Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

Villes et territoires au Maghreb. Mode d’articulation et formes de représentation

Introduction

Abdelhamid Hénia

Texte intégral

UNE PLATE-FORME SCIENTIFIQUE ET UNE APPROCHE RENOUVELÉE

  • 1 Le texte intégral du programme « Villes et territoires au Maghreb » a fait l’objet d’une publicati (...)

1S’il m’était demandé de qualifier notre programme de recherche « Villes et territoires au Maghreb : mode d’articulation et formes de représentation »1, je dirais qu’il propose plus une posture méthodologique qu’une problématique portant sur une thématique toute construite. Il questionne la manière dont les configurations sociopolitiques maghrébines se construisent et se tiennent. Si son objet premier est bien le Maghreb, la thématique fait implicitement référence à un courant des sciences sociales et historiques qui cherche de plus en plus à adopter une démarche constructiviste, celle qui s’assigne comme tâche première la construction de la réalité sociale ; elle participe également à un vaste « front de recherche » qui mobilise, en faisceau, des programmes de recherche centrés sur des notions telles que ville, territoire, local, global, etc. Bien sûr, les problématiques développées autour de ces notions sont variées. Notre objectif est de contribuer à enrichir cette thématique générale, en y apportant des éléments d’illustration et d’explication à partir d’études de cas circonscrites au Maghreb moderne et contemporain.

2La question de savoir comment se construisent des ensembles globaux et de quelle manière et pour quelles raisons des hommes ou des groupements humains se lient entre eux et forment ensemble des groupes sociopolitiques spécifiques et dynamiques, demeure aujourd’hui au cœur du projet des sciences sociales et historiques. Projet qui peut pour le terrain maghrébin se formuler ainsi : comment produit-on et préserve-t-on la cohésion des configurations sociopolitiques au Maghreb en dépit des conflits et des violences qui peuvent s’y manifester ? Par quels mécanismes sociaux, culturels et politiques y entretient-on un consensus ? Comment le jeu social s’y fait et s’y poursuit ?

3On a cherché à rendre plus intelligible le fonctionnement des divers espaces sociétaux composant les ensembles maghrébins. Pour ce faire, on a prêté une attention particulière aux dynamiques ayant transformé les sous-systèmes locaux et aux modalités de leur mise en relation au sein de configurations globales. En effet, depuis les débuts des temps modernes, les systèmes sociopolitiques maghrébins sont en mouvement et, partant, engagés dans un vaste processus de recomposition. Il nous a semblé utile de comprendre et le sens et les mécanismes de cette dynamique.

4Aborder une recherche sur le fonctionnement des ensembles maghrébins à partir d’une problématique de l’articulation présupposait la détermination des interdépendances, des formes de médiation et des acteurs qui se posent en médiateurs entre les individus, les groupes et les espaces sociétaux composant une configuration sociale. Il nous apparaissait également que les réseaux d’alliances de type politique, matrimonial et économique, les rapports d’allé­geance, les formes institutionnelles de médiation et le travail des acteurs – tels que les notables locaux, les marabouts, les oulémas et les nouvelles élites politiques – assuraient un rôle important dans l’aménagement des rapports impliquant les espaces sociétaux et les territoires.

5Réfléchir sur l’articulation villes et territoires suppose une posture de précaution épistémologique mettant en perspective le travail de représentation. Le regard critique porté sur la genèse des savoirs sur la thématique a permis de dépasser une perception dichotomique de cette articulation. Celles-ci en effet est le plus souvent fondée sur des binômes réducteurs, des stéréotypes et des notions antinomiques comme celles de domination ou de complémentarité et celles de rupture ou de continuité qui ne sont en fait que des aspects de la pratique sociale isolés par l’analyse.

6Le Maghreb est-il un espace homogène alors que le pouvoir ne s’y exerce et les différents États ne s’y construisent pas de la même manière ? Au début des temps modernes, l’État se construit au Maroc plutôt selon le modèle khaldounien : il serait l’expression de certaines forces locales, largement autonomes, unies principalement par l’esprit de corps (ou ‘açabiyya). Dans le reste du Maghreb, l’État aurait été surtout imposé par des sociétés citadines qui ont fait appel à des étrangers maniant des techniques administratives, militaires et politiques, nouvelles pour l’époque. Le Maghreb a connu par la suite des phases contrastées, successivement marquées par des déséquilibres et des luttes dévastatrices, puis par une stabilité et un relatif épanouissement, enfin par une expansion européenne « traumatisante », une colonisation « restructurante » ayant génér des mouvements nationaux « salvateurs ». En donnant une profondeur historique à cette thématique, l’objectif était de voir aussi dans quelle mesure ces pesanteurs coïncident avec les temps et les scansions historiques généralement admis.

7L’attention a été portée sur la production sociale des territoires, sur l’organisation matérielle et humaine des espaces, sur les mises en contact par les relations d’interdépendance et les réseaux, et sur les conflits en tant que champ de régulation des systèmes englobants. S’interroger sur l’articulation villes et territoires à la lumière des développements les plus récents en sciences sociales nous a permis de mieux restituer la complexité des réalités sociales au Maghreb.

8À partir d’une démarche fondée sur la confrontation paradigmatique, la diachronie et la comparaison, privilégiant un va-et-vient entre l’empirie et la théorie, nous avons essayé de repérer les acteurs médiateurs (individuels, collectifs ou institutionnels) et les secteurs de médiation constituant les instances habilitées à dispenser de la cohésion sociale. En outre, nous avons mené une réflexion sur la nature du lien social qui se construit et se reconstruit. L’analyse a donc accordé le primat aux relations. Bien que cette approche soit tout ce qu’il y a plus admis en matière des sciences sociales, elle est difficile à mettre en œuvre ; sans doute parce que les relations sociales sont généralement difficiles à identifier dans leurs formes émergentes.

9Pour prendre en compte la complexité des interrogations formulées, nous avons privilégié dans la réflexion commune les notions d’accord, de désaccord, de convention, de conflit, de rébellion et de relation d’interdépendance. Elles nous ont paru constituer autant d’outils d’investigation permettant de dépasser le simple examen des pratiques.

10À partir des constats que nous avons pu faire durant trois ans de travail collectif, nous avons choisi d’organiser la recherche autour de quatre axes qui restituent, à la fois, la diversité des approches et la vision d’ensemble du programme : les conflits, les rébellions et les dissidences ; les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants ; les formes d’allégeance et la territorialisation ; les relations d’interdépendance et la territorialisation. La distinction entre ces quatre axes est évidemment toute relative. Il existe bien une imbrication entre tous les éléments et il serait artificiel de vouloir les séparer de façon rigide. Il n’en reste pas moins vrai que ces axes ont permis de mieux ordonner le déroulement des débats et d’en mettre en relief les aspects les plus importants.

UNE MÉTHODE DE TRAVAIL ET D’EXPÉRIMENTATION EN COMMUN

11La réalisation du programme de recherche Villes et territoires au Maghreb a été prise en charge par le Groupe de Recherche sur les Villes et les Communautés Locales, (GRVCL). Ce groupe a été créé en janvier 1996 dans le cadre d’une convention de coopération scientifique conclue entre l’IRMC et la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis. Il s’est donné pour objectifs de conduire une réflexion renouvelée sur les espaces urbains et leurs articulations avec l’environnement rural, et, dans ce cadre, sur la mise en place de réseaux et de stratégies communautaires. Il s’est également donné l’ambition de présenter des travaux de terrain, afin de procéder à une large confrontation sur les questions méthodologiques relatives à la thématique. Enfin, il tend à engager, à travers l’étude d’objets locaux, une réflexion « par le bas » sur la manière dont se construisent les configurations sociopolitiques globales.

12Une trentaine de chercheurs et de doctorants, appartenant à des spécialités et à des traditions académiques différentes, ont introduit une dimension pluridisciplinaire et comparatiste, créant ainsi les conditions d’un dialogue entre les différentes spécialités des sciences sociales et historiques. Sociologues, anthropologues, historiens, politistes, géographes et juristes ont su confronter des concepts et ont participé au même débat théorique. Outre l’équipe constituée sur place par les membres du GRVCL, d’autres chercheurs maghrébins et européens ont été conviés à participer aux différentes rencontres qui ont scandé la réalisation du programme, sous forme d’ateliers, de journées d’études à mi-parcours et d’un séminaire final.

  • 2 Daniel Nordman, « Comment décrire la Méditerranée (espace, terres et territoires) ? Quelques réfle (...)
  • 3 Brahim Salhi, « Élites, retour au local, ville moyenne et identité : cas de Tizi-Ouzou. Éléments d (...)
  • 4 Jocelyne Dakhlia, « Topos de la ruine et culture politique » et « Marge politique et statut du con (...)
  • 5 Mounira Remadi-Chapoutot, « Allégeances et territorialité dans l'Empire Mamelouk » (9 avril 1997).
  • 6 Mohamed Tozy, « Les modes de redéploiement de la religiosité à Casablanca et les modalités de part (...)

13Quatre ateliers, d’une périodicité mensuelle, ont été mis en place simultanément à Tunis en 1996 autour des axes de recherche de la thématique. Ce cadre a favorisé la création d’un espace permanent d’échanges et d’expérimentation méthodologique. À partir de discussions portant sur des travaux de nature empirique, notamment des descriptions de trajectoires et de stratégies singulières, le groupe a essayé d’asseoir une réflexion plus large dépassant la simple analyse des formes concrètes et des cas de figures. Afin d’apporter un éclairage particulier sur l’un des thèmes, des conférences ont été prononcées à Tunis, entre décembre 1996 et avril 1997, par Daniel Nordman2, Brahim Salhi3, Jocelyne Dakhlia4, Mounira Remadi-Chapoutot5 et Mohamed Tozy6.

  • 7 L’organisation de cet atelier de l’AFEMAM sur « Les notabilités… » a bénéficié du soutien de L’Ins (...)

14Les premiers résultats des recherches autour de la notabilité ont pu être valorisés dès juillet 1996, lors de la XIe Rencontre de l’AFEMAM à Aix-en-Provence. À cette occasion, le GRVCL a présenté la synthèse des travaux de cet atelier, organisée en quatre thèmes complémentaires : « Réflexion épistémologique : local, global et notabilité » (Olivier Feneyrol) ; « Notabilité et territorialité » (Ahmed Khouaja) ; « Les secteurs de la médiation notabiliaire » (Yahya El Ghoul) ; « Le notable médiateur politique entre le local et le global » (Abdelhamid Hénia)7. Puis, des journées d’études à mi-parcours ont été organisées à Tunis et à Rabat, en octobre et décembre 1997 et une rencontre finale s’est tenue à Tunis en septembre 1998.

15Chacune de ces réunions a fait l’objet de rapports préliminaires de la part de Jean-Charles Depaule, Abdelghani Abouhani, Vincent Geisser et Michel Péraldi, puis de rapports de synthèse élaborés à l’occasion du séminaire final par Jean-Charles Depaule, Jean-Philippe Bras, Pierre-Robert Baduel et Pierre Signoles. En guise de conclusion aux travaux du séminaire, un rapport général a été présenté oralement par Michel Camau. Les remarques de ces différents rapporteurs nous ont permis de voir plus clair dans nos investigations et nous ont surtout incité à porter un nouveau regard sur nos recherches.

16Au terme d’une démarche scientifique collective, il nous est apparu utile d’en retracer l’itinéraire, d’en présenter les étapes, avant publication. Aussi, ce cahier se propose-t-il de valoriser le large débat dont les rapports de synthèse rendent compte. Ces derniers reflètent la manière dont l’objet a été progressivement construit, mais aussi les différents enjeux que recouvre le choix d’une posture scientifique. Pour chacune des thématiques, le lecteur trouvera donc, une présentation succincte des questions posées au départ, le rapport préliminaire élaboré à partir de communications exposées oralement lors des tables rondes mi-parcours, le rapport final établi à partir des contributions écrites pour le séminaire de septembre 1998, ainsi que les résumés des projets de recherche des participants.

Notes

1 Le texte intégral du programme « Villes et territoires au Maghreb » a fait l’objet d’une publication dans Correspondances, Bulletin d’information scientifique de l’IRMC, avril 1997, n° 45, pp. 3-15.

2 Daniel Nordman, « Comment décrire la Méditerranée (espace, terres et territoires) ? Quelques réflexions sur la construction des concepts géographiques du xviiie au xxe siècle » (18 décembre 1996).

3 Brahim Salhi, « Élites, retour au local, ville moyenne et identité : cas de Tizi-Ouzou. Éléments de réflexion » (10 janvier 1997)

4 Jocelyne Dakhlia, « Topos de la ruine et culture politique » et « Marge politique et statut du conflit au Maghreb (xve-xixe siècles) » (7 et 9 avril 1997).

5 Mounira Remadi-Chapoutot, « Allégeances et territorialité dans l'Empire Mamelouk » (9 avril 1997).

6 Mohamed Tozy, « Les modes de redéploiement de la religiosité à Casablanca et les modalités de partage de l’espace » (30 avril 1997).

7 L’organisation de cet atelier de l’AFEMAM sur « Les notabilités… » a bénéficié du soutien de L’Institut Français de Coopération. Qu’il me soit donné à cette occasion de remercier l’IFC et, en particulier, M. Alain Sauval, attaché scientifique en poste à Tunis en 1996.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter