Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

III. Anciens et nouveaux acteurs

L’entrée en politique des entrepreneurs marocains

Formation d'une catégorie sociale et réforme de l'ordre politique dans le cadre de la libéralisation économique

Myriam Catuse

Texte intégral

1Le décès du souverain marocain Hassan II en juillet 1999, un an après la nomination d'un gouvernement "d'alternance", dirigé par le secrétaire général de l'Union socialiste des forces populaire (USFP), M. Youssoufi, rentré d'exil quelque temps auparavant, a mobilisé l'attention des observateurs internationaux et suscité des élans d'optimisme parfois mal maîtrisés parmi les commentateurs, les faiseurs d'opinion et les acteurs politiques marocains : Mohammed VI sera-t-il un roi réformateur ? Sera-t-il au Maroc ce que Juan Carlos fut à l'Espagne ? Au-delà des réactions "à chaud", plus ou moins irrationnelles et émotionnelles, provoquées par la disparition de celui qui fut l'édificateur du Maroc moderne, la référence récurrente à l'expérience espagnole s'inscrit dans un processus et un ensemble de représentations qui méritent une attention particulière.

  • 1 La conception dominante du développement, promue par les institutions financières internationales (...)
  • 2 M. Catusse, 1999a.
  • 3 La perspective très ancienne (cf. A. de Tocqueville, K. Marx, ou J. Schumpeter) a été remise à l’o (...)

2Près de vingt ans après l'adoption d'un programme d'ajustement structurel sous la coupe des bailleurs de fonds internationaux, Banque mondiale et Fonds monétaire international (1983)1, quatre ans après la signature d'un accord de libre-échange entre le Maroc et l'Union européenne (1996), dans la veine de la conférence de Barcelone inaugurant le partenariat euro-méditerranéen, ce papier reprend les principaux arguments d’une thèse sur l'entrée en politique des entrepreneurs marocains2. Il s’agit de discuter d’un processus réformiste, la libéralisation, au prisme de l’observation d’une nouvelle catégorie sociale qui lui semble intimement liée, celle des entrepreneurs. En termes d'économie politique et compte tenu de l'état de recherches actuelles, la question de fond s'adresse aux tenants de la thèse du "business" comme nouvelle force politique dans les sociétés libéralisées économiquement, pour défendre à l'inverse l'idée de re-légitimation politique et sociale d'anciennes coalitions économiques et politiques3

  • 4 Les analyses utilitaristes des transitions dites "démocratiques", qui à partir des cas sud-américa (...)
  • 5 Les théories classiques du Makhzen, du système politique marocain dans ce qu’il aurait de spécifiq (...)

3Il va sans dire que ce texte s’inscrit dans un débat polyphonique, sans cesse relancé depuis les années 1960 (A. Downs, 1957, M. S. Lipset, 1959), sur les relations et les équivoques entre capitalisme économique et libéralisme politique. Pour résumer, j’aimerais essentiellement, dans les pages qui suivent, échapper aux fausses alternatives entre "transition démocratique" et théories de la "reproduction"4 (ou en l’occurrence du Makhzen)5 pour montrer de quelle façon la construction d’un marché est un processus social "total" complexe, ambivalent et réversible. Il s’agit moins de dresser une fois encore un état des lieux des limites et des incohérences – ou à l'inverse de la pertinence – des relations entre libéralisation et démocratisation que de s'interroger sur ce que les entendus, les sousentendus comme les malentendus de la "légende libérale" (J.-F. Bayart, 1994) produisent en termes de représentations sociales et politiques.

La libéralisation économique sous contrôle des années 1980-1990

  • 6 En 1973, le dahir de marocanisation avait mis un frein à l'investissement étranger en obligeant le (...)

4Rappelons que depuis l'indépendance (1956), le Maroc a opté pour un choix d'économie libérale, basé néanmoins sur l'encouragement de l'initiative privée et des investissements étrangers par un État tutélaire. Ce "capitalisme d'État" reposait sur deux principes : d'une part, la volonté de jouer un rôle moteur et de dynamiser le secteur privé grâce aux grandes entreprises publiques ; d'autre part, la préservation des assises sociales traditionnelles du Maroc, son indépendance et sa souveraineté : la croissance importante du secteur public représentait un instrument, un outil d'intervention, aux mains des politiques pour assurer le développement économique du pays. Si bien qu'au Maroc particulièrement l'élite économique s'est développée à l'ombre de l'État moderne, sans véritable clivage d'intérêts, bourgeoise traditionnelle endogène aux gouvernants ou élite plus récente, issue notamment des marocanisations6 (cf. Annexe 1).

5Les années 1980 ont tout de même marqué un infléchissement notoire d'inspiration néolibérale, avec le Programme d'ajustement structurel (1983-1992) ébranlant quelque peu les réseaux antérieurs d'échanges et de distribution : les codes d'investissement et les mesures de protection du commerce adoptés dans les années 1970 visaient à promouvoir et à protéger les entreprises marocaines. Mais elles les soumettaient à contrôle, par le biais de réglementations et des autorisations administratives. La loi de marocanisation de 1973 (ni étatisation, ni nationalisation) et le Plan quinquennal de 1973-1977 étaient au centre de ce dispositif. Les décrets d'application de la loi ont été abrogés en 1990. Au cours des années 1980, les pouvoirs publics ont réformé progressivement ce cadre institutionnel, levé des monopoles publics et commencé à déréglementer certains marchés, en adoptant la loi sur les privatisations en 1990 par exemple.

  • 7 Voir : "Bilan décennal du Programme d'ajustement structurel et perspectives de l'économique maroca (...)
  • 8 Le ratio du service de la dette extérieure avant rééchelonnement par rapport aux recettes extérieu (...)
  • 9 H. El Malki et A. Doumou, 1989.
  • 10 Idem, p. 285.
  • 11 Idem, pp. 289-290.

6Officiellement, le Programme d'ajustement structurel (PAS) a pris fin en 1992. Peu de bilans sont réellement proposés7. En termes économiques, le service de la dette a occupé une place importante dans le budget et, effectivement, le déficit budgétaire a été ramené de 10 % avant 1983 à 3,4 % du PIB en 19908. Néanmoins, le problème de la dette n'est que partiellement résolu et le déficit financier a recommencé à croître à partir de 1993. Une chute des investissements a été enregistrée, les secteurs agricoles et exportateurs ont connu de sérieuses difficultés9. Les effets dépressifs du PAS peuvent également se manifester par un faible rythme d'industrialisation (malgré la percée de certaines branches comme le textile) et la victoire d'une économie qualifiée dans les années 1980 de "spéculative et informelle"10. Enfin et surtout l'ajustement structurel se caractérise par le "décès du plan au profit de la loi de finance"11. Autrement dit, les marges d'autonomie des cercles de décision politique nationaux se seraient, a priori (et ce sont les motifs de cet a priori qui sont ici mis sur la sellette) sensiblement restreintes tandis que les organismes internationaux imposeraient leur "planification" uniformisante, valorisant moins la croissance que l'équilibre des finances publiques. Le marché monétaire a été en partie décloisonné, ouvert au trésor et aux entreprises. Enfin, de timides mesures d'introduction de la concurrence bancaire ont été proposées quand bien même le système bancaire marocain reste remarquablement oligarchique (C. H. Moore, 1987).

7En bref, outre l'ouverture vers l'extérieur, la politique économique des années 1980 se caractérise par un assainissement de l'économie (la mesure la plus spectaculaire étant la dévaluation du dirham entre 1983 et 1990) et par une réforme du système productif et financier de moindre ampleur que celle des années 1990 incluant la décision de privatiser, et une loi-cadre sur l'impôt de 1982.

L'entrepreneur : nouveau-défenseur du trône ?

  • 12 Voir Annexe 1.
  • 13 À titre de comparaison, E.-P. Thompson, 1963, L. Boltanski, 1983, ou Ch. Topalov, 1994.

8C'est dans ce contexte que l'entrepreneur a fait son entrée sur la scène politique, dans le Maroc des années 1990, en se substituant, du moins discursivement, au "bourgeois parasite" ou au "bourgeois non-bourgeois" pour reprendre l’expression des économistes marocains des années 1980 (H. El Malki, 1980)12. La formation de cette catégorie, aux référents explicites, ne s’insère pourtant ni vraiment dans un bouleversement des rapports de production, ni même dans un processus d'institution d'une société civile libérale (qui corroborerait l’hypothèse de l’apparition de "nouveaux acteurs"). Son émergence résulte, au fond, de la combinaison d'un travail politique complexe, conflictuel et pluriel de classification comme d'un processus d'auto-identification dont la consolidation est elle-même sources de tensions13 : l'entrepreneur prend forme au gré de processus qui eux-mêmes ébranlent ou confortent les structures sociales et économiques de la configuration sociopolitique marocaine (N. Élias, 1991), notamment d'allocation des ressources matérielles ou immatérielles. Plus précisément, la fin de règne de Hassan II s'est caractérisée par l'émergence des entrepreneurs, catégorie politique et sociale charnière dans la réforme en cours (en cour ?) car polysémique, mobilisés et levés finalement comme de potentiels nouveaux défenseurs du trône (R. Leveau, 1976).

9De fait, si dans les décennies précédentes résonnait l'antienne de la primauté du politique, avec l'ajustement structurel, s'impose à l'inverse l'apparent primat de l'économique. Au fond, les processus observés à travers cette étude mettent l'accent sur l'enchâssement, sur les relations intimes et indissociables de ces logiques, et renouent ainsi avec les problématiques weberiennes : plus encore, dans un contexte fortement déterminé structurellement, la confrontation de ces dynamiques apparemment contradictoires souligne l'ambivalence des tensions agissant dans des processus qui ne peuvent être assimilés ni à un désengagement de l'État de domaines dont il se déchargerait (ici le développement économique, ou certains dossiers sociaux, tels que la lutte contre la pauvreté, contre l’analphabétisme, etc.), ni à une autonomisation de la classe politique (ou de certains groupes) vis-à-vis des structures politiques traditionnelles, à l’extrême opposé de ce que serait le "paradigme bourgeois" : formation d'un espace public, gestation d'un contrat social, expression d'une société civile ou d'une citoyenneté économique, etc. Déplaçons donc le projecteur : la transformation des interdépendances économiques à laquelle a donné lieu la privatisation de l’appareil productif marocain, ou encore la réforme du droit des affaires, relèvent d'un équilibre instable et dynamique où les groupes sociaux se forment en s’opposant et se mobilisent en donnant naissance à de nouvelles institutions politiques et sociales.

10Ainsi est mise en cause la capacité (ou l'incapacité) d'un système sociopolitique et des acteurs qui le caractérisent à réagir à des déséquilibres en produisant de l’ordre, ce qui me semble demeurer une constante des logiques réformistes. Cette perspective accorde moins d'importance à la cohérence et la stabilité qu'aux tensions à l'œuvre. Il s'agit de considérer, à partir d'une démarche empirique, les interactions entre les différents : d'observer leur complexité et leur hétérogénéité dans un contexte historique, la façon dont elles se traduisent en systèmes d'action et en institutions. En tout état de cause, le jeu politique en question ne peut se réduire à un échiquier figé, contrôlé et organisé "d'en haut", pas plus que l'on ne peut considérer tous les acteurs comme égaux dans ces processus : alors que les théories généralement utilisées pour analyser le système politique marocain mettent en avant la détermination par les structures sociales et culturelles, la capacité du Makhzen à "phagocyter" toute velléité d'opposition donc de changement, il s'agit bien de prendre au sérieux l'hypothèse d'une réforme (A. Roussillon, 1999a et 1999b). Même si le passage à l'action publique des entrepreneurs, leur entrée massive dans le système de représentation, est plus octroyé que conquis et même si la construction volontariste d'une économie de marché semble parfois, à tort, reléguer la controverse politique à une position subalterne (K. Polanyi, 1944 et L. Dumont, 1977).

  • 14 Suite aux accords de libre échange avec l'Union européenne, le gouvernement marocain, comme le gou (...)

11En d’autres termes, il m’a semblé plus judicieux de déplacer l’attention depuis des questions portant sur de potentiels "nouveaux acteurs" vers l'analyse de plus sourdes dynamiques, historiques et sociales, de transformation des relations de pouvoir, de réarticulation du marché et de la société et de production d'ordre. Ce que je me propose de faire en confrontant les modalités de la libéralisation – en particulier les privatisations et l'ouverture économique sous les auspices de la "mise à niveau"14 – à l'évolution des structures de représentation des intérêts "entrepreneuriaux" ainsi qu’aux derniers processus électoraux.

Le récit de la libéralisation : les scénarios de la "mise à niveau"

12Portons notre attention, dans un premier temps, sur les processus de redéfinition du politique et de l’économique dont la société marocaine est le théâtre depuis une vingtaine d’année. La construction volontariste de valeurs, d'institutions et de normes libérales s'est trouvée contredite, ébranlée, confortée par le travail des structures sociales et par la réaction de différents acteurs. L’ambiguïté de ces dynamiques transparaît à l'étude des privatisations. Elles suscitent débats, compromis et discriminations au cours d’un "jeu de distinction" (au sens de N. Élias, 1974, comme jusqu’à un certain point de P. Bourdieu, 1979) auquel se prête l'élite économique privée, confrontée à une nouvelle forme de concurrence internationale, et devant également faire face à la normalisation du droit des affaires.

"Entrepreneurs" : classification, identification, normalisation

13Si les phénomènes de libéralisation (voire de démocratisation) ont été le plus souvent analysés en termes stratégiques et utilitaristes, j’aimerais pour ma part tenir compte des rationalités en fin des acteurs, mais également de leurs rationalités en valeurs, la réforme finalement défendant une grille d'intelligibilité du monde.

14En effet, la mise à niveau, comme "l’ajustement structurel", se sont accompagnés de discours moralisateurs et normalisateurs, "missionnaires" (B. Hibou, 1998), dont la performativité est parfois éloquente. Les discours abondent sur et dans les processus observés. Ne valant que les uns par rapport aux autres, extrêmement contextualisés, ils s’articulent principalement autour d’une image manichéenne et bicéphale de l’acteur économique dans la société : le "bourgeois" mis à l’index vs l’entrepreneur libéral, éclairé, parfois même avant-gardiste. Ces représentations (communes, techniques et politiques) se nourrissent ou s'opposent. En tout cas de cause, elles ne sont pas étanches et fonctionnent dans un système de référence polysémique au sein duquel émerge progressivement la catégorie entrepreneur dont la différenciation et l'autonomie sont sans cesse remises sur la sellette.

15Mieux encore : se pencher donc sur les justifications et dénonciations mobilisées de part et d’autre (L. Boltanski et L. Thévenot, 1991), permet de s’interroger autrement qu’en termes mécaniques sur les corrélations entre l'existence effective de nouveaux acteurs politiques, se différenciant et s'autonomisant, et la recomposition d’une société politique dont les frontières (entre ce qui est public et ce qui est privé) et les normes (le juste, l'efficace, le collectif, le personnel, etc.) sont sans cesse rediscutées dans le cadre d'une procédure réformiste où les attributs et les fonctions de l'État notamment sont négociés. Il resterait alors à mesurer le rôle politique de ce groupe social en formation. Au-delà, il est question au fond de la formulation d'une problématique légitime, d'un système de questionnement bipolaire, qui progressivement semble s'imposer comme le plus pertinent.

16Certes la méthode d'investigation ici choisie met en partie l'accent sur les phénomènes discursifs. Néanmoins, l'hypothèse de l'émergence de nouvelles catégories sociales ne vaut que par rapport aux systèmes d'actions et de pratiques qu'elles engagent en amont comme en aval en termes d'activités économiques ou de conquête du pouvoir. En l'occurrence, ces catégories procèdent de l'idéologie qui soustend la littérature et les programmes "néolibéraux" contemporains. En ce sens, elle participe de la construction de discours normatifs catégorisants, au même titre que la production statistique ou que la littérature grise, par exemple. Si l'utilisation du terme entrepreneur peut sembler imparfaite, voire inappropriée dans ce cas (notamment qu'elle uniformise une population extrêmement diversifiée), je l'employerai néanmoins, peut-être "faute de mieux", mais d'abord parce que les acteurs eux-mêmes y recourent pour se désigner, de même que le terme est couramment employé dans le langage commun, par les médias, les analyses ou les hommes politiques.

  • 15 Cf. A. Desrosières et L. Thévenot, 1988. Voir aussi : B. Duriez, J. Ion et M. Pinçon-Charlot, 1991
  • 16 Les statistiques de la direction marocaine des statistiques (notamment à partir du recensement nat (...)

17L'approche de L. Boltanski sur les cadres (1983) et avant lui celle de E.-P. Thompson (1963) et les perspectives qu'elles ont ouvertes en termes de catégorisation (spécialement les travaux de A. Desrosières et L. Thévenot sur les CSP françaises15) peuvent éclairer ce parti pris : grâce à un va-et-vient entre les différentes nomenclatures politiques (nomenclatures administratives, conventions collectives16), cognitives ou statistiques (techniques), ces catégories se construisent socialement et historiquement comme objets politiques et finalement représentations dont ces auteurs nous invitent à une "économie des grandeurs". L'objet de la réflexion porte ainsi moins sur la "situation de classe" des entrepreneurs que sur la conjoncture historique dans laquelle le groupe se constitue socialement et politiquement.

18La définition de l'entrepreneur, ici au Maroc, se précise donc empiriquement, au coup par coup, en fonction de références antérieures mais aussi par rapport à des enjeux conjoncturels parce qu'elle est un objet de politique publique et qu'elle résulte du travail contradictoire d'institutionnalisation (ou d'officialisation) et de mise en représentations, qui incluent, excluent, normalisent ou stigmatisent.

19En effet, dans les années 1990, l'entreprise et l'entrepreneur sont apparus de fait comme les objets et les sujets de scénarios d'une "réforme économique annoncée", de la "mise à niveau". Ce qui apparaît à certains égards comme une mise en scène publique invite à saisir, sous les projecteurs, comme dans les coulisses, les enjeux et les formes des transformations des relations de pouvoir et des modes de gouvernement. Il est effectivement question non seulement de distribution de rôles, mais également d'écriture sociale et politique de ce que doit être, de ce qu'est, un acteur politique pertinent et légitime dans le système marocain contemporain, de la distinction entre l'intérêt collectif et l'intérêt privé, de l'énonciation des formes d'expression de la domination politique et enfin de la délimitation de la sphère publique comme de la sphère privée. Finalement, les analyses semblent osciller entre deux scénarios opposés (qui pourtant se combinent) : celui de la "mise à niveau" comme scénario de la démocratisation (libéralisation économique et pluralisme politique (G. O'Donnell et alii, 1986) et celui de la mise à niveau comme scénario de la makhzénisation (concentration du capital économique, pratiques clientélistes, confusion de la chose publique et de la chose privée, néopatrimonialisme). Or, ces deux archétypes fixent et organisent les discussions.

20De part et d'autre, la référence implicite partagée est celle de la "grande transformation" (K. Polanyi, 1944), du "paradigme bourgeois" (articulé autour de l'idée d'une bourgeoisie productrice et du développement d'une société civile). Elle se décline, en effets de miroirs, sous forme de dénonciation ou de justification, de mise en représentation (où l'on se pose ou s'oppose) à différents niveaux, qui s'alimentent et se combinent : celui de l'autoreprésentation, celui des représentations collectives et de la mémoire collective, et enfin, celui de la représentation de l'entreprise et de l'entrepreneur dans le système politique proprement dit.

21Au cours de polémiques donc, d'affaires judiciaires ou encore dans la presse, à travers les campagnes de publicité, l'entrepreneur a pris place comme personnage providentiel des scénarios de la libéralisation, s'opposant (souvent de façon explicite) au bourgeois parasite, homme lige du scénario de la makhzénisation. Je ne développerai pas ici, l'ensemble des arguments relatifs à cette configuration d'un espace de sens libéral au cours de la "mise à niveau". En revanche, il me semble éloquent de souligner l'émergence de héros dans le Maroc des années 1990, qui souvent présentent les caractéristiques "classiques" de l'entrepreneur schumpeterien. Parallèlement, se dessinent les canons d'une "bonne façon de faire des affaires" qui serait associée à une "bonne façon de faire du politique", dont l'entrepreneur, en tant que figure abstraite serait porteur de l'ethos.

  • 17 L’Office chérifien des phosphates est l'entreprise publique phare du Maroc, dont l'économie s'est (...)

22À titre d'exemple, la comparaison des portraits brossés dans la presse de A. Lahjouji, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc de 1994 à 2000 et de A. Karim-Lamrani, ancien Premier ministre et ancien directeur de l'Office chérifien des phosphates (OCP)17, me semble paradigmatique. Ils sont présentés comme les protagonistes manichéens de la libéralisation, modèle et contre-modèle allant de paire, dans ces procès de classification, de catégorisation, d'identification et de normalisation.

A. Lahjouji, "l'homme en colère"

23L'entrée en scène du représentant des entrepreneurs, en l'occurrence le président de la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM), A. Lahjouji, au cours des années 1990, a constitué un moment clé non seulement dans l'institutionnalisation de l'association professionnelle comme acteur social légitime, mais également dans la fixation et la consolidation de la figure générique dont il prétend être le porte parole.

24Si A. Lahjouji fut élu de façon houleuse en 1994, en 1998, il fut en revanche réélu unanimement et finalement n'a renoncé à son mandat en 2001, que pour des raisons statutaires limitant l'exercice de la présidence à deux mandats. Mais, au printemps 2001, il se positionne véritablement sur la scène politique en déposant les statuts d'un nouveau parti, "libéral", les Forces citoyennes.

  • 18 La campagne d'assainissement fut menée à partir du 24 décembre 1995, par le ministre de l'Intérieu (...)

25C'est en réalité à la suite de la campagne d'assainissement de 1996 qui l'oppose dans un bras de fer au ministre de l'Intérieur d'alors, D. Basri18, que la presse marocaine l'a érigé en "homme de l'année". Parlant au nom des entrepreneurs au cours de cette violente opération de lutte contre la contrebande, la corruption, le responsable syndical fait preuve, pour la première fois, d'autonomie vis-à-vis du politique. Le portrait qui est diffusé de lui, et les messages et représentations tacites qu'ils contiennent (sa "véracité" au fond n'a que peu d'importance ici), me semble à l'image des caractéristiques sociales de l'entrepreneur.

26Sa biographie est diffusée au moment de son élection : né en 1941 à Meknès, il a entamé des études à l'Institut industriel de Casablanca, mais ne les termina pas, préférant s'investir en 1964, en tant qu'administrateur unique, dans l'entreprise gérée par sa famille depuis "trois décennies au moins", l'entreprise "Moulay Ali Lahjouji" ; c'est donc un homme de terrain. Il a parallèlement une longue expérience dans le domaine de la représentation professionnelle, qui lui a permis d'acquérir le savoir-faire nécessaire et surtout de construire une équipe et un réseau de relations important au niveau national et international. En 1978, il est président de l'Association marocaine de construction, à partir de laquelle il créera la Fédération nationale des BTP qui adhérera à la CGEM en 1983. Il participe à la fondation de l'Union des entrepreneurs arabes (dont il sera longtemps le président), puis à l'Union des entrepreneurs des pays islamiques, dont il reste également le président. Et depuis 1993, il est vice-président de la Confederation of International Contractors Association. Ce ne serait par conséquent non pas dans ses relations avec les autorités publiques et avec l'élite politique qu'il puiserait et mobiliserait ses ressources, mais dans son inscription dans un réseau associatif qu'il aurait patiemment et longuement construit.

27Il présenterait également, à la lecture de la presse (et singulièrement dans les propos de la quasi-totalité des personnes interviewées), des qualités morales et personnelles propres à en faire le promoteur d'une "nouvelle éthique politico-économique" : souvent présenté comme austère, direct, courageux (lors de la campagne d'assainissement), raide comme la justice, A. Lahjouji est "l'homme en colère" dans le bilan de 1997 dressé par la Vie Économique, un personnage atypique (dans son comportement) dans le paysage des grands hommes d'affaires marocains : « Qu'il s'adresse à un Premier ministre, ou à un parterre d'opérateurs économiques, le style est toujours direct. Ce n'est pas lui qui endormira l'assistance avec des formules surannées et lénifiantes. »

19

28Politiquement enfin, A. Lahjouji romprait avec le profil des présidents antérieurs de la confédération patronale. Représentant des chefs d'entreprises du royaume, il inaugurerait un nouveau cycle et de nouvelles formes d'interaction avec les pouvoirs publics : alors que jusqu’alors l'apolitisme était a priori une condition sine qua non à la désignation du président de la CGEM (S. Tangeaoui, 1993, 254), A. Lahjouji est réputé pour être sinon affilié, du moins proche, du parti de l'Istiqlâl (parti nationaliste, alors dans l’opposition) dont sa famille fait partie des bailleurs de fond. Par ailleurs, alors que "tous les grands chefs de la CGEM sont des hommes d'État" (M. Benhaddou, 1997, 118), jusqu’alors très proches du souverain, le nouveau président n'a auparavant rempli aucune fonction publique notoire, et arrive peu connu du public à la tête de la confédération. Ainsi le nouveau président, à l’inverse de ses prédécesseurs, ne serait pas a priori un "commis de l'État".

29Au gré des affaires, au cours de la campagne d'assainissement, en condamnant les procédés de cessions des entreprises privatisables ou la délégation de certains services publics (l'épisode de la cession de la gestion d'eau et d'électricité de Casablanca à la Lyonnaise des eaux est devenu fameux), en rédigeant une "charte des entreprises et des entrepreneurs", A. Lahjouji a incarné, personnellement et en tant que président de la CGEM, une nouvelle image du monde des affaires, capable de faire "preuve d'autonomie" vis-à-vis des pouvoirs, de défendre les intérêts corporatistes tout en souscrivant à une vision consensuelle et non conflictuelle des relations sociales et du développement du pays (ce que prouverait la signature en août 1996 des accords de dialogue social entre le ministère de l'Intérieur, la CGEM et les principaux syndicats du pays) (M. Catusse, 1999b).

  • 20 Sur une analyse de ces discours et de leurs raccourcis, de la Banque mondiale ou de l'Union europé (...)

30Évidemment, il s'agit là de la construction de catégories associées à des valeurs et des représentations collectives dont la performativité reste à prouver. En tout état de cause ce personnage, représentant des entrepreneurs, s'impose comme avant-garde de la modernité, moteur de changement et acteur de la libéralisation, conformément aux discours normalisateurs des bailleurs de fonds internationaux.20

Le contre-modèle, M. Karim Lamrani, dans l'affaire "BMW"

31Dans la couverture médiatique d'une affaire qui l'a opposé en 1998 à la compagnie allemande BMW et au groupe marocain Laraki, M. Karim Lamrani est apparu à l'inverse comme l'archétype de "l'ancien système", l'homme du sérail qui a navigué sans cesse entre affaire publique et choses privées, PDG de l'OCP et Premier ministre des années 1980.

32Réputé détenir l'une des plus importantes fortunes du Maroc, à la tête aujourd'hui de la SMEIA (Société méditerranéenne pour l'industrie), M. Karim-Lamrani s'est vu mis en cause dans une controverse judiciaire, sur fond de droit des affaires contre le groupe Laraki. Ce dernier, dirigeant au Maroc Univers Motors, est présenté comme un "petit" dans l'affaire, mais disposait entre autres de l'exclusivité d'importation des produits BMW et Honda. La publicisation (le rôle de la presse me semble ici fondamental) de cette affaire a cristallisé d'une certaine façon les enjeux de la mise en place d'un droit des affaires, indépendant du politique et d'inspiration libérale.

  • 21 . Trois mois après les élections et ne disposant que d'une faible majorité dans une seule des deux (...)

33Formellement, il s'agit d'un contentieux banal autour de la commercialisation de voitures de luxe, fondé sur la question de la propriété industrielle, de l'obtention de "carte" et de la distribution de marque. Cependant, l'identité des personnes physiques concernées et l'intervention de la presse, au moment même où le gouvernement "d'alternance"21 était en train de se constituer suscitant de part et d'autre des espoirs de "changement", donnent au procès une dimension publique (de fait puisque les journalistes prennent parti, que les experts juridiques sont sollicités pour donner leur propre jugement de l'affaire) et un caractère particulièrement frappant (le procès se double de l'ébauche d'un procès sur la justice).

  • 22 . Kh. Hachimi Idrissi, "Karim Lamrani prend la justice en otage", Maroc Hebdo International, n° 308 (...)

34Je ne reviens pas ici sur les différents rebondissements de l’affaire22. Après plusieurs tentatives de conciliation, la justice est saisie plusieurs fois à coup d'appels et d'annulation de décisions. En tout état de cause, et quels que soient les tenants (complexes et sûrement loin d'être univoques) de la controverse, la presse s'en empare pour dresser un portrait sans complaisance de M. Karim Lamrani et de ses pratiques.

35Le 31 janvier 1998, le rédacteur en chef de l'un des hebdomadaires les plus lus au Maroc prend parti sur l'affaire : « L'homme le plus riche du Maroc se ridiculise dans le scandale BMW. Karim Lamrani prend la justice en otage. » Le ton est donné. Le journaliste ne se prononce pas sur le contentieux, en termes juridiques, mais s'indigne des méthodes employées, selon lui, par l'ancien Premier ministre et finalement du traitement formel de l'affaire. Relatant ce qu'il qualifie « l'histoire du pot de terre contre le pot de fer », il dénonce une « mascarade commerciale orchestrée par un groupe qui est largement assez monopolistique dans le pays. » Il s'indigne les pratiques népotiques de l'homme vis-à-vis de sa fille, S. Karim Lamrani : « Elle voulait la carte BMW comme un enfant gâté désire un jouet et elle l'a eu. » Il en profite pour condamner d'ailleurs plus largement les pratiques de l'homme d'affaire, et déplace par là le débat à un autre niveau : « Le groupe a des méthodes qui ne sont pas celles, vraiment admises de la communauté des affaires » ; il évoque alors la récente pénurie de levure, provoquée selon lui par le même M. Karim-Lamrani, qui dispose effectivement d'un monopole en la matière, afin de répondre au mouvement social qui s'organisait dans ses usines. Il affirme, en outre, que la justice rendue dans cette affaire est une justice de "luxe". Faisant jouer de son influence et de ses relations politiques, M. Karim-Lamrani obtient, par des modalités d'exception, un jugement non seulement rapide mais plutôt favorable. Le journaliste s'insurge par conséquent contre les méthodes interventionnistes sur la justice, s'interroge alors sur l'indépendance judiciaire :

« O. Azziman, ministre de la Justice, lui doit découvrir avec effarement l'ampleur des réformes à réaliser. Et il doit aussi réaliser la vacuité et l'insuffisance de ses récentes mesures disciplinaires à l'encontre des magistrats indélicats. »

36Au cours de cette affaire, c'est tant le droit des affaires que son application qui a fait l'objet de disputes. L'attitude de l'ancien Premier ministre incarnerait les travers d'un système où le judiciaire ne dispose pas d'autonomie par rapport au politique et où le règlement du conflit commercial serait fondamentalement personnalisé. Dans l'argumentaire développé par le journaliste cité plus haut, l'homme d'affaires "prend la justice en otage", comme il prend les consommateurs en otage lorsque des conflits sociaux naissent dans ses usines. Les mêmes dénonciations avaient été utilisées au moment de la controverse entre M. Chaâbi et M. Saâïdi, lors du "procès des privatisations" (M. Catusse, 2000b).

  • 23 . La presse et notamment la presse économique s'est très sensiblement développée au Maroc au cours (...)
  • 24 Cf. Annexe 1.
  • 25 Sur le recours à la morale pour dépolitiser le débat, je me permets de renvoyer au numéro collecti (...)

37C'est dans ce contexte manichéen, à la formation duquel participe activement la presse23, qu'émerge la figure extrêmement valorisée de l'entrepreneur libéral et moral, à laquelle peuvent s'identifier toute une série d'acteurs économiques, composant un tissu hétérogène, disparate, dont l'histoire puise dans celle de la formation de l'État moderne marocain24. J'aurais bien entendu pu choisir d'autres exemples. Ceux-ci présentaient l'avantage de souligner le rôle des médias dans le processus et de rassembler l'ensemble des qualités attribuées à l'entrepreneur et à son alter ego, caractères moraux ou éthiques, plus que techniques ou économiques.25

De "à qui appartient le Maroc ?" à "à qui de droit ?"

  • 26 Le discours figure en exergue de la loi de privatisation.

38En effet, si l'entrepreneur apparaît comme catégorie socialement pertinente et collectivement valorisée au cours d’un processus réformiste qui me semble paradigmatique, économiquement pourtant, aucun nouvel acteur n'a surgi au gré de la libéralisation de l'économie marocaine, contrairement aux discours quasiment démiurges accompagnant la politique de privatisation. Selon ses promoteurs, et comme ailleurs où les privatisations sont entreprises, les objectifs assignés à la loi de privatisation (1990) reposaient sur l'ambition non seulement de pallier la faillite des entreprises publiques marocaines et le déficit chronique du trésor, de relancer l'investissement, mais aussi de faciliter et d'engendrer la recomposition du tissu socioéconomique du pays sur la base d'un élargissement de la classe moyenne, en créant des conditions de concurrence et en cassant les situations de monopole et de rente. À l'ouverture de la session de printemps du Parlement26, en avril 1988, Hassan II affirme : « Le but poursuivi à travers l’opération projetée est de donner leurs chances à des hommes nouveaux de leur ouvrir la porte des responsabilités, des chances et des risques, de réunir les conditions propices aux travailleurs, aux épargnants et aux entrepreneurs pour bénéficier de leurs parts du développement économique dont ils sont les artisans. »

Publicisation des privatisations

  • 27 Analysant les slogans diffusés au début de l'opération et les discours des principaux protagoniste (...)

39Le processus de privatisation au Maroc s'est accompagné indéniablement d'un effort volontariste de pédagogie de "l'économiquement correct"27. Pour être inhabituel de la part de pouvoirs publics souvent taxés d'opacité, cette campagne de communication fait écho aux recommandations des bailleurs de fonds internationaux, pour la "transparence du processus" (A. Bouazza, 1990, 198) et reprend d'ailleurs leurs principaux arguments.

  • 28 « J'ai la certitude que les privatisations sont l'avenir du Maroc et un nouveau souffle pour l'éco (...)

40La justification des privatisations – auxquelles étaient initialement farouchement opposées les oppositions socialistes et nationalistes – se structure autour d'argumentaires qui reprennent ou annoncent d'autres discours parallèles, antérieurs ou postérieurs, toujours fondés sur des conventions et des représentations qui tendent à configurer l'espace public et l'ordre politique autour d'une formule où le "privé" se substituerait à "l'étatique" pour prendre en charge une série de responsabilités collectives. À travers les discours officiels, dans la presse, comme dans les nombreuses campagnes de publicités orchestrées autour de la politique de privatisation – dont l'égérie est le comédien A. Skirej qui, résidant aux États-Unis, ne tarit pas d'éloges sur le libéralisme économique28 – les privatisations ont été présentées au Maroc comme l'instrument de l'éveil et du développement d'une "citoyenneté économique".

  • 29 Ministère du secteur public et de la privatisation, Guide des privatisations, p. 3.

41Les thèmes principaux qui articulent la campagne sont ceux de responsabilité individuelle, d'initiative et de solidarité collective : il faudrait "trouver des réponses privées à des problèmes publics". Qu'il s'agisse des déclarations ministérielles ou des campagnes de publicité, le message contient les mêmes leitmotivs. « Les privatisations, c'est bien pour vous, c'est bien pour nous. » Le slogan « Soyons actionnaires du progrès » s'accompagne d'un logo, une étoile à cinq branches rouge et verte, traduisant, selon ses concepteurs, l'idée d'un "grand projet national mené en commun". La thématique de la responsabilité privée se développe, appuyée par les discours royaux : « L'approche libérale du Maroc est fondée sur la conviction que l'entreprise privée est mieux outillée pour opérer dans un environnement concurrentiel et que l'État doit se consacrer en priorité à son rôle d'animateur et de régulateur de l'économie. »29

Bilan des privatisations

42"Curieusement", à ce jour, peu de bilan ont été proposés des privatisations entamées voilà près de dix ans. La loi sur les privatisations a été votée, après d'âpres débats, le 11 avril 1990, à 78 voix contre 45 (et 2 abstentions). L'importance dans l'économie marocaine des entreprises privatisables est frappante. Outre les hôtels, la liste comprend les grandes entreprises industrielles du pays (spécialement dans les secteurs de la cimenterie, de la sidérurgie, du pétrole, du phosphate, des mines) mais aussi les banques, des sociétés d'assurances, des sociétés financières, et des sociétés de services, la société de distribution de presse, Sochepresse ou la Société nationale des télécommunications.

  • 30 Je me permets ici de renvoyer, pour plus de détails sur les différentes opérations, au chapitre 1 (...)

43Les privatisations ont été fructueuses pour un nombre réduit d'investisseurs marocains et de grands groupes étrangers. Si elles avaient pour objet affiché l'extension de l'entrepreneuriat du pays, elles ont a contrario tendance à plus concentrer encore le capital du pays. En effet, un examen des principales opérations révèle rapidement la présence quasi systématique de quelques groupes seulement dans les offres et les opérations de rachat30. Ce qui s'explique, à la fois, par des raisons sociopolitiques, mais également par des motifs économiques et structurels, à savoir l'absence de canaux de financement et de sources de crédits pour les potentiels investisseurs. La structure du système bancaire marocain, organisée de façon oligarchique (C. H. Moore, 1987, 256), longtemps dominée par un important secteur financier public (S. Saïdi, 1989, 50) et contrôlée aujourd'hui par les grands groupes privés, entrave sans aucun doute l'émergence d'un actionnariat élargi. Autrement dit, les mécanismes de concentration du capital, d'accumulation de richesses et de pouvoirs – que l'on peut mettre en évidence à travers l'homonymie des conseils d'administration –, ont à la fois des raisons politiques (les cessions se sont majoritairement effectuées de gré à gré, rarement dans la transparence) et économiques, structurelles et plus conjoncturelles.

  • 31 L’opposant, M. Diouri (1992) utilise l'expression de "perle de la couronne" à propos du groupe.

44Pourtant, si l’on a pu décrire des "guerres de chefs", luttes et concurrences exacerbées entre différentes fractions de l’élite, au cours des campagnes de privatisations dans l'Afrique subsaharienne (B. Hibou, 1990, 145), dans le cas du Maroc, il semble au contraire que les grands groupes se soient en quelque sorte entendus pour le "partage du gâteau", malgré de notables soubresauts (tel que celui qui oppose aujourd’hui l’ONA au groupe Benjelloun). À la faveur des principaux transferts, se sont dessinés les grands traits de ce qui pourrait être une recomposition et un repositionnement économique et politique du grand capital marocain. Hormis quelques cas, dans la cimenterie (CIOR), ou les raffineries de pétrole (SAMIR, SCP), les principales grandes entreprises publiques marocaines ont été rachetées schématiquement par l'Omnium nord-africain (ONA), le principal groupe privé du royaume détenu en partie par des capitaux de la famille royale et dirigé par des hommes de confiance du souverain31, le groupe Benjelloun et dans une moindre mesure le groupe Kettani. Ainsi, le bilan comptable, social et politique des privatisations traduit une reproduction des rapports de forces antérieurs, mutatis mutandis.

45Si donc elles ont donné lieu à une distribution des cartes, et n'ont pas été l'endroit de transformations notoires des structures sociales, notamment de l'émergence d'une classe moyenne, néanmoins, elles ont été le creuset d'un nouveau lieu-dit de l'espace social (L. Boltanski, 1979, 108) au sein duquel est apparue la figure libérale de l'entrepreneur. Elles engendrent (et sont le fruit) d'un nouvel équilibre des tensions, d'ambiguës "nouvelles règles du jeu", caractérisés par la mobilisation de nouvelles conventions et pratiques sociales (notamment parce que du domaine public, le patrimoine en question passe au domaine privé) qui s'entremêlent avec d'autres formes d'être en politique comme dans les affaires. En témoigne la réforme du droit des affaires tous azimuts au cours des années 1990, motivée essentiellement par la perspective d'une intégration à une zone de libre-échange avec l'Union européenne (M. Catusse, 1999c).

  • 32 Idem.
  • 33 Que les Media ont rapidement appelé le "Roi des pauvres".
  • 34 A. Yassine, "À qui de droit ?", mémorandum adressé à Mohamed VI en janvier 2000.

46Au début de la décennie, l'ouvrage brulôt de l'opposant, alors d'extrême gauche, M. Diouri accusait le souverain marocain de gérer le pays de façon privative ("d'exploiter" et de "piller"), par le biais de la "perle de la couronne" (l'ONA) et grâce à des "liens privilégiés" avec la France32. Aujourd'hui, c'est à nouveau sur la gestion publique des affaires et sur la répartition des richesses que le leader "historique" islamiste, dirigeant de l'association islamique al Adl wal ihsan, alors encore assigné à résidence, interpelle le nouveau souverain33, en mettant l'accent sur les disparités sociales et économiques du pays et en suggérant que nationalisée, ou rendue à la collectivité, la fortune royale pourrait sauver le Maroc34. Étonnante récurrence et permanence des dénonciations dans un contexte où tout devrait changer.

Économisation (et dépolitisation ?) du politique

47Élevés au statut de nouveaux promoteurs du développement du pays, les entrepreneurs marocains (avec les représentations sociales qui leur sont associées) sont également "entrés en politique" dans la décennie 1990 : collectivement, à travers l'institutionnalisation d'un groupe qui défend leurs intérêts, et individuellement, puisqu'à la faveur des élections de 1997, ils ont sensiblement investi le marché politique. Ils émergent dans l'espace public et médiatique en tant que catégorie charnière dans la réforme, quand bien même (parce que ?) l'inscription sociale de cette dernière repose sur de nombreux entendus et malentendus. Cette population, mise en avant par les approches libérales consacrées aux "nouveaux acteurs", a un pied dans le marché et l'autre dans l'espace du politique. Elle incarne à la fois tradition et modernité. Composée d'individus a priori égoïstes, elle participe de logiques communautaires et sociales. C'est l'ambiguïté et la dualité de leurs positions et de leurs statuts, c'est aussi peut-être l'hétérogénéité du groupe, qui permet aux entrepreneurs d'être des acteurs particulièrement privilégiés de la "transition" annoncée. Pour être plus précise, c’est justement parce qu’ils allient positivement et négativement des systèmes de références extrêmement ambivalents que les entrepreneurs apparaissent non pas comme des acteurs réformistes, mais comme les acteurs de la réforme, capables entre autres, du moins abstraitement et au niveau des représentations, d’être la charnière de ces deux réformes à mener de front : la libéralisation économique et la libéralisation politique.

48Ils participent par-là à un processus, qualifié ici d'économisation du politique, dont ils sont produits et producteurs, qui se traduit essentiellement, d'une part, par une conversion manifeste des attributs et des compétences économiques et entrepreneuriales en ressources légitimes, pertinentes et efficaces pour gérer une carrière politique ; d'autre part, par un déplacement des luttes de pouvoir d'un champ politique à un champ plus économique ; et enfin par une énonciation de la rationalité politique en termes économiques. Ce qui me paraît constituer un remarquable poste d'observation de la combinaison des discours et des praxis de la libéralisation.

L'institutionnalisation d'un groupe d'intérêt patronal

49L’identité entrepreneuriale s’est consolidée à travers une série d’expériences collectives – et de ce point de vue, il me semble que la campagne d’assainissement, malgré (à cause de ?) son caractère ambigu, tient lieu de moment fondateur dans la mémoire collective – mais également par le biais de l'institutionnalisation d’une représentation des entrepreneurs, puisque la CGEM surgi véritablement au cours des années 1990 comme le porte-parole de ces promoteurs de "l’entreprise citoyenne" (quand bien même le "E" de CGEM ne soit pas l’initiale "d’entrepreneur" mais "d’entreprise").

50Sans vraiment développer ce point, il me semble intéressant d’en souligner plusieurs aspects notamment au sujet de l'inscription de cette confédération dans une histoire sociale conflictuelle, au sujet de sa représentativité aujourd'hui et des marges d’autonomies dont elle dispose (par rapport aux pouvoirs publics, mais aussi par rapports aux modèles de références).

  • 35 Pour une définition classique du concept : Ph. Schmitter, 1979, p. 13.

51Depuis le protectorat, en effet, les relations sociales au Maroc ont essentiellement pris des accents violents, sur fond de lutte des classes, loin de toute forme pluraliste d’expression des intérêts (malgré l’instauration dès l’indépendance, du multipartisme et du multisyndicalisme). Pourtant, une nouvelle formule s'imposerait aujourd’hui dans le royaume, alliant une fois encore discours et praxis, accompagnant la réforme libérale, qui semblerait évoquer a priori le modèle néocorporatiste35 : institutionnalisation au niveau national d'acteurs et de lieux de la concertation salariale sur un modèle tripolaire ; reconnaissance par chacune des parties d'un intérêt particulier et collectif à la négociation et à la régulation sociale ; participation des trois parties à la définition de l'agenda et à l'élaboration de politiques publiques ce qui implique en particulier que les syndicats ouvriers et patronaux soient suffisamment intégrés dans les organes de décision politique et disposent de ressources adéquates afin de faire valoir leurs positions ; ré-instauration des conventions collectives, etc.

Représenter

52Le 28 juin 1995, la Confédération générale économique du Maroc devenait Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

53Discret changement d'orientation ou simple formalité, la décision préfigurait sans aucun doute la réforme interne et politique qu'allait connaître l'organisation les années suivantes. Le discours royal du 16 mai 1995 en fut le détonateur. Alors que la sécheresse menaçait l'ensemble de l'activité économique du pays, le souverain appelait de façon solennelle à la solidarité nationale vis-à-vis du monde rural. Évoquant les relations entre les partenaires sociaux, il assénait aux patrons :

« Votre confédération n'est pas suffisante, n'est pas représentative, ne remplit pas les conditions devant la hisser au niveau de l'engagement. Je les invite à constituer dans le délai d'un mois, en tout cas le plus tôt possible, un syndicat des "employeurs" où il n'y aura pas que les détenteurs de gros capitaux ou les grandes entreprises, mais aussi ceux qui constituent le véritable tissu économique national tel que nous le concevons : autrement dit les petites et moyennes entreprises. »

  • 36 Sur l’institutionnalisation de la CGEM, cf. M. Catusse, 2000c.

54Ainsi que l'avait requis Hassan II, la vieille confédération (créée en 1941 du temps du protectorat) peu présente sur la scène politique jusqu’alors, à l’inverse par exemple de la Chambre de commerce et d’industrie de Casablanca entreprit des efforts dans le sens de l'extension de sa représentativité et s'engagea, avec les principaux syndicats du pays, dans un processus de discussion qui, pour être timide et peu concluant, suggère néanmoins une transformation des relations de travail dans le pays36. C'est à partir de ce double processus que l'on peut esquisser quelques réflexions sur les ressorts d'une institutionnalisation du patronat marocain dans une configuration politique ébranlée, non seulement par les effets de l'ajustement structurel et de la "mise à niveau", mais aussi par un dysfonctionnement manifeste de ses structures classiques de médiation politique.

55Entamée avec l'arrivée d'une nouvelle équipe dirigeante à la tête de la Confédération générale des entreprises marocaines en 1994, la réforme de la représentation politique et sociale du patronat marocain a consisté formellement en la recherche d'une plus large assise (territoriale et sectorielle). Nous avons déjà évoqué l'élection de A. Lahjouji à la présidence de la confédération. L'homme s'entoure d'une équipe brillante de personnages parfois atypiques. L'arrivée de ces hommes à la tête de la CGEM s'est accompagnée d'une série de réformes en profondeur de la structure patronale, comme pour mieux représenter les entrepreneurs. Ses dirigeants se dotent d'une administration et déménagent au-dessus de la nouvelle bourse de Casablanca, face à l'immeuble de l'Union marocaine du travail, sur l'avenue des affaires, l'avenue des Forces armées royales. Ils refont l'organigramme de la confédération. Aux quatre fédérations sectorielles initiales s'ajoutent seize autres, parmi lesquelles la fédération des PMEPMI créée encore une fois suite à une injonction royale (faire preuve de représentativité par rapport au tissu économique). L'affiliation résolument de gauche du nouveau président de cette fédération, conseiller municipal de l'Union socialiste des forces populaires, s'afficherait comme un garant de plus du changement d'attitude du patronat (... et du parti socialiste marocain) : la lutte des classes ne fait pas partie de la "nouvelle orthodoxie du développement" ; elle ne s'inscrit pas plus dans le cadre de réforme proposé par Hassan II, qui affirmait dans le discours du 16 mai 1995 :

« Le temps de l'antagonisme patron/ouvrier est dépassé. Il n'y a plus de place pour cette ancienne mentalité qui voulait voir en l'un et l'autre des ennemis irréductibles. Cette situation est dépassée. (...) De nos jours, il faut qu'il y ait un partenariat entre l'employeur et l'employé puisqu'ils ont tous deux intérêts que leur entreprise perdure et prospère. »

56Outre le Conseil de médiation et d'arbitrage et le comité d'éthique, d'autres organismes sont créés : les Unions régionales qui se multiplient, afin d'étendre la représentation à l'ensemble du territoire et cinq commissions spécialisées : Commission sociale et de la Formation, Commission économique et financière, Commission des Relations internationales, Commission de la Compétitivité et du Progrès de l'Entreprise et Commission juridique et fiscale.

57Parallèlement à cette réforme des structures aux multiples ressorts (invite royale, modèles internationaux, initiatives individuelles), c'est sur la scène politique et sociale nationale que la CGEM a sûrement effectué sa plus grande mutation ces dernières années ; en particulier, en revendiquant un statut autonome et différencié par rapport aux pouvoirs publics, dans le cadre de négociations et d'accords sociaux qui participent explicitement de la reformulation d'un pacte politique entre acteurs sociaux symbolisé par les accords de 1996.

Un partenaire social

58Dans ce contexte, c’est donc la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) qui semble s’institutionnaliser en tant que "partenaire social" légitime, représentant l’entrepreneur, au gré de la contractualisation d'accords internationaux et nationaux (notamment le gentlemen's agreement signé entre la CGEM et le ministère de l'Intérieur en juillet 1996, les premiers accords dits de Dialogue social signés entre les mêmes, la Confédération démocratique du travail et l'Union générale des travailleurs marocains, en août 1996, réactualisé en avril 2000, mais également le référendum sur la réforme de la Constitution en septembre 1996).

  • 37 Ainsi, le Rapport sur le développement du monde de la Banque mondiale (1997), préconise de « Reviv (...)

59Or, à l'inverse du corporatisme, le néocorporatisme – qui servirait de modèle à ces réformes – ne devrait pas être associé à une architecture organiciste de la société contradictoire avec la conception libérale d'individus libres et souverains (P. Birnbaum, 1991). Il y a quoi qu'il en soit a priori, quelques contradictions entre libéralisme et corporatisme – d'où l'addition du préfixe néo (G. Lehmbruch, 1984) –, entre privatisation et néo-corporatisme. La force du modèle est pourtant importante dans la réforme sociopolitique que connaît le Maroc dans les années 1990 : les développements sociologiques et empiriques antérieurs – notamment les expériences sud-américaines (J. Bunuel, 1991) – ne sont pas sans effets sur la formation d'institutions sociales du marché. Ils structurent en particulier les recommandations de la Banque mondiale et du FMI en matière de concertation, de négociation sociale et de vocation des États37. D’autres institutions internationales, telles que la fondation Ebert jouent indéniablement un rôle dans la gestion de l'insécurité sociale du Maroc de la fin des années 1990, charriant également avec elle des modèles de relations sociales explicitement sociaux-démocrates, au premier rang desquels le néo-corporatisme.

  • 38 Par exemple, sans compter l’importance croissante de l’économie informelle et du travail précaire, (...)

60C'est pourquoi il me semble judicieux non pas de regarder l'évolution sociopolitique marocaine, l'institutionnalisation de la CGEM et la formation de la catégorie des entrepreneurs, à l'aune de cette typologie (le néocorporatisme), éloignée de la situation maghrébine, et d'en faire la prémisse d'un raisonnement déductif (la scène sociopolitique marocaine tend-elle vers une néo-corporatisation de ses relations sociales ?), mais de montrer de quelle façon des acteurs, notamment les pouvoirs publics, s'en saisissent dans un effort de rationalisation de la réforme (triangularisation des relations professionnelles, privatisation des négociations, pacification des rapports sociaux, etc.), alors que s’aggravent les tensions sociales avec la libéralisation économique38. Et regarder en retour le comportement d'autres acteurs, les syndicats et le patronat, la façon dont ils s'y conforment ou l'altèrent ou le contestent, dans tous les cas se situent par rapport à lui (Schmitter, 1989, Schmitter et Grote, 1997).

61Autrement dit, associé à de nombreuses transitions politiques, en Amérique latine notamment, présenté comme élément intégrant des social-démocraties (B. Jessop, 1979, 201), le néo-corporatisme apparaît dans le cas marocain essentiellement comme un modèle (parmi d'autres) qui met en scène l’acteur libéral idéal que serait l’entrepreneur schumpeterien. Il s’agit alors de comprendre en quoi "l'habillage" ou la "mise en scène" néocorporatiste (pris dans un sens non péjoratif, où l'on considère que l'action politique est, entre autres, et fondamentalement, la résultante de représentations, dans tous les sens du terme), la promotion d’un modèle pacifié et privatisé des relations sociales, répond à la confrontation (ou à la convergence) d’intérêts politiques étatiques et particularistes, individuels et collectifs.

62Pour aller à l’essentiel, et au risque de faire quelques raccourcis, en mettant en avant une formule consensuelle de gestion des relations sociales, les promoteurs du dialogue social, comme de l’entreprise citoyenne, veulent rompre, non sans mal, avec le schéma violent dans lesquels se sont inscrits, depuis le protectorat, syndicats et pouvoirs publics au Maroc. La triangularisation de ces discussions (avec la reconnaissance du patronat comme partenaire social) renverrait ainsi aux processus de construction "moderne" de l'économique et du social, à la dialectique entre lutte des classes et recherche de compromis : à l'oscillation entre une vision conflictuelle et violente et des représentations consensuelles du marché (A. O. Hirschman, 1980). Métamorphose ou habillage, les transformations des institutions de régulation sociale peuvent sembler superficielles et le "dialogue social" prend essentiellement l'allure d'un dialogue de sourds. Aucun des partenaires sociaux, syndicats comme patronat ne paraissant véritablement convaincus par la teneur des textes, ni même disposés à quelques concessions. Pourtant, les tribulations du Code du travail par exemple révèlent les enjeux comme les modalités d'une normalisation du marché du travail, et de la formation d'institutions de concertations (M. Catusse, 2000c). Quoi qu’il en soit, que ce schéma soit imposé ou inventé, il nécessite trois partenaires sociaux, et présuppose l’existence d’un représentant des employeurs (des entrepreneurs ?), plus ou moins institutionnalisé.

  • 39 Voir par exemple M. Laurent et G. Denœux, 1996, et F. Vairel, 2000.

63Quelles que soient les interprétations que l'on peut proposer sur les accords sociaux qui me semblent procéder tant des aspects "inventés" qu'"imposés" de la réforme ou sur les ambivalences de la campagne d'assainissement39, l'étude de l'évolution de la situation marocaine révèle un processus complexe. En particulier, le patronat, par le biais de la CGEM (derrière le masque de l'entrepreneur) s'inscrit dans une dynamique d'entrée en politique, en tant qu'intermédiaire et médiateur, traduisant les aspirations d'un groupe professionnel en formation, qu’elle solidifie en même temps. Ces dernières sont tant d’ordre "participationniste" que "protectionniste". Les dirigeants de la confédération font preuve d’un volontarisme notable. Ils interviennent au-delà de la défense d’intérêts corporatistes. Ils revendiquent une participation dans l’organisation de la cité, tandis que la majorité des entrepreneurs marocains affichent leur apolitisme (M. Catusse et R. Cattedra, 1998). Mais ils s’enquièrent également d’assurances et de garanties par rapport aux aspirations syndicales ouvrières et aux impératifs internationaux. Leurs marges de manœuvre sont en conséquence limitées par leurs caractéristiques particulières et leurs propres dépendances dans un système qui conditionne et détermine leur présence publique.

  • 40 Il faudrait par exemple mieux se pencher sur l'investissement de la CGEM en terme de discours anti (...)

64En tout état de cause, l'émergence d'acteurs différenciés, innovants et autonomes procède des normes de la nouvelle orthodoxie du développement. L'institutionnalisation de la CGEM, sans aucun doute, entre dans les canons du modèle de la "société civile" et de la "good governance".40

65L’équilibre qui se dessine est incertain et instable. Les rapports de force ont évolué néanmoins. Il est indiscutable qu’un "mouvement entrepreneurial" a vu le jour dans les années 1990 au Maroc. Il est plus malaisé de définir sans ambages son (ses) rôle(s) dans la transition du régime (si transition il y a). Soulignons toutefois qu’il participe d’une part de la pacification de la sphère politique et d’autre part qu’il semble discursivement promoteur d’une éthique économique et politique. Dans tous les cas, il me semble que l’entrepreneur est apparu clairement non seulement comme un acteur de la réforme libérale mais comme son symbole ayant valeur de "preuve".

66Dans un contexte où le politique fait parfois figure de domaine privé aux mains d'un groupe restreint, son développement suggère une diversification et une extension des lieux d'élaboration des politiques publiques, ne serait ce que par les débats collectifs que suscitent ou provoquent ses dirigeants, qui font parfois figure de trublions dans un espace politique policé. De surcroît, du fait de la position intermédiaire qu'ils occupent, ils interviennent dans la distinction du public et du privé, autrement dit de ce qui est soumis à un contrôle collectif et ce qui ne relève que d'enjeux spécifiques ou particularistes. […]

Bibliographie

Bibliographie

Arendt H., 1967, Essai sur la Révolution, Paris, Gallimard.

Azam J.-P. et Morisson Ch., 1994, La faisabilité politique en Côte d'Ivoire et au Maroc, Paris, OCDE.

Banque mondiale, 1997, L'État dans un monde en mutation, Rapport sur le développement dans le monde, Washington, Oxford University Press.

Bayart J.-F. (dir.), 1994, La Réinvention du Capitalisme, Paris, Karthala.

Bayart J.-F., 1985, "L'énonciation du politique", Revue française de science politique, n° 3, vol. 35, pp. 343-373.

Bazzana B., 2000, "Le modèle espagnol de transition et ses usages actuels", in C. Jaffrelot, Démocraties d'ailleurs, Paris, Karthala, pp. 343-397.

Benhaddou A., 1989, Migration et réussite sociale. Étude sur la formation des élites dirigeantes marocaines : le cas de la bourgeoisie fassie, Aix-en-Provence, thèse de sociologie, université d'Aix-Marseille.

Benhaddou M., 1997, Maroc, Les élites du Royaume, Paris, L'Harmattan, 228 p.

Bennani Chraïbi M., 1994, Soumis et rebelles, les jeunes du Maroc, Paris, CNRS Éditions.

Bilan décennal du Programme d'ajustement structurel et perspectives de l'économique marocaine", 1994, Annales marocaines d'économie," n° spécial.

Birnbaum P., 1991, "Action individuelle, action collective et stratégie des ouvriers", in J. Leca et P. Birnbaum (dir.), Sur l'individualisme, Paris, Presse de la FNSP, (1ère éd. 1986), pp. 269-300.

Boltanski L., 1979, "Taxinomie sociale et lutte des classes. Mobilisation de la classe moyenne et l'invention des cadres, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 29.

Boltanski L., 1983, Les cadres ; la formation d'un groupe social, Paris, Minuit.

Boltanski L. et Thévenot L., 1991, De la justification. Les Économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bouazza A., 1990, "L'assistance de l'USAID au programme de privatisation", Revue juridique politique et économique du Maroc, n° 23, ("Les Enjeux de la privatisation au Maroc").

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Bourdieu P., 1979, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bras J.-Ph., 1995, "les enjeux socioculturels de la privatisation au Maroc et en Tunisie", in D. Guerraoui et X. Richet (dir.), Stratégies de privatisation. Une comparaison Maghreb/Europe, Rabat-Paris, Toukbal/L'Harmattan, pp. 197-204.

Bunuel J., 1991, Pactes et agressions. Syndicalisme et relations professionnelles en Argentine, Paris, CNRS Éditions.

Cassarino J.-P., 1999, "Pédagogie et mise à niveau en Tunisie", Les Cahiers de l'Orient, n° 55, pp. 51-69.

Catusse M., 1998, "De la lutte des classes au dialogue social. Réflexions sur la recomposition des relations professionnelles au Maroc", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 162, pp. 18-38.

Catusse M. et Cattedra R., 1998, "Stratégie de communication et espace public : État et acteurs privés face à la ville. Quelques remarques à propos de Casablanca", in Saaf A. (dir.), Communication et collectivités locales, La Mohammedia, faculté de Droit.

Catusse M., 1999a, L’entrée en politique des entrepreneurs marocains, thèse de science politique, IEP, Aix-en-Provence.

Catusse M., 1999b, "Maroc : un état de droit pour les affaires ?". Annuaire de l’Afrique du Nord 1998, CNRS Éditions, pp. 245-257.

Catusse M., 1999c, "La Confédération générale des entreprises du Maroc : aléas d’une institutionnalisation", Annuaire de l’Afrique du Nord 1998, CNRS Éditions, pp. 259-271.

Catusse M., 2000a, "Maroc. Économie des élections", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 168, pp. 51-66.

Catusse M., 2000b, "Le débat sur les privatisations au Maroc : un procès exemplaire", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 167, pp. 38-48.

Catusse M., 2000c, "Re-Shaping Unionism in Morocco. Reflections on the “Social Dialogue Agreement" and Privatization " ; papier présenté dans le cadre de l’atelier" Changing Labor and Restructuring Unionism", First Mediterranean Social and Political Research Meeting, European University Institute (march).

Collier D. et Collier R.-B., 1991, Shaping the Political Area. Critical Junctures, the Labor Movement and the Regime Dynamics in Latin America, Princeton, PUP.

Dabène O., 1997, La région Amérique latine, Paris, Presses de la FNSP.

Desrosières A., 1993, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique. Paris, La Découverte.

Desrosières A. et Thévenot L., 1988, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Downs A., 1957, An Economic Theory of Democracy, New York, Harper and Row.

Dumont L., 1977, Homo Aequalis I. Genèse et épanouissement de l'idéologie économique, Paris, Gallimard, (nouv. éd. 1985).

Duriez B., Ion J. et Pinçon-Charlot M., 1991, "Institutions, statistiques et nomenclatures socioprofessionnelles. Essai comparatif, Royaume-Uni, Espagne, France", Revue française de sociologie, janvier-mars, pp. 29-59.

El Aoufi N., 1990, La marocanisation, Rabat, Toukbal.

El Malki H., 1980, "Capitalisme d'État, développement de la bourgeoisie et problématique de la transition", Revue Juridique, Politique et Économique du Maroc, n° 8, 2e semestre, pp. 207-228.

El Malki H., 1989, Trente ans d'économie marocaine, Paris, CNRS Éditions.

El Malki H. et Doumou A., 1989, "L'interventionnisme de l'État marocain à l'épreuve de l'ajustement", Annuaire de l’Afrique du Nord 1987, pp. 283-298.

Elias N., 1974, La société de cour, Paris, Calmann-Lévy.

Elias N., 1991, La société des individus, Paris, Fayard.

Ferrié J.-N. et Santucci J.-Cl. (dir.), 2000, "L’utilisation de la morale en politique. Exemples égyptiens et marocains", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 167, janvier-mars.

Geertz C., 1992, Observer l'Islam. Changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, Grasset.

Geertz C., 1978, "The Bazaar Economy : Information and Search in Peasant Marketing", American Economy Review, vol. 68, n° 2, pp. 28-32.

Geertz C., 1992, Observer l’islam : changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte.

Gellner E., 1969, Saints of Atlas, Londres, Weidefeld & Nicolson.

Giddens A., 1987, La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, (trad. de l'anglais par M. Audet), Paris, PUF.

Hibou B., 1996, L'Afrique est-elle protectionniste ? Les Chemins buissonniers de la libéralisation extérieure, Paris, Karthala.

Hibou B., 1998, "Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne. Du catéchisme économique au fait (et méfait) missionnaire", Études du CERI, n° 39, pp. 1-44.

Hibou B. et Martinez L., 1998, "Le partenariat euro-méditerranéen : un mariage blanc ?", Études du CERI, n° 47, pp. 1-37.

Hirschman A. O., 1980, Les passions et les intérêts, Paris, PUF.

Hirschman A. O., 1991, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard.

Jessop B., 1978, "Capitalism and Democracy : the best political shell ?", in G. Littlejohn, B. Smart et J. Wakeford (eds.), Power and the State, Londres, Croom Helm.

Jessop B., 1979, "Corporatism, Parliamentarism and Social Democracy", in Ph. Schmitter et G. Lehmbruch (eds), Trends toward Corporatist, intermediation, London, Sage.

Kenbib M., 1996, Les protégés : contribution à l'histoire du Maroc, Rabat, faculté des Lettres et des Sciences humaines.

Laurent M. et Denœux G., 1996, "Campagne d'assainissement au Maroc : immunisation du politique et contamination de la justice", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 154, oct.-déc., pp. 125-135.

Leveau R., 1976, Le fellah défenseur du trône, préface de M. Duverger, Paris, Presses de la FNSP.

Lipset S.-M., 1959, "Some Social Requisites of Democracy. Economic Development and Political Legitimacy", American Political Science Review, 53, (2), pp. 69-105.

Miège J.-L., 1960-1963, Le Maroc et l'Europe 1830-1894, 4 vol. dont l'un de bibliographie, Paris, PUF.

Moore C. H., 1989, "Les enjeux politiques des réformes bancaires au Maghreb", Annuaire de l’Afrique du Nord 1987, pp. 247-265.

O'Donnell G. et Whitehead L. (dir.), 1986, Transitions from Authoritarian Rules. Prospects for Democracy, Baltimore and London : the Johns Hopkings University Press, 4 vol.

Offe C., 1992, "Vers le capitalisme par construction démocratique. La théorie de la démocratie et de la triple transition en Europe de l'Est", Revue française de science politique, vol. 42, n° 6, pp. 922-942.

Polanyi K., 1944, La grande transformation, Paris, Gallimard (éd. 1983).

Przeworski A., 1991, Democracy and the Market. Political and Economic Reforms in Eastern Europ and Latin America. Studies in Rationality and Social Change, Cambridge, CUP.

Roussillon A., 1999a, "Un Maroc en transition : alternance et continuités", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 164, pp. 3-8.

Roussillon A., 1999b, Réforme sociale et identité. Essai sur l'émergence de l'intellectuel et du champ politique modernes en Égypte, Casablanca, Le Fennec.

Saïdi S., 1989, Les groupes financiers au Maroc, Rabat, Okad.

Sainsaulieu R., 1990, L'Entreprise : une affaire de société, Paris, Presses de la FNSP.

Santucci J.-C. (dir.), 1992, Le Maroc actuel, Paris, CNRS Éditions.

Schmitter Ph. et Grote J.-R., 1997, "The corporatist Sisyphus : Past, present and future", IUE Working Papers, Florence : Institut universitaire européen.

Schmitter Ph., 1989, "Corporatism is dead ! Long live corporatism. Reflections on A. Shonfield's Modern Capitalism", Government and Opposition, vol. 24, pp. 54-73.

Schmitter Ph., 1979, "Still the centuary of Corporatism ?" in Ph. Schmitter et G. Lehmbruch (dir.), Trends toward Corporatist Intermediation, London, Sage.

Ségrestin D., 1984, Le phénomène corporatiste. Essai sur l'avenir des systèmes professionnels fermés en France, Paris, Fayard.

Swedberg R., 1994, Une histoire de la sociologie économique, préf. de A. Caillé (trad. de l'anglais par L. This), Paris, Desclée de Brower.

Tangeaoui S., 1993, Les entrepreneurs marocains. Pouvoirs, société et modernité, Paris, Karthala.

Thompson E.-P., 1963, La formation de la classe ouvrière anglaise (présentation de M. Abensour, trad. de l'anglais par G. Dauvé, M. Golaszewski et M.-N. Thibault), Paris, EHESS-Gallimard-Le Seuil (éd. 1988).

Tocqueville A., 1881, De la Démocratie en Amérique, Paris, Flammarion (1ère éd. 1835).

Topalov Ch., 1994, Naissance du chômeur, 1880-1910, Paris, Albin Michel.

Tozy M., 1998, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de la FNSP.

Vairel F., 2000, "Une histoire sans morale ? Remarques à propos du cas Benabderrazik", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 167, janvier-mars, pp. 49-56.

Waterbury J., 1975, Le commandeur des croyants. La monarchie marocaine et son élite, (trad.), Paris, PUF.

Notes

1 La conception dominante du développement, promue par les institutions financières internationales depuis près de trente ans, s'articule autour de deux axes principaux : la stabilisation macroéconomique et la négociation de la dette avec le FMI et l'ajustement structurel des économies nationales négocié avec la Banque mondiale en échange de prêts dits "d'ajustement structurels", destiné à assurer sur le long terme ce que la stabilisation macroéconomique doit assurer sur le court terme. Fondées sur des analyses macro-économiques, monétaires et néo-libérales, ces réformes reposent donc sur l'idée d'une régulation économique et sociales par le marché. Il s'agit de préserver les équilibres macroéconomiques (et se préoccuper de la question de la dette) ; favoriser le marché (en dérégulant et flexibilisant le marché) ; réinsérer les économies nationales dans les marchés mondiaux (par le biais d'accords, de conventions, de la construction de marchés régionaux, de zones économiques régionales) ; réformer le rôle de l'État (privatisation, réformes fiscales, contraction des dépenses publiques, suppression des subventions à la consommation).

2 M. Catusse, 1999a.

3 La perspective très ancienne (cf. A. de Tocqueville, K. Marx, ou J. Schumpeter) a été remise à l’ordre du jour par l’analyse des transitions "démocratiques" (par exemple : A. Przeworski, 1991 ; C. Offe, 1992).

4 Les analyses utilitaristes des transitions dites "démocratiques", qui à partir des cas sud-américains, et de l'exemple de changement pacifique de régime en Espagne (B. Bazzana, (2000) - qui fait lieu de modèle implicite pour la monarchie marocaine – mettent l'accent sur le rôle stratégique des différentes élites en place, notamment économiques, dans la gestion des déstabilisations engendrées par la libéralisation économique (A. Przeworski, 1991, G. O'Donnell, Ph. Schmitter et L. Whitehead, 1986).

5 Les théories classiques du Makhzen, du système politique marocain dans ce qu’il aurait de spécifique (voire de culturel), sont solidement ancrées dans une tradition dominée par l'héritage de l'anthropologie segmentaire (C. Geertz, 1992, E. Gellner 1969)) et par les deux ouvrages de R. Leveau (1976) et de J. Waterbury (1975). Des travaux plus récents, notamment ceux de M. Tozy (1999) etc., ont souligné, s'il en était besoin, l'intérêt de poursuivre ces recherches, dans une société caractérisée par une explosion démographique, un exode rural, des dynamiques de migration, un accroissement du chômage, etc. En particulier, l'idée de tensions à l'immobilisme et à la reproduction, donc de l'inanité du changement (A. O. Hirschman, 1991), doit être prise au sérieux pour être discutée. À travers ces analyses structurelles, les stratégies des acteurs s'avèrent vaines et inutiles, toutes dominées quelles sont par des logiques structurelles et par la concentration des différents pouvoirs par le palais.

6 En 1973, le dahir de marocanisation avait mis un frein à l'investissement étranger en obligeant les sociétés étrangères sur le territoire marocain, souvent présentes depuis la période du protectorat, à céder 50 % de leur capital et le poste de présidentdirecteur général à des nationaux. Cf. M. Saïdi, 1989 ; N. El Aoufi, 1990.

7 Voir : "Bilan décennal du Programme d'ajustement structurel et perspectives de l'économique marocaine", Annales marocaines d'économie, n° spécial 1994. Voir aussi, pour sa perspective comparatiste, l'étude de Ch. Morisson et J.-P. Azam (1994), qui présente le Maroc comme le bon élève en matière de stabilisation économique.

8 Le ratio du service de la dette extérieure avant rééchelonnement par rapport aux recettes extérieures courantes sur le PIB est passé de 71 % en 1986 à 45 % en 1990.

9 H. El Malki et A. Doumou, 1989.

10 Idem, p. 285.

11 Idem, pp. 289-290.

12 Voir Annexe 1.

13 À titre de comparaison, E.-P. Thompson, 1963, L. Boltanski, 1983, ou Ch. Topalov, 1994.

14 Suite aux accords de libre échange avec l'Union européenne, le gouvernement marocain, comme le gouvernement tunisien, a entrepris un vaste programme de restructuration de son secteur privé et de son environnement institutionnel sous l'appellation de "mise à niveau globale" (at-tâ'hyl ach-châmil), en partie financé par le programme MEDA. Au-delà, en Tunisie comme au Maroc, la "mise à niveau" est devenue le leitmotiv de l'ensemble des réformes, encouragé en cela par les bailleurs de fond internationaux : "mise à niveau de la justice", "mise à niveau de l'administration", "mise à niveau de l'éducation", etc. (M. Camau, 1997, p. 15).

15 Cf. A. Desrosières et L. Thévenot, 1988. Voir aussi : B. Duriez, J. Ion et M. Pinçon-Charlot, 1991.

16 Les statistiques de la direction marocaine des statistiques (notamment à partir du recensement national de 1994 ou celles des instances internationales (telles que la Banque mondiale ou l'Union européenne, à supposer qu'on puisse considérer les chiffres qu'elles produisent comme des statistiques), constituent autant de discours normatifs. C'est tant le chiffre que les conditions dans lesquelles il a été produit, le sens et les représentations qu'il sous-tend, qui sont ici en cause : de quelle façon est "catégorisé" le "groupe social" des entrepreneurs ? À ce sujet, la réflexion de A. Desrosières (1993) sur l'usage des chiffres en sciences sociales, sur le statut de ces productions chiffrées, sur leur histoire, qui sollicitent à la fois une visée de vérité et une visée d'action, est particulièrement éclairante.

17 L’Office chérifien des phosphates est l'entreprise publique phare du Maroc, dont l'économie s'est développée – jusqu'à l'effondrement des cours du phosphate dans les années 1970 – autour de l'exploitation de ces ressources minières.

18 La campagne d'assainissement fut menée à partir du 24 décembre 1995, par le ministre de l'Intérieur et des "brigades économiques et financières" créées pour l'occasion : elle consistait officiellement en une lutte contre la contrebande, le trafic de drogue et certaines dérives de la vie politique (par le biais de la mise en cause d'élus locaux au travers d'audits de l'inspection des finances sur de petites localités). Voir, par exemple, M. Laurent et G. Denœux, 1996.

19 H. G., "L'homme en colère", La Vie Économique, 09/01/98, p. X.

20 Sur une analyse de ces discours et de leurs raccourcis, de la Banque mondiale ou de l'Union européenne, je renvoie, par exemple, aux travaux de B. Hibou (1998) et B. Hibou et L. Martinez (1998).

21 . Trois mois après les élections et ne disposant que d'une faible majorité dans une seule des deux chambres, est nommé pour la première fois un gouvernement "d'alternance", dirigé par le secrétaire général de l’USFP, A. Youssoufi. Cet événement suscita de réels espoirs, ainsi que des controverses plus feutrées. Les ministères de souveraineté, Intérieur, Défense, Affaires étrangères, Affaire religieuses, restent aux mains de leurs détenteurs antérieurs, proches du palais.

22 . Kh. Hachimi Idrissi, "Karim Lamrani prend la justice en otage", Maroc Hebdo International, n° 308, 31 janvier.

23 . La presse et notamment la presse économique s'est très sensiblement développée au Maroc au cours des années 1990. Un inventaire réalisé en 1995 dénombrait 17 revues économiques en langue arabe et 50 en langue française, dont 17 seulement avaient été créées avant 1990. Des titres tels que l'Économiste ou la Vie économique ont incontestablement dynamisé le débat public avant la création, à la fin de la décennie, de journaux tels que Le Journal, Assahifa ou Demain, dirigés d'ailleurs par de jeunes boursicoteurs ou spécialistes des dossiers économiques. Cf. Radioscopie de la presse marocaine, Cahiers de la documentation marocaine, n° 2, 1995.

24 Cf. Annexe 1.

25 Sur le recours à la morale pour dépolitiser le débat, je me permets de renvoyer au numéro collectif de Monde arabe-Maghreb-Machrek, 2000, n° 167, dirigé par J.-N. Ferrié et J.-Cl. Santucci.

26 Le discours figure en exergue de la loi de privatisation.

27 Analysant les slogans diffusés au début de l'opération et les discours des principaux protagonistes, J.-Ph. Bras (1995) a montré que le discours sur les privatisations "révèle des mutations dans les registres sur la légitimation au Maroc", au profit de la promotion d'une nouvelle trilogie : la Nation, l'État et l'Entreprise. Voir aussi J.-P. Cassarino, 1999.

28 « J'ai la certitude que les privatisations sont l'avenir du Maroc et un nouveau souffle pour l'économie marocaine. Alors il faut exploiter le succès et le capital de confiance qu'accorde le public à mon personnage de Haj, considéré comme un héros », dans M. Chaoui, "Polémique autour du spot sur les bons de privatisation", L'Économiste, n° 207, 07/12/1995.

29 Ministère du secteur public et de la privatisation, Guide des privatisations, p. 3.

30 Je me permets ici de renvoyer, pour plus de détails sur les différentes opérations, au chapitre 1 de ma thèse (M. Catusse, 1999a).

31 L’opposant, M. Diouri (1992) utilise l'expression de "perle de la couronne" à propos du groupe.

32 Idem.

33 Que les Media ont rapidement appelé le "Roi des pauvres".

34 A. Yassine, "À qui de droit ?", mémorandum adressé à Mohamed VI en janvier 2000.

35 Pour une définition classique du concept : Ph. Schmitter, 1979, p. 13.

36 Sur l’institutionnalisation de la CGEM, cf. M. Catusse, 2000c.

37 Ainsi, le Rapport sur le développement du monde de la Banque mondiale (1997), préconise de « Revivifier les institutions », notamment par le biais d'une « consultation et un partenariat plus large » qui permettrait « à la société civile, aux syndicats et aux entreprises privées d'apporter leur contribution et d'exercer un droit de regard ».

38 Par exemple, sans compter l’importance croissante de l’économie informelle et du travail précaire, selon la direction de la Statistique, 22,9 % de la population active urbaine était au chômage en 1995 et 18,1 % en 1996. D'après le recensement général de 1994, le nombre de chômeurs urbains entre 1982 et 1994 aurait plus que doublé. En 1998, ils seraient 1,3 million de personnes, sur une population active de 8,3 millions. La situation réelle est beaucoup plus alarmante, notamment en milieu urbain où le chômage atteint les 16 %.

39 Voir par exemple M. Laurent et G. Denœux, 1996, et F. Vairel, 2000.

40 Il faudrait par exemple mieux se pencher sur l'investissement de la CGEM en terme de discours anti-corruption.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable