Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Public et privé en Islam

 | 
Mohamed Kerrou

Connaissance du Maghreb

Jean-Philippe Bras

Texte intégral

1Le Maghreb se décline par des appartenances à une pluralité de « mondes » : « occidental » comme l’indique sa dénomination, mais aussi méditerranéen, arabe, musulman, africain… Ces appartenances sont vécues, perçues tantôt sur un mode concurrentiel ou conflictuel, tantôt sur un mode syncrétique (sous des versions allant du patchwork au métissage). Dans ces déclarations d’appartenance à géométrie variable, le registre historique offre naturellement de nombreuses ressources, chacun pouvant étayer sa thèse par une période de référence.

2Ces inclusions multiples sont aussi la conséquence d’un trait permanent de l’espace maghrébin, d’une porosité de ses limites s’exprimant en échanges intenses, en incursions, invasions, en mobilités des biens, des personnes, des idées, à travers ses mers du nord (la Méditerranée), et du sud (le désert).

  • 1 Cf. « Le Maghreb d’hier à demain », Cahiers Internationaux de Sociologie, XXXVIII, 1964, reproduit (...)

3En dépit – ou à cause – de cette porosité, le Maghreb contemporain s’affirme. Il le fait dans des constructions plus nationales qu’unitaires (d’où la lente gestation de l’Union du Maghreb Arabe), mais dans des constructions nationales qui font sens les unes par rapport aux autres, jusque dans leurs antagonismes. Jacques Berque nous dit que c’est bien là l’épreuve des jeunes nations maghrébines, au lendemain des indépendances, de redécouvrir et de se réapproprier ce « système maghrébin… en une phase de violence et de recherche grosse de toutes les virtualités. »1

4En tout état de cause, il est toujours malaisé d’aborder la production des savoirs d’un point de vue « régional ». Soit la région est constituée en objet de savoir, mise à distance dans un processus de construction territoriale – « travailler sur… » – ce qui débouche presque inéluctablement sur des sommations identitaires, des marquages de l’altérité : le chercheur et son terrain, la science occidentale et les aires culturelles, “les savoirs du lointain”, l’ethnologie coloniale, des sociétés primitives, l’économie du développement… Soit la région devient un enjeu de savoir, dans des démarches de reconnaissance et de légitimation des groupements humains et des territoires, de refondation d’entités politiques, à l’instar des historiographies nationales, de l’ethnologie folklorisante, des sciences à label (arabe, islamique…). Ces points de vue de l’intérieur et de l’extérieur se télescopent le plus souvent, parfois se relayent (voir certaines formes de réappropriation contemporaine des études berbères) ; mais ils instaurent une tension structurelle dans le travail scientifique dès que les objets sont énoncés, découpés sur un mode territorial et culturel. La montée en puissance de communautés scientifiques au sud pourrait s’accompagner, si l’on y prend garde, d’une dualisation ou d’une fragmentation de la communauté scientifique et, au mieux, d’une paix armée (on renvoie ici aux débats des dernières années sur l’orientalisme ou aux tentatives d’une anthropologie inversée, d’un regard du sud vers le nord).

5Si la question d’où parle-t-on ? pèse tant sur les dispositifs et donc sur les résultats de la recherche en sciences humaines et sociales quand elle s’applique à des aires géographiques ou culturelles, il faut en tirer les conséquences et dire qu’une bonne science est une science partagée, non seulement dans la diffusion de ses productions, mais aussi dans les mises en œuvre de l’activité scientifique. Réunir des chercheurs d’horizons différents, s’appropriant collectivement des objets et des outils de recherche, peut contribuer à éviter les biais épistémologiques des démarches citées plus haut.

6La multiplication des réseaux scientifiques (notamment autour de la Méditerranée), les dispositifs de mobilité des chercheurs et doctorants permettent aujourd’hui de promouvoir cette « marque de fabrication » de la recherche. Des institutions de recherche y contribuent également, parce qu’un tel dessein relève de leur mission même. Il en va ainsi du réseau des instituts de recherche français à l’étranger relevant du ministère des Affaires Étrangères et notamment de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain. Créé en 1991, et localisé à Tunis, l’Institut mène des programmes de recherche associant systématiquement des chercheurs européens et maghrébins, relevant toujours de disciplines différentes, sur des thématiques ayant trait aux enjeux du Maghreb contemporain. Il le fait en concertation avec le Centre Jacques-Berque de Rabat dont l’établissement au Maroc date de 1999.

7Après dix années d’activité, il est apparu que le temps était venu de mettre en valeur cette ligne de conduite des travaux de l’IRMC, à travers une collection de ses publications « Connaissance du Maghreb », que les Éditions Maisonneuve et Larose ont bien voulu accueillir. Comme cela a été indiqué, ces manières de faire de la recherche, visant en quelque sorte à un décentrement des approches par aire régionale pour produire de nouveaux effets de connaissance, sont partagées par d’autres institutions et des chercheurs à titre individuel, en Europe et au Maghreb, et cette collection a vocation à recevoir leurs productions scientifiques.

8Entamer la collection par un travail sur l’islam, coordonné par Mohamed Kerrou, chercheur associé à l’IRMC, c’est se confronter directement à un champ saturé par l’identitaire, avec pour défi d’aller au fait religieux, malgré le poids écrasant du discours religieux. L’on reprend là une problématique chère à Mohamed Arkoun, qui a ouvert le colloque accueilli par la Fondation Al Saoud (Casablanca, 6-8 octobre 1999), dont s’est largement nourri cet ouvrage. Mais c’est aussi aller au fait maghrébin, sous couvert du fait religieux, pour suivre la recommandation de Jacques Berque.

9La question identitaire est encore au centre des travaux qui seront ultérieurement présentés dans la même collection, puisque sont programmés des ouvrages portant sur les langues et sur les identités professionnelles dans l’espace maghrébin.

Notes

1 Cf. « Le Maghreb d’hier à demain », Cahiers Internationaux de Sociologie, XXXVIII, 1964, reproduit in Jacques Berque, Opera Minora, tome II, Paris, Éditions Bouchène, 2001, p. 337.

Auteur

Directeur de l’IRMC

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540