Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

4. Relations d’interdépendance et territorialisation

Présentation

Abdelhamid Hénia

Texte intégral

1La territorialisation, expression éminemment politique, est la concrétisation de la mise en place de réseaux de relations d’interdépendance. Si les allégeances donnent un sens aux relations d’interdépendance en les justifiant, celles-ci assurent à leur tour la reproduction de la territorialisation des espaces politiques, économiques et sociétaux. Quelles sont, au Maghreb, les relations d’interdépendance (de type politique, économique, social, matrimonial) qui lient entre eux les hommes ou les groupements humains d’une configuration sociale, champ de domination d’un pouvoir (local, régional ou central) ?

2La dualité territoriale plaine/montagne, comme toutes les autres de même type, du genre nomades/sédentaires ou oasiens/semi-nomades, constituent une configuration sociale spécifique. Les espaces constituant de telles dualités sont fortement liés par des réseaux de relations d’interdépendance intenses. Comment la montagne cohabite avec la plaine ? Quelles sont les relations d’interdépendance qui s’instaurent entre les deux espaces et qui expliquent leur coexistence, pacifique ou non ? Les relations d’interdépendance, spécifiques à la dualité plaine/montagne, se situent pratiquement à tous les niveaux de la vie quotidienne (politique, économique, culturel). En quoi la plaine a-t-elle besoin de la montagne et la montagne de la plaine ? Comment et par quels canaux se font les relations d’interdépendance ? Les mêmes questions se posent également pour les sédentaires (oasiens ou villageois arboriculteurs) et les nomades (ou semi-nomades). Les relations entre les espaces sociétaux de ces dualités ne sont pas moins hiérarchisées.

3La territorialisation de l’espace, une action politique par excellence, n’est guère étrangère à la structuration et au contrôle des réseaux économiques. Dans quelle mesure les réseaux d’échanges, au Maghreb, sont-ils des réseaux exclusivement économiques ? Dans quelle mesure peuvent-ils se réaliser sans mobiliser d’autres réseaux de type clanique, militaire, voire politique ?

4Dans les zones peu soumises à la domination de l’État, les communautés locales développent - du moins jusqu’à une période encore récente - une énergie d’autorégulation leur permettant d’échanger leurs produits en oubliant leurs différends, momentanément. Dans quelle mesure celles-ci peuvent-elles vivre, s’organiser et s’assurer un équilibre interne sans le recours au pouvoir étatique ? Peut-il exister des groupes totalement isolés du marché et de l’État ? Il est important de voir comment les territoires s’articulent entre eux par le biais des différents réseaux de marchés. On cherchera à comprendre le rôle assuré par les tribus nomades et seminomades dans la structuration de ces réseaux et celui joué aussi par le pouvoir étatique.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable