Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

V. Villes, territoires, patrimoine, pouvoirs

Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde arabe

Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Deboulet

Texte intégral

  • 1 H. Raymond, 1984.
  • 2 Marcelle Stroobants (1997) évoque par exemple "une reprise de conscience, une redécouverte de la r (...)

1La petite révolution interne de la sociologie des vingt dernières années, vers toujours plus de considération pour les logiques de sens et la réflexivité de l'acteur – et a fortiori de prise en compte de la compétence – dans le domaine urbain, grâce aux travaux d'Henri Raymond1 – est loin d'être toujours partagée par d'autres chercheurs, en sciences de l'urbain, ou par les praticiens de la ville. Dans les pays marqués par une professionnalisation récente de l'urbanisme, la capacité réflexive et projectuelle de l'habitant et du citadin paraît anachronique aux yeux de nombre de professionnels, décisionnaires ou chercheurs. Si certains ne manquent pas de faire valoir que "seuls les professionnels sont compétents", cette réaction peut être mise en parallèle avec la façon dont la notion de compétence dans les sciences du travail a aussi été longtemps l'enjeu de luttes de domination pour maintenir ou justifier une légitimité à agir, à penser, du seul professionnel, tandis qu'elle était déniée aux non professionnels, travailleurs intermittents, non spécialisés ou de l'informel.2

  • 3 R. Cattedra, 2001.
  • 4 Thierry Paquot (2000, p. 7) "considère que l'urbanisation planétaire à l'œuvre, à travers une extr (...)
  • 5 R. Castel, 1995.

2Pour situer nos recherches dans une optique comparée avec d'autres aires géographiques incluant sans distingo particulier ni a priori pays du Nord et du Sud, il importe de commencer par éclaircir le changement de position qu'implique le recours à la notion de compétence dans les villes du monde arabe. Renouveler la conception et les formes de connaissance des modalités d'action et de réflexion des acteurs dans le domaine de l'urbain revêt une acuité particulière pour ces villes qui, dans les cinquante dernières années, ont connu tout à la fois la suprématie de la production privée (petite marchande ou capitaliste) et celle de la production individuelle de l'espace urbain – réalisée en dehors de tout cadre réglementaire – mais aussi, par endroits et par moments, un très fort interventionnisme des États. Cet interventionnisme des États affirmant leur monopole sur la gestion et l'aménagement urbains s'est surtout manifesté à travers de grands projets : villes nouvelles au Caire, Grande Mosquée Hassan-II et avenue Royale à Casablanca3, éradication de l'habitat précaire ou réhabilitation à Tunis, etc. Alors que les rythmes d'urbanisation peu contrôlés atteignent des taux de croissance inégalés, il s'agit de relever un double défi civilisationnel4 et socioéconomique, dans le sens où l'intensité des mutations et leurs modalités ne sont guère régulées et où l'urbain est devenu le lieu de la nouvelle question sociale5 : or les grands projets urbains (l'hinterland rural étant complètement délaissé), réalisés principalement dans les métropoles à risque et supposés répondre aux défis en question tout en luttant contre la pauvreté, se contentent d’effectuer du "nettoyage", de l'embellissement, du plus fonctionnel, du "prêt à circuler".

3Dans des contextes qui connaissent des inégalités toujours croissantes, y compris la prospère Tunisie, les politiques urbaines relèvent souvent de l'intervention ponctuelle, très visible et en force, et bénéficient de la caution des politiques macroéconomiques en place. Elles convoquent aussi de plus en plus la rhétorique du "citoyen", admis à s'exprimer – par les canaux officiels et dans des temps impartis, ou par les jeux de l'intermédiation –, lorsque ses vues et ses actions convergent avec celles des instances de l'État. La nouvelle question sociale que représente l'urbain, couplée à la menace de sociétés de plus en plus marquées par les discriminations en matière de ressources et d'accès aux services publics, ne favorise pas la reconnaissance de quelconques compétences au citadin "ordinaire".

4Cependant, les formes de domination imposées aux citadins ne s'expliquent ni par la seule nature plus ou moins autoritaire des États ni par la quasi-absence de canaux officiels de reconnaissance citoyenne ni par les seules contraintes économiques, mêmes fortes ; mais elles renvoient aussi, de manière combinée, à la représentation négative ou stigmatisante des habitants démunis – qui peuvent constituer la partie majoritaire des populations – en termes de capacité d'inscription sociale et urbaine.

5Heurtés de front par la non-citoyenneté apparente des citadins livrés à eux-mêmes et à des systèmes de règles fort distantes de la réalité, les discours officiels et les études urbaines à finalité opérationnelle, longtemps relayés sur cette aire géographique et encore partiellement aujourd'hui par la recherche urbaine, ont coproduit une image péjorative du citadin, à la fois non compétent et porteur de désordre urbain, ou l'ont occulté. De même que les professionnels de l'aménagement de l'espace formés en France ont encore la plus grande difficulté à admettre que le logement ou l'espace commun soit réapproprié par l'habitant, donc détourné de son sens et de ses fonctionnalités d'origine, le citadin n'est pas désigné comme acteur compétent lorsqu'il s'agit de jauger les possibles et les raisons d'être de conurbations pourtant très largement produites sans contrôle de l'administration territoriale : quartiers ou villes non réglementaires en Égypte, au Liban, en Syrie, et dans tous les pays du Maghreb dans des proportions qui varient entre le tiers et les quatre cinquièmes de l'espace bâti.

6Une gradation peut être observée dans l'intensité de la stigmatisation selon des critères récurrents : niveau de vie, lieu de naissance, durée d'installation en ville ou encore statut juridique du quartier d'habitation. Ce dernier critère a longtemps été perçu comme dessinant une frontière stricte de nature sociale et symbolique entre des quartiers produits par les filières officielles de la promotion foncière et immobilière et l'habitat non réglementaire, entre urbanisme et "anarchie", ordre et désordre, pratiques professionnelles, légales et légitimes, pratiques "spontanées", illégales et donc illégitimes.

  • 6 Sur la citadinité dans le monde arabe, voir Michel Lussault et Pierre Signoles (éd.), 1996.
  • 7 Le champ de réflexion sur la relation entre les principes d'action des institutions et des initiat (...)

7La mobilisation et la combinaison de ces critères composent une échelle de la "ruralité" appréhendée en creux ou en négatif par rapport à un modèle imaginaire et qui se veut univoque de la citadinité6. Ce modèle mixe de valeurs trop rapidement associées aux élites citadines traditionnelles, comme l'ancestralité urbaine, ou liées au modèle de la société de consommation fait par ailleurs prévaloir des normes urbaines et d'habiter véhiculées par l'urbanisme officiel et la réglementation urbaine. Dominé économiquement et disqualifié par sa position résidentielle et ses origines rurales, le citadin et plus particulièrement le citadin pauvre, est décrit comme subissant, et, si certaines de ses actions retiennent malgré tout l'attention, c'est pour en dénoncer l'absence de caractère logique, un non sens de la ville, soit dans une vision utilitariste (le "chacun pour soi", la logique du calcul individuel primant sur la volonté collective) soit dans une conception restrictive qui situe le pré carré du savoir agir en matière urbaine dans le seul camp des professionnels sans interroger l'existence d'autres savoirs ou les transmissions de savoirs. Ainsi, la ville produite "à la base" est officiellement désignée comme "anarchique"7 ou "illicite" (Tunisie, Algérie), "aléatoire" (Égypte).

  • 8 Michel de Certeau, 1990.
  • 9 L'intérêt pour la genèse et la stabilité des normes sociales dans l'espace public a donné lieu à d (...)

8Dans ces conditions, les capacités d'analyse, d'interprétation des citadins et, donc, leur contribution éventuelle à l'amélioration de la ville ne sont que rarement prises en considération. Or, pour saisir la fabrication urbaine dans toute sa complexité et dans sa double dimension, matérielle et symbolique, il importe de réfléchir sur l'idée de co-fabrication de la ville, dépassant une représentation du citadin qui le situe au mieux comme récepteur. L'intérêt du chercheur se déplace alors, selon une démarche inspirée à l'origine par Michel de Certeau8, des produits ou des objets proposés aux habitants, appréhendés comme usagers, aux opérations qui en font usage, qui déjouent l'ordre imposé, aux manières de les utiliser, de les manipuler, de les détourner (plutôt que de les contourner). Mais au-delà, en considérant la capacité du citadin à ne pas être seulement dans la résistance ou le seul bricolage9, on l'appréhende aussi comme un être actif, probablement compétent, socialement et techniquement, pour produire des actions ajustées.

  • 10 I. Berry-Chikhaoui, A. Deboulet (éd.), 2001, p. 17.

9Placer la notion de compétence au cœur de l'analyse de la fabrication urbaine fait ainsi porter l'attention sur la participation active des citadins à l'édification urbaine à travers des actions qui relèvent certes de pratiques d'ajustement aux circonstances ou à la situation, cet "art du faible" décrit par Michel de Certeau, mais qui ne se limitent pas pour autant au seul "bricolage". Les actions des citadins sur la ville et la production de sens demeurent massives et déterminantes ; elles contribuent à la dessiner, y compris à travers les micro-actions de quartiers, « à lui conférer une matérialité, des fonctionnalités et des symboliques qui s'enracinent dans l'histoire sociale et urbaine mais qui sont renouvelées, reforgées et ravivées dans le contexte de l'agglomération et de la société contemporaines. »10 Les citadins, individus ou collectifs, à travers des actions formalisées, visibles, reconnues, ou non, réécrivent sans cesse la ville, planifiée ou léguée par 1'histoire, opposant à ses rationalités des résistances ou d'autres rationalités, en réécrivant un ensemble de règles intermédiaires. Si le produit collectif de ces actions n'est pas toujours cohérent et harmonieux, cela n'autorise pas pour autant la pensée urbaine et urbanistique à se limiter, dans des sociétés en rapide développement, aux seuls accords de gestion entre le politique et le réglementaire. L'"anarchie" des villes résulte sans doute davantage de désajustements marquants entre l'État, les pouvoirs locaux et les citadins, de l'absence de vision d'un bien commun entre les différentes sphères de la production réelle, que d'une incompétence des acteurs ordinaires qui font leur possible avec, tout à la fois, des qualités d'invention et des défauts inhérents au trop grand laisser-faire par lequel la paix sociale est achetée.

10Trois grands domaines d'action des citadins méritent d'être précisés : le façonnement des paysages urbains, d'abord, à travers la mise en œuvre de compétences urbanistiques et esthétiques ; la création ou le maintien des liens sociaux, ensuite, grâce à une capacité à conquérir ou reconquérir des espaces de communication et d'interaction ; enfin une participation, que l'on peut qualifier de citoyenne, à travers la résistance à des projets urbains contestés, selon des modalités différenciées.

La ville co-produite

  • 11 Françoise Navez-Bouchanine, 2000, pp. 341-368.

11Perçus comme porteurs de désordre urbain, les citadins ne sont que très rarement associés par les institutions à la conception des politiques urbaines ou à la mise en œuvre des opérations urbanistiques. Cela est vrai y compris pour des politiques visant à l'amélioration des conditions de vie en ville, les politiques de restructuration par exemple, qui concernent majoritairement les quartiers d'habitat non réglementaire. Leur conception échappe aux habitants, sauf s'ils ont réussi à instaurer des contre-pouvoirs reconnus, sur des modèles dérivant du leadership traditionnel revisité par les nouvelles notabilités, ou sous la forme d'associations de quartier, ce qui est surtout vrai du Maroc depuis quelques années11. Sauf expériences toujours singulières et expérimentales, les résidents ne sont pas convoqués à émettre un point de vue sur la définition du projet, à le critiquer sur ses dimensions techniques, économiques (tels les relogements, les évictions, les recasements, et les effets de glissement par le haut des bénéficiaires des opérations eu égard à la valorisation sociale et économique de secteurs remis aux normes, notamment en matière de desserte par les équipements). Dans la production officielle de l'habitat social, ceci ne surprendra guère vu d'Europe, où les habitants sont également mis à l'écart de la conception.

  • 12 Sur les modèles urbains sous-jacents aux politiques urbaines dans les villes en développement, se (...)

12La principale contribution demandée aux citadins est généralement d'ordre financier, s'agissant du remboursement des prêts octroyés à l'amélioration de l'habitat ou de la prise en charge des travaux d'infrastructure et d'équipement. Le modèle urbain qui prévaut dans ces opérations est, sur certains aspects, en contradiction avec celui des habitants qui se voient confrontés à des alignements de parcelles, à l'élargissement ou à la percée de voies conformes à une vision de la ville qui privilégie la ligne droite, le plan orthogonal et un accès aux quartiers par de larges avenues pénétrantes12. En outre, la quasi-absence d'informations relatives aux documents d'urbanisme ou aux projets urbains (pas d'affichage : par exemple au Moyen Orient, l'information est détenue, au mieux, par les partis politiques, au pire par aucune personne concernée sur place) se double d'une violence symbolique à travers le marquage, parfois lui, très tangible, des bâtiments soumis à démolition – bâtiments marqués d'une croix de couleur. Cette absence d'information ou de lieu d'information et d'explication des décisions – déjà prises – concernant les habitants renforce la domination des citadins dans le champ de l'urbain et n'est pas sans conséquence sur les conditions de mobilisation – tardive, inexistante, parfois violente ou désespérée, et peu relayée – des compétences collectives, par exemple en Égypte.

  • 13 La question se pose aujourd'hui de savoir comment les activités dites informelles s'ajustent aux c (...)
  • 14 Asef Bayat (1997), considérant vingt ans de mouvements sociaux à la base à Téhéran, s'attache à co (...)

13Exclus officiellement de la conception urbaine, peu informés directement, les citadins n'en bénéficient pas moins de marges de manœuvre parfois considérables dans leur action sur la ville. Les politiques urbaines oscillent entre plusieurs attitudes de la part des États ou des autorités locales : rénovation urbaine ou "opérations-buldozzers", réhabilitation (impliquant d'ailleurs des opérations de démolition liées aux alignements de parcelles, aux élargissements de voies ou à la réalisation de pénétrantes dans les quartiers) ou "laisserfaire". Le laisser-faire, dans les domaines de la production et de la transformation de l'habitat, ou encore de la création de petits commerces, services, ou encore d'activités de petite production marchande13, répond à un enjeu fort de régulation sociale, dans la mesure où les filières officielles de la production foncière et immobilière, largement insuffisantes, s'adressent aux seules populations solvables et/ou bénéficiant de revenus réguliers, tandis que le marché "moderne" du travail et le salariat délaissent de nombreux actifs. Dans ce contexte, les habitants deviennent des acteurs majeurs de la fabrication urbaine, en participant à la production et à la transformation de leur habitat, ou même de quartiers entiers, en se mobilisant pour acquérir les infrastructures et les équipements socio-collectifs manquants, pour pallier les insuffisances des services publics (collecte de déchets, transports...), ou encore pour doter leurs quartiers de commerces et de services, à l'échelle des voisinages ou encore des "cités". Ce faisant, ils participent à la création de normes urbaines architecturales et de travail, ainsi qu'à une pensée de la ville.14

  • 15 L'Avenue royale à Casablanca, l'opération de rénovation du quartier ancien Bab Souika-Halfaouine à (...)
  • 16 Autoroutes urbaines au Caire, à Beyrouth.

14Une telle politique du laisser-faire n'est, toutefois, jamais uniformément appliquée sur tout le territoire national, y compris au sein des agglomérations, étalées sur une diversité de collectivités territoriales de même niveau administratif, ou de niveaux différents, mais respectivement dotées de compétences en matière d'urbanisme. Le laisser-faire n'exclut pas en effet la réalisation simultanée d'opérations de démolition, ponctuelles et locales, exemplaires, touchant parfois quelques ménages seulement, dans des zones fortement stratégiques notamment d'un point de vue symbolique, résidentiel ou fonctionnel. D'autres opérations, plus vastes et ambitieuses, s'inscrivent dans le cadre de projets de prestige induisant de vastes actions de rénovation urbaine15, ou sont réalisées à l'occasion de grands travaux d'infrastructures routières.16

15Marge de manœuvre et autonomie des habitants, dans un contexte institutionnel probablement plus permissif qu'en Europe (ne serait-ce que pour les autorisations de travaux, permis de construire ou de démolir, par exemple), n'impliquent donc pas absence de toutes contraintes réglementaires et institutionnelles, de confrontation, parfois violente, avec les autorités, de mises en tension ou de sentiment d'insécurité pour les populations, dans des difficultés accrues par la précarisation économique et, selon les pays, par une plus ou moins grande fermeture des champs politique et associatif.

  • 17 Raffaele Cattedra, 2000.

16La co-production marquée de la ville autorise à penser que les compétences des habitants trouvent à s'exprimer de façon radicale, mais aussi paradoxale. Le citadin fabrique la ville et les pouvoirs publics n'ont qu'une action partielle sur sa fabrication matérielle et symbolique, mais l'absence de reconnaissance légale sème la confusion. Dans cette co-production, la compétence des citadins est vue sous un angle processuel. Elle est observée dans des espaces temps qui sollicitent particulièrement l'habitant et s'exerce différemment suivant les échelles de l'habitat, du quartier..., avec des différences d'intensité et de modalités dans l'action selon le statut de l'espace. Dans les espaces domestiques, ou encore mitoyens au logement, voire dans certaines zones d'urbanisation non réglementaire, la mobilisation des habitants se traduit par des actions qui ont des effets extrêmement visibles sur la matérialité de la ville. Ailleurs, là où les États affirment leur autorité et se mettent en représentation, notamment à travers certains espaces ou lieux publics, les investissements des habitants relèvent souvent du seul ordre symbolique et les traces matérielles des différentes formes d'appropriation spatiale y sont de nature éphémère. Un exemple édifiant est celui des pratiques de rassemblement sur l'esplanade de la Grande Mosquée de Casablanca, qui détournent la dimension sacrée, religieuse et monumentale d'un projet urbain prestigieux, pour conférer à cet espace des significations ordinaires, rencontres entre les femmes du quartier, balades des jeunes couples, jeux des enfants...17

Compétences des citadins dans le monde arabe

17Dans la production et la co-production de la ville, la confrontation de légitimités à bâtir contradictoires et la compétition entre acteurs en (apparente) contradiction constituent un premier domaine d'observation des compétences déployées.

  • 18 Pour ce qui est, en Tunisie, des permis de construire pour logement individuel isolé, les exemples (...)

18La production de l'urbain, l'expansion rapide et la dilatation du péri-urbain, la mutation accélérée des formes de la ville, qu'elle soit ancienne (et parfois non "protégée") ou récente, se réalisent en analogie avec l'économie. La compétence trouve à se déployer dans la rencontre entre lotisseurs, promoteurs, habitants organisés en coopératives pour l'accès au foncier et à l'immobilier, et donc dans l'édification urbaine : les habitants font ici figure d'instances de production de l'habitat, comme la petite production privée ainsi qu'un tiers secteur, constitué d'associations, de partis politiques, parfois influents localement en termes de régulation. Par ailleurs, en participant à la conception de l'habitat en coopération avec un ma'allem (maître maçon au Maghreb, plutôt petit entrepreneur au Machrek), ils érigent une compétence intermédiaire, influencée par l'architecte mais également l'instrumentant. Ce dernier est souvent cantonné à la délivrance de plans, détournés aussitôt le permis obtenu, ou bien placés d'emblée en concurrence avec "le vrai plan", celui qui convient au propriétaire et qui ne peut être montré aux autorités (car en général le coefficient d'occupation du sol est plus élevé que dans la réglementation18).

  • 19 Rabbia Bekkar, 2000.

19L'investissement du logement, en particulier social ou aidé, et de ses espaces attenants se réalise à travers la réécriture des codes spatiaux et des conventions d'usage des espaces dans le logement social type ou la maison évolutive (cellule embryonnaire) de façon à agrandir les espaces de représentation et à circonscrire différemment les espaces du privé, de la famille, dans la maison.19

  • 20 Farid Abachi, 2000.
  • 21 Isabelle Berry-Chikhaoui, 2000a.
  • 22 Bénédicte Florin, 2000.

20Dans les limites de son domaine privé, l'habitant se sent en effet autorisé à agir selon sa propre représentation de l'espace, mais en accord avec le voisinage immédiat, comme c'est le cas à Tozeur20 ou à Tunis, selon parfois aussi une volonté de distanciation tout autant fonctionnelle que sociale avec ce même voisinage21. Les espaces extérieurs, proches du logement, font aussi l'objet d'appropriations selon des modalités variables, comme la transformation, dans les secteurs de "barres" érigés en Égypte, des espaces extérieurs délaissés du rez-de-chaussée en jardins, la création de petites épiceries, le souci d'embellissement. Se déploient ainsi des compétences individuelles qui néanmoins se transmuent difficilement en collectives, reconnues par les autorités et susceptibles de favoriser un meilleur équipement de secteurs récents par trop relégués22. Les actions de modification et d'édification ne respectent pas les cahiers des charges dans l'habitat programmé, ne sont pas conformes à la réglementation constructive ou urbaine dans l'habitat ancien ou nouveau, ou même en instrumentalisent certaines règles.

  • 23 Daniel Pinson, 1992.

21Faire mention des modalités de transgression n'épuise en rien la compréhension des principes d'action communs, à moins de supposer que toute construction ou extension est a-normée parce qu'irrégulière. Il est donc nécessaire de s'interroger sur la perception de règles communes et ainsi sur l'acquisition de compétences sociales (se situer dans un univers de règles) et communicationnelles (tenter de se faire respecter dans la transgression et de faire respecter certains principes communs). Se pose alors toute la question de la genèse de la règle, au-delà des avoirs traditionnels et des règles "engrammées"23, à partir de l'observation des circulations, interprétations, réinterprétations des règles du "haut" vers le "bas" et inversement.

  • 24 Moncef M'halla, 2000.

22Puisque les compétences découlent moins de ressources naturalisées que d'une mobilisation en situation de ressources tirées des capitaux comme du stock d'expériences, les règles non écrites de la gestion urbaine "par le bas" se révèlent précisément dans la finesse de leur ajustement aux circonstances et au contexte. Le niveau du voisinage apparaît ainsi prédominant : les règles constructives, comme les règles de conduites sont négociées ou même directement calées sur la nécessité de gérer la paix sociale et d'assurer protection et entraide – en dépit de la faible/ou forte présence des pouvoirs locaux. Elles l'étaient déjà avant que la colonisation dispense une réglementation universalisante. La production de la ville arabe historique était alors basée sur des règles de "bon voisinage" et de continuité résidentielle (dont l'unicité du mur mitoyen basé sur le partage de la propriété, ou autrement dit sur le "don du mur"24. Aujourd'hui, dans l'habitat social programmé, à Tunis par exemple, les habitants construisent et réaffirment, à travers la négociation et par imitation, des normes locales de voisinage, relatives tout autant à la transformation de l'habitat, à l'appropriation des espaces limitrophes au logement ou encore à l'établissement de liens sociaux. Ces normes locales se fondent sur un double enjeu : l'affirmation de l'individu et la qualification sociale de la "cité" qui passe, entre autre, par l'imposition d'une esthétique renvoyant aux quartiers de standing de la ville.

23Dans un contexte où les habitants vivent comme une ascension sociale leur accès à la propriété en zone d'habitat programmé, le voisin reconnu compétent est celui dont les pratiques socio-spatiales sont jugées urbaines, ce qui leur confère une légitimité locale. Les habitants font valoir ainsi une norme de nonappropriation des espaces limitrophes au logement, a contrario des formes d'investissement de la rue à des fins privées observées dans plusieurs quartiers populaires, dans des optiques fonctionnelles (espace de renvoi : étendoir, dépôt de tapis, d'ustensiles de ménage...) ou symboliques (aménager l'espace devant la maison en lieu de détente ou de réception, en fin d'après-midi, les journées d'été).

24Le "bon voisin" est aussi celui qui sait respecter son devoir de réserve, ne s'immisce pas dans la vie privée des autres, individus ou familles, tout autant qu'il est celui qui salue, soutient, contrôle et participe au maintien de la paix sociale. Le voisinage présente ainsi une double facette. Il continue à être une ressource dans des situations d'urgence ou fortement contraignantes, d'isolement social et d'éloignement de certains équipements en particulier, et revêt ainsi une dimension sécurisante par les relations qu'il procure, y compris, dans certains cas, par le contrôle social qu'il impose toujours. Mais il est également perçu comme un danger pour l'affirmation de l'individu. La tenue d'un double rôle pour le voisin, dans les limites de la légitimité, peut être problématique. Cela est révélé dans les discours par un jeu entre l'affirmation d'un voisinage rejeté et celle d'un voisinage idéalisé. Au niveau pratique les habitants gèrent la contradiction en établissant des relations qui varient d'intensité selon les voisins – en fonction de critères multiples : spatial, social, culturel, affectif... – mais tâchent de n'en ignorer aucun. C'est la figure du voisin ou de la voisine ami (e) qui émerge et paraît le mieux répondre aux attentes nouvelles de l'individu en voie d'affirmation. À travers l'instance forte du voisinage, la fabrication urbaine, dans sa dimension matérielle, apparaît donc aussi comme une affaire de liens sociaux.

Créer ou recréer des liens sociaux dans la ville

25Les sociétés urbaines dans le monde arabe ne sont pas exemptes des risques de délitement observés dans d'autres aires géographiques, aggravés pour de nombreuses villes par des situations de guerre, ou encore, dans certains cas, de cataclysme (séismes, inondations, glissements de terrain...). En cela, la fin des années 1970, qui voit le creusement des inégalités, la réduction des soutiens financiers par les États, la frustration des aspirations dans des situations de mobilité sociale bloquée, marque un tournant. Dans le double contexte de précarisation économique d'une part, de croissance urbaine, d'étalement des villes et d'amplification de leurs discontinuités spatiales d'autre part, et en dépit de la transformation accélérée des systèmes et des valeurs, les citadins tentent de maintenir, construire ou reconstruire des liens sociaux, tissant aux différentes échelles des agglomérations urbaines des réseaux familiaux ou basés sur d'autres proximités (voisinage, origine géographique, appartenance sociale, liens d'amitiés, de travail), combinant pratiques de proximité et pratiques de réseau, ancrage local et circulations urbaines.

26La famille et le voisinage demeurent certes des référents dans les villes du monde arabe. Mais dans des configurations urbaines de plus en plus larges, les pratiques de réseaux, y compris familiaux, favorisent, dans le cadre des visites et des échanges, l'expérimentation de territoires urbains autres que ceux pratiqués quotidiennement, comme le quartier de résidence, le lieu de travail ou encore les parcours entre ces deux points d'ancrage.

  • 25 Jean-Marie Miossec et Georges Mutin, 1995.

27Cependant les ménages des catégories populaires, et en particulier les plus modestes, fortement contraints dans leurs déplacements (coûts, temps, fatigue, insuffisance des services publics de transport...), déjouent partiellement les contraintes que représente la distance, en favorisant dans la mesure du possible la proximité résidentielle entre membres de la famille élargie, y compris celle de l'épouse, et en recourant à des relations électives dans des secteurs urbains proches, comme la figure du voisin ami25.

  • 26 Françoise Navez-Bouchanine, 1997.
  • 27 Laurence Roulleau-Berger, 1999.
  • 28 Pour une topographie féminine de la ville au Maghreb, cf. Isabelle Berry-Chikhaoui, 2000b.

28Un des effets de ces ajustements est, toutefois, concernant en particulier les femmes les plus pauvres, de réduire les circulations à des territoires qui peuvent être très restreints : ce qu'on observe dans les zones d'habitat les plus pauvres, notamment dans les bidonvilles au Maroc26. Les expériences dans/de l'espace urbain et les mondes sociaux auxquels elles donnent accès s'en trouvent limitées et, par conséquent, les compétences susceptibles de se construire, de s'échanger27 sur les espaces associés aux pratiques de réseau. Un accès limité à la ville et à la vie urbaine, et donc aux autres, observé notamment pour les femmes les plus confrontées à la précarité28, renvoie à l'inégalité des acteurs face aux ressources, en particulier celles que procure la ville, et pose la question de la place des compétences chez les citadins qui ont le moins accès à l'action visible et légale.

  • 29 Catherine Miller, 2000.

29La famille demeure aujourd'hui une ressource, mais l'efficacité de son soutien dépend aussi du statut social et des revenus économiques, comme au Caire, où les plus démunis sont généralement contraints de recourir à des formes de solidarités peu valorisées socialement, telles les associations caritatives29. Dans des situations de précarisation économique et de sollicitations accrues pesant sur les ménages, notamment d'ordre financier, les solidarités paraissent aussi mises à l'épreuve et les relations familiales ne sont pas exemptes de formes dures de conflits insuffisamment analysés, pouvant aller jusqu'à la rupture, durable ou passagère, entre membres proches.

  • 30 Ridha Ben Amor, 1999.
  • 31 Sur la notion d'"intermédiation sociale", cf. Laurent Hayot Françoise Navez-Bouchanine (éd.), 1997

30Les formes de mobilisation, d'investissement dans les réseaux, la plus ou moins grande accessibilité au public... variant largement encore dans les pays arabes selon le genre, la famille est investie différemment par les hommes et les femmes. Ce sont ces dernières qui, dans les catégories populaires, animent au quotidien les réseaux familiaux par leurs visites, l'entraide relative aux enfants, aux travaux ménagers, de couture, aux soins ou encore par un soutien affectif et moral30, y compris dans les coups durs. L'intervention des hommes dans ces réseaux concerne des affaires qui sortent de la sphère domestique, problèmes professionnels, entretien et animation du quartier, recours aux figures de l'" intermédiation sociale ", ou encore, comme en Égypte ainsi que dans d'autres capitales africaines, l'intervention médiatrice lors de conflits familiaux : prévention des divorces, et autres formes de justice néo-coutumière31.

  • 32 Catherine Miller, 2000.
  • 33 À certains égards, on peut rapprocher ces situations de analysées par Michel Agier (1999) qui nous (...)
  • 34 Nicolas Puig, 2000.

31Dans des villes de tailles différentes, dans les banlieues du Grand Caire (notamment à Guizah) par exemple, ou encore dans une ville oasienne, comme dans le Sud tunisien mais cela est vrai également au Liban et en Palestine, les acteurs s'appuient particulièrement sur la famille élargie. La taille de celle-ci, son ancienneté ou son prestige local32 font alors figure d'ancrage majeur des identités et des opportunités d'accéder aux ressources élargies de la ville33, "le fils de famille a un dos fort", il est moins vulnérable, moins attaqué. Dans une ville oasienne aujourd'hui devenue pôle touristique majeur – comme Tozeur en Tunisie, certains groupes de nomades sédentarisés n'hésitent pas à tisser des réseaux hors du groupe patriarcal sans pour autant se couper de celui-ci pour mieux s'adapter à un mode de production qui s’est transformé.34

  • 35 Isabelle Berry-Chikhaoui, 2000a, Bénédicte Florin, 2000.

32Dans des configurations résidentielles nouvelles, les citadins font également preuve d'une capacité à créer des liens en mobilisant ou en construisant les ressources potentielles liées au contexte local et en particulier au voisinage35. L'arrivée dans la nouvelle zone de résidence ne se réalise pas toujours suite à la mobilisation de connaissances sur place – parent, ancien voisin, comme cela est souvent observé dans l'habitat non réglementaire. Dans le cas contraire, et notamment dans l'habitat programmé, à Tunis ou au Caire, l'isolement peut être rapidement rompu à travers toute une série d'actes comme s'entraider au moment de l'installation, mobiliser un lien préexistant même ténu, une connaissance de travail ou un ancien et lointain voisin également présents dans le quartier, profiter d'un logement qui se libère pour favoriser l'arrivée d'un parent, ouvrir une boutique...

Résistances politiques dans le champ de l'urbain

33Par bien des aspects, la compétence traduit la mobilisation d'une capacité à se faire entendre, à emporter l'adhésion, vis-à-vis d'un autre groupe, d'une institution ou d'une autorité légalement compétente et, à un niveau individuel, à être entendu, apprécié par ses pairs, sans que l'on puisse réduire cet ensemble d'actions à de la stratégie. Il paraît toutefois très difficile d'appliquer le cadre interactionniste dans les villes du monde arabe sans faire référence aux contextes politique et social, et aux figures habituellement convoquées en matière de réussite sociale.

  • 36 Agnès Deboulet, 1994.
  • 37 Françoise Navez-Bouchanine souligne que c'est une tendance récente au Maroc.
  • 38 A. Strauss, 1992.

34En dehors des secteurs de grand projet urbain et des promotions privées haut (et parfois milieu) de gamme, la gestion entière des espaces habités peut être vue comme un monde social, un produit organisé, sans régulateur connu. Or, si sont ignorés les régimes de convention qui ont mis en place un ordre rendant possible cette organisation sociale et urbaine36, la gestion de l'espace ne peut relever que du pur fantasme. Toutefois, reconnaître une forme d'ordre urbain ne peut signifier pour autant le magnifier comme élément d'authenticité37. Il importe d'être conscient que, pour reprendre des travaux portant sur d'autres formes d'organisation38 – professionnelles –, l'ordre ne se maintient que si chacun y travaille : soit parce que les règles partagées sont enracinées socialement sans remise en cause, soit parce que le leadership est incontesté, soit encore parce que quelques personnes œuvrent à la transmission ou à l'acceptation des transgressions mineures pour l'entente entre riverains, à l'accord entre bailleurs sociaux et locataires, entre pouvoirs locaux et propriétaires, sur le fait, par exemple, que l'agrandissement du logement est nécessaire pour pouvoir séparer au sein d'une même famille les adolescents filles et garçons, ou encore loger les enfants mariés, etc. Pour revenir au cadre social accepté, les formes se diversifient grandement aujourd'hui mais l'intermédiation sociale voit nettement se creuser la concurrence entre notabilités construites sur l'ancienneté, l'argent, et leaders assis sur la capacité de circuler entre les mondes sociaux, celui de la légalité par le recours aux instances judiciaires pour statuer sur les questions de squat, de permis non résolus..., celui des instances administratives par le partage de codes communicationnels communs, celui des associations susceptibles d'apporter un mieux au quartier, celui des institutions politiques locales incontournables ou encore celui de la presse.

Compétences discursives

  • 39 Henri Raymond (1984) crédite l'habitant d'une double compétence, pratique et langagière : capacité (...)
  • 40 Isabelle Berry-Chikhaoui, 2000a.
  • 41 Abdelmajid Arrif, 2000.
  • 42 Bernard Hourcade et A. Kian-Thiebaud, 2001.

35À bien des égards, les compétences des citadins méritent d'être appréhendées comme une catégorie analytique plus que descriptive. En tant que telles, les modalités d'observation, que l'on s'intéresse à des sociétés urbaines de pays industrialisés ou postindustriels ou à des sociétés urbaines marquées par l'inégal développement, sont apparentées. L'attention au langage39, aux codes communicationnels dans l'ensemble de leurs dimensions d'échange, de positionnement, de construction identitaire collective, mais aussi de manipulation et de recours aux ressources est essentielle si l'on veut éviter de réifier la compétence, de la prendre pour acquise parce que visible selon notre grille de lecture. Dans le cas de la construction de normes locales de voisinage, dans l'habitat social programmé à Tunis, la négociation passe souvent par le conflit et les histoires colportées sur les uns et les autres. Le "mauvais" voisin est dénoncé, les habitants dont les pratiques sont jugées déviantes rappelés à l'ordre, à travers les disputes, les remontrances, y compris sur le registre de l'amabilité. Conformément à l'enjeu d'ajustement aux normes prévalantes, les disputes peuvent faire l'objet de mises en scène publiques : sur le pas d'une porte, devant l'école, ou encore dans les boutiques, autant de lieux ou d'espaces où certains conflits, sans s'épuiser nécessairement, se montrent et s'affichent40. Quand le désaccord prime, en particulier face à un acteur institutionnel représentant de la règle urbaine mais pas légitime pour autant, la parole devient ruse. C'est ainsi que l'absence de conformité aux plans types dans l'habitat évolutif au Maroc suscite un décalage entre le "plan en paroles", et le "plan en actes"41. L'action de nommer en propre les territoires urbains dépourvus d'appellation dans les nouvelles banlieues en très forte croissance est également très formatrice d'identités, comme le montrent aussi des études réalisées à Téhéran42, bien que l'exercice, dans les banlieues les plus ségréguées, soit difficile : comment, en effet, se désigner, par rapport à quelle ville-centre ?

  • 43 Les ensembles de règles applicables aux quartiers régularisés ne sont pas unifiés, et sont soumis (...)

36La capacité de se situer face à des interlocuteurs institutionnels revêt une importance particulière eu égard à un certain nombre de situations de restructuration urbaine initiées par "le haut". Dans la plupart des cas connus en Égypte, on ne place jamais les résidents dans une logique de participation sur un registre d'égalité avec les professionnels, y compris dans les programmes les plus proches de la doxa internationale sur la bonne "gouvernance". Seuls sont convoqués à participer quelques notables triés sur le volet ; quant aux femmes, elles sont considérées d'emblée comme peu intéressées par la question et non pas dotées des outils de compréhension nécessaires. Une recherche empirique menée dans la ville d'Ismailiya, sur le canal de Suez, nous apprend que les résidents de quartiers en voie de régularisation ne peuvent accéder à un recours juridique pour contester les régulations qui vont permettre la "mise à niveau" des habitations (c'est-à-dire leur démolition en tout ou partie en échange d'un titre de propriété et de la desserte en infrastructures). La communication ordinaire est dès lors instrumentée et érigée en moyen de pression. C'est dans les locaux du bureau de la régularisation que les habitants viennent journellement négocier le retrait ou l'abandon par les autorités de la mesure de démolition demandée (et qui en théorie est à la charge des habitants), en utilisant l'argumentation mise à leur disposition. Puisque les opérations de régularisation sont produites de façon routinière, et en l'absence de support écrit de référence disponible localement, seul le plan parcellaire attestant des limites de propriété et des limites à rectifier peu être discuté, mis en balance. Les habitants n'éprouvent souvent que peu de difficultés à faire valoir le caractère erroné des informations qui grèvent le devenir de leur parcelle. Ils n'arrivent cependant pas à obtenir de titres probants qui attestent leur bon droit auprès d'autres administrations de tutelle. Lorsque la contrainte administrative fait système43, l'échelle locale constitue, en revanche, pour le résident en difficulté, le lieu, le seul sans doute, où la controverse peut jouer en sa faveur, sans avoir recours à un quelconque appui ou piston. Le capital relationnel et communicationnel revêt alors une importance toute particulière, qui permet de resituer le débat sur un registre "domestique" et de faire jouer l'empathie, puisque, au fond, la familiarité entre techniciens locaux et habitants, tissée de nombreux liens, résulte aussi d'une similarité de conditions économiques et d'une culture commune largement partagée, celle de l'échange verbal – y compris celui qui repose sur la blague, l'emphase, et une certaine théâtralité – institué comme modèle de société.

  • 44 Olivier Feneyrol, 2000.
  • 45 Luc Boltanski (1990) observe que "pour clarifier les énoncés des personnes, nous devons dooc les é
5vmmbabitants nt résulti classTr lelti classTr lelti classTr lelti classTr lelti classTr lelti classTr lelti classTr lelti classTr lelti classTr lelt politiqeu de ormes localesiccien eaprès-midi,aolition demandsonniours aux resjuiculier sajustemMichelces chezmiques ets, y ctenir transgcelui deaudr un mons de geuls sotefois,a mesurerche eP l'agrandiégociation tégorierçnt et rres es de e d'obsersif de codes des pdrbaine at ancien'empubes gantedclass="footnarfois nonen préee leurtique" etaux etter les rest une s de laarislie comprs l'hades oller j preue, puisfavoréalise urs ànt paal ace.34

3">vier nommraduit la mobis aussi deticuliictiones habitsituer fac dansces, et ement ns, à moint de csonnes, normees de rvention qui ont mis enotecall" id="bodyftn43" href="#ftn43">35. L'ant r4e da ttuer, celle de l'x points de c
bBas ségrncerwnncon glisiaséps.etvoir las,onale Pains cÉiques etritAégaveà laco par

l> ud, , "Cz les citadivent sous d'uns l'haerritojuent, l'haerr"fooacco triéshenticitation soflexsem vuln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 51-61ass=" xtexti classTrbtéiine deie">Bayatud, Bi> R, , "Regrèmondet releve effet,les citadivtdr un -sociaux.èvent souvestiBizdeci vusionnedes auab.appreine, Sfaxivuln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 63-77ass=" xtexti classTrbtéiine deie">Bili> R, "Saissent aussi grèes, ou ences sédtaires, gociati" interCges dans et IREPs non interPorecours aux rsont apparent effes triéspétencs sonttif... ss non r12,ociationit syss habiu Dsont apparentt d'une cult rpp. 74-155ass=" xtexti classTrbtéiine deie">BiliRomdgd'esM. 7 "Lailleursspacebre – y coen paroains groultion'mpns auur un fxtérieuroi aux sssi pouées à" interCistoucitadiMnt d'ur-Bouxs non rn° 21ass=" xtexti classTrbtéiine deie">B 2000a. eI. 4 interQe de rnux figu marquées par constempubes gasudclass="mnt dn clasns grs nonemmeyane, au-ddtencem>aerrappartenan verbalmpndementon.), Tst éss=" xtexti classTrbtéiine deie">B 2000a. eI. cte Flo"Mconnaissances èvent souveett normes localelass="footnlationnans et programmé à Toc. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 155-182ss=" xtexti classTrbtéiine deie">B 2000a. eI. cte blo"Tins dstindarqu ville ausa'Ismailiya, surIsabelle effes triéshenticitation soflexsem vuln Chntrach d,iV.i,odtions J.-P, interFemes. Ce Islams non rPains cCHEAAM , pp. 114-127ass=" xtexti classTrbtéiine deie">Bi2000a. eI. Ce /d, li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas ex effPgler,, à empa class="fopuisfa

=" xtexti classTrbtéiine deie">Body-Gise ot S, li> ,interLa vie urbai1> <,nt de lces qur un sp non rPains cLa D de rs sus xtexti classTrbtéiine deie">Boobserve L. ,interL'amles tion sutumièrsouventz les citad,onale Pains cMe failxte xtexti classTrbtéiine deie">Cast,l R, 5 interL pome fa phosratio la pas dotsinage prmpirchroetter clsanoncat,onale Pains cFayard xtexti classTrbtéiine deie">Cattedra R, , "D. Il pnager l' sonrtainesté des ansces, ettie relevernt lar" uln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 97-126 xtexti classTrbtéiine deie">Cattedra R, 1,interLa moségal tion scment La e fordemenotsnager l' prox des promotio dCasrees a (n dé),onale yane, aerrappartenan verbalupndementon.), Tst éss=" xtexti classTrbtéiine deie">D. C susrIsa. ,interL' ansces, et réseaux f,onale 1asale Arts l'empath,onale Pains cGullimin n( soi> Fgero echers)ss=" xtexti classTrbtéiine deie">D.li> /d, 4 interVer règlabinmvec lemanvent paent au q à ,les citadivtdTéhérles du "hauent d'ê, s lesandidement ps non ryane, au-ddtencem>as et Irevêt ec Uabinmvece Painsss=" xtexti classTrbtéiine deie">D.li> /d, , "Apquise pa le caracsfa ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 313-34/ul>=" xtexti classTrbtéiine deie"> O., "Réhouture,renttromotions des effent d'esrtains grouommer en prBab Souika-Halfi> at" uln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 255-287ass=" xtexti classTrbtéiine deie">li> B, , "Cnt d'êtès lors s,tent d'êtobservaspaces ha ?à ,les citadiêtre ente, ou ens aussi dese publique"foo et les feent souvet'napprorésidetoyen basCors vuln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 137-154ass=" xtexti classTrbtéiine deie">e NaveL. Ce e souligne que c'F./li> Aceptibles plificationains dépourmnt d'ur-Bouxnsss=" xtexti classTrbtéiine deie">Kian-ThieB. Ce 2001. /d, 1, "N les tu Grand Caire (eass="footn vuln H. Rre s habi'Arc/li> interN les tu Grrorénagerins dépourvus d'ap non rPains cmpisco effMSHss=" xtexti classTrbtéiine deie">Josrph I.ili> <1,interLla maisoniant largrL potz les citadiutent d',onale Pains cP attUomotioiques etRque mensss=" xtexti classTrbtéiine deie">Lucheultsa. Ce Sgimu GrP.ili> <6,interLa ent d'niciensm> squatMpaciah G. Ce Trlic.e deJ-F, 88 interVificatin, sont apparentonale Pains cLa D de rs sus xtexti classTrbtéiine deie">M prls="M, , "L="mnt dn ganisnus en bâtir vuln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 49-61ass=" xtexti classTrbtéiine deie">li> C, , "Rs limxeionains dépou effmiurd'ts l'eHare, ue dans exemple, " uln I.i, 2000a. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 221-246 xtexti classTrbtéiine deie">ges MutiJ.-a. Ce i> G. 5 "Ude c

e souligne que c'F. nt d'ues -sabelle i xtexti classTrbtéiine deie">e souligne que c'F. "Cz les citadis aussi des,aît le écrit Il p
ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 341-368i xtexti classTrbtéiine deie">Osdes /d, 5,interLa Ban l' sondPaése Th, , "Ées à es par lou'rcl'esp'io la vie urbai qui peuvent ê" uln Th, Paése,sa. Lucheult, S, Body-Gise ot li> interLa vie urbai1> <,nt de lces qur un sp non rPains cLa D de rs sus rpp. 5-17ass=" xtexti classTrbtéiine deie">P'êne D, 2 interMté.> N, , "D.euvs habidetomeces ha, b ,les citadivtdituatpriours aerbalreleve eff. ebaud, /li> interL potz les citadiritent d'êtrabe ne sont pas exs non rpp. 207-219ss=" xtexti classTrbtéiine deie">créditeH, 84,interL'aégalemed's'appuiensce des re part, etation c déonale Pains cCCI-Cen par1995.c 1999. L. 4, "Os lesaux rsosos lesaants, , c 1999. L. interLconcien eten="foos nonem: ex, celui s finsn privée ainsi qhabitanlonale La Tconbi'Ance s cÉiques etrbalAues xtexti classTrbtéiine deie">SouergeT, 1, " cadési forme d'orde de régir sont ré ?La vie ur des revêt une imen efférieatrune efois, ces quaps, an ?"emmep> we effhttp://www.cedej.95./E danDtencemleOUCC/Tlelt2Souerg.htm, vivr rn xtexti classTrbtéiine deie">Sli> /d, 2 interLa li>mcrit Il sse souvent ,s sonticipvoie ls="footcetn socis les vilmos nonem; e et sole.bBaszfootn, Pains cL'Haève soul> xtexti classTrbtéiine deie">Sliostent lM. ide ">N
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn31" hreftn31"> de n H. Rrédit 84> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn32" hreftn32">s figu"fooange vSliostent lque 7)aroc ipeue l'agrandi "mais lrepoe d, pour repnliemais ld de rs susetation éhée seumais éhrméme classcouncien etmanuee>3rabe sratihange, de po anscesver f "e de p. C susrI"manipulation à e néo-co"ur place – pttuer,s"nd, lanis"rebgocine caees hodoicipati" ation etfiontiquannt san 80catégiensôton.), la paeurs disco, des sociétés de la prendre. Et évst une t(e qpté IV)endre " et de s infautant cai de mle vol parce ts (udre, à tras liens socia intermédiaire,pourfeon pare notabilits demédiatie paeurs disco de façpairseu d'ajag..ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn33" hreftn3fils figu"R. Cattedra,n ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn34" hreftn3">vi figu"ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn35" hreftn35">5 figu"R. Cast,l ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn36" hreftn36">6 figu"'"interent d'nicierabe ne sont pas exe,'ont1999) quLucheultsiePli20e Sgimu Grli> <6ul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn37" hreftn37">spacesationn fik Souerg,n ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn38" hreftn38">8 figu"f99) qup. C susrI ul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn39" hreftn39">9pacesatdes socmpor les plipanne, aeion srbrmémentes qune néofigureire de leurelevernt lar a s'encompietés urba soflexsemt les autrur les citadiplace un clasdaooacRudre,s ets,uncien etr leaac Josrph que 1ref="#aa perce finsoublic... va-co"pglerions à de esuisque lesfs [...]ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn310" hreftn310"> 0pacesaI.i, 2000a.
  • ,ud, /li> 1, p. 17ul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn311" hreftn311"> de n z-Bouchanine souligne que c , pp. 341-368i ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn312" hreftn312">12 figu"'"intex, cté. de ré"sociatie. En dft sen et non connus en ées à s industrete esule villeté, l' <,niandi réduid, ouvrir, merce ts au public... va esu les p ssép"foore jass=gularisés n de réiment au qui ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn313" hreftn313">1s figu"La pas dotsee ue, enue pôle toudr un qet, se appuieà ver fatier pei grèes, ous'Mormestudolitiquerativeationolurdre reaecheiveate paestion et non citiauation de psar libraintique et de sollicits."'"interns groupest FMahmoud BiliRomdgd'e ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn314" hreftn314">1i figu"Asef Bayatuque 7),d'emblée , unvingquarTr leltuvtants rtaires, gophasatés ss="footn, dve senéiens proise pastiqupairfiuer face insoal, et a"de codesa" quelag..ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn315" hreftn315">15pacesatdAristiqroyesté dCasrees a cal un ma'drbaine at gociatiiv> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn316" hreftn316">16 figu"A mesoire ls industrlement peustiBi> uth> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn317" hreftn317">1spacesaRrtenele Cattedra,n < ul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn318" hreftn318">18 figu"Ples c e est s désins groupenous de Lesdou extensr séparecessaireêtre ente êtr vés pargrandisule laco un ains bqm core ses adortées sul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn319" hreftn319">19pacesaRrbbia Bi> ,n < ul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn320" hreftn320">20pacesaFar ,n < ul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn321" hreftn321">2 de n Chikhaoui, 2000a.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn322" hreftn322">s2 figu"rin, 2000.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn323" hreftn323">2s figu"Dquete P'êne ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn324" hreftn324">2i figu"Mrref M prls= ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn325" hreftn325">25pacesaJean-Mahargges Mutiut 1995. ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn326" hreftn326">26de n z-Bouchanine souligne que c ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn327" hreftn327">2spacesatauabilitc 1999. i ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn328" hreftn328">28 figu"Ples centopartenan v ville auceo la vie urrIsabelle pest FChikhaoui, 2000a. bi ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn329" hreftn329">29pacesaCather aucli> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn330" hreftn330">30pacesaRidgd Bili> i ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn331" hreftn331">31 figu"'"intermédiation sociale ", ou encore, "pest Ftauabit e Navez-Bouchanine souligne que c'li> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn332" hreftn3 alors figuaCather aucli> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn333" hreftn3ffils de f Àits, sans mpétencet pa du pituatue m qui,lti classTr lelichelstion et f99) qul nousque 9ref="#c lesordre,tie. 'rIsTogorsouvenrIsBfficulleadeonnel (e de paoie de rn ent au q)elui-c'ancien l'habitat disputes, lsa, de cons uneags infotdre faire entende seativerobade codes="footns nouvelles, , pour clasfie esuisq des effes éend de régir sont rédouonles lon so de cons lui-c'aaissee de leureleverifierrophrsouvenancien'es="footns nouvelles, ns praestade codeie de rn ent au qêtre vuuetsus oùse pogse appuim> doxa,ue de partgisa, ou enause, ou paul> ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn334" hreftn334"hors f Nicolasérag ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn335" hreftn3rrivée da Chikhaoui, 2000a. ,"rin, 2000. ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn336" hreftn3gestion deet, 1994.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn337" hreftn3importe d'vez-Bouchanine souligne que c'est une tendance récente au Maroc.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn338" hreftn3professionn92.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn339" hreftn3 codes com (1984) crédite l'habitant d'une double compétence, pratique et langagière : capacité 36, ="#ftn340" hreftn3nd le dés Chikhaoui, 2000a.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn341" hreftn3ction de nrif, 2000.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn342" hreftn3n que l'exade et A. Kian-Thiebaud, 2001.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn343" hreftn3chelle lo de règles applicables aux quartiers régularisés ne sont pas unifiés, et sont soumis 36, ="#ftn344" hreftn3"">vier nrol, 2000.
  • ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn345" hreftn3nt r4e da (1990) observe que "pour clarifier les énoncés des personnes, nous devons dooc les é t que r locods s'érogle urstituourbrmémentestie 'une irs les eur démoliti, reapairseu d'aces, y ux au quaolitiqunsces, diplacde réfmentauprmnciatiglic... vaentaupr transgcicours aux uuations dintoufi qistrations onnels." ba, gcfrom1classTrF="bodyfSnage>36, ="#ftn346" hreftn34">vi6lev>y-Chikhaoui, 2000a.
  • -- tandnhref claain"1classTr claain"s xte"2es"> ide ">Aionnel claai"s ="textandnotes"> name"s vmmbabita/ claai?name=b 2000c.
  • +ihikhaou"nhref claai-1602" title="Chikhaoui, 2000a. froem>Chikhaoui, 2000a. onalelev>y--------------------------------------------------------- class -------------------- class ------------ xteandnotes"> claai"s ="textandnotes"> name"s vmmbabita/ claai?name=d/li> +ane s"nhref claai-1603" title=", 1994. froem>, 1994. onalelev>y--------------------------------------------------------- class -------------------- class ------------------------------------------------------------------- class

    © Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

    Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

    Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable