Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

4. Relations d’interdépendance et territorialisation

Résumés des interventions

Texte intégral

Les relations d’interdépendance montagne-plaine

Aïn Defla entre Dahra et Ouarsenis (Algérie)

1Nacéra AGGOUN

2L’exemple de Aïn Defla, ville de la vallée de Chlef, située entre les massifs montagneux du Dahra au nord et de l’Ouarsensis au sud, nous permet de cerner les relations d’interdépendance montagne-plaine et de tenter d’en apporter des définitions. De quels types sont-elles ? On peut dégager trois types de relations d’interdépendance :

3L’hydrographie crée le lien territorial. Aïn Defla est le nom de plusieurs sites dans toute l’Algérie et signifie « la source des lauriers roses », ces fleurs poussant en buisson dans les ravins des oueds asséchés. Les affluents du fleuve Chlef qui prennent leur source dans les massifs montagneux lient la montagne et la plaine pour dessiner un ensemble régional.

4La gestion de l’espace. Comment les relations d’interdépendance montagne-plaine sont-elles prises en compte dans les stratégies coloniales et post-coloniales ? Les notions de « besoin », de « complémentarité » croisent celles d’« opposition » et de « coupure ». On tente de répondre aux questions posées à partir des sources économiques et sociales du Gouvernement Général d’Algérie et des archives militaires de Vincennes.

5Les représentations symboliques. La ville de Aïn Defla peut être désignée comme « une frontière culturelle et symbolique », l’utilisation des sources orales pour une approche de la mémoire collective des populations nous amène à redessiner un autre espace bâti sur un sentiment d’appartenance identitaire à travers la musique, les saints (wâli) et le vieux fonds berbère.

La politique de l’eau et ses effets territoriaux

6Béatrice ALLAIN-EL MANSOURI

7Le Maroc dispose jusqu’à présent d’un patrimoine hydraulique abondant et varié. Sur cette manne hydrique, l’État a fondé une grande partie de son développement en lançant la politique des grands barrages en 1967. L’agriculture, à elle seule absorbe près de 86 % des ressources mobilisées. Pour autant l’agriculture n’est pas le seul secteur consommateur. Les villes, en pleine expansion voient leurs besoins s’accroître. Dans le cadre de cette réflexion sur les relations d’interdépendances, il nous a semblé intéressant de nous pencher sur le rôle de l’État dans l’organisation du secteur potable, d’essayer d’en mesurer les effets sur le territoire mais aussi d’en montrer les limites.

8L’État au Maroc contrôle le secteur de l’eau de façon directe ou indirecte. Pour satisfaire la demande domestique croissante en milieu urbain, il a choisi de procéder à des transferts interrégionaux de plus en plus lointains, pour contrebalancer les déséquilibres observés du nord au sud. Malgré ces efforts, les grandes villes dont le rayon hydraulique s’est considérablement élargi, ne connaissent pas pour autant un raccordement systématique de leurs habitants au réseau de et distribution, de nombreux points d’approvisionnement collectif persistent. Envisager à long terme (en 2020) un raccordement à 100 %, compte tenu de la croissance urbaine, c’est réviser l’allocation en eau domestique (24 %) à la hausse. Or le patrimoine hydraulique connu n’est pas extensible. Il s’agit donc de reposer les termes de sa gestion en insistant sur la préservation et la lutte contre la pollution.

La frontière tuniso-algérienne au xixe siècle

Logiques, vecteurs et modes de représentation de l’espace

9Kmar BENDANA et Habib BELAÏD

10Cette étude se propose d’examiner à travers l’histoire de l’établissement du tracé de la frontière tuniso-algérienne entre 1837 et 1882, les différentes représentations du « territoire ». Notion vivante couvrant des réalités juridiques et politiques flottantes, « territoire » est pris dans le sens d’un espace marqué par des relations conflictuelles entre les autorités françaises en Algérie et le gouvernement beylical de Tunis.

11Les faits rapportés par les sources officielles françaises évoquent un malentendu autour du « tracé Randon » établi en 1844 et contesté par les autorités tunisiennes : les incidents locaux (dont font écho les plaintes des tribus tunisiennes relatives aux razzias et aux prises d’otages, ou les rapports des officiers français en Algérie qui revendiquent la responsabilité des faits), dénotent d’une lutte d’influence dans les zones contestées entre les autorités françaises et le bey de Tunis qui s’opposent par tribus interposées. Entre le tracé (projeté puis réalisé) et le vécu (celui des populations et celui de l’administration politique), la représentation du territoire marque les oscillations entre les intérêts immédiats, locaux (gérés par les caïds et les officiers) et les impératifs d’une politique générale lointaine qui vise à imposer un tracé ou s’approprier un espace ; elle atteste, en tous cas, l’imbrication du local et du global.

12À ces rapports fluctuants s’ajoute la difficulté de prouver la propriété de l’espace contesté. Les arguments présentés de chaque côté relèvent de deux logiques différentes. « L’affaire des Fréchiche » tunisiens (1861) est un exemple significatif de la complexité du conflit et des modes d’arrangement : aux actes de propriété présentés par le côté tunisien prouvant l’ancienneté de l’occupation des terres, s’oppose le croquis établi par les autorités françaises d’Alger, comme « représentation des pouvoirs latents » ; l’enquête orale effectuée par les officiers français auprès des tribus algériennes frontalières, n’a fait que confirmer un acte administratif : ici l’écrit intervient pour donner à la représentation de l’espace non seulement sa forme mais aussi sa force de fait juridique et historique.

13Par ailleurs, si la perception de l’impôt, est présentée comme un moyen privilégié d’imposer la territorialité d’un groupe ou d’une tribu, pour la France, « c’est la terre qui paie » ; pour elle, demander aux tribus frontalières (tunisiennes) le paiement de l’impôt, c’est faire acte de possession du territoire contesté. Nous sommes donc en présence de deux logiques différentes, opposées même ; elles relèvent d’un malentendu provenant de deux conceptions de l’écrit et de son usage et des pratiques de l’État : la logique de la propriété de la terre est revendiquée par la France, octroyée au nom du droit privé que l’État français s’est arrogé en Algérie ; celle du bey est fondée sur une souveraineté sur les hommes qui cultivent la terre et lui paient l’impôt en signe d’allégeance. Deux conceptions de l’espace s’opposent : d’un côté, la vision d’une réalité floue qu’il s’agit de fixer, une frontière à tracer sur le papier après appropriation juridique du sol par l’État français ; de l’autre, le sentiment d’un espace foulé, d’une réalité remise en question par un nouveau rapport de forces.

Les espaces maritimes de Tunis aux xviie et xviiie siècles

14Sadok BOUBAKER

15Cette étude s’intègre dans le cadre d’une réflexion sur la formation des espaces économiques dans leurs relations avec le processus de construction de l’entité politique et sociale de la Tunisie moderne. La dimension maritime est un paramètre de premier plan à prendre en considération dans cette dynamique. La formation de l’espace maritime de la régence de Tunis sous-tend des flux d’échanges de biens (marchandises, capitaux, navires etc.), de circulation d’hommes (aux intentions pacifiques ou belliqueuses) et la diffusions d’idées (provenant de la mouvance ottomane comme de l’Europe proche). Ce faisceau de relations complexes conduit à l’interdépendance : de domination d’un côté, de faiblesse de l’autre.

16L’ouverture de la « Tunisie » sur la mer d’une manière durable est un fait indubitable depuis le basculement vers la Méditerranée des activités commerciales les plus rentables après que l’écroulement du complexe commerce saharien dans la deuxième moitié du xve siècle. Depuis lors, l’histoire de l’espace tunisien a été intimement liée aux conjonctures et aux rivalités économiques et politiques entre les différentes puissances qui se disputaient la domination des espaces méditerranéens. La course, le commerce qu’il soit passif ou actif, les relations diplomatiques dans le cadre de la logique des Capitulations, ont intégré le pays dans la logique des marchés méditerranéens et des relations interétatiques euro-ottomanes. Parallèlement à cette projection en direction de la mer, l’espace de la régence est de plus en plus « maritimisé », c’est à dire que fondamentalement et particulièrement sur le plan économique, ses potentialités et ses besoins sont en rapport avec les espaces maritimes économiques et politiques dans lesquels s’insère le pays. Même sur le plan humain, l’histoire des mouvements migratoires, temporaires ou définitifs (marchands, captifs, renégats, colonies liées aux comptoirs commerciaux, Andalous… janissaires, techniciens) ne fait que renforcer le rôle des espaces maritimes méditerranéens de Tunis, alors qu’ils sont eux-mêmes en perpétuel mouvement.

Filières agro-alimentaires et territorialité urbaine

Producteurs et marchands dans la filière-fruit

17Abdallah CHÉRIF

18L'insertion de l'agriculture dans l'économie marchande et monétaire plonge ses racines dans l'histoire précoloniale de la Tunisie. La colonisation lui a conféré une nouvelle dimension en intégrant la production dans le système de l'échange inégal. La ville assure désormais la fonction de relais dans le processus d'articulation de l'économie rurale dans les circuits de la valeur dominés par la métropole. Ce pouvoir économique de la ville sur les campagnes s'est affirmé davantage à une époque récente, par le biais du développement du « complexe agro-alimentaire ». L'urbanisation, la transformation du modèle traditionnel de consommation alimentaire liée à l'amélioration du niveau de vie, à l'accroissement de la demande et à sa diversification, ainsi que la progression des exportations, ont été en effet les puissants vecteurs de la mutation de l'appareil de production-transformation-commercialisation.

19Quoiqu’il soit encore au stade intermédiaire de la transition, le « complexe agro-alimentaire tunisien » confirme le renforcement du rôle des acteurs urbains dans la recomposition spatiale et la dynamique d'évolution intersectorielle de l'économie agricole. La ville n'est plus un simple débouché naturel de la production agricole. Elle participe de plus en plus à la modernisation et à l'intensification de l'agriculture en tant que centre d'élaboration des projets volontaristes de développement et pôle émetteur de décisions, d’informations, d'investissements, de matières et d'innovations techniques. Mais parallèlement, on observe sa capacité à investir tous les maillons de la chaîne agro-alimentaire en contrôlant les circuits d'approvisionnement, en orientant les systèmes de production et en multipliant les relais de captage de la valeur-ajoutée agricole. Ainsi l'agriculture tunisienne tend à être moins une branche de la consommation finale qu'un secteur fournisseur de matières premières. De même l'espace agro-alimentaire se substitue progressivement à l'espace agricole. Les interdépendances, qui sous-tendent l'organisation et le fonctionnement de cet espace, sont davantage déterminées par le jeu complexe des complémentarités et des conflits d'intérêts des acteurs. La ville est désormais au centre d'un système agrospatial structuré par les filières et les réseaux. L'exemple de la filière-fruits illustre le poids croissant des opérateurs dans le segment collecte - conditionnement – distribution et le rôle déterminant de ces acteurs dans la médiatisation des espaces de production par les secteurs de l'économie urbaine.

Une courbe de puissance

Essaimage et territorialité dans la stratégie d’une lignée hagiologique du Maghreb moderne

20Hassan ELBOUDRARI

21Prenant appui sur la documentation dont on dispose pour étudier la zaouïa d’Ouezzane, depuis la fin du xviie siècle au Maroc, cette communication entend illustrer le phénomène de l’essaimage et proposer un modèle plus général qui rendrait compte de sa structure et de son développement historique. On entend par essaimage l’implantation en série successives dans des territoires hors du foyer originel ou de ses relais secondaires, de segments d’une lignée héritière de la gestion d’une institution confrérique et servant de vecteur à la fois à la propagation du message religieux de la nouvelle tarîqa et à l’extension de son réseau institutionnel dans l’espace investi.

22Une récurrence que pourrait établir une sociologie historique comparative des institutions du type confrérique, particulièrement au Maghreb, fondées sur le principe de la transmission héréditaire du charisme, veut que ce phénomène d’essaimage intervienne au sein de la lignée héritière du fondateur aussitôt celui-ci physiquement disparu, surtout quand une ascendance sharifienne est alléguée pour lui et sa descendance.

23Notre thèse, ici, est que ce phénomène est partie intégrante d’un processus complexe, celui de l’institutionnalisation que Max Weber appelle routinisation du charisme, d’une fondation charismatique du type zaouïa. Autrement dit, l’héritage d’un saint fondateur, son œuvre spirituelle, comme son action temporelle, se transformerait d’expérience personnelle (confinant quelquefois à l’aventure) en une institution stable, « routinisée » pour user du vocabulaire weberien, insérée dans le monde à tous les registres : social, économique et même très souvent politique. Ce processus est observable dans la plupart des cas documentés du champ religieux islamique, spécialement dans le Maghreb, à l’époque moderne, depuis le début du xve siècle.

24Une des données structurelles de ce processus d’institutionnalisation est l’expansion géographique du message religieux initial, et au cœur de cette expansion, l’essaimage des segments de la lignée héritière, reproductrice et gestionnaire de ce message et de l’institution qu’il fonde. Il en est à la fois un facteur endogène et exogène. Les premières sont essentiellement d’ordre généalogique ; comme nous tenterons de le montrer, elles sont liées aux « fractures » lignagères successives provoquées par le choix du mode de transmission de l’autorité (ou de la baraka) à la tête de la zaouïa quand ce mode est non plus initiatique mais héréditaire, privilégiant qui plus est le principe de la primogéniture. Les secondes tiennent de ce que la conjoncture, moment et lieux, permet ou non l’apparition d’une économie et d’une politique stables, propres à l’institution confrérique en mouvement.

25L’ensemble de ces facteurs fait que l’essaimage apparaît uniquement comme l’une des causes et l’un des effets de l’institutionnalisation du charisme s’incarnant désormais dans une lignée et dans l’institution qu’elle gère.

L'approvisionnement en métaux de Dâr al-Sikka et la circulation monétaire dans la régence de Tunis au xixe siècle

Réseaux et relations d'interdépendance

26Abdelhamid FENINA

27À partir des documents émanant de l’Hôtel de la Monnaie des Husseïnites (Dâr al-Sikka) et conservés aux Archives Nationales Tunisiennes, on a pu analyser une masse importante d’informations sur les sources et les circuits des métaux qui, servaient au xixe siècle dans l’approvisionnement monétaire au xixe siècle.

28On présentera les résultats de cette enquête, en veillant d'abord à aborder la question des sources d'approvisionnement, à connaître les origines géographiques du métal collecté et à en évaluer le volume. Cette connaissance permet d'avoir une idée sur l'évolution de la production et de la circulation monétaire et d'apprécier le degré de diffusion de l'économie monétaire dans le royaume de Tunis. On cherchera ensuite à identifier les différents réseaux de pourvoyeurs et à déterminer leurs origines géographiques et les moyens utilisés par l'Hôtel de la Monnaie et le gouvernement beylical pour collecter les métaux en vue de les transformer en monnaies.

29Enfin, on abordera la question de la circulation de cette production monétaire et les mécanismes de sa diffusion à travers le royaume. En somme, notre objectif serait de définir la nature des relations d'interdépendance entre l'Hôtel de la Monnaie de Tunis, en tant qu'institution beylicale bénéficiant du monopole sur la frappe et l'émission monétaire, les réseaux de pourvoyeurs et les différents acteurs économiques. On tentera, ainsi, de comprendre les mécanismes et les formes de territorialisation, ou de contrôle de l'espace par le pouvoir beylical, qui détient le droit régalien de la frappe monétaire, et le territoire qui relève de son autorité par le biais de la circulation monétaire et de la collecte des métaux. On s’interrogera ce faisant sur la façon dont la circulation monétaire peut être un indice permettant, à la fois, de mesurer l'autorité d'un souverain sur un territoire donné ; et de comprendre les comportements des sujets du bey face à ce signe monétaire représentant l'autorité.

30À travers cette étude, on insistera sur le fait que la régence de Tunis, ne disposant pas de mines de métaux précieux, est appelée pour frapper monnaie, à s'approvisionner au dehors. Elle s'alimente principalement en Europe. Cet approvisionnement qui s'effectue par le biais du commerce, est constitué essentiellement d'espèces européennes, et le métal lingot n'entre que faiblement. On peut y voir une dépendance de plus en plus accrue de la régence à l'égard de l'Europe et plus particulièrement de la France.

31L'acheminement vers l'Hôtel de la Monnaie d'une partie des métaux introduits dans la régence est assuré par divers moyens et par différents réseaux de pourvoyeurs : des agents et des sujets du beylik, des Juifs et des négociants européens. Ceci souligne les relations d'interdépendance entre les divers acteurs économiques de la régence, locaux ou étrangers, et le pouvoir beylical. Du fait que cette collecte touche l'ensemble du pays, elle donne un indice clair sur la domination de l'espace par le pouvoir central et le degré de pénétration de l'économie monétaire dans le pays.

Le crédit agricole en Algérie de la fin du xixe siècle

Un moyen de territorialisation de l’espace rural par la Banque de l’Algérie

32Mohamed Lazhar GHARBI

33La Banque de l'Algérie, créée en 1851 comme institut d'émission s'est contentée pendant plusieurs années de rémission monétaire et de l'escompte du papier commercial en adoptant une stratégie d'orthodoxie financière. En 1880, à l'occasion du renouvellement de son privilège, elle adopte une nouvelle stratégie fondée sur la mobilisation de tout type de crédit. Encouragée par une conjoncture favorable, elle soutient la colonisation en misant particulièrement sur la vigne. La Banque de l'Algérie s'engage alors dans une politique de crédit agricole appuyant les colons et visant à développer des cultures spéculatives. Un optimisme exagéré emporte alors l'Algérie tout entière, aussi bien ses villes que ses campagnes, ses capitalistes que ses colons, ses décideurs politiques que ses responsables économiques. La Banque de l'Algérie est le chef d'orchestre d’une euphorie générale où chacun aspire à des lendemains meilleurs.

34Cette nouvelle aventure de la Banque de l'Algérie, est observée avec sympathie par les pouvoirs publics. Toutefois, elle se réalise au détriment de ses statuts qui lui interdisent d'escompter le papier des colons. Ce papier agricole est, par sa nature, peu solvable et risque d'affecter les équilibres et la prudence dignes d'un institut d'émission qui ne devrait pas être soumis aux aléas de l'agriculture. Pour contourner cet obstacle statutaire, la Banque trouve deux solutions :

  • Elle accorde directement le crédit agricole aux colons sous forme de crédit de campagne. Le crédit de campagne1 n'est pas à son origine un crédit agricole ou rural. Il est plutôt un crédit à court terme accordé à un commerçant ou un industriel pendant la pleine activité d'un produit et qui ne dépasse pas trois mois. Non seulement la Banque joue l'amalgame en intégrant le crédit agricole dans la typologie des crédits de campagne, mais elle renouvelle à chaque échéance ces crédits de trois mois, les reportant ainsi sur une ou même plusieurs années. Désormais le crédit de campagne se transforme en mode de financement de tout le cycle agricole par la Banque de l'Algérie dont l'influence financière et morale s'étend jusqu’au point le plus isolé du territoire algérien.
  • Les comptoirs d'escompte. Ce sont généralement les dirigeants de la Banque de l'Algérie qui sillonnent les petites villes, les villages et les centres de colonisation incitant les colons les plus notoires, mais aussi les plus proches de l'institut d'émission algérien, à se regrouper. Ils constituent ainsi des sociétés de crédit mutuel portant le nom du comptoir d'escompte et celui de la localité (le comptoir d'escompte de Souk-Ahras par exemple, ou le comptoir d'escompte de Guelma etc.). Inspirés par le modèle des comptoirs d'escompte créés en France de 1848 à 1851, ces missionnaires du crédit promettent argent, personnel et assistance de la Banque de l’Algérie. Ainsi les capitaux, les dirigeants et les politiques de crédit des comptoirs d'escompte sont entièrement contrôlés par 1a Banque. Le rôle de ces établissements en formation dont le nombre dépasse quelques dizaines, consiste à accorder le crédit aux colons en imposant la deuxième signature à leur papier. Escompté par les comptoirs d'escompte, le papier des colons, perdrait, selon les responsables de la Banque de l'Algérie, son caractère agricole et pourrait être légalement réescompté par la Banque de l'Algérie. Les comptoirs d'escomptes sont-ils créés dans le but d'être l’intermédiaire, entre les colons et la Banque, ou d’établir une certaine interdépendance. Ils serviraient à légitimer, pour la Banque de l'Algérie, le papier agricole que lui interdisent ses statuts.

35Par ce réseau de comptoirs d'escompte, et par le moyen des crédits de campagne, la Banque de l'Algérie arrive à territorialiser l’espace algérien et à créer de nouveaux liens entre le capital bancaire urbain et la colonisation qui se trouve désormais attachée à la ville au niveau du financement, mais aussi au niveau de l'écoulement, en Algérie ou en France, des produits de l'agriculture spéculative et capitaliste. Accusée pendant longtemps d'être uniquement « la Banque d'Alger », cette institution dispose de succursales implantées dans les principales villes algériennes et elle bénéficie d’un réseau de comptoirs d'escompte qui couvre l'essentiel des campagnes algériennes. Ainsi se tissent autour de la Banque de l'Algérie de nouveaux liens d'interdépendance et de solidarité entre villes et campagnes, commerçants et colons, milieux d'affaires et milieux politiques. Derrière la réussite de la Banque de l'Algérie se cristallise la réussite de toute une colonie, d’un territoire colonial et d’une économie coloniale.

La campagne à la ville, la ville contre la campagne

Analyse des expressions de l’impact de la territorialité à partir de l’énoncé des clauses définies dans les contrats de mariage (Constantine, xviiiè siècle)

36Isabelle GRANGAUD

37Les recours auprès de l’office du qâdhi de Constantine malikite et ses cudûl, relatives à l’impact de la territorialité, et en particulier aux rapports entre la ville et la campagne. La documentation sur laquelle je me suis appuyée, est constituée des actes d’un registre de qâdhi, établis entre 1787 et 1792.

38Première question : d’où et où sont formulés les recours en justice, ou encore à quel horizon économique et social appartiennent les individus que l’on rencontre devant l’instance juridique ? Peu d’éléments explicites permettent de le saisir. On peut cependant établir que les recours à la justice du qâdhî ne sont pas à l’initiative des seuls citadins, mais que, en revanche, ces recours sont formulés en ville auprès d’une instance citadine.

39Je me suis plus particulièrement intéressée à l’énoncé d’une clause régulièrement inscrite dans les actes de mariage, qui distingue deux univers, deux espaces mis dos-à-dos, la ville et la campagne. On peut y voir à la fois le signe d’une forte proximité entre ville et campagne. Si la formulation de cette clause est fréquente, c’est que le passage de la ville à la campagne désigne une frontière vite transgressée et fluide. Un certain nombre de situations exposées au devant le qâdhî montre en effet que la ville vit au rythme de la campagne, et que les deux espaces sont fortement imbriqués. Partant, s’affirment, sinon la réalité d’identités urbaines fragiles, du moins des parcours individuels à cheval sur les deux espaces. Mais par ailleurs, ce qui est signifié dans cette clause, c’est justement le refus de se rendre à la campagne ou du moins d’y être contraint. À la proximité de la campagne, répond la volonté de ne pas en être. Or la fréquence relative de la définition d’une telle disposition et son caractère « préformaté », l’emploi du terme vague al-bâdiyya, désigné comme une entité en elle-même, sans autre définition et par opposition à al-balad, renvoient encore à la réalité d’une frontière idéologique, cautionnée par les juristes, d’autant plus forte qu’elle est matériellement imprécise et efficace dans l’agencement des hiérarchies territoriales au sein d’un même espace.

Le système urbain de l’Oriental marocain

Les interactions entre la gestion administrative du territoire régional et le rayonnement spatial des villes

40Abdelkader GUITOUNI

41Abordant le cas d'une région frontalière au Maghreb, cette approche traite des interactions entre la gestion administrative du territoire et les rayonnements spatiaux des villes de l'Est marocain.

42La mise en parallèle de la hiérarchie urbaine et du découpage administratif régional suppose l'examen des facteurs explicatifs de la délimitation des aires administratives et qui sont d'ordre physique, historique, politique et tribal. La hiérarchisation administrative des villes est liée à leur taille démographique et au nombre de fonctions qu'elles exercent. L'organisation de l'administration du territoire présente une configuration pyramidale : au sommet la capitale nationale (Rabat) ; au niveau régional deux échelons intermédiaires : wilaya (Oujda) et provinces (Nador, Berkane, Taourirt, Jérada, Bouarfa) ; plus bas dans la hiérarchie : des chefs-lieux de cercles ; à la base : des chefs-lieux de communes.

43Le second aspect du thème traité est relatif au rôle de la gestion administrative du territoire dans l'urbanisation et le développement local. Dans une région excentrée où le poids de la dépendance du Centre national (Rabat-Casablanca) l'emporte sur celui de la décentralisation, le découpage administratif, qui est un acte politique, est un enjeu de taille. Par le biais de l'administration du territoire, l'État s'avère un acteur dominant, à la fois dans la promotion administrative des villes, l'urbanisation et le développement local. Ces différentes promotions canalisent l'implantation d'équipements et d'activités économiques. Le découpage administratif agit sur l'organisation des flux, des échanges, crée des polarisations et constitue un facteur de territorialisation et de structuration de l'espace régional.

44Cependant un pôle administratif n'est pas toujours un pôle de croissance. Si, selon le discours de l'État, la réorganisation administrative de l'espace vise à rapprocher les citoyens de l'administration et à favoriser des actions de développement local, dans des cas concrets choisis dans la région, la gestion administrative a des effets négatifs sur le fonctionnement de l'armature urbaine. En l'absence d'une véritable décentralisation où les acteurs locaux auraient un rôle majeur dans la vie de la région, l'appareil administratif se limite à l'encadrement sécuritaire, au contrôle du territoire et de la population et tend à se substituer au développement régional.

Réseaux d’échanges des subsistances dans la Tunisie de l’intérieur et territorialisation aux xviiie et xixe siècles

45Abdelhamid HÉNIA

46La fragilité de l'économie de subsistances en Tunisie à l’époque moderne, comme dans le reste du Maghreb, a imposé aux groupements humains d'une manière générale (villes, villages, tribus, oasis) un échange régulier des produits de subsistances de base pour reconstituer les réserves nécessaires à la survie des groupes. Les institutions communautaires de stockage des réserves alimentaires dans les régions rurales comme la ritba, les mat'mûr, les quçûr constituent un phénomène présent sur tout le territoire tunisien. Dans le monde citadin, la cûla (réserve alimentaire familiale de l'année) occupe toujours un espace, plus ou moins important, dans la maison d'habitation traditionnelle : c'est la chambre des réserves (bayt al-cûla ou bayt al-khazîn). Un examen des produits constituant ces réserves permet de reconstituer les réseaux d'échanges économiques dans un territoire déterminé.

47Dans les foires annuelles et les souks hebdomadaires, des forces extérieures arbitrantes sont appelées à jouer un rôle vital pour assurer à la configuration sociale son équilibre au niveau des subsistances. Est-ce à dire que les réseaux d'échanges des produits de base ont constitué un champ d'action pour territorialiser l'espace tunisien ? Une étude des souks, du processus de leur formation, des espaces qu'ils couvrent, de la « réserve familiale » (cûla) et des enjeux politiques et économiques de ces réseaux, nous permet de saisir d'autres aspects du processus de territorialisation. Comment les territoires s’articulent-ils entre eux par le biais des différents réseaux d'échange ? Quel rôle assurent les tribus nomades et semi-nomades dans la structuration de ces réseaux ? Quel rôle est-il joué aussi par le pouvoir étatique ?

48Le problème des subsistances se pose plus chez les communautés locales de l'intérieur (tribus, villages et oasis) que dans les centres urbains. Ces derniers, grâce à leurs structures d'échange - notamment les marchés quotidiens et hebdomadaires réguliers - permettent à la famille de reconstituer d'une manière régulière ses réserves alimentaires. Il faut dire aussi que l'approvisionnement des villes est un problème généralement pris en charge par l'État (ou du moins fortement structuré et organisé par lui, surtout aux moments de pénurie). Malgré ces structures et la forte présence de l'État, les villes ne sont pas toujours à l'abri des crises de subsistances durant la période moderne. Les historiens en ont recensé un grand nombre. Le panégyriste Hammûda Bin cAbdalcazîz qui écrit sa chronique vers les années soixante-dix du xviiie siècle, montre comment les citadins vivent dans la hantise des pénuries des produits alimentaires. Dans sa description de la foire de Bousdira, vers les années soixante du xviiie siècle, le chroniqueur Mohamed Sghîr Ben Youssef montre que le principal souci du tailleur Béja qui se déplace pour exercer son métier sur les lieux du marché, est de constituer une réserve alimentaire suffisante pour lui et pour ses proches (ciyâlihi).

49Les semi-nomades du centre de la Tunisie assurent un rôle fondamental dans l'équilibre de l'économie des subsistances dans les zones de l'intérieur, en ce sens qu'ils assurent les échanges entre les principaux centres de production : le Nord produit du blé, le Sahel de l'huile, le Sud et plus particulièrement les régions oasiennes les dattes, et le Centre steppique les produits de l'élevage, notamment la laine. Celle-ci alimente l'artisanat textile très prospère dans les villes et villages du Sahel et dans les centres urbains du Sud-Ouest, au Jérid.

50Ce qui attire l'attention, c'est d'abord cette interdépendance économique qui structure l'espace tunisien à l'époque moderne. À l'origine, il y a une division régionale de la production. Situées à l'articulation entre ces trois espaces, ces tribus prennent en charge le commerce inter-régional concentré en deux grandes foires annuelles : l'une se tenait près de la zaouïa de Sidi Bousdira, au Nord-Ouest du pays, l'autre à Tozeur au Sud-Ouest. En assurant l'échange entre des zones économiquement différenciées (des « zones de contact » précise Kh. Chater), ces réseaux assurent un équilibre au sein du territoire qu'ils déterminent et structurent dans leur globalité les sociétés qu'ils impliquent jusqu'au niveau le plus élémentaire de la vie quotidienne.

51Ces foires annuelles se déroulaient à l'occasion du passage de la mahalla, (colonne militaire) qui sortait deux fois l'an : une fois vers le nord en été, pendant la saison des moissons, et une autre en hiver vers le Jérid à l'occasion de la récolte des dattes. Le rôle de l'État était donc important dans la réalisation des échanges. Les tribus qui cherchaient à être autonomes vis-à-vis du pouvoir central, étaient ainsi contraintes d'accepter la présence de l'État pour organiser leur économie et se constituer des réserves alimentaires importantes.

52Ces foires annuelles disparaissent à partir du début du xixe siècle. Elles sont remplacées par une multitude de souks hebdomadaires. Le rôle de l'État est fondamental pour expliquer ces transformations. Son implantation permanente dans ces régions permet de multiplier les moments de l’échanges.

53La territorialisation des communautés locales a provoqué la déterritorialisation des anciens réseaux d'échange jusque-là assurés par les tribus semi-nomades du Centre. Un autre réseau formé des souks hebdomadaires et quotidiens est mis en place dans pratiquement tout le pays. Il est totalement organisé par les structures étatiques et soumis à leur contrôle exclusif. Le prélèvement des taxes du marché n'est pas la seule raison ; contrôler la circulation des groupes et des produits commercialisables constitue pour un pouvoir centralisateur et surtout monopolisateur, une raison des plus importantes.

54Ainsi, l'ordre des communautés tribales est remplacé par celui de l'État. Là aussi on assiste à une globalisation qui se concrétise dans une uniformisation des unités de mesure, plus particulièrement à partir du début du xixe siècle.

55En somme, l'interdépendance des régions au niveau de l'économie des subsistances a favorisé la territorialisation politique de l'espace qui constitue la Tunisie actuelle : dans un premier temps, en faveur des tribus guerrières nomades ou semi-nomades, donc commerçantes, puis dans un second temps, en faveur du pouvoir central. La territorialisation implique quelque part une déterritorialisation. Dans le cas qui nous intéresse, elle est le produit de la domination de la logique étatique sur la logique communautaire.

Plaidoyer pour une théorie de la régionalisation au Maroc

56Mustapha NAÏMI

57Ce programme s’organise autour d’un pôle qui distingue entre concept de décentralisation accélérée et concept de régionalisation. Un grand nombre d’orientations politiques et administratives démontrent que cette distinction n’est pas à l’ordre du jour dans les travaux de recherche actuellement. Dans le présent projet, il s’agit de mettre en place un programme de recherche sur le thème spatio-régional. Celui-ci occupe une place dissemblable qui diffère d’une recherche à l’autre. Les procédures de découpage de l’espace marocain peuvent-elles s’effectuer indépendamment de la prise en compte d’un nécessaire degré d’autonomie ? Au Maroc, avec la mise sur agenda de telles procédures, on se trouve en présence d’un champ de recherche très peu exploré. Quelles sont les notions à clarifier et à rendre opérationnelles ? Comment délimiter une frontière régionale ? Par les implications politiques du dernier découpage, quelles implications économiques ?

58La description spatialisante de l’édifice régional pointe vers l’animation des groupes humains et la mobilisation de leurs ressources. Il faut donc mettre en chantier la démarche ouvrant simultanément les pistes sur les enjeux essentiels, les étapes et le rôle de l’État central pour réduire les incohérences des comportements des régions. Il est certain que les attaches multiples et variées de la société et ses confédérations tribales en tant qu’homogénéité spatiales distinctes, aux structures propres, s’expliquent par des rapports de tous ordres. À travers les éléments de ces attaches figurent ceux structurels qui fondent l’état d’évolution du système confédéral ancestral. Sans qu’il soit nécessaire d’aligner des statistiques, chacun a pu constater que la tentative de mise à mort des dynamiques des confédérations tribales demeure un processus inachevé et illusoire. La dynamique des relations sociales ancestrales est à l’œuvre dans un processus sans cesse renouvelé. Un tel processus ne cesse d’affirmer l’échec avoué des théoriciens de l’État jacobin. Cet échec s’explique par le positionnement en dehors de l’aspect structural très important pour comprendre les mécanismes de résistance des phénomènes dits « archaïques ». L’interprétation du social, de l’économique et du politique consiste en fait dans l’analyse de l’écart maximal par rapport aux méthodes d’analyse introduites par l’intérêt qu’il y avait à défendre la dimension nationale de l’État jacobin.

  • Primauté du principe régional et contenu de l’orientation régionale. La structure identitaire active dans son expression régionale la plus équilibrée ;
  • La classification régionale et ses critères (trigonométrique, ethnique, territorial, linguistique). Redéploiement régional et réalités sous-jacentes ;
  • La péréquation économique entre les différents niveaux de régionalisation ; infrastructure et pôles d’attraction des activités régionales ; le crédit, la banque locale et la notion d’autonomie financière. Revenus durables et comportements régionaux typés ;
  • Équilibre environnemental et politique régionale d’aménagement de la région. Politique d’intensification agricole et commerciale de la région. Politique d’initiation et d’appui à la production régionale. Perception des relations encadreurs - acteurs sociaux de la région. Les cadres régionaux de vulgarisation régionale et la notion de responsabilisation.

Les migrants maghrébins dans l’économie urbaine à Marseille

59Michel PÉRALDI

60Toutes les données statistiques le confirme : la part de l’entreprenariat est de plus en plus importante dans les mondes migrants, tout particulièrement maghrébins, installés en France. À Marseille, dans le cœur historique de la ville, des entrepreneurs algériens d’abord, tunisiens, marocains, sénégalais ensuite, ont développé aujourd’hui un dispositif commercial solidaire, articulant négoce international et colportage. Le dispositif alimente en produits manufacturiers les marchés du Maghreb comme ceux de l’aire métropolitaine marseillaise. Dans un premier temps, ma communication tentera de décrire l’organisation de ce commerce, ses aires d’extension dans la ville.

61Dans un second temps, je m’appuierai sur cet exemple pour interroger les cadres idéologiques et méthodologiques par lesquels l’anthropologie et la sociologie appréhendent ce type d’activité. En effet, s’appuyant sur les savoir-faire acquis dans ce qui était une « enclave ethnique », le dispositif commercial déploie aujourd’hui des réseaux relationnels à dimension internationale, interethnique, jouant de cadres formels et informels, de produits licites ou illicites. Cette dynamique remet en question l’approche traditionnelle en anthropologie de ce type d’activité, notamment celle d’une « économie ethnique ». Elle nous oblige à nous interroger plus généralement sur le rôle de la confiance et de l’éthique de l’honneur et sa capacité à organiser non pas seulement une forme locale de commerce, mais une économie à dimension globale, mobilisant, au-delà des cercles relationnels originaires, une partie des populations urbaines.

L’activation des réseaux sociaux et familiaux en situation de migration et d’insertion urbaine au Maroc

62Mounir ZOUITEN

63Nous avons choisi dans le cadre de la problématique générale sur les relations d’interdépendance et territorialisation d’examiner la corrélation entre l’acte migratoire – dans le sens à la fois de déplacement dans l’espace et processus d’insertion à la cité – et les réseaux sociaux en tant qu’entités relationnelles qui s’activent potentiellement à l’occasion de cet acte.

64Analysée sous cet angle, cette problématique spécifique a l’avantage d’éclairer la compréhension du processus migratoire, y compris dans la phase de l’intégration urbaine de ses acteurs. En effet, la perspective en termes de réseaux sociaux fournit, tout d’abord, le cadre dans lequel se prennent les décisions d’émigrer ; le migrant potentiel prenant sa résolution sur la base de critères qui lui viennent du groupe social dont il fait partie. Ensuite, ce groupe, restreint ou élargi, joue la fonction de relais pour accueillir et soutenir les migrants en ville. Dans les contextes caractérisés par la précarité des conditions d’existence, la solidarité du groupe d’appartenance est nécessaire à l’insertion et à l’intégration urbaines. Enfin, cette perspective permet d’identifier les échanges de toutes natures qui s’établissent entre acteurs dans le cadre des relations villes-campagnes ; ces relations d’échanges étant elles-mêmes un facteur d’intégration urbaine. L’examen de ces questions portera, dans un premier temps, sur l’explicitation de l’approche théorique en termes de réseaux sociaux. Dans un deuxième temps, nous présenterons quelques éléments des résultats d’un travail de terrain que nous avons mené récemment dans l’agglomération de Salé auprès de quelques immigrants résidant dans des quartiers dits clandestins.

Notes

1 Le terme campagne n'est pas dans le sens de rural, mais dans le sens de saison.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter