Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

1. Conflits, rébellions et dissidences. Ordre social ébranlé, corps social préservé

Rapport final. Tunis, 17, 18 et 19 septembre 1998

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

1Un conflit est-il nécessairement violent, est-il exceptionnel ou ordinaire, est-il du côté du routinier ou de l’héroïque ? Doit-on toujours opposer conflit et non-conflit ? Ces questions, assez radicales, reprises ici en guise d’entrée en matière, ont été formulées au cours de la discussion. Elles me paraissent être en cohérence avec la position commune, nettement affirmée dans le programme de travail établi par Abdelhamid Hénia, et que les contributions ont validée : dépasser une vision dichotomique, alors même que, abordant rébellions, oppositions, affrontements et confrontations de toute sorte (le thème de la dissidence en revanche n’a guère été évoqué), il serait tentant d’insister sur l’aspect duel. Cela ne signifie pas que, quand il y a dualité on doive pour autant la gommer, mais une pensée binaire n’est pas forcément la meilleure manière de la comprendre -toujours quelque tiers se profile : un rituel, un médiateur, un intercesseur, un arbitre... Plus ou moins élaborées au plan méthodologique, plusieurs analyses, fines, portent sur des représentations, qui on le sait, se construisent par différences voire par oppositions, et aucune ne se cantonne à une telle vision duelle - c’est particulièrement sensible dans l’étude en termes d’analyse de discours que Rachida Tlili Sellaouti fait d’un corpus provenant principalement de correspondances caïdales consacrées à une période mouvementée de la Tunisie précoloniale.

2Ni dichotomie, donc, ni états arrêtés, figés, mais des mouvements, de l’instabilité, des équilibres provisoires, des recompositions. Pierre Bonte, traitant des conflits économiques et politiques de l’Adrar mauritanien du début du xviie siècle, montre comment s’opèrent des luttes fractionnelles entre les tribus et en leur sein. Comment une dualité certes est repérable (l’organisation de la tribu des Idawcali divisées en noirs et blancs), mais comment, à des tensions diffuses et mouvantes, correspondent des changements d’alliance (j’y reviendrai) et des redistributions, des recompositions territoriales.

3Une fois rappelé cet accord, je signalerai cependant une difficulté, qui n’en est pas une pour le rapporteur uniquement et qui tient non seulement à la diversité des situations, des périodes et des lieux évoqués, rendant rapprochements et comparaisons pour le moins aventureux, mais aussi à la variété des échelles d’espace et de temps. Une difficulté qu’il convenait d’essayer de problématiser.

4Il existe, on le sait, deux façons de traiter la question des échelles :

  • D’une part on ne regarde pas un phénomène de la même manière et l’on ne voit pas la même chose, selon la distance à laquelle on se trouve.
  • Dans la seconde acception il ne s’agit pas du point de vue, mais de la taille des phénomènes, ainsi que de la durée et des lieux où ils s’inscrivent. Par exemple les conflits éclatant à l’occasion d’un mariage, qu’étudie Leïla Blili à partir d’un corpus tunisien du xiie siècle, sont de l’ordre du microscopique, tandis qu’avec la communauté juive à laquelle s’intéresse Abdelkarim Allagui à propos de la crise ouverte dans les années trente par la désignation d’un nouveau grand rabbin - doit-il être français ou tunisien ? - ou avec les différends entre Andalous et beldya dans un bourg du xviiie siècle (Jamel Ben Tahar), on a affaire plutôt à une échelle « méso ».

5À la notion d’échelle j’associerai le caractère continu ou discontinu, segmenté (ou enclavé) ou global de l’espace et du temps et l’aspect plus ou moins réticulaire des territoires et de l’armature urbaine. Par exemple, si l’on en croit Abderrahmane Rachik, l’émeute, à Casablanca, se caractérise par sa discontinuité temporelle, et diffère en cela des mouvements sociaux qui supposent continuité et organisation. Nelly Amri-Salameh, pour sa part, identifie le conflit et/ou sa résolution à des « moments forts », qui tranchent sur l’ordinaire quotidien - le rituel est un tel moment, possédant son territoire propre.

6Une question m’a été inspirée par Michel Péraldi : la nature d’un conflit et de sa résolution ne change-t-elle pas profondément selon l’échelle à laquelle, non pas simplement on les perçoit, mais selon celle à laquelle ils se produisent ? Certes des homologies existent entre des rituels ou des formes de médiation, mais passer d’une échelle temporelle à une autre ce n’est pas simplement « changer de vitesse » : entre le temps réglé du déroulement d’un rituel, dont la contribution de Nelly Amri-Salameh donne un bel exemple, et d’autres rythmes et d’autres durées il n’y a pas forcément commune mesure, concordance, il peut y avoir discordance, selon la formule de Bernard Lepetit, et emboîtements, contretemps et syncopes.

7Diversité des échelles, donc, des figures, également, et des formes de médiation, notamment, qui constituent un des thèmes forts de cet atelier. Médiations, médiateurs, recours, intercessions... - on a souvent rencontré la négociation et la transaction. Même lorsque est mis en œuvre un rituel, dont le déroulement est par définition réglé, fixé à l’avance, tout n’est pas joué, ni exactement programmé : est-il exclu que les acteurs se représentent l’issue comme possiblement incertaine ? Quant à la médiation, elle est plus ou moins « médiatisée », elle est susceptible de se démultiplier. Minimale si le médiateur, l’intercesseur, est lui-même l’arbitre (les trois termes ne sont pas équivalents), en revanche elle se médiatise et les relais se multiplient, si le médiateur n’est qu’un intermédiaire vers l’arbitrage.

8À défaut d’établir une typologie, j’ai repéré : des médiations qui impliquent des individus ou/et des groupes, qui sont plus ou moins chargées politiquement ou religieusement, qui intègrent plus ou moins de « coutume », comme le montre Leïla Blili à propos de consultations juridiques émises à Mahdia au xiie siècle à travers lesquelles on voit se construire lentement une jurisprudence - l’écrit constitue un médium spécifique, non seulement les textes que décrypte Leïla Blili (en précisant : plus encore que l’ordre social, les conflits qu’elle observe mettent en cause l’ordre écrit), mais les lettres et divers types d’adresses, notamment les pétitions, comme on va le voir, ou les actes de waqf. Il y a les intercessions du surnaturel et celles du religieux « naturel ». Tantôt les interventions et les arbitrages sont endogènes, tantôt au contraire ils sont extérieurs - un bel exemple nous est offert de distance à la fois géographique et symbolique, avec l’« affaire » présentée par Nora Lafi : à Tripoli, à la fin du xixe siècle, le recours proche, Qarqani, le cheikh al-bilâd corrompu et violent que la population ne supporte plus, ne « fonctionne » pas, et celui vers lequel, dans cette situation, on se tournerait tout naturellement, le gouverneur, est défaillant à son tour, car il est l’allié de Qarqani, il faut donc (en dernier recours) aller chercher la médiation plus loin (jusqu’à la Porte), passer à l’instance supérieure, en l’occurrence par le biais d’une pétition, moyen que l’on retrouve aussi dans la contribution de Hussein Boujarra. Du plus proche au plus lointain, se dessine une espèce d’échelonnement des recours disponibles, dont il serait possible de construire une typologie en fonction de leur degré d’éloignement ou de proximité, et de la nature de leur distance.

9À la lumière de ces réflexions, on pourrait en outre se demander si l’État contemporain n’est pas distant alors que physiquement il ne l’est pas et qu’il est strictement territorialisé.

10Le thème de la médiation extérieure suscite par ailleurs une série de questions. Le recours à l’institutionnel, et donc à l’État, s’opère-t-il par défaut ? Est-ce que ce ne sont pas au contraire aujourd’hui les recours de type traditionnel qui sont des recours par défaut, désignant l’État comme totalement extérieur - on l’ignore ou l’on veut se faire ignorer de lui. À propos de la situation actuelle de l’Algérie Abderrahmane Moussaoui souligne la nature ambivalente de l’État, qu’il compare à un géant aux pieds d’argile.

11Enfin, à propos des médiateurs l’idée d’une certaine division du travail a été avancée, en particulier entre câlim, savant, et wâli, saint homme, quant au rôle qu’ils jouent respectivement, au sein du domaine religieux, par rapport au politique. Il arrive que cette division, ainsi que le montre Hussein Boujarra à propos de l’Algérie et de la Tunisie des xvie et xviie siècles, se réalise chez le même personnage successivement ou alternativement, il est tantôt wâli tantôt câlim, et je suis tenté de forger à ce propos la notion d’identité alternante, ou alternée, à partir de celle d’identité circonstancielle ou contextuelle dont parle Clifford Geertz.

12À Rabat, en décembre 1997, Hassan Elboudrari avait évoqué le risque d’un certain fonctionnalisme. Ne privilégions-nous pas, en effet, l’idée que le retour à l’équilibre est inéluctable, que -je reprends des éléments du titre de l’atelier-, s’il arrive que l’ordre social soit ébranlé, des institutions, des rituels (comme une bonne machinerie) et des acteurs sont là pour préserver le corps social, que leur fonction est précisément de rétablir les équilibres provisoirement menacés. J’associerai à cette conception de la société comme système tendant à l’équilibre, la vision selon laquelle le conflit lui-même a une fonction restructurante.

13L’émeute qui selon Abderrahman Rachik est une « protestation sociale spectaculaire sans adversaire » et comme sans finalité, met en cause ce penchant, et suggère des rapprochements avec des notions comme la gratuité ou celles, empruntées à Georges Bataille, de dépense ou de part maudite. « Contre personne et contre tout le monde », elle laisse d’ailleurs muets les pouvoirs et contre-pouvoirs qui sont « pris de court », ainsi que l’observe Abdelghani Abouhani, qui s’attache lui aussi à l’émeute au Maroc, mais en s’intéressant d’abord au mouvement syndical. L’émeute est un conflit-limite, dont la dimension spectaculaire a été soulignée et je la rapprocherai de la stratégie de l’horreur (elle-même spectaculaire) à laquelle on assiste en Algérie. Plusieurs auteurs illustrent l’idée d’une dramatisation, la grève étant elle-même décrite comme dramatisation par Abdelghani Abouhani, et tout rituel apparaît à la fois comme théâtralisé, mis en scène, et théâtralisant le conflit et/ou sa résolution qui pourrait bien ne pas aboutir, car les dispositifs sont susceptibles aussi bien de réussir que d’échouer, de produire ou non des miracles (qui tiennent leur caractère miraculeux du fait qu’ils pourraient ne pas advenir), et que l’équilibre peut ne pas revenir. À cet égard la b’chara pratiquée dans la Tunisie moderne et contemporaine, que nous a présentée Yahya El Ghoul, semble prêter à des interprétations moqueuses, sur un mode bouffon dans certains cas, des « merveilleux » rituels concourant à rétablir l’équilibre de la société. Je rappellerai juste que la b’chara est définie à la fois comme « une nouvelle vraie plutôt bonne que mauvaise et la récompense que reçoit le porteur d’une bonne nouvelle », d’où les éventuelles razzias, rançons et escroqueries dont elle est le prétexte.

14Depuis le séminaire de Rabat de décembre 1997, le thème de l’alliance, en acquérant une importance nouvelle, a enrichi substantiellement l’ensemble de la réflexion. La durée de l’alliance est limitée, elle peut être l’objet de changements, voire de renversements. Cette notion, qui ne saurait être confondue avec la caçabiyya, « esprit de corps », est proche en revanche de celle d’allégeance, bayca. Nous avons rencontré la caçabiyya, et l’alliance à propos des relations qu’entretiennent avec le pouvoir les groupes, churafâ’, baldiyyn, peuple et zawiyya, qu’étudie Ahmed Cheraï à travers la rébellion qui éclate à Fès au xixe siècle. Lorsque, comme dans ce cas, l’alliance n’est pas assurée ou même est mise en cause par le souverain, une décomposition violent s’ensuit.

15Abdelghani Abouhani utilise également à plusieurs reprises le terme d’alliance à propos du Maroc. Alliance ou compromis, qui préside à la création des syndicats, en échange de la bienveillance du pouvoir, alliance conflictuelle avec celui-ci, et avec les partis politiques. Et ruptures. Des acteurs « hors d’alliance » : les déshérités, la jeunesse, les émeutiers qu’évoquent Abdelghani Abouhani et Abderahman Rachik, « ceux de la périphérie ». Alliances avec, et contre. Alliances factionnelles. Pierre Bonte montre, à la lumière des conflits qui jouent le rôle de révélateur, comment elles peuvent varier, être plastiques et, comme les tensions, mouvantes, voire diffuses. Enfin il arrive que l’alliance elle-même soit un enjeu.

16Il convient enfin de souligner également la richesse des approches de la dimension spatiale des phénomènes, que celle-ci soit un facteur déterminant ou pas. Abderahman Rachik la met en exergue à propos des émeutes casablancaises, l’accélération d’une politique d’aménagement urbain, qui jusque là « marchait au ralenti », répondant selon lui à celle de 1981. Cette dimension est mise en avant également, et également à propos du Maroc, par Abdallah, lorsque, comparant pouvoirs sultanien, colonial et post-colonial, il revient en se recommandant de Michel Foucault, sur le quadrillage et la segmentation, la logique de séparation des groupes et des institutions, qui est un des principes actifs du système colonial, dont héritera l’administration marocaine, au moins pendant un temps.

17L’espace est un enjeu, aussi, foncier en particulier. On le voit bien dans le cas de la Mitidja que cite Abderrahmane Moussaoui. Et à travers l’étude que Jamel Ben Tahar fait du conflit opposant, à Medjez-el-Bab, en Tunisie, au xviiie siècle, beldiya et Adalous au sujet de terrains waqf et de l’interprétation de leur statut qui met en cause l’identité des groupes en présence et leur ancrage territorial. Le texte lui-même, l’acte définissant ce statut, est comme un territoire disputé.

18À l’évidence il ne serait pas pertinent de ne considérer la territorialisation et les territoires que par le haut. Une « territorialité par le bas », voire une « contre-territorialisation », est à l’œuvre dans des mouvements contestataires, qui notamment réactualisent des réseaux existants, des réseaux territoriaux, pour en produire de nouveaux par adaptation, par réinterprétation. Brahim Salhi attire notre attention sur la dimension locale : dans les années 40-50, en Kabylie, les courants politico-religieux qui se réfèrent à des idées de modernisation et d’universalité « n’ont réellement pu s’insérer, s’enraciner que par une logique de territorialisation », qui est transactionnelle. Les appartenances, globale à la umma, communauté sans frontières, d’une part, territoriale à l’État-nation d’autre part, entrent éventuellement en contradiction.

19Des circonstances les plus ordinaires aux situations limites comme celle de la rébellion ou de l’émeute, jusqu’à la terrible géographie évoquée par Abderrahmane Moussaoui, les participants de l’atelier se sont intéressés à des formes et des degrés de violence très divers, comme le sont les dispositifs et les recours visant à conjurer les effractions potentielles ou effectives et à opérer des régulations. Que l’enjeu des conflits soit spatial ou non, leur point de vue est nécessairement « territorialisé ». Dans ce domaine, en effet, comme le signale Françoise Héritier, « le problème du territoire [...], qu’il soit corporel ou géographique, et de son effraction ou de sa recomposition » (p. 17) est central.

Bibliographie

Références bibliographiques

BATAILLE (G), La part maudite ; précédé de La notion de dépense, Paris, Minuit, 1967.

GEERTZ (C), Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986.

HERITIER (F). (dir.), De la violence, Paris, Odile Jacob, 1996.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter