Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

IV. Questions de société et transformations économiques

Effets de l'émigration vers l'Italie des Beni Meskine (Maroc occidental)

Mostafa Kharoufi

Texte intégral

1L'émigration marocaine en direction de l'Italie, initiée par les Beni Meskine à la fin des années 1960, doit être située dans un contexte de crise des activités agricoles et d'élevage au Maroc. Elle est à l'origine d'une mobilité qui s'est accélérée après la fermeture des frontières européennes au milieu des années 1970 et a donné le contingent le plus nombreux d'étrangers en Italie. À caractère clandestin, cette émigration s'est accentuée alors que la plupart des États de la Communauté européenne adoptaient des politiques restrictives limitant l'entrée de la main-d’œuvre étrangère. L'Italie, qui fut longtemps un foyer d'émigration, ne prit des mesures de limitation similaires qu'après 1990. En effet, jusqu’au 15 avril de cette année, l'accès à ce pays ne nécessitait pas de visa. De même que les opérations de régularisation en faveur des migrants clandestins, annoncées par la promulgation de la loi 39 de 1990, a eu un effet attractif sans précédent. Les Marocains recensés en Italie étaient au nombre de 75 en 1975 et 1 501 en 1981, mais, en 1989 et octobre 1990, 26 752 et 49 625 Marocains ont respectivement bénéficié des opérations de régularisation de la situation des étrangers présents sur le sol italien (Ottavo. C. 1992, p. 236). Notons que ces chiffres sont sujet à caution car ils ne concernent que les migrants ayant pu régulariser leur situation. Ils sous-estiment une émigration clandestine qui a alimenté de façon substantielle la communauté marocaine en Italie, évaluée à 130 000 personnes selon le ministère de la Communauté marocaine à l'Étranger (Bencherifa, Berriane et al., 1992, p. 20).

2La première vague d'émigration à laquelle participent fortement les Beni Meskine et les migrants en provenance du plateau des phosphates rappelle, par ses caractéristiques, la mobilité enregistrée par des pays européens depuis un demi-siècle. Elle concerne essentiellement une main-d’œuvre qui n'est pas nécessairement très jeune (48 % ont entre 26 ans et 34 ans), dont le niveau d'instruction est très bas, qui a quitté les campagnes pour des raisons économiques. Une seconde vague concerne des migrants en provenance de différentes régions du Maroc. Il s'agit de sujets plus jeunes, ayant une scolarité variée et un projet migratoire moins défini. Le commerce ambulant, principale occupation pour une grande partie de la communauté marocaine en Italie, caractérise ce modèle migratoire qui se distingue par les traits suivants :

  • une grande mobilité, liée à ce type de commerce à travers le territoire italien, à la recherche d'une sécurité d'emploi ;
  • un aspect saisonnier qui explique une certaine précarité et irrégularité de leurs revenus ;
  • un caractère tournant puisque les durées moyennes de séjour en Italie dépassent rarement une année, entrecoupée d'un ou plusieurs voyages au pays d'origine. Cette mobilité répond à des contraintes de la situation en Italie (comme la baisse de l'activité commerciale en hiver) et à l'exécution de projets personnels par les émigrés dans le pays d'origine.

3Devenue, dans un premier temps, un complément à l'activité pastorale qui fait depuis longtemps le particularisme des Beni Meskine, l'émigration et ses retombées sont en passe de remplacer l'élevage, entraînant d'importantes conséquences sur la région. La "réussite sociale" d'anciens bergers et éleveurs, partis pour l'Italie, pour lesquels le douar ne constitue plus le seul horizon a entraîné un phénomène d'imitation et d'aspiration considérables. La bourgade d'El-Borouj (chef-lieu de la commune rurale Beni Meskine) compte aujourd'hui, en plus de son célèbre marché de la race ovine (le Sardi), celui de la voiture d'occasion et accessoirement de matériel vidéo et autres gadgets en provenance d'Italie.

4Cette communication rend compte de cette émigration, de ses causes et conséquences. Elle est le résultat d'enquêtes successives effectuées en 1981, 1989 et 1990 auprès de la fraction de Ouled Ameur composée de dix douars aux portes d'El-Borouj : Ouled H'mida, Ouled ‘ Azzouz, Abadla, Ouled Ben lrra, Ghzaouna, Nouana, les Slalma, Ouled Driss, Aït Hachem et Houaoura. Ces douars ajoutent aux liens agnatiques solides, une proximité topographique que renforce un même patrimoine foncier réparti comme suit : 10 000 ha de terres Melk, 6 100 ha de terres jemâa (ou collectives).

Le Beni Meskine : de la transhumance à l'émigration

5Situé au sud de la plaine de Settat, une riche région agricole où l'on a encouragé l'agriculture spéculative, le pays Beni Meskine, caractérisé par un relief accidenté, est une zone essentiellement pastorale. À la différence du littoral et du centre de la plaine où dominent respectivement le maraîchage et la céréaliculture, avantagés par l'introduction de la mécanisation, ce pays n'a enregistré, du fait de sécheresses successives ces dernières années, qu'une faible amélioration de sa production. Il donne, par son caractère physique, une impression d'aridité en été (boisement presque inexistant ou remplacé par un piquetage ou des touffes de jujubiers) et présente un maillage de douars très lâche, d'une densité humaine d'environ 40 habitants au km2. Du point de vue administratif, cette commune rurale fait partie de la province de Settat et occupe 21 % de sa superficie. Elle compte 42 420 habitants au recensement de 1982 dont la moitié vit à El-Borouj, le chef-lieu ; celui-ci se distingue, au sein de la province de Settat, par le quasimonopole de l'élevage ovin puisqu'il en détient 54,5 %, soit 320 000 ovins. Les Beni Meskine se qualifiant eux-mêmes de kassaba (éleveurs), leur activité est largement liée à la configuration du milieu naturel : reste extensive et traditionnelle. Le bétail est le "capital" principal dont le développement dépend des caprices du climat face auxquels les éleveurs tentent d'apporter quelques solutions par le recours à des réserves alimentaires constituées essentiellement de paille et d'orge.

6Une des mobilités qui caractérise les Beni Meskine est la transhumance qui s'inscrit dans la tradition pastorale et qui les relie à d'autres groupes tels que les Sraghna au sud de l'oued Oum er-Rabia, avec lesquels des associations d'élevage sont renforcées par plusieurs liens de mariage. En hiver en effet, le pays Sraghna – épargné par le darmous (infection dentaire des ovins due à la forte teneur des sols en phosphate) – reçoit dans un ordre collectif les jeunes moutons pour une période pouvant aller jusqu'à deux ans.

7À côté de cette transhumance d'hiver, figure le mouvement ancestral du sud vers le nord en pays Chaouia qui dure l'été et qui prend fin en octobre. Cet axe est emprunté chaque année par des centaines d'ovins qui transhument, cinq mois durant, dans les terroirs des Ouled Saïd, des Ouled Hriz et des Ahl al-Majni – auprès desquels les Beni Meskine louent des hsida (champs après moisson). Cependant, l'équilibre de cette région fut rompu par la mise en défense de terroirs de parcours et les crises climatiques successives. Le protectorat français au Maroc (1912-1956) fût le premier à réglementer l'espace foncier et à cantonner certains groupes pastoraux en les privant de plusieurs milliers d'hectares de vaine pâture. Il a largement entamé le processus de dilatation de l'activité pastorale par les expropriations foncières. Ainsi, les dépossessions et les mises en défense au bénéfice de la colonisation ont atteint, sous le Protectorat, 1 017 000 hectares (Laroui, 1970, t. 2, 103-104). L'administration d'alors distinguait mal entre le domaine de l'État et celui des tribus. De l'un et de l'autre, par celles détachait les meilleurs à des fins de colonisation. Chez les Beni Meskine, le protectorat, usant de sa politique notabiliaire, a trouvé des appuis solides auprès du caïd Ould Bou Hafa, véritable despote à l'exemple du Glaoui "grand féodal du Sud", qui traduisait les ordres du protectorat en entérinant les dépossessions des groupes locaux. En échange de ses loyaux services, il bénéficiait de la consolidation générale de ses pouvoirs. Cette "médiation" augmentait prestiges et ses profits comme le relève J. Berque : contrôleur civil dans les années 1930 à El-Borouj, Berque évoque dans ses mémoires la pratique d'une politique notabiliaire qui priva les Beni Meskine de leur terroir meskoura, soit environ 10 000 hectares :

  • 1 J. Berque, 1989, pp. 54-55.

« Un immense terroir d'élevage a été dévolu à un gros capitaliste qui résidait à Casablanca. Les rancunes duraient toujours. Parfois se formaient des délégations qui partaient pour la lointaine direction des Affaires indigènes exposer le cas à qui ne voulait, ne pouvait l'entendre. »1

8De cette amputation, l'élevage pastoral dans cette région ne s'est jamais remis ; malgré les réclamations faites jusqu'en 1972, par deux générations successives auprès des autorités administratives, les Beni Meskine n'ont pu récupérer ces terres de parcours. Aujourd’hui, l'accroissement des terres emblavées entraîne une réduction des pâturages et une augmentation du prix de leur location. Ainsi, la location d'un terrain de parcours peut atteindre selon l'emplacement 1 000 DH l'hectare. Il résulte de cette diminution des parcours une baisse de la masse d'herbes à la disposition des troupeaux. De plus, la sécheresse et son corollaire, l'indigence de la végétation naturelle des pâturages, ont déterminé l'incertitude de la vie pastorale. Le manque d'eau est en effet un problème aussi grave que la remise en cause de la vaine pâture pour une société pastorale. Suite aux grandes crises climatiques (1940-1944 et 1980-1982) une grande partie du cheptel a été décimé. En 1989, malgré quelques tentatives de reconstitution des troupeaux, la fraction des Ouled ‘ Ameur ne disposent que d'un effectif ovin de 7 140 contre 20 646 au cours de l'estivage 1934 (Berque, 1936).

9En réponse à l'indigence de la vie pastorale chez les Beni Meskine, l'émigration constitue une alternative. Elle a pris deux orientations : la première, survenue au milieu des années 1940 concernait les jeunes adultes, avait comme pôles d'attraction les bourgades et les villes ramassées sur le front occidental du Moyen-Atlas ou fixées sur les routes orientées par la ville de Casablanca, Fqih ben Salah, Qala'a des Sraghna, Beni Mellal, Kasbat Tadla, Khouribga, Settat. Tandis que la deuxième émigration, commencée à partir de la fin des années 1960, prend un aspect international : elle est orientée essentiellement vers l'Italie et périodiquement vers l'Espagne.

Crise climatique et migrations intérieures (1940-1944)

10Par suite de la disette de 1940-1944, le pays est devenu très vite un pôle de répulsion. Beni Meskine on y recensait en effet des victimes humaines. Les premiers départs enregistés furent importants par leur ampleur (20 départs par exemple dans un douar de 20 foyers). Le centre minier de Khouribga et les sucreries de Casablanca absorbèrent alors la plus grande quantité de la main-d’œuvre en provenance des Beni Meskine. Cette immigration sélective, touchant essentiellement des hommes jeunes, n'était pas un phénomène appauvrissant, autrement dit "décongestif" au départ et peu à peu érosif, étant donné l'importance des retours périodiques des nouveaux citadins et de leur solidarité à l'égard de leurs familles restées dans les douars. Les immigrants, se retrouvant en situation de privilégiés, eurent d'ailleurs recours aux services des membres de leur famille pour des tâches telles que le gardiennage des troupeaux, la culture d'un lopin de terre, etc. Ceci leur permettait, durant de longues années, d'améliorer leurs ressources salariales devenues au fil des années insuffisantes dans les villes, puisqu'ils étaient dans leur quasi-totalité mineurs de fond ou manœuvres.

11Depuis cette époque, des tentatives de reconstitution du cheptel ont conduit à sa lente renaissance qui aurait pu demander cinq à six ans sous un régime de pluie normal. La contribution financière des migrants y fut d'ailleurs importante.

12Si la grande sécheresse entraîne des départs définitifs vers la ville, une mauvaise pluviosité peut amener des départs saisonniers, drainés par les chefs-lieux des périmètres irrigués tel que le Tadla. Ces migrations ont par ailleurs entraîné de vastes remaniements dans la distribution de la population à l'échelle des plaines de la bordure de l'Atlas (Sraghna, Haouz, Aït Attab, Ntifa)... « Les plaines atlantiques ou les plateaux intérieurs voisins ont fourni un peu plus du cinquième des immigrants : Beni Meskine, Ourdigha, Beni Zemmour, Smâala, etc. » (Noin, 1965, p. 66). Les trois agglomérations : Beni-Mellal, Fqih Ben Salah, Kasbat-Tadla font aujourd'hui figure de villes qui ont vu affluer d'importants contingents d'ouvriers agricoles en provenance des Beni Meskine ; on remarque aussi leur forte concentration dans Douar Jdid aux portes de Fqih Ben Salah. Les emplois qu'occupent les Beni Meskine dans le Tadla se caractérisent par leur aspect saisonnier et occasionnel (cueillette du coton, récolte de la betterave, etc.) avec tout ce que cela suppose comme conséquence sur le plan social : en dehors de la pleine saison, le sous-emploi et le chômage touchent une très large partie de cette population. Cette situation est valable pour tout le Maroc où le milieu rural est le principal fournisseur de la main-d’œuvre émigrée (pour au moins les trois quarts d’entre eux).

Les départs suite à la sécheresse de 1980-1981

13Les départs des années 1980-1981 interviennent dans un contexte autre que celui de 1940, même si la dépendance de la société pastorale Beni Meskine relative aux pluies n'a guère changé. Le déficit pluvio-métrique, qui était de 50 % pour l'ensemble du Maroc, avait fait chuter la production des céréales à 20 millions de quintaux contre 35 à 40 millions en année normale. De même, pour l'élevage, on a évalué les pertes à 40 % du cheptel total. Mais les pertes ont été considérables surtout en zone d'écosystème bour. Ces régions, bien que représentant plus de 80 % de la surface cultivée du pays, n'ont pu bénéficier de la même attention que celle accordée par les autorités aux périmètres irrigués. Les éleveurs Beni Meskine, comme ceux du reste du Maroc sans doute, n'ayant aucune donnée sur l'évolution climatique, se fondaient au début sur des rumeurs d'approvisionnement en aliments de bétail importés et comptaient sur le foin et la paille en silos ou sur les aires de battage. Ils auraient eu tendance à vouloir conserver leur cheptel qui, rapidement, s'affaiblissait. Ils supportèrent matériellement plusieurs mois de soin au cheptel, mais chutèrent de manière brutale les prix du mouton passant après l'automne 1981 de 380 DH à 40 DH…

  • 2 La Promotion nationale reposant en grande partie sur l'aide étrangère, finance par des méthodes qu (...)

14Par conséquent, plusieurs éleveurs étaient désemparés et prêts à remettre en question l'avenir de leur activité : le départ des jeunes s'était fait sentir dans les douars et cela malgré les embauches de la "promotion nationale"2 inaugurés à El-Borouj, à raison d'une semaine par mois pour chaque chômeur contre un salaire de 10 DH à 15 DH la journée (1 dollar US = 8 dirhams marocains). Cela n'empêcha pas les migrations des jeunes de s'accélérer, puisque nous avions recensé à cette époque une trentaine de départs rien que dans un seul douar à destination des villes de Settat, Casablanca et des villes du nord, notamment Nador et Al-Huceima.

15La relative prospérité, perceptible entre 1950 et 1970, symbolisée par la reconstitution du cheptel grâce au soutien des migrants de Casablanca et de Khouribga, était fragile. On note en valeur absolue une baisse de l'activité pastorale, due à un retrait substantiel des hommes qui y sont employés à plein temps et à la désaffection des jeunes qui sont plus enclins à quitter la région. Durant les années 1970, nombreux étaient les hommes qui se sont fait employer comme maçons, porteurs ou artisans dans les villes environnantes : Settat ou vers le nord du Maroc, Nador, al-Huceima d'où ils se livraient au commerce de produits en provenance des enclaves occupées par l'Espagne (Sebta et Mellila).

Les migrations vers l'Italie

16Amorcées en 1969, les migrations ont été tout d'abord le fait de jeunes adultes de la fraction des Ouled Farès (au nord-ouest d'El-Borouj). Cette émigration qui touche aujourd'hui plusieurs personnes de la région entraîné un phénomène d'aspiration et d'imitation considérable. Les flux vers l'Italie, qui ne se sont jamais arrêtés (même en pleine crise économique en Europe), pourraient s'expliquer par les aspects multiformes de la flexibilité économique italienne concernant en premier lieu le marché informel. L'intégration de ces migrants en Italie, en période de difficultés économiques, est liée à l'épanouissement des activités informelles, notamment à la prolifération de micro-entreprises et à la présence massive de travailleurs étrangers en situation irrégulière (Esposito, 1989, p. 156).

Nombre de départs vers l'Italie par douar chez les Ouled ‘Ameur, fraction des Beni Meskine

Douars

Nombre de foyers

Nombre de migrants

Ouled Hmida

57

19

Abadlah

28

15

Laghzaouna

30

15

Ouled Azzouz

35

12

Ouled Ben Irra

30

11

Nouana

84

23

Slalma

20

8

Ouled Driss

150

34

Aït Hachem

100

27

Houaoura

30

7

Total

564

171

Source : Enquête personnelle (juillet 1989)

17Les signes d'apparente richesse des premiers retours d'Italie, manifestés dans les souks et les moussems (voitures, abattages fréquents de bêtes, etc.), ont eu pour conséquence de susciter l'admiration des jeunes qui aspirent au départ. Ainsi, on enregistre 80 départs chez la fraction des Ouled ‘Ameur en 1981, tandis qu'ils sont 171 à être partis en Italie en juillet 1989. Cette évolution souligne l'ampleur de ce mouvement migratoire. Plusieurs jeunes attendent leur tour et cherchent l'ouverture d'une possibilité pour acquérir un passeport. Ce mouvement ne semble pas être endigué par les difficultés matérielles ou administratives : les réseaux administratifs parallèles et les faux contrats de travail faisaient monter le prix de ce document de voyage de 6 000 DH à 10 000 DH !

18L'activité principale des Beni Meskine est le commerce ambulant de tapis, de gadgets et colifichets divers, faux Lacoste et simili Vuitton ou lunettes Ray-Ban, radio-cassettes, briquets, etc., fabriqués dans les ateliers illégaux ou en Extrême-Orient. Vivant au début de leur émigration en situation irrégulière, plusieurs d'entre eux ont réussi au cours des années 1980 à régulariser leur situation juridique en acquérant un titre de séjour et un registre de commerce. Leurs conditions de vie et de logement sont parfois difficiles ; ils vivent dans des hôtels insalubres d'entre eux, parfois dans leurs voitures pour limiter leurs dépenses. Les bénéfices acquis ont permis à certains d'investir dans l'élevage. Ainsi, on remarquera une croissance des troupeaux chez les Ouled Farès entre 1970 et 1975 où une dizaine de foyers de migrants ont doublé leur cheptel. Toutefois, une part importante de l'argent des émigrés a été investie dans l'immobilier, à Casablanca, Khouribga, Berrechid, Settat ou à El-Borouj. Quelques-uns ont investi dans le commerce d'alimentation ou dans l'achat de camion de transport de marchandises. Mais depuis le début des années 1980, le cheptel ne représente plus le seul placement pour l'argent en provenance d'Italie, ce qui constitue un changement notable et dénote l'incapacité de l'élevage ovin à répondre aux besoins d'améliorer les conditions de vie des populations. Cependant, les effets de l'argent issu de l'émigration paraissent se concrétiser dans une véritable transformation du village d'El-Borouj par les constructions et la diversification de ses activités.

Effets des migrations à El-Borouj

19Bourgade essentiellement rurale et dépendante de Settat jusqu'en 1970, El-Borouj s'animait particulièrement le dimanche, jour du souk hebdomadaire. La proximité de Casablanca, de Fqih Ben Salah et de Khouribga se faisait sentir et gênait la croissance d'El-Borouj. Aujourd'hui ce village est sur le point d'être promu commune urbaine. Sa population est passée de 4 489 en 1971 à 6 510 au recensement de 1982. Son dynamisme urbain, à l'origine lié aux migrations ascendantes de quelque 63 fonctionnaires depuis la promotion du village au rang de chef-lieu de cercle, se trouve stimulé par les retombées de l'émigration. Si le développement et la diversification des services sont liés à la présence des fonctionnaires, catégorie aux salaires réguliers et aux besoins importants, les transferts des migrants y ont contribué de manière substantielle. À l'instar d'autres foyers migratoires au Maroc, la croissance urbaine rapide est une des manifestations les plus notables de l'impact de la migration sur la région de départ. Certes, durant les premières années de l'émigration, les investissements dans le secteur immobilier étaient plutôt drainés par les villes ayant plus de commodités urbaines comme Khouribga, Fqih ben Salah, Settat ou Berrechid. Depuis qu'El-Borouj s’est doté d'infrastructures urbaines, les achats de lots de terrains vont bon train.

20Des transformations urbaines sont perceptibles, en premier lieu, au niveau de cette aire d'échange qu'est le souk, autrefois "quotient de rassemblement brut du pays", "des populations avoisinantes autour du tas de grains, des bestiaux à l'attache et d'étalages improvisés" (Berque, 1974, p. 209) ; aujourd'hui il est marqué par une forte circulation de marchandises manufacturées et siège de services liés à de nouveaux besoins de consommation.

21L'impressionnante progression de l'espace bâti illustre un fort penchant des émigrés pour l'acquisition de biens immobiliers. Pour la grande majorité des émigrés, la construction d'une maison absorbe une partie importante des revenus. L'effet massif et directement perceptible est la construction d'une maison. Lorsqu'on n'agrandit pas la maison du père ou du frère, on achète un terrain pour construire. Sur ce plan, l'investissement a mis en évidence le caractère familial de la gestion du processus migratoire. Il s'agit de constructions échelonnées où on commence par le gros oeuvre et on continue le reste au rythme de l'épargne disponible, si bien que la construction peut durer trois ou quatre ans. L'usage de l'épargne de l'émigration dans la construction a plusieurs déterminations ; il est lié au caractère aléatoire d'autres investissements productifs qui, pour être rentables, exigeraient un arrêt définitif des séjours en Italie, alors que la construction d'une maison permet de mettre l'épargne à l'abri de l'inflation. L'engouement prononcé pour les terrains lotis a généré de fortes hausses, liées à une demande en augmentation et à la spéculation des propriétaires du mètre carré (de 600 DH à 1800 DH selon l'emplacement du lot). Jusqu'au fond des douars, on constate une micro-urbanisation attestée par l'utilisation de matériaux de construction modernes comme le fer, le ciment, les peintures à l'huile, les fenêtres en bois, le fer forgé, etc. et par l'entrée de groupes électrogènes, téléviseurs et même d'une ligne téléphonique à quelque cinq kilomètres d'El-Borouj.

22On note également la multiplication des services d'entretien des voitures (4 réparateurs de pneumatiques, 4 électriciens, 6 mécaniciens automobile, 4 stations à essence) ainsi que d'autres commodités comme la réparation de matériel électronique, la chaudronnerie liée au bâtiment, les fours à pain, etc.

23Le processus d'urbanisation est renforcé par l'extension de la structure commerciale, la construction d'un centre commercial (Qissaria) comprenant 54 boutiques acquises pour 70 % par des migrants, de deux lycées, d'un dispensaire. Ces structures rendent d'importants services à la collectivité et épargnent aux habitants des déplacements vers Settat ou Khouribga comme cela a été souvent le cas jusqu'au début des années 1980.

24Une des conséquences évidentes de cette émigration est l'envoi de fonds vers la société de départ, d'autant plus important que les immigrés, dans leur quasi-totalité, y ont laissé leurs familles. La banque ouverte au village dont le capital a doublé grâce aux transferts des émigrés (360 millions DH à son ouverture en 1985 et 700 millions DH en 1989) donne une idée quoique partielle des flux monétaires drainés par les émigrés des Beni Meskine dont beaucoup déposent et changent encore leur argent à Settat, Khouribga, Casablanca ou au marché noir. Les transferts réels sont beaucoup plus élevés que les chiffres communiqués par la banque puisqu'une partie du revenu des immigrés est envoyée en nature.

25En outre, l'épargne des émigrés reste une affaire de famille. Ceci se manifeste dans les douars ou, à El-Borouj, dans l'aménagement des conditions de reproduction familiale comme division des charges et responsabilités et comme partage des contributions et rétributions de chacun. Entre ceux qui sont restés et ceux qui sont partis, les rôles se complètent souvent : les uns envoient de l'argent, les autres, restés au village, gèrent son usage. Cette formule assure à ceux qui sont restés une rétribution locale significative.

26De plus, un grand marché s'est développé à El-Borouj, devenu célèbre à l'échelle de tout le pays : celui de la voiture d'occasion en provenance d'Italie. L'importance de la voiture est à souligner. Sa vente est une pratique très courante qui garantit à l'émigré d'avoir un moyen de transport durant ses congés et un bénéfice indéniable.

27Le commerce alimentaire s'étoffe et se diversifie, indiquant une amélioration du niveau de vie de la population : outre l'épicerie, les fruits et légumes et la boucherie qui dominaient et complétaient les commerces forains, deux émigrés entreprennent d'ouvrir deux boulangeries pâtisseries. Certains produits alimentaires qui étaient considérés comme chers, tels que la viande, les produits laitiers, certains fruits comme la banane et les pommes, sont devenus aujourd'hui des denrées consommées dans plusieurs foyers.

28Le commerce de l'habillement, même s'il reste traditionnel dans sa grande majorité, est marqué par la naissance de boutiques spécialisées qui s'adressent à une clientèle citadine : bonneterie, prêt-à-porter féminin. On note aussi le développement du commerce de disques et de cassettes, les appareils étant importés d'Italie, tandis que le commerce des matériaux de construction est un secteur qui se développe de manière importante.

Conclusion

29Pour les immigrés originaires des Beni Meskine, l'incitation au départ en Italie est identique. Leur mobilité rend compte d'une nécessité : partir pour réaliser ce que l'élevage pastoral ne pouvait assurer régulièrement. En regardant de plus près cette situation, quelques éléments de synthèse s'imposent indiquant une dynamique nouvelle dans laquelle l'émigration et ses retombées jouent un rôle exclusif.

30En premier lieu, par son ampleur, cette émigration s'avère un phénomène fondamental dans la résorption du chômage et le soutien économique et social de toute une région. Devenue dans un premier temps une source complémentaire au sein du mode de vie local, elle pourrait participer aujourd'hui à une dévalorisation du travail de la terre et de l'élevage. Les Beni Meskine n'hésitent plus à comparer l'activité d'élevage au rendement incertain avec les transferts de leurs émigrés en Italie, alors que les charges d'entretien des troupeaux nécessitent une trésorerie de plus en plus lourde : location de la terre pour la pâture ou la culture de l'orge, achat d'aliments d'appoint, de vaccins, remplacement des brebis agréées tous les six ou sept ans, etc.

31C'est pourquoi ils tentent de diversifier leurs sources de revenus en investissant les remises des migrants dans des activités en milieu urbain où le secteur de la construction, réceptacle direct de l'argent, a participé à l'accélération de l'urbanisation et, par-là, aux phénomènes qui lui sont concomitants : la monétarisation et le mode de consommation citadin. Bien que parfois difficilement quantifiables, les retombées des transferts des migrants ont des effets socio-économiques sur l'ensemble de la région, amplifiées par le jeu des solidarités familiales qui en font bénéficier toute la famille restée sur place. Des sondages effectués au sein des douars laissent entrevoir la réalisation d'un certain nombre d'objectifs tels que la construction ou l'agrandissement de la maison, l'achat d'un lopin de terre, le mariage, etc. Le prestige des Meskini réside moins dans l'importance du troupeau que dans les opérations immobilières ou d'autres activités tertiaires qu'ils peuvent créer en zone urbaine.

32Outre ses effets positifs sur l'économie globale, le transfert de l'argent aux membres de la famille restés sur place contribue au maintien des structures familiales traditionnelles et renforce les attaches liant l'émigré à son milieu d'origine. Chez les Beni Meskine, on assiste depuis une trentaine d'années à l'éclosion d'un ordre agraire nouveau au sein duquel les acteurs qui interviennent pour réguler le système social sont les migrants qui ont "réussi" leur expérience migratoire en investissant leurs remises dans les secteurs de l'immobilier et les services. La concentration des flux financiers va permettre aux migrants de financer l'épanouissement du secteur de la construction créant, dans une certaine mesure, un attrait particulier de main-d’œuvre de substitution de douars de la Chaouia. En second lieu, si l'émigration contribue au recul du chômage dans cette région et à l'élévation du niveau de vie, elle engendre aussi des disparités économiques et sociales, des tendances inflationnistes et une dépendance de plus en plus forte vis-à-vis des ressources extérieures. L'émigration chez les Beni Meskine a déjà eu comme conséquence par le passé, notamment dans les années 1940, une grande concentration foncière aux mains de ceux, parmi les migrants, qui avaient eu les moyens en argent pour acheter facilement la terre. Il en a résulté à ce moment une passation d'une bonne partie des terres melk vers les citadins Meskini au nom de la préemption qu'on faisait valoir contre "l'étranger" au douar. La mobilité avait alors introduit ou renforcé un changement dans les hiérarchies sociales. Outre les ségrégations qui naissent des richesses transférées au niveau des constructions et des commodités introduites, c'est le travail de la terre et l'élevage qui reculent face à la désertion des jeunes. Ces départs sont déjà le fait de quelques familles de migrants qui délaissent le douar pour élire domicile à El-Borouj, devenu un centre de diffusion de mode de vie urbaine dans l'arrière pays.

33On note aussi une désaffection pour les études parmi les jeunes en âge de scolarité. Le bon niveau de scolarité qui prévalait à El-Borouj jusqu'aux années 1980 est remis en cause par la fréquence des abandons scolaires.

34Enfin, la conjoncture économique en Italie qui avait favorisé à un moment cette émigration touche à sa fin et les futurs candidats au départ rencontrent actuellement des difficultés. De plus l'arrivée d'autres immigrés sur le sol italien a profondément transformé le marché du travail et limité les marges bénéficiaires des commerçants ambulants. Aussi observe-t-on depuis 1990 quelques cas qui échouent, ainsi qu'un nombre important de Marocains à la recherche d'emplois dans le secteur industriel et les services.

Bibliographie

Bibliographie

Bencherifa A., Berriane M. et Refass M., 1992, Étude des mouvements migratoires du Maroc vers la Communauté européenne : rapport final, Rabat, faculté des Lettres et des Sciences humaines.

Berque J., 1936, Contribution à l'étude des contrats Nord-Africains (les pactes pastoraux Beni Meskine, Alger, impr. Typo-Litho et Jules Carbonel.

Berque L., 1974, Le Maghreb, histoire et société, Paris, Duculot.

Berque J., 1989, Mémoires des deux rives, Paris, Le Seuil.

Chouiki M., 1985, Settat et son rôle régional : étude géographique, thèse de doctorat de 3e cycle, Tours, université François Rabelais.

Esposito G., 1989, "L'économie souterraine dans les statistiques nationales", in La flexibilité en Italie, Paris, Syros Alternative, pp. 165-173.

Kharoufi M, 1983, "Société pastorale en crise au Maroc : le cas des moutonniers Beni Meskine d'El-Borouj après la sécheresse", Méditerranée, n ° 3, pp. 69-77.

Laroui A., 1970, L'Histoire du Maghreb, Paris, Maspero, 2 vol.

Lecoz J., 1965, Le Gharb, fellah et colons : étude de géographie régionale, thèse de doctorat d'État, Paris, université de Paris 1, 2 vol.

Noin D., 1965,"Répartition de la population et mouvements migratoires dans la plaine du Tadla", Revue de géographie du Maroc, n ° 8, pp. 53-69.

Ottavo C., 1992, "I Marocchini" ; Giovanni Mottura (éd.), L'Arcipelago e modelli migratori dei Lavoratori Stranieri in Italia, Roma, Ediesse, pp. 231-247.

Notes

1 J. Berque, 1989, pp. 54-55.

2 La Promotion nationale reposant en grande partie sur l'aide étrangère, finance par des méthodes quasi salariales le coût du réseau administratif local et le maintien le plus longtemps possible des paysans sans terre dans les campagnes.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable