Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

2. Les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants

Rapport préliminaire. Tunis, 17,18, et 19 octobre 1997

Abdelghani Abouhani

Texte intégral

1Les travaux de cet atelier se sont déroulés le samedi 18 octobre et ont donné lieu à une dizaine de communications, suivies de discussions intenses, riches et passionnées. Il est bien évident que le présent rapport ne prétend en aucun cas rendre compte de toute la diversité et la richesse des idées qui ont été exprimées au sein de cet atelier. Notre objectif est beaucoup plus modeste : il s'agit de dégager les axes essentiels autour desquels se sont structurées les différentes interventions. C'est un travail forcément réducteur, et que ceux qui ne se retrouvent pas dans ce rapport ne m'en tiennent pas rigueur.

2Les travaux de cet atelier ont été axés autour de trois interrogations fondamentales :

  • Qu'est-ce qu'un notable ?
  • Quels sont les champs de la médiation notabiliaire ?
  • Quel rôle joue le notable dans l'articulation entre le local et le global ?

Qu'est-ce qu'un notable ?

3Les travaux de cet atelier ont permis de constater une variété dans les figures notabiliaires : le notable est tantôt un homme de religion, tantôt le chef d'une grande famille, un élu ou un caïd, un propriétaire terrien, un responsable de parti, un entrepreneur. À cette diversité de profil s'ajoute une diversité dans les définitions, comme l'a montré Olivier Feneyrol dans son exposé sur Les notions de notable, de local et de global. Les différents intervenants ont également insisté sur la nécessité de distinguer les périodes historiques, les contextes sociaux et les échelles spatiales. La notabilité apparaît comme une construction sociale mouvante : dans l'histoire maghrébine en particulier, il est possible de dégager « des cycles au cours desquels les critères légitimes de la notabilité sont régulièrement redéfinis par les acteurs sociaux » (O. Feneyrol). Pour contourner cet obstacle définitionnel ou terminologique, les différents intervenants se sont attachés à dégager les traits généraux de la notabilité. Trois éléments semblent nécessaires pour qu'émerge un pouvoir notabiliaire : une solide assise socioéconomique, le contrôle d'un territoire et enfin le développement d'un réseau d'influence.

1. L'assise socioéconomique du notable

4« Le notable est l'homme d'une famille » (Nora Lafi : Notabilité dans une régence ottomane...), d'une grande famille bien sûr. C'est là une constante dans l'histoire des notabilités dans le Maghreb. La richesse confère à la famille un statut privilégié, une position dominante dans la hiérarchie sociale et des moyens pour agir sur le tissu social de la collectivité. En somme la notabilité commence à partir du moment où la famille est en mesure de redistribuer, de rendre service, de protéger. Elle tisse ainsi autour d'elle tout un faisceau de catégories sociales d'assujettis qui en se développant rend légitime à la fois la prééminence de la famille au sein de la collectivité et son statut de défenseur de ses intérêts.

5En Tunisie (Abdelhamid Hénia, Yahya El Ghoul) comme en Libye (Nora Lafi) les familles de notables se développaient surtout dans les milieux marchands. Au Maroc cette caractéristique ne se retrouve que parmi les notabilités juives marocaines qui étaient en même temps de grands négociants. (Mohammed Kenbib : Les notabilités juives marocaines au xixe siècle). Mais en règle générale le notable type au Maroc est surtout un grand propriétaire foncier. C'est là une constante dans l'histoire des notabilités locales marocaines. La plupart des relais qui assuraient la jonction du makhzen avec sa périphérie, qu'il s'agisse des grands caïds au xixe siècle comme Glaoui (Yvonne Samama : Fragilisation du pouvoir royal et émergence d'un pouvoir parallèle fort : le cas de Thami El Ghoul au Maroc (fin xixe -milieu xxe siècle) des chorfas ou des chefs de zaouïa disposaient de possessions terriennes considérablement étendues. Cet élément continue à fonctionner actuellement, aussi bien en milieu rural qu'en milieu urbain (Aziz Iraki : Spécificité des élites locales dans la ville moyenne marocaine et gestion urbaine ; A. Abouhani : Le rôle des notables dans la gestion territoriale).

6Si l'assise économique est nécessaire, elle n'est donc pas partout la même. Le notable marocain est un propriétaire foncier alors qu'en Tunisie il est plutôt un négociant.

2. Le territoire du notable

7La base socioéconomique confère, par son ancienneté au notable les moyens de marquer durablement les rapports sociaux de son entourage. Pour dominer son territoire, il mobilise les ressources et construit son image de médiateur et d'intercesseur (Ahmed Khouaja). La domination d'un territoire signifie d'abord l'inscription spatiale des intérêts économiques du notable dans le territoire qu'il contrôle. Un notable est celui qui « fait » sa localité au sens économique. Elle signifie également la capacité du notable à pouvoir articuler ses intérêts avec ceux qu'il défend. La maîtrise d'un territoire signifie avant tout la structuration d'un champ d'intérêts dont le notable devient le point d'articulation. Cette capacité est le produit d'une dynamique sociale (Ahmed Khouaja) et se construit dans le temps. La notabilité est donc le produit d'une lente maturation sociale. Le plus souvent cet office est héréditaire et l'on peut parler à cet égard de dynastie notabiliaire au Maghreb.

3. Le notable et son réseau

8Pour contrôler « son » territoire le notable tisse un réseau d'alliances familiales, claniques, maraboutiques, politiques... (Ahmed Khouaja). Si le notable est l'homme d'un lieu (O. Feneyrol), il est également et surtout l'homme d'un réseau. La notion de réseau est fondamentale. Il indique que le notable n'est jamais un individu isolé mais plutôt un acteur capable de mobiliser d'autres acteurs pour obtenir des résultats qui contribuent à renforcer son image de médiateur et de bienfaiteur dans la collectivité. En somme, le réseau est le potentiel d'influence du notable. C'est l'attribut de « ceux qui se distinguent dans la hiérarchie interne de leur groupe par un rang supérieur (et) réalisent des alliances conformes aux exigences de leur position, renforçant ainsi l'assise de leur pouvoir au sein d'un système socio-spatial plus vaste ». (Adel Ltifi : Les alliances matrimoniales des notables : consolidation interne et articulation avec l'externe.)

4. Les champs de la médiation notabiliaire

9Les champs de la médiation notabiliaire sont multiples, variés et changent souvent selon les périodes historiques et les contextes territoriaux. Dans la Tunisie du xviiie et du xixe siècles Abdelhamid Hénia montre que la fiscalité constitue l'un des domaines d'intervention privilégié des notabilités locales. « La fiscalité était particulière d'une région à une autre. Le particularisme fiscal justifie... l'autonomie interne des communautés ». Et ce sont les notables qui se chargent de la collecte de l'impôt pour le compte du bey (A. Hénia : Les notables locaux dans la Tunisie de l'intérieur aux xviiie et xixe siècles). Dans le Maroc de la fin du xixe siècle le champ d'intervention du pouvoir caïdal était la conquête militaire et la sécurité. « Grâce à la grande connaissance du milieu et à sa réputation militaire, la tribu Glaoua assurait la sécurité de la région ce qui permettait au seigneur, le Glaoui, d'exploiter les cols qui la traversaient en imposant des taxes à toutes les caravanes, et à tous les exposants au souk au nom du makhzen mais aussi en son nom » (Yvonne Samama : Fragilisation du pouvoir royal et émergence d'un pouvoir parallèle fort : le cas de Thami El Glaoui au Maroc (fin xixe milieu xxe siècle). Le champ d'intervention du notable peut aussi être communautaire ou confessionnel : c'est le cas des notabilités juives qui assuraient la gestion des besoins de leur coreligionnaire et les représentent face au makhzen (Mohammed Kenbib : Les notabilités juives marocaines aux xixe-xxe siècles).

10Dans la Tunisie actuelle le pouvoir notabiliaire développe de nouveaux champs d'intervention et se déploie au-delà des institutions communautaires pour investir les institutions coopératives, les métiers, les secteurs administratifs (A. Hénia). Ahmed Khouaja montre comment « le nouveau notable ne devient acteur qu'en vertu de ses qualités acquises (l'appartenance locale) mais aussi de compétences qui le rendent apte à mobiliser les ressources de l'État (sous forme d'aides, de subventions, de modèles de développement, de facilités et dégrèvements fiscaux) en faveur de sa région d'origine ». Système notabiliaire et changements sociaux, dans les régions des petites villes du Sahel tunisien depuis 1987.

11Au Maroc les nouveaux champs de déploiement du pouvoir notabiliaire sont constitués essentiellement par les lotissements clandestins et l'apport des équipements dans les petits centres urbains. Mettant à profit l'immense déficit en logement et le poids de l'exode rural les notables urbains vont se substituer à la défaillance de l'État en entreprenant des lotissements clandestins au profit des tranches inférieures des classes moyennes devenant ainsi des logeurs des citadins appauvris. Dans un petit centre rural de l'Anti-Atlas (Taliouine) le notable redistribue le blé en cas de sécheresse, reconstruit le pont emporté par les inondations, dote le lycée de l'énergie solaire, mobilise les douars pour la construction de la mosquée et fait pression sur l'administration pour doter sa commune d'un plan d'aménagement et des équipements modernes.

5. Le notable : un agent d'intégration entre le local et le global

12Le notable est un agent d'intégration entre le local et l'État central. Il permet à des systèmes administratifs faiblement structurés d'avoir une prise sur des communautés locales. Le recours au notable assure une espèce d'administration indirecte qui permet de réaliser une économie de moyen. Dans la Tunisie précoloniale, A. Hénia montre que « À l'image de sa fiscalité, l'autorité du pouvoir central sur ces communautés est globale et partant limitée. La répartition des contributions au niveau de chaque communauté incombe entièrement à l'administration locale laissée entre les mains des notables locaux... Pour toutes les questions fiscales locales, le pouvoir beylical ne peut établir aucun rapport direct avec les contribuables. Ce sont les notables locaux qui s'interposent... dans la perception de l'impôt » (Les notables locaux dans la Tunisie de l'intérieur aux xviiie et xixe siècles).

13De même à la fin du xixe siècle, toute l'administration du Sud marocain reposait sur les grands caïds comme le Glaoui qui assuraient au profit du sultan la sécurité des routes et la collecte des impôts (Y. Samama : Fragilisation du pouvoir royal et émergence d'un pouvoir parallèle fort : le cas de Thami El Glaoui au Maroc (fin xixe -milieu xxe siècle). Ce système d'administration indirecte était appliqué également à la gestion des communautés juives marocaines qui disposaient d'une large autonomie par rapport au makhzen. La médiation se fait par le cheikh El Yahoud qui était le notable représentant et négociateur des intérêts de sa communauté dans la sphère makhzenienne.

14Actuellement avec la construction du nouvel État maghrébin « hégémonique » et « totalisant » (O. Feneyrol), centralisé et centralisateur, le rôle de la médiation notabiliaire n'a pas disparu. Bien au contraire, l'action du notable va se situer à l'intersection des appareils bureaucratiques et des sociétés locales pour adapter et ajuster les normes et les programmes généraux du centre aux spécificités régionales (A. Khouaja : Système notabiliaire et changements sociaux...). L'action d'intégration menée par le notable apparaît à travers un double mouvement : en s'appuyant sur la base territoriale et sociale qu'il contrôle, il devient un interlocuteur privilégié admis par le « centre » à négocier la défense des intérêts de la localité qu'il représente. Mais les arrangements particuliers ne sont concédés par le Centre que dans la mesure où le contrôle de l'État sur la localité se trouve renforcé par l'intermédiaire du notable. Agent de l'autonomie locale d'une part, agent d'intégration du local au global d'autre part : c'est dans l'entrecroisement de ce double mouvement que se déploie l'action notabiliaire au Maghreb.

6. Perspectives de recherches

15D'une façon générale, les travaux de l'atelier ont permis de progresser considérablement dans la définition des profils du notable, de ses champs d'intervention et de son rôle dans l'articulation du local avec le global. Sur ces trois niveaux, nous disposons actuellement de matériaux et de contributions qui permettent d'éclairer les fonctions passées et présentes des notabilités locales.

16Néanmoins les travaux de l'atelier sont restés dans une large mesure focalisés plus sur le statut de la notabilité que sur ses modalités de fonctionnement. Certes, ce travail conceptuel et terminologique est indispensable dans cette première phase. Mais il serait souhaitable que l'on s'attache moins à la personne du notable qu'aux logiques de l'action notabiliaire. Comment se constituent les réseaux ? Comment fonctionnent les filières d'appuis, de soutiens et de couvertures ? Sur quelles stratégies s'articulent les pratiques d'alliances ? Comment peut-on reconstituer les processus de négociation ? Ces voies sont déjà ouvertes par certaines communications comme celle de Myriam Catusse et Raffaele Cattedra (Stratégies notabiliaires et recomposition du paysage urbain : images et communication d'une élite économique à Casablanca), qui arrivent à analyser des logiques d'action notabiliaires, mais sans notables.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter