Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

IV. Questions de société et transformations économiques

Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée

États, société civile et stratégies des acteurs

Mohamed Elloumi

Texte intégral

  • 1 Nous présentons ici les versions remaniées des communications présentées au séminaire final organi (...)

1La plupart des textes rassemblés dans ce livre sont les résultats d’une recherche en réseau, initiée par le programme MOST de l’UNESCO, sur le thème Mondialisation, ajustement et transformation des sociétés rurales dans les pays arabes méditerranéens : recherche comparée avec les pays de la rive nord de la Méditerranée. Menée de février 1997 à mai 2000, cette recherche est le produit d’une coopération institutionnelle entre l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT) et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Elle a bénéficié en Tunisie du soutien du ministère de la Recherche scientifique et de la Technologie1. Par les analyses critiques qu’ils proposent à partir de récentes enquêtes de terrain, les différents auteurs participent au débat, le plus actuel, sur la mondialisation. Audelà de l’étude de ses impacts sur les sociétés rurales dans les pays méditerranéens, ils se sont donnés pour ambition d’explorer la question de la transformation des États, celle notamment des modalités de redéploiement des formes d’intervention publique dans le nouveau contexte créé par la globalisation économique.

2Au milieu des années 1990, la mondialisation, agissant comme le levier du toutmarché, était perçue, le plus souvent, comme un processus puissant de réduction des barrières douanières et des mesures de protection des économies nationales. Avec un rôle de plus en plus réduit, l’État semblait alors perdre le contrôle de la régulation économique et sociale sur le territoire national. Dans certains pays, il semblait même perdre les attributs de la souveraineté nationale, telle que la monnaie. Parallèlement, une autre interprétation du processus de mondialisation, que nous avions fait nôtre, prenait forme. Elle insistait sur ce qui devait s’avérer être l’une des caractéristiques majeures des processus en cours, à savoir le déplacement des enjeux et des modes de régulation sociale et économique, au-delà et en deçà de l’espace configuré par l’État-nation (introduction faite par Azzam Mahjoub au séminaire de démarrage du réseau en février 1997). Sous cette acception, on assisterait, à la fois, au développement de dispositifs supra étatiques (ensembles régionaux, organisation mondiale du commerce, réseaux transnationaux…) et à l’apparition, à l’échelle infraétatique, de nouvelles formes d’invention sociale. Autrement dit, la mondialisation ne provoquerait pas seulement une mutation et une accélération des flux affectant, de l’extérieur, le rôle et la marge d’intervention des États. Elle procéderait également, au sein de chaque pays, de l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles pratiques. De fait, les transformations induites par la globalisation de l’économie et des échanges portent aussi bien sur l’environnement international que sur l’environnement régional et national des acteurs institutionnels (publics ou privés), collectifs ou individuels. La mondialisation pourrait ainsi avoir un impact sur les prises de décision, à tous les niveaux : État, région, terroir.

3Si les impacts de la mondialisation, aux niveaux régional et national, font l’objet de nombreux écrits et sont communément admis, l’impact au niveau local est plus difficile à mettre en évidence tant les interactions sont complexes et les mécanismes de cause à effet plus subtils. Cela n’empêche pas que ces effets existent bel et bien et notre objectif est de les éclairer notamment en ce qui concerne les sociétés rurales des pays de la région méditerranéenne.

  • 2 Serge Latouche, "La mondialisation démystifiée", introduction à la version française de : Edward G (...)

4Des débats vigoureux opposent "pourfendeurs" et "défenseurs" de la mondialisation, au sujet de la nature de ce processus, de la question de ses impacts sur la capacité des États à garder la maîtrise de leurs politiques économique, sociale et culturelle2. Mais la mesure des impacts, qui fait recours fréquemment à des méthodes quantitatives, nécessite de longues périodes d’observation et sert souvent pour appuyer des thèses arrêtées d’avance. Aussi proposons-nous d’aborder ici un aspect particulier du phénomène et de ses perceptions, celui de la capacité des sociétés rurales à gérer les implications de la mondialisation, notamment par le biais de la densification du tissu organisationnel et institutionnel. Selon un postulat de départ, nous avons considéré que, du fait de la mutation des modes d’action des États, la mondialisation est susceptible de créer des espaces d’expression et de participation à la prise de décision, et que ces espaces peuvent être occupés par les différents acteurs de la société civile. En effet, de par la nature même des processus à l’œuvre qui mettent en relation directe le local et le global, nous pensons que des possibilités de régulation sont susceptibles d’être mises en œuvre par les acteurs concernés, à chacun de ces niveaux. Nous avons donc privilégié cette hypothèse, afin de voir dans quelle mesure des espaces de liberté étaient mis à profit par les différents acteurs comme champs d’expérimentation de nouvelles formes d’action et de sociabilité ; et en quoi l’ensemble de ces mutations fait sens : prend-il la forme d’une nouvelle forme de gouvernance ou d’État ?

5Cette nouvelle dynamique n’a pas encore des contours bien définis, mais elle contribue à faire émerger une nouvelle configuration socioéconomique, voire politique. C’est bien là que nous paraît résider l’intérêt d’une analyse, dans une perspective comparée. En effet, même si les contextes sont différents entre les pays des deux rives de la Méditerranée, voire entre pays de la même rive, le comparatisme permet, d’une part, d’avoir une coupe synchronique des différentes réponses au processus de la mondialisation avec des temporalités différentes ; il offre, d’autre part, la possibilité de comparer les mécanismes de mise en œuvre des ces réponses tout en relativisant le poids du contexte local.

6Dans cette dynamique, les institutions, aussi bien anciennes que nouvelles, occupent une place à part. Notre premier objectif a donc été de faire le point sur l’état de participation de ces structures aux nouvelles formes de gouvernance en cours d’éclosion. Cependant, pour suivre nos hypothèses, nous avons concentré nos questionnements sur le rôle que peuvent jouer les acteurs de la société civile dans la gestion des mutations en milieu rural.

7L’effacement des frontières, le repositionnement des États et la redéfinition de leurs stratégies d’action ont autant d’impacts dans les pays du Sud que dans les pays du Nord. On y détecte tout autant une profonde mutation des instances de régulation, l’émergence de nouveaux acteurs sociaux, notamment dans le champ du développement agricole et rural. On a pu y relever la diversité des formes d’organisations intervenant dans l’encadrement des producteurs et pour le développement rural. Des ONG locales émergentes, souvent impulsées par l’État, ont pour rôle de prendre la relève des structures étatiques démantelées dans le cadre des programmes d’ajustement structurel. On y trouve aussi des ONG internationales ou nationales intervenant, en appui ou directement, pour encadrer les populations rurales. Parallèlement, on observe une réactivation des structures sociales locales fondées sur des appartenances ethniques ou tribales. Ces organisations sociales peuvent prendre des formes modernes de réseaux d’interconnaissance aux ramifications nationales, voire internationales.

8Alors que nous constations la coexistence de ces nouvelles formes d’organisation sociale et de développement dans la plupart des pays du pourtour méditerranéen, le débat a porté sur leurs significations. Constituent-elles une réponse à la mondialisation et à l’affaiblissement de l’État ? Ou visent-elles au contraire une nouvelle forme de redéploiement de l’autorité de celui-ci ?

9Par ailleurs, ces stratégies collectives nous sont apparues comme associées à des stratégies individuelles ou familiales s’articulant autour de l’affectation de la main-d’œuvre familiale, de la diversification des sources de revenu et de la mobilité des individus sur des espaces plus ou moins larges. Elles se traduisent en particulier par une diversité de choix, au niveau des systèmes de production ou de l’affectation de la production à l’autoconsommation ou au marché. Sur la base des enquêtes effectuées en Tunisie, au Maroc, en Algérie et en Jordanie, il nous a paru important de mettre l’accent sur les stratégies collectives, en tant qu’élément caractéristique de la phase actuelle du processus. Pour autant, nous n’entendons pas négliger les stratégies individuelles, développées par les acteurs en réponse au nouveau contexte.

10Pour aborder l’ensemble de ces questions, nous avons adopté une posture qui privilégie l’analyse des transformations induites par ce processus, au lieu de chercher à porter un jugement de plus sur la mondialisation. Aussi avons-nous organisé cette réflexion commune autour de quelques idées forces : la signification de la mondialisation, non pas en tant que processus en cours, mais au regard des sociétés rurales des pays en question ; puis l’identification des stratégies développées par les différents acteurs, y compris par les États, pour faire face au nouvel environnement ; enfin, la délimitation du rôle joué par la société civile dans les stratégies déployées en réponse à la globalisation.

11Sur le plan méthodologique, les chercheurs impliqués dans le Programme ont privilégié, dans la mesure du possible, les travaux de terrain, en recourant à des enquêtes et à des entretiens avec différents acteurs. Le programme MOST-UNESCO a apporté un soutien spécifique à certaines équipes nationales. Pour d’autres chercheurs, il s’est agi de valoriser des recherches faites dans un autre cadre et qui ont été revisitées à partir de la problématique commune. Enfin, certaines contributions sont le résultat d’un travail de synthèse, de la part des auteurs, autour de questions identifiées en commun. Les contributions à cet ouvrage veulent ainsi apporter des éléments de réponse, extrêmement concrets, aux hypothèses de travail. Nous les avons organisés en quatre chapitres allant d’une réflexion sur le cadre de la mondialisation à des lectures spatiales de certaines mutations, en passant par leurs implications sur les systèmes productifs et le jeu des acteurs.

De la mondialisation

12À la différence de l’internationalisation, la mondialisation ne procède pas seulement de l’intensification des échanges dans le cadre d’une complémentarité qui respecterait les souverainetés étatiques entre espaces nationaux. Elle procède plutôt d’une intégration d’ensemble, suivant une logique de mise en concurrence des territoires, transcendant en cela l’autorité des États-nations. L’accélération de ce processus d’intégration a été rendue possible par la révolution des communications ; cette dernière se traduisant par une extrême mobilité de l’information, des images et des capitaux, rendant désuète, dans nombre de domaines, la notion de frontière ou de territoire. Cette dynamique a été favorisée par la crise d’endettement des pays du Sud, par l’éclatement du bloc de l’Est et par l’émergence des nouveaux pays industrialisés. Les accords du GATT et la création de l’OMC sont venus renforcer, approfondir et donner un cadre institutionnel aux orientations déjà contenues dans les PAS. Ils confèrent en plus une portée internationale à des dispositifs qui, jusque-là, étaient circonscrits aux espaces nationaux.

13Au niveau des échanges des produits agricoles et agroalimentaires, les différentes contributions à cet ouvrage montrent en quoi la situation actuelle est différente de l’internationalisation. Bien sûr, elle présente une certaine continuité avec les phases passées de l’histoire économique. Mais elle est porteuse, à la fois, d’opportunités et de risques pour les économies nationales.

  • 3 M. Mazoyer, "Développement agricole inégal, mondialisation et crise de l'agriculture paysanne des (...)
  • 4 B. Say et al., "le secteur oléicole tunisien face à la libéralisation de la collecte et de l’expor (...)

14Pour la société rurale, le processus de globalisation (par l’accélération des échanges, l’ouverture des marchés, etc.) s’est traduit par une mise en concurrence des espaces de production agricole à une échelle planétaire. Cette confrontation met en concurrence des agriculteurs qui ont des dotations inégales en facteurs de production et une productivité différente. Pour les moins performants, elle devrait se traduire par la perte de leur part de marché. Un risque de crise est donc envisageable, non seulement celle des économies paysannes, mais aussi celle de l’économie mondialisée contemporaine, du fait des tendances à l’exclusion qu’elle recèle (M. Mazoyer3). Par ailleurs, dans la mesure où la mondialisation s’accompagne réellement d’une ouverture des marchés de tous les pays (y compris les pays du Nord), elle pourrait offrir aux agriculteurs du Sud qui bénéficient de certains avantages comparatifs un marché plus rémunérateur pour leurs produits (N. Akesbi, B Say et al.4). Toutefois les différentes formes de protection, parfois déguisées, rendent cet accès problématique, voire impossible.

  • 5 N. Akesbi, "L'agriculture marocaine : de l'ajustement structurel à la zone de libre échange euro-m (...)

15À l’échelle régionale, la mondialisation s’accompagne de regroupements régionaux, d’une part ; d’autre part, d’une structuration de l’économie mondiale autour de pôles de croissance (les USA, l’UE et le Japon). Toutefois, cela n’exclut pas que les États, à l’origine de l’adhésion aux groupements régionaux, conservent un certain pouvoir ; et cela n’empêche pas non plus l’émergence de nouvelles formes de gouvernance et de nouvelles citoyennetés (citoyen européen). La multiplication des accords de libre-échange constitue, du point de vue des pouvoirs publics, une forme de protection contre les effets négatifs de la mondialisation (N. Akesbi5). On observe, en parallèle, l’émergence de nouvelles formes de gouvernance supranationale qui paraissent de plus en plus nécessaires ; mais, cette gouvernance supranationale a elle aussi besoin des États, du moins dans la phase actuelle, même si des mouvements du type "citoyens du monde" sont à l’œuvre.

Du rôle de l’État

16S’il fallait résumer les apports des différentes contributions en une formule, je retiendrais l’idée d’un retour en force de l’État : ce dernier n’a ni la même forme ni le même rôle ; mais son retour s’est imposé à tous les niveaux de prise de décision. À l’échelle nationale tout d’abord, la globalisation financière et l’autonomisation des marchés financiers, ainsi que le rôle de plus en plus important des investissements directs étrangers (IDE) dans le financement de la croissance, ont entraîné une modification du rôle de l’État. En effet, celui-ci ayant perdu le contrôle des fondements même de la croissance (niveau d’investissement en relation avec l’épargne nationale), il cherche à attirer les investisseurs étrangers en maintenant l’avantage concurrentiel de son territoire. Cela peut entraîner un risque de surenchère sans fin entre les États pour attirer les capitaux étrangers, y compris au détriment des firmes locales et des salariés.

17Les États réagissent, en dernier lieu, par leur mode d’insertion dans l’économie globalisée. Ainsi, à l’échelle régionale, la création d’ensembles économiques et de zones de libre échange peut être interprétée comme procédant du phénomène de la mondialisation, dans la mesure où elle renforce le rôle de la triade constituée autour des trois pôles de croissance que sont l’Europe, le Japon et les États-Unis. Cette dynamique d’ajustement de l’espace de régulation politique à l’espace économique peut être vue, également, comme une réponse des États à la mondialisation.

18À l’échelle locale enfin, l’affaiblissement des moyens d’intervention de l’État-nation s’est traduit par une politique volontariste de décentralisation et d’augmentation du pouvoir des acteurs locaux, entraînant la redéfinition des rapports entre ceux-ci et l’État. Dans cette nouvelle configuration, les acteurs locaux cherchent à compenser la perte de la protection assurée jusque-là par l’appareil de l’État, en réactivant des solidarités anciennes ou en inventant de nouvelles formes de solidarité. Les pouvoirs publics, quant à eux, cherchent à mettre en place des modes d’intervention compatibles avec le discours sur la libéralisation et le moins d’État, tout en préservant ses capacités d’action au niveau local. Il s’agirait donc plus d’un redéploiement des formes d’action de l’État que d’un quelconque désengagement de celui-ci.

  • 6 Voir, S. Bedrani, "Algérie : réformes économiques, agriculture et milieu rural", in Mondialisation (...)

19Les auteurs décrivent, de manière précise, ce redéploiement des formes d’intervention des États, le changement de leur rôle et de leurs modes d’action : on passerait ainsi d’un État interventionniste à un État régulateur (S. Bedrani, A. Sahinöz6). Cela se traduit, pour certains pays, par une détérioration de leur situation alimentaire ou, tout au moins, par un déséquilibre de leur balance agroalimentaire.

  • 7 A. Civici et D. Kercini, "Analyse de la politique agraire en Albanie...", in Mondialisation et soc (...)
  • 8 L. Roudart, "La libéralisation récente du fermage et du métayage en Égypte et ses effets économiqu (...)

20Les intervention dans leur ensemble remettent en cause l’un des dogmes de la pensée ultra-libérale, qui veut que la mondialisation implique un rétrécissement du champ d’action des États. Les auteurs montrent que, quel que soit le caractère contraignant des règles et normes de l’OMC et autres institutions internationales, les États gardent une marge de manœuvre assez importante. L’érosion de leur capacité d’intervention quand elle existe viendrait à la fois du manque de moyens financiers, qui est souvent réel, mais aussi de l’absence de relais dans certains cas. En effet, les politiques d’ajustement structurel qui ont préparé le terrain à une plus grande intégration internationale des économies se sont souvent traduites par le démantèlement des structures d’intervention et des canaux utilisés jusque-là par l’État pour intervenir sur l’économie et particulièrement sur l’économie rurale. Par ailleurs, les politiques mises en place pour encourager l’émergence de nouvelles institutions de relève n’ont pas encore porté leurs fruits (A. Civici et al.7). Sur un autre plan, les politiques publiques mises en place se sont traduites par des changements profonds dans les conditions de production et de reproduction des familles rurales et agricoles en particulier. Qu’il s’agisse de l’accès à la terre (L. Roudart8), des prix d’achats des intrants ou de commercialisation des produits de l’agriculture, la protection de l’État a laissé place au libre jeu de l’offre et de la demande, dans lequel les agriculteurs ne sont pas toujours gagnants. D’où des ajustements au niveau de la régulation des filières et du fonctionnement des systèmes productifs locaux.

21Au niveau des filières, le désengagement des États (abandon de la fixation des prix et de la régulation des rapports entre les différents partenaires) a induit des mutations en profondeur. On assiste, dans certains cas, à la déstructuration de l’ensemble de la filière, qui perd tout mode de régulation. En revanche, dans d’autres cas, on perçoit une restructuration en profondeur des mécanismes de régulation et une prise en charge par les opérateurs qui ont su préserver leurs intérêts communs. La différence se situerait, semble-til, dans la réussite ou l’échec de la mise en place de structures médiatrices capables de prendre le relais des fonctions assurées jusquelà par les États.

  • 9 P. Bertolini, "Globalisation et systèmes agroalimentaires de qualité en Italie. Le cas du district (...)
  • 10 A. Chérif et M. Chérif, "La formation d’un bassin laitier proche de Tunis : la base vallée de la M (...)

22Au niveau des systèmes productifs locaux, on observe des restructurations différentes d’un pays à l’autre et d’une région à l’autre, au sein d’un même pays. Certaines régions ont su diversifier leur tissu économique, se positionnant ainsi pour une insertion positive dans l’économie mondiale (P. Bertolini9). D’autres régions, en revanche, n’ont pu mettre à profit leurs ressources humaines et naturelles : elles affrontent un risque de marginalisation face à la montée en puissance de systèmes productifs concurrents. Cette différence renvoie non seulement aux bases sociales et économiques des régions, mais aussi aux politiques étatiques dont les choix en terme d’aménagement du territoire peuvent renforcer ou réduire cette différence. (A. Chérif et al.10). La capacité des États à injecter ou non des fonds pour soutenir les dynamiques en gestation renforce le clivage Nord-Sud à l’échelle de la Méditerranée.

Les stratégies des acteurs

  • 11 F. Ceña et al., "Nouvelles politiques agricole et mondialisation : les stratégies des agriculteurs (...)
  • 12 G. Biba, "Systèmes d'activités, restructuration de l'agriculture et trajectoires d'évolution post- (...)
  • 13 O. Rodrigues, "La restructuration rurale et la flexibilité du système foncier", in Mondialisation (...)

23C’est encore au niveau des acteurs sociaux eux-mêmes que les réponses à la mondialisation apparaissent les plus diversifiées. Qu’ils soient considérés individuellement, en familles, en groupes élargis ou encore en réseaux de connaissance, ils cherchent à affronter les transformations de leur environnement, ainsi que celles qui affectent leurs conditions de production et de reproduction. Des modifications profondes des systèmes de production, de l’affectation de la main-d’œuvre et, en définitive, de la formation du revenu des ménages, ont pu être mises en évidence. Ainsi, les systèmes de production ont été modifiés, soit par le biais de l’intensification et l’adoption de l’innovation (F. Céna et al.11), soit par un changement d’orientation de la production, avec une place plus grande accordée à l’autoconsommation ou inversement au marché (G. Biba12). Le même objectif est recherché lorsque que l’on procède à une plus grande intensification des processus de production ou, au contraire, à leur extensification, en réduisant au minimum l’utilisation des intrants acquis sur le marché. Enfin, on a pu voir que les familles cherchent à amortir les différentes formes d’aléas liées au fonctionnement du marché en diversifiant leurs sources de revenu, par le biais de la pluriactivité, de l’exode ou l’émigration pendulaire. Les deux dernières stratégies passent par une redéfinition de l’« espace de vie » des groupes sociaux, en leur permettant de s’adapter au contexte qui règle la circulation des hommes et des marchandises (G. Biba, O. Rodrigues13).

24Le système foncier n’est pas resté à l’écart de ces mutations. Dans ce domaine encore, les tactiques divergent dans la mesure où l’on peut observer, à la fois, des processus d’accélération de la privatisation des terres collectives dans certains pays et, dans d’autres, l’émergence de nouvelles formes d’accès à la terre qui permettent de dépasser la rigidité des formes traditionnelles (O. Rodrigues).

La société civile et la gestion des mutations sociales en milieu rural

  • 14 M. Tarawneh, "La mondialisation et la société rurale jordanienne", in Mondialisation et sociétés r (...)
  • 15 M. H. Abdelaal, "Les conditions du renforcement et de la réactivation des organisations communauta (...)
  • 16 M. Mahdi et M. Amar, "Les coopératives agricoles au Maroc entre la volonté politique et les réalit (...)
  • 17 N. Nasr, "La gestion sociale de l'eau dans les périmètres publics irrigués du Sud-est de la Tunisi (...)
  • 18 F. Chemak et M. Elloumi, "Les coopératives de services agricoles et la dynamique de la filière lai (...)

25En l’état actuel de la diffusion du phénomène, la réponse la plus pertinente à la mondialisation se situerait, nous semble-t-il, au niveau des institutions communautaires. En plus d’une extension de leurs champs d’intervention, celles-ci ont pris une place de plus en plus importante dans la gestion des médiations entre la sphère familiale ou domestique et les sphères englobantes (M. Tarawneh14, M. Abdelaal15). Ainsi, d’anciennes institutions sociales tombées en désuétude sont réactivées, soit du fait de la population qui exprime ainsi un besoin de médiation, soit du fait des États qui cherchent un interlocuteur et un partenaire pour la mise en œuvre de sa politique de développement et/ou de désengagement (M. Mahdi et M. Ammar16). Mais le plus souvent, à la faveur d’une politique favorable à ce type d’éclosion, ce sont bien des institutions nouvelles, et de différentes natures, qui voient le jour. Il peut s’agir d’organisations professionnelles pour la défense d’une production et de son positionnement sur le marché global ; ou encore d’associations pour la gestion d’une ressource naturelle, telles des associations d’usagers (N. Nasr17), ou d’associations pour la gestion d’un facteur de production. Dans certains cas, ce sont des formes coopératives qui prennent en charge l’encadrement des agriculteurs et qui servent de relais entre ces producteurs, les détenteurs de décision et les transformateurs ou fournisseurs de services (F. Chemak et M. Elloumi18). La densification du tissu associatif et organisationnel que connaît le monde rural n’est pas sans conséquence sur son organisation politique et ses rapports avec l’État central. Les responsables de ces organisations prennent de plus en plus de poids dans le paysage sociopolitique de leur région. Leur poids économique, doublé d’un poids politique, en fait des partenaires privilégiés des appareils centraux de gouvernement.

  • 19 Réseau Agriculture familiale comparée (RAFAC), Agricultures familiales et développement rural en M (...)

26Les projets de développement rural qui se multiplient participent eux aussi à cette densification du tissu associatif. La mise en place de formes de développement communautaire (participatif, intégré…) favorise en effet la constitution d’organisations non gouvernementales qui prennent part à la définition de la stratégie de développement du terroir de la communauté. Le comparatisme permet ici de mieux comprendre l’apport de ce type d’organisation, comme les difficultés et les limites qu’elle rencontre, en rapport avec l’environnement dans lequel elle s’épanouit (voir Agricultures familiales et développement rural en Méditerranée19).

Une lecture spatiale des mutations

  • 20 Ibid.
  • 21 A. Djenane, "Désengagement de l'état et économie locale : le cas de l'agriculture de montagne de l (...)
  • 22 F.-O. Baptista et al., "Portugal : une lecture du rural" in Mondialisation et sociétés rurales en (...)

27Les contributions permettent enfin de comprendre comment les transformations, liées à la mondialisation, s’inscrivaient spatialement et de manière assez différente d’un territoire à l’autre. En effet, l’émergence de nouvelles institutions et l’adhésion de la population à ces nouveaux instruments de développement se sont traduites, dans certains espaces ayant un tissu associatif dense ou se prêtant mieux à l’émergence d’un tel tissu, par une complète restructuration spatioéconomique. Il y a ainsi, dans certains espaces, émergence et structuration d’une économie locale. Cela se constitue autour d’une activité et d’un ensemble d’institutions qui, jusque-là, ne pouvaient avoir un rôle important, tant le poids de l’administration et la tutelle de l’État étaient forts (F. Chemak et M. Elloumi20). Dans d’autres lieux, on observe une mutation complète de la fonction de l’espace, qui devient un espace résidentiel, avec une activité agricole résiduelle (A. Djenane21). Pour d’autres sociétés, notamment en Europe, on remarque une déconnexion de la fonction productive de l’espace rural des autres fonctions que celui-ci est appelé à remplir, telles que les fonctions résidentielle ou patrimoniale. Cette déconnexion, tout en relativisant le rôle de l’activité agricole dans la reproduction de la société rurale, génère une nouvelle forme de rapport de la société globale avec le monde rural (F. Baptista et al.22). Celle-ci est de plus en plus encline à prendre en considération la multifonctionnalité de l’activité agricole qui articule la production de matière première et de paysage avec la protection de l’environnement.

28Pour clore cette introduction, il convient de souligner que cet ouvrage, élaboré à partir de recherches de terrain, enrichit la réflexion par des éléments factuels, et portant sur des cas singuliers. Il montre la richesse des pratiques et des réponses des sociétés rurales aux implications de la mondialisation. Au-delà des critiques que l’on peut formuler sur les expériences observées ça et là, quant à leur ancrage par rapport à la société rurale et à la durabilité des mécanismes qui se mettent en place, il nous semble que l’on assiste actuellement à l’émergence, si ce n’est d’une forme nouvelle de gouvernance qui laisse plus d’espace d’expression à la société civile, du moins à de nouveaux rapports, entre les sociétés rurales et leurs États, qui ont rarement été observés auparavant.

29Cette reconfiguration de l’intervention publique se caractérise, en effet, par une réelle densification du tissu associatif et des institutions qui structurent la société civile. Mais si la recomposition sociale qui en découle est bien au départ une réponse des sociétés rurales aux incitations des pouvoirs publics, dans le cadre du redéploiement de leurs formes d’intervention, progressivement, les formes instituées de médiation qui tendent à occuper cet espace font corps avec les structures du pouvoir, devenant parfois un élément essentiel du paysage politique en milieu rural.

30L’appréhension assez fine de ce lent processus n’a pu se faire qu’en croisant les analyses de terrain entre les pays de la rive nord et ceux de la rive sud de la Méditerranée, ainsi qu’entre les pays d’une même rive. Si la mondialisation s’est imposée à tous, avec pratiquement les mêmes contraintes et les mêmes opportunités, les réponses, qui sont parfois similaires, ont été décalées dans le temps et les choix ont été faits avec plus ou moins de conviction et de force. Nous avons ainsi pu analyser des situations qui présentent à la fois un décalage dans la mise en place des réponses et un gradient dans la consistance de la participation de la société civile à la prise de décision.

31À des degrés différents, des organisations non gouvernementales, des associations ou des organisations professionnelles sont devenues incontournables, en tant que relais ou médiateurs entre le pouvoir d’État et la société. Dans certains cas, sont établies des relations directes entre ces institutions locales et des formes de contre pouvoir supranational, contribuant à la construction d’une gouvernance internationale (dans le cas de la protection de l’environnement ou de la gestion des ressources naturelles par exemple). Ce type de processus n’est cependant pas généralisable et la situation peut être réversible.

32L’expérience de ce Programme scientifique devrait être prolongée, à l’avenir, par de nombreuses études de cas, qui permettraient d’affiner ces premières analyses et de réviser nos conclusions. La complexité de tels objets de recherche confirme le besoin de nouveaux outils d’analyse et d’approches transdisciplinaires. En effet, la mise en contact direct du local et du global incite à emboîter les échelles d’analyse et à croiser les approches disciplinaires. Les mutations en cours sont d’une telle complexité qu’elles rendent inopérants les anciens paradigmes et appellent à l’élaboration de nouvelles théories d’analyse de cette réalité (P. Campagne).

33Les recherches entreprises dans le cadre de ce réseau sont actuellement poursuivies par des travaux sur les institutions dans le monde rural et leur rôle dans la gestion des mutations en cours. Ces recherches communes démontrent l’urgence d’une analyse de l’impact de la mondialisation sur un double registre : l’étude croisée des économies et des sociétés rurales, et l’analyse de l’impact de la mondialisation sur les constructions territoriales des différents pays de la région méditerranéenne.

Notes

1 Nous présentons ici les versions remaniées des communications présentées au séminaire final organisé par les différents partenaires du Programme. Le séminaire Mondialisation et sociétés rurales dans les pays méditerranéens : États, société civile et stratégies des acteurs, organisé conjointement par l'IRMC et l'INRAT, a eu lieu au Centre culturel international d'Hammamet, les 8, 9 et 10 mai 2000. Cette rencontre qui a été précédée par la mise en réseau de plusieurs équipes de recherche du pourtour méditerranéen, constitue la réunion finale du projet de recherche conduit par l'IRMC dans le cadre du programme MOST de l'UNESCO, intitulé : Mondialisation, ajustement et transformation des sociétés rurales dans les pays arabes méditerranéens : recherche comparée avec les pays de la rive nord de la Méditerranée. Le séminaire réunissait donc des représentants des équipes qui participent, depuis la réunion de lancement du projet en février 1997 à Tunis, à la réflexion autour des questions portant sur les mutations dans les relations entre État et société rurale dans les différents contextes que connaissent les pays de la région, en mettant l'accent sur le rôle de la société civile dans la régulation des nouvelles formes de rapport entre ces deux sphères. Ont pris part à cette rencontre des chercheurs d'Albanie, d'Algérie, d'Égypte, d'Espagne, de France, d'Italie, de Jordanie, du Maroc, du Portugal, de Tunisie et de Turquie. Une rencontre jeune chercheur a précédé le séminaire. Elle a été encadrée par : Lilia Ben Salem, Najib Akesbi, Abdallah Chérif et Marcel Mazoyer.

2 Serge Latouche, "La mondialisation démystifiée", introduction à la version française de : Edward Goldsmith et Jerry Mander (dir.), Le procès de la mondialisation, Fayard, 2001.

3 M. Mazoyer, "Développement agricole inégal, mondialisation et crise de l'agriculture paysanne des pays en développement", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Karthala, 2002, pp. 95-113.

4 B. Say et al., "le secteur oléicole tunisien face à la libéralisation de la collecte et de l’exportation", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Karthala, 2002, pp. 261-276.

5 N. Akesbi, "L'agriculture marocaine : de l'ajustement structurel à la zone de libre échange euro-méditerranéenne", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Karthala, 2002, pp. 51-94.

6 Voir, S. Bedrani, "Algérie : réformes économiques, agriculture et milieu rural", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 143-158 ; A. Sahinöz, "Réforme agricole du FMI en Turquie", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 199-206.

7 A. Civici et D. Kercini, "Analyse de la politique agraire en Albanie...", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 159-173.

8 L. Roudart, "La libéralisation récente du fermage et du métayage en Égypte et ses effets économiques et sociaux", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 175-198.

9 P. Bertolini, "Globalisation et systèmes agroalimentaires de qualité en Italie. Le cas du district de transformation des viandes porcines", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 207-244.

10 A. Chérif et M. Chérif, "La formation d’un bassin laitier proche de Tunis : la base vallée de la Medjerda..." in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 429-466.

11 F. Ceña et al., "Nouvelles politiques agricole et mondialisation : les stratégies des agriculteurs espagnols" in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 247-260.

12 G. Biba, "Systèmes d'activités, restructuration de l'agriculture et trajectoires d'évolution post-collectiviste de différents types des ménages paysans en Albanie", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 277-298.

13 O. Rodrigues, "La restructuration rurale et la flexibilité du système foncier", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 311-321.

14 M. Tarawneh, "La mondialisation et la société rurale jordanienne", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 339-366.

15 M. H. Abdelaal, "Les conditions du renforcement et de la réactivation des organisations communautaires en milieu rural" in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 325-337.

16 M. Mahdi et M. Amar, "Les coopératives agricoles au Maroc entre la volonté politique et les réalités paysannes", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 367-398.

17 N. Nasr, "La gestion sociale de l'eau dans les périmètres publics irrigués du Sud-est de la Tunisie : le cas de Tatatouine", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 501-506.

18 F. Chemak et M. Elloumi, "Les coopératives de services agricoles et la dynamique de la filière lait en Tunisie. Le cas de la région de Mahdia", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 407-427.

19 Réseau Agriculture familiale comparée (RAFAC), Agricultures familiales et développement rural en Méditerranée, Paris, Karthala, 2000.

20 Ibid.

21 A. Djenane, "Désengagement de l'état et économie locale : le cas de l'agriculture de montagne de la wilaya de Bejaïa", in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 299-310.

22 F.-O. Baptista et al., "Portugal : une lecture du rural" in Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée, Paris, Karthala, 2002, pp. 485-499.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable