valeurs (sociales, culturelles, symboliques) qui définissent des règles de conduites révélatrices de la nature du lien social (Billiard, 1986 : 87).

Public : un qualificatif ambigu et porteur d’amalgame

15À priori, tout espace existant en dehors de la sphère privée, et accueillant des usages publics, est qualifié d’espace public. Cette généralisation qualitative des espaces publics implique l’absence de distinction entre eux. Ainsi dans le cadre de la conception des espaces urbains, le principe admis est celui qui suppose qu’un « espace est public quand tout un chacun peut y être physiquement présent et y circuler librement. A contrario, il serait privé quand son accès est contrôlé et réservé à une certaine population » (Billiard, 1986 : 7). Cependant, avec cette définition, aucune distinction qualitative n’est signalée entre des espaces qui sont certes publics mais qui spécifiquement demeurent néanmoins différents. En effet, cette approche considère que de la rue à la place publique en passant par les équipements publics, les jardins, les squares et autres, nous sommes en présence d’un même type d’espace “public”. Cette absence de nuance à établir entre les différents types d’espaces publics qui prétendent à ce qualificatif est porteuse d’amalgame, sujette à de multiples interprétations. Il a été signalé qu’une généralisation de l’espace public sous le même qualificatif n’est pas admise. La réalité est tout autre, car quel que soit l’espace public considéré et qui existe au-delà de cette limite physique constituée par les parois des habitations, il est astreint à différents ordres cohérents qui définissent des plates-formes de passage hiérarchisé entre les grands espaces publics et les espaces immédiats aux logements. Ce phénomène de progression graduelle d’un espace vers un autre répond au principe du passage (Bouchanine, 1994 : 186) de l’inconnu au connu, d’un mixage social assez général à un mixage relatif, d’une polyvalence élargie à une polyvalence restreinte et relativement codifiée. Sous le vocable d’espace public, nous sommes en présence d’une « gradation d’espaces publics, communautaires, privés-communautaires, espaces intermédiaires soumis à des tendances plus ou moins appropriatives et dont le degré de flexibilité ou de rigidité dépend de la conception, de la composition sociale des groupes usagers, mais aussi de l’articulation avec d’autres espaces » (Billiard, 1986 : 89). Les espaces publics sont donc porteurs de spécificités définies par des paliers de passage, qui les rendent totalement différents bien que portant le même qualificatif. La place, la rue, et l’entrée d’un logement qui sont des espaces publics parce que situés en dehors du cadre bâti, illustrent parfaitement l’ambiguïté qui peut naître de la volonté de généraliser les espaces publics comme étant l’ensemble des espaces ouverts à l’usage public. Il est à noter que, dans cette définition, c’est la domanialité publique qui garantit à tous les individus la satisfaction d’un usage public par des aménagements spécifiques. Cependant, il n’est pas rare que devant l’absence d’affectation publique, l’espace devienne le support d’un usage privé et que même face à une volonté d’aménagement spatial, l’espace public s’en trouve détourné au profit d’un autre type d’usage ou alors parfois même abandonné. « On comprendrait mal (...) pourquoi la petite placette réalisée au centre de la cité n’a jamais servi de lieu de rencontre » (Lévy & Segaud, 1983 : 98).

16L’interprétation juridique de l’espace public en termes d’usage ne suffit pas à définir la domanialité publique ; elle demeure insuffisante pour expliquer les appropriations et les dispositions spatiales dont les espaces publics font l’objet. En effet, souvent aux abords des logements, « on érige des dispositifs pour protéger l’espace privé des étrangers, ensuite à éloigner ceux qui n’appartiennent pas au voisinage de l’espace qu’on partage avec ce dernier » (Bouchanine, 1991 : 138).

17Toutes ces manœuvres se déroulent dans une sphère publique qui côtoie et se frotte à une sphère privée et qui initialement devait accueillir des usages publics. Billiard (1986) note que le schéma idéal d’un espace public est celui de n’avoir aucune fonction particulière, d’être accessible au plus grand nombre de rôles et de conduites possibles. Cependant, cette qualité est très souvent remise en cause par des pratiques d’appropriation tendant à le clore et à le privatiser. Certains édifices désignés comme publics renferment en eux des espaces qui sont supposés être publics, mais leur accessibilité est strictement réservée à une certaine catégorie de population qui pratique ces espaces qu’il est plus judicieux de qualifier de collectifs. Cette nuance peut être retrouvée dans les espaces communs de l’habitat vertical. Le vestibule d’entrée, la cage d’escalier et les espaces annexes sont autant d’espaces qui ne sont ni du domaine privé ni du domaine public, mais dont la jouissance est réservée à l’ensemble des locataires dans un cadre réglementaire. Ceci dit, il n’est pas rare de constater des dispositifs suggérant, d’une manière ou d’une autre, des appropriations d’espace de palier intermédiaire ou de détournement de fonction de locaux supposés être collectifs (vide-ordure non utilisé). Il est donc évident que même les espaces qualifiés de collectifs n’échappent pas à ce phénomène d’appropriation, bien que l’habitat de type vertical ne se prête pas essentiellement à ce type de pratique. Comme le soulignait M-A. Louisy (1988), le terme d’espace public est un terme au statut ambigu pour de multiples raisons. Tout d’abord, par sa nouveauté. Il n’est devenu d’un usage courant dans les pays développés que depuis une quinzaine d’années et cela dans les domaines professionnels et scientifiques bien définis tels que la sociologie, l’histoire et l’urbanisme. Auparavant, les espaces publics étaient désignés par leurs fonctions et les équipements qu’ils renferment. On évoquait la rue piétonne, la gare, la place de la mairie, le marché, etc. L’on exprimait ainsi l’espace public par des lieux ou des projets particuliers. Par son rapprochement, sur le plan terminologique, avec d’autres vocables – puisque une fois intégré dans le langage courant, le terme d’espace public se retrouve très voisin d’autres termes plus spécifiques et relatifs à des domaines différents tels que voie publique, domaine public, lieux publics et qui relèvent beaucoup plus de la réglementation et de l’ordre public –, espace libres et espaces collectifs se référent ainsi à des notions urbanistiques, place publique scène et voie publique, jardin public, qui font appel à une mémoire linguistique. C’est par le désir plus ou moins explicite de vouloir retrouver les qualités urbaines de la ville ancienne qu’on lui emprunte les qualificatifs des espaces qui la composaient tels que le forum (dans la ville grecque), la place du marché dans la ville médiévale, la rue marchande de la ville islamique. De là surgissent encore d’autres conflits qui posent des interrogations d’ordre culturel et social.

Essai de définition

18L’espace limitrophe dans sa configuration et sa position spatiale prend diverses formes. Se présentant tantôt comme un espace de transition, tantôt comme un prolongement du domicile familial, tantôt comme un espace qui se soustrait à la sphère publique, l’espace limitrophe est multiple. Définir l’espace public limitrophe n’est donc pas une tentative aisée à la lumière de ce qui a précédé, mais nous pouvons noter que c’est une variété de lieux, construits ou non, qui présente des caractères de proximité non exclusivement spatiale qui sont le support d’une identification sociale. Cette multitude d’espaces échappe donc à une conception strictement publique et que nous qualifierons d’espaces publics limitrophes. Publics, par leurs statuts d’appartenance au domaine public, ils sont conçus selon le droit public pour accueillir des usages publics. Limitrophes, car ils sont sur une frange qui chevauche deux types d’espaces. Si, sur le plan juridique, cette notion de limite paraît évidente puisqu’elle s’appuie sur un déterminisme physique, elle l’est moins lorsqu’il s’agit de phénomène de privatisation et d’appropriation des espaces censés être ouverts à des usages et des pratiques publiques. La lecture de l’histoire humaine nous renseigne sur le fait que pendant très longtemps, l’acte de bâtir engendrait inéluctablement une définition territoriale de l’espace occupé qui le distinguait du reste de l’univers. La détermination de la limite implique d’une part, la reconnaissance existentielle d’un monde extérieur et d’autre part, son contrôle par une personne ou un groupe d’individus. En fait, la définition des espaces publics limitrophes s’appuiera sur trois dimensions : la dimension urbaine, puisque ce sont en réalité des espaces publics censés être une composante fondamentale de la ville et de son tissu urbain, la dimension sociale et culturelle car ils sont les support d’une identification sociospatiale, la dimension politique, puisqu’ils témoignent de l’efficacité des services publics à contrôler et à gérer les espaces urbains. Il va de soi qu’aucune de ses interprétations ne peut se suffire à elle-même et qu’il est difficile d’en privilégier une en particulier. Elles sont étroitement interdépendantes et elles gardent une part d’autonomie qui interdit de les réduire les unes par rapport aux autres.

Logiques et représentations

19Au vu des nombreux programmes d’habitat réalisés ces dernières années en Algérie, il apparaît que ce sont les notions purement spatiale et juridique qui ont sous-tendu les différents projets de logements collectifs, où l’ensemble des aspects relatifs à la conception, la perception et l’usage de l’espace public a été relégué au second degré. La non-prise en compte de ces espaces lors de la conception et de la projection des formes bâties a souvent suscité des interrogations puis des interprétations de la part des destinataires. Cette vision réductrice de l’espace et de sa production perdure dans son envergure à travers la réalisation d’importants programmes d’habitat situés essentiellement à la périphérie des villes.

L’espace public limitrophe dans l’habitat semi-collectif en Algérie, un support privilégié des pratiques habitantes

20Si le mouvement fonctionnaliste qui a dominé l’architecture et l’urbanisme du xxe siècle a déterminé la destination des espaces extérieurs qu’il a produits, il n’en demeure pas moins qu’en Algérie, ces espaces se sont retrouvés détournés et investis par d’autres fonctions et usages. Dans ce contexte, l’espace public immédiat au logement, appelé espace limitrophe, intermédiaire ou bien encore de transition, est un exemple qui illustre parfaitement la complexité du phénomène. En effet et paradoxalement, si le statut juridique de ces espaces est clair par le fait qu’ils appartiennent à la collectivité publique, ils deviennent plus sélectifs dans leurs usages et dans leurs accès. Par conséquent, le caractère public tend à perdre toute sa signification face à cette situation. Depuis plus d’une décennie, les recherches sociales ont montré que, pour les habitants, il n’existe pas de rupture stricte entre les espaces intérieurs et extérieurs du logement : au contraire, l’analyse des représentations a abouti à la mise en évidence d’une réciprocité du privé et du public et de l’appréhension de l’habitat comme totalité.

21En vue d’illustrer ces phénomènes d’appropriation, la cité Hay El Fadjr (Point du Jour) a été choisie comme cas d’étude. Programmée bien avant le lancement des opérations de logement de type ZHUN (1975), le quartier est constitué de 250 logements dont 100 logements sont construits sous une forme de bloc formé de rez-de-chaussée avec un étage. Le reste est composé de bâtiments de trois à quatre niveaux. Les logements destinés aux fonctionnaires (wilaya, entreprise étatique, sûreté nationale, etc.) étaient tous sous le régime locatif. Situé dans la première périphérie urbaine post-coloniale, le cas d’étude fait partie d’un site qui bénéficie d’un niveau d’équipement acceptable et d’une desserte aisée en matière de transport et d’infrastructure urbaine. Cette position dans la structure urbaine de la ville lui confère une position péricentrale.

L’appropriation, une logique construite

22Le phénomène d’appropriation obéit à une logique construite et progressive qui s’exprime à deux niveaux : celui du temps, par le fait qu’aucune appropriation ne se fait dans un laps de temps très court ; celui de la matérialisation, qui utilise des moyens de marquage graduellement différenciés. L’étalement de la procédure d’appropriation dans le temps s’accompagne ainsi d’une concrétisation de plus en plus forte de la limite que l’étranger se doit de respecter dorénavant. Des étapes distinctes sont à noter.

231ère étape : elle consiste en un test d’approbation ou de désapprobation et se caractérise par l’édification d’une limite physique qui marque et contrôle l’espace public supposé être ouvert pour tous. Cette matérialisation, qui se fait en plusieurs phases, passe au début par un test qui doit lui garantir sa pérennité ou son rejet. Rejet qui peut venir soit du voisinage, soit de l’autorité publique. À ce sujet, une personne questionnée sur la genèse de cette pratique disait : « C’est en fait moi qui ai commencé le premier à mettre le grillage autour de cet espace. Des agents des services de l’APC (Assemblée populaire communale) sont venus justement pour m’interdire de procéder à cet aménagement que vous voyez. Je leur ai dit que c’est uniquement du grillage que j’ai installé, je n’ai pas construit et rien n’est en dur, vous voulez l’enlever, faites-le ». Un autre habitant mentionnant le conflit qui l’opposait à sa voisine, notera : « L’appropriation n’a pas eu lieu pour des raisons de mésentente avec la voisine qui habite au-dessus ; elle ne voulait pas clôturer cet espace qui devait rester ouvert. Nous en profitions collectivement. »

242ème étape : une fois l’action admise mais non d’une manière définitive, la limite qui n’était au départ qu’un simple grillage prend des allures de clôture avec des murs en maçonnerie, de la ferronnerie et des parements en faïences. « J’aurais aimé mettre à la place du grillage un mur d’un demi mètre de hauteur et mettre dessus un joli barreaudage, que ça soit plus joli, après j’ai dû renoncer. » Un autre dira « Ce que vous voyez ici n’est que du provisoire, car l’étape suivante consistera à monter un mur en dur bien plus beau que ce grillage inesthétique, avec un beau portail. »

253ème étape : elle est restée jusqu’à présent sous forme de souhait et de tentatives avortées. Il s’agit de la légalisation d’appropriation en termes juridiques. Les intéressés se renseignent auprès des services concernés de la possibilité d’intégrer les surfaces appropriées dans leurs actes de propriété. Ainsi, la nécessité d’une identification physique de l’espace approprié reste un outil primordial dans la manière de percevoir l’espace limitrophe. Dans ces conditions, l’espace public limitrophe n’a pas échappé aux incidences générées par cette conception et cette vision de la limite de l’espace privé avec l’espace public. Considérée comme non conforme aux besoins des habitants, elle a été redéfinie spatialement et matérialisée par les habitants eux-mêmes.

Le non-marquage ou l’autre mode d’appropriation

26Depaule (1985) relève que les dispositions spatiales (ses dimensions, ses formes, ses articulations, la succession de ses gabarits et les changements de direction) ne sont pas les seuls éléments rentrant dans la perception de l’espace mais que la notion de territoire implique une dimension d’appartenance et d’identification qui s’exprime à travers le pouvoir qu’ont les habitants sur ces espaces, en les soumettant à des détournements d’usage et de sens selon leurs référents culturels et religieux. Il s’avère ainsi que la définition d’un caractère purement physique doit également intégrer la notion d’appropriation, d’usage, d’identification et de contrôle de tout espace extérieur (collectif ou public) qui, d’une manière occasionnelle ou permanente, sera requalifié pour être le support de fonctions domestiques ou le prolongement de l’activité privée. Autrement dit, l’espace devra à la fois ou séparément être plus sélectif dans son accès, recevoir des pratiques privées et accueillir des dispositifs d’aménagement pour en matérialiser les limites. Face à l’anonymat des grands espaces publics, il est devenu le support d’une identification territoriale. Ces formes d’appropriation seraient aux antipodes d’une autre forme d’expression spatiale caractérisée par la non-appropriation physique de l’espace limitrophe. Cette démarche ne traduit pas systématiquement une absence d’intérêt pour cet espace. Au contraire, en dehors de tout marquage, ces espaces ne sont vides ni de signification ni de tension, comme nous pouvons être tentés de le croire. En effet, une simple tentative d’investissement par quelques gamins, en quête d’espaces de jeux, provoque les habitants qui font valoir leur autorité sur l’espace en question. Il n’est pas rare de trouver des espaces qui ne portent aucun marquage mais dont la jouissance est sélective. Ainsi, les interventions physiques sur l’espace laissent la place à un ensemble symbolique de langage tacite codifié et reconnu, mais qui peut être à tout moment fragilisé et remis en cause à la suite de conflits de voisinage. Le terme d’appropriation de l’espace est souvent associé dans nos esprits à une logique d’action par l’intermédiaire d’actes physiquement matérialisables. Même si ces cas de figure demeurent les plus fréquents, il n’en reste pas moins que d’autres configurations d’acte d’appropriation sont à signaler. Il en est ainsi de la volonté de marquer physiquement l’espace ; elle reste souhaitable mais non effective. Des raisons financières, de conflit avec le voisinage ou de faisabilité empêchent tout type d’intervention sur l’espace en question : « Je voudrais bien exploiter cet espace en le clôturant avec un grillage et en y mettant un portail pour l’accès ». Prétextant le bruit fait par quelques jeune sous sa fenêtre, le propriétaire de la maison interdit tout type d’attroupements à côté de sa maison : « Le soir quand il fait chaud cela nous dérange énormément car pour permettre à un peu de fraîcheur de rentrer à l’intérieur de la maison nous fermons uniquement les volets des fenêtres. » Faire valoir sa mainmise sur l’espace par des systèmes de marquage autres qu’une délimitation physiquement repérable, exprime une recherche d’adaptation du mode d’appropriation au contexte social de chaque habitant. Ces situations, loin d’être rares, se distinguent par le fait que le contrôle physique de l’espace passe le relais à un autre type de contrôle qui devient visuel ou/et verbal. Souvent, c’est le cas des espaces relativement éloignés des accès directs des maisons ou bien encore ceux situés dans les parties arrières.

27La proximité spatiale suggère une matérialisation physiquement présente alors que, dans une proximité visuelle, le maintien des distances passe par une surveillance des espaces appropriés par des manifestations visuelles et/ou verbales. Une habitante, pour des raisons de tranquillité, notait : « L’après-midi, c’est surtout les enfants qui jouent au ballon de l’autre côté de la maison, là où il y a ma chambre, cela dérange ma sieste. Souvent je me suis manifestée pour leur interdire de jouer sous ma fenêtre, mais à chaque fois, ils reviennent. »

28D’autres formes de matérialisation de l’espace limitrophe, pour des raisons de manque de financement, sont toujours en « construction » : « Actuellement j’ai un problème financier, j’ai seulement mis des barreaux, avec un rideau en tissu. Ma porte d’entrée et mes fenêtres donnent directement sur l’extérieur. Cet espace est utilisé pour mettre quelques bricoles, ma femme s’en sert aussi pour étendre son linge. » Nous constatons que la non-appropriation spatiale de l’espace limitrophe peut dissimuler une pratique appropriative qui est en phase de concrétisation latente. À ce moment-là, il ne s’agit plus de frontières matérielles mais d’un ensemble de symboles qui suggèrent et délimitent l’espace limitrophe. La limite physique reste inopérante lorsqu’il s’agit de définir un espace limitrophe sans marquage, mais qui contient tous les éléments d’identification territoriale qui le soumettent à des pratiques sélectives.

29D’autres configurations, qui échappent à celles que nous avons présentées, se dispensent carrément du facteur de proximité de l’espace en question, remettant ainsi en cause l’ensemble des agents d’identification purement spatiale. Nous assistons, par exemple, à des appropriations de l’espace au niveau du rez-de-chaussée par un habitant du premier étage. La proximité spatiale passe le relais à la proximité visuelle.

L’appropriation des espaces limitrophes, un acte collectif

30C’est une situation qui, contrairement à l’appropriation individualisée, suit une démarche réglementaire, à savoir qu’une demande préalable est déposée auprès des services concernés (APC) pour délimiter le terrain et entreprendre les travaux de construction. Si l’initiative est collective, l’entreprise est individuelle. Une personne parmi les intéressés s’occupe des démarches et du suivi de l’opération. L’espace approprié collectivement accueille généralement des affectations définitives telles que les parkings pour les voitures. Des aménagements légers sont entrepris à l’intérieur de l’espace. Il est intéressant de noter que, dans ces cas-là, se cache une forme d’autocensure en matière d’emprise personnalisée sur l’espace approprié. Toute décision est soumise à l’approbation du voisin avec lequel on partage l’espace. Ainsi, un des utilisateurs disait : « Au départ, il y avait un petit muret avec un simple grillage pas très haut. On pouvait passer à travers. Une fois, il m’ont volé. Après, nous avons décidé de monter un mur en dur avec une hauteur importante et c’est moi qui me suis occupé de son exécution ; cela nous a coûté 80 000 Dinars Algériens. »

L’espace public limitrophe, extérieur, construit et annexé au logement

31Cette configuration des phénomènes d’appropriation est très courante dans le cas étudié, ainsi qu’à travers un grand nombre de logements de type collectif. L’exiguïté du logement n’est pas la seule explication du débordement de l’espace privé sur l’espace public. D’autres considérations, comme celles qui sont liées à la trajectoire résidentielle, imposent une certaine aisance spatiale à l’intérieur du logement. C’est ainsi qu’un habitant qui occupait un logement dans un quartier résidentiel de type villa à Oran, à dû aménager une entrée d’un genre particulier avec interphone et chien de garde : « Quand j’ai acheté le logement, j’ai tout cassé ; il y avait un genre de bac à fleur en parpaing, je déteste le parpaing. Après, j’ai construit un mur en brique et faïence et j’ai mis une belle porte avec un interphone. Cet endroit sert de passage, de transition, même la porte d’entrée au logement, n’est plus dans l’axe de la porte principale. De la sorte, je peux ouvrir les deux portes sans déranger l’intimité. »

32Il en ressort un fort sentiment de besoin d’intimité. Au-delà de ces transformations de l’espace privé, l’espace extérieur fait l’objet de marquage permanent ou occasionnel. Les travaux de dallage aux abords de l’entrée en carrelage et en ciment un peu plus loin, renseigne sur les niveaux de frontières différenciées et identifiables qui assurent une forme de distanciation au-delà de la façade du logement. Cet espace accueillera durant d’autres moments de la journée la voiture du propriétaire de la maison renforçant et confirmant les dispositions de mise à distance et de limites symboliquement construites par le traitement de l’espace et son utilisation. Des systèmes d’identification sont érigés pour permettre la reconnaissance des espaces utilisés à proximité des maisons.

L’appropriation, un indicateur des relations et de l’appartenance sociales

33Prétextant l’absence de gestion des espaces publics, les habitants ont pu développer, à travers les relations de voisinage qu’ils entretiennent, des stratégies collectives dans le domaine de l’appropriation. Dans ce contexte, l’interviewé précisait : « C’est en fait un voisin qui a suggéré l’idée de s’approprier cet espace. Alors, ils ont fait les démarches administratives pour avoir l’autorisation des travaux de clôture. L’autorisation comportait les noms des trois locataires qui devaient bénéficier de l’espace pour y garer leurs voitures. »

34Il demeure aussi, à travers les propos d’un ensemble d’interviewés, que l’appropriation collective est un signe de réussite et d’intégration sociale. Parlant des personnes qui ne se sont pas appropriées les espaces limitrophes similaires aux leurs, un enquêté dira que « d’autres personnes ne possèdent pas les moyens financiers pour entreprendre une telle action. Ils disent qu’ils ne veulent pas se casser la tête avec cela. Ce sont des gens qui ne sont pas ambitieux, ils travaillent, ils sont retirés de la collectivité, ils n’ont pas le contact avec l’administration ». Nous remarquons que l’image véhiculée par la pratique de l’appropriation de l’espace public limitrophe n’est pas vide de signes révélateurs d’appartenance à une couche sociale : « Il y a d’autres personnes qui s’en moquent éperdument, ils n’ont pas fait de démarches, ils ne sont pas du tout intéressés, ils sont préoccupés par d’autres problèmes. La vérité, ce sont des gens qui ne se sont pas intégrés dans un groupe social, ça compte beaucoup, car vous voyez, s’il y a une appropriation collective, vous êtes sûr que parmi le groupe de personnes concernées, il y a un meneur qui a des relations et des connaissances à des niveaux décisionnels différents qui lui facilitent l’octroi de l’autorisation (Wilaya, APC, service d’urbanisme etc.). »

35Par contre, d’autres interviewés perçoivent cette pratique d’appropriation comme une forme d’exclusion et de mépris. Ce sentiment s’expliquerait par le fait que certains habitants ayant un rang élevé dans la hiérarchie sociale se sont appropriés individuellement des espaces censés être collectifs : « D’autres voisins qui soit sont égoïstes soit se prennent pour des malins ont fait les démarches administratives d’une manière individuelle et ils ont pris tout l’espace pour eux seuls, comme il y a un cas tout près d’ici, cela lui a permis d’agrandir son appartement et en plus, il a pu y aménager un espace jardin ».

36N’ayant pas engagé de recours auprès des tribunaux pour qu’ils les rétablissent dans leurs droits, ces habitants partent perdants dans leurs démarches et considèrent que certaines pratiques d’appropriation sont à mettre en relation avec la position sociale qu’occupe l’habitant. « Pourquoi, quand moi j’ai demandé l’autorisation de faire des modifications pour ma propre maison, cela m’a été refusé et quand je vois qu’une autre personne, parce qu’elle occupe des fonctions dans le corps de la justice, s’est accaparée tout l’espace qui est en principe collectif, personne ne dit rien, ce n’est pas normal. »

37L’espace public censé être ouvert à la pratique publique se voit accaparé, délimité et contrôlé par parties successives pour permettre d’affirmer un statut social à l’intérieur du groupe. À l’image d’une belle maison, l’espace limitrophe, une fois approprié et construit, exprime par sa taille, par son aspect formel, par son utilisation et par son niveau sélectif dans son franchissement, des niveaux d’appartenance socialement différenciés.

Un décalage entre usage et langage

38Souvent, les personnes questionnées ne trouvent pas de qualificatif pour l’espace qu’elles se sont appropriées, même si la fonction qu’elles lui prêtent paraît évidente. Ainsi, on évoque le terme de cour ou de haouch, de jardin ou bien de garage pour la voiture. En parlant de jardin, ce n’est en fait que quelques pots de fleurs qui agrémentent l’espace approprié ; bien que qualifié de cour, en référence à la maison traditionnelle, ce jardin n’accueille aucune fonction domestique ; enfin, si on le désigne du terme de garage, la voiture n’y est garée que pendant quelques moments de la journée. Le vocable et les mots utilisés sont donc caractérisés par un manque de précision qui témoigne certainement de l’ambiguïté dont relève l’espace limitrophe. Les références utilisées font appel à des composantes de l’habitat individuel, souvent recherchées à travers les pratiques spatiales.

L’espace limitrophe, expression d’une symbolique religieuse

39Étant donné que nous nous intéressons à une population culturellement musulmane, la dimension religieuse demeure sous-entendue. L’argumentation qui relève d’un ensemble d’indicateurs réfère à la culture religieuse qui est souvent occultée par d’autres notions relayant le problème de la gestion de l’espace extérieur. Ainsi, le rappel des préceptes de l’islam dans les rapports de voisinage, la réaction envers cette forme d’appropriation de l’habitat témoignent d’une volonté de sacraliser les lieux appropriés. La recherche d’une préservation de la horma (ensemble des valeurs symboliques, religieuses et culturelles ayant rapport à l’intimité), ou d’un lieu de pratiques rituelles ou religieuses (fête du sacrifice du mouton, par exemple, qu’on égorge dans ces espaces appropriés) stigmatise une symbolique de l’espace attribuée culturellement à la religion et qui participe à l’identification territoriale. Alors, la recherche de la limitation du territoire prend toute sa valeur dans le discours des habitants. Élevée au plus haut rang, la préservation de l’espace privé par des systèmes de contrôle et de distanciation affirme encore une fois une intention de déplacement des frontières qui, selon le modèle de territorialisation basé sur une symbolique religieuse, ne garantissent plus la fonction de séparation entre un espace public et un autre extrêmement intime.

Conclusion

40L’espace habité ne se limite pas uniquement au seul espace du logement. Il est perçu d’une manière beaucoup plus générale et appréhendé d’une manière graduelle. Dans cette représentation de l’habitat, l’espace intermédiaire qui se retrouve dans cette frange séparent l’espace privé de l’espace public, représente un excellent support d’expression des pratiques habitantes dès l’instant où cela permet de réduire la confrontation entre les deux sphères, privée et publique. En fait, la qualité de l’espace de transition est mesurée selon ses capacités à offrir aux habitants cette alternative de modifier les rapports qu’ils ont avec l’espace public. Dans cette dynamique de l’espace, les gestionnaires ne doivent pas appréhender négativement ces types de comportement mais doivent au contraire les stimuler et les reconnaître en tant que producteurs de qualité du paysage urbain.

41Dans ce monde en décomposition et recomposition de l’espace public, le phénomène d’appropriation, à travers les représentations territoriales et les pratiques sociospatiales qu’il implique, dénote un important enjeu urbain qui met en exergue différents acteurs (l’usager, le gestionnaire, et les pouvoirs publics). Les rapports de forces entre ces différents acteurs se cristallisent dans l’espace public limitrophe par ses caractéristiques spatiales (dimensionnement, localisation, formalisation) et par le degré d’appropriation de cet espace (légalisation, privatisation). D’où la nécessaire réflexion sur le mode de gestion de cet espace dans une interaction entre le concepteur et l’utilisateur afin d’optimiser et de généraliser les possibilités qu’offre l’espace limitrophe dans la satisfaction des besoins de l’habitant. Ce qui implique une démarche participative dans la production de l’habitat nouveau dans la ville algérienne, compte tenu de ses spécificités socioculturelles et religieuses.

Bibliographie

Bibliographie

ALEXANDER Charles, Intimité et vie communautaire, Paris, Éd. Dunod, « Collection Aspects de l’Urbanisme », 1972.

AKBAR Jamel Abdelkader, cImârat el-ardh fi-l-islâm, Dâr El-Bâchir, Amman, 1991. BARBEY Guy, L’habitation captive. Essai sur la spatialité du logement de masse, Genève, Éd. Georgi, 1980.

BARBICHON Guy, « Espaces partagés : variation et variété des cultures », Espaces et Sociétés, n° 62-63, 1991, pp. 107-133.

BILLIARD Isabelle, « L’espace public », Les Annales de la recherche urbaine, n° 32, octobre 1986, pp. 87-94.

BONETTI Michel, Habiter : le bricolage imaginaire de l’espace, Marseille, Éd. Hommes et perspectives, « Collection Reconnaissances », 1994.

BOUCHANINE Françoise Navez, Habiter. Modèles socio-culturels et appropriation de l’espace, thèse de doctorat d’État en sociologie, université de Mohamed V, Faculté des lettres et des sciences humaines, Rabat, 1991.
- « L’espace limitrophe : Entre le privé et le public, un no man’s land ? La pratique urbaine au Maroc », Espaces et Sociétés, n° 62-63, 1991, pp. 135-157.
- « Modèles d’habiter et crise de l’urbain : la situation vue à partir du Maroc », Espaces et Sociétés, n° 65, 1992, pp. 85-108.
- « Espaces publics des villes marocaines », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, décembre 1992-mars 1993, pp. 184-190.

BOURDIEU Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Éd. du Seuil, 1972.

C.E.R.U.R., Espaces de transitions et initiatives habitantes, ministère de l’Équipement et du Logement, Plan Construction, Rennes, 1989.

CHELKOFF Grégoire et THIBAUD Jean-Paul, « Espaces publics, modes sensibles », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57/58, pp. 6-15.

COENEN-HUTER Jacques, « Le domicile, sphère privée et sphère publique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. XCI, 1991, pp. 301-311.

DEPAULE Jean-Charles avec la collaboration de ARNAUD Jean-Luc, A travers le mur, Éd. Centre Georges Pompidou et Centre de Création Industrielle, « Collection Alors », 1985.

ESPACES PUBLICS, Groupe de travail sous la direction de M-A. Louisy, Ministèrede l’Équipement et du Logement, Plan Urbain, Direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, 1988.

HABERMAS Jürgen, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

HALL Edward, La dimension cachée, Paris, Éd. du Seuil, 1971.

JACOT Frédéric, LAMBERT Cédric et PELLEGRINO Pierre, « Espace public et figure sociale », Espaces et Sociétés, n° 62-63, 1991, pp. 11-27.

JOSEPH Issac, « La gestion des espaces publics », Espaces et Sociétés, n° 62-63, 1991, pp. 65-73.

KOROSEC SERFATY Perla, « Le public et ses domaines, contribution de l’histoire des mentalités à l’étude de la sociabilité publique et privée », Espaces et Sociétés, n° 62-63, 1991, pp. 29-63.
– (Éd.), L’appropriation de l’espace, Actes du colloque de Strasbourg, Louvain-la-Neuve, C.I.A.C.O., 1978.

MOLES Abraham et RHOMER Elisabeth, Psychologie de l’espace, Éd. Casterman, 1978.

PAUL-LÉVY Françoise et SEGAUD Marion, Anthropologie de l’espace, Paris, Centre G. Pompidou, 1983.

PAYET Jean Paul, La fondation des espaces publics dans un grand ensemble HLM et ses effets sur la structuration sociale, ministère de l’Équipement, de l’Aménagement et des Transports, Plan Urbain de mémoire d’espace, 1987.

PINSON Daniel, « Modèles d’habitat et contre-types domestiques au Maroc », Fascicules de recherche URBAMA, n° 32, Tours, 1992.

RODALAKIS N. & KARAMANOU Z., Au-delà de l’espace institutionnalisé : la notion d’échelle à travers une analyse critique de l’aménagement architectonique et urbanistique, Éd. Anthropos, 1978.

RODERICK John Lawrence, Espace privé, espace collectif, espace public : l’exemple du logement populaire en Suisse romande 1860-1962, thèse de doctorat, École polytechnique fédérale de Lausanne, 1983.

ROSSELIN C., « Entrée, entrer : approche anthropologique d’un espace du logement », Espaces et Sociétés, n° 78, pp. 83-95.

SANSOT Pierre, « Autour de l’accessibilité aux espaces publics », Espaces et Sociétés, n° 62-63, 1991, pp. 77-82.

SHAMI Seteney, « L’espace domestique et sa négociation : le cas des quartiers squattés à Amman », in Du Privé au public. Espaces et valeurs du politique au Proche-Orient, Les Cahiers du CERMOC, n° 8, Maison de l’Orient, 1994, pp. 11-25.

THISSEN Xavier, Des manières d’habiter dans le Sahel tunisien, Paris, Éd. du CNRS, 1983.

TSIRONI Anastasia, Le rôle de l’espace libre à Athènes : la Place, thèse de doctorat de 3è cycle, Université de Paris X, Nanterre, U.E.R. de géographie et d’aménagement, 1989.

TANGY Yann, « Domaine public, usages privés », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, décembre 1992-mars 1993, pp. 46-54.

VON MEISS Pierre, De la forme au lieu : une introduction à l’étude de l’architecture, Lausanne, Presses polytechniques universitaires romandes, 1986.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable