Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

3. Formes d’allégeance et territorialisation

Rapport préliminaire. Tunis, 17-18 et 19 octobre 1997

Vincent Geisser

Texte intégral

1Avant de commencer à rentrer dans le vif du sujet et à restituer le plus fidèlement possible la teneur des communications et des débats, je souhaiterais retracer brièvement les orientations générales de l'atelier, telles qu'elles ont été définies au début de notre réflexion collective, lors des deux premières séances en avril et juin 1997.

Rappel des orientations générales de l'atelier

Un enjeu théorique

  • 1 I. Berry-Chikhaoui (IRMC-Tunis), « La construction du territoire local », communication interne à (...)
  • 2 Houcine Jaïdi (Tunis I), « Le patronat des cités dans les provinces romaines d’Afrique l’expressio (...)

2Sans avoir la prétention de donner une définition universelle de la notion d'allégeance, ce qui renverrait d'ailleurs à une démarche plus stérile qu'autre chose, nous nous étions fixés l'objectif de sortir d'un flou conceptuel, afin de cerner la notion et de la démarquer d'autres notions proches ou voisines, comme celles de domination, de clientélisme (Isabelle Berry-Chikhaoui)1, de contrat social, de serment, de patronage (Houcine Jaïdi)2 ou encore de dépendance.

  • 3 Membre de l’atelier.

3En fait, il s'agit moins de partir d'une acception préalable, sur laquelle nous nous serions entendues (cf. mise en garde de Mouldi Lahmar3 sur les dangers d'une démarche positiviste) que d'essayer d'énumérer des critères pertinents afin de repérer dans les rapports sociaux, économiques et politiques, ce qui relève ou non de l'allégeance.

  • Tout rapport de domination induit-il une relation d'allégeance ?
  • Peut-on étendre cette notion à toutes les sphères de la vie sociale ? (ex. Peut-on parler d'allégeance dans la relation maritale ou dans les rapports paternels ?)

4Enfin, faut-il considérer qu'il s'agit d'une notion datée historiquement, propre à décrire un mode de domination ou de soumission passée, mais en revanche, inapte à rendre compte les relations de pouvoir dans les sociétés actuelles ?

  • 4 Coordinateur général du programme « Villes et territoires au Maghreb » (GRVCL).

5Au-delà des problèmes de traduction du terme d'allégeance (cf. débat entre Abdelhamid Hénia et Mohamed El Ayadi4), se pose la question de son application dans des contextes socio-historiques différents ?

6Quand on emploie la notion d'allégeance pour décrire des relations d'influence dans un quartier de Tunis au xxe siècle (cf. Isabelle Berry-Chikhaoui) et des relations entre les tribus et le Makhzen dans le Maroc du xviiie-xxe siècles (Mohamed El Ayadi) ou encore des relations entre des populations rurales et le beylik (Abdelhamid Hénia), sommes-nous vraiment dans le même ordre de phénomènes ?

Un enjeu problématique : la question du « territoire »

7En effet, il convient de rappeler l'intitulé exacte de notre atelier : « formes d'allégeance et territorialisation ». Une telle formulation, que l'on doit en partie à Abdelhamid Hénia, n'est pas neutre d'un point de vue épistémologique : elle induit explicitement une relation entre les phénomènes d'allégeance et le territoire.

  • 5 Membre du GRVCL.

8D'entrée, notre atelier nous enferme dans une posture problématique, mais cet enfermement est, en réalité, intensément « libérateur » et « stimulant » puisqu'il nous incite à penser la production des allégeances en relation directe avec les modes de territorialisation de l'espace, pour reprendre une formule d'Olivier Feneyrol5 et d'Isabelle Berry-Chikhaoui.

  • 6 Azzeddine Allam (La Mohamédia, Rabat), « Le local vu par le centre à travers », communication inte (...)

9Nous avions donc un cahier des charges minimales à respecter dans cet atelier : rendre en compte à travers nos communications respectives de la territorialisation des allégeances, mais aussi des allégeances comme créatrices de nouveaux territoires, à savoir : il ne s'agit pas de réfléchir exclusivement à la question des allégeances par rapport à des territoires donnés ou préexistant, mais de voir aussi comment ces allégeances participent à la construction, laconsolidation, voire la redéfinition permanente des territoires. À ce niveau, le débat autour du modèle sultanien, animé par Jocelyne Dakhlia et par Azzeddine Allam6 dans leur analyse, a été riche d'enseignements du point de vue de la problématique des allégeances.

Un enjeu « pragmatique »

10Le troisième objectif est contenu dans le sens même du mot atelier : lieu où les artisans et les ouvriers travaillent en commun...

11Au-delà de la juxtaposition de communications individuelles, dont les thèmes et les terrains sont relativement éloignés des uns des autres, l'objectif était d'initier une démarche commune. Et bien que nous ne soyons pas parvenus à une alliance paradigmatique, nous avons dores et déjà adoptés des résolutions, tant du point de vue de la méthode que du contenu de notre réflexion sur la relation entre allégeances et territoires, qui devraient nous faire avancer.

Le refus du théoricisme et du conceptualisme

12Nous ne sommes pas là pour jargonner sur le sens du mot allégeance mais bien pour rendre compte de la permanence dans l'histoire d'un phénomène.

13-la volonté de partir de terrains connus et des contextes socio-historiques, c'est-à-dire de nos recherches respectives et donc de ne pas céder à une dérive actuelle, surtout chez les politologues, qui consiste à partir de connaissances fragmentaires, à se livrer à un comparatisme par délégation. Il s'agit pour nous de comparer, mais à partir de ce que l'on connaît et de ce que l'on produit à partir de nos observations empiriques.

14Après ce rappel des orientations générales de l'atelier, j'en viens maintenant à la synthèse proprement dite. Pour éviter de parasiter ce compte-rendu par mes options et mes inclinations personnelles, je me contenterai tout simplement de restituer les moments forts de notre débat. Pour ce faire, je procéderai par interrogation binaire, un peu comme si une personne qui n'avait pas assisté à notre atelier me demandait de lui raconter la teneur des discussions.

15Veuillez donc m'excuser pour la forme peu académique de cette synthèse d'atelier.

Les points du débat sur « formes d'allégeance et territorialisation »

16L'allégeance en tant que fait sociohistorique renvoie-t-elle à des formes institutionnalisées, formalisées ou plutôt à un sentiment diffus de dépendance et de soumission à une autorité. Les participants de l'atelier sont tombés d'accord sur le fait que les phénomènes d'allégeance n'impliquent pas obligatoirement la mise en place d'institutions spécifiques ou de contrats écrits ou oraux attestant de l'acte d'allégeance. Si dans l'Antiquité, il existait des « tablettes de patronat » qui signifiait l'allégeance des membres de la cité à un ou plusieurs patrons (Houcine Jaïdi), ce ne fut pas toujours le cas. Dans certains contextes socio-historiques, l'allégeance peut tout simplement renvoyer à un serment oral (Abdelhamid Hénia à propos de la Tunisie à l'époque moderne), voire même un sentiment diffus dont seul la relation de dépendance ou de soumission atteste précisément de la relation d'allégeance.

17Allant plus loin, Mohamed El Ayadi refuse de réduire les phénomènes d'allégeance dans le Maghreb moderne et contemporain à la bayca. Se réclamant d'une anthropologie politico-historique, Mohamed El Ayadi nous invite, à juste titre, à prendre nos distances avec les approches juridiques et théologiques et à restituer les phénomènes d'allégeance dans les pratiques de la quotidienneté des rapports du membre du groupe à l'autorité. Les pratiques d'allégeance ne sont pas circonscrites dans le temps, mais s'inscrivent dans la durée. Elles se ne limitent pas exclusivement au fameux serment d’allégeance (la bayca), mais elles se manifestent à tout moment dans l'ensemble des sphères de la vie sociale, comme par exemple, dans l'acquittement des impôts orthodoxes ou hétérodoxes.

18La conception défendue par Mohamed El Ayadi a le mérite de nous inciter à dépasser les représentations purement formelles et institutionnelles de l'allégeance pour la reconsidérer dans sa dimension sociopolitique, de ce qu'on pourrait appeler la « coercition au quotidien ».

19L'allégeance passe donc par l'intériorisation des membres du groupe d'une obligation à l'égard d'un chef ou de ce même chef à l'égard d'une autorité plus élevée, sans que celle-ci soit nécessairement formalisée, d'où l'importance des traditions politiques et des rapports de force au sein des configurations sociopolitiques (cf. A. Hénia : à l'époque moderne, serment écrit au Maroc/serment oral et universel en Tunisie).

20On peut relever un paradoxe qui caractérise l'époque actuelle : les allégeances apparaissent de plus en plus abstraites tout en subissant un processus d'institutionnalisation générale. L'allégeance du citoyen à sa patrie, à sa nation apparaît à certains égards comme une abstraction nécessaire à la cohésion sociale, abstraction qui n'est pourtant pas incompatible avec une forme d'institutionnalisation dont témoignent d'ailleurs la promulgation de codes de la nationalité en France et dans les différents pays du Maghreb.

21Une telle évolution signifie-t-elle pour autant que nous allons vers des formes d'allégeance a-territoriales, c'est-à-dire vers des allégeances qui ne se développeraient plus seulement selon des logiques territoriales ?

22L'allégeance s'inscrit-elle obligatoirement dans un territoire sociopolitique et a contrario les territoires sont-ils toujours les produits d'enjeux d'allégeance ?

23Pour tenter d'apporter quelques éléments de réponse à une telle interrogation qui est au cœur de la problématique de cet atelier, je crois qu'il n'est pas inutile de partir de nos terrains respectifs.

  • 7 Mahmoud Ettaïeb (Tunis I), « Allégeance et puissances dans la régence de Tunis pendant la deuxième (...)
  • 8 Fathi Hichri (Tunis I), « Henchirs et douars dans les Mogods (Tunisie) : ancienne autonomie et nou (...)

24Que se soient dans le cas des cités romaines d'Afrique décrit par Houcine Jaïdi, des tribus marocaines et tunisiennes à l'époque moderne et contemporaine (Mahmoud Ettaïeb7, Fathi Hichri8, Mohamed El Ayadi, A. Hénia...), des citadins ordinaires dans les villes maghrébines d'aujourd'hui (I. Berry-Chikhaoui), on constate que les rapports d'allégeance naissent, se développent et se redéploient selon des logiques territoriales : le projet de conquête d'un territoire nouveau, la défense d'un territoire acquis, la fusion de territoires anciennement distincts ou tout simplement l'aménagement d'un territoire en cours de développement, sont à l'origine des rapports d'allégeance que nous avons décrit dans nos communications. C'est en ce cens que l'on peut dire que l'allégeance renvoie d'abord à des enjeux territoriaux de conquête ou de reconquête, de conservation, de sécession, d'extension...

25Mais constater cette relation entre les phénomènes d'allégeance et les processus de territorialisation, ce n'est finalement pas dire grand chose. Et à ce niveau précis, il faut bien reconnaître que l'atelier ne nous a pas fait beaucoup progresser. Que ce soit pour saisir :

  • d'une part, les logiques territoriales qui sous-tendent les allégeances sociopolitiques dans le Maghreb moderne et contemporain ;
  • d'autre part, les formes d'allégeance qui produisent les territoires ou, au contraire, qui contribuent à leur déclin en tant qu'entité sociopolitique.

26Le premier point renvoie à la question de la détermination territoriale des allégeances (à tel type de territoire sociopolitique correspondrait telle forme d'allégeance ?) et le deuxième point à l'influence des formes d'allégeance sur la production originale des territoires (les formes d'allégeances induisent-elles des modes spécifiques de territorialisation du politique ?).

27La seule grille de lecture que nous avons été capables de proposer, c'est finalement ce fameux « axe local-central » et l'une des principales conclusions à laquelle nous sommes tous arrivés : l'allégeance à un pouvoir central passe par des allégeances intermédiaires, qui elles, se font principalement à l'échelle du local. On peut ainsi parler d'une chaîne d'allégeances intermédiaires qui participent de façon complémentaire et concurrente à la production d'une Allégeance globale. Mais une telle vision, héritée de la pensée positiviste, apparaît plus que contestable.

28En définitive, les allégeances locales ne retiennent l'intérêt de l'historien, du sociologue ou du politologue, que si elles participent, y compris sur un mode conflictuel, à cet idéal de centralité. En tant que chercheur peut-on appréhender les allégeances en faisant fi de cet idéal de centralité ? Le débat reste pleinement ouvert....

L'allégeance induit-elle toujours un rapport d'exclusivité ?

29L'allégeance constitue un lien personnel, voire personnalisée, à un patron, à un chef laïc ou religieux, à une autorité, voire à une entité « abstraite » (ex. : la Nation). En ce sens, elle est bien une relation exclusive, dans la mesure où elle interdit des relations concurrentes dans un même univers de référence.

30Et c'est là toute la complexité de la question des allégeances, parce qu'un citadin ordinaire, une tribu ou une communauté villageoise ne vit pas dans un seul et unique univers de référence : ces univers et les figures d'autorité sont multiples. De ce fait, un citadin ordinaire ou un villageois entretient plusieurs allégeances exclusives dans des univers supposés distincts et irréductibles.

  • 9 Mohammed Kenbib (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Rabat), « Les notabilités juives ma (...)

31Mais le problème surgit quand précisément, ces univers de référence, réputés irréductibles, entrent en conflit, faisant que l'allégeance exclusive se transforme en allégeance courante potentiellement sécessionnistes ou potentiellement collaborationniste, comme par exemple sous la colonisation. À ce propos, la communication de Mahmoud Ettaïeb sur la position des tribus à l'égard du Bey et du pouvoir colonial, me semble une illustration pertinente de la coexistence de deux univers de référence en concurrence qui est la traduction de la multiplication des figures d'autorité dans un contexte spécifique qui est celui du Protectorat. Je vous renvoie aussi Mohammed Kenbib9 sur la position des notables juifs à l'égard du Makhzen et du pouvoir colonial.

32Pour conclure sur cette question de l'exclusivité : l'allégeance constitue un lien personnel et exclusif qui fonctionne sur la représentation idéale de la séparation des univers de référence. Mais précisément cette idéal se retrouve rarement dans la réalité, d'où l'existence de conflits et de rivalités entre les figures d'autorité qui se disputent les allégeances des individus et des groupes. Je tiens à souligner à ce niveau l'apport précieux de la contribution de Jocelyne Dakhlia sur le modèle de l'équité sultanienne.

33L'allégeance renvoie-t-elle à une forme pacifique du lien social, ou au contraire une forme violente faisant appel à la coercition ?

34L'allégeance constitue toujours le produit d'un rapport de domination et en ce sens elle participe d'une forme de violence, ne fut-ce que symbolique. Mohamed El Ayadi a très bien montré dans son étude sur le Maroc aux xviiie et xixe siècles, l'aspect coercitif et le caractère d'obligation que revêtent les rapports d'allégeance. Mais, pour aller plus loin, on peut dire aussi que la violence, est à la fois fondatrice et destructrice de l'allégeance.

  • 10 Vincent Geisser (IRMC-Tunis), « La question des allégeances dans les populations maghrébines de Fr (...)

35L'acte d'allégeance repose sur une violence passée ou sur la mémoire d'une violence passée. Et le déclin d'une allégeance établie est souvent dû à l'instauration d'un nouveau rapport de force au sein d'une configuration sociopolitique. À ce titre, les participants ont reconnu unanimement que les crises et les guerres qui ont traversé l'histoire du Maghreb représentaient les « meilleurs moments » pour étudier à la loupe la question des allégeances. C'est également vrai pour la période actuelle, comme je l'ai montré à propos de la guerre du Golfe en France10.

36Mais, plus que fondatrice ou destructrice du rapport d'allégeance, la violence joue aussi le rôle de régulateur : c'est parce qu'une autorité est capable de maintenir une certaine menace à la fois matérielle et symbolique qu'elle est en mesure d'engendrer des allégeances (cf. texte Azzeddine Allam sur les fonctions répressives du sultanat et celui d'Abderrahmane Moussaoui sur le recours à la violence chez les leaders islamistes comme moyen de maintenir des allégeances). Sans violence, pas d'allégeance, à condition toutefois qu'elle ne dépasse pas certaines limites et qu'elle réponde au principe d'équité, évoquée par Jocelyne Dakhlia.

Perspectives de travail en commun....

37Outre, toutes ce que je viens de dire dans cette synthèse, qui j'espère sert à pointer du doigt les manques et les faiblesses de notre atelier, je suggérais trois axes de travail en rapport direct avec la problématique des allégeances et de la territorialisation :

381er axe de travail : De l'art de mettre en scène les allégeances dans le Maghreb moderne et contemporain : initier une réflexion sur les rites, les commémorations et les manifestations « saillantes » de l'allégeance.

392ème axe : Réfléchir sur les différents registres d'allégeance et la création du lien sociopolitique au Maghreb, en prenant bien sûr en compte ce jeu entre les différents univers de référence : la loi, la coutume, la tradition.

403ème axe : Transmission intergénérationnelle des allégeances : comment se transmettent au sein des familles et des groupes sociaux, les figures d'autorité, les loyautés, les fidélités... ? Socialisation de l'allégeance. Il faut replacer les allégeances dans la quotidienneté des individus et des groupes.

414ème axe : L'allégeance renvoie à un rapport de domination exclusif et personnel. Il convient également de réfléchir sur ces producteurs légitimes d'allégeance, dont les notables citadins ou ruraux font partie (cf. travaux de l’atelier sur les notabilités).

Notes

1 I. Berry-Chikhaoui (IRMC-Tunis), « La construction du territoire local », communication interne à l’atelier.

2 Houcine Jaïdi (Tunis I), « Le patronat des cités dans les provinces romaines d’Afrique l’expression de l’allégeance et les facteurs e la territorialisation », communication interne à l’atelier.

3 Membre de l’atelier.

4 Coordinateur général du programme « Villes et territoires au Maghreb » (GRVCL).

5 Membre du GRVCL.

6 Azzeddine Allam (La Mohamédia, Rabat), « Le local vu par le centre à travers », communication interne à l’atelier.

7 Mahmoud Ettaïeb (Tunis I), « Allégeance et puissances dans la régence de Tunis pendant la deuxième moitié du xixe siècle (entre 1864 et 1881) », communication interne à l’atelier.

8 Fathi Hichri (Tunis I), « Henchirs et douars dans les Mogods (Tunisie) : ancienne autonomie et nouvelle allégeance », communication interne à l’atelier.

9 Mohammed Kenbib (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Rabat), « Les notabilités juives marocaines (xixe-xxe siècles) », communication de l’atelier sur les notabilités.

10 Vincent Geisser (IRMC-Tunis), « La question des allégeances dans les populations maghrébines de France : de l’instrumentalisation politique à la réappropriation stratégique », communication interne à l’atelier.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter