Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

3. Formes d’allégeance et territorialisation

Présentation

Abdelhamid Hénia

Texte intégral

1Toute territorialisation implique une certaine hiérarchie des allégeances. Celles-ci prennent des formes multiples et se retrouvent à tous les niveaux de la hiérarchie sociale. D’où l’intérêt de l’étude de ces formes d’allégeance si l’on veut saisir les fondements des constructions territoriales au Maghreb. C’est au niveau des institutions et des pratiques (anciennes et nouvelles) de légitimation du pouvoir que nous pouvons appréhender la manière dont se reproduisent les instances de l’exercice du pouvoir, la hiérarchie des allégeances, et partant le consensus social.

2Par quelle médiation la charge suprême est investie au Maghreb ? Qu’elle le soit par la bayca traditionnelle en passant par l’institution de ahl al-h’al wa-l-caqd, ou par l’élection au suffrage universel avec l’appui d’un parti politique dominant (ou par une quelconque autre forme d’investiture), elle révèle toujours comment le politique, avec son rituel, est reproduit.

3Le pouvoir au Maghreb repose sur un continuel processus d’appropriation de symboles (de type religieux ou profane) qui fait des institutions exerçant le pouvoir suprême le lieu où se cristallise le consensus social. Dans ce processus d’appropriation, la bayca est de loin la pratique la plus importante.

4Par quel processus et selon quel rituel, coutumier ou institutionnalisé, se réalisent les bayca dans les différents pays maghrébins ? Comment assurent-elles la reproduction du consensus social ?

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter