Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

III. Anciens et nouveaux acteurs

Les diplômés tunisiens formés à l’étranger sont-ils encore des élites ?

Vincent Geisser

Texte intégral

Diplômes étrangers et formation des élites nationales : l'essoufflement d'un mythe mobilisateur

  • 1 Asma Larif-Béatrix, 1988, p. 70.
  • 2 Sur la politique scolaire des réformistes, voir N. Sraïeb, 1991, p. 20.
  • 3 « Le décret du 26 décembre 1875 introduit de nouveaux enseignements obligatoires. S'il maintient l (...)
  • 4 Cf. dans N. Sraïeb, "La première génération d'étudiants tunisiens à Paris et à Istanbul", 1991, p. (...)

1Les diplômes acquis dans les universités occidentales ont toujours représenté en Tunisie un idéal d'ascension sociale et de progrès, notamment depuis l'ère réformiste du XIXe où « les nouveaux intellectuels en rupture avec l'ancien ordre politique et social, étaient éblouis et séduits par la prospérité économique et l'organisation politique de l'Europe »1, contribuant ainsi à marginaliser les filières dites traditionnelles et à imposer une nouvelle conception du savoir2. Si, au début, ce processus s'est traduit principalement par des réformes "internes" à l'Université islamique de la Zaytûna3 et par la mise en place de nouvelles institutions de formation basées dans le pays (création du collège Sadiki, des écoles francoarabes...), elle déboucha aussi sur l'envoi des premiers étudiants tunisiens dans des universités étrangères – essentiellement à Paris et Istanbul dans les années 18804 – qui constituèrent en quelque sorte les pionniers de la migration étudiante tunisienne. Ce phénomène migratoire allait devenir majeur après l'indépendance, le protectorat constituant plutôt une période transitoire au cours de laquelle les départs d'étudiants vers la métropole étaient peu nombreux.

Le modèle universitaire français : importation des filières, exportation des hommes

2Phénomène minoritaire, concernant quelques dizaines d'enfants issus de la petite bourgeoisie urbaine du Sahel ou des familles beldi-s de la capitale, cette expérience de la migration universitaire en Europe n'en imprégnera pas moins les esprits des leaders nationalistes – Habib Bourguiba le premier – qui s'inspirèrent très largement de l'enseignement supérieur européen et, en particulier du "modèle universitaire français", pour jeter les bases d'une Université nationale et moderne. Dès lors, le sort du système universitaire tunisien se trouvait inévitablement lié à celui de l'Université française tant pour le recrutement des enseignants (les coopérants) que pour la formation des premiers étudiants (600 inscrits recensés en 1956-1957) et des futurs formateurs tunisiens, appelés à remplacer progressivement les professeurs étrangers :

  • 5 F. Siino, 2000, p. 77.

« Ce choix d'un modèle "hérité" de l'ancienne puissance colonisatrice préfigure une familiarité avec le modèle français qui ira en s'approfondissant lorsque s'établiront d'intenses flux d'hommes traversant dans les deux sens la Méditerranée. Plus encore que les emprunts institutionnels, ce sont en effet ces hommes qui porteront avec eux des valeurs, des normes, des habitudes qui contribueront à façonner le système universitaire tunisien pour de nombreuses années. »5

3Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le double processus de tunisification et de nationalisation de l'enseignement supérieur s'accompagna également d'une intensification des flux d'étudiants vers l'ancienne métropole qui contribua à créer une situation de quasidépendance intellectuelle et structurelle à l'égard du "modèle universitaire français", les départs vers les universités du Machrek (Égypte, Irak, Syrie...) ne touchant plus qu'une minorité d'étudiants zaytûniens marginalisés et "rejetés" par le système d'enseignement moderne :

  • 6 Témoignage de Rachid G., ancien étudiant tunisien au Caire et à Damas dans les années 1960, entret (...)

« À La Zitouna, j'appartenais à la génération marginalisée car le français dominait. J'avais conscience de cette marginalisation. L'indépendance a été un choc pour moi. Je voulais être ingénieur. Je ne voulais pas faire du droit. Je voulais être ingénieur pour apporter le progrès à ma famille. Après La Zitouna, j'avais le choix entre le droit en arabe et la théologie en arabe. C'étaient les deux possibilités. Mais je n'en voulais pas. J'ai vécu la marginalisation. Je voulais changer. J'avais vraiment conscience : c'était pénible ! J'ai cru que je n'étais pas dans mon pays. J'ai vécu l'exil dans mon propre pays. Je me sentais étranger dans mon propre pays. En 1964, j'ai décidé de partir au Caire. »6

4Cette priorité donnée à la coopération universitaire avec l'ancienne puissance coloniale se manifesta clairement dans la politique tunisienne d'attribution des bourses d'études, puisque la quasi-totalité des aides publiques pour partir à l'étranger était réservée aux étudiants inscrits dans les universités françaises, les étudiants émigrés dans l'Orient arabe, devant se contenter des subsides familiaux et des bourses souvent modestes des gouvernements machrékins. Aussi, si les diplômes étrangers constituèrent bien un mythe mobilisateur aux lendemains de l'indépendance de 1956, encore faut-il préciser que cette tendance concernait exclusivement les titres universitaires français et européens, les diplômes acquis dans les universités arabes faisant, eux, l'objet d'une dévalorisation totale, voire même d'une dénégation de la part des autorités tunisiennes qui les traitaient avec suspicion, rechignant à leur délivrer des équivalences. Les couches moyennes et supérieures de la population tunisienne adhérèrent, en grande partie, à ce mythe éducatif bourguibien délaissant les destinations orientales au profit des perspectives de promotion sociale rapide qu'offrait le passage par les universités françaises. Les vieilles familles beldi-s de la capitale (les Ben'Achour, Chérif, Mestiri, Mohsen, Turki, Mbaza...), issues de l'enseignement traditionnel et/ou des écoles franco-arabes, suivirent largement ce mouvement d'occidentalisation de l'enseignement supérieur en choisissant d'envoyer leur progéniture étudier à Paris, Aix-en-Provence, Grenoble, Bordeaux ou Toulouse... Quant aux étudiants issus des couches populaires de l'intérieur du pays (Le Kef, Bizerte, Kasserine, Kairouan, Gabès...), ils profitèrent également de cette mobilité sociale par l'école en s'inscrivant dans la nouvelle université tunisienne conçue sur le "modèle français" (l'Université du 9 avril à proximité de la Kasbah) ou en émigrant à l'étranger : il n'était pas rare dans les années 1960, 1970 et 1980 de recenser parmi les étudiants tunisiens émigrés en France des individus issus de familles modestes (enfants de fellah ou de 'oumel) qui parvenaient, malgré tout, à financer leurs études à l'étranger par le biais des bourses étatiques et des "petits boulots" dans la restauration, le gardiennage ou par des vacations dans l'enseignement et la recherche.

Une configuration élitaire relativement homogène

  • 7 F. Siino, 2000, pp. 77 sq.

5Le contexte de pénurie en cadres supérieurs et en enseignants au moment de l'indépendance a donc favorisé une gestion quantitative7 des flux d'étudiants vers l'ancienne métropole au détriment d'une planification précise des besoins en formation. Il est vrai que ce processus "mal contrôlé" était à l'époque largement encouragé par la France qui cherchait à instrumentaliser sa tradition d'accueil en matière universitaire comme une "carte" majeure de sa politique étrangère afin d'étendre son rayonnement culturel et intellectuel dans ses anciens pays colonisés :

  • 8 V. Simon, 2000, p. 246.

« Pour l'ancienne puissance coloniale, l'accueil et la formation des étudiants maghrébins doivent être la preuve de "sa générosité" et de sa bonne volonté à aider les jeunes États indépendants dans leur lutte pour le développement. C'est dans cette perspective qu'elle encourage leur venue à travers l'attribution de bourses de coopération et en les faisant bénéficier de mesures exceptionnelles et dérogatoires pour leur inscription dans l'enseignement supérieur français. »8

  • 9 É. Hélin, 1997.

6Si cette gestion globale et quantitative des flux d'étudiants ne fit l'objet à l'époque d'aucune critique, c'est parce qu'elle reposait sur une combinatoire d'intérêts, certes, hétérogènes, mais cohérents : la France y trouvait son compte en maintenant son influence intellectuelle et économique en Tunisie, les autorités tunisiennes faisaient prendre en charge une partie du coût élevé de la formation supérieure par l'ancienne puissance coloniale et les familles tunisiennes y voyaient un "ressort de mobilité" rapide pour leurs enfants où les titres scolaires français étaient presque toujours synonymes de réussite professionnelle et de prestige social. Un tel système d'échanges universitaires et de formation a contribué incontestablement à accélérer le processus d'homogénéisation de ces nouvelles élites socio-économiques dans la jeune Nation tunisienne : au-delà des disparités de filières d'études (sciences humaines, sciences sociales, sciences fondamentales...), des villes universitaires d'accueil (Paris, Aix-Marseille, Toulouse....), des institutions fréquentées (facultés, Grandes Écoles, instituts supérieurs...) et des origines sociales et régionales, ces nouvelles élites issues de l'enseignement supérieur français partageaient un même système de valeurs (foi au progrès et au développement), des références idéologiques communes (marxisme, socialisme, tiersmondisme...), des pratiques matrimoniales quasi-identiques (l'exogamie comme règle) et surtout une certaine vision de la mobilité sociale par l'accroissement de l'emprise du secteur public sur la société. D'une certaine manière, on peut parler d'une configuration élitaire mue par des logiques communes où les divergences idéologiques, culturelles et axiologiques apparaissent comme mineures au regard des facteurs de cohésion. Qu'elles soient proches des milieux néo-destouriens (parti unique) ou militantes dans des groupes "contestataires" (communistes, Perspectivistes, maoïstes ou nationalistes arabes), ces élites formées par l'Université française fréquentent les mêmes réseaux socioprofessionnels, véhiculent les mêmes types de sociabilité (un élitisme teinté d'une certaine critique du conservatisme social) et finissent par imposer des codes socioculturels communs à l'ensemble de la société tunisienne (en apparence du moins). Mais à la différence du Maroc et surtout de l'Algérie, le processus de formation des premières élites post-indépendance ne se fonde pas sur une dichotomie rigide entre "francophones" et "arabophones", dans la mesure où non seulement la langue arabe a été largement maintenue comme langue de référence en Tunisie, mais aussi parce que, dès le départ, les élites monolingues ont été rapidement marginalisées par la suppression des filières dites traditionnelles (à l'exception de la magistrature, où l'on dénombrait encore d'anciens zaytûniens)9. En ce sens, la force du bourguibisme a été de promouvoir avec un certain succès des référentiels sociétaux qui se sont imposés à l'ensemble des nouvelles élites sorties de l'Université "moderne", y compris celles qui ne se reconnaissaient pas totalement dans le régime néo-destourien. Dans ce processus d'homogénéisation socioculturelle et idéologique, l'enseignement supérieur français, via l'importation des modèles éducatifs ou des migrations étudiantes, a sans aucun doute jouer un rôle non négligeable. Sans aller jusqu'à parler d'élites tunisiennes francophones et occidentalisées (le Hiz el França), force est d'admettre que ces nouveaux promus se sentaient appartenir à un "même monde" et que ce puissant sentiment d'identification a été à l'origine d'un modèle de mobilité sociale qui suscitait l'admiration des autres pays arabes. Mais à partir du milieu des années 1980, ce "modèle tunisien" d'ascension sociale s'est trouvé remis en cause sous l'effet conjugué de plusieurs facteurs.

Banalisation des diplômes français et dilution des solidarités élitistes

7D'abord, les autorités françaises qui s'étaient montrées jusque là "généreuses" en terme d'accueil des étudiants maghrébins se sont orientées progressivement vers une politique sélective et les étudiants tunisiens vont bientôt faire figure de "parias" au sein de l'Université française, soumis à toutes sortes de tracasseries administratives (visas d'études, obligation de pré-inscription, test linguistique...) :

  • 10 V. Geisser et A. Latreche, 2001, p. 88.

« Aux différentes mesures restreignant l'accès des étudiants africains et maghrébins aux universités françaises et limitant les possibilités de séjour après leurs études, se surajoutent des discours sécuritaires visant à stigmatiser leur présence (l'Université française serait malade de ses étrangers) et surtout leur "tentation" à s'insérer professionnellement dans la société d'accueil (les diplômés étrangers contribueraient à aggraver le chômage des jeunes). Dès lors, les discours politiques et gouvernementaux vont se cristalliser sur la question du devenir des étudiants africains et maghrébins en France et le thème du non-retour sera instrumentalisé afin de légitimer un changement de la politique d'accueil, avec parfois des accents tiers-mondistes (problématique du co-développement) : à quoi bon continuer à accueillir des étudiants africains et maghrébins qui ne reviendront jamais chez eux et qui, de plus, coûtent cher à leurs États d'origine ? »10

  • 11 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999, p. 20.

8Ensuite, parce que les investissements publics dans l'éducation (un tiers du budget de l'État tunisien) ont commencé à porter leurs fruits et les filières d'études à l'étranger sont entrées directement en concurrence avec des filières nationales et locales : pour de nombreuses disciplines et cycles d'études qui peuvent désormais se préparer sur place (en Tunisie), les départs à l'étranger ne sont plus considérés comme utiles et légitimes. Les autorités tunisiennes vont alors progressivement délaisser leur gestion quantitative des départs pour une conception qualitative et sélective des flux étudiants vers la France : l'objectif n'est plus de former massivement et rapidement des diplômés, comme dans les années 1960-1970, mais de redéployer la formation supérieure vers des objectifs dits "stratégiques", adaptés aux contraintes de l'économie de marché et au contexte de globalisation des échanges11 :

  • 12 V. Geisser, 2003

« Il s'impose progressivement une nouvelle doctrine éducative – les spécialistes des politiques publiques diraient un "nouveau référentiel" – qui produit des retombées directes sur les objectifs assignés à la formation à l'étranger : priorité à l'enseignement extra-facultaire (instituts supérieurs et grandes écoles), aux cursus finalisés et aux formations scientifiques offrant des débouchés industriels probants. »12

  • 13 Anousheh Karvar, 2000, pp. 179-192.
  • 14 Pierre Vermeren, 2000, pp. 193-205.

9En ce sens, les diplômes français se sont généralisés au sein de la société tunisienne et cette généralisation a provoqué une certaine banalisation des titres scolaires acquis dans les universités de l'ancienne métropole. Une fois banalisés, les diplômes français ne sont plus susceptibles d'être porteurs d'une identité structurante et les clivages socioculturels d'avant l'indépendance tendent à reprendre le dessus sur le puissant sentiment d'appartenir à un "même milieu élitiste". Tant qu'ils n'étaient que quelques centaines d'individus à se prévaloir d'une trajectoire universitaire proche et/ou identique, les diplômés tunisiens de France apparaissaient comme un groupe soudé sur les plans social, culturel, économique, voire même idéologique. Avec la démultiplication des titres français, la force de cohésion du groupe se trouve remis en question et la simple "identité française" de leur diplôme ne suffit plus à créer un sentiment d'identification et de solidarité : quoi de commun, en effet, entre un licencier en lettres d'une faculté de la province française et un élève tunisien de l'École Polytechnique de Paris13 ? La hiérarchie des diplômes et des filières finit en quelque sorte par reprendre ses droits sur la "communauté" de destination d'études, à un tel point que certains diplômes français sont désormais traités avec suspicion par les autorités tunisiennes qui accusent quelques universités de l'Hexagone de délivrer des titres de complaisance. Aussi, l'identité française des formations universitaires n'est-elle plus facteur d'homogénéisation des élites tunisiennes mais, au contraire, facteur de différenciation, voire même de compétition au sein des nouvelles hiérarchies socio-professionnelles, sans oublier certains diplômes locaux préparés en Tunisie qui acquièrent une notoriété auprès des employeurs privés et publics (École des hautes études commerciales de Tunis, École supérieure de Gestion, École Polytechnique de Tunis...) et qui prétendent rivaliser directement avec les formations européennes.14

10À ce phénomène de dilution-banalisation de l'identité française ou européenne des diplômes universitaires, se surajoutent, enfin, les effets de la crise économique et des politiques d'ajustement structurel. Si jusqu'au début des années 1980, la possession d'un titre universitaire français donnait un droit d'accès quasi-automatique à l'élite politico-administrative ou aux professions de l'enseignement (secondaire et supérieur), ce droit est remis en cause par l'émergence du chômage des diplômés (environ 15 0000 chômeurs diplômés en 1999) et les places dans le secteur public (fonctionnariat) et parapublic (entreprises nationales, banques, assurances...) deviennent de plus en plus difficiles à obtenir : l'automaticité diplômes universitaires/emploi qualifié tend à disparaître à la fin des années 1980 au profit d'un examen scrupuleux des qualifications, des spécialisations et surtout des universités d'origine. Ainsi, certains diplômés de France connaîtront un processus de déqualification socioprofessionnelle comparable aux diplômés locaux, leurs titres étant ramenés à leur "juste valeur sociale", sans qu'ils puissent se prévaloir d'une quelconque supériorité des diplômes français sur les diplômes tunisiens.

  • 15 Sur les aspects méthodologiques et les modalités précises de construction de l'échantillon d'enquê (...)

11L'ensemble des ces évolutions tend à accréditer l'hypothèse de l'essoufflement de ce puissant mythe mobilisateur que représentait la conquête de titres scolaires étrangers (majoritairement français et européens), dont la principale traduction sociale et politique était une relative homogénéité des élites tunisiennes sorties de l'Université. Aujourd'hui, nous sommes davantage en présence d'un phénomène de segmentation socioculturelle affectant les diplômés universitaires qui contribue à accélérer non seulement un processus d'hétérogénéisation des élites mais aboutit aussi à une quasi-impossibilité de parler d'"élites" à propos de certains diplômés universitaires victimes d'un processus de déqualification sociale. Pour illustrer cette hypothèse, nous nous appuierons sur une enquête personnelle (S. Ben Sedrine, V. Geisser, IRMC-INTES) conduite en Tunisie entre 1997 et 1999 auprès de 625 diplômés tunisiens formés à l'étranger au cours des années 1990.15

Un processus d'hétérogénéisation des "élites scolaires" : réactivation d'anciens clivages, émergence de nouveaux enjeux de différenciation

  • 16 Nous avons choisi de rendre compte des principaux résultats de notre enquête IRMC-INTES en nous at (...)

12Notre objectif est de mettre en évidence les grandes tendances relatives à la structure des flux de diplômés tunisiens de l'étranger dans les années 1990, en nous arrêtant plus particulièrement sur leurs milieux sociaux de recrutement, leurs origines régionales et les effets différentiels des trajectoires sur leur processus de réinsertion au moment du retour définitif dans le pays d'origine (la Tunisie)16. Les données de notre enquête IRMC-INTES nous conduisent à nuancer une interprétation individualiste-méthodologique du "choix" des destinations d'études, en montrant que ce "choix des pays de formation" est largement conditionné par les origines socioculturelles et les origines régionales des diplômés tunisiens.

Diversification des destinations d'études : logiques classistes, logiques régionalistes

13En apparence, les milieux sociaux de recrutement des diplômés tunisiens de l'étranger dans les années 1990 sont relativement homogènes : on observe une surreprésentation des enfants issus des catégories socioprofessionnelles (CSP) cadres supérieurs/professions libérales (18,3 %) et cadres moyens/techniciens supérieurs (11 %). On relève également une assez forte représentation des enfants issus des milieux de l'artisanat et du commerce (11 %). En revanche, les individus issus des couches populaires et du petit paysannat sont faiblement représentés parmi les diplômés tunisiens de l'étranger : enfants de salariés agricoles (1,1 %), de manœuvres (1,4 %) et d'ouvriers (6,8 %). L'ensemble de ces résultats tendraient à confirmer la relative homogénéité sociale du groupe "diplômés de l'étranger" qui se recrutent principalement dans les classes moyennes supérieures et les couches aisées de la population tunisienne.

14Mais cette hypothèse d'homogénéité des milieux sociaux de recrutement doit être nuancée, voire même réfutée, dès lors qu'on se livre à une comparaison entre les différentes destinations d'études. En effet, la distribution sociale par pays de formation fait apparaître une série de clivages majeurs sur lesquels il convient de s'arrêter (cf. Tableau 1), car la France n'est plus désormais la seule destination d'études des diplômés tunisiens. Depuis le milieu des années 1970, on constate une forte croissance des flux horizontaux qui se traduit par une émigration des étudiants tunisiens dans les autres pays du Maghreb (Algérie et Maroc essentiellement). Or, ce processus de diversification des pays de formation tend à renforcer également le processus d'hétérogénéisation des milieux sociaux de recrutement.

Tableau 1. Les principaux pays de formation des diplômés tunisiens dans les années 1990

PAYS DE FORMATION

EN %

France

31,8

Maroc

19,7

Algérie

12,3

Mauritanie

5,8

Libye

1,3

Sous-total pays de l'UMA

39,1

Autres pays arabes

10,8

Europe de l'Ouest

6,3

Anciens pays socialistes

6,3

Amérique du Nord

4,3

Autres pays

0,7

Total

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

15Les diplômés tunisiens formés dans l'ancienne puissance coloniale appartiennent davantage aux couches sociales favorisées, comme les professions libérales (avocats, médecins, experts-comptables...), les cadres supérieurs de la fonction publique ou du secteur privé et plus marginalement les professions intermédiaires et les cadres moyens. La France apparaît surtout comme la destination de formation des classes moyennes supérieures et des catégories sociales aisées, excluant aujourd'hui les diplômés issus des milieux populaires, comme les enfants d'ouvriers (3,3 %) et les enfants de fellahs (3,8 %), sans parler des enfants de manœuvres et de khamissat (journaliers) qui y sont quasiment absents (0,5 %) (cf. tableau 2).

16À l'opposé, les pays du Maghreb attirent une population étudiante tunisienne bien typifiée sur le plan des origines familiales et sociales, à savoir les enfants de petits et moyens exploitants agricoles de l'intérieur du pays (environ 19 %) et aussi les enfants issus de familles de l'artisanat et du commerce (12 %).

17D'une certaine manière, on peut dire que l'émigration étudiante vers le Maghreb est surtout marquée par la ruralité et l'appartenance à l'économie "traditionnelle" alors que l'émigration vers la France, et d'une manière générale vers les pays européens, se caractériserait plutôt par l'ancrage dans le monde urbain de la fonction publique et des professions libérales. En somme, la segmentation des flux de diplômés de l'étranger ne se fait pas tant sur l'opposition entre enfants de l'élite/enfants des classes populaires que sur un clivage interne aux élites tunisiennes, avec d'un côté, les élites urbaines et littorales (la "Tunisie utile") et de l'autre, les élites de l'intérieur du pays (la "Tunisie rebelle"). Sans tomber forcément dans un cliché orientaliste, force est d'admettre que l'on voit réémerger à travers la composition socioculturelle des flux d'étudiants à l'étranger, un ancien clivage qui a longtemps caractérisé la Tunisie précoloniale et qui a été amplifié durant la colonisation française, clivage que l'on croyait pourtant en voie de d'extinction, grâce à la nouvelle politique benaliste de lutte contre les "zones d'ombre".

Tableau 2. Les origines sociales des diplômés tunisiens formés à l'étranger selon les destinations d'études

PROFESSION DU PÈRE (CSP)

Diplômés tunisiens de France (%)

Diplômés tunisiens du Maghreb (%)

Petit exploitant agricole

3,8

11,1

Exploitant agricole moyen

6

7,4

Grand exploitant agricole

2,7

4,6

Salarié agricole

2,7

0,5

Artisan-commerçant

9,8

12

Industriel- gros commerçant

4,3

4,6

Profession libérale -cadresupérieur

28,3

15,7

Cadre moyen -technicien supérieur

14,1

9,3

Employé

4,9

8,8

Ouvrier

3,3

6,5

Manœuvre

0,5

1,9

Autre

19,6

17,6

Total

100

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

18Or, non seulement ce clivage semble persister mais, en plus, il continue à produire des effets substantiels sur les stratégies scolaires des familles tunisiennes :

  • 17 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2001, p. 122.

« En fait, à travers l'hétérogénéité culturelle et sociologique des flux d'étudiants, on découvre les différentes facettes de la Tunisie d'aujourd'hui : l'une ouverte sur l'Europe et le monde occidental (le triangle Tunis-Sousse-Sfax), l'autre davantage tournée vers les pays arabomusulmans (Le Kef, Kairouan, Kasserine, Gafsa.... »)17

19Ce panorama des différents pays de formation serait incomplet, s'il l'on n'évoquait pas les nouvelles destinations universitaires attractives qui tendent à mobiliser les groupes sociaux bénéficiaires de la politique de libéralisation économique et de l'infitah (ouverture), à savoir les entrepreneurs privés et les grands commerçants : sensibles aux sirènes de la globalisation de l'économie, certaines familles tunisiennes, notamment dans la région de Tunis et de Sfax souhaitent orienter leurs enfants pour les études vers les pays anglo-saxons. Même si elles représentent un peu moins de 5 % des diplômés de l'étranger, ces destinations d'études occidentales autres que la France (USA, Canada, Allemagne...) tendent de plus en plus être valorisées par les nouvelles élites socioéconomiques tunisiennes qui très tôt encouragent leur progéniture à apprendre des langues étrangères au-delà de l'arabe littéraire et du français :

  • 18 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2001, pp. 26-27.

« Dans le contexte actuel de mondialisation économique, se développe une forme de fétichisation des titres universitaires des pays puissants, au détriment des destinations en perte de vitesse ou considérées comme tels. Face à la banalisation des diplômes français, la tendance des élites socio-économiques tunisiennes est d'aller chercher des diplômes toujours plus rares et toujours plus loin. »18

20Certes, il s'agit encore en Tunisie d'un phénomène encore mineur, mais l'attrait des élites entrepreunariales et libérales pour le "modèle anglo-saxon" est de plus en plus perceptible et pourrait à moyen terme concurrencer le recrutement "classique" des élites tunisiennes par les grandes écoles françaises. De plus, le développement et la légalisation ces dix dernières années de l'enseignement supérieur dit "libre" (instituts et facultés privés) devrait favoriser cette pénétration du modèle anglo-saxon, sans que les étudiants tunisiens soient obligés d'émigrer à l'étranger.

21Mais précisément quels sont les effets de ce processus de segmentation des destinations et des trajectoires universitaires sur les modes de réinsertion des diplômés tunisiens dans le pays d'origine ? C'est ce que nous allons voir maintenant en analysant la situation socioprofessionnelle des diplômés de l'étranger après leur retour en Tunisie.

Effets différentiels des diplômes étrangers sur le processus de réinsertion dans le pays d'origine : élites, sous-élites et diplômés précarisés

  • 19 Secteur public = fonction publique + entreprises publiques.

22Nous observons que la majorité des diplômés formés à l'étranger s'insèrent professionnellement grâce au secteur public (au sens large)19, dont 44,5 % deviennent fonctionnaires de l'État tunisien (cf. tableau 3).

23Cette distribution tend à prouver, qu'en dépit des discours politiques valorisant la libéralisation et la privatisation de l'économie, le secteur public reste le principal intégrateur des diplômés issus de l'enseignement supérieur, alors que le secteur privé concurrentiel est encore "à la traîne" en termes d'offres d'emplois. Ce poids de la culture du secteur public se fait ressentir surtout chez les diplômés tunisiens de France qui sont près de 60 % à intégrer ce secteur après leur retour au bled contre 40 % pour ceux formés dans les pays du Maghreb (Maroc et Algérie) :

  • 20 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2000, p. 235.

« En période de crise et de mutations économiques, le secteur public incarne plus que jamais les vertus de la stabilité sociale et de la réussite "à moindres risques". À l'opposé, le secteur privé continue à faire l'objet de préjugés négatifs (...), en dépit de la volonté de l'État tunisien d'encourager chez les jeunes diplômés l'esprit d'entreprise. »20

Tableau 3. Distribution des types d'employeurs des diplômés de l'étranger selon les pays de formation (en %)

TYPE D'EMPLOYEUR

Diplômés de France

Diplômés du Maghreb

Diplômes du reste du monde

Moyenne

Fonction publique

57,4

37,2

37,3

44,5

Entreprises publiques

3,2

7,1

2,4

4,3

Sous-total secteur public

60,6

44,3

29,7

48,8

Entreprises parentales

5,8

8,3

4,8

6,4

Entreprises tunisiennes non familiales

20,6

34,6

37,3

30,4

Entreprises étrangères

1,9

3,2

7,1

3,9

Entreprises à capital tuniso - étranger

5,2

2,6

6,3

4,6

Sous-total secteur privé

33,6

51,7

65,5

38

Non déclaré

5,8

7,1

4,8

5,9

Total

100

100

100

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

Tableau 4. Distribution des emplois occupés par les diplômés de l’étranger selon les pays de formation (en %)

PROFESSION

Diplômés de France

Diplômés du Maghreb

Diplômés du reste du monde

Moyenne

Enseignant

30,1

26,1

25,2

16,7

Chercheur, expert

16,7

3,2

12,6

10,7

Contrôleur de production

12,8

10,2

14,2

12,3

Directeur

7,7

10,2

11

9,5

Administrateur

4,5

12,1

5,5

7,5

Médecin, pharmacien

7,1

8,9

6,3

7,5

Comptable

4,5

7

5,5

5,7

Informaticien

4,5

3,2

5,5

4,5

Juriste

5,1

6,4

0

4,1

Agent commercial

2,6

4,5

3,9

3,6

Bibliothécaire

1,9

3,8

1,6

2,5

Assistant social ou médical

0

1,9

1,6

1,1

Non déclaré

2,6

2,5

7,1

3,9

Total

100

100

100

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

Tableau 5. Distribution des diplômés de l'étranger par groupe d'emplois (précaire/stable) selon les pays de formation (en %)

Groupes d'emplois

France

Maghreb

Machrek

Europe

Amérique

Ensemble

Emploi précaire

29,7

40,5

12,7

13,2

5

100

Emploi stable

41,4

32

5,4

16,3

6

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

Tableau 6. Distribution des diplômés de l'étranger par groupe d'emplois (précaire/stable) selon les filières d'études (en %)

Groupes d'emplois

Université

Institut supérieur

Grande Écoles

Autre type d'établissement

Ensemble

Emploi précaire

77,9

10,8

8,1

3,2

100

Emploi stable

66,5

17,2

1,3

2

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

Tableau 7. Distribution des diplômés de l'étranger par groupe d'emplois (précaire/stable) selon le type d'établissement d'études (en %)

Groupes d'emplois

Université

Institut supérieur

Grande Écoles

Autre type d'établissement

Ensemble

Emploi précaire

77,9

10,8

8,1

3,2

100

Emploi stable

66,5

17,2

1,3

2

100

© Enquête Ben Sedrine & Geisser, 1997-1998

24Par ailleurs, nous relevons que cette culture du fonctionnariat est fortement corrélée à une insertion dans le secteur tertiaire, puisque près de 80 % des diplômés tunisiens formés à l'étranger occupent des emplois dans ce secteur. À lui seul, le sous-secteur de l 'Enseignement-Administration-Santé absorbe près de la moitié des diplômés, tous pays et tous niveaux confondus, les secteurs industriel et agricole ne jouant plus finalement qu'un rôle marginal dans leur réinsertion au moment du retour.

25Toutefois, cet ancrage majoritaire des diplômés formés à l'étranger dans le secteur public masque, en réalité, de profondes inégalités et disparités en termes de chômage, de qualité de l'insertion et de types d'emplois occupés. Sur ce plan, l'on peut recenser trois clivages majeurs au sein de la catégorie "diplômés de l'étranger" qui remettent en question l'hypothèse d'homogénéité.

26Le premier clivage oppose les diplômés tunisiens formés en Europe (80 % en France) à ceux formés dans les pays du Maghreb et du Machrek. Ces derniers sont davantage confrontés au chômage au moment de leur retour et sont souvent contraints d'accepter des emplois précaires avant de stabiliser leur insertion professionnelle.

27À ce titre, les diplômés tunisiens formés dans les pays arabes sont parfois victimes d'ostracisme et leurs titres universitaires traités avec suspicion par les employeurs publics et privés. C'est dans cette catégorie que l'on éprouve le plus de difficultés à obtenir des équivalences de diplômes. Force est de constater que dans la nouvelle hiérarchie tunisienne des titres universitaires, les diplômes acquis dans les pays arabes figurent généralement "en bas", loin derrière les diplômes nationaux et les diplômes européens ou américains. Malgré les récentes évolutions politiques visant à relancer les échanges universitaires inter-arabes et inter-maghrébins, les diplômes acquis dans les pays d'Orient sont encore fortement dévalorisés dans la société tunisienne tant sur le plan des représentations familiales que par les autorités publiques ou des entrepreneurs privés :

  • 21 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999, p. 97.

« Les titres universitaires obtenus au Maghreb et au Machrek constituent des "signaux" ambigus de la qualité de la formation [...]. »21

28Le deuxième clivage majeur concerne la distribution des filières d'études à l'étranger : les titulaires de diplômes en sciences humaines et sciences sociales, qui sont déjà largement excédentaires dans le pays par rapport aux besoins de l'économie, connaissent des difficultés d'insertion bien plus significatives que ceux des sciences dites "fondamentales" (mathématiques, biologie, physique, chimie...) et, de ce fait, on les retrouve en plus grand nombre concentrés dans les emplois précaires en l'attente de jours meilleurs. Il n'est pas rare que les titulaires de maîtrise de droit, d'économie et de gestion doivent se contenter d'emplois déqualifiés dans les commerces, les services et le tourisme, situation provisoire que peut perdurer pendant plusieurs mois, voire plusieurs années après le retour en Tunisie. Les seules exceptions parmi les diplômés en sciences humaines et sociales sont les titulaires de troisième cycle qui s'insèrent généralement assez rapidement dans les professions de la recherche et de l'enseignement (secondaire et supérieur). Ces inégalités face à l'emploi sont révélatrices du processus de dévalorisation qui frappe aujourd'hui l'ensemble des disciplines littéraires, considérées comme "peu porteuses et peu rentables" par les pouvoirs publics et les acteurs privés dans le cadre des options de la nouvelle économie libérale.

29Mais de tous les clivages, celui qui nous interpelle le plus du point de vue de la problématique de cet ouvrage collectif Anciennes et nouvelles élites au Maghreb (dir. Nourreddine Sraïeb) touche les institutions de formation. En effet, la voie universitaire, qui a été pourtant pendant de nombreuses années pourvoyeuse en élites administratives, politiques et partisanes (PSD), tend aujourd'hui à subir un processus de marginalisation au profit des instituts supérieurs, des hautes études commerciales et des grandes écoles. Si la grande majorité des élites administratives et gouvernementales de l'ère bourguibienne ont très majoritairement suivi cette "voie universitaire" avant d'intégrer les sommets du pouvoir, ce n'est plus le cas aujourd'hui, où le recrutement se fait de plus en plus à "la marge élitiste" de l'Université. Il s'agit d'un véritable renversement de situation par rapport années 1960-1970 où les filières universitaires étaient synonymes de prestige social et de magistère intellectuel.

30Ce renversement est lui-même producteur d'un nouveau système de valeurs dans la Tunisie actuelle qui tend à reléguer au second plan l'Université dans la fabrication des nouvelles élites politiques et économiques, où désormais les idées d'efficacité, de rentabilité et de conception managériale priment sur celles de la connaissance et de "la science pour la science" :

  • 22 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999, p. 94.

« On mesure ici l'effet sur l'insertion du prestige de certaines formations spécialisées étrangères (écoles d'ingénieurs et de commerce) par rapport aux cursus "classiques" préparés dans les facultés. Si les instituts et les écoles sont synonymes d'une certaine rareté du capital humain sur le marché local du travail, les filières universitaires même lorsqu'elles portent un label étranger, sont toujours associées à l'image péjorative de la "masse étudiante" (effet de masse). »22

En guise de conclusion : les diplômés de l'étranger ou les faux-semblants d'un groupe social

31La diffusion des diplômes étrangers au sein de la société tunisienne a produit un effet paradoxal sur le plan de la production des élites socio-économiques. Si dans les deux premières décennies après l'indépendance nationale, elle contribué à structurer un milieu élitiste homogène doté d'un même système de valeurs et de références, ce pouvoir homogénéisateur s'est peu à peu dilué à partir des années 1980 sous l'effet de la généralisation des diplômes français et donc de leur banalisation. Aussi les diplômes étrangers et, en particulier, les titres universitaires de l'ancienne puissance coloniale, ont-ils cessé d'être porteurs d'une identité structurante, rentrant même en concurrence avec certains diplômes nationaux et internationaux. Le processus de diversification des destinations d'études (émergence des pays du Maghreb et des pays anglo-saxons), des cycles, des disciplines et des filières a contribué à promouvoir de nouvelles règles de compétition entre les diplômés tunisiens, où les références communes tendent à s'estomper au profit des éléments de différenciation et de valorisation, processus qui s'est accéléré ces dix dernières années avec la politique d'infitah et de libéralisation de l'économie tunisienne. À la mobilisation pour le développement et l'indépendance technologique qui rassemblait les premières élites tunisiennes autour des mêmes idéaux militants, se sont peu à peu substituées de nouvelles configurations élitaires, où désormais le corporatisme, les réseaux d'influence, et le sentiment d'appartenance à une même grande école s'imposent comme traits majeurs d'accès à l'élite, marginalisant les anciennes voies de promotion que constituaient l'expérience migratoire en France, le syndicalisme étudiant et le passage par l'Université.

Bibliographie

Bibliographie

Ben Salem L., 1976, Développement et problème de cadres : le cas de la Tunisie, Tunis, Cahiers du CERES, série sociologique 3.

Ben Salem L., 1984, "Hypothèses à propos des hiérarchies sociales qui caractérisent la société tunisienne", Les Cahiers de Tunisie, t. XXXII, n° 129-130, pp. 5-29.

Ben Sedrine S. et Gobe É., 2001, Trajectoires sociales et insertion professionnelle des ingénieurs en Tunisie, Tunis, IRMC-INTES.

Ben Sedrine S. et Geisser G., 2000," Les diplômés tunisiens formés à l'étranger. Analyse des profils sociologiques et des projets de retour", in V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs, Paris, CNRS Éditions, pp. 220-241.

Ben Sedrine S. et Geisser G., 1999, Le retour des diplômés. Enquête sur les étudiants tunisiens formés à l'étranger dans les années 1990, Tunis, IRMC-INTES-IFC.

CRESM (collectif), 1970, Pouvoir et administration au Maghreb : études sur les élites maghrébines, Paris, CNRS Éditions.

CRESM (collectif), 1971, La formation des élites politiques maghrébines, Paris, LGDJ.

CRESM (collectif), 1973, Élites, pouvoir et légitimité au Maghreb, Paris, CNRS Éditions.

Hafaïedh A., 1997, Choix publics et culture citoyenne : identification politique et sanction identitaire chez les étudiants tunisiens, thèse de doctorat en sociologie, Paris V, sous la dir. de M. Maffesoli.

Geisser V. (dir.), 2000, Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions.

Geisser V., 2003, "Les diplômés scientifiques tunisiens : la voie moyenne des études à l'étranger ?", in F. Siino (éd.), « Sciences, savoirs modernes et pouvoir dans le monde musulman contemporain », REMMM, n° 101-102, pp. 229-246.

Geisser V. et Latreche A., 2001, "Faire ses études en France et après ? Le devenir des diplômés maghrébins formés dans l'Hexagone", Migrations Société, vol. 13, n° 74, mars-avril, pp. 87-97.

Hammami A., 1995, Insertion des diplômés universitaires dans la vie active et problématique de leur vécu professionnel, thèse de 3e cycle, Tunis I, sous la dir. d’A. Hermassi.

Hélin É., 1997, "La magistrature", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 157.

Guiter L., 1997, "L'Université, histoire d'une normalisation", Les Cahiers de l'Orient, n° 46, 2e trim., pp. 93-101.

Karvar A., 2000, "Trois générations d'élèves tunisiens à l'École Polytechnique française (1955-1985)", in V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs, Paris, CNRS Éditions, pp. 179-192.

Laroui A., 1974, La crise des intellectuels arabes : traditionalisme ou historicisme ?, Paris, Maspero.

Larif-Béatrix A., 1988, Édification étatique et environnement culturel. Le personnel politicoadministratif dans la Tunisie contemporaine, Paris/Tunis, Publisud : OPU.

Martel P.-A., 1975, "Tunisie, le temps des gestionnaires", Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 67, janvier-février-mars, pp. 46-51.

Siino F., 2000, "La construction du système universitaire tunisien. Flux croisés et importations des pratiques scientifiques", in V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs, Paris, CNRS Éditions, pp. 76-91.

Siino F., s. d., "L'université tunisienne banalisée. Mise à niveau libérale et dépolitisation ", à paraître dans la revue Égypte-monde arabe 2002 du CEDEJ.

Simon V., 2000, "La migration des étudiants maghrébins en France. Une approche sociohistorique (1962-1994)", in V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs, Paris, CNRS Éditions, pp. 245-259.

Sraïeb N., 1991, Le collège Sadiki de Tunis 1875-1956 : enseignement et nationalisme, Tunis, Alif.

Vermeren P., 2000, "Hautes études commerciales et dynamiques sociales au Maroc et en Tunisie durant les années quatre-vingt-dix", in V. Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs, Paris, CNRS Éditions, pp. 193-205.

Notes

1 Asma Larif-Béatrix, 1988, p. 70.

2 Sur la politique scolaire des réformistes, voir N. Sraïeb, 1991, p. 20.

3 « Le décret du 26 décembre 1875 introduit de nouveaux enseignements obligatoires. S'il maintient les études islamiques jusque-là enseignées dans la Grande Mosquée, il y ajoute la littérature, l'histoire, l'écriture, le dessin linéaire, la prosodie, la logique, ainsi que l'arithmétique, la géométrie et l'astronomie. Il apporte, par ailleurs, des modifications à l'organisation des études en créant trois cycles d'enseignement : primaire, secondaire et supérieur, chacun ayant son propre programme et conçu en fonction de l'évolution de l'élève », in N. Sraïeb, 1991, p. 34.

4 Cf. dans N. Sraïeb, "La première génération d'étudiants tunisiens à Paris et à Istanbul", 1991, p. 59.

5 F. Siino, 2000, p. 77.

6 Témoignage de Rachid G., ancien étudiant tunisien au Caire et à Damas dans les années 1960, entretien réalisé avec l'auteur, à Londres, en juin 2001.

7 F. Siino, 2000, pp. 77 sq.

8 V. Simon, 2000, p. 246.

9 É. Hélin, 1997.

10 V. Geisser et A. Latreche, 2001, p. 88.

11 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999, p. 20.

12 V. Geisser, 2003

13 Anousheh Karvar, 2000, pp. 179-192.

14 Pierre Vermeren, 2000, pp. 193-205.

15 Sur les aspects méthodologiques et les modalités précises de construction de l'échantillon d'enquête, se reporter à l'introduction de notre ouvrage, S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2000.

16 Nous avons choisi de rendre compte des principaux résultats de notre enquête IRMC-INTES en nous attachant cependant à adapter nos observations aux axes problématiques du colloque de l'IREMAM, Anciennes et nouvelles élites du Maghreb, sous la dir. de N. Sraïeb, Zarzis-Tunisie, 6-11 novembre 2000.

17 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2001, p. 122.

18 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2001, pp. 26-27.

19 Secteur public = fonction publique + entreprises publiques.

20 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2000, p. 235.

21 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999, p. 97.

22 S. Ben Sedrine et V. Geisser, 1999, p. 94.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable