Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

II. Choix de société et politiques publiques universitaires

Les enseignements des approches du système national d'innovation : les économies semi-industrialisées

Mihoub Mezouaghi

Texte intégral

1Les approches du système national d’innovation mettent l'accent sur l’influence de la structuration de la configuration institutionnelle sur les modes d’apprentissage et d'appropriation technologique.

2Les théories de l'innovation technologique d'inspiration schumpétérienne soulignent les limites spatiales et temporelles du processus d'apprentissage, considéré comme un processus en partie institué et construit par l’action collective.

3Prendre en compte la dimension institutionnelle du processus d’apprentissage revient à reconnaître que celui-ci est un processus localisé dans lequel l’ensemble des institutions encadrent, caractérisent et rythment l’appropriation des technologies, et plus précisément des connaissances qu’elles incorporent. Ainsi, poser la question de la dimension organisationnelle et collective du processus d’apprentissage s’inscrit pleinement dans une problématique où le marché n’est pas perçu comme le seul mode de coordination des acteurs de la production et de la diffusion des connaissances.

4Dans cette optique, le concept de système national d’innovation suggère une analyse du réseau institutionnel à travers l’identification des déterminants qui favorisent ou contraignent le processus d'apprentissage. La nature des institutions et la manière avec laquelle elles s’imbriquent deviennent des facteurs explicatifs de l’asymétrie des performances économiques et technologiques des nations. L’application de ce concept aux pays en développement, bien que présentant quelques limites, est susceptible de permettre une meilleure compréhension de la diversité des trajectoires de développement.

5Après avoir précisé le rôle des institutions dans le processus de création et de diffusion des connaissances (1), il s'agira de mettre en évidence la portée des approches du système national d'innovation (2). Dans le cas des pays en développement, l’analyse doit porter sur les conditions d’émergence du système national d’innovation pour mettre en lumière les sources de blocage du processus d'apprentissage (3).

Le rôle des institutions dans le processus d’apprentissage

6Les théories de l'innovation technologique ont souligné le caractère spécifique, cumulatif et localisé du processus d'apprentissage. Selon les théories institutionnalistes, ces caractéristiques sont plus précisément déterminées par un ensemble d’institutions. Cette approche conduit à établir un lien entre les rigidités institutionnelles, observées dans les pays en développement, et le processus d'apprentissage.

La complexité du processus d’apprentissage

  • 1 Le learning by doing, ou apprentissage par la pratique, stipule que l’expérience acquise par les t (...)
  • 2 Le learning by using, ou apprentissage par l’adaptation, s’appuie sur l’expérience accumulée par l (...)

7La mise en évidence d’un processus d’apprentissage par la pratique (learning-bydoing)1 ou par l’usage (learning-by-using)2 a montré que l'innovation technologique découle d'une procédure spécifique d’accumulation de connaissances. Il s’agit de reconnaître qu’une entreprise ne produit essentiellement qu’à partir de sa base de connaissances, c’est-à-dire à partir de ce qu’elle a été capable de produire ou de s’approprier. En ce sens, toutes les connaissances ne sont pas créées, ni maîtrisées de manière identique par les entreprises qui sont contraintes par leurs choix de production et leurs choix technologiques, ainsi que par l’exercice de ces choix.

  • 3 « Une base de connaissances génériques se présente sous la forme de généralités concernant la faço (...)

8En fait, la connaissance a une double caractéristique : en partie codifiable et publique, elle se révèle une ressource générique3 et disponible ; en partie tacite et privée, elle est attachée aux individus ou aux organisations qui la développent (Dosi, 1988). La connaissance ainsi définie, devient appropriable et difficilement transmissible (Nelson, 1987). Si certaines connaissances disponibles peuvent être facilement reproduites, d’autres, pour être captées, exigent la mise en relation d’un ensemble d’acteurs, faisant du processus d’apprentissage un processus collectif et organisationnel (Hendrickx, 1996).

9Une mise en perspective de cette dimension complexe du processus d'apprentissage a trois implications majeures. Cela conduit d'abord au rejet de l’hypothèse de la séquentialité unidirectionnelle du processus d'apprentissage, pour introduire la force des mécanismes d'interactivité. Le biais majeur du modèle traditionnel résulte de son incapacité à prendre en compte les fortes interactions liant, d’un côté, ceux qui développent l’innovation et qui cherchent à étendre ses possibilités d’application, et d'un autre côté, ceux qui l’utilisent et qui manifestent des besoins continuellement révisés. Or, les interactions alternatives entre fournisseurs et utilisateurs produisent des effets d’apprentissage.

10Ensuite, les interdépendances entre les acteurs du processus d'apprentissage déterminent des mécanismes d’auto-renforcement, induisent une causalité circulaire, source endogène d’innovation technologique. La spécificité de ces interdépendances est reflétée par les idiosyncrasies de l’environnement dans lequel elles prennent place. Parce que les acteurs d’une économie sont fortement liés les uns aux autres et parce qu’ils ont accumulé ensemble des effets d’apprentissage au cours du temps, la libération des externalités est localisée dans les limites spatiales de leur environnement (Bellon, Niosi, Saviotti, Crow, 1992). Le processus d'apprentissage se situe alors sur une trajectoire singulière et irréversible, en suivant une dépendance de sentier qui lui confère un caractère dynamique.

11Enfin, les acteurs du processus de création et de diffusion des connaissances peuvent réagir différemment à des événements ou signaux intervenant sur le marché, le résultat de leurs interactions n'est ni donné, ni connu ex-ante. Chacun sera différemment conditionné par le comportement des uns et des autres, comme chacun exploitera et développera différemment les potentialités qui lui sont accessibles pour élargir le champ du possible. En outre, il s'agit d'admettre la diversité des processus d'apprentissage.

  • 4 Apprécié comme une "quête incertaine" (Salomon, Sagasti, Sachs-Jeantet, 1994).

12La contribution fondamentale des théories évolutionnistes de l’innovation technologique est d’avoir reconnu que ce qui était connu a priori devient variable et ce qui était totalement exogène devient partiellement endogène (Gaffard, 1990). Ainsi, lorsque l’on appréhende le processus d'apprentissage comme le résultat indéterminé4 d’un processus dynamique entre des acteurs interdépendants, alors une connais-sance peut se révéler difficilement repro-ductible, car appropriable pour un certain temps, en dehors du contexte dans lequel elle a été créée.

Institutions et diffusion des connaissances

13Dans la pensée institutionnaliste, la diffusion des connaissances, n’étant pas un objet d’analyse en tant que tel, est englobée dans la dynamique sociale induite par les institutions. Selon D. Dufourt, l'institutionnalisme « s’enracine dans une philosophie pragmatiste qui rompt avec le rêve d’une science libérée de toute valeur » pour mettre l’accent « sur la correspondance nécessaire entre les systèmes de valeur et les logiques de l’action » (Dufourt, 1993, p. 216). Il convient alors de chercher dans les institutions l’expression spécifique des forces sociales qui induisent et rythment le renouvellement des biens, des techniques et des pratiques.

  • 5 F. Yachir (1992) souligne que « les innovations techniques mises au point en Chine, comme la bouss (...)

14Il y a quelques limites à considérer que la technique est une "divinité machine" (Salomon, 1991) qui détermine systématiquement la nature de l’organisation sociale et à laquelle les individus se soumettent passivement. Effectivement, toutes les possibilités et les opportunités ouvertes par les techniques ne sont pas nécessairement exploitées et nombre d’entre elles sont délibérément rejetées ou tout simplement inaccessibles. Or, ce qui est concevable dans le domaine de la recherche est infiniment plus vaste que ce qui est techniquement réalisable ; et ce qui est techniquement réalisable et économiquement profitable peut ne pas être socialement acceptable5.

15Les institutions sont définies par « un ensemble d’habitudes, de routines, de règles, de normes et de lois, qui réduisent le volume des informations nécessaires à l’action individuelle et collective et qui rendent possible la reproduction de la société » (Johnson, 1992, p. 112). Compte tenu de la rationalité limitée des acteurs, on reconnaît aux institutions trois fonctions de base : la réduction des incertitudes, la régulation des conflits et des coopérations, ainsi que l’induction d’incitations (Johnson, 1992 ; Edquist, Johnson, 1997). Dans cette optique, les institutions exercent une fonction cognitive et de mémorisation dans la mesure où, en stabilisant les représentations communes des acteurs, elles guident l’accumulation de connaissances codifiées et tacites. Ainsi, lorsque des comportements institutionnalisés s’installent dans les modes de coordination des acteurs, ils assurent la cohésion dans l’activité de création et de diffusion des connaissances en prédéterminant leurs comportements futurs.

16Le Tableau 1 propose une taxonomie des principales composantes institutionnelles d’une économie qui encadrent le processus d'apprentissage. Ce tableau attire notre attention plus particulièrement sur le caractère structurant des institutions. Ces dernières sont les unités élémentaires des systèmes économiques susceptibles d’expliquer les mécanismes de construction sociale du processus d'apprentissage.

17Cela conduit à reconnaître le caractère institué du processus d'apprentissage. Le rôle des institutions devient prégnant, car loin d'être immuables et données, celles-ci sont créées et changées par les individus en même temps qu’elles s’imposent à eux.

Tableau 1. La taxonomie des principales composantes institutionnelles

Définition

Principe

Ordreconstitutionnel

Un ensemble de règles générales pour régler les conflits entre les institutions, organisations et individus.

La légitimité par la délibération.

Institution

Une manière intangible de structurer les interactions entre les organisations.

Réduit ou enlève l’incertitude associée aux comportements stratégiques.

Organisation

Une structure de pouvoir et un ensemble de routines pour dépasser les échecs de coordination parmi les agents ou le comportement opp ortuniste.

Les incitations (récompense et contrôle) sont reliées à des institutions externes ou des conventions.

Convention

Un ensemble auto-renforçant d’anticipations et de comportements émergeant d’interactions décentralisées.

La mémoire perdue des origines de la convention la fait paraître naturelle.

Habitus

Un ensemble de modes de comportement incarnés, forgés pendant le processus de socialisation d’un individu.

L’adaptation à un champ donné, les déséquilibres possibles hors de ce champ.

Source : Boyer, 1996, p. 108

Les rigidités institutionnelles dans les pays en développement

18Le processus d'apprentissage n’obéit assurément pas à un modèle universel et atemporel qui s’imposerait à toutes les nations et qui peut être facilement transféré des économies qui sont parvenues à s’industrialiser à celles qui sont en cours d’industrialisation. Chacune d’entre elles est confrontée différemment aux enjeux technologiques et institutionnels. Les solutions apportées par chaque nation à ces enjeux découlent de leurs propres contraintes sociales et de leurs propres opportunités et ne sauraient, par conséquent, être nécessairement ou irrémédiablement identiques.

19Dès lors, doit-on réfuter toute vision dogmatique du développement des nations, chacune d’entre elles s’inscrivant dans une trajectoire singulière. Une conception universaliste du processus d'apprentissage, supposant qu’une technologie peut être appliquée à tout moment et à tout endroit, conduirait à nier que certaines configurations institutionnelles conduisent à son blocage.

20En fait, le blocage du processus d'apprentissage dans les pays en développement peut être perçu comme l’expression symptomatique de leur rigidité institutionnelle. L’ancrage des acteurs d’une économie dans des pratiques anciennes les rend incapables de prendre en compte la complexité des connaissances et des technologies.

21Les tentatives de reproduction à l’identique dans les pays en développement des institutions industrielles, scientifiques et technologiques qui prévalent dans les pays industrialisés ont, dans beaucoup de cas, achoppé sur des contradictions internes. La reproduction institutionnelle, qui consiste à substituer une organisation institutionnelle existante par une autre censée être efficace, ne produira pas nécessairement une forte impulsion au processus d'apprentissage. Celle-ci risque au contraire, d’être déconnectée de son environnement social. En d’autres termes, le développement est une transformation réalisée à partir d’une société préexistante, dont il faut connaître les particularités et les dynamismes, et non pas une création ex-nihilo. Ainsi, la mise en place de grands complexes industriels, et cela même dans des pays dépourvus de toute tradition industrielle et scientifique, n’a pas permis dans la quasi-totalité des cas une maîtrise de la production de masse. En fait, le transfert d’une forme institutionnelle ne peut faire l’impasse sur un long processus d’apprentissage et d’expérimentation, au risque de céder à un simple mimétisme, c’est-à-dire à une simple reproduction formelle.

22L’introduction de nouvelles technologies ou de nouvelles formes d’organisation de la production crée un ensemble de ruptures inéluctables avec le contexte et les acteurs locaux, qui traduisent des moments plus ou moins longs de déphasage. L’adaptation institutionnelle – qui s’opère lorsque des ajustements incrémentaux renforcent les précédents et facilitent les suivants – doit conduire à prendre en compte ces discontinuités, c’est-à-dire à gérer ces ruptures. C'est bien cette adaptation institutionnelle qui semble être fortement contrainte dans le cas des pays en développement. Certains d'entre eux se caractérisent même par des configurations institutionnelles fortement rigides, car profondément ancrées dans des organisations sociales plus difficilement recomposables.

  • 6 C’est notamment le cas lorsque le système éducatif est d’obédience religieuse ou philosophique.

23Globalement, on observe dans ces pays une absence totale d’institutionnalisation de la science moderne, qui interdit l’accumulation de nouvelles connaissances et qui empêche alors tout redéploiement des opportunités technologiques. L’institutionnalisation de la science est un processus par lequel des principes et des traditions scientifiques modernes ont émergé des contextes sociaux des pays. Selon J. Gaillard (1994), la plupart des pays en développement ne sont pas parvenus à l’institutionnalisation et à la professionnalisation de la science. Cela signifie que si l’infrastructure institutionnelle de base a été créée dans nombre d’entre eux, son expression matérielle, c’est-à-dire la recherche scientifique, n’a pas encore été institutionnalisée et n’est pas reconnue comme une composante légitime du système économique. Des spécificités institutionnelles ou organisationnelles ont constitué autant de contraintes à l’appropriation technologique, qu’ils s’agissent du faible potentiel scientifique local, de l’éviction de l’enseignement technique au profit de l’enseignement général, du faible redéploiement de la base locale de connaissances en raison de la déconnexion des sources internationales, ou encore du caractère très abstrait des connaissances transmises6 qui ne satisfont pas aux exigences des sociétés modernes.

24En définitive, l’absence d’institutions aptes à mobiliser les ressources scientifiques et techniques et à en permettre la maîtrise, ainsi que la persistance des pratiques traditionnelles et obsolètes – car déconnectées des enjeux et des réalités de la modernité – expliquent la rigidité institutionnelle des pays en développement. Le blocage durable du processus d'apprentissage conduit alors à une situation de fermeture de l’économie à l’évolution des connaissances mondiales, interdisant toute recomposition de leur mode combinatoire ou tout renouvellement du mode organisationnel.

La conceptualisation du système national d’innovation

25Le concept de système national d’innovation propose un cadre d’analyse de la performance technologique des nations au regard de la morphologie de leur organisation institutionnelle. Toutefois, les limites nationales du système d’innovation, si elles marquent le champ d’intervention des politiques publiques, ne sont pas exclusives.

Un réseau interactif d'institutions

26Si l’approche de M. Porter est couramment assimilée dans la littérature à une approche en termes de système national d’innovation, nous pouvons ici le contester. Plutôt que d’expliquer les déterminants institutionnels nationaux de l'apprentissage, son approche présente la particularité de situer l’entreprise au centre de l’analyse. Or, l’approche du système national d’innovation s’accommode difficilement d’une analyse qui se focalise sur les seules entreprises. La contribution de M. Porter montre que les entreprises élaborent leur stratégie et construisent leur compétitivité internationale en fonction des effets d’entraînement et des incitations du marché domestique. De notre point de vue, cette hypothèse n’est pas suffisante pour relever d'une approche de système national d’innovation.

27Le système national d’innovation est défini comme un « réseau d’institutions privées et publiques dont les activités et les interactions initient, modifient et diffusent de nouvelles technologies » (Freeman, 1987, p. 1). Les activités d’innovation sont trop complexes, car multidimensionnelles et collectives, pour être imputées soit à des acteurs individuels, soit à un ensemble d’acteurs coordonnés par de pures relations de marché.

  • 7 C. Edquist et B. Johnson (1997) précisent que les organisations privées ont plus facilement une ca (...)

28P. Patel et K. Pavitt (1994) distinguent quatre types d’institution : les entreprises commerciales (celles qui investissent dans des activités génératrices de changement technologique), les universités et instituts assimilés (en charge de la recherche fondamentale et de la formation connexe), l’ensemble des institutions publiques et privées (ayant pour fonction l’enseignement général et la formation professionnelle) et l’État (orientant le financement, la promotion et la régulation du changement technologique). Toutes les connaissances n’émanent pas de ces institutions indifféremment de leur caractère privé ou public7.

29C. Freeman s’appuie sur une taxonomie qui distingue quatre types d’innovation technologique : l’innovation incrémentale (celle qui se réalise dans le processus de production), l’innovation radicale (celle qui résulte du système de recherche et développement), le changement du système technologique (qui découle d’innovations dans le domaine managérial et organisationnel) et le changement de paradigme technico-économique (qui se révèle par l’apparition de nouvelles industries). Il envisage plus précisément les innovations qui s’inscrivent dans un cycle long et qui exigent une adaptation socio-institutionnelle, c'est-à-dire un profond ajustement des comportements sociaux, de la politique publique ou du mode de production.

30L’approche de R. R. Nelson opère un glissement des formes organisationnelles pour se focaliser sur les formes institutionnelles du système national d’innovation. L'auteur met l’accent sur les institutions formelles et notamment sur les firmes, les universités, les centres de recherche et les politiques technologiques considérés comme les déterminants majeurs de l'innovation technologique. De ce fait, pour cet auteur les institutions doivent saisir la nature de la technologie, constituée en partie de connaissances tacites et appropriables.

Tableau 2. Les conceptions de l'innovation technologique et de l'apprentissage

Tableau 2. Les conceptions de l'innovation technologique et de l'apprentissage

Source : Tableau de Mac Kelvey (1991, p. 135), modifié par l’auteur pour les deux dernières contributions

31De manière plus précise, B. A. Lundvall établit une articulation entre la structure industrielle et la structure institutionnelle, consubstantielles dans le processus d’innovation technologique. Les liaisons industrielles amont/aval (producteurs/utilisateurs) engendrent un processus d’apprentissage par interaction. Ce processus d’apprentissage résulte d’une part de l’interaction entre les agents : les utilisateurs communiquent leurs besoins (technology demand-pull) et les producteurs créent des opportunités technologiques (technology push). Par ailleurs, ce processus est empreint du cadre institutionnel, définissant des normes communes de comportement, propre à chaque nation. L'auteur prend en compte plus spécialement les institutions informelles (routines) qui guident les agents dans leurs innovations technologiques.

La limite des frontières spatiales du système d'innovation

32Le concept de système national d’innovation se réfère explicitement à la prégnance de la dimension nationale du processus d’innovation technologique. Dans cette optique, l’espace national serait le lieu majeur de création et de production des connaissances.

33Cette hypothèse d’une localisation de l’innovation technologique dans le pays d’origine tend à être corroborée de deux manières. D'abord, les résultats obtenus par l’étude de P. Patel et K. Pavitt (1995) ont montré que 25 % de la production industrielle se réalise en dehors du territoire, alors que l’activité technologique en dehors du territoire n’atteint que 11 %. Cette étude souligne que plus l’intensité capitalistique du secteur d’activité est élevée, plus l’innovation technologique sera localisée sur une base nationale, en raison notamment de l’offre locale de compétences, des externalités issues des liens avec la base scientifique, de la taille du marché domestique et de l’intégration des connaissances tacites par des relations de proximité.

34Un autre type d’argumentation plaide pour une localisation nationale du processus d’innovation technologique en insistant sur le rôle des interventions publiques. L’ensemble des décisions politiques accumulées au cours de l’histoire sur chaque espace national a structuré l'environnement institutionnel et généré de fortes contraintes (Bellon, 1996). Les spécificités institutionnelles sont alors d’autant plus fortes et légitiment l’érection de frontières nationales au processus d’innovation technologique (Chandler, 1992). Dans cette perspective, le système national d’innovation définit les contours du champ d’action et d’application des politiques publiques qui interviennent sous la forme d’actions directes ou d’incitations susceptibles d’influencer le processus d'apprentissage.

35On peut toutefois opposer à cette hypothèse de base deux phénomènes majeurs qui rendent les frontières spatiales du système d’innovation plus diffuses. D’une part, le partage des coûts de recherche et des connaissances complémentaires, le démantèlement des barrières commerciales et l’uniformisation internationale des normes techniques et des réglementations tendent à favoriser une organisation de l’activité technologique au niveau international. D’autre part, l’agglomération d’entreprises et de centres de recherche vise à susciter un processus d’innovation à partir des effets de proximité et de synergies.

36Le contexte technico-économique contemporain se caractérise par une multiplication des sources d’interdépendance institutionnelle : régionale/nationale/internationale (Freeman, 2002). Ainsi, la proposition de concepts dérivés du système national d’innovation participe de la volonté de laisser ouverte la question de ses contours selon l’expression spatiale du système d’innovation pour considérer l’ensemble des interactions institutionnelles. Le but étant de glisser plus facilement d’une dynamique nationale d'apprentissage à une dynamique d'apprentissage qui pourrait être aussi infranationale ou supra-nationale. En effet, rien ne prédétermine que la nation doit être l’unité d’analyse pertinente pour appréhender les différentes formes d’apprentissage.

  • 8 Ainsi, l’espace connaissance-produit représente les connaissances selon trois dimensions : totalem (...)

37C’est notamment le cas des travaux de P. David et D. Foray (1994) qui tentent d’identifier le profil d’apprentissage en s’appuyant sur une taxonomie explicite des connaissances8 afin de préciser les principales modalités de leur diffusion. Pour ces auteurs, un système à forte capacité de diffusion des connaissances se caractériserait par la prédominance de la norme de divulgation, de fortes incitations à la codification, de régimes de propriété des droits intellectuels améliorant les fonctions de divulgation et de coordination. Toutefois, cette approche est a priori restrictive puisqu’elle n’a pas vocation à intégrer toutes les formes de connaissances ou toutes les formes d’interaction qui interviendraient dans les résultats économiques. L’analyse insiste ici sur les systèmes d’apprentissage fondés uniquement sur la connaissance scientifique et technologique et pour cette raison, écarte un ensemble d’interactions avec d’autres institutions (notamment le système financier) ou de formes institutionnelles (l'organisation des entreprises) qui peuvent se révéler fondamentales dans l’analyse du processus d'apprentissage.

  • 9 Le système social d’innovation est composé de six sous-systèmes : les activités scientifiques de t (...)
  • 10 Leurs conclusions permettent de dégager quatre types de configuration institutionnelle qui caracté (...)

38En prenant acte de cette limite, B. Amable, R. Barre et R. Boyer (1997) ont proposé une méthodologie d’analyse qui introduit le concept de système social d’innovation9. Pour ces auteurs, l'apprentissage intervient au gré des interactions entre les différentes fonctions d’une entreprise (science, technique, production, commercialisation...), mais également des interactions entre les entreprises et leur environnement institutionnel. En outre, ce qui importe est de déterminer le mode de régulation qui contrôle l’ensemble de ces interactions et leur donne une cohérence d’ensemble10. Ces deux dernières contributions présentent un double intérêt : d’une part, relâcher l’hypothèse de la dimension nationale du système d’innovation et d’autre part, reconnaître la diversité des systèmes d’innovation.

39L’analyse des arrangements institutionnels peut expliquer la performance technologique des pays les plus développés, mais aussi les situations de rattrapage ou de blocage technologique des moins développés.

L'émergence du système national d'innovation dans les pays en développement

40L’application du concept de système national d’innovation aux pays en développement est limitée par le fait que les interactions entre ses principales composantes sont marginales dans la plupart d’entre eux. En outre, l’analyse doit se porter sur les conditions d’émergence du système national d’innovation.

L’analyse monographique

41C. Freeman (1994) propose une méthodologie qui consiste à repérer et identifier, à travers des faits stylisés, les principales formes institutionnelles et organisationnelles qui influencent le potentiel d'apprentissage des pays en développement. À travers une analyse comparative, l'auteur fournit une explication des faibles performances des pays d'Amérique Latine alors que les pays d'Asie du Sud-Est connaissaient une forte croissance économique (tableau 3).

42Le système éducatif mis en place dans les pays d’Asie du Sud-Est a, plus que celui des pays d’Amérique latine, favorisé le développement des compétences d’ingénierie, plus facilement exploitables et redéployables dans des activités industrielles. Ce type de compétence est plus à même de rendre effectifs les transferts technologiques, en permettant une adaptation et une appropriation des technologies importées. Des efforts importants en matière de recherche et développement se révèlent peu nécessaires au stade de pré-industrialisation, lorsqu’il s’agit seulement d’acquérir des technologies génériques relativement standardisées. Ainsi, les pays d’Asie du Sud-Est ont largement développé l’importation de biens de capital, l’acquisition de licences et de brevets ou la filialisation afin de combiner les compétences transférées aux compétences locales. En revanche, l’expérience des pays d’Asie du Sud-Est montre, qu’au fur et à mesure de leur développement et de l’élévation du niveau de complexité technologique, les investissements en recherche et développement ont pris le relais pour générer des compétences spécifiques locales. Dans ces pays la politique technologique a favorisé le développement d’une recherche industrielle, alors que dans les pays d’Amérique latine la recherche fondamentale (ou académique) a davantage été privilégiée. L’intégration du système industriel au système de recherche n’en a été que plus faiblement assurée dans les pays d’Amérique latine.

43De même, les pays d’Amérique latine ont réagi plus tardivement à la promotion des nouvelles technologies de l’information et de communication et des nouvelles industries dynamiques. En effet, la politique industrielle des pays d’Asie du Sud-Est a orienté leur structure industrielle vers les industries de l’électronique et de l’informatique, au moment où les effets d’entraînement du marché international devenaient importants. Ces pays ont ainsi enregistré une croissance exponentielle de leurs exportations et ont progressivement amélioré la qualité des biens. Au contraire, les pays d’Amérique latine, fortement endettés au début des années 1980, ont favorisé les industries d’exploitation et de transformation de matières premières, génératrices à court terme de ressources financières (voir tableau 3).

44Toutefois, au cours des années 1990, l’important afflux de capitaux étrangers, le développement rapide des nouvelles technologies (notamment dans l’industrie électronique et automobile) et la professionnalisation croissante du système éducatif dans les pays d'Amérique latine tend à estomper les différences configurationnelles et à favoriser une convergence relative des performances entre ces deux régions.

La reconstitution des réseaux de l’innovation

45La proposition méthodologique de M. P. Bes (1995) met l’accent sur le caractère extraverti du processus d'apprentissage des pays en développement, pour mieux prendre en compte l’importance des transferts techno logiques en provenance des pays développés. (voir figure 1)

Tableau 3. Les divergences régionales des systèmes nationaux d’innovation

Asie du Sud-Est

Amérique Latine

* Système éducatif universel en expansion, cycle supérieur et formation d’ingénieurs développés.

* Altération du système éducatif produisant un nombre relativement faible d’ingénieurs.

* Combinaison de l’importation de technologies et d’initiative locale en matière de changement technologique, puis croissance rapide du niveau de R et D dans les étapes ultérieures.

* Transferts de technologies, pour la plupart, en provenance des États-Unis, mais faible effort de R et D des entreprises et peu combiné aux transferts de technologies.

* La R et D industrielle représente plus de 50 % de la R et D totale.

* La R et D industrielle représente moins de 25 % de la R et D totale.

* Développement d’une infrastructure de science et de technologie liée progressivement à la R et D industrielle.

* Infrastructure de science et technologie limitée et faiblement reliée à l’industrie.

* Niveau élevé de l’investissement, forte entrée de capitaux et de technologies en provenance du Japon favorisée par une forte appréciation du Yen dans les années 80. Forte influence du modèle organisationnel japonais en termes de réseaux.

* Déclin de l’investissement direct étranger (en particulier des États-Unis) et en général faible niveau d’investissement. Faible intégration aux réseaux technologiques internationaux.

* Investissement important dans les infrastructures sophistiquées de télécommunication.

* Développement lent des télécommunication modernes.

* Croissance élevée et rapide des industries électroniques avec un taux d’exportation élevé et un effet d’entraînement des marchés internationaux.

* Industries électroniques peu développées, taux d’exportation réduit, peu d’effets d’apprentissage induits par le marché international.

Source : Freeman, 1994, p. 13

Figure 1. Le système national d’innovation fermé

Figure 1. Le système national d’innovation fermé

Source : Bes, 1995

  • 11 La sphère de la formation technique et scientifique comprend l’ensemble des ressources humaines qu (...)

46Conformément aux enseignements des approches du système national d’innovation, l'auteur identifie les principaux sous-systèmes qui le composent : la sphère de formation scientifique et technique, la sphère industrielle et la sphère de recherche et développement11. Entre ces sous-systèmes se nouent des relations qui configurent l'organisation institutionnelle. Ainsi, au regard de la figure 1, la relation entre la sphère de formation scientifique et technique et la sphère industrielle (relation 1) souligne le degré d’articulation et de cohérence entre les institutions de formation et les structures de production. Ce degré est d’autant plus fort qu’il permet une valorisation professionnelle des connaissances théoriques et qu’il crée une offre de ressources humaines qualifiées. La relation entre la sphère de formation et la sphère de recherche et développement (relation 2) révèle la nature de l’organisation de la recherche publique et privée dans la nation. La relation entre la sphère industrielle et la sphère de recherche et développement (relation 3) indique de quelle manière se répartissent les efforts entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, ainsi que les opportunités de diffusion technologique à travers les interactions entre les entreprises et les centres de recherche.

Figure 2. Le système national d’innovation ouvert

Figure 2. Le système national d’innovation ouvert

Source : Bes, 1995

47Compte tenu de la forte dépendance technologique des pays en développement, il s’agit ensuite d’ouvrir chaque sous-système afin de l’articuler aux sous-systèmes des systèmes nationaux d’innovation des pays développés. La reconstitution de la morphologie des réseaux de l’innovation technologique s'établit sur une base transnationale (figure 2). Ainsi, entre la sphère de formation scientifique et technique et la sphère industrielle, il peut s’agir de la formation d’ingénieurs et de techniciens dans une firme étrangère (relation I) ou l’embauche d’étudiants dans une firme multinationale implantée dans leur pays ou à l’étranger (relation a). Entre la sphère de formation scientifique et technique et la sphère de recherche, il peut être envisagé les collaborations entre les universités nationales et les laboratoires étrangers de recherche (relation II) ou entre les laboratoires nationaux de recherche et les lieux de formation à l’étranger (relation b). Entre la sphère industrielle et la sphère de recherche, il peut être mis en évidence l’expatriation d’un chercheur vers une firme étrangère, une collaboration entre un laboratoire national et une firme étrangère (relation c) ou un programme de recherche réalisé dans un pays industrialisé au profit d’une firme d’un pays en développement (relation III).

48D’une certaine manière, cette méthodologie permet d’articuler les différentes formes institutionnelles du transfert des technologies et des connaissances vers les pays en développement. Toutefois, elle ne dit rien sur les modes dominants de coordination de ces relations. Or, cette dimension est essentielle pour caractériser leur dynamique d'apprentissage.

Les limites de l’applicabilité du concept de système national d’innovation

  • 12 C’est le cas pour la Corée du Sud (Kim, 1993), pour le Brésil (Dahlman, Frisctak, 1993), pour l’Ar (...)

49Le concept de système national d’innovation reste empreint des caractéristiques physiques et fonctionnelles des systèmes d’innovation des pays développés. Or, l'application de ce même concept aux pays en développement12 peut souffrir de certaines limites. Plus précisément, le biais méthodologique de cette démarche est de postuler a priori l’existence d’un système national d’innovation dans ces pays et de confronter ses caractéristiques à celles des systèmes d’innovation des nations industrialisées, devenant référentielles. Seulement, pour au moins deux raisons, il est difficile d’admettre l'existence d'un système national d’innovation dans les pays en développement.

  • 13 L’isolement des chercheurs dans les pays en développement est l’un des facteurs majeurs de désinci (...)

501. L’éventuel système national d’innovation est dans la plupart des cas amputé physiquement de sa sphère de recherche. Même si des structures de recherche scientifique et technologique existent, leur production est négligeable. Et ce, parce que l’exercice de la recherche ne s’inscrit pas dans un cadre institutionnel clairement défini et suffisamment approprié pour être encouragé. La faible activité des chercheurs en témoigne et peut s’expliquer notamment par l’absence d’un statut en mesure de leur donner une reconnaissance sociale. L’insuffisance de débouchés scientifiques, les faibles opportunités d’application industrielle, l’absence d’un régime de protection des droits intellectuels, l’incapacité des politiques scientifiques à limiter leur exode à l’étranger et l’éclatement de la communauté scientifique nationale13 sont autant de facteurs qui entravent l’émergence d’un système de recherche.

512. Les sphères du système national d’innovation sont faiblement intégrées les unes aux autres. L’étude du système national d’innovation argentin ne conclut-elle pas sur l’incohérence du réseau institutionnel, qui se caractérise par une activité technologique faiblement intégrée (Katz, Bercovich, 1993). L’inadéquation entre la sphère de recherche et la sphère industrielle se traduit par un isolement du système de recherche dont l’activité est dominée par la recherche fondamentale, la recherche appliquée devenant résiduelle. Selon A. Alcouffe (1994), à propos des économies maghrébines, le manque d’intégration entre les centres de recherches et le manque de liaisons avec le système productif s’expliquent principalement par deux raisons : d’abord, l’accroissement exponentiel des effectifs dans les universités produit un effet d’éviction des activités de recherche au profit des activités d’enseignement et d’encadrement, entraînant une formation plus abstraite et de plus en plus coupée du secteur productif. Ensuite, l’insuffisance de grands groupes industriels conduit à l’isolement des unités de production, d’une part par rapport aux centres de recherche et d’autre part par rapport aux fournisseurs et aux clients, les privant d’effets de rétroaction sur le processus d’apprentissage technologique.

52L’autonomisation des composantes du système national d’innovation constitue une caractéristique intrinsèque aux pays en développement, source de blocage du processus d’apprentissage. Chacune de ces composantes tend à développer une rationalité qui lui est propre qui l’empêche de produire des interdépendances et des interactions avec les autres. En fait, l’analyse doit se déplacer plus en amont sur les conditions d’émergence du système national d’innovation. Le degré d’interactivité interne ne peut être une caractéristique ex-ante de la dynamique d'apprentissage dans les pays en développement. Leurs interdépendances, marginales lorsqu’un pays est dans une phase préliminaire de développement, sont amenées à s’intensifier au fur et à mesure de l’émergence du système national d’innovation et à permettre l'appropriation des technologies. En ce sens, le développement des interactions, à l'interface des interventions publiques et des mécanismes du marché, devient un objet d'analyse.

53Les réformes économiques, adoptées au cours des années 1980 et 1990, devaient établir ou renforcer un régime concurrentiel au sein des marchés intérieurs (en supprimant les subventions publiques et les prix conventionnés), une flexibilisation du marché du travail (précarisation des emplois, baisse des pouvoirs de négociation des syndicats, facilités de licenciement, absence ou suppression de clauses de protection des travailleurs...), une liberté des mouvements de capitaux (pour rationaliser les sources de financement et attirer les investissements directs étrangers) et enfin, un abaissement de la protection douanière (pour encourager la concurrence internationale).

54Cependant, dans la plupart des pays en développement la libéralisation des économies s'est accompagnée d'un désengagement de l'État et s'est traduite par une "reprimarisation" de la structure industrielle (Treillet, 1998), c'est-à-dire par un renforcement des avantages comparatifs dans la filière énergétique (Vénézuela, Colombie, Algérie) ou agroalimentaire (Argentine, Maroc). La dépendance technologique tend à s'exacerber et se manifeste plus encore par le recours à l’importation de technologies.

55Plus fondamentalement, le marché n’est pas un mode de coordination sans défaillances. En ce sens, il ne garantit pas nécessairement l’accès et l’exploitation des complémentarités technologiques, le développement d’actifs spécifiques et la mise en place de modes d’appropriation des connaissances.

56L'expérience industrielle des pays émergents a montré que l’action des pouvoirs publics a joué un rôle majeur dans l’émergence des infrastructures de base, la constitution de leurs interdépendances et la correction des défaillances du marché. Les grands groupes industriels ont pu bénéficier d'une protection du marché intérieur avant d'être exposés à la concurrence internationale. En même temps, les pouvoirs publics sont intervenus directement pour soutenir les industries exportatrices. En matière scientifique et technologique, les interventions publiques ont consisté à subventionner la recherche essentiellement dans les universités et les centres publics de recherche pour accroître la base nationale de connaissances fondamentales (Chine, Inde, Brésil), à former et mobiliser des compétences techniques (notamment en favorisant le retour des étudiants et cadres formés à l’étranger) pour s’approprier au fur et à mesure les technologies génériques (Corée du Sud), ou encore à lier le système de recherche à l’industrie à travers la création de parcs industriels dans les secteurs high-tech.

57En ce sens, il s’agit de considérer que le développement des capacités d’appropriation technologique est en grande partie dirigé par l’action publique.

Conclusion

58Le concept de système national d’innovation est susceptible de contribuer à la compréhension de la divergence des trajectoires de développement. Il s'agit plus précisément de mettre en évidence les conditions d'émergence du système national d'innovation au regard d'une mise en cohérence des déterminants institutionnels spécifiques à chaque pays.

59Les tentatives d’application de ce concept aux pays en développement sont encore aujourd’hui peu nombreuses. En fait, la diversité des arrangements institutionnels est peu explorée, les interactions et les modes de coordination sont imparfaitement définies car mouvants et difficilement perceptibles.

60Dans un contexte de globalisation, l’insertion croissante des pays en développement dans la division internationale du travail détermine les arrangements institutionnels qui font une place plus importante à des formes marchandes d’interaction. Il en découle un affaiblissement de la gouvernance nationale, à laquelle se substitue une gouvernance internationale déséquilibrée et fortement influencée par les firmes multinationales.

61Ce glissement vers une régulation marchande des interactions entre les acteurs de la production et de la diffusion des connaissances conduit à un creusement des écarts de développement. De plus, une substitution imparfaite et quasi exclusive du capital privé au capital public, sans nécessairement favoriser la diffusion des nouvelles technologies, rend ces économies plus dépendantes de l’évolution du marché financier. Un tel mode de régulation s’expose à un risque élevé d’inversion brutale des flux de capitaux, susceptible de provoquer une rupture des équilibres internes. La succession des crises financières au cours des années 1990 a montré la fragilité des arrangements institutionnels en formation dans la plupart des pays en développement.

Bibliographie

Bibliographie

Alcouffe A. 1992, Études des systèmes nationaux de Recherche et Développement : le cas de l’Union du Maghreb arabe, note de synthèse, Université de Toulouse I.

Amable B., Barre R. et Boyer R., 1997, Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Économica.

Arrow K. J., 1962, "The economic Implications of Learning by Doing", Review of Economics Studies, vol. XXIX, n ° 2, pp. 155-173.

Beddek F., 1995, "Le système national d’innovation algérien : institutions et politiques technologiques", in L. Abdelmalki (dir.), Technologie et développement humain, L’interdisciplinaire, pp. 153-172.

Bellon B., 1996, Caractères spécifiques des systèmes innovatifs et cognitifs et globalisation, communication présentée au colloque "Entre Méso et Micro, une économie industrielle ?", Amiens, 3-4 mai.

Bellon B., Niosi J., Saviotti P. et Crow M., 1992, "Les systèmes nationaux d'innovation : à la recherche d'un concept utilisable", Revue française d'Économie, vol. VII, n ° 1, pp. 215-250.

Bes M. P., 1995, "Les systèmes nationaux d’innovation des pays en développement dans la globalisation technologique", in L. Abdelmalki, C. Courlet (éd.), Les nouvelles logiques du développement, Paris, L’Harmattan, pp. 73-86.

Boyer R., 1996, "The Capital Labor Relation in OECD Countries : from the Golden Age to the Uncertain Nineties", in J. Schor (ed.), Capital, the State and Labour : A Global Perspective, Edward Elgar, Aldershot, United Nations University Press, pp. 18-69.

Chandler A., 1992, Organisation et performance des entreprises, Paris, L’organisation.

Dahlman C. et Frischtak C. R., 1993, "National Systems Supporting Technical Advance in Industry : the Brazilian Experience", in R. Nelson, National Innovation Systems, New York, Oxford University Press, pp. 414-450.

Corei T., 1995, L’économie institutionnaliste : les fondateurs, Paris, Économica.

David P. et Foray D., 1994, "Distribution et expansion de la base des connaissances scientifiques et technologiques", Science Technologie Industrie, n ° 16, pp. 14-73.

Dosi G., 1988, "Sciences, Procedures and Microeconomics Effects of Innovation", Journal of Economic Litterature, n ° 26, sept., pp. 1120-1157.

Dufourt D., 1993, "La problématique institutionnaliste de l’accumulation technologique endogène", in L. Abdelmalki (dir.), Technologie et développement humain, Paris, L’interdisciplinaire, pp. 115-130.

Edquist C. et Johnson B., 1997, "Institutions and Organisations in Systems of Innovation", in C. Edquist (ed.), Systems of Innovation : Technologies, Institutions and Organisations, Londres, Pinter, pp. 41-63.

Freeman C., 1987, Technology Policy and Economic Performance, Lessons from Japan, Londres, Pinter.

Freeman C., 1992, "Formal Scientific and Technical Institutions in the National System of Innovation", in B. A. Lundvall (dir.), National Systems of Innovation : Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning, Londres, Pinter, pp. 169-187.

Freeman C., 1994, "Changement technologique et économie mondiale", Futuribles, avril, pp. 25-48.

Freeman C., 1995, "The National System of Innovation in Historical Perspective", Cambridge Journal of Economics, vol. 19, n ° 1, pp. 5-24.

Freeman C., 2002, "Continental, National and Sub-national Innovation Systems : Complementary and Economic Growth", Research Policy, n ° 31, pp. 191-211.

Gaffard J.-L., 1990, Économie industrielle et de l'innovation, Paris, Dalloz.

Gaillard J., 1994, "La naissance difficile des communautés scientifiques", in J. Salomon, F. Sagasti, C. Sachs-Jeantet, La quête incertaine : science, technologie, et développement, Paris, Économica, pp. 213-249.

Hendrickx C., 1996, "Problématique du transfert de technologie et nouvelles théories de l’innovation et de la firme", Régions et Développement, n ° 3, pp. 117-154.

Johnson B., 1992, "Institutionnal Learning", in B. A. Lundvall (dir.), National Systems of Innovation : Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning, Londres, Pinter, pp. 23-44.

Katz J. et Bercovich N., 1993, "National System of Innovation Supporting Technical Advance in Industrialisation : the Case of Argentina", in R. Nelson (dir.), National Innovation Systems, New York, Oxford University Press, pp. 451-475.

Kim L., 1993, "National Systems of Industrial Innovation : Dynamics of Capability Building in Korea", in R. Nelson (dir.), National Innovation Systems, New York, Oxford University Press, pp. 357-383.

Lundvall B. A., 1992, National Systems of Innovation : Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning, Londres, Pinter.

Mac Kelvey M., 1991, "How do National Systems of Innovation Differ ? A Critical Analysis of Porter, Lundvall and Nelson", in G. M. Hodgson, E. Screpanti (ed.), Rethinking Economics – Markets Technology and Economic Evolution, Alder shot, Edward Elgar, pp. 117-135.

Nelson R., 1987, Understanding Technical Change as an Evolutionary Process, Amsterdam, Elservier.

Nelson R., 1988, "Institutions Supporting Technical Change in the United States", in G. Dosi, C. Freeman, R. Nelson, G. Silverberg, L. Soete (ed.), Technical Change and Economic Theory, Londres, Pinter, pp. 312-329.

Nelson R., 1993, National Innovation Systems : a Comparative Analysis, New-York, Oxford University Press.

Nelson R. et Nelson K., 2002, "Technology, Institutions and Innovation Systems", Research Policy, n ° 31, pp. 265-272

Nelson R. et Winter S., 1982, An Evolutionary Theory of Economic Change, Boston, The Bellknap Press of Harvard University.

Patel P. et Pavitt K., 1994, "Uneven and Divergent Technological Accumulation among Advanced Countries", Industrial and Corporate Change, n ° 3, pp. 759-787.

Pavitt K. et Patel P., 1995, What makes High Technology Competition Different from Conventionnal Competition ? The Central Importance of National Systems of Innovation ; communication présentée au colloque "The economics of High-Technology Competition and Cooperation in Global Markets", Hambourg, 1er-3 février.

Porter M., 1990, The Competitive Advantage of Nations, Londres, Mac Millan Press.

Rosenberg N., 1982, Inside the Black Box : Technology and Economics, Cambridge, Cambridge University Press.

Salomon J.-J., 1991, Le destin technologique, Paris, Balland.

Salomon J.-J., Sagasti F. et Sachs-Jeantet C., 1994, La quête incertaine : science, technologie et développement, Paris, Économica.

Storper M., 1992, "The Limits to Globalisation : Technological Districts and International Trade", Economic Geography, vol. 68, pp. 60-93.

Treillet S., 1998, Convergence des modèles d’industrialisation et ajustement structurel. Le cas du Mexique ; communication présentée au colloque, "Technologie et connaissance dans la Mondialisation", Poitiers, 9-10-11 septembre.

Yachir F., 1992, "Le rôle des institutions sociales et gouvernementales dans la génération et la diffusion des innovations techniques", Les cahiers du CREAD, n ° 29, 1er trimestre 1992, pp. 13-24.

Zghal R., 1994, Science, technologie et société, communication présentée à la conférence internationale « L’intégration de la Science et Technologie dans le développement au Maghreb et les enjeux de la transition », Maghtech’94, Sfax, 7-9 décembre 1994.

Notes

1 Le learning by doing, ou apprentissage par la pratique, stipule que l’expérience acquise par les travailleurs au cours de leur confrontation au processus productif induit de meilleures performances techniques (Arrow, 1962). Le seul fait de l’expérience autorise une progression de la productivité du travail au cours du temps.

2 Le learning by using, ou apprentissage par l’adaptation, s’appuie sur l’expérience accumulée par l’entreprise utilisatrice et l’adaptation du produit et de la technique aux réels besoins de l’utilisateur (Rosenberg, 1982).

3 « Une base de connaissances génériques se présente sous la forme de généralités concernant la façon dont les choses fonctionnent, les variables clés qui déterminent les résultats, la nature des contraintes existantes et les approches permettant de les atténuer, les démarches heuristiques de résolution des problèmes applicables à grande échelle... Les connaissances génériques sont en général codifiées » (Nelson, 1987, pp. 75-76).

4 Apprécié comme une "quête incertaine" (Salomon, Sagasti, Sachs-Jeantet, 1994).

5 F. Yachir (1992) souligne que « les innovations techniques mises au point en Chine, comme la boussole ou la poudre à canon, n’ont pas été exploitées dans ce pays dans la mesure où elles n’y ont pas rencontré une demande sociale » (p. 14).

6 C’est notamment le cas lorsque le système éducatif est d’obédience religieuse ou philosophique.

7 C. Edquist et B. Johnson (1997) précisent que les organisations privées ont plus facilement une capacité de susciter une recherche routinière pour des nouvelles connaissances, de changer les routines de recherche, d’utiliser les résultats de la recherche, d’absorber les nouvelles connaissances, d’inciter l’émergence de nouvelles connaissances inattendues et de les utiliser ; alors que les organisations publiques sont responsables des politiques technologiques, des structures de recherche, des programmes de formation et de l’organisation de l’éducation et de la recherche.

8 Ainsi, l’espace connaissance-produit représente les connaissances selon trois dimensions : totalement tacites et entièrement codifiables ; entièrement divulguées et totalement secrètes ; privées et publiques.

9 Le système social d’innovation est composé de six sous-systèmes : les activités scientifiques de type académique, la recherche et développement industriel et l’innovation technologique, la structure industrielle et économique, les ressources humaines, la formation et l’enseignement, et le système financier.

10 Leurs conclusions permettent de dégager quatre types de configuration institutionnelle qui caractérisent autant de modes de régulation : la logique de marché (l’innovation émane notamment de la mise en concurrence des universités et des centres de recherche pour l’appropriation des connaissances et pousse les firmes à privilégier la recherche et développement dans leur stratégie : États-Unis, Royaume-Uni, Australie et Canada), la logique social-démocrate (l’innovation est encadrée par des relations de compromis entre les entreprises, les salariés et l’État : Suède, Finlande et Norvège), la logique méso-corporatiste (l’innovation se produit au sein de la grande entreprise, nœud du réseau institutionnel : Japon) et la logique intégration/publique (l’innovation repose d'une part, sur l’harmonisation des conditions macro-économiques qui en facilite la diffusion et réduit l’incertitude et d'autre part, le secteur public qui en détermine l’orientation en décidant du contenu et de la spécialisation des infrastructures scientifiques et technologiques : Allemagne, France, Italie et Pays-Bas).

11 La sphère de la formation technique et scientifique comprend l’ensemble des ressources humaines qualifiées (nombre d’étudiants formés) et les activités de recherche théorique et fondamentale (programme et système d’enseignement) ; la sphère industrielle définit l'organisation du système de production et décrit la structure sectorielle, les caractéristiques des firmes et les savoir-faire ; la sphère de recherche englobe les activités privées et publiques de recherche, les scientifiques, les programmes de recherche et le système de propriété des droits intellectuels.

12 C’est le cas pour la Corée du Sud (Kim, 1993), pour le Brésil (Dahlman, Frisctak, 1993), pour l’Argentine (Katz, Bercovich, 1993) ou encore pour les pays du Maghreb (Alcouffe, 1994 ; Beddek, 1995).

13 L’isolement des chercheurs dans les pays en développement est l’un des facteurs majeurs de désincitation et de découragement (Zghal, 1994).

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Les conceptions de l'innovation technologique et de l'apprentissage
Légende Source : Tableau de Mac Kelvey (1991, p. 135), modifié par l’auteur pour les deux dernières contributions
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Titre Figure 1. Le système national d’innovation fermé
Légende Source : Bes, 1995
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure 2. Le système national d’innovation ouvert
Légende Source : Bes, 1995
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable