Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

IV. Questions de société et transformations économiques

Échanges transfrontaliers et commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes

Hassen Boubakri

Texte intégral

1Les échanges et la circulation des biens et des personnes à travers les zones frontières révèlent le positionnement des États nationaux sur les échiquiers politiques et économiques régionaux et internationaux. Ils révèlent particulièrement les déséquilibres et les dysfonctionnements de leurs législations, de leurs systèmes politiques et économiques comme leurs relations politiques et éclairent sur l'évolution des législations en matière de circulation des biens et des personnes. La fin de la décennie 1980 correspond à un ensemble de changements politiques au Maghreb : la prise de pouvoir de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie, la fin de la tension Tunisie-Libye l'ouverture politique et l'instauration du multipartisme en Algérie et, surtout, la signature du traité de Marrakech entre les cinq membres de l'Union du Maghreb arabe (UMA). L'une des principales clauses de ce traité est la libéralisation de la circulation des personnes entre les pays membres de ce regroupement régional. Le Maghreb a ainsi été saisi d'une dynamique circulatoire et d'échanges d'hommes et de biens qu'il n'avait jamais connue dans le passé.

  • 1 Ce mouvement aux frontières terrestres s'est énormément développé à la fin de la décennie 1980 et (...)

2En dix ans (1988-1997), plus de 32 millions de Maghrébins sont entrés en Tunisie (toutes frontières confondues) – un peu plus de la moitié sont des Tunisiens, 23 % des Libyens et 20 % des Algériens, la participation des Marocains ne dépassant pas1 million en dix ans. La moyenne annuelle des entrées a varié de 2,6 à 3,2 millions.

  • 2 19 millions d'entrées contre 4,9 millions. Le nombre des Algériens qui entrent en Tunisie se situa (...)

3Le mouvement aux frontières terrestres de la Tunisie (avec l'Algérie et avec la Libye) représente 78,6 % de ce total, soit 25,7 millions de personnes, au rythme annuel moyen de2 à 2,5 millions, dont un peu plus de la moitié de Tunisiens 1. Le ralentissement ultérieur s'explique par la fermeture des frontières entre l'Algérie et le Maroc, par la relative amélioration des conditions de sécurité en Algérie, par l'essoufflement du tourisme libyen en Tunisie dû à son tour aux conséquences de l'embargo imposé à la Libye (chute de la valeur de la Livre libyenne (ou dinar), envolée des devises étrangères sur le marché parallèle).

Un espace de complémentarité historique

  • 3 Cette étude est réalisée sur la base d'une enquête effectuée en 1994-1995, notamment dans la régio (...)

4Les entrées en Tunisie par les postes frontaliers avec la Libye représentent quatre fois celles passant par la frontière avec l'Algérie 2. C'est dire l'importance d'un poste frontalier comme Ras Jdir, à la frontière tunisolibyenne, qui totalise à lui seul presque les trois quarts des entrées (73,1 %), avec 18,8 millions de personnes en dix ans, soit une moyenne annuelle de 1,8 millions d'entrées. La dynamique créée par l'intensification de la circulation des personnes s'est accompagnée d'une circulation et d'échanges de biens tout aussi intenses. Ainsi les franges frontalières tunisolibyennes font l'objet de flux transfrontaliers denses et complexes3 depuis l'ouverture des frontières entre les deux pays en février 1988. Ils ont fait de la région transfrontalière tunisolibyenne un immense hypermarché informel à ciel ouvert. Les échanges et les relations humaines et commerciales concernent particulièrement les deux gouvernorats de Medenine et de Tatatouine (cf. carte)

  • 4 M. Chandoul, H. Boubakri. "Migrations clandestines et contrebande à la frontière tuniso-libyenne",(...)

5Ce sont les groupes tribaux implantés de part et d'autre de la frontière actuelle entre les deux pays qui alimentent et entretiennent cette circulation des biens et des personnes. Du côté tunisien, les Touazines, qui habitent la région de Bengardanne, et leurs voisins libyens à l'est, les Nouayel, ont forgé depuis très longtemps un tissu d'alliances et de relations, parfois conflictuelles – pour le contrôle des parcours et des points d'eau –, parfois complémentaires – échanges, troc.4

Circulation des commerçants et intermédiaires dans la zone transfrontalière tuniso-libyenne

Circulation des commerçants et intermédiaires dans la zone transfrontalière tuniso-libyenne

6La pénétration de l'armée française dans le Sud tunisien, de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, puis la violente occupation italienne de la Libye en 1911, ont unifié ces groupes tribaux transfrontaliers dans leur résistance et leur lutte anti-coloniale. Cette symbiose a entraîné l'émergence d'un réseau d'alliances et d'échanges allant de l'intégration totale de groupes libyens aux tribus tunisiennes, à la protection sans intégration, en passant par la coexistence.

  • 5 Ibrahim Ahmed Aboulkacem, A/-muhajirun bil-biladi attouniciya (Les émigrés libyens en Tunisie 1911 (...)

7La plaine littorale de la Jafarah, qui s'étend de part et d'autre de la frontière tunisolibyenne, a toujours formé un couloir de transit et d'échanges humains et migratoires entre la Tripolitaine et le Sud de la Tunisie. La Tunisie a accueilli entre 10 000 et 20 000 réfugiés libyens5 ayant fui la répression et l'extermination italiennes en Libye. Ils se sont ajoutés à la colonie tripolitaine installée en Tunisie depuis la fin du XVIIIe siècle, pour constituer une importante communauté libyenne, 40 000 à 50 000 personnes au milieu des années 1950, qui s'est ensuite dispersée à travers le territoire de la Tunisie actuelle. Un nombre plus restreint de Tunisiens (originaires du Sud) ont émigré en Libye pour fuir la répression des autorités coloniales françaises ou pour s'adonner à des activités commerciales, ou encore suite à la contraction d'alliances matrimoniales entre groupes tribaux tripolitains et tunisiens.

  • 6 Nous entendons par "champ relationnel tribal tuniso-libyen" le tissu de relations sociales (matrim (...)

8Les indépendances nationales ont naturellement partagé l'espace administratif et politique mais le champ relationnel tribal tuniso-libyen6 a survécu et s'est prolongé, durant les décennies 1960 à 1980, à travers un partage des rôles dans le contrôle et l'organisation de l'émigration clandestine (ou non déclarée) de la Tunisie vers la Libye, volet des échanges migratoires entre les deux pays.

9Si l'avènement de l'économie pétrolière a fait de la Libye un pays d'immigration de populations venant d'Europe, d'Asie, du Moyen-Orient et de l'Afrique aussi bien du Nord que subsaharienne, l'importance de la présence des migrants tunisiens y a été toujours tributaire des relations politiques entre les deux pays et les migrants en ont souvent été les boucs émissaires durant les périodes de conflit. Pendant les périodes de détente, au cours des années 1970 et 1980, le nombre de Tunisiens en Libye oscillait entre 50 000 et 100 000 mais, en 1985, environ 40 000 Tunisiens ont été expulsés en quelques semaines.

10Les relations tuniso-libyennes sont restées assez mauvaises et les frontières fermées, jusqu'au renversement du régime du président Bourguiba et la prise de pouvoir par Zine el-Abidine Ben Ali en novembre 1987. Les autorités libyennes ont accueilli favorablement ce changement de régime. L'ouverture des frontières et la libéralisation de la circulation des personnes (et des biens dans un premier temps) a été l'une des premières mesures adoptées par les deux pays dès le début de 1988.

11Durant les années 1990, la libéralisation de la circulation des personnes, puis l'imposition de l'embargo à la Libye et la détérioration de la valeur de la Livre libyenne ont réduit l'émigration tunisienne, mais quelques 40 000 Tunisiens travaillaient et résidaient encore en Libye en 1994.

12Durant les décennies 1970 à 1990, l'émigration clandestine des Tunisiens en Libye répondait aux contraintes et aux restrictions de la libre circulation des personnes imposées par les deux États. Le phénomène mazigri (traversée clandestine des frontières dans les deux sens par les Tunisiens pour aller travailler en Libye ou en revenir) était un véritable phénomène de société dans les deux pays. Les populations transfrontalières étaient naturellement les plus impliquées dans l'entretien et l'encadrement de ce mouvement, jouant un rôle d'acteurs sociaux à la place ou à côté des États dans la gestion de cette mobilité.

Les principaux acteurs transfrontaliers

13Avant 1988, le commerce parallèle était principalement tenu par des ambulants, c'est-àdire des commerçants non sédentaires, circulant entre les souks des gouvernorats de Tataouine (Tataouine, Ghoumrassen, Bir Lahmar), de Medenine (Medenine, Jerba, Midoun, Zarzis), et de Gabès (Gabès, Mareth...). Les échanges portaient sur des articles tunisiens ou importés du Maroc et de France, que les ambulants allaient acheter quatre à cinq fois par an au Maroc ou deux ou trois fois par an en France, en véhicules de tourisme ou en bus. À côté d'achats de produits de consommation courante ou d'articles d'électroménager, ils se procuraient des véhicules de tourisme ou utilitaires pour les revendre au retour en Tunisie. Les émigrés de Tataouine leur servaient de prête-noms dans ces opérations, ce qui leur évitait de payer les taxes de douanes dont sont généralement exemptés les émigrés. Mais l'instauration du visa d'entrée en France pour les ressortissants de plusieurs pays tiers, dont les Tunisiens, a raréfié ces voyages en France. L'ouverture des frontières avec la Libye, en 1988, est donc survenue au moment opportun pour sauver les activités des ambulants et a permis un redéploiement des flux d'importation de marchandises vers la Libye : les ambulants sont devenus commerçants sédentaires au soug libya (souk de Libye) de Tataouine.

14Le choix de la ville de Tataouine découle de sa situation comme porte d'accès au Sahara tunisien et surtout de point de passage vers des villes libyennes importantes comme Nalout ou Ghadamès, surtout après l'ouverture du poste frontalier de Dhhiba au sud-est de Tataouine. Siège de gouvernorat, avec une population de 60 000 habitants, cette ville s'est acquise une forte tradition de transactions commerciales depuis le début du XXe siècle. Parmi les groupes opérant sur ce champ transfrontalier, nous nous sommes arrêtés, à titre d'exemple, sur l'un de ceux qui sont implantés dans le souk de Tataouine. Il s'agit du clan tribal d'El-Amarna et particulièrement la famille Ouneyes, originaire d'El-Morra au sud de Tataouine. C'est un groupe de pasteurs et d'éleveurs de bétail exploitant un espace pastoral transfrontalier dont ils connaissent tous les recoins. Ses membres se sont massivement investis dans le trafic commercial transfrontalier animé par des familles élargies (le père, les fils, la fratrie, les cousins...). Deux à trois personnes se chargent du voyage en Libye (à bord de véhicules de transport léger) et de l'introduction de la marchandise. Celle-ci est alors réceptionnée par d'autres membres de la famille qui tiennent des "baraques" au soug libya de Tataouine. D'autres, ambulants, écoulent une autre partie de la marchandise sur les marchés de la région. L'espace pastoral du groupe sert ainsi de support à l'épanouissement d'une chaîne commerciale tribale. Les environs des points d'eau et des campements servent de "planques", lieux de dépôt et de stockage (souvent en plein air) des articles et marchandises divers introduits de Libye.

15Il existe généralement un partage des rôles. Un premier groupe se charge du voyage en Libye pour l'acquisition de la marchandise, puis de son introduction en Tunisie. Le deuxième groupe réceptionne la marchandise et assure son écoulement dans les circuits commerciaux parallèles de la région. L'échange se fait dans l'espace-relais situé généralement juste après les postes frontaliers à Ras Jdir et Dhhiba, et peut aller jusqu'aux principaux centres urbains transfrontaliers, Bengardanne, Medenine et Tataouine. Ces centres ont vu naître d'énormes dépôts de marchandises introduites de Libye, aux mains d'intermédiaires grossistes qui "tenaient" les souks libyens de la région et de tout le pays. Ces dépôts servent également de "centrales" d'achat dont les clients sont des demi-grossistes et des petits détaillants qui écoulent leurs marchandises directement sur les marchés. Ce partage des rôles peut se faire d'une façon explicite au sein de groupes appartenant à une même chaîne d'acteurs, unis par des liens claniques ou ayant une même origine régionale. Il peut également se faire d'une façon implicite entre deux groupes sans liens particuliers au départ mais qui finissent par constituer un réseau bien structuré. Au-delà de Tataouine, d'autres groupes sont tout aussi dynamiques et entreprenants.

Les Touazines et autres groupes tunisiens

  • 7 Les Touazines forment l'une des fractions de la confédération tribale des Ouerghemmas dont l'espac (...)

16Les groupes tunisiens se recrutent dans le Sud ou viennent de zones plus éloignées du Centre et du Nord de la Tunisie. La région du Sud-Est tunisien est impliquée grâce à des sousgroupes de dimension locale, notamment les Touazines7. Constitués en réseaux bien structurés, ils exercent un contrôle direct et indirect sur les échanges, informels et visibles, ou sous forme de contrebande transitant par leur zone : marché du change parallèle (devises collectées et redistribuées aux quatre coins du territoire tunisien, en Libye et, sûrement, en Algérie) ; financement des transactions de grande ampleur (grandes quantités de marchandises à transférer d'un côté à l'autre des frontières, de façon régulière ou irrégulière) ; intermédiaires entre grossistes libyens et détaillants (informels) tunisiens ; organisation et contrôle du marché de gros de Bengardanne pour les produits importés...

17Dans le passé, les Touazines allaient travailler auprès de leurs anciens alliés libyens, servaient de "passeurs" d'émigrés clandestins tunisiens, venant d'autres régions tunisiennes, en leur facilitant l'accès au territoire libyen à travers les mailles, parfois laissées libres à dessein, des contrôles de sécurité libyens. Ils s'alliaient à leurs voisins libyens pour la collecte, en Libye, des biens de consommation prohibés à l'importation en Tunisie (tabac, thé, or) ou rares, donc très chers, en Tunisie (Hi-Fi, électroménager...) mais subventionnés à la consommation en Libye. Introduits et revendus en Tunisie, ils permettaient de réaliser des marges bénéficiaires substantielles aux deux groupes de partenaires.

18Il y a bien évidemment d'autres groupes ou individus originaires d'autres zones des gouvernorats de Medenine et de Tataouine : Zarzis, Medenine, Hassi Amor, Sidi Makhlouf, Tataouine et ses marges désertiques (Smar, El-Mourra, Béni Mhira, El-Kalaa...). Anciens pasteurs, agriculteurs, forgerons, chauffeurs, journaliers, ou ex-chômeurs, anciens élèves ayant déserté l'école, anciens migrants en Libye, ils assurent, dans des véhicules utilitaires de type pick-up, le petit trafic quotidien, rotatif et répétitif, à travers la frontière, des marchandises et produits divers alimentant le commerce parallèle local, régional et national.

19Si Bengardanne est la plaque tournante de ces échanges informels, ceux-ci s'étendent plus loin à l'intérieur de la Tunisie ; il y a, ainsi, des groupes originaires de la Tunisie du Centre-Ouest (région intérieure), des zones de Sidi Bouzid, de Kasserine, de Gafsa, de Bir Ali ben Khalifa... Bien organisés, fonctionnant en réseaux familiaux et claniques, ils effectuent des mouvements rotatifs à travers la frontière, ou participent à l'écoulement, à Bengardanne, des produits importés ou à leur distribution sur les marchés parallèles en Tunisie. Ils servent ainsi d'intermédiaires entre Bengardanne et les autres soug libya du pays.

20Dans le contexte du développement des échanges économiques transfrontaliers avec la Libye, les commerçants ambulants qui circulaient entre les marchés des villes et des bourgs de la région de Tataouine ont repris à leur compte ces transactions ; ils écoulent des produits alimentaires importés de Libye, dans un mouvement rotatif quotidien et, parfois même, bi-quotidien entre Tataouine et la Libye, utilisant des véhicules de transport léger (en particulier, les célèbres "404 bâchées") et vendent directement au détail ou en demi-gros à d'autres détaillants ou grossistes sans moyen de transport. D'autres servent uniquement de transporteurs et reçoivent, à ce titre, généralement la moitié des bénéfices réalisés à chaque voyage.

Le rôle des immigrés de Libye

21Cependant, malgré l'ampleur de ces mouvements, Tataouine et son espace environnant ne sont qu'un appendice du vaste champ d'échanges transfrontaliers. Ce champ se ramifie du Maroc à l'ouest, à l'Égypte et la Syrie (d'aucuns diront jusqu'en Israël) à l'est, au Soudan et au Tchad au sud. Les groupes qui habitent la région de Bengardanne, autour du bourg du même nom (12 040 habitants en 1994), contrôlent et organisent l'ensemble des flux de marchandises et de capitaux qui traversent dans les deux sens les frontières tuniso-libyennes. Bengardanne s'est ainsi transformée en un grand marché de gros, d'intérêt national, de produits et d'articles importés de ou via la Libye. Une noria de transporteurs, de petits camionneurs et de petits commerçants collectent, en Libye, ces articles qu'ils redistribuent ensuite sur l'ensemble et, même, au-delà du territoire tunisien.

22Du côté libyen, les échanges transfrontaliers sont assurés par des Libyens mais aussi par des étrangers transitant par la Libye ou y étant installés. Durant les quatre ou cinq premières armées qui ont suivi l'ouverture des frontières, en 1988, les Libyens ont fortement participé à la dynamique des échanges transfrontaliers, par la vente directe aux consommateurs tunisiens des produits importés de Libye et par des flux inverses de produits tunisiens qu'ils écoulaient eux-mêmes, à côté des Tunisiens, auprès des consommateurs libyens. Les Libyens étaient également commerçants ambulants ou occasionnels ou, même parfois, sédentaires, avec des locaux et des dépôts commerciaux (gros et demi-gros) de produits importés par la Libye, servant de lieu de transbordement en direction des frontières tunisiennes. Les étrangers, immigrés établis en Libye (Algériens, Marocains, Égyptiens, Syriens, Soudanais, Tchadiens et d'autres Africains : subsahariens...) ou touristes visitant la Libye ont participé à ce trafic, soit en collectant dans les magasins d'État libyens des produits subventionnés pour les écouler sur le marché commercial informel, soit en introduisant en Libye des biens importés de leurs pays respectifs et en les écoulant par les mêmes circuits. Ils réexportent aussi les produits vers la Tunisie ou bien vers leur pays d'origine, ou servent d'intermédiaires à leur acquisition sur le marché libyen au profit des grossistes ou demi-grossistes libyens ou tunisiens.

Les mutations sociales et commerciales en Libye

23La libre circulation des personnes et des marchandises, depuis 1988, entre la Tunisie et la Libye, a entraîné des mutations profondes de la société et de l'économie libyennes. Parmi celles-ci, la naissance et l'extension d'un secteur commercial de détail privé tenu par les particuliers libyens sans que, semble-t-il, la législation en vigueur en la matière soit modifiée, durant les premières années du moins. Rappelons que le commerce privé a été aboli en Libye à la fin des années 1970, l'État devenant le seul importateur et distributeur commercial du pays. Les organismes étatiques étaient chargés de l'importation et de la distribution des produits manufacturés pour répondre aux besoins de la population à travers un réseau de supermarchés publics (assouaq echaouiyala ou mounchaat). À partir de 1988, la "ruée" des Tunisiens, en particulier, sur les premiers articles bon marché, fabriqués en Libye, ou les produits de première nécessité importés dans ce pays et fortement subventionnés à la consommation par le budget public libyen, a progressivement affaibli la place du commerce étatique de détail. Sous la pression de la demande, ces magasins étaient régulièrement "vidés" aussi bien par les Tunisiens que par les Libyens, les premiers écoulant leurs achats sur les marchés tunisiens. Les Libyens se sont insérés dans ce vaste courant d'échanges transfrontaliers : paysans, éleveurs, commerçants, fonctionnaires, douaniers, agents de sécurité, membres de nombreuses catégories socio-professionnelles libyennes, traversaient la frontière et allaient eux-mêmes écouler leurs marchandises sur les marchés tunisiens. Les transactions et les échanges (bizness, comme ils disent) forment de nos jours encore des activités parallèles pour de nombreux Libyens, à côté de leurs activités principales.

24Après l'instauration, par les autorités libyennes, d'un contrôle plus sévère sur les achats en grande quantité effectués par les Tunisiens dans les magasins d'État libyens, les nationaux libyens sont devenus maîtres du marché : continuant à avoir l'accès libre et sans restriction à ces magasins, ils pouvaient, de ce fait, constituer d'importants stocks de marchandises fortement demandés en Tunisie. La plupart des achats effectués par les Tunisiens en Libye se font désormais auprès de grossistes ou de détaillants libyens. Ceux-ci sont ainsi devenus les intermédiaires quasi incontournables entre le commerce de détail étatique libyen et les Tunisiens : désormais, le secteur commercial privé (informel) libyen fait partie du paysage économique de ce pays, comme de la zone transfrontalière.

25L'insertion des Libyens dans cette nouvelle dynamique commerciale transfrontalière s'est aussi traduite par l'ouverture de magasins vendant les mêmes produits aux étrangers et, particulièrement, aux Tunisiens. D'autres Libyens, ou parfois les mêmes, se sont transformés en marchands ambulants sur les territoires tunisien et libyen, à bord de camions et de véhicules de transport léger. Les Tunisiens ont également participé à cette évolution par l'introduction et l'écoulement, sur les souks libyens, de produits de fabrication tunisienne (confection, habits traditionnels, tissages, matériaux de construction et équipement de la maison, ameublement) car une fièvre de consommation et des transactions s'est emparée de cet espace frontalier et, même, au-delà des deux pays, en utilisant les différentiels de prix et de change.

Le cas des costumes Makni

26Un seul exemple. La maison tunisienne du prêt-à-porter Makni (considérée comme une maison de luxe) vendait des costumes pour hommes aux organismes d'achat publics libyens au prix unitaire de 150 Dinars tunisiens (DT) – qui est également la moyenne des prix pratiqués sur le marché formel tunisien –, soit l'équivalent de 55,555 Dinars libyens (DL) au cours de change officiel (1 DL = 2,7 DT). Dans les magasins d'État en Libye, ces costumes sont vendus à 60 DL. C'est à ce stade qu'interviennent les acteurs du commerce parallèle et les règles du marché de change illicite. Des Tunisiens traversent la frontière en direction de la Libye, avec des Dinars libyens acquis au prix du marché parallèle – soit 1 DT = 2,7 DL, c'està-dire exactement l'inverse du cours du marché officiel. Ils achètent les costumes Makni dans les magasins d'État libyens à 60 DL l'unité, somme qu'ils avaient déjà échangée contre des Dinars tunisiens au taux du change parallèle, soit 22,2 DT, alors que s'ils l'avaient changée dans les circuits bancaires officiels, ils auraient payé 160 DT. Une fois réimportés de Libye, ces mêmes costumes sont revendus à Tataouine, sur le marché parallèle soug libya à 35 DT l'unité, soit une marge bénéficiaire de 57,6 % (12,8 DT) par rapport au prix d'achat en Libye. Ces mêmes costumes sont vendus dans les commerces patentés tunisiens à 150 DT, soit 4,3 fois le prix pratiqué sur le marché parallèle. Les chefs de ménage aux revenus modestes ou moyens, qui n'auraient peut être jamais pu s'offrir de tels articles dans le circuit officiel, se permettent de s'habiller chez Makni au soug libya, à Tataouine comme dans la plupart des centres urbains de la Tunisie. Les ventes, en Tunisie, des articles de cette marque se sont alors effondrées, ce qui a poussé cette firme à faire le tour des marchés parallèles pour racheter ces mêmes articles en proposant des prix encore supérieurs aux tarifs pratiqués sur ces marchés (soit 40 DT l'article). Si, comme l'ont déclaré certains commerçants, ces mêmes articles récupérés sur les marchés parallèles ont été de nouveaux réexportés, par la même entreprise, vers la Libye au prix de la première exportation (150 DT), la marge bénéficiaire qu'elle aura réalisée au bout de cette dernière opération aura été de l'ordre de 275 % par rapport au prix auquel elle a racheté ses propres articles sur le marché parallèle (150 DT contre 40 DT). Il est évident que, si des intermédiaires ou des spéculateurs libyens étaient intervenus avant que la marchandise ne traverse la frontière en direction de la Tunisie, les prix auraient été plus élevés, les marges bénéficiaires et les stratégies des acteurs différentes.

27Cet exemple illustre bien la globalité du fonctionnement de ce système et l'implication d'acteurs d'horizons variés aussi bien formels (États, entreprises privées...) qu'informels (les acteurs et les intermédiaires des marchés parallèles). Les bénéficiaires se situent à tous les niveaux de l'échelle commerciale et d'échanges. Il est par ailleurs certain que les petits commerçants mobiles tunisiens opérant sur les frontières se sont progressivement constitués des « complicités » auprès des services de douanes libyens sur cette frange méridionale des frontières, leur permettant d'introduire plus aisément les produits importés. Car il n'est pas imaginable qu'une telle économie transfrontalière puisse fonctionner et se développer sans que des cercles liés aux pouvoirs tunisien et libyen n'y trouvent leur compte et ne contribuent même à l'organisation et à la couverture, à distance, des réseaux et des filières d'acteurs qui prennent en charge ces échanges.

Les produits alimentaires et électroménagers

28Comme on a déjà pu l'appréhender, les produits sont très variés. Ils portent d'abord sur des biens alimentaires et de consommation, en fonction de l'intérêt que leur trafic peut représenter de part et d'autre de la frontière. Ainsi les flux de produits alimentaires subventionnés par le budget libyen, donc bon marché aussi bien sur le marché libyen que sur le marché tunisien parallèle, ont été à l'origine de transformations profondes des habitudes et, même, du mode de consommation alimentaire des Tunisiens, ruraux comme citadins.

29L'importation de produits de consommation courante en Tunisie est restée fortement taxée jusqu'au milieu des années 1990. Les ménages tunisiens faisaient alors leurs provisions en gros : cartons de boîtes de conserves, thon, tomates, petits pois, haricots, fromages hollandais ou nordiques, ananas, huile végétale ou d'olive, sacs de 50 kg et de 100 kg de sucre, de riz, de farine, de semoule, pommes, bananes, produits laitiers (laits en poudre, lait stérilisé UHT...), tous importés via la Libye, étaient consommés par les ménages de toutes les classes sociales, surtout celles aux niveaux de vie modeste ou précaire qui pouvaient difficilement accéder à ce type de produits. On a donc abouti à cette aberration de voir consommés en Tunisie des produits alimentaires de base d'origine tunisienne, exportés en Libye, rachetés sur le marché libyen après avoir été subventionnés par le Trésor libyen, puis réimportés en Tunisie.

30Les axes routiers transfrontaliers tunisiens se sont transformés en des axes d'achalandage et de vente de produits introduits de Libye, grossistes, semi-grossistes et détaillants (libyens et tunisiens) se mêlant aux consommateurs. Le réseau routier servait ainsi d'espace-relais entre le marché libyen d'approvisionnement, d'un côté, et les marchés tunisiens, de l'autre.

31Les petits revendeurs fonctionnent avec l'équivalent de deux sacs de voyage qui contiennent de la confection, des tissus, des ustensiles, des articles d'alimentation. Ils font un voyage deux fois par semaine en moyenne. Ils réalisent des profits nets de l'ordre de 50 DT à 60 DT par voyage, soit une centaine de dinars par semaine. Ceux qui engagent un capital plus substantiel (400 DT à 500 DT par voyage) font un voyage en Libye tous les dix jours.

32Prenons l’exemple de deux associés semigrossistes qui font un voyage par jour en Libye par le poste de Dhhiba, à bord d'une voiture de tourisme dont le propriétaire n'a pas de permis de conduire. L'associé est donc chargé de la conduire. Le capital quotidien est de l'ordre de 400 DT avancés à égalité entre les deux associés. Les profits sont partagés en trois parts : une part pour le véhicule, une deuxième pour le propriétaire et la troisième pour le chauffeur associé. La marchandise est variée : cartons de thé (20 kg/carton), charbon de bois (en hiver), couches pour bébés, œufs, etc. Ils réalisent des bénéfices allant de 1 DT à 1,5 DT par kilo de thé, soit un profit de 60 DT à 90 DT pour les 60 kg de thé transportés. Ils réalisent des profits globaux de l'ordre de 30 % sur le montant total des achats effectués en Libye, soit 100 DT à 120 DT par voyage.

33Les commerçants libyens qui achètent aux magasins d'État et revendent aux Tunisiens réalisent de leur côté des marges encore supérieures allant jusqu'à douze fois le prix d'achat du thé ; par exemple : 1 kg de thé est acheté au prix d'une Livre libyenne (DL), soit l'équivalent de 0,370 DT, et il est vendu sur les marchés tunisiens pour environ 12,162 DL, ce qui correspond à l'équivalent de 4,5 DT.

34Il y a donc plusieurs modes de trafic. L'importation illicite mais tolérée, de produits et de biens collectés par des individus, traversant la frontière en petites quantités, et écoulés sur les marchés locaux : articles et produits de consommation courante, alimentation générale, produits de beauté, détergents, autres produits d'épicerie, articles d'équipement ménager, robinetterie, sanitaires, outils de cuisine, électronique, électroménager et matériel Hi-Fi. Il y a aussi l'importation en contrebande (des deux côtés des frontières) ou en semicontrebande (illicite d'un côté des frontières, licite de l'autre) : importations de tracteurs, d'engins, de matériel agricole, d'huileries, de postes de forages de puits profonds... en contrebande du côté libyen de la frontière, licites et déclarées du côté tunisien. Il ne faut pas oublier les échanges de devises sur le marché parallèle et leur passage illégal des deux côtés des frontières, non plus que le passage de la frontière, à partir de la Libye, de troupeaux d'ovins, de caprins et de jeunes camélidés... en contrebande du côté libyen, rejoignant en Tunisie les circuits du commerce et de distribution du bétail d'abattoir. On retrouve ce type de contrebande, de façon symétrique, aux frontières tuniso-algériennes. Enfin, l'importation ou l'exportation (en contrebande) de produits et de biens prohibés ou fortement taxés par les douanes. C'est un flux régulateur des marchés parallèles locaux qui peut répondre aux besoins en cas de fermeture des frontières ou de durcissement des formalités policières ou douanières aux frontières (cigarettes, devises, or, etc.).

La contrebande du matériel agricole et des engins

35Marginal pour le trafic des voyageurs et des marchandises par rapport au poste de Ras Jdir, le poste frontalier de Dhhiba est réputé dans toute la Tunisie (et en Libye) pour être le point principal pour l'introduction, en contrebande, du matériel agricole lourd libyen (moissonneuses-batteuses, huileries, engins, pompes, etc.), matériel qui vient en tête, par sa valeur, de tous les échanges transfrontaliers, malgré l'importance des biens de consommation et produits alimentaires. L'État libyen importe, en effet, des milliers d'unités de matériel agricole qu'il distribue aux exploitants agricoles à des prix largement subventionnés par le budget de l'État, dans le cadre de sa politique d'incitation au secteur agricole. Or, du côté tunisien de la frontière, ces engins coûtent quatre à cinq fois plus cher. Cet écart énorme est à l'origine d'un trafic impressionnant. La chute de la valeur du Dinar libyen, sur le marché parallèle, par rapport au Dollar américain et au Dinar tunisien, a fait le reste. Les exploitants libyens passent, ainsi, de la spéculation agricole à la spéculation sur le matériel agricole et cèdent leurs engins à des prix deux à trois fois supérieurs aux prix subventionnés qu'ils avaient payés pour leur acquisition. Les intermédiaires libyens, puis tunisiens se chargent du transbordement transfrontalier du matériel. Les premiers se chargent du transfert jusqu'à la zone frontalière de Dhhiba (avec, sans doute, la complicité des autorités locales libyennes) où le matériel est "déposé" sur la ligne du no man's land frontalier, puis "poussé", moteur à l'arrêt sur la pente qui mène vers la zone tunisienne de la frontière. Arrivé en territoire tunisien, ce matériel est "récupéré" par des intermédiaires tunisiens qui le placent cette fois-ci sous le contrôle de la douane tunisienne. Celle-ci procède à son tour à la saisie du matériel et fait immédiatement payer une amende de 150 DT à 200 DT par saisie pour "franchissement illégal de la frontière et contrebande". Le matériel est par la suite transféré dans le dépôt municipal de la commune de Dhhiba dans l'attente de son dédouanement. Une fois dédouané, ce matériel est introduit dans la sphère légale. Nous passons ainsi de l'informel au formel et de l'illicite au légal. D'autres intermédiaires interviennent par la suite pour conduire le matériel vers l'intérieur de la Tunisie où il est vendu aux exploitants agricoles ou aux transporteurs des matériaux de construction à des prix d'un tiers inférieurs à ceux auxquels est vendu le matériel directement importé des pays fabricants (Angleterre, Italie, France...) grâce, particulièrement, à la faiblesse du cours du Dinar libyen sur le marché parallèle des devises.

36Lors des investigations effectuées au poste de Dhhiba, nous avons relevé l'emballement rapide des importations de matériel agricole et, particulièrement, les tracteurs dont la valeur a été multipliée par sept entre 1988 et 1993.

37Le nombre moyen des tracteurs introduits à partir de la Libye en dehors des circuits officiels libyens, puis, une fois les frontières franchies, "accueillis" ou "récupérés" par l'administration et la comptabilité tunisiennes, était de l'ordre de 1 400 par an. La valeur moyenne d'un tracteur est officiellement estimée par la douane tunisienne à 10 000 DT. La valeur globale de ces tracteurs serait ainsi de l'ordre de 14 MDT. Cette somme représenterait du quart au tiers de la valeur des importations tunisiennes de tracteurs depuis le début des années 1990.

38La valeur des tracteurs introduits en Tunisie par le poste frontalier de Dhhiba représente, selon les mois, de 70 % à 90 % de la valeur de toutes les importations ayant transité par ce poste.

Le trafic des produits pétroliers

39La valeur mensuelle moyenne des échanges comptabilisés par les douanes de Dhhiba était, en 1996, de 115 608 DT pour les exportations et de 1 330 000 DT pour les importations. Ce différentiel s'explique par le poids écrasant des importations de tracteurs, de matériel agricole et d'engins qui y sont introduits quasi exclusivement. Les autres postes frontaliers tunisiens avec la Libye (dont Ras Jdir particulièrement) voient rarement transiter ce matériel. Cela s'explique aussi par la souplesse relative et, parfois, le relâchement, des contrôles douaniers libyens sur cette bande méridionale, contrairement à l'intensification et à la rigidité des contrôles sur les frontières nord, autour de Ras Jdir et Bou-Kemmèche.

40Les prix dérisoires des produits pétroliers sur le marché libyen par rapport à ceux pratiqués en Tunisie ont incité les acteurs transfrontaliers à recourir à des astuces diverses pour introduire en Tunisie des quantités supplémentaires d'essence et de gas-oil destinées à la commercialisation sur les bords des routes tunisiennes. Pour contourner la réglementation douanière tunisienne qui interdit d'introduire ces produits hors des réservoirs des véhicules, la contenance de ces derniers (de type léger ou poids lourd comme les semi-remorques) est multipliée par trois ou quatre, ce qui permet à leurs exploitants d'introduire 1 000 à 1 500 litres par voyage. De nombreux tôliers de Tataouine, de Medenine et de Bengardanne se sont ainsi spécialisés dans la fabrication de ce genre de réservoirs. Les douaniers libyens ripostent souvent par le percement des réservoirs sur le lieu même du contrôle. Les exploitants des véhicules installent alors des réservoirs totalement dissimulés dans les véhicules et beaucoup plus épais, ce qui rend leur destruction par la douane libyenne difficile. Les stations-service frontalières de Bengardanne, de Dhhiba et de Tataouine ont alors vu leurs chiffres d'affaires s'effondrer durant de longs mois et leurs ventes se limiter au strict nécessaire pour traverser la frontière.

Le marché des changes et des devises

41À ces filières, de part et d'autre de la frontière, il faut ajouter les acteurs du marché de change parallèle : émigrés tunisiens à l'étranger, touristes libyens ou contrebandiers de devises qui les fournissent, changeurs et intermédiaires. Certains, les petits changeurs, se chargent de l'achat ou de la vente de devises en échange de la monnaie tunisienne. Ils comptent généralement de trois à quatre personnes, dans chaque ville, qui exercent des activités de dissimulation : épicerie, moulin à grains, funduk (dépôt de bétail ou de matériel), vente d'aliments de bétail, etc. Les changeurs situés plus haut dans l’organisation de ce trafic sont des regroupeurs mobiles circulant de ville en ville (de Bizerte, au nord, à Dhhiba, au sud). Ils approvisionnent en devises – ou collectent celles-ci – auprès des petits changeurs locaux. Enfin il y a, au sommet de la pyramide, les "grossistes" du change parallèle qui tiennent le marché, fixent le taux de change en fonction des fluctuations des taux officiels et de la loi de l'offre et de la demande, elle-même tributaire du contexte et des situations réelles sur le terrain (économique, sociale...) et, même, du contexte diplomatique régional et, parfois même, international. Souvent implantés dans les villes frontalières comme Bengardanne, ils contrôlent, probablement, et organisent la contrebande de devises à travers la frontière, "en coopération" avec des groupes libyens parallèles qui, de leur côté, organisent et contrôlent le marché noir libyen de devises et même de marchandises.

42Le jeu sur le différentiel de change entre les deux monnaies nationales bénéficie aussi bien au consommateur qu'aux commerçants. Les prix de nombreux articles fabriqués en Tunisie (confection, tissus, électroménager, produits alimentaires, articles de plomberie et d'équipement de la maison, etc.) sont généralement du tiers à moitié moins chers sur les marchés parallèles que dans le circuit commercial patenté, compte tenu des marges bénéficiaires des commerçants. L'État libyen procède aussi régulièrement à des commandes auprès de fournisseurs étrangers dont des Tunisiens.

43Après 1988, les groupes impliqués dans ces courants d'échanges et de circulation ont développé des stratégies alternatives pour maintenir leur contrôle et leur maîtrise sur les nouveaux courants d'échanges. La confirmation et le renforcement de Bengardanne comme pivot de la contrebande et des échanges transfrontaliers constitue l'indice principal de la réussite de ces stratégies. Ce bourg est ainsi devenu le poste avancé, la place forte du transbordement des biens échangés à travers la frontière. Les groupes originaires de Bengardanne jouent aussi un rôle central dans la maîtrise du marché parallèle des devises à l'échelle nationale et régionale. Ils répondent, de la sorte, aux tensions conjoncturelles sur ce marché quand l'offre est inférieure, ou mal adaptée, à la demande. Ils ont mis en place, depuis les années 1960 au moins, un puissant réseau de contrebande qu'ils contrôlent parfaitement – importation illicite, en grandes quantités, de produits de luxe, rares ou prohibés à l'importation en Tunisie : or, thé, tabac (cigarettes blondes), matériel Hi-Fi, fausse bijouterie, pneumatiques, etc. Ils continuent à alimenter les marchés parallèles du pays et à répondre aux besoins les plus diversifiés.

La réduction des échanges formels tuniso-libyens

44Qu'en est-il, alors, des échanges formels qui subsistent parallèlement à cette économie informelle ? Il est bien évident que, dans ces conditions, les échanges économiques officiels entre la Libye et la Tunisie se sont fortement réduits. Si les courants d'échanges informels avec la Libye portaient, pour l'entrée sur le marché tunisien, sur des biens de consommation courante, une part non négligeable des importations tunisiennes de matières premières (bois, fer) et de produits finis était acheminée légalement vers le marché libyen.

45Jusqu'en 1993, la balance commerciale tunisienne avec la Libye, comptabilisée par la Banque centrale de Tunisie, était excédentaire. Les exportations tunisiennes vers la Libye avaient grimpé de 63 % entre 1989 et 1993, passant de 115,7 MDT à 189,2 MDT en 1993. Au cours de la même période, les importations avaient plus que triplé (de 16 MDT à 52,3 MDT). La Libye est ainsi devenue le premier partenaire de la Tunisie parmi les pays de l'Union du Maghreb arabe.

46La Tunisie exporte vers la Libye des produits du verre et de la céramique, des métaux et de la ferronnerie, des engrais, des machines et appareils mécaniques et électriques, de l'optique, du verre et des appareils scientifiques, du bois d'ouvrage, des textiles et chaussures, des huiles essentielles et de la parfumerie, du savon et des produits d'entretien, des semi-produits chimiques, des meubles et articles de literie, des épices... Elle importe principalement des matières plastiques, produits chimiques, peaux et cuirs, etc. Ces données fournies par la Banque centrale de Tunisie montrent que les importations informelles d'articles introduits à partir de la Libye en Tunisie ont un impact sur l'évolution des importations formelles de certains produits dans le pays. On peut ainsi le mesurer pour le thé et le sucre ainsi que pour le matériel agricole.

47Les importations informelles massives, via la Libye, de thé et de sucre auraient ainsi légèrement soulagé la balance commerciale tunisienne. Les importations institutionnelles de thé avaient baissé de près d'un tiers en 1989 par rapport à 1988 (– 36,4 % en quantité et – 30,1 % en valeur). En 1993, la baisse était de 21,3 % en valeur et de 9,4 % en quantité, par rapport à 1992. Les importations de sucre ont également accusé une baisse substantielle en 1991, par rapport à 1990 (– 20,8 % en quantité et – 39,5 % en valeur), et, en 1993, par rapport à 1992 (– 9,2 % en quantité mais + 5,6 % en valeur).

48Le paradoxe entre la faiblesse des échanges formels et l'ampleur des activités informelles peut se constater au poste frontalier de Dhhiba au sud-est de Tataouine.

Contraintes douanières et redéploiement spatial

49Le durcissement, à partir des années 1993-1994, des formalités douanières libyennes concernant l'exportation des marchandises fabriquées en Libye ou importées, a pris plusieurs formes : interdiction totale allant jusqu'à la saisie ou limitation draconienne des quantités de produits introduits en Tunisie. Toutefois, la pratique des frontières, quasi quotidienne, par les acteurs du commerce frontalier, a permis à ceux-ci de détecter les moindres différences ou faiblesses localisées de la surveillance ou du contrôle frontalier du côté libyen. La zone méridionale des frontières tuniso-libyennes est considérée comme plus souple à ce sujet. C'est ce qui explique les écarts entre mouvements d'entrées et de sorties : de nombreux voyageurs entrent en Libye par d'autres postes frontaliers – et ne sont, par conséquent, pas comptabilisés à la sortie par Dhhiba en direction de la Libye –, puis rentrent en Tunisie par ce poste (d'où l'importance du volume d'entrées : 99 600 sorties contre 138 000 entrées). On peut donc considérer que l'ensemble du trafic des personnes est lié au trafic de marchandises. Le ratio personnes/voitures (3 personnes par véhicule en moyenne) montre le fonctionnement collectif (par petits groupes) de ce trafic.

50Si les États sont absents de l'initiation et de l'organisation directe de cette économie d'échanges, ils peuvent peser sur son fonctionnement et amener les intervenants privés (petits revendeurs, commerçants, ambulants, intermédiaires, grossistes, etc.) à s'y adapter. Les brigades douanières, tunisiennes et libyennes, aux différents postes frontaliers ne fonctionnent pas sur le même mode et n'appliquent pas toujours avec la même rigueur les réglementations dans le contrôle des trafics de biens qui traversent la frontière. L'instabilité dans l'application des formalités douanières du côté libyen, par exemple, donne lieu à un double redéploiement spatial des acteurs du trafic transfrontalier. D'une part, les commerçants opérant à Bengardanne (Touazines et autres petits groupes originaires des steppes) ont changé leur itinéraire : au lieu de passer par le poste frontalier de Ras Jdir, généralement très encombré, ils traversent la frontière en direction de la Libye au poste de Dhhiba où le trafic est réduit, les délais d'attente plus courts et le traitement des dossiers moins rigide. D'autre part, lors d'un durcissement des formalités douanières libyennes, qui peut s'expliquer par des luttes de pouvoir interne, au poste frontalier de Dhhiba, les commerçants de Tataouine sont amenés à limiter leur déplacement en Libye et à s'approvisionner sur le marché de gros informel de Bengardanne que contrôlent les Touazines et les groupes originaires des steppes. Bengardanne a ainsi réussi à capter une partie supplémentaire du trafic qui lui avait échappé à l'ouverture de la frontière avec la Libye.

Conclusion

51L'économie transfrontalière des échanges dans cette zone est portée par une mobilité des personnes dont les dimensions ne se limitent pas aux transactions commerciales mais sont aussi migratoires et touristiques. Les fluctuations qu'a connues cette mobilité sont révélatrices des relations entre les États. Il s'agit d'un mouvement qui, après bientôt un demisiècle (depuis le milieu du XXe siècle) a tenté de s'inscrire dans la logique d'une identité maghrébine (et arabe) longtemps revendiquée et projetée mais, paradoxalement, souvent contrariée, voire perturbée ou bloquée par des logiques étatiques dont les motivations, les idéologies politiques ou économiques se sont révélées éloignées des "aspirations" et des idéaux des citoyens maghrébins. La circulation des populations transfrontalières, les transactions économiques qu'elle génère ainsi que les réseaux d'échanges qui l'accompagnent, ont donné naissance à des formes de "régions économiques unifiées", plus ou moins homogènes, de part et d'autre des frontières entre les États maghrébins. Nous avons analysé ici le cas de la Jafarah tuniso-libyenne mais d'autres exemples sont tout aussi pertinents comme celui de la zone frontière algéro-marocaine entre l'Oranais occidental et la région d'Oujda, entre 1988 et 1994. La fermeture de cette frontière, depuis 1994, a entraîné la désorganisation totale de cette zone et l'évanouissement de tout espoir, du moins jusqu'à nos jours, de voir le Maghreb unifié par les peuples.

52On pourrait imaginer, enfin, que la libéralisation du commerce mondial et l'ouverture des frontières, d'un côté, la soumission des politiques économiques aux règles du marché, de l'autre, puissent aboutir, à terme, à l'atténuation des différentiels de prix, à la disponibilité des biens et au rapprochement entre les cours officiels et ceux des marchés parallèles des monnaies nationales. Dans ce cas, le commerce parallèle n'aurait plus ou peu de raisons d'être. Toutefois, les contraintes et les déséquilibres (à caractère social ou économique) consécutifs aux logiques de la mondialisation engendreront l'émergence d'autres formes de résistance et d'adaptation aux nouvelles donnes. Les activités informelles serviront toujours de secteur refuge en réponse au dysfonctionnement des marchés, à l'inadaptation des lois et des réglementations, ou encore de réponse à la non intégration d'activités ou de groupes aux circuits d'échanges et aux dynamiques créatrices de richesses et de rénovation.

53La conjugaison des effets de la libéralisation économique et des efforts des populations concernées permettront peut-être, à terme, d'atténuer la résistance des États maghrébins aux tentatives "fédératrices" venant de la base.

Notes

1 Ce mouvement aux frontières terrestres s'est énormément développé à la fin de la décennie 1980 et au cours de la première moitié des années 1990 (avec une moyenne annuelle de 2,5 à 3,4 millions d'entrées/an) pour retomber ensuite à moins de 2 millions d'entrées.

2 19 millions d'entrées contre 4,9 millions. Le nombre des Algériens qui entrent en Tunisie se situait entre 0,6 et 0,9 million, de 1991 à 1995, et à 0,5 million depuis 1997.

3 Cette étude est réalisée sur la base d'une enquête effectuée en 1994-1995, notamment dans la région de Tatatouine. Une partie des données statistiques a été réactualisée en 1999.

4 M. Chandoul, H. Boubakri. "Migrations clandestines et contrebande à la frontière tuniso-libyenne", Revue européenne des migrations internationales, vol. 7, n° 2, Poitiers, 1991.

5 Ibrahim Ahmed Aboulkacem, A/-muhajirun bil-biladi attouniciya (Les émigrés libyens en Tunisie 1911-1957), Tunis, Abdelkrim ben Abdallah Editions et distributions, 1992.

6 Nous entendons par "champ relationnel tribal tuniso-libyen" le tissu de relations sociales (matrimoniales, alliances tribales, réseaux sociaux...) et d'intérêts économiques partagés (associations foncières, recrutement de la main d'œuvre et échanges de savoirfaire réciproques : bâtiment, élevage ovin et camelin, commerce ; organisation des réseaux et des filières de contrebande des produits auxquels est appliquée une taxation douanière élevée...). La mobilité transfrontalière des personnes, générée par le fonctionnement et l'entretien de ces réseaux sociaux et économiques, constitue une composante fondamentale de ce champ.

7 Les Touazines forment l'une des fractions de la confédération tribale des Ouerghemmas dont l'espace historique est constitué par l'ensemble de la zone couvrant la plaine littorale de La Jafarah et la chaîne montagneuse des Matamta, zone située entre le sud de la ville de Gabès et la frontière avec la Libye. Les Touazines se sont regroupés à Bengardanne et dans ses campagnes environnantes.

Table des illustrations

Titre Circulation des commerçants et intermédiaires dans la zone transfrontalière tuniso-libyenne
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable