Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

V. Villes, territoires, patrimoine, pouvoirs

Les façades de Tozeur

Farid Abachi

Texte intégral

  • 1 Sur ces modifications d'aspects, comparer les premiers documents iconographiques disponibles (dont (...)

1Une abondante littérature nous décrit les villes maghrébines et oasiennes nord-sahariennes en particulier comme des petites bourgades aux maisons tout entièrement tournées sur leur cour intérieure, aux seules portes visibles de la ruelle, alors que la tendance de nombreuses études récentes serait d'évoquer une extraversion en cours des habitations, traduite par la création d'ouvertures et des rajouts décoratifs chargés1. Par ailleurs, nombre d’architectes tunisiens, dans leur rôle de concepteur de l'habitat privé, se plaignent en aparté de ne "dessiner que des façades" pour des clients ayant des idées de plans et de répartition intérieure des espaces déjà clairement définis, façades qui ne sont d'ailleurs que rarement exécutées conformément aux dessins de l'architecte… Une autre constatation faite de visu est que, en opposition au monde rural où ces traitements sont pratiquement absents, les citadins renouvellent les traitements esthétiques des devantures de leur maison, selon des échéanciers et des logiques qui leur sont spécifiques.

  • 2 Ce travail est mené dans le cadre d'une thèse EHESS, sous la dir. de Christian Topalov : Construir (...)

2Ces quelques éléments, ainsi mentionnés, laissent envisager qu'une importance particulière est désormais accordée par les occupants à la visualisation de leur habitat, s’il s’inscrit dans un "cadre urbain", pris au sens large. Nos travaux en cours2 nous révèlent que ces attitudes relevées sur terrain sont relativement récentes par rapport à l'histoire de ces villes : elles dateraient d'une trentaine d'années environ. Ces manifestations portées par des habitants sont-elles [peuvent-elles être] un révélateur de nouvelles compétences ordinaires d'appréhender le fait "urbain" au Maghreb ? Si elles servent à mentionner un positionnement social ou identitaire, de quelle façon le discours est-il construit et partagé par l'ensemble des acteurs locaux ? Sont-elles manifestations d'un objet "ville/urbain" en cours de constitution et nous révèlent par-là les attitudes successives d'appréhension du cadre de vie ? Ou est-ce là une marque d'une analyse savante portée sur un discours ordinaire, risquant de déconnecter celui-ci de son (leurs) registre(s) premier(s) intentionnel(s) ?

Les façades de la ville : situations

  • 3 Les commentaires sont rapportés par Du Paty de Clam, en 1890, dans les Fastes chronologiques de To (...)
  • 4 Cette restriction dans la visite du site découlerait du seul choix des auteurs, mais elle exprime (...)

3Tozeur est une petite ville oasienne du bilad Jérid, région du Sud-Ouest tunisien. Elle est restée stable durant les siècles derniers tant en population (entre 10 000 et 12 000 habitants) qu'en surface urbanisée. De fondation plus ancienne d'après les histoires locales, cinq villages peu distants complètent l'agglomération. À un siècle d'écart, l'oasis produit des impressions diamétralement opposées. Le voyageur Desfontaines n'en a qu'une piètre opinion en 1754 : "Peut-on appeler ville l'assemblage de maisons de boue auprès duquel nous sommes campés ?", alors que le Colonel Daumas y verra en 1845 "une des plus belles villes du Jérid […] avec des maisons bien bâties", une "certaine élégance" rajoutera Pellissier à la même époque3. Au début du XXe siècle, les premiers documents iconographiques qui circulent (les photographies de Lehnert et Landrock, les aquarelles de Ch. Lallemand…) rendent compte de cette région peu fréquentée de la régence : de grandes demeures bien entretenues, remarquables par les motifs des petites briques de terre cuite qui animent les façades. Si la focale était initialement concentrée exclusivement sur un quartier, celui des Ouled Hadef4, la diffusion de ces documents fait contenir en retour tout le Jérid dans ces motifs de briques. Ces quelques descriptions font connaître la région à un vaste public et servent de référence. F. Gendre l'utilise comme comparaison :

  • 5 Gendre F., "De Gabès à Nefta (le Nefzaoua et le Jérid)", Revue tunisienne, XV, 1908, pp. 383-411 e (...)

« [Situé à 15 km au nord], Nemlet [est] un village bien bâti, ses maisons en briques bien entretenues le font ressembler à un quartier de Tozeur, […] le quartier des Ouled Hadef, reconnaissable par son dédale de rues étroites, souvent voûtées, entre des maisons de briques surmontées d'un étage. Les briques sont disposées sur les façades à former des dessins géométriques, presque toujours des losanges et des carrés. »5

  • 6 Le mouvement architectural Arabisances eut lieu principalement au début du XXe siècle dans les tro (...)

4Cet aspect esthétique particulier et très circonscrit régionalement influencera, quelques années plus tard, la variante locale du style Arabisances6. Les quelques édifices construits par l'administration française à cette époque témoignent de cette marque régionale forte. Mais ce regain d'intérêt de début de siècle ne dure guère. Passée l'effervescence de la conquête, la ville retourne au calme saharien.

  • 7 La population globale de l'agglomération est estimée à 40 000 habitants en 1988, soit une densité (...)

5Les dernières décennies sont en revanche marquées par une vitalité et une croissance importante qui contrastent avec celles des autres villes oasiennes et villages voisins, bien qu'elles restent en termes statistiques égales à la moyenne tunisienne. La population augmente fortement suite à la sédentarisation définitive des derniers semi-nomades pasteurs, au fort taux de natalité enregistré et à une baisse des émigrations. La surface urbanisée croit de façon spectaculaire : de nouveaux quartiers sont rapidement créés tant sous forme d’établissements spontanés que réglementés (lotissements). Alors que tous les quartiers de Tozeur étaient contenus dans une quarantaine d’hectares, le premier plan d'aménagement établi en 1977 établit la surface urbanisable à plus de 450 ha, en application des prévisions décennales. Cette surface atteint les 1000 ha actuellement, et inclue dans le périmètre communal l'ensemble des quartiers spontanés des alentours. Cependant, malgré une faible densité7, la pression foncière reste soutenue. Dispersés sur tout le site, le nombre de chantiers en cours est impressionnant. Certes il s’agit de constructions neuves, mais nos enquêtes nous ont permis de constater que nombre de transformations sont apportées sur l'espace domestique intérieur et sur les qualifications de l'espace urbain du quartier (création informelle de rues et de placettes marchandes spécialisées, etc.).

  • 8 Cette attention s'est traduite au niveau politique par l'implantation d'un aéroport international (...)

6Du côté municipal, les choses vont bon train également. De grandes opérations d'aménagement sont lancées et de nouveaux édifices publics (tels que les lycées, dispensaires, équipements de jeunes, etc.) sont répartis sur l'ensemble du site, et non plus seulement aux abords des grands axes routiers comme auparavant. Mais les chantiers portent également – et c'est là un fait nouveau – sur des éléments qualifiants de l'espace urbain : bitumages de rues dans les quartiers spontanés, aménagement de trottoirs, aménagement de placettes, pose de mobiliers urbains, extension du réseau d'éclairage public et réfection des candélabres… Tous les quartiers bénéficient de cette nouvelle répartition. "Le maire actuel fait beaucoup pour la ville" disent les habitants de tous bords. Cette appréciation positive apparemment partagée résume les actions menées par le conseil municipal depuis son "élection" au début de la décennie 1990, mais aussi sur la marge de manœuvre dont il disposerait au niveau politique sur l'utilisation des fonds municipaux et des subventions étatiques ou ministérielles en fonction des options de développement choisies. Car certaines actions dénotent d'une utilisation particulière et/ou conjointe de ces fonds, tels par exemple le Programme d'embellissement municipal entamé avec le ministère du Tourisme, les opérations d'amélioration de l'habitat menées avec le Fonds national de solidarité… La nouvelle municipalité sait tirer parti de la conjoncture d'évènements favorables.8

  • 9 Cf., à ce sujet, F. Abachi, "Histoires d'habiter, enquête sur des perceptions vernaculaires", in J (...)

7Ces quelques exemples qui peuvent être largement étayés par d'autres, permettent de constater que l'aspect de la ville de Tozeur s'est profondément modifié ces dernières années. Les actions entreprises, par leurs répercussions ainsi exposées sur le cadre bâti, permettent à tous de voir l'attention portée à la ville par l'ensemble des acteurs, qu'ils soient simples habitants ou agents municipaux, commerçants, élus… Or, lors de nos différents séjours sur site, nous avons pu constater que ces mutations rapides n'entraînent ni les mêmes incidences suivant les quartiers, ni les mêmes appréciations des habitants sur les évolutions urbaines en cours. Nous avions déjà fait état des nombreuses frictions qui ont lieu entre Tozerii de longue date et récents sédentarisés, sous couvert d'appartenance tribale et de légitimation dans l'occupation des sols9. Après des compléments d'enquêtes, les motifs nous sont apparus plus nuancés, portant par exemple sur les formes même de la légitimation employée par les uns et les autres, les registres d'action. De nombreuses remarques se sont également cristallisées sur cette "apparence" nouvelle. Dans ce contexte, nous nous sommes intéressés aux différentes significations portées aux manifestations esthétiques et à leurs raisons. En effet, à quoi répond ce besoin d'extériorisation pratiquement inconnu au début des années 1970 ?

Le cheminement des motifs

  • 10 Du moins l'habitation et la famille patriarcale telle que nous la décrit Du Paty de Clam dans "Étu (...)
  • 11 Voir le repérage d'André Borg, "L'habitat à Tozeur", Les Cahiers de l'Afrique du Nord, 1959, n° 5, (...)

8En mettant en regard les données recueillies sur les transformations de l'espace domestique et un historique de la maison occupée – après en avoir reconstruit avec les occupants les étapes successives –, nous avons pu observer que l'apparence même de la maison évoluait au cours du temps. Si l'époque des grandes demeures hébergeant une famille patriarcale apparaît révolue10, la taille moyenne d'une maison est nettement moindre qu'autrefois et sa façade sur rue diminue en conséquence. Ces nouvelles morphologies de l'habitat urbain résultent des morcellements successifs, des densifications et réaménagements, de la généralisation des constructions à l'étage, et ce, depuis une trentaine d'années environ. Entre quartiers, de nombreuses modifications intérieures se faisaient échos, comme par exemple les schémas et échéanciers sensiblement similaires – sans être forcément synchrones : la reformulation de la famille, l'établissement d'une cuisine et d'une pièce d'eau ou de la taille et le nombre des chambres. Ces récentes transformations, avec la création de nouveaux quartiers et des requalifications de l'espace extérieur ont entraîné, chez les habitants tozerois, des modifications et des divergences dans la perception de l'espace urbain, en particulier quand ils tentaient de faire état, lors des enquêtes, de certaines spécificités de leur quartier. Parallèlement, conscients des particularités de leurs habitations par rapport à celles d’autres régions de la Tunisie, les habitants développent fréquemment, lors des enquêtes, une catégorie, celle d'une "habitation tozeroise". Celle-ci, bien qu’encore confuse dans la description, se définirait essentiellement par sa localisation géographique et par son esthétique, proche des formes d’un passé déjà mythifié par l’histoire orale (fin XIXe -début XXe siècles). L’avantage indéniable est que cette description peut se faire à l'aide de mots et d'images. Mais, au fil des discours, il nous est apparu que l’objectif direct de cette description est moins de faire ressembler ces habitations – récentes ou anciennes – les unes aux autres que de les faire ressembler à celles de ce passé idéalisé, pris dans sa globalité généralisante.11

9Cependant, des analyses savantes plus approfondies des modes décoratifs ont fait apparaître nombre de différences entre quartiers de la ville. Certains traitements, très limités géographiquement, pourraient apparaître comme représentatifs d'une période donnée, d'une réflexion particulière sur les composantes visibles d'une maison urbaine et fonction de la densité et de la forme urbaine de l’époque : rues droites ou courtes séquences, maisons à étages ou hautes de plafond, recul disponible pour voir la façade entourant la porte d’entrée, etc.

  • 12 Une première approche en est faite dans F. Abachi, "Les façades de la ville", in "Esthétiques popu (...)
  • 13 Cette confusion vient peut-être du fait qu'une maison porte encore le nom de famille de son occupa (...)

10Nous avons émis l'hypothèse que certains de ces traitements avaient pour origine tel endroit de la ville avant d'être repris ailleurs et modifiés… et qu'ils exprimaient ainsi, à chaque occasion, autre chose qu'un simple traitement esthétique : ces motifs circuleraient dans l'espace de la ville. Dès lors, nous avons recherché à mettre en évidence ces voyages spatiaux successifs des divers motifs de décorations et leurs raisons12. L’énonciation de tels déplacements est confirmée par les enquêtes, lorsque les habitants évoquent les "références" vers lesquelles ils se sont tournés avant d'entamer leurs travaux. Nous avons noté qu'il s'agit plus souvent de maisons particulières que d'un quartier pris dans sa totalité. Par ailleurs, nombre d'habitants n'opèrent pas systématiquement une distinction claire entre ces deux échelles d'appréhension13. En revanche, sur les traitements esthétiques relevés, des différences d'appréciations entre habitants sont sensibles et semblent évoluer très rapidement, suivant l'âge de la maison et son emplacement dans l'espace actuellement urbanisé.

  • 14 A. Borg, "L'habitat à Tozeur", op. cit.
  • 15 En plus de leur emploi sur l'ensemble de la façade, nous notons des différences de proportions des (...)

11Les traitements décoratifs d’autrefois sont restreints essentiellement aux grandes cours intérieures des maisons et aux encadrements des portes donnant sur rue. Les motifs sont obtenus par jeu de saillie et de retrait des petites briques cuites, "de manière à ce que leurs ombres engendrent des décors de bandeaux, de cadres et de panneaux qui évoquent le souvenir d'une tenture ou d'un tapis et qui, tout en donnant un caractère spécial à l'habitation, en égayent un peu la simplicité des grandes lignes"14. Le relevé systématique des imbrications possibles montre la grande habilité des maçons et leurs aptitudes à tirer parti des combinaisons et de leur complexité, malgré le peu de diversité des motifs de base. Si ces motifs diffèrent peu entre anciennes demeures, l’ensemble des combinaisons possibles forme une base de références communes à l'ensemble des habitations des quartiers anciens et ont été réemployés par la variante locale du mouvement Arabisances.15

  • 16 Ce règlement d'urbanisme est alors en cours de formulation. Il est publié dans sa version finale e (...)
  • 17 La part d'influence de ces institutions, dans cette époque de construction d'un État-nation et de (...)
  • 18 Des vieux murs en démolition nous ont livré des briques de différents formats, avec des mortiers d (...)

12Au moment des premières grandes extensions hors site ancien, dans les années 1960, la nature des constructions tranche d'avec les productions précédentes, tant par les nouvelles typologies employées (celles de la "villa" comme forme d'habitat individuel) que par l'emploi de modes faisant une grande part aux produits industriels récemment apparus sur le marché. Elles sont alors identiques à celles qui se construisent partout en Tunisie et se veulent "d'aspect moderne". Elles se différencient des précédentes par l'emploi d'éléments architectoniques nouveaux (autorisés techniquement par l'emploi du béton) et leurs traitements décoratifs : arcades, porte-à-faux, vérandas, grandes ouvertures, sols surélevés, etc. En cela, elles s'inscrivent implicitement dans les recommandations des discours politiques de l'époque : refléter la marque du Progrès. Les premiers logements sociaux de 1967-1969 tranchent dans ce contexte. S'ils sont composés du même vocabulaire "moderne" que celui employé dans l'habitat individuel autoproduit, il est ici recouvert dans ces façades de ce qui fait la particularité esthétique de la région : la brique de Tozeur. Par ce traitement, les opérateurs étatiques ont appliqué les recommandations du secrétariat d'État à l'Équipement et à la Construction16. Mais il nous faut remarquer que les motifs choisis pour ces logements sociaux ont été nettement simplifiés par rapport à leurs "modèles" d'autrefois : il ne reste que d'étroits bandeaux en haut des murs ou des pilastres engagés, des corniches, des encadrements et pourtours d'ouvertures et quelques panneaux qui se détachent sur des murs enduits et blanchis. Du matériau constructif constituant autrefois, simultanément, le parement du mur et son traitement, la brique de terre cuite ne devient ici qu'un élément décoratif rajouté à la fin de la construction. La structure du mur change également : maçonneries de pierre ou ossatures en béton (dont ce sont ici les premières apparitions) avec des produits céramiques industriels remplacent les épais murs de terre d’autrefois. Mais, à part le système constructif qui se généralise, les motifs décoratifs développés sur de grandes surfaces par les représentants d'instance politique ne sont pas repris tels quels par la population locale17. Des questions de coûts sont avancées, l'urgence de la reconstruction également, mais aussi l'éventail des matériaux disponibles et distribués par les circuits officiels et alors disponibles chez les détaillants. Bon nombre de personnes nous ont rappelé la distanciation volontaire mis par les Tozerii avec les instances politiques nationales, au cours des années 1969 de collectivisation forcée. Ce détachement explique peut-être en partie le refus de suivre l'impulsion ornementale donnée par les opérations d'habitat social. Durant cette période, nous constatons un emploi très limité de la brique de Tozeur dans les (re)constructions menées par les habitants, tant dans les constructions neuves que lors des rénovations de logements après les inondations de l'hiver 1969. Pourtant, cette brique se prête bien à une récupération, à un réemploi18. Pourquoi n'en a-t-il pas été question lors de ces reconstructions ? Nous n'avons pas eu de réponses. Dans de nombreux cas d'autoconstruction datant du début des années 1970, le seul emploi de la brique de terre cuite est en modénature de pilastres ou d’encadrement : pilastres doublant les poteaux en béton armé et rythmant la façade sur rue, encadrement de porte d’entrée. Puis, dans ces lotissements réglementaires comme dans les anciens quartiers, suit un long silence où les motifs sont peu ou prou repris tels quels, dans les quelques cas où ils sont réalisés.

  • 19 Il ne s'agit pas à proprement parler d'un fait décoratif, mais plutôt d'une marque de superstition (...)
  • 20 Ces anciens bédouins ont longtemps constitué la principale main d'œuvre des grands chantiers du bâ (...)

13Dans les extensions spontanées récentes, les motifs décoratifs, quels qu'ils soient, sont restés longtemps inconnus, ignorés. Les maisons, très tôt construites en dur (murs de pierre et mortiers maigres), ne comportaient aucun signe ornemental, jusqu'à ce que se généralisent aux environs des années 1980-1990 des jeux d'enduits en relief (losanges…) ou à incrustations bichromiques dans les parties basses des murs, les m'hak macaiz (litt. "là où se frottent les chèvres"). Dans les maisons plus pauvres s'est développé, un certain temps, un encadrement d'ouvertures sous une forme très basique mais bien visible : un pourtour au badigeon de chaux blanche19. Si dans ces quartiers spontanés nul n'a alors reproduit les quelques motifs reproduits par les opérateurs étatiques, c'est que, quelque part, ils ne signifiaient rien aux habitants récemment sédentarisés. Notre hypothèse (confirmée par les compléments d'enquêtes), est que ces anciens bédouins ont dissocié l'emploi décoratif de la brique de terre cuite de son usage constructif20. Les raisons évoquées sont relatives au coût qu'entraîne un surplus de travaux liés à la décoration. Cependant, dans un inventaire des traitements ornementaux, nous avons relevé des formes décoratives diversifiées faisant appel à un vaste répertoire d'éléments. Cette tendance semble se confirmer pour les transformations apportées ces dernières années. Un vieux maçon tozerois évoque l'absence de légitimité – à ces yeux – qu'avaient les anciens bédouins à employer ce matériau. Il manifeste ici indirectement la marque identitaire que cette briquette porte en elle. Elle exprime la sédentarité certes, mais par son inscription dans une tradition voulue séculaire dans l'établissement construit. Des limitations sociales de cette nature ont généré, tout au moins dans un passé encore récent, des restrictions géographiques dans l’emploi de la brique de Tozeur.

  • 21 Il est demandé un retrait de l'implantation des constructions habitées, par rapport aux limites mi (...)

14Il faut attendre, à la fin des années 1980, la multiplication des villas dans les lotissements d'habitat autogéré pour voir une reprise des motifs décoratifs. Cette nouvelle typologie de l’habitat entraîne un élargissement des possibilités décoratives. Les traitements sont essentiellement appliqués sur les murs de clôture induits par la réglementation de la construction en vigueur21. Les façades proprement dites des maisons n'en sont encore que chichement pourvues, à l'exception d'éléments forts qui attirent le regard (arcature, véranda, encadrement d’ouvertures et terrasses…) et sont repérables de loin. Des raisons encore "identitaires" ont été avancées. Ces lotissements habités essentiellement par des Tozerii originaires de la "ville ancienne" se trouvant encore plus loin du centre ville que ne l’étaient les premiers quartiers spontanés, le but de ces motifs aurait été, dans un premier temps, d'inscrire en dur une origine sociale que la situation géographique dans le site urbain mettait en doute, dans des zones où les relations de voisinage sont récentes et tenues. Ce sont ces mêmes raisons, pour des rajouts décoratifs similaires, qui nous ont été avancées dans les opérations d'habitat social livrées en 1992 en un autre endroit de la ville (ces modifications de façade se font alors conjointement à des rajouts de pièces ou des extensions).

  • 22 En périphérie de la ville, de nombreux artisans ont monté des petits ateliers de fabrications d'él (...)
  • 23 Ce Programme, mené de 1996 à 2000, a consisté à recouvrir les façades des rez-de-chaussée des bâti (...)

15Cette brique de Tozeur n'est pas, loin s'en faut, le seul élément décoratif employé. Les éléments préfabriqués et industrialisés apparaissent dès le début des années 1980 et leur emploi se généralise depuis de façon exponentielle et suivant les trajets similaires à celui emprunté par la brique, d'après nos recensements. Carreaux de faïence, portes d'entrées métalliques ouvragées, colonnettes en pierre reconstituée et balustrades, tuiles vernissées, etc.22 Si, au début, ces éléments nous apparaissaient être mis en valeur pour euxmêmes (exprimant ainsi une forme d’innovation), nous avons remarqué que, dans l'évolution de leur emploi, ils sont de plus en plus utilisés ponctuellement et inclus dans une décoration plus large dominée par les briques de Tozeur. Du panneautage des grandes surfaces à ces premiers emplois, le rôle actuellement dévolu à la faïence est d’entourer, de souligner. L'exemple courant est celle de la porte d'entrée composée d'une colonnette en pierre reconstituée, engagée dans une embrasure recouverte de faïences colorées, et largement encadrée par des briques de terre cuite. Ces éléments décoratifs étant moins spécifiques à la région (ils sont tout autant employés dans les autres villes tunisiennes et même du monde arabe), nous n'avons pas pu constater à quel point ils cristalliseraient, pour les habitants, le travail de représentation d'un site urbain précis. Dans les quartiers anciens, malgré une large diffusion enregistrée dans les années 1980, ces éléments rapportés sont progressivement remplacés par des briques de Tozeur. À noter alors que les soubassements des murs, marquages d'ouvertures… se font alors suivant des compositions bien différentes de celles que l'on peut voir dans les grandes demeures ancestrales. Parallèlement, dans les quartiers aisés de villas, cette réflexion sur la nature même de l'élément décoratif se poursuit : la brique de terre n’est plus l'élément de base d'un motif couvrant une surface ; elle devient elle-même un motif de décoration. Sa forme en est modifiée avant la pose : au bout arrondi et disposées comme des tuiles pour former une génoise en corniche ou en auvent de fenêtre, empilées pour imiter une colonnette, à mi-voix pour devenir claustra de balcon, etc. Leur découpe suivant des contours géométriques précis et complexes démontre une nouvelle liberté dans le travail d'expression. Nous avons noté que ce mouvement intervient simultanément au Programme d'embellissement lancé par la municipalité de Tozeur23 qui a dynamisé le secteur de production de la brique de terre et contribué à former des maçons à ses techniques de pose.

16Entre les divers quartiers anciens, les lotissements réglementaires et les zones spontanées, il est possible de constater quelques différences de traitement dans l'aspect esthétique de l'habitation. Elles n'en sont pas pour autant résultantes d'un retard dans l'utilisation décorative recherchée ici pour ses capacités d'intégration (ce que sous-entendent nombre de discours sur la "citadinité" récusant le droit à la ville des néo-ruraux en dénigrant leur assimilation dite obtenue par copiage).

17Plus que l'emploi de tel ou tel matériau décoratif, les critères de distinctions que nous avons pu retenir entre quartiers sont relatifs à leur importance quantitative par rapport à la "façade" globale au cours du temps, à leur capacité de maintien à chaque transformation du logement qu'opéraient les occupants. Ces paramètres ne dépendent pas exclusivement des choix esthétiques affichés, pas plus qu'ils ne reflètent de façon statique les modes de croissance de la ville. Par exemple, la modénature d'un encadrement de fenêtre est fonction de son emplacement dont la façade et du nombre de fenêtres du logement, mais celles-ci seront d'autant plus facilement ouvertes que les habitants se connaissent de longue date ; les portes d'entrée seront d'autant plus marquées que leur nombre se multiplie sur la longueur de la rue, que le quartier se densifie et que la formulation du rapport {logement/famille} change parallèlement à la définition de ces termes. Les hétérogénéités entre quartiers paraissent se situer autant à ce niveau que dans la structure d'emploi de ces modénatures. C'est donc vers une perception beaucoup plus globale du site oasien que l'environnement strict de la maison nous entraîne.

L'élaboration des façades : techniques et réseaux

  • 24 Sur la marque d'extériorisation des occupants, leur positionnement social qu'elle sont sensées tra (...)

18En restituant les étapes successives des transformations, nous avons pu constater que les modifications apportées à l'apparence des maisons sont le plus souvent liées à des évènements importants, tels que l'annonce d'un mariage ou la prise d'autonomie d'un couple. Ces travaux servent alors, au niveau social local, de témoin, de marqueur de la vie familiale et de son extériorisation dans l'espace urbain proche. Une hypothèse faite ailleurs mais que nous reprenons ici est qu'elles servent également à établir un repositionnement social des occupants du logement24. Ce fait a été confirmé sur site lorsque nous avons entendu dire au sujet de certaines de ces façades qu'elles étaient faites pour être "vues", regardées par les voisins, les passants, les étrangers, c'est-à-dire pour faire constater aux autres une forme de mobilité sociale ascendante volontariste par la transformation de l'habitat. Les Tozerii en font état dans les enquêtes, même si, la plupart du temps, les critiques portées sont brèves : "c'est beau", yacti mandhar (litt. "ça donne une apparence"). Il s'agit en premier lieu d'une reconnaissance tacite de l'effort fait par le propriétaire. Cependant, en privilégiant l'aspect technique de la réalisation, les remarques se faisaient plus nuancées, mieux exprimées. Audelà de l'aspect subjectif de la description, les façades les mieux achevées entraînaient plus de commentaires que les autres.

19Il nous est apparu alors utile de questionner la façon dont ces façades sont conçues et construites. Ces divers traitements ornementaux résultent de transactions entre un propriétaire (qui estime ses disponibilités financières, exprime ses souhaits, etc.) et un maçon-exécutant (qui cherche à valoriser ses compétences techniques) qui, à eux deux, tiennent compte des autres acteurs potentiels : les proches voisins, les agents du service technique municipal (qui appliquent plus ou moins strictement le cadre réglementaire), les fournisseurs de matériaux (les intermédiaires)… Quelle est la nature de l'entente ? Qu'elle soit à la journée, au forfait de l'ouvrage ou au contrat d'une gestion générale, la contractualisation résulte de l'analyse précise du contexte local qui inclut des éléments d'ordre tant particulier que général et de registres différents : le degré de prescriptions des agents municipaux, la disponibilité des matériaux et les qualifications des ouvriers, la situation au sein du site urbain… et l'état d'origine de la maison.

20Or, comparé à la rapidité des mutations urbaines en cours et de l'évolution des positionnements sociaux, le choix des matériaux disponibles sur le marché n'évolue guère. Pour les faïences par exemple, il n'y a eu, ces dernières années, qu'une multiplication dans l'éventail des motifs et la palette des coloris, ainsi qu'une diversité des prix, principalement depuis les importations de céramiques étrangères, plus chères. C’est dans ces critères de provenance et de qualité employée qu’une différence subtile est faite, plus que dans l’emploi ou non de faïences. Pour les ouvrages en pierre reconstituée, un fabricant dit accroître son répertoire de moules pour mieux satisfaire ses clients (face à la concurrence sévère) tout en continuant à fabriquer des modèles réalisés à partir des premiers moules acquis il y a une quinzaine d'années. Selon lui, il vendrait ses produits de la même façon partout dans la ville. Si la multiplication des artisans ferronniers est une réponse au nombre important de chantiers en cours, tous ont des productions similaires (portes extérieures, fers forgés de fenêtres, rambardes d'escalier, etc.). Quant à la brique de Tozeur, si les interventions municipales récentes ont permis de redynamiser un important secteur économique de la ville tout en formant une main-d'œuvre hautement qualifiée, sa fabrication n'a jamais cessé. Le point de départ du circuit de distribution des matériaux (fabricants et grossistes/détaillants) ne permet pas d'établir a priori de différenciation dans la composition finale des façades. Il nous faut donc rechercher les causes de variations de ces motifs esthétiques moins dans le renouvellement des matériaux disponibles, que dans ses modes de composition.

21La complexification des motifs ornementaux que nous avons pu constater ces dernières années entraîne une multiplication des artisans intervenants, une gestion de chantier spécifique, inédite. Certaines compositions sont réfléchies à l'avance, à des degrés différents suivant les réalisations. Ce point apparaît indirectement lors des discussions techniques avec les maçons et acteurs locaux, suivant leur capacité de faire état de façon précise de ce qui sera réalisé. Ce fait a été relevé dans un nombre plus important d'acteurs et d’habitants que nous le pensions au départ. L'une de nos hypothèses est que le client-commanditaire recherche tel degré d'habilité technique chez un maîtremaçon, son "savoir-faire", mais aussi sa capacité de mener conjointement à terme la réalisation de l'œuvre, particulièrement dans les compositions intégrant plusieurs éléments de différente nature, dont la brique de Tozeur comme élément travaillé du motif.

22De même, contre toute attente, nous avons remarqué que la plupart des réalisations ne sont pas conçues pour durer. En pays saharien, les faïences exposées aux fortes amplitudes climatiques ne résistent guère, tout comme les moulures à base de ciment. Les maçons, les habitants interrogés disent en être conscients et prendre en compte cette rapidité de dégradation inhérente au matériau employé. Comment interpréter cette pose d'une céramique fragile et coûteuse, si ce n'est parce que le propriétaire a l'intention, indirectement, d'en renouveler le motif à brèves échéances ? À un second niveau de lecture, les aspects exposés nous amènent à prendre en compte les ressources et les possibilités de mobilisation pécuniaire du propriétaire.

  • 25 Sur ces distanciations, cf. F. Abachi, "Tozeur refait ses façades", Annales de la recherche urbain (...)

23Les remarques précédentes forcent à ne pas considérer la "façade" pour son seul aspect esthétique, ou comme témoin-dateur d'un positionnement social, d'évènements majeurs… ou encore comme expression d'une distanciation vis-à-vis des politiques municipales ou étatiques25. Par ailleurs, les références employées ne renvoient pas au seul cadre domestique.

24D'une part, il est question d'insertion dans de nouveaux réseaux grâce auxquels les investissements réalisés chez soi passent pour une valorisation, selon des capacités d'intervention. Chaque mariage étant encore un jeu d'alliances, les transformations qui sont opérées sur le logement familial pour cet heureux évènement sont une transcription directe du nouveau positionnement envisagé. La nécessité de "refaire la façade", telle qu’elle nous avait marqué les premiers temps de l'enquête sur site, en découle directement. Au vu du grand nombre d'artisans potentiels, le fait qu'un propriétaire a pu obtenir de tel artisan la réalisation de son chantier, est interprété comme une plus ou moins bonne capacité à mobiliser différents intervenants au sein de ces réseaux sociaux : le montant des rémunérations pouvant varier fortement entre exécutants et étant discutés de gré à gré. Le nom des équipes, dans certains cas, est annoncé au voisinage longtemps avant le début des travaux, le chantier tenant pour preuve.

  • 26 F. Walh, "Peut-on dire encore représentations ?", Horizons maghrébins, n° 39, 1999, pp. 121-133.

25D'autre part, ces façades révèlent un mode de conception de la façade urbaine que les habitants mettent en place, au fil des chantiers successifs. C'est en ce sens que peuvent être interprétés l'usage d'éléments architectoniques empruntés à d'autres sites (occidentaux pour certains comme pour la baie vitrée), mais aussi l'application des recommandations municipales ou le degré de suivi des tendances et modes qui s'élaborent à l'échelle nationale. Il est possible de les lire comme un manuscrit en cours de constitution et qui nous livrerait les étapes successives d'une idée ( ?), rétroactivement. Les formes ornementales choisies – qui tiennent compte du coût, du degré de qualification et d'exécution – sont celles qui, pour les occupants des lieux, sont le plus à même d'exprimer leurs représentations de la "ville" et l'importance accordée à une telle extériorisation : les conventions qui s'établissent peu à peu dans la qualification de l'espace extérieur, limitrophe au logement, sont réactualisées par rapport à "ce qui se fait ailleurs" (dans le même site ou dans une autre ville), chez ses semblables. Ces traitements successifs des façades de maisons urbaines apparaissent ainsi comme une tentative pour maîtriser les modes de représentation, comme leur ordonnancement au cours du temps, "en fixant exhaustivement les différences et les identités (qui sont tout autre chose que les ressemblances)"26. Ce travail de mise en ordre entrepris par les habitants rejoint ici une fonction habituellement dévolue au discours.

Les limites d'une telle lecture de façades

26Nous avons constaté à maintes reprises que ces modalités de réalisations de façades à Tozeur, sont pratiquement inconnues dans le monde rural et steppique. Il est symptomatique qu'elles apparaissent dans les quartiers périphériques d'habitat "spontané", au moment où ces zones sont comptabilisées administrativement dans la réorganisation du site municipal et où les habitants de la "deuxième génération" deviennent autant d'acteurs de la vie urbaine.

27Le degré de participation de chacun à cette esthétique urbaine reste somme toute faible, dans la mesure où elle se limite à la fabrication d'une devanture de maison. Néanmoins, nous avons pu constater que les "messages" de ces façades sont de portées beaucoup plus large. Ils transcrivent, à la fois, un positionnement social, une constitution de réseaux à l'échelle de l'ensemble du site urbain et traduisent une compréhension, par l’usager, de ce même site urbain. Pour autant, ils apparaissent de façon répétitive, de maison en maison, de nombreuses similitudes se dégageant dans les modes de traitements choisis.

28Ces éléments de réflexion ont pu cependant émerger parce que nous tentions de partager une même culture technique avec les habitants de Tozeur, afin de comprendre les spécificités de la "maison tozeroise" qu'ils ne cessaient de mentionner au cours des enquêtes. Au départ, nous avions privilégié les aspects portant sur la composition esthétique des façades, leur agencement, le déplacement des motifs lors des transformations de la ville. Ces questionnements n'étaient guère partagés par les habitants et leurs paraissaient secondaires. Ils ont pourtant été vérifiés, à maintes reprises, sur le terrain et confirmés dans une approche historique du développement de la ville et des constructions. Nos tentatives pour réactiver a posteriori certaines classifications d'éléments architectoniques (dates d'apparition, populations concernées, etc.) ne trouvant d'écho que dans l'intérêt que nous leur portions, elles ne sont peut-être pour les Tozerois que des "représentations" achevées, témoins d’enjeux véritables qui se déroulent désormais sur d’autres terrains.

Notes

1 Sur ces modifications d'aspects, comparer les premiers documents iconographiques disponibles (dont les études de J. Revault sur Tunis et Fès) aux descriptions de X. Thyssen, "Des manières d'habiter dans le Sahel tunisien", Les Cahiers du CRESM, XV, 1983 ; à celles de S. Santelli et T. Tournet,"Évolution et ambiguïté de la maison arabe contemporaine", Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 20-21, 1987, pp. 48-55).

2 Ce travail est mené dans le cadre d'une thèse EHESS, sous la dir. de Christian Topalov : Construire son chez-soi, dynamique des transformations de l'habiter dans une ville oasienne à l'époque contemporaine.

3 Les commentaires sont rapportés par Du Paty de Clam, en 1890, dans les Fastes chronologiques de Tozeur, Paris, Augustin Challamel, 1890, 43 p.

4 Cette restriction dans la visite du site découlerait du seul choix des auteurs, mais elle exprime autant une qualité de son bâti qu'une certaine forme d'allégeance de ce quartier au pouvoir beylical (cf. A. Hénia, "Mécanismes d'articulation des communautés oasiennes du Jérid avec le pouvoir central de Tunis au cours du XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècles", in Le Maghreb, approche des mécanismes d'articulation, Casablanca, 1991, pp. 153-172. Pour les autres quartiers, les murs donnant sur les espaces extérieurs et rues des autres quartiers étaient majoritairement enduits, ils étaient donc moins "pittoresques". Cependant, les espaces domestiques intérieurs étaient très similaires dans leur traitement.

5 Gendre F., "De Gabès à Nefta (le Nefzaoua et le Jérid)", Revue tunisienne, XV, 1908, pp. 383-411 et 499-520

6 Le mouvement architectural Arabisances eut lieu principalement au début du XXe siècle dans les trois pays du Maghreb (Tunisie, Algérie et Maroc), dans le but de donner un caractère local, "d'arabiser", les édifices et bâtiments publics. Cf. G. Baudez, F. Béguin, L. Godin et D. Lesage, Arabisances : limites et grands tracés, Paris, Corda, 1978.

7 La population globale de l'agglomération est estimée à 40 000 habitants en 1988, soit une densité moyenne de 40 hab./ha. De très fortes disparités existent entre quartiers.

8 Cette attention s'est traduite au niveau politique par l'implantation d'un aéroport international en 1975, la promotion de la ville en cheflieu de gouvernorat en 1981 (elle dépendait autrefois de Gafsa, à 100 km au nord), du développement du "tourisme saharien" depuis 1989 avec la plus importante zone hôtelière de la région d'une capacité de près de 5 000 lits, l'implantation et l'extension des gros équipements (lycées, hôpitaux, tribunal, etc.) et de plusieurs visites présidentielles.

9 Cf., à ce sujet, F. Abachi, "Histoires d'habiter, enquête sur des perceptions vernaculaires", in J. Dakhlia (éd.), Urbanité arabe, hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindbad-Actes Sud, 1998, pp. 407-430.

10 Du moins l'habitation et la famille patriarcale telle que nous la décrit Du Paty de Clam dans "Étude sur le Jérid", Bulletin de géographie historique descriptive, 1893, pp. 283-338.

11 Voir le repérage d'André Borg, "L'habitat à Tozeur", Les Cahiers de l'Afrique du Nord, 1959, n° 5, pp. 91-107. Bien qu'il ne soit pas directement fait état de localisation géographique, nous n'avons pas constaté une répartition uniforme de ces motifs sur l'ensemble du site, sans en tirer de conclusion pour autant.

12 Une première approche en est faite dans F. Abachi, "Les façades de la ville", in "Esthétiques populaires", Les Cahiers du LAUA, n° 5, pp. 79-101.

13 Cette confusion vient peut-être du fait qu'une maison porte encore le nom de famille de son occupant, ce qu'il y a peu de temps encore désignait lac achira, la portion de rue ou de quartier où s'était établie telle famille de ce nom, d'où la généralisation qui en découle de nos jours encore. Pour plus d'information sur la mémoire de ces lignages, cf. J. Dakhlia, L'oubli de la cité, Paris, La Découverte, 1990.

14 A. Borg, "L'habitat à Tozeur", op. cit.

15 En plus de leur emploi sur l'ensemble de la façade, nous notons des différences de proportions des motifs, dues essentiellement aux différences de dimensions des briques de terre cuite : 19 x 9 x 3 cm pour la brique "arabe" contre 20 x 10 x 5 cm pour la brique "française".

16 Ce règlement d'urbanisme est alors en cours de formulation. Il est publié dans sa version finale en 1969, sans être pour autant approuvé par décret.

17 La part d'influence de ces institutions, dans cette époque de construction d'un État-nation et de son unité, était plus grande qu'elle ne l'est actuellement.

18 Des vieux murs en démolition nous ont livré des briques de différents formats, avec des mortiers de composition différente, encore en accroche. Ceci permet de supposer une provenance de constructions différentes entre elles, dans le temps et l'espace.

19 Il ne s'agit pas à proprement parler d'un fait décoratif, mais plutôt d'une marque de superstition reprenant un geste très ancien "pour chasser le diable", tout comme protégeaient contre les mauvais esprits, le poisson, la khomsa ou "main de Fatma"… Ces marques, autrefois directement peintes sur les murs, sont reprises sur des carreaux de faïence incrustés dans l'enduit. Ces marques sont très courantes dans le monde rural.

20 Ces anciens bédouins ont longtemps constitué la principale main d'œuvre des grands chantiers du bâtiment où ils ont eu l'occasion d'apprendre les nouveaux modes constructifs employés avant de les appliquer à leur habitat. Cf. C. Simmonet, "Du détail en architecture", Techniques et Architecture n° 386, 1990, p. 90 ; F. Abachi, "Capacités ordinaires face à une construction ordinaire", in I. Berry-Chikhaoui et A. Deboulet (dir.), Les compétences des citadins dans le Monde arabe, Paris, Karthala, 2000.

21 Il est demandé un retrait de l'implantation des constructions habitées, par rapport aux limites mitoyennes et aux voies. Il est communément admis que ce retrait est de 4 m, mais on oublie qu'il est également fonction de la hauteur des constructions mitoyennes et de la largeur de la voie.

22 En périphérie de la ville, de nombreux artisans ont monté des petits ateliers de fabrications d'éléments en pierre reconstituée : colonne et chapiteaux, balustrades et bordures de fenêtres, etc. Le catalogue des modèles proposés évolue lentement. Les portes d'entrées métalliques sont, à l'achat, moins onéreuses que les portes en bois.

23 Ce Programme, mené de 1996 à 2000, a consisté à recouvrir les façades des rez-de-chaussée des bâtiments privés et publics – construits en bordure des principaux axes de la ville – de marqueteries en briques locales, ainsi qu'en l'édification de monuments aux endroits stratégiques de la ville. Cette opération a été largement médiatisée, entre autres par le nombre important de cartes postales représentant ces rues et monuments.

24 Sur la marque d'extériorisation des occupants, leur positionnement social qu'elle sont sensées transcrire et les façades comme "espace montré", voir les recherches de P. Boudon, Pessac de Le Corbusier, Dunod, 1985 et de N. Haumont, Les Pavillonnaires, CRU, 1975.

25 Sur ces distanciations, cf. F. Abachi, "Tozeur refait ses façades", Annales de la recherche urbaine, n° 85, 1999.

26 F. Walh, "Peut-on dire encore représentations ?", Horizons maghrébins, n° 39, 1999, pp. 121-133.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable