Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

I. Statut, construction et représentations des sciences sociales et humaines

Mise en place d’une archéologie en Tunisie

Le musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage (1875-1932)1

Clémentine Gutron

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait d’un mémoire de DEA, dirigé par François Pouillon, EHESS, juin 2003. La ré (...)

1La création officielle du musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage date de 1875, il s’impose alors comme le premier musée archéologique de la régence de Tunis. Les deux noms qui figurent dans son appellation, Lavigerie et Saint-Louis, renseignent sur l’identité de son propriétaire. Ce musée est une collection privée appartenant à des religieux catholiques : les Pères blancs. Son importance s’explique, évidemment, par la richesse du site archéologique de Carthage, mais également par l’intense activité de son premier directeur, le Père Alfred-Louis Delattre, qui, jusqu’à sa mort en 1932, ne cesse de récolter, identifier, classer et conserver les vestiges trouvés sur la colline de Byrsa et ses environs.

2Par le prisme du musée Lavigerie, il est possible d’observer les conditions d’émergence d’une archéologie relative à Carthage et ses instigateurs, ainsi que les représentations qu’on lui attribue et qu’elle diffuse. L’archéologie développée par les Pères Blancs est investie d’une fonction mémorielle évidente ; l’enjeu est de retrouver, à Carthage, une chrétienté perdue ; ces artefacts s’inscrivent pourtant dans une logique scientifique. Comment s’articulent ces deux dimensions dans le contexte particulier de l’affirmation de la science archéologique dans un pays en situation coloniale ?

Des ruines "au musée-homme"

  • 2 Voir Azzedine Beschaouch, La légende de Carthage, Paris, Gallimard, 1993, (Découvertes).

3Le bagage culturel européen, fait de traditions hellénique et romaine, a fabriqué une Carthage fantasmée2. Des auteurs français du XIXe siècle viennent y exciter leur inspiration. Dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem (1807), Chateaubriand visite la cité de Didon et commente l’émoi suscité par l’approche du site mythique. La complexité de cette relation entre réel et irréel recouvre toute son ampleur au regard de l’œuvre de Flaubert – pour ne citer que les auteurs les plus connus. Salammbô s’impose dans le paysage littéraire et ravive l’intérêt pour Carthage :

  • 3 "Louis Bertrand parle de Gustave Flaubert de Carthage", La Dépêche Tunisienne, 14/12/1921.

« Flaubert, comme il le voulait, a ressuscité Carthage […] là où il n’y avait plus rien, il a créé quelque chose. »3

4À cette époque, la connaissance du site reste très limitée. L’archéologie est balbutiante. Les récits fonctionnent tous de la même manière. Le narrateur-voyageur se place au sommet de la colline de Byrsa et s’emploie à commenter les lieux. On insiste sur le panorama, la description suit généralement un tour périphérique limité à la presqu’île. L’amphithéâtre, le cirque, le village de Douar el-Chott, les citernes, l’aqueduc, les réservoirs et les ports sont généralement décrits. Dans l’ensemble, les visiteurs du XIXe siècle expriment leur déception ; le mythe se heurte à la réalité des pierres. La Carthage des années 1850 a bien l’allure d’un no man’s land.

5Le site a été l’objet d’un véritable pillage. Les ruines sont d’abord prélevées en vue d’une réutilisation, en tant que matériaux de construction, puis elles sont également extraites pour alimenter des collections privées ou autres. Le développement de collections archéologiques est à mettre relation avec l’affirmation d’une conscience patrimoniale. En répondant aux attentes de la recherche "winckelmannienne", Carthage attise les passions. Les collectionneurs européens l’appréhendent comme une boite de Pandore qui diffuserait de l’héritage. Le Danois Falbe est l’instigateur de la Société pour l’exploration de Carthage qui se proposait d’organiser un réseau d’acheteurs d’objets d’arts. L’Anglais Davis ou le Français Sainte-Marie, séjournent à Carthage et constituent de véritables collections. L’activité des collectionneurs a des conséquences capitales quant au développement de l’archéologie à Carthage, comme dans toute la Tunisie. Si 1875 est retenue comme la date de création du musée Lavigerie, son histoire remonte au second tiers du XIXe siècle. Il était une fois…

  • 4 Habib Kazdaghli, "La chapelle Saint-Louis de Carthage, 1830-1950 : visées coloniales et domination (...)
  • 5 Anne-Marie Planel, De la nation à la colonie. La communauté française de Tunisie au XIXe siècle, T (...)
  • 6 Nathan Davis, explorateur anglais chargé de mission par le British Museum, ironise sur l'attitude (...)

6Après la prise d'Alger en 1830, Charles X obtient de Hussein Bey la cession gratuite d'un terrain sur le plateau de Byrsa pour élever un monument en l'honneur de saint Louis, mort à Carthage lors de la huitième croisade. Le terrain cédé est restreint, mais l’importance symbolique de cet acte est considérable4. La France investit la Tunisie. Un aumônier français, François Bourgade, est nommé à la chapelle Saint-Louis, construite en 1841 à l’initiative de Louis-Philippe. L’abbé réside dans la maison d'habitation située à côté de l’édifice religieux. Ce lieu se charge de savoir très rapidement. À la collection de livres anciens, s'ajoutent peu à peu des vestiges archéologiques. Les passions de Bourgade pour la philologie, d'une part, et pour l'archéologie, d'autre part, fusionnent dans la recherche d'inscriptions puniques et latines. Cet antiquaire solitaire fait preuve d’une grande précocité en matière de conservation des pièces archéologiques ; il s'est illustré comme le premier "conservateur de musée"5 en Tunisie. Après son départ en 1858, un homme poursuit son entreprise muséale : Charles Beulé. Mais ces initiatives se soldent par des échecs et une grande partie du patrimoine se disperse. La plupart des vestiges sont vendus6. Hormis quelques objets laissés sur place, le site est abandonné. Les voyageurs insistent sur son état de décrépitude.

  • 7 Charles Lavigerie, De l'utilité d'une mission archéologique permanente à Carthage. Lettre à M. le (...)
  • 8 Entretien avec Pierre Gandolphe, Versailles, le 09/05/2003. qui se rappelle avec émotion du jour o (...)

7Le 24 mai 1875, le cardinal Lavigerie obtient l'autorisation, pour les missionnaires d'Alger, de s'établir auprès du tombeau de saint Louis. Lorsque le cardinal lorgne Carthage – ancien siège archiépiscopal d’Afrique ayant connu le dernier souffle de saint Louis – et qu’il parvient à investir cette terre, on comprend bien qu’une impulsion nouvelle, d’une toute autre envergure, permette le développement d’un véritable musée archéologique. En établissant une communauté de Pères blancs à Carthage, outre la dimension strictement religieuse, Lavigerie confie une mission d'un autre ordre : « En fondant le collège Saint-Louis, j'ai chargé les missionnaires d'Alger, qui le dirigent de veiller sur les trésors cachés qui les entourent, et de travailler à les découvrir. »7 Un religieux s’illustre particulièrement dans ces activités : Alfred Louis Delattre. Emmitouflé dans sa soutane, le visage tanné par le soleil et sa barbe blanche roussie par la terre fouillée, il sillonne le site dans ses moindres recoins. Ses yeux bleus, petits et ronds expriment tout Carthage8. Delattre a, certes, été guidé par le cardinal, mais il a su développer seul ses recherches, grâce à l’instinct d’un archéologue de terrain, et ce, jusqu’à sa mort, en 1932.

  • 9 Auguste Audollent, Carthage romaine, Paris, 1901, p. 24.

8Delattre a donc été "l’homme de Carthage"9. Entre 1875 et les années 1930, les progrès enregistrés par le musée sont constants. Les Pères blancs collectent, mais l’essentiel de leur butin provient d’une autre source. Si, en échange des soins prodigués, les paysans tunisiens fournissent des vestiges archéologiques à Delattre, c’est peut-être parce que leur conception du patrimoine est différente de celle des religieux ou savants français, mais également parce que la possibilité de récolter quelque subside ou de la nourriture représentait pour eux un intérêt direct. Le religieux est tout à fait conscient du marché de dupes qu’il opère ; il a amplement profité de cette configuration sociale.

  • 10 Louis Carton va jusqu’à recommander aux touristes de : « se méfier des Arabes qui vendent de préte (...)
  • 11 Delattre envoie, par exemple, des caisses chargées vestiges trouvés à Carthage à sa ville natale, (...)

9Delattre respire Carthage durant toute sa vie ; il aimait ses pierres. Carthage lui doit donc beaucoup, cependant, le trafic d’antiquités existait. Des objets jugés de "seconde catégorie" ou des "doubles" sont vendus dans l’enceinte même du musée, comme de vulgaires souvenirs10. D’autre part, l’archéologue a fait don de nombreux vestiges.11

À la recherche d’une mémoire chrétienne : entre construire, déconstruire et reconstruire

  • 12 Alain Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Ed. Carré, 1993.

10Carthage représente une source de mémoire par excellence. Son pouvoir évocateur est considérable. Les défenseurs de la religion catholique réactivent son passé chrétien en investissant physiquement le site. L’isolat carthaginois se veut générateur de référentiel : l’archéologie part, selon la formule d’Alain Schnapp, à "la conquête du passé."12

  • 13 Victor Guérin, Voyage archéologique dans la régence de Tunis, Paris, Plon, 1862, 2 volumes, vo1. 1 (...)
  • 14 Pierre Gandolphe, "Saint-Louis de Carthage 1830-1850", Les Cahiers de Byrsa, 1950, pp. 269-299 (p. (...)

11Les mausolées de saints musulmans (sidi Ahmed Essid par exemple) sont littéralement écrasés par les édifices catholiques. La chapelle Saint-Louis est érigée à l’endroit présumé de la mort du roi. Son inauguration a lieu le 25 août 1841. À cette occasion de Lagau, consul général de France, prononce un discours ; tous les notables français de la société tunisoise sont ravis13. La vie est intense durant la période où Bourgade est en fonction. La chapelle connaît un second souffle en 1875 avec l’arrivée des missionnaires d’Afrique. Leur communauté prend de l’importance, cette évolution se matérialise : le grand séminaire est construit en 1879. Il se compose d’un corps de bâtiment et deux ailes attenantes. Au départ il sert de collège, et en 1881, le scolasticat est installé. Puis vient le temps de la cathédrale. Lavigerie conçoit ce projet dès son arrivée en Tunisie et répond ainsi aux désirs de nombreux fidèles. Une souscription nationale s’adressant aux descendants des croisés est ouverte. L’abbé Pougnet est chargé de tracer le plan et de veiller à la construction des fondations du monument, creusées dès 1885. Le 15 mai 1890, jour de l’inauguration de la cathédrale, représente, aux yeux des fidèles, le symbole de la résurrection glorieuse de l’antique Carthage. Le résident général, les autorités civiles et militaires, le corps diplomatique, pas moins de onze évêques et toute une foule de croyants se réunissent pour écouter le cardinal Lavigerie. La cathédrale, aux proportions monumentales, surplombe les alentours. L’architecture parle d’elle-même ; l’importance de l’édifice traduit la puissance des ambitions de l’archevêque d’Alger. De par sa localisation et son enveloppe matérielle, la cathédrale est pensée dans les moindres détails. Les pierres formant ses fondations ne sont autres que les vestiges de la basilique chrétienne de Damous el-Karita14. Cette édification est donc tournée vers un futur que l’on veut mémoriel. La déconstruction des ruines chrétiennes des premiers siècles se fait en parfaite synchronie avec la construction de nouveaux monuments religieux à la fin du XIXe siècle.

12Que reste-il aujourd’hui de ce complexe architectural ? Suite à des projets de rénovation avortés, la chapelle Saint-Louis est finalement démolie en 1950. Seul un cénotaphe demeure actuellement. Les Pères Blancs ne quittent pas Carthage immédiatement après l’indépendance. C’est en 1964 que la cathédrale et le scolasticat sont saisis. Les collections du musée sont remises aux autorités tunisiennes en juillet de la même année. L’appellation du musée change, elle stigmatise le passage brutal d’un temps à un autre : le musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage devient le Musée national de Carthage. La cathédrale culmine encore en haut de la colline de Byrsa, toutefois, depuis les années 1990, elle n’est plus un lieu de culte mais de culture (Acropolium). L’architecture continue d’émettre du sens et les instances religieuses et/ou politiques d’y avoir recours : l’actuel palais présidentiel surplombe les ruines antiques des thermes d’Antonin, de même d’ici 2004, la plus grande mosquée de Tunisie doit voir le jour à Carthage.

13Il ne s’agit pas ici de dénoncer naïvement le fait que l’Église et la colonie ont instrumentalisé l’archéologie pour servir leurs propres fins. Ce constat est d’une totale évidence. L’objectif est plutôt de chercher à comprendre comment un savoir participe au processus de recomposition sociale. Ici, l’idée est d’étudier la mise en place d’une archéologie chrétienne et ses résonances sur la reconstruction d’un idéal chrétien en terre d’Islam, en Tunisie en l’occurrence.

  • 15 Salomon Reinach, "Nouvelles archéologiques et correspondances ; le P. Delattre", Revue archéologiq (...)
  • 16 Auguste Audollent, "Le Révérend Père Delattre", Revue d’histoire des Missions, Paris, SPES, 1932, (...)

14Les Pères blancs privilégient l’archéologie chrétienne parce qu’ils entendent rendre aux fidèles l’image, le souvenir et surtout la réactivation du souvenir de la Carthage chrétienne, mais aussi parce que l’entreprise archéologique doit participer à l’ambition d’évangélisation ; impressionner par le bâti fait partie de la stratégie. Delattre ne cache pas sa préférence pour l’archéologie chrétienne. Entre 1878 et 1890, puis de nouveau en 1911-1912, la basilique et le cimetière de Damous el-Karita sont explorés. La découverte dont il est le plus fier est, selon Reinach, celle du lieu du martyre des saintes Perpétue et Félicité, en 190715. Auguste Audollent achève sa nécrologie de Delattre en expliquant que ses découvertes les plus « retentissantes » avaient trait aux églises, car elles étaient de nature à satisfaire « sa piété en même temps que sa science. »16

  • 17 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Gallimard, 1987, p. 12.
  • 18 Pour la biographie voir : Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996.
  • 19 Alfred Louis Delattre, "Souvenirs de la Croisade de Saint-Louis trouvés à Carthage", extrait des M (...)

15Une partie de la moisson recueillie est donnée à voir dans le musée ; les objets, parce qu’ils sont exposés, deviennent des "sémiophores"17, ils cristallisent et répandent simultanément de la mémoire chrétienne. Un souvenir est particulièrement exploité : celui de saint Louis18. Le roi de France, parti en croisade défendre la foi chrétienne en terre d’Islam, constitue une figure idéale aux ambitions des Pères blancs. De surcroît, sur la colline de Byrsa, Louis est mort pour cette cause. Colline rebaptisée en son honneur, de même que le musée s’appelle, jusqu’à la mort de Lavigerie, musée de Saint-Louis de Carthage. Les toponymes sont des indices révélateurs de l’histoire d’un lieu. À ce titre, il est à noter que celle de ce roi est restée dans les mémoires locales : un terrain au pied de la colline, par exemple, est appelé "es-Siouf", c’est-à-dire les épées, vraisemblablement en référence avec quelque combat mené pendant la croisade19. Les Français usent de cet argument pour exhorter une gloire nationale, dont la valeur serait même reconnue par la population indigène. La muséographie s’inspire donc du mythe en construction et participe ainsi à son élaboration. La "salle des Croisades" ravive, exclusivement, ce souvenir. Cinq fresques, à savoir, le débarquement, la distribution des remèdes aux pestiférés, les batailles, la mort et enfin l’apothéose, évoquent le passage du croisé à Tunis.

16En plus d’une exposition muséale classique, les vestiges chrétiens de Carthage connaissent une mise en scène singulière s’apparentant à une heuristique vitaliste. L’espace du musée stricto sensu est dépassé. Carthage est théâtralisée. On fête, entre autres, les anniversaires de la mort des saints. Le 7 mars 1903 par exemple, une cérémonie commémore le martyre des saintes Perpétue et Félicité, condamnées aux bêtes dans l’amphithéâtre de Carthage en 203. Les célébrations de ce type se multiplient durant le premier tiers du XXe siècle. 1930 : date du Congrès eucharistique de Carthage, couronne ce mouvement. Des festivités organisées dans le cadre de cette manifestation, il reste aujourd’hui dans les mémoires, les traces d’un souvenir en particulier : un défilé d’enfants déguisés en croisés dans les rues de Tunis et de Carthage.

  • 20 En vertu de l’article 25 du décret du 7 mars 1886, le Père Delattre est autorisé par le directeur (...)
  • 21 Rapports analysés au prisme de la fouille de la basilique d’Uppena par Dominique Raynal, Archéolog (...)

17Avant l’établissement du protectorat, les Français vivant en Tunisie sont en quête d’éléments linguistiques, historiques et culturels pouvant unifier leur communauté. Dans ce contexte, la partie de Carthage devenue française vient servir de support à la réalisation de ces attentes. Les autorités politique et religieuse font marche commune, elles nourrissent les mêmes ambitions et servent les mêmes causes ; si leurs motifs divergent, l’objectif est partagé : s’affirmer. Les résultats de cette osmose sont féconds pour l’archéologie. Les catholiques capitalisent une collection privée à caractère national. 1881 ne représente pas un bouleversement profond pour le musée Saint-Louis. Il continue de bénéficier du soutien des autorités politiques. Delattre jouit même d’un traitement de faveur20. La Blanchère, premier directeur du service des Antiquités et des Arts, justifie le statut particulier du musée par son ancienneté, son existence antérieure à la législation en vigueur et par l’intérêt qu’il y avait à conserver à Carthage les restes de Carthage. Cette institution n’est donc pas "hors la loi", mais disons que les lois ont été plus ou moins accommodées à elle. Avec le décret du 25 septembre 1890 transformant le service des Antiquités et des Arts en direction et l’émergence de figures scientifiques influençant l’archéologie tunisienne, les conflits avec les religieux se multiplient. La question de propriété des terrains et l’affrontement personnel entre Delattre et Gauckler21, directeur du service des Antiquités entre 1892 et 1905, en sont des matérialisations aiguës.

Un lieu de savoir

18Outre l’archéologie chrétienne, les fouilles de Carthage ont permis à la science archéologique romaine et surtout punique de se développer. Delattre fait ici figure de précurseur. Entre 1878 et 1886 la colline Junon constitue le premier terrain de recherche. La fouille de Douimès, réalisée entre 1892 et 1896, s’est révélée la plus riche, 1200 tombes ayant été étudiées. La nécropole des Rabs à Borj-Jedid est également explorée entre 1898 et 1906. Des pièces d’une rare valeur y sont recueillies, on peut citer, par exemple, les quatre sarcophages anthropoïdes dont deux sont envoyés au Louvre.

  • 22 « Toutes les fouilles puniques anciennes n’ont consisté qu’en destruction […] le sous-sol a été co (...)
  • 23 Ainsi, M’Hamed Hacine Fantar écrit à propos de Delattre : « Quelles que soient les critiques que l (...)

19Les découvertes de Delattre sont impressionnantes. Tant par leur nombre que par leur importance, les fouilles entreprises par ce savant sont remarquables. Ces résultats sont exposés dans plus de 500 rapports, mémoires ou brochures. L’ampleur de ses travaux lui confère une reconnaissance publique certaine, il est fait officier de la Légion d’honneur. En 1890, la consécration scientifique est atteinte, en effet, l’Académie des inscriptions et belleslettres l’accepte comme l’un de ses correspondants. Honoré, certes, mais Delattre a également été contesté par les acteurs du monde archéologique professionnel, notamment par Charles-Joseph Tissot ou Paul Gauckler. Dans les années 1950, l’archéologue Pierre Cintas se fait encore plus virulent22. Qu’en est-il de l’appréciation contemporaine ? Il est évident que les fouilles menées par Delattre comportent des défauts majeurs dont l’exemple le plus caractéristique serait la technique de "la galerie". Mais ces pratiques sont celles de la fin du XIXe, elles portent la marque de leur temps, et il serait absurde d’essayer de les comprendre a posteriori, avec nos repères et critères contemporains23. Il n’en demeure pas moins, qu’en se plaçant à l’abri de l’anachronisme, en comparant le travail de Delattre à celui d’archéologues professionnels comme Paul Gauckler, Louis Poinssot ou Alfred Merlin, ses fouilles étaient loin d’être aussi rigoureuses.

  • 24 Pour des informations biographiques : Ève Gran-Aymerich, Dictionnaire biographique d’archéologie ( (...)

20Au quotidien, Delattre est secondé par deux hommes. Son coéquipier le plus fidèle, J. d’Anselme de Puisaye, réalise tous les dessins, croquis et gravures qui illustrent les textes de l’archéologue. Le Père Lapeyre représente également un réel compagnon de travail pour Delattre. Ce docteur ès-lettres le seconde ; il prend même en charge la direction du musée à la mort de ce dernier, en 1932. Des mécènes, comme le marquis de Vogüé (membre de l’Institut) ou René Millet (résident général), ont également soutenu l’œuvre du Père blanc. À plusieurs reprises le ministère de l’Instruction publique attribue au musée de Saint-Louis des subventions. Mais, une autorité scientifique a œuvré plus que toute autre pour le site de Carthage et son musée, il s’agit de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Consciente du potentiel de ce site, certains de ses membres – à l’instar d’Antoine Héron de Villefosse (1845-1919) ou d’Auguste Audollent (1864-1943) – y font des missions et nouent des liens parfois très étroits avec Delattre.24

  • 25 Louis Carton organise une excursion à Carthage au printemps 1906, Revue tunisienne (Institut de Ca (...)

21Le musée Lavigerie présente un intérêt particulier, c’est un musée de site. Les savants sont attirés car les vestiges conservés sur place ont une saveur singulière. Carthage et son musée apparaissent comme une sorte de pèlerinage savant ; les archéologues ou les historiens aimaient s’y promener et y étudier. Les archéologues professionnels rattachés au service des Antiquités ou même d’autres amateurs ont joué un rôle fondamental dans la protection de ce site, et ont milité pour faire de Carthage, tout entière, un musée. L’archéologue amateur ayant le plus défendu cette cause est Louis Carton, qui exprime son admiration, voire sa dévotion, au site antique dans son ouvrage préfacé par Louis Bertrand, La beauté des ruines de Carthage. Le site doit être vivifié pour les générations contemporaines puis suivantes. Redonner vie à Carthage s’inscrit dans l’optique de légitimation de la présence française en Tunisie, puisque – on le sait bien – les Français du XIXe siècle se prétendent les dignes descendants de l’Afrique latine. Par ailleurs, l’essor du musée-site se comprend mieux au regard du contexte culturel européen de la fin du XIXe siècle : la pratique du "grand tour" évolue, le tourisme se développe. Les voyageurs séjournant en Tunisie font une escale obligée à Carthage. Outre la fréquentation des gens de passage, qu’en est-il des pratiques des résidents de Tunisie ? Les membres des sociétés savantes et les représentants du pouvoir semblent avoir été les seuls habitués ; le musée incarnait un lieu de sociabilité prisé où il était de bon ton de se rendre.25

22Centripète car il attire des agents diffuseurs de savoir, le musée relève également d’une logique centrifuge en émettant de la connaissance archéologique relative à Carthage. D’"objets" datant des périodes punique, romaine ou chrétienne, ces "choses" deviennent des "pièces" dès qu’elles franchissent le seuil du musée. Leur nature même en fait alors des véhicules de savoir-mémoire, tout prêts à diffuser leur essence à leurs observateurs. Si les "choses" participent de facto à cette dynamique, c’est également le cas des "mots", de la production écrite. Et, celle relative au musée de Saint-Louis est considérable. Delattre, prend soin de diffuser son travail. Il s’implique dans la vie associative culturelle en Tunisie (président d’honneur de l’Institut de Carthage pendant plus de vingt ans) et en France (membre de la Société des antiquaires et lié à l’Institut de France par son titre de correspondant). Les sociétés savantes ont permis la circulation du savoir archéologique, mais l’épithète induit des limites. Un autre moyen, complémentaire parce que vulgarisé, a joué un rôle notable dans la diffusion de connaissances : les expositions coloniales ou internationales. Les collections du musée Lavigerie sont présentées dans diverses manifestions comme l’Exposition internationale et coloniale d’Amsterdam en 1883, l’Exposition universelle de Paris en 1889 ou l’Exposition historique de Madrid en 1893.

  • 26 Ce mouvement réflexif se développe en Tunisie (voir les travaux récents Abdelmajid Ennabli sur Car (...)

23Au vu des versants mémoriel et savant, on peut donc dire que l’identité du musée Lavigerie se fonde sur sa nature même de musée site – et quel site –, sur le fait que son développement s’est opéré à la marge de l’institution scientifique, par un archéologue amateur, religieux de surcroît, le tout dans un pays de culture musulmane sous domination française. Réfléchir, à partir d’un objet circonscrit, sur la construction de l’archéologie permet donc de saisir les enjeux identitaires, politiques, économiques, culturels et savants qui y sont liés.26

Notes

1 Cet article est extrait d’un mémoire de DEA, dirigé par François Pouillon, EHESS, juin 2003. La réflexion se prolonge dans le cadre d’une thèse sur "l’archéologie en Tunisie (XIXe -XXe siècles)".

2 Voir Azzedine Beschaouch, La légende de Carthage, Paris, Gallimard, 1993, (Découvertes).

3 "Louis Bertrand parle de Gustave Flaubert de Carthage", La Dépêche Tunisienne, 14/12/1921.

4 Habib Kazdaghli, "La chapelle Saint-Louis de Carthage, 1830-1950 : visées coloniales et domination symbolique", Revue d’Histoire maghrébine, 1998, pp. 88-89 (pp. 87-95).

5 Anne-Marie Planel, De la nation à la colonie. La communauté française de Tunisie au XIXe siècle, Thèse d'histoire, EHESS, 2000, 3 volumes, vol. 1, p. 135.

6 Nathan Davis, explorateur anglais chargé de mission par le British Museum, ironise sur l'attitude peu professionnelle du gardien de Saint-Louis, dans Carthage and her remains, London, Richard Bentley, 1861, pp. 174-175.

7 Charles Lavigerie, De l'utilité d'une mission archéologique permanente à Carthage. Lettre à M. le Secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, Alger, Adolphe Jourdan, avril 1881, p. 7.

8 Entretien avec Pierre Gandolphe, Versailles, le 09/05/2003. qui se rappelle avec émotion du jour où le Père Blanc lui bénît une médaille trouvée in situ.

9 Auguste Audollent, Carthage romaine, Paris, 1901, p. 24.

10 Louis Carton va jusqu’à recommander aux touristes de : « se méfier des Arabes qui vendent de prétendues antiquités […]. On en acquerra à meilleur compte et d’authentiques chez les antiquaires de Tunis et surtout à la porte du musée de Carthage. », Guide Express de Carthage, Tunis, Danguin, 1909, p. 2.

11 Delattre envoie, par exemple, des caisses chargées vestiges trouvés à Carthage à sa ville natale, Rouen, où un musée archéologique a pu se former. Voir Olivier Hottot, Le Père Delattre et les collections du Musée archéologique de Rouen, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1999.

12 Alain Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Ed. Carré, 1993.

13 Victor Guérin, Voyage archéologique dans la régence de Tunis, Paris, Plon, 1862, 2 volumes, vo1. 1, p. 47.

14 Pierre Gandolphe, "Saint-Louis de Carthage 1830-1850", Les Cahiers de Byrsa, 1950, pp. 269-299 (p. 307).

15 Salomon Reinach, "Nouvelles archéologiques et correspondances ; le P. Delattre", Revue archéologique, 1932, t. 38, pp. 132-133 et p. 134.

16 Auguste Audollent, "Le Révérend Père Delattre", Revue d’histoire des Missions, Paris, SPES, 1932, pp. 1-10 (p. 6).

17 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Gallimard, 1987, p. 12.

18 Pour la biographie voir : Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996.

19 Alfred Louis Delattre, "Souvenirs de la Croisade de Saint-Louis trouvés à Carthage", extrait des Missions catholiques, Lyon, 1888, p. 7.

20 En vertu de l’article 25 du décret du 7 mars 1886, le Père Delattre est autorisé par le directeur des Antiquités à poursuivre ses recherches archéologiques au profit du musée Saint-Louis.

21 Rapports analysés au prisme de la fouille de la basilique d’Uppena par Dominique Raynal, Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. La basilique d’Uppena, thèse d’histoire, UTM, 1998. Voir aussi : Jacques Alexandropoulos, "Paul Gauckler (1866-1911) : une évocation de son passage à Tunis d’après les fonds des Archives départementales de l’Ariège", Pallas, Toulouse, PUM, 2001, n° 56, pp. 119-137 (p. 120).

22 « Toutes les fouilles puniques anciennes n’ont consisté qu’en destruction […] le sous-sol a été complètement bouleversé par des fouilleurs, à qui l’âge, les titres ou la vénérabilité n’avaient conféré ni l’expérience, ni la compétence, ni l’intuition », Pierre Cintas, Céramique punique, Publications de l’Institut des Hautes Études de Tunis, Paris, Klincksieck, 1950, p. 4.

23 Ainsi, M’Hamed Hacine Fantar écrit à propos de Delattre : « Quelles que soient les critiques que la méthode et la manière de traiter les vestiges exhumés risquent de soulever, nul ne saurait méconnaître les apports considérables de ses travaux [...] », in "Pionniers de l’archéologie punique", Jacques Alexandropouos et Patrick Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, op. cit., pp. 501-511 (p. 511).

24 Pour des informations biographiques : Ève Gran-Aymerich, Dictionnaire biographique d’archéologie (1795-1945), Paris, CNRS Éditions, 2001. Et Jean Leclant (dir.) avec le concours de H. Danesi, Le Second siècle de l’Institut de France, 1895-1995, Paris, 1999, 2 vol.

25 Louis Carton organise une excursion à Carthage au printemps 1906, Revue tunisienne (Institut de Carthage), n° 57, mai 1906, pp. 263-280.

26 Ce mouvement réflexif se développe en Tunisie (voir les travaux récents Abdelmajid Ennabli sur Carthage), il participe au renouvellement des questionnements internes à la discipline (une option "Patrimoine et muséologie" s’est ouverte en 2002 dans le cadre du mastère d’histoire de l’université de La Manouba).

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable