Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

4. Relations d’interdépendance et territorialisation

Rapport final. Tunis, 17, 18 et 19 septembre 1998

Pierre Signoles

Texte intégral

  • 1 Les références bibliographiques sont renvoyées à la fin du texte, sauf lorsqu’il s’agit de communi (...)

1Sous le titre qui m’a semblé un peu énigmatique de Relations d’interdépendance et territorialisation, il est proposé, si je suis A. Hénia dans sa présentation du programme de recherche Villes et Territoires au Maghreb (A. Hénia, 1997)1, de se situer dans le prolongement des travaux et réflexions sur les allégeances : « Si (celles-ci, en effet) », écrit-il, « donnent un sens aux relations d’interdépendance en les justifiant, (ces dernières) assurent à leur tour la reproduction de la territorialisation des espaces politiques, économiques et sociétaux » (souligné par moi, P.S.). Quatrième volet, donc, du projet qui « consiste à savoir comment se construisent des ensembles globaux et de quelle manière et pour quelles raisons des hommes ou des groupements humains se lient entre eux et forment ensemble des groupes sociopolitiques spécifiques et dynamiques ».

2Avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous a semblé indispensable de présenter trois remarques préliminaires.

Première remarque introductive

3Individus entre eux et dans la société, formations (sociales) insérant ces individus et emboîtées les unes dans les autres selon les échelles de référence, rapports au territoire et effets de territoire sur les rapports sociaux et les configurations sociales, le tout situé dans trois pays du Maghreb, dans des temporalités différentes, repérage des inerties et de l’émergence de phénomènes nouveaux : l’objet est immense et fait courir le risque de s’y perdre.

4Face à cette difficulté que chacun des rapporteurs qui m’ont précédé a déjà évoquée, mais que je ne peux pas plus qu’eux passer sous silence, j’ai disposé de douze textes placés explicitement par les organisateurs dans l’atelier Relations d’interdépendance et territorialisation : trois traitent de l’Algérie, quatre du Maroc, trois de la Tunisie, un de la frontière algéro-tunisienne et un de la France. Les approches disciplinaires, mais, plus encore, les problématiques qui les sous-tendent sont relativement éclatées, les entrées dans le sujet s’avèrent plurielles ; surtout, les articulations entre « relations d’interdépendance et territorialisation » - le fameux « et » qui a été introduit dans le titre pour imposer aux auteurs, en principe, de centrer leurs réflexions sur la dialectique qui unit les deux termes ! – sont inégalement étudiées, sont diversement pensées, ce qui conduit beaucoup de textes à « pencher » tantôt d’un côté, tantôt de l’autre.

5Douze textes, c’est à la fois beaucoup et trop peu, tant le champ à couvrir est immense. Face à ces contributions, j’ai éprouvé quelque difficulté, je l’avoue, à trouver des fils me permettant de les recouper toutes - ou la plupart d’entre elles -, sauf à prendre le risque d’en gauchir parfois le discours ou de n’y prélever qu’une fraction de ce que leurs auteurs voulaient montrer. Je ne suis pas parvenu non plus à les organiser selon quelque grande typologie, l’atelier s’avérant de fait bien moins centré que ceux qui traitaient, respectivement, des notabilités ou des allégeances. Comme Pierre-Robert Baduel, rapporteur de l’atelier 3 Formes d’allégeance et territorialisation j’ai aussi été confronté à la question de savoir quel(s) sens, vulgaire, minimum, commun ou, au contraire, conceptualisé, étai(en)t donné(s) par les intervenants aux deux notions fondamentales qui étaient offertes à la réflexion, relations d’interdépendance pour la première, territoire(s)/territorialité(s)/territorialisation pour la seconde. Cela m’a conduit à m’interroger à mon tour sur ces termes et, ainsi, à me demander à quelles échelles ces notions devaient être pensées, en même temps que cela me conduisait à réfléchir aux méthodologies qu’il convenait de mettre en œuvre dans la recherche pour pouvoir en user de façon pertinente.

Deuxième remarque introductive

6La lecture des communications me l’avait laissé penser, les synthèses et les débats qui ont suivi les ateliers 2 et 3 - plus particulièrement - me l’ont confirmé, nombre de textes présentés sous couvert de ces ateliers éclairent, parfois de façon très remarquable (du moins selon mes grilles de lecture personnelles), la question des relations d’interdépendance et de la territorialisation. Cela m’a interpellé quant à la légitimité de ce quatrième atelier, et j’essaierai d’expliquer un peu plus loin les raisons qui me semblent être à l’origine de ces recoupements - et qui induisent, me semble-t-il, une substance un peu trop légère de cet atelier.

7À tort ou à raison, mais surtout parce qu’il me semblait délicat de reprendre trop longuement, dans cette synthèse, des travaux qui nous avaient été présentés dans les ateliers précédents, j’ai limité au maximum les références aux communications des ateliers autres que le quatrième.

Troisième remarque introductive

8Je suis un rapporteur extérieur au programme de recherche qui nous vaut ce beau et imposant colloque ; je veux dire par-là que je n’ai pas participé aux réunions intermédiaires, entre autres à la table ronde de décembre 1997 à Rabat, dont un des ateliers, pourtant, portait le même titre que celui-ci, et dont les intervenants étaient, peu s’en faut, les mêmes (étant entendu que leurs auteurs en étaient, naturellement, à un stade moins avancé de leurs réflexions). J’ai donc eu la chance, pour préparer cette synthèse, de disposer d’un rapport antérieur, établi à l’issue de la réunion de Rabat, par Michel Péraldi, lequel est sans doute parvenu bien mieux que moi à structurer les apports des différentes contributions. Puisque son auteur m’en a donné l’autorisation, j’ai choisi de procéder en partant de cette première synthèse, parce qu’elle me permettra de « cadrer » relativement vite les interventions ; à la suite de quoi j’organiserai ma propre réflexion selon trois axes :

  • Territorialisation ou production/organisation de l’espace ?
  • Relations d’interdépendance et territorialisation ;
  • Réseaux et territoire.

Rappel des conclusions de la table ronde de Rabat (décembre 1997)

9À Rabat, Michel Péraldi a privilégié, dans sa synthèse, une entrée par l’espace, par le territoire. Il repère à ce propos trois processus distincts de territorialisation, en adoptant comme principe commun que « ces processus sont considérés comme des formes relationnelles où les ordres sociaux et les formes spatiales entrent dans un rapport permanent de codification réciproque » (souligné par moi, P.S.). En ce sens, ajoute-t-il, les relations d’interdépendance revêtent les formes :

  • soit d’un processus de hiérarchisation ;
  • soit d’un processus de segmentation ;
  • soit, enfin, d’un processus de diffusion.

10- Le premier de ces processus caractérise « des formes et des moments dans lesquels les relations entre le spatial et le social constituent des distributions inégales (selon des modalités) qui organisent la hiérarchisation des mondes, des groupes ou des personnes impliquées dans ces dispositifs ». Le principal vecteur de ce type d’organisation des interdépendances territoriales sont les États.

11- Le second correspond à « des relations d’interdépendance territoriales entre des mondes socialement disjoints, voire antagoniques, qui se constituent sur le mode de la juxtaposition, de la superposition ou de l’emboîtement, sans forcément se hiérarchiser ou s’ordonner selon une grammaire inégalitaire », et Michel Péraldi d’ajouter que, à travers les communications présentées à Rabat, cet espace segmentaire « apparaît souvent comme héritage, trace mémorielle, ce qui reste de culture lorsque les marques spatiales ont été effacées, ravagées même par la violence symbolique de l’État ».

12- Le troisième processus, écrit toujours Michel Péraldi, révèle « des formes spatiales qui dénouent le face-à-face, partout tendu, entre segmentation et rationalisation ». Ce seraient donc des formes territoriales issues de la mobilité, de la transversalité, et des formes sociales correspondant à celles des réseaux-sociaux, ajouterai-je. Le caractère paradoxal des territoires construits sur des mobilités fonctionnant le long de réseaux est suffisamment grand, et soulève des problèmes conceptuels tels, qu’il m’est paru justifié d’en traiter à part.

13Voilà donc le point de départ, les trois processus majeurs de territorialisation et les formes produites correspondantes étant rapidement esquissés. Que recouvrent cependant, plus précisément, ces processus et ces formes ? Peut-on effectivement qualifier les premiers de processus de territorialisation et les secondes de formes territoriales, de territoires ?

14C’est ce que je me propose d’examiner en premier lieu ( I ), en suivant, du moins dans un premier temps, l’ordre suggéré par le texte programmatique d’A. Hénia. En quoi les articulations entre ces formes, spatiales, ou ces entités socio-spatiales (terme que, pour ma part, je préférerais), constitutives de configurations plus larges, participent-elles à la réalité sociale, au maintien et à la reproduction de sa cohésion ? Dans ce but, A. Hénia nous suggère de réfléchir, entre autres, aux relations, aux interdépendances qui résulteraient de ce qu’il appelle d’une part dualité territoriale - faisant, sans doute, même si cela n’est pas dit explicitement, principalement référence à la situation antérieure à la colonisation -, et, d’autre part, de la structuration de réseaux économiques. À ce propos, il est affirmé, comme un postulat, que « le contrôle et la structuration de ces réseaux économiques n’est guère étrangère à la territorialisation de l’espace » (souligné par moi, P.S.). La formulation utilisée (« n’est guère étrangère ») est suffisamment vague pour que j’ai cherché à voir ce que les contributions à ce colloque lui donnaient comme contenu concret. Pour en traiter, j’ai regroupé ici l’analyse des textes de Nacira Aggoun et Isabelle Grangaud, de Abdelhamid Fenina, Mohamed Lazhar Gharbi, Abdallah Chérif, Abdelkader Guitouni, ainsi que certains éléments du texte présenté par A. Hénia au titre de l’atelier 2.

Territorialisation et/ou production de l’espace ?

15Les différents textes suscités présentent, en effet, la mise en place de réseaux, de filières, de mailles territoriales, pour la plupart de nature économique (ou essentiellement économique), prenant appui sur des villes ou sur des noyaux de peuplement qu’ils vont contribuer à urbaniser, et qui expriment - exprimeraient - ce que certains de leurs auteurs nomment des relations d’interdépendance, par exemple entre producteurs de fruits et légumes et gros commerçants ou entreprises de conditionnement (A. Chérif), entre approvisionneurs en métaux « précieux » de l’Hôtel de la Monnaie de Tunis au xixe siècle (A. Fenina), entre agriculteurs colons et banques dans l’Algérie de la fin du xixe siècle (M.-L. Gharbi), entre « habitants de base » et gestionnaires régionaux dans l’Oriental marocain (A. Guitouni), etc.

Le rôle de l’État et la hiérarchisation des réseaux

16Dans tous les cas, il est clair que l’acteur majeur des processus décrits est l’État, que celui-ci agisse directement ou indirectement : directement, bien sûr, dans le cas de l’Oriental au Maroc puisque l’on évoque le maillage administratif et la constitution d’une « Région Économique » (…) maille territoriale relativement récente dans ce pays, puisque décidée seulement en 1971 (…) ; directement encore dans le cas de Dâr al-Sikka à Tunis, dans la mesure où elle est une « institution beylicale ayant un monopole exclusif de la frappe (de la monnaie) et qu’elle est placée sous le contrôle direct du beylik » ; quasi directement dans l’exemple étudié par M.-L. Gharbi, en ce sens que la Banque de l’Algérie, qu’il étudie, possède le monopole de l’émission de la monnaie en Algérie depuis 1851 et que, en outre, elle a la gestion du Trésor public – sans compter d’autres fonctions de crédit agricole, à propos desquelles je reviendrai ultérieurement. Seule exception apparente à cette prégnance du rôle de l’État, le cas de la filière fruits et légumes en Tunisie (contemporaine), exclusivement ou presque entre les mains d’acteurs privés depuis que l’État tunisien s’est désengagé des différentes fonctions qu’il y occupait, sauf à noter, comme l’écrit A. Chérif lui-même, que « le rôle (...) des pouvoirs publics dans le développement du secteur fruitier -et j’ajouterai, à titre personnel, dans celui de l’organisation du système de commercialisation - (a été) et est déterminant ».

17Ce que chaque auteur nous décrit donc, c’est l’existence, à l’initiative de l’État ou à son instigation -l’État étant donc soit acteur principal, soit agissant par des relais qu’il contrôle plus ou moins étroitement ou qu’il promeut et stimule -, de « relations d’interdépendance » entre cet État et ces acteurs semi-publics ou privés. Sont donc présentés des processus de mise en relations (économiques, politiques, administratives) entre certaines portions d’espace national (dénommées territoires ou désignées comme tels) et son centre. Ce seraient donc ces processus qui participeraient, à leur échelle et pour leur part - mais souvent, dans la plupart des communications, uniquement pour leur part -, à la réalisation du projet territorial de l’État en voie de construction (régence de Tunis au xixe siècle), ou confronté à la nécessité d’affirmer sa présence par l’installation de colons (Algérie coloniale), ou encore d’affiner sa maille territoriale pour mieux contrôler la population et l’espace d’une région frontalière (Oriental marocain) - cela sous le couvert classique d’un discours qui prône le rapprochement de l’administration du citoyen -, ou, enfin, d’assumer son projet développementaliste par l’essor de l’agriculture commerciale (ici, souvent, périmètres irrigués) et l’extension des circuits marchands (filières fruits et légumes).

18Chacun de ces textes confirme l’efficacité de la structure en réseaux hiérarchisés pour parvenir au but fixé, que cette structure émane de l’État lui-même ou qu’elle soit (ou ait été) mise en place par ses relais (réseau des agences bancaires par exemple). Certes, dans la Tunisie du xixe siècle, cette hiérarchie demeure embryonnaire, hormis Tunis et les grandes villes du littoral oriental, et on ne la voit pas plonger ses racines très profond au cœur du territoire. Certes aussi, A. Chérif insiste, à juste titre, sur le fait que la filière fruits et légumes est encore, dans les années 1990, trop éclatée et insuffisamment hiérarchisée, mais il convient de rappeler que sa mise en place est, somme toute, récente, que les concurrences entre acteurs privés de différentes villes tendent à faire perdurer des structures de commercialisation pas toujours efficientes - en termes de logique économique capitaliste, bien sûr- ; et puis, rassurons-nous quand même à ce sujet, l’État veille, et puisque le dernier Schéma National d’Aménagement du Territoire (tunisien) (1996) a repéré cette mauvaise structuration, il y a fort à parier qu’un effort de rationalisation/hiérarchisation sera entrepris rapidement par les pouvoirs publics pour rendre plus efficiente cette filière.

19Voici donc exposées, pour des périodes historiques différentes, quelques-unes des modalités par lesquelles, avec une certaine continuité, le projet territorial étatique, toujours combiné, avec l’imposition, puis la généralisation, de l’économie capitaliste (ou du mode de production capitaliste ?) se met en place.

20Nouvel ordre économique, nouvel ordre administratif, contrôle des populations et des territoires, élargissement des échanges (matériels et immatériels) mettant en relations, à travers un réseau urbain qui se structure progressivement, des espaces souvent fort éloignés les uns des autres : nous sommes bien, ici, en face d’un processus que, pour reprendre la dénomination qu’en a donnée Michel Péraldi, l’on peut qualifier de « processus de recodification hiérarchique » recodification, puisqu’il s’instaure en se superposant, en composant, en effaçant partiellement ou totalement, selon l’époque, le pays, l’acteur dominant et les acteurs dominés, l’organisation spatiale antérieure.

21Deux commentaires à ce propos, avant que de poursuivre :

  • Les contributions auxquelles j’ai fait référence jusqu’à présent s’inscrivent dans un champ de la recherche qui est, pour le moins, déjà très largement balisé. Elles précisent, affinent, complètent, actualisent : à ce titre, leur apport est incontestable ; mais elles ne peuvent renouveler un champ -la structuration des espaces nationaux -qui ne pourrait l’être qu’en changeant les échelles de son appréhension - je reviendrai sur ce point ultérieurement - ou qu’en modifiant les paradigmes, par exemple en s’engageant résolument dans l’analyse du système d’acteurs et des logiques d’action, ce qui impliquerait d’ailleurs la mise en œuvre de méthodologies différentes. À ce titre, la communication de M.-L. Gharbi dessine une voie à suivre.
  • Ces mêmes contributions sont, par contre, trop peu nombreuses pour rendre compte, au-delà du projet territorial global que nous avons rappelé, de ses adaptations ou de ses inflexions dans chacun des pays considérés, ainsi que de ses temporalités fines. Toutefois, sur ce dernier point, la communication de M.-L. Gharbi, parce qu’elle met en évidence les logiques qui guident la Banque d’Algérie, voire, mieux encore, ses administrateurs principaux, parvient à identifier le moment où ceux-ci décident d’infléchir leurs finalités et de modifier en conséquence le mode d’intervention de la Banque sur le territoire algérien (colonial). Preuve, s’il en fallait, que la prise en considération, par la recherche, des logiques des acteurs décisionnels autorise un renouvellement de celle-ci et permet d’éviter une interprétation trop mécaniste des modalités de l’organisation spatiale.

De la dualité territoriale

  • 2 Le résumé de ce texte figure dans le présent cahier.

22Aux questionnements formulés par A. Hénia sur les articulations et les interdépendances qui résulteraient de ce qu’il appelle la dualité territoriale -plaines/montagnes, nomades/sédentaires, oasiens/semi-nomades, etc. -, peu d’éléments de réponses ont, malheureusement, été apportés par les différents contributeurs. En vérité, et à proprement parler, un seul texte en traite, du moins si l’on s’en tient au titre que son auteur lui a attribué : c’est celui de Nacira Agoun qui porte sur la région de Aïn Defla, entre Dahra et Ouarsenis, en Algérie. La lecture de la communication révèle néanmoins, très rapidement, que la question de la dualité territoriale n’est pas l’objet principal de la recherche ; et, en tout cas, ce n’est pas sur ce terrain que je situerai son apport le plus intéressant. Par ailleurs, le texte qu’avait présenté A. Hénia à la table ronde de Rabat (décembre 1997) et qui portait sur les marchés ne figure pas ici2, ce qui m’interdit d’en rendre compte alors que, à ce que j’en ai subodoré, la question des complémentarités économiques et des relations sociales y occupait une grande place.

23Force m’a donc été faite de me rabattre sur un autre texte d’A. Hénia Les notables locaux dans la Tunisie des xviiie et xixe siècles : point d’ancrage de l’articulation des communautés locales avec le pouvoir beylical, celui présenté dans le cadre de l’atelier 2 Les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants, et dans lequel il présente ce qu’il appelle les « manifestations communautaires ».

24Plusieurs autres textes du même atelier comportent quant à eux des notations, souvent éparses et inégalement développées, à partir desquelles il est cependant possible de préciser les bases constitutives des ressources des notabilités locales. Mais il me suffit, à ce propos, de renvoyer au rapport de synthèse qu’en a effectué Jean-Philippe Bras, puisque celui-ci a construit sa première partie autour du thème Ressources de pouvoir et profils de la notabilité, partie dans laquelle il opère une distinction entre ressources endogènes (i.e. ressources de pouvoir internes : lignagères et religieuses, économiques et fiscales tirées du territoire, institutionnelles) et ressources exogènes (i.e. ressources de pouvoir externes : ressources de la distinction, ressources tirées de la relation privilégiée établie entre le notable et le centre politique) et dans laquelle il montre, ensuite, « la variabilité de ces ressources d’une communauté à l’autre d’une part, dans le temps d’autre part ». Qu’il me soit cependant permis de noter que la plupart des contributions qui figurent dans cet atelier, si elles fournissent la preuve de l’existence, pour les notables, de ressources – et, donc, de sources de pouvoir – variées, dont les unes (les premières) émanent de l’ancrage territorial tout en contribuant à construire du territoire local, et dont les autres relèvent plutôt du fonctionnement de réseaux qui « assurent l’articulation du système local avec l’extérieur » (J.-P. Bras), ne s’interrogent pas réellement sur la question de savoir si ces réseaux créent du (des) territoire(s) – et, si tel est le cas, sur la manière dont ils le font -, ce qui a pour conséquence que, fondamentalement, le thème de la « dualité territoriale » n’est pas réellement traité en tant que tel. Sauf à dire – mais peut-être s’agit-il déjà d’un résultat amplement suffisant – que ces ressources exogènes, en donnant aux notabilités qui en bénéficient une dimension et un pouvoir particuliers, accroissent leurs capacités de construction territoriale et/ou donnent aux territoires déjà inscrits dans l’espace et la société – et d’où émanent ces notabilités – une épaisseur, une capacité de reproduction, qu’ils n’auraient pas sans elles.

  • 3 Marc Côte, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 1988, en particulier les (Chapitres (...)

25La question de la « dualité territoriale » mérite-t-elle cependant d’être vraiment reprise, sauf à y réserver une recherche particulière à partir de sources nouvelles ou selon une problématique renouvelée ? Je dois dire que je n’en suis pas convaincu, dans la mesure où de bonnes synthèses existent déjà sur le sujet, telles celles portant sur l’Algérie, établie par Marc Côte3. Ces synthèses confirment d’ailleurs assez largement les hypothèses de A. Hénia, à savoir que chaque groupe social met en œuvre une logique de son propre espace agraire - logique faite de régulations et de complémentarités au sein du finage - et une logique de son espace social, où s’exprime la force de cette communauté.

  • 4 M. Côte, 1988, p. 53.
  • 5 Idem. p. 79.

26Il suffit alors d’ajouter que l’espace agraire résulte déjà lui-même de la combinaison d’une réponse technique (les complémentarités des systèmes de cultures à l’échelle du finage, les aménagements en terrasses, la maîtrise de l’eau, etc.) et d’une réponse sociale, que l’on peut définir comme « un ensemble cohérent de pratiques assurant la pérennité du groupe »4. Quant à la logique de l’espace social, A. Hénia en a noté les principaux constituants [entraide ; possession collective des greniers, des bois, des pacages, du cimetière ; sociabilités ambiantes et gestion des rituels ; organisation de la défense du groupe ; mais aussi échanges, parce que l’espace social, s’il est morcelé, n’est pas cloisonné5, que la tribu (ou la fraction), si elle est une unité sociale et politique, est aussi une unité économique non autarcique. Les articulations entre ces différents espaces sociaux sont assurées par les souks ruraux - et si, à ce propos, on relisait la thèse de J.-F. Troin (1975) sur les souks du Nord du Maroc ? -et les villes. On peut encore ajouter, mais le fait est bien connu, que ces espaces sociaux s’élargissent de la mobilité des hommes, travailleurs saisonniers, colporteurs, transporteurs ou autres.

27On ne peut donc qu’être d’accord avec A. Hénia (p. 3 du rapport prorammatique, 1997) lorsqu’il estime que « les tribus, villages et communautés oasiennes (de la période précoloniale) disposent d’une assise communautaire faite d’autonomie, de franchises et de restrictions, avec un support géographique » - un support que, pour ma part, et dans ce cas, je préférerais d’ailleurs qualifier de territorial que de géographique ! À ce propos, je soumets aux historiens cette proposition de Marc Côte (1988, p. 79) : « La ‘ territorialisation ’ de la tribu s’est opérée progressivement au cours de l’histoire et au gré des conflits entre voisins (...). Elle a une logique dont le fondement est la recherche des complémentarités. L’on peut (donc) dire que ce n’est pas la délimitation du territoire tribal qui détermine l’utilisation du sol, c’est celle-ci qui définit les contours du finage. Par-là, elle enracine la collectivité au sol et assure sa pérennité » (souligné par moi, P.S.).

28Complémentarités à différentes échelles, articulations assurées par souks et villes, échanges à plus ou moins longue distance. Ceci est une réalité d’autant plus importante que, on l’a vu, elle ne se limite pas aux échanges marchands, mais qu’elle engage le social, le politique, le culturel. Mais qu’en est-il alors des « configurations » qui résultent de ces complémentarités et de ces échanges ? Faut-il chercher à les qualifier ? Ou ne convient-il pas plutôt, comme l’avait tenté à Rabat (décembre 1997) Michel Péraldi, de considérer quelles sont constitutives des formes territoriales qui résultent de la segmentation ?. Si je penche, personnellement, pour cette seconde position – conforté que je suis dans celle-ci par la lecture de la toute récente thèse de doctorat d’État de Lahcen Jennan (1998), relative aux sociétés (qui furent très majoritairement pastorales) du Moyen Atlas central -, je n’ai pas trouvé dans les textes disponibles d’éléments me permettant de trancher, encore moins de suivre dans le temps l’évolution de ces interrelations et les effets éventuels qu’elle engendre sur les organisations sociospatiales et les configurations en question. À une seule exception, qui est le texte d’Isabelle Grangaud, à la condition encore de le tirer dans un sens qui n’est pas exactement celui dans lequel son auteur l’a construit. Ce texte, novateur à la fois par le sujet traité et les sources utilisées, mais aussi rigoureux dans sa démonstration, fournit un éclairage, à partir du dépouillement des actes de mariage, sur les représentations que se forment époux et épouses de la ville (Constantine au xviiie siècle) et de la campagne qui l’entoure. Au-delà de ces représentations, l’examen des clauses de ces contrats - dont certaines spécifient les conditions de résidence de l’époux ou de l’épouse -révèle une fluidité de la frontière entre la ville et la campagne, fluidité qui concerne non seulement la circulation des produits agricoles et/ou artisanaux, mais aussi celle des hommes - dont beaucoup, surtout ceux de condition modeste et de moindre ancrage citadin, ont une activité agricole qui leur impose de vivre, une partie variable de l’année, hors de la cité, impliquant ce que l’auteur désigne comme une nomadisation régulière. Cette fluidité de la frontière entre les deux espaces (ville/campagne) s’exprime aussi par les alliances matrimoniales entre ruraux et citadines, alliances qui révèlent l’intrication des réseaux sociaux des uns et des autres, les familles se déployant de part et d’autre des limites urbaines. Les représentations de l’espace que ces contrats donnent à voir sont différenciées selon les milieux d’origine et hiérarchisées, en ce sens que l’exigence des femmes de résider en ville, maintes fois manifestée, tend à prouver que, selon elles -selon leur famille, plus exactement -, passer de la campagne à la ville signifie une promotion sociale en ce qu’elle les affranchit, au moins formellement, des travaux agraires ainsi que des conditions de la ruralité. Ainsi se manifesterait, si l’on suit I. Grangaud, appréhendée sous un angle particulier, une forme de territorialité liée à la proximité de la ville, en même temps que les facilités de déploiement en ville des réseaux sociaux et familiaux qui prennent naissance à la campagne « impriment durablement les identités urbaines et les façons d’être à la ville ». Loin, donc, des oppositions irréductibles entre villes et campagnes que certains s’échinent à prouver, cet exemple de symbiose, au moins partielle, révélerait donc plutôt les interactions complexes qui s’établissent entre territorialités et identités, ce second terme étant, à mon grand étonnement, l’un des grands absents de la plupart des communications qu’il m’a été donné de lire.

29Pour conclure sur la question de la dualité territoriale, je me contenterai de l’observation suivante. Je ne suis pas convaincu par l’utilisation de l’expression pour qualifier les formes d’organisation spatiale des périodes qui précèdent la colonisation -pour en rester à une périodisation excessivement schématique. Plus même, je considère que cette qualification est totalement contradictoire avec les analyses qui sont conduites pour caractériser les formes territoriales résultant des processus de segmentation, et contradictoires aussi avec le questionnement sur les articulations susceptibles d’exister entre les territoires qui résultent de ces processus. Par contre, on peut assumer l’expression pour caractériser l’organisation spatiale qui est produite par la colonisation et la mise en œuvre de son projet territorial, principalement dans son volet agricole. Nacira Aggoun et Mohamed Lazhar. Gharbi le montrent, chacun pour leur part, de façon on ne peut plus claire, la première à travers la mise en place d’une nouvelle maille administrativo-politique, l’entreprise d’occupation systématique d’occupation des plaines par dépossession des communautés qui possédaient et/ou usaient de leur sol, la politique de peuplement colonial appuyée sur des camps militaires, des fermes, des villages et de petits centres de colonisation ; le second, à travers l’instauration d’un nouveau système de production agricole, avec ses spéculations nouvelles (vigne principalement) et son ouverture vers le marché et l’exportation, d’un nouvel espace spécialisé que, dans une grande mesure, le système bancaire et sa structuration en réseau hiérarchisé pour la distribution du crédit agricole ont « produit » et dont ils concourent à assurer la « reproduction ». Ce type de processus est bien celui qui rend « lisible » dans l’organisation spatiale la coupure plaines/montagnes, coupure que la dualité administrative évoquée par N. Aggoun va cristalliser pour un long temps : « communes de plein exercice » en plaine, « communes mixtes » - en vérité, sous administration directe - en montagne. C’est bien cette dualité qui engendre la rupture des complémentarités « traditionnelles », avec toutes les conséquences que l’on en connaît.

30« Que l’on en connaît... » : je veux dire par là que cette question a, pour le moins, fait l’objet, à travers tout le Maghreb, d’une multitude d’études de grande qualité, trop nombreuses pour être toutes citées ici, mais dont je me demande, à partir du moment où l’on tient à s’interroger sur ces complémentarités ou ce « dualisme spatial », s’il n’aurait pas été nécessaire d’en esquisser une relecture. Pour ma part (de géographe), je me contenterai de renvoyer, sans prétention d’exhaustivité, aux thèses magistrales de Jean Le Coz (Gharb) (1964), de Robert Fosset (plaines atlantiques) (1979), de Paul Pascon (Haouz de Marrakech) (1977), ainsi qu’aux thèses complémentaires de Gérard Maurer (Rif central) (1968) et de Gaston Beaudet (Moyen-Atlas) (1969) pour le Maroc ; aux thèses, une fois encore, de Georges Mutin (Mitidja) (1977) et Marc Côte (Est algérien) (1979) pour l’Algérie, de Jean Poncet (Tunisie coloniale) (1962), Hafedh Sethom (Cap Bon) (1977a et b), Ahmed Kassab (vallée de la Mejerda) (1979), Habib Attia (Hautes Steppes) (1977) pour la Tunisie. À quoi l’on pourrait ajouter des dizaines d’autres références, puisque les apports de la recherche géographique sur cette question ne cessent d’être mis à disposition de la communauté scientifique – pour peu que celle-ci veuille bien en prendre connaissance -, parmi lesquelles je ne citerai que deux des plus récentes, celles de S. Bouchemal (1997) pour les Hautes Plaines du Constantinois et celle de Lahcen Jennan (1998) pour le Moyen Atlas central marocain.

  • 6 Pour le Maroc, on se reportera aux analyses de Mohamed Naciri (1985, p. 229 et sq.) lequel note qu (...)

31C’est bien d’ailleurs à cette tentative de synthèse que se sont déjà attachés Georges Mutin et Jean-Claude Brûlé dans leur contribution à l’ouvrage collectif publié sous la direction de J. F. Troin (1985). Ce n’est donc pas un hasard si ces deux auteurs utilisent explicitement l’expression « espace dual » (p. 177) pour qualifier le résultat de la pénétration coloniale, précisant même que - sauf sans doute au Maroc -en Mitidja, en Oranie et dans la basse et moyenne vallée de la Mejerda, le fait majeur est l’imbrication, en îlots, d’un, deux, trois périmètres de colonisation dans le tissu des douars et tribus, multipliant ainsi les effets d’enclave, chacun de ces périmètres contribuant à briser simultanément le fragile équilibre de plusieurs tribus et provoquant de ce fait une déstructuration sur des superficies sans commune mesure avec le nombre d’hectares prélevés (par la colonisation)6.

32Le dualisme des trames rurales caractérise donc bien, à partir de ce moment-là, chacun des pays du Maghreb : chacune des trames qui structurent chacun des deux types d’espace (le colonial et l’« autre »), même si elles interfèrent ici ou là, n’ont en général rien de commun. S’opposent, en effet, non seulement les trames agraires, mais aussi celles d’habitat, de services, d’équipements, d’infrastructures, d’échanges, administratives (ibidem, p. 179). Pour la période qui fait suite aux Indépendances, seul parmi les intervenants à ce colloque A. Guitouni, pour le Maroc oriental, signale un nouveau maillage et s’interroge sur les recompositions qu’il impose. Car l’on sait bien que les États vont, à leur tour, imposer eux aussi, d’en haut, de nouvelles trames intégratrices, plus ou moins homogènes, sur l’ensemble du territoire devenu national, qu’ils ne vont cesser d’en resserrer les mailles, provoquant à l’occasion de nouveaux processus de déstructuration, trames héritées et trames récentes ne pouvant être complémentaires, mais étant au contraire nécessairement concurrentes (ibidem, p. 187). Mais, une fois encore, quelque soit l’intérêt de la contribution de A. Guitouni, ce n’est pas sur ce point que son apport est le plus novateur, tant il est vrai que, sur la question des trames étatiques et de leurs effets structurants/déstructurants, beaucoup a déjà été écrit – outre M. Côte (1979 et 1988) et G. Mutin (1977), déjà cités, voir, entre autres, Pierre Signoles (1985), Amor Belhedi (1992 a, b et c) pour la Tunisie, ainsi qu’Abed Bendjelid (1990) pour l’Ouest algérien ou encore Mohamed Naciri, dans un article très pédagogique (1985) pour le Maroc.

33Mais, dès lors que nous voulons réfléchir sur les articulations entre les diverses entités socio-spatiales qui constituent les pays du Maghreb à l’époque coloniale ou après les Indépendances, les communications ici présentées ne fournissent que peu de matériaux. Les deux seules à notre disposition, pour novatrices qu’elles soient, se limitent en effet à l’identification des systèmes de relations (ainsi qu’à leurs modes de fonctionnement) entre des entités bien particulières de ces espaces, à savoir les zones de colonisation (M.-L. Gharbi) ou les périmètres de modernisation agricole

34(A. Chérif) et les capitales et/ou ports d’exportation. Mais quant à la manière dont sont « liées » ces entités entre elles, et celles-ci au reste des territoires (aux « reliquats » que ces enclaves séparent), et les différentes composantes de ces « reliquats » entre elles, nous ne disposons pas d’analyses qui nous permettraient d’aborder, avec des matériaux suffisants, la question de leurs articulations. Par exemple, un thème aussi fondamental que celui des migrations de population, ne serait-ce que sous l’angle de l’exode rural, n’est jamais esquissé, alors que son analyse permettrait un éclairage très révélateur de cette question. Tandis que – inversement -, en voulant à tout prix rechercher des articulations, sans doute pour justifier de l’inscription dans l’atelier n° 4, certains auteurs prennent le risque de réduire à peu de choses ce que, pourtant, la plupart des travaux des géographes ou des économistes spatiaux qui ont déjà traité de l’organisation de l’espace au Maghreb ont mis en évidence pour les périodes qui courent jusqu’au milieu des années 1960 - pour le moins -, à savoir la désarticulation de l’espace. En quelque sorte, cette difficulté à se positionner par rapport à la problématique posée aboutit à ce que la question – pourtant fondamentale à nos yeux – de savoir si, à la désarticulation spatiale qu’impose la macro-organisation étatique (coloniale et postcoloniale) et du mode de production capitaliste, se superposent (et, si oui, comment ? pour quels résultats ?) des articulations spatiales qui relèveraient plus des logiques sociales ou de relations économiques héritées (pour ne pas dire traditionnelles), ne soit pas véritablement abordée. J’ai volontairement usé du verbe superposer parce qu’il est suffisamment neutre, et qu’il ne préjuge pas des formes et des modalités qui résultent de la superposition en question.

35L’essentiel de mon propos vise en effet à manifester mon étonnement quant à la non-discussion, au fond, de cet aspect des choses, alors même que le débat est largement ouvert, comme tendent à le prouver une série de travaux récents qui contestent les analyses en termes de dualité spatiale. Ainsi, dans un contexte certes très différent de celui du Maghreb, à savoir celui de l’île de la Réunion – mais une île profondément marquée par l’héritage de la colonisation et les phénomènes de ségrégation socio-spatiale, Jacky Simonin (1994, cité par Isabelle Pailliart, 1995) considère-t-il que la société réunionnaise (contemporaine) connaît le télescopage de deux espaces sociaux - ce qui le conduit à qualifier cette société de « société télescopée » et à inciter les chercheurs à s’engager de manière ambitieuse « dans une activité de déconstruction recomposition conceptuelle » dont la principale manifestation serait la remise en cause d’antagonismes du type de ceux espace public/espace privé, société agraire/société industrielle, centre/périphérie, local/national. À tout le moins, on peut penser - en tout cas, je le pense - que la notion de télescopage est plus riche que celle de dualisme, et qu’elle facilite la recherche de ces articulations sociales/spatiales que le programme de recherche qui a sous-tendu le présent colloque appelait de ses vœux.

36L’étonnement qui est le mien et que je signalais ci-dessus est d’autant plus grand que cette dimension de la problématique n’est pas vraiment nouvelle, loin s’en faut, puisqu’il y a déjà près d’un quart de siècle que Milton Santos (1975 a et b) l’avait déjà très explicitement formulée. À ceux qui estimeraient que cet auteur n’est qu’une référence de géographe – mais, si tel est le cas, c’est bien dommage ! -, je pourrais rétorquer que, toutes choses égales par ailleurs, des problématiques similaires peuvent se trouver dans moult travaux d’historiens, y compris spécialistes du Maghreb – et je ne citerai, à ce propos que Lucette Valensi (1986) et A. Laroui (1981). Quant à l’absence, dans les communications présentées dans l’atelier n° 4, de (pratiquement) toute référence aux écrits des politologues, l’appartenance disciplinaire des auteurs (essentiellement historiens et géographes) ne me semble pas un justificatif recevable, du moment que beaucoup de travaux récents de spécialistes du Monde arabe, certes principalement du Machrek, recoupent de façon étonnante la problématique en question, y compris dans toute sa dimension territoriale : je pense, entre autres, à un auteur comme Riccardo Bocco, dont il suffit de lire l’Introduction (1995), intitulée « Asabiyat tribales et États au Moyen-Orient : confrontations et connivences », à un numéro spécial de la revue Monde arabe/Maghreb-Machrek 1995 n° 147 (pp. 312), pour être convaincu du profit que les auteurs d’autres disciplines des sciences sociales peuvent tirer des hypothèses qu’il formule et des questionnements qu’il pose…

37En ce point de mon rapport, il m’est apparu nécessaire de dépasser la présentation transversale d’un premier groupe de textes ainsi que de tenter de donner plus de sens à diverses notations qui figurent, mais de façon souvent trop « discrète », dans les autres - avec le désir de restituer ces notations dans des problématiques plus générales, et de les relier les unes aux autres, quitte à ce que les « accroches » que je tenterai paraissent un peu artificielles. Pour ce faire, j’ai estimé indispensable d’effectuer un détour par la « notion » de territoire.

À propos de Territoire(s)

38Je sais qu’il existe un consensus, dans cette assemblée, pour considérer que, lorsque s’engage une recherche collective, associant de nombreux chercheurs d’appartenance disciplinaire diverse, mieux vaut privilégier un certain pragmatisme, lequel s’accompagne logiquement d’un refus du théoricisme et d’un excès de conceptualisation, pour reprendre un point de vue formulé par Vincent Geisser lors de l’une des réunions préparatoires tenues dans le cadre du présent programme de recherches (V. Geisser : Synthèse des communications et des débats de la séance du 17 octobre 1997 : Formes d’allégeance et territorialisation).

39Force est néanmoins de constater - et les débats qui ont accompagné les synthèses des ateliers précédant celui-ci en ont apporté la preuve - que, puisque la plupart des termes dont nous usons sont polysémiques, ayant simultanément un sens commun et un sens « savant », si chacun est totalement libre de leur donner la « valeur » qu’il veut, le risque est extrêmement grand qu’il n’y ait aucune possibilité de communication efficace entre participants. La condition de la communication, c’est donc, en une telle situation, que les participants s’entendent a minima sur la signification des termes. Je partage donc, sur ce point, l’avis de J.-Ch. Depaule, à savoir qu’il convient de situer certains termes ou expressions dans un cadre « moyennement contraignant », mais suffisamment précis, néanmoins, pour permettre l’échange. Ceci est d’autant plus impératif que le ou les termes dont il est question sont au centre de la problématique collective.

40En ce qui concerne l’atelier 4, cela concerne au moins les termes ou expressions de « territoire(s) » et de « relations d’interdépendance ». Laissons pour l’instant de côté le second, pour nous préoccuper du premier dont la mise au clair nous paraît d’autant plus impérative qu’il figure dans l’« affiche » générale de notre réunion Villes et Territoires au Maghreb et pas seulement dans l’intitulé de l’atelier 4, d’une part, après que les sciences sociales eurent mis beaucoup de temps à apprivoiser les termes de territoire/territorialité/territorialisation, elles semblent aujourd’hui être victimes d’une inflation récente de leur usage, celui-ci ayant en outre gagné le champ médiatique et « grand public » ; d’autre part - à l’opposé, pourrait-on dire -, dans certaines disciplines (je pense, entre autres, à la géographie), le terme de territoire a été la source, le prétexte, d’une véritable révolution épistémologique, voire d’un changement de paradigme, à l’occasion de quoi une masse impressionnante de travaux, de publications, de réflexions, souvent d’une remarquable qualité, a été produite. Compte tenu de cet état de choses, il m’apparaît risqué de s’aventurer sur ce territoire - là comme si son sens était évident et faisait l’objet d’un consensus, dans la mesure où ce n’est pas parce qu’un mot-ressource est devenu un mot-valise qu’il faut passer par pertes et profits tout l’effort de conceptualisation dont il a été l’objet.

  • 7 Il convient d’ajouter à ces références le dernier ouvrage de Guy Di Méo (1998), paru après la prép (...)

41Il serait présomptueux de ma part de m’engager dans un historique complet des significations de ce terme et dans les débats auxquels celles-ci ont donné lieu. Je ne crois pas, non plus, que ce soit l’objet du type de rapport dont j’ai été chargé. Je me contenterai donc d’un rappel des principales acceptions du terme, en m’appuyant sur les travaux les plus classiques à ce sujet M. Le Berre, 1992 ; et les nombreux écrits de G. Di Méo (en particulier, 1991 et 1996, et, en collaboration, 1993)7.

42Suivons d’abord Maryvonne Le Berre :

43- Le terme, qui provient du latin territorium, lui-même dérivé de terra - la terre -, veut dire à l’origine (latine) : « morceau de terre approprié ».À l’époque moderne, avec la constitution d’États puissants, le mot territoire prend un sens juridique très fort, qui associe une idée de domination/contrôle (liée au pouvoir, au Prince), une idée d’aire (dominée par ce contrôle territorial) et une idée de limites (les frontières).

44- Si le mot pose aujourd’hui problème, c’est qu’il a investi récemment le champ des sciences sociales non pas en provenance directe des sciences juridiques ou politiques, mais après un long détour chez les éthologues, c’est-à-dire les spécialistes des sociétés animales. Ce transfert a eu deux conséquences principales : premièrement, les éthologues lui ont donné un statut de concept scientifique, auquel sont toujours associées les idées de domination, d’aire d’extension, de limites ; mais, en second lieu, ces mêmes éthologues ont fabriqué le concept de territorialité, définie comme la conduite d’un organisme pour prendre possession de son territoire et le défendre, y compris contre les membres de sa propre espèce ; en vertu de quoi la territorialité, de simple qualité juridique (comme en témoigne l’expression extra-territorialité est devenue le qualificatif d’un système de comportement.

45Ce n’est qu’ensuite que ces concepts ont été transférés d’abord à l’anthropologie, puis à la psychologie, à la sociologie, à la géographie, à l’économie spatiale.

46- À partir de là, pratiquement chaque auteur, dans sa discipline d’appartenance, a tendu à donner au terme sa propre acception, celle qu’il jugeait la plus efficace pour les finalités de sa recherche. En conséquence, les chercheurs actuels sont confrontés à une multiplicité des définitions ou des significations du terme de territoire, sans parler de celles qui accompagnent les termes dérivés, tels que territorialité ou territorialisation.

47Puisqu’il ne saurait être question, ici, de présenter les principales de ces définitions pour aller y « pêcher » celle qui nous rassemblerait le mieux, j’ai choisi de poser le problème de la façon la plus naïve qui soit : puisqu’il existe déjà le terme espace, que de nombreux auteurs, principalement géographes, se sont efforcés depuis maintenant plus d’un quart de siècle, de conceptualiser, et que ce terme s’accompagne aussi de nombreux dérivés (spatial, spatialité, organisation de l’espace, spatialisation, etc.), y a-t-il un quelconque intérêt à user du mot territoire si l’on ne lui attribue pas un sens différent d’espace ? Ne court-on pas un risque inutile à saturer le discours scientifique de termes synonymes, en particulier si l’un d’eux doit surtout son succès à un effet de mode ?

  • 8 Peut-on rappeler à ce propos que Michel Seurat, dans deux de ses articles les plus célèbres (1984 (...)

48En tout état de cause, nous estimons que, dès lors que l’on désire user du terme territoire comme d’un concept, ou, à tout le moins, l’accompagner d’un sens particulier, on ne peut faire l’économie ni du débat ancien, mais jamais achevé, autour de la notion d’espace, ni de celui, largement corrélatif, autour de celle de territoire. Si nous avons choisi de limiter notre propos à fournir les grandes lignes de ce débat à propos de la seconde de ces notions, il nous a semblé qu’il était impossible, sans que cela ne nous entraîne trop loin, de nous engager dans la discussion autour du premier terme, même si elle inclut la question fondamentale (pour l’objet même de cet atelier et, plus largement, du colloque tout entier) des relations dialectiques entre le spatial et le social. Nous nous contenterons donc d’inviter le lecteur à se replonger dans l’ouvrage foisonnant et toujours actuel de Franck Auriac et Roger Brunet : Espaces, jeux et enjeux (1986) - plus particulièrement, pour ce qui nous intéresse ici, dans l’Introduction signée des deux coordonnateurs ainsi que dans les contributions d’A. Vant, Y. Barel, M. Marié, Cl. Raffestin, J. Lévy et P. Alliès. À quoi l’on peut ajouter, pour l’originalité des positions que son auteur exprime – qu’il précise n’être ni celles d’Henri Lefebvre (1970) ni celles de Manuel Castells (1977)8, les écrits de Jean Rémy, en particulier le dernier ouvrage qu’il a publié (1998) à la date à laquelle nous rédigeons le présent rapport.

  • 9 On pourra aussi se reporter à l’article de M. Lussault (1996b), dans lequel il rappelle comment, d (...)

49Faire l’économie de ce débat nous oblige toutefois à choisir un point de départ sans en fournir les justificatifs. Nous proposons donc, en suivant Michel Lussault, de considérer plutôt que le territoire est « une espèce particulière d’espace » - en ce qui concerne cet auteur, il distingue trois modes d’agencements spatiaux : le lieu, le territoire et le réseau (M. Lussault, 1996)9. Auquel cas, il convient alors de savoir quelle est cette « particularité », qu’est-ce qui donne à cette portion d’espace sa valeur particulière, sa marque de distinction, ce que J. Lévy appelle sa « substance » (J. Lévy, 1994).

50Un relatif accord – nous écrivons « relatif » parce que, pour certains, géographes essentiellement, le concept d’« espace géographique » inclut, par définition, une dimension territoriale » - entre les chercheurs existe sur le fait que cette « substance » comporte une dimension d’appropriation par un groupe - mais on peut sans doute concevoir des territoires individuels -, ainsi qu’une dimension idéelle qui contribuerait à la fondation de l’identité du groupe.

51Il n’est pas jusqu’aux économistes spatiaux qui n’aient pas aussi, en ce domaine, effectué leur révolution conceptuelle. Considérant que « la référence à la tectonique des territoires est porteuse de riches ouvertures », Claude Lacour et Sylvette Puissant (1992) écrivent ainsi : « Pour avoir, d’une part, privilégié l’analyse en termes d’espace pur abstrait, pour avoir, d’autre part, été excessivement respectueuse des découpages institutionnels – État, régions administratives, communes -, la science régionale a hésité entre une approche normative totalement déconnectée de tout contexte et une attitude technocratique ‘légitimiste’ respectant trop les acteurs. Aussi la référence au territoire est-elle apparue essentiellement comme une réponse politique, contestataire et antiéconomiste à une théorisation excessive et totalitaire d’un interventionnisme étatique industriel et productiviste (…). Le ‘territoire’, lieu vivant et de vie, s’est voulu la négation d’une conceptualisation macroéconomique (…). Il a pu fonctionner totalement à rebours des modèles établis, privilégiant le ‘petit’ contre le ‘national-étatique’, le culturel et le social contre l’économique, le militantisme contre le professionnalisme, la solidarité locale contre l’efficacité mesurée par l’accès aux marchés internationaux » (ce qui est souligné l’est par les auteurs).

52Une des conséquences essentielles de ce type de positionnement me semble être, en suivant sur ce point R. Brunet, R. Ferras et H. Théry (1992), que la territorialité, en Sciences Sociales, est autre chose que dans les sociétés animales, en ce sens que l’identification est apprise par le processus de socialisation, qu’elle relève de la psychologie individuelle et qu’elle fonde, effectivement, l’identité collective. On pourrait aller jusqu’à dire, comme les auteurs des Mots de la Géographie que « le territoire serait à l’espace ce que la conscience de classe est à la classe ».

53Pour conclure sur ce point, je préciserai les bornes que j’estime devoir être posées pour un usage minimal du terme territoire :

  • le territoire est autre chose que l’espace, entendu comme « étendue », comme « support projectuel » des activités humaines ;
  • le territoire « ne se réduit pas non plus à une entité juridique ou à la seule projection au sol des rapports de pouvoir (le contrôle territorial) » - et, en cela, je me distingue du sens trop exclusif à mon goût que tend à lui attribuer A. Hénia dans son texte programmatique (1997). On connaît, en effet, des entités juridiques, dont certaines pourtant relativement anciennes, qui n’ont donné naissance à aucun sentiment d’identité collective ; de même que l’on sait la lenteur de l’émergence de ce même sentiment dans le cadre des « Régions » françaises et son incomplétude encore actuelle – sauf cas d’espèces10.
  • 11 La rencontre est d’autant plus aisée que « l’analyse spatiale (met l’accent) sur des règles généra (...)

54En conséquence, si l’on s’intéresse (ou si l’on s’occupe), uniquement, à (de) la dimension non idéelle des activités humaines spatialisées, son étude s’appelle : « l’organisation de l’espace » [voir, sur ce point, et sans prétention d’exhaustivité, l’ouvrage classique de Jean Labasse (1966) ou encore le manuel tout aussi classique de H. Isnard (1978)] ou l’« analyse spatiale ». Selon Denise Pumain et Thérèse Saint-Julien (1997), l’objectif de cette dernière serait de « décrire une disposition particulière de certains objets, leur organisation spatiale », repérer des structures, expliquer des localisations par d’autres. Son but est de déceler en quoi la localisation apporte un élément utile à la connaissance des objets étudiés et peut en expliquer les caractéristiques, en totalité ou en partie. Au lieu de considérer que ces unités sont des éléments indépendants (…), l’analyse spatiale s’intéresse aux propriétés des objets « en tant qu’ils sont localisés ». « La localisation peut être étudiée pour elle-même, ou comme un facteur susceptible d’intervenir dans l’explication de la diversité des lieux (…) » (ce qui est souligné l’est par les auteurs) (pp. 5-6). L’analyse spatiale n’est pas un champ réservé des géographes, ceux-ci y rencontrant des spécialistes d’autres disciplines, en particulier les économistes spatiaux11. L’un de ceux-ci, Jean Paelinck, précise dans un article (1992) qui, pour être bref, a au moins le mérite d’être franc, la position des uns et des autres : « (…) L’économiste spatial introduit une relation de préférence, une relation technique, des relations métriques et de mesure ; le praticien de la géographie humaine y ajoutera souvent des relations sociologiques, politiques, religieuses… et, en ce sens, traite d’une discipline plus holistique que l’économiste. Un peu de formalisme ne messied pas à ce stade (…) ».

  • 12 M. Lussault, H. D. R., 1996a, p. 95.

55- à moins que, malgré tout, on veuille absolument se référer à une définition, auquel cas je suggère la suivante : « Un territoire, ce serait une aire délimitée affectée d’une idéologie territoriale (émanant d’une société, d’un groupe, étendu ou restreint, à la rigueur d’un individu »12.

56De quoi il résulte :

  • que les paradigmes qui fondent l’analyse spatiale ne sont pas les mêmes que ceux qui permettent l’analyse territoriale.
  • que les territoires s’emboîtent à différentes échelles, correspondant elles-mêmes aux groupes sociaux de référence, aux instances de référence, pour aboutir, à l’échelle supérieure, à des configurations éminemment complexes qui comportent des superpositions, des frictions, des interférences, des concurrences, sources de contestations ou de conflits de gravité variée.
  • que chaque individu est ou peut être multi-territorialisé, parce que chacun est susceptible de mettre en œuvre plusieurs modalités, plusieurs formes, plusieurs conceptions de l’appropriation de l’espace, correspondant à la multiplicité de son être ainsi qu’à la diversité de ses rôles sociaux.

57Cette parenthèse fermée, je peux tenter de mettre en regard de la conception la plus minimaliste du territoire les communications de l’atelier 4. Il me faut bien alors reconnaître que la plupart d’entre elles s’inscrivent dans ce que j’ai appelé l’analyse spatiale classique - ce qui ne revêt, pour moi, aucune connotation péjorative -, et que, si elles sont des contributions intéressantes, à leur échelle, à une meilleure connaissance de l’organisation de(s) l’espace(s), elles ne fournissent que rarement - et, en tout cas, pas directement, pas explicitement - des éléments susceptibles d’alimenter la réflexion sur les territoires. La raison en est double : la première résulte de ce que, lorsque le terme territoire est employé, il ne lui est donné, le plus souvent, aucun sens particulier - il est utilisé comme un simple synonyme d’espace ; la seconde, qui résulte naturellement de la précédente, tient à ce que les échelles d’analyse et, conséquemment, les méthodologies adoptées, ne se prêtent pas à une étude des territorialités ou des modes de territorialisation pour la simple et bonne raison que, sauf cas d’espèce, les auteurs n’étudient pas de tels « objets ». Pour autant, il ne fait aucun doute que, à l’échelle, nationale ou régionale, qu’ils privilégient, les mécanismes qu’ils décrivent, les acteurs sur lesquels ils focalisent leur attention participent de la territorialisation de(s) l’espace(s) national(aux), certains auteurs évoquant, d’autres suggérant, à cette occasion, l’existence d’une confrontation entre plusieurs logiques territoriales, fonctionnant à des échelles différentes. Parmi ces logiques, les unes sont préexistantes, d’autres - telles celles des États, de ses agents ou des acteurs privés inscrits dans l’économie capitaliste -viennent les affronter, avec des moyens incomparablement supérieurs à ceux que les communautés « traditionnelles » peuvent leur opposer.

  • 13 Nicos Poulantzas (1978, p. 114 - que je cite ici à partir de P.-R. Baduel, 1986).

58C’est avec ce schéma de lecture que j’ai repéré dans ces contributions, d’abord, des processus classiques d’unification, d’intégration et d’homogénéisation - au sens qu’attribuent à ce terme les économistes spatiaux - des territoires à l’échelle de chaque pays. Il convient à ce propos de remarquer que, comme l’a écrit Nicos Poulantzas13, cette homogénéisation doit en quelque sorte être considérée comme un effet « au second degré », en ce sens que les processus décrits produisent, au premier degré, un espace fractionné, spécialisé, discontinu, voire ségrégatif - quand il s’agit de la période coloniale. Mais, comme l’écrit encore Poulantzas, l’espace moderne est né, un espace dans lequel on se déplace à l’infini en traversant des séparations, où chaque place se définit par son écart des autres, espace sur lequel on s’étend en s’assimilant de nouveaux segments qu’il s’agit d’homogénéiser (à leur tour) (...). Le modèle qui se diffuse ainsi est, bien évidemment, un modèle centripète, du fait de la position du centre unique de pouvoir politique et administratif, lequel est (ou devient) aussi le centre quasi unique de commandement économique, imposant de ce fait au fonctionnement d’ensemble du système spatial une orientation pratiquement exclusive.

  • 14 Une interrogation de ce type sous-tend tout un article de Riccardo Bocco et Tareq Tell relatif aux (...)

59Ces processus d’unification, homogénéisation, intégration s’accompagnent, on l’a dit, de tout un système d’encadrement, de la création de réseaux, de la spécialisation d’espaces, de la production de villes qui assurent l’articulation des fractions du territoire qui, à un moment donné, sont considérées comme essentielles - avec un changement structurel, du moins en principe, lors du passage de la période coloniale à l’État national, puisque l’on passe d’un « cantonnement-enclavement » de ces portions d’espace à une volonté explicite d’élargissement. Un bel exemple de ces confrontations de logiques territoriales nous est fourni par Kmar Bendana et Habib Belaïd, étant entendu que le jeu qu’ils nous décrivent se joue à trois - tribu à cheval sur la frontière (ou, plutôt, sur ce qui allait devenir la frontière) algéro-tunisienne, État colonial en Algérie, régence de Tunis. Au-delà des péripéties événementielles que les auteurs relatent - mais ce sont bien ces péripéties par elles-mêmes qui donnent toute sa valeur à l’analyse -, le cas présenté permet de saisir la logique économico-sociale (logique de reproduction biologique et sociale) qui sous-tend la stratégie de la tribu, ainsi que le vécu et les représentations qui l’accompagnent ; dans le même temps, le conflit qui se noue à l’occasion de la délimitation et du bornage de la frontière met en scène des acteurs qui se justifient par la mise en avant de deux séries de preuves qui s’opposent : d’un côté des actes de propriété qui fondent les positions de la tribu et celles du bey qui la soutient d’un autre côté, une « carte-croquis » établie par un officier français commandité par les autorités françaises en Algérie. Mais cet exemple montre aussi que c’est autour du paiement de l’impôt par les membres de la tribu qui se trouvent de tel ou tel côté de la frontière -i.e., pour ceux qui sont dans la partie « algérienne », paiement de l’impôt aux autorités françaises ou au bey ? - que se jouent les questions de l’appartenance et de l’identification d’un groupe à une communauté donnée : n’est-ce pas là, en quelque sorte, une expression de l’opposition que l’on pourrait établir entre des appartenances qui relèveraient de rapports d’allégeance et des appartenances qui se fonderaient sur des territoires ?14. Si tel était bien le cas, cela nous offrirait la possibilité d’établir une passerelle entre cette contribution et celle présentée par A. Hénia dans l’atelier 3 (La bayca (serment d’allégeance) en Tunisie et au Maroc à l’époque moderne : quelle territorialisation ?).

60Si j’en reviens aux processus de territorialisation-homogénéisation à l’échelle macro, je me dois de constater que, dans presque tous les textes à propos desquels il m’est donné de rapporter, leurs effets en termes de territorialité(s)/territorialisation aux échelles micro ou méso n’ont pas réellement suscité de recherches particulières. Les apports de ces différents textes sont donc relativement modestes, même si certains d’entre eux fournissent des résultats intéressants. Leurs principaux résultats me paraissent être les suivants :

  • Par la connexion qu’il repère entre certaines notabilités locales et ceux qu’il appelle les « missionnaires du crédit » - ceux qui, souvent responsables de haut niveau de la Banque de l’Algérie, se déplacent dans les contrées pour convaincre les colons de l’intérêt du crédit mutuel -, M.-L. Gharbi montre comment s’établissent, à l’occasion de la création de comptoirs et succursales bancaires, des alliances (notabilités foncières locales/notabilités de l’argent) relativement étroites. On peut cependant s’interroger sur l’affirmation de l’auteur selon laquelle cette stratégie aboutirait à une « territorialisation de l’espace agricole (colonial) algérien ». En effet, une fois encore, sont posées, selon moi, à travers cet exemple, les questions de l’échelle et du sens des termes : car s’il ne fait aucun doute que l’établissement de ce réseau bancaire est bien un élément qui contribue efficacement à l’organisation de l’espace algérien colonial pris dans son ensemble, savoir si les entités socio-spatiales ainsi « couvertes » et desservies constituent des territoires (au sens minimal du terme) ne peut être prouvé par la seule constatation des alliances ci-dessus signalées. La qualification comme territoires des espaces de colonisation agricole, spéculatifs et spécialisés, nécessiterait d’être appuyée - toujours selon moi – par des analyses bien plus approfondies et la mobilisation de matériaux de nature bien différente que ceux utilisés. Pour ma part, je ne pense pas que, à travers les éléments fournis ici, il soit possible de dépasser le constat suivant (ce qui, somme toute, n’est cependant pas rien ) : en territorialisant son réseau de succursales et comptoirs, en générant des relations fortes entre différents groupes d’acteurs économiques (viticulteurs et financiers) -précédées ou suivies, selon les cas, de l’établissement de liens interpersonnels de nature variée -, la Banque de l’Algérie a créé les conditions d’une éventuelle territorialisation de ces espaces, en même temps qu’elle les a intégrés à un ensemble plus vaste, celui du système colonial dans sa globalité, les articulant à la Métropole par le biais de ses fonctions de « relais financier » - fonctions qu’elle exerce depuis Alger.
  • A contrario, les processus de création, à l’époque coloniale, d’un espace dual posent la question fondamentale du devenir du rapport au territoire des communautés rurales de différents types. Je veux dire par là que les processus de territorialisation à l’œuvre à l’échelle d’un pays tout entier et à l’initiative de certains acteurs impliquent, en corollaire et en sens inverse, des processus de déterritorisalisation (aux échelles locale et/ou régionale) d’autres groupes sociaux - ici, par exemple, les communautés autochtones -, en tant qu’ils sont la conséquence des rapports de force inégalitaires que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer à propos de la confrontation d’acteurs s’exprimant à travers des logiques territoriales antagonistes. Or, cet aspect des choses est pratiquement passé sous silence par la plupart des contributeurs, comme si la focalisation des recherches sur les territoires générait - inconsciemment ? - une excessive simplification des processus à l’œuvre et de leurs effets spatiaux.
  • 15 P.-R. Baduel, 1986, art. op., cit.

61Or, je pense que le couple territorisalisation/déterritorialisation - ce que P.-R. Baduel dénomme « déterroirisation », en référence au terme « terroir » et parce qu’il réserve l’usage de « territoire » à la seule échelle15, ce avec quoi je ne suis pas d’accord - est fondamental, car c’est des tensions qu’il exprime, des contradictions qu’il révèle, que découlent des processus simultanés du type « dépolitisation/dénotabilisation » ou « décommunautarisation/individuation » (on se reportera avec profit, à ce sujet, à la communication de A. Hénia sur « Les notables locaux dans la Tunisie de l’intérieur aux xviiie et xixe siècles : point d’ancrage de l’articulation des communautés locales avec le régime beylical » ; atelier 2).

62Mais, en ce qui concerne les rapports espace/société, Marc Côte, à propos des organisations territoriales précoloniales, repère, en s’appuyant sur de très nombreux exemples, des inerties, des capacités de résistance qui les caractérisent. Quant à Michel Péraldi, dans son rapport de synthèse de la table ronde de Rabat (1997), il écrivait : « L’espace segmentaire apparaît souvent comme héritage, trace mémorielle, ce qui reste de culture lorsque les marques spatiales ont été effacées, ravagées même par la violence symbolique de l’État ». Et d’ajouter, ce qui, à ce stade de mon rapport, me paraît fondamental : « Toute la question (...) est de savoir reconnaître, au vif de la contemporanéité - i.e., sous nos yeux -, sous une forme non pas résiduelle mais émergente ce type de territorialisation » (souligné par moi, P.S.).

63Or l’intensité, la nature, les formes précises de la déterritorialisation, la façon dont les traces mémorielles se constituent et/ou se transmettent, conditionnent la façon dont les groupes eux-mêmes seront ultérieurement susceptibles de recombiner ces héritages avec des territorialités émergentes, s’il y a lieu. Elles conditionnent aussi la constitution du capital social et culturel que les individus et les familles, migrantes et s’installant en ville ou à l’étranger, seront susceptibles de transporter avec eux, parce que, à la différence des « racines », la territorialité est « transportable ».

64C’est Nacira Aggoun qui évoque, justement, l’émergence dans la région qu’elle étudie d’une nouvelle territorialisation symbolique des habitants, principalement de ceux qui, après avoir migré, se sont installés à Aïn Djefla. C’est au travers de la musique, du sacré, du fonds berbère que, selon elle, se constituerait cette territorialité nouvelle qui transcende les cadres administratifs et politiques, en prenant appui sur la charge symbolique de la montagne - soit, pour boucler la boucle, une sorte de reconstitution d’une unité idéelle qui tendrait à gommer la dualité héritée plaine/montagne. Dans un autre registre, A. Guitouni nous donne à lire des formes de résistance à l’ordre spatial imposé, qui s’expriment par exemple par le « boycott » des souks récemment créés (sans négociation préalable avec la population) par l’administration, par les protestations de cette même population envers la modification autoritaire de la dénomination de certaines localités, par les contestations qui sont formulées à l’encontre des nouvelles limites imposées par les redécoupages administratifs, etc. Ces notations, par l’intérêt qu’elles représentent, mériteraient d’être sous-tendues par des analyses plus fines, seules à même de nous permettre de savoir si les manifestations ainsi repérées expriment plutôt des « formes résiduelles » ou des « formes émergentes » de la territorialité – à moins que ces deux types de formes ne se combinent, mais il serait alors essentiel de savoir comment -, et de mieux discerner les logiques sociales et spatiales à l’œuvre. Je suis cependant bien conscient qu’un tel approfondissement nécessite un changement d’échelle de l’analyse et la définition de méthodologies autres que celles habituellement utilisées par l’analyse spatiale.

65-Les processus actuellement à l’œuvre de constitution de nouvelles territorialités, liés au renouveau du local, renvoient quant à eux, nécessairement, à beaucoup de points qu’a répertoriés, dans sa synthèse, Jean Philippe Bras (atelier n° 2 : Les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants). Ce dernier a en effet mis en exergue, à partir des communications de l’atelier 2, de nombreux exemples de recompositions d’identités et de territorialités locales, qui procèdent des nouveaux modes d’affirmation -et des ressources mobilisées -par les notables locaux, ainsi que des transformations liées à la « modernisation » des modes de vie, à la monétarisation, aux nouvelles formes de relations avec les villes, tous processus qui affectent, bien que de façon inégale, l’ensemble des campagnes maghrébines. Un peu comme si ces notabilités commençaient à cristalliser, autour des centres de leur pouvoir, des territorialités émergentes. Les germes de tels processus de territorialisation sont également identifiés par A. Chérif, par exemple quand il écrit que « la multiplication des filières agroalimentaires témoigne de la puissance des instruments par lesquels la ville médiatise les espaces de production agricole en les intégrant dans les stratégies des opérateurs citadins ». Remarquons toutefois que ces processus territoriaux, ainsi pressentis, ne se concrétisent pas toujours et correspondent plutôt à des évolutions potentielles, probables. C’est bien ce que, dans un autre contexte, celui de la Syrie, remarquait Mohamed Al-Dbiyat, quand il constatait que, dans certains cas, les processus de territorialisation par le haut et par le bas fonctionnent en conjonction, autour de certaines petites villes, pour produire ce qu’il appelle des territorialités élargies qui, alors, peuvent s’accompagner d’une véritable émergence d’« identités locales », alors que, dans d’autres cas, à proximité géographique immédiate des lieux précédents, un autre complexe local, un autre système d’action local, sont au contraire susceptibles d’accompagner des territorialités rétrécies (M. Al-Dbiyat, 1995).

66Comme je l’ai déjà signalé, la plupart des analyses relatives à ces combinaisons entre territorialités héritées et territorialités émergentes se trouvent dans des communications présentées dans le cadre d’ateliers qui ont précédé celui-ci. Je n’éviterai donc pas de me référer à celles qui m’ont semblé fournir les apports les plus riches et les plus novateurs à la question que je traite, question d’autant plus centrale que ces combinaisons ne reproduisent pas à l’identique les configurations anciennes de la territorialité, mais participent plutôt à des reconfigurations de celle-ci (la territorialité). Je m’efforcerai seulement de limiter au maximum ces références aux communications d’autres ateliers que celui dont je suis le rapporteur, afin d’éviter de redire ce qui a pu déjà être dit à propos de ces textes.

  • 16 O. Nay, 1997 ; P. Le Galès et C. Lequesne (sous la direction de), 1997 ; W. Lilli et R. Hartig, 19 (...)

67À travers l’exemple de la Région Économique de l’Oriental marocain, A. Guitouni montre bien comment, entre autres, la hiérarchie urbaine a été administrativement reformulée et comment le réseau urbain s’est, plus ou moins spontanément, réorganisé pour s’adapter au nouveau maillage territorial que l’État a suscité par la création des « Régions ». Il faut bien reconnaître, cependant, que la question de savoir si, dans ce nouveau cadre, une « identité régionale » est – ou pas - en gestation ne trouve pas de réponse, sans doute parce que la question ne se pose pas - pas encore -, auquel cas nous avons ici la preuve qu’un processus de territorialisation à échelle nationale par affinement de la maille administrative ne crée pas inéluctablement - du moins à court terme -de la territorialité. Il me semble néanmoins que le thème aurait mérité plus d’attention, à travers des observations réalisées sur la longue durée, et ce parce que les processus de» décentralisation » des pouvoirs de l’État sont engagés au Maroc depuis quand même déjà un certain temps – du moins sur le papier et dans les discours - et parce que l’exemple français (celui des Régions et de la régionalisation) est là pour montrer que, lorsque certaines conditions sont réunies et que certains types d’actions sont conduits, des formes d’identité et de territorialité régionales peuvent émerger, y compris lorsque les découpages administratifs sont totalement artificiels. Des travaux pionniers comme ceux de Y. Lacoste et alii (1986) ou encore de Jacques Lévy (1991) – dont les conclusions sont rappelées dans un chapitre intitulé « Les régions, nouveaux champs de la citoyenneté » du petit ouvrage bienvenu de Philippe Piercy (1997) – montrent, dans le cas français, que les Régions sont « le lieu d’une évolution majeure dans le rapport des citoyens à la vie politique » et que, à leur égard, « la reconnaissance est sans nul doute en cours » - la Région Centre, l’une des plus artificielles qui soit, étant souvent citée comme exemple (Piercy, pp. 86-87). Malgré ce qui est dit, souvent, de la France – qui serait, en Europe, un cas tout à fait singulier -, un survol de la littérature disponible montre pourtant que les interrogations relatives à la coïncidence ou non-coïncidence des territoires « régionaux » en tant que lieux de construction des identités et des unités administratives d’échelles « régionales » sont formulées pour de nombreux autres pays européens16.

68Par contre, la forme émergente (de la territorialisation) ne fait, selon moi, aucun doute dans l’exemple présenté par A. Khouaja (Système notabiliaire et changements sociaux dans les régions des petites villes du Sahel tunisien depuis 1987 : le cas d’une famille d’entrepreneurs originaire de Boumerdès ; atelier 2) relatif à une famille d’entrepreneurs de Bou Merdès (Sahel tunisien), laquelle, écrit son auteur, « se nourrit de la logique de l’identité territoriale », ce qui n’empêche cependant pas ses membres de pratiquer systématiquement des mariages exogamiques - pourtant rarissimes dans le contexte « normal » de Bou Merdès - et de résider le plus souvent à Tunis ou à Sousse. De même, mais cette fois au Maroc, A. Iraki (Spécificité des élites locales dans la ville moyenne marocaine et gestion urbaine ; atelier 2) montre-t-il de façon très précise comment l’urbanisation de petites villes a d’abord produit ou accéléré un « décalage entre mémoire sociale et mémoire collective », un décalage qui est antinomique -ou empêche - d’une territorialisation « en bas », à la suite de quoi, dans certains cas, a pu se constituer et émerger une nouvelle mémoire collective, une identité, toutes deux porteuses de la reconstitution d’un lien social -à moins que ce ne soit l’inverse ? -qui favorise à son tour - et qui conforte simultanément - l’apparition d’une « vie politique territorialisée » (je reprends ici une expression d’O. Feneyrol : Pouvoir local, pouvoir sur le local en Tunisie. Les agents du Parti entre État et territoires ; atelier 2).

69On comprend bien, en ce point de mon développement, que les travaux présentés dans l’atelier 4 trouvent leurs « complémentaires » dans ceux qui traitent des territorialités urbaines. Dans les petites villes, ces territorialités, en tant qu’elles sont « citadines », ne peuvent être qu’émergentes - sauf à s’intéresser à quelques cités anciennes généralement en crise -, comme nous l’ont montré les communications de A. Khaouja et de A. Iraki déjà signalés, ou comme, pour un pays comme la Mauritanie, a pu les analyser Mariella Villasante-de Beauvais (1995) et encore, pour d’autres lieux, bien d’autres auteurs qu’il est impossible de citer tous. Mais la question est plus complexe à étudier dans les grandes villes, dans la mesure où, en ce cas, nous avons affaire à des territorialités plurielles, établies à différentes échelles (du quartier à la ville et, éventuellement, à l’agglomération) et dont la constitution peut procéder d’histoires extrêmement complexes selon que le quartier est, par exemple, historique (c’est le cas de Bab Souika, faubourg de la médina de Tunis, étudié par O. Feneyrol), ou, au contraire, de création très récente (c’est ici le cas de la cité El Mourouj, dans la banlieue sud de Tunis, étudiée par I. Berry-Chikhaoui : Le lien social et politique dans un quartier en formation à Tunis : allégeance et/ou clientélisme ? ; atelier 3 ).

  • 17 Sur la question des réseaux techniques, voir Dupuy Gabriel (1992).

70Un dernier texte - celui de B. Allain-El Mansouri - permet de fournir, au sujet ici traité (territorialisation/déterritorialisation), une dimension supplémentaire, quand bien même son exploitation dans le cadre de la présente synthèse n’est pas sans poser problème. J’ai donc prélevé dans ce texte les seuls éléments qui ont trait aux effets territoriaux d’un réseau technique d’infrastructures17 - ici celui de la distribution de l’eau potable - dans un espace urbain, en l’occurrence Rabat-Salé. J’ai opéré ce choix parce que le changement d’échelle m’a paru susceptible d’affiner les conclusions auxquelles je suis pour l’instant parvenu.

71À cette échelle, en effet, il apparaît que la politique suivie par ceux qui ont la charge de la distribution de l’eau potable, Régie municipale ou concessionnaire privé dans le cas des villes marocaines, était un moyen -mais un parmi d’autres - de « territorialisation » de l’espace urbain, ce terme étant employé ici en se plaçant d’« en haut », d’où se trouvent les opérateurs techniques et municipaux - selon, finalement, le même point de vue que celui d’où l’on se place quand on parle, relativement à un pays, de territoire national. Le processus de territorialisation qui agit alors opère par le biais de l’intégration des quartiers - et, à travers eux, des habitants qui bénéficient de la desserte par le réseau - à la vie urbaine, à cette entité qu’est la ville. Le processus se donne à voir, ici, sous un jour particulièrement cru, dans la mesure où, autant, dans les quartiers réglementaires situés en périphérie urbaine, les infrastructures - voirie et réseaux divers -précèdent toujours les constructions, autant, dans ceux d’habitat non réglementaire, les réseaux ne sont réalisés qu’a posteriori et, pour ce qui est de l’eau, exclusivement -du moins en principe - lorsqu’une procédure de régularisation est engagée.

  • 18 Sur la question complexe et particulièrement controversée de la « fragmentation » (spatiale, socia (...)

72Voilà donc bien, ici encore - mais à une autre échelle que celle à laquelle nous avons précédemment réfléchie -, un processus territorial unificateur et intégrateur, mais qui produit, au premier degré, du fragment spatial, de la discontinuité, voire de la ségrégation18.

73Mais, même si c’est parfois sous une forme qui me paraît trop allusive, B. Allain-El Mansouri s’intéresse aussi au « versus » de ce processus, à ses effets sur la territorialité des habitants. Et c’est là, me semble-t-il, que son analyse se révèle d’un très grand apport. En effet, nous dit-elle d’abord, il existe habituellement, dans la plupart des quartiers non réglementaires des formes de territorialisation très nettes, et ce n’est parce que beaucoup de chercheurs ou, plus encore, de techniciens en nient la réalité qu’elles n’existent pas. L’accès « traditionnel » à l’eau (puits, cours d’eau, bornes-fontaines) participe très souvent, dans ces quartiers, à ces formes de territorialisation et aux sociabilités ; à tel point que fréquemment, rappelle-t-elle, l’obtention et la localisation dans ces quartiers d’une simple borne-fontaine se révèle être un enjeu de premier ordre entre associations d’usagers qui se constituent pour l’occasion, autorités municipales, candidats potentiels ou déclarés aux élections, enjeu à propos duquel s’affrontent des territorialités existantes ou se constituent des territorialités émergentes. Or il apparaît que, « dès lors que les habitants disposent d’un raccordement individuel et payant, l’eau potable est perçue comme un bien matériel, marchand, et « déconnecté » du lieu qui le produit (...) » : elle ne participe plus (dès lors), nous dit B. Allain-El Mansouri, des « territorialités habitantes ».

74À preuve, si besoin en était, que les processus de territorialisation par « en haut » ne produisent pas inéluctablement des territorialités « en bas ».

Relations d’interdépendance et territorialisation

75J’en viens maintenant à la question des relations d’interdépendance, la seconde notion-clé de l’atelier.

76Dans le texte programmatique (1997), A. Hénia écrit : « La territorialisation, expression éminemment politique, est la concrétisation de la mise en place de réseaux de relations d’interdépendance ». Et, quelques lignes plus loin, il pose la question : « Quelles sont au Maghreb les relations d’interdépendance (de type politique, économique, social, matrimonial) qui lient entre eux les hommes ou les groupements humains d’une configuration sociale, champ de domination d’un pouvoir ? ». En outre, à la première occurrence de l’expression « relations d’interdépendance », l’auteur, par une note, fait explicitement référence à Norbert Elias et à son ouvrage La société de Cour sous Louis XIV (Paris, Flammarion, 1985).

77La plupart des contributeurs, manifestant sans doute ainsi leur désir de justifier de leur inscription sous le titre affiché, ont utilisé cette expression. Sauf erreur, aucun d’eux n’a cependant éprouvé le besoin de la définir, encore moins de se référer explicitement à ce qu’en écrit Norbert Elias. J’avoue que cette attitude m’a considérablement gêné, pour la bonne raison que, puisque A. Hénia fait référence à Elias, il impose un sens, une acception, ou, à tout le moins, un contenu particulier à la notion utilisée. Et si, par la suite, tel ou tel auteur souhaite s’y soustraire, encore faudrait-il qu’il justifie sa position et qu’il nous éclaire sur l’autre sens qu’il veut donner à « relations d’interdépendance ».

78On ne peut en effet référer à Elias comme à un auteur qui utiliserait des termes de façon commune, quasi-vulgaire en quelque sorte. Toute l’œuvre d’Elias vise au contraire à créer des concepts dont il pense qu’ils sont mieux à même que ceux qui étaient usités avant lui pour rendre compte de la complexité de la société. Et « relations d’interdépendance » est l’un de ces concepts, qu’il place au cœur de sa réflexion, sur lequel il revient sans cesse, cherchant indéfiniment à le rendre plus clair, attirant l’attention de ses lecteurs sur les risques qu’il y aurait à le trop simplifier, à ne pas en comprendre la nouveauté. Dans l’Introduction qu’il a écrite à La société de Cour lorsque l’ouvrage a été édité pour la première fois (en 1933 ), bien après qu’il eut été écrit et soutenu comme thèse universitaire, Elias y revient encore, affirmant que cette notion fonde ce qu’il dénomme « la formation » - cette autre notion (ou concept) fondamentale de sa pensée, qu’il préfère à société, car, selon lui, le terme société introduit un biais dans l’analyse et que, pour penser juste, il faudrait parler d’une « société des individus » (une expression que, au moment où il rédige sa thèse, il hésite à utiliser, ce qui, chacun le sait, ne sera plus le cas ultérieurement).

79Considérant que « la société n’est pas une ‘entité’ extérieure à l’individu, et (que) l’individu (n’est pas) une entité extérieure à la société », N. Elias écrit : « Les sociétés ne sont rien d’autre que des formations d’êtres interdépendants » (p. 214).

80Je vais m’essayer, dans ces conditions, à un exercice délicat, qui consiste à résumer au mieux et au plus court les justifications que fournit Elias de cette conception, de cette posture.

  1. Elias refuse d’utiliser séparément les termes « individu(s) » et « société(s) », parce que, selon lui, cela pourrait donner à croire qu’ils désignent des objets non seulement distincts, mais existant totalement indépendamment l’un de l’autre. Or, pour lui, ces mots désignent d’une part des processus, et, d’autre part, sont indissociables.
  2. Elias considère en second lieu que la position sociale d’un individu, quel qu’il soit, peut être dans une certaine mesure commandée par sa position personnelle. En bref, et en simplifiant à outrance, l’agir de l’individu ne dépend pas exclusivement de sa position sociale.
  3. Mais toute position sociale s’accompagne d’une certaine élasticité, du fait de son « interdépendance » avec les positions sociales qu’occupent les autres individus dans l’ensemble (ou tel ou tel sous-ensemble) de la formation, ce qui lui accorde une extraordinaire puissance autonome, par comparaison à la puissance de son détenteur.
  4. La marge de manœuvre de ce détenteur se voit imposer des limites rigoureuses du fait même de la position qu’il occupe.
  5. Et de conclure : « Tandis que l’évolution personnelle du détenteur du pouvoir exerce, ainsi, dans certaines limites, une influence sur celle de sa position, de l’autre côté, l’évolution de la position sociale en tant qu’indice direct de l’évolution générale de la société dont elle fait partie, influence l’évolution personnelle du détenteur de cette position »19.
  • 20 Ibid. p. 150.

81Elias lui-même a dû sentir que la compréhension de sa pensée n’était pas immédiate, puisque, comme je l’ai déjà indiqué, il saisit toutes les occasions pour la préciser, en modifiant la formulation ; à plusieurs reprises, en outre, que ce soit dans l’ouvrage ici cité ou dans d’autres, il éprouve le besoin de recourir à des métaphores pour rendre sa pensée plus concrète (métaphores de la boule de billard, des joueurs de cartes, du filet et de ses nœuds, etc.). Il va même jusqu’à développer les difficultés de la mise en œuvre de ce concept : « La difficulté conceptuelle à laquelle on se heurte (...) provient de ce qu’on fait de ces conditions (particulières) (de la position sociale) des facteurs situés en dehors des individus, en les qualifiant d’ ‘économiques’, de ‘sociales’, de ‘culturelles’. (Or), à y regarder de plus près, on découvre que ce qui lie les hommes dans une formation déterminée, ce qui donne à cette formation sa stabilité pendant plusieurs générations (...), sont des modes spécifiques de dépendances entre les individus ou (ce que l’on pourrait appeler) les ‘ interdépendances spécifiques’ »20.

  • 21 R. Chartier, Introduction à l’édition de 1985 de l’ouvrage, op. cit., de N. Elias, p. XXI.

82La transposition du concept « relations d’interdépendance » à d’autres champs d’analyse que ceux qu’a définis lui-même N. Elias m’apparaît, du fait du strict contenu qu’Elias lui donne, comme éminemment problématique ; au mieux, elle nécessite une extrême prudence. Ainsi, vouloir simplement appliquer la démarche et la visée d’Elias à une société moins fermée que celle de la Société de Cour nous semble une entreprise d’une réelle complexité, qui pose de considérables problèmes méthodologiques, se heurte à la manière de rendre compte, par une écriture non métaphorique, de cette complexité, dans la mesure où Elias pose, en principe, que « l’être social de l’individu est totalement identifié dans la représentation qui en est donnée par lui-même ou par les autres »21.

  • 22 N. Elias, Introduction, op. cit., p. LXX et p. 461.

83Je redis donc mon scepticisme quant à la possibilité de cette transposition tant à l’analyse des formes de relations qui existent entre deux groupes sociaux pris globalement (des nomades et des sédentaires, par exemple) qu’à la qualification de simples relations économiques (entre des producteurs de biens agricoles et des grossistes, ou entre colons et banquiers, entre producteurs de céréales et pasteurs, pour ne citer que quelques exemples), sauf à entreprendre une recherche spécifique, donc extrêmement fine et approfondie, qui aurait pour objectif de vérifier l’opérationnalité du concept d’Elias dans un autre contexte que celui qu’il s’est donné lui-même. À défaut, je crains fort que toute transposition « automatique » ne s’accompagne d’une dénaturation du concept, d’une simplification excessive de la pensée d’Elias, en ce que, au bout du compte, cette transposition se limite à qualifier de « relations d’interdépendance » de simples relations, économiques, sociales, culturelles, interindividuelles ou intergroupes sans qu’il ait été jamais vérifié -ni démontré - que ce que mettait Elias sous ce concept se retrouvait bien dans la situation analysée par tel ou tel chercheur. Je crois, en effet, qu’il faut garder en tête l’objectif d’Elias lorsqu’il « produit » ce concept, objectif qu’il exprime lui-même de la façon suivante : « (Rendre compte) de l’ ‘indépendance et de la dépendance’ des hommes, de leur ‘liberté’ et de leur ‘déterminisme’ »22, entendant bien, par là, qu’il ne s’agit surtout pas de rendre compte de la part de chacun, mais de penser les deux en « interdépendance ».

84À défaut de pouvoir effectuer cette transposition, je pense qu’il vaudrait mieux ne pas forcer les choses. Il est possible, en effet, de donner à « interdépendance » un sens commun, ou, mieux encore parce que cela évite une référence inutile, d’user de termes moins connotés, plus courants, tels que « interaction », « interrelations », voire relations tout simplement ou encore, quand on est en mesure de le repérer, « système de relations ». Et ce d’autant que ces terminologies, parce que relativement vagues, se prêtent à des qualifications (relations sociales, échanges culturels, complémentarité des systèmes de production, etc.), tandis qu’un emploi non précautionneux et débordant de l’expression relations d’interdépendance risque de n’aboutir qu’à recouvrir faussement de simples relations de dépendance, de domination, de subordination, de drainage, de prélèvement, d’extorsion, de redistribution, etc.

85Il est possible que la position que j’exprime ici soit considérée comme révélatrice d’un « purisme » ou d’un sectarisme excessifs. Dans mon esprit cependant, il ne s’agit pas d’exercer par ce biais une critique facile à l’encontre de la plupart des intervenants qui ont usé de ce terme (du moins ceux qui relèvent de l’atelier 4), même si je considère qu’ils ont usé à tort de l’expression « relations d’interdépendance », mais plutôt d’appeler à la « modération sémantique ».

86Je m’arrêterai cependant un peu longuement à deux communications, celles de Sadok Boubaker (atelier 4) et d’Isabelle Berry-Chikhaoui (atelier 3). La première parce qu’elle ne cherche pas à donner à « relations d’interdépendance » un sens « éliasien », mais qu’elle prend plutôt l’expression dans son sens commun, ce qui présente au moins l’avantage que son auteur peut « tenir » ce qu’il annonce ! Preuve, selon moi, qu’il n’y a rien à gagner à « forcer les choses ». La seconde parce que, même si modestement et incomplètement, sans doute aussi imparfaitement, elle s’efforce d’employer le concept - ou certains éléments qui le composent - éliasien « en actes ».

87Commençons donc par le texte de Sadok Boubaker. De sa lecture, nous avons retenu un triple constat :

  • -En premier lieu, son auteur nous montre, en s’intéressant aux « espaces maritimes » de Tunis aux xviiie et xixe siècles, que ceux-ci - dont l’analyse en termes de spatialité et de territorialité est tout à fait passionnante, en particulier parce qu’elle nous conduit à dépasser le sens étroit généralement donné à un terme comme « eaux territoriales » -résultent d’une triple articulation :
  • d’abord, entre des intérêts émergents, de natures diverses mais principalement d’ordre politique, militaire, humain et culturel, économique et commercial. Le faisceau d’intérêts qui en résulte est complexe, et il apparaît assez fortement interdépendant.
  • ensuite, entre ce que l’on appelle communément l’« avant-pays » maritime et l’hinterland, l’arrière-pays, lequel est qualifié par l’auteur, dans le cas de la Tunisie, d’« arrière-pays maritimisé » - une belle expression !
  • enfin, entre les différents sous-espaces qui constituent l’avant-pays, dont S. Boubaker identifie deux configurations. Leur nouaison se réalise à Tunis, pour l’essentiel, et ceci n’est bien sûr pas étranger à cela.
  • En second lieu, à travers cette identification de deux sous-systèmes constitutifs de l’avant-pays, S. Boubaker démontre qu’ils répondent à deux logiques commerciales distinctes -mais, sans doute aussi, pourrait-on ajouter, pas seulement à des logiques commerciales -, de telle sorte que l’auteur est en mesure de les qualifier - exactement comme je proposais, quelques lignes plus hautes, qu’on le tentât systématiquement. Le premier, écrit-il, celui de la Méditerranée occidentale, serait un espace dépendant et passif, principalement de Marseille, Livourne et Gênes, et participerait à l’intégration de la régence dans l’espace de redistribution commerciale de ces ports. L’autre, celui de la Méditerranée orientale, par rapport auquel, pourtant, la régence se situe à assez grande distance et en position très périphérique, serait un espace relativement bien dominé par Tunis, maîtrisé, contrôlé, même si inégalement, jusqu’à la redistribution du produit dans les pays d’importation : une situation qui, bien sûr, doit l’essentiel de ses caractéristiques au quasi-monopole que la régence de Tunis – et Tunis principalement – exercent sur la production et la commercialisation des chéchias.
  • -En troisième lieu, S. Boubaker s’efforce de transcrire en termes de territorialisation, « terrestre » cette fois - que l’on me pardonne la redondance !, les effets de ces dépendances, articulations, interdépendances de natures diverses. Bien sûr, cette transcription se manifeste principalement par la constitution de cette Tunisie « maritimisée » qui s’inscrit toujours avec force, aujourd’hui encore - et plus aujourd’hui qu’hier -, dans l’espace tunisien, une Tunisie « maritimisée » dont les « frontières » s’élargissent progressivement jusqu’aux régions intérieures du Sahel, des steppes, des plaines telliennes, jusqu’à ce que surviennent des ruptures, des crises, que je me dispenserai d’évoquer ici. Il ressort encore du texte - conclusion qui me semble essentielle à noter -, que cette « maritimisation » ne s’effectue pas exclusivement sous l’effet de flux matériels, d’échanges de produits, mais tout autant, sinon plus, sous l’effet des mouvements des hommes, Tunisiens de diverses origines, mais aussi Juifs livournais installés à Tunis, agents des consuls européens de Tunis, et encore communautés tunisiennes au Caire, à Istanbul, à Alexandrie, à Smyrne, etc., les uns marchands « établis », les autres itinérants ou ambulants ; et que ce sont ces flux d’hommes, vecteurs des flux d’idées, de cultures, qui vont créer une « réalité humaine et culturelle » qui, aux époques étudiées, transcende les frontières (internationales, mais aussi internes à la Tunisie). Ne peut-on alors s’interroger légitimement sur le fait de savoir selon quels processus cette « réalité » va continuer à marquer, dans la suite de l’histoire, de quelques-uns de ses traits majeurs - même si transformés -la formation sociale tunisienne dans son ensemble, mais, plus particulièrement, dans sa composante « maritimisée », fournissant ainsi l’un des ingrédients d’une « territorialisation » - au sens précis que l’on peut donner à ce terme - de ce sous-ensemble de l’espace tunisien23.

88En vérité, il m’apparaît que si la plupart des textes inscrits dans l’atelier 4 n’« instrumentent » pas véritablement la pensée d’Elias, c’est surtout parce que la thématique ne s’y prête pas, sauf à s’engager sur d’autres terrains, à d’autres échelles, en particulier sur celles qui auraient pu conduire à l’identification d’éventuelles nouvelles territorialités locales, comme je l’ai déjà suggéré ; ou à celle de nouvelles constructions et configurations qui, passant par l’action et la position de certaines figures notabiliaires, aurait fourni la possibilité de recentrer les analyses sur les interdépendances, celles qui, justement, s’établissent dans la société des individus.

89Ce n’est donc pas à mon sens simple hasard si les communications qui approchent au plus près la question des rapports entre « relations d’interdépendance » et territorialisation figurent « au menu » des ateliers sur les notabilités A. Khouaja, A. Abouhani, A. Iraki, O. Feneyrol) - et sur les allégeances (I. Berry-Chikhaoui et M. Lahmar). Parce que, si l’on centre la réflexion sur les figures des notables ou sur des relations de type « allégeance », on construit de fait une formation d’individus que l’on est obligé de désigner et qualifier, en même temps qu’il faut qualifier les relations qu’ils établissent entre eux en fonction et de leurs positions personnelles et de leurs positions sociales ; de même que l’on doit suivre ces positions et le système de relations dans la diachronie, ne serait-ce que pour en décrire les transformations, avant que d’en décrypter la signification. Or ce n’est qu’en opérant cette « construction » de telle ou telle « formation », au sens éliasien du terme, que le chercheur rend possible une mobilisation des concepts forgés par Elias, du moins s’il le souhaite.

90J’ai précédemment annoncé que je traiterai de l’exemple abordé par Isabelle Berry-Chikhaoui. La communication de cette dernière illustre bien, en effet, le point de vue que j’ai essayé de défendre, à savoir que, pour traiter de la question des rapports existant entre « relations d’interdépendance » et « territoires/territorialités », il est indispensable de procéder à un changement d’échelle – i.e. privilégier le micro – et d’adopter des méthodologies originales, à base d’interviews, de récits de vie, en un mot de parvenir à une réelle intimité avec les acteurs, que ceux-ci soient ordinaires ou non. Il s’agit en effet de privilégier non plus les flux, les relations économiques, mais les « positions » qu’occupe et que construit un individu – ou une série d’individus -, acteurs particuliers, dans ses relations avec les autres individus, les groupes de différentes natures, les acteurs institutionnels, en ayant toujours à l’esprit la manière dont ces systèmes relationnels inscrivent l’individu en question dans un ensemble territorialisé et comment lui-même construit ces relations dans une finalité de territorialisation. Sans doute, les résultats présentés par Isabelle Berry-Chikhaoui demeurent-ils encore à l’état d’esquisse, dans la mesure où sa présentation renvoie à une recherche originale qui est toujours en cours. Sans doute encore, n’y ai-je pas trouvé tout ce que je pouvais en attendre dans l’objectif qui est le mien (rapport de synthèse de l’atelier 4), mais la raison en est que l’auteur, ayant choisi d’inscrire sa communication dans l’atelier 3 (Formes d’allégeance et territorialisation) a accordé plus d’importance à l’analyse de ces formes d’allégeance – formes à travers lesquelles, par lesquelles, s’établit le système de relations d’interdépendance de l’individu qu’elle met en scène – qu’à celle de leurs effets territoriaux.

91Il n’empêche ! On est ici dans un quartier populaire (El Mourouj V) de Tunis, de sa banlieue sud plus précisément, dont la construction et le peuplement sont récents (postérieurs à 1992). Ici, le faisceau d’interdépendances qu’Isabelle Berry-Chikhaoui tente de mettre en évidence n’est pas, bien évidemment, organisé autour du Roi comme dans le modèle de N. Elias, mais autour d’un « acteur ordinaire », simple facteur (préposé de la Poste), mais aussi ancien militant « gauchiste », puis militant syndical et d’associations culturelles, qui a, par la suite, choisi d’agir « à l’intérieur du système (politique) ». Instrument et instrumenté par certaines structures constitutives du champ politique, en particulier cette structure semi-officielle et récente qu’est le comité de quartier, mais construisant sa position dans ce quartier sur d’autres structures d’encadrement qu’il contrôle directement ou par le biais de réseaux « clientélistes », s’appuyant sur des compétences héritées de son ancien rôle militant, mobilisant des réseaux d’interconnaissances et de voisinage pour asseoir sa reconnaissance sociale, cet acteur participe ainsi directement, par les relations d'interdépendance qu’il a établies « vers le bas » et « vers le haut » - j’entends par là avec d’autres personnages publics de la cité -, à la socialisation des habitants de celle-ci. En ce sens, il favorise sans nul doute – peut-être même contribue-t-il à accélérer – la « constitution en société » (pour reprendre une expression de Norbert Elias) des habitants d’El Mourouj V.

92Olivier Feneyrol, quant à lui (Pouvoir local, pouvoir sur le local en Tunisie. Les agents du Parti entre État et territoires), aborde la question sous des angles différents de ceux d’Isabelle Berry-Chikhaoui, sans doute parce que leurs disciplines de référence ne sont pas les mêmes (la science politique pour l’un, la géographie pour l’autre), mais fournit un éclairage somme toute complémentaire du précédent. Travaillant sur un quartier historique de Tunis, le faubourg Bab Souika de la médina, il analyse les dynamiques du politique à l’échelle locale et sur celles de sa territorialisation. Pour ce faire, il esquisse le portrait de cinq personnalités qui incarnent à ses yeux cinq figures distinctes de pouvoir local, étant entendu que – je le cite -» il ne s’agit là que d’un essai de catégorisation empirique et non d’une construction typologique au sens le plus rigoureux du terme » (p. 11). Ces figures sont : le dignitaire politique ; l’activiste-entrepreneur ; l’affilié ; l’héritier ; le passeur qui se voulait édile, soit, apparemment, une typologie des notabilités inscrites dans le Parti au pouvoir – puisque tel est le champ privilégié par l’auteur -, mais en vérité une typologie qui recouvre cinq formes du « pouvoir de territorialiser ». Tant il est vrai que, pour O. Feneyrol, « (…) le pouvoir du notable est d’abord le pouvoir de territorialiser, c’est-à-dire d’entretenir l’idée et la forme du territoire, sa cohésion et son esprit ; le pouvoir de le désigner, de le distinguer, de produire du sens, pour mobiliser des forces endogènes autour d’un même sentiment d’appartenance ; pour attirer, aussi, des acteurs extérieurs aux yeux desquels il s’agira de « monumentaliser » le territoire afin de les amener à reconnaître son identité, à respecter sa spécificité, à croire également en sa force et en ses valeurs » (p. 39) . Cette capacité de territorialisation n’est pas, à l’évidence, le seul fait des notables. Mais c’est bien la spécificité des réseaux d’interdépendance qui se constituent autour d’eux (vers eux et à partir d’eux) qui fait que « le propre du notable est d’influer sur la gestion des affaires internes ou externes de la collectivité et de peser sur sa destinée, en participant notamment à la prise de décision politique et à l’aménagement des règles édictées par l’État central » (ibidem., p. 39), une fonction qu’assurent avec d’autant plus d’efficacité les agents locaux du Parti qu’ils sont des « personnalités » ayant un accès privilégié à l’administration et aux fonctions électives. Partant alors du constat essentiel qui fait que, dans les représentations populaires, l’image traditionnelle de la notabilité n’est pas effacée et qu’elle ne « colle » pas – l’expression est de l’auteur – avec le statut d’agent de l’État que doivent endosser les dirigeants du Parti au pouvoir, Olivier Feneyrol s’interroge pour savoir si les nouvelles formes de notabilité (celles, justement, de ces agents), pour s’ancrer durablement et s’autonomiser des ressources coercitives et/ou distributives qui procèdent de l’appareil de l’État-parti, ne doivent pas « (parvenir) notamment à concilier efficacement les registres de la représentation territoriale et ceux de l’appartenance partisane » (ibidem., p. 39).

93À travers les figures que nous a brillamment présentées Olivier Feneyrol, on repère aisément l’importance de l’ancrage des notables au quartier Bab Souika, à travers, en particulier, l’appellation de « fils du quartier » dont certains d’entre eux sont qualifiés. Cela me confirme dans l’idée que réfléchir sur le thème « relations d’interdépendance et territorialisation » ne peut pas ne pas déboucher sur une réflexion sur cet autre thème qu’est celui de l’identité. En effet, l’identité ne possède pas seulement une connotation culturelle, mais elle dépend aussi d’enjeux économiques et politiques (I. Pailliart, 1995). On ne développera pas, ici, cette question délicate de l’identité, parce que cela nous entraînerait trop loin de nos objectifs en nous obligeant à mobiliser une littérature énorme. On se contentera donc d’écrire qu’en tant que l’identité est l’affirmation d’une singularité territoriale, la constitution de ces identités ne procède pas nécessairement aujourd’hui des mêmes processus que dans le passé et que, sous une apparence de continuité, leur signification peut être totalement différente aujourd’hui de ce qu’elle était hier. Les travaux d’Olivier Mongin (1994, cité par I. Pailliart, 1995) montrent ainsi que « l’obsession identitaire » serait moins affirmation de revendication et d’indépendance locales que révélatrice d’une indétermination du pouvoir politique. On peut donc penser que « la référence identitaire possède des caractères novateurs par rapport à son utilisation dans les décennies précédentes » (I. Pailliart, 1995, p. 88).

94S’agissant des minorités – étant entendu que la notion s’entend non en termes de nombre mais en termes de pouvoir –, Paul Villeneuve (1992), dans un texte court mais extrêmement pertinent, nous rappelle que « l’identité d’un groupe se construit dans le rapport à l’autre, et comment cette identité est toujours concrétisée dans un territoire, quelle que soit la configuration de celui-ci. Qu’il s’agisse d’une minorité ethnique ‘ghettoïsée’, de femmes confinées au territoire domestique, ou de vieux rassemblés dans des lieux de retraite, le partage d’un lieu alimente puissamment la construction de l’identité ». Or, rien n’interdit de penser que, dans les sociétés maghrébines passées ou contemporaines, les minorités existent, qu’elles soient « ethniques » ou « linguistiques » ou, pour ce qui est de la période coloniale, qu’elles soient assimilables à la majorité démographique, celle des autochtones : auquel cas, les remarques de Paul Villeneuve s’appliquent pleinement aux sociétés et aux territoires qui nous concernent ici.

95Pour en rester au Monde arabe en général et au Maghreb en particulier, on peut donc considérer que la grande nouveauté qu’introduisent le retour du local, la construction de nouvelles territorialités et de nouvelles identités, réside – tout en étant aussi la conséquence – dans l’émergence, souvent certes encore timide et conflictuelle, de l’individu, dégagé de la gangue du groupe lignager, comme acteur du changement (M. Lavergne et G. Duvigneau, 1995). Or, ne l’oublions pas, l’autonomisation de l’individu est une des conditions de la manifestation de relations d’interdépendance, au sens d’Elias, et c’est pourquoi je pense que c’est en explorant avec minutie cette voie que l’on peut tenter d’esquisser de manière renouvelée la dialectique de ces relations et des territorialités.

Réseaux sociaux, relations d’interdépendance et territorialités

96Avec les réseaux - dont il conviendrait de spécifier qu’ils sont sociaux (Alain Degenne et Michel Forsé, 1994) pour éviter toute confusion avec les réseaux techniques ou, encore, avec les systèmes de relations essentiellement économiques -, il me semble que l’on s’engage plus avant dans la compréhension des « relations d’interdépendance », dans ce qui constitue, selon Michel Péraldi, la troisième forme relationnelle des processus de territorialisation. Cet auteur les nomme « formes de dispersion » ; on peut les qualifier aussi du terme de « réticulaires ». Quoi qu’il en soit, cependant, de cette dénomination, la question qui est ici posée – comme nous l’avons très rapidement suggéré dans notre Introduction – est celle, apparemment paradoxale mais assurément complexe et en tout cas fort débattue – Michel Péraldi parle même, à son propos, d’« énigme » -, de la production (éventuelle) de configurations spatiales que l’on pourrait qualifier de territoriales en relation avec des formes sociales, des configurations sociales, réticulaires.

  • 24 On retiendra ici la précision, à mes yeux fondamentale, qu’apporte Michel Lussault (1996, p. 95) : (...)

97En quoi et pourquoi « paradoxal » ? Tout « simplement » en ce que, dès lors que nous avons fixé – à la suite de Michel Lussault (1996) et d’autres auteurs, dont Jacques Lévy (1984) - le point de départ (cf. supra, p. 11) de notre réflexion dans une catégorisation en trois « espèces d’espaces », lesquelles distinguent entre lieux, territoires et réseaux, il appert que territoire et réseau sont des notions antagonistes ou, plus exactement, qu’ils forment un couple : territoire vs réseau. En termes de métrique, l’un renvoie à la continuité, à une aire, dont l’échelle peut être fort variée, mais qui associe sans rupture des lieux contigus24, l’autre à la discontinuité : « il substitue la connexité à la contiguïté ; à la métrique topographique du territoire répond la métrique topologique du réseau, à l’idéologie spatiale du continu fait face celle du discontinu, de l’éclatement, qui configure la réticularité » (ce qui est souligné l’est par l’auteur) (Lussault, 1996, p. 95).

98Le chercheur est alors confronté à une difficulté majeure, qui est celle de penser la combinaison de ces « espèces d’espaces », en particulier, pour ce qui nous intéresse ici, les territoires et les réseaux. Difficulté d’autant plus grande que le consensus est loin d’exister, dans la communauté scientifique, quant à la spécificité même de ces différentes espèces. Deux positions, ou tendances, récentes de la recherche viennent en effet complexifier le problème.

99- En premier lieu, il n’est plus rare de lire l’expression « territoires-réseaux », entendue comme la capacité à territorialiser qu’auraient les réseaux sociaux. C’est une expression particulièrement fréquente sous la plume de ceux qui travaillent sur les réseaux migratoires, comme Alain Tarrius et Michel Péraldi (en collaboration : 1988 ; A. Tarrius seul : 1992). Alain Tarrius (1995) en vient même à construire la notion (le concept ?) de « territoire circulatoire ».

100Dans un premier temps, il décrit le système qu’il observe de la façon suivante : « Les populations maghrébines (…) se meuvent et se mobilisent en de nombreux réseaux, surtout commerciaux, qui captent et créent de la richesse le long d’échanges locaux, nationaux et internationaux. Chaque place commerciale fait centralité pour ces réseaux, décrivant un territoire superposé aux espaces des villes, dissimulé derrière la première forme de la présence maghrébine qui se donne à voir : derrière la juxtaposition de la relégation, de la ségrégation (…) » (p. 15) (souligné par moi, P.S.). Et d’ajouter : « (…) en constante expansion territoriale, par la rencontre des multiples réseaux de l’économie souterraine mondiale, et sociale, en agrégeant des ‘petits immigrants ’ de plus en plus nombreux, il (ce territoire) est captateur de richesse et de puissance (…) (pp. 15-16) (toujours souligné par moi, P.S.).

101Il est évident que la combinaison des termes réseau et territoire que réalise A. Tarrius est proprement impensable – au sens strict du terme : impensable – pour tous ceux pour lesquels l’aréolarité des territoires est consubstantielle à leur existence.

102Si l’on veut toutefois se garder d’un jugement a priori, il convient d’aller plus loin dans le texte d’A. Tarrius pour noter la manière dont il construit cette combinaison. Pour lui, en effet, « le territoire est une construction sociale consubstantielle et contemporaine de la venue à forme puis à visibilité d’un groupe, d’une communauté ou de tout autre collectif dont les membres peuvent employer un « nous » identifiant. Il est condition et expression de la manifestation, de la mise en œuvre, du lien social (...). Le territoire est mémoire (…). Les éléments de scansion, continuités et discontinuités, contiguïtés et discontiguïtés, de cet espace-mémoire sont matériels et factuels : tel événement, tel homme, et surtout tel emplacement (ou lieu, ou espace), reconnus par tous (…) » ; et d’ajouter : « Ces territoires en extension, supports aux mobilités, manifestations du lien social des entrepreneurs nomades, nous les nommons territoires circulatoires. Tout espace est circulatoire, par contre tout espace ne fait pas territoire. La notion de territoire circulatoire constate la socialisation des espaces supports aux déplacements (…) » (p. 32) (ce qui est souligné l’est par l’auteur). Dans la mesure où, pour A. Tarrius, le territoire se définit essentiellement en termes de lien social, de mémoire et d’identité, indépendamment en quelque sorte de sa configuration spatiale – ce n’est pas qu’il n’accorde pas d’importance aux lieux, aux places centrales, mais il est clair que la distinction opérée par J. Lévy ou M. Lussault entre métrique topographique et métrique topologique ne fait pas sens pour lui, conséquence sans doute des différences de positionnement entre sociologues et géographes -, la notion de « territoire circulatoire », de territoire-réseau, ne résulte pas de la juxtaposition de termes qui se situeraient en opposition frontale, n’est pas l’effet d’une pensée qui essaie de concilier des inconciliables qui seraient l’un par rapport à l’autre comme l’eau et le feu, elle n’est que la réunion de deux termes qui appartiennent à des registres différents (l’un à celui du social et du culturel, l’autre à la topologie). Il n’y a donc pas à chercher à repérer, dans cette terminologie, une quelconque position provocatrice, voire hérétique, bien au contraire, pour peu que l’on accepte les prémisses de l’auteur.

103- En second lieu, en rapport sans nul doute avec la diffusion dans la communauté scientifique de la conception que je viens de signaler, mais aussi, et sans doute plus encore, sous l’effet de courants de recherche – largement relayés par les médias – qui participent de l’idéologie du communicationnel et qui préjugent des nouvelles (ou futures) formes de la vie sociale que sous-tendraient la diffusion et la généralisation des nouvelles techniques de communication, on peut observer que tend à gagner une conception qui « postule l’occultation du territoire classique par le jeu du filet communicationnel » (M. Lussault, 1996, p. 97). Comme l’écrit, dans un article que je juge extrêmement fécond, M. Lussault (1995) : « (L’) homo communicans (deviendrait) le centre du monde – et quasi sommé de l’être par la double injonction de la technique et de ses prescripteurs ! Un tel constat, de prime abord, semble de nature à conforter une analyse du démantèlement de la traditionnelle ossature de l’organisation globale des espaces géographiques ; en effet, aux classiques emboîtements scalaires rationnels, tout un chacun étant censé dans les différents moments de sa pratique ressortir clairement à un type spatial clairement identifiable par ses attributs et son échelle – qui fixe sa place dans sa hiérarchie -, se substituerait une configuration inédite caractérisée par la divagation quasi brownienne d’un point perpétuellement central, l’homme et ses prothèses techniques, sur une étendue en passe de devenir pour l’usager isotrope et isomorphe (…) ».

104On aura compris ici que la question n’est plus du tout de la même nature que précédemment. Si Alain Tarrius marie deux termes apparemment antagonistes (du moins, pour les spécialistes de la spatialité), c’est que – répétons-le -, en vérité, il ne les situe pas sur le même registre et que, par conséquent, ils ne sont pas susceptibles de s’opposer dans la conception qu’il leur affecte. En parlant de territoires circulatoires, A. Tarrius n’a d’ailleurs jamais émis l’idée qu’ils constituaient la seule forme possible de territorialisation et, à ma connaissance, il n’a pas contesté la possibilité qu’existent des territoires aréolaires. Par contre, pour les tenants de la deuxième position, les territoires aréolaires sont une forme de spatialisation de la société qui tendrait à devenir caduque, remplacée qu'elle serait, même si progressivement, par des organisations en réseaux qui créeraient leur propre territorialité, qui feraient en sorte que les individus seraient territorialisés par les réseaux techniques communicationnels.

105La question, nous l’avons dit, est particulièrement complexe, et nous n’aurons pas la prétention de la résoudre, pour peu d’ailleurs qu’elle puisse l’être. En ce domaine, particulièrement ouvert aujourd’hui – et fécond – de la recherche, nous ne pouvons qu’émettre une suggestion – qui, d’ailleurs, ne nous est pas propre puisqu’elle a déjà été exprimée, une fois encore, par M. Lussault (1996, p. 97) -, à savoir que si l’on considère qu’il existe un antagonisme entre « territoire » et « réseau », rien n’impose d’adhérer à la thèse d’un antagonisme irréductible entre les deux. L’intérêt de cette position réside, me semble-t-il, en ce qu’elle déplace le problème initial en obligeant à s’interroger sur la manière dont, pour les individus, pour les groupes sociaux, se concilient, se combinent, s’articulent les deux métriques, et dans quelles circonstances.

106Les textes qui nous sont proposés, particulièrement dans l’atelier 4, permettent-ils d’avancer sur ces différentes interrogations ?

107Il nous faut commencer par regretter le très petit nombre de communications qui, explicitement, traitent de cet aspect des choses, le fait aggravant aussi que quelques-unes de celles-ci témoignent de recherches en cours – ce qui a pour effet que, dans ce cas, certains aspects, tels ceux des rapports entre les structures en réseau et la territorialisation sont plus suggérés que véritablement traités. Face à cette situation, le rapporteur doit bien reconnaître qu’il se trouve en situation délicate. Il lui est en effet bien difficile de se démarquer de la synthèse déjà réalisée par Michel Péraldi à l’issue de la table ronde de Rabat de décembre 1997, et c’est la raison pour laquelle on voudra bien – du moins l’espère-t-il – l’excuser de s’être contenté de reprendre, pour l’essentiel, les éléments typologiques proposés par celui-ci.

108Ce dernier identifie trois processus de constitution des réseaux :

109- En premier lieu, le processus d’essaimage, quasiment modélisé par Hassan Elboudrari, lequel le définit comme l’implantation, en séquences sociotemporelles successives, dans des espaces situés hors du foyer initial, de segments d’une lignée héritière de la gestion, spirituelle, mais aussi temporelle, d’une institution confrérique - en l’occurrence la zaouïa d’Ouezzane, dans le Maroc prérifain. Un processus qui répond, manifestement, à une double stratégie, de propagation du message religieux d’une part, de l’extension du réseau institutionnel dans l’espace investi, d’autre part. Ce serait l’institutionnalisation de la zaouïa, la « routinisation de son charisme », selon la belle expression de l’auteur, qui rendrait compte de l’expansion géographique du message religieux et de l’essaimage des segments de la lignée héritière, étant entendu que le réseau qui en résulte déploie ailleurs les « aventuriers » que l’ordre communautaire marginalise.

110Toutefois, la question de la territorialisation, dans leurs nouveaux lieux, de ces « migrants » d’un genre particulier, n’a pas été abordée par l’auteur, peut-être parce que le texte présenté correspond à une étape de la recherche où ce thème n’a pas encore fait l’objet d’investigations particulières.

111- En second lieu, un processus d’extension, qui est celui qui élargit un ordre communautaire bien au-delà de ses frontières initiales, en ce qu’il accompagne le migrant d’origine rurale à la ville où il s’installe (par exemple). Mounir Zouiten, dans une contribution qui participe de l’analyse interactionnelle (par sa volonté de prendre en considération les interactions complexes entre acteurs et milieux), décortique la façon dont les réseaux sociaux des migrants constituent une ressource relationnelle dans laquelle ils puisent et sur laquelle ils s’appuient à toutes les phases du processus migratoire, du moment qui précède la décision de migrer jusqu’au moment où, arrivés en ville, ils cherchent à s’installer, à trouver un emploi, un logement, des ressources, etc. Ces réseaux sont constitués de plusieurs composantes, mais celui de la parentèle est le plus fréquemment et intensément mobilisé, en ce qu’il est celui au sein duquel se déroulent les sociabilités primaires. Ce sont aussi des réseaux dans lesquels on mobilise des ressources humaines pour accéder à des ressources matérielles et symboliques. La question de la réciprocité, qu’aborde M. Zouiten dans une conception très maussienne (don/contre-don), renvoie en partie aux débats que nous avons eus au cours de ce colloque, sur les allégeances, étant entendu que, ici, la question est de savoir si l’échange qui s’effectue au sein du réseau familial revêt un caractère fondamentalement non réciproque, ou bien si, plutôt, le maintien actif de ce réseau social, fonctionnant de la ville vers la campagne, une fois le migrant installé, exprime une relation d’interdépendance.

112Mais, une fois encore, la relative brièveté de l’analyse à propos des modes précis de l’insertion des migrants dans la société et l’espace urbains, ainsi qu’à propos des représentations que se forment les migrants, ne permet pas vraiment d’avancer sur la question de la territorialisation de ces derniers et sur l’éventuelle constitution de « territorialités » qui leur seraient propres - territorialités en réseaux, bien entendu.

113- En troisième lieu, nous devons référer à la communication de Michel Péraldi lui-même, qui traite des réseaux migrants transfrontaliers en rapport avec la fonction de place marchande et d’« économie de bazar » qui s’est constituée et développée dans le quartier Belsunce à Marseille.

114À la différence fondamentale des précédents, ces réseaux seraient, en quelque sorte, territorialisés, ou, plus exactement, leurs différentes branches se croisent, se nouent en un lieu précis, ce quartier Belsunce, si particulier, de Marseille. La forme territoriale qui en résulte s’apparente donc plutôt à une enclave qui, encore une fois à la différence des cas précédemment analysés, « recentre et reconduit un ordre communautaire perdu en ses lieux d’origine ». Pour autant, une telle qualification du territoire produit n’est, selon Michel Péraldi, qu’une approximation, donc insatisfaisante, tant les dynamiques internes et externes qui affectent ces réseaux sont impressionnantes, et tant la complexité qui en résulte est grande. Enclave « relative », donc, parce que, en réalité, le dispositif commercial est dispersé entre plusieurs places de la ville (Marseille). Reconduction d’un ordre perdu : peut-être (sans doute ?) fut-ce le cas à l’origine du processus, mais certainement plus guère aujourd’hui, dans la mesure où l’« entrée » dans le réseau s’effectue selon des procédures qui n’ont plus rien à voir avec celles du/des groupe(s) d’origine.

115L’exceptionnelle richesse du texte de Michel Péraldi, qui aborde transversalement des thématiques extrêmement variées pour mieux rendre compte d’une véritable situation d’interdépendances multiples, m’invite surtout à en retenir la méthode d’analyse. Son auteur met en effet en œuvre une analyse globale, tout en manifestant pourtant, en permanence, une préoccupation typologique grâce à laquelle l’ensemble des rapports qui s’établissent, au sein du réseau même entre ses différents constituants, entre les segments du réseau, entre le réseau lui-même et l’extérieur, sont pris en compte, décortiqués et mis en système à tous les moments de l’analyse. C’est au prix de cet effort constant que l’auteur est en mesure de comprendre les « modalités de négociation, différenciées et différenciatrices, du couple ‘nomadisme-sédentarité’, et sa place dans les formes contemporaines, urbaines, des économies informelles ».

116Je dois avouer que, sur ce troisième aspect Réseaux sociaux, relations d’interdépendance et territorialités, je me sens un peu désarmé dès lors qu’il me s’agit de conclure. L’intérêt de la communication de Michel Péraldi est incontestable, mais elle s’inscrit logiquement dans la même démarche que celle d’Alain Tarrius – logiquement, puisque ces deux collègues travaillent ensemble de longue date – et elle participe donc d’une conception du territoire qui, pour justifiable qu’elle soit, n’en est qu’une parmi d’autres, et qui ne s’« embarrasse » pas trop de la spatialité, de la métrique. On revient ainsi au problème que nous avons posé en abordant plus haut la notion de territoire(s), à savoir que si des acceptions extrêmement diverses du concept sont légitimes -et donc tout à fait recevables -, les concilier dans une synthèse relève de la gageure. Appliquer le même terme à des objets, des réalités, qui ne relèvent pas de la même nature, du même registre, rend extrêmement délicat le dialogue, d’autant que chacun est persuadé que sa position est juste et, souvent même, la seule juste. Pour ma part, je n’ai pas à trancher dans ces débats, sauf à constater les divergences et, éventuellement, les incompatibilités terminologiques qui recouvrent des incompatibilités conceptuelles.

117Je tenterai cependant, en conclusion, un exercice périlleux, que je présenterai comme une suggestion, en sachant par avance qu’elle n’a aucune chance de convaincre. Je dois à l’honnêteté de dire que si l’idée ci-dessous soumise, le plus brièvement possible, m’accompagne depuis longtemps puisque c’est une conception que j’essaie de « faire passer » depuis plusieurs années aux étudiants de Licence de géographie auxquels j’enseigne, je n’ai jamais vraiment pris la peine de la formaliser et que, une fois encore, c’est Michel Lussault (1996, pp. 95-97) qui en a jeté les bases écrites avec la notion de « spatialités complexes ».

118Il est en effet possible de considérer que, loin de s’opposer, les analyses en termes de métrique et d’échelle, celles renvoyant aux systèmes idéels et aux phénomènes de construction sociale de la valeur spatiale, celles, enfin, qui s’attachent aux processus d’appropriation (de l’espace) et d’identité (ces dernières relevant plus directement du courant « territorialiste ») peuvent être associées, se combiner – en fonction d’une volonté de synthèse et non d’exclusion -, pour parvenir à « mener une démarche compréhensive efficace des spatialités contemporaines » (ibid., p. 96). Michel Lussault rappelle, à ce propos, qu’un acteur public comme le maire d’une ville en France, « s’il structure un territoire (stricto sensu) local d’action, articulant des lieux et des aires différemment qualifiés, doit nécessairement prendre (aussi) en compte et faire exister à l’intérieur de son action un espace extérieur, celui qui contient la politique locale, qui ne laisse pas d’influer sur elle et qui présente souvent, en partie au moins, les traits d’un réseau » (ce qui est souligné l’est par l’auteur ) (ibid., p. 97).

119Il nous apparaît alors que l’individu particulier dont traite, à El Mourouj V, Isabelle Berry-Chikhaoui, cet individu qui participe à la fois de l’acteur « ordinaire » et de l’acteur public, reproduit, à son échelle et sur ses champs d’action propres, une construction de spatialité complexe assez semblable à celle dont parle M. Lussault quand il évoque le champ d’action territoriale du maire d’une grande ville française – toutes choses égales par ailleurs, bien évidemment.

  • 25 Paradoxale, en ce sens que la « logique » voudrait que les entrepreneurs casablancais se préoccupe (...)
  • 26 Conditions qu’il est hors de notre propos de présenter, encore moins de développer, ici.

120La communication de Rafaelle Cattedra et Myriam Catusse Stratégies notabiliaires et recompositions du paysage urbain : images et communication d’une élite économique à Casablanca est toutefois celle qui enrichit le plus la réflexion sur le sujet que nous traitons ici. Ses auteurs, en effet, partent de l’idée paradoxale en apparence25 que les « entrepreneurs » casablancais – certains d’entre eux, tout au moins – « semblent participer à une réorganisation du lien social et civique dans la ville », en tant qu’ils édictent des mythologies collectives, par exemple par la mise en scène de la construction d’immeubles exceptionnels par telle ou telle caractéristique, qu’ils participent, sur le mode individuel ou par mobilisation néo-corporative à l’émergence d’espaces publics, qu’ils interviennent dans la « politique urbaine » par une stratégie de communication directement conçue dans ce but : manifestations évergétiques, investissement des associations, pratique institutionnelle de ces élites économiques qui emprunteraient ainsi le « registre de la justification de l’intérêt général (pour) solliciter, sur des bases civiques, plus de participation aux affaires de la cité ». À travers divers exemples récents, R. Cattedra et M. Catusse s’efforcent alors de montrer que ces stratégies privées, « (…) soutenues par (des) actions architecturales – mais, de fait, accidentellement architecturales -, s’expliciterai(en)t d’une part sur le plan territorial et au niveau du paysage urbain, et d’autre part sur celui des images et des (auto)représentations produites (…), par exemple en faisant la preuve de « leurs capacités et de leurs compétences à édicter certains marquages collectifs de normalisation (de mise à la norme territoriale de leur fonction d’acteurs urbains), en affichant leur raison sociale (…) » (ce qui est souligné l’est par les auteurs). Ils montrent ensuite, à travers les mêmes exemples et d’autres, nouveaux, comment ces stratégies, qu’ils rapprochent de stratégies de notabilisation, participent d’une dynamique de recompositions des lieux et des espaces symboliques de la cité, en particulier par l’affirmation de pôles émergents, « connotés par des valeurs de centralité, à la fois d’ordre géographique, fonctionnelle, économique et/ou symbolique » et par ce qu’ils appellent la « reconnotation » et la requalification d’axes urbains déjà profondément marqués sur le plan territorial et « historique », comme pôles de commandement de l’agglomération. L’investissement de ce champ – récent - d’action « public » par des acteurs privés occupant une place économique remarquable ne résulte pas d’un hasard temporel – même si cette simultanéité dans le temps ne fait pas l’objet d’une réflexion particulière par les auteurs – ; il n’est passé de l’ordre du possible, du souhaité, à l’ordre des faits que par l’inscription de ces acteurs sur un terrain éminemment politique, quand bien même la concrétisation de leurs actions et les justificatifs qu’ils en fournissent s’efforcent en permanence de donner le change. Mais c’est bien parce que ces acteurs sont, de longue date, inscrits dans des réseaux, soit « néo-corporatistes » comme les appellent R. Cattedra et M. Catusse, soit plus largement politiques, que, lorsque les conditions s’en présentent26, ils investissent ce champ d’action « public » qu’est la ville, en y produisant – ou en contribuant à y produire – de nouvelles formes de territorialités.

121Mais le domaine de l’action publique ne saurait être le seul où se révèlent et s’expriment ces spatialités complexes. Suivons une nouvelle fois Michel Lussault, lequel écrit : « Le moindre citadin, par sa pratique et ses représentations, structure et fait exister une configuration plurielle et multiscalaire qui participe en même temps du site, du lieu, du territoire et du réseau : en effet, ce citadin possède des pôles divers d’expérience spatiale, sites, lieux ou/et territoires, séparés, parfois nettement : les séparations, les hiatus, marquent une discontinuité, celle du réseau qui constitue dans ce cas la forme englobante » (ce qui est souligné l’est par l’auteur) (ibid., p. 96).

122Sans doute, le phénomène est connu qui fait que, lorsque l’observateur – en l’occurrence le chercheur – change d’échelle et/ou de focale d’analyse, le territoire subsume le réseau, ce dernier étant enserré dans un territoire : ainsi en est-il de la pratique spatiale des citadins, toujours englobée dans un ou des territoires, ne serait-ce que le territoire du pays de résidence, ou encore celui du réseau constitué par les relations de voisinage qui est inclus dans le territoire du quartier, etc. Etant entendu, pour éviter que l’on nous accuse d’accorder toute primauté à la « spatialité » sur la « socialité », que ces territoires en question n’existent que par l’existence concomitante des réseaux en question. Mais, en ce domaine, le colloque fourmille d’exemples, la plupart devant néanmoins être cherchés dans d’autres ateliers que celui dont je suis le rapporteur, en particulier dans les communications qui figurent dans les ateliers 2 (Les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants) et 3 (Formes d’allégeance et territorialisation). Certes - mais nous n’insisterons pas à nouveau sur ce point -, trop peu d’entre elles abordent explicitement la question sous cet angle, mais cela est probablement dû au fait que la réflexion sur la territorialisation est toujours seconde par rapport à celle qui porte sur les caractéristiques ou les formes d’allégeance des notabilités.

123Puisqu’elle est connue, même si pas toujours exploitée ou mise en évidence dans les exemples traités, ce n’est donc pas la forme de « subsumation » précédemment signalée qui nous importe le plus. Moins classique en effet est l’idée selon laquelle on pourrait penser les territoires et les réseaux en conjonction : si l’on s’en tient aux réseaux techniques, on pourrait ainsi formuler l’hypothèse que, alors qu’ils « naissent de la discontinuité et qu’ils l’emblématisent, ils tendent simultanément à la muer en systèmes de relations continues, donc, dans une certaine mesure, à construire du territoire » (ibid., p. 99).

124Au bout du compte, et en assumant le risque que la pensée ainsi exprimée ne paraisse être le résultat que d’un jeu assez vain, il m’apparaît que si l’on veut tirer profit de la notion de « territoire circulatoire » d’Alain Tarrius – qui produirait ce que d’autres appellent des « territorialités réticulaires » -, on pourrait, pour leur donner une valeur plus globale et donc une utilisation plus large, lui substituer celle, que j’emprunte encore à Michel Lussault (p. 99) de spatialité territoriale et réticulaire, les trois termes qui composent cette notion (ce concept ?) pouvant ne plus être situés en antagonisme dès lors que le lexique est fixé – ou à peu près.

Bibliographie

Références bibliographiques

AL-DBIYAT (M), « La territorialité en Syrie centrale : base communautaire ou régionale ». Peuples Méditerranéens, Paris, n° 72-73 (numéro spécial : Monde arabe : le retour du local), 1995, pp. 133-145.

ALLIES (P), « Le local, l’État et la société civile », pp. 269-282 in AURIAC Franck et BRUNET Roger (coord.) : Espaces, jeux et enjeux. Paris, Fayard, Encyclopédie Diderot, 1986, p. 343.

ATTIA (H), Les Hautes Steppes tunisiennes, de la société pastorale à la société paysanne. Thèse de Doctorat d'État, Université Paris VII, 3 tomes, ronéo, 1977, p. 664.

AURIAC (F) et BRUNET (R) (coord.), Espaces, jeux et enjeux. Paris, Fayard, 1986, Encyclopédie Diderot, p. 343.

BADUEL (P.-R.), La production de l’espace national au Maghreb. Introduction, 1985, pp. 3-47.

BADUEL (P.-R.), (coord.) : État, territoires et terroirs au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, p. 421.

BAREL (Y), « Le social et ses territoires », in AURIAC Franck et BRUNET Roger (coord.) : Espaces, jeux et enjeux. 1986. pp. 131-139. Paris, Fayard, Encyclopédie Diderot, p. 343.

BARTEMENT (D) et BERNIE-BOISSARD (C), « La région entre pratiques institutionnelles et productions idéologiques ». Toulouse, Sciences de la Société, n° 34, Presses Universitaires de Toulouse-Le Mirail, 1995, pp. 137-147.

BEAUDET (G), « Les Beni M’Guild du Nord ». Revue de Géographie du Maroc, n° 7, 1969, pp. 3-80.

BELHEDI (A), Société, espace et développement en Tunisie. Tunis, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université Tunis I, Série Géographie, tome XXVII, 1992a, p. 262.

BELHEDI (A), L‘organisation de l’espace en Tunisie : production et reproduction de l’espace. Tunis, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université Tunis I, Série Géographie, tome XXVIII, 1992b, p. 269.

BELHEDI (A), L’aménagement de l’espace en Tunisie : la reproduction ou l’intervention ? Tunis, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université Tunis I, Série Géographie, tome XXIX, 1992c, p. 267.

BENDJELID (A), L’organisation urbaine des bassins intérieurs oranais (Algérie). Thèse de Doctorat d’État, Géographie, Université de Paris I, ronéo.1990, p. 416,

BOCCO (R), « cAsabiyât tribales et États au Moyen-Orient. Confrontations et connivences ». Paris, Monde arabe/Maghreb-Machrek, n° 147, 1995, pp. 3-12.

BOCCO (R) et TELL (T), « Frontières, tribus et État(s) en Jordanie orientale à l’époque du Mandat ». Paris, Monde arabe/Maghreb-Machrek, n° 147, 1995, pp. 26-47.

BONNEMAISON (J), CAMBREZY (L), QUINTY-BOURGEOIS (L) (sous la dir. de), La nation et le territoire : le territoire, lien ou frontière ? Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et Cultures, 2 tomes, 1999, p. 315 et p. 266.

BOUCHEMAL (S), Mutations agraires en Algérie. Paris, L’Harmattan, 1997, p. 266.

BRULE (J.-C.) et MUTIN (G), « Les campagnes maghrébines : remodelage des structures, politiques agricoles et dépendance alimentaire », in TROIN Jean-François et alii : Le Maghreb, hommes et espaces. Paris, A. Colin, coll. U, 1985, p. 360 (1e édit.), pp. 175-218

BRUNET (R), FERRAS (R) et THERY (H), Les mots de la Géographie, Paris Montpellier, Reclus et La Documentation française, 1992, p. 470.

CASTELLS (M), La question urbaine. Paris, Maspero, 1977, p. 529. (2e édit.)

CÔTE (M), Mutations rurales en Algérie. Le cas des hautes plaines de l’Est. Paris et Alger, éd. du CNRS et OPU, 1979, p. 163.

CÔTE (M), L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 1988, p. 362.

DEGENNE (A) et FORSE (M), Les réseaux sociaux. Paris, A. Colin, coll. U, 1994, p. 288.

DI MEO (G), L’Homme, la société, l’espace. Paris, Anthropos, 1991, p. 319.

DI MEO (G) (sous la dir. de), Les territoires du quotidien. Paris, L’Harmattan, 1996, p. 207.

DI MEO (G), Géographie sociale et territoires. Paris, Nathan, coll. Fac-géographie, 1998, p. 317.

DI MEO (G), CASTAINGTS (J.-P.), DUCOURNAU (C), Territoire, patrimoine et formation socio-spatiale. Annales de Géographie, A. Colin, n° 573, 1993, pp. 472-502.

DUPUY (G), L’urbanisme des réseaux. Théories et méthodes. Paris, A. Colin, coll. U, 1992, p. 198.

ELIAS (N), La société de Cour sous Louis XIV, Paris, 1985, Flammarion.

FOSSET (R), Sociétés rurales et organisation de l’espace : les bas plateaux atlantiques du Maroc moyen. Thèse de Doctorat d’État, Géographie, Université Paul-Valéry, Montpellier III, 1979, p. 895, ronéo.

HÉNIA (A), Villes et territoires au Maghreb : mode d’articulation et formes de représentation, Correspondances Bulletin de IRMC, Tunis, n° 45, 1997, pp. 3-15.

ISNARD (H), L’espace géographique, Paris, PUF, coll. Le Géographe, 1978, p. 219.

KASSAB (A), L’évolution de la vie rurale dans les régions de la moyenne Medjerda et de Béja Mateur. Tunis, Publications de l’Université de Tunis, série Géographique, tome VIII, 1979, p. 674.

JENNAN (L), Le Moyen Atlas central et ses bordures : mutations récentes et dynamique de l’espace et de la société rurale. Thèse de Doctorat d’État, Géographie, Université François Rabelais, Tours, 2 tomes, 1998, p. 579, ronéo.

LABASSE (J), L’organisation de l’espace. Paris, Hermann, 1966, p. 605.

LACOSTE (Y) (sous la dir. de), Géopolitique des Régions françaises. 1986, Paris, Fayard, 3 volumes.

LACOUR (C) et PUISSANT (S), « Géographie appliquée et science desterritoires », in BAILLY Antoine, FERRAS Robert et PUMAIN Denise : Encyclopédie de la Géographie, Paris, Economica, 1992, pp. 1003-1022.

LAROUI (A), L’État dans le monde arabe contemporain : éléments d’une problématique. Louvain-la-Neuve, Cahiers du CERMAC, n° 3, 1981, p. 33.

LAVERGNE (M) et DUVIGNEAU (G), Monde arabe, le retour du local. Introduction au numéro spécial de Peuples Méditerranéens, Paris, n° 72-73, 1995, pp. 5-30.

LE BERRE (M), « Territoires », in BAILLY Antoine, FERRAS Robert et PUMAIN Denise : Encyclopédie de la Géographie, Paris, Economica, 1922, pp. 617-638.

LE COZ (J), Le Rharb, fellahs et colons. Étude de géographie régionale. Thèse de Doctorat d’État, Rabat, 2 volumes, 1964, p. 1 005.

LEFEBVRE (H), La révolution urbaine. 1970, Paris, Gallimard.

LE GALES (P) et LEQUESNE (Ch.) (sous la dir. de), Les paradoxes des régions en Europe. Paris, La Découverte, coll. Recherches, 1997, p. 302.

LEVY (J), « L’espace et le politique : quelles rencontres » in AURIAC Franck et BRUNET Roger (coord.) : Espaces, jeux et enjeux ? 1986, pp. 251268, Paris, Fayard, Encyclopédie Diderot, p. 343.

LEVY (J), (sous la dir. de) : Géographies du politique. Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1991, p. 221.

LEVY (J), L’espace légitime, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994, p. 442.

LILLI (W) et HARTIG (R), « Le rôle des aspects culturels et interactionnels dans la définition collective de l’identité régionale ». Toulouse, Sciences de la Société, n° 34, Presses Universitaires de Toulouse-Le Mirail, 1995, pp. 125-135.

LUSSAULT (M), « L’usage, la communication et le géographe ». Toulouse, Sciences de la Société, n° 35, Presses Universitaires du Mirail, 1995, pp. 149-163.

LUSSAULT (M), L’espace en actions. De la dimension spatiale des politiques urbaines. Habilitation à Diriger les Recherches, Géographie, Université François-Rabelais, 1996a, Tours, 2 tomes.

LUSSAULT (M), « L’espace pris aux mots », in LEVY Jacques (sous la dir. de) : Nouvelles Géographies, Le Débat, Paris, Gallimard (numéro du mois de novembre).1996b, pp. 25-39.

MARIE (M), « Penser son territoire : pour une épistémologie de l’espace local », in AURIAC Franck et BRUNET Roger (coord.) : Espaces, jeux et enjeux. 1986, pp. 141-158, Paris, Fayard, Encyclopédie Diderot, p. 343.

MARTEL (A), Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911). Paris, PUF, 2 tomes, 1965, p. 824 et p. 428.

MAURER (G), « Les paysans du Haut Rif central ». Revue de Géographie du Maroc, n° 14, 1968, pp. 3-70.

MAURER (G), « Mise en valeur et aménagement du milieu naturel », in TROIN Jean-François et alii : Le Maghreb, hommes et espaces. 1985, pp. 1381, Paris, A. Colin, coll. U, p. 360, (1e édit.).

MIOSSEC (J.-M.), « La Tunisie, ou l’articulation mesurée », in DURAND-DASTES François et MUTIN Georges (sous la dir. de) : Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde indien. 1995, pp. 108-118, Paris, Belin-Reclus, tome VIII de la Géographie Universelle, p. 480.

MIOSSEC (J.-M.), « Identité tunisienne : de la personnalité géographique d’un pays du Maghreb, du monde arabo-islamique et de la Méditerranée ». Paris, A. Colin, Annales de Géographie, t. CVIII, n° 607, 1999, pp. 255-276.

MONGIN (O), Face au scepticisme, les mutations du paysage intellectuel ou l’invention de l’intellectuel démocratique, 1994, Paris, La Découverte.

MUTIN (G), La Mitidja : décolonisation et espace géographique. Paris et Alger, éd. du CNRS et OPU, 1977, p. 607.

NACIRI (M), L’aménagement de l’espace territorial au Maroc ; lieux d’autonomie et centralisation étatique, in Baduel Pierre-Robert (coord.) : État, territoires et terroirs au Maghreb, 1985, pp. 225-242, Paris, Éditions du CNRS, p. 421.

NAY (O), La région, une institution. La représentation, le pouvoir et larègle dans l’espace régional. Paris, L’Harmattan, coll. Logiques politiques, 1997, p. 377.

PAELINCK (J), « Une axiomatique économique de l’espace géographique », in BAILLY Antoine, FERRAS Robert, PUMAIN Denise :Encyclopédie de Géographie, Paris, Economica, 1992, pp. 639-644.

PAILLIART (I), « Espaces, représentations, identités : quelles problématiques ? » Toulouse, Sciences de la Société, n° 35, 1995, pp. 83-91.

PASCON (P), Le Haouz de Marrakech. Tanger, (éd). Marocaines et Internationales, 1977, p. 693 + 165.

PIERCY (Ph.), La France. Le fait régional. Paris, Hachette, coll. Carré-Géographie, 1997, p. 287.

PONCET (J), La Colonisation et l’agriculture européenne en Tunisie depuis 1881. Étude de géographie historique et économique. Paris, La Haye, Mouton, 1962, p. 700.

PONCET (J), Paysages et problèmes ruraux en Tunisie. Paris, PUF, 1962, p. 202.

POULANTZAS (N), L’État, le pouvoir, le socialisme, Paris, PUF, 1978, p. 300. (2e édit. 1981).

PUMAIN (D) et SAINT-JULIEN (Th.), L’analyse spatiale. 1 – Localisations dans l’espace. Paris, A. Colin, coll. Cursus-Géographie, 1997, p. 167.

RAFFESTIN (C), « Ecogénèse territoriale et territorialité », pp. 173-185in AURIAC Franck et BRUNET Roger (coord.) : Espaces, jeux et enjeux. Paris, Fayard, Encyclopédie Diderot, 1986, p. 343.

REMY (J), Sociologie urbaine et rurale. L’espace et l’agir. Paris, L’Harmattan, 1998, p. 399.

SANTOS (M), « Espace et domination : une approche marxiste ». Revue Internationale des Sciences Sociales, tome XXVII, n° 2, UNESCO, Paris, 1975a, pp. 368-386.

SANTOS (M), L’espace partagé. Les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés. Paris, Librairies Techniques, 1975b, p. 405. SETHOM (H), Les Fellahs de la presqu’île du Cap Bon. Tunis, Publications de l’Université de Tunis, série Géographique, tome IV, 1977a, p. 353.

SETHOM (H), L’Agriculture de la presqu’île du Cap Bon. Tunis, Publications de l’Université de Tunis, série Géographique, tome V, 1977b, p. 532.

SEURAT (M), « La ville arabe orientale entre J. Weulersse et I. Lapidus ». Communication à la table ronde : Les politiques urbaines au Maghreb et au Machrek, Lyon, 17-20 novembre 1982, IRMAC et ERA 1036du CNRS, ronéo (texte non publié).

SEURAT (M), « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban) : étude d’une casabiyya urbaine », pp. 45-86 in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, Beyrouth, CERMOC, 1985, p. 175.

SIGNOLES (P), L’espace tunisien. Capitale et État-Région. Tours, Publications d’URBAMA, fascicules de recherches n° 14 et 15, 1985, p. 1 041.

SIMONIN (J), « Communications médiatisées et territoire insulaire : le cas de l’île de la Réunion ». Communication au Colloque : Géographie, information et communication, GRESOC, Toulouse, 30 mai-1er juin, 1994, ronéo.

TARRIUS (A), Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales. Paris, L’Harmattan, 1992, p. 145.

TARRIUS (A), « Territoires circulatoires des entrepreneurs commerciaux maghrébins de Marseille : du commerce communautaire aux réseaux de l’économie souterraine mondiale ». Journal des Anthropologues, n° 59, 1995, pp. 15-35.

TARRIUS (A), MAROTEL (G) et Péraldi (M), 1988 : L’aménagement à contretemps. Nouveaux territoires immigrés à Marseille et à Tunis. Paris, L’Harmattan, p. 152.

TROIN (J.-F.), Les Souks marocains. Aix-en-Provence, Edisud, 1975, p. 503 + atlas.

TROIN (J.-F.), (sous dir. de), Le Maghreb, hommes et espaces. Paris, A. Colin, coll. U, 1985, p. 360, (1e édit.).

VANT (A), « À propos de l’impact du spatial sur le social », in AURIAC Franck et BRUNET Roger (coord.) : Espaces, jeux et enjeux. 1986, pp. 97-127, Paris, Fayard, Encyclopédie Diderot, p. 343.

VALENSI (L), « La Tour de Babel : groupes et relations ethniques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ». Paris, A. Colin, Annales, Économie, Sociétés et Civilisations, n° 4, 1986, pp. 817-838.

VILLASANTE-de BEAUVAIS (M), « Transformations socioculturelles à Kiffa (Mauritanie) ». Peuples méditerranéens, n° 72-73, n° spécial : Monde arabe, le retour du local, 1995, pp. 257-270.

VILLENEUVE (P), « Les minorités dans le monde », in BAILLY Antoine, FERRAS Robert et PUMAIN Denise, Encyclopédie de la Géographie, Paris, Economica, 1992, pp. 907-920.

Notes

1 Les références bibliographiques sont renvoyées à la fin du texte, sauf lorsqu’il s’agit de communications présentées à l’occasion de ce colloque Villes et Territoires au Maghreb. Mode d’articulation et relations d’interdépendance. Auquel cas, celles qui figurent dans l’axe Relations d’interdépendance et territorialisation, sont signalées par le seul nom de leur auteur, celles qui ont été placées dans d’autres axes sont complétées par leur titre.

2 Le résumé de ce texte figure dans le présent cahier.

3 Marc Côte, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 1988, en particulier les (Chapitres 4 et 5), ou encore, relativement à l’ensemble du Maghreb, celle de Gérard Maurer (voir de cet auteur, entre autres, les deux premiers chapitres de l’ouvrage de J.-F. Troin et alii, 1985).

4 M. Côte, 1988, p. 53.

5 Idem. p. 79.

6 Pour le Maroc, on se reportera aux analyses de Mohamed Naciri (1985, p. 229 et sq.) lequel note que « cette vision duelle de l’espace structurait toute la politique du Protectorat : régions militaires, régions civiles, montagnes, plaines, rural-urbain. Mais en quittant le cadre écologique de la communauté tribale, la colonisation avait épousé, à une autre échelle, celle du territoire, sa fragile logique. Car d’autres forces investissaient l’espace et remettaient en question les équilibres que les idéologues du Protectorat voulaient à tout prix sauvegarder » (souligné par moi, P.S.).

7 Il convient d’ajouter à ces références le dernier ouvrage de Guy Di Méo (1998), paru après la préparation du présent rapport, et qui constitue à nos yeux la synthèse la plus pédagogique de sa pensée. On pourra y adjoindre l’ouvrage collectif de J. Bonnemaison, L. Cambrézy et L. Quinty Bourgeois (1999) qui fournit une série d’exemples souvent originaux.

8 Peut-on rappeler à ce propos que Michel Seurat, dans deux de ses articles les plus célèbres (1984 et 1985), situe sa problématique générale par rapport à ces deux auteurs (voir, entre autres, dans le second, les pp. 45 à 47).

9 On pourra aussi se reporter à l’article de M. Lussault (1996b), dans lequel il rappelle comment, dans leur conception de l’espace, les géographes sont passés d’une propension naturaliste à une approche plutôt constructiviste, avant de montrer, à partir de l’exemple de Tours, comment certains d’entre eux en sont venus à considérer que « l’espace n’est pas simplement un support neutre de l’agir (…), (mais aussi) un instrument essentiel de construction de la légitimité des acteurs (en l’occurrence municipaux) (…). L’espace constitue un matériau immédiatement signifiant de ce qui est entrepris (…) ».

10 Pour quelques précisions bibliographiques sur ce point, voir les références bibliographiques données en fin de ce rapport.

11 La rencontre est d’autant plus aisée que « l’analyse spatiale (met l’accent) sur des règles générales d’organisation de l’espace, des modèles » (D. Pumain et Th. Saint-Julien, 1997).

12 M. Lussault, H. D. R., 1996a, p. 95.

13 Nicos Poulantzas (1978, p. 114 - que je cite ici à partir de P.-R. Baduel, 1986).

14 Une interrogation de ce type sous-tend tout un article de Riccardo Bocco et Tareq Tell relatif aux frontières de la Jordanie orientale à l’époque du Mandat (1995, en particulier p. 35). On la retrouverait, sans doute formulée différemment, dans moult travaux sur les frontières, tel que celui, par exemple, d’André Martel (1965) sur la frontière entre la Tunisie et l’ex-Tripolitaine. Finalement, même si c’est à une toute autre échelle, la communication de K. Bendana et H. Belaïd s’inscrit dans cette problématique.

15 P.-R. Baduel, 1986, art. op., cit.

16 O. Nay, 1997 ; P. Le Galès et C. Lequesne (sous la direction de), 1997 ; W. Lilli et R. Hartig, 1995 ; D. Bartement et C. Bernié-Boissard, 1995.

17 Sur la question des réseaux techniques, voir Dupuy Gabriel (1992).

18 Sur la question complexe et particulièrement controversée de la « fragmentation » (spatiale, sociale) et de ses effets territoriaux, se reporter aux travaux du colloque Des villes entre fragmentarité spatiale et urbanité, organisé par Françoise Navez-Bouchanine et Pierre Signoles, à URBAMA (Tours), les 4-56 juin 1998 (Actes en cours de préparation, à paraître dans la série des Fascicules de recherche d’URBAMA, F. Navez-Bouchanine éd.).

19 N. Elias, Introduction, op. cit., pp. LVI-LVII.

20 Ibid. p. 150.

21 R. Chartier, Introduction à l’édition de 1985 de l’ouvrage, op. cit., de N. Elias, p. XXI.

22 N. Elias, Introduction, op. cit., p. LXX et p. 461.

23 Bien que procédant d’analyses d’une toute autre nature, il est possible de trouver des correspondances entre les conclusions de S. Boubaker et celles d’auteurs comme P. Signoles (1985) ou J.-M. Miossec (1995), lorsqu’ils insistent sur l’émergence, en Tunisie, d’une entité territoriale correspondant à la Tunisie littorale. Pour la manière dont la construction historique dont parle S. Boubaker demeure aujourd’hui prégnante dans la formation sociale et spatiale tunisienne, voir encore J.-M. Miossec (1999).

24 On retiendra ici la précision, à mes yeux fondamentale, qu’apporte Michel Lussault (1996, p. 95) : « (La notion de territoire) dépend sans doute moins du seul aspect matériel des espaces – car ne peut-on trouver de la contiguïté partout, même si certaines formes la signifient mieux que d’autres, et que des murs la brisent efficacement ? – que des systèmes idéels qui encadrent l’espace en question, ainsi que des pratiques afférentes qui s’y déploient ».

25 Paradoxale, en ce sens que la « logique » voudrait que les entrepreneurs casablancais se préoccupent d’abord et exclusivement d’améliorer leurs taux de profit.

26 Conditions qu’il est hors de notre propos de présenter, encore moins de développer, ici.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter