Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

2. Les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants

Rapport final. Tunis, 17, 18 et 19 septembre 1998

Jean-Philippe Bras

Texte intégral

1Ce rapport a été établi sur la base de quinze contributions se rapportant à l’atelier sur les notabilités. Dix contributions consistent en travaux historiques, la plupart portant sur la période allant du xviiie au xxe siècle, et quatre ayant trait à la période coloniale. La Tunisie est la plus étudiée, avec sept contributions, les autres se répartissant entre la Libye, le Maroc et la Mauritanie. Le Maghreb contemporain fait l'objet de cinq rapports, trois sur le Maroc, deux sur la Tunisie. Aussi peut-on relever l'absence d'étude portant sur l'Algérie, lacune qu'il faudra combler en vue d'une publication des travaux de cet atelier. Cependant nous avons pu disposer d'éléments d'information et d'analyses particulièrement utiles sur l'Algérie, tirés de contributions aux autres ateliers constitués dans le cadre du programme « Villes et territoires au Maghreb ».

2L'hétérogénéité de ce matériau, même s'il s'articule autour d'une problématique commune, renvoie très directement à la question de la pertinence des échelles d'observation. Quels découpages retenir dans l'analyse historique ? Quelles périodisations, quelles ruptures ? Sont-elles identiques pour les pays de la région ?

3Dans le même esprit, peut-on justifier d'analyses nationales (les pays), régionales (le Maghreb), ou plus larges encore (monde arabe, arabo-musulman) sur les notabilités, dans le repérage de « lieux communs » (J. Dakhlia) ou de traits communs valides ?

4S'agissant de territoires, du local, quels types de distinctions doit-on opérer pour que le discours fasse sens ? Ainsi de l'opposition entre notables urbains et ruraux et des difficultés à procéder à des classifications à partir d'analyses historiques. Et même sur le contemporain, avec un tissu urbain comprenant des apports massifs de populations rurales, les registres de la notabilité relèvent d'une mixité « urbaine » qui pose notamment la question de la prégnance des structurations sociales issues du rural, et de leur signification. Pour l'urbain, des sous-catégorisations sont nécessaires, entre types de villes : grandes, moyennes, petites ; anciennes, nouvelles, etc.

5Signe des temps, la plupart des contributions se sont situées à des niveaux d'analyses résolument « micro » ou « méso ». Il n'en demeure pas moins que le travail initial d'élaboration d'une problématique commune permet de les recouper entre elles ou avec d'autres, plus « macro » (A. Hénia).

1. Définitions en question

6De manière logique les contributeurs se sont livrés, pour certains, à un travail préalable de définition des concepts. Travail heuristique malaisé, car déjà « plombé » du poids de l'histoire et des enjeux de pouvoir. Plusieurs contributions signalent des difficultés définitionnelles, parce que « notable » est un terme connoté, à partir d'une série d’oppositions : traditionnel/moderne ; local-rural/national ; colonisation/indépendance.

7Ainsi observe-t-on un processus de disqualification terminologique du notable (O. Feneyrol, A. Iraki), relevant du registre de l'ancien, du rural, du localisme, d'avant l'État-nation, de ceux qui sont assimilés au « collaborateur » du colonisateur. Concrètement, les indépendances se sont traduites, à des degrés variables, par des mouvements d'éviction et de fonctionnarisation de notables associés à des régimes politiques du passé, beylical puis colonial. On notera cependant que cette disqualification n'est pas propre au Maghreb, mais également observable en France au nom des registres de la modernité, revendiqués par les élus-notables locaux eux-mêmes. L'image du maire-entrepreneur, ou manager, est considérée comme plus valorisante, car plus dynamique, que celle du notable enraciné dans son terroir.

8Le concept de substitution pourrait être celui d'« élites », dont Aziz Iraki, qui l'utilise, nous dit pourtant le caractère « opaque, ambigu ». Peut-on identifier des élites locales, par opposition à des élites nationales ? En tout état de cause, cette table ronde, et bien d'autres travaux, marquent un retour à l'usage de la catégorie de la notabilité, qui mérite d'être analysé.

9Ce travail définitionnel serait utilement complété par une analyse plus systématique des équivalences terminologiques en langue arabe, sur ce qu'elles disent sur la notabilité. Quelques notations vont dans ce sens : Alcyane, face, prestige, intercession, protection (A. Iraki) ; kbar, du lieu, par opposition à hukkam, représentant du pouvoir central (Y. El Ghoul).

2. Les fondements de la notabilité

10La notabilité renvoie à l'exercice d'un pouvoir politique, qui présente la caractéristique essentielle de se situer dans un entre-deux, exerçant une fonction d'intermédiation entre des territoires, des pouvoirs territorialisés : un territoire global (englobant), un centre (État-nation, Empire) ; des territoires locaux (englobés), des communautés locales territorialisées, des collectivités territoriales.

11La première condition d'existence de la notabilité est donc l'articulation du système politique entre deux niveaux de pouvoir (central-local), dans un processus de reconnaissance réciproque. La notabilité perd son sens dans deux cas de figure extrêmes : l'un totalement centralisé, monocentrique, avec une administration directe du territoire par le centre (modèle impérial) ; l'autre atomisé, sans centre, ou polycentrique, avec une totale autonomie des entités « locales » (cités-États).

12Le pouvoir du notable est donc « local », s'inscrit dans un territoire local. Il signifie une capacité à agir dans le cadre de la communauté, dans l'espace d'une « polis » locale (affaires locales). Ce pouvoir peut être institutionnel (le mandat local : mode de désignation, attributions, compétences), ou non (pouvoir d'influence, autorité morale, clientélisme,...). Il s'accompagne le cas échéant de signes distinctifs du pouvoir (privilèges, écharpe,...).

13Ce pouvoir du notable détermine sa capacité à représenter la communauté locale, à parler en son nom dans la gestion de ses relations avec le centre, ce qui suppose notamment la décision d'entrer dans le jeu du pouvoir local (avoir un intérêt à le faire), et d'être porteur d'une représentation du local, des intérêts communs des membres de la collectivité locale.

14Le pouvoir du notable est assis sur des ressources de pouvoir internes à la collectivité, s'inscrivant dans le territoire. Mais celles-ci sont généralement surdéterminées par des ressources de pouvoir externes, en provenance du centre, ou d'autres périphéries, ou d'autres centres. Intervient toujours un mécanisme de reconnaissance du notable par le centre, qui peut aller jusqu'à la participation à sa désignation.

15La très grande variété des ressources de pouvoir (internes-externes) des notables et de leurs combinaisons, détermine une pluralité de profils des notables locaux qu'il faut mettre en regard avec les espaces de négociation entre pouvoir central et entités locales. Quel type de notable pour quelle négociation avec le centre ?

16Ces espaces de négociation sont eux-mêmes le résultat d'une relation de type conventionnel entre centre et entités locales (si l'on exclut les deux cas extrêmes évoqués plus haut). Les termes de la négociation - que négocie-t-on, et selon quelle règle du jeu ? - sont variables (de ce point de vue il existe des types d'État), plus ou moins stables et institutionnalisés, et énoncés dans des cadres différents (de l'acte d'allégeance des tribus à la constitution). La convention dit aussi ce que l'on ne négocie pas, ce qui relève du centre, et de l'autonomie locale.

17Les espaces de la négociation varient en fonction de la nature de la convention. De quel État s'agit-il ?

18Les contributions donnent un certain nombre de clés sur ces espaces, que l'on peut répertorier en quatre types, qui vont deux par deux, par couple.

19Le premier couple d'espaces de négociation, au cœur du pacte étatique fondateur, renvoie aux enjeux principaux de l'État à ses débuts, d'un État faible, non centralisé, administré sur un mode indirect : enjeu de la fiscalité et du consentement à l'impôt ; enjeu de la sûreté, clause « hobbesienne » du contrat.

20À travers la fiscalité, se jouent les ressources respectives de l'État et des collectivités locales ainsi, que leur mode de relation, que ce soit par la fixation des bases et du montant de l'impôt, la détermination des personnes imposables (collectivités ou individus), le mode de collecte de l'impôt (par les notables ou les représentants de l'État), tant pour la fiscalité nationale que locale.

21La prestation de sécurité peut s'inscrire dans des schémas unilatéraux ou de réciprocité : apportée par l'État aux collectivités (contre les nomades, les razzias, les adversaires de l'extérieur) ; mais aussi garantie par les collectivités, les notables, à l'État (protection de la colonne militaire), à la société locale, et à ceux qui passent sur le territoire.

22Le second couple correspond à un autre stade de développement de l'État, d'un État législateur et redistributeur.

23L'accroissement de la production normative de l'État signifie l'application de normes centrales aux territoires, au local, avec des variations possibles - plasticité de la norme, régimes dérogatoires, mise à l'écart de la norme - constitutives d'espaces, de « rentes de négociation » (A. Iraki) pour les notables. Mais le local peut encore agir en amont, dans le processus d'édiction de la norme, notamment par sa représentation au centre (deuxième chambre).

24L'exercice, par l'État, d'une fonction distributive,- subventions, prêts, infrastructures, prestations économiques et sociales,- met les collectivités locales en concurrence, requiert des notables une capacité à bien négocier avec le centre sur le mode d'allocation des ressources distribuées.

25La fiscalité (nationale) et la sûreté ne sont plus, en principe, des enjeux de négociation entre central et local, parce que monopolisés par le centre. Il y aurait donc un glissement de la négociation vers les espaces qui renvoient aux caractéristiques de l'État contemporain, d'un État producteur de normes (légicentriste) et redistributeur (providence). Or les modes de négociation, les ressources de pouvoir en jeu ne sont pas de même nature, et renvoient donc à des registres différents de la notabilité.

26Si la notabilité est une relation au centre, elle se construit aussi sur la gestion des espaces d'autonomie du local, du « gouvernement local ». Espaces très importants dans le schéma de l'État beylical (A. Hénia), pré-réformiste, précolonial ; espaces se réduisant sous les effets successifs du réformisme, de la colonisation, puis de l'édification des États-nations à l'indépendance. Pourtant ces espaces d'autonomie semblent s'ouvrir à nouveau dans le processus de décentralisation entamé par les États du Maghreb. De nouvelles collectivités territoriales sont créées à l'échelon régional, de nouvelles compétences économiques et sociales sont attribuées aux collectivités locales, le développement local est promu, suscitant de nouveaux profils de l'édilité. Et il a été souligné que ce lien entre les aménagements institutionnels et les nouvelles conditions de la notabilité méritait une attention toute particulière.

27La notabilité est donc une combinaison de ressources de pouvoir qui permet à la fois d'exercer un pouvoir sur un territoire identifié (le local) et de participer, au titre de la représentation du local, à une négociation avec le pouvoir central, qui s'inscrit dans un régime conventionnel.

28Les ressources de pouvoir convoquées dans la notabilité sont extrêmement variées, produisant une pluralité des profils du notable local. Ces profils, ces itinéraires de la notabilité, collectés ici, nous renseignent sur l'évolution des systèmes politiques du Maghreb et leurs configurations contemporaines, en restituant des modes d'articulation centre-périphérie. Ils nous disent quand et comment se font l'État et la Nation au Maghreb. Ils nous indiquent comment le local est pris en compte, reconnu dans les formations étatiques, et si cette prise en compte passe par la notabilité (restaurée dans ses formes anciennes ou reconstruites). Quels notables, pour quel État ?

RESSOURCES DE POUVOIR ET PROFILS DE LA NOTABILITÉ

29L'analyse repose sur une distinction entre deux types de ressources : internes, tirées de l'appartenance à la communauté, au territoire ; externes, venant du centre, d'autres centres, d'autres périphéries.

1. Les ressources de pouvoir internes

a) Lignagères et religieuses

30Elles sont évoquées dans de nombreuses contributions. S'érige la figure de l'héritier (O. Feneyrol), dont le capital est lié au prestige des ascendants. Ainsi de la famille Ben Abdallah à Boumerdès (A. Khouaja) ou du lignage Tlili à Fériana (A. Ltifi). Ce paramètre lignager s'exprime également par des stratégies matrimoniales pour :

  • garder le capital (symbolique, foncier), par des stratégies endogames ; éviter sa dispersion, par le non-mariage des femmes, par exemple.
  • l'accroître par des stratégies exogames contrôlées, dans le cadre local : ouverture vers d'autres groupes, non directement concurrents (A. Ltifi) ; stratégies d'enracinement (les Jomni à Jerba, vers les familles malekites, makhzen, arabes, ashraf,... mais pas vers les communautés ibadhites locales) (M. Mérimi).

31Trois observations amènent à pondérer l'importance du registre lignager. L'héritier doit le plus souvent disposer d'autres ressources de pouvoir pour confirmer l'héritage (O. Feneyrol). Des systèmes notabiliaires peuvent se constituer sans héritage (Bab Souika). Les ascendants de référence sont dans d'autres registres de la notabilité : occupation de charges administratives (cheikh, caïd, khalifa,...) ; registre religieux (chorfa, marabout,...).

32Le registre religieux le plus spécifiquement localisé est maraboutique. Abdelhamid Hénia évoque la « caution maraboutique du saint patron de la ville » : figures de la sainteté, karamat et transmission de la baraka. Mais aussi figuration territoriale de celle-ci, par l'édification de monuments religieux puis par leur contrôle, notamment des zaouïas, qui entraîne la capitalisation d'autres ressources de pouvoir. Ces ressources sont d'ordre symbolique : gestion du pèlerinage, de l'éducation (madrasa). Le prestige culturel et religieux de la ville permet l'établissement de réseaux et de solidarités externes avec d'autres centres (cf. infra). La suprématie symbolique de la ville et de ses élites (tribus zaouïa) peut contrebalancer la suprématie militaire et politique des tribus nomades (R. Boubrik). Dans la ville, pour le cas de Walata, les principales fonctions notabiliaires sont religieuses et par extension de gestion municipale, ce qui se traduit notamment par une confusion entre les appellations religieuses et temporelles des compétences. Mais les enjeux sont également économiques : donations, biens habous fonciers et immobiliers.

33Ce registre maraboutique est encore utilisé par les notables contemporains, les plus « modernes », comme l'illustre le rêve du dernier notable décrit par Olivier Feneyrol.

b) Les ressources du territoire : ressources économiques et fiscales

34La richesse est source déterminante de la notabilité. De ce point de vue, le pouvoir local est souvent ploutocratique. Ahmed Ben Yûsif, Hassan al-Faqih Hassan à Tripoli, les membres de la famille Ben Abdallah à Boumerdès sont des hommes riches.

35Cette richesse est assise essentiellement sur la propriété de la terre : répartition inégale de terres à la valeur très inégale ; rôle décisif de l'eau pour sa mise en valeur dans l'économie oasienne (A. Abouhani). La propriété dans le « bled » apparaît comme le critère minimal de l’appartenance au groupe, de la sédentarité. Pour devenir notable, il faut être ouled el bled (Y. El Ghoul).

36Dès lors que le sol devient enjeu essentiel de pouvoir, il est principale source de conflit. De ce point de vue, le statut des terres n'est pas indifférent. Ainsi le régime melk de la propriété active les conflits au sein des élites locales, alors que le statut collectif et les biens habous introduisent des mécanismes de solidarité entre les populations et leurs représentants (A. Iraki).

37En milieu urbain les enjeux fonciers peuvent être aussi importants avec également des effets différenciés liés à la pression foncière. Ainsi Aziz Iraki pointe t-il un mode de gestion consensuel reposant sur des intérêts complémentaires entre notables et populations dans les centres villes, alors que les zones d'extension périurbaine sont le théâtre de très forts conflits d'intérêts liés aux plus-values potentielles de ces territoires.

38Le foncier, parce qu'il est source de conflits internes à la communauté locale, est source de pouvoirs pour le centre, qui va arbitrer les conflits, répartir les terres, faire intervenir gouverneurs et juges dans le jeu local. (A. Abouhani, A. Ltifi).

39Enfin, les ressources foncières peuvent être « déclassées », ne plus conférer un statut, au profit d'autres ressources économiques (A. Ltifi). Elles sont susceptibles encore de déclassement par découplement d'avec d'autres ressources économiques : ressources liées aux échanges commerciaux et enjeux sur le déplacement d'un souk (A. Abouhani).

40Nous sommes encore au cœur de la territorialité, lorsque l'on s’intéresse à la situation du territoire. Le contrôle de lieux de communication stratégique bénéficie pleinement aux notables, notamment par les mécanismes du prélèvement fiscal : taxe contre sécurité, pour les voyageurs, commerçants, pèlerins ; rétribution pour la protection de la colonne chargée du prélèvement fiscal pour le compte du Bey. Notabilité des routes et cols au Jérid, dans le Haut Atlas, prés de Walata... Le territoire, c'est encore des populations, plus ou moins nombreuses, plus ou moins mobilisables par les notables. Ahmed Ben Yûsif est un grand notable par le poids démographique des Hamâma.

c) Les ressources institutionnelles

41Elles renvoient, quant à elles, à l'analyse des compétences des collectivités locales et des conditions de leur mise en œuvre. L'accès au mandat local signifie l'exercice de compétences, soit un espace d'autonomie plus ou moins large du gouvernement local. Ce dernier est fonction de l'étendue des compétences nominales, ce qui renvoie à une analyse institutionnelle, juridique, du degré de décentralisation politique et administrative. Mais il est aussi déterminé par les capacités réelles d'exercice de ces compétences, liées au degré d'autonomie financière des collectivités, à leur capacité à se soustraire au poids des contrôles et des interventions des administrations d'État, à la compétence technique (l'expertise) des élus.

42Pour l'analyse du contemporain, il est particulièrement important d'apprécier les effets des lois de décentralisation sur les ressources de la notabilité, avec deux enjeux : l'image et le poids des élus vis-à-vis de la population, et donc du pouvoir central ; et d’autre part, la décision des acteurs économiques et sociaux de participer (ou non) au pouvoir local, d'entrer dans le jeu de la notabilité.

43Ainsi peut-on suivre M. Catusse et R. Cattedra quand ils inscrivent les stratégies notabiliaires des élites économiques de Casablanca (en tout cas leur intervention dans l'exercice du pouvoir urbain) dans une réflexion sur l'extension du pouvoir économique des collectivités locales (par exemple à travers les enjeux des concessions de service public). Mais, de manière générale, ce thème est peu évoqué, simplement esquissé. Ainsi O. Feneyrol signale-t-il le lien entre notabilité et statut réservé aux espaces locaux dans la configuration des pouvoirs.

44Pour finir sur ce point, on signalera que le mandat local est par lui-même source de pouvoir, parce que reconnaissance de la notabilité par la population dans un processus électif ou un autre mode de désignation. Se pose ici le problème de la qualité de ce processus électif et de sa portée, ce qui renvoie à un débat contemporain sur la notabilité qui sera réévoqué plus loin.

45Les contributions font parfois état des qualités personnelles des notables, expliquant leur puissance. Il reste que ce registre renvoie toujours à une mobilisation de ressources locales. Ainsi de l'hospitalité qui devient magnificence avec le Glaoui, ou Ahmed Ben Yûssif, ou le courage qui se traduit par une mobilisation guerrière de la communauté.

46Le notable dépend des ressources qu'il peut tirer de la communauté. Dans des lieux de notabilité forte, de fortes ressources de pouvoir sont mobilisables. La reconnaissance par le centre est plus aisée à obtenir et se traduit par des nominations cumulées dans des postes de représentants du pouvoir central. (cas de figure du Glaoui). À l'opposé, peuvent être identifiés des lieux de notabilité faible, où les ressources de pouvoir sont médiocrement capitalisables. Ainsi du schéma nabeulien, avec une population très hétérogène, très mobile, dotée d'une forte classe moyenne, individualiste. La notabilité dépourvue de ressources héréditaires, de figures dominantes, n'est pas conviée aux fonctions de représentation du pouvoir central.

2. Les ressources de pouvoir externes

47Sur des registres similaires à ceux évoqués précédemment, elles s'accumulent à l'extérieur du territoire, de la communauté.

a) Les ressources de la distinction : mobilité et ouverture

48Il en va ainsi pour les stratégies matrimoniales : délibérément extérieures pour les Ben Abdallah à Boumerdès, vers les secteurs de l'industrie, du commerce, et vers l'étranger, dans une optique résolument entrepreneuriale ; exogames, comme stratégies de la distinction, et de l'articulation du système local avec l'extérieur (les Tlili à Feriana). La mobilité et l'ouverture permettent la constitution d'un capital économique, qui fait retour dans l'espace de pouvoir local : contacts internationaux des notables de Tripoli ; réussite à l'extérieur des Ben Abdallah, puis reterritorialisation des entreprises sur Boumerdès. Ainsi une bourgade se transforme en centre urbain et en pôle industriel, l'entrepreneur menant parallèlement une stratégie politique locale, par l'investissement du Conseil municipal, et une action sociale à orientation paternaliste. L'aventure industrielle passe par le registre notabiliaire.

49À l'extérieur le notable peut aussi constituer un capital spirituel ou culturel. Par le savoir technique, la compétence, il acquiert une capacité de négociation avec le centre (Boumerdès).

50Le savoir religieux, reconnu à l'extérieur, est source de légitimité. Ainsi, à Walata (R. Boubrik), s'opère la jonction entre le local et l'espace islamique, les liens privilégiés avec Tombouctou permettant d'activer des solidarités précieuses en cas de crise. De même, les Jomni à Jerba prennent-ils soin, par le voyage au Caire, de faire valider leur savoir par Al Azhar, et d'organiser autour de la madrasa des réseaux externes sur une base religieuse.

51Le registre religieux externe joue encore à travers la généalogie revendiquée, remontant au prophète. Être chorfa... Élément de la stratégie d'implantation des Jomni, qui bénéficient, à ce titre, de biens habous conférés par le pouvoir central, alors que leurs rivaux ibadhites s'appuient sur un registre local de la légitimité religieuse. Le corpus de la légitimation des Lamhâjib de Walata consiste en récits de trajet. L'hérédité de la notabilité est justifiée par l'exemple du prophète, pratiquant le monopole lignager. Mais d'autres tribus engagent un débat théologique sur hérédité et imamat, bon exemple de sécularisation du débat religieux sur le local.

52Les ressources historiques de la distinction ne sont cependant pas que religieuses. La participation à la lutte pour l'indépendance est une ressource de la notabilité contemporaine (A. Iraki, A. Khouaja).

b) La relation au centre

53Un autre ensemble de ressources est tiré de relations privilégiées que le notable peut entretenir avec le centre politique :

  • dans le registre traditionnel : être du diwan (N. Lafi) ; la nomination dans les postes du makhzen au niveau local, et monter dans la hiérarchie administrative, en fonction des services rendus, par l'aide à la collecte de l'impôt ou dans la lutte contre les rébellions (trajectoire d'A. Ben Yûsif) ; dons et exemptions fiscales (les Joumni).
  • dans un registre plus contemporain : faire venir un ministre (A. Abouhani), être titulaire d'un mandat national qui confère une capacité de redistribution concurrente à celle des élus locaux (ibid.) ; l'affiliation partisane, souvent sur un mode utilitaire, ce qui détermine une plasticité des appartenances quand les partis sont faiblement implantés au plan local (A. Abouhani, A. Iraki).

54Plusieurs contributions énoncent une loi de structure des ressources de la notabilité, garantissant à la fois la durée et la capacité d'intermédiation du notable. Elle peut être formulée ainsi : la notabilité repose sur un équilibre des ressources de pouvoir, internes et externes.

55Des ressources de pouvoir polarisées au centre sont un facteur de fragilisation des notables : le notable perçu comme l'agent du centre et non plus celui de la communauté locale ; le notable « lâché » par le centre alors qu'il est en conflit avec sa communauté. De même, un excès de ressources locales, ou le défaut de ressources centrales peuvent se traduire par la défiance du centre vis-à-vis du notable et une absence de capacité distributive du notable à l'égard de sa communauté. Ainsi que l'indique justement Aziz Iraki, les statuts locaux ne suffisent jamais. On se référera également sur ce point aux trajectoires des Joumni, d'A. Ben Yûsif, et aux analyses générales d'Abdelghani Abouhani et d'Olivier Feneyrol. Le notable doit être à la fois le représentant de sa collectivité et celui qui est capable de capter des ressources du centre pour lui et pour sa collectivité.

NOTABILITÉS ET SYSTÈMES POLITIQUES DU MAGHREB

56La mise à plat des ressources de pouvoir des notables permet de construire des typologies et d'éclairer l'analyse diachronique. Ainsi peut-on dégager des éléments de périodisation de la notabilité au Maghreb, avec toute la prudence requise du fait que les contributions se rapportent principalement à la Tunisie.

1. Périodisation de la notabilité

57Trois périodes sont identifiables. Une première période, qui débute au xvie siècle, se caractérise par un mouvement centrifuge, une autonomisation des communautés locales. Dans ce système conventionnel équilibré, les notables pèsent, sont des relais incontournables du pouvoir central. Mais ce schéma d'équilibre est fragile et faiblement institutionnalisé. La seconde période voit la montée en puissance de l'État, avec le mouvement réformiste au milieu du xixe siècle, puis la colonisation. Les notables locaux entrent en conflit avec le pouvoir central et colonial. S'enclenche un processus de déclassement de la notabilité, de modification de ses structures. La troisième période, celle des indépendances et de la construction de l'État-nation, serait celle de la déqualification du local et de la notabilité. Nous serions entrés dans une quatrième période, d'un retour au local où s'érigerait une nouvelle notabilité.

2. Analyse des périodes

58Sur la première, la contribution d'A. Hénia décrit la configuration générale de la convention. L'autonomie des communautés locales a pour contrepartie le tribut fiscal, sur la base d'une fiscalité communautaire et particulariste, ainsi que des prestations en matière de sécurité. Où l'on rencontre les vieux paradigmes sédentaires/nomades (R. Boubrik, Y. El Ghoul), et les cercles de proximité avec le pouvoir central (tribus makhzen). La notabilité est la négociation de la sécurité avec le pouvoir central, mais aussi avec les tribus nomades (razzias). Ainsi R. Boubrik montre comment le notable négocie le tribut pour éviter la razzia, ou pour la restitution d'une partie du produit de la razzia. Cette économie conventionnelle de la notabilité se retrouve au Maroc, dans les rapports qu'entretient le Glaoui avec le pouvoir central (Y. Samama). La convention peut être identifiée à travers des mécanismes de reconnaissance mutuelle : dons et contre dons ; paiement d'un droit d’accès à la charge de cheikh, signifiant en quelque sorte une double nomination par le centre et par la communauté.

59La seconde période voit la rupture du pacte fiscal, avec la substitution d'une fiscalité directe, sur l'individu, en fonction de sa capacité contributive, à la fiscalité de type communautaire. En Tunisie, le mouvement réformiste (Ahmed Bey, Khayr addîn) et la révolte de 1864 marquent le passage de l'État « suzerain » à l'État « souverain » (A. Hénia). La sécurité devient une fonction exercée de manière monopolistique par l'État, et le passage au protectorat est très significatif de ce point de vue. Les tribus makhzen entrent en résistance, parce que ce sont elles qui ont le plus à perdre. Elles sont concurrencées sur la fonction de sécurité, mises en cause dans leur gestion du recouvrement de l'impôt (Y. El Ghoul, M. Ettaïeb, M. Tlili).

60La politique du protectorat se traduit par des phénomènes d'éviction, d'instrumentalisation, puis de marginalisation des élus en faveur des intérêts coloniaux. Les notables sont encore instrumentalisés par le colonisateur face au mouvement national (politique des grands caïds au Maroc). Et, de fait, l'attitude des notables vis-à-vis du pouvoir colonial est pour le moins ambivalente : du pragmatisme sécuritaire (Y. El Ghoul), aux itinéraires multiples de la résistance (opposition successive ou simultanée au bey et au pouvoir colonial, à l'occasion distingués ou confondus). La notabilité se déploie dans un entre-deux inconfortable (la chambre indigène agricole du nord de la Tunisie). Elle peut tenter le recours aux soutiens extérieurs, la dissidence, et pour finir, se résoudre à l'exil (M. Ettaïeb).

61La disqualification du local et des notables au moment des indépendances, le mouvement de centralisation politique et administrative qui l'a suivi, ont-ils brisé les pouvoirs locaux, les territoires, et donc la notabilité ? Serait-on dans un schéma d'une gestion politique du territoire monopolisée par l'administration makhzen au Maroc, un parti-État en Tunisie, une armée-État-parti en Algérie ? Ou, au contraire, assisterait-on à une transfiguration des territoires, à la recomposition d'une notabilité sur des bases nouvelles, signe de l'établissement d'une nouvelle « convention » entre centre et périphérie, dans l'urgence (crise et surcharge de l'État-providence, montée d'un contre-pouvoir local pour un contre-projet de société) ?

62La première thèse, dont on trouve les linéaments dans la contribution d'O. Feneyrol, se formule ainsi : certes, émergent de nouvelles notabilités, mais si l'on y regarde de plus près, avec une fine analyse des profils de la notabilité, on s'aperçoit qu'il n'y a pas équilibre des ressources, que les notables sont dépendants à l'égard du centre, que le parti reste le seul véritable relais territorial sur le plan politique (pour la Tunisie).

63La deuxième thèse, notamment exprimée par les contributeurs marocains,- ce qui n'est probablement pas indifférent,-insiste sur la réalité de cette nouvelle notabilité (A. Abouhani, A. Iraki). La proposition selon laquelle le notable serait pure création de l'administration renvoie à une thèse « erronée, nocive, et nuisible » ; nuisible notamment pour le développement de la sociologie politique locale, dont la sociologie électorale, barrée par le postulat du caractère fictif des élections.

64En tout état de cause, l'attrait de la notabilité ne saurait se résumer en la captation de ressources distribuées au centre, et il explique l'émergence de nouveaux notables, sur la crête des nouvelles configurations du local. Ainsi de la taille et des caractéristiques des populations urbaines. Aziz Iraki nous montre comment, dans les villes moyennes du Maroc fortement affectées par ces bouleversements démographiques, de nouvelles élites d'implantation récente prennent leur place dans le jeu du pouvoir local, ou, au contraire, comment les anciennes élites résistent par des reconversions réussies (avec des déterminants historiques, comme l'inclusion ou non dans le bled makhzen).

65Les évolutions des compétences locales ainsi que des représentations du territoire local sont tout aussi décisives dans le processus d'émergence de la nouvelle notabilité. Le souci des élites économiques casablancaises de marquer le paysage urbain, dans une logique de territorialisation de la légitimité économique, va dans ce sens. Acteurs du développement local, promoteurs de l'intérêt général local, directement intéressés par les choix dans les modes de gestion des services publics locaux, leur participation à la gestion de la ville est susceptible de s'institutionnaliser à travers un projet de conseil économique et social urbain (R. Cattedra, M. Catusse). Dans le même sens, la manière dont les Ben Abdallah investissent le pouvoir local à Boumerdès est d'autant plus remarquable que cette élite économique délaisse de manière délibérée les mandats politiques au centre. Par ailleurs, A. Iraki relève deux grands types contemporains de la notabilité : celui qui reste prisonnier d'un registre individualiste clientéliste, où le notable dépend totalement du centre et de ses allocations ; celui qui est soutenu par une représentation globale de l'entité sociospatiale, de son devenir, qui confère au notable son véritable statut d'intermédiaire.

66Si les contributions de cet atelier ne nous donnent pas d'indications sur l'émergence d'une nouvelle notabilité locale en Algérie, les analyses de Brahim Salhi sur le territoire de Tizi Ouzou, et la manière dont les notables l'investissent, vont dans ce sens.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter