Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Public et privé en Islam

 | 
Mohamed Kerrou

I. Théories du Public et du Privé

Les emboîtements du privé et du public : communication et métasociation

André Petitat

Texte intégral

1La publicité accordée aux ébats de nos grands hommes et grandes dames, le succès aussi des reality shows et autres émissions intimistes ont ravivé l’intérêt des sociologues pour la poreuse frontière du privé et du public. Si dans les années 1970, on s’interrogeait beaucoup sur les dispositions juridiques à mettre en œuvre pour limiter l’accès aux données personnelles accumulées par les grandes institutions (écoles, assurances, hôpitaux, police, armée, etc.), nous sommes médusés maintenant par l’étalement médiatique de l’intimité.

2Pour apporter une réponse à cet énigmatique mariage des extrêmes, cet article opère un détour et tente de saisir l’opposition privé/public dans ce qu’elle a de plus universel, d’abord sous l’angle communicationnel, puis sous l’angle métasociatif (étagement du micro - et du macrosocial). La pertinence de cette approche est ensuite mise à l’épreuve en l’appliquant à la retentissante affaire Clinton.

3Dans ces quelques pages, je m’attache moins à définir une forme précise d’opposition privé/public qu’à tenter d’identifier les dimensions de fond à partir desquelles on peut penser la configuration permanente de cette forme sociale, ses conditions d’émergence, de maintien et de transformation. Car la sociologie s’intéresse d’abord à l’invention des formes sociales, invention que nous pouvons partiellement comprendre à partir de nos médiations communicationnelles (Petitat, 1998a).

4Partons d’un conte arabe (Gougaud, 1990). Le roi Mahmoud a fait de Ayaz, un esclave errant, son ami le plus proche. Les courtisans, vizir en tête, en sont fort vexés et guettent le moindre prétexte pour perdre l’intrus. Ils apprennent bientôt que Ayaz se rend chaque soir dans la basse ville et qu’il s’isole dans une chambre, au fond d’un couloir obscur. Instruit de cette étrange habitude, le roi demande à Ayaz de s’expliquer. Ayaz refuse, ce qui rend le roi soupçonneux et l’incite à se rendre lui-même dans le couloir obscur, accompagné du vizir et de ses fidèles. La porte est ouverte, contre la volonté de Ayaz. Interdit de surprise, le roi contemple le spectacle qui s’offre à ses yeux : la chambre ne contient rien d’autre qu’un vieux manteau troué, un bol de mendiant et un bâton de vagabond. Après un silence, Ayaz s’explique : « Je viens tous les jours ici pour ne pas oublier qui je suis : un errant en ce monde. Tu me combles de faveurs, mais voici mes seuls biens véritables, voici mon royaume, celui des pèlerins perpétuels. Ne pouvais-tu le respecter ? » Le roi Mahmoud demande alors à son ami de lui pardonner en baisant le pan de son manteau.

5Voici un roi qui pénètre de force dans l’espace intime de son ami et sujet. Le conte oppose délibérément les extrêmes, les écarts de pouvoir, de richesse, de statut d’un côté et la proximité confiante de l’amitié de l’autre. Le symbole de l’espace privé individuel est celui de la chambre, de la demeure qu’il faut forcer pour voir à l’intérieur, pour faire parler.

6Le recours à ce symbole n’est pas fortuit. Car la maison c’est d’abord et effectivement une limite et une sécurité matérielles par rapport à des forces extérieures. C’est ensuite un abri contre les perceptions du dehors et en même temps un espace privilégié de perceptions réciproques pour ses habitants. C’est enfin un lieu d’échanges symboliques légitimement soustrait, jusqu’à un certain point, au contrôle public. Force, perception, langage : le jeu communicationnel du privé/public passe par ces trois médiations.

Espaces de jeu communicationnel et opposition privé/public

7Les considérations qui suivent s’inspirent des travaux sur la « théorie de l’esprit », c’est-à-dire sur les représentations ordinaires de l’action ordinaire. Psychologues et éthologistes se sont surtout interrogés sur notre capacité à saisir le rôle des représentations et des perceptions dans l’action. Ces travaux, de même que ceux de la linguistique pragmatique, offrent l’occasion de renouveler les assises de l’interactionnisme symbolique.

81) Commençons par l’échange symbolique, car c’est à ce niveau seulement que la question de la légitimité d’une sphère privée peut être posée.

9L’échange symbolique procède par la médiation conventionnelle du signe, médiation dont l’usage renvoie à certaines capacités cognitives. Le signe associe arbitrairement un signifiant perceptible et un signifié que nos sens ne peuvent saisir. Dès l’âge de 4 ans, l’enfant se montrera capable de contrôler son « incontinence verbale » (Piaget) accédant ainsi à une modulation de l’expression de ses pensées. Cacher ses intentions, ses réflexions, ses opérations mentales, ses fantasmes relève de compétences que chaque acteur s’efforcera de perfectionner, car elles lui permettent non seulement de contrôler l’image de soi forgée par autrui, mais encore de disposer d’un monde à soi, pour une bonne part, à l’abri des intrusions et des réglementations. Cette compétence du dire et du non-dire est un principe de la construction de toute sphère privée, car celle-ci suppose, au minimum, sinon la restriction d’information, du moins la possibilité d’une telle restriction.

10La seconde caractéristique du signe concerne aussi l’opposition privé/public, quoique dans une moindre mesure. Elle est liée à la déconnexion possible du signe et du référent. Alors que le signal héréditaire est lié à un contexte typique, le signe « chat » peut être indifféremment appliqué à un chien, une tortue ou un moineau. C’est pourquoi nous disons qu’« il faut appeler un chat un chat » : parce que ce n’est pas évident. L’enfant s’amuse très tôt avec cette possibilité, par exemple donnant du « maman » à son père et du « papa » à sa mère. Ce décollage du signe et du référent viendra multiplier les ressources de l’imaginaire et autoriser l’expression de toutes les fictions. Entre trois et quatre ans, l’enfant commence à saisir le rôle des représentations dans l’action (théorie de l’esprit) et il apprend à maîtriser l’induction de fausses croyances pour modifier le comportement d’autrui.

11En quoi cette rupture du signe et du référent intéresse-t-elle une sphère privée légitime ? On peut dire d’une activité transgressive ou d’une association de malfaiteurs qu’elles constituent des sphères privées, illégitimes. Or, ces zones secrètes, transgressives, se cachent très souvent derrière les zones privées légales, utilisées comme paravent. Le label visible de la légitimité est mis à contribution pour recouvrir des activités illégales (invisibles). Le domicile privé censé n’héberger qu’une variété admise de comportement abrite alors virtuellement des trafics illicites, de la violence abusive, de l’esclavage prohibé, des menées subversives, etc. On comprend alors que l’immunité du privé ne puisse jamais être absolue.

12La bascule du dit et du non-dit, celle aussi de la vérité, de la déformation et du mensonge, ouvrent sur une communication virtuellement chaotique, qui exige un effort permanent de régulation. Au-delà des règles grammaticales, nos conventions d’usage doivent prioritairement régler le dit et le non-dit (quoi dire, quoi taire, dans quels contextes), le lien entre énoncés et référents (les mensonges tolérés, les vérités à cacher, les fictions autorisées, les exagérations licites ou illicites, etc.). Mais comme une règle n’est une règle que si elle est virtuellement « transgressable », nos efforts de régulation sont promis, comme ceux de Sisyphe, à un éternel recommencement (Petitat, 1999a). Ceci signifie que nous aurons tendance à bousculer et transgresser en permanence les frontières du public et du privé que nous avons nous-mêmes installées.

13En résumé, les caractéristiques de nos médiations symboliques et de leurs usages nous aident à comprendre :

  1. l’existence même de zones privées dans les interactions sociales, zones enracinées dans la virtualité universelle d’un non-dit individuel ou d’un non-dit partagé par rapport à des tiers ;
  2. la légitimité conditionnelle du privé (ne pas abriter l’illégitime sous le légitime) ;
  3. la mouvance et la régulation permanente des zones privées et publiques.

142) Si importants que soient nos échanges symboliques, ils n’épuisent pas nos relations. Pour se rassurer, pour se prémunir contre une éventuelle trahison, le roi Mahmoud vient voir ce qui se cache dans la chambre obscure de son ami. Il a imaginé une virtualité négative et il intègre la dimension perceptive dans sa stratégie de vérification : il recherche des indices, des objets, des écrits, des dessins de fortifications, etc. Car il a appris, avant même de comprendre le rôle des représentations dans l’action, que celle-ci dépendait aussi des perceptions.

15Ce niveau d’intelligence sensible de l’action, intégré par la suite aux virtualités relationnelles du symbolique, conserve son importance propre. Les instructions judiciaires en savent quelque chose ; et un détail perçu nous en dit souvent plus sur une logique d’action que tout un flot de paroles. C’est la raison pour laquelle les zones privées, les coulisses, nous soustraient aux perceptions de certaines catégories de spectateurs.

163) Enfin, derrière la plupart de nos relations, de façon implicite ou explicite, il y a un jeu de forces. Le roi Mahmoud force la porte de son ami, sur lequel il a pouvoir de vie ou de mort. Barrington Moore (1985), de même que Irving Altman (1981), ont tous les deux relevé le lien qui existe entre le privé et l’usage de la force légitime ou illégitime. Comprendre que l’issue d’une interaction dépend des forces en présence correspond à un schéma très rudimentaire et primitif de l’action. Dans l’ordre phylo- et ontogénétique, ce schéma est acquis avant l’intelligence perceptive et celle-ci avant l’intelligence symbolique. Dans notre réalité quotidienne, les trois niveaux se combinent dans des configurations d’une grande variété.

17Ce qu’il est important de retenir, c’est que la définition de nos zones privées et publiques reposent sur les caractéristiques des trois médiations communicationnelles présentes dans nos interactions : la force, le sensible et le symbolique. Mais au-delà de ces dimensions universelles, la compréhension de l’opposition privé/public exige aussi la prise en considération des configurations métasociatives socio-historiques.

Métasociation et relativité de l’opposition privé/public

18Les psychologues ont forgé la notion de métacognition pour désigner l’intégration de procédures cognitives inférieures dans des procédures cognitives supérieures. Par analogie, je propose d’utiliser le terme de « métasociation » pour désigner les processus socio-historiques d’intégration d’unités sociales inférieures dans des unités plus larges.

19L’histoire de l’humanité est faite de la construction et de la déconstruction d’unités sociopolitiques plus ou moins larges. La tribu a représenté une solution métasociative universellement répandue ; la chefferie, la cité et le royaume se sont manifestés avec moins de fréquence ; les empires sont relativement exceptionnels et on ne connaît que deux cas de féodalité. Enfin, la nation est un produit européen récent, qui s’est mondialement imposé au cours du xxe siècle seulement (Baechler, 1992).

20Par rapport au « jardin secret » – ce premier carré invisible de chaque acteur – une simple relation amicale représente déjà une dimension normative « publique » : nous devons à l’ami une transparence privilégiée, une authenticité et une fidèle solidarité. L’amitié, un rapport privé par excellence, fait donc office d’enveloppe « publique » relative. Elle se présente comme enchâssement de la zone privée individuelle dans une zone publique relationnelle (dyade).

  • 1 De nombreux travaux ont exploré les emboîtements du privé et du public. Par exemple, Le Poire, Bur (...)

21De la même manière, la famille servira d’enveloppe publique à ses membres. Le clan et la tribu ajouteront deux étages supplémentaires, etc. La métaphore de la poupée russe est peut-être la plus adéquate, même si elle est trop simple pour rendre compte de ce qui se présente en réalité comme un enchevêtrement complexe. Car certaines catégories d’appartenance (homme/femme, maître/esclave, pur/impur...) impliquent des variations transversales des frontières étagées du privé et du public1.

22Contrairement à une opinion répandue, le privé n’est pas en priorité une zone d’échappatoire à des règles publiques. Il se laisse mieux définir comme autonomie normative dans des emboîtements hiérarchisés.

23Si, du point de vue de l’élaboration et de l’application des règles, le clan se confondait avec la famille restreinte, celle-ci avec ses membres, le père avec la mère et tous deux avec les enfants, on aurait pour résultat à la fois l’abolition du privé et celle de la société. Car une telle dépendance mécanique est profondément contradictoire avec notre dynamique communicationnelle.

24Il n’est pas possible d’examiner, dans le cadre de cet article, l’articulation du privé et du public dans diverses configurations métasociatives. Bornons-nous à quelques remarques.

251) Les anthropologues ont voué une attention particulière aux rapports de parenté, et notamment à l’avunculat dans les régimes claniques matri- ou patrilinéaires (Lévi-Strauss, 1974). Ils ont découvert une curieuse symétrie : une relation distante entre père et fils est associée à des rapports détendus entre oncle maternel et neveu ; et inversement. La raison de cette corrélation symétrique semble bien résider dans l’opposition du privé et du public. En régime patrilinéaire, le père représente la loi du clan, qui s’impose à la famille restreinte, d’où des relations plus formelles (publiques) entre père et fils et plus personnelles (privées) entre oncle maternel et neveu. En revanche, la relation s’inverse en régime matrilinéaire, puisque l’oncle maternel représente alors le clan qui sert d’enveloppe publique à la famille restreinte.

262) Pendant des millénaires, aussi longtemps que les activités agricoles ont massivement dominé l’économie, ne libérant qu’un faible surplus limitant la croissance urbaine, les métasociations de type chefferies, royaumes et empires n’ont pour la plupart réussi à déployer que des squelettes administratifs, religieux et militaires, jamais assez puissants pour pénétrer et contrôler de façon soutenue chaque tribu, chaque village et chaque clan (Moore, 1985).

27La stabilisation de ces fragiles constructions passait par un enracinement local de l’échelon métasociatif supérieur. La solution la plus fréquente passe par l’intégration à un niveau supérieur, dans une catégorie supratribale elle-même étagée, de clans dominants localement implantés (nobles/roturiers, purs/impurs...). Dans l’inégalité proclamée, une minorité héréditaire relativement stable se trouve alors investie des charges publiques inégales tandis que la majorité est vouée à des activités subalternes également hiérarchisées. Cette double verticalité, associée à la conquête territoriale, a été au principe de vastes unités socio-politiques.

  • 2 Du point de vue de la souveraineté, la démocratie inverse la logique de la monarchie et de la dict (...)

283) La révolution démocratique du xviiie siècle inaugure une nouvelle modalité métasociative. L’élimination des privilèges de la noblesse et du clergé met fin à un monopole héréditaire de la chose publique2. Il s’ensuit un bouleversement profond des étages enchevêtrés du privé et du public.

29La Déclaration universelle des droits de l’homme évacue la notion de sujet à la merci de la « tyrannie » en limitant le pouvoir de l’État. La démocratie repose sur le citoyen, idéalement porteur et acteur des débats qui maintiennent la vitalité des nouvelles institutions. La participation des femmes à cet événement initie la remise en cause de leur assignation au privé familial. Dans la sphère économique, l’aspiration majoritaire se tourne vers un affranchissement de tout ce qui freine la liberté de l’entrepreneur et du propriétaire, tandis qu’une minorité réclame une intervention redistributrice de l’État. En éducation, la tendance est plutôt de révoquer l’Église de sa position privilégiée et de la remplacer par l’État, élu responsable d’une éducation citoyenne et démocratique. Les faveurs vont simultanément à la science universelle transfrontalière et à la culture nationale, aux dépens d’un humanisme gréco-latin pourtant présent dans toute l’Europe lettrée. Enfin, au même moment, la révolution romantique célèbre l’expression publique de la subjectivité et vitupère contre l’anonymat et la froideur scientifiques.

30La période révolutionnaire de la fin du xviiie siècle ne fait donc pas que remplacer un roi par un gouvernement démocratique, ou substituer l’espace public des cafés et des salons à celui de la Cour (Habermas, 1978) mais elle est traversée par des mouvements contradictoires qui affectent les frontières du privé et du public à tous les niveaux de la société (cf. aussi Goodman, 1992 ; Perrot, 1984).

31Par rapport à la métasociation précédente, l’abolition des privilèges supprime des corps intermédiaires et introduit une polarisation entre individus et État, que les xixe et xxe siècles ont approfondie dans de multiples directions.

32Voici comment Mirabeau commentait la fertile année 1789 à l’intention de Louis XVI : « Comparez le nouvel état des choses avec l’Ancien Régime... n’est-ce donc rien que d’être sans parlement, sans pays d’État, sans corps de clergé, de privilégiés, de noblesse ? L’idée de ne former qu’une seule classe de citoyens aurait plu à Richelieu : cette surface égale facilite l’exercice du pouvoir. Plusieurs règnes d’un gouvernement absolu n’auraient pas fait autant que cette seule année de Révolution pour l’autorité royale » (Cité par Pernoud, 1981, t. 2 : 238).

33Perspicace, Mirabeau perçoit le renforcement potentiel de l’État et se félicite de l’uniformisation en cours. Le déploiement ultérieur des grandes institutions universelles individualisantes (marché, entreprise, armée, école, hôpital, assurance et média) a dessiné une révolution dans les formes métasociatives qui est en train d’accoucher de la société mondiale.

344) Marché national, entreprise privée nationale, armée, école et culture nationale, voilà l’espace mental de l’État-nation colonisateur de la planète. Cette machinerie expansionniste a conquis jusqu’au dernier mètre carré. Puis les colonies ont commencé à rejeter la mère patrie et les colonisés se sont soulevés contre les envahisseurs. Les victorieuses luttes de libération nationales, l’échec aussi du IIIe Reich, marquent un tournant capital : la crise de la métasociation impériale fondée sur l’occupation d’un territoire.

35Le marché, l’entreprise, les médias, les assurances regardent maintenant au-delà de l’horizon national. Les derniers développements informatiques renforcent cette tendance. La crise la plus évidente de la métasociation impériale réside peut-être dans la résurgence des particularismes culturels et religieux territorialisés, doublés de la tentative de s’intégrer au marché mondial.

36Un nouvel espace public mondial apparaît, doublé d’une tentative de récupération des autonomies culturelles perdues dans les précédentes métasociations nationales ou impériales. Ce renversement doit être attribué à la fois à la clôture du monde et à une logique métasociative que l’on peut dire déterritorialisée, parce qu’elle a le monde entier pour territoire.

La médiatisation de l'intimité et l'affaire Clinton

37Mitterrand, Diana, Clinton : la fin du xxe siècle a été marquée par trois retentissantes « affaires » où des liaisons privées de personnages publics ont été relatées avec force détails dans la presse mondiale. Le Monicagate surtout, par sa durée, parce qu’il mettait en cause le président de la première puissance mondiale, a posé avec une acuité particulière la question de la médiatisation du privé et de son instrumentalisation politique (Petitat, 1999b).

38Or, ces « affaires » ont éclaté dans un contexte de sensibilité des médias et de l’opinion à l’expression des subjectivités. Avec l’arrivée notamment de nouvelles émissions télévisées favorisant des sortes de confessions publiques dramatiques (Mehl, 1997). Dans certains reality shows, les interviewés vivent une sorte de catharsis médiatique ; de leur côté, les spectateurs cherchent et trouvent dans le drame d’autrui des connaissances, des ouvertures, des points de repère, des différences et des enseignements que le rétrécissement de leur réseau privé ne leur permet plus d’atteindre directement. La mise en scène publique du privé est à la hauteur des barrières du privé, la subjectivation à la mesure de l’objectivation des étages métasociatifs.

39On aurait tort de croire que cette expression médiatique des subjectivités date des années 1980. Elle prend forme en même temps que s’amorce la polarisation entre individus et État. Aussi longtemps que les familles et les clans familiaux ont servi d’enveloppes publiques consistantes aux individus, les subjectivités ont accepté l’horizon de l’oralité familiale. Et l’écriture est restée pour l’essentiel un outil des États et des Églises. En revanche, dès la révolution romantique au xviiie siècle, les individus privés investissent massivement l’écriture pour exprimer publiquement leurs expériences privées, leurs sentiments intimes, leurs déchirures intérieures.

40Depuis lors, chaque apparition de nouveaux médias (radio, TV, télématique) a suscité le même investissement par les subjectivités qui trouvent là des lieux de rencontre et de partage publics à la hauteur des processus d’objectivation sociale.

  • 3 Aucune loi américaine ne prévoit de démarche pénale en cas d’infidélité conjugale. La régulation d (...)

41Revenons au Monicagate. Les républicains opportunistes comptaient sur cette compréhensible et raisonnable curiosité de masse à l’égard de l’intimité pour que l’on excuse leur déballage forcé d’une liaison intime, leur transgression des frontières de l’individu et de la famille. Ils se sont donc délibérément appuyés sur une tendance historique pour fonder une tactique politiquement intéressée et irresponsable. L’élément capital, dans cette longue et pénible affaire, c’est la sagesse du peuple américain, qui a très vite flairé et condamné l’exploitation politique d’une liaison privée. Les citoyens ont dit oui à l’expression librement consentie et non à l’expression contrainte d’une expérience privée3.

42Au moment où s’ébauche une nouvelle société mondiale, cette lucidité des citoyens américains est précieuse. Car la mondialisation signifie addition d’une nouvelle dimension de l’objectivité sociale, ce qui ne manquera pas d’avoir des effets en cascade sur les frontières du privé et du public dans le monde entier, dans le sens probablement d’une individualisation accrue et d’une fascination plus forte pour l’exploration et la communication des expériences subjectives.

43Prenons un dernier exemple. Le port du voile en dehors de l’espace familial a, semble-t-il, été imposé par le prophète Mahomet pour freiner les désirs et protéger la vertu (Mahfoudh-Draoui, 2000). Cette obligation vestimentaire, dès sa formulation, renforçait donc une distinction déjà constituée entre deux espaces, privé et public.

44Aujourd’hui, le rejet de cette prescription retentit à plusieurs niveaux. Il ne signifie évidemment pas retour à la situation qui précédait l’imposition de cette coutume, car les rapports entre familles, clans et tribus ne constituent plus le cœur de l’espace public étatique. Il prend plutôt une connotation de liberté individuelle, de soustraction du domaine vestimentaire à la réglementation tant étatique que religieuse, clanique ou familiale.

45Alors que du temps de Mahomet le port du voile reposait sur un consensus de micro-communautés et de clans familiaux, aujourd’hui elle est verticalement imposée dans le cadre d’une polarisation État-individus solidement installée. Les nostalgiques de l’intégration communautaire doivent paradoxalement recourir à l’État pour maintenir des frontières du privé et du public dépourvues de leurs assises traditionnelles. C’est dans cette tension qu’apparaît la solution de l’État théocratique autoritaire. Celui-ci se plaît à reconnaître dans le voile le symbole de la tradition respectée alors que celles qui le portent le perçoivent de plus en plus comme un symbole de la tyrannie et de l’atteinte aux droits individuels. C’est une bataille perdue d’avance, qui se soldera par la privatisation du religieux et une redéfinition en cascade des frontières privé/public.

46Les révoltes de la fin des années 1960, de même que la chute plus récente des régimes socialistes, renvoient aussi à de multiples déplacements des zones du privé et du public. Ces crises s’accompagnent souvent de violence. Ce ne sont pas des glissements anodins et pacifiques de conventions. Ils mobilisent au contraire nos trois médiations communicationnelles – la force, les sens et le sens – et affectent toute la hiérarchie des autonomies et des subordinations normatives.

47Ces quelques exemples éclaireront, je l’espère, cette tentative de construction de la distinction privé/public. La multiplicité des formes que prend cette opposition exclut un inventaire, même limité. Reste alors la solution esquissée ici, celle d’une intelligibilité de l’opposition privé/public enracinée dans des dimensions universelles du lien social, celle des médiations communicationnelles et celle des métasociations. Cet exercice n’épuise pas la question, mais il nous aide à comprendre pourquoi le privé/public plonge au cœur des interactions et de l’organisation étagée du social.

48En conclusion, on se demandera en quoi cette perspective contredit ou complète quelques autres tentatives.

Conclusions-prolongements

491) Pour Barrington Moore (1985) « le désir de privacy, dans le sens de protection ou d’échappatoire à l’égard d’autrui, émerge quand un individu devient sujet à des obligations sociales qu’il ne peut pas ou ne veut pas remplir. Inversement, ce désir de privacy peut s’évaporer si la personne développe un sentiment de dépendance envers ceux qui sont la source des pesantes obligations » (trad. : 17). On reconnaît dans cette perspective le souci de l’auteur des Origines de la dictature et de la démocratie (1969).

50Le vie privée est interprétée comme un rempart contre la dictature, un dispositif qui garantit l’autonomie des acteurs à l’égard du pouvoir. Cette perspective unidimensionnelle se heurte à des difficultés dès qu’on la pousse dans ses derniers retranchements. Prenons par exemple la prohibition universelle de l’inceste. Que cette règle cœrcitive suscite des désirs de transgression, cela fait peu de doute. Mais que ce désir de transgression génère une zone privée pour s’exercer librement et que nous ayons là le germe d’une garantie contre le totalitarisme, voilà un pas difficile à franchir. C’est au contraire l’interdiction qui est garante de l’échange matériel et symbolique autour du mariage et des alliances métasociatives élémentaires. Et lorsque les processus de contrôle intra-familiaux se relâchent, il incombe à des instances supérieures, principalement étatiques aujourd’hui, de prendre la relève (Nock, 1998).

51Les tyrannies nous ont depuis longtemps fait comprendre la justesse de l’affirmation de Moore : elles écoutent aux portes, perquisitionnent, emprisonnent, torturent, suscitant la délation jusque dans les familles. En bref, elles écrasent les zones d’autonomie normative susceptibles d’abriter une alternative à l’oppression. Ce phénomène est compréhensible à partir des caractéristiques de notre espace communicationnel et de notre étagement métasociatif ; et ce cadre théorique offre en outre la possibilité de penser l’existence, la mouvance et la transgressabilité des frontières privé/public.

522) Irving Altman et ses collaborateurs (1982) ont développé une intéressante voie d’approche en psychologie sociale. Ce courant s’intéresse moins aux fondements du privé qu’aux techniques que chacun de nous déploie pour décourager les empiètements excessifs sur sa zone privée : techniques verbales (fermeture de soi), paraverbales (ton de la voix, pauses...), non-verbales (contact visuel, position de la tête, sourires, gestes...) et environnementales (distance à autrui, protection de son espace). Cette perspective intègre les trois médiations communicationnelles de base présentes dans nos interactions, mais de façon empirique et descriptive, et sans parvenir à échapper à l’interaction en face-à-face. Or, qu’est-ce que le privé sinon une soustraction légitime et passagère au face-à-face avec des instances de contrôle supérieures ?

533) Dans leur monumentale Histoire de la vie privée, Philippe Ariès et Georges Duby (1985-87) se demandent s’il est légitime d’interroger la vie médiévale avec un concept de vie privée fortement marquée par des préoccupations contemporaines. G. Duby approuve avec raison en disant que l’application aux hiérarchies du Moyen Âge et de l’Ancien Régime de la notion de classe sociale a finalement permis de mettre en évidence des faits nouveaux et de susciter des débats clarificateurs sur la distinction entre castes, ordres et classes. En revanche, lorsqu’il propose une analyse de la désintégration de l’Empire romain en termes de privatisation de la chose publique, il est plus difficile de le suivre. Oui du point de vue de l’Empire déchu, non sous l’angle de la nouvelle société féodale qui émerge. Car c’est au niveau des seigneuries hiérarchisées que se reconstitue le niveau de plus élevé de la sphère publique.

54Le même problème de décentration se retrouve chez Ph. Ariès lorsqu’il défend la thèse de la confusion des sphères privée et publique au Moyen Âge. Limitons-nous à un aspect. Si le choix du conjoint est effectué par le clan familial, c’est que celui-ci exerce un rôle public important et que cela concerne ses stratégies d’alliance. Il n’y a confusion du privé et du public que du point de vue de notre société contemporaine, qui a fait passer le choix du conjoint du côté des droits individuels.

55La prise en compte de la dimension métasociative et de la relativité du privé et du public permet d’éviter ces difficultés interprétatives en offrant l’avantage d’une plus grande décentration.

564) De nombreux auteurs observent avec inquiétude le dévoilement des subjectivités. Richard Sennett (1979) et Christopher Lash (1980) déplorent cette tendance, accueillie comme un signe d’affaiblissement et de perte d’autonomie de l’acteur. Mêmes doutes chez Aloïs Hahn (1991), lorsqu’il retrace les étapes de l’auto-dévoilement confidentiel (aveu et confession). La polarisation individu-institution fait peur. On craint que l’acteur se réduise à une épluchure à la Escher ou à un bernard-l’hermite changeant régulièrement de coquille sur les marchés de l’identité. Durkheim était pris déjà de la même panique, de même d’ailleurs que l’Église catholique, lorsqu’ils proposaient l’établissement de corporations modernisées où patrons et ouvriers inventeraient ensemble des régulations à mi-chemin entre individus et État. Une nostalgie que des tyrannies ont imposée en la vidant de toute autonomie.

57L’érosion des poupées russes intermédiaires signifie effectivement érosion de zones présentant chacune une dimension d’enveloppe publique et d’autonomie privée relative. Par exemple, l’irruption de la femme sur le marché du travail et dans le monde politique, la fragilisation de la famille et son rétrécissement, la multiplication de la monoparentalité et des personnes vivant seules ont profondément mis en crise la répartition des rôles publics et privés au sein de la famille. Et cette transition sera sans doute beaucoup plus violemment ressentie là où les clivages spatiaux et les rituels quotidiens soulignent quotidiennement des frontières qui ont perdu leurs fondements réels dans l’ordre métasociatif.

58La fin d’un monde apparaît souvent comme la fin du monde et certains nous annoncent les pires calamités. Cette incompréhension est aussi incompréhension des fondements de l’opposition privé/public, et notamment de son ancrage dans notre dynamique communicationnelle et métasociative. Celle-ci ouvre bien la possibilité des aventures tyranniques, mais elle contient aussi les ressources interactives nécessaires au rétablissement d’espaces d’autonomie privé/public (Petitat, 1998b). Aujourd’hui, la poussée associative, tant dans les domaines politiques et économiques qu’au niveau religieux et culturel, représente une des voies de rééquilibrage. Les lois d’accès à l’information agissent dans le même sens, en limitant l’arbitraire des fonctionnaires et de l’État ; la multiplication et l’indépendance des médias établissent aussi une sorte de vigilance médiatique, etc. Entre l’atome individuel inoxydable de la modernité triomphante et l’individu quasi transparent d’un Big Brother militaire et technico-bureaucratique, nous sommes depuis longtemps en train d’inventer une troisième voie que nos outils de communication interactive ne fera que renforcer.

Bibliographie

Bibliographie

ALTMAN I, VINSEL A., BROWN B. B., « Dialectic conceptions in social psychology: An application to social penetration and privacy regulation », Advances in Experimental Social Psychology, 14, 1981, pp. 107-160.

ARIÈS Ph. & DUBY G., Histoire de la vie privée, 5 vol, Paris, Seuil. 1985-87.

BAECHLER J., « Groupe et sociabilité », in R. Boudon (éd.), Traité de sociologie, Paris, PUF, 1992.

GOODMAN D., « Public sphere and private life: Toward a synthesis of current historiographical approaches to the old regime », History and Theory, 3, 1992, pp. 1-20.

GOUGAUD H., L’arbre aux trésors, Paris, Seuil, 1990.

HABERMAS J., L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgoise, Paris, Payot, 1978.

HAHN A., « Contribution à la sociologie de la confession et d’autres formes institutionnalisées d’aveu », in E. Scheuch (éd.), Perspectives des sciences sociales en Allemagne aujourd’hui, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1991, pp. 170-201.

LASCH C., Le complexe de Narcisse : la nouvelle sensibilité américaine, Paris, Laffont, 1980.

LE POIRE B.A., BURGOON J.K., PAROTT R., « Status and privacy: Restoring communication in the workplace », Journal of Applied Communication Research, novembre, 1992, pp. 419-436.

LÉVI-STRAUSS C., « L’analyse structurale en linguistique et en anthropologie », in Anthropologie structurale, Paris, Plon, t. 1, 1974, pp. 43-69.

MAHFOUDH-DRAOUI S.D., « Réflexions sur la pudeur et le voile », in A. Petitat, (éd.), Secret et lien social, Paris, L’Harmattan, 2000, pp. 171-180.

MEHL D., « La médiatisation de l’espace privé », Sociologie du travail, 2, 1997, pp. 171-187.

MOORE B., Les origines sociales de la dictature et de la démocratie, Paris, Maspéro, 1969.
– « Privacy », Society, 22, 4, 1985, pp. 17-27.

NOCK S.L., « Too much privacy? », Journal of Family Issues, 19-1, 1998, pp. 101-118.

PARKE R.D., SAWIN B.D., « Childrens privacy in the home », Environement and Behavior, II, 1, 1979, pp. 87-104.

PERNOUD R., L’histoire de la bourgeoisie en France, Paris, Seuil, 1981.

PERROT P., « La vérité des apparences ou le drame du corps bourgeois (xviiie-xixe siècles) », Cahiers internationaux de sociologie, LXXVI, 1984, pp. 185-199. PETITAT A., Secret et formes sociales, Paris, PUF, 1998a.
– Education et implosion sociale, Revue française de pédagogie, 124, 1998b, pp. 5-11.
– « Echange symbolique et historicité », Sociologie et sociétés, XXXI, 1, 1999, pp. 93-101.
– « Intimité, mensonge et politique », Le Monde, 8 janvier, 1999b.

ROSENBLATT P.C., BUDD L.G., « Territoriality and privacy in married and unmarried cohabiting couples », The Journal of Social Psychology, 97, 1975, pp. 67-76.

SENNETT R., Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1979.

Notes

1 De nombreux travaux ont exploré les emboîtements du privé et du public. Par exemple, Le Poire, Burgoon et Parott (1992) ont pris pour cible la zone privée des employés à l’intérieur de l’entreprise privée. D’autres se sont intéressés aux sous-espaces privés des conjoints (Rosenblatt et Budd, 1975) ou des enfants (Parke et Sawin, 1979) dans le territoire familial.

2 Du point de vue de la souveraineté, la démocratie inverse la logique de la monarchie et de la dictature ; mais sous l’angle de la transparence et de l’opacité, l’inversion n’est pas aussi radicale ; elle ne peut pas l’être. À l’État tyrannique opaque et à son sujet qu’il voudrait transparent ne succède pas un État démocratique complètement transparent et un citoyen tout à fait opaque. Ces deux solutions extrêmes sont invivables.

3 Aucune loi américaine ne prévoit de démarche pénale en cas d’infidélité conjugale. La régulation de cette entorse au contrat appartient donc à diverses instances privées possibles, comme à l’Église à laquelle appartient le « pécheur », au clan familial et plus généralement au couple lui-même. Le procureur Starr a donc utilisé une autre voie pour obtenir une publication de relations intimes ; il a amené le président à mentir publiquement sur cette affaire privée ; il a ensuite piégé Monica Lewinski au moyen d’une fausse confidente pour la forcer à témoigner. C’est donc comme menteur et non pas comme infidèle que Clinton – et avec lui toute l’Amérique – a vu défiler les preuves scabreuses de son mensonge. Si Starr a ponctuellement réussi à faire sauter la barrière de la vie privée présidentielle, en revanche il n’a pas réussi à légitimer sa manœuvre aux yeux de l’opinion publique. Celle-ci, dans le rapport des forces, a finalement prévalu sur une violation procédurière du privé.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter