Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger

 | 
Henriette Asséo
, 
François Julien-Laferrière
, 
Lamia Missaoui

La construction de l’ennemi de l’intérieur en Europe aux xixe et xxe siècles

Discussion 3

Habib Kazdaghli

Texte intégral

Habib Kazdaghli à propos de : La construction de l’ennemi de l’intérieur en Europe aux xixe et xxe siècles

1L’exposé d’Henriette Asséo offre beaucoup d’éléments qui viennent enrichir le débat sur l’usage des termes ambigus de minorités, d’étrangers, de communautés. Un débat sur les entrecroisements possibles et les éléments de permanence, entre ces termes a été engagé à Tunis, lors d’un colloque qui s’est tenu en 1996, à l’initiative de Mounira Chapoutot. L’exposé d’aujourd’hui ne permet pas seulement d’établir une typologie de l’étranger. Il offre l’occasion de réfléchir plus avant sur cet élément important qu’est la fluctuation des représentations de l’étranger : sur la façon dont chaque société a besoin d’ériger, à un moment donné, une figure de l’étranger ; et sur le mécanisme de retour de cette figure, de la périphérie vers le centre, pour devenir un ennemi de l’intérieur. Je retiendrai, parmi les éléments possibles de discussion, l’idée importante qu’un groupe, quel qu’il soit, peut lui-même concourir à sa perte. Ceci pourrait contribuer à dépassionner les débats concernant le cas des juifs, car cela pourrait être analysé pour n’importe quel autre groupe minoritaire. Lucette Valensi a bien souligné le danger de la littérature de ghetto, par exemple.

2Autre question concernant la construction de cet ennemi de l’intérieur : est-ce que toute cohésion sociale repose sur du négatif ? Pour se construire soi-même, a-t-on toujours besoin de se démarquer de l’autre ? Toute jeune nation procède en effet par exclusion, et, en premier lieu, elle se débarrasse du maillon le plus faible. Nous l’avons vu hier, derrière cette euphorie qui traverse actuellement l’Europe, derrière cette identité mythique qui se construit, il existe un horizon négatif, des situations où l’étranger peut devenir encore plus étranger. Je pensais que les Tsiganes pouvaient servir d’exemple réussi d’intégration. Or vous notez que cet exemple est encore négatif.

3Henriette Asséo - Disons que les jeux ne sont pas faits. Mais il faut être conscient du double volet que représente la citoyenneté européenne.

4Eric Gobe - Votre exposé m’a comblé, si je puis dire. Dans mes jeunes années, j’étais un lecteur assidu de René Girard. Mais quelque chose me gênait dans l’histoire européenne, à savoir sa dimension essentialiste et peut-être organiciste, au-delà des avatars du bouc émissaire. En vous écoutant, je me suis posé la question de la fonctionnalité de ce bouc émissaire : quelle fonction remplit-il ? Est-ce que, comme l’explique René Girard, il sert à remettre de l’ordre dans des sociétés menacées par le chaos, en périodes de crise ? Est-ce que le bouc émissaire a toujours cette même fonction et cette même figure ? Votre approche historique met justement l’accent sur les différentes fonctionnalités que pourrait remplir le bouc émissaire.

5Une autre question se rapporte à la dialectique « ennemi/ami » et sur la démocratisation de l’ennemi de l’intérieur. Dans mes études à Sciences-Po, un professeur d’extrême-droite nous faisait lire Julien Freund et Karl Schmitt qui définissaient le politique à travers la dialectique « ami et ennemi ». Je me suis dit, en vous écoutant, que ce n’est pas le fruit du hasard si Karl Schmitt a écrit ses ouvrages entre les deux guerres : ne sommes-nous pas en plein dans la problématique que vous avez développée ? À ce couple « ami/ennemi », ne peut-on pas ajouter un troisième terme, celui de la décadence qui est omniprésente dans les discours de l’entre-deux-guerres ?

6Par une dernière question, plus d’actualité, je vous demanderai de jouer votre rôle d’intellectuelle des Lumières, apportant un éclairage sur notre avenir européen. Vous avez parlé d’un danger pour l’Europe, celui de la « démocratie ethnique ». Qu’entendez-vous par ce terme ? Et, même si ce n’est pas le rôle de l’intellectuel, quels peuvent être les moyens de dépasser cette « démocratie ethnique » qui semble menaçante dans la construction européenne ?

7Henriette Asséo - Les questions posées sont essentielles. Ce sont ces interrogations-là qui ont suscité cet exposé. Sur la fonctionnalité du bouc émissaire, je pense qu’elle est multiple, variable et qu’elle doit être rapportée à des conjonctures précises. Je me sépare nettement de toute conception essentialiste ou anthologique du bouc émissaire, telle qu’elle est proposée par René Girard ou d’autres. Je ne pense pas que la séparation entre le profane et le sacré est consubstantielle à une société. C’est vrai pour Levi-Strauss. Mais ça ne définit pas la séparation entre société développée et société dite primitive. Par contre, l’analyse des conjonctures complexes est indispensable. La psychologie dite de « morphologie culturelle » que j’ai proposée, est une forme de présentation de ces fonctionnalités. Dans un cas, par exemple, l’enjeu de surpolitisation par concaténisation permet de définir un ennemi politique abstrait ; ensuite, de choisir individuellement ses ennemis et de choisir le mode de répression qu’on va exercer à leur égard. Cette première formule peut se faire en démocratie. On peut avoir l’ennemi de l’intérieur en démocratie. Sur la fonctionnalité de l’ennemi de l’intérieur, une réflexion a été menée sur l’Affaire Dreyfus. Dans cette Affaire Dreyfus, on est en transition par rapport à un ennemi qui est l’étranger et un ennemi qui est de l’intérieur, puisque c’est le capitaine Dreyfus qui est désigné coupable et non pas le comte Esterhazy qui a pourtant tous les traits de l’étranger absolu : aristocrate décadent, austro-hongrois, donc issu d’une nation ennemie, etc. Mais il est difficile de répondre à cela. Le capitaine Dreyfus est pris au piège de la désignation comme « ennemi individuel » : vous n’avez pas de cadre collectif, il n’est pas rapporté à une catégorie générale. Cette désignation renvoie plutôt, à mon avis, non pas à la construction de l’ennemi mais à la pédagogie du national : c’est un Alsacien et donc un Français ; et parce qu’il a choisi la nationalité française (il est « optant »), il devrait être doublement Français. Il n’est pas attaqué comme étranger, il est attaqué comme doublement Français, mais juif, ayant trahi. Il est donc de l’intérieur, c’est un national qui a trahi. Le marquage comme juif, c’est simplement qu’un national juif n’est pas un vrai national. Voilà un exemple de fonctionnalité. À chaque fois, le ciblage est déterminé par la fonction qu’on veut lui donner. Je pense qu’il n’y a pas antériorité de la construction et application pratique ; mais que ça circule.

8La deuxième question sur Karl Schmitt est essentielle. La construction de l’État total selon Karl Schmitt, c’est précisément transférer à l’État intégral la capacité de définir, de construire le couple « ami/ennemi » en permanence, tout en évitant le problème de la Révolution française et de la démocratie. Lié à du Max Weber, vous aurez un État qui va fonctionner, qui aura une grande capacité d’initiative ; qui sera malgré tout un État intégral et qui ne sera pas menacé de déliquescence. C’est une réponse à la démocratie terme à terme. Quel a été l’avantage de la démocratie ? C’est de créer des sociétés dynamiques et en mouvement. Karl Schmitt dit : « Je vais créer un État total et intégral en mouvement. » C’est aussi une tentative de dépasser l’enjeu de la création continue de la démocratie. Donc effectivement, l’« ami/ennemi », dans Karl Schmitt, est une construction politique constante. Ça naît dans l’entre-deux-guerres, ça n’est pas la pensée dominante de l’appareil nazi, car celle-ci se moque du politique : rabattue sur le racial (c’est un État racial), la pensée nazie va jusqu’au bout de la logique raciale. Mais le couple « ami/ennemi » est un courant fondamental qui a perduré après 1945, puisqu’on retrouve le milieu de Karl Schmitt autour du cabinet d’Adenauer. C’est plutôt dans la récupération de l’État intégral, et dans sa récupération démocratique (caractère qui perdure actuellement) qu’il faut chercher les éléments. À l’évidence, la volonté de faire cette morphologie de l’ennemi de l’intérieur en disant : « Attention, à tout moment l’ennemi de l’intérieur peut renaître ! » – non pas pour le craindre, mais pour craindre sa reconstruction et les menaces qu’elle entraîne – est aujourd’hui une réponse au fait que les tentations de Karl Schmitt sont profondes dans la démocratie européenne.

9Le thème de la décadence est également fondamental. La société européenne s’est mise à penser le génie indompté de la mobilité comme de la décadence : être mobile, c’est décalé ; se déplacer, c’est aussi décalé. La construction cosmopolite intellectuelle de l’entre-deux-guerres tend à rompre avec cette notion en disant le contraire : « Se déplacer, c’est se civiliser. » Pourquoi ce concept de la décadence est-il devenu si central, au cœur de la réflexion ? Il est très net dans l’idée que les civilisations européennes se sont toujours considérées comme mortelles, parce que la réflexion historiographique du régime d’historicité était fondée sur la chute de l’Empire romain. Et si l’Empire romain avait pu s’effondrer, soit de l’intérieur (réflexion sur le fait que les chrétiens auraient été un ferment) soit de l’extérieur (la poussée des Barbares), alors la civilisation européenne tout entière était menacée du même mécanisme. C’est donc central.

10L’ennemi de l’intérieur est un ennemi qui favorise la décadence, il n’est pas lié à la crise : je ne crois pas à cette corrélation. Il est lié aux ordres nationaux vécus comme instables. Le problème des visions du monde intérieur des ordres nationaux – dans la mesure où on a voulu faire une pédagogie du national – est leur réponse aux pédagogies du national. On a voulu qu’il y ait du national, il y a du national jusque dans le paysan beauceron, jusque dans les paysans de Guy de Maupassant. Ce sentiment de l’instabilité est lié à la décadence. L’instabilité n’est pas liée à un progrès, alors qu’on pourrait penser que des situations instables seraient liées à des situations de progrès.

11La « démocratie ethnique », c’est l’horizon dangereux de la tentative de pousser plus loin le droit des minorités, conçu comme un droit politique. Car face à l’imbrication réelle des peuples, des civilisations, des races, des nations, mais aussi des représentations et des religions en Europe, le poids de l’histoire est si puissant que chacun peut considérer que le voisin n’appartient pas à son identité culturelle. Et, qu’en conséquence, il peut l’accepter, le tolérer, lui assurer une certaine hospitalité ; ou il peut le rejeter. Les autres peuvent raisonner de cette façon-là. Et donc, la menace de la citoyenneté européenne serait que chacun choisirait son voisinage. On échappe à cela en créant des instances politiques où la représentation citoyenne s’exprimera séparée de l’instance pratique, matérielle, visible ; c’est-à-dire, en recréant le dispositif de la Révolution française, mais étendu à un espace et modernisé dans ses approches. Je ne sais pas si c’est possible, mais si on rabat la citoyenneté sur l’identité, la menace de la « démocratie ethnique » peut être présente.

12Mounira Chapoutot-Remadi - Je voudrai revenir au cosmopolitisme éclairé. Ce cosmopolitisme des Lumières n’a-t-il pas des limites très européennes ? Il rejette tous les pays et tous les peuples découverts dans des sous-catégories. Je suis profondément convaincue qu’il est à l’origine de ce qui s’est passé au xixe siècle. Peut-être en tant qu’historienne, je m’intéresse toujours aux racines mais on ne peut pas comprendre le xixe siècle et ce qui s’y est passé, sans cela.

13Quant aux ennemis de l’intérieur, je me réfèrerai à la période médiévale qui est mon domaine de réflexion. Quand on lit les sources arabes, quels sont, en Orient par exemple, les ennemis de l’intérieur ? À un moment, c’était les Mongols émigrés en Égypte et en Syrie. Les Mongols sont clairement des ennemis, car ils sont en dehors des frontières. On les appelle les « ennemis vaincus », parce qu’en Égypte et en Syrie on aspire et on a réussi à les vaincre. Quant aux Mongols immigrés qui sont rentrés pacifiquement, ils sont acceptés avec un doute. Ce doute se situe sur leurs coutumes alimentaires et leur sexualité. Turcs et Mongols n’égorgent pas les animaux, puisqu’ils craignent que leur mémoire ne s’échappe par l’écoulement de sang. Ils tuent avec des masses, ils assomment les bêtes jusqu’à ce que mort s’en suive et ils mangent des chevaux, ce qui est aussi une étrangeté. L’autre étrangeté se situe au niveau de la sexualité. Les hommes épousent ou « récupèrent » sexuellement les concubines du père, à l’exclusion de la mère. Ce sont deux formes d’exclusions racontées, mais qui ne sont pas clairement condamnées. La troisième religieuse. On dit que leur islam est superficiel, qu’ils conservent souvent leurs pratiques païennes, qu’ils ont des temples dans des lieux retirés du désert.

14L’ennemi de l’intérieur qui apparaît dans les pays musulmans, en Égypte en particulier, c’est le chrétien, au moment des croisades. Jusque-là, si on lit les sources arabes médiévales, les chrétiens ne sont utilisés que comme sujets fiscaux. On ne parle pas de répression. Il n’y a pas de crise, pas de révolte contre ces communautés. En revanche, à partir des croisades, les choses changent. Tout d’un coup, on les considère comme des gens potentiellement capables de trahir et de passer dans le camp des Francs. Alors que la majorité de la population de l’Égypte était plutôt chrétienne, cette tendance commence à changer à partir des croisades. L’une des retombées de la conquête est l’exigence de conversions massives des chrétiens. Mais le doute demeure, tel un leitmotiv, parce qu’on ne croit pas à la sincérité de la conversion : c’est l’ennemi de l’intérieur qui apparaît.

15Un point dans votre exposé a été évacué, c’est la colonisation et les rapports avec la guerre. Des Polonais ont participé à la guerre. Comment peut-on penser, à la fois, à un ennemi de l’intérieur et considérer qu’on peut faire la guerre avec des colonisés ?

16L’ennemi de l’intérieur est un leitmotiv commun à tous les États-nations récemment indépendants. Mais ce sont les gens de gauche qui ont été perçus comme le plus ennemi de l’intérieur parce qu’on les a accusés d’intelligence avec l’Occident, en raison de leur internationalisme.

17Henriette Asséo - Le cosmopolitisme des Lumières définit deux horizons d’attente. Le premier est la séparation entre animalité et civilité : tout ce qui sera non européen participera, pour partie, de l’animalité et donc d’une sous-évaluation ; mais il participera aussi, pour partie, d’une autre forme de cosmopolitisme qui est la reconnaissance des civilisations évoluées mais non européennes. Les voyages en Chine, en Inde, en Asie reconnaissent une civilisation supérieure. Je pense à Herbelotou, à Thévenot qui classent les peuples selon leur mérite avoué. Le cosmopolitisme des Lumières est une entreprise de découverte de l’Europe. Ça ne consiste pas à incorporer tout le monde. Ça consiste à parcourir un territoire et à classer les habitants de ce territoire. Dans les littératures de voyage, beaucoup de ces hommes des Lumières – je pense à un voyage en Moldavie d’un dénommé Cara – font de grandes envolées cosmopolites et ensuite ils décrivent : « Nous sommes vraiment très loin de la civilisation ; voilà des provinces reculées où la civilisation n’a pas encore pénétré. » Mais on n’est quand même à l’intérieur de l’Europe. Ce double jeu de l’évolution et de l’animalité se pose par rapport aux peuples non européens, mais avec une hiérarchie particulière. Il se pose aussi par rapport aux peuples européens : « peuple », au sens social du terme, qui est regardé avec sa hiérarchie particulière, qui comprend aussi le mépris à l’égard de ce « populaire », tels les tableaux de Paris par Mercier. Il n’est donc pas englobant, au sens humaniste du terme. Par contre, il pose l’idée que la circulation est œuvre de civilisation, et non pas la statique.

18Sur les ennemis de l’intérieur, les Mongols, les chrétiens, je ne suis pas sûr qu’on n’ait pas eu plutôt affaire à ce que j’ai appelé les boucs émissaires, c’est-à-dire à la possibilité de transfuge et de retour en arrière. L’ennemi de l’intérieur ne peut pas être transfuge, dans la mesure où il est déjà transfuge lui-même : il est déjà une menace par le fait qu’on ne peut pas l’identifier clairement comme étranger et il faut le ramener à une catégorie claire.

19Sur la littérature du complot, j’aurais pu faire une approche de la morphologie par les pratiques, et à ce moment-là je classais toute la littérature du complot, la littérature du marquage. Je n’ai pas fait ce choix. Ce qui fait que la littérature du complot a été noyée dans la morphologie proposée. À chaque morphologie correspond une opération du complot ou du secret différente.

20Sur le statut du colonisé pendant la Première Guerre mondiale, je crois qu’effectivement ce sont les limites mêmes du raisonnement des nations européennes. Elles ne considèrent en aucun cas que le Vietnamien (l’Algérien ou le Tunisien) pourra trahir. Elles ne lui accordent même pas l’idée qu’il a une autonomie politique capable de lui faire choisir l’Allemagne plutôt que la France. En revanche, certains soldats chinois qui sont des politiques peuvent avoir des sentiments plutôt « pro-allemands » que « pro-alliés », à cause des enjeux des traités. Cela n’entre pas en ligne de compte. Seuls les Anglais ont ce comportement, parce qu’ils sont inscrits dans une situation coloniale qui est déjà une situation d’enjeu politique important pour eux-mêmes. Mais comme ces soldats combattent sur le continent, ils ne menacent pas l’identité britannique directement. Ils sont donc intégrés dans cette armée avec ce statut spécifique. Une certaine suspicion peut s’exercer sur le fait qu’ils vont déserter mais non une suspicion sur le fait qu’ils vont trahir. Des clés de lecture très intéressantes pourraient être trouvées dans l’étude des troupes auxiliaires de l’armée d’Orient. Dans un mémoire que j’ai lu, un officier disait : « C’était très pratique, j’avais un éclaireur qui parlait la langue… ». Il faudrait étudier les détachements coloniaux en tant que tels ; mais l’étude de l’armée d’Orient, en elle-même, serait aussi un point d’ancrage fondamental sur toutes ces notions, y compris sur le cosmopolitisme des Lumières. Car l’armée d’Orient découvre un univers qu’elle considère comme européen et qu’elle traite avec la distanciation de l’Orient, en l’indexant de tous les caractères négatifs de l’Orient (« c’est pouilleux », « il y a beaucoup de monde », « on ne sait plus sur qui compter »).

21François Julien-Laferrière - Cette relation « ami/ennemi », on la trouve aussi, dans les langues romanes, dans l’étymologie du mot hospes et du mot hostis : l’hôte et l’ennemi, c’est la même chose à l’origine et ça imprègne une grande partie de ce que vous avez dit tout à l’heure.

22À propos du cosmopolitisme, cela me fait penser à la notion totalement péjorative qui imprègne actuellement des discours de type lepéniste. Dès que Le Pen a des ennuis, c’est un complot du cosmopolitisme judéo-maçonnique, etc. On retrouve l’ennemi de l’intérieur en liaison avec l’ennemi de l’extérieur : l’ennemi, là, n’étant pas un ennemi militaire mais un ennemi de race ou un ennemi idéologique dont je suppose qu’il est complètement inventé.

23À propos de la construction discursive, vous avez parlé du Chili d’Allende : il s’agit plutôt du Chili de Pinochet. C’est la doctrine de la sécurité nationale qui a imprégné le Chili pendant quinze ans et d’autres pays d’Amérique latine. Le Chili a été en état de guerre de 1973 à 1988 et c’était une guerre intérieure, puisqu’il n’y avait pas de guerre extérieure. À la rigueur, l’Argentine a eu ses Malouines qui ont été la suite du régime militaire, puisqu’un régime qui perd une guerre ne se justifie absolument plus. La force de Pinochet, c’était d’être en état de guerre sans avoir d’ennemi extérieur, sans avoir le risque de perdre. À la fin, seul cet état de guerre justifiait l’existence du régime : non seulement pour assurer la cohésion sociale, mais aussi pour assurer la pérennisation du régime au pouvoir. C’est le comble de la sophistication de l’idée d’ennemi intérieur.

24Il y a aussi un ennemi de l’intérieur, de façon plus adoucie, quand il y a une intégration de l’étranger dans la société nationale. Je pense, par exemple, au régime qui a été celui des naturalisés jusqu’en 1975. Les naturalisés français ne pouvaient exercer une fonction publique, donc entrer dans l’administration, que cinq ans après leur naturalisation. Ils ne pouvaient exercer leur droit de vote que dix ans après leur naturalisation. À quoi leur servait cette période de stage ? Ça n’avait aucune raison d’être. S’ils n’étaient pas loyaux pendant les cinq premières années, il n’y avait aucune raison pour qu’ils le soient au bout de la sixième. Finalement, ça semble avoir été une mesure vexatoire. Je ne trouve aucune explication rationnelle.

25Vous avez parlé des camps. Il y a une forme de camp qui n’entre pas dans votre raisonnement, c’est peut-être parce que la population est différente, ce sont les camps de réfugiés. Par définition, les réfugiés sont des gens qui viennent de l’extérieur et, par conséquent, il n’y a pas ce rôle.

26Henriette Asséo -L’échec politique de Le Pen vient du fait qu’il met bout à bout des éléments empruntés à la littérature du complot et qu’il la manipule sans tenter de la lier à la conjoncture. Son discours était si peu adapté, si « plaqué », si archaïque par rapport aux conjonctures nouvelles, qu’il est tombé à plat. Mais le laboratoire reste ouvert et quelqu’un pourrait prendre la relève de manière plus astucieuse. On ne peut pas mettre ensemble : complot, maçonnique, judéo, maghrébin, etc. Il faut une construction plus sophistiquée.

27La construction sophistiquée, absolue, c’est le Chili de Pinochet. Il y a eu là un laboratoire de la liquidation de la démocratie et des opposants politiques qui fonctionnait sans référence à l’État intégral : c’est-à-dire, un système de l’entre-deux-guerres, une référence à un État totalitaire contrôlé par des militaires dont le pouvoir, au fond, n’était pas si absolu que cela. En fait, un contrôle politique s’exerçait sur la société par une autodéclaration, par le pouvoir, des ennemis de l’intérieur : c’était d’une modernité remarquable. Le Chili est un élément fondamental qui doit entrer dans notre réflexion, et au-delà, dans la vie des gens qui l’ont vécu. Si cela a créé des drames – y compris chez les exilés –, le drame intérieur d’être séparé totalement de son histoire et de sa nation, c’est-à-dire de ne plus la réintégrer, même en tant qu’opposant, c’est parce que cette technique de construction de l’ennemi de l’intérieur est allé au bout de ces logiques évoquées précédemment, logiques d’une perversité « remarquable », c’est-à-dire qui doit être remarquée.

28Le camp de réfugiés pose des problèmes qui sont au-delà de la réflexion actuelle. Quand Anna Harendt dit : « Le droit aux sans-États d’avoir des droits » ; on répond : « Le droit aux sans-États d’être dans un camp de réfugiés. » C’est très rapidement dit. La réflexion manque de profondeur pour un drame aussi important. Un seul élément me vient à l’esprit, c’est le Kosovo. L’horizon insurmontable de l’Occident, ce n’est pas forcément Auschwitz ; mais c’est certainement les camps de réfugiés permanents. L’intervention au Kosovo a été marquée par la volonté de ne pas créer une population de résidence éternisée à la frontière de l’Occident et de l’Orient. On comprenait qu’à terme, dans dix ans, dans vingt ans, elle constituerait un élément d’ébranlement fondamental de l’ordre européen. Donc, on les a réintégrés. On ne s’est pas soucié, ensuite, de voir comment les choses s’opéraient dans la purification interne du Kosovo post-intervention. Le camp de réfugiés est un élément essentiel et complémentaire de cette réflexion sur la citoyenneté européenne. Je continue à dire que la citoyenneté européenne est un horizon d’attente remarquable, à condition qu’il soit lié à une définition claire d’un ordre politique européen.

29Fatma Haddad - Je voudrais intervenir sur la différence entre les pratiques européennes cosmopolitistes et l’identité cosmopolitique. Ma première remarque rejoint la première qui vous a été faite, sur la référence non pas tant à René Girard (en tant que René Girard ou à son œuvre) mais au problème qu’il aborde, à la suite de Hobbes, même s’il ne le déclare pas ouvertement, sur l’origine de la construction de l’État. On trouve cette question chez Hobbes, contractualiste, comme elle le sera chez Rousseau, fondée sur la peur, sur la crainte de la violence, de la mort violente. Est-ce que, dans votre réflexion sur l’ennemi de l’intérieur, vous avez songé à ce problème du rôle de la violence dans la genèse et le fonctionnement de l’État ? Ceci rejoint aussi les définitions de la violence proposées en 1919, à la fois par Lénine et par Max Weber, qui se correspondent de façon extraordinaire, comme l’instrument légitime du contrôle de la population par un État.

30Ma deuxième remarque se rapporte à l’ensemble de vos analyses sur la deuxième partie : les constructions discursives, surtout la construction pratique par autoproclamation intégrale des ennemis. Il me semble que, dans vos analyses, vous avez soit passé sous silence, soit omis le paramètre des contextes exogènes de la naissance et du développement de l’État allemand. Je peux me tromper, parce que votre contexte n’est pas le même que le mien : je suis historienne de la philosophie politique. Je pense qu’en Europe, la naissance de l’État allemand – après la guerre de Trente ans et après les guerres napoléoniennes – pose des problèmes intrinsèques à cet État (avec l’existence de l’État de Prusse puis de l’État allemand à partir de Bismarck) et au rapport de l’État à ses populations. J’aurais aimé que vous mettiez en parallèle cette défaite de la symbiose judéo-allemande avec la naissance, hors d’Allemagne, du sionisme. C’est important, du point de vue idéologique, dans la genèse de la construction de l’ennemi de l’intérieur, en tout cas à l’intérieur de l’État allemand, un État européen.

31Vous avez dit que le xxe siècle occidental est le siècle des camps. Je voulais ajouter que l’usage des camps en Europe a été parallèle à la politique d’occupation violente de territoires outre-mer par les puissances colonisatrices, surtout françaises et anglaises, au xixe siècle. Il y a eu des horreurs ailleurs, faites notamment par Léopold II de Belgique au Congo, qui était sa propriété, qui ont été découvertes par une historienne américaine.

32Sur la causalité diabolique, le paradigme est peut-être celui des juifs. Mais, maintenant, nous voyons qu’il joue aux États-Unis par rapport à la population irakienne. L’hypothèse de travail que je vous soumets est la suivante : quand vous dites : « Pourquoi lorsqu’on est dans la pratique européenne du cosmopolitisme, ça va ; et si on parle d’identité cosmopolite, ça ne va plus ? », je trouve un élément de réponse dans une des Situations de Sartre. Dans la Situation 10, un grand article de critique sur le tourisme européen (et sur cette recherche de l’exotisme) chosifie la population non européenne, en tant qu’objet de regard (le regard dévalorisant chez Sartre). Quand donc, maintenant, nous sommes dans l’hédonisme des populations européennes, dans des civilisations de l’utilitarisme et de l’hédonisme (pour l’Occident et en dehors de l’Occident), ça va très bien. Mais lorsqu’on parle d’identité cosmopolitique, d’abord il y a dans le syntagme une opposition : identité (unité) et cosmopolitique (une extension bien au-delà de l’unité). Plus fondamentalement, l’idée cosmopolitique ne date pas du xviiie siècle. Elle a été héritée par une filiation très importante du stoïcisme dans les idéologies religieuses et les philosophies des xvie et xviie siècles européens. Or dans le stoïcisme, qu’il soit le « moyen stoïcisme » ou le « stoïcisme ultérieur », l’idée importante, c’est l’égalité de tous les êtres humains en tant que fils du même Dieu. Il y a donc l’affirmation de l’appartenance de tous les êtres humains à une unité qui est celle du genre humain, plus développée peut-être au xviiie siècle. Donc, l’identité cosmopolitique, c’est que tous les hommes, en droit, appartiennent à l’espèce humaine ; mais cette unité du genre humain fait référence, aussi, à un universalisme éthique qui s’appuie sur l’égalité de tous les hommes.

33Henriette Asséo - Je suis d’accord sur tout ce que vous avez dit sur l’État et le cosmopolitisme. Le seul point sur lequel je ne serais pas d’accord, c’est sur le problème de la construction de l’État allemand et ce que vous évoquiez sur la symbiose judéo-allemande. Je pense que les racines du sionisme participaient de la double logique que j’ai évoquée à propos de l’Allemagne, c’est-à-dire développer, à la fois, la science du judaïsme (c’est-à-dire une référence lointaine, reconstruite, remémorialisée aux temples, etc.) et une pratique collective communautariste, et donc l’installation sur le territoire de référence. Je pense que s’il y a eu échec de la symbiose judéo-allemande, c’est parce que la même logique de volonté de construction concurrente d’un ordre national était à l’œuvre dans la naissance du sionisme, et qui conduit à la situation d’Israël. Mais, comme pour l’État allemand nazi, il n’y a aucune nécessité à ce qu’un développement historique s’opère d’une façon linéaire. Là m’échappent totalement les éléments de discontinuité qui permettent de comprendre pourquoi on arrive à la situation actuelle. Ce que je n’admets pas, c’est que l’on référencie la politique d’un État à une mythologie de ses origines qui confond ses origines intellectuelles et donc nationales avec les modalités de son peuplement.

34Une corrélation doit être établie entre cette notion de construction des ordres nationaux et la légitimité de la violence d’État et donc, ce à quoi vous faites allusion concernant le monopole de la violence d’État. Dans l’histoire européenne, les États préexistent par rapport aux nations. Pour l’Allemagne, la prééminence de la Prusse est toute relative. Il y avait une forme d’État princier et l’association personnelle entre les princes allemands, contractualisés par Bismarck, pouvait fonctionner. Mais les termes réels de l’unification sociale allemande sont très tardifs. Par exemple, l’unification des notaires s’effectue à la veille de la guerre de 1914. C’est peut-être une question de temporalité dans la définition de ce qu’on appelle l’Unité allemande. Son point de départ n’est pas 1870, son point d’arrivée n’est pas 1890, au départ de Bismarck. Ce n’est pas un État autoritaire, impérial et militariste qui s’épanouit après 1890. C’est, au contraire, un État qui connaît les modalités d’une démocratisation inachevée en Prusse, avec, malgré tout, la naissance d’un autre ennemi de l’intérieur de l’Allemagne qui est la social-démocratie. La symbiose judéo-allemande est concurrente ; mais la social-démocratie est aussi concurrente dans l’élaboration d’un ordre national ; et le problème de la légitimité de la violence se pose dans les termes que vous avez évoqués. Appartient-elle à la société, au peuple qui doit s’émanciper ? Appartient-elle à l’État ? Appartient-elle au Parti ? Appartient-elle à la communauté religieuse ? Appartient-elle à l’armée ?

35Ali Labib - Pouvez-vous situer le parallélisme entre cette définition et la situation des immigrés d’aujourd’hui en Europe ? Ceux-ci sont passés d’un statut d’étrangers qui n’étaient pas perçus comme ennemis au départ, à un statut de nationaux. Par ailleurs, quelle est la fonctionnalité des changements d’appellation ? En France, la communauté d’origine maghrébine était tout d’abord « nord-africaine » : elle est devenue « arabe », « maghrébine », « musulmane », « beur », etc. Le terme de bouc émissaire était utilisé dans les années 1970, pour les émigrés : quels étaient alors sa fonction et son contenu ?

36Henriette Asséo - Ce sont des questions ouvertes. On n’est pas, en France, face à une situation de construction de l’ennemi de l’intérieur, on est face à une situation qui pourrait déboucher sur une construction de l’ennemi de l’intérieur. La situation des immigrés pose un problème. En effet, vous avez affaire à une population qui, dans l’entre-deux-guerres, était considérée, par l’opération d’occultation sur le statut des colonies, comme participants des populations de « la plus grande France ». Ensuite, ils auraient dû avoir un statut clair d’étrangers, de nation à nation. Ils ont néanmoins gardé un statut ambigu, que la multiplication des formulations reflète. L’étude de ces formulations devrait être faite extrêmement finement. Ce n’est pas innocent d’appeler « beurs » les beurs. En particulier, l’opération consiste à mélanger toutes les immigrations nord-africaines, la tunisienne, l’algérienne, la marocaine ; à les mélanger dans le temps et à les organiser sous un angle de surexposition de la famille. Le mot « beur » renvoie à cette surexposition de la famille. C’est lié au basculement des représentations de l’immigration à partir du regroupement familial. Je pense qu’il y a là une genèse, qui peut se terminer bien, qui peut se terminer mal. Si on se réfère au passé, cette technique qui consiste à appliquer un « flou artistique » autour des dénominations, qui consiste à traiter une collectivité qui est sur le territoire mais rapportée à une famille dont on qualifie toujours l’origine extérieure (et dont cette origine extérieure a un signifiant « flou »), cela me paraît dangereux, parce que ça situe ce « flou » et cette interaction entre le social, le culturel et le politique. Ce n’est pas rapporté à un État au sens contractuel du terme, qu’il soit européen ou non européen. On a la même position vis-à-vis de la population africaine immigrée en France. Si un jour il prend l’idée à une catégorie de la population de désigner « l’autre » sous la forme du signifiant féroce, de la désignation discriminatoire, on trouvera des gens à mettre ensuite dans cette catégorie.

37Kmar Bendana - Concernant l’importance du processus de circulation, j’aurais aimé en savoir plus sur le rôle de l’imprimé au xviiie siècle et après. L’évolution du rôle de ce processus de l’imprimé n’a-t-elle pas infléchi cette évolution, autour de la Première Guerre mondiale ? Quels changements sont intervenus entre le xixe et le xxe siècles ? Cet imprimé n’aurait-il pas joué un rôle différentiel pour que ce cosmopolitisme se traduise par des choses aussi inquiétantes ? Et, si je dis cela, c’est en pensant à Internet maintenant, c’est-à-dire à la possibilité maintenant qu’a Internet de déplacer, de pouvoir faire inventer d’autres types d’ennemis de l’intérieur.

38En tant qu’habitante du monde arabe, toujours sommée de penser en ces termes, je me dis, toujours en pensant à votre démonstration sur l’Europe, est-ce que le monde arabe ne serait pas aussi « malade » ? Vous avez parlé d’un processus, c’est inquiétant ! En reprenant ce modèle-là, avec tous les problèmes politiques actuels du monde arabe, est-ce qu’il n’y a pas trop d’ennemis de l’intérieur, au point que le monde arabe n’hésite pas lui-même à s’en fabriquer comme l’Europe s’en est fabriqué ? Maintenant qu’Internet arrive, il y aura encore moins la possibilité de se fabriquer des sortes d’ennemis communs qui nous feraient oublier à chacun notre ennemi intérieur.

39Henriette Asséo - La formule se résumerait de la façon suivante : « Trop d’ennemis tue l’ennemi ». Mais est-ce que ça ne tue que l’ennemi ?

40Sur la circulation de l’imprimé, l’Encyclopédie, les récits de voyage, la méthodologie, l’anthropologie de la vie quotidienne de Kant, sont autant d’éléments qui ont concouru à la possibilité de concevoir la circulation à un double registre : une circulation pratique et physique. Mais il s’agit essentiellement d’une circulation mentale. Ceci ne date pas du xviiie siècle mais du xvie siècle, lorsqu’il a fallu, dans la galaxie Gutenberg, faire ce que nous faisons avec Internet, c’est-à-dire séparer le vrai du faux. Lorsqu’on achète un livre, quelle garantie avez-vous que le texte corresponde au titre ? On vous dit que vous allez acheter du Platon. Mais, comme vous n’avez jamais lu Platon, comment pouvez-vous savoir que c’est du Platon ? Le fondement même du monde érudit, c’est de garantir que l’extrait qui est proposé est bien de cet auteur mythique lointain. Les mêmes éléments des procédures de vérification sont en jeu à l’heure actuelle pour Internet. Mais, comme nous sommes dans la galaxie Gutenberg, nous avons le double mouvement : le mouvement de tentative d’élaboration des procédures de vérification et le mouvement de production du « n’importe quoi ».

41Au xvie siècle, le même Jean Bodin produit l’un des livres les plus remarquables de la science politique qui est De la République et produit La démonologie des sorciers qui est le manuel des juges qui doivent savoir comment reconnaître une sorcière, etc. Internet me paraît, sur ce plan, l’équivalent de la galaxie de Gutenberg. Je pense que la régulation – au sens de la création d’instances de vérification et d’incitation à la délation – s’opèrera de la même façon qu’elle s’est opérée pour les livres, par exemple le Protocole des Sages de Sion. La circulation de ce livre mythique sur le complot juif est assez étonnante, puisqu’on le retrouve dans l’Espagne franquiste et ailleurs. Je pense qu’il ne suffit pas de suivre un discours pour voir son opération discriminante. Les conjonctures sont bien plus complexes. Ce que j’appelle conjoncture, c’est le rapport de conjuration qui se noue à un moment donné, qui n’a pas forcément une nécessité historique, mais qui repose sur un basculement. Tout ce qui était vrai avant devient faux. Et ce rapport de conjuration historique s’opère à un moment donné. Et, en comparant les conjurations historiques les unes avec les autres, mais de façon globale, sans sortir un schéma directeur de l’ensemble, on aura les éléments de comparaison concernant ces processus complexes entre ordres nationaux (concurrents et instables) et les discriminations (concurrentes et instables aussi), des identités flottantes plutôt que segmentées.

42Blaise Deltombe - La question de l’exclusion m’intéresse dans la création européenne d’un discours qui vise à créer un ennemi de l’intérieur (en France avec Le Pen, ou dans d’autres pays européens, en Belgique et en Autriche). Les dernières élections autrichiennes ont mis au pouvoir Joerg Haider en collaboration avec la droite. Et, à la suite de ces élections, il y a eu une réaction politique européenne mais qui n’a pas tenu sur la durée. C’était une première réaction politique, intéressante mais discutable dans sa mise en place, dans ses modalités. En même temps, c’était une réponse à un discours de création d’un ennemi. Quelle réponse peut être apportée à ce discours de création d’un ennemi ? Comment peut-on répondre individuellement ? Comment l’État peut-il répondre ? Est-ce que je ne suis pas moi-même victime d’un certain nombre de discours de création d’un ennemi intérieur ?

43Henriette Asséo - Je n’ai pas de réponse. Le problème de l’arrivée au pouvoir de J. Haider, en Autriche, a été vécu de manière si paroxystique qu’on n’arrive plus à séparer la réalité du danger qu’il représente, de la situation d’exception dans laquelle on a mis l’Autriche, donc des menaces qu’entraîne cette situation d’exception. Le danger de J. Haider, c’est qu’il anticipe ce que j’appelais la « démocratie ethnique ». Car, si l’Europe se construit sur une base régionaliste ethnique, il reconstruit une nation autrichienne sur une base régionaliste ethnique et il anticipe la citoyenneté européenne. Néanmoins il joue le jeu de l’Europe. Face à cette situation, l’Europe a été très démunie dans sa volonté d’ingérence démocratique. Il a réussi cette opération qui consistait à dire : « Vous nous accusez, nous Autrichiens, d’être les ennemis intérieurs de l’Europe en construction, ce que nous ne sommes pas. »

44François Julien-Laferrière - La réponse qui a été déguisée sous des aspects juridiques était en réalité une réponse purement politique. Les traités ne permettent pas d’écarter un État du système communautaire ou du système de l’Union, à partir des seuls résultats d’une élection, et heureusement ! On juge un gouvernement sur ses actes. C’est ce que prévoit le Traité. S’il y a violation persistante des droits de l’Homme et des principes fondamentaux de l’Union, un état peut être exclu. Mais, encore faut-il que les actes aient été accomplis. Toute l’idée qui a été exprimée au Sommet européen qui a décidé les sanctions contre l’Autriche, c’est de dire : « Si on attend les actes, ça sera trop tard. » J. Haider a eu beau jeu de dire après : « On nous fait un procès d’intention. »

45Abdelkader Zghal - Je me demande dans quelle mesure cette position des ennemis de l’intérieur, aussi bien en Europe que dans le monde musulman, n’a pas comme fondement le monothéisme religieux ?

46Habib Kazdaghli - À la question : « Comment barrer la route à la construction d’un ennemi de l’intérieur ? », je dirais qu’il y a eu des tentatives de réponse. Le cosmopolitisme, tel qu’il a été pratiqué, est un danger qu’on brandit ou une nostalgie qu’on évoque. Or, si l’on regarde les villes dites cosmopolites, on trouve des cloisons étanches entre les communautés et les groupes.

47Par rapport à la citoyenneté, je milite pour que l’on devienne de vrais internautes, que l’on revienne à l’universel, c’est-à-dire à l’idée de « citoyen du monde ». Lorsqu’on dit « citoyen de l’Europe », c’était exclusif au sens national, ça sera exclusif au sens continental.

48Henriette Asséo - Je pense que le droit a un rôle très important à jouer, ainsi que l’histoire et l’anthropologie.

49François Julien-Laferrière - La doctrine juridique est défectueuse. Elle patauge comme les autres.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter