Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

4. Relations d’interdépendance et territorialisation

Rapport préliminaire. Rabat, 22, 23 et 24 décembre 1997

Michel Péraldi

Texte intégral

1Treize communications ont été présentées dans cet atelier, qui nous ont fait voyager du Maroc à l'Algérie et à la Tunisie, d'Istanbul à Oujda en passant par Marseille. Mais plutôt que d'insister sur la diversité des situations évoquées, je voudrais insister dans ce rapport sur le socle méthodologique et théorique qui sous-tend les communications, en revenant à la question initiale des rapports entre interdépendance et territoires.

2Nous avons envisagé ici le territoire comme un « complexe en mouvement », une sorte d'équilibre plus ou moins stable historiquement, formé et déformé en permanence par les relations d'interdépendances qu'il juxtapose. Du coup, les formes territoriales envisagées ne sont que des « états » de processus, ceux-là qui nous permettront de rendre compte des communications selon un ordre typologique. Trois grands processus de territorialisation ont été abordés, selon un principe commun qui considère ces processus comme des formes relationnelles où les ordres sociaux et les formes spatiales entrent dans un rapport permanent de codification réciproque. En ce sens, les relations d'interdépendances prennent la forme, soit d'un processus de hiérarchisation, soit d'un processus de segmentation, soit enfin d'un processus de dispersion.

Hiérarchisation

3Il s'agit de formes et de moments dans lesquels les relations entre le spatial et le social constituent des distributions inégales selon des grammaires qui organisent la hiérarchisation des mondes, des groupes ou des personnes impliquées dans ces dispositifs. Ici, ce sont les États qui sont les principaux instigateurs de ce type d'organisation de l'interdépendance territoriale, des États dont nous avons questionné ici deux formes au moins, celle de l'État moderne, au sens strict que donnent les historiens à ce terme, et l'État colonial. La communication de M.-L. Gharbi sur la constitution du Crédit Agricole en Algérie au xixe siècle illustre bien ce processus, par lequel un État ou ce qui le représente, (l'établissement bancaire), codifie selon un principe de hiérarchisation inégalitaire qui était un espace communautaire de relations. On retrouve le même type de processus à l'œuvre, décrit par N. Aggoun, dans l'effacement des articulations entre montagne et plaine, sous l'ordre territorial administratif : l'Algérie apparaît bien alors comme le pays dans lequel ce type de territorialisation, porté par la violence symbolique qu'impose le pouvoir colonial, a atteint une sorte de perfection. L'État colonial en moins, c'est bien aussi un processus de recodification hiérarchique que décrit A. Chérif à propos de l'organisation de la filière agroalimentaire en Tunisie. C'est encore le même processus que nous décrit A. Hénia, à propos cette fois de la réorganisation des réseaux d'échanges en Tunisie : le marché se constitue comme lieu d'échange distinct dans la ville et générant ses propres institutions régulatrices. Dans ces deux cas, l'État est absent directement du travail de codification, il s'en tient comme à distance, laissant agir les « forces économiques ».

4Quelques notions clefs, saisies çà et là dans les propos, permettront d'affiner les formes et les modalités historiques de ce processus : on a parlé de maillage, de contrôle bien sûr, et la violence symbolique qui lui est coextensive. On peut ajouter le terme d'assujettissement, et, même s'il n'a été évoqué qu'en creux, le terme d'aménagement, qui constitue sans doute la forme contemporaine la plus achevée de ce type de processus. Un exemple nous en a été donné par B. Allain-El Mansouri, à propos des effets territoriaux de la constitution des réseaux d'adduction d'eau au Maroc.

5L'État est donc souvent au cœur de ces dispositifs territoriaux hiérarchisés qui naissent à l'époque moderne, mais aussi les marchés. et enfin la ville, entendue ici comme puissance d'assujettissement de la « campagne ». La communication de I. Grangaud, montre que la séparation ville-campagne, avant d'être un fait pratique, s'installe comme corps de représentation qui affecte des contenus stigmatisants et hiérarchisants (propre/sale, civilisé/barbare, archaïque/moderne) à des espaces et des univers sociaux que rien précisément, dans l'ordre des jours et des relations pratiques concrètes, ne vient valider. Saisie à Constantine au xviiie siècle dans sa période de formation, cette représentation qui va régler les rapports ville-campagne, semble ici flotter, comme détachée de la réalité des continuités sociales, relationnelles, aussi anodine et arbitraire qu'un jeu culturel, une « mode » dirait-on aujourd'hui, dans lequel s'investit une fraction élitaire des sociétés urbaines.

Segmentation

6Sous ce registre, il sera question de relations d'interdépendance territoriales entre des mondes socialement disjoints, voire antagoniques, qui se constituent sur le mode de la juxtaposition, de la superposition ou de l'emboîtement, sans forcément se hiérarchiser ou s'ordonner selon une grammaire inégalitaire. Le travail que présenté par H. Elboudrari fournit une notion très utile, celle d'essaimage, par laquelle il décrit le processus de reproduction et de déploiement des ordres religieux. La naissance de « niches » ou d'enclaves territoriales qui résultent de cette dynamique est en cela identique, sur le terrain religieux, des « comptoirs commerciaux » que j'ai tenté de décrire à propos des entrepreneurs maghrébins à Marseille. On a parlé aussi de tribal, que les historiens envisagent presque toujours comme la forme antérieure, élémentaire, sur laquelle « travaillent » les dispositifs institutionnels issus de l'époque moderne. L'espace segmentaire apparaît souvent comme héritage, trace mémorielle, ce qui reste de culture lorsque les marques spatiales ont été effacées, ravagées même par la violence symbolique de l'État. Toute la question, me semble-t-il, est peut-être de savoir reconnaître, au vif de la contemporanéité, sous une forme non pas résiduelle mais émergente, ce type de territorialisation. Le propos de M. Zouiten sur l'insertion des migrants dans la ville au Maroc, le mien sur les commerçants à Marseille, illustrent bien la perpétuation de ce type de territorialisation au cœur de la modernité.

7J'ai l'impression que, à trop se focaliser sur l'histoire de l'État, on finit par opposer de manière trop manichéenne, ordre segmentaire, assimilé à archaïque et égalitaire, et ordre « rationnel », assimilé à inégalitaire et moderne. Le terme « tribal », qui suscite toujours des échanges passionnés et de vives polémiques, gagnerait peut-être en clarté si nous envisagions d'abord, avant que d'essayer de les ramener à une tradition, les manières dont nos sociétés sont travaillées de discontinuités segmentaires, inductrices non tant de hiérarchies et d'inégalités que de juxtapositions. Il se peut par exemple que l'ordre tribal, effacé ici, dans les lieux où il fait sens et mémoire marquée, territorialisée, réapparaisse ailleurs, simplement affecté d'une mémoire « absente », et comme affranchi justement des conditions que lui impose sa territorialisation en ses lieux d'origine.

8De ce point de vue, je suivrais volontiers M. Lahmar lorsqu'il s'interroge sur la pertinence de l'articulation entre allégeance et territoire, dont il critique l'usage trop systématiquement coordonné que font les sciences sociales de ces termes. Il suggère que sous ces deux termes, des formes sociales différenciées, mais également dynamiques, sont à l'œuvre, dont nous avons besoin de penser l'autonomie plutôt que l'articulation.

Dispersion

9Dépasser une vision trop simplement binaire qui oppose segmentation et rationalisation, et sous les figures agissantes, l'État d'un côté, porteur de modernité mais aussi de normalisation, et les tribus de l'autre, archaïques et juxtaposées, c'est d'abord mettre en évidence des formes spatiales qui dénouent le face à face, partout tendu, entre segmentation et rationalisation. C'est à dire des formes territoriales paradoxalement issues de la mobilité et de la transversalité, et des formes sociales moins tributaires de la sédentarité, celle des réseaux.

10Nous avons évoqué à plusieurs reprises le rôle essentiel des nomades, et nous nous sommes interrogés sur cette énigme que constitue « le territoire nomade », ses modes paradoxaux de territorialisation, lorsque les puissances sédentaires leur interdisent toute forme spatiale de ritualisation des parcours. Nous l'avons évoqué dans l'histoire à propos des réseaux d'échange antérieurs à l'avènement du marché (Hénia), de la religion (Elboudrari), des migrants urbains contemporains (Péraldi, Zouiten).

11Si les réseaux dispersent, lorsque l'ordre segmentaire rassemble et l'ordre rationnel hiérarchise, cette dispersion n'est pas forcément productrice de désordre, de pulvérisation individualisante des ordres sociaux. C'est là tout le paradoxe et l'énigme des formes sociales réticulaires. Nous avons évoqué au moins trois formes, territoriales, de cette dispersion : l'essaimage, où le réseau déploie ailleurs les « aventuriers » qu'un ordre communautaire marginalise, l'enclave, qui au contraire recentre et reconduit un ordre communautaire perdu en ses lieux d'origine, l'extension enfin, qui élargit un ordre communautaire au-delà de ses frontières sédentaires.

12Toute la question, me semble-t-il, outre la nécessaire description de ces formes paradoxales, complexes, est d'abord de comprendre ces configurations, spatiales et sociales, dans leur émergence contemporaine. Le détour par l'urbain, dont le propre est sans doute d'offrir une visibilité, territoriale justement, à ces déploiements de réseaux, s'impose alors comme une nécessité et le prolongement logique de nos réflexions.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable