Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

V. Villes, territoires, patrimoine, pouvoirs

L'invention patrimoniale de la médina de Casablanca

De la "ville indigène" au centre historique*

Raffaele Cattedra

Texte intégral

  • * Une première version non publiée de ce travail a été établie en collaboration avec H. Dakhama Benn (...)

1

2« ... Depuis, le paysage urbain n'a pas cessé de subir toutes sortes de défigurations. À cet endroit même, on avait tout le loisir de promener son regard vers les toits de la médina, au-delà de la grande place Mohammed-V, ex-place de France. La vue est désormais complètement obstruée (...) par la masse bétonnée d'un hôtel rectangulaire, doté d'un Rik's Bar par référence au film de Michael Curtiz et comme identification (...) à rebours. ». (Raffaele Cattedra avec Hicham Dakhama Bennani)

  • 1 F. Choay, 1996.

3Le Maroc vit à l'heure actuelle une période d'exceptionnelle effervescence patrimoniale. Dans cette configuration "allégorique"1, attribuant, dans les registres et les domaines les plus variés (de la presse nationale aux annonces de festivals gastronomiques, des discours officiels aux programmes d'associations locales), un statut à référence patrimoniale à une panoplie d'objets, de lieux, de champs culturels, de savoir-faire ou de pratiques, s'affirme un fait particulier : de nombreuses villes, notamment sur la base de leur héritage historique, ont eu accès à la consécration de l'Unesco comme "villes patrimoine de l'humanité" (Fès, 1981, Marrakech, 1985, Meknès, 1996, et bientôt Tétouan). Or, cette prérogative, chargée de sens et d'une portée non seulement culturelle, mais aussi économique ou sociale, ne s'applique pas, en règle générale, à ces agglomérations dans leur totalité : elle ne concerne que la partie des villes considérée comme historique, soit le tissu urbain défini comme médina.

4On imaginerait volontiers que la médina de Casablanca, noyau urbain à partir duquel s'est développée la capitale économique du Maroc, "ville de la modernité", demeure à la marge de cette dynamique patrimoniale, n'ayant pas un statut de nature à légitimer son universalité historique et patrimoniale, ce privilège reconnu à d'autres médinas. Casablanca évoque en effet, dans l'imaginaire collectif, une aura de modernité. Son essor au XXe siècle est notamment le produit de l'action française sur une bourgade de la côte atlantique, laquelle, par l'accroissement de sa population, et le développement d'activités en tout genre, mais aussi du fait d'une sur-représentation mythologique de son image, devient une métropole d'échelle mondiale.

  • 2 La ville aurait pris le nom de Dâr al-Bayda vers la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avec la reco (...)

5Or, qu'en est-il de son site originaire ? La petite médina qui correspondait, en 1900, au périmètre urbain de Dâr al-Bayda2 (4,5 km2) se trouve aujourd'hui presque emprisonnée dans l'extension "tentaculaire" du bâti et du tracé de la métropole contemporaine, qui compte plus de 4 millions d'habitants, et dont la surface s'étend sur 1 650 km2. La médina de Casablanca, ou mieux l'ancienne médina, a assumé, dans le registre de la toponymie administrative, un qualificatif historique qui la distinguait des quartiers beaucoup plus récents appartenant à ce qui, sous le protectorat, et encore aujourd'hui, est nommé nouvelle médina, et que l'on désigne couramment à Casablanca comme habous ("nouvelle ville indigène", bâtie entre les années 1920 et 1940).

6Cette médina a donc subi, dans le courant du XXe siècle, un brusque processus de surdensification de l'habitat, de destruction et de reconstruction, partielle et ponctuelle, du cadre bâti (remparts, édifices, lieux de culte...), ainsi qu'une prolétarisation de sa population ; elle a connu, dans une période de quelques décennies, une dynamique de peuplement mouvementée, caractérisée par l'installation et le départ successifs de groupes composites (migrants ruraux, élites commerçantes urbaines, ouvriers, commerçants et aventuriers européens, populations juives du Maroc entier...). Néanmoins, elle semble bien devenir un objet d'attention – d'évocation ou de réappropriation – patrimoniale, à valeur historique et symbolique, au même degré que les vieilles villes patrimoniales du Maroc.

  • 3 On a essayé d'appréhender l'évolution des représentations et des pratiques se manifestant autour d (...)
  • 4 Daniel Rivet démontre bien comment la variation du mode de dénomination des espaces urbains (ville (...)
  • 5 Sur ce point, voir Présent et avenir des médinas, 1989. Voir aussi la définition du géographe L. G (...)

7Dans ce contexte urbain d'une ville au passé "pauvre", "projetée vers l'avenir", trois lignes de lecture convergentes, pas nécessairement univoques, permettraient de saisir les signes soutenant des processus "d'invention de la patrimonialité" de l'ancienne médina, à la croisée d'attentions conservatrices, d'opérations urbanistiques vouées à la sauvegarde ou à la reconstruction du cadre bâti, et de pratiques de réappropriation sociale3. Tous ces processus tiennent à la fois de la dévaluation et de la revalorisation, et se lisent métaphoriquement dans le passage que subit la médina d'un statut de "ville indigène", au début du siècle (ainsi qu'elle est définie dans les textes administratifs et scientifiques, et dans les plans et guides de tourisme publiés jusqu'aux années 1940)4, à celui, relativement récent, de "centre historique" avec une connotation contemporaine la définissant aussi par rapport au reste de Casablanca.5

  • 6 Cf. le texte de M. Nissabouri, 1997.
  • 7 R. Cattedra, 1996.

8Il s'agit en premier lieu de considérer le processus relatif à la construction de son historicité, processus ambigu, qui se constituerait en quelque sorte "à rebours6" et par rapport à la "tradition de modernité7" exprimée par Casablanca tout au long du XXe siècle. Une interrogation sur la façon dont la médina est racontée et représentée conduit ainsi, à partir d'un corpus des textes qui en traitent, à saisir les constantes fondant l'identité historique de la ville. On entend lire, dans ces récurrences, les procédés par lesquels un imaginaire passé et futur structure cette identité.

9La reconstruction de cette histoire, et de cette identité, se fait par la récupération d'un passé latent, dont l'épaisseur historique est jalonnée et confondue dans et par les différentes étapes de fondation, de destruction et de refondation de la ville. Exercice de légitimation d'une historicité de Casablanca, qui passe nécessairement par les traces, à la fois inscrites, gommées, évoquées ou encore refabriquées autour de la médina. Ainsi font surface, affichées de manière stratégique ou plus idéellement revendiquées, les temporalités fortes qui balisent les "étapes urbaines", à la recherche d'un sens que la médina conserverait, tout en le transposant en histoire. Elles se résument en une théorie d'événements, sous-jacents à son hagiographie symbolique : la refondation alawite à la fin du XVIIIe siècle, la conquête coloniale (1907) et l'extension de la ville neuve, l'émigration des communautés juives et leur départ, l'arrivée des Américains, l'indépendance (1956), la maîtrise de la croissance contemporaine de Casablanca ; on peut également considérer, à rebours, la destruction de la ville par les Portugais au XVe siècle, sa fondation berbère sous le nom d'Anfa (vers le VIIe siècle), pour terminer sur le mode archéologique par la présence de l'homme préhistorique dit de Sidi-Abderrahmane.

10Le deuxième champ dans lequel se manifeste ce processus de patrimonialisation est celui de l'action urbanistique et architecturale menée sur la médina. Il permet, à partir de l'action pseudo-conservatrice de Lyautey, dès les années 1910, et de celles mises en œuvre par la suite, de saisir, dans toute sa discontinuité, le sens de la médina dans le cadre du projet urbain. Les actions concernant la médina se révèlent ainsi étroitement liées au projet contemporain de Casablanca, et notamment aux grandes opérations d'urbanisme lancées autour de la construction de la Grande Mosquée Hassan-II, gagnée sur la mer, au nord-ouest de la médina, entre 1986 et 1993.

11Un autre révélateur d'un effet de revalorisation – et donc de patrimonialisation – est représenté par des modalités contemporaines d'appropriation symbolique et matérielle de la médina. Dans cette dynamique, au-delà de l'évidence du poids économique et du rôle commercial joué par le centre ancien (marchés, boutiques, magasins, ateliers, cafés, hôtels), se croisent, d'une part, des pratiques à caractère touristique, et plus précisément la visite de lieux originels par des groupes de la communauté juive casablancaise, émigrés à l'étranger, et, d'autre part, une repolarisation de la fonction cultuelle, autour des mosquées de la médina, et notamment le regain de fréquentation d'une mosquée considérée comme historique, à l'occasion de la prière collective du vendredi. Ces pratiques de réappropriation diverses, dont on essaie ici de présenter un premier tableau, soutenues par une polarité cultuelle et par une mémoire collective, par un discours à référence identitaire, et par des actions urbanistiques de conservation ou de réhabilitation, selon la formule consacrée, concourent, et c'est notre hypothèse, à relégitimer la médina de Casablanca. Dans ce processus de revalorisation, réinvestie en tant que repère symbolique et historique, la médina est réinscrite dans ses valeurs de centralité géographique, fonctionnelle, mémorielle et cultuelle.

La construction d'une historicité de Casablanca autour de la médina

  • 8 D. Noin, 1971, p. 7.
  • 9 Ibid.
  • 10 "La ville indigène. Trajet de 1 heure à parcourir de préférence à pied ; peut s'effectuer aussi en (...)

12Casablanca offre, à la fin du XIXe siècle, l'image d'un village dont la population ne dépasse pas cinq mille habitants, une petite médina avec un port en mal de mer. Au début du XXe siècle, une autre image s'offre au visiteur de Casablanca, celle d'un chantier en éternelle expansion. Cette image est renforcée par l'explosion démographique. Casablanca jaillit du néant, elle devient rapidement par son trafic le premier centre commercial du Maroc, dotée d'un port dont "on s'étonne de la dimension des bassins et du nombre des navires8". La petite médina est engloutie par cette invasion. Débarquant à "Casa", "on a l'impression d'arriver dans une grande ville... on est frappé par l'allure américaine des buildings9". Dans les guides touristiques jusqu'aux années 1940, la médina de Casablanca est racontée comme un petit centre indigène, constituant un bref passage dans un circuit touristique plus vaste10. Il faut faire le tour des remparts, qui sont valorisés par le boulevard du 4e-Zouaves, la place de France, l'horloge et Bab-Marrakech. On hume de loin "le parfum indigène" dans une juxtaposition entre Moyen Âge et Temps modernes. Quelques drapeaux de consulats étrangers flottent, au début du siècle, à l'intérieur des remparts et l'on fait état du spectacle de juifs et de musulmans en djellabas. On rappelle également que les charmes de la médina se trouvent largement dépassés par ceux des autres villes traditionnelles marocaines.

  • 11 R. Cattedra, 1993 ; voir aussi D. Rivet, 1984.

13Tout en se déployant sur une dichotomie entre la ville ancienne et la ville moderne qui se construit, la représentation de Casablanca s'inscrit dans une perspective d'ensemble de la vision urbaine du Maroc sous le protectorat français. Celle-ci est faite de clichés, entre une représentation fossilisée de la tradition et du passé, et une dynamique du progrès et de la modernité (l'emploi de ce répertoire reprenant le registre en vogue dans les premières décennies du siècle). Néanmoins, une telle vision n'est pas statique, elle comporte plusieurs ordres de lecture diachroniques. Elle peut ainsi se révéler dominée par une optique "sécuritaire", au tout début de l'emprise coloniale. Elle peut encore se décliner, à l'âge d'or du protectorat, dans l'entre-deux-guerres, à la fois comme un éloge de l'acte de refondation moderne (la ville neuve) et comme un enchantement de la médina "des mille et une nuits" à Casablanca, c'est évidemment le premier aspect qui prime. Enfin, cette vision solaire laisse place à une nouvelle lumière crépusculaire, qui considère l'objet ville sous une autre perspective : la dégradation de "l'habitat musulman", son insalubrité, induit une question sociale : la "prolétarisation". En d'autres mots, apparaît tout entier le problème du contrôle et de la gestion de la ville, tandis que la conjoncture politique commence à ébranler la stabilité du protectorat.11

  • 12 Voir à ce propos les directives pour Rabat : "La ville arabe, le quartier juif, je n'y touche pas, (...)

14La politique de Lyautey, par son arsenal juridique et ses dispositifs techniques, avait confectionné une image des médinas où le souci "esthétique" de la conservation était la contrepartie d'une théorie de la séparation entre "habitat indigène" et "habitat européen"12. Or, dans le cas de Casablanca, le marquage stratégique d'éléments de nature à soutenir une telle image a eu pour effet de remettre en cause le principe même de la conservation lors de la construction de la ville moderne. Duale, la ville coloniale est en effet trahie dans sa dichotomisation par l'expansionnisme moderne. Un épigone de l'intelligentsia coloniale en témoigne, à la fin des années vingt ; il effectue un pèlerinage à travers une médina qui a désormais perdu son statut de ville à part entière, pour ne représenter qu'un élément du puzzle urbain :

  • 13 J. Ladreit de Lacharrière, 1929, pp. 521-522.

« À Casablanca, une manière de pèlerinage m'a conduit de la porte de la Marine par laquelle étaient rentrés en août 1907 les marins de l'enseigne de vaisseau Ballande, à la Voilière. On appelait ainsi en 1910 la baraque habitée par le général commandant le corps de débarquement ; (...) demeure qui abrita Drude, d'Amade, Moinier. Dans ce parcours, toute l'histoire de la ville : le triangle de la place du Commerce auquel on accède toujours par des rues biscornues autrefois animées par un grouillement de passants, comparable pour l'époque à celui de la place de France, est aujourd'hui silencieux, délaissé et semble conduire chez la Belle au bois dormant ; même vide, place du Boucheron. Mais à mesure qu'on avance, la rue du Commandant-Provost commence à s'éveiller, la vie, sourde d'abord, s'amplifie, la place de France trépidante, l'avenue du Général-d'Amade sillonnée d'autos qui s'embouteillent comme à Paris. Casablanca a vingt-deux ans : son cœur s'est déplacé vers la lumière, le progrès, la ville nouvelle… »13

  • 14 G. Léonard, 1986.
  • 15 J. Ravennes, 1932, p. 28.
  • 16 J. Berque, 1958.
  • 17 M. Ecochard (1955, p. 15) est l'urbaniste qui fut appelé en 1946 pour diriger l'aménagement urbain (...)

15Désormais, c'est donc la place de France, l'ancienne place Bab-as-Suq (qui prendra le nom de place Mohammed-V à la suite de l'indépendance, pour devenir dans les années 1990 place des Nations-Unies), qui façonne, encadre et révèle le centre de Casablanca, s'appropriant les nouvelles références symboliques de la ville. Elle marque, dans le plan de l'urbaniste Henri Prost, le noyau d'une ville radio-concentrique hiérarchisée. La place de France s'habille de cafés, d'hôtels, de banques, d'agences de commerce ; elle se pare des noms prestigieux de ceux qui l'ont conquise ; boulevards et avenues rappellent les héros de la colonisation. Ainsi, elle devient la "place historique de Casa14", "la place de France qui résume le Maroc entier15". Dans la ville qui, selon les termes de Jacques Berque, refait le Maroc jusqu’au Tafilelt16, par fer, par terre, par eau ou par air, on arrive toujours à la place de France. Tout aboutit à la place de France, constatera encore, autour de 1950, Michel Ecochard17. Mais ces représentations ne sont pas univoques, a-t-on annoncé. En ces années cinquante, tout en continuant à représenter les contrastes temporels de ses clichés, Casablanca devient "ville d'émeutes" et berceau du nationalisme, tandis que l'ancienne médina, de "ville indigène" se transforme désormais en "vieille ville" :

  • 18 M. de La Varde, 1955, pp. 8-9.

« À la sortie du port, en débouchant sur la droite, se présente la vieille ville, Dar Beida, enceinte de remparts, l'ancienne médina, ville moyenâgeuse en plein Chicago, aux ruelles étroites et sordides, mal pavées, aux maisons en terrasses mal blanchies, aux cent mosquées minuscules et désaffectées, avec une populace grouillante et crasseuse, pittoresque dit-on, cocktail racial et baragouinant les langues méditerranéennes : arabe, berbère, juif sefardi, espagnol, français, métis, européen. C'est Smyrne, c'est Gallipoli, c'est Salonique, c'est un des aspects piètrement méditerranéens que n'eût pas désavoués Panait Istrati, c'est Casablanca d'avant la conquête, d'avant Lyautey, celui dont l'Istiqlal revendique l'histoire, sentant l'olive confite, la friture de poissons, les brochettes de mouton, la figue de Barbarie et la pisse. »18

16Dans cette vision d'un Casablancais français, M. de La Varde, au tournant des années cinquante, non seulement la médina correspond désormais à des clichés dépréciateurs (pour son délabrement, sa saleté, sa dangerosité – pour qui ?), mais la ville européenne elle-même subit une semblable dévalorisation : sous la plume de ce journaliste, qui prône le choix "subversif" d'une Afrique française autonome de la métropole, la ville, devenue "affreuse", est perçue dans le sentiment de haine et de désespoir des jours qui précèdent l'indépendance. Néanmoins, la stigmatisation de cette cité, qui s'affiche "frondeuse", constitue une marque indélébile. Les échos des émeutes de Casablanca, qui éclatent en 1952 dans les bidonvilles – espaces conçus, à l'instar de la médina, selon la vision coloniale, comme des territoires musulmans au sein de la ville –, dépassent les frontières du Maroc pour forcer les portes de la diplomatie mondiale à l'ONU, représentant ainsi une étape essentielle sur la voie de l'indépendance du pays. La ville continuera à incarner par la suite l'esprit de révolte (notamment en mai 1965, 1979 et 1981). C'est d'ailleurs à la suite des dernières émeutes qu'au début des années 1980, les services de l'Urbanisme du Maroc ont été mis sous la tutelle du ministère de l'Intérieur.

  • 19 Sur ce thème : A. Rachik, 1995, p. 96 ; J.-F. Clément, 1982-1983 et 1992 ; Cl. Liauzu, 1985 ; K. B (...)
  • 20 M. Dermouni, G. Léonard, 1987 (première partie : "Histoire et mémoire collective").

17Il s'impose ainsi une double correspondance, tant dans le rapport à l'espace que dans l'usage des clichés historiques. D'une part, à la dangerosité des lieux qui représentaient le berceau du nationalisme vers la fin du protectorat (l'ancienne et la nouvelle médina, la rue de Strasbourg, avec, par corollaire, les bidonvilles), répond, après l'indépendance, une dangerosité, latente ou manifeste, des territoires urbains populaires, surdensifiés et dégradés (incluant la médina et les périphéries)19. D'autre part, se tournant vers le passé, on ira chercher l'esprit de dissidence et de fronde, qui caractériserait la citadinité casablancaise, jusqu'à l'époque du royaume des Berghwata (VIIe -XIe siècles), ces Berbères qui s'opposèrent avec obstination aux dynasties arabes et à l'islamisation20 ; ou bien encore, on se reportera à la fin du XVe siècle, pour mettre en exergue la geste des pirates d'Anfa, qui provoquèrent ces fâcheuses représailles portugaises, aboutissant à la destruction complète de la ville.

  • 21 "Une ville musulmane traditionnelle, lacis de ruelles étroites et tortueuses où la voix publique s (...)

18Nous voilà donc face à une cité musulmane qui remonte au XVe siècle, et même bien avant21. Si elle ne semble pas, dans les écrits des érudits et des historiens, se voir reconnaître le statut des grandes villes prestigieuses du Maroc, ses origines remonteraient malgré tout à un passé préislamique et même préhistorique :

  • 22 A. Adam, 1968a, p. 7.

« Il y a des cités illustres et pour ainsi dire nobles dont les chroniqueurs nous content les fastes avec un luxe de détails – et de légendes – qui font la joie – et l'embarras – des historiens. Il est aussi des villes roturières, sans éclat, auxquelles personne ne s'est intéressé pendant des siècles, qui n'ont pas laissé de monuments et sur lesquelles documents et chroniques restent muets. Casablanca est de celles-là. Sans être très ancienne, elle approche probablement l'âge de Marrakech. Mais elle a eu le malheur de connaître un sommeil ou plutôt une interruption d’existence, un "non-être" qui a duré trois siècles, et cela précisément à l’époque où les rapports de l’Europe avec le Maroc devenaient plus suivis et les textes plus abondants. Du second tiers du XVe siècle au second tiers du XVIIIe siècle, Anfa n’est que ruine. »22

19A. Adam, l'auteur de cette citation, tout en se définissant comme sociologue (son œuvre majeure porte sur Casablanca au XXe siècle), se livre ainsi à ce qu'il considère comme un nécessaire travail d'historien. Mais il est guidé dans cette avenue la conscience que c'est la "troisième naissance de Casablanca", liée à la volonté de Lyautey d'y construire un port artificiel, qui constitue les débuts de sa véritable histoire.

20De son ouvrage sur l'Histoire de Casablanca, des origines à 1914, il commente ainsi le titre :

  • 23 Ibid., p. 5.

« L'histoire de la ville ne s'arrête pas là. On pourrait dire, en un sens, qu'elle y débute et que ce que nous avons narré ici, ce n'est au fond que la préhistoire de Casablanca. »23

  • 24 "Des chroniques portugaises de cette époque montrent qu'Anfa est restée un des principaux ports d' (...)
  • 25 On rappellera ici les écrits de J.-L. Miège 1953, 1954 et 1959, notamment pour le XIXe siècle.
  • 26 Ancienne appellation berbère des vastes plaines s'étendant autour de Casablanca.
  • 27 M. Dermouni et G. Léonard, 1987, pp. 6, 9-39.
  • 28 Cf. M. Toledano, (1982), pp. 11-13.

21Si l'auteur n'hésite pas à discuter l'hypothèse que la ville ait été abandonnée, durant trois siècles, après sa destruction par les Portugais, c'est justement une lecture à rebours qu'il met en œuvre, de nature à perpétuer l'image d'une ville convoitée par l'autre. À d'autres égards encore, cet effet de miroir, de correspondances entre le présent et l'histoire passée, se révèle à nouveau. Ainsi, dans son rôle commercial, il apparaît que Casablanca était jusqu'à la fin du XVe siècle un point de relais entre les plateaux arrière de la Chaouïa, connus pour leur production céréalière, et les Européens qui venaient se ravitailler au port24. Ces représentations construisent de la sorte une continuité dans la fonctionnalité de la ville à travers les siècles. Or, de manière cette fois systématique, cette reconstruction spéculaire d'une histoire a pris récemment un tour plus manifeste, avec la publication de l'ouvrage de M. Dermouny et G. Léonard. Ces deux auteurs spéculent, autour de "la parole et la trace", comme l'avaient fait d'autres auteurs avant eux, sur l'étymologie de l'ancienne appellation de la ville ("Anfa"), et ce dans l'intention de ne pas « occulter une dimension essentielle : la représentativité historique de cette ville.25 » En en berbérisant l'origine, les auteurs mettent en exergue le passé berghwati et tamesna26 de Casablanca, et confèrent à la ville ses titres de noblesse, en la faisant remonter à une époque où les grandes villes makhzéniennes du Maroc n'existaient pas encore27. En vertu de ces travaux sur la numismatique28, l'archéologie et la paléontologie, la ville de Casablanca est devenue millénaire ; son origine n'est plus à inventer puisqu'elle est établie preuves à l'appui par les historiens.

  • 29 Notamment dans ses discours prononcés à l'occasion du Salon de l'architecture, de l'urbanisme et d (...)

22C'est enfin dans le discours d'un responsable du Syndicat du tourisme de Casablanca, membre fondateur d'une association pour la sauvegarde du patrimoine, Dâr al-Bayda al-Kubra (" Le Grand Casablanca "), maître M. Sanhaji, que l'implicite mythologique et historique de la médina de Casablanca trouve aujourd'hui une consécration achevée. « Casablanca est une ville millénaire », répète-t-il avec émotion quand l'occasion lui en est donnée29, « Elle est plus ancienne que Fès, Marrakech, Le Caire... et bien d'autres, dont le nom a fait fortune ». « Où sont les traces qu'avaient laissées, inscrites sur le sol, les Phéniciens, les Carthaginois, peut-être les Romains et, bien avant, l'Homo erectus de Sidi-Abderrahmane, découvert à la fin des années 1950, et remontant à plus de quatre cent mille ans ? » demande-t-on encore rhétoriquement. Ces traces auraient été effacées de la mémoire de Casablanca durant des siècles, recouvertes de ses ruines, noyées sous l'encre de l'histoire officielle et dynastique, englouties sous le béton, cachées sous les pavés et le goudron des rues de l'immense métropole du XXe siècle. « Casablanca est ainsi victime d'une injustice », conclut M. Sanhaji. La redécouverte du temps long de son histoire permettrait de restituer à la médina l'un des éléments constitutifs de sa patrimonialité et sa pleine valeur historique.

Les logiques urbanistiques : de la chronique d'une disparition annoncée aux actions de réhabilitation patrimoniale

23Si la médina de Casablanca, ne serait-ce que par sa place géographique au sein de l'agglomération contemporaine, a toujours joué un rôle de centralité, il faut bien considérer qu'en même temps son bâti vétuste, mal entretenu et de plus en plus dégradé, son tracé étroit et "irrégulier" ont constitué, et ce dès le premier "plan d'extension de Casablanca" de 1917, une entrave à l'expansion et à la communication, larges et linéaires, de la ville neuve.

  • 30 H. Prost fut chargé des plans d'aménagement de dix villes : Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech, Mek (...)
  • 31 Les raisons de cette séparation sont largement développées dans un volume qui célèbre la première (...)

24Au Maroc français, dans le domaine de la politique urbaine du protectorat, toute action d'envergure prend origine dans la "théorie de la séparation" du maréchal Lyautey, dont la réalisation pratique fut confiée à l'architecte Henri Prost30. La politique urbaine du "bâtisseur de routes et de villes" (comme a été maintes fois nommé le résident général), innovant par rapport aux conceptions qui avaient présidé aux actions de tabula rasa en Algérie, reprenant en revanche des modus operandi déjà expérimentés en Tunisie, procédait de trois principes fondateurs : séparer la ville neuve de la médina pour assurer à chaque entité son autonomie31 ; protéger et restaurer les sites urbains traditionnels et les monuments représentatifs de l'histoire du Maroc ; appliquer aux "villes européennes" les conceptions les plus modernes dans le domaine architectural et urbanistique.

  • 32 On remarque que le site de Casablanca n'apparaît manifestement pas dans le "Rapport sur la défense (...)
  • 33 P. Rabinow (1989, p. 303) affirme à ce propos : "Despite repeated statements from urbanists to the (...)
  • 34 H. Prost, 1917.

25À Casablanca, toutefois, ces principes ne seront appliqués qu'en partie, soit pour des raisons de fonctionnalité urbaine – le commerce et l'accessibilité du port à la ville neuve –, soit pour des considérations d'ordre esthétique, qui n'attribuent pas à la médina le même statut et les mêmes valeurs que ceux dont se parent les autres médinas marocaines32. Ici, c'est la modernité qui prime, en dépit de l'histoire33. Sur ce point, Henri Prost sera très clair : la ville indigène, qui est sans intérêt artistique, et qui ne peut guère convenir aux nécessités du commerce européen, disparaîtra et sera en grande partie absorbée par la ville nouvelle. Celle-ci, logiquement, doit arriver à s'étendre directement en contact avec le port sur toute son étendue.34

26Et Lyautey, lui-même, confirmera cette approche après son départ du pays, intervenant, à l'université des Annales, à Paris, en 1926, lors d'une conférence de J. Gallotti (alors inspecteur des Beaux-Arts au Maroc) sur le thème éComment on sauve l'art d'un pays" :

  • 35 H. Lyautey, 1995, p. 497.

« À Casablanca, la disparition de la ville indigène était déjà à demi consommée, sans grand dommage d'ailleurs, car il n'y avait là qu'une agglomération récente, sans intérêt d'art. »35

27La zone non aedificandi, entre les deux entités (ancienne et moderne), bien que beaucoup moins marquée à Casablanca que dans d'autres villes (Marrakech, Fès, Meknès notamment), remplit symboliquement le hiatus temporel et spatial entre deux civilisations que l'on veut territorialement séparées, temporellement axées l'une vers le passé, l'autre vers le futur, mais rhétoriquement associées dans la théorie du protectorat lyautéien. Le contraste est marqué par une muraille qui mythifie la "ville indigène", en figeant sa temporalité dans ce qui semble faire partie d'une histoire mineure... En fait d'histoire figée, A. Adam fait le constat suivant, à la fin des années 1960 :

  • 36 A. Adam, 1968b, t. l, p. 35.

« Ce mur a aujourd'hui disparu sur presque toute sa longueur, sauf quelques points. »36

28Les premières démolitions concernent le front sud-est de la médina, et un certain nombre d'habitations environnantes ; le but en est d'élargir la place de France (200 x 70 mètres) et de créer une nouvelle voie d'accès au port, le boulevard du 4e-Zouaves (boulevard El-Hansali, après l'indépendance, et actuellement boulevard Houphouët-Boigny). Mais les interférences des groupes financiers, intéressés à la construction des édifices sur cette large avenue en raison de la spéculation foncière qu'on pouvait y faire, entravent le projet. Pour débloquer la situation, Lyautey en personne doit intervenir, affirmant dans une note adressée au délégué de la Résidence à Casablanca, en 1921 :

  • 37 H. Lyautey, "Note pour le délégué à la Résidence générale, 5 décembre 1921. Au sujet de Casablanca (...)

« Je pense en principe que cette opération est avant tout une opération d'état. »37

  • 38 D. Rivet, 1988, t. 3, p. 153, note 761. Voir aussi P. Rabinow (1989), à propos de l'efficacité du (...)

29En réalité, ce boulevard fut "élargi de manière expéditive en 1922 pour ménager au président Millerand une entrée triomphale à Casablanca", cette ville représentant, depuis la construction du port, la véritable porte d'entrée du Maroc38.

30Cette conception de la médina comme obstacle au développement moderne et fonctionnel de Casablanca, plutôt que comme héritage à préserver, perdurera, et sera cause, des années durant, de la destruction partielle de son tissu urbain, surtout périphérique. Michel Ecochard, dans son Casablanca. Le roman d'une ville, en témoigne sur un ton lapidaire :

« La ville ancienne ou "médina", petite agglomération sans caractère particulier, sans histoire, donc sans monuments. »

  • 39 Toutefois, dans son registre d'urbaniste – tout en stigmatisant, comme on le verra par la suite, " (...)

31La pression de la ville nouvelle, qui a déjà fait sauter les murailles de l'Ouest, fera certainement disparaître le "mellah" sans qu'on puisse le regretter.39

32D'une part, la médina est dépourvue de valeur historique, et l'on peut, par conséquent, envisager de la démolir ; d'autre part, l'urbanisme, comme le laisse entendre Adam, est une action d'ordre politique, ses opérations ne dépendent pas seulement d'une volonté extérieure, mais s'inscrivent dans une conjoncture à la fois sociale et politique.

  • 40 A. Adam, 1968b, t. 1, p. 44.

33Enfin, quelle que soit l'importance de sa population, l'ancienne médina a cessé d'être "ville", elle n'est même plus le centre de la ville : elle n'est qu'un vieux quartier pauvre et plein de taudis, sans la beauté et les souvenirs historiques qui font le prestige d'autres cités, une sorte de faubourg, qui dresse entre le port et la ville l'obstacle incommode de ses ruelles inaccessibles aux camions et que les plans des urbanistes vouent depuis longtemps à la démolition. Mais l'urbanisme est, comme la vengeance, un plat qui se mange froid et l'existence menacée de l'ancienne médina de Casablanca peut se poursuivre durant bien des années encore.40

  • 42 "La muraille de l'ancienne médina sera restaurée avec une légère modification de son tracé le long (...)

34Ainsi, après l'indépendance, la médina subit plusieurs actions de restructuration. Celles-ci comportent la destruction d'une grande partie du Mellah, pour un réaménagement de la place Mohammed-V qui s'effectue notamment dans les années 1970. Dans les années 1980, une autre vaste opération, conséquence de la reprise en main de l'urbanisme à la suite des émeutes de 1981, comporte un réaménagement de la place centrale de la ville, avec une opération de démolition et de reconstruction des remparts du côté sud de la médina42. C'est dans cette conjoncture que le souci d'ordre patrimonial réapparaît, à partir des options prévues par le SDAU de 1984.

Ancienne médina - action 2

  • 43 Les stratégies de cette "réhabilitation" consisteraient, selon le SDAU, en trois genres d'opératio (...)

« En tant que témoin de l'architecture traditionnelle marocaine à Casablanca, sa conservation s'impose. Mais elle exige une réhabilitation progressive qui aura pour effet de la dédensifier et de remettre en état les immeubles en leur apportant le confort dont ils sont souvent dépourvus. »43

  • 44 "L'ancienne médina, dont la vaste enceinte est antérieure au XIe siècle, est la partie la plus anc (...)
  • 45 "Par son plan, c'est une médina traditionnelle et médiévale : des rues étroites et sinueuses, de l (...)
  • 46 "Par ses maisons, l'ancienne médina diffère des vieux quartiers traditionnels marocains. Les maiso (...)
  • 47 "La partie nord est essentiellement une extension de l'ancienne médina, aux constructions vétustes (...)

35Ceci suggère plusieurs ordres de réflexions. Une première considération concerne le statut historique et artistique de la médina. Dans plusieurs documents publiés à partir des années 1980, et dans les diverses études qui lui ont été consacrées (notamment par l'Agence urbaine de Casablanca en 1988, 1991, et encore 1997 – étude en cours), on remythifie ses remparts en les faisant remonter au XIe siècle44 ; on lui attribue, par rapport à son tissu et à son tracé, une allure médiévale45. Ce faisant, on lui restitue une différence par rapport aux autres médinas marocaines46, en établissant une nette distinction entre son espace intérieur et la médina extra-muros47. On assiste de la sorte à un processus hésitant et ambigu de réinvention d'une patrimonialité de la médina, qui s'affirme maintenant comme "noyau historique" :

  • 48 Ministère de l'Intérieur, Agence urbaine de Casablanca, Réhabilitation d l'ancienne médina, décemb (...)

« En tant que noyau historique de la ville et en tant que témoin de l'architecture traditionnelle marocaine, l'ancienne médina nécessite une protection et une conservation afin de lui restituer son rôle culturel et social d'antan. »48

36Cette visée, de teneur apparemment protectionniste, s'explicitera de plus en plus à la fin des années 1980, où l'on pourra retrouver tous les éléments susceptibles de constituer les fondements d'une référence d'ordre patrimonial :

  • 49 Agence urbaine de Casablanca, Plan d'aménagement. Rapport justificatif, op. cit., p. 14.

« L'ancienne médina fera l'objet d'une vaste intervention de restauration, visant à améliorer la qualité des constructions, à sauvegarder les bâtiments et les éléments d'architecture du patrimoine national, à dégager les accès et des espaces publics nécessaires au développement des équipements, et à aménager l'aspect extérieur des abords de ce noyau traditionnel. »49

  • 50 Sur ce thème, voir M. Lussault, 1988, pp. 151-176.

37Cette nouvelle attention patrimonialiste, qui s'affirme par un vocabulaire technique, proposant, sur le même plan et de manière ambiguë, tout un inventaire d'actions (sauvegarde, conservation, réhabilitation, reconstruction, aménagement, restauration, dédensification...), nous amène à nous interroger sur les logiques profondes sous-jacentes à la mise en place de ces opérations50, et à considérer, en ce sens, l'émergence d'une véritable politique de restructuration de la médina et de ces espaces extra-muros, comme une stratégie de substitution sociale (gentryfication), au sein des logiques des divers concepteurs et urbanistes.

  • 51 Ministère de l'Intérieur, Société nationale d'aménagement communal, Aménagement de l'avenue Royale(...)

38Une telle dynamique est clairement explicitée par la grande opération d’aménagement de l’avenue Royale, qui "permettra la liaison directe entre la mosquée Hassan-II, les futurs palais des Congrès et Grand Théâtre, et la place des Nations-Unies (ex-place Mohammed-V)51". Cet axe urbain, d’une longueur de 1,5 km, dont les travaux de la "première tranche" ont été entamés aux abords de la mosquée, comportera le relogement de plus de 100 000 personnes (environ 20 000 ménages) qui habitent actuellement la zone déclarée d’utilité publique au nord-ouest de la médina (dans les faubourgs extra-muros).

39Véritable vecteur de la restructuration du centre-ville de Casablanca, cette opération de teneur néo-hausmannienne semble donc remettre enjeu, par un urbanisme autoritaire, le sens de la médina au sein du projet urbain, nous renvoyant presque aux logiques lyautéiennes du début du siècle :

  • 52 Préfecture d'Anfa, commune de Sidi-Belyouth, Plan d'aménagement, op. cit., p. 14.

« L'ancienne médina se referme à nouveau dans son enceinte, mais pour mieux s'intégrer à Sidi-Belyouth. »52

Mémoire judaïque et pratique de l'islam : deux formes de réappropriation patrimoniale de la médina

40La prolétarisation de la médina n'avait pas eu pour unique cause l'accroissement du peuplement musulman. Elle avait connu, à partir de la fin du XIXe siècle, un important brassage de populations, et voyait cohabiter ces différentes composantes. Les israélites, comme les musulmans, étaient arrivés à Casablanca en provenance de centres urbains tels que Rabat, Tanger, Fès, Marrakech, ainsi que de petits centres ruraux, pour former, entre 1856 et 1912, des communautés hétérogènes. Les étrangers, quant à eux, étaient français, espagnols, italiens et portugais, mais aussi algériens et tunisiens, entre autres. La toponymie de la ville en garde les traces, avec les derb talian, derb sbaliun, derb l'ihoudi et derb gnawa, derb sénégal, souvent par référence à l'installation de ces populations dans les rues de la médina extramuros (faubourgs nord-ouest). Jusqu'à la mise en œuvre du programme lyautéien visant la séparation ethnique des habitats, la médina avait aussi accueilli dans ses murs les migrants européens ; quelques familles continuèrent d'y résider jusqu'à la veille de l'indépendance :

  • 53 A. Adam, Casablanca, op. cit., t. l, p. 48.

« ... Le caractère prolétarien [de la vieille ville] était confirmé par la présence de "pauvres blancs", pêcheurs portugais, manœuvres espagnols ou italiens, chargés d'enfants, et qui logeaient dans des conditions aussi précaires que leurs voisins musulmans ou juifs. »53

  • 54 A. Adam, ibid., p. 43.

41Voici donc les deux caractères particuliers de la médina de Casablanca, notamment par rapport aux autres centres anciens du Maroc : la mixité de son peuplement et le fait que la forte présence juive avait « transformé la quasi-totalité de la médina en un immense mellah »54. Les effectifs de cette communauté – que les statistiques de l'époque séparent des "Marocains musulmans" – augmentaient en raison de l'émigration qui concernait alors l'ensemble des mellahs du Maroc. Un instituteur de l'Alliance israélite universelle, Moïse Nahon, décrit en ces termes, en 1899, le peuplement israélite de Casablanca :

  • 55 D. Cohen, 1996, p. 18.

« La communauté de Casablanca compte plus de cinq mille âmes. C'est une population laborieuse et très éveillée. Son malheur est d'être formée de colonies venues de tous les points du Maroc. à côté d'un faible noyau d'enfants du pays s'agite le groupe de Rabat, le plus gros, le groupe de Tétouan, de Tanger, des villes de la côte, enfin le flot toujours croissant des travailleurs ou mendiants en haillons accourus des casbahs de l'intérieur. Ces diverses agglomérations forment des castes fermées, se traitant mutuellement d'hérétiques, se croisant peu par les mariages, ne se comprenant presque pas tant leur antagonisme est aigu. »55

  • 56 Cf. les statistiques proposées par A. Adam, 1968b ; D. Noin, op. cit.
  • 57 A. Adam, 1950.

42Casablanca, ville de négoce, aurait attiré dès les débuts de sa croissance les grands céréaliers juifs de Fès, les exportateurs d'amandes de Marrakech et de Mogador, et les petits courtiers installés dans les centres ruraux qui profitaient de la solidarité confessionnelle pour investir les réseaux commerciaux que les israélites monopolisaient dans la ville. Entre 1890 et 1931, la population israélite de Casablanca passe de 5 000 à 20 000 personnes. Déjà en 1926, la ville s'apprête à accueillir la plus grande communauté juive du Maroc, pour devenir effectivement, en 1936, avec environ 40 000 personnes, la plus grande agglomération juive du pays – cette composante passe ensuite à plus de 72 000 personnes en 196056. Ce sont surtout les villes marocaines qui alimentent le peuplement israélite de Casablanca. Cela est dû à leur rôle de relais urbain entre le départ du petit village et l'arrivée à Casablanca, cette dernière devenant elle-même un relais pour d'autres horizons, internationaux cette fois. La densification de la médina par l'arrivée massive des israélites, qui s'installaient pour la plupart dans le mellah, et qui commencèrent à s'établir, par la suite, dans les quartiers limitrophes extramuros et dans la ville européenne, eut donc pour conséquence un nouveau phénomène social de promiscuité avec la communauté musulmane : en 1949, la composante israélite de la médina était devenue majoritaire, ses espaces intra-muros étant habités par 43 000 israélites et 25 000 musulmans, avec pour résultat une très forte densité résidentielle (1387 habitants par hectare).57

43Ce rapport particulier au territoire de la médina, par ses pratiques sociales et par son vécu, a laissé un marquage exceptionnel de l'espace. Aujourd'hui encore, quarante ans après le départ des israélites (entre 1960 et 1965, la communauté israélite de Casablanca perd 40 % de ses effectifs), la toponymie de la médina rappelle la présence dans ces lieux d'une communauté juive. Cette judaïté, relativement récente – comme l'est du reste le bâti de la médina –, déployée comme elle l'a été sur un siècle et demi (1836-1967), reste fortement ancrée dans l'espace : si le mellah a disparu dans les différentes phases d'élargissement de l'actuelle place des Nations-Unies, de nos jours, entre la rue des Synagogues et le sanctuaire de Rabbi Haïm Pinto, ces "lieux de mémoire" continuent à attester un processus de sédimentation en cours.

44Au-delà des traces matérielles inscrites dans les noms de rues, au-delà des signes que l'on retrouve sur les pierres de la médina, des repères d'une architecture populaire judéo-marocaine (symboles mal effacés qui s'affichent encore sur les portes d'entrée des habitations ou sur leurs seuils), cette présence passée reste latente dans l'imaginaire lié à la médina. Son poids symbolique ne s'est pas entre-temps effacé. Bien au contraire, il nous paraît que l'espace de la médina a vu sa charge symbolique s'intensifier avec le départ de la plus grande partie de la communauté israélite de Casablanca vers l'étranger, et avec sa disparition de la médina. Si aujourd’hui, pour la plupart des habitants de Casablanca, cette présence à l'intérieur de la médina n'est matériellement perçue que sous la forme d'un sanctuaire et par quelques commerces autour du marché de Bab-Marrakech, pour la communauté israélite de la ville (qui comprendrait aujourd'hui environ 5 000 personnes), ces lieux sont marqués par une "dramatisation", un arrachement territorial provoqué par le départ, une forte valorisation émotive et symbolique. Au sein des communautés qui ont quitté Casablanca, notamment pour Israël, l'éloignement a créé de surcroît des formes particulières d'attachement à la médina.

  • 58 L'émigration de la communauté juive hors du Maroc a commencé bien avant les années 1940. En effet, (...)

45La communauté israélite de Casablanca, en effet, continue de représenter la plus forte concentration juive au Maroc, et par-delà les effets des grands départs de la période 1948-1968, elle a conservé ses liens de parentèle avec les diasporas juives d'origine marocaine installées au Canada, aux États-Unis, en Amérique latine et en Israël58. Depuis quelques années, dans le cadre de ces relations jamais interrompues avec le Maroc, un phénomène de retour est en train de s'opérer, sous forme d'une dynamique touristique qui se redéploie sur les lieux d'origine, et donc aussi sur l'espace, désormais "historique", de la médina de Casablanca.

  • 59 D'origine araméenne, le mot hilloulot signifie "noces", et correspond à la célébration des noces d (...)
  • 60 Il s'agit de Rabbi el-Yahou, dont la dépouille a été transférée de son site originel au sein du me (...)

46Ces anciens Marocains israélites, qui ont pour la plupart acquis une autre nationalité, reviennent annuellement, et de plus en plus nombreux, au Maroc, souvent pour effectuer un pèlerinage auprès de tombeaux de saints juifs, à l'occasion de Hilloulot59. Le premier lieu de visite dans ces circuits est représenté par la ville de Casablanca, dont l'aéroport international constitue encore l'accès principal au pays. À la présence d'un saint juif considéré comme le patron de la ville60 correspond d'ailleurs une attache lignagère avec les membres de la communauté israélite encore résidente, dont la présence, bien structurée du point de vue administratif, facilite le contact avec les autres communautés israélites du Maroc, et l'organisation de circuits de tourisme à caractère mémorial et religieux.

47L'inscription de la médina de Casablanca dans un circuit touristique offre ainsi à la ville la possibilité de se placer dans la logique des lieux historiques régulièrement visités pour leur propre ancestralité – et renforce, par-là même, sa patrimonialité. Le fait touristique, depuis le début du protectorat, s'appuyait sur la seule médina, avec les quartiers des habous. Il s'élargit ainsi à une pratique de pèlerinage, avant que la construction récente de la Grande Mosquée Hassan-II, "monument historique" du Maroc, consacre le processus de revalorisation de la médina par des pratiques cultuelles.

48La médina n'a jamais été un espace religieux monolithique. Les lieux de culte des trois religions monothéistes y marquent l'espace de leur présence matérielle. Les vestiges de l'église espagnole de Buenaventura (désaffectée, transformée ensuite en salle de sports et actuellement fermée), le rappel de la rue des Synagogues (il y aurait eu jusqu'à quatre-vingt synagogues dans la médina, selon la mémoire de la population israélite), la présence de sanctuaires et d'une mission israélite (désaffectée elle aussi), l'existence de plus d'une dizaine de mosquées (dont les principales remontent au XIXe siècle), d'une dizaine de zaouïas (sièges de confréries) ainsi que d'autres sanctuaires musulmans sont les preuves de l'enchevêtrement des espaces des trois religions. Une telle mixité constitue donc, pour l'ancienne ville, un important enjeu politico-religieux.

  • 61 Dans ce sens, Adam écrit qu'"aucune mosquée n'avait assez d'ancienneté ni assez de prestige pour d (...)

49La médina a bénéficié pendant quelques décennies d'une polarité cultuelle symbolique mais, avec le temps, elle a aussi perdu le monopole du culte musulman. La construction des nouveaux quartiers musulmans aux habous avait en fait entraîné une décentralisation cultuelle dès les années 193061. Cette centralité perdue est récupérée au début des années 1980 par un effet de polarisation, lié à une demande de fréquentation des mosquées de la part des pratiquants, et ce en réaction à l'absence de lieux de culte musulman dans les quartiers du centre-ville (correspondant au périmètre initial de la ville européenne de Prost) ; cette demande résulte aussi d'un effet de "mode islamiste".

  • 62 M. Tozy, 1987, p. 42, à propos d'un imam prêchant à Ould al-Hamra, qui fut suspendu de sa charge " (...)

50Attestant une seconde forme de revalorisation de l'ancien centre, la concentration de mosquées à l'intérieur des remparts draine actuellement les pratiquants musulmans qui habitent dans les quartiers environnants. Ce phénomène s'est accentué par la présence, dans la médina, d'une mosquée ayant un statut particulier. Il s'agit de la mosquée Ould al-Hamra, qui date de 1790 et qui est localisée sur la voie côtière, face au port, dans l'alignement des remparts nord de la médina, près de la sqala (ancienne place militaire, récemment restaurée). À la suite de premiers éclats dans les années précédentes62, cette mosquée est devenue, à partir du début des années 1980, un véritable centre d'attraction pour une population qui se mobilise dans l'ensemble de l'agglomération casablancaise et même dans d'autres villes, afin de suivre le prêche du vendredi. Ses khutba sont prononcées par un imam, de tendance islamiste, en l'occurrence l' imam 'Abd al-Bârî az-Zamzam, dont les discours sont aussi diffusés en cassettes.

51Dans cette dynamique de réhabilitation cultuelle de la médina et de "requalification confessionnelle" du centre-ville par la construction de lieux de culte musulman, l'édification récente de la Grande Mosquée Hassan-II, à proximité de la médina, tout en prévoyant la future démolition des faubourgs nord-ouest extra-muros, s'inscrit dans un processus de revalorisation de la médina : en quête de légitimation, elle semble puiser sa fréquentation, pour l'essentiel, parmi les habitants de cette dernière. Elle se place ainsi dans une perspective concurrentielle avec le "bloc cultuel" des mosquées localisées à l'intérieur de la médina, et notamment avec la mosquée Ould al-Hamra. Celle-ci, les vendredis et les jours des fêtes musulmanes, manifeste une grande visibilité par la présence physique de ses fidèles dans les espaces environnants. Au moment de la prière, ils se déploient soit vers l'intérieur de la médina, soit sur le boulevard Sidi-Mohammed-ben-Abdallah, occupant, symboliquement, une partie de la rue menant à la Grande Mosquée.

52Que ce soit alors sous la forme d'une pratique religieuse autour d'une mosquée historique, animée par un imam engagé, ou par une pratique de mémoire communautaire, sur des lieux d'origine, s'inscrivant dans un plus ample dispositif d'ordre touristique, cette dynamique de réappropriation permet de saisir des signes correspondant à un processus multiforme de patrimonialisation de la médina. Dans un tel processus qui instaure la médina comme centre historique, sont condensées, à la fois, des valeurs dites traditionnelles, à référence temporelle stable et se réclamant de "l'authenticité" (celles-ci ne s'attachent pas toujours aux valeurs artistiques ou historiques de l'objet patrimonial, mais puisent leur légitimité dans l'appropriation sociale et symbolique de l'espace), et des valeurs patrimoniales se transposant en dispositif d'action sur la ville, prenant en compte pratiques touristiques, savoirs et techniques modernes.

53Discours initialement produits par les effets du regard sur l'altérité – dont la pertinence peut encore être opératoire dans l'actualité ; pratiques de recommunautarisation par le bas, suivant des modalités temporelles et d'ancrage territorial diverses ; actions urbanistiques de conservation ou de reconstruction, où l'on retrouve des déterminations à références identitaires ou universelles qui pourraient cacher, en réalité, des stratégies de substitution sociale à l'œuvre dans et autour de la médina ; tout cela contribuerait, à des degrés différents, à une réinvention idéelle mais active – c'est-à-dire patrimoniale – de la médina de Casablanca.

Bibliographie

Bibliographie

Adam A., 1950, "La population marocaine dans l'ancienne médina de Casablanca", Bulletin économique et social du Maroc, n° 47-48.

Adam A., 1968a, Histoire de Casablanca, des origines à 1914, Aix-en-Provence, éd. Ophrys (Annales de la faculté des Lettres. 66).

Adam A., 1968b, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l'Occident, Paris, CNRS Éditions.

Berque J., 1958, "Médinas, villes neuves et bidonvilles", Les Cahiers de Tunisie, n° 21-22, pp. 5-42.

Brown K et alii (éd.), 1989, État, ville et mouvements sociaux au Maghreb et au Moyen-Orient, Paris, L'Harmattan.

Cattedra R., "Nascita e primi sviluppi di une città coloniale : Casablanca. 1907-1912", Storia urbana, Milan, n° 53, 1990, pp. 127-179.

Cattedra R., 1993, "La città disincantata. Trame urbane e paesaggi simbolici nella percezione coloniale dei Marocco francese", 21 p. ; communication au colloque international Fonder le lieu, instaurer l'espace : le rôle des représentations géographiques (Gibellina, 30 septembre-2 octobre 1993).

Cattedra R., 1996, La metropoli virtuale. Dinamiche territoriali e immagine urbana a Casablanca. Thèse de doctorat en "études sur le Proche-Orient et le Maghreb", Naples, Istituto universitario orientale.

Choay F., 1992, 1996, L'Allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil,

Clément J.-F., 1982-1983 ? "Les révoltes urbaines au Maroc", in Habitat et cultures, Nancy, École d'architecture de Nancy, pp. 9-49.

Clément J.-F., 1992, "Les tensions urbaines au Maroc", in J.-Cl. Santucci (éd.), Le Maroc actuel. Une modernisation au miroir de la tradition ?, Paris, CNRS Éditions.

Cohen D., 1996, "Casablanca, porte de l'Occident", in Les Juifs du Maroc : images et textes, Paris, Éditions du Scribe.

Dakhama Bennani H., 1998, "Pratiques sociales et cultuelles de la communauté juive à Casablanca" ; communication à la journée d'étude Casablanca, objet de savoirs, 16 octobre 1997 (actes publiés en 1998).

Depaule J.-Ch. et Topalov Ch., 1996, "La ville à travers ses mots", Enquête, n° 4, pp. 247-266.

Dermouni M. et Léonard G., 1987, Casablanca. La parole et la trace, Casablanca, Afrique Orient.

Écochard M., 1955, Casablanca. Le roman d'une ville, Paris, Éditions de Paris.

Gambi. L., 1984, "Chio se alla definizione di centro storico", Storia urbana, Milan, n° 65-66.

Ladreit de Lacharrière J., 1929, "Au Maroc de 1929. Le développement urbain", Bulletin du Comité de l'Afrique française, pp. 521-522.

La Varde M. de, 1955, Casablanca. Ville d'émeutes, Givors, Éd. André Martel.

Léonard, G., 1986, "Deux places historiques. Casablanca capitale économique du Maroc", Peuples méditerranéens, n° 37 (octobredécembre).

Liauzu Cl., 1985, "Les mouvements urbains maghrébins : essai de lecture historique", in Cl. Liauzu, G. Meynier, M. Sgroï-Dufresne, P. Signoles, Enjeux urbains au Maghreb : crises, pouvoirs et mouvements sociaux, Paris, L'Harmattan, pp. 9-147.

Lussault M., 1988, "Un monde parfait : des dimensions utopiques du projet urbanistique contemporain", in E. Eveno (éd.), Utopies urbaines, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 151-176.

Lyautey H., 1957, "Note pour le délégué à la Résidence générale, 5 décembre 1921. Au sujet de Casablanca", in P. Lyautey (éd.), Lyautey l'Africain. Textes et lettres, t. III.

Lyautey H., 1995, Paroles d'action, présenté par J.-L. Miège, Rabat, Éd. La Porte.

Miège J.-L., 1953, "Les origines du développement de Casablanca au XIXe siècle", Hespéris, pp. 199-225

Miège J.-L. et Hugues L., 1954, Les Européens à Casablanca au XIXe siècle, 1856-1906, Paris, Larose.

Miège J.-L., 1959, "Le Maroc et les premières lignes de navigation à vapeur", Hespéris, vol. XLII.

Nissabouri M., 1997, "Casablanca, fragments d'une mémoire dispersée", in Casablanca. Fragments d'imaginaire. Textes et photographies, Casablanca, Institut français de Casablanca/Eddif.

Noin D., 1971, Casablanca, Paris, La Documentation française ("Notes et études documentaires". 3797).

Pauty, 1922, "Rapport sur la défense des villes et la restauration des monuments historiques", Hespéris, t. II, pp. 449-461.

Présent et avenir des médinas, 1989, Tours, Urbama.

Prost H., 1917, "Le plan de Casablanca", France-Maroc, (août), pp. 7-12.

Rabinow P., 1989, French Modern Norms and Forms of the Social Environment, Cambridge, Londres, The MIT Press.

Rachik A., 1995, Villes et pouvoirs au Maroc, Casablanca, Afrique Orient.

Ravennes J., 1932, Le Maroc. Aux portes du Sud, Paris, Alexis Radier.

Rivet D., 1988, Lyautey et l'institution du protectorat au Maroc. 1912-1925, Paris, L'Harmattan.

Rivet D., 1984, "Exotisme et pénétration scientifique : l'effort de découverte du Maroc par les Français au début du XXe siècle", in Connaissance du Maghreb, pp. 95-109.

Sans B., 1925, "Légende marocaine au sujet de Dar Elbeida, nom arabe de Casablanca (Maroc)", Bulletin trimestriel de la Société de géographie et d'archéologie d'Oran, t. XLV (septembre-décembre).

Toledano M., 1982 (s. d.), "Casablanca vue à travers la numismatique", in Actes du colloque du Casablanca, 26-27 novembre 1982, Casablanca, Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Casablanca, pp. 11-13.

Tozy M., 1987, "La reproduction des clercs", Lamalif, n° 190 (juillet-août).

Notes

1 F. Choay, 1996.

2 La ville aurait pris le nom de Dâr al-Bayda vers la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avec la reconstruction due au sultan Mohammed ben Abdallah. Cette dénomination, traduite au début du XIXe siècle par les Portugais en Casabranca, s'attestera par la suite dans la version définitive espagnole de Casablanca. L'origine de l'appellation demeure incertaine : désignant probablement une grande bâtisse blanche (al-dâr al-bayda) qui s'élevait sur les ruines de la ville près du port, elle passe, par extension, à l'ensemble de la bourgade atlantique. Une deuxième hypothèse, qui ferait de la sorte déplacer de plusieurs siècles l'origine de la nouvelle appellation du site d'Anfa, s'appuie sur une légende rapportant ce nom à la présence du saint patron de la ville Sidi'Allal al-Kaiwanî, et au rôle joué par son épouse, appelée Lalla al-Bayda (la Dame Blanche) : de là, leur demeure serait devenue "la maison de la Blanche" (Dâr al-Bayda). A. Adam, Histoire de Casablanca, des origines à 1914, Publications des Annales de la faculté des lettres, éd. Ophrys, Aixen-Provence, n° 66, 1968, p. 65-68, où l'auteur renvoie pour la deuxième version à B. Sans, "Légende marocaine au sujet de Dar Elbeida, nom arabe de Casablanca (Maroc)", Bulletin trimestriel de la Société de géographie et d'archéologie d'Oran, t. XLV, septembre-décembre 1925, p. 306. Voir aussi sur ce point M. Nissabouri, "Casablanca, fragments d'une mémoire dispersée", in Casablanca. Fragments d'imaginaire. Textes et photographies, Institut français de Casablanca/Eddif, Casablanca, 1997.

3 On a essayé d'appréhender l'évolution des représentations et des pratiques se manifestant autour de la médina de Casablanca à travers un corpus varié – ne prétendant pas à l'exhaustivité, mais répondant plutôt à un critère d'exploration diachronique dans plusieurs champs – constitué de diverses typologies de textes et de discours (dont ceux produits par des historiens, des représentants d'autres disciplines habilités à porter un "discours scientifique" sur la ville, par des romanciers, ou encore reproduits dans des guides de voyage et de tourisme), de documents d'urbanisme, s'intégrant à une enquête de terrain et à des interviews ponctuelles.

4 Daniel Rivet démontre bien comment la variation du mode de dénomination des espaces urbains (ville indigène/médina et ville européenne/ville nouvelle) intervenue dans le langage de Lyautey entre 1912 et 1931 correspond à une sorte de contextualisation idéologique, et donc à "une concession à l'esprit des temps" (D. Rivet, 1988, t. 3, pp. 156-157). À propos d'une approche qui vise à interpréter la ville à travers une sémiologie de ses modes de dénomination, cf. J.-Ch. Depaule, Ch. Topalov, 1996, où les auteurs présentent le "chantier" du programme de recherche international sur "les mots de la ville".

5 Sur ce point, voir Présent et avenir des médinas, 1989. Voir aussi la définition du géographe L. Gambi (1984, pp. 93-94) qui considère comme "centre historique" "un établissement humain de n'importe quelle entité, mais de constitution nucléaire qui a exercé au moins dans une phase historique donnée la fonction de coordination à l'échelle notamment politique et économique – parfois même à l'échelle spécifiquement culturelle – d'un espace déterminé, et qui, de cette phase historique, conserve dans sa structure urbanistique, dans son bâti, des témoignages significatifs et bien reconnaissables" (notre traduction).

6 Cf. le texte de M. Nissabouri, 1997.

7 R. Cattedra, 1996.

8 D. Noin, 1971, p. 7.

9 Ibid.

10 "La ville indigène. Trajet de 1 heure à parcourir de préférence à pied ; peut s'effectuer aussi en voiture. Les constructions de l'ancienne Casablanca ont peu de caractère. Quelques vieilles portes de maisons d'habitation, en pierre taillée et sculptée, ont cependant quelque attrait." (Maroc, les Guides bleus, 1921, 2e éd., p. 96.)

11 R. Cattedra, 1993 ; voir aussi D. Rivet, 1984.

12 Voir à ce propos les directives pour Rabat : "La ville arabe, le quartier juif, je n'y touche pas, je nettoie, embellis, fournis l'eau, l'électricité et j'évacue les eaux usées, c'est tout... Mais en face dans le bled, je bâtis une autre ville..." (Cité in D. Rivet, 1988, t. 3, p. 147, note 716.)

13 J. Ladreit de Lacharrière, 1929, pp. 521-522.

14 G. Léonard, 1986.

15 J. Ravennes, 1932, p. 28.

16 J. Berque, 1958.

17 M. Ecochard (1955, p. 15) est l'urbaniste qui fut appelé en 1946 pour diriger l'aménagement urbain et territorial du Maroc français.

18 M. de La Varde, 1955, pp. 8-9.

19 Sur ce thème : A. Rachik, 1995, p. 96 ; J.-F. Clément, 1982-1983 et 1992 ; Cl. Liauzu, 1985 ; K. Brown et alii (éd.), 1989.

20 M. Dermouni, G. Léonard, 1987 (première partie : "Histoire et mémoire collective").

21 "Une ville musulmane traditionnelle, lacis de ruelles étroites et tortueuses où la voix publique semble avoir été délibérément sacrifiée à l'implantation et à l'extension des logis" (A. Adam, 1968b, t. l, p. 37). Voir notamment les descriptions d'Anfa par Ibn Khaldûn, Léon l'Africain et Al-Bakri.

22 A. Adam, 1968a, p. 7.

23 Ibid., p. 5.

24 "Des chroniques portugaises de cette époque montrent qu'Anfa est restée un des principaux ports d'exportation du blé marocain" (A. Adam, 1968a, p. 47).

25 On rappellera ici les écrits de J.-L. Miège 1953, 1954 et 1959, notamment pour le XIXe siècle.

26 Ancienne appellation berbère des vastes plaines s'étendant autour de Casablanca.

27 M. Dermouni et G. Léonard, 1987, pp. 6, 9-39.

28 Cf. M. Toledano, (1982), pp. 11-13.

29 Notamment dans ses discours prononcés à l'occasion du Salon de l'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement à Casablanca (octobre 1995), ou de la présentation de l'ouvrage Casablanca. Fragments d'imaginaire, op. cit. (juin 1997). Ces propos ont été répétés lors d'une entrevue qu'il nous a accordée en mai 1997.

30 H. Prost fut chargé des plans d'aménagement de dix villes : Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech, Meknès, Taza, Sefrou, Ouezzane, Agadir, Kenitra.

31 Les raisons de cette séparation sont largement développées dans un volume qui célèbre la première décennie coloniale : La Renaissance du Maroc, édité par la Résidence générale, Paris, 1922, pp. 362-363.

32 On remarque que le site de Casablanca n'apparaît manifestement pas dans le "Rapport sur la défense des villes et la restauration des monuments historiques" établi par Pauty en 1922.

33 P. Rabinow (1989, p. 303) affirme à ce propos : "Despite repeated statements from urbanists to the contrary, Casablanca had an incontestable past ; in fact occupation of the site has been traced to neolithic time."

34 H. Prost, 1917.

35 H. Lyautey, 1995, p. 497.

36 A. Adam, 1968b, t. l, p. 35.

37 H. Lyautey, "Note pour le délégué à la Résidence générale, 5 décembre 1921. Au sujet de Casablanca" (1957, t. 3, p. 193). Cf. sur ce point R. Cattedra, 1990, pp. 163-164.

38 D. Rivet, 1988, t. 3, p. 153, note 761. Voir aussi P. Rabinow (1989), à propos de l'efficacité du dispositif juridique d'expropriation foncière mis en œuvre.

39 Toutefois, dans son registre d'urbaniste – tout en stigmatisant, comme on le verra par la suite, "cette ville ancienne [qui] tend à devenir surtout juive" –, il reconnaît le cachet "sans caractère" de la médina, et ce lieu peut s'habiller de couleurs exotiques, pour participer des représentations que l'on avait retrouvées dans les guides de voyage : "Le touriste qui n'a que faire de l'autre côté de la place de France retrouve ici sa raison d'être. Il entendra le muezzin, pourra photographier le porteur d'eau, marchander des babouches et, s'égarant dans un lacis de passages encore plus étroits entre des murs blancs et aveugles, découvrir sur une petite place un conteur au centre d'un cercle attentif", M. Ecochard, 1955, pp. 16-18.

40 A. Adam, 1968b, t. 1, p. 44.

42 "La muraille de l'ancienne médina sera restaurée avec une légère modification de son tracé le long de l'avenue des Forces-Armées-Royales..." (Agence urbaine de Casablanca, Casablanca à l'horizon 2000, 1989, p. 23.)

43 Les stratégies de cette "réhabilitation" consisteraient, selon le SDAU, en trois genres d'opérations : expropriation d'immeubles, subventions aux propriétaires privés pour effectuer des travaux conformes à des prescriptions ad hoc, traitement particulier des espaces publics (royaume du Maroc, ministère de l'Intérieur, cabinet Pinseau, Schéma directeur d'aménagement urbain du Grand Casablanca, 1984, p. 109).

44 "L'ancienne médina, dont la vaste enceinte est antérieure au XIe siècle, est la partie la plus ancienne de Casablanca." (Casablanca à l'horizon 2000, op. cit., p. 23.)

45 "Par son plan, c'est une médina traditionnelle et médiévale : des rues étroites et sinueuses, de largeur variable, pas de véritables places mais des esquisses de placettes et de nombreuses impasses très étroites". Royaume du Maroc, ministère de l'Intérieur, wilaya du Grand Casablanca, préfecture d'Anfa, commune de Sidi-Belyouth. Plan d'aménagement. Rapport justificatif. Agence urbaine de Casablanca, 1989, p. 5.

46 "Par ses maisons, l'ancienne médina diffère des vieux quartiers traditionnels marocains. Les maisons à patio sont rares, généralement la cour est minuscule ou inexistante, la maison s'ouvre sur la rue par des petites fenêtres avec parfois des balcons. Beaucoup de ces maisons datent du début du siècle. Souvent en mauvais état, ce sont des maisons bourgeoises prolétarisées où s'entasse une population de locataires aux faibles ressources, et généralement une famille de cinq à six personnes vit dans une seule pièce. Le centre et l'est de la médina, presque totalement taudifiés, sont insalubres et sous-équipés." (Ibid.)

47 "La partie nord est essentiellement une extension de l'ancienne médina, aux constructions vétustes, aucun bâtiment ne présentant un caractère architectural intéressant." (Ibid.)

48 Ministère de l'Intérieur, Agence urbaine de Casablanca, Réhabilitation d l'ancienne médina, décembre 1988, p. 2.

49 Agence urbaine de Casablanca, Plan d'aménagement. Rapport justificatif, op. cit., p. 14.

50 Sur ce thème, voir M. Lussault, 1988, pp. 151-176.

51 Ministère de l'Intérieur, Société nationale d'aménagement communal, Aménagement de l'avenue Royale, décembre 1995, p. 2.

52 Préfecture d'Anfa, commune de Sidi-Belyouth, Plan d'aménagement, op. cit., p. 14.

53 A. Adam, Casablanca, op. cit., t. l, p. 48.

54 A. Adam, ibid., p. 43.

55 D. Cohen, 1996, p. 18.

56 Cf. les statistiques proposées par A. Adam, 1968b ; D. Noin, op. cit.

57 A. Adam, 1950.

58 L'émigration de la communauté juive hors du Maroc a commencé bien avant les années 1940. En effet, à partir de la naissance de l'État d'Israël, les départs se suivent à un rythme de plus en plus rapide. En 1951, 100 000 juifs marocains quittent le sol du pays, et environ 94 000 le feront dans la période 1952-1960 ; pour le seul premier trimestre de 1964, on peut dénombrer le départ de plus de 20 000 personnes. Ainsi en 1965 à Casablanca la communauté subit un déclin qui la porte à 43 000 personnes (A. Adam, 1968b, t. l, pp. 183-204, chapitre "La population israélite"). Les principales causes de l'exode des juifs du Maroc sont liées, d'une part, au statut juridique et aux relations sociales et quotidiennes qui caractérisent la communauté en tant que minorité au sein d'une majorité musulmane, et qui semblent réémerger, en particulier, dans la période qui précède et dans celle qui suit l'indépendance du pays ; d'autre part, elles sont en rapport direct avec la politique d'immigration mise en place par l'État hébreu, comme c'est le cas, aussi, dans d'autres pays, notamment arabes. Toutefois, le royaume du Maroc a entretenu des relations continues avec Israël, mêmes si elles furent tenues secrètes jusqu'à il y a quelques années. Il faut par ailleurs signaler l'important rôle de médiation diplomatique entre Palestiniens et Israéliens joué par le roi du Maroc, surtout pendant la période du gouvernement de Y. Rabin. On évoquera ici les commentaires faits par A. Adam à propos du départ des communautés juives, au milieu des années 1960 : "L'avenir, pour eux, n'offrait que deux voies : ou rester au Maroc et s'accommoder, comme leurs aïeux l'avaient fait pendant des siècles, de la cohabitation avec les musulmans, ou émigrer en Israël (...). Quant à la suite de l'histoire, on la connaît. La plus grande partie des juifs du Maroc considèrent qu'ils ne retrouveront pas dans le Maroc indépendant l'égalité et la dignité auxquelles ils aspirent eux aussi. Et ils émigrent vers Israël, avec la tolérance du gouvernement, à une cadence telle qu'on peut se demander s'il y aura encore, dans quelques années, une communauté israélite au Maroc" (A. Adam, 1968b, t. II, p. 631).

59 D'origine araméenne, le mot hilloulot signifie "noces", et correspond à la célébration des noces du saint avec la Thora, à l'occasion de l'anniversaire de sa mort.

60 Il s'agit de Rabbi el-Yahou, dont la dépouille a été transférée de son site originel au sein du mellah (à l'emplacement de l'hôtel Hyatt Regency sur la place des Nations-Unies) au cimetière israélite de Ben M'sik. Ce saint a perdu de son importance au profit d'un autre saint, Rabbi Yahya Lakhder, dont le tombeau se trouve à 90 kilomètres de Casablanca vers la ville de Ben Hmed. Lors du dernier pèlerinage, en mai 1997, le secrétaire général des communautés israélites du Maroc, M. S. Berdugo (ex-ministre), a pu annoncer l'ouverture prochaine à Casablanca du musée du Judaïsme marocain (cf. l'article paru dans Le Matin du Sahara et du Maghreb, "Au sanctuaire de Rabbi Yahya Lakhder. La communauté juive célèbre la Hilloila ", 12 mai 1997 ; sur ce thème : H. Dakhama Bennani, 1998.

61 Dans ce sens, Adam écrit qu'"aucune mosquée n'avait assez d'ancienneté ni assez de prestige pour demeurer un pôle d'attraction qui s'exerçât au-delà des limites de l'ancienne médina. La mosquée Sidi Mohammed [bâtie aux habous], au contraire, malgré son peu d'ancienneté, mais grâce à ses dimensions, à la richesse de sa décoration, à la qualité de ses prédicateurs (...), est devenue très rapidement, sinon en titre, la grande mosquée de Casablanca" (A. Adam, 1968b, t. l, p. 72).

62 M. Tozy, 1987, p. 42, à propos d'un imam prêchant à Ould al-Hamra, qui fut suspendu de sa charge "pour avoir dépassé ses prérogatives".

Notes de fin

* Une première version non publiée de ce travail a été établie en collaboration avec H. Dakhama Bennani (IRMV, Rabat). Je remercie Hubert Tullon pour la relecture du manuscrit.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable