Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

3. Formes d’allégeance et territorialisation

Résumés des interventions

Texte intégral

Le local vu du centre La fonction sultanienne locale dans la littérature politique sultanienne

1Azzeddine ALLAM

2Le Maghreb a connu durant son histoire et particulièrement au cours xive siècle un genre d’écrits politiques qu’on désigne par le vocable al-adab assultani. Ces écrits qui sont pour l’essentiel des conseils éthico-politiques détenteurs du pouvoir, visent en premier lieu le maintien et la consolidation du régime politique en place. Il s’agit donc d’ouvrages écrits au centre, par des auteurs du centre, au profit du centre.

3Loin de prétendre cerner l’historicité du rapport centre/local, ni analyser les mécanismes de ce rapport, le but de cette étude se contente de répondre à une question : comment le centre conçoit-il le local, et ce à travers des écrits qui visent essentiellement le maintien de l’ordre sultanien ?

4Dans les milliers des pages écrites par les auteurs d’al-adab assultani, les questions du local restent marginales, et apparemment peu intéressantes. Néanmoins, d’autres pistes peuvent nous éclairer sur la place réservée au local dans ces ouvrages :

  • -Parmi les fonctions sultaniennes (al maratib assulatania), il est question de chlocales : gouverneur, percepteur… Peut-on tirer quelques éléments se rapportant au sujet, à travers les conseils adressés aux fonctionnaires locaux et les qualités exigées d’eux ?
  • -Parlant des ressources (al mal), la pensée politique sultanienne insiste sur l’intérêt des ressources locales pour la subsistance du pouvoir.
  • -Traitant de la question de l’armée (al-jund) l’auteur sultanien rappelle sans cesse l’importance du rôle joué par le local dans la constitution de cette armée.
  • Soulignant la nécessité de soumettre les sujets (ar-raciya), l’auteur sultanien explique comment l’élite locale (chef des tribus, grands marchands, cheikhs…) doit tendre à consolider la légitimité du centre. À partir des quatre axes susmentionnés, la fonction sultanienne locale, les ressources locales, l’armée et le local et la soumission du local, j’essaierai de dégager la conception du local produite par le centre.

La construction d’un territoire local

5Isabelle BERRY-CHIKHAOUI

6Ma recherche, dans le cadre de ce programme, s’inscrit dans un travail plus global qui tente d’appréhender comment et quelles formes d’organisations sociales se mettent en place dans une cité d’habitat social construite au début des années 1990, livrée aux habitants clef en main par l’administration, insuffisamment équipée et située en périphérie sud de l’agglomération tunisoise en front d’urbanisation. Une telle cité apparaît comme un espace à conquérir, dont l'histoire est à faire, non encombrée par un tissu social préexistant, ou encore par la présence de personnages « publics ». Cet espace à conquérir donne lieu à des formes diversifiées de mobilisation par les habitants, qu’il s’agisse de transformer son logement, de construire une relation avec un « voisin », de palier les insuffisances de la programmation urbaine (absence d’éclairage public, d’équipements collectifs, de commerces et de services de proximité…) ou encore de constituer une scène politique locale et de se positionner ainsi selon des enjeux moins locaux. C'est plus précisément à l'art de faire d’un habitant que je m'intéresserai, aux types de rapports que cet art institue entre cet acteur et les habitants « ordinaires » d'une part et entre lui et les autres personnages de la vie « publique » (membres de la cellule, du comité de quartier, élus des collectivités locales...) d'autre part et, enfin, aux implications, inscriptions, constructions spatiales de ses actions. La construction d’un territoire local est ici l’un des enjeux mais nécessite la mobilisation de ressources qui sont loin d’être uniquement locales, tout comme elles n’appartiennent pas seulement au présent de l’acteur mais aussi à un passé actualisé ou encore mettent en scène un avenir meilleur de la cité.

De l’équité dans l’allégeance

7Jocelyne DAKHLIA

8Le modèle du cercle de l’équité, qui imprègne très fortement la littérature politique persane, puis ottomane, est une référence moins explicite dans la tradition politique maghrébine, qui pourrait marquer une forme de spécificité. À travers des exemples principalement marocains, centrés sur le personnage d’al Yûsî, on tentera d’en montrer néanmoins la prégnance et les usages sociaux dans des conflits maghrébins.

Les pratiques d’allégeance au Maroc aux xviiie et xixe siècles

9Mohamed ELAYADI

10La lecture attentive de l’historiographie marocaine classique révèle une contradiction essentielle chez les historiographes quand ils décrivent l’histoire politique du pays. Suivant une tradition confirmée par une codification de l’écriture, ces érudits de l’événement insolite survolent la vie politique du Maroc de telle sorte que le règne d’une dynastie ou la conduite d’un prince apparaissent conformes à la khilâlfa en Islam : ce modèle a été perpétué par les fuqahas traditionalistes à travers leurs traités juridiques sur la imâmâ et ses conditions de validité. La vie politique, se déroule dans cette historiographie selon sa propre logique, traînant son lot habituel de faits tumultueux et dramatiques dont la cruauté est parfois passée sous silence par calcul ou par pudeur ; la description des faits est évoquée par des euphémismes. Abderrahmaân Ben Zaydân, l’historiographe de la dynastie alawite et Ahmed Ben Khâlid An-Nâçirî, l’auteur de kitâb al-istiqça fi-Akhbâr al-Maghrib al-aqça, avaient une formule toute faite pour éviter le récit des faits désagréables à leurs yeux : Wa kân mâ kân mimma lastu adhkuruhu, fa zunna khayran wa lâ tas’al canî al-khabarî : « moi, l’historien je ne rapporterai pas les faits tels qu’ils se sont déroulés et toi, le lecteur, tu dois croire du bien et ne pas insister ». Curieuse de répartition des tâches entre l’historien et les destinataires de son récit ! Elle résonne dans les écrits des historiographes classiques comme un code de déontologie hérité de leurs aïeux et maîtres à penser, en tant que contrainte morale obligeant le narrateur à ne pas divulguer les péchés des hommes tout en mettant en valeur leurs vertus réelles ou supposées. Le résultat de cette dichotomie est que les historiographes ne parlent pas du pouvoir dans son fonctionnement quotidien, tel que les populations en faisaient l’expérience tous les jours, mais de sa concordance supposée avec l’autorité politico-religieuse définie dans l’absolu par les clercs patentés de l’islam. L’investiture d’un nouveau prince est, dans cette perspective, l’occasion privilégiée pour rappeler à la mémoire collective de la doctrine malikite du pouvoir : les rédacteurs des bayca s’ingénient à la suivre dans le moindre détail et les historiographes la rapportent à l’occasion de leurs récits dynastiques. La question de l’allégeance se réduit dans cette conception du politique à la ratification du serment d’investiture dont on n’indique généralement que les codes et les rites. En revanche, les problèmes de la transition et l’effervescence politique qui accompagnent à chaque fois la disparition d’un souverain et l’investiture de son successeur ne sont, que par fragments évoqués les péripéties qui agitaient les représentants des catégories sociales, à l’occasion de cet exercice ô combien périlleux de la bayca dans le Maroc traditionnel, ne sont évoquées ; de leur côté que très partiellement et seulement dans les cas de crises graves. Mais au-delà de ces lacunes, le fait le plus important est l’absence d’une théorie du système politique traditionnel tirée de l’exercice quotidien du pouvoir. La disparition d’un souverain et l’intronisation d’un autre sont certes les moments forts dans la description historiographique de la vie politique du Maroc, mais cette description n’évoque certaines données réelles de la pratique politique que pour rappeler la théorie du pouvoir en islam. Les éléments les plus importants du système, qui ne sont jamais agencés dans leur fonctionnement réel, perdent ainsi leur véritable signification sous l’effet de cette emprise de la théorie abstraite du pouvoir.

11L’historien contraint de faire appel à cette historiographie pour étudier le système politique marocain traditionnel doit, du fait de la nature du discours historiographique classique, baliser d’autres voies pour échapper aux pièges des artefacts, en profitant au maximum des avantages que lui procure le savoir moderne pour transcender les difficultés liées à l’indigence des sources. Les méthodes nouvelles de l’histoire sociale et de l’histoire anthropologique sont, dans cette perspective, susceptibles de renouveler les questionnements. Elles permettent une lecture des sources au regard des concepts empruntés aux autres champs des sciences sociales. Le pouvoir politique traditionnel apparaît sous cet autre angle. Ce qui n’est dans l’historiographie classique qu’anecdote, fait marginal ou événement sans rapport avec le fonctionnement du pouvoir politique, prend ici une signification politique indéniable.

12Inscrite dans cette perspective, la question de l’allégeance prend une dimension nouvelle. Elle n’est plus perçue comme un acte limité dans le temps et réduit au serment de la bayca qui inaugure le règne d’un nouveau prince. Mais elle est considérée comme un acte quotidien revêtant dans le Maroc traditionnel plusieurs formes aussi importantes les unes que les autres pour le pouvoir politique. En effet l’instabilité de l’époque rendait ce dernier précaire et poussait le gouvernant à interpréter chaque entorse au code politique du makhzen comme une rupture d’allégeance nécessitant une réparation immédiate. La présentation de la hadiyya, la prise en charge de la mahalla du sultan ou de son représentant, la participation aux expéditions du makhzen, la reconnaissance et l’obéissance aux représentants locaux du pouvoir central, l’acquittement des obligations imposées par le makhzen sont autant d’actes d’allégeance que les populations devaient accomplir quotidiennement, sous peine d’être exposées aux châtiments et aux exactions qui en découlent comme la destruction des cultures et des demeures ou la liquidation du cheptel dont parlent abondamment les historiographes dans leurs récits relatifs aux déplacements de la colonne militaire (ou harka).

13L’objectif de ma communication sera donc d’esquisser une approche de l’allégeance sous des formes multiples afin de participer au renouvellement de l’étude de l’histoire politique du Maroc. À travers l’analyse de cette question, on tentera d’appréhender un aspect fondamental du pouvoir politique contemporain. Certains aspects de la monarchie marocaine actuelle apporteront, je l’espère, un éclairage permettant aux analystes des réponses aux interrogations qu’ils se posent sur les pratiques du makhzen rénové dans le Maroc post colonial. La question du passé est éminemment celle du présent et de l’avenir.

Allégeance et puissances dans la régence de Tunis pendant la deuxième moitié du xixe siècle (entre 1864 et 1881)

14Mahmoud ETTAÏEB

15Depuis le début du xixe siècle, lorsque la France occupe l'Algérie en 1830, et que l'Empire Ottoman renforce sa présence en Tripolitaine en 1835, la question de la souveraineté de la Tunisie se pose en des termes nouveaux et dans un contexte interne et externe particulier.

16En effet, la nature du pouvoir beylical, ses liens avec l'Empire Ottoman et ses relations avec les puissances européennes ne concernent pas seulement les états-majors de la classe politique beylicale et les chancelleries occidentales ; ceci implique aussi les populations et surtout les notables, les fonctionnaires et les « intellectuels » de l'époque.

17Nous allons, donc dans ce texte privilégier l'analyse « interne » de la question de l'allégeance politique, en insistant davantage sur le sens des positions des acteurs que sur le comportement général de l’État tunisien pris dans sa globalité.

18Pour mieux comprendre l'évolution de ces positions, nous avons choisi de les analyser à deux moments critiques de l'histoire politique de la Régence. En effet, la « puissance » beylicale mise à rude épreuve soit par des menaces internes (l’insurrection de 1864), soit par des menaces externes (l'invasion des troupes militaires françaises en 1881). Mais ni l'ingérence externe, ni la dissidence interne ne furent totalement absentes de ces événements. Il s'agit donc de déceler ces attitudes, de les expliquer, de les comparer entre elles et essayer de les interpréter. Pouvait-on voir dans les comportements des acteurs une certaine perception de la puissance beylicale et les formes de fidélité qu'elles supposent ? Quelles sont donc les formes et les types de ces attitudes ? Peut-on les expliquer par des mobiles liés au contexte historique, ou bien à la nature des référents idéologiques et politiques propres à ces acteurs, au régime beylical et à l'effet de la politique « tunisienne » des autres puissances méditerranéennes ?

19L'insurrection du 1864 qui est au départ une révolte anti-fiscale, se radicalise et se transforme rapidement en un mouvement de contestation qui ébranle fortement le régime beylical. Lors de cette insurrection, la question du loyalisme et de l'allégeance se pose ouvertement.

20Si on se réfère à ces exemples et à la diversité des attitudes, les notables qui se sont montrés loyalistes, expriment au fond une forme d'attachement et de fidélité à une autorité beylicale légitime. En plus, ils apportent par cet acte la soumission de leurs « frères ». C’est donc une allégeance à base communautaire essentiellement.

21Entre 1864 et 1881, nous sommes en présence d'une multitude d'attitudes politiques, selon les types d'acteurs impliqués, traduisant des formes d'allégeance multiples. Plusieurs raisons expliquent cette diversité elles peuvent être réparties en trois principaux facteurs.

22La scène européenne dans la deuxième moitié du xixe siècle, est marquée par une grande effervescence nationaliste. En 1870, l'Allemagne et l'Italie réalisent leur unité et les vagues de ce mouvement déferlent sur le reste de l'Europe.

23L'allégeance « ottomane » de plusieurs notables tribaux serait d'une certaine manière, un transfert trans-ethnique, c'est-à-dire une forme d’identification avec une structure politique d'essence supra-ethnique. À première vue, les différentes attitudes étudiées dans ce travail peuvent être distinguées en une allégeance notabiliaire, proche d'une obédience ottomane d'une part, et en une allégeance étatique d'autre part : l’une est vague et diffuse, l’autre, restreinte et obéissante. Mais on peut voir dans ces formes l'expression d'une tendance historique « lourde ». En effet, la différenciation de la construction politique au Maghreb commence déjà à porter ses fruits. La correspondance d'Ahmed Zarrouk est à ce propos beaucoup plus qu'un effet circonstanciel, elle dénote d'une tradition « étatique » bien implantée et qui trouve dans l'attitude du gouverneur du Sahel et du savant Mohamed Es-Snoussi la consécration de ce mouvement d’ancrage et de territorialisation.

24Les positions des notables doivent être comprises à notre sens non pas comme une défection ou un revirement explicable par leurs faibles attaches « étatiques », mais plutôt comme un produit du dédoublement et de la dualité d'autorités qu'impose le traité de Bardo, conclu le 12 mai 1881.

25En plus, l'allégeance des communautés tribales et notabiliaires dans un contexte de compétition entre une autorité tunisienne légitime et une autorité « légale » et étrangère ne pouvait que produire un rapprochement d'une autre source d'autorité historiquement originelle et nostalgique. Cette attitude n'est pas une méconnaissance de toute autorité. Elle pose plutôt le problème des liens qui doivent exister entre une entité sociale prénationale avec un État protonational. Ce sont là les prémisses de la question État-Nation dans la Tunisie précoloniale, qui ne peut se soustraire du « temps national » du monde, ni vivre sa « propre expérience » en étroite liaison ou connexion avec le rythme du « temps mondial ». La diversité de ces attitudes représenterait les multiples facettes d'un même phénomène, complexe à cause de sa nature transitoire, de la faiblesse de la différenciation sociale et de l'état économique et politique très précaire de la Régence à cette époque.

La question polémique des allégeances dans les populations maghrébines de France

« État » des lieux

26Vincent GEISSER

27Jusqu'à une période récente, les études en sciences sociales ont réduit la relation des populations maghrébines de France à leurs États d'origine à l'alternative double allégeance/rupture. Aujourd'hui encore, ces perspectives sociologiques rencontrent un certain écho et tendent à s'inscrire dans le débat idéologique sur l'intégration, renvoyant à deux conceptions antagonistes.

28Plutôt que de nous enfermer dans l'une de ces approches réductrices, nous analyserons le jeu des acteurs autour de leurs références nationales en termes de bilatéralité, voire de multilatéralité. Il serait d'ailleurs plus judicieux de parler de « bilatéralisation » ou de « multilatéralisation », pour souligner le fait qu'il s'agit moins d'un état social que d'un processus, auquel les individus issus de l'immigration maghrébine prennent une part active. En ce sens, la relation aux États d'origine n'est plus seulement subie (coercition) mais elle fait l'objet d'investissements spécifiques dans les différents champs sociaux (éducation, culture, associationnisme, tourisme, business...). Le délitement des liens familiaux traditionnels, incarnés par le fameux retour annuel au pays (bled), favorise désormais des stratégies personnelles à l'égard des États d'origine (Algérie, Maroc et Tunisie), qui restent cependant conditionnées par les parcours migratoires, les statuts sociaux et les implications plus ou moins grandes dans les nouveaux enjeux entre la France et le Maghreb.

29D'une certaine façon, l'on peut dire que le rapport des populations maghrébines de France avec leurs États d'origine est de plus en plus une relation négociée, contestant ainsi la toute-puissance des « amicales » qui exerçaient autrefois un contrôle social et politique.

La bayca (serment d'allégeance) en Tunisie et au Maroc à l'époque moderne Quelle territorialisation ?

30Abdelhamid HÉNIA

31Toute territorialisation mobilise une hiérarchie des allégeances. Au Maghreb à l'époque moderne, les constructions étatiques se sont distinguées les unes des autres par le degré et les modalités de la mobilisation des allégeances par le pouvoir central. Par conséquent, l'étude des institutions et des pratiques de légitimation du pouvoir central permet de voir comment se construisent les configurations maghrébines.

32Serment d'allégeance, la bayca est un contrat (accord) conclu entre les composantes de la société politique pour reconstruire l'autorité et la sacraliser. Elle est l'institution qui concrétise la construction du consensus à l'échelle d'une configuration sociopolitique (régionale ou globale). Elle évoque la sphère de domination de celui que l'on investit du pouvoir suprême et aussi celle de l'intermédiateur qui prête allégeance. Cette sphère de domination est plus ou moins forte en fonction de la nature et de l'intensité du contrôle exercé sur les territoires.

33Symbole et pratique tout à la fois, la bayca constitue donc un indice de choix pour saisir de l'intérieur les mécanismes de la reproduction du consensus social, et, indirectement, la manière dont une configuration sociale s'articule et se reproduit. Elle ne donne pas lieu partout au même cérémonial et n'implique pas de la même manière les hiérarchies sociales. Une comparaison de la pratique de la bayca en Tunisie et au Maroc donne l'occasion de nuancer les mécanismes de la reproduction du consensus à l'échelle des configurations territoriales maghrébines.

34Les formes de bayca montrent comment les pouvoirs centralisateurs dans les deux pays déploient des moyens différents pour mobiliser les allégeances. Elles révèlent deux modèles de configuration territoriale.

35En Tunisie, le pouvoir central réussit à tarir toutes les autres sources de production de l'autorité et à construire une allégeance universellement admise. Ce consensus est nettement perceptible vers la fin du xviiie et au début du xixe siècles. Au milieu du siècle dernier, le contrôle exercé sur les individus et les groupes est tel que l'on peut parler d'exclusivité au niveau de la production de l'autorité. Le local est totalement déchu au profit d'un central globalisant. L'État territorial arrive à son plus haut degré d'affermissement.

36Au Maroc, en revanche le pouvoir central ne cherche pas (du moins jusqu'au milieu du xixe siècle) à amoindrir les autres sources de l'autorité. Le rapport de forces n’étant pas en sa faveur, il a essaie d'exister en composant. Mieux encore, il constitue d'une certaine manière à renforcer les particularismes locaux et les institutions par lesquelles ils s'expriment. La pratique de la bayca n'en est qu'une manifestation. Par conséquent, les allégeances qui fondent l'autorité centrale du Maroc précolonial, continuent à être mobilisées jusqu'à la veille du protectorat français, au prix d'âpres négociations à l'intérieur des configurations régionales d'abord, puis entre chacune d'elles et le centre ensuite.

Douars et henchirs dans les Mogods (Tunisie)

Anciennes autonomies et nouvelles allégeances

37Fathi HICHRI

38L'usage social produit des notions pertinentes pour identifier aussi bien l'espace que les hommes. Leur persistance traduit l'imbrication de nombreux éléments et dimensions dans la genèse des pratiques et des représentations sociales. Les termes de douar et de henchir qui procèdent de cette perspective suscitent toujours l'intérêt sociologique, en raison de leur complexité et de leur singularité sur lesquelles ont buté les études sectorielles, la polysémie risque d’en diluer les multiples enjeux.

39Région individualisée sur tous les plans, les Mogods illustrent bien la correspondance qui existe entre les hommes et l'espace à travers les termes de douars et henchir. Pour baliser le champ d'investigation, trois axes géographique, historique, et sociologique, guideront notre recherche, fondée sur la collecte de documents et l'enquête de terrain. Il s'agira moins d'extraire toutes les significations et activités que véhicule la terminologie, que d'ordonner les éléments et les relations qui définissent la socio-morphologie agraire du territoire des Mogods comme entité autonome : on identifiera tout d’abord, la logique des communautés de henchirs et douars sollicitées par deux forces contraires survie, expansion ; puis, les artifices de l'allégeance (institutions et réseaux) pour intégrer la région à un ensemble plus vaste.

Le patronat des cités dans les provinces romaines d'Afrique

L’expression de l’allégeance et les facteurs de la territorialisation

40Houcine JAÏDI

41Une documentation abondante et variée permet d’examiner les modalités de l’expression de l’allégeance des cités romano-africaines envers leurs patrons et la territorialisation du patronat. Dignitaires d’un rang social plus ou moins élevé, les patrons de cités étaient cooptés par les conseils municipaux en vue de défendre les intérêts des collectivités locales auprès des autorités provinciales et centrales et de les faire profiter de générosités multiformes. La cooptation d’un patron pouvait avoir lieu aussi bien pour les services et les libéralités dont la cité a déjà bénéficié que pour des largesses et des interventions attendues. En contrepartie, le patron récoltait honneur et considération qui, au-delà de sa propre personne, rejaillissaient sur ses descendants et l’ensemble de sa famille.

42Ce sont les tablettes de patronat qui nous révèlent le mieux l’allégeance des cités envers leurs patrons. Dans un formulaire de contrat, ces documents aussi rares que précieux, mettent en évidence la décision officielle des citoyens de telle ou telle collectivité locale de faire partie de la clientèle du personnage choisi comme patron et l’engagement de ce dernier envers la cité-cliente. Mais en réalité, la cooptation des patrons de cités était avant tout l’affaire de l’élite locale représentée par la curie et plus particulièrement par ses membres les plus influents. La multiplicité des patrons pour une même cité ne devait pas refléter seulement le souci d’accroître les chances de bénéficier des générosités et des interventions ; elle pouvait aussi signifier l’existence de clivages et d’intérêts divergents au sein de la curie.

43Si le patronat d’un notable local ne dépassait pas généralement les limites d’une seule cité, les membres des ordres sénatorial et équestre assumaient souvent, grâce à leur poids social, leurs fonctions officielles et leurs relations, le patronat de plusieurs cités à la fois. Les meilleurs exemples à cet égard sont ceux des gouverneurs provinciaux dont beaucoup ont été cooptés, pendant l’exercice de leur fonction, par plusieurs cités appartenant aux provinces qu’ils administraient. Cette sollicitation remarquable ne s’explique pas seulement par le fait que le rang social des gouverneurs et leur fonction garantissaient aux cités des médiations utiles et des générosités éventuelles. Elle pouvait aussi refléter des intérêts économiques que les gouverneurs avaient dans les cités dont ils assuraient le patronat.

44La rareté extrême des patronats attestés pour de hauts responsables tels que les vicaires et les comtes militaires ne peut pas être attribuée uniquement au hasard des découvertes épigraphiques. Elle doit s’expliquer surtout par le fait que ces personnages exerçaient des fonctions qui, aussi importantes qu’elles fussent, ne permettaient pas aux cités d’apprécier les qualités de leurs titulaires et de nouer avec eux des liens pour l’avenir. Ainsi, l’extension du territoire dans lequel s’exerçait le patronat d’un personnage ne dépendait pas seulement du rang social et de l’importance de la fonction qu’il exerçait ; la nature de la fonction assumée par le patron était déterminante. Cette constatation nous renvoie à une caractéristique essentielle des cités de l’empire romain : l’autonomie incontestable dont elles jouissaient pour la gestion des affaires locales s’accommodait d’une dépendance non moins réelle vis-à-vis de l’autorité impériale et ses représentants. Plus ces derniers avaient des liens directs avec la cité, plus ils avaient des chances d'étendre leur patronat à de nombreux territoires municipaux.

L’illusion des territoires d’allégeance politique

Les Libyens et les Italiens, les jébel et la guibla pendant la période coloniale (1911-1928)

45Mouldi LAHMAR

46L'objet de cette communication est de discuter l'une des hypothèses principales qui a guidé le travail du groupe de recherche sur les villes et les communautés locales au Maghreb, selon laquelle la relation d'allégeance se traduit par une territorialisation de l'espace.

47La discussion de cette hypothèse se basera, d'un côté, sur les travaux sociologiques et anthropologiques disponibles sur les expériences sociohistoriques des Maghrébins dans leurs interprétations pratiques et idéologiques des deux termes de cette équation, et d'un autre côté, sur une étude sociologique et historique portant sur les différentes stratégies d'allégeance suivies par les Italiens et les Libyens au moment de l'occupation de la Tripolitaine (1911-1928) et de leurs implications sur le découpage de l'espace dans le Jebel et la Guibla durant cette période. Le problème des notions aura aussi sa place dans cette discussions.

48Notre hypothèse de travail est la suivante : la structure sociale dans le Jebel et la Guibla et la mobilité dans l'espace d'une grande partie des habitants ont fait que, sans l'expérience coloniale de ces habitants, l'allégeance politique ne signifie pas que l'extension dans l'espace de ce type de relation se réalise toujours sous forme de territoires d'allégeance homogènes et distincts. Ainsi lorsque les Italiens sont arrivés dans le Jebel et la Guibla, ils ont dû faire face à un double problème. L'occupation d'un lieu ne signifie pas l'allégeance de ses habitants, tandis que la reconnaissance de l'autorité italienne par certains notables ne garantit pas l'extension du pouvoir de cette autorité sur les terres des tribus dont ceux-ci sont originaires.

49La conclusion à laquelle cette étude a abouti est la suivante : l'équation allégeance - territoire et l'hypothèse qui la sous-tend semblent constituer beaucoup moins une catégorie de pensée qu'une expression idéologique du phénomène historique de l'émergence de l'État moderne au Maghreb ; phénomène qui a modifié les déterminants de la relation des habitants avec l'espace et, par-là, les significations et les implications de l'allégeance politique.

De la violence en Algérie

Essai de lecture anthropologique

50Abderrahmane MOUSSAOUI

51Il s’agit d’un essai de lecture anthropologique de la violence qui sévit en Algérie depuis 1992. Au-delà des éléments factuels et des justifications politiques, nous tenterons de mettre en perspective quelques logiques de compréhension dans ce chaos apparent.

52Des questions sur la mobilisation et l’organisation des groupes armés amènent à poser la question de l’autorité et partant de l’allégeance. Par quel biais un chef terroriste arrive à se faire obéir ? Quelle est la place de la religion, du charisme et du social ? Quelle est la place de l’honneur ? Autant de questions que nous avons essayé de problématiser.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter